Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Première partie. Les souvenirs de l'étaminier

Histoire de l’Eglise paroissiale de la Fontaine Saint Martin659 anciennement ville de Vadré+

Texte intégral

  • 659 * Le titre initial s’arrêtait là. Louis Simon, ensuite, a ajouté les quatre mots suivants.
  • 660 Une légende tenace prétendait que saint Martin, né en Pannonie vers 316 et mort à Candes, en 400, (...)
  • 661 L’église, située près de la fontaine, située en contrebas, a certainement été d’abord une chapelle (...)

1[ms 81] Saint Martin Et Saint Démétrius, son Compagnon, vinrent prêcher dans la ville de Vadrê vers l’an 440, suivant lhistoire Ecrite par Clodomir, Roi d’Orléans, qui est assez connue pour que je n’en dise pas davantage a present660. Je dirai seulement que Demetrius fits Bâtir une Chapelle près la fontaine que St Martin avait faite avant leur séparation, on peu Croire quelle Etait très petite mais que, depuis, elle a Eté bâtie plus grande a plusieurs fois, selon les besoins de la population661. Mon grand pere m’a dit que sétait un Baron de Courcelle qui la Reparée le dernier, vers l’an 1630 il fits faire la Charpente a neuf, le bois fut pris dans la forêt en faisant faire les grandes allées qui y sont ; il paraist que l’Eglise fut Ralongée de toute la grandeur du Sanctuaire, parce quil est plus Etroit que la Nef. Elle a été lattée a neuf l’an 1807.

+ Comme on ne bâtissait qu’en Bois ou Colombage quand une ville brûlait il n’en restet Rien, Vadré a été de même Réduit en un monceau de Cendre il ne resta que deux chateaux la Segrêrie qui a été détrui après et un autre dont il en a été fait un couvent de Religieuse en 1100.

  • 662 * La fin du registre paroissial de 1781 le confirme : « L’an mil sept cent quatre vingt un, je sou (...)
  • 663 * Chaire, parfois appelée chaire à prêcher : petite tribune située en hauteur dans la nef où le pr (...)
  • 664 * La Sainte Table : grille de communion en ferronnerie qui sépare le chœur de la nef et devant laq (...)
  • 665 * Avant de devenir ce curé réfractaire et contre-révolutionnaire que dénoncera vigoureusement Loui (...)
  • 666 * Précieuse indication qui prouve que la rédaction de ces pages est postérieure à ces travaux, ou (...)
  • 667 Louis Simon, témoin oculaire de l’événement avait alors 13 ans et demi.
  • 668 Si « la petite cloche » a été « menée à La Flèche en 1793 », c’est que – Louis Simon l’écrit dans (...)

2Mon grand pere m’a aussi dit que M. le Curé Frêneau avait fait mettre le grand autel ou il est actuellement, au pignon, car il Etait ou est la Sainte table et la Sacristie, derriere. Il fits aussi faire deux petits autels au deux côté du grand, et cela en 1721, et M. le Curé Lelong a fait detruire les deux petits autels et faits faire le grand, comme on le voit a present, l’an 1781+662 ; la Chaire663 l’an 1783# ; la Ste table664 l’an 1790##665. Les deux chapelles, comme on les voit aujourdhui, furent faites l’an 1818, et la sacristie en même temp666. Les deux Cloches furent fondue l’an 1717, la grosse fut cassée en 1754 le jour de la fête Dieu ; elle fut Refondue a la Toussaints en ma presence667 ; la petite fut menée a La Fleche en 1793668.

+ pour 150 F
# pour 153 F
## pour 156
### en argent quoiquelle fut vendu en papier nous vendime le timbre a M[adam] e Dorvaulx qui nous la donné après pour rien.

  • 669 Mme d’Orvaux accepta d’acheter le timbre de l’horloge du Couvent (* avant sa démolition) et en fit (...)

3Nous avons acheté l’Orloge du couvent pour la somme de 48 F### et le timbre nous sert de seconde Cloche ; il pèse 216 l[ivres]669.

4[ms 82] Le tonnerre tomba dans le Clocher peu après quil fut Construit. Les barres de fer qui y sont y furent mises de suitte si bien quil est trés solide, autant que sil Etait neuf, car il est parfaitement sur Son Equilibre.

  • 670 * S’en santait : s’en ressentait, en souffrait.
  • 671 * Les bancs « introduits » par le curé Clottereau en 1772 sont loués par les paroissiens, ce qui p (...)
  • 672 Selles : petits sièges de bois.
  • 673 * Seuls une trentaine de paroissiens pouvaient donc avoir une place assise durant les offices. Au (...)
  • 674 * On retrouve ici l’anachronisme usuel sous la plume du mémorialiste : au temps de sa jeunesse, la (...)

5Comme notre fabrique etait pauvre, n’ayant aucun Revenus, 1’Eglise s’en santait670 car je l’ai vue si simplement ornée que sétait pitié ; mais depuis que M. le Curé Clottereau y introduisit des Bancs en 1772, cela nous a fait un fond qui produit de quoi entretenir l’Eglise et l’anrichir par la suite671 ; j’ai vû dans ma jeunesse quil n’y avait qu’une douzaine de selle672 ou mettre trois personnes chacunes673 et qui ne payaient que 5 F par selle674 ; les peuple Etait toujours debout ou a genoux pendant les services ou offices.

  • 675 Basset : buffet bas.
  • 676 * Lutrin : haut pupitre sur pied sur lequel on pose le grand livre de chant (graduel, antiphonaire (...)
  • 677 * Sans doute parce que le lutrin précédent, celui au pied duquel le jeune Louis avait chanté « éta (...)

6Les deux armoires qui sont dans la Sacristie ont Eté faite en 1755, le Basset a tiroirs675 a eté fait en 1814. Le pupitre ou Lutrin676 a Eté fait en 1803677.

  • 678 * L’identité d’une statue peut donc être modifiée : il fallait évidemment un saint Martin dans l’é (...)
  • 679 La gloire : il s’agit de la poutre de gloire, c’est-à-dire de la poutre ornée d’un crucifix, d’une (...)
  • 680 « Sainte-Madeleine » est encore visible dans l’église. La tête et le buste sont en terre cuite, pr (...)

7Comme tous les images+ avaient Eté Ecrasés par les Robespierriste, nous avons achetés les Crucifix avec les deux figures qui l’acompagnes a Noyen, pour 20 F. St Martin Etait un St Louis678 que nous avont acheté a Spay pour 4 F ; St Louis a été donné par M. Darlanges ainsi que le tableau du grand autel. Les deux anges qui sont au deux côté de la gloire#679 sont des restes de léglise du couvent, Ste Magdeleine a été faite par mon fils Paul, Excepté la téte, qui est aussi un reste de statue du couvent680.

+ C’est a dire les statue et les tableaux
# a present sur les corniches des cintres

  • 681 * Tabernacle : petite armoire sur l’autel où l’on range le ciboire. Sa fabrication est généralemen (...)
  • 682 * La location des bancs continue à remplir la même fonction qu’avant la Révolution : rapporter à l (...)

8Le tabernacle681 a Eté acheté au Mans, venant de l’Eg1ise du Pré, avec limage de la Ste Vierge ou statue ; la Croix et toutes les vases sacrées ont eté achetée au Mans du produit de nos Bancs682.

  • 683 Julien Brier, ancien maire de La Fontaine Saint-Martin, a vu dans sa jeunesse, en 1928, la queue d (...)
  • 684 Boisaubert, le couvreur, entretenait à l’année les toits du château de Courcelles, qu’avait fait a (...)
  • 685 * Ce récit aurait pu figurer parmi les rabâteries des pages 63-65.

9Le Coq est très ancien car, dans la jeunesse de mon grand père, il fut tiré d’un coup de fusil parti du cimetière, la Balle la traversé comme on le voit683. Sétait un nommé Boisaubert, Couvreur684, cet homme etait savant car il a une fois arrêté un Carosse qui passait devant sa maison, les coups de fouets ne servirent de rien, les Chevaux ne partirent quun quart dheure aprés sans rien leur dire685.

  • 686 * La population de La Fontaine est passée de 591 habitants en 1791 à 800 en 1821 (R. Plessix, Paro (...)
  • 687 * Autel à la romaine : maître autel, généralement de forme « tombeau ». Pour A. Furetière (Diction (...)
  • 688 * Ou plus exactement à cause du retable qui surmontait le grand autel. Ce retable a été remonté da (...)
  • 689 * Sur saint Démétrius, voir dans « La Traque de l’historien » la sous-partie consacrée à Morale et (...)

10[ms 83] L’an 1818, les habitans voyant que l’Eglise Etait trop petite pour la population de la Commune686, firent faire deux chappelles aux deux côtés de l’Eglise et une Sacristie, et ont Rehaussé la nef – il y avait quatre marche pour y descendre. Le grand autel que M. Lelong avait Fait Embellir a Eté placé dans la Chapelle de la Sainte vierge et on a fait faire un autel a la Romaine687 et le Choeur a Eté mis derriere. On a aussi fait ouvrir la grande fenêtre qui Etait Bouchée a cause du grand autel688 ; ainssi, 1’autel a la Romaine est ou il Etait anciennement, et on peut croire que c’est la place ou St Demetrius en avait fait placer un dans sa Chapelle689.

  • 690 Chopinots : de chopine, c’est le nom local des burettes utilisées pour la messe. Dans d’autres rég (...)
  • 691 * On note que la paroisse a récupéré ce qu’elle a pu de l’ancienne église prieurale détruite (voir (...)

11J ai fait peindre la Croix du grand autel et celle qui est dans le Chemin de 1’Eglise et fait faire le pied d’estal, et fait faire aussi la tablette pour mettre les Chopinots690. La Boisure de la porte de la Sacristie est celle de la Sacristie du Couvent et les têtes d’anges vis a vis sont aussi de 1’Eglise du Couvent691.

  • 692 * Le plan du couvent, sans date (début XIXe siècle) montre le petit édifice (voir fig. n° 16). Le (...)

12L’an 1818, La piramide qui est sur la fontaine [de] Saint Martin fut faite par mon fils Paul, ainsi que la statue et linscription qui est dessous et les vers. Les trois pilliers de marbre sont des Reste de l’Eglise du Couvent692.

  • 693 * Ballet : espace couvert avant l’entrée de l’église. Il s’agit parfois d’un auvent en charpente a (...)

13L’an 1819, M. Lelong, Curé de cette paroisse, a fait ôter l’orloge de l’Eglise et la fait mettre dans le Ballet693, a ses Frays et depend.

  • 694 * Ce paragraphe n’a aucun rapport logique avec ce qui précède. On peut penser qu’il s’agit là de l (...)

14J’ai vû dans un Livre de l’Ancien testament, que l’on trouva, aprés que les Eaux du Deluge furent Retirée, des instrument de forges pour fabriquer le fer fait par Tubalcain, et des instruments de musique fabriquée par Jubal, et une ville nommée Hénochia, aparemment que ce fut Hénoch, qui a eté Enlevé au ciel, qui [la] Bâtit694.

Notes

659 * Le titre initial s’arrêtait là. Louis Simon, ensuite, a ajouté les quatre mots suivants.

660 Une légende tenace prétendait que saint Martin, né en Pannonie vers 316 et mort à Candes, en 400, évêque de Tours, était venu en 440 ( !) avec un compagnon, saint Démétrius, officier du palais des empereurs de Byzance, détruire les idoles dans la ville (disparue) de Vadré. Martin, pour pouvoir baptiser les nouveaux chrétiens, y aurait fait jaillir la fontaine qui donna son nom à la paroisse. L’histoire aurait été écrite par Clodomir, roi d’Orléans en 442 et 518. Deux des trois manuscrits contant cette histoire sont encore consultables aux Archives départementales de la Sarthe. Il s’agit de faux. Dom Oury, moine bénédictin et historien, les interprète comme un jeu, ou peut-être un canular, d’humanistes de la région, et estime qu’ils pourraient être de la fin du XVIe siècle, car on y trouve une allusion à Peletier sacrifiant un bouc à Jupiter, qui rappelle un épisode de la Brigade, premier nom donné à la Pléiade.

661 L’église, située près de la fontaine, située en contrebas, a certainement été d’abord une chapelle, puis elle fut agrandie lorsque le lieu devint une paroisse.

662 * La fin du registre paroissial de 1781 le confirme : « L’an mil sept cent quatre vingt un, je soussigné curé de La Fontaine St Martin, ai fait bâtir à neuf et à mes frais pour la plus grande partie, le maître autel de l’église de cette paroisse, pour quoi je prie mes successeurs de vouloir bien se souvenir de moi dans leurs Saints sacrifices. Lelong curé de la ftne St martin. » Ce grand autel n’est plus dans l’église.

663 * Chaire, parfois appelée chaire à prêcher : petite tribune située en hauteur dans la nef où le prédicateur monte par un escalier pour être entendu de tous les fidèles. Là encore, le registre paroissial confirme l’assertion de Louis Simon : « le cinq décembre de la présente année mil sept cent quatre vingt trois j’ay fait placer dans léglise de cette paroisse la chaire à prescher. Lelong curé de la fontaine St martin ». La chaire du curé Lelong est toujours en place (voir fig. n° 28).

664 * La Sainte Table : grille de communion en ferronnerie qui sépare le chœur de la nef et devant laquelle les fidèles viennent s’agenouiller pour recevoir l’hostie. Celle de La Fontaine a été forgée par Le Breton, serrurier à La Suze, en 1789, et rallongée au XIXe siècle (Vpah de la Vallée du Loir, Laissez-vous conter l’église de La Fontaine St-Martin, 2009).

665 * Avant de devenir ce curé réfractaire et contre-révolutionnaire que dénoncera vigoureusement Louis Simon, le curé Lelong avait donc été un curé fort dynamique et impliqué dans l’amélioration de l’église paroissiale, ce que n’avait pas manqué d’apprécier son sacristain-chantre. Lequel avait sans doute suivi les travaux de près : en tout cas il se souvient des prix de chacun des chantiers entrepris.

666 * Précieuse indication qui prouve que la rédaction de ces pages est postérieure à ces travaux, ou en est au plus tôt concomitante.

667 Louis Simon, témoin oculaire de l’événement avait alors 13 ans et demi.

668 Si « la petite cloche » a été « menée à La Flèche en 1793 », c’est que – Louis Simon l’écrit dans un procès-verbal – « le culte a été aboli par les Robespierristes hannarchistes, le district de La Flèche s’est emparé de tous les ornements, de l’argenterie, de la petite cloche, en un mot de toutes les richesses de l’église de ce lieu… ».

669 Mme d’Orvaux accepta d’acheter le timbre de l’horloge du Couvent (* avant sa démolition) et en fit don à la commune.

670 * S’en santait : s’en ressentait, en souffrait.

671 * Les bancs « introduits » par le curé Clottereau en 1772 sont loués par les paroissiens, ce qui procure un revenu régulier à la fabrique. Chaque famille qui le peut loue son banc, le même d’année en année voire de génération en génération. Les prix diffèrent en fonction de l’emplacement.

672 Selles : petits sièges de bois.

673 * Seuls une trentaine de paroissiens pouvaient donc avoir une place assise durant les offices. Au vu de la phrase suivante qui, à ces heureux assis, oppose le peuple qui, lui, « était toujours debout », on comprend que les locataires de cette douzaine de selles étaient les élites du village.

674 * On retrouve ici l’anachronisme usuel sous la plume du mémorialiste : au temps de sa jeunesse, la location des selles de l’église s’esprimait évidemment en livres, et non en francs.

675 Basset : buffet bas.

676 * Lutrin : haut pupitre sur pied sur lequel on pose le grand livre de chant (graduel, antiphonaire) ouvert à la page voulue, et autour duquel se groupent les chantres les dimanches et fêtes. Objet porteur du chant, le lutrin devient du même coup un symbole fort de l’identité paroissiale et un enjeu comme lieu de représentation et d’intégration masculine (X. Bisaro, Chanter toujours…, op. cit., p. 121).

677 * Sans doute parce que le lutrin précédent, celui au pied duquel le jeune Louis avait chanté « étant fort jeune » (ms 6) avait disparu pendant la décennie révolutionnaire.

678 * L’identité d’une statue peut donc être modifiée : il fallait évidemment un saint Martin dans l’église de La Fontaine Saint-Martin. Cette statue venue de Spay est celle qui est encore en place dans l’église, dont l’identité ludovicienne ne peut guère être mise en doute ; elle a été inscrite au titre des Monuments historiques le 12 juillet 1979 (indication Fabrice Masson, Conservateur des antiquités et objets d’arts de la Sarthe, juillet 2015).

679 La gloire : il s’agit de la poutre de gloire, c’est-à-dire de la poutre ornée d’un crucifix, d’une vierge et d’un saint Jean, qui se trouvait, dans les églises, en haut de la nef.

680 « Sainte-Madeleine » est encore visible dans l’église. La tête et le buste sont en terre cuite, probablement du XVIIe siècle. Paul Simon, tailleur de pierre, y a ajouté un corps en tuffeau, de facture maladroite, à l’intérieur duquel on trouve son nom. * Voir fig. n° 33.

681 * Tabernacle : petite armoire sur l’autel où l’on range le ciboire. Sa fabrication est généralement soignée, sa porte en métal travaillé et doré.

682 * La location des bancs continue à remplir la même fonction qu’avant la Révolution : rapporter à la fabrique paroissiale de quoi (ré)aménager l’église. Toutes les indications ici données par Louis Simon sont de précieux exemples de la circulation des œuvres d’art et objets de culte dans les années qui ont suivi le Concordat. L’église de La Fontaine s’équipe avec des éléments venant de villages proches (Spay, Noyen), mais aussi du Mans.

683 Julien Brier, ancien maire de La Fontaine Saint-Martin, a vu dans sa jeunesse, en 1928, la queue du coq qu’on avait descendu pour le réparer. Elle était percée de deux trous. La distance du cimetière au clocher est de 150m. * Louis Simon veut donc indiquer que le tireur était très habile.

684 Boisaubert, le couvreur, entretenait à l’année les toits du château de Courcelles, qu’avait fait agrandir et embellir Chamillart, l’ancien ministre de Louis XIV. On trouve plusieurs fois sa signature à La Fontaine Saint-Martin, où il féquentait une jeune fille qu’il allait épouser.

685 * Ce récit aurait pu figurer parmi les rabâteries des pages 63-65.

686 * La population de La Fontaine est passée de 591 habitants en 1791 à 800 en 1821 (R. Plessix, Paroisses et communes…, Sarthe, p. 222).

687 * Autel à la romaine : maître autel, généralement de forme « tombeau ». Pour A. Furetière (Dictionnaire universel..., 1690, entrée « Chœur ») comme pour le Dictionnaire de Trévoux (1704), un autel à la romaine désigne « un maître-autel, où on peut adorer de tous les costés ». Selon C.-A. d’Aviler, cette appellation correspond à un autel situé à la croisée du transept (Cours d’architecture..., 1691).

688 * Ou plus exactement à cause du retable qui surmontait le grand autel. Ce retable a été remonté dans la chapelle nord, où il se trouve aujourd’hui (voir fig. n° 27). Quant à la « grande fenêtre » du chœur, elle a reçu en 1859 un beau vitrail « archéologique » (imitant le Moyen-Âge) des ateliers Fialex, relatant la légende de saint Martin, thème qui aurait sans doute beaucoup plu à Louis Simon.

689 * Sur saint Démétrius, voir dans « La Traque de l’historien » la sous-partie consacrée à Morale et religion.

690 Chopinots : de chopine, c’est le nom local des burettes utilisées pour la messe. Dans d’autres régions on dit « chopinettes ». * Le vieux sacriste veut lui aussi participer, modestement mais concrètement, à l’embellissement du lieu de culte qu’il a fréquenté toute sa vie.

691 * On note que la paroisse a récupéré ce qu’elle a pu de l’ancienne église prieurale détruite (voir aussi ms 82 et paragraphe suivant).

692 * Le plan du couvent, sans date (début XIXe siècle) montre le petit édifice (voir fig. n° 16). Le monument en forme de pyramide érigé par Paul Simon a été fidèlement restauré. Devenu emblématique du village, il figure dans la main droite de saint Martin sur le vitrail de Blanchard posé en 1934 dans la baie romane de l’entrée de l’église (voir fig. n° 32).

693 * Ballet : espace couvert avant l’entrée de l’église. Il s’agit parfois d’un auvent en charpente ajouté a posteriori. À La Fontaine le ballet est en maçonnerie et son toit suit les pentes du pignon sur lequel il a été plaqué. On n’y discerne plus trace de l’horloge venue du couvent.

694 * Ce paragraphe n’a aucun rapport logique avec ce qui précède. On peut penser qu’il s’agit là de l’écho des lectures menées par le vieux mémorialiste durant les toutes dernières années de sa vie. Cela aurait pu faire partie des notations « tirées de la Vie des Saints et autres livres » qui commencent précisément à la page suivante du manuscrit.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site