Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Première partie. Les souvenirs de l'étaminier

Description matérielle et datation du manuscrit de Louis Simon

Anne Fillon

Note de l’auteur

BREF AVERTISSEMENT À PROPOS DES NOTES SUR LE MANUSCRIT DES SOUVENIRS DE LOUIS SIMON : les notes sans astérisque sont d’Anne Fillon (1996). L’astérisque en début (ou parfois en cours) de note signale un ajout signé Sylvie Granger/Benoit Hubert. Les notes ajoutées par Louis Simon lui-même sont placées dans la marge de droite.

Texte intégral

1Le « livre » de Louis Simon comporte une reliure faite d’un manuscrit sur parchemin, usé et sali, mais sur lequel l’écriture du XVIIe siècle est encore visible. Deux lacets ferment la reliure.

2L’ouvrage comporte 96 feuillets – 8 cahiers de 12 feuillets – dont le premier et le dernier ont été collés pour servir de contre-plats.

3L’examen de chaque feuille de papier montre qu’elles ont toutes le même filigrane : le recueil a bien été constitué en une seule fois. L’ensemble est en bon état, excepté les six premiers feuillets.

  • 1 * Sur ces divers personnages, voir infra, notes sur le manuscrit et « La Traque de l’Historien ».

4L’ouvrage servit d’abord de livre de comptes à René Ory, distillateur-marchand de vins à La Flèche, entre 1724 et 1743. Son neveu, René Bruneau, vicaire à Malicorne, inscrivit en 1768 et 1769 les recettes et dépenses de la succession du premier utilisateur (mort en 1768), pour en rendre compte à ses cohéritiers ; enfin Louis Simon, neveu par alliance de René Bruneau, y rédigea ses souvenirs de 1809 à 1820, ayant hérité du « livre » après la mort de René Bruneau, survenue en 17881.

5Il paraît très probable que les 60 premières pages ont été écrites en 1809, et peut-être en 1810, assez rapidement en tout cas (comme si l’auteur s’était libéré brusquement d’une histoire de sa vie qu’il portait sans doute en lui depuis longtemps).

6Les « Conseils », nécessairement postérieurs à Pâques 1809, se situent sans doute plutôt après 1812-1814.

7Dans les « Événements de la Révolution… » et dans les « Événements arrivés pendant la République », on trouve quelques points de repère. Cette partie se termine par un incident daté : l’attaque de la diligence en 1814.

8Les « Brigandages et cruautés des Chouans » sont suivis sans interruption d’une nouvelle évocation des événements de la Révolution, lesquels relatent le départ de Napoléon de l’île d’Elbe (février 1815). Une note en marge les prolonge jusqu’à l’installation à Sainte-Hélène (automne 1815).

9L’« Histoire de l’église paroissiale » a été écrite ou du moins terminée après 1819, date à laquelle le curé Lelong changea l’horloge de place.

10Les dernières lignes du journal portent la date d’un numéro de L’Écho du département de la Sarthe du 15 avril 1820, date qui précède de trente-sept jours la mort du rédacteur.

Notes

1 * Sur ces divers personnages, voir infra, notes sur le manuscrit et « La Traque de l’Historien ».

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site