Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Première partie. Les souvenirs de l'étaminier

Nouveautés arrivées pendant ma vie en France516

Texte intégral

  • 516 * Le titre initialement inscrit par Louis Simon était seulement « Nouveautés arrivées pendant ma v (...)
  • 517 * Le tracé de la nouvelle voie est rapidement délimité : elle s’alignera comme un ruban bien étiré (...)
  • 518 * Dès l’année précédente, il y avait de la route dans l’air : le 27 juin 1749, le « commis aux gra (...)
  • 519 * Pendant plus de dix ans, la route aura été le grand souci des habitants. Louis a 11 ans quand el (...)

1[ms 66] J ai vû Aligner la grande Route du Mans a La Fleche a travers les champs, les prés et les Landes517. Ce fut le peuples qui fits cette Routte a la Corvée ; les Fermiers charoiaient les pierres et les autres les cassaient et tiraient de la terre, puis les plassaient sur la Route. Elle a eté commencée a La Fontaine l’an 1750518. Cela Ruina le peuple. Les domestiques des nobles, des moines et moinnesses, et des prêtres, en Etaient Exempts, aussi bien Comme de la milice. La Route n’a Eté finie ici que dix ans aprés Son Commancement519. Ceux qui manquaient a leur Corvée au mois de mars et davril de chaque années, ont les mettait en prison a leur frais et depend.

C’est vers l’an 1754 que l’on a commencé a ferrer les Souliers dans ce pays ici auparavant on y mettet des cheville de bois seulement au talon, et on ce moquet dabord de ceux qui y metaient des clouts les apellant chaudronniers et ferronniers mais a present on met de petits fers d’anes sous le talon.

  • 520 Toiles d’Orange : extension du nom donné aux toiles fabriquées par Wetter à Orange à partir de 175 (...)
  • 521 Indienne : cotonnade fabriquée en France à partir de 1759, à l’imitation des premières cotonnades (...)
  • 522 Serge sur fil : étoffe croisée à trame de laine et chaîne de fil de chanvre.
  • 523 Toile barrée : toile de chanvre écrue tissée avec des rayures brunes ou noires. Le notaire utilise (...)
  • 524 Berluche : déformation locale de breluche, tissu de laine et de chanvre mélangés.

2J’ai vû le Commencement des Cottons et Cottonnade : les dames les plus Riches s’en paraiens d’abor, puis les femmes du commun, et enfin les domestiques et même les pauvres. Ensuitte les toilles d’Orange520 et les indienne521 sont aussi venues a la mode Chez les grandes Dames et puis chez les autres femmes, comme on le voit a present. On ne voiait point d’habits de drap que chez les noble, avant que les grandes Routes fussent faites, le peuple nétait habillé que de serge sur fil522, Encore les plus aisés ; les autres nétaient habillés que de toille barrées noir et blanc523, et quelqu’un de berluche524.

L’an 1450 comança l’usage des Chapeaux avans on portet en France des Chaperons ou capuchons.

  • 525 * Deux fermes : le fermier devait deux ans de loyer.
  • 526 La corvée des laboureurs consistait à voiturer environ 80 m3 de pierres. Les autres habitants (qui (...)
  • 527 La taille, devenue au XVe siècle « royale », c’est-à-dire levée par le Roi, et permanente, était, (...)
  • 528 La dîme était un impôt sur les fruits de la terre au bénéfice du clergé. Elle était levée en natur (...)

3Ce sont les grandes Routes qui ont facilité le Commerce et qui nous ont procuré les marchandis Etrangere, attandu que les transports netaient pas si chers. Mais si ces chemins nous procurent de l’aisance, nous devont en savoir bien de l’obligation a nos ancêtres, car il leur en a bien couté. Un fermier de la Segrêrie Etant mort, sa corvée point faite, et devant deux fermes525 a Madame veuve Dorvaulx, elle fits tout saisir Chez lui pour Etre payée ; mais elle fut obligée de faire voiturer onze toise et demie de pierre, qui etait la corvée du fermier pour lannée526. Il lui en couta 300 L et il ne payait que 200 L de ferme et 69 L de taille527, le sel 13 Sous la livre et la dîme a la quinzième gerbes528. Les journalliers a six sous la journée avaient deux toise de pierre a bécher par chaque année pour leur corvée.

  • 529 * Cet indéterminé « dans ce temps-là » peut faire allusion à la terrible disette de 1770. Aux anti (...)
  • 530 L’écu d’argent était normalement de trois livres. Les pièces de six livres étaient appelées « gros (...)

4Chacun faisait sa corvée bon gré malgré, mais pas sans murmure. La misere etait si grande dans Ce temp la529, sous le Regne de Louis XV+, que quand on voyait une pièces de six livres a un homme, on l’appellait « le pere aux Ecus530 ». Aucun ne portait de montre, que les Seigneurs et les Curés, car les vicaires n’avaient pas le moyen dans acheter, elles etaient trop cheres.

+ mais Louis 14 avait commencé la misere il a fait la guerre pendant plus de 50 ans

  • 531 Trufle : terme local, désignant la pomme de terre et encore utilisé par des anciens [* à la fin du (...)
  • 532 * Voir « La Traque de l’historien ».
  • 533 * Au moment où Louis Simon écrit ses souvenirs, « la consommation de la pomme de terre est un non- (...)

5[ms 67] J’ai vû le Comencement des trufle ou pomme de terre531 ; les premiere Etaient Rouges et longues, elles Etaient âcre puis les trufles Blanche ou patate vinrent qui Etaient plus douces. Vers le même temps vint aussi des trufles rondes que l’on appelait trufle de Lion. Ansuitte est venu les trufle jaune, qui sont les meilleure de toutes par leur douceur. Il y a aussi des trufles noire mais elles Raportent peu532. Je ne dirai Rien du bien que nous fait ce fruit ; tout le monde le connais dans ce pais ici533.

vers l’an 1750
L’an 1757 j’ai vû dans le Lac des Soucis 32 signes et 10 Cigognes dans la Landes.

  • 534 Turquis : blé de Turquie, nom donné au maïs.
  • 535 * Louis Simon confirme ici « le jardin ‘‘terre d’expérience’’ de Fernand Braudel », écrivait Anne (...)
  • 536 Faire du guéret : entretenir la terre meuble autour des plantes.

6Dans le même temps, nous vint aussi le turquis534 : dabord on ne savait pas le cultiver, on en plantait dans les jardins sans rien leur faire535 ; puis on Essaya dans mettre dans les champs et de leur faire du guéret536, dont on a bien Réussit. Ce fut de même pour les trufle a force que le Cultivateur s’est experimanté, il a trouvé le secret d’en cueillir Beaucoup.

Sous l’Empereur Napoléon 1er on a commencé a porter les cheveux a la Titus en France.

  • 537 Les sapins sont dans le Maine des pins. Dès leur installation, au XVIIIe siècle, on ne trouve que (...)
  • 538 * Louis-Philippe d’Orvaux était effectivement de l’âge de Louis Simon puisqu’il avait été baptisé (...)
  • 539 * Végéter a ici le sens positif de développer sa végétation.
  • 540 Le minière : partie de la forêt de Vadré où on coupait le bois pour les forges.
  • 541 * Dix sous pour les amener : il s’agit du coût du transport qui, pour 100 « bons fagots », est en (...)

7Les Sapins537 ne Sont ici guère plus anciens que moi. Quand je suis venu au monde, il n’y en avait peut être pas un cent dans La Fontaine, Encorre ce n’etait que sur les terres du Maurier, il paraît que s’est M. Dorvaulx, le grand pere a celui que j’ai vû et qui etait de mon âge+538, qui les a fait venir de Bordeaux parce qu’on les nomme sapins de Bordeaux ; car il y a de quatre ou cinq espéces de sapin mais le nôtre est le plus profitable parce quil croîts et vegette539 le mieux. C’est un grand bonheur que le sapin se soit multiplié dans ce pays ici car lautre bois serait d’une Charté Extrême ; car malgré cela, il est bien Cher au prix quil Etait dans la jeunesse de mon grand pere car il ma dit avoir acheté dans le miniere540 de bons fagots a trente Sous de Cent, et dix sous pour les amener541.

+ mort en 1792 dont M. Darlange a Epousé la fille
Vers l’an 1790 l’on Commença dans ce pays ici a porter de grande culotte ou pantalons.

  • 542 * La Suze : gros bourg de la vallée de la Sarthe, à 13 km au nord-ouest de La Fontaine.
  • 543 Un liard était un quart de sou. Les liards et les sous étaient des monnaies de cuivre.
  • 544 * À partir de 1765, les inventaires après décès de la région contiennent de plus en plus de faisse (...)

8J’ai aussi vû le Commancement des fromages faits dans ce pays ici : je pouvais avoir quinze ans quand une femme de la Suze542 vint demeurer dans le bourg de La Fontaine. Ce fut la premiere qui vendit du Lait Caillé, Car avant on le donnet aux pauvres ou aux cochons, elle inventa aussi de faires des fromages quelle vendait un sou la livre ou la potée de Lait deux liards543 et on faisait le fromage soi même544.

  • 545 * Van ou crible : les deux termes ne sont pas synonymes. Le van est un grand panier d’osier dans l (...)

9J’avais Environ 40 ans quand les premiers Moulins ont Ete introduit dans le Maine pour Netoyer les grains, avant ont ce servait de vens ou de cribles545.546

  • 546 * Deux courtes annotations marginales qui, de plus, se répètent comme si le mémorialiste ne s’étai (...)

C’est au comancemant de la Revolution que l’on pris la mode des grande ou pantalons avans on avait des culote a jaretiere et courte546.

  • 547 * Rouilliés : rouliers, voituriers.

10Avant que la grande Route fut faite il n’y avait aucun voituriers ici que les fermiers, on ne voyait a la campagne ni chevaux ni charette sétait les ânes qui portaient et faisaient tout Le service de la Campagne, comme il ny avait pas de Rouilliés547 sétait les metayers qui aprovisionnaient les villes et les Bourgs pour le Bois et les Boissons.

Notes

516 * Le titre initialement inscrit par Louis Simon était seulement « Nouveautés arrivées pendant ma vie ». Les mots « en France » ont été ajoutés par lui ensuite.

517 * Le tracé de la nouvelle voie est rapidement délimité : elle s’alignera comme un ruban bien étiré, sans souci des terres qu’elle partage, longeant souvent à moins de 300 mètres l’ancien chemin mansais.

518 * Dès l’année précédente, il y avait de la route dans l’air : le 27 juin 1749, le « commis aux grands chemins royaux » sert de témoin à Foulletourte où il réside momentanément. À La Fontaine, les travaux ne commencèrent vraiment qu’en 1752.

519 * Pendant plus de dix ans, la route aura été le grand souci des habitants. Louis a 11 ans quand elle commence à La Fontaine, 24 ans quand elle est réellement terminée (1765).

520 Toiles d’Orange : extension du nom donné aux toiles fabriquées par Wetter à Orange à partir de 1757.

521 Indienne : cotonnade fabriquée en France à partir de 1759, à l’imitation des premières cotonnades venues des Indes.

522 Serge sur fil : étoffe croisée à trame de laine et chaîne de fil de chanvre.

523 Toile barrée : toile de chanvre écrue tissée avec des rayures brunes ou noires. Le notaire utilise aussi le mot de tirtoile.

524 Berluche : déformation locale de breluche, tissu de laine et de chanvre mélangés.

525 * Deux fermes : le fermier devait deux ans de loyer.

526 La corvée des laboureurs consistait à voiturer environ 80 m3 de pierres. Les autres habitants (qui n’avaient pas de charrette) devaient « bêcher » chacun environ 14 m3 de pierres.

527 La taille, devenue au XVe siècle « royale », c’est-à-dire levée par le Roi, et permanente, était, dans les pays d’élection, une « taille personnelle », assise sur « les facultés des taillables », arbitrairement estimée par les collecteurs. La noblesse et le clergé en étaient exempts.

528 La dîme était un impôt sur les fruits de la terre au bénéfice du clergé. Elle était levée en nature. Son taux variait très largement selon les régions. À La Fontaine, il était d’une gerbe sur quinze.

529 * Cet indéterminé « dans ce temps-là » peut faire allusion à la terrible disette de 1770. Aux antipodes du monde villageois, le riche chanoine de La Manouillère relate ces temps difficiles : « … les habitants sont réduits à manger du pain de farine de gland et des racines de fougères. J’en ay vu : il est très mauvais à manger et pour la santé » (Journal d’un chanoine du Mans…, op. cit., p. 151).

530 L’écu d’argent était normalement de trois livres. Les pièces de six livres étaient appelées « gros écus ».

531 Trufle : terme local, désignant la pomme de terre et encore utilisé par des anciens [* à la fin du XXe siècle]. * On trouve aussi dans les archives notariales de cette époque les termes de patate et de pomme de terre ou le plus rare pois de terre utilisé entre Cérans et Parigné-le-Pôlin.

532 * Voir « La Traque de l’historien ».

533 * Au moment où Louis Simon écrit ses souvenirs, « la consommation de la pomme de terre est un non-événement » (A. Fillon, « La culture villageoise… », art. cité, p. 611).

534 Turquis : blé de Turquie, nom donné au maïs.

535 * Louis Simon confirme ici « le jardin ‘‘terre d’expérience’’ de Fernand Braudel », écrivait Anne Fillon (« La culture villageoise… », art. cité, p. 611).

536 Faire du guéret : entretenir la terre meuble autour des plantes.

537 Les sapins sont dans le Maine des pins. Dès leur installation, au XVIIIe siècle, on ne trouve que sapins et sapinières, même dans les documents officiels.

538 * Louis-Philippe d’Orvaux était effectivement de l’âge de Louis Simon puisqu’il avait été baptisé le 9 septembre 1740. Mais il a été inhumé le 14 janvier 1790, et non en 1792 comme l’écrit ici le mémorialiste, qui ne semble pas avoir gardé un souvenir précis de ce décès (ms 58, il avait écrit que sa mort était « survenue avec la révolution »). Son grand-père était Louis-Éléonor Alphonse d’Orvaux, baptisé le 14 octobre 1671.

539 * Végéter a ici le sens positif de développer sa végétation.

540 Le minière : partie de la forêt de Vadré où on coupait le bois pour les forges.

541 * Dix sous pour les amener : il s’agit du coût du transport qui, pour 100 « bons fagots », est en effet peu élevé.

542 * La Suze : gros bourg de la vallée de la Sarthe, à 13 km au nord-ouest de La Fontaine.

543 Un liard était un quart de sou. Les liards et les sous étaient des monnaies de cuivre.

544 * À partir de 1765, les inventaires après décès de la région contiennent de plus en plus de faisselles en terre. On peut voir la photographie d’une faisselle à six lobes du XVIIIe siècle en terre de Ligron dans A. Fillon, Fruits d’écritoire…, op. cit., p. 126.

545 * Van ou crible : les deux termes ne sont pas synonymes. Le van est un grand panier d’osier dans lequel on verse le grain après le battage. Lancé d’un mouvement ample par le vanneur, il fait voler au vent les constituants les plus légers (fines enveloppes entourant le grain dans l’épi). Le crible est un « instrument fait pour l’ordinaire d’une peau attachée au dedans d’un cercle & percée de plusieurs petits trous, pour séparer le bon grain d’avec le mauvais & d’avec les ordures » (Dictionnaire de l’Académie). Cribler le blé, c’est le passer au crible, le trier. Après quoi on peut le porter au moulin…

546 * Deux courtes annotations marginales qui, de plus, se répètent comme si le mémorialiste ne s’était pas relu, pour évoquer un changement pourtant radical et durable de la mode masculine : le passage de la culotte au pantalon.

547 * Rouilliés : rouliers, voituriers.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site