Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Deuxième partie. La traque de l'historien

Chapitre premier. La vie quotidienne

Anne Fillon

Note de l’auteur

BREF AVERTISSEMENT à PROPOS DES NOTES DE « LA TRAQUE DE L’HISTORIEN » : cette partie ayant été initialement publiée (1996) sans note, toutes les notes de bas de page que l’on lira ci-après ont été rédigées par Sylvie Granger et Benoit Hubert pour prolonger ou actualiser la synthèse d’Anne Fillon.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Près de la fontaine que saint Martin avait faite… » : Un village né de l’eau et du bois

Il était une fois dans une forêt, aux confins de l’Anjou, une source bienfaisante, jaillie, dit-on au passage de saint Martin, et qui avait attiré des ermites. Lorsqu’un Plantagenêt, Foulques V le jeune, épousa « Haremburgis qui tint le Maine », l’une des dames du temps jadis de Villon, ils bâtirent dans cette solitude gîte d’étape et maison de chasse, près du grand chemin qui reliait les deux villes de leurs provinces réunies, Le Mans et Angers. Puis vint la grande marée des réformes de saint Grégoire et les vagues de donations pieuses. En 1117, le jour de la Saint-Martin, ils offrirent aux bénédictines de Saint-Sulpice de Rennes, filles d’un disciple de Robert d’Arbrissel, le fondateur de Fontevraud, « le lieu de la fontaine [...] avec droit d’usage, de chauffage et de pâturage dans la forêt de Longaunay ». Bien plus tard, le prieuré donna naissance à une paroisse. En 1761, une enquête officie...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540