Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Deuxième partie. La traque de l'historien

Chapitre II. L’étaminier dans l’espace villageois

Anne Fillon

Texte intégral

« L’abbesse voulut voir la couronne de la mariée [… et] la bague d’alliance » : Le règne incontesté du Prieuré194

  • 194 Sur la vie dans les couvents : Renée Bons, Les communautés religieuses de femmes au temps de la Réf (...)
  • 195 Outre l’abbatiale et les bâtiments d’habitation et de service, reconnus « bons, solides et bien ent (...)
  • 196 Ms 22, 24, 30, et 40-41.
  • 197 Ms 52.
  • 198 « Hé bien tu fais bien, c’est un bon Enfant mais je croiais que tu ne l’aimais plus » (ms 49). On r (...)
  • 199 « Le gas ne manqua pas daller la saluer a la porte de leglise mais il ne pû l’ammener et il n’osa a (...)

1Les péripéties du « roman d’amoureux » sont inséparables de l’espace conventuel195. On se souvient des exercices de plain-chant dans la chambre de l’aumônier, de la rencontre avec Anne dans un corridor le jour des Rois (comme, un an plus tôt, avec Catherine), des rendez-vous dans le cimetière où Anne pénètre par l’église du couvent, et surtout de la visite nocturne où l’on voit Louis se déplacer dans la sainte maison comme en plein jour196. Le hasard fera même que la messe du lundi 26 janvier [1767], jour des noces, sera dite au Couvent, « Monsieur le Curé étant malade197 ». L’étaminier a certainement aussi eu l’occasion d’aller jusqu’à la grille du parloir, puisque l’abbesse cloîtrée est en mesure d’émettre sur lui un jugement : « c’est un bon Enfant », dit-elle198. Son père était déjà familier de la maison, filleul de l’aumônier Louis Chopin et de la maîtresse des pensionnaires, Dame Françoise Rosalie de Voulges, d’où son prénom de Louis-François. On note en revanche que Patoy, étranger au village et à la profession de sacristain, n’ose même pas entrer « au tour », qui est pourtant le lieu le plus ouvert du Prieuré199.

  • 200 Mlle de La Gallissonnière se réfugie au prieuré de La Fontaine en 1773 pour y faire le deuil de sa (...)
  • 201 Le détail de ses terres est donné par l’inventaire du 25 octobre 1790 (An : F 19/611/2, voir partie (...)
  • 202 L’inventaire de 1790 indique « que la communauté est composée de onze religieuses de chœur, d’une s (...)
  • 203 Le château des Perrais est situé à moins de 10 km de La Fontaine. Pendant la guerre de Sept ans, Mi (...)
  • 204 Femme de tête et de cœur, habile et instruite, Louise-Marie-Madeleine de Broc avait pris ses foncti (...)
  • 205 Après la messe, « nous fûmes saluer Madame l’abbesse qui était dame de paroisse », ms 52.

2Il n’a pas échappé au lecteur que les habitants du Couvent jouent un rôle essentiel dans les Mémoires. Le Couvent abrite à la fois une communauté de religieuses cloîtrées, une « maison de retraite » pour dames nobles, un pensionnat aristocratique200 et un domaine agricole201. Cette vaste entreprise réunissait encore au milieu du XVIIIe siècle une soixantaine de personnes202. Elle est dirigée de main ferme par la prieure, Louise-Marie-Madeleine de Broc, sœur du marquis Michel-Armand, militaire valeureux et constructeur du superbe château des Perrais à Parigné-le-Polin203. Comme sa tante à laquelle elle a succédé dans cette fonction, elle se laisse honorer du titre d’abbesse204. La paroisse étant, on l’a vu, fille du prieuré, la prieure « présente à la cure », c’est-à-dire qu’elle propose un titulaire à la nomination de l’évêque. C’est parce qu’elle est « seigneur » ou plutôt « dame de paroisse » que les mariés lui rendent visite205. Longtemps on ira faire signer à l’abbesse les actes de la communauté d’habitants et de la fabrique.

  • 206 L’épisode se place en 1746 (ms 7).
  • 207 Ms 49, 52 et 68.
  • 208 Ms 51 et 56.

3Louis rapporte avec un peu d’amertume, semble-t-il, l’anecdote de la croix d’or valant 120 livres – quatre à cinq mois de salaire – trouvée par son père, lequel ne reçoit de la nouvelle abbesse, pour prix de son honnêteté, que du seigle représentant 6 % de la valeur de l’objet206 ! Mais c’est cette même religieuse qui encourage Anne Chapeau à épouser l’étaminier, admire la couronne de mariée et l’alliance, presse enfin Louis, en 1787, d’accepter d’être syndic207. Son neveu, le sous-lieutenant Charles-Michel de Broc, 18 ans, venu la saluer avant son départ pour rejoindre son régiment à Castres, donne le bras à la mariée pour entrer à l’église, et M. le Comte de Broc propose même d’être parrain du premier enfant si c’est un garçon208.

  • 209 Fin 1763, « la Veuve Peslier, tourière » assiste à l’inhumation d’un domestique du couvent. Cette v (...)
  • 210 Office : tel est en effet le terme flatteur utilisé par la Saint-Louis pour dire la fonction de la (...)
  • 211 « Elle n’avait que 30 F sur lequel elle devait un Ecu », ms 54.

4Les deux filles que Louis a aimées sont successivement tourières au Couvent. Chargée des relations avec l’extérieur, la tourière est pourvoyeuse de beurre, d’œufs, de volailles ; elle range le linge de l’aumônier, fait les commissions, ouvre chaque matin la porte de l’église et, à l’occasion, balaie le sanctuaire. Domestique de confiance – le tour a été longtemps confié à une religieuse puis à une veuve209 – elle gère une certaine somme d’argent sur laquelle elle ne rend des comptes qu’en quittant son office210. D’où l’écu dû par Anne Chapeau, à l’heure de son mariage, sur le contenu de sa bourse211.

  • 212 Ainsi du moins le présente la Saint-Louis pour le valoriser aux yeux de Louis (ms 21). Bien que Cha (...)
  • 213 Le temporel du couvent comprenait 4 maisons, 1 moulin et 21 fermes, soit un peu plus de 400 ha de t (...)
  • 214 La correspondance de Mlle Barrin de La Gallissonnière évoque la vie au Couvent de La Fontaine et se (...)

5Si la jeune fille est tourière, c’est que son père, laboureur malchanceux, est lui-même devenu premier bouvier de l’abbesse, « conducteur du domaine des dames Religieuses212 ». Et on voit tour à tour jouer leur rôle, les « garçons » ou valets, et Bouruet, le second bouvier, cousin de Patoy213. Entreront aussi en scène l’approvisionneur, Fleur, célibataire endurci qui finira par épouser la lingère, et le maître des jardiniers, François Trotté. Celui-ci a fait un assez long chemin pour venir travailler, comme beaucoup de ses collègues car, dans ces métiers de luxe, il n’y a pas toujours adéquation au village entre l’offre et la demande. Ainsi Étienne Lemer, dit « Saint-Louis », mari de la confidente d’Anne, est jardinier de l’abbé de Crin, loin de sa famille, dans un château d’Épineu-le-Chevreuil à 41 kilomètres. Nous rencontrerons aussi l’aumônier, futur chanoine, le procureur, c’est-à-dire l’homme d’affaires, une servante au caquet bien affilé, et une dame pensionnaire qui ne se prive pas de donner des conseils. Il s’agit d’une de ces parentes de religieuses retirées au Couvent dont les inventaires révèlent des fauteuils en tapisserie, des coussins brodés et des tapis de Bergame, une montre à boîte d’or, des petites boîtes de bois remplies de rubans, d’amidon, de poudre, de papier fin à lettres ou de papier à musique, de dessins ; et quelques provisions pour améliorer l’ordinaire, telles que confiture, poivre, muscade, huile et vinaigre, café, sucre, eau-de-vie et tabac ; sans compter de belles garde-robes où le coton foisonne214.

  • 215 Ms 60. Marie-Anne Duclos avait été la dernière organiste du prieuré de La Fontaine. En 1790, elle y (...)
  • 216 En 1790, l’inventaire détaillé du couvent énumère le personnel suivant : outre l’aumônier et les de (...)

6Si on ajoute à la liste « la Saint-Louis », qui travaille au Couvent comme journalière, la nonne qui prédit à Nanon qu’elle serait bientôt veuve et l’organiste qui, plus tard, aurait voulu épouser Louis après son veuvage215, nous disposons de l’échantillon presque complet de la population du prieuré, qui compte aussi les filles de chambre attachées au service d’une vieille religieuse ou d’une dame pensionnaire, et un bataillon de jardiniers sous les ordres de Trotté216. Le Couvent est, on le voit, un des moteurs du village, mais il est aussi une vitrine « d’étrangetés » et de nouveautés, ainsi qu’un espace où l’on s’informe, où l’on cause, où l’on se frotte à d’autres groupes sociaux et où peut-être, naissent les modestes fondements de ce qu’on appellera l’opinion.

7De tels prieurés ou abbayes existaient dans beaucoup de villages de l’ancienne France. Dans d’autres, le château pouvait jouer un rôle similaire.

« Je fis mon cahier de doléances puis je le donnai à Monsieur Dorvaulx » : Les intermittences du château

  • 217 La levée : longue langue de terre surélevée qui était close de murailles, ce qui donnait au manoir (...)
  • 218 « Il paraît que c’est M. Dorvaulx le grand père a celui que j’ai vû et qui était de mon âge qui les (...)
  • 219 « Ces sols très perméables sont peu propices à la culture, à l’exception du pin maritime qui a trou (...)
  • 220 Louis Simon évoque la hausse du prix du bois de chauffage et des fagots (ms 67). À une quinzaine de (...)

8À La Fontaine, le château du Maurier a abrité des propriétaires notables, tels, au XVe siècle, Jean Aubry, adepte de la R.P.R., la Religion Prétendue Réformée, comme l’appelaient les catholiques. Ou, au XVIIe siècle surtout, Benjamin Aubry, ambassadeur en Hollande, époux de Renée de Jaucourt, sœur d’un des gendres de Duplessis-Mornay, et son frère Louis Aubry, diplomate, aide de camp du roi, retiré de bonne heure sur ses terres. Ils ont contribué tous deux à restructurer le bourg par les échanges effectués avec la prieure, la démolition de la levée217, la construction « d’un pont et chemin neufs » ainsi que d’un nouveau lavoir. C’est l’un des fils de Benjamin, Daniel ou Louis, qui éleva, au milieu du XVIIe siècle, les premiers conifères au Maurier, et non comme l’écrit Louis Simon, qui l’a sûrement entendu dire, Louis-Éléonor d’Orvaux, petit gendre de Louis Aubry218. Un différend opposant en 1656 monsieur du Maurier et le comte de La Suze fait déjà état des pins de l’enclos219. Partie du château, cette plantation novatrice transformera au XVIIIe siècle le paysage où abondait la lande, pauvre, inculte, mais ouverte au bétail des villageois sans terre. Elle multipliera les espaces clos, dédiés aux pins sylvestres, qui auront toutefois le mérite de faire baisser le prix du bois, devenu exorbitant à mesure qu’il se raréfie220.

  • 221 Ms 66.
  • 222 Sur les relations entre château et village : Anne Fillon, « Les villageois et le château dans le Ma (...)

9Mais, au temps de la jeunesse de Louis, le Maurier est le plus souvent vide. La veuve de Louis-Éléonor d’Orvaux élève ses enfants à Angers, n’occupant probablement le château que pendant l’été. En 1763, la vieille demeure est même louée partiellement à un marchand fermier de Courcelles qui utilise la boulangerie, la cuisine et le jardin, tandis que deux célibataires logent dans des chambres. Les relations avec les villageois ne sont plus alors que de locataires à propriétaires, et madame d’Orvaux n’hésite pas à faire tout saisir chez Michel Le Boul, fermier de la Ségrairie, comme le raconte notre auteur221. Les actes notariés attestent que le fermage annuel était bien de 200 livres et que Le Boul devait deux fermes, c’est-à-dire deux termes. Malgré l’épidémie qui emporte le fermier et met à mal son fils et sa fille incapables de travailler, on vendra les meubles, les outils et le cheptel. C’est une situation absolument différente de celle qu’on observe par exemple à Parigné-le-Polin auprès de la famille de Broc222.

  • 223 Ms 58-59.

10En revanche, Louis-Philippe François d’Orvaux, jeune officier de dragons contemporain de Louis Simon, demande à ses locataires, comme un service, d’avancer d’un mois le terme de la Saint-Marc, le 30 avril, pour lui permettre d’assurer ses dépenses d’équipement au moment de prendre ses quartiers. Il proposera à l’étaminier de lui vendre un terrain au bord de la nouvelle route pour y construire une auberge rentable, projet qui ne se réalisera qu’après la Révolution avec son gendre, le chevalier d’Arlanges223.

11Le château fut aussi, pendant les troubles, le refuge du curé réfractaire, auquel donnèrent asile madame d’Arlanges et sa fille. Selon les procès-verbaux rédigés par Louis Simon, alors secrétaire de mairie, le curé fut l’auteur de « menées sourdes » qui menacèrent la paix du village. En fait, alliés du château ou en opposition avec lui, les habitants du presbytère tiennent aussi à toutes les époques une grande place dans la vie de la paroisse.

« Le curé Fresneau lui enseigna tout ce qui pouvait lui servir » : Les chauds et froids du presbytère

  • 224 René Plessix, « Le clergé du Maine et le changement matériel aux XVIIIe et XIXe siècles : quelques (...)

12Parmi ceux qu’il a connus ou dont il a entendu parler, Louis Simon cite cinq curés qui composent une liste assez représentative du clergé rural de nos régions de la fin du XVIIe siècle à la Révolution224.

  • 225 Charles d’Angennes de Rambouillet (1530-1587), évêque du Mans de 1556 jusqu’à sa mort.

13Charles de Charleville, contemporain de l’arrière grand-père Michel Simon, fut curé pendant trente-deux ans de 1669 à 1701. Noble, homme du Nord, venu directement de l’armée pour occuper des fonctions ecclésiastiques, il constitue un type de prêtre qui tend à disparaitre. Si la tradition s’est transmise d’un gaillard de près de deux mètres portant barbe de la Toussaint jusqu’à Pâques, c’est que l’usage était très anciennement établi dans l’Église du Mans de raser la barbe, afin de bien distinguer le clerc du soudard. Le roi Henri II avait même dû écrire deux lettres aux chanoines du Mans pour les prier de ne point requérir leur nouvel évêque, le cardinal d’Angennes225, de se raser le menton, mais les chanoines avaient supplié humblement le roi de leur conserver leur louable coutume.

  • 226 Sophie Cohen, L’image de Sainte Barbe conservée dans le haut-Maine (XVIIe-XVIIIe siècles) et dans l (...)
  • 227 Fabricier : celui qui est chargé d’administrer la fabrique paroissiale, on dit aussi fabricien, pro (...)
  • 228 A. Fillon, Louis Simon étaminier…, op. cit., vol. 2, p. 294-295, à partir du minutier Pillot, année (...)
  • 229 Ms 3.

14Le curé Fresneau, qui exerce également son ministère à La Fontaine pendant trente ans (1719-1749), est un fils de marchand tanneur de la région. Il a un vestiaire fruste – vêtements d’étamine noire, bonnet de grosse laine et bottines pour aller à cheval – une bibliothèque de cent volumes presque exclusivement religieux, une activité secondaire de bordager et un caractère peu commode. Il démolit l’autel de Sainte-Barbe226 à la grande colère du châtelain, ignore officiellement pendant quelques jours la nouvelle abbesse parce qu’elle a indûment cassé une branche, en signe de propriété, dans le cimetière paroissial. Il intente un procès au fabricier227, allant jusqu’à mettre des pierres dans le tronc de l’église et refuser d’ouvrir sa porte au notaire requis par les habitants, « bien qu’on vît au travers des vitres sa servante allant et venante et lui dans sa chambre haute228 ». Mais si notre auteur ne souffle mot de ces aspects peu engageants du caractère du curé, c’est que Louis Fresneau a l’immense mérite d’avoir enseigné à son père à lire, à écrire et l’arithmétique, ce qui lui vaut à lui-même de connaitre aussi ces sciences229.

  • 230 Saint-Sulpice est une abbaye bénédictine qui avait été fondée au début du XIIe siècle par le moine (...)
  • 231 L’abbé Olivier-Marie Semelle est repéré à Laval au Québec entre 1743 et 1747 où il devient le premi (...)
  • 232 Galettoire ou galettière : poêle sans rebord ou à rebord très bas sur laquelle on fait cuire les ga (...)
  • 233 Boudinoire ou boudinière : entonnoir pour faire du boudin.
  • 234 Le Canada connaissait le thé avant la conquête des Britanniques. L’intendant François Bigot, intend (...)
  • 235 L’inventaire après décès du curé Semelle, en 1769, comporte « une vielle avec sa boîte ». C’est pro (...)

15Le pasteur qui le remplace, Marie-Olivier Semelle était breton. Il avait été aumônier de l’abbaye Saint-Sulpice de Rennes, maison mère du prieuré de La Fontaine230, après avoir vécu au Canada231. Ses armoires contenaient une garde-robe raffinée : chemises garnies de dentelle en toile de Hollande à boutons d’argent, « habit de ras à fenêtres violettes », c’est-à-dire habit de drap à plis crevés ornés de soie, poignets blancs, bas de fil et même de soie, boucles de jarretières en diamant. Il avait aussi de quoi diversifier ses menus : galetoire232 de Bretagne, boudinoire233, moules à biscuits, cafetière de cuivre, tasses à café, et une boite pleine de thé !234 Sa bibliothèque révèle un prêtre solidement formé en théologie, morale, et liturgie, un humaniste à la culture vaste, possédant des ouvrages de géographie et de littérature étrangère, un esprit curieux des techniques, s’intéressant au droit, à la musique235, ou « à la façon de faire des cadrans » et soucieux de progrès comme en témoignent ses livres de médecine, de chirurgie et d’obstétrique. On s’aperçut vite qu’il était généreux envers les pauvres : il fournissait aux malades démunis du lait et du sucre. Il ne parait pas avoir eu, comme son prédécesseur, des démêlés avec ses ouailles. Quant aux Simon, ils étaient alors particulièrement familiers du presbytère, puisque Louis-François faisait même la tonsure du curé. Nous verrons plus loin que la culture livresque de Louis Simon et sa religion doivent beaucoup à l’influence de ce prêtre qu’on peut considérer comme un homme des Lumières.

  • 236 Joseph Clottereau ne ressemble pas à bon nombre de ses confrères tels les curés Froger de Mayet, Co (...)
  • 237 Ad Sarthe : G 404, f° 385 et G 405, f° 78, résignation de Pierre René Clottereau en faveur de son f (...)

16Lui succède Joseph Clottereau, fils d’un tailleur d’habits, cousin des Simon. Il entame en 1778 une guérilla qui rappelle, en plus violent, le temps du curé Fresneau. Fort d’une ordonnance qu’il interprète à sa façon, il annonce au prône, un dimanche de juillet, qu’il percevra sa dîme à la treizième gerbe, alors que « depuis plus de quarante et cinquante ans » comme le clament les paroissiens outragés, ils ne la paient qu’à la quinzième. Ainsi l’impôt risquait de passer de 6,6 % à plus de 7,6 %, ce qui fut jugé inacceptable. Une pétition s’ensuivit, puis le déplacement au presbytère du notaire et de quelques paroissiens, auxquels le curé dit « avec des termes impropres et qui ne conviennent pas au sacerdoce de sortir de sa cour ». Il en résulta une cassure entre les tenants du curé et les autres, une capitulation provisoire du prêtre qui pourtant, en mai suivant, assigna ses ouailles en justice pour la délivrance de la dîme à la treizième gerbe236. Cette fois, une délégation de quarante paroissiens conduite par deux notaires « reçue dans la cuisine » se vit opposer un refus formel du curé de présenter le « trésor » qu’il cachait indûment dans un lieu secret. Il fut cité au tribunal et, un mois plus tard, c’est la résignation providentielle, en sa faveur, de son frère Pierre, curé de Saint-Jean-de-la-Motte, qui mit un terme à l’aventure237. De tels litiges fiscaux n’étaient pas exceptionnels dans les villages.

  • 238 Mansigné se trouve à 9 km au sud-est de La Fontaine. Sur ce village : Stéphane Poussin, Notables et (...)
  • 239 Ms 56.
  • 240 Martine Taroni a montré que seuls 19 % des curés sarthois sont réfractaires lors du serment de 1791 (...)

17L’arrivée du curé Lelong, fils d’un marchand cirier de Mansigné238, calme les esprits. Sa sœur est marraine, en 1781, de la dernière fille de Louis239, et il faudra la fracture du serment constitutionnel pour qu’à nouveau la paroisse se divise. De retour d’un exil à Jersey dont il aurait pu tenir rigueur à la municipalité, et notamment à Louis Simon, l’abbé Lelong reprit avec ses paroissiens des relations chaleureuses. C’est sous son ministère que se situe, en 1818 la fameuse affaire de la découverte des prétendues reliques de saint Démétrius, qui vont valoir à la pauvre Fontaine des heures glorieuses. Joseph Clottereau et Gervais Lelong font tous deux partie du clergé réfractaire, mais avec des attitudes fort différentes qui en illustrent la diversité240.

  • 241 Isabelle Gaumont, Recherches sur les « petites écoles » rurales dans le Haut-Maine sous l’Ancien Ré (...)
  • 242 Les fonctions de sacristain et de chantre se transmettent souvent de père en fils dans les paroisse (...)

18Afin qu’au presbytère il y ait aussi un vicaire, les paroissiens avaient voté en 1759 un impôt volontaire, payable par tous ceux qui profiteraient de ses offices, car les revenus du bordage dévolu à la rétribution du vicariat se révélaient insuffisants, et la glane – droit de ramasser les épis laissés sur le champ – était bien maigre. Il y avait eu aussi au début du siècle, comme dans beaucoup de paroisses, des prêtres habitués, chargés de contribuer à assurer les messes quotidiennes rémunérées par les legs des fondations, dont on a dit qu’ils constituaient un « prolétariat clérical », mais qui étaient toutefois souvent logés et nourris au presbytère. Ils semblent avoir disparu à l’époque de Louis Simon. On ne trouve pas non plus de principal de collège puisqu’il n’y a aucune école241, ni de prêtre sacristain, puisque cet office est tenu par Pierre Simon puis par Louis242. La fonction de chantre avait été assurée par Michel Simon, l’arrière-grand-père, et par Louis-François, des laïcs qui, tout en étant proches de la cure, nous amènent au petit monde de la rue.

« J’invitai le bonhomme d’une bouteille de vin au Plat d’Étain » : La bigarrure de la rue

  • 243 Régine Bamas, Les auberges de campagne dans le nord-ouest du Haut-Maine, maîtrise, Université du Ma (...)

19La rue propose dans presque tous les villages plusieurs auberges243. À La Fontaine, dès le XVIIe siècle, L’Image du Grand Saint Martin, de bon standing, disposait d’une chambre rouge, d’une chambre jaune, et d’une chambre verte, pour loger les nobles visiteurs du Couvent et les officiers des forêts. Elle s’est effacée au XVIIIe siècle, laissant la place au Croissant et au Plat d’Étain, vieilles maisons beaucoup moins huppées, offrant à boire et à manger à de plus modestes clients.

20Au Croissant règne la famille Morin dont l’ancêtre, Noël, au milieu du XVIIe siècle était notaire en même temps qu’hôte. Son fils, Noël, était hôte et « sculpteur de bois », travaillant notamment pour l’église du Couvent. Son petit-fils Noël, hôte et menuisier, fut un des grands notables de La Fontaine. Louis évoque parmi les « événements extraordinaires visionnaires » le songe qui avertit l’hôte de ce qu’un voleur emmenait les moutons de la Ségrairie. Un acte notarié nous apprend que Noël Morin était propriétaire de la moitié de ce troupeau, selon une habitude régionale dont nous reparlerons, et les registres paroissiaux révèlent, que, deux fois veuf, il épouse justement à 45 ans, la fille du fermier qui en a 20. Il appelle encore « l’étude » l’une des pièces de l’auberge. L’arrière-petit-fils, Noël, parrain de la fille cadette de l’étaminier, est boulanger, mais il meurt à 44 ans et, son père le suivant de près, la dynastie Morin s’éteint après deux siècles de paisible notabilité villageoise.

  • 244 Le parrain de Marie-Perrine Le Boul est Pierre-Gaspard de Clermont, marquis de Gallerande (1682-175 (...)
  • 245 Martial Simonnet de Kermarec-Traurout, fin connaisseur de la noblesse bretonne, indique que Perrine (...)

21Beaucoup plus mouvementée est l’histoire du Plat d’Étain, qui touche Le Croissant. François Le Boul, hôte, marchand de bois, cercles et charbon, est un homme influent, proche des châteaux et du Couvent. Sa fille, Marie-Perrine, a pour parrain le marquis de Gallerande244 et pour marraine la fille d’un armateur de Saint-Malo, Marie-Perrine Groult de Beauvais245. Elle apprend à lire et à écrire au Couvent. Peut-être même y est-elle éduquée avec les pensionnaires, comme le suggère sa belle signature au contrat de mariage d’une jeune aristocrate du nord du Maine qui épouse un noble de Moulins. Elle-même se marie en 1742 avec un boulanger de Mansigné, François Fouqueré, auquel François Le Boul laisse l’auberge. Il ne gérera plus que son commerce de bois couchant sur son livre-journal et sur son « portatif » les gros marché d’écorce, avec « voiture d’écorce » (c’est-à-dire le transport) à prendre dans la forêt de la Chaussepaillère dont il est le fermier, qu’il conclut avec les tanneurs de La Flèche. Pendant dix ans, à l’époque où Louis-François fréquente trop les auberges, Marie-Perrine et François Fouqueré récoltent les retombées des affaires paternelles, et Le Plat d’Étain est florissant. Le trousseau de l’hôtesse regorge de coton rayé et coloré, quinze ans avant que la fibre nouvelle ne soit répandue dans les villages : chemises garnies de dentelle et de broderie, gants blancs, robe de chambre. Il contient même un peu de soie. À l’été 1751 l’hôte meurt presque subitement, ayant tout juste le temps de donner à son fils François, « au lit de la mort », sa montre à boite de cuivre avec sa sonnerie. Trois mois après le décès, la veuve loue une chambre garnie à un jeune chirurgien monté du Vivarais, Jean-Pierre Lagarde dit Dumond, qui ne va plus quitter l’hôtesse. Il convole avec elle en octobre et elle met au monde sept mois plus tard une petite fille qui n’est peut-être pas prématurée, car elle vivra fort longtemps. Le couple abandonne bientôt l’auberge, s’endettant lourdement pour tenter de faire construire une maison de maître qui ne verra jamais le jour. Leur désir d’ascension sociale les pousse même à anoblir peu à peu leur nom : « Lagarde dit Dumond », devient « Lagarde Dumond » puis « de Lagarde Dumond ». Il ira jusqu’à « de la Garde du Mont », patronyme jugé encombrant à la Révolution par leur fils chirurgien lui aussi, qui lui donne sa forme la plus concise : « Garde Dumond », avant de le redéployer la Restauration venue.

  • 246 Ms 23-24. Nuit fermée : nuit noire.
  • 247 Vallon-sur-Gée se trouve à 25 km au nord de La Fontaine. On est ici un peu au-delà de la zone de vo (...)
  • 248 Ms 43. Sur Mathurin Guilmaux voir plus haut « Une hydropisie de poitrine : Aux grands maux, les pet (...)

22François Le Boul, père de l’hôtesse, reprend Le Plat d’Étain, mais ses affaires vont mal. Deux fois veuf, très atteint par la goutte qui l’oblige à vivre en chaussons, il ne parvient plus à se faire payer. Il doit à sa servante, Michelle Robert, six ans de gages plus le vin qu’elle a avancé. À la mort de François Le Boul, son fils René quitte la belle auberge de Château-Sénéchal pour tenir Le Plat d’Étain, qu’il sous-loue peu après à l’ancienne servante, vite mariée malgré son âge avancé, grâce au pécule récupéré sur la succession. Le couple fait de mauvaises affaires. Il est saisi et on voit arriver de 1763 à 1766 Julien Micaux, de Saint-Jean-de-la-Motte, qui prend sa sœur Nannon, comme servante : celle qui file si bien sa quenouille sous la halle « à la nuit fermée246 ». Mathurin Guilmaux, angevin, époux d’une riche fille de marchand serger de Vallon-sur-Gée247, vient ensuite gérer l’auberge au moment ou notre auteur vit son roman d’amoureux. Lors de la demande en mariage, Jacques Chapeau l’interpelle pour obliger l’amoureux timide à parler et il intervient pour marquer son approbation : « Vous ne sauriez trouver meilleur garçon248. »

23En 1778, l’auberge est vendue. Marie-Perrine Le Boul est emportée par la mort deux ans plus tard, suivie de peu par le chirurgien dont la main tremble violement depuis quelque temps, et qui finit, dans une chambre à Oizé, une carrière commencée trente ans plus tôt dans une chambre du Plat d’Étain.

  • 249 En 1786, « l’année que nous fûmes demeurer au Plat d’Eteim il fut une si grande abondance de vin… » (...)

24Pierre Cureau, cousin germain de Louis Simon, achète l’auberge 1 948 livres comptant, le reste payable en trois mois soit 2 924 livres. Il s’agit d’un placement et, en 1786, au départ de René Boilard auquel il l’a d’abord loué, c’est tout naturellement à son parent qu’il la propose. « Nous nous y arrangions très bien » écrit l’hôte, et on se souvient qu’il rappelle l’exceptionnelle vendange de 1786, jusqu’à ce que « la guerre civile », ou plutôt la résurgence de la Contre-Révolution, ne lui fasse craindre que « les scélérats de chouans » ne boivent le vin sans payer249.

  • 250 Pour plus de détails sur cette histoire rocambolesque : A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. (...)
  • 251 Linon : toile fine et transparente, en lin ou en coton, utilisée en lingerie fine.

25D’autres maisons notables ont pignon sur la rue du village. Le Bouquet, avant de n’être qu’un bordage exploité par notre auteur, abritait aussi un commerce de bois, plus limité que celui de François Le Boul mais qui avait toutefois bien enrichi Jean Piveron. Cousin par alliance du grand-père Simon, arrivé comme homme de labeur, ce personnage incontournable et omniprésent, avait acheté dans sa jeunesse les maigres biens de Pierre Simon, et hérité du Hallier perdu par la pauvre grand-mère Coutant. Il avait dans sa verte vieillesse – à 70 ans passés – fait à sa jeune servante un enfant, et proposé à son bûcheron d’endosser la paternité puis d’épouser la mère, moyennant un repas et du tabac, avant que la justice ne le condamne à payer « le fruit de son ouvrage250 ». Sa fille Catherine, veuve de François Bellanger, charpentier, s’était installée en face, dans l’ancienne auberge de L’Image du Grand Saint-Martin, où elle vendait sucre, chandelles, poêles, bougeoirs de cuivre, marmites de fonte, et linon rayé251. Femme de fer, elle achetait dans les ventes jusqu’aux ustensiles et aux vêtements inutilisables, pour se payer de quelques sous dus par le défunt. Sa fille Catherine – « Mademoiselle Bellanger » comme la nomme toujours notre auteur – hérita de cette maison et du bordage du Bouquet. C’est parce qu’elle est la propriétaire des jeunes Simon qu’Anne la trouve « un peu difficile à contenter » et qu’elle décide de déménager.

  • 252 À la campagne, on nomme quand même « ciriers » les chandeliers qui ne travaillent que la graisse an (...)
  • 253 Poivre de muscade : noix de muscade râpée ou moulue. Le terme de « poivre » est employé comme terme (...)
  • 254 Les campagnes ravagées par de terribles épidémies de peste bovine recouraient à la pratique empiriq (...)

26Près du Plat d’Étain, une petite maison appartenait à Louis Boistard, fils de l’ancien meunier de La Rochelle, prédécesseur de l’oncle Soyer. Orphelin à 7 ans, élevé à Mareil-sur-Loir en Anjou, il avait décidé en 1761 d’y entreposer ses boîtes, car il est « porteur au col ». On dit déjà « colporteur ». La Fontaine aura donc sa caverne d’Ali Baba où reposeront des stocks de mercerie, de bimbeloterie, de petits bijoux et de cordes à violon, mais aussi d’almanachs et de livrets bleus à un ou deux sols, deux marchandises qui ont forgé la culture de notre auteur. Au bout de la rue, Fougery, « le maréchal en œuvre blanche », n’a guère de chevaux à ferrer, car dans le sud du Maine, ce sont les bœufs qui travaillent aux champs. Alors il fait le regrattier, débitant le sel « à petites mesures », moule les chandelles comme un cirier252, et vend comme un camelotier clous, lacets, poivre de muscade253. Sans compter qu’il fait un peu le « médecin de bestial254 ». Il possède une belle boutique, c’est-à-dire un atelier bien équipé.

  • 255 Outre son utilisation comme épice, les propriétés antiseptiques et anesthésiques des clous de girof (...)

27On ne trouve plus autant d’artisans qu’au début du siècle : plus de cordonnier pour remplacer Gallet, le beau-frère de la grand-mère Coutant, plus de charpentier après la mort de François Bellanger. Il n’y a jamais eu de boucher à La Fontaine, mais un boulanger, Cosnard, qui fait aussi le traiteur aux noces et aux enterrements de notables, cuisant la viande de bœuf et fournissant le clou de girofle255. Son frère a préféré s’embarquer : il est boulanger sur le vaisseau L’Invincible.

28Il nous reste à observer la seule maison ou l’on vit bourgeoisement : le grand logys, que Louis Simon achètera plus tard en partie. Michelle Le Cornu, fille de l’ancien notaire, et son époux René Quéru de la Poustière, chevalier de Saint-Louis, ancien major à l’hôtel royal des Invalides, ont garni de tapisseries les murs de leur salle basse et de leurs chambres hautes. Ils ont pris en pension leur oncle, ancien curé de Saint-Jean-de-la-Motte, auquel ils fournissent moyennant paiement, sucre, café, tabac, fauteuil roulant ; le soin du barbier, du chirurgien et du médecin ; l’aide de plusieurs servantes, épuisées par le lavage des draps du malade mais récompensées par des dons pour aller aux foires. Les Simon sont leurs voisins lorsqu’ils habitent la maison de L’Écuyer. Le père et le fils sont souvent appelés à servir de témoins dans cette demeure, à laquelle pense probablement notre étaminier lorsqu’il évoque « les maisons des riches ». La pension alimentaire du vieux curé est en effet de 32 sols par jour – une fois et demi le salaire de l’artisan – sans compter tous les à-côtés que nous avons énumérés.

  • 256 « Elle a Eté ansevelir plusieurs pauvres morts et Encorre allet elle quêter les linges » (ms 53). L (...)

29Enfin, entre ces foyers de marchands et d’artisans, ou dans une chambre baillée par eux, vivent les veuves, souvent journalières, comme Marie Fougerard, « la Saint-Germain », veuve de l’ancien pourvoyeur du Couvent. Des veufs aussi comme Pierre Simon, ou des femmes seules comme la Saint-Louis, et même quelques habitants réduits à la mendicité, ceux pour qui l’épouse de Louis quête des linges au moment de les ensevelir256. La sage-femme, qui est souvent une veuve, habite généralement au bourg, et non plus dans les écarts.

« A travers les prés, les champs et les landes » : La rusticité des écarts

  • 257 Voir fig. n° 14.

30Les trois métairies qui appartiennent au château sont proches du bourg. Ce sont le domaine du Maurier, la Ségrairie et la Grande Porcherie257. Elles seules contiennent plus de 15 hectares. Mais le sol y est plus pauvre et les fermiers sont loin d’y faire fortune. Au-delà, dans les hameaux, on ne trouve plus que de petites exploitations de moins de 15 hectares qu’on appelle des bordages. Au début du siècle, on les distinguait des closeries, encore plus petites puisqu’elles ne s’étendaient que sur moins de 9 hectares.

  • 258 Ms 66, 8, 33-34, 37, 44.
  • 259 « Le fermier de la Segrêrie qui Etait aussi le Cabarettier pris le parti de Patoy, Comme Etant de m (...)
  • 260 La Vézanne : rivière née sur le territoire de La Fontaine Saint-Martin, elle se dirige d’abord vers (...)

31Louis Simon a évoqué trois fermiers successifs de la Ségrairie : Michel Le Boul, dont il n’a oublié ni la mort, ni la saisie, ni même le prix du fermage qu’il devait payer ; Louis Degoulet, qui intervient un mercredi de l’an 1761 à La Flèche pour l’empêcher de partir à la guerre, et qui d’ailleurs ne sera guère plus chanceux que Le Boul dans son exploitation ; enfin Beunardeau qui, avec sa femme et son fils, joue un rôle dans le roman d’amoureux258. La Ségrairie fut le quartier général de Patoy. Il y boit, y mange, y couche même à l’occasion. Bien qu’elle tourne le dos à la rue, la ferme constitue un lieu de communication, limité toutefois aux gens de la terre259. À la Grande Porcherie, proche du portail du Couvent près duquel les amoureux se quittaient parfois, on pouvait observer (jusqu’en 1980 !), un large mégalithe qui jaillissait étrangement du sol dans la salle commune, et que les bâtisseurs avaient respecté, probablement par une obscure crainte de déranger quelque puissance occulte. Un peu plus loin, Paul, le fils tailleur de pierres, construira Beaulieu, près de la Vezanne260, en face du parc du château, maison d’artisan entre bourg et campagne.

  • 261 Rouir le chanvre : faire macérer la plante textile pour faciliter la séparation de l’écorce filamen (...)
  • 262 Ms 18.

32Au sortir de cet espace rassurant et facile à traverser qui avoisinait le bourg, on abordait, par de mauvais chemins souvent inondés, les hameaux. Au bordage de La Touche, on vendait aussi du vin à la guinguette. C’est probablement parce que cette maison était plus éloignée de l’agglomération, que les garçons du Couvent y faisaient leur grand dîner en morue, loin des oreilles indiscrètes, car le ton de ces repas de jeunes mâles avait la réputation d’être gaillard, d’où le petit scandale qui suivit la visite inattendue de Nannon. À La Cuissardière, l’ami-traître Coubard, qui avait épousé la cousine Louise, fille du meunier, avait achevé prématurément une vie qui l’avait conduit sans succès d’une exploitation à une autre : pierre qui roule n’amasse pas mousse. La Fromendière était le bénéfice du vicariat. À La Rouillerie, l’étang permettait, comme le nom l’indique, de rouir le chanvre261, pour en faire pourrir l’enveloppe fibreuse, qu’on avait d’abord érussée dans les veillées où notre étaminier jouait du violon262.

  • 263 Querdray : écho de la prononciation locale de « Cœur de Roy ».
  • 264 Voir fig. n° 14.

33Au nord-est, la closerie du Hallier, propriété du cousin Piveron, puis de sa fille Catherine et de sa petite-fille, mademoiselle Bellanger, était le berceau du grand-père Simon. Elle avait été possédée puis perdue par Catherine Coutant, l’aïeule de Pierre Simon, qui était aussi – pourquoi Louis n’en parle-t-il jamais ? – la sage-femme du village, et qui courait les chemins, la nuit, à plus de 77 ans pour mettre au monde un enfant et parfois le baptiser. Plus près de la nouvelle route, se trouvait le hameau de La Rochelle, qui comptait notamment la ferme où Nannon avait demandé à Louisot de l’accompagner pour leur première promenade : espace situé presque aux limites de la paroisse, accessible par un chemin peu fréquenté mais encore en territoire familier. De l’autre côté de la route, Bois Rouge par exemple, ou Le Haut Cœur de roy, « vulgairement appelé Querdray » comme l’écrit le notaire263, auraient été trop isolés pour être convenables. La Rochelle, c’était aussi le moulin du Prieuré, tenu par l’oncle Soyer, époux de Marie Cureau, sœur de la mère de Louis. Celui-ci se souvient que le meunier était au Plat d’Étain à boire bouteille avec « les deux pères », lorsque Louis-François demanda à Jacques Chapeau de laisser son fils fréquenter Nannon. François Soyer avait été élu syndic contre son gré, ayant fait remarquer qu’il était particulièrement « disgracieux » dans cette fonction de ne savoir ni lire ni écrire. Ce que notre auteur ne dit pas – peut-être ne le sait-il pas ? – c’est que le meunier avait plusieurs fois sauvé les Simon de la misère. Veuf avec cinq enfants dont une fille de six mois, il s’était remarié avec une jeune femme qui lui avait donné encore deux filles, puis plus tard avec sa voisine, veuve elle aussi. Son fils, François, qui avait fréquenté Catherine Houdayer, le premier amour de Louis, n’avait pas succédé à son père. Il avait vendu tous ses droits, était parti à Laval où il était tuilier. Tout près, de l’autre côté de la route, Louis, devenu veuf, va souvent à La Bourne264, chez Anne-Marie Duclos, l’ancienne organiste, qui lui a demandé d’être son procureur dans un procès, et qui aurait aimé l’épouser. Autrefois, La Bourne avait été habitée noblement.

  • 265 Ms 73 et 76. L’épisode du caporal bordelais ne se trouve pas dans les mémoires de Louis Simon mais (...)
  • 266 Ms 65.
  • 267 Ms 61.

34En revenant, on passe au Coin des Hayes, qui appartenait au cousin Pierre Cureau, descendant d’une très longue lignée de tonneliers-couvreurs alphabétisés depuis près d’un siècle, mais auquel on n’avait enseigné ni le métier paternel ni l’écriture. Pas plus qu’à son frère Jean, qui avait eu toutefois, lui aussi, une carrière de paysan prospère, mais que les Chouans avaient assassiné à Mézeray, comme ils avaient assassiné aux Bégros, Cailleau, le fermier, et, dans la forêt de Vadré, vers Courcelles, un jeune caporal bordelais de 24 ans265. Au carrefour de la route de Malicorne et du nouveau grand chemin royal, s’élevait l’auberge du Soleil, devenue Le Chêne vert lorsqu’on avait planté, en face, un arbre de cette espèce rare. Louis s’y était réfugié pour pleurer, le jour de la mort d’Anne, en 1802266. Il la reconstruisit avec Paul en 1809, après qu’on y eut « mis le feu par malice267 ». Il ne dit pas qu’il dut plus tard y jouer le rôle de l’hôte, lorsque Augustin eut quitté l’auberge dans des conditions peu claires, et qu’il la vendit finalement, entre 1812 et 1816, à la belle-mère de ce même Augustin, lequel d’ailleurs y reviendra et y finira ses jours.

  • 268 Ces pierres et d’autres voisines comme La Table de Vignolles ou La Pierre Potelée, ont été attribué (...)
  • 269 Ms 2 et 67. Voir fig. n° 15.

35À l’extrémité est de la paroisse, aux limites de Saint-Jean-de-la-Motte et de Oizé, s’étendait la lande des Soucis, hérissée de mégalithes tels que les mystérieuses pierres « de mère et fille268 ». Elle était creusée du petit et du grand lac des Soucis, auprès desquels l’arrière-grand-père Michel avait trouvé la mort en chassant la cane sauvage, et où Louis avait vu, lorsqu’il avait 16 ans, trente-deux cygnes et dix cigognes269. On l’avait asséché peu avant la Révolution. Tel était l’univers familier d’un homme qui, hormis les voyages d’un jour dans les villes et les bourgs voisins, n’avait quitté son village qu’une seule fois pour un tour de France, écourté après trois mois d’absence, dont l’objectif, ou le prétexte, était le perfectionnement du métier. C’est ce métier que nous aborderons maintenant.

« Je me remis à faire de l’étamine » : Un métier pour la vie

  • 270 « Après avoir visité mes amis, je me remis à faire de l’étamine » (ms 17) ; « je la remerciai polim (...)
  • 271 Ms 2.
  • 272 Jacques Savary des Brûlons (1657-1716), inspecteur général de la Douane sous le règne de Louis XIV, (...)
  • 273 Sur la famille Véron : Gabriel Fleury, François Véron de Forbonnais. Sa famille, sa vie, ses actes, (...)
  • 274 Une douzaine de grands négociants manceaux teignaient, apprêtaient et commercialisaient les pièces (...)
  • 275 Sur le mur latéral de son hôtel construit en 1725-1728 à l’angle des rues de la Barillerie et March (...)
  • 276 René Plessix, « Les bilans de faillite déposés à la Juridiction Consulaire du Mans (1753-1789) », A (...)

36Deux fois seulement, à la fin du récit du voyage et après les premières avances de Nannon transmises par la Saint-Louis, notre auteur évoque directement son activité principale : faire de l’étamine270. Lorsqu’il écrit, au début du XIXe siècle, l’étamine est si bien oubliée qu’il croit nécessaire d’expliquer que « c’était une espèce d’étoffe fine que l’on fabriquait dans le Maine271 ». Ajoutons, avec Savary des Brûlons272, « très légère, non croisée, composée d’une chaîne et d’une trame, qui se fabrique avec la navette sur un métier à deux marches ». Au milieu du XVIIe siècle, Jean Véron, un serger manceau, avait créé une nouvelle étoffe de laine foulée, qu’on appela « vérone » ou étamine du Mans273. Sa fabrication, qui avait supplanté au Mans les autres manufactures de laine, avait gagné les petites villes et même les villages274. Elle faisait l’objet d’un juteux commerce outremer275. L’aïeul Pierre avait été le premier étaminier de la famille, pendant la phase de croissance, et le père, Louis-François, avait tout naturellement appris le métier, à une époque où l’étamine avait encore le vent en poupe. Il avait toutefois conseillé à son fils de prendre plutôt, comme quelques ancêtres, le métier de tailleur d’habits, car, en 1756, l’étamine du Mans souffrait depuis trois ans déjà de la crise qui allait l’emporter. La guerre de Sept Ans, fermant les débouchés extérieurs, accélérait encore un processus qu’avaient enclenché les modes nouvelles276. Mais le fils avait trop d’admiration envers son père pour accepter de choisir un autre métier que le sien.

37L’Encyclopédie décrit la fabrication. La laine est livrée en suint, peignée à l’huile d’olive, filée en gras, à la quenouille ou au petit rouet à main, broche de fer, bobine de carte pour la trame, de bois pour la chaîne. Le nombre de fils va de 1 500 à 1 900 selon la finesse. On colle la chaîne dans un bouillon de tripes.

  • 277 Étaim : fil de laine plus ou moins fin, prêt à être tissé.
  • 278 Le peignage de la laine est une opération longue et pénible qui se fait avec deux peignes face à fa (...)
  • 279 Carrie pour ourdir : la carrie qui dans son sens habituel est le baldaquin carré des lits anciens p (...)
  • 280 Claie à battre : l’expression « battre la laine » signifie l’étendre sur la claie et l’y ouvrir à g (...)
  • 281 Ms 4.

38Les enchères mises en 1719 par Pierre Simon, alors jeune étaminier, à la vente d’un marchand-serger, confirment ces données théoriques. Elles montrent qu’il avait l’intention de faire le marchand, c’est-à-dire d’acheter la laine et de la préparer pour les fileuses sans se contenter seulement de recevoir l’étaim tout prêt277. Il est intéressé par des peignes, un pot et du charbon pour chauffer les peignes278, une mesure d’huile d’olive, une carrie pour ourdir279, une claie à battre280, un chandelier de fer, deux métiers prêts à faire l’un du « 18 », l’autre du « 19 », 13 broches et 21 bobines. Quant au bouillon de tripes, il est le responsable de l’accident arrivé à Louis-François enfant, qui « tomba dans le feu, la main droite dans la marmite » et en resta « incommodé toute sa vie281 ». Si malgré cela son fils indique, avec une emphase touchante, qu’il fut « un des plus fameux ouvriers de son temps », c’est probablement qu’il était capable de fabriquer une étoffe plus fine que le « 18 » ou le « 19 » : le 21, le 22 ou le 23.

  • 282 « Il me mis donc au métier d’étaminier vers l’âge de quinze ans », ms 6.
  • 283 Ms 45.
  • 284 « Je travaillais avec lui dans la même Boutique », ms 6-7. Les métiers sont installés dans ce que n (...)

39Louis est mis au métier à 15 ans, âge normal de l’apprentissage, certainement chez son père282. Si le coup de poing sur le métier donné par l’amoureux rongé de chagrin entraîne la réaction immédiate du père283, c’est qu’ils travaillaient tous deux dans la même pièce, la chambre froide, la « boutique » à laquelle il fait allusion284. Ils produisent des pièces d’étamine pour un marchand-serger qui fournit la laine, fait travailler à domicile les « maîtres à façon », et assure la vente des pièces.

  • 285 Les îles : sans doute Saint-Domingue, où les émigrés du Maine étaient nombreux. Voir Christian Bouy (...)
  • 286 Ms 3-4. Habitation : l’habitation coloniale ne se résume pas à la maison des maîtres mais comprend (...)
  • 287 Pour l’ensemble du voyage de Louis Simon, voir ms 9 à 16 et fig. n° 36.
  • 288 Ms 12.
  • 289 Avec la haute lice, les fils de chaîne sont tendus verticalement. Le métier à tisser a été révoluti (...)

40Le père avait tenté sans succès d’échapper à l’étamine en s’embarquant pour les îles285. Connaissant l’arithmétique, il aurait été comptable dans une de ces « habitations » établies par un marchand fléchois ou manceau286. Le fils eut aussi « envie de voyager », mais il eut des déceptions professionnelles287. À Nantes, il tâte de la nouvelle fibre avec une embauche sur les cotons croisés, mais il ne supporte probablement pas la poussière. Dirons-nous qu’il est allergique au coton ? À Rennes, pendant un mois, il travaille certainement la serge, c’est-à-dire une étoffe de laine croisée, comme sans doute aussi à Paris où il s’embauche pour trois semaines, c’est-à-dire le temps de réaliser une pièce. Après une semaine de travail saisonnier en vendanges, près de la capitale, c’est à Amiens, ville où la production est très diversifiée, qu’il découvre les nouveautés : velours de laine et de lin, panne de laine ou de soie. Sa langue se délie pour décrire le « fort en diable », tissu de « gros étaim bleu », c’est-à-dire de laine plus grossière que celle de l’étamine, travaillée à quatre marches au métier au lieu de deux. Un tissu si solide qu’on l’appelait aussi « amen » ou « éternelle ». Notre voyageur paraît d’abord étonné par la « Silésie », ou « cœurs enflammés », tissu blanc à dessins rouges tombant d’un métier à dix marches, mais le coup d’œil professionnel démystifie bien vite la merveille : « Ce n’était pas mal aisé à faire288. » Il explique que le pied droit enfonçait tour à tour les dix marches « de sorte qu’il ne choisissait pas ». Si les artisans d’Amiens se prenaient pour des « hautelisseurs289 », comme le note Savary des Brûlons, à cause des dessins ressemblant à ceux d’une tapisserie, le petit étaminier du Mans faisait clairement la différence entre la création artistique et la production mécanique.

  • 290 Ms 10 et 13. La ville de Berg-op-Zoom était célèbre pour le siège qu’elle avait subi en 1747 de la (...)

41Ce sont surtout les conditions de travail qui le déroutent. À Angers déjà, dès le départ, le fils Simon, bien connu dans son village, avait appris à ses dépens, qu’il fallait, pour être embauché, un certificat du maître qu’on quittait, selon une pratique existant en effet dans certaines villes. À Amiens, son honneur d’étaminier du Mans ne put supporter de payer apprentissage sur la première pièce de « fort en diable », c’est-à-dire de recevoir 6 livres 6 sols au lieu de 10 livres 10 sols pour 43 aunes, tissée en 20 ou 21 jours de travail, soit un salaire journalier d’environ 6 sols au lieu de 10. Raoul de La Platière signale pourtant qu’il s’agissait d’un tissage difficile ! Plus au nord, les choses se gâtent. Ira-t-il à Lille ? Non, car on n’y embauche que sur les calmandes – satin de laine unie ou à côtes travaillé sur l’envers à cinq marches et cinq lames – et on lui demandera encore « apprentissage ». Ira-t-il à « Bergopsom », dont lui a parlé le soldat qui l’a accompagné de Bretagne à Paris et qui y avait été blessé ? Non plus, car les collègues vont jusqu’à assassiner, lui dit-on, les ouvriers trop habiles, afin que les maîtres ne modifient pas les conditions fixées290. Puis il apprend que les gens du Nord ont l’habitude de payer le maître pour se chauffer, alors qu’avoir « place au feu journée faite » était tellement naturel dans le Maine que, depuis 1740, les contrats ne mentionnaient même plus cette clause. L’étonnement de notre étaminier, et sa décision de rentrer chez lui, avec l’hiver qui vient, confirment que les conditions de travail et les relations entre patrons et compagnons étaient plus douces dans l’Ouest que dans le Nord.

  • 291 Ms 12.

42Le maître amiénois donne toutefois un coup de chapeau à la technique mancelle : « Puisque vous êtes un étaminier du Mans, il n’y a point d’ouvrage fine pour vous, faut aller à Reims291. » Mais Louis n’ira pas, même lorsqu’il passe à moins de 100 kilomètres de là, car l’étamine de Reims est moins réputée que celle du Mans. Il va rentrer au pays en faisant du tourisme.

« Je pris le bureau de l’impôt sur les huiles » : Trente-six métiers pour mieux vivre

  • 292 An : fle, 12, 1372. Manuscrit cité et étudié par F. Dornic, L’industrie textile dans le Maine…, op. (...)
  • 293 Le plomb du bureau de marque : au sortir du métier, les pièces de tissu étaient examinées au bureau (...)

43Le tableau de Tournay, établi en 1761, indique la présence de deux métiers à La Fontaine292. Ce sont ceux du père et du fils Simon. La production semestrielle enregistrée au bureau de marque de La Suze est de deux pièces et demie par étaminier, deux fois moins qu’à Cérans par exemple. L’écart peut s’expliquer par une différence de qualité, mais d’après un mémoire adressé vers 1750 par les maîtres du Mans à l’Intendant, le « 22 », qualité fine, demandait sept semaines à l’ouvrier. À eux deux, nos étaminiers auraient donc dû en avoir produit plus de six. Peut-être doit-on penser à la fraude qui consiste pour le marchand à vendre des pièces sans qu’elles aient reçu le plomb du bureau de marque293 ? Mais il faut surtout compter avec les activités annexes. Louis-François est chantre, fossoyeur et crieur des ventes. Louis est l’aide d’un grand-père sacristain qui a 72 ans. Mariages, baptêmes, sépultures, sonnerie des cloches, sans oublier les fréquents voyages pour aller quérir un chirurgien ou prévenir d’un décès, enlèvent les artisans à leur métier, ce qui ne semble pas fait pour leur déplaire, car père et fils s’échappent de l’étamine comme la chèvre de son piquet. Louis, faisant la « sacristie », lorsqu’il est jeune homme, est aussi invité aux noces et souvent, dit-il, garçon de cérémonie, ce qui signifie qu’il organisait et animait la fête.

  • 294 Ces deux fonctions l’exemptant l’une et l’autre des charges de paroisse (voir ms 68).
  • 295 Cribleur de blés : voir ms 67 et note afférente.
  • 296 Voir plus bas dans « La Plume du notaire », le texte n° 2.

44Peut-on dire « trente-six métiers trente-six misères » comme l’affirme le dicton ? Au village les cas de double et triple activité professionnelle sont légion. Nous avons rencontré un notaire hôte, un menuisier hôte, un hôte marchand de bois, un hôte boulanger et regrattier, un maréchal camelotier et médecin de bestial, des paysans cabaretiers. À Cérans, à La Croix Verte, l’hôte est marchand-serger et le chirurgien est l’hôte du Croissant. Les Cureau sont tonneliers et couvreurs, tant qu’on utilise pour les toits les bardeaux de châtaignier. Louis Simon va cumuler tant d’occupations qu’un jour on oubliera de le désigner comme serger. D’abord, bien qu’il ne l’écrive jamais, il est officiellement sacristain pendant trente ans, de 1762 à 1792. En 1774, à 33 ans, il est étaminier, sacristain, agent voyer et bordager. En 1781, il troque la fonction de voyer contre celle de percepteur de l’impôt sur les huiles294. En 1785, sans rien abandonner des autres activités, il devient aussi l’hôte du Plat d’Étain, et en 1787, à 46 ans, il exerce en plus la fonction de syndic. Ce trait commun aux habitants des villages ne facilite guère les recherches en histoire sociale car le notaire et le curé les inscrivent sous l’une ou l’autre de leur profession. Ainsi, à Parigné-le-Polin, le jeune Claude Cohergne, déclaré journalier, est cribleur de blés à la saison295, mais aussi bordager et voiturier sur la nouvelle route296. Ces activités annexes supposent d’interminables journées de travail, d’autant plus pénibles, pour beaucoup d’entre eux, que la nourriture est carencée. Mais il est indéniable qu’elles apportent à ceux qui les exercent plus de sécurité et plus de revenus. À moins que le mauvais sort ne s’acharne…

« Mon père devint pauvre dans une année où le seigle valait quatre livres le boisseau » : Bonne et mauvaise fortune

45Enfant, Louis Simon va descendre les degrés de la pauvreté, puis retrouver l’aisance et il finira ses jours comme « propriétaire ». Son récit, complété par les minutes notariales, nous permet de reconstituer, avec une précision rarement possible, le mécanisme de la régression puis de la remontée sociale.

46Son père, marié à 20 ans (âge exceptionnel !), et rêvant d’un autre destin, ne vit pas comme un bon serger. Il gagne peu et dépense. Dès l’automne 1742, dix-huit mois après son mariage, il emprunte au jardinier du château, probablement pour acheter les provisions de blé, 200 livres, soit plus que ce qu’il peut gagner en une année. L’automne suivant, il vend une petite terre qui lui vient de sa mère à Courcelles, 95 livres, paie les premiers intérêts de sa dette, et, à l’hiver, liquide le reste de ses biens – parcelles de pré et de vigne, chambre de maison – pour 110 livres, ce qui n’a pas pour conséquence le remboursement de son emprunt, ni même le paiement des intérêts courus. On note que tous ces biens étaient hypothéqués, ce qui n’a pas empêché Maître Pillot, notaire peu rigoureux, de dresser les actes de vente sans en prévenir le prêteur. Quatre ans plus tard, le beau-frère de Louis-François, François Soyer, accepte de reprendre à son compte l’emprunt dont le jardinier exige intérêts et capital. François Soyer a déjà fourni gratuitement 150 livres de blé. On consigne la dette puis on y ajoute 50 livres pour la dernière livraison et pour la prochaine. Après sept ans de mariage, les Simon se sont endettés pour 431 livres, soit deux ans ou deux ans et demi de salaire. En 1750, nous les retrouvons tous deux chez le notaire pour un nouvel emprunt de 150 livres. Cette fois Louis-François doit à son beau-frère 580 livres, et il devrait verser aussi 29 livres d’intérêts (soit près de deux mois de salaire). Il a pourtant tenté de pratiquer une activité d’appoint, bien rémunérée – une livre et demie par jour – celle de crieur de ventes, mais chaque fois qu’il l’exerce, il s’endette un peu plus pour acheter des objets peu indispensables : lèchefrite, panier d’osier à salade, passette, mortier, 17 serviettes, 2 christs à croix de bois et 2 livres dont nous reparlerons. Lors d’une des ventes, il a gagné 4 livres, auxquelles s’ajoutent les droits d’enterrement, mais il en a croqué 24, qu’il a réglées sur-le-champ. Et ce, en présence de son créancier, le brave meunier, qui n’a acheté qu’un « falot ou lanterne dont la corne est brûlée », et qui n’a pas pu le payer comptant !

  • 297 Ms 7.
  • 298 Voir plus bas dans « La Plume du notaire », le texte n° 14.

47En juillet 1751, Louis-François, qui était déjà le greffier bénévole de la communauté d’habitants, est élu syndic, au moment où la charge est la plus lourde, puisqu’il faut « faire travailler les habitants à la corvée » pour empierrer le nouveau grand chemin royal. Comme l’écrit son fils « rien n’était payé297 ». C’est probablement la flambée des prix de 1752 qui sonne l’hallali : les Simon deviennent pauvres. Ce passage en dessous du seuil où on peut se suffire à soi-même est consigné officiellement par le notaire. Ainsi un acte dressé par Maître Pillot est intitulé « inventaire de Louis Jamin, pauvre298 ».

48Trois ans plus tard, Louis-François et Anne « se dévêtent » par-devant notaire, à l’auberge du Croissant, de la belle maison de L’Écuyer, héritage du grand-père Cureau, pour 600 livres, dont ils ne toucheront rien. Le meunier compte 500 livres de capital et 100 livres d’intérêts. Il oublie les 80 livres : dette caduque, dira-t-il au notaire, « étant donné la pauvreté des Simon ». Il accepte aussi qu’ils restent dans la maison jusqu’à la Saint-Marc 1755. Mais « une maladie de dix-huit mois » achève de les ruiner. Le brave meunier accorde encore vingt-deux mois de sursis, et les Simon, ne possédant plus aucun bien immeuble, s’installent en février 1757 dans la maison d’en face, dont ils seront locataires.

  • 299 Ms 54.

49La remontée pourtant s’amorce et se maintiendra. Louis-François quitte la compagnie des voyageurs et des ivrognes. Bientôt le salaire de Louis s’ajoute à celui de son père, sans compter « la sacristie » et le fil vendu par Anne et sa fille Élisabeth. Les Simon sont très à leur aise. Dix ans après avoir connu le creux de la vague, Louis-François peut offrir « la noce entière », les meubles nécessaires, et nourrir six mois le jeune couple, ce qui, d’après son fils, représente environ 500 livres299. Il fournira le pain à son père durant sa vieillesse, achètera en 1775 la petite maison proche du Plat d’Étain où vivait la Saint-Louis (500 livres aussi), et paiera pendant neuf ans les frais de la maladie sa femme (encore 500 livres). Avant de mourir, il est de nouveau propriétaire de la maison qu’il habite.

  • 300 La peste bovine est venue d’Asie à six reprises de 1712 à 1872 ravager le gros bétail d’Europe occi (...)
  • 301 Saint-Quentin-lès-Beaurepaire : village du Baugeois, au nord de l’Anjou, à 25 km au sud de La Fonta (...)

50Les mésaventures de Jacques Chapeau nous introduisent chez les laboureurs pratiquant l’élevage, frappés par les épizooties300. Jacques Chapeau est un laboureur très aisé, avec 800 livres en mariage. Sa femme, Marie Bruneau, est d’une famille riche, et, si elle n’apporte que 400 livres, elle a des frères et un oncle marchands et curés. Métayer à Saint-Quentin-lès-Beaurepaire en Anjou301, Chapeau perd son « bestial de la peste ». Les frères et l’oncle de sa femme lui donnent de quoi racheter un cheptel. Il le perd à nouveau. Sa femme, réduite à vivre dans une chambre, se met à boire. Il se loue comme premier bouvier de l’abbesse de La Fontaine, c’est-à-dire, les actes notariés le précisent, comme « domestique ».

  • 302 Lottie : une parcelle.
  • 303 Fromenteau ou fromental : terre qui convient à la culture du froment. Théoriquement le fromental s’ (...)
  • 304 Clotteau ou clotiau : petit clos, petit champ, petite parcelle près des bâtiments (Trésors du parle (...)
  • 305 Arbres entés : arbres greffés.
  • 306 Ms 2.

51Quant à l’histoire de la grand-mère Coutant, elle est fréquente chez les closiers et les bordagers. Catherine Coutant, femme de marchand, a hérité avec sa sœur, l’épouse du cordonnier, de la moitié d’une petite propriété rurale. Le Petit Hallier contient 8 hectares, dont un terrain en bruyère, une partie de bois indivis avec droit de glandage pour les porcs, une lottie302 de prairie, qui a encore aujourd’hui la réputation d’être fraîche, et un fromenteau303 où on cultive du seigle. Il a aussi des clotteaux304 à chanvre et même à lin, des arbres fruitiers entés305, un petit jardin, droit au puits et au pressoir du Grand Hallier, four à partager, droit de passage ; deux chambres, étable, toit à porcs, aire à battre. De quoi vivre à l’aise si le ciel est clément. Mais c’est probablement la mauvaise récolte de l’hiver 1699-1700 (confondue par le grand-père Simon avec le terrible hiver de 1709) qui oblige Catherine Coutant à « engager » Le Petit Hallier, espérant, comme tous ceux qui hypothèquent ainsi leur bien, que la saison prochaine rétablira leur situation. En 1705, en tout cas, son beau-frère le cordonnier Gallet, qui avait prêté l’argent, est propriétaire du Petit et du Grand Hallier, qui vont échoir, l’un à sa fille Marie, épouse du marchand Jean Piveron, grand-père de mademoiselle Bellanger, l’autre à sa fille Catherine, épouse du tailleur Clottereau, mère du futur curé. La grand-mère Coutant a sans doute vendu sa closerie peu après 1700, et il ne lui est resté que 100 livres qu’elle a prêtées à Joseph Fougery, le marchand-serger de La Fontaine. Sa sœur l’a certainement laissée exploiter Le Petit Hallier jusqu’à la Saint-Marc 1708, date à laquelle son petit-fils Pierre Simon, 19 ans, commence son apprentissage de serger, et auquel elle va encore fournir le pain. Elle a 80 ans ! À sa mort, ses petites terres de Saint-Benoît-sur-Sarthe, iront à sa fille Marguerite, épouse du sabotier Tricard. Pierre laissera à sa sœur Marie, mariée au marchand Marin Houdayer et plus tard installée au Mans, la rente de 100 sols – l’intérêt des 100 livres – et 33 livres d’argent monnayé. Il choisit les biens de leur aïeule paternelle, soit une rente de 50 sols, ainsi que la petite terre, évaluée 90 livres, où est mort son père, près de la lande des Soucis306. Il va la vendre, en 1714, un mois avant son mariage, à son cousin Jean Piveron, pour pouvoir apporter au contrat, la modeste somme de 80 livres, tandis que la fiancée, Marie Chauveau, en apporte 100. Pierre Simon n’a plus aucun des biens venant de ses ancêtres. Mais c’est ainsi qu’en même temps se constituent dans d’autres mains des exploitations plus rentables ou même des petites fortunes, qui accompagnent l’entrée en bourgeoisie. Dès le milieu du XVIIe siècle, par exemple, le laboureur Léon prête de l’argent à ses voisins, à Oizé. Son fils est marchand, son petit-fils est notaire.

52Louis Simon, adulte, ne connaîtra pas les difficultés paternelles. Notons qu’il élève sept enfants, achète sa maison, fait vivre une fille veuve et ses quatre enfants pendant de longues années, construit une belle auberge. Certes la plus grande partie de ses fonds provient des héritages échus à sa femme, mais il a fait aussi un bénéfice substantiel sur la vente des biens du clergé achetés en 1791.

53De l’étaminier à l’hôte qui connaissent tour à tour prospérité et déconfiture, du closier au laboureur que tout distingue sauf la fragilité du quotidien, du châtelain au colporteur qui tous deux amènent les nouveautés, la société villageoise nous apparaît dans sa luxuriante réalité, dont il faut toutefois reconstituer les hiérarchies. Louis Simon les suggère par petites touches souvent à peine visibles. Une longue fréquentation des archives notariales permet d’en dessiner les grands traits.

« Les dames les plus riches […] puis les femmes du commun et enfin les domestiques et même les pauvres » : Les hiérarchies villageoises

54À tout seigneur tout honneur. Commençons par le haut de la pyramide où se place la noblesse, du « seigneur de paroisse » au simple possesseur de fief. Louis Simon unit dans une même considération les messieurs du château du Maurier, à La Fontaine, et le jeune lieutenant Charles-Michel de Broc, qui n’est que le fils du frère cadet du seigneur de Parigné-le-Polin. Même s’ils sont peu fortunés, voire presque totalement démunis, les nobles sont regardés comme supérieurs. Ils portent l’épée, se distinguent par leurs vêtements, ont une place réservée dans l’église, chassent comme bon leur semble et, plus généralement, vivent « autrement ». Dans leur existence quotidienne au Couvent, leurs mères, leurs femmes ou leurs filles révèlent leur différence. Ce sont elles que notre auteur appelle « les dames les plus riches », sans qu’il s’agisse bien entendu d’une évaluation économique.

  • 307 Le modèle de montre le plus répandu alors est la montre de poche (ou de gousset), le gousset étant (...)

55L’abbesse jouit, à de multiples titres, d’un statut à part : elle est noble, dame de paroisse, cloîtrée et femme d’Église. Pour toutes ces raisons, elle bénéficie du respect général. Les membres du clergé séculier sont plus proches socialement du peuple villageois, mais ils en sont toutefois séparés par plusieurs aspects de leur comportement, comme l’a voulu le concile de Trente. La fonction de curé l’emporte clairement sur l’état de prêtrise, comme en témoigne le caractère de notable qu’elle confère au maître du presbytère, mais fort peu aux vicaires, et moins encore aux prêtres habitués. Les vicaires ont la réputation d’être pauvres. Le manuscrit de l’étaminier va jusqu’à rappeler que, dans la jeunesse de l’auteur, seuls les curés, et non les vicaires, portaient une montre, alors que tous les inventaires après décès des vicaires font état de ce précieux objet307.

  • 308 Ms 17, 60, 65.
  • 309 Ms 56.
  • 310 Marie-Anne Duclos est née le 25 novembre 1759 paroisse Saint-Vénérand à Laval. Fille d’un tisserand (...)
  • 311 Sur la bourgeoisie de village : A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 45-46.

56La bourgeoisie de village n’est jamais citée par l’étaminier : ni les notaires, chez qui pourtant on trouve assez fréquemment sa signature, ni le major Quéru de La Poustière, voisin de la famille, qui l’appelle avec son père à servir de témoin. Notre auteur marque toutefois la différence sociale entre les chefs de famille de la petite bourgeoisie marchande, qu’il appelle monsieur : monsieur Morin, hôte propriétaire, monsieur Chédieu frère du curé de Spay, monsieur Cosset, marchand potier fiancé à sa sœur Élisabeth308. Il use même du titre de « sieur » pour désigner son ami Noël Morin, fils du précédent, parrain d’un de ses enfants, et du titre de « demoiselle » pour évoquer la sœur du curé Lelong, marraine de sa dernière fille309, ou l’organiste Marie-Anne Duclos, sœur de musiciens, venue du Bas-Maine310. On sait que ces titres, impossibles à définir, ont pris la suite des appellations comme « honnête homme », « honnête femme », « honorable homme », ou « honorable femme », en usage aux siècles précédents, et tout aussi difficiles à cerner d’ailleurs. Sans être aussi solidement établie que celle de la noblesse, la différence manifestée par la bourgeoisie dans sa manière de vivre fait l’objet d’un petit signe de reconnaissance. D’ailleurs on dit encore aujourd’hui : « C’est un monsieur ». L’appartenance à la bourgeoisie, même modeste, n’est pas toujours le propre d’une profession. Elle suppose l’ancienneté de la famille dans l’exercice de certains commerces et de certains artisanats. Les hôtes des auberges, généralement propriétaires, pouvaient souvent être rangés dans ce groupe social, tels les parents de Marie-Perrine Le Boul, la belle hôtesse du Plat d’Étain, ou la lignée des Morin, d’abord notaires, hôtes et menuisiers, puis seulement hôtes et menuisiers au Croissant. Avec le temps et l’habitude de louer l’auberge à un exploitant, le caractère de bourgeoisie de l’hôte se perdra. Rappelons que la bourgeoisie de village se distingue par une manière de vivre plus que par une tranche de revenus311.

57Restons au bourg pour tenter de dessiner la pyramide des marchands et artisans. Le terme d’artisan n’est jamais employé et c’est celui « d’ouvrier », encore usité aujourd’hui dans certaines provinces, qui désigne celui qui fabrique et transforme. Mais l’ambition de tous est d’être appelé marchand, ce que le notaire et le curé acceptent volontiers de faire dans les documents qu’ils rédigent, même pour le tailleur et le sabotier, ce qui ne facilite pas les recherches. Les gros marchands sont relativement spécialisés : on se souvient que René Le Boul est marchand de bois, fers et charbons, ou que Jean Piveron est marchand de gros et petit bois. Mais, au village, les commerces qui sont de véritables intermédiaires entre la ville et le peuple des campagnes, offrent généralement un bric-à-brac étonnant où chacun trouve ce qu’il cherche, comme dans les magasins du Far West. À La Fontaine, Catherine Piveron tenait un de ces bazars sans vitrine, qu’on n’appelait pas encore une boutique.

  • 312 Ms 6-7.
  • 313 « Qu’est ce que tu veut faire en prenant un tisserand ? », ms 30.
  • 314 Ms 58-59.

58La boutique était l’atelier d’un artisan, et c’est pourquoi Louis Simon écrit qu’il travaillait dans « la même boutique » que son père312. Il semble bien qu’il y ait eu, pendant tout le XVIIIe siècle, une hiérarchie des boutiques. Le fer valant plus que le bois, le forgeron et le « maréchal en œuvre blanche » tenaient le haut du pavé. Venaient ensuite le charpentier puis le menuisier. Tant que les constructions n’étaient pas nombreuses, le maçon se tenait parfois loin derrière. Le textile arrivait en dernier avec ses tailleurs d’habits puis ses sergers et étaminiers travaillant la laine, les tireurs ou peigneurs d’étaim étant considérés comme bien inférieurs. Enfin, les tisserands de chanvre ou de lin se situaient tout en bas de l’échelle, avec un apprentissage moins long que celui du serger, un matériau moins noble que la laine, et un produit fini moins coté que le vêtement. Pour mieux dénigrer le jeune Louis, le père Chapeau d’abord, puis le rival Pierre Patoy, l’appellent « tisserand » et non « étaminier313 ». C’est seulement lorsque l’étamine est mal en point que Louis Simon lui-même use de ce mot pour signaler qu’il bâtit une auberge afin de donner à son fils Augustin un métier plus avantageux314, et c’est dans les mêmes années qu’un registre d’état civil désigne pour la première fois comme « tisserand », notre étaminier.

59Pour les femmes, les deux seuls métiers possibles – la sage-femme n’officie pas à plein-temps – sont ceux de tailleuse d’habits et de lingère. Si ces métiers sont exercés dans la maison des titulaires, ils leur confèrent une honorabilité certaine. En revanche, si elles pratiquent dans la maison de leurs employeurs, elles ne sont considérées que comme des journalières supérieures, surtout la tailleuse d’habits qui est fréquemment appelée jusque chez des gens modestes, puisque, longtemps, les femmes de la campagne ne sauront ni coudre ni même raccommoder.

  • 315 Ms 22.
  • 316 Ms 31 et 48.
  • 317 Sur le monde de la domesticité : Jean-Pierre Gutton, Domestiques et serviteurs dans la France de l’ (...)

60L’allusion aux journalières nous amène à observer les domestiques. Louis Simon déclare sans ambages qu’en réponse aux avances de Nannon Chapeau, il ne dit que « des paroles vagues », bien que la jeune fille fût beaucoup plus riche que lui, « voyant que c’était une fille domestique315 ». De même, l’aumônier et le procureur de l’abbesse s’étonnent de ce que les oncles de la jeune fille, curé et vicaire, ne lui aient pas fait apprendre un état, regret qu’exprime pour sa part la tante, veuve de marchand, qui l’a élevée316. Le métier de tailleuse d’habits ou celui de lingère était donc plus enviable que l’état de domestique ? C’est en effet ce qui apparaît au village dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Auparavant il était d’usage que les garçons et les filles, même issus de parents aisés, travaillent dans d’autres familles avant leur mariage pour apprendre, et pour gagner un pécule. La chose était si normale que les contrats de mariage faisaient état de pécule sans préciser que le futur ou la future étaient domestiques, même si la présence de « leurs maîtres » était indiquée par le notaire. Dans le troisième quart du siècle, le nombre des futurs mariés désignés comme « domestiques » croît. C’est au moment où les domestiques sont les plus nombreux que cet état est le plus méprisé. Peut-être un écho de l’abondante littérature décrivant les mauvaises mœurs des domestiques est-il parvenu jusqu’au village317 ? On peut penser en tout cas que les idées des Lumières, exaltant la liberté et l’égalité, ont ici joué un rôle inattendu. En effet, au moment où la fraction « intellectuelle » du village jette un décri sur la condition de domestique, on voit les artisans les plus aisés prendre pour femme les servantes des auberges, des maisons bourgeoises ou mieux encore des châteaux.

  • 318 « Seul le célibat constitue un véritable empêchement, et la condition de journalier sert aussi de r (...)
  • 319 Prisée : dans ce contexte, le mot désigne le cheptel initial installé sur une exploitation par le p (...)

61Tant que nous sommes dans le petit monde des gens qui louent leurs bras, observons, sous l’angle des hiérarchies sociales, le monde de la terre. L’un des éléments qui distingue le plus nettement les sociétés paysannes de l’Ouest de celles du Bassin parisien ou de la France du Sud, est la faculté qu’a le journalier de devenir exploitant, pourvu qu’il soit marié318, en état de travailler de façon permanente, et qu’il possède quelques outils. Les propriétaires ont en effet adopté l’usage de fournir au futur exploitant un cheptel de base, évalué dans un acte de « prisée319 », qui rend possible une installation sans mise de fonds, l’exploitant profitant du croît (qu’on appelle dans le Maine les « effouils »), et s’engageant à rendre la « prisée » à la fin du bail. Il n’y a donc pas dans ces régions de « classe » de journaliers et de « classe » d’exploitants. Les petits et moyens paysans appartiennent aux mêmes familles que les journaliers. Ceux-ci ne passent souvent par cet état transitoire qu’au début de leur vie professionnelle, et à la fin, s’ils vivent assez longtemps pour connaître l’époque où leur âge leur fait abandonner l’exploitation et louer à nouveau leurs bras, à leurs enfants ou à des étrangers. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, quand la vigne pousse encore dans tous les sols et à toutes les expositions, on qualifie de « vigneron » celui qui reste journalier et qui possède ou fait valoir une petite terre plantée de ceps. Il perd et retrouve cet honneur fragile au gré de l’inspiration du notaire et du curé, qui le disent « journalier » dans un document et « vigneron » dans un autre.

  • 320 Annie Antoine, Fiefs et villages du Bas-Maine au XVIIIe siècle, Mayenne, Éditions Régionales de l’O (...)
  • 321 Ou au moment où, quarante ans plus tard, il le raconte…
  • 322 La pratique du sohatage, possession partagée de matériel (souvent la charrue) entre plusieurs culti (...)
  • 323 Après son mariage avec la cousine germaine de Louis Simon, Louise Soyer, fille du meunier, en septe (...)

62Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle encore, on avait soin de distinguer, dans certaines régions, le closier, tout petit exploitant ne cultivant que 2 journaux, (soit un peu moins de 9 hectares). Le Hallier, tenu au tournant du siècle par la trisaïeule de Louis Simon, est ainsi appelé « closerie », terme trompeur qui désigne, en Anjou et dans une partie du Bas-Maine, une exploitation plus importante qu’on appellerait dans le Haut-Maine un « bordage320 ». On voit que les termes se confondent à l’époque où Louis Simon devient lui-même exploitant321, puisqu’il appelle bordage Le Bouquet qui ne contient que 2 hectares. Le bordager exploite entre 9 et 15 hectares. C’est, au moins à la mi-siècle dans beaucoup de régions de l’Ouest, l’élément dominant de la paysannerie, un paysan fragile, qui paie parfois les labours du travail de ses bras. On trouve peu de traces, avant le début du XIXe siècle, du « sohatage », association d’exploitants pour l’achat du matériel et la mise à disposition des bêtes de trait, car le paysan est ici fortement individualiste322. Seul l’élevage des brebis et des abeilles se fait couramment à deux bordagers, qui possèdent chacun la moitié du troupeau et de la ruche. Cette coutume très ancienne est peut-être née de la nécessité d’une double présence à certains moments de l’exploitation. Pierre Coubard, l’ami-traître qui entraîne Louis Simon dans la « batterie », est un bon représentant du groupe des bordagers : d’abord domestique chez un meunier, il s’installe ensuite comme exploitant323. De même Pierre et Jean Cureau, cousins de Louis Simon, domestiques dans leur jeunesse, deviendront bordagers. Le premier ira d’échec en échec, les deux derniers connaîtront l’aisance.

  • 324 Ainsi, le père d’Anne Chapeau est-il désigné comme « métayer au lieu et metterie de l’Argentrie » d (...)
  • 325 À une quinzaine de km à l’ouest de La Fontaine (voir ms 28, en note).
  • 326 La Châtre : prestigieuse famille de noblesse chevaleresque qui posséda le château de Malicorne de 1 (...)
  • 327 Ajoutons que la Révolution a tenté, par esprit d’égalité, d’effacer la hiérarchie des métiers de la (...)

63En haut de la pyramide se tient le groupe des laboureurs. Un laboureur est d’abord celui qui possède une compétence professionnelle : il sait labourer. Mais il faut aussi qu’il dispose d’un « train de labour », une charrue tirée par deux chevaux ou par deux bœufs selon la région. Si on l’appelle métayer, ce n’est pas parce qu’il exploite en vertu d’un bail à mi-fruit, c’est parce qu’il est installé sur une « métairie », d’une contenance de 15 à 50 hectares324. Il pourra même être dit « marchand fermier » s’il a pris à bail plusieurs exploitations dont il sous-loue tout ou partie. Louis Simon évoque plusieurs métayers, exploitant des fermes du château du Maurier. Il parle aussi, pour désigner les oncles et cousins de sa femme, de « gros fermiers », un terme qui ne se généralisera qu’à la fin du siècle. Quant à la tante Lemercier, qui avait élevé Anne Chapeau, elle était la veuve d’un marchand fermier, installé au domaine de Bonne Fontaine, à Villainessous-Malicorne325, sur des terres appartenant aux La Châtre326. Le père d’Anne Chapeau est lui-même laboureur. On note que, devenu domestique de l’abbesse après avoir deux fois perdu son bétail de la peste, il est toutefois désigné sous son ancien titre au moment du mariage de sa fille. On le voit, le vocabulaire social est piégé puisque, dans certaines autres provinces, un laboureur peut être un homme de bras, et qu’un métayer peut être un très petit exploitant, parfois même le domestique d’un petit propriétaire327.

  • 328 Anne Fillon, « La coutume égalitaire : élément majeur de l’identité du Maine », Gens de l’Ouest, Co (...)
  • 329 A. Fillon, « Claude Cohergne, l’inclassable villageois », Gens de l’Ouest…, op. cit., p. 41-43 ; et(...)

64La vie de Louis Simon, ses activités et sa mentalité, ne peuvent se comprendre qu’en les observant dans le contexte social qui est le sien. La société villageoise dont il fait partie est caractérisée par des différences sociales et économiques relativement faibles, des groupes sociaux attachés les uns aux autres par de multiples liens familiaux, une mobilité sociale aisée, une absence de conflits « de classe », car la coutume fortement égalitaire joue son rôle niveleur328. On se souvient que Claude Cohergne, déclaré journalier, mais aussi cribleur de blé, est bordager et voiturier. Ajoutons qu’il était propriétaire de terres héritées de son grand-père laboureur, locataire d’autres terres parce que les siennes étaient trop éloignées ; employé chez un laboureur comme cribleur mais employeur de quatre journaliers sur les terres qu’il exploitait, et d’une servante pour tenir sa maison. Comment situer socialement un tel homme329 ?

  • 330 Le Trésor du parler cénoman propose plusieurs représentations de loges, dessinées par Paul Cordonni (...)
  • 331 Vivant à moins de vingt kilomètres de La Fontaine, au château du Plessis à Saint-Gervais-en-Belin, (...)

65Pour achever de comprendre cette société, il faut descendre jusqu’aux plus pauvres et observer la différence entre les mendiants et les « logistes ». Les mendiants, du moins ceux qui « appartiennent » au village, sont secourus. On ne les laisse mourir ni de froid, ni de faim. Louis Simon raconte qu’avant de faire des fromages, on donnait le lait caillé « aux pauvres ou aux cochons ». Un inventaire déjà cité énonce les maigres effets d’un « pauvre » dont le seul bien trouvé dans un état convenable est le bissac, outil de travail qui lui permet de « chercher son pain ». Les « logistes » au contraire sont des marginaux vivant dans des cabanes (ou loges)330, au cœur des forêts où ils sont charbonniers, ou près d’elles, sur des landes où ils exercent le métier de berger, de marchand ambulant, parfois de médecin de « bestial », ce qui conduit à les traiter de sorciers. Sans feu ni lieu, ils sont épinglés par la langue du village comme étant « sans foi ni loi ». C’est parce qu’ils ne reconnaissent pas les valeurs du monde villageois – sédentarité, installation dans un « foyer », travail régulier, religion – qu’ils ne font pas partie de la communauté villageoise. Absents des archives notariales, ils ne nous apparaissent que dans des enquêtes officielles, et sous la plume de curés qui se désolent de leur mode de vie, ou tentent de les secourir lorsque les hivers sont rigoureux et que les « années chères » amènent des disettes331. Aucun « logiste » n’apparaît bien entendu dans les mémoires de Louis Simon, mais ses « Conseils » représentent, à l’opposé du comportement des « logistes », l’idéal villageois.

Notes

194 Sur la vie dans les couvents : Renée Bons, Les communautés religieuses de femmes au temps de la Réforme catholique et des Lumières : évolution de l’infrastructure conventuelle, du recrutement, et de la vie des moniales, sur une terre de l’ouest, le Haut-Maine et l’Anjou Fléchois, thèse, Université du Maine, J.-M. Constant (dir.), Villeneuve d’Ascq, PU du Septentrion, 2 vol., 1997, 897 pages.
Sur la vie au prieuré de La Fontaine (ainsi qu’à Notre-Dame de Bonlieu, près de Château-du-Loir) : Alizée Charpentier, Deux petits monastères féminins du sud Maine à la fin de l’Ancien Régime, Master 1, Université du Maine, S. Granger (dir.), 2011, 190 pages.

195 Outre l’abbatiale et les bâtiments d’habitation et de service, reconnus « bons, solides et bien entretenus », cet espace conventuel est ainsi décrit dans l’inventaire dressé en octobre 1790 : « un parc entouré de murs qui compose l’enclos des dames, consistant en un jardin, Bosquet, Bois de haute futaye, terres labourables et un petit pré le tout de la contenance d’environ seize arpens compris les cours et emplacement des Bâtiments » (An : F 19/611/2, voir partie IV, documents complémentaires). Voir fig. n° 19 à 22.

196 Ms 22, 24, 30, et 40-41.

197 Ms 52.

198 « Hé bien tu fais bien, c’est un bon Enfant mais je croiais que tu ne l’aimais plus » (ms 49). On remarque le tutoiement de l’abbesse à sa tourière.

199 « Le gas ne manqua pas daller la saluer a la porte de leglise mais il ne pû l’ammener et il n’osa aller au tour », ms 32.

200 Mlle de La Gallissonnière se réfugie au prieuré de La Fontaine en 1773 pour y faire le deuil de sa mère. Elle écrit être « toujours a merveille dans mon couvent, la vie tranquille que j’y maine devrait ce me semble retablir ma santé ». Elle se félicite de l’amitié de l’abbesse : « Elle me comble d’honnêtetés, elle se fait servir dans les appartemens, je mange avec elle… » En retour, la jeune femme fait fournir au couvent du gibier, lapins, pigeons et des bouteilles de vin blanc de la cuvée 1770 (Ad Sarthe : E 336).

201 Le détail de ses terres est donné par l’inventaire du 25 octobre 1790 (An : F 19/611/2, voir partie IV, documents complémentaires).

202 L’inventaire de 1790 indique « que la communauté est composée de onze religieuses de chœur, d’une sœur converse et d’une autre sœur qui étoit prête de faire ses vœux ». Avec le personnel de service (voir plus loin), cela fait encore, en tout, 31 personnes (An : F 19/611/2).

203 Le château des Perrais est situé à moins de 10 km de La Fontaine. Pendant la guerre de Sept ans, Michel-Armand de Broc avait dirigé la défense des côtes de Bretagne et repoussé les Anglais à Saint-Cast (1758). Ensuite, mandaté par le roi et Choiseul pour mettre un terme à la fronde du parlement de Bretagne, il avait fait arrêter La Chalotais le 11 novembre 1765 et l’avait conduit en personne en détention au château du Taureau. Ce fidèle et obéissant serviteur de la monarchie avait été amplement récompensé par de confortables pensions. Cette aisance nouvelle avait permis d’ajouter au château des Perrais un grand corps de logis principal avec sa façade sur la cour d’honneur (Daniel Laulanné, « Parignéle-Polin : deux marquis pour le château des Perrais », La Vie mancelle et sarthoise, n° 426, 2012, p. 14-18). En somme, le frère de l’abbesse faisait figure de héros, et son prestige devait rejaillir sur ceux qui portaient son nom. Le village sans doute y était sensible.

204 Femme de tête et de cœur, habile et instruite, Louise-Marie-Madeleine de Broc avait pris ses fonctions à la tête du Couvent en décembre 1745 (Ambroise Ledru, Histoire de la maison de Broc, Fleury et Dangin, Mamers, 1898, 755 pages).

205 Après la messe, « nous fûmes saluer Madame l’abbesse qui était dame de paroisse », ms 52.

206 L’épisode se place en 1746 (ms 7).

207 Ms 49, 52 et 68.

208 Ms 51 et 56.

209 Fin 1763, « la Veuve Peslier, tourière » assiste à l’inhumation d’un domestique du couvent. Cette veuve avait donc précédé dans ce poste Catherine Houdayer, futur premier amour de Louis Simon (Ad Sarthe : BMS La Fontaine Saint-Martin 1762-1792, vue 16/163, 15 octobre 1763).

210 Office : tel est en effet le terme flatteur utilisé par la Saint-Louis pour dire la fonction de la jeune servante. Il est vrai que la tourière se distinguait des domestiques ordinaires en étant responsable des échanges du couvent avec l’extérieur. Non loin de là, une dépendante d’une autre maison monastique utilise elle aussi la notion d’office : l’organiste d’un couvent angevin se proclame « officière organiste » dans une requête de 1790 (Sylvie Granger, « Deux Organistes aux destins voisins : Marie-Claude Renault-Bainville [1724-1803] & Jeanne-Marie Bertrand-Jannot [1738-1804] », AHRF, 2011, n° 4, p. 3-27).

211 « Elle n’avait que 30 F sur lequel elle devait un Ecu », ms 54.

212 Ainsi du moins le présente la Saint-Louis pour le valoriser aux yeux de Louis (ms 21). Bien que Chapeau ait été réduit au rang de domestique de l’abbesse à cause de la perte de son bétail à deux reprises, la Saint-Louis suggère qu’il a conservé le rang social et l’honorabilité d’un laboureur.

213 Le temporel du couvent comprenait 4 maisons, 1 moulin et 21 fermes, soit un peu plus de 400 ha de terres réparties sur 14 paroisses (dont 43 ha sur La Fontaine, presque 130 sur Roëzé, 48 sur Cérans…), selon l’abbé Charles Girault, Les biens d’Église dans la Sarthe à la fin du XVIIIe siècle, préface de Georges Lefebvre, Laval, Goupil, 1953, 494 pages, p. 196-198. A. Charpentier, Deux petits monastères féminins…, op. cit., qui a étudié minutieusement l’inventaire de 1790, nuance et précise ces chiffres (voir partie IV, documents complémentaires).

214 La correspondance de Mlle Barrin de La Gallissonnière évoque la vie au Couvent de La Fontaine et ses petits plaisirs : « fricasser ensemble », déguster de la confiture de groseille avec du sucre acheté à Sablé, aller chercher au château de Pescheseul des robes de couleur une fois le deuil terminé, et du genièvre pour les sœurs qui pratiquent la pharmacopée (Ad Sarthe : E 336).

215 Ms 60. Marie-Anne Duclos avait été la dernière organiste du prieuré de La Fontaine. En 1790, elle y recevait un « traitement de 200 livres, outre le logement, la nourriture, blanchissage & c » (An : F19/611/2). Elle avait succédé peu avant à Marie-Ursule Gaignot (1718-1794), ancienne organiste, qui en 1790 est à la retraite. Celle-ci, recueillie par la famille de Broc, mourra au château des Perrais le 4 février 1794. Au moment du démantèlement des bâtiments du prieuré, les orgues, selon Raoul de Linière, auraient été transportées dans l’église du Lude (Maurice Vanmackelberg, « Le buffet d’orgue du Lude vient-il du Prieuré de La Fontaine-Saint-Martin ? », La Province du Maine, janvier-juin 1986, p. 70-82).

216 En 1790, l’inventaire détaillé du couvent énumère le personnel suivant : outre l’aumônier et les deux organistes, « il y a dans la maison un jardinier, un boulanger, un pourvoyeur et deux laboureurs et sept filles soit pour les services de la maison soit pour celui de m[adame] l’abesse » (An : F 19/611/2). Le récit de Louis Simon confirme cet inventaire, en faisant émerger seulement la structure d’encadrement : le premier bouvier « conducteur du domaine » (le père Chapeau), le maître des jardiniers (Trotté), l’approvisionneur (Fleur), ainsi que le second bouvier, François Bouruet, cousin de Patoy, qui sera remplacé par Jean Chapeau, frère de Nannon, peu après l’incident du 22 juin 1766.

217 La levée : longue langue de terre surélevée qui était close de murailles, ce qui donnait au manoir délabré un caractère de « château du village ». Elle fut démolie par Benjamin Aubery avant le milieu du XVIIe siècle (A. Fillon, Louis Simon étaminier…, op. cit., p. 14).

218 « Il paraît que c’est M. Dorvaulx le grand père a celui que j’ai vû et qui était de mon âge qui les a fait venir de Bordeaux parce qu’on les nomme sapins de Bordeaux… », ms 67.

219 « Ces sols très perméables sont peu propices à la culture, à l’exception du pin maritime qui a trouvé en ce lieu les éléments favorables à son développement. Il a été introduit par l’homme vers les années 1640 mais a souffert de certains hivers vigoureux et lors de l’hiver 1709 les plantations furent presque complètement détruites » […] « Ce genre de culture a pris depuis un demi-siècle » confirme dans ses notes en 1798 l’érudit manceau Négrier de La Crochardière (Médiathèque du Mans : ms 21A, Observations sur la ville du Mans, tome III, p. 299).

220 Louis Simon évoque la hausse du prix du bois de chauffage et des fagots (ms 67). À une quinzaine de km de là, dans le Belinois aux paysages comparables à ceux de la région de La Fontaine, outre le bois de pin, on utilisait aussi pommes de pin et même aiguilles : « … les sapinières produisent encore des sapinettes qui sont des espèces de feuilles qui se détachent de l’arbre pour faire place aux nouvelles, sans qu’il y paroisse, l’arbre conservant toujours sa verdure ordinaire. Ces sapinettes dont la terre est couverte sont d’une très grande ressource pour tous les pauvres du canton, ils les ramassent avec des râteaux et s’en chauffent. Les sapins produisent encore des pommes dont on se chauffe pareillement après en avoir tiré la graine… » (Archives Sciences et Arts : XVIII, A, 4, dossier Rottier de Madrelle, comte de Belin). Tout près de là, l’inventaire après décès du bordager François Boussard (18 septembre 1790) fait apparaitre « 50 bourrées [= fagots] de bois de chauffage de sapin estimé avec un petit tas de sapinette, 2 livres 10 sols » (Ad Sarthe : 4E 153/41, mn. Fouineau, Saint-Gervais-en-Belin). À comparer aux 30 sols payés pour 100 « bons fagots » dans la jeunesse du grand-père de Louis, au tout début du XVIIIe siècle (ms 67).

221 Ms 66.

222 Sur les relations entre château et village : Anne Fillon, « Les villageois et le château dans le Maine au XVIIIe siècle », Château et pouvoir, Crocemc et Lahmans, 1996, réédité dans Fruits d’écritoire …, op. cit., p. 251-266.

223 Ms 58-59.

224 René Plessix, « Le clergé du Maine et le changement matériel aux XVIIIe et XIXe siècles : quelques exemples », ABPO, 1987, n° 94-4, p. 487-496 ; Alex Poyer, « Vicaires, desservants, habitués et chapelains dans le diocèse du Mans au XVIIIe siècle », La Province du Maine, 1988, n° 90, p. 51-70 ; Pierre Foucault et Alex Poyer, Prêtres et fidèles sarthois dans la tempête, Collectif républicain de commémoration 1789 en Sarthe, 1989, 64 pages ; Nicole Mallet-Coindre, Les curés du Maine au XVIIIe siècle, maîtrise, Université du Maine, J.-M. Constant et A. Fillon (dir.), 1994, 124 pages.
Non loin du Maine, Anne Fillon avait aussi encadré des travaux sur le clergé villageois du Perche : Gérard Plommée, Un curé d’une paroisse rurale du Perche sous le règne de Louis XV, Pierre Bouley, prêtre à Saint-Ouen-de-la-Cour de 1738 à 1768, maîtrise, Université du Maine, J.-M. Constant et A. Fillon (dir.), 1995, 144 pages ; et, du même : « Pierre Bouley, curé du Perche sous le règne de Louis XV à Saint-Ouen-de-la-Cour, de 1738 à 1768 », BSHAO, n° 118/12, 1999, p. 5-38.

225 Charles d’Angennes de Rambouillet (1530-1587), évêque du Mans de 1556 jusqu’à sa mort.

226 Sophie Cohen, L’image de Sainte Barbe conservée dans le haut-Maine (XVIIe-XVIIIe siècles) et dans la Sarthe (XIXe siècle), maîtrise, Université du Maine, M. Ménard (dir.), 1997.

227 Fabricier : celui qui est chargé d’administrer la fabrique paroissiale, on dit aussi fabricien, procureur de fabrique, ou encore marguillier.

228 A. Fillon, Louis Simon étaminier…, op. cit., vol. 2, p. 294-295, à partir du minutier Pillot, année 1750.

229 Ms 3.

230 Saint-Sulpice est une abbaye bénédictine qui avait été fondée au début du XIIe siècle par le moine Raoul de la Fustaye à la demande du duc de Bretagne, dans les profondeurs de la forêt de Rennes.

231 L’abbé Olivier-Marie Semelle est repéré à Laval au Québec entre 1743 et 1747 où il devient le premier curé de l’église paroissiale Saint-Vincent-de-Paul
(http://www.musiqueorguequebec.ca/orgues/quebec/lavalsvp.html).
Comment ne pas imaginer l’esprit du jeune Louis vagabondant à l’évocationpar le curé Semelle, des coutumes indiennes Mi’kmaq et Malécites ? Au récit des rivalités et des guerres entre peuples indiens et des combats entre les indiens alliés aux Français contre les Anglais ? En 1769, après le décès du curé Semelle « on trouvera dans ses affaires un Rituel du Diocèse du Québec et ce que le notaire appellera ‘‘une grande discipline pour nègres du Canada”, c’est-à-dire tout simplement un bâton [ou un fouet ?] utilisé par les planteurs » (A. Fillon, Louis Simon étaminier…, op. cit., vol. 2, p. 295, à partir du minutier Pillot, 21-23 septembre 1769).

232 Galettoire ou galettière : poêle sans rebord ou à rebord très bas sur laquelle on fait cuire les galettes de sarrasin (Larousse du XIXe siècle). Le Trésor du Parler cénoman donne la forme galettoère.

233 Boudinoire ou boudinière : entonnoir pour faire du boudin.

234 Le Canada connaissait le thé avant la conquête des Britanniques. L’intendant François Bigot, intendant de la Nouvelle-France à partir de 1748, offrait thé, café et chocolat à ses convives. Est-ce auprès de lui qu’Olivier-Marie Semelle avait pris ses habitudes raffinées ? (J.-F. Bosher et J.-C. Dubé, « Bigot, François », Dictionnaire biographique du Canada, 2000).

235 L’inventaire après décès du curé Semelle, en 1769, comporte « une vielle avec sa boîte ». C’est probablement l’instrument dont Louis Simon dit avoir joué : le curé lui prêtait ses livres, pourquoi pas sa vielle ? C’est là un point important car dans les inventaires villageois de l’Ouest, contrairement aux régions du Centre, on trouve rarement trace de cet instrument.

236 Joseph Clottereau ne ressemble pas à bon nombre de ses confrères tels les curés Froger de Mayet, Colombet de Saint-Denis-sur-Sarthon, Lambert de Montfort ou celui de Beaumont Pied-de-bœuf qui œuvrent pour encourager le progrès agricole et le bonheur de leurs ouailles. Dans bien des cas l’élan agronomique insufflé par la Société royale d’agriculture était relayé par les curés des villages. Dans la Touraine voisine, les curés proposent même de ne percevoir leurs droits qu’à la 33e gerbe pendant les dix premières années, puis à la 21e gerbe pour les dix années suivantes pour les terres nouvellement défrichées (Archives Sciences et Arts : Reg. 1, séance 45, 25 mai 1762, p. 143. Pour un exemple de curé éclairé : Anne Fillon, « Éléonor Froger, Curé des Lumières », État et Société en France au XVIIe et XVIIIe siècles, Mélanges offerts à Yves Durand, Paris, PUPS, 2000, 551 pages, p. 223-240, réédité dans Fruits d’écritoire, op. cit., p. 310-332).

237 Ad Sarthe : G 404, f° 385 et G 405, f° 78, résignation de Pierre René Clottereau en faveur de son frère Joseph, 22 juin 1779. Saint-Jean-de-la-Motte, village situé à 7 km en droite ligne au sud de La Fontaine, est une paroisse deux fois plus importante : 313 feux contre 144 en 1774, et 1 426 habitants contre 591 en 1791.

238 Mansigné se trouve à 9 km au sud-est de La Fontaine. Sur ce village : Stéphane Poussin, Notables et villageois de Mansigné au XVIIIe siècle, maîtrise, Université du Maine, A. Fillon (dir.), 1990, 171 pages.

239 Ms 56.

240 Martine Taroni a montré que seuls 19 % des curés sarthois sont réfractaires lors du serment de 1791. Elle insiste sur l’importance de ceux réputés « probablement réfractaires » (15 %) et « ambigus » (12,5 %). Une grande majorité des positions « ambigües » se transformeront ensuite en hostilité au serment (Martine Taroni, Souvenirs d’un nonagénaire, François-Yves Besnard [1752-1842], Un curé aux prises avec la Révolution, thèse histoire, Université du Maine, J.-M. Constant [dir.], 2 vol., 247 et 393 pages, vol. 2, p. 185-195, « Un débat passionnant : les chiffres du serment »).

241 Isabelle Gaumont, Recherches sur les « petites écoles » rurales dans le Haut-Maine sous l’Ancien Régime, maîtrise, Université du Maine, J.-M. Constant et A. Fillon (dir.), 1990, 142 pages.

242 Les fonctions de sacristain et de chantre se transmettent souvent de père en fils dans les paroisses villageoises. Pour un exemple très proche de La Fontaine : Gil Galbrun-Chouteau, « Les Guéhéry ‘‘sacristes héréditaires” à Courcelles-la-Forêt », Cahier fléchois, n° 17, 1996, p. 3-18. Et, dans le nord du Maine : A. Lecler, Être sacristain dans un village du Haut Maine au XVIIIe siècle…, op. cit.

243 Régine Bamas, Les auberges de campagne dans le nord-ouest du Haut-Maine, maîtrise, Université du Maine, J.-M. Constant et A. Fillon (dir.), 1996, 193 pages.

244 Le parrain de Marie-Perrine Le Boul est Pierre-Gaspard de Clermont, marquis de Gallerande (1682-1756). Le château de Gallerande était situé sur la paroisse de Luché-Pringé, distante de 11 km et demi de La Fontaine. Voir Léon Marlet, « La maison de Clermont-Gallerande », RHAM, t. 40, 1896, p. 5-49 ; et Franck Poivet, Le regard d’un noble du Maine sur son temps : Louis-Gaspard-Joseph, comte de Clermont-Gallerande, maîtrise, Université du Maine, J.-M. Constant et A. Fillon (dir.), 1995, 107 pages.

245 Martial Simonnet de Kermarec-Traurout, fin connaisseur de la noblesse bretonne, indique que Perrine Grout (1705-1748), mariée le 12 novembre 1724 à Saint-Malo avec François de La Bouëxière (1692-1739), était la fille de Nicolas Grout de Beauvais, armateur.

246 Ms 23-24. Nuit fermée : nuit noire.

247 Vallon-sur-Gée se trouve à 25 km au nord de La Fontaine. On est ici un peu au-delà de la zone de voisinage habituel du village.

248 Ms 43. Sur Mathurin Guilmaux voir plus haut « Une hydropisie de poitrine : Aux grands maux, les petits remèdes » et plus bas dans « La Plume du notaire », le texte n° 2.

249 En 1786, « l’année que nous fûmes demeurer au Plat d’Eteim il fut une si grande abondance de vin… ». Et c’est en 1797 que le couple Simon quitte l’auberge : « nous retournâmes dans notre maison en 1797 » (ms 58).

250 Pour plus de détails sur cette histoire rocambolesque : A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 250-251.

251 Linon : toile fine et transparente, en lin ou en coton, utilisée en lingerie fine.

252 À la campagne, on nomme quand même « ciriers » les chandeliers qui ne travaillent que la graisse animale (suif) et non la cire d’abeille.

253 Poivre de muscade : noix de muscade râpée ou moulue. Le terme de « poivre » est employé comme terme générique pour désigner les épices à moudre. La noix de muscade était aussi utilisée dans la pharmacopée traditionnelle contre les problèmes respiratoires et rhumatismaux.

254 Les campagnes ravagées par de terribles épidémies de peste bovine recouraient à la pratique empirique des médecins de bestial des villages ou aux connaissances animalières des maréchaux. Le Bureau d’agriculture du Mans recrute à partir de 1763 deux candidats, dont les études étaient financées par l’État, pour suivre les cours de l’école royale vétérinaire créée par Claude Bourgelat à Lyon en 1761.

255 Outre son utilisation comme épice, les propriétés antiseptiques et anesthésiques des clous de girofle permettaient d’affronter les douleurs dentaires. On trouvait facilement des clous de girofle dans les bonnes épiceries du Mans ou de La Flèche (D. Audibert, Épiciers de l’Ouest…, op. cit.).

256 « Elle a Eté ansevelir plusieurs pauvres morts et Encorre allet elle quêter les linges » (ms 53). Les linges quêtés par Anne Chapeau sont essentiellement le drap pour servir de linceul.

257 Voir fig. n° 14.

258 Ms 66, 8, 33-34, 37, 44.

259 « Le fermier de la Segrêrie qui Etait aussi le Cabarettier pris le parti de Patoy, Comme Etant de même profession » (ms 33).

260 La Vézanne : rivière née sur le territoire de La Fontaine Saint-Martin, elle se dirige d’abord vers le nord, puis effectue un changement de direction progressif vers l’ouest, pour se jeter dans la Sarthe 17 km plus loin, à Malicorne (voir Céline Bouron, Moulins et meuniers dans le minutier des notaires de Malicorne, 1750-1794, maîtrise, Université du Maine, J.-M. Constant et A. Fillon [dir.], 1996, 76 pages).

261 Rouir le chanvre : faire macérer la plante textile pour faciliter la séparation de l’écorce filamenteuse d’avec la tige. On fait rouir le chanvre dans un routoir ou rouissoir.

262 Ms 18.

263 Querdray : écho de la prononciation locale de « Cœur de Roy ».

264 Voir fig. n° 14.

265 Ms 73 et 76. L’épisode du caporal bordelais ne se trouve pas dans les mémoires de Louis Simon mais dans le registre d’état civil de La Fontaine Saint-Martin, le 4 germinal an VII [24 mars 1799] (A. Fillon, Louis Simon étaminier…, op. cit., vol. 2, p. 554-555).

266 Ms 65.

267 Ms 61.

268 Ces pierres et d’autres voisines comme La Table de Vignolles ou La Pierre Potelée, ont été attribuées aux anciens celtes par les dictionnaires anciens (J.-R. Pesche, Dictionnaire, t. VI, p. 191-195 ; Le Paige, Dictionnaire, t. I, p. 430-431). Les pierres Mère et fille ont donné lieu malicieusement au premier portrait féminin dressé par S. Bertin et S. Granger, dans Femmes en Sarthe…, op. cit., p. 10-11. Dans son univers onirique, André Souday, conteur et poète d’aujourd’hui, invite les marcheurs à une randonnée parmi elles (André Souday, « La lande des Soucis : des alignements de menhirs sur le sol sarthois ? » L’insolite en Pays vallée du Loir, Recueil de légendes et autres curiosités, p. 36-37, 2006,
http://fr.calameo.com/read/001130698c771ce92a3cd).

269 Ms 2 et 67. Voir fig. n° 15.

270 « Après avoir visité mes amis, je me remis à faire de l’étamine » (ms 17) ; « je la remerciai poliment et m’en allai faire de l’étamine » (ms 22). Cette dernière mention est particulièrement significative de la pluriactivité villageoise : lorsqu’il a été hélé par la Saint-Louis, Louisot revenait de l’église paroissiale (ms 21) où, sans doute, il venait d’effectuer son travail de sacristain. Aussitôt rentré à la maison-atelier, il se remet à son métier à tisser.

271 Ms 2.

272 Jacques Savary des Brûlons (1657-1716), inspecteur général de la Douane sous le règne de Louis XIV, est l’auteur du Dictionnaire universel du commerce publié à titre posthume en 1723.

273 Sur la famille Véron : Gabriel Fleury, François Véron de Forbonnais. Sa famille, sa vie, ses actes, ses œuvres, 1722-1800, Mamers, 1915 ; François Dornic, L’Industrie textile dans le Maine et ses débouchés internationaux (1650-1815), Le Mans, éditions Pierre-Belon, 1955, 316 pages.

274 Une douzaine de grands négociants manceaux teignaient, apprêtaient et commercialisaient les pièces d’étoffes tissées par des étaminiers dispersés (homework). Au Mans, selon F. Dornic, les métiers étaient au nombre de 132 en 1692, 383 en 1759-1769 et 338 en 1780.

275 Sur le mur latéral de son hôtel construit en 1725-1728 à l’angle des rues de la Barillerie et Marchande, ancien faubourg Saint-Nicolas du Mans, le négociant Véron du Verger, petit-fils de l’inventeur de l’étamine, fait installer un grand cartouche en bas-relief signé F. Chevalier. Il représente une sirène surgissant des flots et au second plan un navire, symbole du commerce international de l’étamine vers l’Espagne, les Antilles, l’Amérique du Sud. Il marquait par là aux yeux du public l’insolente réussite de ces négociants dont certains parvenaient à acquérir châteaux et charges anoblissantes (Sylvie Granger, Françoise Grenier, Franck Miot, Le Mans Ville d’art et d’histoire, Le Guide, Musées, Monuments, Promenades, Paris, Monum-Éditions du Patrimoine, 2006, 144 pages, p. 102).

276 René Plessix, « Les bilans de faillite déposés à la Juridiction Consulaire du Mans (1753-1789) », ABPO, 1988, n° 95-3, p. 247-275. Pour appréhender le contexte économique global : Guillaume Daudin, Commerce et prospérité, La France au XVIIIe siècle, préface de F. Crouzet, Paris, PUPS, 2005, 610 pages. Deux des six plus importantes familles de négociants en étamine ont été étudiées par Philippe Laborie, Approche de deux familles de grands négociants du Mans sous l’Ancien Régime. Les Fréart et les Garnier, maîtrise, Université du Maine, A. Fillon (dir.), 1990, 217 pages.

277 Étaim : fil de laine plus ou moins fin, prêt à être tissé.

278 Le peignage de la laine est une opération longue et pénible qui se fait avec deux peignes face à face. Pour faciliter le glissement, il faut huiler la laine, mais aussi chauffer les peignes.

279 Carrie pour ourdir : la carrie qui dans son sens habituel est le baldaquin carré des lits anciens peut aussi désigner tout bâti rectangulaire menuisé (Trésor du Parler cénoman, p. 93). Dans ce contexte, il s’agit du cadre de bois sur lequel on tend les fils de chaîne. Ourdir : Préparer ou disposer sur l’ourdissoir, les fils de la chaîne d’une étoffe, d’une toile,

280 Claie à battre : l’expression « battre la laine » signifie l’étendre sur la claie et l’y ouvrir à grands coups de baguette, pour qu’elle puisse être peignée ou cardée (Littré).

281 Ms 4.

282 « Il me mis donc au métier d’étaminier vers l’âge de quinze ans », ms 6.

283 Ms 45.

284 « Je travaillais avec lui dans la même Boutique », ms 6-7. Les métiers sont installés dans ce que nous pourrions appeler l’atelier, la pièce froide de la maison, à côté de la « chambre à feu ».

285 Les îles : sans doute Saint-Domingue, où les émigrés du Maine étaient nombreux. Voir Christian Bouyer, Au temps des isles, Paris, Tallandier, 2005, 287 pages ; et Alexandre-Stanislas de Wimpffen, Haïti au XVIIIe siècle, Richesse et esclavage dans une colonie française, édition du Voyage à Saint-Domingue du baron de Wimpffen (1797), présentée et annotée par Pierre Pluchon, Paris, Karthala, 1993, 318 pages.

286 Ms 3-4. Habitation : l’habitation coloniale ne se résume pas à la maison des maîtres mais comprend l’ensemble des bâtiments, domestiques et industriels, ainsi que les terres, les cultures, les esclaves, le bétail et tous les ustensiles nécessaires à la vie sur l’exploitation (Christophe Charlery, « Maisons de maître et habitations coloniales dans les anciens territoires français de l’Amérique tropicale », In Situ, Revue des patrimoines, t. 5, Le patrimoine rural [1re partie], 2004).

287 Pour l’ensemble du voyage de Louis Simon, voir ms 9 à 16 et fig. n° 36.

288 Ms 12.

289 Avec la haute lice, les fils de chaîne sont tendus verticalement. Le métier à tisser a été révolutionné par Jacques de Vaucanson qui met au point vers 1757 le métier à tisser basse lice. Par la suite il sera amélioré par Joseph-Marie Jacquard (1752-1834).

290 Ms 10 et 13. La ville de Berg-op-Zoom était célèbre pour le siège qu’elle avait subi en 1747 de la part des Français lors de la guerre de Succession d’Autriche. Seize ans plus tard, la population était-elle encore hostile aux Français ? Louis Simon explique sa décision de ne pas continuer dans cette direction par les rivalités professionnelles mais aussi par le climat du nord : « joint a cela lhivert était proche, il faisait grand froid dans ce pays la ». Il ne dit mot des différences linguistiques qui auraient pu être un autre obstacle.

291 Ms 12.

292 An : fle, 12, 1372. Manuscrit cité et étudié par F. Dornic, L’industrie textile dans le Maine…, op. cit., p. 150-159.

293 Le plomb du bureau de marque : au sortir du métier, les pièces de tissu étaient examinées au bureau de marque dont relevait leur lieu de production ; reconnues de bonne qualité, les étoffes étaient marquées d’un plomb, après acquittement des droits (Claude Cailly, « Rapports sociaux de production dans la proto-industrie étaminière du Maine et du Perche aux XVIIIe et XIXe siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 103, 2008, p. 75-102).

294 Ces deux fonctions l’exemptant l’une et l’autre des charges de paroisse (voir ms 68).

295 Cribleur de blés : voir ms 67 et note afférente.

296 Voir plus bas dans « La Plume du notaire », le texte n° 2.

297 Ms 7.

298 Voir plus bas dans « La Plume du notaire », le texte n° 14.

299 Ms 54.

300 La peste bovine est venue d’Asie à six reprises de 1712 à 1872 ravager le gros bétail d’Europe occidentale dont elle anéantissait chaque fois 80 à 90 % (François Vallat, « Les épizooties en France de 1700 à 1850. Inventaire clinique chez les bovins et les ovins », Histoire et sociétés rurales 1700-1850, t. 15, 2001, p. 67-104 ; et, du même, Les bœufs malades de la peste, La peste bovine en France et en Europe [XVIII-XIXe siècle], Rennes, PUR, 2009, 360 pages).

301 Saint-Quentin-lès-Beaurepaire : village du Baugeois, au nord de l’Anjou, à 25 km au sud de La Fontaine Saint-Martin. C’est le lieu de naissance d’Anne Chapeau.

302 Lottie : une parcelle.

303 Fromenteau ou fromental : terre qui convient à la culture du froment. Théoriquement le fromental s’oppose au ségala où l’on cultive le seigle (M. Lachiver, Dictionnaire du monde rural…, op. cit., p. 830).

304 Clotteau ou clotiau : petit clos, petit champ, petite parcelle près des bâtiments (Trésors du parler cénoman …, op. cit., p. 108).

305 Arbres entés : arbres greffés.

306 Ms 2.

307 Le modèle de montre le plus répandu alors est la montre de poche (ou de gousset), le gousset étant le nom de la petite poche du gilet prévue à cet usage. Généralement attachées au gilet par une chaîne ou un ruban, les montres sont souvent pourvues d’un couvercle. Le remontoir et la molette de réglage de l’heure se trouvent à douze heures, dans l’anneau. Les montres-bracelets sont alors essentiellement destinées à la clientèle féminine.

308 Ms 17, 60, 65.

309 Ms 56.

310 Marie-Anne Duclos est née le 25 novembre 1759 paroisse Saint-Vénérand à Laval. Fille d’un tisserand, elle doit son apprentissage musical à ses frères, plus âgés qu’elle de 7 à 10 ans, et tous trois organistes. Avant d’arriver au prieuré de La Fontaine à une date inconnue, pour remplacer la précédente organiste, Marie-Ursule Gaignot, devenue trop âgée, Marie-Anne Duclos avait commencé à jouer très jeune, tenant l’orgue de la petite collégiale Saint-Michel de Laval après le décès de son frère aîné François en novembre 1772.
Pour découvrir sa biographie : http://philidor.cmbv.fr/ark:/13681/1hdkx5xyrvgnzebqi6j6/not-455459

311 Sur la bourgeoisie de village : A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 45-46.

312 Ms 6-7.

313 « Qu’est ce que tu veut faire en prenant un tisserand ? », ms 30.

314 Ms 58-59.

315 Ms 22.

316 Ms 31 et 48.

317 Sur le monde de la domesticité : Jean-Pierre Gutton, Domestiques et serviteurs dans la France de l’Ancien Régime, Paris, Aubier-Montaigne, 1981, 255 pages ; Claude Petitfrère, L’Œil du maître : maîtres et serviteurs de l’époque classique au romantisme, Paris, Complexe/Presses universitaires de France, (1986), rééd. 2006, 251 pages.

318 « Seul le célibat constitue un véritable empêchement, et la condition de journalier sert aussi de refuge à ceux qui ne se sont pas mariés » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 42).

319 Prisée : dans ce contexte, le mot désigne le cheptel initial installé sur une exploitation par le propriétaire, sans aucune mise de fond du nouveau locataire. Ce cheptel est soigneusement évalué (prisé) par le contrat de bail, qu’il soit passé devant notaire ou sous seing privé. À sa sortie, le locataire doit rendre un cheptel strictement équivalent.

320 Annie Antoine, Fiefs et villages du Bas-Maine au XVIIIe siècle, Mayenne, Éditions Régionales de l’Ouest, 1994, 539 pages.

321 Ou au moment où, quarante ans plus tard, il le raconte…

322 La pratique du sohatage, possession partagée de matériel (souvent la charrue) entre plusieurs cultivateurs, est parfois mentionnée par Pesche au tournant du premier tiers du XIXe siècle dans les campagnes sarthoises, où elle demeure encore rare. Le verbe correspondant est sohater.

323 Après son mariage avec la cousine germaine de Louis Simon, Louise Soyer, fille du meunier, en septembre 1766.

324 Ainsi, le père d’Anne Chapeau est-il désigné comme « métayer au lieu et metterie de l’Argentrie » dans l’acte de baptême de sa fille (Ad Maine-et-Loire : Saint-Quentin-les-Beaurepaire, BMS 1668-1753, vue 201/227).

325 À une quinzaine de km à l’ouest de La Fontaine (voir ms 28, en note).

326 La Châtre : prestigieuse famille de noblesse chevaleresque qui posséda le château de Malicorne de 1703 à 1792, succédant aux Beaumanoir de Lavardin. L’un des oncles d’Anne Chapeau était « aumonier de Mr de la Châtre » (ms 48), c’est-à-dire de Claude-Louis-Raoul de La Châtre (1745-1824) qui, lorsque Louis et Anne se marient, est capitaine des carabiniers. Influencés par la littérature, les châtelains de Malicorne voient la vie des champs sous les traits les plus séduisants ; on célèbre en vers et en prose les délices de la campagne, accompagnés au clavecin, à la harpe et au violon. L’été, quand M. de La Châtre revient sur ses terres du Maine, des pièces de théâtre (de Sedaine par exemple) sont jouées dans la cour du château et associent les villageois aux festivités. Les oncles Bruneau, prêtres de Malicorne, qui assistent peut-être à ces fêtes, racontent-ils ces pratiques insolites de la grande noblesse aux deux amoureux ? (Sébastien de La Bouillerie, « Le théâtre du château de Malicorne en 1777 », RHAM, t. 27, 1890, p. 235-246.)

327 Ajoutons que la Révolution a tenté, par esprit d’égalité, d’effacer la hiérarchie des métiers de la terre : laboureur, bordager, closier, journalier en les appelant tous « cultivateur ». Si le mot s’impose dans les documents administratifs et fiscaux, l’usage des termes anciens dans la langue orale se perpétuera jusqu’au XXe siècle (Paul Bois, Paysans de l’Ouest, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1971, p. 189 ; voir aussi Max Frey, Les transformations du vocabulaire français à l’époque de la Révolution [1789-1800], Paris, PUF, 1925).

328 Anne Fillon, « La coutume égalitaire : élément majeur de l’identité du Maine », Gens de l’Ouest, Contribution à l’histoire des cultures provinciales, J.-M. Constant (dir.), Lhamans, 2001, 546 pages, p. 19-51.

329 A. Fillon, « Claude Cohergne, l’inclassable villageois », Gens de l’Ouest…, op. cit., p. 41-43 ; et Les Trois Bagues…, op. cit., p. 46-47. Voir aussi plus bas, dans « La Plume du notaire », le texte n° 2.

330 Le Trésor du parler cénoman propose plusieurs représentations de loges, dessinées par Paul Cordonnier-Détrie (p. 226).

331 Vivant à moins de vingt kilomètres de La Fontaine, au château du Plessis à Saint-Gervais-en-Belin, Marin Rottier de Madrelle, comte de Belin, évoque ces logistes dans son discours de réception à la société royale d’agriculture du Mans (1782) : « [...] Il vint des années de disette. Le pain était fort cher et par conséquent la misère très grande. Plusieurs familles périssaient dans ces espèces de déserts faute de secours étant trop éloignées des villes et des bourgs et logés pour la plupart dans des chaumines à moitié couvertes de pailles et de bruyères, entourées de gazons entassés les uns sur les autres. Il y existe encore de ces malheureux qui n’ont qu’un lit garni de paille soutenu par des pieux enfoncés en terre, sans linge et sans autre couverture que leurs haillons ; ils ne sortent de ces tristes habitations que pour mendier leur vie avec tous leurs enfants presque nus […] » (Archives Sciences et Arts : xviii, A, 4, dossier Madrelle).
Voir aussi Véronique Piffre, Sans feu ni lieu, sans foi ni loi ? Les logistes, maîtrise, Université du Maine, J.-M. Constant et A. Fillon (dir.), 1995, 106 pages.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site