Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

4 - Pierre Simon, apprenti « trempé » et non « nourri » chez un cousin de son aïeule

Texte intégral

1La grand-mère Coutant négocia pour son petit-fils Pierre Simon un apprentissage gratuit et s’engagea à lui fournir le pain. Né en 1689, le jeune homme a alors 19 ans.

16 avril 1708. Traité d’apprentissage du métier d’étaminier entre Nicolas Degoulet et la veuve Coutant en faveur de Pierre Simon

  • 27 La fonction de bienveillant est moins contraignante que celle de tuteur.

2Par devant nous Joseph Dupont… demeurant au bourg de Foulletourte paroisse de Cérans, furent présents… Nicolas Degoulet, marchand étaminier demeurant au bourg de Foulletourte paroisse de Cérans d’une part et Catherine Lejeune veuve François Coutant, aïeule maternelle de Pierre Simon, fils de défunts Michel Simon et Françoise Coutant, et sa bienveillante27, demeurant paroisse de La Fontaine Saint Martin d’autre part, entre lesquelles parties a été fait le traité d’apprentissage du métier d’étaminier en faveur de Pierre Simon présent et acceptant…

  • 28 Celer : cacher.

3Savoir est que ledit Degoulet a promis et s’est obligé montrer et enseigner audit Simon son métier d’étaminier et ce qui en dépend pendant deux ans à commencer du jour de demain 17 avril et finir à pareil jour. Pendant quel temps le dit Degoulet lui enseignera et montrera le métier et tout ce qui en dépend sans lui en rien celer28 au moyen de ce que ledit Simon s’est soumis et obligé d’obéir audit Degoulet, en tout ce qui regarde le métier et choses raisonnables, et de travailler pendant ledit temps pour l’utilité dudit Degoulet, à son possible et sans discontinuer, sinon de l’avis, permission et consentement dudit Degoulet son maître, à peine de tout dépens, dommages et intérêts… Ledit Degoulet, en faveur de ce que ledit Simon travaillera comme il s’est soumis par ces présentes pour son utilité pendant ledit temps, fournira à Simon deux fois le jour de la soupe pour le trempage seulement, et le logera et couchera, et au surplus ladite veuve Coutant son aïeule a promis et s’est obligé nourrir, entretenir et blanchir ledit Simon et lui fournir toutes choses nécessaires pour son entretien et subsistance, tant sain que malade, pendant ledit temps… Au cas que ledit Simon fut obligé de s’absenter pendant sept à huit jours pour cause raisonnable, Nicolas Degoulet n’en pourra prétendre aucun dommage ni intérêt, sans néanmoins pouvoir quitter ni s’absenter en ce cas sans le congé et permission dudit Degoulet, et s’est soumis ledit Simon à tout ce que dessus… sous l’autorité de la veuve Coutant son aïeule…

  • 29 * On se souvient que Pierre Simon, orphelin très jeune, n’a pas pu être initié à l’écriture par so (...)

4Fait et passé au bourg de Cérans, présents Urbain Degoulet et Jean Lejeune marchands demeurant en cette paroisse. Ledit Degoulet, veuve Coutant et Pierre Simon ont dit ne savoir signer29.

5[La minute est signée Urbain Degoulet et Jean Lejeune].

Notes

27 La fonction de bienveillant est moins contraignante que celle de tuteur.

28 Celer : cacher.

29 * On se souvient que Pierre Simon, orphelin très jeune, n’a pas pu être initié à l’écriture par son père : la chaîne du savoir s’est alors rompue.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site