Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Première partie. Les souvenirs de l'étaminier

[MS 2] Généalogie de Louis Simon fils de Louis François Simon et d’Anne Cureau5

Texte intégral

  • 5 La généalogie dressée par Louis Simon n’est juste qu’à partir de Michel, son arrière-grand-père.
  • 6 * Tisserand : Louis Simon s’applique à employer ici le terme français officiel en vigueur au moment (...)

1Marin Simon, tailleur d’habit né à Brout, ville de la province de Beauce, en parti pour faire Son tour de France, et aprés avoir parcouru plusieurs province fixa Son Etablissement a la Fontaine St Martin Et si maria en 1589 a Louise Maloyer, lequel eut un fils en 1590 quil Nomma Pierre qui fut aussi tailleur ; et Pierre se maria a Agathe Pousse ils eurent un fils né en 1638 qui eu nom André lequel Etait tisserand6.

+ Je n’ai pu trouver sur les Registres a qui il Etait marié.

  • 7 Charte : charrette.
  • 8 Michel Simon faisait la roue sur une distance de 150 mètres environ * depuis le cœur du bourg jusqu (...)
  • 9 * Cette lande et les lacs sont visibles sur la carte de l’évêché du Mans dressée par Alexis-Hubert (...)
  • 10 6 pieds : 1,98 m. * Peut-être peut-on soupçonner une certaine exagération ici.
  • 11 * Ce qui était contraire aux règlements de l’Église (voir ms 86).
  • 12 * Louis Simon n’exagère pas puisque le curé Charleville passa près de 32 ans dans la paroisse, de 1 (...)
  • 13 * Ce bisaïeul, Louis l’a découvert par l’intermédiaire de son grand-père Pierre qui, orphelin, a dû (...)
  • 14 * Étaminier : celui qui tisse « une petite étoffe [de laine] très légère, non croisée, composée d’u (...)
  • 15 * Si Louis Simon se sent obligé d’expliquer ce qu’est l’étamine c’est que, au moment où il écrit, i (...)

2André S’étant marié+ il eut un fils en 1669 quil nomma Michel il fut aussi tisserand il Etait aussi fameux chantre d’Église, fameux chasseur et trés Leste puisquil a une fois fait la Roux de charte7 depuis la halle jusqu’au Maurier8, il gagna la mort a guetter dans lhiver des canes Sauvage pour les tuer au lac des Soucis+9. De son temp vivait ici le Curé Charleville qui avait six pieds de haut10 et portait Sa barbe depuis la Toussaint jusqu’a Pàques Sans la Razer11, il avait Servi le roi pendant trente ans et il a Encore Eté curé trente ans12. Michel Simon13 fut marié a Françoise Coutant et eurent un fils en 1689 qui fut nommé Pierre, il Etait Etaminier14. Sétait une Espece d’Etoffe fine que lon fabriquet dans le Maine et dont on faisait grand Commerce dans tous les pais Etrangers pour habiller les Religieux et les prêtres, on les teingnait en noir15. Si Pierre eut une Sœur [ms 3] qui fut nommée Marie elle a Eté mariée a Jean Houdayer, ces dessendant sont au Mans.

  • 16 * Tisserand : Louis Simon s’applique à employer ici le terme français officiel en vigueur au moment (...)

+ Il y avait dans la Lande des soucis un Lac ou Etang Lequel a été asséché il y avait beaucoup de poissons et en hivert des canes des rives sauvages des Cignes et autres oiseaux aquatiques16.

  • 17 Louis Simon mélange quelque peu les dates. Si Michel est mort durant l’hiver 1693, qui fut un « gra (...)
  • 18 * Ce doublé de la mort fait deux orphelins. Ils devront à leur aïeule maternelle de conserver un fo (...)
  • 19 Dans le sud du Haut-Maine, une closerie contenait moins de neuf hectares. * La closerie du Hallier (...)
  • 20 * Courcelle : aujour d’hui Courcelles-la-Forêt, localité située à 5,5 km à l’ouest de La Fontaine, (...)

3Ses deux pauvres Enfants devinrent orphelins en 1693. Pierre avait dix huit mois et Marie six Semaine17 leur pere et mere moururent en le meme mois et leur grande mere Coutant les Eleva jusqua lâge de gagner leur vie18, mais Etant Survenu une famine+ ils furent obligés d’angager leur Closerie du Hallier19, Celle qui est plus proche de la Guilloterie. Cette bonne ayeule a dit a ces orphelins ou petits Enfants quelle avait acheté le pain de douze livre Cinquante Sous+, elle mourut agée de quatre vingt trois ans.20

+ arivée par les gelée de l’hivert de 1709
+ sétait un prix Extrêmes dans le temp

  • 21 Sacriste : terme local pour sacristain.
  • 22 L’expression « au parfait » était condamnée par les bons auteurs. * Louis Simon l’emploie à plusieu (...)
  • 23 * Pour les Manceaux, le terme « Amérique » fait le plus souvent référence à Saint-Domingue.
  • 24 Pour se rendre aux îles, on prenait une barque à La Flèche, et, par le Loir, la Maine et la Loire, (...)
  • 25 Indice : index.

4Pierre Se maria a Marie Chauveau en 1714+, il a Epousé trois Femme dont il a eu plusieurs Enfants qui Sont morts jeunne il n’y a eu que Louis François+ issus de Marie Chauveau qui a vécu, Encore ont le crû mort en naissant car le Registre porte quil fut Baptisé a la maison, cependant Sa Cariére a Eté assés Longue Comme ont le verra. Il paraît que tous ces ancêtres Savoient lire et Ecrire car plusieurs ont signés Sur les Registres mais Louis François a eu le plus d’Ecole parce que Pierre Son pere Etant Sacriste21 Mr. Le curé Frêneau voyant que cet Enfant avait de l’Esprit il lui enseigna tout ce qui pouvait lui Servir, a lire, Ecrire, larithmetique et le pleinchant car il chantait au parfait22 et il apprenait ce quil voulait aussi devint il fameux arithmeticien, mais il n’eu pas Le bonheur de trouver une place ou faire valoir Son talans, cependant un parent voulu l’emmener dans l’Amerique23 mais il en [ms 4] fut Empêché par un ami et ce fut un bonheur pour lui car la barque fits naufrage dés en partant24 et tout léquipage périt+. Il lui arriva un malheur dans Sa jeunesse il tomba dans le feu la main droite dans la marmite pleine de Bouillon qui Bouillet ce qui le Rendi incommodé toute Sa vie il n’avait que le pouce libre, lindice25 et le grand doigt Se tenoient Ensemble les deux autres doigts Etoient tombés dans la main et s’y tenoient toujours fermés, mais a qui Dieu aide Rien ne peut nuire car il apris a Ecrire très bien et le métier d’étaminier dont il devint un des plus fameux ouvriers de son temps.

+ Elle demeurait a Courcelle20 ou Sont Enterrés ces ancêtres père et mere.
+ né en 1721
+ dans ce temp la on faisait de grandes fortunes dans les îlles de l’Amérique

  • 26 Le mariage des parents eut lieu en janvier 1741, deux mois avant la naissance de Louis. Il avait d’ (...)
  • 27 * À la lecture des baux de La Fontaine, ce que l’on sait des jardins et des potagers indique que la (...)

5Il Epousa Anne Cureau+ en janvier mil sept cent quarante, et le onze mars 1741 ma mere me mis au monde26. Mon pere qui avait toujours le voyage des islles dans la tête n’avait guère eu envie de ce marier. Il aurait mieux aimé s’embarquer mais ma mere qui aimait passionnément mon père fits ce quelle put pour l’arrêter et Sétait une fortune pour mon pere parce quil n’avait que 20 L de Rente et ma mere en avait plus de 50 L et un bon ménage joint a cela Sétait la plus belle fille qu’on pouvait voir, menagere et Econôme au possible comme on verra ci après. Mon parrain fut mon grand pere et maraine fut Marie Cureau soeur de ma mere, ils me nommerent Louis ma mere me nouri de Son lait pendant Six mois mais elle Saperçu que je n’aimais pas ce Lait elle m’acoutuma a la Souppe27 aussi je l’ai toujours aimée et guère le Lait, ma mere m’élevait avec beaucoup de Soins et de tendresse mais mon pere ne maimet pas a cause que jétais l’auteur [ms5] quil n’était pas allé dans les isles mais Enfin Ses projets de voyager Se passèrent et il me pris en amitié.

+ fille de Jean Cureau et de Urbaine Jamin mariés a Cerans et decedés à La Fontaine

Notes

5 La généalogie dressée par Louis Simon n’est juste qu’à partir de Michel, son arrière-grand-père.

6 * Tisserand : Louis Simon s’applique à employer ici le terme français officiel en vigueur au moment où il écrit. Ses contemporains du Maine disaient plutôt tissier ou texier.

7 Charte : charrette.

8 Michel Simon faisait la roue sur une distance de 150 mètres environ * depuis le cœur du bourg jusqu’au portail du château (voir plan reconstitué du village, fig. n° 17).

9 * Cette lande et les lacs sont visibles sur la carte de l’évêché du Mans dressée par Alexis-Hubert Jaillot en 1706 (Médiathèque du Mans). Voir aussi le lac en 1779, fig. n° 15.

10 6 pieds : 1,98 m. * Peut-être peut-on soupçonner une certaine exagération ici.

11 * Ce qui était contraire aux règlements de l’Église (voir ms 86).

12 * Louis Simon n’exagère pas puisque le curé Charleville passa près de 32 ans dans la paroisse, de 1669 à 1701 (Ad Sarthe, BMS La Fontaine-Saint-Martin, 1700-1731, vue 20/268, 8 février 1701).

13 * Ce bisaïeul, Louis l’a découvert par l’intermédiaire de son grand-père Pierre qui, orphelin, a dû interroger inlassablement sa grand-mère Coutant pour recréer en lui l’image d’un père qu’il n’avait pas connu. Même si Pierre Simon a embelli le personnage de son père, celui-ci nous apparaît comme un personnage hors du commun. On a envie de dire « ce gaillard de Michel Simon » (A. Fillon, Louis Simon étaminier…, op. cit., vol. 1, p. 33-41).

14 * Étaminier : celui qui tisse « une petite étoffe [de laine] très légère, non croisée, composée d’une chaîne et d’une trême qui se fabrique avec la navette sur un métier à deux marches » (Savary des Brûlons, Dictionnaire universel du Commerce, Paris, 1723).

15 * Si Louis Simon se sent obligé d’expliquer ce qu’est l’étamine c’est que, au moment où il écrit, il a conscience qu’elle est arrivée au terme de son histoire, commencée au milieu du XVIIe siècle au Mans grâce à Jean Véron. Son déclin s’est amorcé à partir du milieu du XVIIIe siècle. Louis n’a d’ailleurs pas engagé ses fils à suivre sa voie.

16 * Tisserand : Louis Simon s’applique à employer ici le terme français officiel en vigueur au moment où il écrit. Ses contemporains du Maine disaient plutôt tissier ou texier.

17 Louis Simon mélange quelque peu les dates. Si Michel est mort durant l’hiver 1693, qui fut un « grand hiver », Pierre avait environ 4 ans. De même ce n’est pas « le grand hyver » de 1709 qui ruine Catherine Coutant, mais celui de 1699, qui fut aussi très rigoureux. * Si l’on accorde foi aux âges indiqués pour les enfants au décès de leur père, alors celui-ci serait mort vers novembre 1690 (les lacunes importantes du registre paroissial durant ces années empêchent de trancher).

18 * Ce doublé de la mort fait deux orphelins. Ils devront à leur aïeule maternelle de conserver un foyer, et peut-être tout simplement la vie. Ont-ils été des « orphelins du dimanche » ? A-t-on adjugé publiquement leur pension au rabais et au moins disant, le dimanche devant l’église ? Les archives restent silencieuses. Cette pratique n’en était alors qu’à ses balbutiements (A. Fillon, « Les orphelins du dimanche… », Fruits d’écritoire, op. cit., p. 165-208).

19 Dans le sud du Haut-Maine, une closerie contenait moins de neuf hectares. * La closerie du Hallier (8 hectares environ) était située dans un hameau isolé, au bout d’un mauvais chemin, à presque 2 km du bourg de La Fontaine. Le toponyme hallier suggère un terrain autrefois (ou naguère) couvert de buissons touffus, et donc peut-être récemment défriché.

20 * Courcelle : aujour d’hui Courcelles-la-Forêt, localité située à 5,5 km à l’ouest de La Fontaine, soit environ une heure de marche.

21 Sacriste : terme local pour sacristain.

22 L’expression « au parfait » était condamnée par les bons auteurs. * Louis Simon l’emploie à plusieurs reprises (voir ms 55 : « elle savait coudre et filer au parfait »).

23 * Pour les Manceaux, le terme « Amérique » fait le plus souvent référence à Saint-Domingue.

24 Pour se rendre aux îles, on prenait une barque à La Flèche, et, par le Loir, la Maine et la Loire, on gagnait Nantes.

25 Indice : index.

26 Le mariage des parents eut lieu en janvier 1741, deux mois avant la naissance de Louis. Il avait d’abord inscrit « mille sept cent quarante un, et le 11 mars suivant, ma mère me mit au monde ». Puis, il biffa soigneusement « un » et remplaça le mot « suivant » par « 1741 ».

27 * À la lecture des baux de La Fontaine, ce que l’on sait des jardins et des potagers indique que la soupe du jeune Louis n’était probablement qu’une soupe de pain améliorée par quelques herbes, ou une bouillie de céréales. Pour toutes les générations, « la soupe, trois fois par jour » est un « élément essentiel de la nourriture » (Anne Fillon, « La culture villageoise dans le Haut-Maine (1750-1780) », ABPO, n° 100-4, 1993, p. 609-619).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site