Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Deuxième partie. La traque de l'historien

Chapitre III. La grande affaire de la vie

Anne Fillon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je crois qu’il y a une destinée pour le mariage » : L’alchimie de la rencontre

Une idée fort répandue veut que, dans l’ancienne France, les mariages aient été arrangés par les parents, pour des motifs économiques plus que pour des considérations sentimentales. Il s’agit en réalité d’une généralisation du modèle observé dans les provinces non égalitaires, notamment dans ce qu’on appelle la France du Sud, et qui s’applique aussi dans le Centre et le Centre-Est, du moins au sein d’une paysannerie propriétaire. Ce modèle a été largement illustré par les créations littéraires d’un Rétif de La Bretonne, bourguignon, ou les études ethnographiques menées dans les Pyrénées, la Provence ou le Gévaudan. Dans ces régions, la nécessaire pérennité des maisons engendre des stratégies matrimoniales parfois préparées de longue date, que rend par ailleurs possibles la puissance du pater familias. Dans l’ouest égalitaire au contraire, où tout est partagé à chaque génération quels que soient les vœux ...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540