Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Deuxième partie. La traque de l'historien

Chapitre II. L’étaminier dans l’espace villageois

Anne Fillon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’abbesse voulut voir la couronne de la mariée [… et] la bague d’alliance » : Le règne incontesté du Prieuré194

Les péripéties du « roman d’amoureux » sont inséparables de l’espace conventuel195. On se souvient des exercices de plain-chant dans la chambre de l’aumônier, de la rencontre avec Anne dans un corridor le jour des Rois (comme, un an plus tôt, avec Catherine), des rendez-vous dans le cimetière où Anne pénètre par l’église du couvent, et surtout de la visite nocturne où l’on voit Louis se déplacer dans la sainte maison comme en plein jour196. Le hasard fera même que la messe du lundi 26 janvier [1767], jour des noces, sera dite au Couvent, « Monsieur le Curé étant malade197 ». L’étaminier a certainement aussi eu l’occasion d’aller jusqu’à la grille du parloir, puisque l’abbesse cloîtrée est en mesure d’émettre sur lui un jugement : « c’est un bon Enfant », dit-elle198. Son père était déjà familier de la maison, filleul de l’aumônier Louis Chopin et de la maîtresse des pensi...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540