Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

2 - Chance et malchance pour Claude Cohergne, et pour son demi-frère illégitime

Texte intégral

1Le commencement d’un inventaire et sa clôture révèlent, de manière inattendue, l’affection fraternelle et le dévouement d’un jeune homme de 24 ans envers une sœur handicapée et un demi-frère illégitime, qui devrait normalement être confiée à l’hôpital des enfants trouvés au Mans. À partir de 1750, la condition de l’enfant s’est beaucoup améliorée. Dans les années 1775, les bons sentiments sont très présents dans les archives.

24 février 1776. Commencement de l’inventaire de meubles de feu Claude Cohergne, mort garçon mineur

  • 12 La majorité pleine était celle de la coutume du Maine, soit 25 ans.
  • 13 * Château-Gontier est une petite ville du haut Anjou, implantée sur la rive droite de la Mayenne au (...)
  • 14 * Ces trois décès si rapprochés incitent évidemment à supposer une maladie contagieuse. Il semble t (...)
  • 15 L’enfant avait été baptisé le 4 décembre 1773, sous le nom de Louis-Pierre-Barbe Portebœuf, fils na (...)
  • 16 * Il : Christophe Hervé, le tuteur du défunt et de ses jeunes frères et sœurs.

2Aujourd’hui vingt quatrième du mois de février l’an mil sept cent soixante seize, sur les huit à neuf heures du matin, par devant nous Jean Pilot, notaire et tabellion royal au Maine, est comparu Christophe Hervé, charron, demeurant au hameau du petit Rosier, paroisse de Cérans, tuteur institué par justice aux personnes et biens des enfants mineurs de défunt Claude Cohergne journalier et de Madeleine Portebœuf sa femme, lequel nous a dit qu’il aurait eu des avis certains le jour d’hier que Claude Cohergne, l’un de ses dits mineurs, âgé d’environ vingt quatre ans12, étant allé dans la paroisse d’Azé, une lieu de l’autre côté de Château Gontier13, pour avertir les parents de la fille mineure de Mathurin Guilmault, du décès de ses père et mère arrivé le neuf de ce mois, serait décédé à l’hôpital dudit Château Gontier, le seize de cedit mois, après deux jours de maladie14 ; que ledit défunt tenait ménage depuis la vente faite après le décès de sa mère au mois d’avril dernier… et faisait valoir quelques terres au hameau de la Chesnaye audit Parigné, que même ledit défunt avait pris le soin après le décès de sa mère, d’un garçon âgé d’environ deux ans, qui était un fruit illégitime de sadite mère duquel on n’a pu connaître le père, lequel enfant naquit dans la même maison qu’occupait ledit défunt et où sa mère est décédée15. C’est pourquoi il16 aurait requis notre transport audit hameau de la Chesnaye… pour… procéder à un inventaire général et description de tous les meubles et effets morts et vifs, titres, crédits, enseignements, dettes actives et passives, dépendantes de la succession dudit défunt, d’autant plus que ledit gouvernait aussi, depuis ladite vente, Perrine Cohergne, sa plus jeune sœur âgée d’environ treize ans, laquelle est infirme, et pour la pension de laquelle les parents devaient s’assembler afin d’aviser à sa subsistance, ce qui n’a pas encore pu être fait, ce que ledit tuteur proteste de faire régler… […]

16 décembre 1777. Clôture de l’inventaire de feu Claude Cohergne

3Il sera observé ici avant la clôture du présent inventaire de rapporter un fait qui mérite attention et qui consiste en ce que ladite Madeleine Portebœuf, veuve Claude Cohergne, dans le cours de son veuvage, et peu de temps avant sa mort, a eu la faiblesse de se laisser aller à un quelqu’un dont on ignore le nom, et enfin en est sorti un enfant mâle qui, après le décès de cette mère, par ses petites caresses, a gagné l’affection du défunt Claude Cohergne, fils aîné, qui comme se trouvant allié de cet enfant par la naissance qu’il avait prise dans le corps de sa mère, n’a jamais osé le confier dans la maison de l’hôpital au Mans, et au contraire, par un esprit de charité, entreprit de l’élever.

  • 17 * Son décès : le décès de Claude Cohergne fils, qui au moment de la clôture de l’inventaire date dé (...)
  • 18 * Concordat : accord, acte de conciliation. Le mot est surtout connu dans un contexte religieux (le (...)
  • 19 * Soit trois semaines seulement après le décès de son frère aîné à Château-Gontier.
  • 20 * Denier à Dieu : pièce de monnaie que l’acheteur donnait au vendeur (ou, ici, le tuteur des enfant (...)

4Et, après son décès17, tous les parents de ce défunt Cohergne et ses frères et sœurs qui sont déjà grands, ont aussi entrepris d’élever ce petit enfant, qui a déjà plus de trois ans, et entre eux ont fait une espèce de concordat18 par lequel ils ont mis ce petit enfant en pension chez Marin Bouchenoire, dès le quatorze mars 177619, pour trois ans, pour la somme de soixante quinze livre et un écu de denier à Dieu20.

  • 21 * Au premier jour : dès que possible.
  • 22 * La vie et l’habit : formule qui exprime de manière contractée l’entretien courant d’une personne (...)

5Et entendent, au premier jour21, en faire faire un acte devant notaire pour assurer la contribution de chacun à la personne dudit Marin Bouchenoire, qui s’en est chargé volontairement et lui fournit la vie et l’habit22. Et ledit Christophe Hervé nous a rapporté que Perrine Portebœuf, veuve de Pierre Bouttevin, sœur de cette défunte Madeleine Porteboeuf, et Étienne Landais, meunier des Moulins Neufs, son gendre, Pierre, Madeleine et Louise Cohergne, enfants de ladite Madeleine Portebœuf, âgés de 24, 22 et 17 ans, veulent contribuer à cette pension, ainsi que ledit curateur, en son privé nom, comme mari de Louise Portebœuf, sœur de la défunte mère du petit enfant issu d’elle et de père inconnu.

6Fait et dressé le présent procès verbal d’inventaire pour clôture… et arrêté aujourd’huy mercredi dix sept du mois de décembre… après avoir vaqué deux jours entiers à la présente séance… à raison de douze heures par jour en l’étude, en assistance dudit Hervé… présents Pierre Esnault cordonnier et Jacques Trouillard garçon serger demeurant au bourg de Foulletourte paroisse de Cérans.

7[La minute est signée Pierre Esnault et Jacques Trouillard].

Notes

12 La majorité pleine était celle de la coutume du Maine, soit 25 ans.

13 * Château-Gontier est une petite ville du haut Anjou, implantée sur la rive droite de la Mayenne autour de son château, puis développée grâce à la vitalité apportée par la rivière (transport des marchandises, tanneries, toiles de lin) et grâce à l’implantation d’institutions royales (Présidial, Élection, Grenier à sel). Azé est situé en face, sur la rive gauche de la Mayenne. Contrairement à ce qu’écrit le notaire qui ne connaît manifestement pas l’endroit, Claude Cohergne n’a pas dû faire « une lieu de l’autre côté de Château-Gontier », mais au contraire une lieue de moins. Il était néanmoins à environ 65 kilomètres de son domicile.

14 * Ces trois décès si rapprochés incitent évidemment à supposer une maladie contagieuse. Il semble toutefois probable que le décès de la mère soit plutôt dû aux suites de ses couches du 1er février (l’enfant, ondoyé in extremis, est mort à la naissance).

15 L’enfant avait été baptisé le 4 décembre 1773, sous le nom de Louis-Pierre-Barbe Portebœuf, fils naturel de Magdelaine Portebœuf, veuve de Claude Cohergne, de père inconnu.

16 * Il : Christophe Hervé, le tuteur du défunt et de ses jeunes frères et sœurs.

17 * Son décès : le décès de Claude Cohergne fils, qui au moment de la clôture de l’inventaire date déjà de 22 mois.

18 * Concordat : accord, acte de conciliation. Le mot est surtout connu dans un contexte religieux (le Concordat de 1801), mais on voit ici qu’il avait une utilisation tout à fait civile et courante.

19 * Soit trois semaines seulement après le décès de son frère aîné à Château-Gontier.

20 * Denier à Dieu : pièce de monnaie que l’acheteur donnait au vendeur (ou, ici, le tuteur des enfants à Marin Bouchenoire) en signe d’acceptation du marché et avant la rédaction du contrat. À l’origine, cette pièce était destinée à une aumône (M. Lachiver, Dictionnaire du monde rural…, op. cit., p. 607).

21 * Au premier jour : dès que possible.

22 * La vie et l’habit : formule qui exprime de manière contractée l’entretien courant d’une personne « nourrie, logée, blanchie ». Il va sans dire que le petit orphelin devra très vite rendre des services compatibles avec son âge, ce qu’il aurait fait de la même façon d’ailleurs dans la maison de son frère aîné s’il avait pu y rester.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site