Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Première partie. Les souvenirs de l'étaminier

Discours de St Jean Chrisostome sur les vertus admirables de la Croix

Testo integrale

ÉLOGES

1La Croix est le salut, la paix, la liberté, la grace, la sagesse, la justice, et la sanctification du genre humain. La Croix est l’Esperence des Chretiens, la Resurection des morts, Le Bâton des aveugles, 1’apui des Boiteux, la Consolation des pauvres, la Bride des Richesses, la destruction des superbes, le tourment des méchants, et le trophée contre les diables.

2Le Bois de la Croix est le pere des orphelins, la defence des veuves, le conseil des justes, le Repos des affliges, la garde des petits, La lumiere de ceux qui sont en tenebre, La magnificence des Rois, la sagesse des simples, la liberté des Esclaves, et l’instruction des grands du monde.

3La Croix Est la publication des prophetes, la predication des apôtres, la force des martirs, la Chasteté des vierges.

4La Croix est le fondement de l’Eglise, la destruction des idoles, le scandale des juifs, la perdition des impies, le courage des faibles, la medecine des malades, le pain des afamés, La fontaine des alterés et l’abri des depouillés.

  • 782 * Jean Chrysostome, né à Antioche entre 344 et 349, et mort en 407, a été archevêque de Constantin (...)

5Gravons dessus nos portes, sur notre front, sur notre bouche sur notre Estomach et sur tous nos membres le signe de la Croix. Endossons cette impenetrable armure des Chretiens, car la Croix est la victoire de la mort, et la clef du paradis, le glaive des heresies, le Renfort de la Foi, la defence et la gloire perpetuelle des Catholiques. Chretiens, ne faisons aucune Choses sans le signe de la Croix. La Croix est le signe duquel nous sommes marquez, de peur que l’ange destructeur ne nous anferme dans ces filets. La Croix est la santé de l’ame et du corps, la destruction de tous les maux, la cause et la Racine de tous les biens, la mort du peché, l’arbre de la vie et la fontaine de notre felicité. Enfin, faisons le signe de la Croix au commancement de toutes nos actions782.

  • 783 Louis Simon passe sans transition du discours de saint Jean Chrisostome à son propre récit de la d (...)
  • 784 * Patriarche de Jérusalem de 313 à sa mort (334), Macaire avec l’appui de l’impératrice Hélène, fi (...)
  • 785 * Édifiée vers 325 pour accueillir les reliques ramenées de Terre sainte par Hélène, la basilique (...)

6[ms 96] L’an 326, Ste Helene, mere de l’Empereur Constantin le grand, fut a Jerusalem pour decouvrir le grand tresor de la vrai Croix783. Etant arivée près le St Sepulcre, elle fits creuser, sur la parole d’Enciens juifs qui lui dire que l’on disait quelle Etait dans ce lieu. Mais elle fut bien surprise de trouver trois Croix, Celle des deux larrons avec celle de J. C. Mais lévêque St Macaire784 dit quil fallait se mettre en priere, et la veritable Croix Ressuscita un mort et gueri une femme malade, ce que les autres Croix navaient pû faire. Il n’y avait que l’arbre de la Croix, le titre ny etait pas mais il a Eté trouvé après, comme jai cidessus dit. Ste Helene Fits Bâtir une superbe Eglise en ce lieu et y laissa une partie de la Croix et Envoya le Reste a son fils Constantin, qui le fits porter dans l’Eglise de Ste Croix quil avait fait Batir a Rome785.

Ceci est tiré de l’histoire Eclesiastique et de St Ambroise.

  • 786 Les chiffres donnés par le journal du département de la Sarthe en 1820 sont naturellement sans auc (...)

7[ms 97] Le journal ou « Echo du Departement de la Sarthe » du 15 avril 1820 porte que, depuis 1481 jusqu’à 1808, 1’inquisition en Espagne a sacrifié 32 382 victimes brulés vifs, 17 690 brulés en Efigie, et 291 450 Emprisonnés avec Confiscation de leur biens786.

Note

782 * Jean Chrysostome, né à Antioche entre 344 et 349, et mort en 407, a été archevêque de Constantinople et l’un des pères de l’Église grecque. Son éloquence lui a valu son surnom de « Chrysostome » (en grec ancien « Bouche d’or »).

783 Louis Simon passe sans transition du discours de saint Jean Chrisostome à son propre récit de la découverte de la vraie croix par sainte Hélène. Ce thème était souvent traité dans les livrets de colportage. * S’étant rendue en Terre sainte vers 326-328, pour un voyage aux motifs surtout politiques, Hélène y fonda l’église du Pater Noster et la Basilique de la Nativité, fit abattre le temple à Vénus édifié par l’empereur Hadrien sur le site du saint Sépulcre, et selon la tradition légendaire y aurait découvert les reliques de la Passion du Christ, donnant une impulsion importante aux pèlerinages en Terre sainte. (Hélène Yvert-Jalu, L’Impératrice sainte Hélène : À la croisée de l’Orient et de l’Occident, Paris, Pierre-Téqui, 2013, 270 pages).

784 * Patriarche de Jérusalem de 313 à sa mort (334), Macaire avec l’appui de l’impératrice Hélène, fit construire les basiliques du Saint Sépulcre, du Mont des Oliviers et de Bethléem.

785 * Édifiée vers 325 pour accueillir les reliques ramenées de Terre sainte par Hélène, la basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem est l’une des sept églises de pèlerinage de Rome. À l’époque, le sol de la basilique est couvert de terre venant de Jérusalem, acquérant ainsi le titre en Hierusalem.

786 Les chiffres donnés par le journal du département de la Sarthe en 1820 sont naturellement sans aucun fondement. * Les spécialistes du sujet n’ont de cesse de revoir le nombre des condamnés à mort à la baisse. La Revue des études juives étudiant l’activité du tribunal de Badajoz entre 1493 et 1599 y a recensé une vingtaine de condamnés à mort en 106 ans (Joseph Perez, Brève histoire de l’Inquisition en Espagne, Fayard, 2002, 194 pages ; Béatrice Leroy, L’Espagne des Torquemada, Paris, Maisonneuve & Larose, 1995, 124 pages).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site