Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Deuxième partie. La traque de l'historien

Chapitre IV. Culture villageoise et siècle des lumières

Anne Fillon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il paraît que tous ces ancêtres savaient lire et écrire… » : Les portes du savoir

Depuis Charles Simon, le plus ancien des ancêtres connus, qui se marie en 1625, jusqu’à Michel II né en 1659, tous les Simon savent signer. Ils doivent peut-être ce privilège à un curé, car il semble qu’ils soient très tôt engagés dans un service paroissial, comme chantres ou sacristains. La chaîne ne se rompt qu’avec la mort prématurée de Michel II, qui quitte ce monde avant d’avoir pu initier son fils Pierre, encore dans la petite enfance. C’est au curé Fresneau que le fils de Pierre, Louis-François, doit de renouer avec la tradition478, tardivement d’ailleurs, puisque son premier paraphe apparaît sur le registre le 6 novembre 1736 – il a presque 16 ans – alors que le 24 avril, ce même registre mentionnait qu’il ne savait pas signer. Il s’empressera de transmettre son savoir à son fils Louis, dès qu’il aura atteint ses 10 ans, et celui-ci fera de même pour ses enfants. La chaîne du savoir se rompt p...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540