Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Première partie. Les souvenirs de l'étaminier

[MS 68] Evenement de la Revolution en Ce qui me Regarde particulièrement et quelques autres articles dont j’ai Connaissance548

Texte intégral

  • 548 * Le titre initialement inscrit par Louis Simon s’arrêtait au mot « particulièrement ». La ligne s (...)
  • 549 L’impôt sur les huiles faisait partie des aides, impôt indirect levé notamment sur les boissons ma (...)
  • 550 On pouvait être exempté d’exercer les charges de paroisse – syndic, fabricier, collecteur – si on (...)
  • 551 * On remarque l’union de toutes les autorités du village, le curé, le châtelain et la prieure dame (...)
  • 552 * En 1787, personne ne peut imaginer ce qui va se dérouler dans les années suivantes. On peut soup (...)
  • 553 * Formulation ambiguë : est-ce de l’ironie de la part du mémorialiste ? Il ne nous y a guère habit (...)

1Comme j’avais Eté onze ans Voyer pour faire travailler les habitans aux Corvées des grandes routes, Comme j’ai dit Cidessus, et après avoir fait demission, je pris le Bureau de limpôt sur les huilles549, ce qui m’exenptet aussi de toutes charges de paroisse550. Mais en 1787, la charge de Sindic (qui Representait celle de maire) vint a vaquer. M. Le Curé, M. Dorvaulx et Madame l’abesse, qui Etait Seigneur ou Dame de paroisse, m’angagerent d’accepter le sindicat551. J’eu beau dire que j’en Etais Exempt par mon Bureau, je fut obligé d’y consentir, me disant quil se preparait des affaires terribles dans le gouvernement et que l’impôt sur les huilles allait Etre abolit avec bien d’autre, quil y allait avoir une grande Reforme en France552 et quil etait besoin d’avoir un homme Eclairé, judicieux et humain pour sindic ; je les Remerciai des qualités quil m’honoraient, en disant que je Nétais pas Capable de gerer tant d’affaires Comme il m’en annonçaient. Mais ce que je leur dits pour me defandre ne servi de rien : je fut obligé de ceder a leur grandeur553.

  • 554 La paix honteuse de 1763 dont parle Louis Simon, à la fin de la guerre de Sept Ans, est le traité (...)

2Louis XVI Etant bien en peines Comment payer les dettes de Louis 14 et de Louis 15, fits assembler les plus Notables d’antre la Noblesse du Royaume ; mais ils ne purent saccorder : les uns voulaient lever de nouveaux impôt, les autres voulaient augmenter ceux d’ordinaire. Tout cella ne+ qui ne voulait pas Charger son peuple, Car il disait quil létait deja trop. Il decida donc de faire assembler les Etats Généraux qui sont la Noblesse, le Clerger et le peuples, qu’on nomme le tiers Etat, et ce fut par le Conseil de son ministre Néker en 1788. Le Roi Envoia dans toutes les paroisses un ordre desassembler pour faire un Cahier de ce que l’on desirait faire sur le changement du gouvernement et comment faire pour payer tant de dettes, car ont disait que Louis 14 en avait laissés deux milliars et demi et Louis 15 un demi, ce qui faisait trois miliars. Encorre les Anglais nous avaient pris toutes notre marines et fait promettre au Roi de n’en relever jamais, se fut en 1763 que cette paix honteuse fut faite, a la fin de la guerre de la Nauvre554.

+ plaiset pas au Roy

  • 555 Les cahiers de doléances de l’élection de La Flèche sont malheureusement perdus.
  • 556 * Voir « La Traque de l’historien ».

3[ms 69] Chaques sindic fits donc son Cahier ou doléances, selon l’avis des habitants. Je fits le mien555, puis je le donnai a M. Dorvaulx qui le fits voir a M. le Curé et a Mme l’Abbesse : il n’y firent acun Changement. Il fut porté au Mans ou la Redaction de tous les Cahiers du Maine se faisait, c’est a dire on les confondait tous en un seul pour l’Envoyer a Paris556.

  • 557 * Le 20 juin 1789, les membres de l’Assemblée ayant trouvé leur salle fermée se réunissent dans la (...)
  • 558 * Mille ans de féodalité sont effacés lors de la nuit du 4 août 1789. L’abolition de la longue lis (...)
  • 559 * Louis Simon résume sans la nommer la Constitution civile du clergé votée le 12 juillet 1790, qui (...)
  • 560 Impôts sur les fonds : impôts fonciers.
  • 561 Avec l’abolition de la gabelle, impôt sur le sel, cette denrée était passée de 13 sous, soit 52 li (...)
  • 562 * On sent à cette énumération hétéroclite mais précise combien le souvenir de ces tout débuts de l (...)
  • 563 * Comme vous allés voir : on retrouve ici le conteur qui cherche à maintenir l’attention de son au (...)

4Les Deputés des Etats Généraux Etant assemblés a Paris Et ayant vû les Cahyers de Chaques provinces, la noblesse et le Clerger, voyant qu’on allait taper sur eux, dirent quil ne voulaient point de constitution nouvelle, ils sen allèrent, le Tiers Etat dit quil ferait la constitution malgré tout puisque le Roi les avait apellés pour cela557 ; en Consequance, ils la commencerent et la finirent+. Ils abolirent la Gabelle, la dîme, la féodalité, tous les privileges de la Noblesse et du Clerger, toute la Noblesse et les Seigneurie avec leurs noms de terres et leurs qualités de Duc, marquis, Baron, Conte, Chevallier, etc. Leur droits Exclusif de la Chasse et de la pêche, Leurs armes et leur Livrée etcetera ; enfin, on les mettait a l’Egalité des autres Français558 mais on ne touchait pas a leurs biens fonds+. Il fut aussi decreté que tous les biens du Clerger seraient vendu pour payer la dette de l’état et que l’on pensionneret tous les Eclesiastique au depens des impôts559. On abolit aussi les Bulles du pape, de maniere que les deux hauts Etats si orgueilleux furent Rabatus, dont ils en furent très mécontant. Toutes sortes dimpôt indirects furent aussi abolis, et on Etablit les impot sur les fonds560 et sur le mobilier, et personnes n’en fut Exempt que les indigens. On abolit les procedures seigneuriales et on Etablit les juges de paix ; il n’en Coûtait que 25 F pour assigner et jugé gratis. Le sel ne vallait que deux liards la livre561 ; chasset qui voulait sur son terrein, vendet vin qui voulait sans rien payer que la patente, qui Etait de 8 F, Cueillait du tabac qui voulait562. Louis 16 fut conservé Roi mais on Exigeat de lui le serment de fidelité a la Constitution et quil la feret observer dans tout son Royaume. Cela dura pendant deux ans mais les pretres et les nobles troublerent le Repos de l’Etat en faisant deserter le Roi, dont il en arriva de grands malheurs comme vous allés voir563.

+ Setait la meilleure des 4 que nous avont eue si tous les Français l’avaient acceptée ils auraient bien Epargné du sang.
+ Il est vrai qu’on les obligeat de payer limpot car avant ils n’en payaient point.

  • 564 * Dès le début de 1789, certaines villes de province organisent des milices pour lutter à la fois (...)
  • 565 * Lire « comme quoi ».
  • 566 * Il se détractait : il se rétractait.
  • 567 * Dans la nuit du 20 au 21 juin 1791, trompant la surveillance des gardes nationaux, la famille ro (...)
  • 568 Louis Simon fait une erreur de date : Louis XVI a été guillotiné le 21 janvier 1793.

5[ms 70] Comme les Français s’Etaient Revoltês en 1789, au mois de juillet, et que le Roi les avait déclarés tous soldats par un Decret, on montait la garde dans toutes les villes et Bourg de la France, a cause que lon avait peur dêtre surpris par les prêtres et les Nobles564. On nomma des officiers parmis nous et on leurs obéissait sans murmure. Ils Etaient Elus aux scrutin et toutes les troupes de France firent de même : sétait les soldats qui choisissaient leurs officiers et tout allet bien. Mais cela ne dura que deux ans : les ennemis du Repos de la France Conseillerent au Roi de deserter, ce quil fits le 20 du mois de juin 1791, après avoir laissé un Ecrit Comme565 il se détractait566 de son Serment et de tous les Decrets quil avait sanctionnés. Il fut arrêté a Varanne, a deux lieues Environ des frontieres567. Ramené a Paris, ont lui fits Son procès et fut condanné a mort et fut decapité le 21 janvier 1792568. Cettait un Bon Roi, point méchant, qui aimait son peuple, mais il n’avet pas la tête assez forte pour Repousser les flateurs et les ennemis du peuples, C’est a dire les nobles et les prêtres, qui nétaient pas contans de la Constitution.

  • 569 * La royauté est abolie par la Convention le 21 septembre 1792, point de départ du calendrier révo (...)

6La desertion du Roi antraîna une infinité de malheurs. On nomma une Convention pour faire une nouvelle Constitution, et comme le Roi avait deserté, il fut dit quil avait tombé en déchéanse et Reconnu pour avoir abdiqué. En Consequance, la roiauté fut abolie et la France mise en Republique569, qui a duré quatorze années mais sous differantes Constitutions. Car la premiere+ qui commença le 23 septembre 1792 Etait Democratique, Cest a dire que la masse du peuple Etait le souverain.

+ sétait la 1re après la mort du Roi mais sêtait la seconde depuis la revolution

  • 570 * Chef de tous, qui veut dire souverain : en effet, la Constitution de l’an VIII, mise en applicat (...)

7La seconde ou la 3e commança a l’arivée de Bonaparte, après la guerre d’Egipte, elle Etait aristocratique cest a dire que setait les Riches qui gouvernaient, mais Bonaparte etait le premier Consul ou Chef de tous, qui veut dire souverain570.

  • 571 * Le 2 décembre 1804 à Notre-Dame de Paris. Le mémorialiste reprend les mêmes éléments ms 78, pres (...)
  • 572 * Il s’agit de la Constitution dite de l’an XII, qui établit une monarchie impériale héréditaire d (...)

8[ms 71] Anfin, après quatorze ans de Republique, le premier Consul pris le titre d’Empereur des Français et ce mis lui même la Couronne sur la tête et se fits Sacrer par le pape Pie VII571. Il fits encorre une Constitution572.

Evénement arivés pendant la Republique573

  • 573 * Contrairement aux autres intertitres, celui-ci ne se trouve pas en haut d’une page : il a manife (...)
  • 574 * Voilà pourquoi Louis Simon expliquait avoir mangé une bonne part de l’héritage de l’oncle Brunea (...)
  • 575 * Sur ces riches contribuables : Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret (dir.), Grands notables (...)

9Pendant la Republique, toutes les Charges et offices se presentaient par Elections. J’ai toujours Eté Electeur pendant quil y en a eut+. Jai Eté au Mans plusieurs fois, a St Calais, au Chateau du Loir, a La Fleche, selon les Elections que l’on avait a faire574 ; j’ai aussi Eté juré a l’audience criminelle durant la Republique, mais la Constitution imperiale ne voulut que des Riches qui avaient mille franc d’impôt575.

+ même pendant l’Empire jusqu’à déchéance

  • 576 * En cueillet : en cultivait et récoltait.
  • 577 Sans port d’arme : sans autorisation de porter des armes. * On pourrait dire aujourd’hui : sans ob (...)
  • 578 * Une partie de cette énumération se trouvait déjà ms 69. Ces bienfaits, ici attribués par Louis S (...)

10Jamais le peuple français n’a Eté si heureux que sous le gouvernement Républicain. Car nous avions le sel a deux liards la Livre, le tabac point Cher et en Cueillet576 qui voulait, les impôts foncier et mobilier très faibles, Chassait qui voulait sur ces proprietés sans port darme577 ; il n’en Coûtet que 25 F pour faire assigner a paraître devant le juge de paix ; vendet vin qui voulait sans payer dimpôt, aussi on Buvait a bon marché et a son plaisir ; on Entrait toutes Especes de marchandise en ville sans payer ; on publiait les Bans de Mariage le dimanche et on se mariait le mardi suivant578 ; anfin on auret Eté heureux si les prêtres et les Nobles n’avaient pas aportés le trouble par la Contre Revolution.

  • 579 * Voir dans les documents complémentaires publiés en 4e partie, la dénonciation des « menées sourd (...)

11Comme tous les Biens de l’Eglise avaient Eté vendu pour payer les dettes de l’Etat, les prêtres (Cest a dire ceux qui avaient Refusé le serment) crièrent de toutes leurs forces que la Religion Etait perdue. On voyaiet des libelles, des catechismes nouveaux, et quantités d’Ecrits incendiere pour tâcher d’Egarer les ignorents579. Ils se Rassemblerent dans le Departement de la Vandée ou ils tinrent un sinode et firent une ordonnance que tous les garçons et hommes mariés, de 18 ans jusqu’a 40 ans, prendraient [ms 72] Les armes pour la deffence de la Religion, et quil gagneraient les indulgences et que plus ils tueraient de patriotes plus ils meriteraient et que leur Raliement serait « Vive le Roi ! »

  • 580 * Les premiers troubles importants, suscités par la levée de volontaires pour « la patrie en dange (...)
  • 581 * « Si les nobles n’avaient eu les prêtres pour appui, la Vendée n’eût jamais acquis sa déplorable (...)
  • 582 Evêque in partibus : évêque jouissant d’un titre honorifique sans aucune juridiction. Louis Simon (...)
  • 583 * Dont Louis Simon fait partie (voir ms 59 et « La Traque de l’historien »).
  • 584 Vezins : commune du Maine-et-Loire à 14 km de Cholet. * La bataille se déroule au nord de Cholet l (...)
  • 585 * Le chiffre donné par Louis Simon est probablement excessif. Le 23 mars, le Conseil exécutif et l (...)
  • 586 * Apprenant la défaite de Vézins, Berruyer ordonne la retraite aux Ponts-de-Cé, mais il laisse Gau (...)
  • 587 * Louis Simon fait ici allusion à l’armée de Mayence commandée par le général Kléber, qui arrive à (...)
  • 588 * Les indications de Louis Simon sont corroborées par une série de témoignages sur la Virée de Gal (...)
  • 589 * Oyzé : Oizé, village situé à 6 km à l’est de La Fontaine. Louis Simon se cache car il se sait en (...)

12Jai vû un Extrait du Decret de leur sinode tenu a Chatillon580, ou assisterent les Evêques Refracteres ainsi que les Moines, abbés, prieurs, chanoines, grands vicaires, Doyens et curés581 ; le presidant Etait l’Evêque d’Agra (in partibus)582. Ils jugerent a mort tous les acquéreurs de biens nationaux583, tous ceux qui prendraient les armes pour defendre la Republique, tous ceux qui conseilleraient aux jeune gens de senroller pour la soutenir, tous les prêtres assermentés, tous les officiers Municipaux, tous ceux qui publieraient les Loix et Decrets de la Convention, tous ceux qui assisteraient a la Messe des prêtres assermantés, tous ceux qui Empêcheraient les jeune gens de s’enroller dans larmée catholique et tous ceux qui mépriseraient leur sinode et leurs Lois : tous ces homme devaient Etre assacinés sil nétaient Reclamés par quelques bons catholique. Ils commencerent par desarmer les partriote de la comune de Vezins584 ; puis de commune en commune, ils se grossirent prodigieusement jusqu’au nombre de 80 000 hommes, les uns de bon gré, les autres par forces ; les Anglais leurs fournissaient d’armes et de munitions de bouche, au commancement on y Envoya des gardes Nationalles mais ils Etaient Repoussés. Enfin on y Envoya la masse de Beaucoup de commune, Lesquels composait Environ 40 000 hommes585. Cette masse ne servi de rien qu’a faire du mal aux pauvres patriotes car il en mourut plusieurs a force de courir pour leurs sauver586. Mais le gouvernement tira 20 000 hommes de l’armée de Mayance+ avec ordre de tuer homme, femme et Enfant, et de Reduire Ville Bourg et village en cendre587. Alors l’armée catholique pris le parti de fuir ; les Soldats qui ne leurs donnaient point de Repos, les fatiguerent d’une maniere quil mouraient le Long des Routes, soit de fain, soit de la dissenterie, Soit des coups de canons et fusils qui toujours tiraient sur eux ; il en mourut 40 sur notre commune, qui ont Eté enterrés ou il se Sont trouvés588. A leur passage+, je fut me Cacher du Côté d’Oyzé, dans un bois589.

+ et furent dans la Vendée
+ ils ont passé par ici le neuf Xbre 1793)

  • 590 * Les chiffres sont exacts au début de la Virée de Galerne. Ils ne sont plus que la moitié lors de (...)
  • 591 Munition de bouche : utilisation ancienne du terme « munition » pour « approvisionement ».
  • 592 * Sassée : tamisée, passée au sas (donc pure, saine). Inversement, les Vendéens se nourrissaient d (...)
  • 593 * Outre la dysenterie, le typhus et diverses fièvres infectieuses régnaient (voir « La Traque de l (...)
  • 594 * De la même façon, Nepveu de La Manouillère évoque sa cuisinière morte en janvier 1794 de « la ma (...)

13[ms 73] Larmée Catholique Etait Composée de 800 prêtres et autant de nobles qui marchaient au milieu de la Bande, ayant devant et derriere des Soldats pour les defandres ; en comptant les femmes, on dit quils Etaient 80 000 mais il n’y avait que 30 000 hommes en Etat de ce bâtre590. Comme il n’avaient point de munitions de Bouche591, ils Etaient si afamé qu’ils Etaient obligés de manger des pouriture comme de la graisse pour graisser les Charette, des levains, de la Bouillie de farine point sassée592, faite avec de leau et cetera… Aussi Etaient il presques tous malades de la dissenterie593. Ils la donnerent a plusieurs a La Fontaine, qui en moururent594. La grande Route Etait si infectée de Ces gens lâ, quelle en senti mauvais plus de huit jours aprés.

  • 595 Séphers : Charles-Guillaume Sepher (1753-1836), parfois orthographié Cepher, général qui en 1793 c (...)
  • 596 La bataille du Mans eut lieu les 12 et 13 décembre 1793.
  • 597 * Il en resta beaucoup au Mans : les estimations du nombre de Vendéens « tant hommes que femmes » (...)
  • 598 * Constatant que tout était perdu, La Rochejaquelein fit déployer 14 canons à la sortie de la vill (...)
  • 599 * Varades : à 12 km à l’est d’Ancenis.

14Citos quils furent arivés au Mans, ou ils s’atendaient de passer l’hivert, ils furent batus par larmée de Séphers595, qui vint au secours des Mayençais, sétait au Commencement du mois de Decembre596 il en Resta Beaucoup au Mans, tant hommes que femmes597. Ils s’en Retournerent par Laval598 et furent passer la Loire a Varade599 ; on Cessa de les poursuivres dailleurs ils Etaient en trop petit Nombre.

  • 600 * Brigands : le chanoine de La Manouillère, pourtant réfractaire, utilise le même mot pour désigne (...)

15Dans tous les Departements quils traverserent, ils y semerent leur opinion, et même plusieurs se detacherent de larmée et ce cacherent d’un côté et d’autres, tant prêtres que laïque, pour prêcher la Contrerevolution. Et C’est ce qui nous a formé ici des Brigand surnommé Chouans600 ; cest célérats avaient ordre de tuer, voler, et mettre le feu aux maisons ou il y aurait des patriotes cachés ; même les Eglises nétaient pas Epargnée. Comme ils n’osaient faire leur carnage le jour, ils allaient la nuit a la porte d’un pere de famille, ce disant deserteurs Egarés, ayant grand faim et bien misérable ; aussitot le pauvre patriote se levait, plein de tendresse et de charité, pour secourir lhumanité soufrante, mais quel etait sa Surprise en ouvrant la porte : il voit 20 ou 30 Brigands armés qu’i l’assacine au milieu de sa famille. Ensuite les voleurs emporte ce quil trouve dans la maison de meilleur, puis vont dans des maisons de leur trempe se cacher, et la nuit daprès, vont d’un autre côté.

  • 601 * Mézeray : village situé à une dizaine de km au nord-ouest de La Fontaine.
  • 602 Jean Cureau était le fils de Jean Cureau, frère de la mère de Louis Simon. Il était aussi le frère (...)
  • 603 * Rien dans l’acte dressé par l’officier public de Mezeray le 10 pluviôse de l’an III [29 janvier (...)

16J’avais un Cousin germain a Meseray601, nommé Jean Cureau602. Les Cruels Chouans l’on arrachés d’entres les brads de ses deux filles qui leur disaient « Tués nous et laissés vivre mon père », ils le fusillerent pour avoir été a la messe d’un prêtre sermenté603.

  • 604 * On peut penser que les compagnons de cachette de Louis Simon sont les autres acheteurs de biens (...)

17[ms 74] Comme ils ne faisaient leur Ravages que la nuit, la premiere année, j’alais me cacher avec 9 ou 10 autres du Bourg sur la voûte d’une haute tour de l’Eglise du Couvent. Nous y avions portés des matelas et des couvertures et de la voûte de l’Eg1ise, on montet avec une Echelle dans la tour en passant par un trou ou on ne pouvait passer qu’un et un et nous avions une hache avec nous ; et nous Etions bien decidés de fendre la tête au premier qui se Serait presenté dans le trou et ainsi des autres tant quil en serait venu. Si nous Etions decidés a un Eccès si Barbare, c’est qu’on nous avait avertis que nous Ettions sur leurs listes pour Etre massacrés604.

  • 605 * Leurs defandirent de tuer qu’a leur corps defandant : leur interdirent de tuer, sauf en situatio (...)

18Dans la suitte, il nous vint du secours : le gouvernement mis des Garnisons dans les villes et les gros Bourgs, et principalement sur les grandes Routes. Ses troupes faisaient des patrouilles jour et nuit ; alors nous eumes du Repos. Les Chouans cesserent de marcher la nuit ; leurs prêtres leurs defandirent de tuer qu’a leur corps defandant605, mais on ne sais le nombre des personnes quils ont tuée pendant un an qu’il leur fut ordonné de massacrer. Cependant sur la fin, il firent bruler 1’Eglise de Pontvallain pour avoir cinq patriotes qui sétaient Refugiés dedans, mais ils ce sauverent avec les cordes des cloches.

  • 606 * En échange de chemises sales.
  • 607 L’Entreprise est un lieu-dit sur la grande route Le Mans/La Flèche, à 500 m de l’auberge du Soleil (...)
  • 608 Un rapport préfectoral indique que la diligence fut arrêtée en 1814 par le chef chouan Tranquille (...)
  • 609 * Louis Simon dessine ici une géographie de l’implantation chouanne dans le sud de la Sarthe qui n (...)

19Pendant le temps quils ont marchés de jour, ils n’ont pas fait tant de cruautés, mais seulement ils volaient les Diligences et les Couriers de la male ou poste aux Lettres, mais fallait les nourir et leur donner des Chemises Blanches pour des salles606. Cependant ils massacraient les gendarmes qui Escortaient Les Voitures publiques, ou autres troupes qui Etaient cantonnéc sur les Routes pour favoriser les voyageurs. Mais il arrivait aussi quelques fois quil en Restait des leur sur la place, car en 1814, ils Etaient 400 Chouans pour arrêter la diligence, laquelle Était Escortée par 40 gendarmes a cheval et autant dinfanterie, ils se Rencontrairent a l’Entreprise607, il y eu Bataille dont deux Gendarmes furent tués et 22 Chouans608. Il a arrivés plusieurs affaires de même, mais les Chouans avaient la precaution de ne Laisser point leurs morts sur la place ; ils les enlevaient la nuit suivante et les Enterraient a St Jean, Ligron, Courcelle ou Mezerai parce que setait la leur Repaire, attendu que tous les jeunes gens de ces Communes se mirent dans les Brigands ou Chouans609.

Brigandages Et Cruautés des Chouans

  • 610 * En reconstituant tout ce dialogue, le mémorialiste admire le sang froid de sa défunte épouse, et (...)

20[ms 75] Dans le temps que nous allions nous Refugier dans la tour, ils faisaient du pire quil pouvaient dans nos maisons, Etants mécontants de ne nous pas trouver pour nous Egorger ; mais ils se vengeaient quelques fois sur les femmes. Une fois, ils sont venus chez moi, ma femme Etant au Lit, il la menasserent de lui donner le fouet si elle ne se levet bien vite pour leur donner de l’argent. Elle leur Repondit : « Si je suis couchée, c’est que je suis malade ; c’est pourquoi je vous prie de me laisser traquille, d’ailleurs, puisque vous Etes de la Bonne Religion, il serait honteux a vous de fouetter une honnête femme et aussi Encienne comme je suis », « tu â Raison, impie que tu est, (Repondit un petit gredin de chouan) que nous somme de la bonne Religion, et c’est pour la soutenir que nous avons pris les armes », « hé bien » dit ma femme « je prie Dieu quil vous aide et vous protege », « Comment » Repondit le chouan « est ce que tu prie Encorre le bon Dieu ? est ce que vous n’etes pas tous des impie a La Fontaine ? vous avez Renoncés a votre Baptême en allant a la messe de votre prêtre sermenté et si ce nétait quelques bonnes ames qui sont dans le Bourg nous le ferions Bruler car vous le mérités, mais puisque tu ne veut pas te lever, donne nous les Clefs de tes armoires ou est ton argent » ; « je n’ai point d’argent mais voila les Clefs, faites comme vous voudrés », dit mon Epouse610. Aussitos, ils ouvrirent armoires, coffres et tiroirs de table et jeterent dans la place sur le pavé tout ce quil trouverent dans les dit meubles, prirent ce qui leur fits plaisir puis s’en allerent.

  • 611 Fallait durer : expression régionale qui signifie « il fallait supporter ».

21Ils firent de même chez les autres et lon fait plusieurs fois. Quand nous arrivions le matin, voyant ce pillage, nous nétions pas contant mais fallet durer611. Encorre bien heureux de trouver nos femmes en vie, quoique demie morte, la mienne eut une Extinction de voix pendant tout le temps que ces Brigands coururent la nuit, C’est a dire quelle parlait tout bas parce quelle simaginait toujours quil arivaient ; car il fallet bien vite ouvrir la porte ou il la Brisaient a coups de haches. Je crois bien que ce sont c’est scelerats qui sont cause de la mort de ma bonne femme par les peurs affreuses qui lui ont causées, et setant Echaufé le sang a veiller, croyant toujours quils allaient arriver.

  • 612 * Les archives mentionnent des agressions à La Fontaine contre les citoyens Pineau et Lesage père (...)
  • 613 Caillet des Bégros est en réalité François Cailleau, 38 ans, locataire de M. d’Orvaux à la ferme d (...)
  • 614 * Laval, Sillé-le-Guillaume et Fresnay-sur-Sarthe sont respectivement situés à 75, 55 et 65 km de (...)
  • 615 * Des personnes de ces pays la nous ont Raportés : la circulation orale des nouvelles est intense (...)

22[ms 76] Les chouans n’ont pas Eté si mechand dans ce canton ici comme ils ont Eté ailleurs612, et Encorre moins dans notre commune que dans celle des Environs, car il n’ont massacré qu’un homme, un nommé Caillet des Begros613. Ils Etaient bien plus cruels du côté de Laval, de Sillé et de Frênay614, car des personnes de ces pays la nous ont Raportés615 quils ont Ete chez un fermier patriote, et ne pouvant faire ouvrir la porte, ils y mirent le feu. La porte Etant Brulée, ils Entrerent, prirent le maître, le seignèrent comme on fait un cochon et firent tenir la poile a sa femme pour Recevoir le sang, puis il lui en firent autant et firent tenir la poîle a leur fille, puis ils la violerent ; ansuitte ils se chargerent de Butain et s’en allerent, laissant les deux corps morts et les domestiques pieds et mains Liees et bien attachés au pied d’un lit.

  • 616 Courée : expression locale ancienne désignant les poumons, ou le cœur et les poumons.

23Proche de Frênay, comme ils allaient pour Egorger un patriote, ils le Rencontrerent dans leur Chemin, ils se jetterent sur lui et sans aucune Explications lui ouvrirent le corps, lui aracherent la courée616 puis la porterent chez lui ; en arrivans ils la jeterent sur la table en disant a sa femme : « Tien voila la courée de ton homme que nous avons seigné la bas, fais nous la cuire pour que nous la mangions ensemble », la pauvre femme s’Evanouit, les domestiques allerent ce cacher ; les voleurs se chargerent deffets et s’en allerent, laissant la courée, mais le coeur ni était plus+.

+ un des celerats lavait mangé.

  • 617 Tire-bourre : instrument dont les extrémités forment deux crochets pointus, et qu’on visse au bout (...)

24Dans un autre androit, 600 chouans ont Rencontré 30 soldats qui, se voyant en nombre trop inferieur, se Sauverent dans une Église, les Chouans y mirent le feu, les soldats se Rendirent et donnerent leurs armes aux chouans, furent ensembles a l’auberge, puis les traitres les fusillerent tous les trente. Un soldat, qui malheureusement Etait allé voir Sa mere, fit Rencontre de ces Brigands, il le prirent et lui aracherent les deux yeux avec un tireboure617.

  • 618 * Ici, le coin de la page en bas à droite, est déchiré et quelques mots manquent.

25Les prêtres sermentés setaient tous Refugiés dans les villes, mais un jour il y en eut un qui sorti du Mans pour aller voir un ami ; il Rencontre une Bande [de] Chouans qui prirent le pauvre prêtre, lui fandirent les cuisses de pouces en pouce de largeur, depuis le ventre jusquau genous, puis le laisserent dans ce triste Etat au mi[lieu]618.

Près de la ville de Mayenne ils ont seigné un homme veuf ont rempli un vase de sang pour le faire boire a sa fille l’ayant refusée ils lui fandirent les deux mamelles en quatre partie puis la jeterent.

  • 619 * Saint-Germain-du-Val : ancienne commune limitrophe de La Flèche, avec laquelle elle a fusionné e (...)
  • 620 * Tondre et violer : double exemple éloquent des violences sexuelles faites aux femmes dans tous l (...)

26[ms 77] Dans la commune de St Germain619 près La Fleche, ils sont alle huit chez un patriote honnête et Riche, ils lui ont tondu la tête, lui disant qu’une autre fois, ils le fusilleraient ; puis tondirent sa femme a l’androit indecent ; ensuitte, ils furent coucher tous huit avec leur fille agee de 22 ans620 en les menassant de n’en rien dire ou ils Reviendraient en plus grand Nombre mettre tout au pillage.

27Tout proche la ville du Mans, ils sont allé trente chez un prêtre marié, lui ont Enlevé les genitoires et ont fait tenir la chandelle a sa femme pendant leur opération, puis ont pris son argenterie et lui ont dit : « Faites a present des patriotes tant quil vous plaira ».

  • 621 L’abbé Letessier est Jean-René Tessier, né à Saint-Denis-d’Orques, province du Maine, en 1741. Il (...)
  • 622 * On devine la profonde désapprobation du mémorialiste non seulement envers la brutalité des actes (...)

28A Courcelle, Closerie du Freu, ils y ont massacrés le père, la mere et la Fille agée de seize ans, puis sont allé le dire a un prêtre Refractere au serment, qui Etait Caché en Meserai (Labbé Le Taissier)621, il leur dit quil Etait nescessaire quil y eut des Exemples afin de faire peur aux autres622.

29Plusieurs fois, ils ont faits mettres des patriotes a genous, puis leur disaient : « tiend toi bien, que je te fusille par devant », après, dautres disaient : « ne le fusille pas par devant, je vais le tuer par derriere », puis dautres disaient « ne le tués pas aujourd’huy, gardons le pour une autre fois, Cela nous divertira ». C’est de cette maniere que ces Celerats se jouaient de 1’humanité.

  • 623 * Le 17 fructidor an III (2 septembre 1795), l’officier public de Cérans enregistre 5 (et non 7) d (...)
  • 624 * Luché (aujourd’hui Luché-Pringé) est à moins de 12 km au sud de La Fontaine. Comme Courcelles et (...)
  • 625 Tranquille est le nom de guerre de Jean Chatelain, choletais qui combattit dans l’armée de Charret (...)
  • 626 Potiron était le nom de guerre de Michel Plessis, de Requeil, à 10 km à l’est de La Fontaine Saint (...)
  • 627 * Il faut comprendre « se ».

30On ne finirait point si on antreprenait de Raconter tous les forfaits, les attrocités, les abominations, les impudicités, les crimes, les Exécrations, les Cruautés, les Vols, et cetera, que les Chouans ont commis. Dans une seule nuit, ils ont tué dans la commune de Cerans, sur la Lande des Fauconnieres sept patriotes623. À Luché624, ils fusillerent dans une nuit quatre oficiers municipaux, puis leurs chefs Tranquille625 et Potiron626, leur dire de leur627 mettre a genoux et dire chacun un « pater » et un « avé » pour le Repos de leurs ames.

  • 628 * Ce « en » désigne des officiers municipaux, cible privilégiée des Chouans.
  • 629 * Ad Sarthe : L 213, situation morale, politique et militaire du canton de Loué ; Pierre Aubin, «  (...)

31Proche Loué, ils en628 ont fait Bruler quatre dans la Chambre municipale629.

  • 630 Les Rouillis : bordage à Mézeray.
  • 631 * Ici le signe # renvoyait à un ajout en marge qui, se trouvant au verso du coin déchiré signalé n (...)

32Ils sont alles aux Rouillie en Meserai630 pour tuer le nommé Guède, mais il monta dans son grenier avans leur arivée ; le plus hardi d’entre eux monta aussi pour le chercher mais Guède lui fandi la tête d’un coup de hache. Les autres, Efrayés, s’en alèrent et Guede fut obligé d’aller se Refugier a La Fleche631.

[Grands événements arrivés en France]632

  • 632 Cet intertitre n’existe pas dans le manuscrit. Il est ici ajouté pour respecter la construction vo (...)

33[ms 78] Après avoir Ecrit une partie des Céleratesses des Chouans Commise dans le Departement de la Sarthe, je vais Ecrire une partie des grands avenement arivés En France pendant la Revolution.

  • 633 * Cette énumération traduit une certaine fierté, qui correspond aux choix politiques antérieuremen (...)

34Aussitots que nous fûmes En Republique, c’est a dire le 23 septembre 1792, la guerre se déclara avec toutes les puissances de l’Europe. La Vandée ce Revolta contre la Republique, on y Envoya des troupes pour les Reduire ; on en Envoya aussi Contre les Chouans. Nous avions des armées sur les frontières, pour repousser les ennemis Etrangers, des victoires partout remportées malgré les trahisons, nous avions de bons Généraux et Et de fameux soldats, nous portiont la terreur partout et tout flechissait devant les Français633.

  • 634 * Espérant quil y périrait : le but véritable de l’expédition d’Égypte (1798-1801) était-il d’éloi (...)
  • 635 * Sur la constitution de l’an VIII, voir note ms 70.
  • 636 * Voir ms 71, où Louis Simon a déjà raconté cela, presque dans les mêmes termes, et les notes affé (...)

35Il se trouva un général plus fameux que les autres (Bonaparte). Il eu des jaloux qui tâcherent de s’en defaire adroitement, ils l’anvoyerent en Egipte faire la guerre aux Turcs Espérant quil y périrait, mais il Revint en France victorieux a la confusion de ces ennemis qui Etaient a la tête du gouvernement634. Et pour se vanger, il abolit la Constitution Republicaine Democratique, laquelle Était fondée sur les droits de lhomme, Et y substitua une Constitution aristocratique, dont il se nomma le chef ou premier Consul635. Mais après 14 ans de Republique, il pris le titre d’Empereur, ce fit sacrer par le pape+ et se mis lui même la couronne sur la tête et un aigle pour ses armes636.

+ Pie VII

36Pendant quil a Eté Consul Et Empereur, il sest fait des jaloux de toutes les puissances Etrangeres, qui lui ont livrés de grandes Batailles avec de puissantes armées ; mais il les a batus, vaincus et Chassés de toutes parts, même jusques de leur villes Capitales. Il a pris des Roiaumes antiers et en a fondé de nouveaux, principalement en Hollandes ou il mis son frere Louis Roi ; en Westfallie, ou il mis son frere Jerome Roi ; en Baviere ou il fits le Duc Roi ; et en Vurtembert, ou il fits le duc roi ; il mis aussi son frere Joseph Roi en Espagne, et son beau frere Murat Roi de Naple et de Sicile ; le duc de Saxe Roi de Saxe.

  • 637 * Le traité de Vienne est signé avec l’Autriche le 14 octobre 1809. Les pertes territoriales sont (...)
  • 638 Louis Simon a probablement voulu écrire : il l’obligea.
  • 639 * Ayant divorcé d’avec Joséphine le 15 décembre 1809, Napoléon le 2 avril 1810 épouse Marie-Louise (...)

37Après avoir Chassé deux fois l’empereur d’Autriche de sa Capitale, il fits un traité avec lui637 et, Entre autres article, il s’obligeat638 de lui donner en Mariage sa fille Marie Louise, de laquelle il a eu un fils639. Moyennant ce traité et autre avec les puissances voisines, il s’est fait des alliés en Autriche, Bavieres, Vurtemberg, Hollande, Prusse, Suede, Dannemarc, Saxe ou Pologne, Westfalie, Italie, [ms 79] Flandre, Savoye, Piémont, les Republiques de Venises, Genne, Genève, Raguse, Rome et autres. Ayant Reduit toutes les principautés d’Italie en Royaume, il en pris la Couronne et nomma pour viceroi le prince Eugène de Beauharnais, fils de sa premiere femme, Josephine de Tâcher Vve Beauharnais.

  • 640 * La convention d’Aranjuez entre l’Espagne et la France, en 1801, mettait à la disposition de Napo (...)
  • 641 * Le pauvre vieillard : Charles IV d’Espagne (1748-1819) découvrit « le complot de l’Escurial » ou (...)
  • 642 * L’expression « succession de revers » conviendrait mieux que celle de « victoires incomplètes ». (...)
  • 643 * Le traité de paix fait entre la France et la Russie : il s’agit des traités signés à Tilsit en j (...)
  • 644 * Couronner le fils : Napoléon replaçat l’infant Ferdinand sur le trône espagnol en 1814 (sous le (...)
  • 645 * Pensionner le père : le terme choisi par Louis Simon (lu dans les journaux ?) ne correspond pas (...)

38L’Espagne et le Portugal ayant fait avec la France un traité d’alliance defensive, lempereur laissa ces deux puissences en Repos mais les Anglais, jaloux de ces triomphes et de sa gloire, mirent le trouble entr’eux640. Ils firent Revolter le fils Contre le père ; le pauvre vieillard641 vint se Reclamer a l’Empereur des Français, qui ne manqua [pas] d’anvoyer une armée en Espagne pour secourir son allié. L Espagne et le Portugal furent couvers de troupes française, mais ces Conquêtes ne furent pas complettes642 car les Anglais, toujours subtils dans leurs Entreprises, firent Rompre le traité de paix fait entre la France et la Russie643. Bonaparte, sachant que l’empereur de Russie armait pour venir en France, Rapella une partie de son armée d’Espagne pour aller au devant des Russes et les Anglais, voyant cela, Envoyerent une armée en Espagne, laquelle n’eut pas de peines a Chasser le Reste de Français ; puis firent Couronner le fils644 et pensionner le père645, mais il sattendait bien que Bonaparte le Retablirait quand il serait Revenu de l’Expedition de Russie, c’est ce quil a trompé, lhomme propose et Dieu dispose.

  • 646 * Louis Simon est très loin du compte. Les historiens discutent plutôt autour de chiffres avoisina (...)
  • 647 * Le 14 septembre 1812, Napoléon entre dans Moscou, déserte, vidée de toute provision par le gouve (...)

39L’Empereur des Français ayant Rassemblés toutes ces forces et toutes celles de ses alliés forma une armée de 40 000 hommes, tant Cavalerie que infanterie et artillerie646. Avec une armée aussi formidable, ils Entra en Russie et fut droit a Moscou, ancienne Capitale des Moscovites, pris toutes les villes quil Rencontra en Chemin, mais lennemi les Brulait avant de les quitter, aussi bien que Moscou, et mis a la mandicité 200 000 habitans, dont Bonaparte en fut faché, mais il ne pouvait y Remedier, car a peine trouva til de quoi faires subsister son armée647.

  • 648 * Smolensk (17 août), Valutino (19 août), Polotsk (17-18 août), la Moscova (7 septembre).
  • 649 * La fameuse « retraite de Russie » commença le 18 octobre 1812. Le 7 novembre, alors que les Fran (...)
  • 650 * Napoléon affronte dans l’est de la France les troupes coalisées de la Russie, de la Prusse, du R (...)

40Ayant séjourné Environ un mois a Moscou, il en Reparti pour s’en Revenir en France, avec son armée triomphante de plusieurs grandes Batailles quil avait eue en allans648. Mais malheureusement, lhivert avança d’un mois cette année la, qui Etait en 1812, et Comme le froid est Excessif dans ce pays, l’armée soufrit beaucoup, surtout la Cavallerie et l’artillerie ; une partie de l’infanterie se Rendit prisonniere a l’ennemi pour Eviter de mourir de faim, dautres qui perirent de froid649. La deroute setant mise dans larmée, les alliés de l’Empereur le trahirent et tournerent leurs armes sur les Français650.

  • 651 * Louis Simon fait peut-être allusion à la tentative de coup d’état du général Malet (22-23 octobr (...)
  • 652 * Louis Simon évoque l’épisode du 5 avril, appelé « trahison de l’Essonne » par les bonapartistes, (...)
  • 653 * Louis Simon fait allusion à la « campagne de France » (janvier-avril 1814), où Napoléon remporta (...)
  • 654 * Le 30 mars 1814, Marmont, avec la médiation de Talleyrand, signe un armistice : les troupes fran (...)

41[ms 80] L’Empereur vint a Paris Requerir du secours, il leva une conscription mais, pendant ce temp, l’ennemi Entra en France par plusieurs androits et en grand nombre ; il antrepris de les Chasser ; il en serait venu a bout si ce n’avait Eté les trahison, ces grands généraux furent les plus grands traitres651. Il y en eut un+ qui fit antrer l’ennemi dans la Capitale et lui Ecrivit quil séloignait de Paris652 ; Lempereur Etait alors a quarante lieue de Paris, ou il batait l’ennemi d’une grande force653 mais quand il apris que sa capitale etait prise par trahison654, il perdit courage ;

+ Marmont qui Etait gouverneur de Paris et vendi la ville pour quatre millions

  • 655 * Traité de Fontainebleau (11 avril 1814).

42Et plutôt que de chasser l’ennemi de Paris et afin d’Epargner le sang des Français, il abdicat sa couronne+, et les vainqueurs lui donnerent une pension et lîle d’Elbe en Italie pour son Refuge655.

+ en faveur de son fils
j’i ait trouvé

  • 656 L’ouvrage indiqué par Louis Simon ne traite pas de Bonaparte. * Par contre, on trouve trace d’un a (...)
  • 657 * Le mémorialiste évoque ici le Congrès de Vienne, conférence des diplomates des grandes puissance (...)
  • 658 * Là s’arrêtait la rédaction du chapitre consacré à l’histoire récente de la France. La suite, le (...)

43J ai lû, dans un livre intitulé « Beauté de l’histoire de France656 » que les alliés de Bonaparte sétant assemblés après avoir gagnés657, tous les grands generaux français a force dargent et promesses de belles et grandes Charges pour les antrainer dans leur trahison, firent un traité Entr’eux, cest a dire L’empereur de Russie, L’empereur d’Autriche et le Roi de Prusse quils Etabliraient le petit Napoléon sur le trone de son pere et que sa mere serait Regente jusqu’a son âge de majorité, l’empereur d’Autriche voyant que sa fille Marie Louise allait Conserver sa qualité de imperatrice et Regente pour son petit fils Consentit a pousuivre la guerre Contre son gendre afin de le faire abdiquer en faveur de son fils ; mais quand tous les traitres furent Entrés dans Paris ils Changerent bien de sentiment, Le general Anglais fits Rompre le traité en faveur des Bourbons et l’empereur d’Autriche sen retourna dans ces Etats bien mecontant avec sa fille et le petit Napoléon II658.

44L’Empereur Bonaparte ou Napoléon le grand Etant dans son îlle d’Elbe la fits Embellir en y faisant faire des Canaux, des ponts et de belles Routes, et a cause de cela les habitans l’aimaient beaucoup et lon Regretté quand il les a quitté+.

+ Il a tenté de Remonter sur le trône mais il a Eté trahi Les Anglais l’ont pris sur mer et l’ont mené a lîlle de Ste Helaine.

Notes

548 * Le titre initialement inscrit par Louis Simon s’arrêtait au mot « particulièrement ». La ligne suivante a été ajoutée par lui ensuite, peut-être parce que, en se relisant, il s’est rendu compte qu’il avait traité le sujet plus largement que ce qui le regardait particulièrement.

549 L’impôt sur les huiles faisait partie des aides, impôt indirect levé notamment sur les boissons mais aussi sur la fabrication de certaines denrées.

550 On pouvait être exempté d’exercer les charges de paroisse – syndic, fabricier, collecteur – si on assurait une sorte de service public : distribuer le sel « à petites mesures », c’est-à-dire au détail, comme le faisait le regrattier ; ou percevoir des impôts indirects ici comme l’impôt sur les huiles.

551 * On remarque l’union de toutes les autorités du village, le curé, le châtelain et la prieure dame de paroisse. Ils ont dû en conférer d’abord tous les trois, passer en revue les possibilités locales, arrêter leur choix sur Louis Simon, puis s’entendre pour faire pression sur lui afin qu’il accepte la charge.

552 * En 1787, personne ne peut imaginer ce qui va se dérouler dans les années suivantes. On peut soupçonner ici encore une certaine réinterprétation donnée « après coup, lorsque les évènements ont eu lieu » (A. Fillon, Louis Simon étaminier…, op. cit., vol. 2, p. 515).

553 * Formulation ambiguë : est-ce de l’ironie de la part du mémorialiste ? Il ne nous y a guère habitués…

554 La paix honteuse de 1763 dont parle Louis Simon, à la fin de la guerre de Sept Ans, est le traité de Paris (10 février 1763) qui marquait en effet le déclin maritime et colonial de la France. * Il est intéressant de voir Louis Simon construire une analyse politique faisant appel à des facteurs qui s’inscrivent sur la longue durée.

555 Les cahiers de doléances de l’élection de La Flèche sont malheureusement perdus.

556 * Voir « La Traque de l’historien ».

557 * Le 20 juin 1789, les membres de l’Assemblée ayant trouvé leur salle fermée se réunissent dans la salle du Jeu de paume, et à l’appel de leur président, l’académicien Bailly, prêtent le serment de « ne point se séparer jusqu’à ce que la Constitution du royaume soit établie sur des fonds solides ».

558 * Mille ans de féodalité sont effacés lors de la nuit du 4 août 1789. L’abolition de la longue liste des privilèges sera qualifiée par Mirabeau de « nuit d’orgie ». Louis Simon approuve, et même savoure ce souvenir.

559 * Louis Simon résume sans la nommer la Constitution civile du clergé votée le 12 juillet 1790, qui fait des serviteurs du culte désormais des employés de l’État, rétribués comme tels.

560 Impôts sur les fonds : impôts fonciers.

561 Avec l’abolition de la gabelle, impôt sur le sel, cette denrée était passée de 13 sous, soit 52 liards, à 2 liards la livre.

562 * On sent à cette énumération hétéroclite mais précise combien le souvenir de ces tout débuts de la Révolution a laissé une empreinte positive dans la mémoire du villageois. Il reprendra à peu près la même liste de bienfaits p. 71 de son « livre ».

563 * Comme vous allés voir : on retrouve ici le conteur qui cherche à maintenir l’attention de son auditoire – ou de ses lecteurs.

564 * Dès le début de 1789, certaines villes de province organisent des milices pour lutter à la fois contre les complots aristocratiques et les soulèvements populaires. La première Garde nationale créée est celle de Paris, le 14 juillet 1789. Le mouvement de Grande Peur qui, dans les jours suivants, affole les campagnes et de nombreuses villes, entraîne la formation de milices dans tout le pays, comme l’affirme Louis Simon (Florence Devenne, « La Garde nationale : création et évolution (1789-août 1792) », AHRF, n° 283, 1990, p. 50).

565 * Lire « comme quoi ».

566 * Il se détractait : il se rétractait.

567 * Dans la nuit du 20 au 21 juin 1791, trompant la surveillance des gardes nationaux, la famille royale parvint à quitter les Tuilleries, puis à sortir de Paris par la porte Saint-Martin. Reconnu à Sainte-Menehould, Louis XVI fut arrêté à Varennes. Louis Simon a manifestement une connaissance assez précise de l’événement.

568 Louis Simon fait une erreur de date : Louis XVI a été guillotiné le 21 janvier 1793.

569 * La royauté est abolie par la Convention le 21 septembre 1792, point de départ du calendrier révolutionnaire institué un an plus tard.

570 * Chef de tous, qui veut dire souverain : en effet, la Constitution de l’an VIII, mise en application le 25 décembre 1799, concentre les pouvoirs entre les mains du Premier Consul, bien qu’il soit flanqué de deux autres consuls et de quatre assemblées. Le suffrage universel est rétabli en apparence, mais il n’y a pas d’élections, seulement des présentations.

571 * Le 2 décembre 1804 à Notre-Dame de Paris. Le mémorialiste reprend les mêmes éléments ms 78, presque dans les mêmes termes.

572 * Il s’agit de la Constitution dite de l’an XII, qui établit une monarchie impériale héréditaire dans la descendance directe, naturelle et légitime de Napoléon Bonaparte.

573 * Contrairement aux autres intertitres, celui-ci ne se trouve pas en haut d’une page : il a manifestement été ajouté par Louis Simon a posteriori, entre des lignes déjà rédigées.

574 * Voilà pourquoi Louis Simon expliquait avoir mangé une bonne part de l’héritage de l’oncle Bruneau « dans la Révolution tant a aller et venir qu’a perdre mon tems » (ms 58).

575 * Sur ces riches contribuables : Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret (dir.), Grands notables du Premier Empire, Notices de biographie sociale, t. IX, Paris, cnrs, 1983, pages. Les 93 notices des notables sarthois sont de François Dornic.

576 * En cueillet : en cultivait et récoltait.

577 Sans port d’arme : sans autorisation de porter des armes. * On pourrait dire aujourd’hui : sans obligation de payer un permis de chasse.

578 * Une partie de cette énumération se trouvait déjà ms 69. Ces bienfaits, ici attribués par Louis Simon au « gouvernement républicain » au sens large, l’étaient alors plus spécifiquement à la 1re constitution, donc en fait à la Monarchie constitutionnelle.

579 * Voir dans les documents complémentaires publiés en 4e partie, la dénonciation des « menées sourdes » du curé Lelong, hébergé au château du Maurier, et de ses agents, rédigée par Louis Simon dans le registre municipal de La Fontaine (1er février 1792).

580 * Les premiers troubles importants, suscités par la levée de volontaires pour « la patrie en danger » ont lieu à Châtillon-sur-Sèvre et Bressuire en août 1792.

581 * « Si les nobles n’avaient eu les prêtres pour appui, la Vendée n’eût jamais acquis sa déplorable célébrité », écrivit La Réveillère-Lépeaux.

582 Evêque in partibus : évêque jouissant d’un titre honorifique sans aucune juridiction. Louis Simon mélange les évènements et semble ignorer que le prétendu évêque d’Agra est un extravagant aventurier : Guillot de Folleville, vicaire à Dol en Bretagne.

583 * Dont Louis Simon fait partie (voir ms 59 et « La Traque de l’historien »).

584 Vezins : commune du Maine-et-Loire à 14 km de Cholet. * La bataille se déroule au nord de Cholet le 19 avril 1793.

585 * Le chiffre donné par Louis Simon est probablement excessif. Le 23 mars, le Conseil exécutif et le Comité de sûreté générale remettent le commandement des troupes chargées de la répression en Vendée au général Berruyer, et 1 500 hommes sont envoyés en renfort.

586 * Apprenant la défaite de Vézins, Berruyer ordonne la retraite aux Ponts-de-Cé, mais il laisse Gauvilliers isolé à Beaupréau. Le 22 avril, encerclés par les Vendéens, les Républicains sont écrasés, laissant plus de 1 000 prisonniers. L’offensive républicaine en Anjou est un échec et les forces de Berruyer se replient sur Angers.

587 * Louis Simon fait ici allusion à l’armée de Mayence commandée par le général Kléber, qui arrive à Nantes le 6 septembre 1793. Près de soixante départements connaissant des troubles, la Convention choisit de se montrer intransigeante et rejette toute tentative de compromis. Une guerre idéologique se met alors en place pour justifier l’intervention de la force armée en Vendée.

588 * Les indications de Louis Simon sont corroborées par une série de témoignages sur la Virée de Galerne qui emmena les insurgés jusqu’au Mans. Ainsi, du côté royaliste, Victoire de Donnissan de La Rochejaquelein, veuve du général Lescure, relate dans ses mémoires que 15 000 personnes périrent dans la déroute du Mans et précise : « Ce ne fut pas au combat qu’il en mourut le plus [mais] dans les fossés et dans les champs voisins de la route. »

589 * Oyzé : Oizé, village situé à 6 km à l’est de La Fontaine. Louis Simon se cache car il se sait en danger en cas de rencontre avec la troupe vendéenne. Il n’est pas resté caché longtemps puisque le lendemain même, 10 décembre 1793, il est présent à la maison commune de La Fontaine pour déclarer le décès de Louise Renoult, 52 ans, épouse de Guillaume Salmon, qui avait joué un rôle dans le déroulement de l’idylle en 1766 (voir ms 33).
Le danger n’avait pourtant pas disparu puisque dix jours plus tard Louis Simon vient déclarer un autre décès : celui d’un menuisier du village, âgé de 60 ans, François Marchand, qui « a été trouvé assassiné, dans un petit champ situé dans cette commune, sur le bord de la Grande Route de La Flèche au Mans, ledit champ appartenant à Louis Lemonnier, tisserand » (Ad Sarthe : La Fontaine-Saint-Martin, MD 1793-1832, vue 251/568).

590 * Les chiffres sont exacts au début de la Virée de Galerne. Ils ne sont plus que la moitié lors de la bataille du Mans.

591 Munition de bouche : utilisation ancienne du terme « munition » pour « approvisionement ».

592 * Sassée : tamisée, passée au sas (donc pure, saine). Inversement, les Vendéens se nourrissaient donc d’une bouillie avariée.

593 * Outre la dysenterie, le typhus et diverses fièvres infectieuses régnaient (voir « La Traque de l’historien »).

594 * De la même façon, Nepveu de La Manouillère évoque sa cuisinière morte en janvier 1794 de « la maladie que les brigands ont laissée au Mans, quand ils y ont passé au mois de décembre dernier » (Journal d’un chanoine…, op. cit., p. 555).

595 Séphers : Charles-Guillaume Sepher (1753-1836), parfois orthographié Cepher, général qui en 1793 commandait l’Armée des Côtes de Cherbourg. Il vint renforcer les troupes de Westerman avec ses 10 000 hommes.

596 La bataille du Mans eut lieu les 12 et 13 décembre 1793.

597 * Il en resta beaucoup au Mans : les estimations du nombre de Vendéens « tant hommes que femmes » morts lors de la bataille du Mans oscillent entre 2 000, 2 500 et 10 000 et suscitent encore des débats.

598 * Constatant que tout était perdu, La Rochejaquelein fit déployer 14 canons à la sortie de la ville pour protéger la retraite des survivants en direction de la route de Laval, la seule voie libre.

599 * Varades : à 12 km à l’est d’Ancenis.

600 * Brigands : le chanoine de La Manouillère, pourtant réfractaire, utilise le même mot pour désigner les « insurgés de la Vendée » lorsqu’ils arrivent au Mans le 10 décembre 1793, parce qu’ils « ont fait beaucoup de mal, du moins pour la plus part » (Journal d’un chanoine du Mans…, op. cit., p. 552). Des Vendéens de 1793 du chanoine aux chouans de Louis Simon sous le Directoire, l’amalgame par le terme de « brigand » est permanent, quels que soient les partis-pris politiques.

601 * Mézeray : village situé à une dizaine de km au nord-ouest de La Fontaine.

602 Jean Cureau était le fils de Jean Cureau, frère de la mère de Louis Simon. Il était aussi le frère de « mon cousin Cureau », Pierre Cureau qui lui avait loué Le Plat d’Étain * (voir ms 58).

603 * Rien dans l’acte dressé par l’officier public de Mezeray le 10 pluviôse de l’an III [29 janvier 1795] ne signale les conditions dramatiques du décès de « Jean Cureau, âgé de 54 ans ou environ » dont deux « amis et voisins », un closier et un « cultivateur », tous deux âgés de 34 ans et ne sachant pas signer, viennent déclarer qu’il est « mort à une heure après minuit en sa maison ditte commune de Mézeray » (Ad Sarthe : état civil Mézeray, décès 1793-1814, vue 43/336).

604 * On peut penser que les compagnons de cachette de Louis Simon sont les autres acheteurs de biens nationaux de la commune. Cette anecdote donne la mesure de l’atmosphère tendue qui régnait dans ces campagnes de l’Ouest situées en région de chouannerie ou sur ses franges. On en retrouve maints indices dans les archives de la Mayenne et du Maine-et-Loire.

605 * Leurs defandirent de tuer qu’a leur corps defandant : leur interdirent de tuer, sauf en situation de légitime défense.

606 * En échange de chemises sales.

607 L’Entreprise est un lieu-dit sur la grande route Le Mans/La Flèche, à 500 m de l’auberge du Soleil, bâtie par Louis Simon, * aujourd’hui La Belle Entreprise (voir ms 58 et 65).

608 Un rapport préfectoral indique que la diligence fut arrêtée en 1814 par le chef chouan Tranquille qui croyait trouver la messagerie impériale. Le maire, le chevalier d’Arlanges, ayant fait sonner le tocsin, « 36 paysans armés […] portant au bras écharpe blanche avec croix rouge » se rendirent au château du Maurier et voulurent le fusiller avec le sacristain. Mais une femme calma le général, qui montra « de l’humanité », et la petite troupe se retira.

609 * Louis Simon dessine ici une géographie de l’implantation chouanne dans le sud de la Sarthe qui n’est pas sans rapport avec la réalité retrouvée par les historiens, et qui correspond aussi à celle du clergé réfractaire.

610 * En reconstituant tout ce dialogue, le mémorialiste admire le sang froid de sa défunte épouse, et incite ses lecteurs à faire de même.

611 Fallait durer : expression régionale qui signifie « il fallait supporter ».

612 * Les archives mentionnent des agressions à La Fontaine contre les citoyens Pineau et Lesage père et fils (Ad Sarthe : L 77 et L 165).

613 Caillet des Bégros est en réalité François Cailleau, 38 ans, locataire de M. d’Orvaux à la ferme des Bégros. Il fut tué en décembre 1796.

614 * Laval, Sillé-le-Guillaume et Fresnay-sur-Sarthe sont respectivement situés à 75, 55 et 65 km de La Fontaine Saint-Martin (distances calculées selon l’itinéraire pédestre le plus direct).

615 * Des personnes de ces pays la nous ont Raportés : la circulation orale des nouvelles est intense et leur déformation par amplification inévitable. On note que les actes de cruauté les plus abominables rapportés par Louis Simon se situent à une certaine distance, empêchant toute vérification directe.

616 Courée : expression locale ancienne désignant les poumons, ou le cœur et les poumons.

617 Tire-bourre : instrument dont les extrémités forment deux crochets pointus, et qu’on visse au bout de la baguette d’un fusil pour en tirer la bourre et la charge. Se dit aussi d’un outil de bourrelier.

618 * Ici, le coin de la page en bas à droite, est déchiré et quelques mots manquent.

619 * Saint-Germain-du-Val : ancienne commune limitrophe de La Flèche, avec laquelle elle a fusionné en 1965.

620 * Tondre et violer : double exemple éloquent des violences sexuelles faites aux femmes dans tous les conflits, hier comme aujourd’hui. Voir aussi ms 76.

621 L’abbé Letessier est Jean-René Tessier, né à Saint-Denis-d’Orques, province du Maine, en 1741. Il avait été vicaire à Quelaines, dans le doyenné de Laval, et accusé par son évêque de « fréquentations suspectes » avec une domestique. Il fut déplacé et nommé vicaire à Mézeray en 1788. On reconnut ensuite l’avoir accusé trop légèrement et on estima qu’il s’était fort bien conduit pendant la Révolution.

622 * On devine la profonde désapprobation du mémorialiste non seulement envers la brutalité des actes rapportés, mais aussi envers l’inhumanité des hommes censés être d’Église qui les approuvent voire les encouragent.

623 * Le 17 fructidor an III (2 septembre 1795), l’officier public de Cérans enregistre 5 (et non 7) décès, tous « d’une mort violente », le drame s’étant produit « hier sur les onze heures du soir, au lieu des petits éculés » (les petits Éculayes sont situés à l’est de la communue, section D5 du cadastre de 1822). Il y a là le père et le fils Chauvelier, 70 et 21 ans, et la famille Jouanneau, le père et la mère, 62 et 61 ans, et leur fils Étienne, 26 ans (Ad Sarthe : Cérans-Foulletourte, D 1793-1812, vues 42-44/324). Voir aussi Ad Sarthe : L 257.

624 * Luché (aujourd’hui Luché-Pringé) est à moins de 12 km au sud de La Fontaine. Comme Courcelles et plus encore Cérans dont il vient d’être question, on est là dans la petite région proche et familière à Louis Simon.

625 Tranquille est le nom de guerre de Jean Chatelain, choletais qui combattit dans l’armée de Charrette et fut, après 1793, l’un des chefs de la guérilla dans le Maine, où il assura en particulier le commandement des compagnies de La Suze, Parcé, Noyen et Malicorne. Il remporta une victoire à Mézeray, et mit à mal, le 24 janvier 1800 à Foulletourte, une « forte colonne de la 30e demi-brigade d’infanterie légère ». Anobli à la Restauration, il se fit bâtir une belle maison, le Vallon, à Échemiré, Maine-et-Loire. * Sur Tranquille : Ad Sarthe : L 131.

626 Potiron était le nom de guerre de Michel Plessis, de Requeil, à 10 km à l’est de La Fontaine Saint-Martin. Compagnon de Tranquille, il se spécialisa comme lui « dans les attaques de diligence, et rançonnements d’acheteurs de biens nationaux, l’assassinat de fonctionnaires républicains ou de prêtres jureurs ». Il se rendit célèbre dans la région par la prise d’otage à Yvré-le-Pôlin d’Anne-Françoise Dronne, fille d’un métayer acquéreur de nombreux biens d’Église. La jeune fille passa deux mois dans une ancienne carrière souterraine qui avait servi à l’extraction du tuffeau.
* Sur l’affaire en question, voir Ad Sarthe : L 238 et sur Potiron : L 131, 171, 172, 179, 210, 236, 293, 307. Voir aussi : Jean-Noël Azé, « La chouannerie du Maine et pays adjacents. 1793-1799-1815-1832. Avec la biographie de plus de 120 officiers », AHRF, n° 347, 2007, p. 205-206.

627 * Il faut comprendre « se ».

628 * Ce « en » désigne des officiers municipaux, cible privilégiée des Chouans.

629 * Ad Sarthe : L 213, situation morale, politique et militaire du canton de Loué ; Pierre Aubin, « Le canton de Loué sous le Directoire », RHAM, CXLV, 1994, p. 129-136.

630 Les Rouillis : bordage à Mézeray.

631 * Ici le signe # renvoyait à un ajout en marge qui, se trouvant au verso du coin déchiré signalé note 618, est devenu indéchiffrable : Il n’a pas vu […] aussi […] [chou]ans.

632 Cet intertitre n’existe pas dans le manuscrit. Il est ici ajouté pour respecter la construction voulue par Louis Simon qui, ici, annonce clairement qu’il change de sujet.

633 * Cette énumération traduit une certaine fierté, qui correspond aux choix politiques antérieurement exprimés par le mémorialiste en faveur des débuts de la Révolution et de la Première République (voir ms 69 et 71).

634 * Espérant quil y périrait : le but véritable de l’expédition d’Égypte (1798-1801) était-il d’éloigner un Bonaparte encombrant et trop ambitieux, ou plutôt de gêner la puissance commerciale britannique, pour laquelle l’Égypte est une pièce importante sur la route des Indes orientales ? On peut soupçonner Louis Simon d’être sensible à la propagande de Bonaparte : son récit oublie l’essentielle défaite d’Aboukir, l’échec de la campagne de Syrie et la perte du tiers du corps expéditionnaire (Jean Tulard, Napoléon, Paris, Fayard, 1992, 512 pages, « Rêve oriental ou manœuvre politique ? L’expédition d’Égypte », p. 93-98).

635 * Sur la constitution de l’an VIII, voir note ms 70.

636 * Voir ms 71, où Louis Simon a déjà raconté cela, presque dans les mêmes termes, et les notes afférentes. Voir aussi « La Traque de l’historien ».

637 * Le traité de Vienne est signé avec l’Autriche le 14 octobre 1809. Les pertes territoriales sont importantes pour l’Autriche et l’indemnité de 85 millions considérable.

638 Louis Simon a probablement voulu écrire : il l’obligea.

639 * Ayant divorcé d’avec Joséphine le 15 décembre 1809, Napoléon le 2 avril 1810 épouse Marie-Louise, fille de l’Emprereur d’Autriche François Ier, le vaincu de Wagram.

640 * La convention d’Aranjuez entre l’Espagne et la France, en 1801, mettait à la disposition de Napoléon l’escadre espagnole. Ce qui entraina de nouveau la guerre contre la Grande-Bretagne.

641 * Le pauvre vieillard : Charles IV d’Espagne (1748-1819) découvrit « le complot de l’Escurial » ourdi par l’infant Ferdinand et fit arrêter son fils. Celui-ci implora la clémence paternelle : « Sire, mon papa, j’ai fauté… » écrivait-il à Charles IV qui, de son côté, dénonçait à Napoléon « cet attentat si affreux » et le priait de l’aider de ses conseils (J. Tulard, Napoléon, op. cit., p. 338-339).

642 * L’expression « succession de revers » conviendrait mieux que celle de « victoires incomplètes ». Mais les sources d’information de Louis Simon sont évidemment limitées et conditionnées par la propagande. En 1808, Madrid se soulève contre l’armée française qui y était stationnée. Napoléon obtient l’abdication du roi d’Espagne au profit de son frère, Joseph Bonaparte. L’insurrection se généralise à tout le pays et devient guérilla.

643 * Le traité de paix fait entre la France et la Russie : il s’agit des traités signés à Tilsit en juillet 1807 par Napoléon Ier après sa victoire à Friedland. Ces traités mettent fin à la guerre de la 4e coalition européenne contre la France aux dépens de la Prusse qui cède près de la moitié de ses territoires d’avant-guerre au profit d’États sous tutelle française.

644 * Couronner le fils : Napoléon replaçat l’infant Ferdinand sur le trône espagnol en 1814 (sous le nom de Ferdinand VII).

645 * Pensionner le père : le terme choisi par Louis Simon (lu dans les journaux ?) ne correspond pas à la réalité. Charles resta prisonnier de Napoléon jusqu’à la défaite de ce dernier en 1814. Par le traité de Bayonne, l’empereur mit à sa disposition le château de Compiègne et celui de Chambord. L’ex-Roi d’Espagne ne resta que trois mois à Compiègne durant l’été de 1808. Il fut ensuite transféré à Marseille, puis à Rome à partir de 1812.

646 * Louis Simon est très loin du compte. Les historiens discutent plutôt autour de chiffres avoisinant 400 000 à 500 000 soldats entrés en Russie (J. Tulard, Napoléon, op. cit., « débats ouverts », p. 406-407).

647 * Le 14 septembre 1812, Napoléon entre dans Moscou, déserte, vidée de toute provision par le gouverneur, Fédor Rostopchine, père de la future comtesse de Ségur. Des feux allumés sciemment ravagent la ville, construite essentiellement en bois, du 14 au 20 septembre.

648 * Smolensk (17 août), Valutino (19 août), Polotsk (17-18 août), la Moscova (7 septembre).

649 * La fameuse « retraite de Russie » commença le 18 octobre 1812. Le 7 novembre, alors que les Français atteignent Smolensk, commencent les grands froids de l’hiver russe.

650 * Napoléon affronte dans l’est de la France les troupes coalisées de la Russie, de la Prusse, du Royaume-Uni, de la Suède, de l’Autriche et de plusieurs États allemands, anciens alliés de Napoléon, notamment les royaumes de Bavière et de Wurtemberg.

651 * Louis Simon fait peut-être allusion à la tentative de coup d’état du général Malet (22-23 octobre 1812) et plus probablement à la trahison de Joachim Murat qui, afin de tenter de sauver son royaume de Naples, conclut le 11 janvier 1814 un traité d’alliance avec l’Autriche, par lequel il s’engageait à fournir 30 000 hommes à la coalition, moyennant quoi ses États en Italie lui seraient garantis ainsi qu’à ses héritiers (Vincent Haegele, Murat. La solitude du cavalier, Paris, Perrin, 2015, 790 pages).

652 * Louis Simon évoque l’épisode du 5 avril, appelé « trahison de l’Essonne » par les bonapartistes, qui marque un tournant dans l’histoire de l’Empire, et dans celle de Marmont, duc de Raguse.

653 * Louis Simon fait allusion à la « campagne de France » (janvier-avril 1814), où Napoléon remporta en effet quelques nettes victoires (Champaubert, Montmirail et Vauchamps, 10-14 février 1814), sans lendemain (Jacques-Olivier Boudon, Napoléon et la campagne de France 1814, Paris, A. Colin, 2013, 365 pages).

654 * Le 30 mars 1814, Marmont, avec la médiation de Talleyrand, signe un armistice : les troupes françaises évacuent Paris en direction du Sud. Napoléon est à Juvisy lorsqu’il apprend la nouvelle. Le lendemain, les Alliés entrent dans Paris (Emmanuel de Waresquiel, Talleyrand, le prince immobile, [Fayard, 2003], Paris, Tallandier, 2015, 1 078 pages, p. 573-585 « Le coup de bluff du 31 mars et le coup d’état du 1er avril »).

655 * Traité de Fontainebleau (11 avril 1814).

656 L’ouvrage indiqué par Louis Simon ne traite pas de Bonaparte. * Par contre, on trouve trace d’un autre titre, Les Beautés de l’histoire de Napoléon Bonaparte,… suivies d’un tableau représentant jour parjour les sièges, combats, batailles et victoires qu’il a remportés en personne, par un anonyme C ***, publié chez Corbet aîné à Paris en 1835. La date de cette édition rend bien sûr sa lecture impossible par le mémorialiste mais peut-être avait-il consulté une édition antérieure ou un autre ouvrage ressemblant.

657 * Le mémorialiste évoque ici le Congrès de Vienne, conférence des diplomates des grandes puissances européennes de septembre 1814 à juin 1815 (Thierry Lentz, Le congrès de Vienne : une refondation de l’Europe [1814-1815] fan, Paris, Perrin, 2013, 385 pages).

658 * Là s’arrêtait la rédaction du chapitre consacré à l’histoire récente de la France. La suite, le paragraphe sur l’île d’Elbe et surtout la mention marginale sur les Cent Jours, ont été ajoutés dans l’espace resté disponible sur la page lorsque la nouvelle en parvint au mémorialiste. Pourtant, Louis avait laissé une page vierge avant d’entamer son histoire de l’église paroissiale à la page suivante. Avait-il l’intention de compléter le récit sur l’Empire ultérieurement ? Peut-être a-t-il estimé que la défaite finale de Napoléon et le retour des Bourbons étaient bien connus de ses enfants et petits-enfants et que le récit n’en était pas nécessaire. L’étaminier va bientôt poser sa plume…

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site