Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

Habit noir, cheveux blanc, larges bésicles, langue prolixe, jargon désuet1

Anne Fillon

Note de l’auteur

BREF AVERTISSEMENT à PROPOS DES NOTES SUR « LA PLUME DU NOTAIRE » : les notes sans astérisque sont d’Anne Fillon (1996). L’astérisque en début (ou parfois en cours) de note signale un ajout signé Sylvie Granger/Benoit Hubert (2015).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En tenant la plume, le notaire villageois a aussi, sans en avoir conscience, tenu le miroir devant les comportements de ses clients. Il est au cœur de la vie quotidienne et accompagne les villageois tout au long de leur existence2. Si tous les minutiers n’ont pas le même intérêt, c’est que la compétence, le dynamisme et le style des titulaires des études étaient bien différents. Certains refusaient de recevoir des actes trop complexes ou trop nouveaux. D’autres étaient si peu savants que la clientèle des élites rurales les boudait. D’autres enfin rédigeaient leurs actes d’une plume sèche, sans s’impliquer, si peu que se soit, dans le contrat qu’ils étaient chargés de recevoir et d’authentifier. Le minutier de Cérans est si riche que les choix ont été difficiles. L’un des notaires, Me Jean Pineau, qui instrumenta de 1747 à 1782, paraît avoir déployé une activité considérable, ne dédaignant aucun type d’acte, et faisant montre d’un goût prononcé pour l’explication. C’est ainsi qu’il n...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540