Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Deuxième partie. La traque de l'historien

Chapitre III. La grande affaire de la vie

Anne Fillon

Texte intégral

« Je crois qu’il y a une destinée pour le mariage » : L’alchimie de la rencontre

1Une idée fort répandue veut que, dans l’ancienne France, les mariages aient été arrangés par les parents, pour des motifs économiques plus que pour des considérations sentimentales. Il s’agit en réalité d’une généralisation du modèle observé dans les provinces non égalitaires, notamment dans ce qu’on appelle la France du Sud, et qui s’applique aussi dans le Centre et le Centre-Est, du moins au sein d’une paysannerie propriétaire. Ce modèle a été largement illustré par les créations littéraires d’un Rétif de La Bretonne, bourguignon, ou les études ethnographiques menées dans les Pyrénées, la Provence ou le Gévaudan. Dans ces régions, la nécessaire pérennité des maisons engendre des stratégies matrimoniales parfois préparées de longue date, que rend par ailleurs possibles la puissance du pater familias. Dans l’ouest égalitaire au contraire, où tout est partagé à chaque génération quels que soient les vœux des parents, ce qui relativise leur autorité, rien ne justifierait de telles pratiques. Ce n’est par pour autant qu’au XVIIe siècle les unions paraissent avoir été fondées sur la conformité des sentiments. « Prenez à votre porte des gens de votre sorte » constituait probablement le conseil le plus suivi dans une population menacée périodiquement par les trois fléaux – guerre, peste, famine – qui se mariait pour perpétrer l’espèce et partager les tâches de la vie quotidienne.

  • 332 Ms 20.

2Le manuscrit de l’étaminier du Maine met en lumière une autre conception du mariage, pratiquée dans une province de l’Ouest au cours des années 1760. « Je crois qu’il y a une destinée pour le mariage » écrit Louis Simon332, ce qui revient à dire que les rencontres sont écrites dans le ciel. Ainsi voit-il un signe dans le départ et dans l’arrivée survenus le même jour, de Catherine qu’il avait aimée et d’Anne qu’il allait aimer. Quoi de plus naturel pourtant que cette coïncidence, puisque les deux jeunes filles, servantes tourières, se louent et s’en vont le jour de la Saint-Jean, l’une prenant la place de l’autre ?

  • 333 Catherine Houdayer venait d’Avoise, village situé sur le cours de la Sarthe à 24 km en droite lign (...)

3Comment les jeunes gens se rencontraient-ils ? Il semble bien que la famille joue un rôle de moins en moins direct, tandis qu’une plus grande mobilité dans le lieu de travail renouvelle le vivier des gars et des filles à marier. Pour se louer au Couvent, Catherine Houdayer avait parcouru 6 lieues soit environ 24 kilomètres333 ; Anne Chapeau, qui avait rencontré son premier promis dans une ferme de la région fléchoise, avait fait autant de chemin. Pierre Coubard épousera la fille du meunier dont il est devenu le domestique ; Nanon Micaux, la sœur de l’hôte du Plat d’Étain venue du village voisin, choisira le vigneron de Mareil (à 3 lieues et demie), qui fournissait le vin à l’auberge. Madeleine Lejeune, l’une des rivales d’Anne Chapeau, s’était fiancée avec le nouveau compagnon du couvreur, mais elle épousera finalement un postillon, attiré, comme d’autres galants paveurs et voituriers, par le trafic du grand chemin tout neuf. Sa sœur convolera avec le sabotier, étranger à la paroisse, tandis que la servante du major Quéru de La Poustière ne repoussera pas les avances du boucher qui livrait la viande. Les jeunes gens partis en apprentissage jetaient souvent leur dévolu sur la fille de leur maître, le fils de leur maîtresse, ou sur le proche voisin. Au Couvent, où les domestiques viennent presque toujours d’assez loin, le jardinier choisissait la fille de chambre, le bouvier la servante, l’approvisionneur la lingère, et la sainte maison réunissait des jeunes gens dont les familles étaient parfois éloignées l’une de l’autre de près de 50 kilomètres.

4Pour ceux auxquels le travail n’avait pas offert d’occasion, il restait les assemblées, les foires et les pèlerinages. À Cérans où l’étude a été effectuée pour l’ensemble du siècle, le pourcentage des mariés habitant la même paroisse décroît fermement de 70 % avant 1725 à 42 % après 1775, tandis que s’élève doucement jusqu’à le rattraper dans le dernier quart du siècle (de 22 % il atteint 42 %) le pourcentage des mariés qui vivent dans un rayon de 10 kilomètres. Hors du village, l’aire la plus féconde correspond aux vingt paroisses où l’on peut aller et d’où l’on peut revenir dans la journée : l’aire des déplacements professionnels et des réunions de jeunesse. Au-delà, les chiffres sont négligeables jusqu’au milieu du siècle (6 %). Ils atteindront 9 % après 1775.

  • 334 Ces deux provinces appartiennent, comme le Maine, au groupe des coutumes de l’Ouest, coutumes dite (...)
  • 335 En Normandie, l’égalité parfaite entre les fils s’accompagnait d’une exclusion totale des filles, (...)

5On le voit, le décloisonnement, favorisé par les premiers travaux de la nouvelle route, a lieu à la mi-siècle. Mais la famille est toujours très présente dans les mécanismes qui aboutissent finalement au mariage. Elle recommande et cautionne les jeunes gens pour qu’ils trouvent un bon maître d’apprentissage, une bonne place, une exploitation ou une boutique avantageuses. Car « bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée », et les déplacements professionnels générateurs de rencontres sont pour la plupart facilités par la présence d’un parent. En somme, on est passé de cousin-cousine à voisin-voisine, avant d’affronter ces demi-étrangers, choisis toutefois dans la zone où on parle avec les mêmes mots et le même accent. Les garçons de la ville, Le Mans ou La Flèche, s’obstineront à ne pas épouser les jeunes filles de la campagne. Quant aux rares garçons vraiment aventureux qui sortent de leur province, on remarque qu’ils viennent de l’Anjou ou de la Touraine, qui sont régies par des coutumes semblables334, mais beaucoup plus rarement de la Normandie ou du Perche dont les coutumes diffèrent plus largement335.

« Je me suis marié sans aucun intérêt » : La raison et l’argent

6À l’époque où se noue l’idylle contée par notre écrivain, trois éléments paraissent être pris en compte par les intéressés eux-mêmes : la raison, l’argent et « l’amitié ».

  • 336 Ms 19-20.
  • 337 Ms 27-28.

7Louis abandonne Catherine Houdayer, qu’il aime encore, parce qu’elle ne « lui convenait pas pour le mariage ». Le temps qu’elle avait passé à « s’amuser avec des garçons » lui avait fait douter de la rigueur de sa vertu336. Plus tard, si son père le charge d’enquêter sur la personne d’Anne Chapeau, c’est qu’il lui fait confiance, sachant qu’il ne voudra pas épouser « une femme de rien ou sans une bonne réputation337 ».

  • 338 « Car, comme il Sétait marié trop jeunne, il fréquantait toujours les jeunes gens… », ms 7.
  • 339 « Il était trop vieil pour elle » : la conformité d’âge (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p (...)
  • 340 « Elle lui dit quelle ne l’aimait plus parce quil Etait trop viel pour elle », ms 27.
  • 341 « … j’aimais un peu cette fille lâ mais mon pere a qui j’en avais parlé une fois en badinant me di (...)

8Le critère de l’âge se fonde parfois sur la raison – Louis estime qu’à 20 ans son père était trop jeune pour se marier338 – mais le refus d’une grande différence est aussi une des revendications nouvelles339. Anne Chapeau trouve tout à coup Patoy, qui a 35 ans, « trop vieil pour elle » qui en a 24340. La santé est aussi un élément déterminant. Bien qu’aimant « un peu » Nannon Micaux, Louis ne la fréquentera pas puisque son père lui a dit qu’elle avait les jambes trop grosses. L’avenir lui donnera raison : la jeune femme mourra d’hydropisie, cinq ans après son mariage341.

  • 342 « C’était une fortune pour moi » : la conformité de moyens (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit. (...)
  • 343 Ms 19.
  • 344 Ms 44.
  • 345 Ms 4 et 55.

9Sept fois, l’étaminier associe mariage et argent, en évoquant dot, rentes, héritages, richesse342. Il conte sans ambages que son cousin, François Soyer, a abandonné Catherine Houdayer « ne la trouvant pas riche assez343 ». Nous apprenons aussi que la disproportion a joué en faveur de son père qui n’avait que 20 livres de rente, soit un capital de 400 livres, alors que sa mère disposait de plus de 50 livres, donc plus de 1 000 livres de capital. La situation était inversée chez les parents d’Anne : la mère n’avait en mariage que 400 livres, mais le père Chapeau en apportait 800. Nannon Micaux n’était pas un mauvais parti avec 300 livres en mariage et 200 livres de rente à la mort de sa mère (soit 4 000 livres de biens). Nannon Chapeau ne disposait, quant à elle, que de 24 livres, mais il est vrai qu’elle avait de solides espérances sous la forme de cinq héritages à lui venir. Quant à « Mademoiselle Jamin », le souvenir de ses 500 livres de dot, et surtout de ses 400 livres de rente qui représentaient un capital de 8 000 livres, arrache encore, après plus de quarante ans, quelques soupirs à notre mémorialiste : « C’était une fortune pour moi344 ! » « Fortune » a ici le sens d’aventure marquée par la chance. Louis Simon emploie aussi ce terme pour son père et pour la mère de Nannon345. Une dernière fois, Dame Fortune va faire un signe à notre étaminier. Marie-Anne Duclos, l’ancienne organiste du Couvent était, elle aussi, riche et jolie, et elle aurait aimé convoler. Elle avait hérité d’une belle propriété à La Bourne et, c’est en marge du texte qu’il écrit : « Elle avait aussi 6 000 francs en argent et meubles. » Des actes notariés confirment, tant pour « mademoiselle Jamin » que pour l’organiste, les chiffres avancés par Louis Simon.

  • 346 Ms 62.

10Il déconseille pourtant le mariage d’argent : « Choisissez plutôt une femme qui vous convienne par l’humeur et les bonnes mœurs que par la fortune, car mieux vaut vivre pauvre et content que de vivre riche et dans le mécontentement346. » Le conte de fées que constituait « le riche mariage » n’avait pas tout à fait fini d’émerveiller les villageois, mais déjà, il cédait le pas devant la conformité des caractères, lesquels devaient absolument « simpatizer », comme on commençait à dire jusque dans les villages.

« Je ne voulais pas me marier sans amitié » : L’amour

  • 347 Ms 4.
  • 348 « Il me Reçu bien a cause de ma mère quil avait aimée pour le mariage », ms 11. Le départ puis l’i (...)
  • 349 Ms 28.
  • 350 Anne Fillon, « Amour », Dictionnaire de l’Ancien Régime, L. Bély (dir.), Paris, PUF, 1996, réédité (...)
  • 351 « Avant son mariage elle vint me voir pour connaitre ma femme elle me pria bien d’aller la voir a (...)
  • 352 Ms 60.
  • 353 Ms 21 et 53. Quant à la Saint-Louis, rapportant à Louisot les propos de Nannon, elle déclare : « v (...)

11On ne peut pas savoir à quel moment « l’amitié » devient un ingrédient sinon nécessaire du moins apprécié dans la recette du bon mariage. Il est probable que c’est déjà le cas dans les années 1740, puisque Louis Simon écrit que sa mère « aimait passionnément son père » et qu’elle fit « ce qu’elle put pour l’arrêter » dans ses projets de voyage347. Il rappelle qu’au même moment, Charles Soyer, qu’il ira voir à Paris, avait aimé sa mère « pour le mariage348 ». Il est possible que l’évolution date même de plus tôt. On remarque en effet que le grand-oncle d’Anne Chapeau, dont la jeunesse se situait à l’aube de XVIIIe siècle, demandait à Louis Simon : « N’aimeriez vous point cette fille », et déclarait par ailleurs, à propos du rival Patoy, « Je crois qu’elle ne l’aime pas tant comme elle l’a fait349. » Comme si pour ce vieil homme de 83 ans, il était déjà naturel d’aimer pour se marier. Quoi qu’il en soit, le verbe aimer est omniprésent dans le manuscrit de Louis Simon350. À 24 ans, il avait eu du mal à oublier Catherine, qui de son côté lui avouait, bien des mois plus tard, qu’elle l’aimait toujours351. Il aimait « un peu » Nannon Micaux et pourtant il ne voulait plus aimer. Il ne résiste pas cependant à la beauté, au charme et aux caresses de Nannon Chapeau qu’il aimera uniquement, au point d’être incapable de se remarier parce que, écrit-il, « je n’avais qu’un cœur et je l’avais donné à ma pauvre défunte352 ». Quant à Nannon, après quatre mois de silence, elle s’écrie : « Je l’aime tant que je ne saurais plus m’en cacher », et l’étaminier la désignera comme « celle qui m’a tant marqué d’amitié et de tendresses353 ».

  • 354 Ms 20. Par son double rôle de sacriste et de chantre Louis Simon se distingue immédiatement des au (...)

12Il distingue entre le coup de foudre dont Nannon a été frappée – « sitôt qu’elle me vit dans l’église je lui plus354 » – et la lente invasion de son propre cœur dont il analyse avec une étonnante précision les émois et les résistances :

  • 355 Ms 24.

« Mon cœur commençait à s’attendrir, je me disais en moi même “je vais t-il encore aimer pour avoir du chagrin” mais cela ne servait de rien. Elle me donnait des rendez-vous chez la St-Louis et je ne pouvais m’empêcher d’y aller355 »

13Il avoue qu’« il commençait à l’aimer », puis qu’il l’aimait « trop pour être privé de sa compagnie ». Par deux fois il laisse échapper des mots qui trahissent la tendresse et qu’on trouve rarement dans des mémoires, quel qu’en soit l’auteur. « J’avais trop aimé ma petite Catherine » soupire-t-il. Puis, surtout, s’adressant en pensée à son épouse décédée en la vouvoyant comme au temps des fiançailles, il écrit :

  • 356 Ms 46.

« Et vous Nannon […] vous étiez languissante sans oser vous plaindre, votre mal était extrême et rien ne pouvait le guérir que Louisot356. »

  • 357 « Je me suis donc marié purement par amitié » : la place de l’amour (A. Fillon, Les Trois Bagues…, (...)
  • 358 « … il lui sembla être dechargée d’un pesant fardeau », ms 39.
  • 359 Ms 52-53. Et aussi : « je n’ai point cessé de vous aimer et vous aimerai jusqu’a la mort et si Ell (...)
  • 360 « C’est le moyen de trouver loccasion de lui faire un affront comme elle m’en a fait un » (ms 39)  (...)
  • 361 Ms 39.

14Au-delà de la tendresse, les sentiments des deux jeunes gens révèlent une véritable passion357. Nannon a tant de chagrin de la rupture qu’elle en perd le goût de la toilette, et qu’elle tombe malade. Seule l’annonce d’un rendez-vous avec Louis amorce sa guérison358. Elle avoue que, s’ils ne s’étaient pas réconciliés, elle s’en serait allée « à 20 lieues » – à 80 kilomètres – c’est-à-dire au bout du monde. Elle répète bien des fois à Louisot que, si l’un des deux devait mourir, « elle se sacrifierait volontiers pour [lui] sauver la vie », et, le soir des noces, prie le bon Dieu de lui faire la grâce de mourir la première359. Chez Louisot la passion montante est combattue par l’orgueil. Il ne pense qu’à la vengeance, évoquée 11 fois, qu’il concocte selon la loi du talion : il veut « l’affronter » comme elle l’a « affronté360 ». Malgré son naturel pacifique, il confesse qu’il aurait pu lui jeter le corbillon de pain bénit à la figure361.

  • 362 Ms 22.

15Pour exprimer un sentiment aussi puissant, Louis Simon abandonne parfois le mot d’« amitié » qui désignait dans la langue des notaires et des curés l’attachement des époux l’un pour l’autre. Il se hasarde à parler d’« amour » et même d’« Amour », comme on le fait dans les romans, les opéras et les chansons : « L’Amour qui a toutes les ruses possibles et enhardit les plus timides amoureux et amoureuses362. » Dans quelques actes notariés et dans beaucoup de documents judiciaires, des jeunes gens confessent de même la « passion » qui les porte l’un vers l’autre et qui n’a rien de platonique.

« Après les embrassements les plus tendres… » : Ils seront deux en une seule chair

  • 363 Ms 23, 30, 40, 51.

16Au retour de la première promenade, sous prétexte de lui parler de ses bagues, Louisot prend la main de Nannon et lui « baise les joues pour la première fois ». Au cimetière, la bague est offerte au milieu des « embrassements les plus tendres ». Lors du rendez-vous dans sa chambre, la jeune fille, qui s’est couchée tout habillée « pour la décence », le serre entre ses bras. Après le drame du 22 juin, il reconnaît qu’il n’était plus si « gai et caressant ». Et il avoue enfin que Nannon lui fait « toutes les caresses et complaisances possibles et convenables à une fille honnête363 ».

  • 364 Sur ce sujet : « Toutes les caresses et complaisances possibles et convenables […] à une fille hon (...)
  • 365 Ms 61.

17La dimension charnelle de l’amour est bien présente dans le récit de l’étaminier, et le lecteur d’aujourd’hui se demande jusqu’où allaient les marques de tendresse que se prodiguaient les jeunes gens364. Rappelons d’abord la réserve de l’auteur lorsqu’il lui faut aborder, dans ses conseils, les relations sexuelles. Il évoque pudiquement « les choses permises que je ne nomme pas365 ». Quant au mariage de ses parents, pour lequel il avait d’abord indiqué la date réelle de janvier 1741, sa naissance étant intervenue en mars de la même année, il avait ensuite éprouvé le besoin de l’avancer d’un an, ainsi qu’en témoignent la rature et la tache présentes sur le manuscrit. Comme l’honneur de sa femme ne lui était certainement pas moins cher que l’honneur de sa mère, il est permis de penser qu’un document destiné à ses enfants et petits-enfants ne pouvait pas contenir un tel aveu.

18Les sceptiques peuvent consulter, pour dissiper leurs doutes, le Dictionnaire des cas de conscience de Pontas, utilisé par le curé Semelle comme par certains de ses confrères « libéraux » dans leur rôle de confesseur. À l’article « Attouchements », on lit que Firmin, fiancé à Marie, « la caresse souvent en lui touchant le visage, les mains et les bras, et en lui donnant même des baisers avec quelque délectation de peu de durée […]. Peut-on dire qu’il pèche mortellement en cela ? » Pour certains auteurs, la réponse est oui, à cause de la délectation. Pour d’autres, non, parce que ces gestes sont accomplis entre fiancés. Quant à l’auteur lui-même, il s’autorise de ses cinquante-cinq années de pratique du confessionnal pour mettre en garde les confesseurs contre des libertés dont on peut déplorer « les mauvaises suites qu’on a vu arriver de ces caresses prématurées ». Pour évaluer la portée de ces gestes, il faut évidemment les replacer dans le contexte de l’époque. Les attitudes mentales sont un tout, et ce qu’il n’est pas aisé d’avouer en confession ne peut s’étaler au grand jour dans un récit dont l’ambition est, selon les propres mots de l’auteur, d’enseigner « à bien vivre ».

  • 366 « Ma mere qui aimait passionnément mon père fit ce quelle put pour l’arrêter », ms 4.
  • 367 « La sainte maison favorise-t-elle donc des relations illicites ? […] Les jeunes domestiques habit (...)

19Bien sûr il y avait des fiancés qui « mettaient Pâques avant les Rameaux » comme on disait encore naguère dans ces régions. Le cas des parents de Louis avait été assez spectaculaire puisque leur mariage n’eut lieu que deux mois avant sa naissance. Plutôt que de laisser partir le jeune Louis-François pour les îles, Anne Cureau, qui vivait seule après la mort de ses parents, avait fait tout ce qu’elle avait pu pour le retenir au village366, au-delà même des limites permises. À La Fontaine Saint-Martin, quelques jeunes mères mettent au monde un poupon, un mois ou même dix-huit jours après les noces. Elles sont souvent domestiques au Couvent, dans un espace de vie qui n’est surveillé ni par les parents ni par les religieuses, retirées dans leur clôture367. L’une d’elles, la Saint-Louis, nous est apparue comme la confidente de Nannon. La fille de Marie-Perrine Le Boul, la belle veuve du Plat d’Étain, et du chirurgien Lagarde Dumond, née, elle aussi, « prématurément », avait emporté le consentement de ses parents pour épouser le garçon de son choix, en leur faisant annoncer une naissance prochaine.

  • 368 Ms 53.

20À Cérans, où l’étude des conceptions prénuptiales a pu être réalisée sur l’ensemble du siècle, celles-ci représentent moins de 4 % pendant le premier quart, moins de 5 % pendant le deuxième, 8 % pendant le troisième et plus de 10 % pendant le dernier. Avant 1775 il s’agit, pour une très large majorité, de fiancés, retardés par les lenteurs de l’administration ecclésiastique à accorder les dispenses de parenté, par les interdits du temps liturgique, ou par les grands travaux de l’été. Ce n’est que dans les vingt-cinq dernières années du siècle qu’on rencontrera un nombre important de cas qui ne s’expliquent pas de cette façon, et en particulier de partenaires qui n’étaient nullement fiancés. C’est à ce moment aussi qu’on pourra constater sept fois plus de naissances illégitimes qu’on n’en observait avant la mi-siècle. Le « roman d’amoureux » de l’étaminier et de la tourière paraît bien caractéristique du temps où il se situe, lorsque triomphe le mariage d’amour sur le mariage de raison ou d’intérêt, mais que les jeunes gens choisissent « l’honnête amour », qui n’est ni ascétique, ni débridé. D’ailleurs l’écrivain de village tresse une couronne à la femme de sa vie sans omettre d’indiquer que « jamais elle ne disait de discours indécents ni ne voulait pas en entendre dire, elle était si scrupuleuse pour la chasteté que si elle avait entendu chanter une chanson déshonnête elle aurait quitté la compagnie368 ». Femme idéale aux yeux de son époux, Anne Chapeau ne s’était toutefois pas privée, au temps des amours, de prendre des initiatives.

« Elle me donnait des rendez-vous… » : Les filles d’Ève

  • 369 Ms 18.
  • 370 « Je l’ai donc aimée pendant trois mois, jusqu’à un dimanche quelle mavait donné un rendevous (set (...)
  • 371 Ms 23-24. Les avances de la demoiselle sont explicites : « venez donc aupres de moi voir si je fil (...)

21C’est encore un des mérites du manuscrit de Louis Simon d’avoir montré, à travers une brochette de filles décidées, le rôle des femmes dans la formation du couple. Anne Cureau, la mère, 24 ans, avait jeté son dévolu sur un garçon de 20 ans, anéantissant par amour ses projets de voyage et de promotion, l’enfermant à vie dans le destin étroit d’un étaminier de village. Une histoire comme celle de Marius et de Fanny qui aurait tourné autrement… Catherine Houdayer, qui avait « de l’esprit », c’est-à-dire de l’intelligence, et « de l’éducation », avait su gagner le cœur de Louis par « ses paroles tendres, par ses caresses et ses yeux doux369 ». Le jour de l’Épiphanie [1765], elle s’était arrangée pour le faire roi, situation qui amenait nécessairement le garçon à lui donner un baiser ; et le dernier dimanche c’est elle qui lui avait fixé rendez-vous dans le parc du château370. Nannon Micaux, qui n’avait que 17 ans, était allée encore plus loin dans les avances. Après s’être introduite dans la maison de la Saint-Louis, ce qui avait valu à notre auteur de se cacher dans la ruelle, elle s’était postée sur son chemin, filant sa quenouille dans l’épaisse obscurité d’un soir d’hiver et avait annoncé tout de go qu’elle se marierait quand elle voudrait, donnant même le chiffre de sa dot371. Pourvue de deux galants, dont un qu’elle n’aimait « guère et l’autre point du tout », elle en épouse un troisième, le vigneron qui fournissait le vin nouveau à l’auberge, six mois avant le mariage de Louis.

  • 372 Ms 37 et 43.

22« Mademoiselle Jamin », 19 ans, que notre auteur n’appelle jamais par son prénom, traverse le récit aux heures sombres de la rupture, flanquée de sa mère, auréolée du montant de sa dot et de ses « espérances372 ». Fille d’un charpentier de Cérans décédé et d’une femme d’affaires redoutable, elle se prénommait Ambroise, comme un garçon. Elle était, par son père, cousine issue de germains de Louis dont la grand-mère maternelle s’appelait Urbaine Jamin, et, par sa mère, cousine de Félix Turpin, bordager comptant parmi les notables de La Fontaine Saint-Martin. Riche, elle l’était à coup sûr, beaucoup plus que toutes les filles rencontrées auprès de l’étaminier. Elle épousera le sieur Guérin, serrurier à Cérans, mais seulement dix-neuf ans plus tard, ce qui laisse à penser qu’elle n’était peut-être pas le parti idéal dont parle notre auteur. Sans jouer un rôle très actif, elle invite toutefois (ou laisse inviter) le jeune homme à une belle collation le jour de l’assemblée. Il dit à sa mère que, d’après le cousin Turpin, elle aurait été d’accord pour le fréquenter, ce qui aurait constitué un projet de mariage totalement arrangé puisqu’elle ne l’avait jamais vu. Mais Louis refuse l’aubaine.

  • 373 « […] cette demoiselle qui Etait un peu dificile a contenter… », ms 58.
  • 374 Ms 50.
  • 375 A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 185, à partir des minutiers de Cérans et d’Oizé.
  • 376 Cette rivale anonyme est d’après le mémorialiste « une autre fille qui s’attendait aussi en moi » (...)

23On croit voir la fin des soucis de Nannon, lorsque soudain Madeleine Lejeune, 30 ans, couturière, de famille très aisée, se met à jouer l’air de la médisance et celui de la calomnie. Elle utilise le truchement de la cousine Bellanger, demoiselle un peu encombrante, semble-t-il373, pour faire dire aux parents Simon du mal de leur future bru, puis d’un ami de Louis-François pour colporter de fausses menaces qu’aurait proférées Nannon contre « le bonhomme et la bonne femme374 ». Louis dit que Madeleine Lejeune « s’attendait en [lui] ». De dépit peut-être, elle se fiance en juillet 1767 avec Pierre Housseau, compagnon couvreur en ardoises chez Michel Pageot (l’un des hommes qui apprenait le plain-chant avec Louis Simon), mais elle lui rend sa liberté six semaines après, et le dédommage de ses « mises et dépenses », avec trois écus de 6 livres. C’est qu’elle vient de rencontrer un postillon du nom de Maurice Brier, venu de Savigné-l’Évêque à 40 kilomètres de La Fontaine. Elle l’épouse un mois plus tard, lui donne par testament tous ses biens alors qu’il ne possède rien, et meurt l’année suivante375. Une autre rivale, anonyme cette fois, prévient charitablement Nannon qu’elle « se mettait un fagot au cou » à cause des beaux-parents376.

  • 377 Ms 60.

24Une dernière femme souhaite partager la vie de Louis après son veuvage, l’ancienne organiste Marie-Anne Duclos. S’il se rend compte qu’elle est « amoureuse » de lui, c’est qu’elle l’a laissé voir. Elle lui a confié ses intérêts dans un procès, ce qui entraîne de nombreuses rencontres. Elle attend son heure, mais c’est un autre prétendant que Louis vient lui-même proposer. « Le grand soupir » qui lui échappe et la franchise de sa réaction en disent long sur son dépit : « Je croyais que vous me demanderiez en mariage et rien, faudrait que je me serais offerte et vous savez que ce n’est pas aux filles à s’offrir377. » Nous tenons là une information précieuse sur le comportement permis aux femmes « comme il faut » : elles peuvent se démener pour orienter le choix, mais ne pas le proposer. Elles peuvent en somme choisir celui qui les choisira.

  • 378 Jusqu’ici toujours en retrait de son époux dans l’historiographie, Nannon Chapeau est désormais ho (...)
  • 379 Ms 27, 42, 47. À toutes ces injonctions, Louisot a tendance à répondre « quil était toujours tems  (...)
  • 380 Ms 25.
  • 381 Il peut aussi s’agir d’un rire de soulagement : « je fit Reflection que si j’y alais, les autres s (...)
  • 382 Ms 53.

25Observons enfin Nannon Chapeau378. Elle décide, après quatre mois de silence, de parler la première, ou plutôt de faire parler par une tierce personne. Elle joue la même scène que Catherine Houdayer le jour des Rois, et fixe ensuite tous les rendez-vous, choisissant le lieu en fonction de l’heure, et le moment lorsqu’elle l’estime nécessaire. C’est elle qui dira qu’il est temps pour le père de Louis de parler à son propre père, puis qu’il est temps de faire la demande en mariage, enfin qu’il est temps d’aller rendre visite aux oncles prêtres379. Au début de l’idylle, elle brave les interdits pour rejoindre Louis au « grand dîner en morue » réservé aux jeunes mâles du village380. Lors de la « batterie » du 22 juin, son attitude peut s’expliquer par la crainte des violences : puisqu’elle a dit qu’elle resterait au Couvent toute sa vie, elle ne peut pas reconnaître Louisot comme son amant. Mais elle avoue aussi qu’elle se mit à rire lorsqu’elle le vit s’enfuir, ce qui peut-être signifie qu’elle l’aurait aimé un peu plus brave381. Fille de caractère, elle avait résisté à « plus de dix [hommes] qui avaient tenté de lui ravir son honneur382 ».

  • 383 Ms 23 et 31.
  • 384 Des exemples concrets dans A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 183-185.

26Les filles évoquées dans le manuscrit ressemblent comme des sœurs à celles que nous retrouvons dans les archives notariales et judiciaires. Les actes consacrant les ruptures de promesse de mariage sont, pour une écrasante majorité, à l’initiative des filles. Elles rendent alors « en argent », comme Anne Chapeau veut le faire, les vêtements reçus en cadeau, car l’honneur interdit qu’ils soient ensuite offerts à une autre. Elles affirment s’être engagées trop vite, s’être laissé influencer par des conseils, avoir entendu de « mauvais discours » ; ou elles évoquent de mystérieuses raisons « à elles connues », à moins qu’elles ne déclarent tout bonnement qu’elles ont « changé de dessein ». L’Église avait pourtant dressé la liste des raisons graves qui permettaient de rompre l’engagement, mais, vers les années 1750, les jeunes gens lui en ajoutèrent d’autres, qu’ils n’estimaient pas moins sérieuses : « Prévoir ne pas pouvoir passer des jours heureux » avec 1’autre par exemple. Certes « il vaut mieux se dédire que de se détruire » comme le déclarait Anne Chapeau383, mais la prudence tardive des filles était fréquemment dictée par l’arrivée d’un nouveau galant dont les qualités faisaient pâlir celles du précédent, et qu’elles épousaient parfois, tambour battant, trois semaines après la rupture, juste le temps de publier les bans384.

27Que pensaient les parents de ces retournements subits, et prenaient-ils en compte les sentiments de leurs enfants ? Le manuscrit nous permet d’observer l’attitude d’un couple de parents et d’un père veuf devant des projets de mariage.

« Je sais que ma fille vous aime » : Les parents à l’heure du choix

  • 385 Ms 54.
  • 386 Ms 45.

28Louis-François Simon apparaît comme un père libéral. Il « badine » avec son fils au sujet de Nannon Micaux, non sans le mettre en garde contre une possible maladie de la jeune fille. On a vu qu’il confiait à l’intéressé lui-même le soin d’enquêter sur Anne Chapeau, qui d’ailleurs lui plaît bien. Il ne se fait pas prier pour parler au père de la jeune fille, affirme certes que le mariage ne se fera pas lorsqu’i1 croit les calomnies inventées contre Nannon, mais il paie finalement toute la noce parce qu’il a « ce mariage bien à cœur385 ». Le trait le plus significatif de son attitude face au mariage de son fils, paraît être le dialogue qu’il engage avec lui, dans la complicité du travail, alors que le jeune homme donne un coup de poing sur le métier : « N’es-tu pas bien heureux que ta maîtresse en quitte un autre pour te prendre386 ? »

  • 387 Ms 29, 36-37, 45.

29Anne Cureau, la mère, entretient avec Louisot un tout autre type de relations. C’est à elle qu’il demande conseil, pour acheter des cadeaux, puis pour les donner l’un après l’autre. S’il parle d’obéissance envers elle, c’est avec des mots d’enfant boudeur : il épousera Nannon mais il espère mourir bientôt après. Sa mère use du même ton : « Si tu en épouses une autre jamais je ne la regarderai. » Elle lui conseille sagement de ne pas se jeter par dépit au cou de « Mademoiselle Jamin ». Si elle relativise le chagrin d’amour par rapport à la perte de ses cinq enfants, elle estime toutefois qu’il s’agit d’« une croix » envoyée par le ciel387.

  • 388 Ms 30-31-32, 37, 41, 43-44, 49.

30Auprès de ces parents complices et ouverts, Jacques Chapeau fait figure de père abusif. Il fait pleurer sa fille, cache à peine qu’i1 a un intérêt à son mariage avec Patoy, multiplie les rodomontades. Mais, devant l’obstination de Nannon qui lui dit vertement : « Vous n’y serez pas pour moi », il avoue deux fois qu’il n’est plus le maître de sa fille, puis lui dit gentiment : « Ne te fâche pas », et il devance la demande de Louisot, s’inclinant devant les raisons du cœur : « Je sais que ma fille vous aime388. » On voit que les attitudes différentes de ces trois parents convergent finalement vers un même résultat, la formation d’un couple qui s’est choisi.

  • 389 Sommations respectueuses : acte extrajudiciaire qu’un fils de plus de 30 ans ou une fille de plus (...)
  • 390 « Sommations respectueuses : des heures chaudes pour sept filles décidées » : sept études de cas p (...)

31Le message est d’autant plus précieux que les archives ne consignent guère les états d’âme des parents, sauf si justement ils sont en conflit avec leurs enfants à propos d’un projet de mariage. Ces derniers vont parfois jusqu’à leur faire, par notaire interposé, les trois sommations respectueuses prévues par la loi, à 25 ans pour les filles, à 30 pour les garçons, afin de « passer outre les volontés » paternelle et maternelle389. Dans la petite région où vivaient nos personnages, nous trouvons treize exemples de cette procédure : trois avant la mi-siècle, dix après, lorsque cette opportunité est mieux connue et que les jeunes gens entendent se marier à leur guise390.

  • 391 Sur l’auberge de La Tête noire : Stéphanie Cacheu, Les marchands hôtes de Malicorne de 1750 à 1780(...)

321749 : À l’auberge de La Tête noire, à Malicorne, Anthoine Baudry, père d’Élisabel, affirme qu’il ne consentira pas au mariage de sa fille avec un serger manceau veuf, « même si on lui fait trente sommations391 ». Il est absent le troisième jour, pour cause de marché, mais se rend finalement aux raisons du curé Ory.

331762 : À la métairie des Vieilles Courcelles, Gervais Le Febure, laboureur du château, refuse le mariage de Françoise avec un jeune notaire, peu fortuné il est vrai, mais il demande « qu’on fasse comme s’il était mort ».

  • 392 Annick LeGoff-Guilleux, Cent ans de relais de poste de Foulletourte : la famille Froger (1759-1859 (...)

341774 : À La Croix verte, à Foulletourte, Catherine Froger, qui a accompagné elle-même le notaire, ce qui est rare, tente d’embrasser sa mère, qui la repousse et qui clame que maintenant « les curés sont les maîtres » : le curé du pays a en effet tenté la veille une dernière démarche. Le père, maître de poste irascible, s’est arrangé, dès le deuxième jour, pour partir à l’aube au marché du Mans392. Elle épousera toutefois son compagnon maréchal sans le sou. 1786 : Le père d’Anne Delaroche, au bordage de La Paumerie à Oizé, fait semblant de dormir. Écartant les rideaux du lit, le notaire lui prend la main « pour le réveiller du sommeil dont il n’était point enseveli ». Le lendemain, il a fermé sa porte à clef, et on le trouve dans une pâture voisine. Mais le troisième jour, notaire et témoins tardent un peu pour attendre l’arrivée annoncée du frère de la jeune fille, meunier, qui va s’interposer.

35Chaque fois que nous avons le loisir de lire ces scènes, dont le notaire était tenu de rapporter tous les détails, nous constatons que les parents sont butés, offensés, mais penauds, car ils affrontent une coalition. Le notaire et les témoins, parfois des membres de la famille, souvent le curé – à La Fontaine Saint-Martin, c’est l’abbesse du Couvent ! – se sont ligués pour dénier aux parents le droit d’empêcher un mariage, et reconnaître aux jeunes gens la liberté de disposer d’eux-mêmes. Dans les campagnes de l’Ouest, à partir de la mi-siècle, l’heure n’est plus à l’autorité, et les villageois se mobilisent pour apporter leur aide à la conclusion d’une histoire d’amour.

« Pourquoi blâmez-vous Louisot ? » : Solidarités villageoises

  • 393 « Parents, figurants, causeurs, conseillers, acteurs » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. (...)

36Si on devait mettre en scène le « roman d’amoureux » de l’étaminier, il ne faudrait pas engager moins de cinquante acteurs. Certes, quelques-uns ne seraient que des figurants, et il n’y aurait guère de grands rôles, mais on y verrait apparaître, chacun jouant sa partie, des représentants de presque toute la société villageoise393.

  • 394 Marion Trevisi, « Oncles et tantes au XVIIIe siècle : au cœur de la parenté, quelle présence, quel (...)
  • 395 Ms 28.
  • 396 Ms 48.
  • 397 André Burguière, « Le rituel du mariage en France : pratiques ecclésiastiques et pratiques populai (...)
  • 398 L’un des oncles l’exprime crûment au détour d’une plaisanterie : « quils ne s’attande pas dans mon (...)

37Commençons par les plus concernés, ceux que les historiens démographes rangent dans la « parentèle » : oncles, tantes et cousins394. Pour Anne Chapeau, il s’agit du vieux marchand de vin Ory, auquel s’adresse le jeune Louis pour avoir des informations. Il devine promptement les intentions de Louisot – « n’aimeriez-vous point cette fille ? » – et lui donne des espérances, estimant qu’elle n’aime Patoy « pas tant comme elle l’a fait395 ». Lors du déjeuner au presbytère, le petit cercle qui vit à Malicorne (à 3 lieues) ou tout près, n’est pas en reste396. Le vicaire propose qu’on les marie au lendemain des Rois, c’est-à-dire dès que la liturgie le permettra397 ; le curé en appelle à la prudence car « l’amour se passe et la faim vient », mais on note qu’il a employé le mot « amour » ; tandis que la tante use d’un joli verbe disparu : « nous savons que vous vous entr’aimez ». On évoque un peu l’argent, car nos trois personnages sont des parents à héritage398, mais il est clair que la conformité des sentiments est essentielle.

  • 399 « Quand le gas la vit il la serra auprés de lui, il avait ces deux cousins avec lui et le fils du (...)

38Louis Simon ne cousine pas, affirmant, à tort d’ailleurs, qu’il n’a pas de parents proches, sauf mademoiselle Bellanger, petite-fille de Jean Piveron, neveu par alliance de la grand-mère Coutant. Mais cette seule cousine se sert de sa langue pour tenter d’écarter Nannon Chapeau au profit de la couturière Madeleine Lejeune. Quant à Pierre Patoy, il dispose d’une bande de cousins inconditionnels, qui tour à tour le préviennent de son infortune, l’accompagnent dans ses démarches et l’aident à plaider sa cause auprès de la jeune fille, d’une manière musclée si on en juge par les difficultés qu’elle éprouve à leur échapper399.

  • 400 Ms 33.
  • 401 Il lui « marquait bien de l’amitié » pourtant, écrit le mémorialiste (ms 33). Il se souvient certa (...)
  • 402 Ms 36.

39Nos amoureux ont chacun un ami qui leur veut du bien et qui complique la situation. La Salmon, femme d’un marchand colporteur, est appelée à la rescousse pour tenter de ramener Nannon vers Patoy400. Pierre Coubard, le domestique du meunier, pousse le pacifique Louisot à la violence, allant même plus tard jusqu’à le trahir401. Mais non sans avoir proféré un ironique « ne vois-tu pas comme elle t’aime » qui indique bien qu’il est lui aussi acquis au mariage d’inclination402.

  • 403 « Non madame ce jour la mon pere Etait le maître mais il ne le sera pas toujours car je lui ai dit (...)
  • 404 Ms 50.

40C’est aussi le cas, semble-t-il, de quelques étrangers qui, dans l’exercice de leur profession, se mêlent vraiment de ce qui ne les regarde pas : l’hôtesse de Château Sénéchal et les juges de La Flèche. La première ne peut s’empêcher de s’étonner de voir, comme dans les épisodes d’un roman, la victoire changer de camp entre le dimanche 29 juin où Nannon pleure après avoir repris la bague de Patoy sous les gronderies de son père, et le dimanche 13 juillet où Louisot paie la collation à une promise heureuse : « Ce n’est plus comme il y a quinze jours403 ! » Quant aux magistrats entr’aperçus aux marches du Palais alors qu’ils viennent de débouter le rival éconduit de son opposition au mariage de Nannon, ils font bonne mesure en glissant à la jeune fille que « ç’aurait été grand péché qu’un grossier de paysan comme était Patoy aurait épousé une si belle femme404 ».

  • 405 Cette alliance ‘‘ naturelle” entre les travailleurs de la terre les oppose aux artisans du bourg, (...)
  • 406 Il aurait a priori semblé logique que le chapelain d’un petit prieuré rural, s’il parvient à se hi (...)
  • 407 « Une fille ancienne du couvent dit : pourquoi blamés vous Louisot n’avait il pas Raison de courir (...)
  • 408 Ou bien Nannon n’ayant pas la force de sortir de l’enceinte du prieuré et de marcher jusque chez l (...)
  • 409 Ms 39.

41Chez les autres acteurs, on peut observer une solidarité de la profession ou de l’entreprise. Si toute la famille Beunardeau, père, mère, fils, soutient Patoy, c’est qu’ils sont paysans comme lui405. Mais la tourière dispose d’un bataillon d’alliés où sont représentées presque toutes les catégories sociales qui composent le Couvent. L’encadrement est présent. L’abbesse, pourtant cloîtrée, s’est tenue au courant des péripéties, et elle approuve a posteriori. L’aumônier, en passe d’être nommé chanoine au Mans406, propose que la jeune fille écrive qu’elle veut rester au Couvent toute sa vie ; et le procureur, c’est-à-dire l’homme d’affaires, écrira la lettre mensongère. Une religieuse tente une ultime manœuvre, avant que la future mariée ne renonce à jamais à la vie monastique, en jouant les diseuses de bonne aventure, lui prédisant qu’elle serait bientôt veuve. L’une des vieilles dames nobles qui finissaient douillettement leur vie au prieuré, déclenche le drame du 22 juin en conseillant de dire la vérité à Patoy. Le petit monde des domestiques n’est pas moins affairé. À part Bouruet, le second bouvier, qui se range par esprit de famille du côté du rival, chacun s’efforce de réunir les amoureux. Fleur, l’approvisionneur, porte la lettre ; une vieille servante au caquet bien affilé donne raison à Louisot, comme au chasseur qui veut rattraper « son gibier407 ». Le pouvoir de la Saint-Louis, confidente et entremetteuse depuis le début de l’idylle, a dû s’user, car c’est le jardinier qui se charge de la mission de la dernière chance408. Tout illettré qu’il soit, il énonce les signes cliniques de la maladie d’amour qui a frappé Nannon – « elle est demi-morte, elle va toute courbée, elle ne peut plus se tenir, il y a trois jours qu’elle n’a pas pris de nourriture… elle ne sera plus en vie dimanche » – avant d’implorer Louis de « revenir avec elle409 ».

  • 410 « Monsieur le curé et les autres » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 155-156).
  • 411 « Le couvent en émoi » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 154-155).
  • 412 Grâce à sa correspondance, on peut la suivre au couvent de La Fontaine jusqu’en 1776, année où ell (...)
  • 413 Très à l’aise dans cet élément, Mlle de La Gallissonnière va jusqu’à s’interposer entre M. de La B (...)
  • 414 B. Hubert, Correspondance de M. Barrin de La Gallissonière…, op. cit., p. 64-68.

42Aucune pièce d’archives notariale ou judiciaire ne nous offre un spectacle aussi achevé, mais elles contiennent cent preuves de l’intérêt que portent les villageois à la conclusion des mariages, même si le passage chez le notaire ou devant les juges implique nécessairement que l’affaire soit difficile ou même tragique. Les curés jouent fréquemment le rôle du médiateur lorsque les familles sont divisées, prenant toujours le parti des jeunes gens410. À La Fontaine Saint-Martin, l’abbesse du Couvent convoque le notaire au parloir pour qu’il entame le processus des sommations respectueuses, aussi bien pour la jeune pensionnaire de bonne noblesse que pour la servante411. Mademoiselle de La Galissonière, future épouse de monsieur de Bastard au château de Dobert, qui avait été elle-même pensionnaire412, écrit qu’elle doit aller trouver l’abbesse pour démonter les mauvais arguments que ne manquera pas d’invoquer le père d’une jeune amoureuse contrariée413. Son propre père, Charles-Vincent Barrin de La Galissonière, châtelain de Pescheseul, écrit une vingtaine de lettres en trois semaines pour tenter de sauver l’honneur de Nannon Connard, servante à sa basse-cour et filleule d’un de ses fils décédés, qui s’est laissée séduire, sur promesse de mariage, par un jeune valet angevin, lequel se retranche, pour l’abandonner, derrière le refus opposé par ses parents414. Dans des cas semblables, on retrouve souvent aussi le curé qui se démène pour obtenir réparation. Quant aux fournées de villageois appelées à témoigner pour éclairer la justice, leurs dépositions fourmillent de détails qui montrent l’attention passionnée qu’ils ont portée, parfois depuis des mois, aux faits et gestes des amoureux, évoquant à l’occasion les étapes du rituel de fréquentation.

« Enfin l’heureux jour arriva… » : Le rituel subtil qui mène aux épousailles

  • 415 Ms 21.
  • 416 Ms 60.

43Si elles ne naissent pas d’une communauté de domicile et/ou de travail, les premières rencontres exigent souvent encore l’entremise d’une tierce personne, parente ou amie. Les femmes excellent dans ce rôle, qui constitue un service désintéressé, après avoir été peut-être une activité rémunérée. Élevés dans une séparation stricte des sexes, les jeunes gens respectent cet usage. Nannon Chapeau, qui croise Louisot au Couvent pendant quatre mois, a recours à la Saint-Louis pour l’« y faire parler415 ». Même le capitaine Chédieu, qui n’est plus très jeune, demande à Louis d’effectuer cette démarche auprès de mademoiselle Duclos416.

  • 417 A. Fillon, « Les Fleurs de l’amour », art. cité.
  • 418 « Pendant que les deux pères étoient à boire Bouteille ensemble… », ms 29. On est alors le dimanch (...)

44L’idylle commence par la fleurette417. On dit que le garçon « conte fleurette » et que la fille « s’en laisse conter ». On se promène en badinant, hors du temps de travail. La règle vaut pour toute la période de la fréquentation. Les dimanches et les fêtes rythment les rencontres. En quinze mois, Louisot et Nannon se voient cinq fois – pour raison majeure ! – un jour ouvrable. On s’embrasse sur les joues. Pendant trois, quatre, cinq ou six mois que durent les rencontres, les parents feignent d’ignorer cette phase probatoire qui, si elle tourne court, ne devra pas laisser de traces. Ce délai écoulé, il est temps que le père du garçon, s’il est vivant, parle au père de la fille. Il le fait souvent dans l’espace neutre de l’auberge418, non sans avoir « fait information », notamment auprès du curé, si la jeune fille est d’une autre paroisse. Dans le cas d’Anne Chapeau, une angevine qui, de surcroît, a changé plusieurs fois de domicile, on aura recours au notable qu’est le vieux marchand Ory. De faussement clandestine qu’elle était, la fréquentation doit promptement devenir licite, en recevant l’aval du père. Elle entre dans la phase transitoire où il lui faut encore rester discrète, et elle exclut les déplacements un peu lointains.

  • 419 « Cinq sols en foi de mariage » : de la fréquentation à la publicité (A. Fillon, Les Trois Bagues… (...)
  • 420 « L’offre des cadeaux » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 166-175).
  • 421 Historien et anthropologue anglais, Peter Laslett, de son nom complet Thomas Peter Ruffell Laslett (...)
  • 422 Ethnologue et folkloriste français, Arnold van Gennep (1873-1957) est principalement connu pour so (...)
  • 423 « Je la Rassura en lui disant que sa bague ne signifiet Rien puisque elle l’avait prise Sans son p (...)

45La fleurette conduit à l’offre du gage, qui va faire des jeunes gens des « promis419 » C’est cet élément du rituel qui subit, entre 1720 et 1760, probablement dans les années 1740, la révolution la plus spectaculaire420. Jusqu’en 1720 en tous cas, les actes de rupture font état de plusieurs pièces d’argent, d’une valeur de 5 à 6 livres, offertes en présence du père, avec une formule qui indique sa signification : « en gage », « en nom », « en considération », ou « en foi de mariage ». Peter Laslett signale le rite de la pièce en Angleterre, dans le Yorkshire, en 1640421, et Van Gennep422 le rencontre encore dans plusieurs provinces françaises. Il s’agit de la coutume franque du « sou et denier » remis par le futur au père ou au tuteur de la jeune fille, à laquelle Clovis se soumit pour épouser Clothilde, et qui semble bien représenter une forme symbolique du mariage par achat des anciens Germains. On note que, dans le premier quart du XVIIIe siècle encore, c’est ce temps fort de la fréquentation qui constitue véritablement l’engagement, plus difficile à rompre que le contrat de mariage et même que les fiançailles religieuses. Même si les jeunes gens des années 1760 ont adopté d’autres modes, Louis Simon, qui connaît « un peu les affaires », fait allusion à la force du vieux rite : il affirme qu’un don de 5 sols peut engager un garçon, mais qu’un présent reçu sans son père, alors qu’elle était mineure, n’engage pas Nannon Chapeau423.

46Dans les campagnes plus romanisées, et chez les élites, on pratiquait un autre rite, l’offre de la bague. Ce rite va être adopté dans nos régions par tous les villageois. Non seulement il se substitue de manière irréversible au rite de la pièce, mais il néglige la condition jusque là essentielle de la présence du père. C’est dans l’intimité du couple que la bague sera offerte et reçue, en 1760 entre Pierre Patoy et Anne Chapeau, comme aussi en 1766 entre Louis Simon et Anne Chapeau. Dans le premier quart du siècle, on voyait au contraire Michelle Jusseaulme, fille de « marchand-tixier », se démener pour tenter de faire croire que Joseph Tiercelin, le domestique du curé dont elle ne voulait plus, n’avait pas remis de pièce en gage. Le père de Marguerite Touchet, serrurier, refusait de rendre la pièce à Jean Lejeune, bordager, qui ne souhaitait plus épouser sa fille. Dans une double rupture, Suzanne Bouchenoire priait René Boussard, tailleur de pierres, de reprendre les quatre pièces d’écu qu’il avait données, et Marie Boussard, sœur de ce dernier, faisait remettre à Louis Bouchenoire, marchand, les pièces qu’elle avait acceptées. La formule accompagnant le don et la présence du père étaient toujours soigneusement notées.

  • 424 Ms 30.

47À la mi-siècle, la société villageoise a transporté sur un fragile objet de parure qui ne valait qu’une dizaine de sous, la forte charge symbolique dont était porteur l’écu, souvent désigné comme « arrhes de mariage ». Et le signe social qui constituait la première pierre d’une nouvelle cellule familiale a fait place à un geste privé dont personne en dehors des deux jeunes gens n’était témoin, pas même le père de la jeune fille. Il fallait que l’amour fût monté bien haut dans l’échelle des valeurs pour que la jeune génération ait pu imposer aux parents ce bouleversement. L’étaminier nous en donne une preuve supplémentaire en indiquant qu’à la formule rituelle, il a ajouté la dimension du sentiment : « Je lui offris la bague et lui dis que je la lui donnais en foi de mariage et pour lui prouver la sincérité de mon amitié424. » La conclusion d’un marché familial était devenu un temps fort de l’idylle, au milieu des « embrassements les plus tendres ».

  • 425 Ms 29.
  • 426 À compter du milieu du siècle, les présents utiles (chapelets, toile) cèdent la place aux accessoi (...)

48D’autres cadeaux paraissent avoir toujours accompagné cette phase de la fréquentation, mais sans avoir valeur de gage. Ce sont des aunes de toile, des chapelets, des vêtements, des petits bijoux – dont des bagues – plus tard des boucles d’oreilles, des mouchoirs notamment d’indienne et même des manchons. Les cadeaux offerts par Louisot à Nannon sont flatteurs parce qu’ils représentent la dernière mode, et qu’ils ne sont pas à portée de toutes les bourses. La jupe de coton à petites et grandes rayures, le casaquin de picot – c’est à dire de coton piqué – à fleurs, le mouchoir de cou en mousseline de soie, les boucles de soulier en métal argenté avec un morceau de verre incrusté que l’on appelle bravement « diamant cristal », sont « très distingués » et « tout dans le nouveau goût425 ». Peu de filles, surtout domestiques, peuvent se vanter de les porter dans les années 1765-1766, et ils paraissent déjà à des années-lumière de l’austère toile ou des pieux chapelets offerts naguère426.

  • 427 « La demande en mariage et la fréquentation officielle » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., (...)
  • 428 « Le Dimanche suivant j’invitai le Bonhomme d’une bouteille de vin nous fûmes au plat d’Eteim », m (...)
  • 429 « Le temps des formalités » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 176-181).
  • 430 C’est le dimanche 14 décembre 1766 qu’ont lieu les fiançailles de Louis et Anne, et les premiers b (...)

49L’offre des cadeaux précède de quelques semaines seulement la demande en mariage, faite cette fois par le garçon lui-même427. Elle a probablement lieu, dans la plupart des cas, chez le père de la jeune fille, et si Louis Simon remplit cette formalité à l’auberge, c’est que le père Chapeau, devenu domestique, n’a pas de maison428. On peut penser que les choses se déroulent à la manière qu’ont représentée Jean-Baptiste Greuze, dans L’Accordée de village ou Nicolas Lépicié, dans La Demande acceptée. La mère y participe comme le père, ainsi que les frères et sœurs. Cet autre temps fort de la formation du couple a, cette fois, une dimension familiale. Ensuite la fréquentation entre dans une phase officielle429, avec d’ostensibles promenades après vêpres le dimanche, et des déplacements chaperonnés hors de la paroisse. Pour le couple Louisot-Nannon, c’est Jean Chapeau, le jeune frère récemment arrivé au village, qu’on a commis pour cette aimable besogne, mais Louis Simon se souvient que, sur la route entre Malicorne et La Fontaine, il marchait loin devant ! Cette dernière phase est aussi le temps des formalités. On fera publier les bans, trois dimanches avant les noces, et on se fiancera la dernière semaine ou même les derniers jours430. L’Église a en effet remarqué que, dans certaines régions, les jeunes gens avaient tendance à confondre les promesses et l’engagement, qui s’effectuaient avec presque les mêmes mots. Dans une province comme le Maine, où les fiançailles étaient depuis toujours obligatoires, elles furent retardées le plus possible afin que les fiancés ne se croient pas autorisés à prendre quelque avance sur les droits des époux.

  • 431 « Faut donc nous marier aujourd’hui » : l’union des biens et des personnes. Le contrat notarié (A. (...)

50Quant au contrat de mariage, il faut d’abord signaler qu’il était très fréquent. Entre 1750 et 1760, lorsqu’on a pu rechercher les contrats dans toutes les études environnantes, il est arrivé qu’on trouve certaines années 100 % de couples ayant sacrifié à cette formalité. Les provinces du Maine et de l’Anjou n’ayant pas révisé leur coutume et continuant à considérer que la communauté ne commençait qu’un an et un jour après le mariage, le contrat permettait d’éviter qu’en cas de décès avant un an, les maigres meubles du ménage ne fussent partagés avec les parents du défunt. Au début du siècle, le contrat était souvent signé au moins six semaines avant le mariage, et donnait lieu à une grande fête de promesse avec un banquet que parfois on appelait « banquet de noces ». Puis le délai entre contrat et cérémonie religieuse s’était raccourci à trois semaines, prenant place juste avant la publication du premier ban, quand brusquement, entre les années 1760 et 1775, une mode irrésistible avait regroupé le même jour le contrat et la bénédiction nuptiale, à l’imitation des élites bourgeoises qui pratiquaient depuis quelque temps ce doublé431. Il semble bien que, pour l’étaminier et sa promise, il n’y ait pas eu de contrat. Nannon, on s’en souvient, n’apportait que 24 livres, ce qui, en 1767, était une très petite somme. La mode étant alors à l’égalité des apports, les parents Simon estimèrent peut-être qu’un contrat eut été humiliant pour Jacques Chapeau et pour sa fille.

  • 432 Ms 48-49. L’affaire est plaidée à La Flèche le 9 janvier 1767.

51Comme dans un roman, deux ultimes péripéties faillirent contrarier les projets des amoureux. Pierre Patoy mit opposition sur les bans, comme la loi l’y autorisait puisque Nannon avait accepté sa bague et que son père la lui avait fait reprendre en appelant Patoy « son gendre ». L’Église de France avait dénoncé cet abus pendant une bonne partie du siècle, mais aucune réforme n’était venue empêcher un procédé qui empoisonnait les semaines précédant les noces. Certes les magistrats déboutaient pratiquement toujours les opposants, mais la procédure était déplaisante et coûteuse. Nannon devra payer 12 livres pour l’avocat et le greffe, et Patoy 24 livres puisqu’il perd le procès432.

  • 433 L’arrivée de la milice dans les villages créait un émoi si grand que les situations pouvaient faci (...)
  • 434 Alain Cabantous, Histoire de la nuit (XVIIe -XVIIIe siècles), Paris, Fayard, 2009, 388 pages.
  • 435 C’est-à-dire le lundi 26 janvier 1767, comme il avait été prévu antérieurement, avant l’annonce de (...)

52Puis il y avait eu l’arrivée de la milice. On faisait tirer au sort, dans un chapeau, les célibataires du village afin de désigner un soldat par paroisse. La milice était très impopulaire et le nombre des mariages augmentait furieusement lorsque le tirage était annoncé433. C’est ainsi que Louis et Anne furent mariés dès le samedi, le soir, aux flambeaux, par dérogation à une règle qui interdisait les mariages de nuit et dont la noblesse obtenait fréquemment dispense434. La messe de mariage et la fête n’eurent lieu que le lundi435.

  • 436 Ms 52.

53L’épisode imprévu du tirage avait bouleversé le calendrier et ouvert, dès le samedi, la parenthèse du temps des noces, qui se situe en marge de la vie quotidienne et dont toutes les séquences sont symboliques. Louis-François Simon convia le père Chapeau à souper chez lui, après la bénédiction nuptiale, afin que ce jour-là il pût rompre avec ses habitudes de domestique du Couvent. Quant à l’abbesse, elle invita Louisot à partager le dernier repas de Nannon au tour, sans doute en compagnie des jeunes gens employés au Couvent. Nannon y enterre en quelque sorte sa vie de jeune fille domestique. Elle emporte une partie de ses effets et quitte pour toujours le Couvent sur une déclaration aussi joyeuse qu’impertinente : « Je m’appelle qui s’en va de bon cœur436. » Mariée devant Dieu sans l’être encore devant la communauté villageoise, elle dormira chez les parents de son futur mari le samedi et le dimanche, et ce n’est pas, bien entendu, l’heure de la nuit de noces qui ne peut que clôturer la liturgie de la fête.

54Le dimanche sera consacré aux préparatifs. Lors d’une rupture survenue le jour même des noces, un acte notarié précise que la jeune fille devra rendre tout ce qui a été emprunté et même « payer ce qui pourrait se trouver de cassé ou de perdu ». Car le nombre des convives invités aux festivités suppose que l’on fasse appel aux voisins ou aux parents, personne ne possédant beaucoup plus d’ustensiles qu’il n’en faut pour nourrir et abreuver les habitants de la maison.

55Le lundi, la messe fut probablement célébrée par l’oncle Charles-Pierre Bruneau, curé de Malicorne, assisté de l’oncle René Bruneau, vicaire, à l’église du Couvent car monsieur le curé Semelle était malade et l’église paroissiale subissait des travaux de restauration. Comme tous les couples du village, Louisot et Nannon rendirent ensuite visite à madame l’abbesse, en tant que dame – c’est-à-dire seigneur – de paroisse. Puis le « dîner de noces » réunit 24 convives, outre les parents du marié, le père et le frère de la mariée, la cousine Bellanger, les oncles et la tante de Malicorne, il faut compter les demoiselles de cérémonie – deux ou quatre Soyer du Moulin ou Bruneau d’Oizé – l’oncle François Soyer le meunier et sa femme, les cousins Cureau, peut-être la Saint-Louis qui avait servi d’entremetteuse ; peut-être aussi Noël Morin, le boulanger, et Mathurin Fleur, le pourvoyeur, qui avaient signé le registre le samedi soir. On dégusta presque certainement du bouillon, du veau, du bœuf bouilli, et on mit en perce une busse de vin. Il est moins certain qu’on mangea des desserts sucrés, qui ne deviendront courants que dans les années 1780.

  • 437 « On fits plusieurs danse a la fois car il y avait trois violons », ms 52. Cela indique donc que d (...)
  • 438 La Ségrairie était une ferme, qui faisait cabaret et vendait du vin « à la guinguette », il n’est (...)

56Le soir, on invita à danser toute la jeunesse du bourg, car les noces doivent sans cesse remplir leur fonction et faire de nouveaux couples. Ce n’est pas sans fierté que l’étaminier indique d’une phrase le standing de ses noces : on avait pu payer trois violoneux pour faire « plusieurs danses à la fois437 », c’est-à-dire animer plusieurs espaces de danse, probablement la salle du Plat d’Étain, celle du Croissant, et peut-être la Ségrairie qui faisait guinguette438. On peut estimer à 50 ou 60 livres, le coût de la fête, soit un mois et demi à deux mois de salaire, le tout supporté, on s’en souvient, par le père du marié, ce qui n’est pas conforme à l’habitude qui veut que les deux familles partagent.

  • 439 Au sens propre, le madrigal est une forme ancienne de musique vocale qui s’est développée au cours (...)

57« Après les divertissements », lorsque les rires et les chandelles se furent éteints, nos mariés bénéficièrent d’un privilège rare en ces régions d’habitations exiguës, puisque « la haute chambre » où Louisot avait coutume de jouer du violon, fut la chambre de noces. Notre écrivain nous a conservé le souvenir des mots de la petite tourière où s’entrelaçaient le bonheur d’amour et la pensée de la mort, auxquels il répondit avec le bon sens un peu rude d’un garçon qui, même s’il tournait parfois le madrigal439, sentait son villageois :

« “Hélas, mon cher ami, si ce plaisir durait seulement toujours ! Mais non, il finira un jour, faudra se séparer, la mort nous l’ordonnera, et peut-être malheureusement bientôt, car on m’a fait entendre que je serai veuve en peu de temps !” “Ho ! je lui dis, ma chère amie, faut écouter le monde mais il ne faut pas croire tout ce qu’il dit !” »

  • 440 Ms 53.

58Louis Simon appartient à une époque où il aurait été bien inconvenant d’en dire plus sur ces premiers moments d’intimité, mais on remarque qu’il entonne, à ce moment du récit, la louange éperdue de celle dont les « grâces » et les « attraits » « charmaient les cœurs » qui n’« avait aucun défaut dans sa personne », de ses yeux « vifs et riants », de ses joues comme « deux roses », de sa « gorge blanche », de sa « peau fine », de sa beauté qui l’aurait exposée plus de dix fois à se voir « ravir son honneur » par promesse de mariage, d’argent et même par violence, aveu qui rend plus délectable le bonheur des amants réunis440.

59Trente-six ans de vie heureuse conforteront Louis dans l’idée qu’il a fait le bon choix. Non seulement son épouse est belle et tendre, mais elle possède les qualités morales qu’un homme recherche dans une femme.

« En trente six ans que nous avions été ensemble » : La vie en ménage

  • 441 Ms 55.
  • 442 Ms 59.
  • 443 Ms 55.
  • 444 « Des sept Enfant que Dieu nous a donné, elle n’a jamais voulu que je me sois levé la nuit pour Eu (...)
  • 445 Ms 59 et 65.

60Anne respectait Louis « comme Sarah respectait son mari Abraham qu’elle appelait son seigneur441 ». Mais tout seigneur qu’il fut pour son épouse, l’étaminier n’avait rien d’un tyran. En trente-six ans, il ne s’était jamais mêlé du ménage, n’avait jamais su le compte de l’argent ni du linge, avait délégué à Anne le pouvoir de l’habiller et d’acheter ce qu’il fallait pour la maison, sauf pour trois denrées qui nécessitaient un marché négocié : le blé, le bois et la boisson, et qui sont affaires d’homme. Avant de décider de la construction de l’auberge du Soleil, il lui avait demandé « si elle trouverait bon » de faire cette entreprise, avec de l’argent qui, certes, venait de ses héritages. Elle s’était seulement inquiétée de la difficulté de l’opération étant donné qu’il y avait en hiver 1,65 mètre d’eau dans une mare, au milieu de la cour442. Tout ceci indique des rapports de liberté et de respect, que confirme le fait qu’elle allait quêter des linges pour ensevelir les morts trop pauvres, et accoucher les futures mères démunies, car faire la charité et accomplir des exercices de piété sans être bigote, représentaient son propre idéal de vie. Par ailleurs, si elle prenait grand soin de ne pas déplaire à son mari, il avoue qu’il lui « parlait bien doucement car elle ne méritait pas d’être traitée avec rigueur » lorsqu’ils avaient des « petites contestations » à propos du seul défaut qu’elle eut, celui de n’être pas assez économe443. On apprend aussi que le mari fit d’immenses efforts sur lui-même pour ne pas reprocher l’affront fait à l’amoureux, le fameux 22 juin. Et encore qu’il proposait de se lever la nuit lorsque les enfants étaient malades, ce qu’Anne refusait, estimant que son mari travaillait dur le jour444. Ces trente-six ans d’efforts communs pour rendre à l’autre la vie agréable cimentèrent l’amitié, de sorte que l’homme qui s’était laissé aimer et dont l’amour-propre chatouilleux avait entretenu longtemps des idées de vengeance, fut brisé par « le jour fatal de la séparation445 », et qu’il ne put se résoudre à épouser une autre femme, fût-elle riche, jolie et gaie, intelligente et distinguée comme l’était l’ancienne organiste du Couvent. On cherche en vain ailleurs d’autres documents nous ouvrant les portes d’une maison villageoise où il nous est donné de voir vivre un homme et une femme.

  • 446 L’allaitement artificiel au lait de vache pratiqué par Anne Chapeau était une pratique déjà ancien (...)
  • 447 François Lebrun, « La place de l’enfant dans la société française depuis le XVIe siècle », Communi (...)

61Louis et Anne sont aussi des parents. Dieu leur donne sept enfants dont cinq leur survivront. Anne est une mère attentive dès avant la naissance et dans les premières années où elle nourrit tous ses enfants sauf la seconde, Thérèse. Elle doit mettre celle-ci en nourrice pour raison majeure, mais elle la reprend avant qu’elle ne meure comme tant d’autres enfants dans cette situation, et elle la sauve avec un mode d’alimentation hardi, le lait de vache446. Nous ne savons malheureusement rien de la manière dont elle réagit à la mort de son fils Louis, à 11 ans, de la petite Perrine-Louise à 1 an447, ni de son attitude au moment des mariages de Thérèse avec le tourneur Duval et d’Augustin avec Geneviève Rousseau, fille de riches boulangers et étrangère au pays.

  • 448 « Suivez mon Exemple : une de mes fille est devenue veuve avec quatre enfans, dont lainé avait six (...)
  • 449 Ms 58 et 64. Au sujet de ce fils mort à 11 ans, le mémorialiste écrit « je le regrettai infiniment (...)
  • 450 « Seuls les plus âgés de ses frères et sœurs ont assisté aux formalités » écrit Anne Fillon (Louis (...)

62Notre auteur n’est pas non plus bavard sur ses propres sentiments envers ses enfants. Estime-t-il qu’il ne doit relater que le passé ? Ou préfère-t-il ne pas avoir à évoquer le cas d’Augustin, trop longtemps soldat, qui quitte l’auberge bâtie pour lui, croque l’argent de sa femme et revient de Paris sans y avoir réussi ? Les seules confidences du père de famille se rapportent au mérite qu’il a eu de recueillir Thérèse, après son veuvage, ainsi que d’élever ses quatre enfants jusqu’à l’âge de l’apprentissage448. Il confie aussi qu’il eut « l’affliction de perdre [son] fils aîné Louis à l’âge de 11 ans449 ». À ce propos, son attitude contredit les affirmations de certains historiens, qui ont cru pouvoir relativiser le chagrin éprouvé à la mort d’un enfant, en observant l’absence des parents lors de la sépulture. Or, on remarque que justement, Louis Simon n’assiste pas à l’enterrement450.

  • 451 Ms 17.
  • 452 Sur ces adjudications d’orphelins, voir l’article d’Anne Fillon, « Les orphelins du dimanche, rech (...)
  • 453 Ces mentions sont confirmées par l’analyse du contenu de l’ouvrage d’Éléonor Froger, curé de Mayet (...)
  • 454 Ms 57. Les enfants de la campagne sont très jeunes chargés de tâches progressives qui équivalent à (...)

63Nous en savons moins en somme que sur les relations entre Louis Simon et ses parents, lorsque nous sont apparus un père marié trop jeune qui finit par s’attacher à un enfant intelligent, une mère qui ayant craint de ne pas revoir son fils parti en voyage, s’écrie à propos d’un colis perdu : « Je ne m’embarrasse plus du paquet puisque le gars est revenu, c’est assez », et dont on a cru qu’elle allait mourir de chagrin à la mort de sa fille Élisabeth, à 19 ans451. Quoi qu’il en soit, les enfants de Louis-François Simon et ceux de Louis Simon appartiennent à des générations où la condition de l’enfant s’est améliorée. En témoignent les actes d’adjudication de pensions des orphelins, dont, avant les années 1740, le cahier des charges n’exige que nourriture, entretien et éducation, alors qu’ensuite il insistera sur le coucher, le chauffage, le blanchissage du linge, l’entretien des vêtements, ainsi que l’enseignement des prières452. Les préoccupations concernant la santé se multiplieront après la mi-siècle comme aussi la manière de traiter l’enfant « doucement » et « humainement453 ». Mais la douceur et la tendresse n’excluent pas l’apprentissage précoce du travail quotidien : Louis Simon avoue avoir pris un bordage pour « employer » ses filles aînées, âgées de 7 et 5 ans, à garder les deux vaches454 !

« Mon grand-père m’a dit » : Le statut de l’aïeul

  • 455 Sur ce sujet : A. Fillon, « À la recherche des aïeuls du Maine (1700-1800) », art. cité, Fruits d’ (...)

64Le manuscrit de Louis Simon contient aussi quarante-trois allusions à son grand-père Pierre, qui vécut au village jusqu’à près de 80 ans et vit naître son arrière-petite-fille. S’agit-il d’un cas exceptionnel455 ? L’analyse des unions en premières noces conclues à Cérans pendant tout le XVIIIe siècle permet d’affirmer que 64 % des enfants premiers-nés n’avaient aucune chance de connaître leur aïeul paternel, 56 % leur aïeul maternel, 38 % la mère de leur père et 37 % la mère de leur mère, puisque tous ceux-ci étaient décédés avant même le mariage de leurs parents. Les grands-parents du côté maternel étaient un peu moins rares puisque les filles se mariaient plus tôt, et les grands-mères étaient déjà plus nombreuses que les grands-pères, fait constaté un peu partout par les démographes.

  • 456 « Au bout des six mois, mon pere fut demeurer dans la maison ou Etait mon grand père, au devant de (...)

65Pierre Simon vit seul jusqu’au déménagement de l’été 1767, au moment où il atteint l’âge de 78 ans. Puis il habitera jusqu’à sa mort, chez son petit-fils456. En cessant de tenir ménage, il s’est « dévêtu » de ses meubles et ustensiles au profit de Louis-François, qui en « revêt » le jeune marié : « Mon père me donna le ménage de mon grand-père pour en avoir du soin le reste de ses jours », avoir soin du grand-père, cela s’entend. On voit que le vieil homme est passif dans cet arrangement de famille. À 45 ans, Louis-François va habiter la petite maison de son père et « le fournira de pain ». L’espace de la grande maison sera au mieux utilisé par le jeune ménage (destiné à s’agrandir), qui s’occupera du grand-père, recevant en échange son mobilier.

  • 457 Emmanuel Le RoyLadurie, Les Paysans de Languedoc, Paris, SEVPEN, 2 vol., 1966, 1 035 pages.
  • 458 Alain Collomp, La maison du père : famille et village en Haute-Provence aux XVIIe et XVIIIe siècle (...)
  • 459 La maison basque, comme la maison pyrénéenne en général, est la pierre angulaire de la vie sociale (...)

66Les archives notariales contiennent des actes de pension dans lesquels on voit un vieillard demandant humblement à entrer chez un de ses enfants, promettant de travailler pour son profit, selon ses forces et lui abandonnant son ménage. L’aïeul du Maine est l’antithèse du tout-puissant patriarche languedocien d’Emmanuel Le Roy Ladurie457, ou du chef de maison provençal d’Alain Collomp, parfois préféré à la mère pour l’éducation d’un petit-fils orphelin, et qui règne sur « la maison du père458 » ; ou même du « maître-vieux » du Pays basque, volontairement démissionnaire en faveur de l’héritier, mais gardant son statut et restant chez lui459. L’aïeul du Maine sera au contraire pensionnaire dans la maison de son fils, « gouverné » comme les enfants du couple en activité. Rarement présent au contrat de mariage de ses petits-enfants (et s’il est présent, il n’est nommé qu’après les frères et sœurs, souvent après les oncles, tantes et même cousins), il n’est pas non plus curateur des petits-enfants orphelins car il considère longtemps qu’il atteint l’âge de l’impuissance avec la cinquantaine.

  • 460 On saisit combien est forte la rupture avec la représentation négative de la vieillesse lorsque su (...)
  • 461 Jean-Pierre Bois, Les vieux, de Montaigne aux premières retraites, Fayard, 1989, 446 pages. Voir a (...)

67Certes, le récit de Louis Simon propose un aïeul plus dynamique – il est sacristain jusqu’à 78 ans – et aussi plus écouté puisque l’auteur rapporte ses paroles. Mais c’est que les relations du grand-père Simon avec son petit-fils se situent entre les années 1750 et 1770, lorsque, sous l’influence des idées nouvelles, s’ouvrent l’ère des grands-papas et des grands-mamans460 « frais », selon l’expression de Jean-Pierre Bois, sages, respectés et aimés461. Bien soigné par la femme de son petit-fils qui le traite « comme s’il avait été son père propre », soignant notamment le mal qu’il traîne à la jambe depuis trente ans, le vieil étaminier apparaît comme la mémoire de la famille, un conteur de merveilles et une borne-témoin.

  • 462 « […] dans la jeunesse de mon grand pere car il ma dit… » (ms 67) ; « Mon grand pere m’a dit » et (...)

68Les trois quarts des messages concernant le passé sont délivrés par l’aïeul, précédés quatre fois de l’expression « mon grand-père m’a dit462 ». En évoquant le personnage de son propre père, né en 1659, et de son aïeul né en 1626, Pierre Simon nourrit une tradition orale de clan familial pour une période d’un siècle environ. Il remonte même au temps qu’on considère comme « immémorial » en relatant l’aventure de l’ancêtre tailleur d’habits venu de Brou en Beauce à la fin du XVIe siècle. Sacristain, il rappelle le souvenir d’hommes qui ont marqué l’histoire de l’église paroissiale et qui ont vécu sous Henri IV, sous Louis XIII, ou sous Louis XIV.

  • 463 Les Simon chantent donc de père en fils au lutrin paroissial au moins depuis l’arrière grand-père (...)
  • 464 Ms 2. Sur le braconnage dans le Maine, voir l’étude d’Alexandre Julien, Le délit de chasse dans le (...)
  • 465 Le château de Gallerande est situé à Luché-Pringé (à moins de 12 km de La Fontaine Saint-Martin).
  • 466 Les Mailly d’Haucourt sont connus dans l’histoire par la figure du marquis Joseph-Augustin de Mail (...)
  • 467 « Il gagna la mort a guetter dans lhiver des canes Sauvage pour les tuer au lac des Soucis », ms 2
  • 468 Ms 82.

69Les personnages qu’il ressuscite sont hors du commun, insolites, et d’une façon ou d’une autre, ils ont réalisé ce qu’on pourrait appeler des exploits. L’arrière-grand-mère Coutant a vécu jusqu’à 83 ans, en élevant seule deux orphelins et, même si ce n’est pas rapporté dans les Mémoires, on sait qu’elle courait les chemins la nuit, comme sage-femme, à 77 ans. Son gendre Michel Simon était « fameux chantre d’église463 ». Il était « très leste », puisqu’il a fait la roue de charrette sans s’arrêter sur environ 150 mètres. Il était aussi « fameux chasseur464 ». Au-delà de l’exploit sportif, on admire l’audace de celui qui brave les règlements puisqu’il guette les canes sauvages sur deux lacs dont l’un appartient au marquis de Clermont-Gallerande465 et l’autre au comte de Mailly d’Haucourt466, se repliant en cas de besoin sur la petite terre qu’il possède à deux pas de là, mais trouvant finalement la mort après une de ses chasses hivernales467. À la même époque, le pasteur n’était pas moins extraordinaire que le chantre, mesurant près de deux mètres, gardant de ses années de campagnes militaires l’habitude interdite de conserver la barbe de la Toussaint jusqu’à Pâques. Et le couvreur Boisaubert, qui officiait sur le toit du château de Courcelles considéré comme un petit Versailles, ne manquait, lui non plus, ni d’audace ni d’adresse, lui qui du cimetière à 150 mètres visait avec succès la queue du coq du clocher, et immobilisait d’un geste, pendant un quart d’heure, les chevaux d’un carrosse468. Pierre Simon transmettra à son petit-fils le goût des records et des prouesses qui apparaît notamment dans le récit de son voyage. Il témoignera aussi de l’incontestable progrès accompli depuis le début du siècle en rappelant les années noires de sa jeunesse, des famines aux morts en série, l’endettement et la perte des biens, ou le formidable renchérissement du bois, heureusement compensé par l’arrivée du sapin. En somme, le grand-père enseigne que, de son temps, il y avait des hommes hors du commun qui devaient faire face à des conditions de vie très dures.

  • 469 « Mon père m’ancouraget de chanter me disant quil avait bien chanté la messe tout Seul au pupitre (...)
  • 470 Ms 7-8.
  • 471 « Le soir vers le soleil couchant je fut chez mon grandpere qui demeurait dans la maison qui est d (...)

70On peut penser que le jeune Simon était assez proche de son grand-père. Encore enfant, il avait chanté au pupitre « étant fort jeune469 », et appris peu à peu les gestes de sacristain : allumer et moucher les cierges, passer le pain bénit, ou préparer les ornements. D’ailleurs, c’est lui qui reprend la charge lorsque, après 48 ans de service, Pierre Simon se retire. Adolescent, Louis dut recevoir également les leçons de son grand-père lorsqu’il apprit le métier d’étaminier, puisque, à ce moment, son père passait son temps à l’auberge à parler avec les voyageurs, les étrangers et les ivrognes et qu’il ne « se convertit » que lorsque Louis fut « un petit ouvrier470 ». On a vu aussi que la situation de la maison du grand-père, sur la place, était fort appréciée du jeune homme et, au temps des amours, les visites à l’aïeul permettaient de surveiller les allées et venues471. Mais ce que notre auteur ne dit jamais, c’est que, jusqu’à l’âge de 14 ans, il y rencontrait aussi un jeune oncle de quinze ans son aîné, et qui était le demi-frère de son père.

« S’il y en a qui se disent nos cousins » : L’esprit de famille

  • 472 Ce « contrat » est un brevet d’apprentissage, acte signé devant notaire où les clauses et engageme (...)
  • 473 Cardeur : ouvrier qui carde, c’est-à-dire qui démêle des fibres textiles et qui les peigne à l’aid (...)
  • 474 Mal caduc : appelé aussi « mal de saint Jean », « mal de saint Valentin » ou encore « haut mal ». (...)
  • 475 Ad Sarthe : La Fontaine-Saint-Martin, BMS 1762-1792, vue 36/273, 5 décembre 1766. Sont présents à (...)
  • 476 De la même façon, le mémorialiste gomme un autre frère de Nannon, Urbain Chapeau, plus jeune (né e (...)

71Le second fils de Pierre Simon, qui s’appelait Julien, signe pour la première fois sur le registre paroissial lorsqu’il a 14 ans, mais sa signature n’évolue guère et reste enfantine. À 15 ans, son père l’a mis en apprentissage chez Noël Morin, le menuisier, mais il s’est enfui plusieurs fois. Lorsqu’il a 17 ans, Pierre Simon, qui vient de se remarier, conclut un nouveau contrat472 avec Noël Morin pour trois ans et demi, acceptant, si l’apprenti s’en va avant la fin du contrat, que ledit Morin ne lui paie pas « le son de midi » (le son de l’angélus), soit 3 livres par an, qu’il doit à la sacristie pour raison d’un pré grevé d’une rente. C’est encore un échec, et Julien, après avoir été quelquefois désigné comme étaminier, est cité comme « tireur d’étaim », c’est-à-dire cardeur473, un état bien inférieur à celui de son père et de son frère. Pendant les dix dernières années de sa vie, il assume quelques tâches à la sacristie et au cimetière. Était-il peu brillant ? Ou mauvais sujet ? On remarque que notre mémorialiste le gomme en tout cas du tableau familial, comme il gomme aussi la présence, dans la famille Chapeau, de Jacques, frère d’Anne, « âgé d’environ dix-huit ans », qui se noie le jeudi 4 décembre 1766 « tombant du mal caduc474 », c’est-à-dire épileptique, « et à demi-fol », qu’on enterre le lendemain475, l’avant-veille du déjeuner familial au presbytère de Malicorne476.

  • 477 Ms 3.

72Ces deux omissions nous amènent à observer l’image que Louis Simon désire donner de sa famille. S’il vieillit de trente ans Marin Simon, qu’il croit être l’ancêtre venu de Brou, c’est qu’il voulait probablement faire remonter l’ancienneté de sa famille à la dernière décennie du XVIIe siècle, lorsque fut créé le registre, ancienneté à laquelle pouvaient prétendre la plupart des habitants du village. S’il a supprimé l’un des deux ancêtres du nom de Michel alors qu’il n’a pas pu les confondre, c’est qu’il n’était probablement pas considéré comme honorable que le père épousât la sœur aînée tandis que le fils convolait avec la cadette, et qu’elles missent au monde, à un mois d’intervalle, l’une, un enfant du père, l’autre, un enfant du fils. S’il affirme qu’il n’y a pas d’autres Simon, c’est qu’il ne veut pas cousiner avec une autre branche, pourtant établie à La Fontaine, et qui peut-être ne lui faisait pas honneur. On peut s’étonner aussi de ce que notre généalogiste ne s’intéresse qu’au lignage paternel, alors que, dans son lignage maternel, chez les Cureau, tonneliers-couvreurs notables depuis plus d’un siècle, et chez les Jamin, laboureurs alliés aux familles les plus huppées de Cérans, il aurait fait ample récolte. Il n’est sans doute passionné que par la recherche de ceux qui ont porté le même nom que lui : « Il paraît que tous ces ancêtres savaient lire et écrire » écrit-il avec raison477, avec toutefois une exception qu’il ne signale pas : son grand-père Pierre ayant été orphelin de bonne heure n’a pas profité de la science paternelle.

Notes

332 Ms 20.

333 Catherine Houdayer venait d’Avoise, village situé sur le cours de la Sarthe à 24 km en droite ligne à l’ouest de La Fontaine. C’est aussi à Avoise qu’elle retournera se marier. Presque contemporain de Louis Simon, le chirurgien Pierre Brasdor était né dans ce village en 1721. Admis au Collège des chirurgiens en 1752, enseignant l’anatomie et les opérations chirurgicales, il devient directeur de l’Académie de chirurgie. Une méthode consistant à lier l’artère au delà de la tumeur dans les anévrismes porte son nom.

334 Ces deux provinces appartiennent, comme le Maine, au groupe des coutumes de l’Ouest, coutumes dites d’égalité stricte. Voir Yann Bignon, Principe égalitaire des successions roturières dans le Maine au XVIIIe siècle, maîtrise, Université du Maine, J.-M. Constant et A. Fillon (dir.), 1999, 211 pages.

335 En Normandie, l’égalité parfaite entre les fils s’accompagnait d’une exclusion totale des filles, qui en présence de frères ne recevaient qu’une dot et « ne venaient pas à partage » au décès de leurs parents (A. Fillon, Gens d’Ouest…, op. cit., p. 21-22).

336 Ms 19-20.

337 Ms 27-28.

338 « Car, comme il Sétait marié trop jeunne, il fréquantait toujours les jeunes gens… », ms 7.

339 « Il était trop vieil pour elle » : la conformité d’âge (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 108-111).

340 « Elle lui dit quelle ne l’aimait plus parce quil Etait trop viel pour elle », ms 27.

341 « … j’aimais un peu cette fille lâ mais mon pere a qui j’en avais parlé une fois en badinant me dit quelle Etait malseine parce quelle avait de trop grosse jambes », ms 24. La maladie appelée hydropisie est la cause principale d’œdèmes généralisés, liée à une insuffisance cardiaque congestive (d’où les jambes trop grosses).

342 « C’était une fortune pour moi » : la conformité de moyens (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 121-127).

343 Ms 19.

344 Ms 44.

345 Ms 4 et 55.

346 Ms 62.

347 Ms 4.

348 « Il me Reçu bien a cause de ma mère quil avait aimée pour le mariage », ms 11. Le départ puis l’installation à Paris de ce villageois fait immanquablement penser au comportement de fuite d’un amoureux déçu et évoque les paroles de Nannon lors de la nuit des noces : « si vous n’aviez pas voulu mépouser, je m’en serais allée loin dici… » (ms 52).

349 Ms 28.

350 Anne Fillon, « Amour », Dictionnaire de l’Ancien Régime, L. Bély (dir.), Paris, PUF, 1996, réédité dans Fruits d’écritoire…, op. cit., p. 127-131.

351 « Avant son mariage elle vint me voir pour connaitre ma femme elle me pria bien d’aller la voir a Anvoise disant quelle m’aimait toujours mais je ni suis jamais allé. Cependant j’ai eu de la peine a l’oublier parce que sétait la premiere fille que j’avais aimée… », ms 19. La formule « avant son mariage » fait référence à son mariage à elle, célébré le 10 septembre 1770, soit plus de cinq ans après la rupture avec Louis Simon.

352 Ms 60.

353 Ms 21 et 53. Quant à la Saint-Louis, rapportant à Louisot les propos de Nannon, elle déclare : « vous lui plaisez tant quelle ne peu s’en taire » (ms 21).

354 Ms 20. Par son double rôle de sacriste et de chantre Louis Simon se distingue immédiatement des autres jeunes gens aux yeux de l’arrivante. Le lutrin est un lieu de représentation masculine, vers lequel convergent les regards durant la messe du dimanche, et Xavier Bisaro le souligne : « Parmi ses attributs (faire rire, danser, attirer l’attention à la veillée…), le coq de village compte donc la présence dominicale au lutrin » (Chanter toujours…, op. cit., p. 76). Louis Simon est incontestablement un jeune coq de village.

355 Ms 24.

356 Ms 46.

357 « Je me suis donc marié purement par amitié » : la place de l’amour (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 127).

358 « … il lui sembla être dechargée d’un pesant fardeau », ms 39.

359 Ms 52-53. Et aussi : « je n’ai point cessé de vous aimer et vous aimerai jusqu’a la mort et si Elle se presentet pour l’un ou pour l’autre j’aimerais mieux partir la premiere », ms 47.

360 « C’est le moyen de trouver loccasion de lui faire un affront comme elle m’en a fait un » (ms 39) ; « Mon dessein Etait toujours de l’afronter », « vous m’avez fait un si grand afront vous m’avés Couvert de honte et de Confusion » (ms 47).

361 Ms 39.

362 Ms 22.

363 Ms 23, 30, 40, 51.

364 Sur ce sujet : « Toutes les caresses et complaisances possibles et convenables […] à une fille honnête » : gestes amoureux avant le mariage (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 217-240).

365 Ms 61.

366 « Ma mere qui aimait passionnément mon père fit ce quelle put pour l’arrêter », ms 4.

367 « La sainte maison favorise-t-elle donc des relations illicites ? […] Les jeunes domestiques habitent seuls dans la partie [du couvent] qui n’est pas “en clôture”. Or on a vu comment Louis Simon pouvait s’introduire de nuit dans la maison sans rencontrer personne… » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 223-224).

368 Ms 53.

369 Ms 18.

370 « Je l’ai donc aimée pendant trois mois, jusqu’à un dimanche quelle mavait donné un rendevous (setait un dimanche de carême aprés vêpres) pour nous trouver au chateau du Maurier… », ms 18-19. On est alors vers le mois de mars 1765.

371 Ms 23-24. Les avances de la demoiselle sont explicites : « venez donc aupres de moi voir si je file bien », et d’ailleurs le mémorialiste commente : « je pensais bien ce quelle desirait de moi cela n’etait pas malaisé a deviner ».

372 Ms 37 et 43.

373 « […] cette demoiselle qui Etait un peu dificile a contenter… », ms 58.

374 Ms 50.

375 A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 185, à partir des minutiers de Cérans et d’Oizé.

376 Cette rivale anonyme est d’après le mémorialiste « une autre fille qui s’attendait aussi en moi » (ms 50).

377 Ms 60.

378 Jusqu’ici toujours en retrait de son époux dans l’historiographie, Nannon Chapeau est désormais honorée pour elle-même comme figure féminine remarquable (Serge Bertin et Sylvie Granger, Femmes en Sarthe, actrices de leur temps, [2012], 2e édition augmentée, Le Mans, Libra Diffusio, 2015, 304 pages, p. 66-69).

379 Ms 27, 42, 47. À toutes ces injonctions, Louisot a tendance à répondre « quil était toujours tems » (ms 27) ou « que cela ne pressait pas et que nous avions toujours le temps » (ms 47). À quoi Nannon, plus décidée que jamais, réplique : « que voulés vous attendre, puisque nous somme pour Etre ensembles, faut en finir ». Mais s’il obtempère, ce n’est « que par non chalance » (ms 47).

380 Ms 25.

381 Il peut aussi s’agir d’un rire de soulagement : « je fit Reflection que si j’y alais, les autres serais aussi venus et peut Etre que vous nauriez pas fuit et cela aurait fait une querelle terrible et je me mis a rire quand je vit que vous vous sauviez » (ms 42).

382 Ms 53.

383 Ms 23 et 31.

384 Des exemples concrets dans A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 183-185.

385 Ms 54.

386 Ms 45.

387 Ms 29, 36-37, 45.

388 Ms 30-31-32, 37, 41, 43-44, 49.

389 Sommations respectueuses : acte extrajudiciaire qu’un fils de plus de 30 ans ou une fille de plus de 25 ans (majorité matrimoniale) étaient tenus de faire « respectueusement » signifier par le biais d’un notaire à ses père et mère refusant leur consentement au mariage projeté. Au bout de trois sommations, le mariage est possible, même si les parents persistent dans leur refus. Bien entendu, pendant la durée de la procédure, les parents pouvaient tenter divers moyens de pression et surtout espérer voir leur enfant réfléchir et se ranger à leur avis.

390 « Sommations respectueuses : des heures chaudes pour sept filles décidées » : sept études de cas précises dans A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 89-103.

391 Sur l’auberge de La Tête noire : Stéphanie Cacheu, Les marchands hôtes de Malicorne de 1750 à 1780, maîtrise, Université du Maine, J.-M. Constant et A. Fillon (dir.), 1999, 70 pages ; et Aurélie Fontaine, Les cabaretiers au XVIIIe siècle. L’exemple de Malicorne, maîtrise, Université du Maine, F. Pitou (dir.), 2004, 156 pages, p. 42.

392 Annick LeGoff-Guilleux, Cent ans de relais de poste de Foulletourte : la famille Froger (1759-1859), maîtrise, Université du Maine, A. Fillon (dir.), 1995, 145 pages.

393 « Parents, figurants, causeurs, conseillers, acteurs » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 145-156).

394 Marion Trevisi, « Oncles et tantes au XVIIIe siècle : au cœur de la parenté, quelle présence, quels rôles ? », Histoire, économie et société, 2004, n° 23-2, p. 283-302.

395 Ms 28.

396 Ms 48.

397 André Burguière, « Le rituel du mariage en France : pratiques ecclésiastiques et pratiques populaires (XVIe-XVIIIe siècles) », Annales ESC, 1978, n° 33-3, p. 637-649.

398 L’un des oncles l’exprime crûment au détour d’une plaisanterie : « quils ne s’attande pas dans mon héritage car je mangerai tout avant que de mourir » (ms 48). Après son décès, survenu fin 1788, Louis Simon assiste et signe à son inventaire après-décès, qui révèle un douillet art de vivre dont témoignent par exemple « une pendulle sonnante de cuivre avec ses poids », des tasses à café avec leurs soucoupes, deux tables à jouer ou plusieurs cannes à pommeau d’or, ainsi que des cartes géographiques (Ad Sarthe : B 1103, pose de scellés après le décès du curé Bruneau, Spay, 14 décembre 1788, puis inventaire, 7 janvier 1789 et jours suivants).

399 « Quand le gas la vit il la serra auprés de lui, il avait ces deux cousins avec lui et le fils du fermier ils plaidoient tous quatre la même cause contre la fille » (ms 33) ; « j’ai combatu tout ce que j’ai pû je me croiais dabord Etre assé forte mais comment voulez vous qu’une pauvre fille Resiste a cinq hommes dont mon pere en Etait un » (ms 42).

400 Ms 33.

401 Il lui « marquait bien de l’amitié » pourtant, écrit le mémorialiste (ms 33). Il se souvient certainement que le domestique de son oncle meunier courtisait alors la fille de son maître, sa cousine, donc, et que s’il lui faisait stratégiquement des démonstrations d’amitié c’était dans l’espoir de se concilier un allié. En réalité, Coubard faisait plus que la courtiser : Louise Soyer était alors enceinte de trois mois. Le mariage aura lieu après les travaux estivaux, le 30 septembre 1766, et dès Noël François Soyer est grand-père. Louis Simon racontant ses souvenirs ne souffle mot de l’état de sa cousine (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 224).

402 Ms 36.

403 « Non madame ce jour la mon pere Etait le maître mais il ne le sera pas toujours car je lui ai dit quil ne me marirait pas malgré moi parce quil ni serait pas pour moi », ms 41.

404 Ms 50.

405 Cette alliance ‘‘ naturelle” entre les travailleurs de la terre les oppose aux artisans du bourg, dont fait partie l’étaminier. Ce type de rivalité est en effet nettement perceptible dans certaines affaires judiciaires portant notamment sur des rixes de cabaret… (Robert Muchembled, Société, cultures et mentalités dans la France moderne, XVIe /XVIIIe siècle, Paris, A. Colin, coll. Cursus, 1990, rééd. 1994, 187 pages, en particulier p. 77-78 ; Fabrice Mauclair, La Justice au village. Justice seigneuriale et société rurale dans le duché-pairie de La Vallière [1667-1790], Rennes, PUR, 2008, 369 pages ; et, du même, Tranches de vie en Touraine au XVIIIe siècle. À travers les archives des justices seigneuriales, Chinon, Anovi, 2015, 320 pages).

406 Il aurait a priori semblé logique que le chapelain d’un petit prieuré rural, s’il parvient à se hisser à un canonicat, intègre plutôt une collégiale que directement la cathédrale du diocèse. Du début de l’année 1766 jusqu’à l’été, les registres capitulaires de la collégiale Saint-Pierre-la-Cour, bien conservés, ne mentionnent que deux réceptions de chanoines : le 18 juin 1766, Pierre-Nicolas Champion, prêtre du diocèse d’Orléans, et le 8 juillet, Louis Hureau, prêtre du diocèse du Mans (Ad Sarthe : G 509, folios 46 verso et 53 recto). Nulle trace, donc, d’un Guiard/Guyard… ce qui laisse supposer qu’il est plutôt devenu chanoine de la cathédrale (dont les registres sont perdus). L’enquête reste ouverte concernant cet intéressant personnage.

407 « Une fille ancienne du couvent dit : pourquoi blamés vous Louisot n’avait il pas Raison de courir aprés son gibier quil voyait amener ? tout autre en aurait fait autant ou il auret Eté un bête », ms 38.

408 Ou bien Nannon n’ayant pas la force de sortir de l’enceinte du prieuré et de marcher jusque chez la Saint-Louis, elle s’est adressé au jardinier qui loge tout près de sa chambre.

409 Ms 39.

410 « Monsieur le curé et les autres » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 155-156).

411 « Le couvent en émoi » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 154-155).

412 Grâce à sa correspondance, on peut la suivre au couvent de La Fontaine jusqu’en 1776, année où elle épouse Jean Bastard de Fontenay (Ad Sarthe : BMS Avoise, 1761-1780, vues 245-246). Âgée de plus de 40 ans, elle se marie par amour.

413 Très à l’aise dans cet élément, Mlle de La Gallissonnière va jusqu’à s’interposer entre M. de La Beuvinière et sa fille, tout juste arrivée au Couvent. Elle déclare avoir « fait taire le Comte » et réussit à convaincre l’abbesse de l’injustice du père. La jeune fille est décrite comme une « pauvre petite arrivée tremblante comme la feuille de tout ce qui lui arrivoit ». La redresseuse de torts prend enfin le parti d’écrire à « ce bourru » et menace d’aider la jeune amoureuse à porter l’affaire en justice, probablement au moyen de sommations respectueuses (Ad Sarthe : E 336).

414 B. Hubert, Correspondance de M. Barrin de La Gallissonière…, op. cit., p. 64-68.

415 Ms 21.

416 Ms 60.

417 A. Fillon, « Les Fleurs de l’amour », art. cité.

418 « Pendant que les deux pères étoient à boire Bouteille ensemble… », ms 29. On est alors le dimanche 4 mai 1766 (voir le calendrier des amours, dans les documents complémentaires de la IVe partie).

419 « Cinq sols en foi de mariage » : de la fréquentation à la publicité (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 159-176).

420 « L’offre des cadeaux » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 166-175).

421 Historien et anthropologue anglais, Peter Laslett, de son nom complet Thomas Peter Ruffell Laslett (1915-2001), a joué un rôle fondamental dans le renouvellement de la sociologie historique et l’étude des systèmes familiaux. Son ouvrage majeur, The World We Have Lost : England Before the Industrial Âge (1965 puis nombreuses rééditions, réédité et mis à jour en 2000) a été traduit en français sous le titre Un monde que nous avons perdu : Famille, communauté et structure sociale dans l’Angleterre pré-industrielle, Paris, Flammarion, 1969.

422 Ethnologue et folkloriste français, Arnold van Gennep (1873-1957) est principalement connu pour son monumental Manuel de folklore français contemporain, demeuré inachevé. Il est considéré aujourd’hui comme le fondateur en France du folklore en tant que discipline scientifique. Ses travaux sur le concept de rite de passage et sa théorie des trois phases (préliminaire, liminaire, postliminaire) furent poursuivis et approfondis par Victor Turner (Manuel de folklore français contemporain [titré Le Folklore français dans la réédition chez Robert Laffont], Paris, collection « Bouquins », 1937-1958).

423 « Je la Rassura en lui disant que sa bague ne signifiet Rien puisque elle l’avait prise Sans son pere elle pouvait aussi la Rendre sans lui », ms 31. Quant à Nannon, de retour de son procès à La Flèche, c’est elle qui explique doctement à son père que sans son obstination « nous n’aurions rien a payer parce quil [Patoy] mavet donné cette Bague sans témoins et dans un tems ou jétais mineure » (ms 49).

424 Ms 30.

425 Ms 29.

426 À compter du milieu du siècle, les présents utiles (chapelets, toile) cèdent la place aux accessoires vestimentaires et aux bijoux : « ces parures sont offertes pour plaire et cela est nouveau » écrivait Anne Fillon, il s’agit de « flatter la coquetterie des filles, dans l’envie qu’elles ont d’être des demoiselles » (« Les Fleurs de l’amour… », art. cité, p. 103).

427 « La demande en mariage et la fréquentation officielle » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 175-176).

428 « Le Dimanche suivant j’invitai le Bonhomme d’une bouteille de vin nous fûmes au plat d’Eteim », ms 43. On est alors le dimanche 20 juillet 1766.

429 « Le temps des formalités » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 176-181).

430 C’est le dimanche 14 décembre 1766 qu’ont lieu les fiançailles de Louis et Anne, et les premiers bans sont publiés le dimanche 21 (ms 48).

431 « Faut donc nous marier aujourd’hui » : l’union des biens et des personnes. Le contrat notarié (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 194-201).

432 Ms 48-49. L’affaire est plaidée à La Flèche le 9 janvier 1767.

433 L’arrivée de la milice dans les villages créait un émoi si grand que les situations pouvaient facilement basculer dans les invectives, l’insoumission et parfois même la révolte (Jean Nicolas, La rébellion française, mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, « Échapper à la milice et au système des classes », Paris, Le Seuil, 2002, 505 pages, p. 392-400). Valentin Jamerey-Duval (1695-1755), qui dans sa jeunesse a parcouru les campagnes de Champagne et de Lorraine, témoigne dans ses mémoires que, dès qu’on annonçait la levée de la milice provinciale « Au seul bruit qui s’en répandait, la jeunesse épouvantée allait se cacher dans les réduits les plus écartés et les plus épaisses des forêts » (V. Jamerey-Duval, Mémoires…, op. cit., p. 135).

434 Alain Cabantous, Histoire de la nuit (XVIIe -XVIIIe siècles), Paris, Fayard, 2009, 388 pages.

435 C’est-à-dire le lundi 26 janvier 1767, comme il avait été prévu antérieurement, avant l’annonce de l’approche de la milice.

436 Ms 52.

437 « On fits plusieurs danse a la fois car il y avait trois violons », ms 52. Cela indique donc que dans un périmètre peu éloigné du village de La Fontaine (eu égard aux mauvais chemins de janvier), vivaient au moins quatre violoneux, en comptant Louis Simon lui-même.

438 La Ségrairie était une ferme, qui faisait cabaret et vendait du vin « à la guinguette », il n’est pas certain qu’elle ait disposé d’une salle assez vaste pour accueillir des danseurs. Par ailleurs elle est éloignée du centre bourg où se trouvent les deux autres possibles lieux de danse. Le mot « danse » peut ici être employé pour « contredanse » et désigner concrètement le carré de huit danseurs nécessaire. L’expression « faire plusieurs danses à la fois » correspondrait alors au fait de danser plusieurs contredanses à huit, peut-être dans plusieurs pièces différentes d’une même maison.

439 Au sens propre, le madrigal est une forme ancienne de musique vocale qui s’est développée au cours de la Renaissance et au début de la période baroque (XVIe siècle-début XVIIe siècle). Au sens figuré, le mot désigne un petit poème galant et fait allusion au goût de Louis Simon pour les formules un peu affectées, voire emphatiques, qu’il estime sans doute distinguées, fabriquées de bric et de broc avec des termes issus de ses lectures ou des chansons nouvelles.

440 Ms 53.

441 Ms 55.

442 Ms 59.

443 Ms 55.

444 « Des sept Enfant que Dieu nous a donné, elle n’a jamais voulu que je me sois levé la nuit pour Eux a moins quelle ne fut malade, disant que j’avais assés de mal a travailler le jour, pour prendre du Repos la nuit », ms 57.

445 Ms 59 et 65.

446 L’allaitement artificiel au lait de vache pratiqué par Anne Chapeau était une pratique déjà ancienne, surtout en Normandie. Les médecins commencent à en dénoncer les méfaits vers le milieu du XIXe siècle (Catherine Rollet, « L’allaitement artificiel en Normandie et dans le Maine », Annales de Normandie, 1985, n° 35-2, p. 107-119).

447 François Lebrun, « La place de l’enfant dans la société française depuis le XVIe siècle », Communications, 1986, vol. 44, p. 247-257.

448 « Suivez mon Exemple : une de mes fille est devenue veuve avec quatre enfans, dont lainé avait six ans et le [plus] jeune 4 mois ; je les ait élevés jusqu’a lâge de gagner leur vie. », ms 61. Thérèse devient veuve en 1797. Il ne faut pas minimiser ce que dut être, pour ses parents, la charge nouvelle qu’ils assumèrent après la mort de leur gendre : leur fils Paul a 20 ans, leur fille Agathe 16. Louis Simon est alors âgé de 53 ans. C’est le moment où il doit abandonner le Plat d’Étain à cause de la chute des affaires provoquée par la guerre civile, pour retourner dans la maison qu’il avait acquise en 1781 et agrandie en 1788.

449 Ms 58 et 64. Au sujet de ce fils mort à 11 ans, le mémorialiste écrit « je le regrettai infiniment parce quil me ressemblet ».

450 « Seuls les plus âgés de ses frères et sœurs ont assisté aux formalités » écrit Anne Fillon (Louis Simon étaminier…, op. cit., vol. 2, p. 499). Le curé Lelong rédige ainsi l’acte de décès : « L’an 1781, le 19 octobre, le corps de Louis Simon baptisé en cette église il y a onze ans, décédé d’hier en ce bourg, a été inhumé au cimetière de ce lieu par moi soussigné, en présence d’Augustin, Anne et Thérèse Simon ses frère et sœurs, lesquels ont dit ne savoir signer » (Ad Sarthe : BMS La Fontaine-Saint-Martin 1762-1792, vue 161/273). Leur apprentissage de l’écriture se place donc un peu plus tard.

451 Ms 17.

452 Sur ces adjudications d’orphelins, voir l’article d’Anne Fillon, « Les orphelins du dimanche, recherche sur une pratique insolite », La vie, la mort, la foi, Mélanges offerts à Pierre Chaunu, Paris, PUF, 1993, p. 127 à 145 ; réédité en version longue dans Fruits d’écritoire, op. cit., p. 165-208.

453 Ces mentions sont confirmées par l’analyse du contenu de l’ouvrage d’Éléonor Froger, curé de Mayet, gros bourg du sud du Haut-Maine, Instructions de morale, d’agriculture et d’économie, par un laboureur à son fils. Ce petit livre de 300 pages fut imprimé à Paris en 1769 (A. Fillon, « Éléonor Froger, Curé des Lumières », art. cité).

454 Ms 57. Les enfants de la campagne sont très jeunes chargés de tâches progressives qui équivalent à suivre, année après année, un long cycle d’apprentissage. Ils sont d’abord, dès l’âge de 5-6 ans, gardiens de dindons, de chèvres, de moutons, puis de bovins comme les mères-vaches gardées par les filles de Louis Simon. Les rôles divergent ensuite selon les sexes. Les garçons servent d’auxiliaires à la charrue, avant d’assumer, vers 14-15 ans, la conduite régulière d’un attelage. Les filles sont, quant à elles, responsables de la basse cour et des travaux ménagers. De mars à novembre, du soleil levant au soleil couchant, les enfants peuplent les pâturages, les abords des forêts, gardant les troupeaux… (Entretien avec Jean-Marc Moriceau, « Les paysans sont le moteur de l’histoire », L’Histoire, n° 380, octobre 2012, p. 8).

455 Sur ce sujet : A. Fillon, « À la recherche des aïeuls du Maine (1700-1800) », art. cité, Fruits d’écritoire …, op. cit., p. 209-240.

456 « Au bout des six mois, mon pere fut demeurer dans la maison ou Etait mon grand père, au devant de la halle, a gauche en allant au Couvent, et mon grand pere vint avec nous au Bas du Bourg… », ms 54.

457 Emmanuel Le RoyLadurie, Les Paysans de Languedoc, Paris, SEVPEN, 2 vol., 1966, 1 035 pages.

458 Alain Collomp, La maison du père : famille et village en Haute-Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles, préface d’E. Le Roy Ladurie, Paris, PUF, « Les chemins de l’Histoire », 1983, 340 pages.

459 La maison basque, comme la maison pyrénéenne en général, est la pierre angulaire de la vie sociale traditionnelle, généralement transmise, ainsi que toutes ses dépendances, à l’ainé de la famille, voire à l’aînée en Labourd (Chr. Aguerre, Maison basque, op. cit.).

460 On saisit combien est forte la rupture avec la représentation négative de la vieillesse lorsque surgit, vers 1760-1770, la vogue des tendres aïeuls dans les productions culturelles françaises : le théâtre, avec Le père de famille de Diderot (1761) ; la peinture et les estampes, en particulier celles de Greuze (1725-1805), d’Étienne Aubry (1745-1781) et de Philibert-Louis Debucourt (1755-1832) qui montrent pour la première fois des grands-parents dans la décennie 1770 ; voire la poésie, puisque Nicolas de Chamfort reçoit, en 1764, le prix de l’Académie française pour son Epître d’un père à son fils sur la naissance de son petit-fils (Vincent Gourdon, « Aux sources de la grand-parentalité gâteau [XVIIIe-XIXe siècles], Deux siècles de représentation politique et sociale des grands-parents », Dossier familles, vieillissement et générations, Recherches et Prévisions, n° 71, 2003, p. 63-74).
Dans le Maine, le négociant anobli Leprince d’Ardenay évoque dans ses Mémoires (p. 39) son enfance et le souvenir de son « bon papa » Desportes.

461 Jean-Pierre Bois, Les vieux, de Montaigne aux premières retraites, Fayard, 1989, 446 pages. Voir aussi : Jean-Pierre Gutton, Naissance du vieillard. Essai sur l’histoire des rapports entre les vieillards et la société en France, Paris, Aubier, « Collection historique », 1988, 241 pages.

462 « […] dans la jeunesse de mon grand pere car il ma dit… » (ms 67) ; « Mon grand pere m’a dit » et « Mon grand pere m’a aussi dit » (ms 81), « dans la jeunesse de mon grand père » (ms 82)…

463 Les Simon chantent donc de père en fils au lutrin paroissial au moins depuis l’arrière grand-père de Louis, soit quatre générations au minimum. Michel Simon est le premier de ses ancêtres sur lequel le mémorialiste puisse donner quelques détails, grâce à la tradition orale, passée par la bouche de son grand-père Pierre. Pour les précédents, il ne disposait pas d’autre source que les registres paroissiaux. Or dans le Maine ceux-ci ne mentionnent qu’exceptionnellement l’activité, considérée comme secondaire, de chantre d’Église.

464 Ms 2. Sur le braconnage dans le Maine, voir l’étude d’Alexandre Julien, Le délit de chasse dans le Maine au XVIIIe siècle, maîtrise, Université du Maine, L. Bourquin (dir.), 2000, 133 pages.

465 Le château de Gallerande est situé à Luché-Pringé (à moins de 12 km de La Fontaine Saint-Martin).

466 Les Mailly d’Haucourt sont connus dans l’histoire par la figure du marquis Joseph-Augustin de Mailly, maréchal de France (1708-1794) qui à 84 ans vola au secours de Louis XVI aux Tuileries le 10 août 1792 puis fut guillotiné à Arras le 23 mars 1794. Sa veuve revint dans le Maine se réfugier au château des Perrais chez les de Broc, puis racheta la terre de La Roche-de-Vaux qui avait été confisquée au maréchal (Ambroise Ledru, Histoire de la maison de Mailly, Paris, Le Mans, Laval, 1893, 2 vol., 530 et 555 pages). Le château de La Roche-de-Vaux, dénommé plus tard La Roche-Mailly était situé paroisse de Pontvallain et distant d’un peu plus de 14 km de La Fontaine.

467 « Il gagna la mort a guetter dans lhiver des canes Sauvage pour les tuer au lac des Soucis », ms 2.

468 Ms 82.

469 « Mon père m’ancouraget de chanter me disant quil avait bien chanté la messe tout Seul au pupitre a lâge de onze ans et comme mon grand pere Etait toujours Sacriste je fut obligé d’aller aussi chanter Etant Fort jeunne », ms 6.

470 Ms 7-8.

471 « Le soir vers le soleil couchant je fut chez mon grandpere qui demeurait dans la maison qui est devant la halle et il y avait un Banc a côté de sa porte ou jetais assis lorsque Nannon vint a passer », ms 26.

472 Ce « contrat » est un brevet d’apprentissage, acte signé devant notaire où les clauses et engagements des deux parties étaient notés avec une grande précision. Dans sa thèse, Frédérique Pitou analyse un corpus de 240 brevets d’apprentissage lavallois (Frédérique Pitou, Métiers et boutiques à Laval au XVIIIe siècle. Place du groupe des marchands artisans et ouvriers dans une ville textile, thèse d’histoire, Université du Maine, J.-M. Constant (dir.), 3 vol. dactylographiés, 1994, 895 pages).

473 Cardeur : ouvrier qui carde, c’est-à-dire qui démêle des fibres textiles et qui les peigne à l’aide d’une carde.

474 Mal caduc : appelé aussi « mal de saint Jean », « mal de saint Valentin » ou encore « haut mal ». Pour le combattre, on n’avait guère d’autre moyen que de faire appel aux saints guérisseurs comme saint Loup [ou Leu], saint Gilles, saint Namphase, saint Paul etc. À ce sujet : André Polard, Écrire l’histoire de l’épilepsie, Questions préliminaires, Paris, L’Harmattan, 2013, 174 pages (à partir d’un mémoire de Master 2 d’Histoire Contemporaine soutenu à l’Université du Maine le 29 juin 2011).

475 Ad Sarthe : La Fontaine-Saint-Martin, BMS 1762-1792, vue 36/273, 5 décembre 1766. Sont présents à l’inhumation son père, sa sœur et son frère Jean, ainsi que Louis Simon et Louis Degoulet.

476 De la même façon, le mémorialiste gomme un autre frère de Nannon, Urbain Chapeau, plus jeune (né en 1751). L’enquête complémentaire a permis de découvrir qu’il avait embrassé le camp des Vendéens et qu’il était mort pendant la Virée de Galerne de 1793. Voir Introduction, La « mémoire épisodique » de Louis Simon.

477 Ms 3.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site