Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Première partie. Les souvenirs de l'étaminier

Tableau ou généalogie des Simon28

Full text

  • 28 Comme on l’a vu, cette généalogie est fausse depuis Marin jusqu’à Michel, qui n’est pas fils d’And (...)

Marin S’Etablit a La Fontaine en 1589
Pierre fils de Marin né en 1590
André fils de Pierre né en 1638
Michel fils de André en 1669
Pierre fils de Michel né en 1689
Louis François fils de Pierre né en 1721
Louis fils de Louis François né en 1741

  • 29 * L’âge tardif au mariage s’ajoute à la brièveté de la vie pour faire de l’aïeul un personnage rar (...)

1Il paraît par les Registres quils ont tous Eté fils unique mariés, tous leurs freres et Soeurs Etant morts jeunne ainsi Sil y a d’autres Familles de Simon qui Se disent nos parent faut qui le Soient d’un degré bien Eloigné Exceptés Marie fille de Michel soeur de mon grand pere mariée au Mans ou sont ces dessendan tout ce que j’ai Ecrit ci dessus je lai tiré des Registres et de ce que m’ont dit mon pere ma mere et mon ayeul Pierre qui est mort chez moi agé de soixante dix neuf ans aprés avoir vû mon premier enfant29.

Principaux événements arrivés pendant le cours de ma vie30

  • 30 * Cet intertitre n’existe pas dans le manuscrit. Ajouté par Anne Fillon dans l’édition de 1996, il (...)
  • 31 Le mal de l’an, dit aussi « carreau », * se manifestait par des coliques et des convulsions, notam (...)

2[ms 6] Moi Louis fils de Louis François et de Anne Cureau ait eu deux freres, Pierre mort agé de sept ans et Louis agé de quatre ans jétais Son parain, j’ai aussi eu trois Sœurs Anne morte a deux ans, Marie morte a un an et Elisabet morte a dix neuf ans, Elle Etait Sur le point de Se marier. Il n’y a eu que moi qui a Resté et cependant on me crû mort du mal delan31, mais ma mere trempa une Serviette dans de leau de la fontaine St Martin et m’envelopa avec et jamais je n’en ait eu d’attaque depuis.

  • 32 Plain-chant : chant à l’unisson accompagnant les cérémonies de l’Église catholique. * Dans le vill (...)
  • 33 * Le père de Louis avait lui-même reçu le chant d’Église de son propre père sacristain. Et le père (...)
  • 34 * Charles-Louis de Froullay fut évêque du Mans de 1723 à 1767.
  • 35 * Ces « grands changements » concernent non seulement le chant mais l’ensemble de la liturgie.
  • 36 * Il faut sans doute lire « elle s’affaiblit ».
  • 37 * Sans la grossesse d’Anne Cureau, Louis-François Simon ne l’aurait pas épousée. Son inconduite po (...)
  • 38 * Syndic de la paroisse : représentant de la communauté villageoise dans ses démarches pour défend (...)

3Quand j’ai eu un peu de Raison mon pere me pris en amitié parce quil aperçu que je comprenais bien se quil me disait et que je lui faisais de jolie Reponces, aussi il ce hâta de me montrer a lire j’aprenais Si fort quil en Etait Etonné, quand je fut plus grand il m’apris a Ecrire, l’arithmetique et le pleinchant32. J’avais une jolie voix et forte Etant Enfant, ces pourquoi mon père m’ancouraget de chanter me disant quil avait bien chanté la messe tout Seul au pupitre a lâge de onze ans33 et comme mon grand pere Etait toujours Sacriste je fut obligé d’aller aussi chanter Etant Fort jeunne. Et Encore nous avions des livres de chants Romain tres difficiles et trés anciens il avoient Eté imprimés en 1510, aussi Mr Froulay Evêque du Mans34 les Suprima et fit imprimer de nouveaux Livres en 1750 et y fit de grand Changement tant Sur le chant que Sur le Breviaire35, ce fut aussi un chapelain du couvent (Mr Guiard) qui acheva de me perfectioner Sur le pleinchant, dans le temps que je pris ma voix d’homme qui fut assés forte (elle m’afaiblit36 a la Revolution). Quand je fut fort assés pour aprendre un métier mon pere voulu me métre tailleur d’habits mais je ne le voulu pas il me mis donc au metier d’étaminier vers l’âge de quinze ans, je travaillais avec lui dans la [ms 7] même Boutique, je pris courage, je devint bon ouvrier, mon pere voyant que jétais ménager Se Converti cest a dire il quitta les Cabarets et la Compagnie des yvrognes, car comme il Sétait marié trop jeunne il frequantait toujours les jeunnes gens les Compagnons et les Etrangers, Surtout ceux qui avaient de l’Education et de l’Esprit parce qu’il aimait beaucoup a S’instruire particulierement Sur l’Ecriture et l’arithmetique, mais cette cience quil Estimait tant ne lui donnait pas de pain37, le Sindic le pris pour Son greffier et puis fut nommé Sindic lui même38.

  • 39 * Dans la maison d’un étaminier, l’argent ne rentre que lorsque la pièce de quarantetrois aulnes e (...)
  • 40 * Louis-François Simon emprunte d’abord à Jean Ory, jardinier du château, en échange d’une rente a (...)
  • 41 En 1752, le seigle était passé de 9 sols à 80 sols le boisseau.

4Toute ces charges ne faisoient que de le debaucher ces lui qui fit le premier travailler les habitants a la corvée pour faire la grande Route et Rien nétait payé enfin il eu une maladie de dix huit mois Sans travailler ce qui acheva de le Ruiner39. Ayant tout vendu Son bien et celui de ma mere40 il devint pauvres dans une année ou le Seigle valait 4 L le boisseau41 quelques année devant il ne valait que 9 S. En 1746 il trouva une croix d’or en faisant une fosse pour enterrer une abesse dans leglise du Couvent il la donna a la nouvelle abesse qui lui donna pour Recompence douze boisseaux de froment qui fut Estimé douze sous le boisseau et la croix valait 120 L ; ce fut Mr Frêneau Curé qui lui Conseilla de la donner a l’abbesse affin de Reparer lhonneur de plusieurs qui avaient Eté Soupçonnés de lavoir volée. Pendent que mon pere fut debauché ma pauvre mere Etait dans une abîme de peines et de chagrains Elle qui Etait Si Econôme et Si menagére quand elle vit vendre Son bien et même de Son ménage pour avoir du pain elle pensa en mourir de mécontantement. [ms 8] Cependant elle filet une partie des nuits pour nous Entretenir et nous habiller proprement afin de Cacher notre misere.

  • 42 La guerre de la Nauvre est la guerre de Hanovre. * La prononciation locale n’aspire pas le « h ». (...)
  • 43 * Cet « ami » parti à la guerre était probablement Joseph Sassier, soldat, puis caporal, enfin ser (...)
  • 44 L’auberge de la Chasse aux cerfs était située à la sortie de la ville de La Flèche, près des rempa (...)
  • 45 * À deux reprises dans la même journée, l’aubergiste prend soin du jeune homme naïf et exalté qu’i (...)

5Quand je fut donc un petit ouvrier mon pere eu une Espece de honte de me voir assidu a mon travail tandis quil allait Se divertir, il se changeat et abandonna les Compagnie qui lui faisoient perdre Son temps et depenser Son argent de maniere que nous devinme en peu de temps très a notre aise. Mais j’avais herité quelques choses de mon pere il me pris aussi Envie de voyager, ma mere ne voulait pas. Je voulu aussi m’angager dans un Regiment qui passait par ici et qui allait a la guerre de la Nauvre42 j’espérais aller y voir un de mes amis qui y Etait allé43 mais un bon Soldat Se moqua de moi et je n’en fits Rien. Vers mon âge de vingt ans je fut a La Fleche je trouvai en Route un Compagnon qui faisoit Son tour de France, je lui promis que j’alais aller avec lui, je fut donc acheter les provisions donc jétais chargé et je les anvoya chez nous et je fut a l’auberge trouver mon voyageur qui Etait avec d’autres Compagnons, je me mis a boire avec eux, pendant ce temps il Survint un Recruteur je voulu Encorre m’engager mais lhôte m’en Empêcha, vers Soleil couchant un nommé Degoulait Entra dans lauberge de la chasse44 ou j’étais Se disant de La Fontaine St Martin, lhôte lui Conta mon histoire il vind me trouver avec les autres et m’engageat de m’en Retourner ce que je fit45.

6[ms 9] Enfin un dimanche dernier jour de juillet 1763 je parti Sous pretexte d’avoir affaire à La Fleche, je donnez une lettre a un ami en lui disant que j’allais faire un tour de France mais quil ne donna la Lettre a mon pere que vers les neuf heures du Soir parce que je Serais Revenu avant Si je ne partais pas et a neuf heures il Seret Sure que Je Serais parti je fut donc Coucher proche Angers ou je me Randi le landemain matin, je fut demander de l’ouvrage on me demanda un Certificat du maitre d’ou je Sortais. N’en ayant point Je fut obligé d’aller a Nante ou je travailla huit jours Sur les Cotons Croizés mais je ne me portais pas bien, je parti de Nante pour aller a Rennes ou je travailla un mois, je Sorti de Rennes pour aller a St Brieux mais je trouvai en Route un Soldat qui allait a Paris il m’Engagea d’aller avec lui, nous passame par Vitré, Mayenne, Laval, Allançon, Mortaigne, Verneux, Dreux, Versaille, puis a Paris je ne Fais point mention des Bourgs car il y eu tant que je ne Connais pas les noms.

  • 46 * Le premier pont de Sèvres, construit en 1684 sur décision de Louis XIV afin de faciliter les dép (...)
  • 47 Sainte-Marguerite peut désigner une paroisse près de Pornichet (qui n’est certes pas une île mais (...)
  • 48 Bergobsom : c’est Bergen op Zoom, une ville des Pays-Bas qui fut prise par les Français en 1747 pe (...)
  • 49 * La voie fluviale joue un rôle essentiel dans la circulation intérieure de la ville. Dans la seco (...)
  • 50 * La Monnaye de Paris était alors située à l’emplacement actuel de la rue Boucher et des magasins (...)
  • 51 * L’Hôtel des Invalides, chargé de débarrasser la ville d’une mendicité menaçante, vit ses pension (...)
  • 52 La maison de secours Saint-Gervais dépendait de l’hôpital Saint-Gervais, qui aurait été fondé en 1 (...)

7Entre le pont de Sève46 et Paris nous nous Reposâme le Soldat et moi a l’ombre d’un arbre un Monsieur qui passait Saprocha de nous s’informa d’ou nous venions et ou nous allions, le Soldat lui dit quil Etait de la Champagne quil venait de l’île de Ste Marguerite en basse Bretagne47 et quil allait trouver le ministre pour avoir Son changement attendu quil ne voyoit pas clair dans cette isle a cause des Brouillars [ms 10] parce quil avait la vue obscursie depuis quil lui avait crevé un sac de poudre devant et prés de lui au siege de Bergobson+48. Il lui dit « mon ami faut que vous passiez la Seine en batteau au droit de l’hotel des Invalides pour abreger votre Route49, vous allez trouver la votre ministre »+. Sétand adressé a moi je lui dit que j’allais a Paris chercher de l’ouvrage et voir un ami mais que je ne savais pas ou il demeuret mais quil Etait domestique chez un Conseiller a la Cour de la Monnoye nommé Paschal. Il me dit « faut aller a l’hotel de la Monnoye50 on vous dira ou demeure Mr Paschal », nous le remerciame et fûme passer au port, il se trouva la un jeune homme qui paya pour nous sans en Etre prié je me promenai un peu dans la maison des Invalides puis je quitai mon Camarade jamais je ne lai Revu je crois quil Resta a lhotel parce quil Était invalide et fort Encien51, pour moi je fut chercher de l’ouvrage mais je nen trouva point, la nuit Etant venue je me mis en peine pour chercher a loger on m’enseigna la maison de secours Rue Saint Gervais52 ou les Etrangers peuvent Coucher trois jours de suite, ont a souper de la Soupe Et de la viande assez pour en garder, une livre et demie de pain de Maniere qu’on a de quoi se nourir le Landemain tout le jour, pendant que lon fait ses affaire, jy fut donc coucher.

+ a la guerre de la Raine d’Hongrie.
+ parce quil y avait un grand tour a prendre pour aller aux Invalides par dans la ville.

  • 53 Les domestiques des bonnes maisons portaient des chemises garnies de dentelle.
  • 54 La foire Saint-Ovide se célébrait au mois de septembre, avec octave, en présence d’« un concours e (...)
  • 55 * Sans paraitre impressionné par la différence d’échelle – du moins un demi-siècle plus tard – Lou (...)
  • 56 Le culte de Saint Ovide avait été créé ex-nihilo à Paris. C’est le duc de Créqui, ancien ambassade (...)
  • 57 L’anecdote des deux pieds gauches n’est pas mentionnée par V. Berger qui décrit avec minutie « les (...)
  • 58 * Horloge de bois : grande horloge en bois massif, de forme souvent violonnée, avec une ouverture (...)
  • 59 * Le bruit permanent de Paris est souvent évoqué et notamment dans le Tableau de Paris de Louis-Sé (...)

8Le Landemain je fut chercher mon [ms 11] ami, je le trouvai par le moyen qu’on mavait indiqué ; il Se nommet Charles Soyer son frere Francois avait Epousé Marie Cureau ma tente et ma maraine, il Etait Riche parce quil Était Econôme, il me Reçu bien a cause de ma mere quil avait aimée pour le mariage, il voulu m’Engager dans le service Comme lui, promettant me faire avoir une bonne place en peu et m’ofrand des chemises garnie53 et autre ustansiles que je n’avais pas, mais je preferai mon metier a l’Etat de domesticité, cependant cela maurait bien convenu mais je voulais aller plus Loin, je dinai donc chez lui puis nous fûme a la foire St Ovide54 s’est une assemblée qui se tiend sur la place Vandôme comme il s’en tiend dans nos campagnes le jour de la fête patronale55. Je vit porter le corps du St en procession avec des hommes armés et des tambours56, mon ami me dit que ceux qui Etaient allé a Rome chercher ces Reliques setoient bien trompés parce quil avoient pris deux pieds gauche et point de droit57 ; cest aussi la ou je vit pour la premiere fois des orloges de bois58 ; Enfin je Remerciai mon ami et fut chercher de l’ouvrage jen trouvei chez Mr Neveu ou je travaillai trois semaines puis je quittai Paris ne pouvant pas me faire au bruit59.

  • 60 Louis Simon remarque la hauteur sous voûte de la cathédrale de Beauvais, qui est en effet de 48,20 (...)

9[ms 12] Je fut en vandange huit jours au tour de Paris puis m’ennuyant dans ce pays je parti pour voir la Flandre, je fut coucher a Bauvais+.60

+ Le chœur de la Cathedrale est une merveille il est si haut de voûte que lon ma dit qu’un homme fort ne peut y faire toucher une pierre60.

  • 61 La duite est le nom donné à un fil isolé de la trame.
  • 62 L’étaim est un fil de laine plus ou moins fin.
  • 63 * Panne : étoffe (de laine, soie, coton) travaillée comme le velours, dont le poil plus long et mo (...)
  • 64 * Étoffe croisée, et, substantivement, du croisé : étoffe fabriquée à quatre marches au moins et d (...)
  • 65 * L’habileté des étaminiers du Maine faisait d’eux une sorte « d’aristocratie des tisserands ». Se (...)
  • 66 * Rhains : Reims.
  • 67 Chef : tête.

10Le landemain je fut a Granvilliers, puis je fut a Amiens ou je couchai, le Landemain je fut dans plusieurs boutique j’entrai dans un métier ou on faisait du fort en diable s’était une ouvrage a quatre marches mais on demarchait a toutes les duites61 des deux pieds ce qui faisait l’ouvrage plate la matiere Etait de gros Eteim62 bleu on avet cinq Sous par aunes et on ne voulait m’en donner que trois sur une piece de 42 aunes pour payer 1’aprantissage. On fait plusieurs Especes d’ouvrage dans cette ville jy vy faire de la panne63, du velours, des Etofes croizées64, d’autres croizée d’un côté et plate de lautre je vy un ouvrier qui travaillait a dix marches il faisait une Etofe a fons blanc, et des cœurs Enflamés en leine Rouge paraissoient par dessus cela n’était point malaisé a faire il avait le pied gauche Sur un billot et le pied droit comançait sur la marche du côté gauche et finissait sur la dixième a droite de sorte quil ne choisissait pas. Je fut chez un Maitre qui avait fait Son tour de France qui me dit « puisque vous ête un Etaminier du Mans il n’y a point ici d’ouvrage fine pour vous65 faut aller a Rhains66 vous trouverés de l’ouvrage », je pris dont le parti de quitter Amiens mais avant je fut voir la Cathedrale, de dix que j’ai vue je peu dire avec verité quelle Est la plus Belle par sa clarté elle est Batie a peu prés dans le goût de St Julien du Mans mais il ni a pas tant de pilliers, c’est dans Cette Eglise que lon garde le chef67 de St Jean Baptiste on le montre depuis neuf heures jusqua onze heures du matin.

  • 68 Vœux : ex-voto.
  • 69 * Comme on en voit ailleurs : Louis Simon fait ici discrètement allusion aux ciriers du Mans qui a (...)
  • 70 * La collection d’outils de ciriers Lemarchand, au Mans, comporte des moules en terre de membres ( (...)
  • 71 * Découverte : dépouillée.

11[ms 13] Je pris la Route d’Arras dont j’en fut coucher a une lieue, le Lendemain je mi Rendi du matin apres avoir Eté dans une Eglise faire ma priére je fut voir le calvaire qui Etait en grande veneration dans ce temps là, il Etait placé sur le Rempar au dessus de la porte de Flandre, la croix Etait toute couverte de voeux68 en argent comme on en voit ailleurs en cire69 des têtes, des pieds des Brads, etc.70 comme il avait Eté volé une fois il y avait une guérite et un factionnaire qui montait le garde jour et nuit au devant de crainte que la croix ne fut decouverte71 une seconde fois.

  • 72 La calmande était un satin de laine qui se fabriquait à cinq marches et cinq lames, se travaillant (...)

12Comme il ni avait point d’ouvrage pour moi je parti pour aller a Lille ou a Bergopson mais je trouvai un compagnon qui en venait qui me dit quil ni faisait pas bon il n’y avait a Lille de l’ouvrage que sur les calmandes72 mais on me demanderait apprantissage et que dans l’autre je serais sujet d’être assaciné si je travaillais mieux que les autres joint a cela lhivert était proche il faisait grand froid dens ce pays la et on payait les maitre pour ce chaufer, moi voyant cela je pris la Route de la Fontaine en Sortant par la porte de Paris ; quand j’eu passé cette porte j’admirai cette forteresse qui parais imprenable aussi autrefois les Français l’ayant assiegée les Artesiens firent graver un chat et des Rats devant lui avec cette inscription « quand ce chat aura pris ses Rats les Français prandront Arras », mais il fut pris par une Ruse ; puis le general français voulu oter linscription mais un soldat lui dit quil ne fallait oter que la lettre p au mot prandront alors ce fera Rendront aussi il a depuis toujours Resté a la France.

  • 73 * En réalité, lorsque Louis Simon va à Saint-Sulpice, l’architecte Servandoni n’a pas terminé ses (...)
  • 74 Sainte-Geneviève la Neuve, dont les murs ne sont encore qu’à 3,20 m de hauteur, comme le confirmen (...)
  • 75 * Les Champs-Élysées que Louis Simon découvre ne comportent alors que médiocres guinguettes et bar (...)
  • 76 * Neully : Neuilly. C’était alors le pont de bois construit au début du XVIIe siècle. Neuf ans apr (...)
  • 77 * La machine de Marly était une machine hydraulique complexe chargée d’alimenter Versailles en eau

13[ms 14] Je parti donc d’Arras et m’en Revint a Paris en passant par les villes de Bapaume, Peronne, Royes, Sanlis et autres et arivai a Paris par le faux bourg St Martin je fut coucher a mon ancien hotel de Saint Gervais, le Landemain je fut a Notre Dame+ ou je vy un morceau de la vrai croix et un morceau de la Robe de la Ste Vierge, de la je passai a l’Eglise de Ste Genevieve l’ancienne je fut Boire de leau de la fontaine pour Etre preservé des fiévres pendant 1’année, je fut aussi a St Sulpice qui Etait finie depuis peu73, pour Ste Genevieve la neuve les murs n’etoient Encorre qu’a dix pieds de hauteur74, je fut en beaucoup d’autres Eglises ou je n’avais point été la premiere fois, comme je voyais que j’alais quiter Paris et que je n’y Reviendrais peut être jamais, je visitais les Edifices et les places, enfin je parti le Lendemain et fut par la place des Champs Elisées75 je passai la Seine au pont de Neully76 pour aller voir la machine de Marli, j’i contai 14 roues dont trois n’allaient pas parce qu’on les Racommodait77.

+ cette cathedralle est Batie dans le goût de celle du Mans

  • 78 * Ce calvaire du Mont Valérien attirait les Parisiens pieux en procession le long d’un chemin bord (...)

14Je fut aussi voir le Calvaire du Mont Valerien il y avait neuf Chapelles ou Etait Representé la passion de N.S.J.C. en statues de grandeur naturelle on les trouvait deux et deux en montant+ et sur le sommet du mont il y avait la croix ou le crucitix entre deux autres, Representant les deux Larrons puis on antrait dans l’Eglise des Religieux (car il y avait un couvent) ou on voyait la decente de la croix puis derriere l’autel on voyoit le St Sepulchre de Jerusalem Ensuite on decent le Mont par des degrés taillés car on ne pourait ce tenir78.

+ l’une a droite et l’autre a gauche

  • 79 * Saint-Cloud est alors une destination prisée des promeneurs parisiens.
  • 80 2 lieues correspondent à 8 km environ.

15[ms 15] De la je fut a St Cloud79 voir le château, c’est une petite Ville Bâtie sur la pante d’une coline dont la Riviere coule au pied il y a un pont ou il y a de grande Bâches ou filets a chaque arche et tout ce qui ce perd dans la Riviere a Paris se trouve la quoi quil y ait deux Lieues80. Je les Regardai vider il trouvoient des choux pomme, du bois du charbon, etc. Quelques fois ils y trouvent des hommes, femmes, Enfants, des chiens des chats morts et autre choses.

  • 81 * L’ambassadeur de Venise à Paris est alors Domenico Almoro (voir introduction).
  • 82 * Huit coureurs habillés en blanc : il s’agit peut-être de huit des vingt-quatre Gardes de la Manc (...)
  • 83 * Ouzard, pour housard, prononciation et forme attestées au XVIIIe siècle pour hussard. Le Diction (...)
  • 84 Selon Louis Simon les ouzards mesuraient près de 2,30 m, * mais il a manifestement conscience de l (...)

16De St Cloud je vins a Versaille le jour que jarivai l’Embassadeur de Venise y faisait Sa visite au Roi81, il avait huit carosses a huit chevaux et chaque cheval se Ressemblet a chaque carosse+ il y avait aussi huit coureurs habillés en blanc veste courte une frange d’argent a l’Entour la ceinture, une canne a la main avec une poignée d’argent grosse comme le poing et si leste quil semblait quil ne touchoient pas a terre82, il y avet aussi deux géant habillés en ouzards83 que l’on disait avoir sept pieds de hauteur84, je couchai a Versaille, le lendemain je fut voir le Roi Louis XV qui allait a la chasse.

+ mais les carosses Etoient tous diferant et les chevaux aussi

  • 85 * Versailles étant ouvert à tous, la sécurité est assurée par de nombreux corps armés, dont les év (...)
  • 86 * La chapelle palatiale que visite Louis Simon avait été achevée en 1710 : c’était le dernier gran (...)
  • 87 * L’entretien de la ménagerie construite par Le Vau en 1663 fut délaissé et dès 1751 l’architecte (...)
  • 88 * À St Cyr : Louis Simon fait référence au pensionnat destiné aux jeunes filles de la noblesse pau (...)
  • 89 * Quand Louis Simon passe au château de Rambouillet, celui-ci appartient au duc de Penthièvre, qui (...)

17Ces gardes française Et Suisses Etoient dans la Cour du chateau sous les armes, ils coucherent leurs fusils par terre quand il fut passé pour les Reprendre a son arivée85+. Ensuite je fut dans la chapelle86, dans le chateau, dans les jardins et dans l’orangerie, puis je parti et fut voir la Ménagerie87, je fut aussi a St Cyr88 puis je Repris la Route de Chartre an passant par Maintenon et Rembouillet ou il y a un très beau chateau on ma dit quil y avait autant de fenêtre comme il y a de jours en l’an89.

+ les gardes du corps a cheval furent a la chasse avec le Roi

  • 90 Les dimensions que Louis Simon attribue aux deux clochers de Chartres correspondent à 122,80 mètre (...)
  • 91 * Faire la conduite : raccompagner, reconduire sur un bout de chemin… La même expression est emplo (...)

18[ms 16] Je pris la Route de Chartre et y fut coucher ; le Lendemain je fut voir la Cathedrale cest une superbe Eglise pour la sculture elle est Bâtie dans la façon de celle du Mans, il y a deux clochers des deux côté de la grande porte dont l’un a 63 toize de hauteur et l’autre 5790 ; j’oubliais a dire que j’avais fait connaissance a Paris avec un compagnon tailleur qui Etait de Nogent le Rotrou, comme il me suivait toujours je fut avec lui chez son pere a Nogent et après avoir diné je parti et le tailleur me fits la conduite91 pour me dire qu’il ne pouvait me Rendre vingt sous que je lui avais prêté en Route, que Son pere n’avait point dargent mais que les homes se Rencontre plutos que les montagnes et que s’il pouvait me Rendre service quelques jour il le ferait mais jamais je ne lai Revu ni Entendu parler, il avait nom Rosseau ou Rousseau.

  • 92 * Bonnétable : petite ville située à 27 km en droite ligne au nord-est du Mans, soit environ 5 heu (...)
  • 93 * Au lieu de l’ancienne route (avant la construction de la Royale 23) qui menait du Mans à Paris p (...)
  • 94 Le Juliané était une magnifique horloge astronomique, haute d’environ 8 mètres, installée dans le (...)
  • 95 * Issu de la famille des princes de Monaco, Louis-André de Grimaldi fut évêque du Mans de 1767 à 1 (...)
  • 96 Il semble que Mgr de Grimaldi avait fait retirer le Juliané de la cathédrale car les visites conti (...)
  • 97 * Ces chansons nouvelles se répandaient du Pont Neuf parisien aux villages par transmission orale (...)

19Je m’en vint au Mans par Bonetable92 et par des Chemins de traverse93, je fut a la messe a St Julien ou jentendis Carillonner l’orloge appellée le juliané94 mais l’Evêque Grimaldi95 la faite ôter de l’Eglise pour la mettre chez lui96, Enfin je pris le chemin de la Fontaine St Martin ou je arivai au soir a six heures le dimanche 29 du mois doctobre trois mois après mon départ ; je ne trouvai que ma soeur a la maison qui chantait des chanssons nouvelles97, je la surpris tant quelle eu de la peine a me parler, cependant je me jetai a son cou elle m’embrassa en pleurant de joie puis elle fut chercher mon pere et ma mere.

  • 98 * Paragraphe éloquent d’une part sur l’amour maternel exprimé par la réaction d’Anne Cureau, d’aut (...)

20[ms 17] Ce fut une grande joie pour moi de trouver mon pere et ma mere en bonne santé ainsi que mon grand père, nous nous mîmes a table et en soupant je contai le trajet que j’avais fait depuis que j’avais parti et les avantures qui m’étoient arrivées. Mon pere fut bien surpris quand je lui dits que je venais d’Arras il me demanda ou Était le paquet quil m’avait Envoyé a Renne en Bretagne je lui dit que je ne l’avais pas Reçu ma mere dits « je ne m’enbarasse plus du pacquet puisque le gas est Revenu c’est assez », alors j’écrivit a Renne mais je nai point eu de Reponce98.

21Aprés avoir visité mes amis je me Remis a faire de l’Etamine.

  • 99 * Décédée le 10 novembre 1763, la jeune fille est inhumée le lendemain « en présence de Pierre Sim (...)
  • 100 * Louis-François Simon et Anne Cureau sont frappés plus cruellement que la moyenne des parents de (...)
  • 101 * Amant : galant, soupirant.
  • 102 M. Cosset peut à peu près certainement être identifié comme étant Julien Cosset, né le 22 mars 174 (...)

22Huit jours aprés mon arivée ma pauvre soeur tomba malade d’un grand mal de tête et la fièvre le chirurgien la seigna au brad le deuxième jour ce qui fit augmenter le mal le Landemain il Revint pour la seigner au pied mais il Etait trop tard elle tomba a lagonie en lui metant les pieds dans l’eau, elle fut Enterrée le landemain onze novembre99 qui Etait Le jour de la St Martin fête patronalle de la paroisse et que lon chomet dans ce temps la avec beaucoup de solemnité, ce fut une grande afliction pour nous tous mais je cru que ma mere en mourait de chagrain nous avions bien Raison de la Regreter car elle avait toutes les qualités dont ont peut desirer dans une fille elle Etait Sage, bonne chretienne, douce, Econome, aimait le travail et la propreté100. Comme elle Etait aimable par sa beauté et ses talens elle avait plusieurs amans101 et surtout un Mr Cosset de Ligron102 a qui elle Etait promise en mariage elle Etait agée de dix-neuf ans.

23[ms 18] Je devint donc fils unique par la mort de ma pauvre soeur que je Regreteray toutes ma vie.

  • 103 * Vielle, ou vielle à roue : instrument à cordes muni d’un clavier, dont les cordes sont frottées (...)
  • 104 * Page 64 du manuscrit, Louis Simon nous indique qu’il jouait du fifre.
  • 105 * Bombarde : instrument à vent en bois, à anche double. Son dessus, appelé chalemie, est l’ancêtre (...)
  • 106 En indiquant qu’on ne jouait pas aux boules « dans des jeux arrêtés », Louis Simon veut marquer la (...)
  • 107 Bouquets : fêtes de fin de moisson, où un bouquet était offert à la fermière, planté sur la derniè (...)
  • 108 Érussées : veillées de travail au cours desquelles on arrachait les feuilles des tiges de chanvre (...)
  • 109 * Jouer du violon pour faire danser la jeunesse : l’utilisation d’un ménétrier extérieur au groupe (...)
  • 110 * Maîtresse : au vu du contexte du récit, on pourrait ici traduire le terme par « prétendante ». E (...)
  • 111 * Anvoise : Avoise, village situé sur le cours de la Sarthe à 24 km à l’ouest de La Fontaine.
  • 112 * La jeune fille allant et revenant de faire les provisions quotidiennes du couvent traversait san (...)

24Je passais mon temp a jouer des instruments de musique surtout du violon et de la vielle103 j’ai aussi joué du haut bois, de la flute104 et de la burbe ou bonbarde105, j’ai aussi aimé le tembour j’en ait fait plusieurs dont j’ai vendu, j’ai aussi aimé a jouer a la Boule on y jouet dans la place dans la rue et dans les chemins et non pas dans des jeux arrêtés106. Mais comme je jouais du violon les filles m’aimoient et m’atiroient dans leur compagnie ce qui faisait que jallais aux Bouquets107 aux Erussées108 et souvent aux veillées du Dimanche jouer du Violon pour faire danser la jeunesse109, je ne manquais point de maitresse110 elle auraient bien toutes voulu m’avoir pour mari mais je ne pensais nullement au mariage. Cependant vers l’âge de 24 ans il y en eu une qui sû me gâgner le Coeur par ces paroles tendres par ces Caresses et ces yeux doux, Elle avait de l’Esprit et de l’Education, s’était la fille d’un Marchand d’Anvoise111 qui setait Remarié a une jeunne femme qui avait chassé les Enfants du premier mariage dont celle ci était venue Être la pourvoieuse de notre Couvent, comme elle allait acheter a la Campagne du Boeure des oeufs des poulets nous nous voyons trés souvent112.

  • 113 * Fugace point de repère temporel dans ce récit sans date. Il s’agit du carême de l’année 1765 (vo (...)
  • 114 Vis-à-vis : en face.
  • 115 * Le langage de Louis Simon est ici emprunté aux chansons nouvelles en vogue qui disent à propos d (...)

25Je l’ai donc aimée pendant trois mois jusqu’à un dimanche quelle mavait donne un rendevous [ms 19] (setait un dimanche de carême aprés vêpres113) pour nous trouver au chateau du Maurier et 1’ayant attendue jusqu’au soir quelle ariva comme je partais a m’an Retourner, je lui fis paraître que jettais mécontant d’avoir tant attendu mais elle chercha des Excuses fausses car je sû dés le Soir quelle sétait amusée avec d’autres garçons dans 1’auberge du plat d’Eteim vis a vis114 de la Cure, dés ce moman je pris un dégoût si grand sur elle que je ne l’ai jamais Regardée depuis d’un bon oeil quoi quelle ait fait tout Son possible pour Reparer sa faute elle m’avoua un jour quelle avait Eté a l’auberge mais que les garçons l’avoient prise dans la Rue et menée de force et quelle n’avait pas pû se débarasser de leurs mains et qu’il ne faloit pas Etre inflexible pour les filles et sur tout quelle avait commis une legere faute malgré elle ; tout cela ne servi de rien, mais mon cousin germain François Soyer fils de Marie Cureau ma maraine et soeur de ma mere la pris en amitié et nous allions de méme Enssemble ; Et par la suitte mon cousin l’abandonna aussi ne la trouvant pas Riche assez, elle s’en Retourna a Anvoise ou elle s’est mariée au Sacriste elle n’a Eté que six ans en ménage. Avant son mariage Elle vint me voir pour connaitre ma femme elle me pria bien d’aller la voir a Anvoise disant quelle m’aimait toujours mais je ni suis jamais allé. Cependant j’ai eu de la peine a l’oublier parce que sétait la premiere fille que j’avais aimée, mais je ne savais pas ce que sétait que les aventures des amoureux, je lai bien apris depuis comme on verra ci après, cependant je protestai en moi même de ne m’attacher plus a aucune fille115.

  • 116 * Où peut-on se « procurer » des livres au village ? On peut en acheter au colporteur, mais surtou (...)
  • 117 * L’arrivée du nouveau curé, Marie-Olivier Semelle, en juillet 1751 (Ad Sarthe : G 395, folio 92), (...)
  • 118 * On remarque que chanson profane et chant d’Église vont de pair dans les souvenirs de l’étaminier
  • 119 Faire la sacristie : préparer l’église pour les cérémonies, les baptêmes, mariages, enterrements.
  • 120 Durant l’année 1764, Louis Simon est sept fois « garçon de cérémonie » ou parrain.

26Je passais donc mon temp dans le plaisir de jouer des instruments et à Lire tous les livres que [ms 20] je pouvais me procurer116 sur tout les histoires Enciennes, les guerres, la Geographie, les vies des saints, l’Encien et le nouveau testament et autres Livres saints Et prophanes117, j’aimais aussi Beaucoup les chanssons et les cantiques118 comme s’était moi qui faisait la Sacristie119 j’alais a toutes les Noces, souvent garçon de ceremonie et souvent parain120. Enfin je passais ma vie de garçon fort agréablement parce que je me faisais aimer a tout le monde que je frequantais parce que j’étais toujours gai et joyeux je ne me fachais jamais et je prenais bien des précautions pour ne faire de peines a personnes quoiquil y eut des filles qui faisoient leur possible pour avoir mon amitié cela Etait inutile je n’en voulais aimer aucunes j’avais trop eu de chagrain d’avoir aimé ma petite Catherine Houdayer d’Anvoise que j’avais laissez parce quelle ne me Convenet pas pour le mariage.

  • 121 * Sans amitié : sans amour.
  • 122 * 24 juin 1765 : l’arrivée de Nannon Chapeau à La Fontaine Saint-Martin est un événement majeur, g (...)
  • 123 * L’église, lieu de mixité, permet d’apercevoir l’autre sexe. Il faut ajouter que les rôles actifs (...)
  • 124 Un certain nombre de villageois étaient désignés par un surnom, qui s’appliquait aussi à leur femm (...)

27Anfin je ne fut pourtant pas longtems tranquille dans ma vie de garçon quoique je ne pensâs aucunement dans le mariage, les filles y pensoient assez pour moi, les unes en faisoient parler a mon pere d’autre a ma mere ou a d’autres gens mais tout cela etait inutile je ne voulais plus aimer et je ne voulais pas me marier sans amitier121 mais helas je crois quil y a une destinée pour le mariage, le 24 juin 1765122 celle que j’avais aimée san alla et le même jour celle que je devais aimer ariva, citos quelle me vit dans l’Eglise je lui plû123 (c’est elle quil me la dit depuis) elle cherchet le moyen de me parler et elle ne le trouvait point, anfin quatre mois s’Ecoulerent sans trouver aucune occasion ; elle hazarda de confier Son Secret a une femme mariée a un jardinier nommé Lemer ou St Louis124, cette femme allait très souvent travailler au couvent pour Ballayer ou faire des commissions et son mari demeuret Loin d’elle dans un château, elle n’avait qu’une petite fille qui a Eté mariée a Jacques Rochelle charon.

  • 125 Le « nom de garçon » était le diminutif porté jusqu’au mariage.
  • 126 * Elle était à l’office du Tour : la Saint-Louis emploie une périphrase élégante pour exprimer le (...)
  • 127 * On avait dû l’appeler autrefois « maître Chapeau » en Anjou et après quelques années à La Fontai (...)
  • 128 * Premier bouvier et conducteur du domaine : si le bouvier est celui qui soigne, garde ou conduit (...)

28Elle lui dit donc une veille de Toussaints en balayant leglise du Couvent toute deux [ms 21] « ma chere amie voulez vous bien m’etre fidelle je vais vous dire un grand Secret que je n’ose dire a personne qu’a vous et j’espere que vous me Rendrés service », la St Louis lui promis fidelité et quelle n’avait qu’a lui ouvrir son Coeur elle ferait tout ce qui serait en Son pouvoir pour lui Rendre service elle lui dit donc : « O mon Dieu quil y a ici un garçon qui me plaîts », « qui est il ? » Repondit la St Louis, « cest celui qui distribue le pain Beni dans l’Eglise ne pouriez Vous pas m’y faire parler car je l’aime tant que je ne saurais plus m’en Cacher », Et après un long antretien la confidante promis quelle me parlerait pour savoir mon dessein sur le mariage. Un jour que je venais de l’Eglise elle mapella « Louisot » (Setait mon nom de garçon125) « antrés donc j’ai afaire a vous » nous demeurions dans la derniere Maison a la droite en dessendant le Bourg et la St Louis demeurait dans une maison qui jouint la Boulangerie du Plat d’étaim vis a vis le Carrefour de Bouqué, elle me dit « o mon dieu quil y a une fille au couvent qui vous aime, oui vous lui plaisez tant quelle ne peu s’en taire », « hô » je dis « cela ce peu », puis elle me dit Laquelle sétait, quelle Etait a l’office du tour126, fille du pere Chapeau127 le premier Bouvier et le Conducteur du domaine des dames Religieuses128, quelle Etait pour heriter de deux oncles curés, de deux tantes et d’un autre oncle et quils Etoient tous Riches et que setait la meilleure famille de gens que l’on pûs connaître et que si je voulais me marier je n’avais qu’a lui en parler Elle Etait sur que je ne serais pas Refusé.

  • 129 * On retrouve dans cette formulation un écho de la répugnance envers le service d’autrui, déjà exp (...)

29[ms 22] Moi qui ne pensait point au mariage et qui ne voulait et qui ne voulait plus matacher a aucunes personnes du Sexe et Encore voyant que cettait une fille domestique129 je ne lui dit que des parole vague mais toutes fois Sans mepriser l’offre quelle me faisait ; après quelle m’en eut bien conté je la Remerciai poliment et m’en allai faire de l’Etamine.

  • 130 * Très savant chantre et très zélé pour enseigner le plain-chant : cette description des talents d (...)
  • 131 * Cette phrase énigmatique peut faire allusion à la possibilité pour le jeune homme de valoriser u (...)
  • 132 * Ce passage constitue un témoignage rarissime au sujet de la formation cantorale des chantres de (...)
  • 133 * Le pavillon du côté du cimetière : une partie de ce pavillon subsiste aujourd’hui. C’est celui q (...)
  • 134 * Une voix « forte » est attendue du bon chantre et la puissance vocale, marqueur de l’identité pa (...)
  • 135 * L’Amour ici utilisé comme substantif est un écho du vocabulaire des chansons (A. Fillon, Les Tro (...)
  • 136 La Grande Rochelle : ferme située à environ 2 km au nord du bourg.

30Dans ce tems la il y avait un chapelain au couvent qui Etait très Savant chantre et très zélé pour Enseigner le pleinchant130. Il me demanda un jour si je voulais me perfectionner sur le chant je lui dit quil avait bien de la bonté et que je serais bien aise d’achever d’aprendre le pleinchant quoi que cela ne pouvait me servir beaucoup, il me dit « faut toujours apprendre quand on est a même parce que l’on set bien ou l’on vive mais on ne sait point ou lon meurt131 ». J’allais donc toutes fêtes et dimanches avec deux autre hommes Fournier Et Pageot dans la chambre de Mr Guiard (Setait le nom du chapelain)132. Cette chambre Etait le pavillon du côté du cimetière133. Quand nous Etions la a chanter dans cette haute chambre on nous antendait de fort Loin134, souvent Nannon y venait sous pretexte d’y avoir a faire mais sétait pour me voir comme elle me la dit, mais moi je n’y faisais aucune attention, car je ne voulais aimer ni Nannon ni Marie ni Jeanne, jetais inflexible. J’avais trop eu de chagrain davoir aimé Catherine. Mais l’Amour qui a toutes les Ruses possibles et qui Enhardie les plus thimides amoureux et amoureuses135 fit que Anne Chapeau ne pû garder plus longtems la bienséance que les filles doivent avoir envers les garçons elle me fits demander par notre Confidente si je voulais lui faire le plaisir d’aller avec elle a la grande Rochelle136.

  • 137 * Nous sommes donc au tout début de décembre 1765.
  • 138 * Louis Simon dit cela pour badiner, car le mot amant signifiant « galant agréé », on ne peut en a (...)
  • 139 La pièce de Bouquet : le champ près du lavoir de Bouquet.
  • 140 * Ce lavoir est référencé dans une étude publiée en 2015 par deux Guides-habitantes des Amis de Lo (...)
  • 141 La Porcherie était une ferme proche du Couvent. * Il s’agissait d’un accès plus discret permettant (...)
  • 142 Faire l’amour : (à cette époque) faire la cour.
  • 143 Ruelle du lit : espace laissé entre le lit et le mur.

31[ms 23] Setait un Dimanche premier des avents après vêpres137 je dit que je le voulais bien, je me trouvai donc chez la St Louis le premier puis elle ariva aussitôt et vint auprès de moi je lui demandai si elle avait affaire a la grande Rochelle, elle me dit que oui, anssuite nous partîme et en allant je l’entretint de la pluie et du beautems, mais en Revenant je lui pris la main gauche et lui dit « vous avez donc trois amans puisque vous avez trois Bagues aux doigts138 », « non » dit elle « je n’en ait qu’un qui m’en a donné une, [les deux autres] je les ai heritées de ma mere » ; « hé bien » je lui dit « puisque vous avez une Bague de la part d’un garçon quand un autre vous parleré de mariage cela serait inutile », je disais cela loin de ma pensée mais je voulais voir ce quelle me dirait, elle me Repondit quil n’y avait Rien de fait quelle ne le defie bien et quil falait mieux se dedire que de ce detruire, quand nous fûmes arrivé a la piece de Bouqué139 je lui baisa les joue pour la premiere fois, mais elle me dit quelle allait me faire la conduite jusqua l’autre bout cesta dire au Lavoir de Bouqué140, pour lors nous nous quitâmes, elle s’en Retourna au couvent par la porte de derriere qui Regarde la porcherie141, elle n’avait pas fait vingt pas que je me tournai vers elle en lui tendant mon poing par derriere et lui disant tout bas « tu crois ma pauvre fille que je te fais l’amour142 mais tu te trompe bien+. Elle me fits dire par notre confidante huit jours apres de me trouver a huit heures du Soir chez elle quelle si trouverait j’y fut dés sept heures pour causer avec la St Louis, mais je ne fut pas citos Entré quune autre fille nommée Anne Micaux vint frapper a la porte je me cacha vite dans la Ruelle du Lit143, elle demanda sil nétait pas Entré la quelquun La St Louis lui dit que non elle s’en alla et Nannon arriva aussitos nous y fûme une demie heure puis je lui fits la conduite jusqu’a la porte du Couvent.

+ Ses paroles mont couté bien cher.

  • 144 L’inventaire dont parle Nannon Micaux correspond à sa part dans la succession de son père.
  • 145 * On croit, là encore, entendre presque mot pour mot les paroles d’une chanson du temps.
  • 146 * Ces grosses jambes peuvent correspondre à de l’œdème, parfois symptôme d’insuffisance cardiaque (...)
  • 147 * Hydropisie : « enflure causée en quelque partie du corps par les eaux qui se forment & qui s’épa (...)

32En m’en Revenant je trouvai Nannon [ms 24] Micaux sous la halle elle m’atendait en filant Sa quenouille je lui dit « que faite vous donc la ci tard ? », elle me dit « je file, venez donc aupres de moi voir si je file bien », je maprochai puis elle me dis « ma mere ma dit hier que je me marirais quand je voudrais pourvu que le garçon me conviendrait Et quelle avait les 300 L de mon inventaire144 prête a me donner », je pensais bien ce quelle desirait de moi cela n’etait pas malaisé a deviner, je lui dit « vous voila libre vous avez assez de merites pour choisir un bon mari d’Entre tous vos amans », elle Repondit quelle n’en avait que deux dont un quelle n’aimait guère et l’autre point du tout145, j’aimais un peu cette fille lâ mais mon pere a qui j’en avais parlé une fois en badinant me dit quelle Etait malseine parce quelle avait de trop grosse jambes146, je ne lui dis donc Rien qui pû la Contenter, elle Etait cependant jolie, aimable, avait de l’esprit et 200 L de Rente a la mort de sa mere, elle Se maria et ne fut que cinq ans en menage et mourut d’une hidropisie147.

  • 148 Comprendre : alors que je revenais de chanter, je rencontrai Nannon Chapeau…
  • 149 Tour : pièce(s) d’un monastère de religieuses cloîtrées, située(s) hors de la clôture et communiqu (...)
  • 150 Fouasse (fouace ou fouée) : galette de froment pétrie avec du lait et du beurre * Certains bordage (...)

33Le jour des Rois 1766 en Revenant de chanter148, Nannon Chapeau Etait dans un coridor dont il y avait une porte pour antrer de la dans sa chambre et une autre pour antrer dans la chambre du tour149, elle me fits signe d’aller a elle, j’y fut, elle me fits Entrer dans sa chambre puis elle me dit « je vous prie de Recevoir la moitié de ma fouasse que jai Reçue ce matin », faut observer qu’aux Rois tous les individus du couvent avoient chacun leur fouasse150. Je la Reçu avec plaisir et elle fit en Sorte de me faire Roi (L’année précédente la petite Catherine en avait fait autant). Le dimanche suivant elle me fits dire de me trouver chez la St Louis Comme l’autrefois j’y fut puis je lui fits la conduite je Comançai alors a Reflechir sur ces Entrevue mon Coeur comançait a S’atandrir je disais en moi même « je vais til Encorre aimer pour avoir du chagrain » mais cela ne servait de Rien elle me donnait des rendés vous chez la St Louis et [je] ne pouvais menpêcher d’y aller.

  • 151 * Nous sommes toujours dans l’hiver 1765-1766.
  • 152 * Les garçons du couvent : les valets employés aux travaux agricoles du couvent, qui est aussi une (...)
  • 153 * Un dîner de morue : la morue, régal de mi-carême, arrivait par bateau à Malicorne. Or le courrie (...)
  • 154 Saint-Mathias : le 24 février.
  • 155 * Je fus invité : on peut penser que si les domestiques du couvent invitent Louisot c’est pour ses (...)
  • 156 Certaines fermes « vendent à la guinguette », c’est-à-dire vendent du vin comme les cabarets. C’es (...)

34[ms 25] Le tems ce passait et l’hivert aussi151 nous nous voyons Rarement c’est a dire pas tant comme elle le désirait. Comme elle voyait que je ne m’aidais guère elle n’osait me faire tout paraître l’amour quelle avait pour moi, le jour de la Ribergere ou la mi Carême les garçons du couvent152 firent un grand diner en morue153 quils avoient achetée a la St Mathias154 et je fut invité155 nous fûmes a la Toûche parce qu’on y vendait a la guinguette156 cette pauvre fille vint nous y trouver sur le soir a cause de moi, en nous en Retournans il y eut un de mes amis qui me dis « va, tu fais grand dépit a François Bouruet » (Sétait le second Bouvier, le pere Chapeau ny vint pas) je lui dit donc « pourquoi dépit ? » « c’est que c’est le cousin germain de l’ancien galand a Nannon et je t’assure quil en dira quelques choses a son pere et quil ira a La Flèche le dire a son cousin car elle n’est venue ici à la Toûche qu’a cause de toi », Bouruet ne manqua pas, le dimanche suivant il fut a la Fleche et dit a Son cousin Patoy tout ce qui ce passait, il ne manqua pas de venir, il envoya chercher le pere Chapeau et furent a la ferme de la Segrêrie parce qu’on y vendait vin, ils envoyerent après cela chercher la fille, mais avant que d’y aller elle vint me trouver chez la St Louis ou je l’attendais comme il etait dit, « hé bien », je lui dit, « vous alles donc voir votre galand », elle me dit « je n’en ai point d’autres que vous si vous voulez », je devint tout niais ne m’attendans pas dans une telle Reponce. Cependant je commençais a 1’aimer et une parole aussi touchante, dite par la plus belle fille quil y eut dans le pays acheva de m’attendrir le coeur, je lui dit que si elle m’aimait autant comme je l’aimais elle irait tout a lheure Rendre sa Bague, elle me dit « je le veut bien mais je voudrais aussi une assurance », je lui dit : « debarassée vous d’avec votre Patoy et puis je vous donnerai des gages de mon amitié » « hé » me dit elle « venez avec moi » mais je ne voulu pas allé [ms 26] alors Elle me quitta toutes triste et fut a la Segrêrie ou etait son pere et Son galand nommé Pierre Patoy.

  • 157 * Aller en ferme : prendre un bordage à bail, devenir fermier.
  • 158 * Leur monter : monter leur ménage. La condition de domestique est transitoire, le temps de réunir (...)
  • 159 * Pierre Patoy ne possédait pour tout bien que le pécule amassé pendant qu’il était domestique. Vu (...)

35Elle l’avait aimé parce quelle avait eu une maladie Etant a servir Ensemble chez un cousin d’elle et quil en avait eut de grand soins et quand elle fut guerie il la demanda en mariage elle lui promis a cause quelle pensait lui Etre Redevable des peines quil avait eue pour elle, il lui donna donc une Bague elle avait alors 19 ans puis il parla a Son pere qui fut tout de suite d’accord parce qui lui payet du vin et lui promettet quil yrait demeurer avec eux sitos quil iroient en ferme157 mais falait gagner de l’argent avant pour leur monter158 parce que la fille n’avait Rien et le pere ne pouvait Rien donner. Il parait que ce garçon navait que se quil avait gagné au Service159, il avait 35 ans lorsquelle vint demeurer au couvent et elle en avait 24 elle le trouvait trop vieux elle m’aimait mieux a cause que jétais de son âge elle Etait née le 2 mars 1741 et moi le 14 du même mois et même année elle avait donc 9 jours plus que moi elle disait quelle navait jamais aimé Patoy que par Reconnaissance des services quil lui avait Rendus et non pas pour lépouser et que sétait son pere quil la contraignait et elle n’osait lui désobéir.

  • 160 * Revenons à la Ségrairie : la formule évoque le style du conteur de tradition orale qui ramène se (...)
  • 161 * La visite de Louisot à son grand-père est intéressée : elle lui permet de passer la fin de journ (...)
  • 162 Les chansons nouvelles disent « La peine perce nos cœurs » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit. (...)

36Revenons a la Segrêrie160. Elle fut donc depuis midi jusqu’au soir avec Son pere et Son galand sans jamais oser Rendre sa bague, et le Soir vers le soleil couchant je fut chez mon grandpere qui demeurait dans la maison qui est devant la halle161 et il y avait un Banc a côté de sa porte ou jetais assis lorsque Nannon vint a passer je larrêtai elle vint a côté de moi je lui demandai si elle avait rendu sa Bague, elle me dit que non et quelle n’en avait pas eut la force attendu que son pere « aimet tant Patoy quil voudret déja que nous serions mariés pour venir demeurer avec nous » en disans cella elle pleurait ; « hé bien » je lui dit « faut vous marier avec lui, puisque vous n’avez pas Rendu votre Bague cest Signe que vous ne m’aimez pas, pour moi on m’aurait plutos percé le coeur avec un couteau162 que de m’avoir fait changer de ce que je vous ai dit ce matin, mais puisque vous n’éte pas Sincere adieu point de chagrain jamais je ne veux vous parler », elle voulu m’arêter mais je m’en allai.

  • 163 * Nous remettre : nous réconcilier.
  • 164 Faire des ouvrages à la broche : tricoter.
  • 165 * On peut penser que Louis Simon réécrit quelque peu ici le long discours qu’il prête à son père. (...)

37[ms 27] Quand La St Louis sû que jetais fachés elle fis ce quelle pû pour nous Remettre163, dès Le Landemain elle me dit quelle avait vû Nannon et quelle me faisait bien des Complimens, je lui dit que je la Remierciais bien mais puisquelle aimait Encorre son ancien galand elle pouvait bien se marier avec lui que je serais faché d’en Empêcher parce que je ne voulais pas me marier Citos. Anfin notre confidente fits tant quelle nous Raprocha l’un de l’autre par une antrevûe chez elle, moi qui l’aimait déja trop pour Etre privé de sa compagnie je fut au randé vous chez la Saint Louis, lâ elle me fits toutes les Excuses possibles disant que Son pere ne lui parlait que de Patoy et quil lui disait quil ne voulait pas quelle en Epouse d’autre que lui, quoi quelle lui dit quelle ne l’aimait plus parce quil Etait trop viel pour elle, cependant elle me dit quil falait que mon pere en parla a son pere que sétait la moindre chose je dit que je voulais bien que mon pere en parla au sien mais quil Etait toujours tems. Comme nous nous Rencontrions souvent et que la St Louis faisait tout ce quelle pouvet pour nous Réunir comme elle desirait je promis donc que jen parlerais a mon pere afin quil en parla au pere Chapeau, ce que mon pere voulu bien Car la fille lui plaisait bien pour la persone mais il me dit : « faut auparavant s’informer de ces gens la nous ne connaissons point la famille ni leur Reputation ni leur moyens tu peut bien croire que je ne te laiserai pas prendre une femme de rien ou sans une bonne Reputation et encorre faut savoir si la fille est honnête et si elle a des talans Et [ms 28] principalement si elle est Econôme, menagere aimant La propreté, si elle sait coudre, filer ou faire des ouvrages a La Broche164, si elle est laborieuse si elle a dela Religion et comment elle a passé Son tems jusqu’a présent car il ny a pas un an quelle est en cette paroisse par consequent on ne la connaît pas assez Et tu sais que le proverbe dit quil faut connaître avant que daimer165. »

  • 166 * C’est cet oncle Ory qui est propriétaire du livre sur lequel Louis Simon écrira ses souvenirs.
  • 167 * Aller boire bouteille ensemble : formule qui perdure aujourd’hui sous la forme « aller boire un (...)
  • 168 Il y avait eu dans la région plusieurs épidémies de peste bovine.
  • 169 * Aller servir : entrer au service de quelqu’un.
  • 170 Louis Simon écrit indifféremment Mercier ou Lemercier. Bonne Fontaine était une grande ferme dépen (...)

38Comme ma bonne amie mavait dit quelle avait un grand Oncle a La Fleche nommé Mr Ory qui Etait marchand d’Eau de vie et distilateur166 je fut le voir et linvitai d’aller boire Bouteille Ensemble167 ce quil accepta je lui demandai sil connaissait le pere Chapeau de La Fontaine St Martin, il me dit que oui et que sétait Son neveu parce quil avait Epousé la fille de Sa Sœur qui Etait mariée a un Bruneau fermier de la Durandiere, il me dit « il a aussi deux de ces Enfants avec lui chez vous une fille et un garçon n’aimeriez vous point cette fille ? »+ mais je lui dit « Monsieur elle est assez aimable pour être aimée de moi et de dautre » il me Repondit « vous avez Raison car c’est une personne qui a beaucoup de merite ce n’est pas a cause que c’est ma petite niece mais elle n’a jamais fait dire de mal de Sa conduite au contraire on ne m’a dit que du bien, elle a Eté Recherchée en mariage de plusieurs bons garçons mais elle s’est attachée a un que toutes la famille n’aime point Excepté Le père. Cependant je Crois que la fille ne l’aime pas tant comme elle a fait, quoi qu’il Soit plus riche quelle car son pere ne peu Rien lui donner, cest la seule Branche de notre famille qui soit pauvre il a une fois tout perdu son Bestial a Cornes de la peste168, nous les Remontâmes dans une autre ferme Ces freres et moi mais ils devinrent encorre a Rien de sorte que la mere fut dans une chambre avec trois petits Enfants et le pere fut obligé d’aller servir169 et la fille qui est chez vous a Eté elevée par une de mes niece qui Etait mariée a un Mercier demeurant a Bonne Fontaine170 en la paroisse de St Germain de Vilaine ».

  • 171 Le galand est celui qui courtise, l’amant est, en principe, un galant agréé. Dans la seconde moiti (...)

+ Il Savait déjà quelle avait un galant ou amand a La Fontaine171.

  • 172 * On remarque ici la complexité recherchée de la formulation.
  • 173 Dîner : déjeuner de midi.
  • 174 * Ici, le mémorialiste semble avouer qu’il avait quelque peu brodé sur la réalité pour rassurer so (...)

39[ms 29] « Monsieur » je lui dit « je ne suis pas venu pour minformer de la fortune de Mademoiselle votre niece mais pour vous prier d’avoir pour agréable que j’entre dans votre famille et de m’honorer de votre protection172 ». Il me Repondit que je lui Faisais bien de lhonneur mais que Son pere Etant vivant il n’avait aucune autorité sur elle, et quelle avait des oncles et des tentes de qui elle devait heriter que je ferais bien d’aller les voir ; je lui dit que sétait bien mon dessein mais quil fallait commencer par le plus ancien (il avait 83 ans) ansuitte il me demanda quel Etait mon état, lui ayant tout dit ce que jétais il m’invita d’aller diner173 avec lui mais je le Remerciai disant que jétais invité ailleurs et quil m’attendoient, comme je nétais pas allé a La Fleche pour faire de grande anquêtes mais plutos pour Satisfaire mon pere je m’en Retournai et dit a mon pere tout le bien que je pû immaginer174 de la fille afin de l’angager a me permettre de l’épouser puis je le priai d’en parler au pere Chapeau ce quil fit le dimanche suivant. Pendant que les deux pere Etoient a boire Bouteille Ensemble avec mon Oncle François Soyer Sindic de la paroisse, nous fûme ma bonne amie et moi chez notre confidente puis nous Etant separé je fut les trouver, le pere Chapeau nous marqua bien de l’amitié et nous dit des paroles bien Satisfaisantes a la demande que mon pere lui fits puis ont ce quitta bien joyeux.

  • 175 * Dès le lendemain de l’entrevue des deux pères, la relation des deux jeunes gens a donc changé de (...)
  • 176 * Près d’un demi-siècle plus tard, Louis Simon a gardé mémoire précise de la liste de ses achats, (...)
  • 177 * Diamant cristal : verre taillé à la façon d’un diamant.
  • 178 * Casaquin : corsage à basques, plus ou moins longues.
  • 179 * Toile de picot à fleurs : piqué de coton imprimé (ici de fleurs, motif fréquent).
  • 180 * Siamoise : mot dérivé de Siam (aujourd’hui la Thaïlande), et désignant initialement les somptueu (...)

40Le Landemain je dit a ma mere que javais Envie de faire un present a ma bonne amie elle me dit que je ferais bien175, je fut a La Fleche acheter les choses ci aprés176 Savoir : une Bague d’argent, une perre de Boucle de Souliers en cuivre argenté montée de diament cristal177, un Mouchoir de cou en mouceline, un casaquin178 de toille de picot a fleurs179, une juppe de ciamoise180 a grande et petite Rayure tout cela etait trés distingué dans le tems Etant tout dans le nouveau goût.

  • 181 * Nannon ouvre chaque matin l’abbatiale, mais les rendez-vous des deux amoureux n’ont lieu que le (...)
  • 182 * Sonner d’un grand matin l’angelus : les cloches invitent à la prière du matin par trois séries d (...)
  • 183 * Malgré la formulation qui semble installer le récit sur une longue durée, seul l’été 1766 a vu c (...)
  • 184 * À la formule rituelle (« en gage », « en foi », « en considération de mariage »), Louis Simon aj (...)
  • 185 Les femmes de tisserands passaient les fils de trame pour avancer le travail de leurs maris, car c (...)
  • 186 * Comprendre : où il faut acheter toute sa nourriture à l’extérieur. Un artisan de village dispose (...)

41[ms 30] Nous avions un Rendévous dans le cimetière parce quelle allait tous les matin181 ouvrir la porte de l’Eglise du couvent et moi j’alais Sonner l’ouverture de l’Eglise paroissialle et tous les Dimanches je ne manquais pas de Sonner d’un grand matin l’angélus182 puis je courais dans le cimetière et elle qui ne manquait pas de si trouver la première. Ces Entrevues ce faisoient pendent que les Religieuses dormoient et en Eté car en hivert cela ne pouvait pas avoir lieu183. Après avoir Reflechi sur mon present je dis en moi même « il ne faut pas que je donne tout a la fois », je dit a ma mere que j’avais Envie de ne donner que la Bague pour voir comment elle la Recevrait ayant Encorre celle de Patoy, ma mere me dit que je ferais bien, le Dimanche suivant je fut donc la trouver dans le cimetière et aprés les Embrassement les plus tendres je lui offrit ma Bague et lui dit que je la lui donnait en foi de mariage et pour lui prouver la sincerité de mon amitié184, elle la Reçu avec beaucoup de joie et les Embrassement Recommancent avec plus de tendresse, elle me dit quelle allait parler a Son pere pour se debarasser d’avec Patoy, mais helas pauvre fille elle ne Savait pas avoir un pere antêté qui ne voulait travailler que pour lui en marians Sa fille. Elle lui dis donc quelle n’Epouserait jamais Patoy et que setait moi quelle voulait pour Epoux que je lui Convenais en toutes manieres et que lautre ne lui Convenait point quelle l’avait aimé mais quelle ne laimait plus et quil fallait quil eu la Bonté d’aller lui Rendre sa Bague, « aller lui Rendre Sa Bague » lui Repondit le papa « je prétand que tu la garderas et que tu l’Epouseras, il te conviens et a moi aussi par Son Etat parce quil a le moyen de ce monter dans une ferme et j’irai demeurer avec vous, il me la dit et moi je m’y attent, quest ce que tu veut faire en prenant un tisserand ? veut tu faire des trames185 ? tu seras toujours malade parce que tu n’est pas dans lhabitude d’être attachée a un Rouet, ne seras tu pas mieux d’être un Bonne fermiere et de m’avoir auprès de toi, que d’être dans une chambre ou Faut tout acheter186 ? et moi je ne pourrai pas aller demeurer avec vous ».

  • 187 * Cette superbe déclaration de rébellion d’une fille face à son père met à mal les idées reçues qu (...)

42[ms 31] La pauvre fille qui ne s’attendait pas d’Etre Brusquée de la Sorte lui dit « je suis bien surprise de la maniere que vous me parlés car je croiais que vous aimiés Louisot » il dit « je ne le hait pas, si javais deux fille je lui en donnerais une mais puisque je n’en ait qu’une et quelle est accordée a un autre je serais de mauvaise fois si je manquais a ma promesse », la fille lui Repondit « il faut mieux Se dedire que de ce detruire et je vous dit que j’aime mieux ne me marier jamais que d’Epouser Patoy parce que je ne laime plus pour le mariage et même je ne lai jamais autant aimé comme j’aime Louisot et dailleurs vous ni serez pas pour moi187 ». En même tems elle quitta son pere les Larmes aux yeux. Le même dimanche au soir elle me conta tout cela et moi je la Rassura en lui disant que sa bague ne signifiet Rien puisque elle l’avait prise Sans son pere elle pouvait aussi la Rendre sans lui et le Dimanche suivant qui Etait le jour de la Pentecôte je lui fit present des autres Effets que jai dit ci dessus lesquels elle Reçu de bon coeur et me dit « faut que je vous aime bien car je n’ai jamais Rien voulu prendre daucun garçon quoique j’en aye eté bien priée mais je ne peu Rien Refuser de vous ».

  • 188 Le chapelain était l’aumônier des religieuses et le procureur était leur homme d’affaires.
  • 189 * Apprendre un état : apprendre un métier. Aux yeux de l’aumônier et du procureur, il aurait été l (...)
  • 190 * Au Mans pour être chanoine : le chapelain des bénédictines de La Fontaine avait obtenu un canoni (...)

43Comme elle Etait amie avec le chapelain et le procureur des Religieuses188 car il la faisoient manger a leur table en lui disant quil ne la Regardait pas comme domestique et que sétait les malheurs arivés a son pere et sa mere qui l’avoient Reduite a la servitude quelle Etait d’une Famille Respectable et quil Etait étonnant comment les prêtres de Malicorne le curé et le vicaire qui etoient ces oncles n’en avoient pas pris soin en lui faisant apprendre un Etat189, Enfin il lui conseillerent de Renvoyer la Bague a Patoy dans une lettre en lui marquant quelle ne voulait plus se marier et quelle etait attachée au service des Religieuses et quelle Resterait dans le couvent toutes sa vie et quil ne devait plus s’atendre en elle. La Lettre fut faite par Mr Dumur procureur car Mr Guiard laumonier [ms 32] s’en alla ses jours la au Mans pour Etre Chanoine190.

  • 191 * Le 22 juin 1766, autre date précisément inscrite dans la mémoire du vieil homme.
  • 192 Bon homme (bonhomme) : homme du peuple, paysan, et d’âge mur (Trésor du parler cénoman, p. 75).
  • 193 * Si Louis Simon se sent obligé d’ajouter cette précision c’est sans doute qu’au moment où il écri (...)
  • 194 * Les deux structures cultuelles du village ont fixé l’horaire de leur messe dominicale de manière (...)

44La lettre fut portée a La Fleche par le sieur Fleur qui Etait l’aprovisionneur du couvent, setait le mercredi et le Dimanche suivant le gas ne manqua pas de venir d’un grand matin qui Etait le vingt deux juin191, mais quand un malheur doit ariver tout y contribue, le pere Chapeau allant a La Fleche ce jour là Rencontra le galant avec le Nommé Roinnard son parent et lui dirent que sa fille avait Envoyé un lettre de telle maniere et que la Bague quelle avait Reçue en foi de mariage Etait dedans et quil Etait bien surpris d’un tel changement. La fille avait bien dit a son pere « si vous voyez Patoy dite lui quil se tienne tranquille parce que je ne l’Epouserai jamais » mais elle ne lui avait pas dit quelle avait Ecrit, quand le bon homme192 le sû il Entra en Colere et dit au galand « allés trouver ma fille dite lui de ma part que je pretend quelle vous Epouse, faite la venir a la Segrêrie (setait un cabaret193) j’irai vous y trouver a mon arivée et soyez sûre que je vais vous mettre par accord aujourdhui et que je ne serai pas longtems a mon voyage ». Le gas ne manqua pas d’aller a la Segrêrie et d’envoyer chercher la fille mais ils eurent beau dire quil venoient de la part de son pere elle ni fut point. Ce dimanche la Celui qui servait la messe ordinairement me pria d’aller la servir en sa place+ parce quil avait un voyage a faire et comme on disait la messe le matin a la paroisse on la disait au couvent a neuf heures194. Je fut donc servir la messe au couvent comme je lavais promis, je fut au tour (cest a dire la maison ou les garçons prenoient leur Repos) pour y prendre des Effets qui me falloit pour la messe, Nannon me dit « vous ne savez pas ; ce diable de gas est venu il ma Envoyé chercher » je ne dit Rien je pensais en moi même « nous allons voir quelques choses aujourd’huy », apres la messe le gas ne manqua pas daller la saluer a la porte de leglise mais il ne pû l’ammener et il n’osa aller au tour mais elle fut dans le Bourg Faire une commission il la pria ancore d’aller avec lui il fut Encorre Refusé il s’en fut donc a la Segrêrie bien faché de n’avoir pas Nannon avec lui.

+ parce que la messe du couvent n’etait point servie par le Sacriste de la paroisse.

  • 195 * Louis Simon suggère ici qu’il existe une alliance spontanée entre les travailleurs de la terre, (...)
  • 196 La femme Salmon, c’est Louise Renoult, qui a épousé six mois plus tôt Guillaume Salmon, un marchan (...)
  • 197 La « vieille femme pensionnaire du couvent » était une de ces dames nobles, généralement parentes (...)
  • 198 * Les quatre hommes qui escortent Nannon sont : Pierre Patoy le promis éconduit, « Roinnard son pa (...)

45[ms 33] Lefermier de la Segrêrie qui Etait aussi le Cabarettier pris le parti de Patoy, Comme Etant de même profession195 il lui dit « il y a une personne dans le Bourg qui est amie de Nannon faut la prier d’aller la chercher je suis sûre quelle la gagnera » cettait une femme Salmon196 elle y fût, dabor Nannon Rejetta brusquement ces demandes, mais une vieille femme qui Etait pensionnaire du couvent197 lui dit quelle ferait bien d’aller parler a ce garçon et lui dire net ce quelle penset sans le faire tant attendre, ô le mauvais conseil qui fut la cause d’un grand malheur, car la pauvre Nannon la crû Et fût a la Segrêrie avec une grande fermeté de congedier le galand, mais quand le gas la vit il la serra auprés de lui, il avait ces deux cousins avec lui et le fils du fermier ils plaidoient tous quatre la même cause contre la fille pour quelle Repris sa Bague mais se fut inutilement, mais comme ils lui disoient toujours que son pere Etait faché de cela elle leur dit « ébien allons a la Rencontre de mon pere je vais lui parler devant vous » ils en convinrent tous ils partirent donc quatre homme et une fille vers quatre heures du soir et furent du coté de La Fleche198.

  • 199 * Le chapelain Guiard, « parti au Mans pour être chanoine », n’a donc pas été immédiatement rempla (...)
  • 200 * Saint-Jean-de-la-Motte est un village situé au nord-est de La Fontaine, à 6,5 km du couvent, soi (...)
  • 201 * La messe du couvent aurait donc duré moins d’une heure, si du moins l’on se fie au récit rédigé (...)
  • 202 * Louis Simon répète mot pour mot cet adage déjà écrit à la page immédiatement précédente. Sans do (...)
  • 203 * Faisait l’amour : en principe faisait la cour. En réalité, Louise Soyer est alors enceinte de tr (...)
  • 204 * Sans doute à l’auberge du Croissant, la mieux placée pour servir de poste d’observation au cœur (...)
  • 205 « Une chambre » ne signifie pas une « chambre à coucher », mais une des pièces, différentes de la (...)
  • 206 Au droit de : en face de. Louis Simon avait appelé Le Soleil l’auberge qu’il avait bâtie.
  • 207 * Aller après : hâter le pas à la suite de, poursuivre, pourchasser.
  • 208 Étrenner : porter pour la première fois.
  • 209 * Nous allions chantant : même si la phrase suivante présente cela comme un élément de la stratégi (...)

46Comme les Religieuses n’avoient point d’aumonier depuis quelques tems199 M. Lebled vicaire de St Jean la Motte200 venait leur dire la messe les Dimanches et sen allait diner chez lui, ce jour la il avait un paquet a Emporter je m’offrit de lui porter pour me tirer du Bourg pour laisser agir la belle librement, nous partimes vers dix heures201 Et j’abandonnai ma bonne amie a sa volonté dont je me suis bien Repenti car si j’avais Resté elle ne serait pas allée a la Segrêrie, mais quand un malheur doit arriver tout y contribue202. Chemin Faisant le prêtre et moi nous trouvame Coubard domestique de mon oncle Soyer meunier a La Rochelle lequel faisait l’amour203 a ma cousine Soyer et qui me marquet bien de l’amitié, j’eu le malheur de le prier de venir avec nous a St Jean se quil fits nous y dinâme puis nous partime et nous arivame a la Fontaine a lissue des vêpres nous fûmes boire Bouteille vis a vis la halle204 avec Fleur dont jai parlé. Et comme je voiais en aller de vêpres les filles domestiques du couvent je dits « je ne vois point Nannon ou est elle donc ? » « a dame » me dit Fleur « elle est avec son galand », je dits « ou sont il dont ? », « je n’en sais Rien » dit il, Coubard dit « ils sont peut Etre a la Segrêrie [ms 34] nous devriont y aller » mais je dit « non » « hé bien » dit Coubard « je vais y aller seul », il parti et fut les trouver dans une chambre a part205, il lui dirent de ce Retirer quil n’avoient pas besoin de lui ; il Revint aussitot nous Retrouver et nous dit « faut aller les trouver » mais Fleur et moi ne voulume pas, nous Restâmes Encorre quelques temps a boire puis nous sortimes de l’auberge, Coubard me dit « faut pourtant que nous allions les voir a la Segrêrie », « non je n’y irai pas » je lui Repondi, « mais tu est dont un lâche a tu peur ? », puis me prenant par mon habit « tu viendras » me dit il « faut que nous voyons ses gas la » anfin il m’y traina dont malgré moi. En arrivant nous fimes venir du vin puis Coubard ouvri la porte de la chambre mais il n’y avait plus Rien, je demandai a la Benardeau qui Etait La fermiere, ou Etait Nannon elle me Repondi quelle avait sorti avec les autres et quelle ne savait pas ou ils Etoient, je fut voir dans le jardin rien, dans la cour rien, je fut du coté de la grande Route Encorre rien, anfin je fut dans la grande Route et toujours rien, alors je vît Coubard qui venet après moi je l’atendi au droit ou j’ai bâtit depuis le Soleil206, il me fit Remarquer plusieurs personnes très Eloignées de nous et me dit « ces peut Être la ceux que nous cherchons allons après207, je vois un homme venir il les a Rencontrés nous allons lui demander qui sont ces gens là », il nous dit que setait quatre homme et une fille qui Etait habillée de telle façon, setait justement lhabillement que je lui avais donné car elle l’Etrennait208 ce jour la, je dit en moi même « surrement quelle leur fait la conduite elle nira plus guère loin allons après si nous les joignons elle les quittera citos quelle me verra ». Nous allions chantant209 parce que je dit « faut faire du bruit elle va me voir en Regardant derriere elle et elle leur dira adieu » mais mon Espérance fut bien trompée Comme vous allés voir aprés on dit bien que Esperance n’est que vent.

  • 210 * Aller plus fort : marcher d’un meilleur pas, avancer plus vite.

47Comme nous allions plus fort qu’eux210 nous les Ratrapions peu a peu je dit a Coubard « ne marchons pas si fort parce que je ne veux pas les joindre », mais l’un d’eux nommé Bouruet eu des besoins de s’arrêter dans un fossé cela fut cause que nous le joignime quand nous fumes près de lui il nous demanda ou nous allions, nous lui dimes quil n’en avait pas afaire et que nous ne lui demandions pas ou il allait, aussitos il nous pris tous deux au Colet mais setait trop de tenir un homme de chaque main je me tirai d’Entre ces griffes puis je pris une pierre qui Etait a mes pieds je voulu l’en frapper sur le visage par deux fois mais je ne pû l’ateindre parce quil se cachet derriere Coubard quand je portais le coup de maniere que je jetai la pierre sans lui faire de mal.

  • 211 Avenages : terres autrefois réservées à la culture de l’avoine, du nom d’une ancienne redevance pa (...)
  • 212 La borne carrée est encore visible à cet endroit * (en 1996).

48[ms 35] Les autres Etoient au moins 300 pas en avant du coté de La Flèche au haut des avenages211 a l’androit ou est a present une Borne carrée212, ils nous Regardoient faire notre jeu sans venir a nous, mais Bouruet qui voyet nêtre pas fort assés pour nous arrêter appella Patoy a son aide aussitos il partit tout furieux. Moi j’apellai Nannon mais elle resta immobile et ne d’aigna pas faire un pas pour me secourir « ô dieu » je dit en moi même « ce matin elle ma dit en me serrant Entre ses brads quelle ne pouvait plus vivre sans moi je ne peu croire ce que je vois ». Cependant le gas venait d’une telle force quil fut bientôt a moi et en arrivant au lieu d’aller separer les deux autres il voulu me frapper avec son baton mais je Reculai n’ayant Rien pour me defendre il avança toujours son bâton levé je fut obligé de fuir en courant, il courut aprés moi mais il vît bien quil ne lui Etait pas possible de me joindre il sarrêta en me menassant avec des jurement Epouvantable, puis fut au deux autres qui se tenoient sans pouvoir se terrasser ni l’un ni lautre, mais en arrivant a eux il dechargeat un si Rude coup de son Baton sur la tête a Coubard que le sang en sorti en grande quantité, il voulait Recidiver mais Bouruet en empêcha disant que ce n’etait pas celui la quil faloit fraper, ils le lâcherent dont et se separerent en lui disant quil me trouveraient une autrefois et Retournerent trouver Nannon et les deux autres j’attendais Coubard au milieu de la Route et je vit Nannon qui se Rachemina avec sa compagnie alors je crus quelle sen allait a La Fleche car je netais prevenu de rien.

  • 213 * On peut penser que ces « romans d’amoureux » ne provenaient pas des étagères du curé… Il s’agiss (...)
  • 214 * Le paragraphe commencé sur un mode lyrique et exalté se clôt sur des considérations plus trivial (...)

49Peut on voir un amand plus malheureux que moi ? je me flatais quelle allait tout quitter pour venir a moi et au contraire elle m’abandonna a la fureur de mon Rival qui m’aurait ôté la vie sil avait pû me prendre, il Etait honteux pour moi de fuir mais n’ayant Rien pour me defandre d’un homme qui Etait plus fort que moi et qui Etait armé d’un gros Baton il Etait plus prudent pour moi dabandonner le champ de Bataille, de plus me voyant abandonné de ma bonne amie je crus que tout Etait perdu pour moi, je ne saurais peindre ici la desolation ou Etait ma pauvre ame afligée de tant de malheurs, je ne savais si je devais m’en Retourner ou aller après celle a qui j’avais donné mon Coeur, mais quoi aprés elle ? elle Etait Escortée par quatre hommes qui Etaient mes ennemis, je la Regardais donc qui me tournait le dos et qui seloignait peu a peu de moi, j’ai bien lus des Romans d’amoureux mais je n’en ait point trouvé avec une aussi amere avanture213, je me voyais chassé a coups de bâton dauprés de celle que j’aimais le plus au monde, je me voyais méprisé par celle que je croyais qui n’aimait que moi, je voyais mes ennemis triomphants Emmener ce que javais de plus cher au monde, je voyais des hardes sur la fille qui Etoient a moi et dont elle se faisoit honneur de porter pour se parer214.

  • 215 Chapelle : chance. * Coubard se moque de l’éploré avec une ironie grinçante.

50[ms 36] Je voyais ma bonne amie me trahir comme un Judas, m’abandonner me mepriser, se Rire de mon triste sort, ne me donner aucun signe d’amitié, ferme comme un Rocher elle me Regardait dans l’ambara sans en Etre attendrie, elle ne faisait pas un pas pour venir me consoler au contraire elle s’en allait en joie avec mon adversaire et moi je Restais a gémir avec mon pauvre compagnon soufrant, a qui je dit « voila donc ma maitresse perdue car voila le diable qui L’emmene et je ne sai pas ou ils vont », il me dit « fie toi donc encorre dans ta chapelle215 voit tu comme elle t’aime », « ô » je die « je ne la connais plus ou sont donc les promesses et les amitiés quelles ma faites ce matin ou est donc la bonne foi ? », je dit à Coubard « je ne pleurerai pourtant pas pour la perte d’une fille il en est assez d’autres mais si je suis Encorre envie je ne doit pas lui en savoir de gré car elle a paru bien insensible a ma peine il ne dependet que d’elle d’arrèter le gas Patoy mais adieu n’en parlons plus » je disais cela pour Braver mon chagrin.

  • 216 * Louis Simon a donc raccompagné jusque chez lui le domestique du meunier de La Rochelle.
  • 217 * L’assemblée : la fête patronale, occasion de danse et de rencontres entre les jeunes des village (...)

51Cependant Coubard seignait toujours nous fûmes a un fossé laver sa plays avec de l’eau et le sang s’arrêta nous fûmes a La Rochelle216 on pila de la Resine on en mis dans la playe et fut bientôt guerit, le mardi il fut a lassemblée a St Jean217 il n’y paraisset plus.

  • 218 * Cette haute chambre où se réfugie le jeune homme pour se consoler avec son violon existe toujour (...)
  • 219 * Je le mettais d’accord : j’accordais mon violon (avant de commencer à en jouer).

52Je m’en Retournai le soir je conptai ma belle afaire a ma mere, elle ne me dit pas grande chose de cela, puis je montai dans la haute chambre218 pour jouer du violon ; comme je le metais d’accord219 j’antandis une Femme qui dit « est ce la avec quoi vous payés vos dettes ? » je Regardai dans la Rue sétait Bouruet qui avait pris une trique pour se defendre de nous simaginans que nous latendions quelques part pour le Batre parce quil avait fait entendre que setet nous qui l’avions attaqué, le pere Chapeau sa fille et le fils du fermier de la Segrêrie y Etaient aussi ils passerent tous devant notre porte sans Rien dire.

  • 220 Quérir : chercher.
  • 221 * Gas (gars) : terme familier pour désigner un garçon. Louis Simon utilise aussi le terme de « gar (...)
  • 222 * Il faisait encore brun : il faisait sombre, le soleil ne s’était pas encore levé. La scène se pa (...)

53Le landemain lundi je m’atendais que Nannon parlerait de cela a notre Confidente pour m’en dire quelques choses et rien ; je pensais « je la voirai demain jour de la fête de St Jean je voirai quelle mine elle fera » mais je fut bien trompé. Je n’étais pas encorre au bout de mes aflictions le dieu des amours ne m’avait pas Encorre assez Eprouvé, mon pere se leva ce jour la d’un grand matin pour aller querir220 un habit a Oyzé chez son tailleur, comme il sortait dans la Rue il rancontra Nannon avec Bouruet qui alloient a La Fleche, il Rentra et me dit « voila ta maitresse qui sen va du Coté de La Fleche avec le gas221 Bouruet », alors je me leve je Fut dans le chemin mais ils Etaient deja bien loin et je Reconnu que sétait elle a la piste de ces souliers car mon pere n’en Etait pas bien sure parce quil faisait encorre brun222, jamais je n’ai Eté si deconcerté je ne savais que faire de moi.

  • 223 * Une croix : une épreuve (cf. l’expression encore usitée « chacun sa croix »).

54Ma mere me dit « cest une croix223 [ms 37] que dieu t’envoye mon fils il ne faut pas te decourager tu serais trop heureux si tu n’en avais point j’en ait eu de plus grande que celle la », je lui dit « ma mere chacun sens Son mal mais puisquelle me fait une pareille sotise je part et je vais voir mademoiselle Jamin a Cerans il y a assez longtemp que son cousin Turpin m’en parle il semble quelle est d’accord avec lui ont dit quelle est jolie et Riche, je ferai bien mieux que de mattendre en celle la qui n’a Rien et qui est inconstante », « non mon fils faut attendre a voir comment les choses ce tourneront », je lui obéit.

  • 224 * C’était un jour de fête : ce mardi de Saint-Jean est chômé, Louisot sert et chante la messe paro (...)
  • 225 Batterie : bagarre, rixe, échauffourée.
  • 226 * Château-Sénéchal : hameau situé à 6 km et demi au sud-ouest de La Fontaine en direction de Clerm (...)
  • 227 * On se souvient que le dimanche matin, 22 juin, le père Chapeau était parti pour La Flèche et ava (...)
  • 228 Angevine : Notre-Dame l’Angevine, fête de la Nativité de la Vierge le 8 septembre, très en honneur (...)
  • 229 * Prendre une ferme : prendre une ferme à bail, en location, donc s’installer comme métayer (closi (...)
  • 230 * La motivation exacte du voyage de Nannon à La Flèche reste à ce stade un peu obscure : pourquoi (...)

55Comme setait un jour de fête224 je parlai au garcon de la Segrêrie a lissue de la messe il me dit que la fille avet bien pleuré et Etait bien fachée de ce que nous Etions allés apres Eux antreprendre une Baterie225 car Bouruet leur dits que setait nous qui l’avions attaqué parce quil ne l’avoient point vû nous mettre la main au collet, il jura quil me Batret ou il ne pourait m’atrapper il dit que jetais bien traitre quil n’aurait pas crus cela de moi et d’autre Raisons quil ne valaient pas mieux afin de me Rendre Ridicule auprés de la fille, ils les Entretins de choses pareille le long de la Route jusqu’au Chateau Sénéchal226 ou il trouverent le pere227 a qui ils ne manquerent pas de tout conter lhistoire et en adjouterent plus que moins enfin pour aller au plus court le pere fits Reprendre la Bague a sa fille, appella Patoy son gendre puis décidèrent de se marier a l’Angevine228, Patoy dit quil allait prendre une ferme229 pour la Toussaints ; toutes les conventions Etant prise ils se Separerent et la fille promis a Patoy quelle irait a La Fleche le jour de St Jean pour voir une tente et Elle ne manqua pas dy aller comme jai dit cidessus230, et moi je Restai a la maison tout le jour bien triste et bien afligé ne sachant quel parti prandre pour me faire oublier mes malheurs.

  • 231 * La jeune fille a donc dormi dans sa famille à La Flèche, et le lendemain mercredi au marché de l (...)
  • 232 * Où l’on voit intervenir un nouveau témoin, resté anonyme, mais qui manifestement joue lui aussi (...)

56Le mercredi lendemain de St Jean Coubard fut au marché de La Fleche et fut boire avec Patoy, Bouruet, Roinnard et Nannon231 tous bons camarade ils me dechirerent tout ce quil purent Coubard dit que setait moi qui l’avait mené apres eux et que sil avait sû mon intention il ny serait pas allé, Patoy lui demanda Excuse du coup qui lui avet donne et lui paya du vin, la fille disait quelle voudrait ne m’avoir jamais ni vû ni connu, c’est une personne qui Etait auprés d’eux qui ma dit cela232, mais Coubard me dit le dimanche suivant quil avet Eté avec eux quils me menassoient très fort mais que la fille lavait pris a part et lui avait dit « pourquoi Louisot venait il apres nous il devait se fier en ce que je lui avais promis, je travaillais pour lui javais bien du mal on mauret plutos Ecartelée que de mavoir fait dire autrement, pourquoi venait il entreprendre une batrie on ne sauret croire la peine que cela ma faite mais ces mon pere qui est cause de ce malheur ».

  • 233 * Sans doute Fleur était-il allé faire des achats au marché de La Flèche, avec son cheval « de fon (...)
  • 234 * Une lettre conçue en ces termes : quelle mémoire Louis a-t-il pu garder de ce texte vieux de plu (...)
  • 235 M. Dumur : le procureur des religieuses.
  • 236 * La lettre de rupture est, elle aussi, inspirée des paroles des chansons nouvelles.
  • 237 Anne Chapeau ne savait pas lire.

57[ms 38] Le sieur Fleur Ramena la fille ce jour la sur Son cheval233 Et le landemain jeudi je lui Envoya une lettre conçue en ces terme234 « Mademoiselle aprés toutes les sotises que vous mavés faites je ne peu me fier en vous commencés par me Rendre tout ce que je vous ai donné je me trouverai dans la chambre de Mr Dumur235 faite moi dire quel jour mais que se soit sous huit jours pour tout delai, jai bien eu du malheur de me fier en vos fausses promesse car vous m’avez trahit le jour même que vous vous faisiez honneur detrenner le present que je vous avais fait, souvenés vous que vous m’aves dit tant de fois que vous n’aimiez que moi au monde et que vous ne pouviez plus vivre sans moi, mais jai bien connu le contraire car vous avez Eté insensible a ma voix et vous n’avez pas voulu faire la moindre demarche pour me secourir dans mes Embaras, si jai Eté après vous setait lamitié que j’avais pour vous qui my transportait dailleurs je n’avais pas envie de faire de mal a personnes car nous n’avions ni verges ni bâtons et je n’ai voulu fraper quaprés avoir Eté maltraité, netant prevenu de rien je pensais que vous faisiez la conduite a votre cher ami et que j’aurais le plaisir de m’en Revenir avec vous mais je fut bien trompé. adieu ingrate L. Simon236. » Je lavais adressée a Mr Dumur parce que je savais que setait lui qui La lirait.237

58La pauvre fille se mis a pleurer dés les premiers mots quelle Entendis et a la fin elle se facha elle dit au lecteur « Mr en voilà assés donnés moi la lettre que je la fasse bruler il na que faire d’avoir peur je lui Rendrai tout mais ce sera en argent il a bien Fait de m’ecrire pareillement javais encorre de l’amitié pour lui mais puisquil en dit tant jamais je ne veux le Revoir. » Mr Dumur lui dit « ne vous fachez pas il ni a rien dans la lettre d’insolant vous vous Remettrés bons amis et vous le serés Encorre plus que jamais », « moi » dit elle « me Remettre amis ? non non jamais pourquoi ma til Ecrit une Lettre de cette maniere la ? ».

59Pendent que jatendais Reponce de ma lettre Coubard qui allait de tous côté surtout au Couvent comme meunier Chacun lui parlait de notre aventure, mais il me charget toujours disant que setait moi qui l’avait Engagé d’aller après Nannon et quil navait guère afaire de cela et que sil mavait connu il nauret pas fait amitié avec moi, il lui Etait bien facile de mantir parce quil étet mieux crus que moi a dire la verité mais une fille ancienne du couvent dit « pourquoi blamés vous Louisot n’avait il pas Raison de courir aprés son gibier quil voyait amener ? tout autre en aurait fait autant ou il auret Eté un bête », mais si javais suivi ma premiere [ms 39] idée de n’aller point a la Segrêrie le malheur ne m’auret pas arrivé, le proverbe dit bien, « dit moi qui tu hante je te dirai qui tu seras », si je n’avais jamais vû le gas Coubard jaurais bien Epargnés des gemissement et des Repentirs mais je ne peu le Blâmer il me menet a la Segrêrie pour Braver lautre mais il avait pour moi un zéle imprudant et une amitié gênante dont je n’eu pas la force de me defandre.

  • 238 * Cette rapide information donnée en passant laisse croire qu’à La Fontaine seuls les dimanches co (...)
  • 239 Corbillon : corbeille contenant le pain bénit.
  • 240 * Intéressante répartition des rôles entre le père et le fils. On retrouve le mot « office » utili (...)

60Le vendredi et le Samedi se passerent Sans aucune Nouvelles le dimanche qui Etait le jour de St Pierre je vit Nannon pour la premiere fois depuis quelle mavait Renoncé pour son ami elle ariva des premieres dans l’Eglise jétais occupé a preparer l’autel quand elle ariva, je fremit quand je l’aperçu je jeta la vue sur elle du momen quelle la jetait sur moi, elle Etait si pâle quelle en Etait jaune et habillée dans son plus simple negligé Enfin elle avait l’air demie morte, par bonheur Mr le curé me dit de chanter la messe a cause de la fête car les autres dimanche on la disait basse238 et je distribuais le pain Beni mais je n’aurais pu lui presenter je lui aurais plutos jeté le corbillon239 dans la tête mais ce fut mon pere qui en fits l’office240.

  • 241 * Voilà la troisième des rares dates précises qui jalonnent le récit de l’étaminier. La « batterie (...)

61La journée se passa Rien ne me venait, le Lundi rien mais le mardi au soir le sieur Troté le maitre des jardiniers vint chez nous demanda a me parler je sorti dans le jardin, il me dit « je viens de la part de Nannon vous demander si vous voulés Revenir avec elle car elle meur de chagrin de ne vous voir plus, elle népousera pas Patoy elle ne veut plus en entendre parler » je lui dit « pourquoi va telle donc boire avec lui dans les cabarets ? » il me dit « vous savez quelle y allait Raport a son pere, mais ayez pitié d’elle je vous en prie car elle est demie morte elle va toute courbée elle ne peu plus ce tenir il y a trois jours quelle n’a pris de nouritures si vous n’avez pas pitié d’elle elle ne sera plus en vie dimanche car le chagrin létoufe elle a bien de la peine a parler car elle n’a plus de voix Enfin je vous en prie de sa part ayez pitié d’elle », moi je fis mes Reflections je dit en moi même « voila une occasion de me vanger faut que je lui promette c’est le moyen de trouver loccasion de lui faire un affront comme elle m’en a fait un », je lui dit dont que je voulais bien la Revoir sous condition quelle n’irait plus jamais au Cabaret avec Patoy, il fut lui Reporter cette nouvelle qui lui plû bien, aussitos elle se mis a manger un peu et la voix lui Revint il lui sembla être dechargée d’un pesant fardeau, elle me la dit après, sétait le 1er juillet 1766241.

62[ms 40] Le mercredi la St Louis me dit que Nannon me priait bien d’aller le jeudi le plus matin que je pourais la trouver dans sa chambre et quelle laisserait les portes ouvertes et que je fut par le cimetiere, mais jetais bien indécis je ne savais si je devais l’abandonner tout afait ou si je devais la Revoir, mais je dit en moi même je la quitterai toujours quand je voudrai je ne Risque rien d’aller je fut donc dés deux heures du matin, je traversai le cimetiere et j’entrai dans la Cour du tour par la porte qui servait a l’aumonier pour aller a lEglise du couvent, je la trouvai ouverte puis je fut a la porte d’un corridor que je trouvai aussi ouverte, puis a la porte de la chambre de Nannon qui Etait aussi ouverte de maniere que je ne trouvai aucun obstacles, Citos que je fut Entré elle dit « qui est la ? » je dit « c’est moi », « helas mon cher ami vous voilà » me dit elle « Comment vous portés vous ? », je dit « sa va bien et vous ? » mais Elle s’Ecria en pleurant et ce mettant a son séant dans son Lit car elle setait couchée toute habillée pour garder la décense parce quelle sattendet bien que je la trouverais au Lit « hélas que je suis une pauvre fille qui est afligée, aprochée je vous en prie pour que j’aye le plaisir de vous embrasser », en me serrant Entre ces brads elle me dit « mon cher ami C’est moi qui a tort pardonnez moi je vous en prie dite moi tout ce que vous voudrés, blamés moi, querellés moi, battés moi faite moi tout ce que vous voudrez mais surtout ne m’abandonnés pas je vous en prie Car je serais une fille perdue », moi je ne disais rien car javais le Coeur Froid Comme une glace et toujours Envie de me vanger de quelques manieres que ce fut et tout ce quelle me dit ne pû mattendrir elle eu beau pleurer et gemir, javais une playe au Coeur inguérissable je ne Riais pas plus qu’une ame dannée si elle souffrait je soufrais encorre plus quelle et je ne lui disais pas.

63Elle Commança par me Conter pourquoi elle avait Eté trouver Patoy et qui lavait engagée d’y aller Et me fit serment quelle n’avait pas dautres intention que de ce débarasser du gas Patoy devant son pere parce quil disait toujours quil Etait bien faché contre elle, c’est pourquoi elle lui dit « je vais aller a la Rencontre de mon pere avec vous je vais lui parler devant vous il ne me marira pas malgre moi », en consequence ils partirent et il ariva ce que jai dit ci dessus ; je ne lui dit point quelle aurait du lui dire d’attendre son pere ou quelle aurait du me faire prevenir cela aurait empêché mon malheur je ne lui dit rien du tout parce que je voulais me vanger autrement que par les Reproches puis elle me dit quelle ne pouvait aller dimanche prochain rendre sa Bague mais quelle y irait le dimanche suivant sans manquer.

  • 242 Au Château : à Château Sénéchal, où se trouvait une auberge du Croissant, halte habituelle sur la (...)
  • 243 Vingt lieues : 80 km.

64[ms 41] Je lui dit « vous avez donc Repris votre Bague », « oui ces mon pere qui me la fait Reprendre malgre moi et il a apellé Patoy son gendre je nai fait que de pleurer au Chateau242 jaurais voulu ni avoir jamais Eté », puis elle me dit « si jai Eté a La Fleche le jour de St Jean sétait pour voir ma tente de Vilaine qui y Etait chez notre oncle Ory mon pere me lavait dit », puis elle me dit « si vous n’aviez pas voulu Revenir me voir jétais decidée de men aller a vingt lieue d’ici243 parce que je ne pourais jamais vous voir sans en mourir de chagrin si nous nétions pas amis » etc.

  • 244 * En 1790, le personnel énuméré par l’inventaire détaillé du couvent ne fait guère apparaître de « (...)
  • 245 * Nannon porte des coiffes de toile blanche, sans fantaisie, de toile commune ou de toile de brin (...)

65Cependant le jour croissait les garçons domestiques du couvent244 Etaient levés moi bien en peine comment sortir de la chambre a Nannon sans Etre connu mais voici ce quelle invanta elle m’habilla en femme puis elle fut dans la cour voir si il y avait quelqu’uns n’ayant rien vu je sorti vite et fut dans le cimetiere elle vint querir ces hardes et sa coëffe245 puis je la quittai bien joieuse et moi toujours le coeur prêt a me vanger c’est a dire labandonner pour toujours.

  • 246 * Le départ rapide de Bouruet, qui quitte le couvent en pleine saison de travaux agricoles, a-t-il (...)
  • 247 * Au droit de Ligron : ils empruntent la route royale en direction de La Flèche. Louis Simon quitt (...)
  • 248 * Louis Simon accomplit au moins 22 km de marche dans la journée pour ses affaires de cœur : une d (...)
  • 249 * Hôtesse : aubergiste. Cabarets et auberges sont souvent tenus par des femmes.

66Le dimanche je la vit a l’Eglise avec un air bien joieuse et dans la semaine elle me fit dire quelle irait a La Fleche le dimanche daprés qui Etait le treize juillet et que je lui ferais plaisir si je lui voulais faire la conduite un bout de chemin je Repondi que oui et quelle n’avait qua venir chez nous d’un grand matin, elle y vint aussi avec son frère Jean qui etait venu demeurer au Couvent en place de Bouruet246 je leur fit la conduite jusquau droit de Ligron247 et le soir après vêpres je fût a leur Rencontre jusqu’au Chateau Sénéchal248 ou je paya la Colation, l’otesse249 qui vit du changement dit « ce n’est plus Comme il y a quinze jours » « non madame ce jour la mon pere Etait le maître mais il ne le sera pas toujours car je lui ai dit quil ne me marirait pas malgré moi parce quil ni serait pas pour moi », puis nous partime.

  • 250 * Il faut imaginer la jeune fille, escortée de son frère, enquêtant à travers la cité fléchoise, p (...)
  • 251 * On remarque ici la teinture de culture juridique de la jeune fille : elle sait qu’il lui faut de (...)
  • 252 * Nous joindre : nous rattraper. Malgré la collation prise en chemin, Louis, Anne et son frère son (...)
  • 253 * Il n’y fut pas : il ne se rendit pas à l’invitation. Le père et la fille Chapeau, à l’abri de l’ (...)
  • 254 * Le galant éconduit sait qu’il a perdu la partie et il ne revient plus à La Fontaine entre le 14 (...)

67Elle me conta chemin faisant quelle avait bien Eut du mal a Rendre sa Bague elle ne pouvait trouver le gas, enfin pourtant elle le trouva dans un cabaret250 elle lui dit « voila la Bague que vou m’avés donnée je vous la Rend prenez lâ si vous voulez mais jamais je ne vous Epouserai » puis lui dit adieu après avoir pris trois temoins251 ; le gas bien fâché fut chercher ces cousins pour venir trouver le pere Chapeau, ils partirent dès le soir après la Fille croiant me trouver avec elle mais par bonheur pour moi ils ne purent nous joindre252. Le landemain+ ils Envoyerent chercher le pere d’un grand matin mais il ny fut pas253 ils demanderent aussi la fille qui ni fut point non plus ainsi ils sen Retournerent bien mécontant ; il Revint Encorre a l’Angevine254 avec ses cousins, le pere Chapeau bû toutes la journée avec eux mais la fille ny fut point et le pere leur dit quil netait plus le maitre de sa fille, le gas dit quil metterait arraît au mariage de Nannon, ce qu’il fit comme vous verrez ci après.

(+ ils coucherent a la Segrêrie)

  • 255 * Portail de l’avenue : entrée principale du Couvent au bout d’une « avenue », longue allée rectil (...)
  • 256 Femelles : Anne Chapeau, qui est angevine, a probablement dit « fumelles », terme familier pour dé (...)

68[ms 42] Le landemain quelle eut Rendu Sa Bague elle dit a la St Louis de me dire d’aller le Soir au portail de lavenue255 quelle si trouveret pour me dire quelque choses ; elle me dit « mon cher ami faut que vous parliez a mon père car quoiquil soit cause de nos malheurs il ne faut pas pour cela manquer de Respect pour lui je lai si bien preparé pour vous que je suis sûre quil vous Recevra bien » « ha » je dit « que je ne l’aime guére, car il est cause du malheur qui ma arrivé dont jen aurai du chagrin le Reste de mes jours Et Cependant votre pere n’a pas tout le tort pour quoi nête vous pas venue a mon secours quand je vous ait appellée votre pere netait pas la pour vous Retenir ? », elle se mis a pleurer et dit « c’est que je fit Reflection que si j’y alais, les autres serais aussi venus et peut Etre que vous nauriez pas fuit et cela aurait fait une querelle terrible, et je me mis a rire quand je vit que vous vous sauviez » « mais pourquoi avez vous Continué votre Route aprés, vous deviez les laisser et vous en Revenir me trouver sans aller plus loin », « c’est que je lui disais toujours que je ne voulais point me marier en conséquence je n’osais pas lui faire voir que je vous aimais et je contai fermement lui donner son compte devant mon pere », « hé bien vous deviez le faire si vous m’aimiez et Envoyer le pere et tous les galands au diable Et j’aurais tout pacifié de bon Cœur », alors elle Redoubla ces pleurs et dit « helas que je suis malheureuse mon cher ami pourquoi me faites vous tant de Reproches j’ai combatu tout ce que j’ai pû je me croiais dabord Etre assé forte mais comment voulez vous qu’une pauvre fille Resiste a cinq hommes dont mon pere en Etait un, ô que les pauvre femelles256 sont faible si je metais connue je n’aurais pas sorti du couvent pour aller a la Segrêrie », « falait dont dire a la St Louis que je vint vous voir le landemain ici », « helas je nosai pas je pensais que vous Etiez trop faché contre moi, et Bouruet qui dit tant de mal de vous dans le couvent que tout le monde se mocquet de moi de vous aimer, tout cela me faisait tant de chagrain que j’aurais voulu Etre morte », je lui dit bien autres choses dont elle auret pu se fâcher si elle ne m’avait pas tant aimé Entre autres je lui dit « si le gas Patoy mavait atrapé il m’aurait tué devant vos yeux sans que vous eussiés eut pitié de moi », helas pauvre malheureux amand que j’étais je n’avais point d’amis dans ce fatal momen que mes jambes qui m’ont sauvé car sans elle je ne serais plus de ce monde alors on aurait bien fait de mettre sur ma tombe les vers ci dessous

  • 257 * Là encore on peut soupçonner une ré-écriture complaisante a posteriori. Dans les chansons des li (...)

passans venez dessus ma Sepulture
pleurer le sort d’un pauvres infortuné
venez voir la triste aventure
d’un amand mort pour avoir trop aimé257

69Cependant voyant tant de pleurs tant de gemissement tant demander pardon je me calmai un peu mon Coeur s’atendrit un peu et voyant quelle avait Rendu Sa Bague d’un si bon coeur je me persuadai que le malheur qui mavet arivé lui avet autant fait de peines comme a moi, je lui promis dont que je parlerais a son pere le dimanche suivant ce que je fits.

  • 258 Voir fig. n° 17.
  • 259 * Il exagère à peine : on voit que bien des années plus tard l’écriture de ses souvenirs fait ress (...)

70[ms 43] Le Dimanche suivant j’invitai le Bonhomme d’une bouteille de vin nous fûmes au plat d’Eteim c’est une maison qui est vis a vis la Cure la Rue Entre258, il fut d’accord et me fits un très bon accueil, et comme sétait un grand parleur il entretenait toujours la conversation et comme je ne lui disais presque rien il dit a l’hôte « je crois que Simon sera mon gendre », il lui Repondi « vous ferez bien pere Chapeau votre fille ne peu pas trouver un meilleur garçon ». Comme il avait dit cela pour me faire parler je fut obligé de lui dire que je le desirais de tout mon coeur Être Son gendre et que j’aimais pour le Mariage sa fille et quil y avait longtems quil le savet bien et que sil avait la bonté de me l’accorder je me trouverais bien honoré, il me dit « vous vous marirés quand il vous plaira parce que je sai que ma fille vous aime », sur ces propos Nannon arriva et se plaça a côté de moi, il fut question de notre afaire du 22 juin le bonhomme riait de cela mais je lui dit que je voudrais m’Etre cassé une jambe en m’en venant de St Jean parce que j’en aurais Eté plutos gueri attendu que jen aurais de la peine toute ma vie259, la fille devint toute triste et le pere dit « quil ni ait toujours jamais de Reproches » je dit « la peine ne sera que pour moi et je prie dieu de ni jamais penser », la nuit Etant survenue nous nous quitame tous bons amis.

  • 260 * Le récit renoue ici avec les jours heureux d’avant la « batterie », quand la semaine était illum (...)
  • 261 La Saint-Louis : 25 août.

71Tous les Dimanches nous allions dans le cimetière citos que j’avais sonné l’Angelus260 je ne manquais pas de le sonner d’un grand matin et citos quelle l’antendait elle se levait+ puis après vêpres nous allions nous promener car elle faisait tout ce quelle pouvait pour me plaire, le jour de la St Louis261 elle me donna un Bouquet Superbe croiant me flater je le reçu très honnêtement mais tout cela ne pouvait guerir la playe que j’avais au Cœur.

+ et venet ouvrir la porte de léglise du couvent et moi je ne manquais pas daller au Rendés vous.

  • 262 * Cette « mademoiselle Jamin », dont son cousin Turpin parlait depuis « assez longtemps » à Louiso (...)
  • 263 Louis Simon emploie le mot collation au masculin, ce qui est étrange.

72Comme sétait le jour de l’Assemblée Mademoiselle Jamin ne manqua pas de venir avec sa mere voir leur cousin Turpin262, il Furent boire dans un Cabaret après vêpres et Turpin vint me chercher pour aller avec eux me disant quils avaient un beau colation263 quil fallait que je fut en prendre ma part quil ne m’en coûteret rien et que j’alais voir une jolie fille quil se faisait fort de me la faire avoir en mariage, que sa mere donnet 500 L en mariage, quelle avait 400 L de rente et quil nétaient que deux Enfants mais je ni voulu point aller parce que j’étais si mécontant contre les filles que je ne voulais plus faire de connaissance avec aucune et le Remerciai, on dit bien quil ni a que les choses qui ont a Etre [ms 44] Car setait une fortune pour moi elle avait un frere marié qui mourut peu après sans Enfans elle fut mariée au sieur Guérin et n’ont eu quun Enfant.

  • 264 * Louis a déjà raconté tout cela par anticipation à la p. 41 de son manuscrit.
  • 265 Le franc équivaut à la livre. Louis Simon emploie indifféremment les deux termes. * Au moment où i (...)
  • 266 * Être publié : faire publier les bans annonçant un mariage. Sauf dispense d’un ou deux bans déliv (...)
  • 267 * Dans ce temps-là : la formulation répétée deux fois à si peu de distance indique que le mémorial (...)

73Langevine suivante se trouvait cette année le lundi, Patoy ne manqua de venir avec ses Cousins dés le dimanche, le pere Chapeau fut boire avec eux mais Nannon ni voulu jamais aller264, au contraire elle me Caressa plus fort qua l’ordinaire nous fûme toutes la journée Ensemble, le pere dit au galand quil avait fait ce quil avait pû pour lui mais quil n’avait rien gagné et quil netait plus le maitre de sa fille ; les galends furent coucher a la Segrêrie, Patoy ofrit six francs265 au garçon du fermier pour aller l’avertir sitos que nous serions publié266 afin de mettre arrêt sur les Bans, Ce quil fits, Car il Etait permis dans ce tem la+ puis s’en allerent le jour de la nativité car il Etait faité dans ce tems la267.

+ Avant la Revolution il Etait permis a un garçon de mettre arrêt sur les Bans de mariage quand il n’auret donné que 5 S a une fille en foi de mariage.

  • 268 * J’étais fils unique : quatre frères et sœurs de Louis étaient morts en bas-âge, et sa dernière s (...)
  • 269 * Dans ce paragraphe, le mémorialiste reprend encore une fois toute la liste de ses griefs envers (...)

74Comme j’avais toujours ce mauvais dessein dans le coeur de m’en aller et de tout abandonner pour me vanger je projettais comment je pourais faire mais je trouvais toujours des obstacles tantos je me trouvais Retenu par les Regrets de quitter mon pere et ma mere a cause que jétais fils unique268 et quils avoient besoin de moi, tantos je pensais dans la beauté de Nannon et dans toutes les tendresses quelle me marquait et quand jétais auprés d’elle elle m’anchantait de maniere que j’oubliais les sotises quelle m’avait faite, mais quand jétais seul le démon jaloux de voir un heureux Mariage, mariage qui allait ce Conclure, me Representait que jetais un fou d’aimer une personne qui avait le coeur si dur de m’avoir vu en danger a Cause d’elle et de n’avoir pas voulu me donner du secours quoique je me fut Ecrié sur elle et qu’au Contraire elle avait pris le parti de mon Ennemi et mavait abandonné que si jétais allé aprés elle cela devait le flater et non pas la fâcher si elle m’aimait autant comme elle disait et quelle avait Eté trop longtemps a me mander d’aller la voir que si elle mavaít aimé elle auret voulu me voir dès le soir du malheur que c’est Reflections ne marquoient pas un veritable amour pour moi quelle avait bien vu que sétait mon amour qui mavait transporté aprés elle, que si j’avais fait cette faute elle Était pour moi et non pour elle quelle devait pleindre mon sort en disant pauvre Louisot il a bien du malheur que je ne l’aye pas prévenu de ce que j’alais faire a la Rencontre de mon pere et bien d’autre idée qui me venoient dans l’esprit pour me porter a la vangence269.

  • 270 Faire laid : expression locale encore usitée, qui signifie avoir le visage fermé.
  • 271 * Cette note ajoutée dans la marge laisse supposer qu’en se relisant le mémorialiste a jugé devoir (...)

75[ms 45] Comme jétais Rongé de chagrain un jour je donnai un coup de poing sur mon metier mon pere qui saperçu « pourquoi ? » me dit il « qu’a tu donc n’est tu pas bien heureux que ta maitresse en quitte un autre pour te prendre ? », une autre fois ma mere me dit « qu’a tu dont a faire si laid270 ? », « c’est que je népouserai jamais Nannon je n’en veux plus du tout », « he bien je veut que tu lépouse » dit elle « ou si tu en Epouse une autre jamais je ne la Regarderai », « et bien je l’Epouserai donc pour vous obéir mais que le bon dieu me fasse la grace de mourir bientos après ».271

  • 272 * Renoncer : renier.

76D’autrefois mon bon Ange me consolait+ et me disait « qu’a tu a te chagriner n’est tu pas bien heureux d’etre aimé d’une aussi bonne et aussi belle fille et qui est d’une famille si Respectable ? C’est elle qui la premiere ta fait parler de Mariage c’est elle qui la premiere est Revenue après vos Bouderie si elle a eut des torts tu en a aussi eut, il ne faut pourtant pas tout Exiger d’une fille, il ne se fait point de mariage qu’il n’arives quelques adversités et tant plus l’amitié est forte et plus les peines sont grandes tu voit pourtant quelle t’aime sincerement puisque Patoy est Revenu et elle n’a pas voulu le Regarder elle dit partout que tu l’Epouseras quand tu voudras ce trop d’honneur te choques tu ne trouveras jamais de fille qui t’en fasse autant », anfin après tant de Reflections je disais en moi même « si je l’Epouse ja vais donc Ressembler sans comparaison a notre seigneur J.C. St Pierre l’ayant Renoncé272 pour son maitre et juré quil ne le connaissait point, il la pourtant fait le chef de son Eglise, hélas Nannon Ressemblet aussi a St Pierre qui dit a J.C. quil ne l’abandonneret jamais et que si fallet mourir pour lui quil y mourait plutos que de le quitter, et ma chere amie qui me dis le matin en me serrant Entre ces Bras « mon cher ami quand nous marieront nous dont Car je ne peu plus vivre sans vous ? », dans la même nuit St Pierre Renonça son divin maître et Nannon dans le même jour Renonça son cher ami, O grand St Pierre ou Etait donc votre zèle pour votre maître une simple servante vous fait craindre de dire que vous Etiez Dissiple de J.C. Et vous Nannon un seul homme que vous alliez quitter pour ne le Revoir jamais vous fait craindre de me montrer une Etincelle de votre amitié devant lui quoi que vous m’ayez entendu mécrier sur vous de venir a mon aide pour me sauver de la Rage de mon ennemi qui parti d’auprés de vous en furie pour venir m’Ecraser, certainement que c’est le demon qui avait demandé a Nous tenter l’un et L’autre et que Dieu lui avet permis pour nous Eprouver, mais hélas quel miracle qui fait bien voir que dieu est plus fort que le diable, un seul Regard de J.C. convertit St Pierre et [il] pleura amerement le reste de ces jours la faute quil avait commise, et même donna sa vie pour lamour de son divin maitre ;

+ setait des pensées qui me venaient dans le coeur271

77[ms 46] Et vous Nannon Citos que vous eutes entendu la Lecture de ma Lettre de Reproches, vous vous mite a pleurer et dites en vous même que vous aviez tort et que j’avais Raison, le Landemain vendredi vous aviez tant de Chagrin que rien ne pouvait vous flater le samedi sétait Encorre pîre vous ne pouviez plus dormir ; le Dimanche le lundi et le mardi vous ne pûte prendre aucune nouriture, le Repantir que vous aviez dans le coeur vous faisait mourir a petit feu, vous Etiez Languissante sans ôzer vous pleindre, votre mal Etait Extrême et rien en pouvait le guérir que Louisot, et la crainte d’Etre Refusee vous Empêchait de lui faire parler, mais anfin le mal augmentant de plus en plus et le coeur ne pouvant plus suporter les assauts d’une si grande Repentence, et le grand desir de [vous] Raprocher de Celui que vous aviez tant aimé et que vous aimiez Encorre, vous fits Rompre les Liens de la bienseance qui vous Retenait car ce n’est pas a une fille a demander pardon a un garçon et vous deviez toujours soutenir que setait moi qui avait tort comme vous l’aviez dit a Coubard a La Fleche, mais vous avez mieux aimé vous accuser et prandre tout sur votre compte que de Risquer a perdre ce que vous aimiés tant.

78Mais hélas nous n’avions tort ni l’un ni l’autre ces la Reflection quil faut faire si je fut après vous ce n’etait pas pour faire du mal a personne je ne voulais pas même vous Ratraper comme jai dit cidessus je me donnais bien garde de vous joindre mais un Brutal se mis dans un fossé pour nous attandre ce fut la cause du malheur car nous disiont déja quil ne fallait pas aller plus loin et en même tems nous fûmes attaqué.

79Et vous ma chere amie vous ne vouliez pas aller avec eux mais a force dinportunations vous y fûte et leur dîte « venez avec moi a la Rencontre de mon pere c’est votre chemin pour vous en aller puisque vous me menassés tant de mon pere je vais vous dire devant lui ce que j’ai projetté cest a dire de ne me marier jamais car il ne me marira pas malgré moi », ainsi vous alliez travailler pour moi, je ne devais pas aller vous troubler puisque vous ne voulliez pas faire connaitre que vous en aimiez un autre, il est certain que vous Etiez dans le dessein de le congedier fermement devant votre pere puisque vous preniez la peine d’aller le trouver en Route. Si nous avions crû tous deux nos premieres idées le malheur ne nous aurait pas arivé car vous ne vouliez pas dabord aller les trouver a la Segrêrie se fut une dame qui vous dit d’y aller pour vous Expliquer avec Patoy et ces parens et leur dire que vous ne vouliez plus vous marier, et moi je ne devais pas me laisser antrainer a la Segrêrie par Coubard.

à la Segrêrie

  • 273 * Le temps a tant passé, en effet, que nous sommes ici arrivés au tout début de décembre 1766.
  • 274 * Malicorne est un gros bourg situé sur la rivière Sarthe à 33 km au sud du Mans. De La Fontaine S (...)
  • 275 Nonchalance : sens ancien d’indifférence.
  • 276 L’affronter : lui faire un affront.
  • 277 * Censé servir de chaperon à sa sœur, le petit frère marche loin devant, laissant les deux amoureu (...)

80[ms 47] Pendant toutes mes Reflections, mes meditations et mes projets de vangence le tems se passait, la premiere semaine des Avent273 Nannon me dit « j’irai samedi a Malicorne annoncer mon mariage a mes Oncles faite moi le plaisir de venir a ma Rencontre dimanche274 », j’i fut avec son frere, Et en nous en Revenans elle me dit « faut que vous ailliez dimanche voir mes oncles car il seront bien aise de vous voir je dirai a mon pere d’aller avec vous pour vous annoncer il y a aussi ma tente leur soeur qui desire bien vous voir », mais comme tout ce que je lui faisais et promettais nétait que par non chalance275 c’est a dire pas de bon Coeur puisque mon dessein Etait toujours de l’afronter276 c’est a dire de l’abandonner, je lui dit que cela ne pressait pas et que nous avions toujours le temps, elle me dit « que voulés vous attendre puisque nous somme pour Etre ensembles faut en finir », « hélas » je lui dit « vous m’avez fait un si grand afront vous m’avés Couvert de honte et de Confusion je voudrais pour une pinte de mon sang que cela n’auret point arivé », alors elle se mis a pleurer et me dit « mon cher ami ne m’en parlez donc jamais je vous en prie Car si vous en avez de la peine j’en suis Encorre plus mortifiée que vous. Le proverbe dit bien que l’on a point de plaisir sans peines, vous savez que c’est un malheur arivé par hazard que nous ne l’avons pas cherché Exprêt ni l’un ni l’autre faut vouloir ce que Dieu veut et nous consoler de notre Réunion et soyez persuadé que je vous serai fidèle le reste de mes jours », « hélas » je lui dit « quil ni a guère a se fier aux paroles d’une fille le proverbe dit bien que l’on connait l’ami au besoin », je vit lheure quelle se laisseret tomber par terre en Redoublant ces pleurs et me dit « je suis pourtant bien malheureuse, j’ai d’un côté mon pere a Combatre et de l’autre vous maccablés de Reproches vous Ete bienheureux d’être votre maître, vous Savez que je ne peut me marier sans mon pere et d’ailleurs vous ne devez pas trouver mal que j’aie du Respect pour lui, si j’ai Eté au Chateau Sénéchal sétait pour me débarasser d’avec Patoy pisquil me menassait toujours de mon pere mais quand un malheur doit ariver on ne peut y fuir, la grace que je vous demande c’est de ne m’en parler jamais Car j’en mourais de chagrain, d’ailleurs malgré toutes nos traverses et malgré que mon pere ait Eté contre vous pour me faire Epouser Patoy je n’ai point cessé de vous aimer et vous aimerai jusqu’a la mort et si Elle se presentet pour l’un ou pour l’autre j’aimerais mieux partir la premiere », tout cela m’attendri un peu le Coeur je lui promit que je ne lui parlerais plus jamais du passé, et je pris un Resolution detouffer ma peine en moi même, puis nous joignime son frere qui Etait loin devant nous277.

  • 278 Anne Chapeau avait deux oncles prêtres : l’un, Charles-Pierre Bruneau, curé de Malicorne depuis 17 (...)
  • 279 * Le bonhomme m’annonça : le père Chapeau donna la parole à Louisot, sans doute après quelques mot (...)
  • 280 * Comme lors de son entrevue avec le patriarche de la famille au printemps précédent (ms 28-29), L (...)

81[ms 48] Nannon ayant parlé a Son pere nous fumes donc a Malicorne voir les deux Oncles et la tante278 qui nous Reçurent très bien et au dessert du diner le bonhomme m’anonça279 puis je dit « Messieurs je suis venu pour vous prier d’avoir pour agréable que j’aie lhonneur d’antrer dans votre famille280 ».

  • 281 * Leur frère : le père Chapeau est en réalité leur beau-frère, veuf de leur sœur.
  • 282 * Le curé formule sa mise en garde dans le présent éternel des sentences proverbiales (A. Fillon, (...)
  • 283 * Claude-Louis-Raoul de La Châtre (1745-1824), comte de Nançay puis duc de La Châtre, est un perso (...)
  • 284 * René Bruneau devient en effet curé de Spay un peu plus de cinq ans après la visite des amoureux, (...)
  • 285 * Sur l’héritage de l’oncle René Bruneau, voir plus loin ms 58.
  • 286 * Douze ans après la visite des amoureux, Charles-Pierre Bruneau résigne sa cure de Malicorne (Ad (...)
  • 287 * Nous ne vous oublierons pas : nous vous coucherons sur notre testament, vous récolterez une part (...)
  • 288 * La tante Mercier se repent elle-même de n’avoir pas fait faire l’apprentissage d’un métier à sa (...)

82Ils me Repondirent quils n’avoient rien a dire a cela, que leur frere281 Etait maitre de Sa fille pendant quil vivet, puis le Curé dit : « faut prendre garde a ce que vous ferés en mariant votre fille parce que l’amour se passe et la fain viend282 », le pere Chapeau leur ayant parlé avantageusement de moi l’abbé qui Etait vicaire et aumonier de Mr de la Châtre283 et depuis Curé a Spay284 dit : « faut marier ces jeune gens la le landemain des Rois mais quils ne s’attande pas dans mon héritage car je mangerai tout avant que de mourir285 », le curé dit « ô bah nous laisseront toujours quelques petites choses286 », je repondit « Messieurs ce n’est point l’interêt qui me fait agir mais c’est l’amitié que j’ai pour mademoiselle votre niesse », la tante me dit « nous savons que vous vous Entraimés, ainsi mariés vous, nous ne vous oubliront pas287, si vous ne faite pas une grande fortune vous aurés toujours une belle femme et qui a de l’Esprit, j’ai grand Regret de ne lui avoir pas fait aprendre un Etat288 », puis nous nous en Revinme le soir chez nous bien satisfaits.

  • 289 * Jusqu’alors, le rituel a bien respecté les jours consacrés au travail. Mais là, on se trouve tou (...)

83Le troisième Dimanche des Avent nous fûme sur le soir faire faire nos Bans et fiancer on allait a l’Eglise dire et promettre que lon dirait la verité quand on irait pour Epouser, le dernier Dimanche des avant nous fûmes publié pour la premiere fois et le gas Patoy vint dans la semaine avec un huissier mettre arrêt au Mariage puis le pere et la fille furent a La Fleche Constituer un procureur ou avocat pour les defendres, l’affaire fut pleidée le neuf de janvier289, Nannon y fut la veille je lui fits la conduite jusqu’a moitié chemin la naige Etant fort haute, le landemain je fut la chercher chez son Oncle Ory elle me dit que le gas avet fait ce quil avait pû pour la gagner lui disant « nous n’avons pas besoin de pleider Nannon, ne savez vous pas que nous avons Eté bons amis nous le seront Encorre si vous voulés », il avait aussi amenés de ces parens qui parlerent pour les Rallier Ensemble mais elle leur dit plusieurs fois que cela Etait inutile et quil Fallait voir qui gagnerait, le gas dit « elle ne veut plus de moi [ms 49] Elle a peur que je ne la Caresse pas bien, il lui faut un beau danceur et un beau chanteur et qui sache jouer du violon pour lui faire passer la fain ».

  • 290 * Louis Simon n’a pas assisté au procès en personne, mais il a gardé en mémoire ce que lui en a ra (...)

84L’affaire fut pleidée, il y avait une autre affaire du même sujet les deux filles Etaient a Côté l’une de l’autre290, elle furent condannée a payer les frays quelles avaient fait, Nannon en avait pour douze francs que son pere paya a cause quil avait apelé Patoy son gendre au Chateau Senechal et Patoy en avet pour 24f comptant son assignation, nous nous en Revimme de La Fleche tous deux bien contant.

85La fille fut en arivant dire a son père quelle avait gagné son procés et quil falait aller chercher les papiers dans huit jours quil seraient prêt et porter douze franc, le pere lui Repondit « faut dire a Louisot quil paye cela », « comment » dit elle « croyez vous que ce pauvre miserable qui a déja tant eu de chagrin a cause de vous aille encorre payer ? », « Comment, a cause de moi ? » dit il, « oui mon pere a cause de vous car si vous ne l’aviez point apelé Patoy votre gendre au Chateau Sénéchal et que vous ne m’auriée point fait Reprendre la Bague malgré moi nous n’aurions rien a payer parce quil mavet donné cette Bague sans témoins et dans un tems ou jétais mineure et ces vous qui Ete la cause que nous avons bien eut de la peine tous deux ». Le bonhomme lui dit « ne te fache pas j’irai payer ce quil faut ».

  • 291 * L’inventaire du couvent en 1790 mentionne au 4e rang de la liste des employés : « Jeanne Houssea (...)
  • 292 Vas-tu pas moins prendre Simon : vas-tu quand même prendre Simon ? * Dans ce monde où les jeunes g (...)

86Dans ces jours la, Nannon dit a Madame l’abesse de chercher un touriere pour mettre en sa place291 attendu quelle allait se marier, elle lui Repondit « vas tu pas moins prendre Simon292 quoiquil ait fait une Batterie ? », « oui M[adam]e parce quil ne la faite qu’a cause de moi et sil ne m’avait pas aimée il ne serait pas venu après moi pauvre garçon il a eut bien du malheur que je ne lavais pas avertit que je travaillais pour lui », « hé bien tu fais bien c’est un bon Enfant mais je croiais que tu ne l’aimais plus », « Madame je l’aime bien plus qu’auparavant », « mais tu n’as point peur quil te fasse des Reproche ? », « Mme il m’en fera sil veut mais il sait bien que ces mon pere qui est cause de notre malheur ».

87La derniere publication de notre Mariage fut le premier Dimanche de janvier mil sept cent soixante sept, ma chere amie Nannon me demanda ce jour la quand nous nous marierons, je lui dit que mon pere m’avait dit que ce serait le 26 janvier « hélas » dit elle « que cella est Encorre loin car je crains que vous mouriez avant que je sois votre femme, une [ms 50] Religieuse ma dit que vous ne viveriez pas longtemps et que je serais bientos veuve si je vous Epousais, mais je lui ait Repondu « quand je serais mariée avec lui que deux heures je veut lépouser », elle me dit que je serais mieux de me mettres sœur dans leur couvent que je serais plus heureuse, je lui dit que j’aimais bien mieux un homme que toutes les soeurs du couvent.

  • 293 * Qui s’attendait en moi : qui s’attendait à ce que je l’épouse (prétend Louis Simon) ou qui du mo (...)
  • 294 Bru : belle-fille.
  • 295 * La rivale, fine mouche, a bien compris qu’Anne Cureau, la mère de Louis, était plus ferme et plu (...)
  • 296 * Le bonhomme ou la bonne femme : ici, les beaux-parents.
  • 297 * Se mettre un fagot au cou : se charger volontairement d’un fardeau.

88Ma chere amie eut aussi une peine a Essuyer Raport a une fille du Bourg qui s’atendet en moi293, elle Etait couturiere elle était pour avoir 200 L de Rente a la mort de son pere elle avait nom Magdelaine Lejeune ; un jour elle fits dire a ma mere que Nannon ne me convenet point, quelle n’avait rien, quelle était trop mechante pour moi et quelle ne serait pas bonne Brû294, que Magdeleine Lejeune me conviendret bien mieux et quelle etait pour être plus Riche, ma mere Repondi a Mademoiselle Bellanger+ que puisque les choses Etaient si avancée quil faillait les finire, cette fille si pris autrement elle fits dire a mon pere295 par un ami que Nannon avait dit que quand elle serait mariee elle voulait Etre la maitresse dans la maison et si le bonhomme ou la bonne femme296 voulaient dires quelques chôses elle les metteret dehors, mon pere sans en parler a ma mere ni a moi dit a une amie de Nannon quelle ne mépouseret jamais et quil la priait bien de lui dire, Raport a de mauvais discours quelle avait tenus, la pauvre fille fut bien surprise d’un tel propos, elle me conta cela le dimanche suivant je lui dit que jétais innocens de cela mais que j’en parlerais a mon pere mais il ne voulu jamais dire qui lui avait dit et cela se passa ; une autre fille qui s’atendait aussi en moi lui dit quelle ferait une folie de m’épouser quelle se mettet un fagot au cou297 a cause de mon pere et ma mere quils n’etoient pas comode et quils deviendraient bien a charge mais elle anvoya tout promener disant « si je suis malheureuse je n’en ferai de Reproche a personne ».

+ qui Etait notre cousine et amie

  • 298 * De juillet 1766 à fin janvier 1767.
  • 299 * Cultivateur : terme utilisé à partir de la Révolution. Pris au piège de l’écrit rétrospectif par (...)
  • 300 * Aux marches du palais… de justice.
  • 301 * On sent la fierté du vieil étaminier se remémorant ces paroles.

89Pandant les sept mois qui se passerent depuis notre Réunion jusqua notre mariage298, Nannon eut quatre galend nouveaux, un cultivateur299 de La Fleche, un couvreur de Noyen, un charpentier de Roizé et un tisserand de La Fontaine, ils croioient tous que notre mariage Eté manqué a cause que nous prenions tant de delai mais elle les Remercia tous en leur disant quelle n’en Epouseret pas dautres que moi ou elle ne se marirait jamais, j oubliais a dire que les messieurs de la justice lui dirent en decendant du palais300 que s’auret Eté grand peché qu’un grossier de paysant comme Etait Patoy aurait Epousé une si Belle femme301.

  • 302 * Le point de repère du calendrier liturgique se réfère à saint Julien. Sa fête, célébrée à la cat (...)

90[ms 51] Anfin l’heureux jour ariva donc, ou nous devions Conclure notre mariage sétait un Lundi veille de St Julien 1767302 jour qui mis le comble aux desirs de ma chere amie et qui abregeat ces inquiétudes et ces apréhanssions Car elle craignet toujours que je lui Echappâ, quoique je ne lui avais jamais dit ni a d’autres que je voulais quitter le pays mais elle en avait un Soupçon a cause que je nétais plus si gué ni si caressant Comme javais Eté, car depuis notre Réunion elle me faisait toutes les Caresses et les Complaisances convenable et possible a une fille honnête et plus elle m’en faisait et plus j’en Exigeais de maniere que je ne me gênais pas, elle faisait cela pour regagner mon coeur pour tâcher de guérir la playe quelle y avait faite mais cette Blessure Etait inguerissable, Cependant il y eu de l’adoussicement je faisais des Reflections quelle Etait obligée de Respecter son pere et que je ne devais pas trouver mauvais quelle lui demandas son avis au sujet de son mariage enfin avec bien des Raisons quelle me dit que son pere voulait la marier a Patoy cela fits qu’en Reprenant la fille en amitié je pris le pere en haine.

  • 303 La milice, destinée à soutenir l’armée active, avait été créée en 1688, supprimée quelques années, (...)
  • 304 * Ligron et Courcelles sont les deux paroisses voisines au sud-ouest et à l’ouest de La Fontaine. (...)
  • 305 * Nous épouser : nous marier. Le verbe est alors régulièrement utilisé sous cette forme.
  • 306 M. de Broc est Charles-Michel de Broc, fils aîné de Charles-Eléonor de Broc – luimême frère cadet (...)
  • 307 Il conduisit la mariée sous le crucifix : il lui donna le bras jusqu’à l’entrée du chœur.
  • 308 * Flambeau : faisceau de mèches enduites de cire qu’on portait autrefois à la main pour s’éclairer

91Le Samedi vingt quatre janvier je fût a Oyzé querir de la viande de Boucherie pour notre Banquet du lundi mais pendant que j’y fût il vint une nouvelle a mon pere que la milice303 Etait arrivée a Ligron et a Courcelle304, vîte il fut prier Mr Le curé de nous Epouser305 citos que je serais arivé, puis il fut parler au pere et a la Fille pour les prevenir de ce tenir prêt, citos que je fut arivé mon pere me conta la nouvelle aussitôt je pris mon habit nuptial et Fut au Couvent avec mademoiselle Bellanger ma cousine, nous Rencontrâme le pere Chapeau dans la cour du tour, au lieu de l’Embrasser et de lui demander comment il se portait je lui dit d’un ton froid « ete vous bientos prêt ? », il me Repondi « oui commant vous portez vous ? » je lui dit « très bien, ou est Nannon ? », il me Repondi « elle est dans sa chambre », je les laissai tous deux et Fut trouver la fille a qui je dit « faut donc nous marier aujourd’huy », « ô mon dieu » dit elle « je suis Encorre toute tremblante de la nouvelle que votre pere ma aprise oui mon cher ami Faut nous marier et sans Retarder car la milice est arivée en plusieurs paroisse », elle acheva de s’abiller puis nous fûmes a l’Eglise avec une douzaine de personnes et Entre autre Mr Debroc306 qui conduisit la mariée sous le Crucifix307 et nous Reçûme la Benediction Nuptiale par Mr le curé Semelle, a six heures du soir aux flambaux308.

  • 309 * Nannon extériorise son allégresse en se gratifiant elle-même d’un surnom fréquent dans le monde (...)
  • 310 * Pour regagner son logement au couvent.

92[ms 52] A la sortie de l’Eglise je fits la conduite a la mariée jusqu’au couvent. Nous y soupâme, puis Elle pris une partie de ces Effets, et nous en vinmes coucher chez nous. En partant elle dit : « bon soir la compagnie je m’appelle qui s’en va de bon cœur309 ! ». En arivant chez nous, nous trouvâme nos deux peres qui soupaient Ensembles. Après le Souper, le pere Chapeau nous souhaita mille Benedictions du seigneur et toutes sortes de prosperités, puis il s’en alla310.

  • 311 * Si le mariage a été célébré le samedi 24 janvier au soir afin d’échapper au tirage au sort immin (...)
  • 312 C’était une tradition, pour les mariés, d’aller saluer le seigneur de paroisse. À La Fontaine, il (...)
  • 313 * Les alliances étaient alors le plus souvent en argent, comme l’était la bague offerte un dimanch (...)
  • 314 Plusieurs danses à la fois : aucune salle n’étant assez grande pour réunir toute la jeunesse du vi (...)
  • 315 * Trois violons : le mot violon, dans cette acception, désigne par métonymie celui qui en joue.

93Le landemain Dimanche se passa a faire les preparatifs pour la Noce311 et le Lundi, quand nous fûmes tous Rassemblés, au nombre de vingt quatre, nous fûmes a la messe+. Après, nous fûmes saluer Madame l’abbesse, qui Etait dame de paroisse312. Comme elle Etait fort curieuse, elle voulu voir la couronne de la mariée, quelle admira beaucoup, et fits compliment aux deux demoiselles de Ceremonie ; puis elle voulu voir la bague d’Alliance et quand elle vit quelle Était d’Or, elle en fut surprise car, dans ce tems la, on en voyait Rarement313 ; puis elle nous fits donner six Miches de deux livres : sétait le present quelle faiset quand elle mariet de ses Servante. Après l’avoir Remerciée, nous fûmes diner et puis danser ; la jeunesse du Bourg vint danser le soir ; on fits plusieurs danse a la fois314 car il y avait trois violons315.

+ au couvent car M. le curé Etait malade

  • 316 * Notre chambre : la chambre haute à cheminée qui existe toujours à l’étage de l’actuelle « Maison (...)

94Anfin aprés les divertissement chacun ce Retira et ma Chère amie me dit quand nous fûmes seuls dans notre chambre316 : « Helas mon cher ami me voila donc au comble de mes desirs, voila donc mes souhaits accomplis ! Helas, que je me trouve heureuse d’Etre venue a bout de mes intentions car, si vous n’aviez pas voulu mépouser, je m’en serais allée loin dici car je n’aurais jamais pu Resister de vous voir marié a un autre. » Puis elle me dit : « helas mon cher ami si ce plaisir durait seulement toujours mais non il finira un jour faudra se Separer, la mort nous l’ordonnera, et peut Etre malheureusement bientôt, car on ma fait antandre que je serais veuve en peu de tems ! »

95« Ho ! je lui dit, ma chère amie, faut Ecouter le monde mes il ne faut pas croire tout ce quil dit ! Cest peut Etre vous qui partirés la premiere ! »

96« Hélas ! dit elle, que le bon dieu m’en fasse la grace, pourvû que ce ne soit Encorre citos, car je voudrais bien vivre avec vous quelques années. »

97Comment pourrait on n’aimer pas une femme qui parle avec tant de tendresse ? comment faire pour delaisser une personne qui vous fait tant d’amitiées ? Peut on Encorre penser a la quitter ? non s’est fini.

  • 317 * Il faut vraisemblablement lire ici plutôt le mot « aurait ».
  • 318 * Mon malheur : nouvelle référence à l’affaire du 22 juin 1766.
  • 319 * Lire : quoique je ne me fusse rapproché d’elle.

98[ms 53] Me voila donc marié a celle qui m’a tant marqué d’amitié et de tendresses, a celle qui ma tant dit de fois que sil falait mourir un de nous deux, quelle se Sacritierait volontiers pour me sauver la vie, qui est317 le coeur assés dur pour ne se laisser pas toucher de pitié devoir un si grand Repantir dans une aimable personne qui ne m’avait ofencé qu’une fois ? Quoique je ne pû m’empêcher de penser dans mon malheur318, cependant je pris le partis de ne lui en parler jamais, et par ce moyen la, je faisais anrager le diable, car sétait lui qui avait ourdi et tramé cette affaire pour me faire faire mauvais ménage. Mais j’ai mieux aimé lEtouffer en moi même que de me vanger sur ma femme en la maltraitant ou en l’abandonnant. Ainsi la Sotise quelle mavait faite le 22 juin a resté sans vangense quoique je neusse jamais Raproché delle319 que sur le dessein de ma vanger mieux.

  • 320 * On retrouve ici sous la plume de Louis des mots proches de ceux des chansons nouvelles : une cha (...)
  • 321 Cinq pieds = 1,65 m.
  • 322 * Matrone ou sage-femme ? Si Anne avait été sélectionnée dans sa paroisse pour aller au Mans suivr (...)
  • 323 * Chanson déshonnête : nées au Pont-Neuf puis se répandant jusque dans les villages, certaines cha (...)

99Mais Comment se vanger Contre une Beauté qui vous caresse ? Elle avait des graces et des attraits qui charmoient les cœurs320 ; il n’y avait aucun defaut dans sa personne. Sa taille Etait de cinq pieds321, cheveux noirs, front Rond et Reluisant comme un vernis, les Sourcils Bruns, petits, les yeux Roux vifs et rians, Bouche moyenne, les Lèvres fleurie, le nez pointu, les joues pleines et Rouge comme si s’avait Eté deux Roses, la gorge Blanche et une peau fine, les Epaules bien croisée, un peu voutée comme en signe de modestie : elle avait les doigts des mains et des pieds un peu long, avait la jambe legere et marchait vite. Elle Etait naturellement portée a faire du bien et point de mal mais quand on l’offencait, elle en avait bien du chagrin, sans pourtant chercher a se vanger. Elle aimait les Exercisses de pieté et de charité : elle a Eté ansevelir plusieurs pauvres morts et Encorre allet elle quêter les linges ; elle se mis aussi a aller accoucher les pauvres femmes par charité322, dans un mot elle Rendait service a tous quand elle le pouvait ; c’est pourquoi elle Etait aimée de tous ces voisins et de tous ceux qui la connaissaient. Jamais elle ne disait de discours indecents ni ne voulait pas en Entendre dire. Elle Etait si scrupuleuse pour la chasteté que si elle avait Entendu chanter une chanson deshonnête323, elle aurait quitté la compagnie ; cependant sa Beauté la Exposée plusieurs fois car, suivant ce quelle m’a dit, plus de dix on tanté de lui Ravir son honneur ; et tous riches, les uns promettant Mariage, les autres offrans de largent et un, surtout, par violance, mais comme elle Etait forte, Elle sen defendit.

  • 324 * 30 F : 30 francs. Le mémorialiste utilise pour des comptes de 1767 l’unité monétaire qui a succé (...)
  • 325 Anne Chapeau redevait un écu de 3 livres au Couvent où, étant tourière, elle recevait des sommes d (...)

100[ms 54] Comme Elle mavait toujours dit quelle n’avait rien, je ne fut point trompé de voir quelle n’avait que 30 F324, sur lequel elle devait un Ecu325.

  • 326 * Il donna la noce entière : il assuma la totalité des frais occasionnés par les festivités nuptia (...)
  • 327 L’aune, mesure égale à la longueur des deux bras étendus, correspond à 1,18 m. 40 aunes représenta (...)
  • 328 Huge : terme local pour huche.
  • 329 * Le métier à tisser l’étamine sur lequel Louis Simon travaillait aux côtés de son père, ainsi que (...)
  • 330 * Cette dernière phrase a été ajoutée en interligne : à la relecture Louis Simon a voulu chiffrer (...)

101Mais mon père, qui avet ce Mariage bien a cœur, supléat a tous nos Besoins : il donna la noce Entiere326 ; il nous donna un Lit, une armoire, quarante aunes327 de toille, deux coffres, une huge328, mon métier et tout l’Equipage329, de la potterie, vaisselle, les marmite, chaudrons, et bien [d’]autres ustensile de menage ; nous nouris six mois de tems pendant lequel nous travaillons pour nous, ce qui nous fits un grand avantage. Le tout montet a un prêt de cinq cens francs330.

  • 331 * La halle se dresse sur la place, entre l’église paroissiale et le Couvent (voir le plan reconsti (...)
  • 332 * Cette maison du « bas du bourg » a fait l’objet d’une restauration menée par l’association Les A (...)
  • 333 * Je tenais : je louais, j’étais locataire (voir introduction).
  • 334 * Maison et jardin : cette maison est dotée d’un jardin vivrier d’environ 2 200 m2 qui fournit une (...)
  • 335 * Pontvallain est un bourg situé à 13 km au sud-est de La Fontaine Saint-Martin
  • 336 * Sur ces accords familiaux pour prendre en charge la fin de vie des vieillards du Maine : A. Fill (...)
  • 337 * Pierre Simon, le grand-père de Louis, meurt en réalité le 29 février 1768, soit sept mois seulem (...)
  • 338 * Cette dernière phrase a été ajoutée en interligne : à la relecture Louis Simon a voulu préciser (...)

102Au bout des six mois, mon pere fut demeurer dans la maison ou Etait mon grand père, au devant de la halle331, a gauche en allant au Couvent, et mon grand pere vint avec nous au Bas du Bourg, la derniere maison a droite332. Je tenais333 le tout, maisons et jardin334, de madame Bellanger, de Pontvallain335, pour la somme de trente francs. Mon pere me donna le menage a mon grand père, pour en avoir du soin le reste de ces jours, mais il lui fournissait de pain336. Il mourut au bout d’un an après, âgé de 79 ans337. Ma femme eu tous les soins possibles comme sil avet Eté son pere propre. Il avait un mal a la jambe gauche depuis 30 ans338.

  • 339 * Après avoir détaillé les arrangements matériels convenus lors des noces (qui auraient fait l’obj (...)
  • 340 * Le mémorialiste a déjà présenté ces deux frères Bruneau, oncles d’Anne Chapeau : voir ms 48.
  • 341 * Pas de cadeau de noces, donc, ce qui semble étonner le jeune homme, sans que l’on sache si ce qu (...)
  • 342 * Villaines-sous-Malicorne : voir ms 28 et notes afférentes. La légende raconte que le seigneur de (...)
  • 343 * Lire « puis ».
  • 344 * Bazouges, Sainte-Colombe, Clermont (aujourd’hui Clermont-Créans) : villages gravitant autour de (...)
  • 345 * Riches et gros fermiers : laboureurs. Le mémorialiste emploie ici un vocabulaire contemporain du (...)
  • 346 * Elle : Anne Chapeau.
  • 347 * Moines récollets : religieux de l’étroite observance de saint François, issus d’une réforme acco (...)
  • 348 * Sur ce grand-oncle de Nannon, René Ory, marchand de vins à La Flèche : voir ms 28-29.

103Nous fumes a Malicorne339 voir nos oncles prêtres340 et notre tante leur Sœur ; ils nous Reçurent bien mais de donner, rien+341. Nous fûmes voir notre tante Lemercier, a Vilaine342, celle qui avait Elevé ma femme, muis343 nous fûmes voir des oncles et tantes quelle avait a La Fleche, a Bazouge, a Ste Colombe et a Clermont344. Nous fûmes tout bien Reçu. Ils Etaient Riches et gros fermiers345. Elle346 avait a Bazouge deux tantes Soeurs de son père, l’une a Eté mariée a un Gouzeil dont elle a eu trois Enfants et lautre a un Ritoit dont elle a eut cinq enfants. Nous fûmes aussi voir notre tente, veuve François Bruneau, qui demeuret a la ferme de la Durandiere, qui avait sept Enfants. Puis nous vinmes voir son oncle Louis Bruneau qui avait cinq Enfans puis nous fûme voir la veuve de René Bruneau qui avait un fils qui s’est fait moine Recolet347, de maniere que les Beaux jours du printems ce passerent en visites de ces parents et amis et partout on nous faisait beaucoup d’accueil et beaucoup d amitié et on la félicitait sur le choix quelle avait fait d’un mari qui paraissait si doux, nous fûmes aussi voir son grand oncle Ory348.

+ setait leur coutume

  • 349 * Avoir des espérances : compter sur des héritages ultérieurs.
  • 350 Ailleurs, Louis Simon parle de cinq héritages.
  • 351 * Hardes et linge : sans connotation spécialement péjorative, le mot hardes désigne les vêtements. (...)
  • 352 * Ménagère : économe, sachant ménager ses ressources.
  • 353 * Ramasser : ici, amasser.

104[ms 55] Je me suis donc marié purement par amitié et sans aucun intérêt, puisque ma chere amie n’avait rien et ses parants ne lui donnaient rien. Mais elle avait des Esperances349 : comme elle Etait d’une famille Riche elle avait sept heritage350 a lui venir, bien assurés, tant grand que petits. Si elle n’avait pas d’argent, elle Etait au moins bien garnie de hardes et linge351, de maniere que ma mere en fut agréablement surprise et lui dit : « Ma fille on voit bien que vous Etes ménagere352 puisque vous avez tant Ramassés353. »

  • 354 * Marie Bruneau s’est éteinte à l’Hôtel-Dieu de La Flèche le 17 octobre 1763 (Ad Sarthe : La Flèch (...)
  • 355 * La plus belle fille que lon pû voir : Louis Simon emploie à propos de feue sa bellemère, qu’il n (...)
  • 356 * Jacques Chapeau et Marie Bruneau s’étaient en réalité mariés le 31 janvier 1736 dans le village (...)

105Elle lui dit : « J’en aurais bien plus si je n’en avais pas donné a ma mere, du tems quelle vivait, car elle depensait en vin tout ce quelle gagnait. Encorre elle vendait de son mobilier, ce qui a fait que nous n’avons rien herité quand elle est morte il y a trois ans354 ; et mon pere ne lui donnait rien parce quil disait que plus il lui donnerait et plus elle Boiret », quel malheur que cette personne ce fut adonnée au vin, setait la plus belle fille que lon pû voir355, trés propre et laborieuse, suivant ce que nos oncles et tentes m’ont dit. Aussi fit elle une belle fortune en Epousant notre pere Chapeau, qui avait huit cens livres en mariage, et elle n’en avait que quatre cens ; setait une somme très considerable en ce tems lâ 1737356.

  • 357 * Un peu de chagrin : des tensions, voire des frictions.
  • 358 * Née à la ferme du cossu manoir de l’Argenterie à Saint-Quentin-les-Beaurepaire en Anjou, Anne Ch (...)
  • 359 * Le vouvoiement du galand a laissé place au tutoiement du mari.
  • 360 * Sur cet article : à ce sujet.
  • 361 * Un : lire une. Louis Simon élide le e, car il fait mentalement la liaison avec le mot suivant co (...)
  • 362 * Portrait d’anthologie d’une femme parfaite…
  • 363 Bignotte est une déformation de bigote. * Le Trésor du parler cénoman donne aussi « biguenotte » o (...)
  • 364 * Pour faire tenir sur la page tout ce qu’il voulait dire de sa défunte épouse, le mémorialiste a (...)

106Pendant les six mois que nous fûmes Ensemble, il y eu un peu de Chagrin357 Entre la mere et la Bru ; c’est ce qui est assez ordinaire. Comme ma femme avait Eté Elevée dans une maison Riche, ensuitte demeuré chez un Cousin Riche358, puis au Couvent ou on ne savait pas ce que s’était que l’Economie, ma mere voulait l’aprendre a ma femme ; mais elle disait qu’a son âge, elle n’avait pas Besoin d’Ecole. Elle s’en pleignit a moi mais je lui dit : « Fais ce que ma mere te dira359 ; pour le peu de tems que nous avons a être en communauté, il faut mieux lui obéir pour se quitter bons amis. » Car setait le seul defaut quelle eut, mais je pensais que je lui aprendrais avec la douceur a Economiser et quelle Recevrait mieux mes Leçons que celles de ma mere. Et c’est le seul sujet des petites contestations que nous pouvions avoir Ensembles, et jamais je ne lui ai Rien dit que sur cet article360. Encorre, je lui parlais bien doucement car elle ne meritait pas d’Etre traitée avec Rigueur ; car elle avait d’ailleurs toutes les perfections qu’on puisse desirer dans un361 Epouse : elle mettait tout son ménage en ordre et avec une grande propreté, elle Etait laborieuse au possible faisant dans une heure de tems ce qu’un autre aurait eut de la peine a faire en deux ; elle savait coudre et filer au parfait, elle se tenait appliquée a son ménage sans jamais sortir que pour affaire de conséquence ou utiles, et jamais ne samusait a Babiller avec les autres femmes. Elle faisait tout ce que je lui disais de faire, et ne faisait pas ce que je lui defendais, parce quelle craignait de me deplaire ; car elle m’aimait et me Respectait autant comme Sara Respectait son mari Habraham, quelle appelait son Seigneur. Elle Craignait beaucoup de me dire la moindre chose qui pû me faire de la peine, et tout ce que je faisais, elle le trouvait bien362 ; elle n’etait pas Bignotte363, mais elle aimait sa Religion et s’acquitait de ces devoirs avec une grande devotion364.

  • 365 * Louis et Anne vont avoir 7 enfants en 13 ans et demi. Le mémorialiste a voulu consacrer une page (...)
  • 366 * À qui peut penser le vieil étaminier en écrivant cela ? Sans doute à des descendants soucieux de (...)

107[ms 56] Je place ici la Naissance de tous nos Enfans365, pour faciliter la recherche de Ceux qui voudront y avoir Recours366.

108Je placerai apres les Evénement qui nous ont arivés pendant que nous avons Eté ensemble.

  • 367 * Un intervalle protogénésique (entre le mariage et la première naissance) de dix mois est fréquen (...)
  • 368 * Le parrain et la marraine de la première née sont traditionnellement choisis pour honorer les gr (...)
  • 369 * Intéressant exemple où s’exprime de manière déterminée la volonté de la jeune mère, résistant à (...)
  • 370 * Sur les liens entre la famille de Broc et le couple Simon / Chapeau : voir ms 51.

109Le vingt trois novembre 1767, dix mois après notre Mariage367, Dieu nous donna une fille, qui fut nommée Anne par Jacques Chapeau grand père et par Anne Cureau grande mere368 ; et comme le Baptême ne lui fut administré que le 24, attendu quelle Etait née a dix heures du Soir le 23, quelqu’uns nous conseillerent de la nommer Catherine par ce que setait la veille de la fête de la Sainte ; mais la mere dit : « je veux quelle porte mon nom et celui de Sa maraine369 ». M. le conte de Broc sétait offert dêtre le parain de notre premier EnFant si s’étet un garçon mais comme se fut une Fille je ne lui en parla pas370.

  • 371 * Le premier espace intergénésique est de 17 mois et demi. La mère a 28 ans.
  • 372 * Thérèse est un prénom rare au village. Il a été mis à la mode dans certains cercles par la litté (...)
  • 373 * Curieusement, le grand père paternel, Louis-François Simon, n’a pas été choisi pour parrainer le (...)

110Le dix de mai 1769371, Dieu nous donna une autre fille, qui fut nommée Thérêse Louise372 par le Sieur Noel Morin, mon ami, et par demoiselle Catherine Bellanger ma Cousine373.

  • 374 * L’intervalle intergénésique est cette fois de 16 mois depuis la deuxième naissance. Anne Chapeau (...)
  • 375 * Ce premier fils est parrainé par son oncle maternel Jean, le chaperon du temps des amours, et pa (...)

111Le treize de septembre 1770374, Dieu nous donna un fils, qui fut nommé Louis par Jean Chapeau, oncle, et par Marie Turpin375.

  • 376 * Augustin, le 4e enfant, arrive 30 mois après le troisième. Les espaces intergénésiques commencen (...)
  • 377 * Mon ami : Louis Lemonnier partagera avec Louis les responsabilités paroissiales.
  • 378 * Notre frère : Jean Chapeau est le frère d’Anne Chapeau, donc le beau-frère de Louis Simon.

112Le dix sept mars 1773376, Dieu nous donna un autre fils, qui fut nommé Augustin par Louis Lemonnier, mon ami377, et par Anne Cônier, Femme de Jean Chapeau, notre frère378.

  • 379 * L’intervalle est cette fois de 29 mois. La mère a 34 ans et demi.
  • 380 * L’enfant reçoit son premier prénom de Perrine Toutain, couturière tailleuse d’habits que Louis S (...)

113Le vingt neuf août 1775379, Dieu nous donna une fille, qui fut nommée Perrine Louise par Philippe Lemercier et par Perrine Touteins380.

  • 381 * Le 6e enfant survient 23 mois après le précédent. La mère a maintenant 36 ans et demi.
  • 382 * Paul Micaux est sabotier et époux d’une sœur de Madeleine Lejeune, la couturière qui voulait rom (...)

114Le vingt six juillet 1777381, Dieu nous donna un fils, qui Fut nommé Paul par Paul Micaux et par Marguerite Pageot382.

  • 383 * Ce 7e et dernier enfant est séparé du précédent par 44 mois et demi. La mère a maintenant 40 ans
  • 384 * Agathe est un prénom rare au village. Il est alors porté par Agathe-Louise d’Orvaux, fille du ch (...)
  • 385 * Le choix du parrain, le nouveau vicaire, et de la marraine, sœur du curé, consacre les liens étr (...)

115Le quatorze avril 1781383, Dieu nous donna une fille, qui fut nomnée Agathe Jeanne384 par M. Jean Jusseaume, prêtre vicaire, et par demoiselle Jeanne Renée Lelong, sœur de M. le curé385, qui fut le dernier Enfant que Dieu nous donna.

  • 386 * Selon nos moyens : la formule sous-entend que s’ils avaient été plus fortunés, les parents aurai (...)
  • 387 * Louis souligne comme une vertu supplémentaire de son épouse le fait qu’elle allaite ses enfants. (...)
  • 388 * Cette mise en nourrice, qui a permis une reprise plus rapide de l’ovulation, explique l’interval (...)
  • 389 * Tetein : tétin, le bout du sein, que tête le nourrisson.
  • 390 * Périssait : dépérissait.
  • 391 * Recourir à l’allaitement artificiel est une décision hardie.

116[ms 57] Tous nos Enfans ont Eté Eleves avec tous les soins possible Celon nos moyens386. Leur mere les a tous nouris de Son propre lait387, Excepter Therêse, que nous mîme en nourice388 a cause quelle tetait si fort quelle faisait seigner le Bout du tetein389 et que Sa mere ne pouvait plus l’andurer ; mais elle ni fut pas longtems car, voyant quelle perissait390 plutôt que de profiter, on la retira au bout d’un an et ma femme l’éleva avec du lait de Vache391.

  • 392 * La répartition des tâches entre homme et femme est très claire : les soins aux jeunes enfants so (...)
  • 393 * On peut ici soupçonner un souci de distinction qui pousserait le mémorialiste à employer le mot (...)
  • 394 La bonne femme : expression familière pour désigner la sage-femme.
  • 395 * En amont de l’accouchement, Anne Chapeau prépare tout ce qui sera nécessaire au bon déroulement (...)
  • 396 * On met une poule au pot pour fournir à la jeune mère de quoi reconstituer ses forces. Un complém (...)
  • 397 * Beurée : tartine (Trésor du parler cénoman, op. cit., p. 68), sous-entendu « tartine de beurre » (...)

117Il n’a jamais Eté de femme [à] avoir plus de Courage et datention pour Elever et pour soigner des Enfans392, car dés en les mettant au monde, ce quelle faisait grace a dieu assés aisément (Excepté du premier quelle fut 26 heures dans les douleurs) je n’avais que le tems de courir chercher la Sage femme393 qui Etait dans le bourg ; souvent, en arivant dans la Maison, je trouvais l’Enfant né, la bonne femme394 n’avait pas Beaucoup d’ambaras : elle trouvait un paquet tout prêt pour enveloper l’Enfant et les autres linges quil falait pour l’accouchée395, car elle avait tant de prevenance quelle seignait la poule pour mettre dans le premier pot ; ce n’est pas quelle aimat Le gras mais elle prenait le Bouillon par Raison et laissait la viande396, mais Citos quelle Etait Couchée, elle demandet une Beurée397 et deux jours après, elle se Relevait et soignait son Enfant ; huit jours après elle allait a l Eglise Rendre grace a Dieu de son heureuse delivrance.

  • 398 * La répartition traditionnelle des tâches selon le genre des individus est ici très nettement exp (...)

118Des sept Enfant que Dieu nous a donné, elle n’a jamais voulu que je me sois levé la nuit pour Eux a moins quelle ne fut malade, disant que j’avais assés de mal a travailler le jour, pour prendre du Repos la nuit. Elle ne les Confiait guère a d’autres, Craignant quil ne fussent pas bien ; c’est pourquoi elle quittait très Rarement Sa maison398.

  • 399 * Les employer : employer, occuper utilement les enfants à mesure qu’ils grandissent. À ce stade, (...)
  • 400 * Le chemin de Bouquet est le chemin qui mène du bourg vers le lavoir (voir fig. n° 17).
  • 401 Cinq journaux de terre : Un journal représente en principe l’espace où un homme pouvait ouvrir un (...)
  • 402 * Aller à l’herbe : couper de l’herbe pour la nourriture du bétail, travail traditionnellement fém (...)
  • 403 * Faire des trammes, c’est précisément le destin dont son père avait menacé Nannon (voir ms 30).
  • 404 * Rabillet : habillait, peut-être avec la notion complémentaire de ravauder, réparer les vêtements (...)
  • 405 * Il faut comprendre : 60 livres de fermage, de loyer, par an. À comparer aux 30 livres payées pou (...)

119Comme nous avions une grande famille, nous Crûme bien faire, pour les Employer399, daller demeurer dans la maison qui fait le coin du chemin de Bouquet400. Sétait un bordage de cinq journaux de terre401, nous y avions deux mere vache ; nos filles ainées les gardaient. Ma femme allait a lherbe pour les nourir dans l’Etable402, elle me faisait mes trammes403, avait soin de son menage, Rabillet404 et tenet ces Enfants proprement, et nous navions point de servante. Nous y fûme demeurer en 1774 pour 60 F de ferme405.

  • 406 * Voir ms 28 et 54.
  • 407 * La maison où je demeure à présent : c’est la maison qui est parfois nommée le Grand Logys située (...)
  • 408 * Bien que La Fontaine soit plus proche du Mans, ces habitants du « Maine angevin » sont habitués (...)

120En 1780, il nous vint un heritage par la mort de notre tente de Vilaine, Veuve Lemercier, Celle qui avait Elevé ma femme406. La maison ou je demeure a present407 se trouvant a vendre, nous l’achetames la somme principale de 900 F. Nous avions déja eu deux autres petits heritages, celui de notre oncle Ory et celui de notre pere Chapeau, qui fut mourir a Angers, étant a lhopital pour se faire guerir d’un mal quil avait a la jambe gauche depuis 23 ans408.

  • 409 Insinuation : formalité établie par l’ordonnance de Villers-Cotterêt en 1539 et définitivement org (...)
  • 410 L’hommage au seigneur, ailleurs appelé « lods et ventes », était un droit seigneurial sur la mutat (...)

121[ms 58] Notre acquêt Etant fait, après avoir tout payé, c’est a dire 24 F pour le Contract, 15 F pour l’insinuation au controle de la Suze409 et 50 F de vente pour l’ommage faite au Seigneur410, qui Etait Mme l’abesse du Couvent de la Fontaine St Martin ; et comme elle nous devait cette somme de lheritage du pere Chapeau, cela ce trouve payé. Joint avec ce que dessus, les Reparations : total 1 100 F.

  • 411 * Elle avait un caractère difficile.
  • 412 * La satisfaction d’emménager dans une maison qui lui appartient donne lieu à la première date pré (...)

122Comme il n’y avait que la Rue Entre notre Cousine Bellanger et notre maison, ma femme se deplaisait d’Etre si près d’elle parce que nous demeurions devers cette demoiselle qui Etait un peu dificile a contenter411. Nous prîmes le parti d’aller loger dans notre maison le premier mai 1781412. L’année suivante, ma femme Esuya une grande maladie mais grace a Dieu, a l’aide des Remedes, elle en Echapa ; mais nous eumes lafliction de perdre notre fils ainé Louis, agé de onze ans.

  • 413 * Voir le plan reconstitué du village (fig. n° 17).
  • 414 * Nouveau doublement de loyer, alors que la surface de terre est moindre que dans la location de 1 (...)
  • 415 * Si l’expérience d’aubergiste n’occuppe que 10 lignes du manuscrit, elle a tout de même duré plus (...)
  • 416 * J’agetai : j’achetai.
  • 417 La busse était une mesure de capacité valant dans le Maine entre 230 et 240 litres. Dans la petite (...)

123En 1786, l’auberge du Plat d’Eteim se trouvant vacante, laquelle est située vis a vis la cure413, nous y fûmes demeurer. Il y avait trois journaux de terre prés la grande chaine. Je payais en tout 120 F414. Elle appartenet a mon Cousin Cureau. Nous nous y arangions trés bien mais la guerre Civile etant survenue, nous cessame de vendre du vin, car les celerats Chouans nous l’aurait bu sans payer, ce qui fut cause que nous Retournâme dans notre maison en 1797415. Lannée que nous fûmes demeurer au Plat d’Eteim, il fut une si grande abondance de vin qu’on n’avait pas assez de tonneaux ou le mettre ; j’agetai416 du bon vin de Clermont a dix francs labusse.417

  • 418 * Louis Simon a fait ensuite ce qu’il prévoit ici : voir plus loin, ms 75 à 77.

124Je passe ici sous Silence les Evénements de la Revolution, Reservant dans faire memoire a part418.

  • 419 * Le mémorialiste commet une erreur d’un mois. Décédé l’avant-veille, René Bruneau est inhumé à Sp (...)
  • 420 Un certain nombre d’habitants de La Fontaine savaient pourtant signer. Mais ils n’étaient pas capa (...)
  • 421 * Les affaires publiques.

125Etant Encorre au Plat d’Eteim, en 1788, au mois de Novembre, notre oncle René Bruneau Curé de Spay mourut419 et de son heritage j’en fits Bâtir la petite chambre qui est dans la cour et sur la Rue près de notre maison ; le reste, je lai presque tout depencé dans la Revolution, tant a aller et venir qu’a perdre mon tems, car jai Eté trois ans sans travailler a cause des troubles et on n’avait ici Recours qu’a moi, puisque jétais le Seul qui savait Ecrire420 et qui Entendits un peu les affaires421.

  • 422 L’an X de la République : du 23 septembre 1801 au 22 septembre 1802.
  • 423 * Je fits l’antreprise : j’entrepris, avec la connotation « je pris le risque ». Non loin de là, s (...)
  • 424 * Il s’agit de capter les chalands de la « grande route » en faisant bâtir une auberge. Le terrain (...)
  • 425 * Louis-Philippe-François d’Orvaux (né à Angers en 1740) avait été Lieutenant de cavalerie. Il déc (...)

126L’an dix de la Republique422, je fits l’antreprise423 de Bâtir une auberge sur la grande Route424. Feu M. Dorvaulx m’avait fait cette proposition mais Sa mort Etant survenue avec la Revolution, je ny pensey plus425.

  • 426 Revenu de la troupe : rentré de l’armée. * Augustin Simon avait appartenu à la 13e brigade d’infan (...)
  • 427 * Avantageux : lucratif.
  • 428 La mare sur le terrain de l’auberge à bâtir avait 1,65 m de profondeur.
  • 429 * Malgré la déclaration de soumission apparente d’Anne, les deux époux dialoguent en fait d’égal à (...)

127Cependant mon fils Augustin Etant Revenu de la troupe426, et voulant lui donner un Etablissement [ms 59] un peu plus avantageux427 que le métier de tisserand, je demandai a ma femme si elle trouveret bon que nous fissions cette antreprise. Elle me dit que sétait a ma volonté, mais quil y avait une grande dificulté dans l’androit ou je voulais Bâtir, sétait dans une Marre qui avait été Creusée pour Rehausser la grande Route, et dans lhivert, il s’y tenait cinq piés d’eau au milieu428, ou est a present le puit429. Mais je savais quil y avait une butte auprés, que j’espérais jetter dedans et qui remplirait le dite marre.

  • 430 Le chevalier Louis-François d’Arlanges, chevalier de Saint-Louis, avait épousé Louise-Agathe d’Orv (...)
  • 431 * Augustin et Paul. Ce dernier exerçait le métier de tailleur de pierres.
  • 432 * Voir fig. n° 34 (dessin de Michel Avril, 1996).
  • 433 * Louis Simon commet une erreur de date. Ce n’est qu’en 1808 qu’il se défait, au profit de Jean Le (...)
  • 434 * Il s’agit de l’un des héritages d’Anne Chapeau.
  • 435 * Achetée du gouvernement : il s’agit de biens ci-devant appartenant au clergé ou à des nobles émi (...)
  • 436 * Cette pièce de terre avait été adjugée 3 400 livres conjointement à Louis Simon, Michel Fougery, (...)
  • 437 * Le prieuré fut acheté par Pierre-Louis Charles, receveur de l’enregistrement à La Flèche, pour l (...)
  • 438 Tuffeau : pierre blanche tendre, très répandue dans la région. * Ces pierres récupérées sur « la s (...)
  • 439 * Le lieu sera rapidement rebaptisé « le chêne vert », à cause de l’arbre planté en face et qui vi (...)

128J’en parlai donc a M. Darlange430, qui me vendit le terrain, avec le bois qui y Etait, pour 150 F ; puis, a l’aide de mes deux fils431, je mis la butte dans la marre, et je bâti la maison, la salle et le cellier ; l’année suivante, je bâtit l’Ecûrie, et l’année suivante, je Bâtit la Boulangerie et le Cabinet432. Le tout compté Ensembles Reviens a la somme de 3000 F. Je fut obligé de vendre une maison 500 F, que javais heritée de mon père, laquelle joint le Plat deteim433 ; ma part d’une autres maison a Malicorne heritée de notre oncle le curé de Spay, 200 F434 ; une lande nommée Pierre Couverte que javais achetée du gouvernement435, 200 F ; Et une portion de la piéce de Bouquet, que javais achetée aussi du gouvernement+, 1200 F436. Les pierres Sont presque toutes des demolitions du couvent437, tous les tuffeaux438 Sont de la Sacristie ; je fits defricher le terrain, qui Etait un vieux chemin en Bruyere et en Broussils, pour un jardin. Le tout est nommé Le Soleil439.

+ Elle m’avait couté au district 560 F.

  • 440 2 ventôse an XI : 21 février 1803. * Augustin se marie un peu rapidement car il va être père de fa (...)

129Citos que cela fut logeable, mon fils Augustin y fut demeurer, cest a dire a la fête de Noël de l’an onze de la Republique, et ce maria le deux ventose suivant440.

  • 441 * Ma chère amie : le tendre vocabulaire du temps des amours ressurgit. Anne disparaît entourée de (...)
  • 442 * Comme pour sa sœur Élisabeth (ms 17), Louis accuse la médecine d’avoir empiré le mal.
  • 443 * Mercredi saint : le mercredi de la semaine sainte, qui précède le dimanche de Pâques.
  • 444 * On remarque le souci minutieux du détail, tant sur la date que sur l’âge de la défunte.
  • 445 * Le curé de Cérans est alors Pierre-Ambroise Houdayer (1777-1822). Voir « La Traque de l’historie (...)
  • 446 * L’abbé Letertre est resté à La Fontaine. Lors de la vente des biens du couvent, il a acquis le 1 (...)
  • 447 * Au bout de l’an : pour l’anniversaire du décès.
  • 448 * Une cérémonie concélébrée par quatre prêtres est un honneur auquel le sacristain-chantre Louis S (...)

130Enfin le jour fatal de notre Separation arriva par le Decés de ma chere amie441. Une malheureuse hydropisie de poitrine la prie par une toux vers le mois de Septembre, et aprés beaucoup de Remèdes qui ne lui firent que du mal442, elle Rendit son ame a son Créateur le six du mois d’avril mil huit cens trois, le mercredi Saint443, a sept heures du matin+444. On fits les Services après les Pâques, ou assisterent Mr le Curé de Spay, successeur de notre Oncle, Mr le Curé de Cerans mon ami445, M. Letertre Ci devant aumônier des Religieuse de La Fontaine446, et M. le Curé de La Fontaine ; au bout de l’an447, pareil service, ou assisterent les même prêtres448.

+ agée de soixante deux ans un mois

  • 449 * Ménage : « gouvernement domestique & tout ce qui concerne la dépense d’une famille… » ou encore (...)
  • 450 * La répartition de la gestion domestique entre les deux époux est révélatrice : à la femme les ac (...)

131Ce fut un coup bien malheureux pour moi de devenir veuf car, en trente six ans que nous avions Eté ensemble, jamais je ne métais mellé du ménage449. Je n’ai jamais sû Le Compte de notre argent ni de notre Linge : sétait ma femme qui achetait de quoi mabiller et tout ce quil fallait dans le menage, Excepté Le Bled, Le bois et la Boisson450.

  • 451 * Être à même : avoir la possibilité, être en situation de.
  • 452 * Marie-Anne Duclos, née fin novembre 1759 à Laval, avait donc 43 ans passés au moment du décès d’ (...)
  • 453 L’abbé Letertre avait légué à Marie-Anne Duclos la jouissance de La Bourne qu’elle avait vendue en (...)
  • 454 * Payet : ici, valait, rapportait.
  • 455 * À viage : en viager.
  • 456 * On ignore quels étaient au juste les rapports entre l’ancien chapelain et l’ancienne organiste d (...)
  • 457 * Le « grand monde » que Marie-Anne Duclos avait fréquenté, elle, la fille d’un tisserand lavalloi (...)
  • 458 * Un peu moins en réalité, quoique l’épisode ne soit pas précisément daté, puisque Marie-Anne Ducl (...)
  • 459 * S’écarter de la bienséance : il faut relativiser le jugement de Louis Simon à propos de l’audace (...)
  • 460 * On note l’élégance de la formulation…
  • 461 Jacques Chédieu avait succédé à René Bruneau comme curé de Spay * en 1788. Il était resté lié au c (...)
  • 462 * Je ne matendais pas dans une telle Reponce : là encore le mémorialiste reproduit presque mot pou (...)
  • 463 * Louis Simon est alors âgé de 65 ans.
  • 464 * Je ne poussa pas plus loin cet article : je ne poursuivis pas la conversation sur ce sujet délic (...)
  • 465 * Vincent Chédieu est un ancien militaire.
  • 466 * Où l’on voit une noce jouer son rôle dans la formation d’un nouveau couple… mais en dehors des g (...)
  • 467 * Le 27 janvier 1807. Soit, par hasard, quarante ans presque jour pour jour après les noces de Lou (...)
  • 468 Marie-Anne Duclos mourut le 27 août 1808, un an et demi après son mariage. * Son décès est déclaré (...)
  • 469 * Ainsi se termine, sur cette note mélancolique, la partie proprement autobiographique des souveni (...)

132[ms 60] Comme javais tant aimé ma Chere Epouse, je n’ai point pensé a me Remarier quoique j’en aye Ete bien a même451, surtout d’une fille, qui Etait Riche et jolie452. Elle demeurait a la Bourne, quelle avait heritée en usufruit de M. Letertre prêtre453, laquelle payet454 500 F de Rente+ par M. Fouqueré qui lavait achetée d’elle a viage455 ; et comme jalais souvent chez elle a la Bourne a cause quelle m’avait choisi pour son procureur au sujet du testament que Mr Letertre avait fait en sa faveur456 et pour soutenir un procés quelle eu avec un nommé Houry, quelle a perdu injustement, je me plaisais en sa compagnie parce quelle avait de l’Esprit et quelle avait frequanté le grand monde, etant organiste au couvent457. Cette pauvre Demoiselle devint amoureuse de moi ; elle avait 48 ans458, elle me convenait, mais comme je n’avais qu’un Coeur et que je lavais donné a ma pauvre defunte, je ne pu jamais y attacher mon amitié pour le mariage, quoiquelle fits tout ce qu’une fille peu faire en pareille occasion, même jusqu’a sécarter de la Bienseance459, mais elle eu beau faire et beau dire, elle ne pu rien gagner sur moi, parce que je ne pouvais oublier Anne Chapeau. Mais un de mes amis me debarassa460. M. Chédieu, frère du Curé de Spay461, me pria par une Lettre d’en faire la demande pour lui. Je ne manqua pas de la faire bien vite. Quand je lui eu lu la Lettre et fait mon compliment, elle jetta un grand soupir en disant : « Je croiais que vous me demanderiés en mariage, et Rien, faudret que je me serais offerte et vous savez que ce n’est pas aux filles a s’offrir. » Moi, bien surpris, car je ne matendais pas dans une telle Reponce462, je lui dis pour la flater : « Mademoiselle, javais peur que mon grand âge vous fits peur463 », « non, dit elle, votre âge ne m’aurait pas fait peur, mais seulement vos Enfants. » Je ne poussa pas plus loin cet article464 et pour coupper au plus cour, je lui dis que M. Chedieu vallait mieux que moi, quil avait 1 600 F de pension du gouvernement465 et que, si létait Boiteux a cause de sa blessure, il [n’]en Etait pas moins honnête homme, quil nêtait point méchant et quil avait fait bon ménage avec sa defunte ; enfin, elle me dit de lui Repondre quil n’avait qua venir quand il lui plairet et quelle le connaissait assés pour l’avoir vu aux noces de ma fille Agathe466. Citos quil eu la Reponce, il party et fut très bien Reçu, et ce sont mariés desuite467 ; puis, après deux ans de mariage, elle mourut468 et lui, trois mois après elle469.

+ elle avait aussi 8 000 F en argent et meubles

Notes

28 Comme on l’a vu, cette généalogie est fausse depuis Marin jusqu’à Michel, qui n’est pas fils d’André et qui est né en 1659. On trouve bien un Marin Simon marié en 1620 à Louise Maloyer et décédé en 1638, mais il ne peut pas être l’ancêtre de Louis Simon, non plus qu’un André Simon, baptisé en 1638, fils d’un Pierre Simon.

29 * L’âge tardif au mariage s’ajoute à la brièveté de la vie pour faire de l’aïeul un personnage rare. Le minutier de Cérans montre que les premiers nés n’ont eu aucune chance de connaître, dans 64 % des foyers leur aïeul paternel, dans 56 % leur aïeul maternel, dans 39 % leur aïeule paternelle, dans 37 % leur aïeule maternelle. Que dire des puînés ? (A. Fillon, « À la recherche des aïeuls du Maine… », Fruits d’écritoire…, op. cit., p. 209-240).

30 * Cet intertitre n’existe pas dans le manuscrit. Ajouté par Anne Fillon dans l’édition de 1996, il s’inspire directement de Louis Simon (ms1, lignes 2 et 3).

31 Le mal de l’an, dit aussi « carreau », * se manifestait par des coliques et des convulsions, notamment chez le nourrisson au cours de sa première année.

32 Plain-chant : chant à l’unisson accompagnant les cérémonies de l’Église catholique. * Dans le village sans école qu’est La Fontaine Saint-Martin, la transmission des quatre fondamentaux du savoir se fait ici du père au fils.

33 * Le père de Louis avait lui-même reçu le chant d’Église de son propre père sacristain. Et le père de celui-ci « était aussi fameux chantre d’Église » (ms 2).

34 * Charles-Louis de Froullay fut évêque du Mans de 1723 à 1767.

35 * Ces « grands changements » concernent non seulement le chant mais l’ensemble de la liturgie.

36 * Il faut sans doute lire « elle s’affaiblit ».

37 * Sans la grossesse d’Anne Cureau, Louis-François Simon ne l’aurait pas épousée. Son inconduite postérieure ne peut se dissocier de l’immense solitude de ce garçon doué, dans l’impossibilité de faire valoir ses talents. Marié à une femme totalement illettrée et confiné dans un village aux horizons étroits, il a besoin de l’auberge qui est pour lui à la fois la gazette, le théâtre et la tribune.

38 * Syndic de la paroisse : représentant de la communauté villageoise dans ses démarches pour défendre ses intérêts (devant la justice notamment). Il est élu pour un an par l’assemblée générale des chefs de familles.

39 * Dans la maison d’un étaminier, l’argent ne rentre que lorsque la pièce de quarantetrois aulnes est livrée au marchand. Et pour tisser cette pièce, l’ouvrier doit se tenir à son métier durant 6 à 7 semaines.

40 * Louis-François Simon emprunte d’abord à Jean Ory, jardinier du château, en échange d’une rente annuelle de dix livres. À l’automne 1742, l’argent manque au moment d’acheter les provisions et le ménage emprunte 200 livres en hypothéquant tous ses biens. La somme est considérable : le revenu annuel d’un sarger. En 1743, L.-F. Simon vend sa terre du Genetay à Courcelles et trois mois après, il liquide les restes de son héritage.

41 En 1752, le seigle était passé de 9 sols à 80 sols le boisseau.

42 La guerre de la Nauvre est la guerre de Hanovre. * La prononciation locale n’aspire pas le « h ». Il s’agit de la guerre qui sera dite plus tard de Sept Ans (1756-1763).

43 * Cet « ami » parti à la guerre était probablement Joseph Sassier, soldat, puis caporal, enfin sergent au régiment de Vatan. Fils d’un huissier d’Oizé, il était apparenté à une famille de La Fontaine.

44 L’auberge de la Chasse aux cerfs était située à la sortie de la ville de La Flèche, près des remparts, au-delà du lieu appelé la « Contrescarpe ».

45 * À deux reprises dans la même journée, l’aubergiste prend soin du jeune homme naïf et exalté qu’il voit se mettre en danger dans sa salle d’auberge.

46 * Le premier pont de Sèvres, construit en 1684 sur décision de Louis XIV afin de faciliter les déplacements entre Paris et Versailles, se trouvait à l’extrémité de l’Île Seguin et était construit en bois.

47 Sainte-Marguerite peut désigner une paroisse près de Pornichet (qui n’est certes pas une île mais qui aurait pu être la dernière étape du soldat avant la rencontre), ou, comme l’a suggéré André Corvisier, l’île Sainte-Marguerite de Lérins, en face de Cannes et non en Basse-Bretagne. Dans ce cas, le soldat se serait très largement écarté de sa « route », mais son admission serait toutefois possible en cette année 1763 où affluent à l’hôtel royal les blessés et mutilés et où, selon les chiffres donnés par André Corvisier, on en admet 7 223, alors que la moyenne des années normales est de 1 000 par an.

48 Bergobsom : c’est Bergen op Zoom, une ville des Pays-Bas qui fut prise par les Français en 1747 pendant la guerre « de la reine d’Hongrie », c’est-à-dire la guerre de succession d’Autriche (1740-1748).

49 * La voie fluviale joue un rôle essentiel dans la circulation intérieure de la ville. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’augmentation du trafic fluvial se conjugue à la volonté d’embellissement pour entraîner des transformations : démolition des maisons sur les ponts, création de nouveaux quais et ports, expulsion de certains métiers (Isabelle Backouche, La Trace du fleuve, La Seine et Paris [1750-1850], Paris, EHESS, 2000, 431 pages).

50 * La Monnaye de Paris était alors située à l’emplacement actuel de la rue Boucher et des magasins de la Samaritaine et de la Belle Jardinière. Un nouvel hôtel de la Monnaie de Paris, construit quai de Conti par l’architecte Jacques-Denis Antoine, fut achevé en 1775 (Dov Zerah, La Monnaie de Paris : 12 siècles d’Histoire, Paris, Le Cherche Midi, 2006, 113 pages).

51 * L’Hôtel des Invalides, chargé de débarrasser la ville d’une mendicité menaçante, vit ses pensionnaires devenir trop nombreux à la suite des guerres de Louis XV. La visite de Louis Simon se place à la veille de profonds changements : l’idée d’une retraite militaire finit par s’imposer et la réforme de Choiseul crée une pension d’invalidité (1764). Seuls les individus nécessitant des secours médicaux et moraux sont maintenus dans l’institution parisienne (Jean-Pierre Bois, « Les soldats invalides au XVIIIe siècle : perspectives nouvelles », Histoire, Économie et Société, 1982, vol. 1, nos 1-2, p. 237-258).

52 La maison de secours Saint-Gervais dépendait de l’hôpital Saint-Gervais, qui aurait été fondé en 1171 pour donner l’hospitalité aux pauvres passants.

53 Les domestiques des bonnes maisons portaient des chemises garnies de dentelle.

54 La foire Saint-Ovide se célébrait au mois de septembre, avec octave, en présence d’« un concours extraordinaire de peuple » selon La Description historique de la ville de Paris de Piganiol de La Force.

55 * Sans paraitre impressionné par la différence d’échelle – du moins un demi-siècle plus tard – Louis Simon trouve dans ses références villageoises un point de comparaison avec la foire parisienne.

56 Le culte de Saint Ovide avait été créé ex-nihilo à Paris. C’est le duc de Créqui, ancien ambassadeur à Rome, qui, ayant reçu du pape Alexandre V « un corps saint tiré des catacombes et honoré du nom de Saint Ovide martyr » en avait fait présent aux religieuses capucines, d’abord installées sur l’emplacement de la place Vendôme puis transférées plus tard rue neuve des Petits-Champs. * La translation de ces reliques se termina le 10 septembre 1665 par une procession solennelle. Saint Ovide, saint jusqu’alors inconnu, et pour cause, des Parisiens, devint rapidement un élément important du paysage religieux. Le pèlerinage prit une ampleur croissante, au point de devenir l’une des plus grandes foires parisiennes des XVIIe et XVIIIe siècles.

57 L’anecdote des deux pieds gauches n’est pas mentionnée par V. Berger qui décrit avec minutie « les trois temps de l’authentification des reliques ». Louis Simon colporte-t-il des rumeurs ? (Vivien Berger, « Translations en contexte(s). Le cas parisien de saint Ovide », Fl. Brayart [dir.], Des contextes en histoire, Paris, Bibliothèque du centre de recherches historiques, 2013, 347 pages, p. 229-234).

58 * Horloge de bois : grande horloge en bois massif, de forme souvent violonnée, avec une ouverture vitrée permettant de voir le balancier, aujourd’hui appelée « comtoise », alors que toutes les régions en ont produit.

59 * Le bruit permanent de Paris est souvent évoqué et notamment dans le Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier : « il n’y a point de ville au monde où les crieurs et les crieuses des rues aient une voix plus aigre et plus perçante ».

60 Louis Simon remarque la hauteur sous voûte de la cathédrale de Beauvais, qui est en effet de 48,20 m.

61 La duite est le nom donné à un fil isolé de la trame.

62 L’étaim est un fil de laine plus ou moins fin.

63 * Panne : étoffe (de laine, soie, coton) travaillée comme le velours, dont le poil plus long et moins serré est couché, et qui sert dans la confection de vêtements ou dans l’ameublement.

64 * Étoffe croisée, et, substantivement, du croisé : étoffe fabriquée à quatre marches au moins et dont les fils de la trame sont plus serrés que dans l’étoffe à deux marches (Littré).

65 * L’habileté des étaminiers du Maine faisait d’eux une sorte « d’aristocratie des tisserands ». Selon l’Encyclopédie méthodique, l’étamine du Mans « exige une belle filature telle qu’on ne peut guère espérer l’étendre en France » (Panckoucke, 1785, tome 1er, p. 363-364).

66 * Rhains : Reims.

67 Chef : tête.

68 Vœux : ex-voto.

69 * Comme on en voit ailleurs : Louis Simon fait ici discrètement allusion aux ciriers du Mans qui avaient fait des ex-voto une de leurs spécialités.

70 * La collection d’outils de ciriers Lemarchand, au Mans, comporte des moules en terre de membres (pieds, bras) pour les blessures, et d’enfants entiers de la taille d’une poupée pour les couples stériles.

71 * Découverte : dépouillée.

72 La calmande était un satin de laine qui se fabriquait à cinq marches et cinq lames, se travaillant sur l’envers.

73 * En réalité, lorsque Louis Simon va à Saint-Sulpice, l’architecte Servandoni n’a pas terminé ses travaux. Sont édifiés les deux premiers ordres de la façade tels qu’on peut les voir aujourd’hui ainsi que le premier étage des tours.

74 Sainte-Geneviève la Neuve, dont les murs ne sont encore qu’à 3,20 m de hauteur, comme le confirment les descriptions de l’époque, est le futur Panthéon.

75 * Les Champs-Élysées que Louis Simon découvre ne comportent alors que médiocres guinguettes et baraques de foires. Deux ans après son passage, le roi permet la construction de bâtiments de part et d’autre de l’avenue. Les célèbres chevaux de bois ne s’installeront qu’en 1777. Les rapports du garde-suisse en poste aux Champs-Élysées à partir de cette date, montrent la coexistence sociale qui régnait sur la promenade (Arlette Farge, Flagrants délits sur les Champs-Élysées : les dossiers de police du gardien Federici [1777-1791], Paris, Mercure de France, 2008, 448 pages).

76 * Neully : Neuilly. C’était alors le pont de bois construit au début du XVIIe siècle. Neuf ans après le passage de Louis Simon, un ouvrage de cinq arches de pierre en anse de panier de 219 mètres de long, est conçu par l’ingénieur Jean-Rodolphe Perronet, fondateur de l’École des Ponts et Chaussées. Construit dans le prolongement de l’avenue de Neuilly, il est inauguré le 26 septembre 1772 en présence de Louis XV.

77 * La machine de Marly était une machine hydraulique complexe chargée d’alimenter Versailles en eau.

78 * Ce calvaire du Mont Valérien attirait les Parisiens pieux en procession le long d’un chemin bordé de chapelles matérialisant les stations du chemin de croix.

79 * Saint-Cloud est alors une destination prisée des promeneurs parisiens.

80 2 lieues correspondent à 8 km environ.

81 * L’ambassadeur de Venise à Paris est alors Domenico Almoro (voir introduction).

82 * Huit coureurs habillés en blanc : il s’agit peut-être de huit des vingt-quatre Gardes de la Manche, Gardes du corps du roi dont l’uniforme était à fond blanc, brodé d’or (voir introduction).

83 * Ouzard, pour housard, prononciation et forme attestées au XVIIIe siècle pour hussard. Le Dictionnaire de l’Académie traduit : « Houssard & Housard, cavalier hongrois… ».

84 Selon Louis Simon les ouzards mesuraient près de 2,30 m, * mais il a manifestement conscience de l’exagération de cette évaluation (« l’on disait »).

85 * Versailles étant ouvert à tous, la sécurité est assurée par de nombreux corps armés, dont les évolutions semblent avoir marqué le voyageur du Maine (voir introduction).

86 * La chapelle palatiale que visite Louis Simon avait été achevée en 1710 : c’était le dernier grand chantier porté par Louis XIV, qui avait mobilisé l’architecte Jules Hardouin-Mansart et les meilleurs peintres et sculpteurs. La richesse et la complexité du programme iconographique mis en œuvre avait de quoi déconcerter le jeune villageois.

87 * L’entretien de la ménagerie construite par Le Vau en 1663 fut délaissé et dès 1751 l’architecte Gabriel constate sa dégradation. Les animaux sont quasiment en liberté, dans des bâtiments en ruine, lorsque Louis XVI réfléchit au transfert des rescapés au Jardin des Plantes de Paris (Joan Pieragnoli, « La Ménagerie de Versailles », Versalia, n° 15, 2010, p. 174-175).

88 * À St Cyr : Louis Simon fait référence au pensionnat destiné aux jeunes filles de la noblesse pauvre, créé en 1684 par Louis XIV à Saint-Cyr (actuellement Saint-Cyr-l’École, Yvelines), à la demande de Mme de Maintenon.

89 * Quand Louis Simon passe au château de Rambouillet, celui-ci appartient au duc de Penthièvre, qui se consacre principalement à l’embellissement des jardins, développant le réseau de canaux et aménageant 25 hectares du parc à l’anglaise (Sophie Cueille, Le domaine de Rambouillet, Paris, Monum-Éditions du patrimoine, 2005, 64 pages). Le voyageur du Maine, un demi-siècle après, n’a retenu que le nombre de fenêtres.

90 Les dimensions que Louis Simon attribue aux deux clochers de Chartres correspondent à 122,80 mètres et 110,10 mètres. Le Grand Dictionnaire Larousse du XIXe siècle indique les hauteurs de 122 et 112,05 mètres.

91 * Faire la conduite : raccompagner, reconduire sur un bout de chemin… La même expression est employée pour désigner l’accompagnement rituel d’un compagnon quittant une ville, escorté sur la route du départ par un cortège de compagnons portant la canne.

92 * Bonnétable : petite ville située à 27 km en droite ligne au nord-est du Mans, soit environ 5 heures et demie de marche.

93 * Au lieu de l’ancienne route (avant la construction de la Royale 23) qui menait du Mans à Paris par Bonnétable, Bellême, Châteauneuf-en-Thymerais, Dreux… et demandait cinq jours en chaise de poste, véritable aventure relatée par Leprince d’Ardenay (Mémoires d’un notable manceau…, op. cit., p. 45-46 et 56-59), Louis Simon emprunte des chemins de traverse : piéton, il met également cinq jours pour effectuer le trajet en sens inverse, en marchant aussi la nuit du 24 au 29 octobre 1763.

94 Le Juliané était une magnifique horloge astronomique, haute d’environ 8 mètres, installée dans le bras nord du transept de la cathédrale du Mans par le cardinal de Luxembourg vers 1512. * Toutes les heures défilaient des automates en bois peint figurant les douze apôtres, frappant sur des timbres une mélodie en l’honneur de saint Julien, commençant par « Juliano Praesuli ». Dans une lettre de 1861, l’abbé Tournesac rapporte qu’un siècle plus tôt l’on disait « allons entendre les Julianos ». Il ajoute qu’à une fenêtre apparaissaient des figures représentant les jours de la semaine, de bonne mine pour les lundis, mardis, mercredis et jeudis, maigres pour vendredi et samedi, et dotées d’un parfait embonpoint pour le dimanche. L’horloge indiquait aussi les heures et les minutes, la marche annnuelle du soleil sur l’écliptique, son lever et son coucher, les phases lunaires ainsi que le mouvement des planètes. (Paul Gélineau, « Études sur l’horlogerie ancienne dans le Maine », SASAS, 1933-1934, p. 67-105).

95 * Issu de la famille des princes de Monaco, Louis-André de Grimaldi fut évêque du Mans de 1767 à 1777. Le journal de Nepveu de La Manouillère se fait le témoin des « Fastes, mondanités et scandales, l’effervescence des années Grimaldi » (Journal d’un chanoine du Mans…, op. cit., p. 151-300).

96 Il semble que Mgr de Grimaldi avait fait retirer le Juliané de la cathédrale car les visites continuelles troublaient les offices. Mais cet évêque avait la réputation d’être libertin, d’où les soupçons de Louis Simon.

97 * Ces chansons nouvelles se répandaient du Pont Neuf parisien aux villages par transmission orale et par les livrets de colportage.

98 * Paragraphe éloquent d’une part sur l’amour maternel exprimé par la réaction d’Anne Cureau, d’autre part sur les circulations déjà très actives des lettres et paquets.

99 * Décédée le 10 novembre 1763, la jeune fille est inhumée le lendemain « en présence de Pierre Simon son grand père, de René Boucher et Louise Renou et beaucoup d’autres qui ont dit ne signer ». Seul le curé Semelle signe l’acte (Ad Sarthe : BMS La Fontaine Saint-Martin 1762-1792, vue 16/163).

100 * Louis-François Simon et Anne Cureau sont frappés plus cruellement que la moyenne des parents de la région. Il est peu de familles qui aient dû faire six enfants pour en garder un. La pauvreté n’est certainement pas étrangère à ce triste record. C’est le seul décès d’un de ses frères et sœurs que Louis Simon décrit et commente (à l’exception d’une autre allusion ms 64).

101 * Amant : galant, soupirant.

102 M. Cosset peut à peu près certainement être identifié comme étant Julien Cosset, né le 22 mars 1743 à Ligron, fils de François, potier en terre, et de Marie Rolland. Son frère François avait épousé Marie Fougery, alliée à maître Lefranc, notaire du village, et à François Fougery, maréchal à La Fontaine. * Julien Cosset avait 20 ans lorsque sa promise mourut. Il ne contracte une union que quatre ans plus tard, le 19 mai 1767, avec Marie Patoil, fille d’un vigneron. Il est alors qualifié de journalier (Ad Sarthe : BMS Ligron 1740-1770, vue 563/649).

103 * Vielle, ou vielle à roue : instrument à cordes muni d’un clavier, dont les cordes sont frottées par une roue actionnée par une manivelle. La vielle à roue connaît un grand essor au XVIIIe siècle, du haut en bas de la société. L’engouement aristocratique a suscité un volumineux corpus musical pour la vielle, où abondent les pièces à l’allure « popularisante » destinées à évoquer les bergers d’Arcadie. Était-ce ce répertoire que jouait Louis Simon ?

104 * Page 64 du manuscrit, Louis Simon nous indique qu’il jouait du fifre.

105 * Bombarde : instrument à vent en bois, à anche double. Son dessus, appelé chalemie, est l’ancêtre direct du hautbois.

106 En indiquant qu’on ne jouait pas aux boules « dans des jeux arrêtés », Louis Simon veut marquer la différence avec l’époque où il écrit : les villages commencent alors à avoir un espace spécifiquement aménagé pour le jeu de boules.

107 Bouquets : fêtes de fin de moisson, où un bouquet était offert à la fermière, planté sur la dernière gerbe.

108 Érussées : veillées de travail au cours desquelles on arrachait les feuilles des tiges de chanvre pour obtenir, avec un temps de rouissage moins long, la décomposition de la partie fibreuse de la plante. * Les érussées ont lieu fin août pour les pieds mâles et fin septembre pour les pieds femelles.

109 * Jouer du violon pour faire danser la jeunesse : l’utilisation d’un ménétrier extérieur au groupe des danseurs, et qui plus est jouant du violon, indique que la jeunesse du village, en ce début des années 1760, commence à dédaigner les rondes chantées pour entrer dans l’ère de la contredanse.

110 * Maîtresse : au vu du contexte du récit, on pourrait ici traduire le terme par « prétendante ». En tout cas il ne s’agit que d’une fréquentation légère, sans dimension charnelle, en amont même du « temps de “conter fleurette”, première phase du badinage » (Anne Fillon, « Les Fleurs de l’amour », Bulletin des Historiens Modernistes. L’amour à l’Époque Moderne, PUPS, 1994, p. 101-117).

111 * Anvoise : Avoise, village situé sur le cours de la Sarthe à 24 km à l’ouest de La Fontaine.

112 * La jeune fille allant et revenant de faire les provisions quotidiennes du couvent traversait sans cesse le village.

113 * Fugace point de repère temporel dans ce récit sans date. Il s’agit du carême de l’année 1765 (voir en 4e partie, la reconstitution du calendrier des amours).

114 Vis-à-vis : en face.

115 * Le langage de Louis Simon est ici emprunté aux chansons nouvelles en vogue qui disent à propos du « refus d’un autre amour » : « Je veux ignorer la tendresse, Qu’on ne me parle plus d’aimer, car c’est une folie, Je veux rester garçon » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 328-329).

116 * Où peut-on se « procurer » des livres au village ? On peut en acheter au colporteur, mais surtout en emprunter à ceux qui en possèdent, c’est-à-dire les minces élites villageoises et au premier chef le curé.

117 * L’arrivée du nouveau curé, Marie-Olivier Semelle, en juillet 1751 (Ad Sarthe : G 395, folio 92), va mettre les sciences profanes à la portée du jeune Louis, qui a alors dix ans. Le curé Semelle est à La Fontaine le premier représentant de l’esprit des Lumières. Louis Simon pouvait trouver dans sa bibliothèque des ouvrages d’histoire, de géographie, des récits de voyage, des traités de droit et de médecine, etc. (voir « La Traque de l’historien »).

118 * On remarque que chanson profane et chant d’Église vont de pair dans les souvenirs de l’étaminier.

119 Faire la sacristie : préparer l’église pour les cérémonies, les baptêmes, mariages, enterrements.

120 Durant l’année 1764, Louis Simon est sept fois « garçon de cérémonie » ou parrain.

121 * Sans amitié : sans amour.

122 * 24 juin 1765 : l’arrivée de Nannon Chapeau à La Fontaine Saint-Martin est un événement majeur, gravé d’une date précise dans la mémoire du vieil étaminier qui rédige ses souvenirs. En ce jour de Saint-Jean, date de début et de fin des louages de domestiques, les deux jeunes filles se succèdent dans le poste de servante tourière du prieuré.

123 * L’église, lieu de mixité, permet d’apercevoir l’autre sexe. Il faut ajouter que les rôles actifs remplis par Louis lors de la messe dominicale le distinguent et le valorisent aux yeux de la nouvelle paroissienne.

124 Un certain nombre de villageois étaient désignés par un surnom, qui s’appliquait aussi à leur femme, et à leurs enfants. C’est le cas de la Saint-Louis. * Ces surnoms peuvent se transmetre de père en fils ou en fille sur plusieurs générations.

125 Le « nom de garçon » était le diminutif porté jusqu’au mariage.

126 * Elle était à l’office du Tour : la Saint-Louis emploie une périphrase élégante pour exprimer le fait que Nannon travaillait au tour comme servante.

127 * On avait dû l’appeler autrefois « maître Chapeau » en Anjou et après quelques années à La Fontaine, il était devenu le « père Chapeau » ou le « bonhomme Chapeau ».

128 * Premier bouvier et conducteur du domaine : si le bouvier est celui qui soigne, garde ou conduit les bœufs, le premier bouvier est en quelque sorte le contremaitre ou régisseur du domaine qui dirige (conduit) les valets de ferme.

129 * On retrouve dans cette formulation un écho de la répugnance envers le service d’autrui, déjà exprimée plus haut par Louis Simon disant « je preferai mon metier a l’Etat de domesticité » (ms 11).

130 * Très savant chantre et très zélé pour enseigner le plain-chant : cette description des talents du chapelain laisse penser qu’il avait pu être formé au chant d’Église dans une maîtrise d’enfants de chœur (psallette).

131 * Cette phrase énigmatique peut faire allusion à la possibilité pour le jeune homme de valoriser ultérieurement son bagage de chanteur, dans l’hypothèse d’une migration vers une ville dont les églises gratifiaient leurs chantres de gages qui venaient compléter les revenus tirés de l’activité artisanale, souvent textile.

132 * Ce passage constitue un témoignage rarissime au sujet de la formation cantorale des chantres de village (voir introduction).

133 * Le pavillon du côté du cimetière : une partie de ce pavillon subsiste aujourd’hui. C’est celui qui est situé sur la droite de l’entrée quand on se dirige vers l’emplacement du couvent. En vis-à-vis, le pavillon symétrique côté gauche a été conservé (devenu une maison particulière, il ne se visite pas).

134 * Une voix « forte » est attendue du bon chantre et la puissance vocale, marqueur de l’identité paroissiale, est source de fierté vis-à-vis des paroisses voisines : « le volume sonore du lutrin figure parmi les indices de la puissance et du prestige de la collectivité villageoise » (X. Bisaro, Chanter toujours…, op. cit., p. 71).

135 * L’Amour ici utilisé comme substantif est un écho du vocabulaire des chansons (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., « Pour Louis Simon : l’école chansonnière », p. 325-332).

136 La Grande Rochelle : ferme située à environ 2 km au nord du bourg.

137 * Nous sommes donc au tout début de décembre 1765.

138 * Louis Simon dit cela pour badiner, car le mot amant signifiant « galant agréé », on ne peut en avoir trois à la fois.

139 La pièce de Bouquet : le champ près du lavoir de Bouquet.

140 * Ce lavoir est référencé dans une étude publiée en 2015 par deux Guides-habitantes des Amis de Louis Simon : J. Chartier et A. Louveau, Lavoirs en Sarthe, op. cit., p. 40 et 145-146.

141 La Porcherie était une ferme proche du Couvent. * Il s’agissait d’un accès plus discret permettant à la jeune fille de regagner sa chambre au sein du prieuré sans attirer l’attention.

142 Faire l’amour : (à cette époque) faire la cour.

143 Ruelle du lit : espace laissé entre le lit et le mur.

144 L’inventaire dont parle Nannon Micaux correspond à sa part dans la succession de son père.

145 * On croit, là encore, entendre presque mot pour mot les paroles d’une chanson du temps.

146 * Ces grosses jambes peuvent correspondre à de l’œdème, parfois symptôme d’insuffisance cardiaque congestive.

147 * Hydropisie : « enflure causée en quelque partie du corps par les eaux qui se forment & qui s’épanchent » (Dictionnaire de l’Académie Françoise). En relevant ce décès précoce, le mémorialiste rend implicitement hommage à la perspicacité de son père.

148 Comprendre : alors que je revenais de chanter, je rencontrai Nannon Chapeau…

149 Tour : pièce(s) d’un monastère de religieuses cloîtrées, située(s) hors de la clôture et communiquant avec l’extérieur. * C’est en quelque sorte l’interface entre le monde clos des religieuses et l’effervescence du monde villageois. On apprend ici que la jeune tourière dispose d’un « logement de fonction » (une chambre) situé à proximité immédiate de son lieu de travail.

150 Fouasse (fouace ou fouée) : galette de froment pétrie avec du lait et du beurre * Certains bordagers doivent en livrer à leur propriétaire en plus de leur fermage. Ici, en sens inverse, la fouasse devient une sorte de rémunération en nature que le couvent délivre à ses employés.

151 * Nous sommes toujours dans l’hiver 1765-1766.

152 * Les garçons du couvent : les valets employés aux travaux agricoles du couvent, qui est aussi une exploitation.

153 * Un dîner de morue : la morue, régal de mi-carême, arrivait par bateau à Malicorne. Or le courrier de la poste aux lettres, Follenfant, qui était de La Fontaine, passait par Malicorne pour porter et chercher les missives à Sablé (A. Fillon, Louis Simon étaminier…, op. cit., vol. 2, p. 346).

154 Saint-Mathias : le 24 février.

155 * Je fus invité : on peut penser que si les domestiques du couvent invitent Louisot c’est pour ses talents de musicien et de chanteur, propres à apporter de l’animation à leur fête.

156 Certaines fermes « vendent à la guinguette », c’est-à-dire vendent du vin comme les cabarets. C’est le cas de la Touche, mais aussi de la Ségrairie, une ferme du château * située à la sortie du village sur le chemin qui mène vers la grand’route de La Flèche.

157 * Aller en ferme : prendre un bordage à bail, devenir fermier.

158 * Leur monter : monter leur ménage. La condition de domestique est transitoire, le temps de réunir la somme qui permettra de financer l’installation en tant qu’exploitants agricoles et que foyer autonome.

159 * Pierre Patoy ne possédait pour tout bien que le pécule amassé pendant qu’il était domestique. Vu son âge, cela peut toutefois représenter une somme non négligeable, économisée durant ces années où il a été nourri et logé.

160 * Revenons à la Ségrairie : la formule évoque le style du conteur de tradition orale qui ramène ses auditeurs vers le fil du récit après une digression.

161 * La visite de Louisot à son grand-père est intéressée : elle lui permet de passer la fin de journée positionné à un emplacement statégique au cœur du village pour ne pas manquer le passage de Nannon entre la Ségrairie et le couvent (voir fig. n° 17).

162 Les chansons nouvelles disent « La peine perce nos cœurs » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 329).

163 * Nous remettre : nous réconcilier.

164 Faire des ouvrages à la broche : tricoter.

165 * On peut penser que Louis Simon réécrit quelque peu ici le long discours qu’il prête à son père. Il en profite pour énumérer ce qu’il considère lui aussi sans doute, au soir de sa vie, comme les qualités nécessaires à une bonne épouse.

166 * C’est cet oncle Ory qui est propriétaire du livre sur lequel Louis Simon écrira ses souvenirs.

167 * Aller boire bouteille ensemble : formule qui perdure aujourd’hui sous la forme « aller boire un pot ». Louis Simon invite l’oncle de Nannon en terrain neutre, dans un cabaret fléchois.

168 Il y avait eu dans la région plusieurs épidémies de peste bovine.

169 * Aller servir : entrer au service de quelqu’un.

170 Louis Simon écrit indifféremment Mercier ou Lemercier. Bonne Fontaine était une grande ferme dépendant du château de Malicorne, située à 1,5 km à l’ouest de Villaines * [aujourd’hui Villaines-sous-Malicorne], soit à environ 15 km de La Fontaine. Comme le sait le vieux marchand fléchois, l’église paroissiale de Villaines est dédiée à saint Germain.

171 Le galand est celui qui courtise, l’amant est, en principe, un galant agréé. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, il arrive qu’on confonde les deux termes.

172 * On remarque ici la complexité recherchée de la formulation.

173 Dîner : déjeuner de midi.

174 * Ici, le mémorialiste semble avouer qu’il avait quelque peu brodé sur la réalité pour rassurer son père.

175 * Dès le lendemain de l’entrevue des deux pères, la relation des deux jeunes gens a donc changé de nature : du temps de « conter fleurette », on est passé à la phase de « fréquentation autorisée », et Louisot s’est hissé au statut de galant agréé (A. Fillon, « Les Fleurs de l’amour… », art. cité, p. 103).

176 * Près d’un demi-siècle plus tard, Louis Simon a gardé mémoire précise de la liste de ses achats, confirmant ainsi l’importance de l’offrande des cadeaux dans le rituel de la fréquentation amoureuse.

177 * Diamant cristal : verre taillé à la façon d’un diamant.

178 * Casaquin : corsage à basques, plus ou moins longues.

179 * Toile de picot à fleurs : piqué de coton imprimé (ici de fleurs, motif fréquent).

180 * Siamoise : mot dérivé de Siam (aujourd’hui la Thaïlande), et désignant initialement les somptueuses étoffes de soie apportées par les ambassadeurs du roi de Siam à Louis XIV. Le sens s’élargit ensuite à des tissus de coton imprimé très divers.

181 * Nannon ouvre chaque matin l’abbatiale, mais les rendez-vous des deux amoureux n’ont lieu que le dimanche, seul jour où l’on s’autorise à consacrer du temps à ce type d’activité : dans cette société, les affaires de cœur n’interfèrent pas avec l’activité professionnelle.

182 * Sonner d’un grand matin l’angelus : les cloches invitent à la prière du matin par trois séries de trois tintements suivis d’une pleine volée. On récitait l’angélus, prière de dévotion mariale, le matin, le midi et le soir. Pour courir à son rendez-vous dominical, Louis Simon sonne de plus grand matin : bel exemple de la fluctuation du temps entre les mains d’un sonneur amoureux !

183 * Malgré la formulation qui semble installer le récit sur une longue durée, seul l’été 1766 a vu ces rendez-vous matinaux de Louisot et Nannon. Durant l’été 1765, les deux jeunes gens se connaissaient seulement de vue, Anne Chapeau étant arrivée à La Fontaine le 24 juin 1765. Et durant l’été 1767, ils sont mariés depuis six mois.

184 * À la formule rituelle (« en gage », « en foi », « en considération de mariage »), Louis Simon ajoute le sentiment (A. Fillon, « Les Fleurs de l’amour… », art. cité, p. 102).

185 Les femmes de tisserands passaient les fils de trame pour avancer le travail de leurs maris, car cela ne nécessitait pas de technique particulière.

186 * Comprendre : où il faut acheter toute sa nourriture à l’extérieur. Un artisan de village dispose néanmoins d’un jardin vivrier pour produire une partie de l’alimentation familiale (légumes, petits élevages de poules, de lapins), mais évidemment pas le blé en quantité pour le pain quotidien. C’est à cela sans doute que se réfère la phrase du père Chapeau.

187 * Cette superbe déclaration de rébellion d’une fille face à son père met à mal les idées reçues qui répètent à l’envi que tous les mariages d’autrefois étaient arrangés par les parents. Dans l’Ouest, au moins, « régions de famille conjugale et de faible autorité parentale » (A. Fillon, « La culture villageoise… », art. cité, p. 614), cette idée reçue est fausse.

188 Le chapelain était l’aumônier des religieuses et le procureur était leur homme d’affaires.

189 * Apprendre un état : apprendre un métier. Aux yeux de l’aumônier et du procureur, il aurait été logique qu’une nièce de curé soit mise en apprentissage, par exemple chez une maîtresse couturière ou lingère.

190 * Au Mans pour être chanoine : le chapelain des bénédictines de La Fontaine avait obtenu un canonicat dans l’un des deux chapitres du Mans, vraisemblablement celui de la cathédrale Saint-Julien (voir « La Traque de l’historien »).

191 * Le 22 juin 1766, autre date précisément inscrite dans la mémoire du vieil homme.

192 Bon homme (bonhomme) : homme du peuple, paysan, et d’âge mur (Trésor du parler cénoman, p. 75).

193 * Si Louis Simon se sent obligé d’ajouter cette précision c’est sans doute qu’au moment où il écrit, la Ségrairie est toujours une ferme mais ne fait plus office de cabaret.

194 * Les deux structures cultuelles du village ont fixé l’horaire de leur messe dominicale de manière à ne pas être en concurrence : à 9 heures au couvent, horaire douillet pour les dames pensionnaires, et « le matin » à la paroisse, ce qui veut dire nettement plus tôt.

195 * Louis Simon suggère ici qu’il existe une alliance spontanée entre les travailleurs de la terre, qui s’opposeraient « naturellement » aux artisans du bourg, dont il est.

196 La femme Salmon, c’est Louise Renoult, qui a épousé six mois plus tôt Guillaume Salmon, un marchand-colporteur de Fillé.

197 La « vieille femme pensionnaire du couvent » était une de ces dames nobles, généralement parentes d’une religieuse, qui s’y retiraient pour y finir leurs jours.

198 * Les quatre hommes qui escortent Nannon sont : Pierre Patoy le promis éconduit, « Roinnard son parent » [ms 32], François Bouruet, le second bouvier du couvent « cousin germain de l’ancien galand à Nannon » [ms 25], ainsi que le fils du fermier-cabaretier de la Ségrairie [ms 33].

199 * Le chapelain Guiard, « parti au Mans pour être chanoine », n’a donc pas été immédiatement remplacé.

200 * Saint-Jean-de-la-Motte est un village situé au nord-est de La Fontaine, à 6,5 km du couvent, soit presqu’une heure et demie de marche.

201 * La messe du couvent aurait donc duré moins d’une heure, si du moins l’on se fie au récit rédigé si longtemps après, dont la part de reconstruction est impossible à mesurer.

202 * Louis Simon répète mot pour mot cet adage déjà écrit à la page immédiatement précédente. Sans doute peut-on entendre là l’écho d’une phrase qu’Anne Chapeau et lui se sont souvent répétée ensuite.

203 * Faisait l’amour : en principe faisait la cour. En réalité, Louise Soyer est alors enceinte de trois mois (voir « La Traque de l’historien »).

204 * Sans doute à l’auberge du Croissant, la mieux placée pour servir de poste d’observation au cœur du village.

205 « Une chambre » ne signifie pas une « chambre à coucher », mais une des pièces, différentes de la salle commune.

206 Au droit de : en face de. Louis Simon avait appelé Le Soleil l’auberge qu’il avait bâtie.

207 * Aller après : hâter le pas à la suite de, poursuivre, pourchasser.

208 Étrenner : porter pour la première fois.

209 * Nous allions chantant : même si la phrase suivante présente cela comme un élément de la stratégie du jeune homme, elle fait surtout écho à une pratique répandue et normale.

210 * Aller plus fort : marcher d’un meilleur pas, avancer plus vite.

211 Avenages : terres autrefois réservées à la culture de l’avoine, du nom d’une ancienne redevance payée en nature au seigneur.

212 La borne carrée est encore visible à cet endroit * (en 1996).

213 * On peut penser que ces « romans d’amoureux » ne provenaient pas des étagères du curé… Il s’agissait vraisemblablement de romans de la bibliothèque bleue achetés au colporteur ou empruntés à quelque autre possesseur local de livres.

214 * Le paragraphe commencé sur un mode lyrique et exalté se clôt sur des considérations plus triviales : Nannon porte les vêtements neufs offerts par Louisot et celui-ci se sent floué, car il les considère comme lui appartenant encore.

215 Chapelle : chance. * Coubard se moque de l’éploré avec une ironie grinçante.

216 * Louis Simon a donc raccompagné jusque chez lui le domestique du meunier de La Rochelle.

217 * L’assemblée : la fête patronale, occasion de danse et de rencontres entre les jeunes des villages environnants.

218 * Cette haute chambre où se réfugie le jeune homme pour se consoler avec son violon existe toujours, à l’étage de l’actuelle « Maison de Louis Simon » à La Fontaine Saint-Martin (voir: http://www.amisdelouissimon.fr/).

219 * Je le mettais d’accord : j’accordais mon violon (avant de commencer à en jouer).

220 Quérir : chercher.

221 * Gas (gars) : terme familier pour désigner un garçon. Louis Simon utilise aussi le terme de « garçon » (ms 37).

222 * Il faisait encore brun : il faisait sombre, le soleil ne s’était pas encore levé. La scène se passe donc de très grand matin, puisque nous sommes fin juin.

223 * Une croix : une épreuve (cf. l’expression encore usitée « chacun sa croix »).

224 * C’était un jour de fête : ce mardi de Saint-Jean est chômé, Louisot sert et chante la messe paroissiale.

225 Batterie : bagarre, rixe, échauffourée.

226 * Château-Sénéchal : hameau situé à 6 km et demi au sud-ouest de La Fontaine en direction de Clermont-Créans.

227 * On se souvient que le dimanche matin, 22 juin, le père Chapeau était parti pour La Flèche et avait promis de n’être « pas longtemps à [son] voyage » [ms 32]. La densité du récit du mémorialiste est telle que c’est cinq pages de son manuscrit plus loin [ms 37] qu’il raconte la suite, c’est-à-dire ce qu’il était advenu lorsque Nannon et ses quatre accompagnateurs à qui elle avait proposé de parler à son père devant eux [ms 33] avaient retrouvé le père Chapeau, sur le chemin de son retour de La Flèche à La Fontaine, dans l’après-midi du dimanche. C’est seulement le mardi 24, après la messe de la Saint-Jean, que Louis en obtient le récit par le fils du fermier-cabaretier de la Ségrairie, témoin oculaire de toute l’affaire puisqu’il avait accompagné Patoy et ses deux cousins à la rencontre du père Chapeau.

228 Angevine : Notre-Dame l’Angevine, fête de la Nativité de la Vierge le 8 septembre, très en honneur dans l’Ouest. * Or on est le 22 juin : le père Chapeau et Patoy prévoient donc un délai de deux mois et demi avant les noces.

229 * Prendre une ferme : prendre une ferme à bail, en location, donc s’installer comme métayer (closier, bordager), le plus souvent pour une durée de 9 années.

230 * La motivation exacte du voyage de Nannon à La Flèche reste à ce stade un peu obscure : pourquoi décide-t-elle d’aller voir cette tante et pourquoi en fait-elle la promesse à Patoy ? Espérait-elle mieux réussir à rompre hors de la présence de son père ?

231 * La jeune fille a donc dormi dans sa famille à La Flèche, et le lendemain mercredi au marché de la ville elle a retrouvé trois des quatre protagonistes du dimanche, Patoy et ses deux cousins. L’informateur de Louisot est, cette fois, son faux ami Coubard, le domestique du meunier de La Rochelle.

232 * Où l’on voit intervenir un nouveau témoin, resté anonyme, mais qui manifestement joue lui aussi un rôle dans la tension qui se noue entre les deux amoureux contrariés.

233 * Sans doute Fleur était-il allé faire des achats au marché de La Flèche, avec son cheval « de fonction ». Il est le pourvoyeur du couvent, c’est-à-dire qu’il ravitaille le Prieuré en grains, farine, bois et généralement toutes marchandises volumineuses et lourdes (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 223).

234 * Une lettre conçue en ces termes : quelle mémoire Louis a-t-il pu garder de ce texte vieux de plus de quarante ans ? Quelle part en a-t-il recomposée a posteriori ? Ou bien a-t-il sous les yeux la lettre que Nannon, malgré son mouvement d’humeur, n’aurait finalement pas brulée ?

235 M. Dumur : le procureur des religieuses.

236 * La lettre de rupture est, elle aussi, inspirée des paroles des chansons nouvelles.

237 Anne Chapeau ne savait pas lire.

238 * Cette rapide information donnée en passant laisse croire qu’à La Fontaine seuls les dimanches correspondant à des fêtes religieuses particulières (ici : la Saint-Pierre) donnaient lieu à une messe chantée. Cela paraît étonnant au vu du soin mis à former des chantres et au vu des habitudes du temps.

239 Corbillon : corbeille contenant le pain bénit.

240 * Intéressante répartition des rôles entre le père et le fils. On retrouve le mot « office » utilisé pour désigner l’une des tâches nécessaires au fonctionnement du culte.

241 * Voilà la troisième des rares dates précises qui jalonnent le récit de l’étaminier. La « batterie » avait eu lieu dix jours plus tôt.

242 Au Château : à Château Sénéchal, où se trouvait une auberge du Croissant, halte habituelle sur la route entre La Fontaine et La Flèche * (voir plus haut, ms 37).

243 Vingt lieues : 80 km.

244 * En 1790, le personnel énuméré par l’inventaire détaillé du couvent ne fait guère apparaître de « garçons domestiques du couvent » (An : F 19/611/2, voir « La Traque de l’historien »). On peut supposer qu’en ce mois de juillet 1766, où les travaux agricoles battent leur plein, de jeunes valets sont venus renforcer les effectifs de base de la colonie masculine du Couvent.

245 * Nannon porte des coiffes de toile blanche, sans fantaisie, de toile commune ou de toile de brin plus fine.

246 * Le départ rapide de Bouruet, qui quitte le couvent en pleine saison de travaux agricoles, a-t-il un lien avec l’incident du 22 juin ?

247 * Au droit de Ligron : ils empruntent la route royale en direction de La Flèche. Louis Simon quitte ses compagnons à l’embranchement du chemin qui mène à Ligron, soit à 4,5 km de chez lui.

248 * Louis Simon accomplit au moins 22 km de marche dans la journée pour ses affaires de cœur : une distance modeste au regard des étapes de plus de 70 km lors de son voyage de 1763.

249 * Hôtesse : aubergiste. Cabarets et auberges sont souvent tenus par des femmes.

250 * Il faut imaginer la jeune fille, escortée de son frère, enquêtant à travers la cité fléchoise, pénétrant dans les cabarets, s’enquérant de Patoy. Même à l’échelle d’une petite ville – La Flèche compte alors environ 4 000 habitants – une telle recherche dût faire jaser.

251 * On remarque ici la teinture de culture juridique de la jeune fille : elle sait qu’il lui faut des témoins pour officialiser la rupture.

252 * Nous joindre : nous rattraper. Malgré la collation prise en chemin, Louis, Anne et son frère sont parvenus à La Fontaine avant que Patoy, qui a dû perdre du temps à chercher ses cousins dans La Flèche, ne les rejoigne. Louis écrit « par bonheur pour moi » car il reste convaincu qu’il aurait été rossé par les trois hommes.

253 * Il n’y fut pas : il ne se rendit pas à l’invitation. Le père et la fille Chapeau, à l’abri de l’enceinte du couvent, sont hors d’atteinte des trois visiteurs.

254 * Le galant éconduit sait qu’il a perdu la partie et il ne revient plus à La Fontaine entre le 14 juillet et le 8 septembre 1766. On se souvient que la fête de l’Angevine était la date fixée par le père Chapeau le 22 juin pour les noces de sa fille et de Patoy (voir ms 37).

255 * Portail de l’avenue : entrée principale du Couvent au bout d’une « avenue », longue allée rectiligne plantée d’arbres (voir fig. n° 17).

256 Femelles : Anne Chapeau, qui est angevine, a probablement dit « fumelles », terme familier pour désigner les filles. Et Louis Simon a dû corriger ce mot jugé « patois ».

257 * Là encore on peut soupçonner une ré-écriture complaisante a posteriori. Dans les chansons des livrets de colportage abondent les expressions : « Écoutez ma triste aventure, et le récit de mon malheur », « Je perdrais plutôt la vie », « Je veux mourir ou vous aimer » (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 330).

258 Voir fig. n° 17.

259 * Il exagère à peine : on voit que bien des années plus tard l’écriture de ses souvenirs fait ressurgir l’épisode de manière cuisante.

260 * Le récit renoue ici avec les jours heureux d’avant la « batterie », quand la semaine était illuminée des rendez-vous dominicaux matutinaux, tels qu’ils avaient été évoqués page 30 du manuscrit.

261 La Saint-Louis : 25 août.

262 * Cette « mademoiselle Jamin », dont son cousin Turpin parlait depuis « assez longtemps » à Louisot comme d’un parti intéressant (voir ms 37), habite Cérans. Elle n’est pas une habituée de la fête locale de La Fontaine puisque l’étaminier ne la connaissait pas antérieurement (« on dit qu’elle est jolie et riche », ms 37). La formulation « ne manqua pas » fait donc référence non à une participation habituelle à l’assemblée, mais à une visite déclenchée par la nouvelle qui lui est parvenue – sans doute par Turpin – concernant le possible mariage prochain du jeune homme convoité.

263 Louis Simon emploie le mot collation au masculin, ce qui est étrange.

264 * Louis a déjà raconté tout cela par anticipation à la p. 41 de son manuscrit.

265 Le franc équivaut à la livre. Louis Simon emploie indifféremment les deux termes. * Au moment où il écrit, le mot franc a détrôné la livre d’Ancien Régime.

266 * Être publié : faire publier les bans annonçant un mariage. Sauf dispense d’un ou deux bans délivrée par l’évêque, les projets de mariage doivent être annoncés publiquement trois dimanches ou fêtes successifs dans la paroisse de résidence des promis. Nannon Chapeau demeurant maintenant depuis plus d’un an à La Fontaine, il n’est plus nécessaire de publier ses bans dans sa paroisse précédente. Patoy doit donc avoir un informateur à La Fontaine s’il veut être tenu au courant rapidement.

267 * Dans ce temps-là : la formulation répétée deux fois à si peu de distance indique que le mémorialiste a conscience des changements intervenus entre sa jeunesse et le temps de l’écriture. La Révolution a bousculé bien des habitudes ancestrales tant dans la législation que dans le calendrier liturgique.

268 * J’étais fils unique : quatre frères et sœurs de Louis étaient morts en bas-âge, et sa dernière sœur est morte subitement à l’âge de 19 ans (ms 17). Louis était donc le seul espoir de ses parents pour assurer leurs vieux jours, ce qui lui offre une justification pour ne pas quitter le village. Mais la suite montre que sa réticence a aussi une cause sentimentale.

269 * Dans ce paragraphe, le mémorialiste reprend encore une fois toute la liste de ses griefs envers sa bien aimée. On sent que ces jours cruciaux de juin 1766 sont restées pour lui d’une actualité cuisante.

270 Faire laid : expression locale encore usitée, qui signifie avoir le visage fermé.

271 * Cette note ajoutée dans la marge laisse supposer qu’en se relisant le mémorialiste a jugé devoir corriger sa formulation « mon bonange me consolait »…

272 * Renoncer : renier.

273 * Le temps a tant passé, en effet, que nous sommes ici arrivés au tout début de décembre 1766.

274 * Malicorne est un gros bourg situé sur la rivière Sarthe à 33 km au sud du Mans. De La Fontaine Saint-Martin à Malicorne il y a 12 km, soit environ 2 heures et demie de marche à la belle saison.

275 Nonchalance : sens ancien d’indifférence.

276 L’affronter : lui faire un affront.

277 * Censé servir de chaperon à sa sœur, le petit frère marche loin devant, laissant les deux amoureux se quereller loin de ses oreilles, à nouveau sur le thème récurrent des événements de juin précédent.

278 Anne Chapeau avait deux oncles prêtres : l’un, Charles-Pierre Bruneau, curé de Malicorne depuis 1751, l’autre, René Bruneau, vicaire de la paroisse et aumônier de M. et Mme de La Châtre au château de Malicorne. La tante, qui avait élevé Anne Chapeau, habitait la ferme de Bonne Fontaine à Villaines * (voir ms 28).

279 * Le bonhomme m’annonça : le père Chapeau donna la parole à Louisot, sans doute après quelques mots annonçant que le temps de la conversation généraliste menée depuis le début du repas était clos et qu’une annonce sérieuse était imminente.

280 * Comme lors de son entrevue avec le patriarche de la famille au printemps précédent (ms 28-29), Louis Simon emploie – ou s’attribue a posteriori – une formulation sophistiquée pour sa demande.

281 * Leur frère : le père Chapeau est en réalité leur beau-frère, veuf de leur sœur.

282 * Le curé formule sa mise en garde dans le présent éternel des sentences proverbiales (A. Fillon, Louis Simon étaminier…, op. cit., vol. 2, p. 410).

283 * Claude-Louis-Raoul de La Châtre (1745-1824), comte de Nançay puis duc de La Châtre, est un personnage important dans le domaine militaire et politique (voir « La Traque de l’Historien »).

284 * René Bruneau devient en effet curé de Spay un peu plus de cinq ans après la visite des amoureux, le 6 février 1772. Ce bourg de la vallée de la rivière Sarthe, est distant de 13 km du Mans et de 20 km de La Fontaine. La cure, au revenu estimé à 1 000 livres, était à la présentation de l’évêque du Mans et comptait 310 communiants (Le Paige, Dictionnaire…, op. cit., t. 2, p. 516-517).

285 * Sur l’héritage de l’oncle René Bruneau, voir plus loin ms 58.

286 * Douze ans après la visite des amoureux, Charles-Pierre Bruneau résigne sa cure de Malicorne (Ad Sarthe : G 404, f°263, avril 1778). Il y décèdera le 15 janvier 1779 et est inhumé le surlendemain en présence du clergé des environs et de ses frères René, curé de Spay, et Louis, fermier à Villaines (Ad Sarthe : BMS Malicorne 1766-1792 (1), vue 233/519, 17 janvier 1779).

287 * Nous ne vous oublierons pas : nous vous coucherons sur notre testament, vous récolterez une part de notre héritage.

288 * La tante Mercier se repent elle-même de n’avoir pas fait faire l’apprentissage d’un métier à sa nièce lorsqu’elle était chargée de l’élever à Villaines (ms 28), comme s’en étonnaient le chapelain et le procureur du couvent (ms 31).

289 * Jusqu’alors, le rituel a bien respecté les jours consacrés au travail. Mais là, on se trouve tout à coup tributaire d’un calendrier extérieur, dicté par l’urgence pour Patoy qui sacrifie un jour de travail pour venir à La Fontaine « dans la semaine » avec un huissier, puis dicté par ces messieurs du présidial de La Flèche : le 9 janvier 1767 est un vendredi.

290 * Louis Simon n’a pas assisté au procès en personne, mais il a gardé en mémoire ce que lui en a raconté Nannon, sans doute parce que celle-ci, dans ce contexte impressionnant pour une jeune fille de la campagne, avait été réconfortée de trouver une compagne dans la même situation qu’elle.

291 * L’inventaire du couvent en 1790 mentionne au 4e rang de la liste des employés : « Jeanne Housseau agée de 47 ans, exerçant l’emploi de tourriere et de sonnetiere depuis vingt six ans ». Compte tenu des approximations de ce type de document, il peut s’agir de la jeune fille qui avait succédé à Nannon Chapeau en janvier 1767 (An : F 19/611/2).

292 Vas-tu pas moins prendre Simon : vas-tu quand même prendre Simon ? * Dans ce monde où les jeunes gens du même âge se vouvoient, où les enfants vouvoient leurs parents, et les patrons souvent leurs employés, on observe qu’en revanche l’abbesse tutoie sa tourière.

293 * Qui s’attendait en moi : qui s’attendait à ce que je l’épouse (prétend Louis Simon) ou qui du moins l’espérait, on dirait aujourd’hui qu’elle « avait des vues sur lui ».

294 Bru : belle-fille.

295 * La rivale, fine mouche, a bien compris qu’Anne Cureau, la mère de Louis, était plus ferme et plus déterminée que son mari…

296 * Le bonhomme ou la bonne femme : ici, les beaux-parents.

297 * Se mettre un fagot au cou : se charger volontairement d’un fardeau.

298 * De juillet 1766 à fin janvier 1767.

299 * Cultivateur : terme utilisé à partir de la Révolution. Pris au piège de l’écrit rétrospectif par l’écriture tardive du récit de sa jeunesse, Louis Simon commet un anachronisme en attribuant un mot du XIXe siècle à une réalité de la décennie 1760.

300 * Aux marches du palais… de justice.

301 * On sent la fierté du vieil étaminier se remémorant ces paroles.

302 * Le point de repère du calendrier liturgique se réfère à saint Julien. Sa fête, célébrée à la cathédrale du Mans le 27 janvier depuis le XIIe siècle, était devenue un événement liturgique majeur auquel les dignitaires ecclésiastiques de tout le diocèse étaient tenus de participer. Le jour prévu pour les noces est donc le lundi 26 janvier 1767.

303 La milice, destinée à soutenir l’armée active, avait été créée en 1688, supprimée quelques années, puis recréée et réorganisée en 1726. Elle levait, par tirage au sort, un milicien par paroisse parmi les célibataires ou veufs de 16 à 40 ans, sauf de nombreuses catégories exemptées. Les intendants et subdélégués venaient dans chaque paroisse organiser le tirage dans un chapeau. Le billet noir (sur lequel était écrit « milicien ») désignait l’homme appelé à servir. La milice était extrêmement impopulaire.

304 * Ligron et Courcelles sont les deux paroisses voisines au sud-ouest et à l’ouest de La Fontaine. Le danger est donc tout proche.

305 * Nous épouser : nous marier. Le verbe est alors régulièrement utilisé sous cette forme.

306 M. de Broc est Charles-Michel de Broc, fils aîné de Charles-Eléonor de Broc – luimême frère cadet du marquis Louis-Armand – et de Marie-Gabrielle Menon de Turbilly. Il est sous-lieutenant au Régiment de la Reine et n’a pas encore 17 ans. Il était probablement venu saluer ses tantes religieuses au Couvent, Renée-Armande, Élisabeth-Armande et l’abbesse Louise-Marie-Madeleine, avant de rejoindre, dix-sept jours plus tard son régiment à Castres (voir fig. n° 24).

307 Il conduisit la mariée sous le crucifix : il lui donna le bras jusqu’à l’entrée du chœur.

308 * Flambeau : faisceau de mèches enduites de cire qu’on portait autrefois à la main pour s’éclairer.

309 * Nannon extériorise son allégresse en se gratifiant elle-même d’un surnom fréquent dans le monde militaire. Le connaît-elle par le biais d’anciens soldats présents dans le pays, ou par l’intermédiaire de ce qu’elle a entendu raconter des livrets de colportage ?

310 * Pour regagner son logement au couvent.

311 * Si le mariage a été célébré le samedi 24 janvier au soir afin d’échapper au tirage au sort imminent, le repas de noces se déroule à la date initialement prévue, le lundi 26, « veille de Saint-Julien 1767 », jour auquel les divers invités ont prévu de se rendre disponibles.

312 C’était une tradition, pour les mariés, d’aller saluer le seigneur de paroisse. À La Fontaine, il s’agissait d’une dame de paroisse, l’abbesse du Couvent, * ou plus exactement la prieure. C’était alors Louise-Marie-Madeleine de Broc (voir « La Traque de l’historien »).

313 * Les alliances étaient alors le plus souvent en argent, comme l’était la bague offerte un dimanche matin du printemps précédent dans le cimetière du couvent (ms 30).

314 Plusieurs danses à la fois : aucune salle n’étant assez grande pour réunir toute la jeunesse du village, il fallait engager plusieurs violoneux pour animer plusieurs espaces de danse. Louis Simon cite « plusieurs danses à la fois » comme la preuve qu’il s’agissait d’un beau mariage. * La « jeunesse du bourg » danse essentiellement des contredanses.

315 * Trois violons : le mot violon, dans cette acception, désigne par métonymie celui qui en joue.

316 * Notre chambre : la chambre haute à cheminée qui existe toujours à l’étage de l’actuelle « Maison de Louis-Simon » à La Fontaine-Saint-Martin (http://www.amisdelouissimon.fr/). C’est un privilège rare pour un nouveau couple que d’avoir une chambre à soi pour sa nuit de noces (voir fig. n° 41).

317 * Il faut vraisemblablement lire ici plutôt le mot « aurait ».

318 * Mon malheur : nouvelle référence à l’affaire du 22 juin 1766.

319 * Lire : quoique je ne me fusse rapproché d’elle.

320 * On retrouve ici sous la plume de Louis des mots proches de ceux des chansons nouvelles : une charmante beauté, une piquante beauté, la beauté qui m’engage, la beauté dont mon cœur est enchanté, la beauté que je sers… (A. Fillon, Les Trois Bagues…, op. cit., p. 327).

321 Cinq pieds = 1,65 m.

322 * Matrone ou sage-femme ? Si Anne avait été sélectionnée dans sa paroisse pour aller au Mans suivre les cours d’obstétrique dispensés par la célèbre Mme du Coudray de décembre 1777 à février 1778 (S. Bertin et S. Granger, Femmes en Sarthe…, op. cit., p. 62-63), on peut penser que Louis l’aurait mentionné avec quelque fierté dans ses souvenirs.

323 * Chanson déshonnête : nées au Pont-Neuf puis se répandant jusque dans les villages, certaines chansons nouvelles utilisaient pour parler d’amour un vocabulaire luxuriant, polisson, voire paillard, débordaient d’allusions ambigües et filaient les métaphores frôlant la grivoiserie.

324 * 30 F : 30 francs. Le mémorialiste utilise pour des comptes de 1767 l’unité monétaire qui a succédé à la livre à la Révolution. En un an et demi de travail au prieuré (où elle était logée, nourrie, blanchie), Nannon n’avait pas réussi à accumuler un pécule consistant.

325 Anne Chapeau redevait un écu de 3 livres au Couvent où, étant tourière, elle recevait des sommes d’argent pour faire les commissions.

326 * Il donna la noce entière : il assuma la totalité des frais occasionnés par les festivités nuptiales, par égard pour les difficultés matérielles des Chapeau, alors que l’usage prônait plutôt un partage égalitaire du coût de la noce entre les deux familles.

327 L’aune, mesure égale à la longueur des deux bras étendus, correspond à 1,18 m. 40 aunes représentaient donc un peu plus de 47 mètres.

328 Huge : terme local pour huche.

329 * Le métier à tisser l’étamine sur lequel Louis Simon travaillait aux côtés de son père, ainsi que tout l’équipement (équipage) qui l’accompagne.

330 * Cette dernière phrase a été ajoutée en interligne : à la relecture Louis Simon a voulu chiffrer ce « grand avantage ».

331 * La halle se dresse sur la place, entre l’église paroissiale et le Couvent (voir le plan reconstitué du village, fig. n° 17).

332 * Cette maison du « bas du bourg » a fait l’objet d’une restauration menée par l’association Les Amis de Louis Simon et est aujourd’hui un espace dédié à la vie quotidienne villageoise des XVIIIe et XIXe siècles ouvert au public (voir introduction et http://www.amisdelouissimon.fr/).

333 * Je tenais : je louais, j’étais locataire (voir introduction).

334 * Maison et jardin : cette maison est dotée d’un jardin vivrier d’environ 2 200 m2 qui fournit une partie de la nourriture familiale, contrairement à l’avenir prédit par le père Chapeau à sa fille, de se retrouver dans une « chambre » où il faudrait « tout acheter ».

335 * Pontvallain est un bourg situé à 13 km au sud-est de La Fontaine Saint-Martin

336 * Sur ces accords familiaux pour prendre en charge la fin de vie des vieillards du Maine : A. Fillon, « À la recherche des aïeuls du Maine (1700-1800) », art. cité, Fruits d’écritoire …, op. cit., p. 209-240.

337 * Pierre Simon, le grand-père de Louis, meurt en réalité le 29 février 1768, soit sept mois seulement après le déménagement croisé évoqué par le mémorialiste. Il est inhumé le lendemain « en présence de son fils Louis, François Degoulet, Pierre Fougerard et autres plusieurs qui ont dit ne signer fors le soussigné ». Cet unique soussigné est le fils du défunt, Louis-François Simon. Malgré son grand âge, Pierre Simon est encore qualifié de sacriste dans cet acte ultime par le curé Semelle (Ad Sarthe : BMS La Fontaine-Saint-Martin 1762-1792, vue 49/273).

338 * Cette dernière phrase a été ajoutée en interligne : à la relecture Louis Simon a voulu préciser de quoi souffrait plus particulièrement son grand-père.

339 * Après avoir détaillé les arrangements matériels convenus lors des noces (qui auraient fait l’objet d’un contrat de mariage, s’il y en avait eu un), ce qui a entrainé sa plume jusqu’à l’année 1768, le mémorialiste revient ici en arrière pour évoquer des visites rendues à la famille, qui ont eu lieu, dit-il peu après les noces, aux « beaux jours du printemps » 1767.

340 * Le mémorialiste a déjà présenté ces deux frères Bruneau, oncles d’Anne Chapeau : voir ms 48.

341 * Pas de cadeau de noces, donc, ce qui semble étonner le jeune homme, sans que l’on sache si ce qu’il explique par « leur coutume » relève d’une pratique familiale, ou plus largement d’habitudes angevines qui seraient sur ce point différentes de celles du Maine.

342 * Villaines-sous-Malicorne : voir ms 28 et notes afférentes. La légende raconte que le seigneur de La Flèche aurait donné ce lieu à un de ses soldats appelé Simon. Celui-ci, amoureux, aurait construit un château, flanqué d’un village en forme de cœur en l’honneur de sa belle. Aujourd’hui, il ne reste plus de ce Simon d’autrefois que le château de la Roche Simon et la forme du village. Cette légende et ses analogies amusantes étaient-elles connues de Louis et Anne ?

343 * Lire « puis ».

344 * Bazouges, Sainte-Colombe, Clermont (aujourd’hui Clermont-Créans) : villages gravitant autour de La Flèche, dans cette partie de l’Anjou que la départementalisation de 1790 attribuera à la Sarthe. Emmenant le jeune couple jusqu’à plus de 25 km de chez lui, ces visites durent nécessairement plusieurs jours, on peut considérer qu’elles équivalent à un « voyage de noces ».

345 * Riches et gros fermiers : laboureurs. Le mémorialiste emploie ici un vocabulaire contemporain du temps de l’écriture.

346 * Elle : Anne Chapeau.

347 * Moines récollets : religieux de l’étroite observance de saint François, issus d’une réforme accomplie en Espagne au XVIe siècle. Ils avaient un monastère à Château-du-Loir.

348 * Sur ce grand-oncle de Nannon, René Ory, marchand de vins à La Flèche : voir ms 28-29.

349 * Avoir des espérances : compter sur des héritages ultérieurs.

350 Ailleurs, Louis Simon parle de cinq héritages.

351 * Hardes et linge : sans connotation spécialement péjorative, le mot hardes désigne les vêtements. Le linge peut être à la fois les pièces de lingerie (chemises, mouchoirs de col…) et les draps et torchons dont l’accumulation est signe d’aisance. La mère de Louis découvre avec plaisir que sa nouvelle belle-fille apporte un trousseau fourni.

352 * Ménagère : économe, sachant ménager ses ressources.

353 * Ramasser : ici, amasser.

354 * Marie Bruneau s’est éteinte à l’Hôtel-Dieu de La Flèche le 17 octobre 1763 (Ad Sarthe : La Flèche, sépultures Hôtel-Dieu, vue 177/382).

355 * La plus belle fille que lon pû voir : Louis Simon emploie à propos de feue sa bellemère, qu’il n’a évidemment pas connue, des termes équivalents à ceux qu’il avait utilisés pour décrire sa propre mère (« Sétait la plus belle fille qu’on pouvait voir », ms 4) et ensuite Nannon au tout début de leur idylle (« la plus belle fille quil y eut dans le pays », ms 25).

356 * Jacques Chapeau et Marie Bruneau s’étaient en réalité mariés le 31 janvier 1736 dans le village natal de l’épouse, près de La Flèche (Ad Sarthe : Sainte-Colombe, BMS 1724-1743, vue 161/273). Les parents Bruneau, qualifiés de fermiers, étaient alors décédés. L’épouse était assistée de ses frères et sœurs dont l’aîné, déjà prêtre, était son curateur. Était également présent son oncle René Ory, celui-là même que Louis est allé visiter lors de son « enquête », en avril 1766 (ms 28-29).

357 * Un peu de chagrin : des tensions, voire des frictions.

358 * Née à la ferme du cossu manoir de l’Argenterie à Saint-Quentin-les-Beaurepaire en Anjou, Anne Chapeau avait passé une partie de sa jeunesse à la métairie de Bonne-Fontaine à Villaines, grande ferme du château de Malicorne (voir ms 28).

359 * Le vouvoiement du galand a laissé place au tutoiement du mari.

360 * Sur cet article : à ce sujet.

361 * Un : lire une. Louis Simon élide le e, car il fait mentalement la liaison avec le mot suivant commençant par une voyelle. Même élision immédiatement après pour « un autre ».

362 * Portrait d’anthologie d’une femme parfaite…

363 Bignotte est une déformation de bigote. * Le Trésor du parler cénoman donne aussi « biguenotte » ou « biguenette » (p. 70).

364 * Pour faire tenir sur la page tout ce qu’il voulait dire de sa défunte épouse, le mémorialiste a écrit très petit et très serré. Cette page 55 du manuscrit comporte 3 200 signes. La page précédente en comporte 2 350, et la suivante 1 738 seulement.

365 * Louis et Anne vont avoir 7 enfants en 13 ans et demi. Le mémorialiste a voulu consacrer une page spécifique à ces sept naissances, page soignée, bien écrite et aérée par des sauts de lignes entre chaque enfant.

366 * À qui peut penser le vieil étaminier en écrivant cela ? Sans doute à des descendants soucieux de connaître leur généalogie comme lui a tenté de voir clair dans la sienne.

367 * Un intervalle protogénésique (entre le mariage et la première naissance) de dix mois est fréquent et bien dans la norme. Anne Chapeau a alors 26 ans et demi.

368 * Le parrain et la marraine de la première née sont traditionnellement choisis pour honorer les grands-parents survivants de chaque lignée. Le choix des parrains et marraines suivants est un indicateur plus fiable du cercle des relations du couple, avec en particulier par deux fois la formulation « mon ami ».

369 * Intéressant exemple où s’exprime de manière déterminée la volonté de la jeune mère, résistant à une pression sociale ou familiale non nommée (« quelqu’uns »).

370 * Sur les liens entre la famille de Broc et le couple Simon / Chapeau : voir ms 51.

371 * Le premier espace intergénésique est de 17 mois et demi. La mère a 28 ans.

372 * Thérèse est un prénom rare au village. Il a été mis à la mode dans certains cercles par la littérature libertine (Thérèse philosophe, 1748). C’est aussi un titre de contredanse en vogue (« La Thérèse », Le Répertoire des Bals, vol. 3, 1765). Le second prénom, Louise, est peut-être un hommage à l’abbesse.

373 * Curieusement, le grand père paternel, Louis-François Simon, n’a pas été choisi pour parrainer le 2e enfant, peut-être parce que nulle femme dans la lignée maternelle ne pouvait être la marraine. Boulanger et célibataire, Noël Morin est âgé de 25 ans. Sa commère est la cousine Catherine Bellanger, 34 ans. Il ne serait pas impossible que malgré la différence d’âge, on ait songé à essayer de marier ces deux beaux partis.

374 * L’intervalle intergénésique est cette fois de 16 mois depuis la deuxième naissance. Anne Chapeau, la mère, a 29 ans.

375 * Ce premier fils est parrainé par son oncle maternel Jean, le chaperon du temps des amours, et par Marie Turpin, fille de celui qui s’était entremis pour présenter à Louis sa riche cousine, Mlle Jamin.

376 * Augustin, le 4e enfant, arrive 30 mois après le troisième. Les espaces intergénésiques commencent à s’allonger. Sa mère a 32 ans.

377 * Mon ami : Louis Lemonnier partagera avec Louis les responsabilités paroissiales.

378 * Notre frère : Jean Chapeau est le frère d’Anne Chapeau, donc le beau-frère de Louis Simon.

379 * L’intervalle est cette fois de 29 mois. La mère a 34 ans et demi.

380 * L’enfant reçoit son premier prénom de Perrine Toutain, couturière tailleuse d’habits que Louis Simon accompagne parfois chez le notaire de Foulletourte pour y signer des actes. Son parrain, Philippe Lemercier, est closier à La Grande Chaîne. Ces deux-là finiront par s’épouser.

381 * Le 6e enfant survient 23 mois après le précédent. La mère a maintenant 36 ans et demi.

382 * Paul Micaux est sabotier et époux d’une sœur de Madeleine Lejeune, la couturière qui voulait rompre l’idylle de Louisot et Nannon. Quant à la marraine, c’est la fille de Michel Pageot qui travaillait le plain-chant en compagnie de Louisot chez le chapelain du couvent vers 1765-1766.

383 * Ce 7e et dernier enfant est séparé du précédent par 44 mois et demi. La mère a maintenant 40 ans.

384 * Agathe est un prénom rare au village. Il est alors porté par Agathe-Louise d’Orvaux, fille du châtelain née sept ans plus tôt : on peut déceler ici un phénomène d’imitation de la part du couple Simon/Chapeau.

385 * Le choix du parrain, le nouveau vicaire, et de la marraine, sœur du curé, consacre les liens étroits du chantre sacristain avec le clergé paroissial.

386 * Selon nos moyens : la formule sous-entend que s’ils avaient été plus fortunés, les parents auraient fait d’autres choix. Le mémorialiste pense-t-il à la mise en nourrice, évoquée dès la phrase immédiatement suivante ? On sait qu’en ville, c’était alors une pratique très largement répandue, dans toutes les couches de la société urbaine.

387 * Louis souligne comme une vertu supplémentaire de son épouse le fait qu’elle allaite ses enfants. L’allaitement maternel n’a pourtant rien d’exceptionnel dans les campagnes et Anne Chapeau apparait ici comme très représentative des habitudes villageoises.

388 * Cette mise en nourrice, qui a permis une reprise plus rapide de l’ovulation, explique l’intervalle plus court entre Thérèse et la naissance suivante (16 mois).

389 * Tetein : tétin, le bout du sein, que tête le nourrisson.

390 * Périssait : dépérissait.

391 * Recourir à l’allaitement artificiel est une décision hardie.

392 * La répartition des tâches entre homme et femme est très claire : les soins aux jeunes enfants sont l’affaire exclusive des femmes.

393 * On peut ici soupçonner un souci de distinction qui pousserait le mémorialiste à employer le mot « sage-femme », jugé plus correct que le mot « matrone ».

394 La bonne femme : expression familière pour désigner la sage-femme.

395 * En amont de l’accouchement, Anne Chapeau prépare tout ce qui sera nécessaire au bon déroulement des opérations, en particulier les linges et les langes. Jusqu’au XIXe siècle, on emmaillotait le bébé serré pour qu’il grandisse droit et bien formé.

396 * On met une poule au pot pour fournir à la jeune mère de quoi reconstituer ses forces. Un complément carné est le régime recommandé aux accouchées, mais Anne Chapeau ne le suit que partiellement. Ne pas aimer le gras est une qualité aux yeux de Louis qui plus loin préconise « mangez plus en maigre qu’en gras » (ms 61).

397 * Beurée : tartine (Trésor du parler cénoman, op. cit., p. 68), sous-entendu « tartine de beurre » (A. Fillon, Louis Simon étaminier…, op. cit., vol. 2, p. 493).

398 * La répartition traditionnelle des tâches selon le genre des individus est ici très nettement exprimée : l’homme à l’extérieur, allant et venant, la femme restant à la maison ou à ses abords immédiats, jardin, cour de ferme.

399 * Les employer : employer, occuper utilement les enfants à mesure qu’ils grandissent. À ce stade, le mémorialiste ne fait aucune allusion à l’instruction qu’il leur a aussi donnée (voir ms 61).

400 * Le chemin de Bouquet est le chemin qui mène du bourg vers le lavoir (voir fig. n° 17).

401 Cinq journaux de terre : Un journal représente en principe l’espace où un homme pouvait ouvrir un sillon en une journée, mais il avait une valeur très différente selon les régions. Ici il s’agit de cinq journaux de 44 ares, soit 2 hectares 20.

402 * Aller à l’herbe : couper de l’herbe pour la nourriture du bétail, travail traditionnellement féminin. Pour la litière, on utilisait souvent des fougères qui proliféraient dans la région. Anne Chapeau devenue bordagère se charge aussi probablement de la traite des deux vaches.

403 * Faire des trammes, c’est précisément le destin dont son père avait menacé Nannon (voir ms 30).

404 * Rabillet : habillait, peut-être avec la notion complémentaire de ravauder, réparer les vêtements des enfants.

405 * Il faut comprendre : 60 livres de fermage, de loyer, par an. À comparer aux 30 livres payées pour la petite maison à étage du « bas du bourg » et son jardin d’un demi-journal (2 200 m2).

406 * Voir ms 28 et 54.

407 * La maison où je demeure à présent : c’est la maison qui est parfois nommée le Grand Logys située à peu de distance de la maison « du bas du bourg », de l’autre côté de la rue principale. Louis Simon et Anne Chapeau y ont vécu de 1781 à 1786 puis de 1797 jusqu’à leurs décès respectifs.

408 * Bien que La Fontaine soit plus proche du Mans, ces habitants du « Maine angevin » sont habitués à se tourner naturellement vers La Flèche ou Angers. Jacques Chapeau avait passé une partie de sa vie en Anjou, il y retourne se faire soigner et finalement y mourir, le 15 janvier 1770, à l’Hôtel-Dieu (« Jacques Chapeau, veuf de Marie Bruneau, âgé de 57 ans, né à Bazouges », Ad Maine-et-Loire : S Hôtel-Dieu-Hôpital St-Jean 1763-1773, vue 115/180, acte du 20 janvier 1770). Merci à David Audibert pour cette découverte inédite.

409 Insinuation : formalité établie par l’ordonnance de Villers-Cotterêt en 1539 et définitivement organisée par l’édit de 1703. Elle consistait à faire inscrire sur un registre les dispositions des actes dont le public avait intérêt à avoir connaissance. Le contrôle des actes des notaires, enregistrés dans la quinzaine, fut rendu obligatoire par un édit de mars 1693. À partir de1704, les droits d’insinuation et les droits de contrôle furent perçus en même temps dans les bureaux du contrôle des actes. C’est pourquoi Louis Simon les évalue ensemble.

410 L’hommage au seigneur, ailleurs appelé « lods et ventes », était un droit seigneurial sur la mutation d’un héritage tenu à cens. On voit que les frais de l’acte notarié représentent moins de 3 %, les frais d’insinuation et de contrôle, moins de 2 %, et le droit d’hommage 5,5 %.

411 * Elle avait un caractère difficile.

412 * La satisfaction d’emménager dans une maison qui lui appartient donne lieu à la première date précise depuis le récit des amours (en dehors des naissances des enfants).

413 * Voir le plan reconstitué du village (fig. n° 17).

414 * Nouveau doublement de loyer, alors que la surface de terre est moindre que dans la location de 1774 (3 journaux ici contre 5 alors). Mais cette auberge, bien placée au cœur du village est manifestement d’un bon rapport : « Nous nous y arangions trés bien ».

415 * Si l’expérience d’aubergiste n’occuppe que 10 lignes du manuscrit, elle a tout de même duré plus de dix ans.

416 * J’agetai : j’achetai.

417 La busse était une mesure de capacité valant dans le Maine entre 230 et 240 litres. Dans la petite région considérée, la busse valait 244 litres. En 1786 le bon vin de Clermont, mûri sur les coteaux du Loir près de La Flèche, valait donc un peu plus d’un sol le litre.

418 * Louis Simon a fait ensuite ce qu’il prévoit ici : voir plus loin, ms 75 à 77.

419 * Le mémorialiste commet une erreur d’un mois. Décédé l’avant-veille, René Bruneau est inhumé à Spay le 16 décembre 1788, en présence de 5 curés et vicaires voisins, de son frère Louis et de deux neveux, dont Jean Chapeau, le jeune frère d’Anne, devenu charron à Malicorne (Ad Sarthe : BMS Spay 1786-1792, vue 37/94). L’oncle Bruneau avait résigné sa cure à la fin du mois de septembre précédent (Ad Sarthe : G 409).

420 Un certain nombre d’habitants de La Fontaine savaient pourtant signer. Mais ils n’étaient pas capables d’écrire une lettre ou de répondre à une enquête.

421 * Les affaires publiques.

422 L’an X de la République : du 23 septembre 1801 au 22 septembre 1802.

423 * Je fits l’antreprise : j’entrepris, avec la connotation « je pris le risque ». Non loin de là, sur la même « grande route » (ancienne royale n° 23), un lieu-dit s’appelle encore La Belle Entreprise.

424 * Il s’agit de capter les chalands de la « grande route » en faisant bâtir une auberge. Le terrain était admirablement situé, au carrefour de la route royale Paris-Nantes et de la route du Grand-Lucé à Sablé qui traversait le bourg de La Fontaine.

425 * Louis-Philippe-François d’Orvaux (né à Angers en 1740) avait été Lieutenant de cavalerie. Il décéde le 12 janvier 1790 en son château du Maurier. Son épitaphe le qualifie de « comte d’Orvaux » (Raoul de Linière, Armorial de la Sarthe, Le Mans, M. Vilaire, t. II, p. 537-538).

426 Revenu de la troupe : rentré de l’armée. * Augustin Simon avait appartenu à la 13e brigade d’infanterie légère (Ad Sarthe : 908 QQE, registre d’enregistrement, Le Lude). Agé de 28 ans en l’an X, sans situation, ce fils aîné (depuis la mort de Louis en 1782) est sans doute un sujet difficile qui causera bien des soucis à ses parents.

427 * Avantageux : lucratif.

428 La mare sur le terrain de l’auberge à bâtir avait 1,65 m de profondeur.

429 * Malgré la déclaration de soumission apparente d’Anne, les deux époux dialoguent en fait d’égal à égal, y compris au sujet des difficultés techniques du projet sur lesquelles Anne alerte son mari.

430 Le chevalier Louis-François d’Arlanges, chevalier de Saint-Louis, avait épousé Louise-Agathe d’Orvaux, fille de Louis-Philippe d’Orvaux. * Elle décédera au château du Maurier le 11 janvier 1809, dernière de cette branche des d’Orvaux.

431 * Augustin et Paul. Ce dernier exerçait le métier de tailleur de pierres.

432 * Voir fig. n° 34 (dessin de Michel Avril, 1996).

433 * Louis Simon commet une erreur de date. Ce n’est qu’en 1808 qu’il se défait, au profit de Jean Lestringant tailleur de pierres, de la maison héritée de son père, et non pas, comme il le laisse entendre, au tout début des travaux (A. Fillon, Louis Simon, étaminier…, op. cit., vol. 2, p. 564).

434 * Il s’agit de l’un des héritages d’Anne Chapeau.

435 * Achetée du gouvernement : il s’agit de biens ci-devant appartenant au clergé ou à des nobles émigrés et devenus « biens nationaux », termes que Louis Simon se garde bien d’employer. Selon Henry Roquet, la lande de Pierre couverte faisait 4 arpents (un peu moins de 2 ha) et devait son nom à la présence de mégalithes auxquels on prêta longtemps des pouvoirs magiques.
* District : subdivision administrative créée en 1790, intermédiaire entre les cantons et le département, qui fut supprimée dès 1795. La Sarthe comportait 9 districts.

436 * Cette pièce de terre avait été adjugée 3 400 livres conjointement à Louis Simon, Michel Fougery, Pierre Cureau (son cousin), François Pageot, Julien Ménager et Jacques Loriot.

437 * Le prieuré fut acheté par Pierre-Louis Charles, receveur de l’enregistrement à La Flèche, pour la somme de 36 200 livres. Il fit rapidement détruire l’essentiel des bâtiments pour les monnayer sous forme de matériaux de construction.

438 Tuffeau : pierre blanche tendre, très répandue dans la région. * Ces pierres récupérées sur « la sacristie » sont notamment les encadrements de portes et de fenêtres.

439 * Le lieu sera rapidement rebaptisé « le chêne vert », à cause de l’arbre planté en face et qui vit toujours.

440 2 ventôse an XI : 21 février 1803. * Augustin se marie un peu rapidement car il va être père de famille six mois plus tard. La mariée, Geneviève-Victoire Rousseau, un riche parti, est la fille du boulanger établi en octobre 1801 en face des Simon.

441 * Ma chère amie : le tendre vocabulaire du temps des amours ressurgit. Anne disparaît entourée de ses 5 enfants survivants, tous établis à proximité : Augustin à l’auberge du Soleil, Anne sans doute installée à Spay, Paul a construit sa maison (« Beaulieu »), sur l’ancienne pièce de Bouquet, tout près du bourg, Agathe est sa voisine et Thérèse vit chez eux. Les petits enfants sont nombreux.

442 * Comme pour sa sœur Élisabeth (ms 17), Louis accuse la médecine d’avoir empiré le mal.

443 * Mercredi saint : le mercredi de la semaine sainte, qui précède le dimanche de Pâques.

444 * On remarque le souci minutieux du détail, tant sur la date que sur l’âge de la défunte.

445 * Le curé de Cérans est alors Pierre-Ambroise Houdayer (1777-1822). Voir « La Traque de l’historien ».

446 * L’abbé Letertre est resté à La Fontaine. Lors de la vente des biens du couvent, il a acquis le 11 mai 1791 la propriété de la Bourne, où il vit en compagnie de Marie-Anne Duclos, l’ancienne organiste du couvent (pour localiser la Bourne : voir fig. n° 14).

447 * Au bout de l’an : pour l’anniversaire du décès.

448 * Une cérémonie concélébrée par quatre prêtres est un honneur auquel le sacristain-chantre Louis Simon est sensible.

449 * Ménage : « gouvernement domestique & tout ce qui concerne la dépense d’une famille… » ou encore « conduite que l’on tient dans l’administration de son bien » dit le Dictionnaire de l’Académie contemporain de Louis Simon, ce qui correspond au sens que le mémorialiste a en tête si l’on en juge par ses phrases suivantes. Il parle plutôt du fonctionnement de la maison que de son nettoyage.

450 * La répartition de la gestion domestique entre les deux époux est révélatrice : à la femme les achats du quotidien, à l’homme les investissements lourds qui n’ont lieu qu’une fois par an et nécessitent anticipation et négociation (la provision de blé, le bois de chauffage, les tonneaux de vin).

451 * Être à même : avoir la possibilité, être en situation de.

452 * Marie-Anne Duclos, née fin novembre 1759 à Laval, avait donc 43 ans passés au moment du décès d’Anne Chapeau.

453 L’abbé Letertre avait légué à Marie-Anne Duclos la jouissance de La Bourne qu’elle avait vendue en viager à M. Fouqueré. Le testament de l’abbé Letertre avait été attaqué et déclaré nul.

454 * Payet : ici, valait, rapportait.

455 * À viage : en viager.

456 * On ignore quels étaient au juste les rapports entre l’ancien chapelain et l’ancienne organiste du couvent et sur quelles logiques leur cohabitation s’était organisée.

457 * Le « grand monde » que Marie-Anne Duclos avait fréquenté, elle, la fille d’un tisserand lavallois, n’était autre que les religieuses et les pensionnaires du prieuré, issues des grandes familles de la province.

458 * Un peu moins en réalité, quoique l’épisode ne soit pas précisément daté, puisque Marie-Anne Duclos a « seulement » 47 ans et deux mois lors de son mariage.

459 * S’écarter de la bienséance : il faut relativiser le jugement de Louis Simon à propos de l’audace de langage de l’organiste, dont le comportement demeure très décent. Il avait déjà fait ce type de remarque à propos de Nannon (ms 22 et ms 46).

460 * On note l’élégance de la formulation…

461 Jacques Chédieu avait succédé à René Bruneau comme curé de Spay * en 1788. Il était resté lié au couple Simon, comme on l’a vu par sa présence aux deux services funéraires d’Anne Chapeau.

462 * Je ne matendais pas dans une telle Reponce : là encore le mémorialiste reproduit presque mot pour mot ce qu’il avait écrit au sujet du Louisot rendu « tout niais » par l’audace de Nannon (ms 25).

463 * Louis Simon est alors âgé de 65 ans.

464 * Je ne poussa pas plus loin cet article : je ne poursuivis pas la conversation sur ce sujet délicat.

465 * Vincent Chédieu est un ancien militaire.

466 * Où l’on voit une noce jouer son rôle dans la formation d’un nouveau couple… mais en dehors des générations habituellement concernées par le processus.

467 * Le 27 janvier 1807. Soit, par hasard, quarante ans presque jour pour jour après les noces de Louisot et Nannon.

468 Marie-Anne Duclos mourut le 27 août 1808, un an et demi après son mariage. * Son décès est déclaré à la mairie le lendemain par Louis Simon lui-même, qui signe l’acte (Ad Sarthe : état civil La Fontaine Saint-Martin, MD 1793-1832, vue 365/568). La biographie de Marie-Anne Duclos est en ligne sur la base Muséfrem : http://philidor.cmbv.fr/ark:/13681/1hdkx5xyrvgnzebqi6j6/not-455459

469 * Ainsi se termine, sur cette note mélancolique, la partie proprement autobiographique des souvenirs de Louis Simon. Les 41 lignes de cette page 60 du manuscrit sont entièrement consacrées à cette dernière histoire, tout avortée qu’elle soit. Cela confirme que la grande affaire de sa vie méritant écriture fut bien, en effet, d’ordre sentimental. La suite du livre, organisée selon un plan thématique et non plus chronologique, est moins personnelle.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Exclusive access

open access

Provided by L’éditeur de ce site