Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

« Ami lecteur »

Anne Fillon

Texte intégral

1Au soir de sa vie, un étaminier du Maine né sous Louis XV, en 1741, ne put résister à la tentation que représentait la petite centaine de pages restées vierges sur un cahier de comptes parvenu jusqu’à lui :

Moi, Louis Simon, ayant épousé Anne Chapeau, petite-nièce du sieur Ory, j’ai hérité du présent livre, dans lequel j’ai écrit les principaux évènements arrivés pendant le cours de ma vie.

2S’il justifie son geste – s’il s’en excuse presque –, c’est qu’un villageois ne saurait gaspiller son argent à acheter de quoi consigner ses souvenirs. Il faut, en somme, que l’occasion s’offre à lui, pour qu’il en vienne à accomplir une démarche qui n’est guère familière qu’aux élites.

3Il prit donc la plume et noircit peu à peu les pages blanches. Sur la dernière, il traça, un mois avant sa mort, en avril 1820, quelques lignes comme un testament.

4Ce fut son quatrième enfant vivant, Paul, tailleur de pierres, qui hérita du « livre ». Paul le transmit à son fils, Paul-Ambroise, menuisier, qui le transmit lui-même à son fils Paul-Marie, maréchal. La fille aînée de ce dernier, Georgette Simon, et son époux Eugène Guimonneau, le prêtèrent un jour à Michel Fillon, leur notaire. C’est ainsi que je le découvris, et qu’ils m’autorisèrent à faire connaître le manuscrit de leur ancêtre.

5Une thèse d’histoire intitulée Louis Simon, étaminier, 1741-1820, dans son village du Haut-Maine au Siècle des lumières, fut soutenue en 1982 et publiée en 1984. Un ouvrage paru ensuite, en 1989, chez Robert Laffont, Les Trois Bagues aux doigts, amours villageoises, faisait encore une large place aux souvenirs de l’étaminier mais ne contenait pas le texte lui-même. Or Louis Simon devait rejoindre le quarteron d’hommes du peuple qui avaient écrit leurs souvenirs : Pierre-Ignace Chavatte, l’ouvrier lillois né en 1633, étudié par Alain Lottin ; Pierre Prion, « intellectuel de campagne » venu du Rouergue, né en 1687, édité par Emmanuel Le Roy Ladurie et Orest Ranum ; Valentin Jamerey-Duval, né en 1695, près de Troyes, vagabond devenu bibliothécaire du duc de Lorraine, dont le texte a été présenté par Jean-Marie Goulemot ; et enfin Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier parisien né en 1738, publié par Daniel Roche. Après les voix urbaines de Chavatte et de Ménétra, les voix savantes de Prion et de Jamerey-Duval, il fallait qu’on pût entendre celle du seul mémorialiste né et mort villageois : Louis Simon l’étaminier du Maine. Les Éditions Ouest-France me donnent aujourd’hui [1996] l’occasion de les présenter à un large public, dans un ouvrage qui propose trois regards sur le monde rural de l’ancienne France.

6« Les souvenirs de l’étaminier », qui forment la première partie, contiennent le texte intégral des mémoires. Sur 98 pages manuscrites, 67 relatent ce qui lui a paru important dans sa vie, dont 37 sont consacrées à son histoire d’amour, 7 aux « Conseils », aux « Événements extraordinaires visionnaires », aux « Nouveautés arrivées pendant [sa] vie en France ». Puis 13 pages sont dédiées aux moments historiques qu’il a vécus : « Événements de la Révolution… », « Événements arrivés pendant la République », « Brigandages et cruautés des Chouans », qui se rapportent aussi à la fin de la République et à l’Empire. Ensuite 16 pages abordent la vie religieuse : « Histoire de l’église paroissiale de La Fontaine Saint-Martin anciennement ville de Vadré », « Mémoire de plusieurs articles de la messe et autres offices de l’Église catholique », copie d’un « Discours de saint Jean Chrisostome sur les vertus admirables de la croix » tiré de l’« Histoire ecclésiastique et de saint Ambroise » ; enfin 6 lignes extraites de L’Écho du département de la Sarthe dénombrant les victimes de l’Inquisition.

7Le lecteur, qui ne doit pas être privé des joies de la découverte, déchiffrera seul (ou presque seul), dans la langue où elles ont été écrites, les pages savoureuses que l’auteur a choisi de rédiger. Quelques précisions se sont voulues assez discrètes pour ne pas tarir la qualité d’émotion qui naît d’un voyage en terre nouvelle, où les brumes matinales révèlent mieux que la lumière crue de midi les charmes secrets du paysage.

8Comme on sait qu’au plaisir du pionnier succède le désir d’en savoir davantage, la deuxième partie – « La Traque de l’historien » – présente au lecteur ce qui permet d’éclairer les souvenirs du villageois et de leur donner une portée plus générale. Quatre chapitres sont consacrés à la vie quotidienne, à la société, à la famille, enfin à la culture et aux mentalités. Ces pages sont le fruit de vingt ans de recherche et notamment du dépouillement de plusieurs dizaines de milliers d’archives notariales.

9Si j’ai souhaité ajouter une troisième partie – « La plume du notaire » – c’est que je voulais offrir aux lecteurs une plongée dans ce monde luxuriant des archives. Une petite anthologie des minutes de l’étude la plus proche du village de Louis Simon – Cérans – fait apparaître des fractions, parfois ténues, d’histoires de vies : vie privée et vie publique, gestes civils ou religieux, du baptême à la sépulture.

10L’historien n’est qu’un maillon d’une longue chaîne. Il est avant tout un perpétuel héritier. J’aurais voulu citer tous les travaux dont j’ai tiré profit, mais les ouvrages qui ne sont pas destinés aux seuls universitaires ne permettent pas de s’acquitter, au moyen de notes, de ce devoir d’honnêteté. Chacun saura, je l’espère, ce que je lui dois.

11Qu’il me soit permis, du moins, d’évoquer quelques noms car ceux qui les portent ont joué un rôle important dans l’orientation de ma recherche. Ce sont d’abord deux maîtres disparus, qui ont éveillé des vocations : Lucien Febvre, en jetant le défi d’une histoire des sensibilités, et Fernand Braudel, en rêvant d’une somme de microhistoires de la civilisation matérielle.

  • 1 * François Dornic (1911-1998).
  • 2 * Michèle Ménard (1929-2016)

12Et puis des amis bien vivants. Ils m’ont non seulement apporté des contributions essentielles, mais ils ont su d’emblée reconnaître la valeur du témoignage de Louis Simon. Au Mans, François Dornic, l’historien de l’étamine, m’a, le premier, conseillé de le publier1. Jean-Marie Constant, qui a dirigé mes travaux et dont j’ai partagé pendant treize ans les recherches sur les sensibilités collectives, m’a permis notamment de comprendre les sociétés de l’Ouest, qu’il compare inlassablement à celles de son Bassin parisien. Michèle Ménard m’a révélé la puissance d’acculturation des retables villageois2.

  • 3 * François Lebrun (1923-2013).

13François Lebrun a ouvert, en étudiant la mort au cœur de l’Anjou, province sœur du Maine, la voie de la psychologie historique3. Serge Chassagne, de sa plume d’historien de l’économie, m’a éclairée sur la fabrication d’objets de grande consommation dans la seconde moitié du Siècle des lumières, et tout spécialement sur le rôle éphémère mais déterminant des productions textiles du Val de Loire.

14Jean-Pierre Bardet m’a incitée, par ses travaux et ses encouragements, à extraire des souvenirs de Louis Simon et des archives notariales, maints éléments de réflexion concernant l’histoire de la famille. J’ai bénéficié de la connaissance particulièrement éclectique qu’à Jean Meyer des hommes de La France moderne en le lisant et en l’écoutant au cours de longues conversations amicales.

  • 4 * Pierre Chaunu (1923-2009).

15Pour tenter de reconstruire la vie sociale et affective d’une communauté rurale, j’avais un illustre modèle, l’auteur de Montaillou, village occitan, Emmanuel Le Roy Ladurie. Quant à Pierre Chaunu, il a élargi ma vision, nécessairement fixée sur le microcosme du village, aux dimensions de La civilisation de l’Europe des Lumières4. Mais le coup de cœur qu’il reconnaît avoir éprouvé pour les souvenirs de Louis Simon, dès leur première parution, lui fit aussi trouver des formules si justes que je n’ai pu m’empêcher de les utiliser dans cet ouvrage.

16Je n’aurais garde d’oublier les regrettés Eugène et Georgette Guimonneau-Simon, Maurice Guimonneau leur fils, ainsi que Jean Guimonneau, Nicole Hubert et Françoise Provost, héritiers du « Livre ». Et tous ceux qui m’apportèrent leur aide au cours de ces vingt années de recherche, particulièrement Julien Brier, ancien maire de La Fontaine Saint-Martin, et Claude Ranvoizé.

17Avec eux, et avec d’autres, la maison de notre mémorialiste fut acquise. Devenue un chantier d’insertion, elle est en cours de restauration avant d’accueillir un musée qui évoquera, pour les jeunes générations, des aspects disparus de la civilisation villageoise.

  • 5 * Allusion à la création théâtrale de la Compagnie NBA Spectacles, mise en scène par Pierre Sarsac (...)

18Enfin c’est un bonheur de savoir qu’un metteur en scène et des comédiens de talent ont donné un visage et une voix à l’écrivain de village : Moi, Louis Simon5

Notes

1 * François Dornic (1911-1998).

2 * Michèle Ménard (1929-2016)

3 * François Lebrun (1923-2013).

4 * Pierre Chaunu (1923-2009).

5 * Allusion à la création théâtrale de la Compagnie NBA Spectacles, mise en scène par Pierre Sarsacq et jouée par Didier Bardoux en 1996. Voir le témoignage de ce dernier dans la quatrième partie. Voir aussi les figures n° 5 et 46 de l’encart iconographique.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site