Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Première partie. Les souvenirs de l'étaminier

Evénenemens Extraordinaires visionnaire485

Texte intégral

  • 485 * Le titre initialement inscrit par Louis Simon était seulement « Événemens extraordinaires ». Le (...)
  • 486 * L’Angélus du soir : les cloches invitent à la prière du soir, comme elles l’ont fait de grand ma (...)
  • 487 * Battre le briquet : un système de pierre à silex (intégrée au briquet) permet d’allumer la mèche (...)
  • 488 * Amadou : substance spongieuse et inflammable, virant sur le brun sombre ou le noir, fournie par (...)

1[ms 63] Mon pere ma dit qu’a son âge de dix ans, Etant allé avec un autre de son âge sonner l’Angelus du soir486, ils virent un prêtre sortir de la Sacristie et fut decouvrir le grand autel ; puis il Retourna dans la sacristie et se mis a batre le Briquet487 – mon grand pere y en avait toujours un avec de la madou488. Quand les deux Enfans virent cela, ils s’en furent sans fermer la porte, tant ils eurent grand peur, et quand arrivant ils avaient vû la porte de la sacristie fermée.

  • 489 * Anne Cureau (1716-16 mai 1789). Voir son acte de décès publié dans les documents complémentaires (...)
  • 490 * Somme exprimée en livres.
  • 491 * Sur le même thème, voir ms 17 et 59.

2Ma Mere a Eté malade de la tête pendant neuf ans. Quelques fois elle Restait au Lit, quelques fois elle ce trouvet mieux. Elle mettait alors un tablier blanc sur ces Epaules, comme un mantelet, quand elle sortait. Deux mois avans cette maladie, mon père en fut averti par une vision : il vit une femme aussi blanche que la Neige, de la taille de ma mere, ayant un tablier sur ces Epaules, qui marchet le long de la Rue au devant de sa maison, et la perdit de vue en détournant pour aller au Bouquet, sétait en hivert a 9 heures du soir et [il] faisait très noir. Deux mois après, ma mere tomba malade, dont elle en est morte489. Cette maladie leur couta plus de 500 L490 et tous les Remedes ne fires que de lui faire du mal491.

  • 492 * Louis-François Simon (21 février 1721-1er novembre 1793). Voir son acte de décès publié dans les (...)

3Mon pere Etant un jour dans son jardin, vers midi, il entendit une voix du ciel qui lui dit de ce preparer a la mort. Il sen fut desuitte chez M. le Curé tout Effrayé lui conter ce quil avait entandu ; le Curé le Consola du mieux quil pû, lui disant quil etait bien heureux d’avoir des avertissemens du ciel, que tous les hommes n’avaient pas ce bonheur ; mais je n’ai jamais sû les paroles quil entandi, il ne la dit qu’a M. le Curé. Il mourut deux ans après, âgé de soixante treize ans492.

  • 493 * La scène se passe donc vers mai 1763.
  • 494 Seille : terme local pour seau.
  • 495 * Pavé : terme local pour désigner les carreaux posés au sol dans une pièce, le carrelage.
  • 496 * S’assiéger : s’asseoir, se stabiliser.
  • 497 * Notation qui ramène à la réalité concrète : à cette date, la famille vivait dans le bâtiment act (...)

4Anviron six mois avant que ma soeur mourut493, ma mere antandi, au milieu de la nuit d’un dimanche au Lundi, un bruit comme un fons de seille494 qui serait tombé du plancher sur le pavé495, et qui tourna un peu de tems avant que de sassièger496 sur le pavé. Mon père, ma sœur et moi n’entendime Rien, quoi que nous fussions tous dans la même Chambre497.

  • 498 Saint Antoine de Pade : termes utilisés dans les Vies des Saints pour saint Antoine de Padoue.
  • 499 * Neuvaine : prière offerte à une intention particulière, répétée neuf jours de suite.

5Ma mere ayant perdu un Livre de piété fits voeu de dire, pendant neuf jours cinq « pater noster » et cinq « avé Maria » et en invoquant St Anthoine de Pade498 de lui faire trouver son livre. Au bout de la Neuvaine499, elle trouva son livre dans son armoire, sur une planche du milieu, sans savoir d’où il était venu.

  • 500 * Mal de l’an : voir ms 6.

6[ms 64] Quand il y a eu de la mort dans notre famille, nous en avons presque toujours Eté avertis par quelques visions ou par quelques Bruit Extraordinaires. Vers mon âge de quatorze ans un soir a neuf heures Etant sorti dans le jardin pour des besoins, je vit un ploton de guenilles gros comme un boisseau Rouller sur une perche, de la passer sur une muraille auprés duquel jetais et venant a moi je me sauvai bien vite au Logis. Ma mère me dis : « qu’a tu donc ? te voilà tout pâle », je lui Racontai ce que javais vû, elle en devint toute chagrine et Encore pire quand je lui dis que sétait Blanc comme la neige et que je lavais vû bien fixement quoiquil ne faisait point de lune et que sátait dans le coeur de lhivert ; trois mois après mon frere Pierre mourut du mal de l’an500 âgé de sept ans.

  • 501 * Les remises du Morier : les dépendances du château du Maurier. Cette maison dans laquelle emména (...)
  • 502 * Donc en juin 1762.
  • 503 Pallis : clôture faite de pieux. Les actes notariés utilisent parfois les termes de pallis brochis(...)
  • 504 * Fifre : petite flûte en bois au son aigu et perçant, longtemps employée dans l’armée. En ce soir (...)

7De cette maison qui tenait aux jardins du Maurier, laquelle a Eté abatue, nous fûme demeurer dans celle qui est la plus près des Remises du Morier501, le chemin Entre les deux ; vers mon âge de vingt [et] un ans, a neuf heures du soir, au mois de juin502, me promenant dans le jardin, je vit une Bête blanche qui fits une trenteine de pas devant moi puis disparu ; elle Ressemblait+. J’eu beau chercher, je ne pû pas la Revoir, et jetais sure quelle ne pouvait passer les palis503 du chemin sans sauter par-dessus. La frayeur me pris, je cessai de jouer du fifre504. Deux mois après, mon autre frère mourut, âgé de quatre ans et demi.

+ a un jeune agnau.

  • 505 * Les intérieurs des maisons villageoises sont obscurs. La bougie de cire n’existe pas et la chand (...)
  • 506 * Je me méfiai bien : je me doutais bien.
  • 507 * Loin du cliché du père de famille tout puissant à l’autorité implacable, Louis Simon se révèle u (...)

8Trois mois avant que notre fils Louis mourut, il fut frappé un coup très fort au pied de notre Lit, lequel méveilla+. Le pauvre Enfant, ayant Eté malade quinze jours, ce trouva un soir plus malade, je fut chercher de la chandelle chez un marchand505 qui demeuret vis a vis le chemin de Bouquet ; en sortant de chez lui, je fis un grand soupir et dit : « Mon Dieu ayez pitié de mon Enfant et lui donnés la santé » J’entendi une voix du Ciel qui me dit dans l’oreille droite « C’est fait », cela métonna beaucoup et me saisit le coeur car je ne vit rien et sétait au milieu de la Rue. Alors je me méfiai bien506 que l’Enfant n’en Reviendrait pas, et [il] mourut deux jours après, âgé de onze ans. Je le Regrettai infiniment parce quil me Ressemblet507.

+ Ma femme ne lantendi point.

  • 508 * Louis et Paul couchent alors dans la chambre haute tandis qu’Anne est alitée dans la pièce commu (...)

9Anviron deux mois avant la mort de ma chere Epouse, Etant Couchés dans notre haute chambre avec mon fils Paul508, j’entandit frapper dans le grenier, Comme qui aurait frapé avec un baton sur une planche. Je contai quinze coups de minute en minute. Jéveillai Paul et lui dit : « Ecoute donc fraper » nous contâme jusqua trente cinq coups puis cela sarêta, un mois après jentandit fraper Encorre dans le grenier quinze coups Comme qui aurait frapé avec un Couteau sur une pelle a feu.

10[ms 65] Je fut le matin voir dans mes farrailles sil y en avait en position pour que le vent les fits fraper, mais rien. Je les Remuai toutes et cela n’empêcha pas que huit jours après, le même bruit se fits entandre.

  • 509 * Ce paragraphe complète celui où Louis Simon avait déjà raconté « le décès de [sa] chère amie » d (...)

11Enfin, après tant d’avertissement, le fatal momen ariva : la nuit du six avril, a une heure du matin, j’entendit ma chere amie se plaindre plus fort qua l’ordinaire ; je dessendit promptement et lui dit : « qu’a tu donc ma bonne femme tu gémie bien haut », « Hélas » me dit elle « C’est la mort, donne moi de l’eau que j’en boive. » Et qu’and elle eut bû, la parole lui manqua, quand elle vû quelle ne pouvait plus parler, elle me chercha la main droite et me la serra de toutes sa force pour me dire adieu. Alors, jeveillai ma fille Agathe qui venait de ce coucher et moi, j’abandonna toute la maison et m’en fut chez mon fils Augustin, au Soleil, pleurer mon triste sort509.

  • 510 Rabâteries : terme local pour rabâcheries, radoteries. * Malgré la lutte de l’Église de la Réforme (...)
  • 511 Guérou (gairoux) : terme local dérivé de loup-garou, désignant un sorcier nocturne, * un revenant (...)

12J’ai bien vu et Entendu autres choses mais Comme il ne Faut pas ajouter Fois a toutes ces Sortes de Rabatrie510, je n’en parlerai pas de crainte d’etre pris pour un supertitieux, comme sont la plupart des gens de Campagne avec leurs Revenand et leur guérous511. Cependant il y a quelques fois du vrai.

  • 512 * Notre Seigneur Jésus-Christ.

13Le prophete Samuël fut avertis de Dieu, en dormant, des malheurs qui devaient arriver au grand prêtre Héli et a ces deux fils. Le prophete Isaie eut une vision qu’un Ange lui touchait les Lèvres avec des charbons ardant. Le prophete Ezéchiel vit des os de corps humains Ressusciter et marcher. Les anges sont des Esprits et cependant, Abraham, Lot et le jeune Tobie en ont fait manger a leur table. L’Evangile de la passion de N.S.J.C.512 dit que, au momen que Jesus Rendit lesprit, les tombeaux souvrirent, et que plusieurs saints s’aparurent dans la ville de Jerusalem.

  • 513 * Voir « La Traque de l’historien ».

14Lhistoire de France nous dit que le Duc de Rembouillet fut tué a une Bataille et que le Landemain, il s’aparut au Marquis de Precis en son habit de officier ; Precis voulut l’Embrasser, mais il ne trouva que du vent et il l’avertit quil irait bien tots avec lui dans lautre monde car il seret aussi tué a la premiere Bataille ; puis disparut. Cela est arrivé en 1640513.

  • 514 * Après un paragraphe construit à partir de ses lectures, où comme pour se justifier de croire – u (...)
  • 515 * L’Entreprise : lieu proche de la sortie du village, sur la route royale en direction de La Flèch (...)

15J’ai vu ici un M. Morin, hôte propriétaire au Croissant, devant la halle, qui songet une nuit que les voleurs anmenoient les moutons de la ferme de la Segrêrie514, son Rêve leveilla et il en etait si frapé quil alla a la Segrêrie voir si cela était vrai. Après les avoir eveillé, il furent voir a létable mais il ni avait plus Rien. Ils aperçurent la piste des moutons et la suivirent et joingnirent le voleur et les moutons vers l’Antreprise515 et les ramenèrent, mais le voleur leur Echapa.

Notes

485 * Le titre initialement inscrit par Louis Simon était seulement « Événemens extraordinaires ». Le mot « visionnaire », écrit plus petit, a été ajouté par lui ensuite.

486 * L’Angélus du soir : les cloches invitent à la prière du soir, comme elles l’ont fait de grand matin puis à midi. C’était normalement le rôle du sacristain (voir ms 30 et 43). C’est parce qu’ils sont enfants de chœur que les deux garçonnets de dix ans sont chargés de le sonner : on se souvient que, à peu près au même âge (11 ans) Louis François Simon avait « chanté la messe tout seul au pupitre » (ms 6).

487 * Battre le briquet : un système de pierre à silex (intégrée au briquet) permet d’allumer la mèche grâce à des frictions. Il suffit ensuite de souffler légèrement sur la mèche pour l’activer. On retrouve l’expression dans la comptine Au clair de la lune.

488 * Amadou : substance spongieuse et inflammable, virant sur le brun sombre ou le noir, fournie par plusieurs espèces de champignons, principalement le polypore amadouvier. Cette substance pouvait être traitée pour en faire une mèche qui, s’enflammant facilement au contact d’une étincelle, facilitait l’allumage du feu.

489 * Anne Cureau (1716-16 mai 1789). Voir son acte de décès publié dans les documents complémentaires, quatrième partie.

490 * Somme exprimée en livres.

491 * Sur le même thème, voir ms 17 et 59.

492 * Louis-François Simon (21 février 1721-1er novembre 1793). Voir son acte de décès publié dans les documents complémentaires, quatrième partie.

493 * La scène se passe donc vers mai 1763.

494 Seille : terme local pour seau.

495 * Pavé : terme local pour désigner les carreaux posés au sol dans une pièce, le carrelage.

496 * S’assiéger : s’asseoir, se stabiliser.

497 * Notation qui ramène à la réalité concrète : à cette date, la famille vivait dans le bâtiment actuellement connu comme « la Maison de Louis Simon », dont la caractéristique est de comporter une pièce à l’étage. Pourtant les quatre membres de la famille dorment tous dans la pièce à feu du bas, on aimerait savoir dans combien de lits. La chambre haute ne semble donc pas être alors utilisée comme pièce d’habitation (voir ms 36 et 52).

498 Saint Antoine de Pade : termes utilisés dans les Vies des Saints pour saint Antoine de Padoue.

499 * Neuvaine : prière offerte à une intention particulière, répétée neuf jours de suite.

500 * Mal de l’an : voir ms 6.

501 * Les remises du Morier : les dépendances du château du Maurier. Cette maison dans laquelle emménage la famille Simon quand Louisot a environ 16 ans, est l’actuelle « Maison de Louis Simon » (http://www.amisdelouissimon.fr/).

502 * Donc en juin 1762.

503 Pallis : clôture faite de pieux. Les actes notariés utilisent parfois les termes de pallis brochis qui indiquent l’entrelacement des éléments de la clôture.

504 * Fifre : petite flûte en bois au son aigu et perçant, longtemps employée dans l’armée. En ce soir de juin, le jeune homme n’était donc pas sorti dans le jardin pour se promener, comme il l’a d’abord écrit : il s’est écarté du cercle familial pour travailler l’un de ses instruments (ms 18), de même qu’il montait dans la chambre haute pour jouer du violon (ms 36).

505 * Les intérieurs des maisons villageoises sont obscurs. La bougie de cire n’existe pas et la chandelle de suif est rare. Un oribus, chandelle de résine, se place le plus souvent dans la cheminée. Cet achat effectué précipitamment pour veiller l’enfant souffrant montre que l’émotion submerge Louis Simon.

506 * Je me méfiai bien : je me doutais bien.

507 * Loin du cliché du père de famille tout puissant à l’autorité implacable, Louis Simon se révèle un père aimant, bouleversé devant son fils mourant. L’enfant meurt le 18 octobre 1781, il est inhumé le lendemain « en présence d’Augustin, Anne et Thérèse Simon ses frère et sœurs » (Ad Sarthe : BMS La Fontaine Saint-Martin, 1762-1792, vue 161/273).

508 * Louis et Paul couchent alors dans la chambre haute tandis qu’Anne est alitée dans la pièce commune, gouvernée par sa fille Agathe. La scène se passe non pas dans l’actuelle « Maison de Louis Simon », mais, presqu’en face, au Grand Logys acheté en 1781 et où la famille Simon est revenue s’installer depuis 1797.

509 * Ce paragraphe complète celui où Louis Simon avait déjà raconté « le décès de [sa] chère amie » d’une façon assez officielle (ms 59). Il est ici davantage dans le registre du sensible, reproduisant leur ultime dialogue, qui fait écho de façon poignante à celui de la nuit des noces (ms 52).

510 Rabâteries : terme local pour rabâcheries, radoteries. * Malgré la lutte de l’Église de la Réforme catholique, l’imaginaire continue à se déployer.

511 Guérou (gairoux) : terme local dérivé de loup-garou, désignant un sorcier nocturne, * un revenant ou un spectre (Trésor du parler cénoman, p. 187).

512 * Notre Seigneur Jésus-Christ.

513 * Voir « La Traque de l’historien ».

514 * Après un paragraphe construit à partir de ses lectures, où comme pour se justifier de croire – un peu – en ces rabatries il a convoqué les prophètes de la Bible et les nobles guerriers du XVIIe siècle, le mémorialiste revient en terrain familier et à la transmission orale.

515 * L’Entreprise : lieu proche de la sortie du village, sur la route royale en direction de La Flèche, non loin du Chêne Vert.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site