Version classiqueVersion mobile

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Première partie. Polices : institutions, corps, services

La compagnie de maréchaussée de l’Île-de-France et la Garde de Paris : deux unités de police ; un même métier ?

Pascal Brouillet

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En octobre 1788, le Secrétaire d’État de la Maison du Roi se prononçait en faveur de la nomination d’Anne-Jean-Auguste Rulhière à la tête de la Garde de Paris 1, en remplacement de Duboys, chevalier du Guet et commandant de la Garde depuis 1775, qu’il était urgent de relever de ses fonctions pour éviter qu’il ne soit massacré par le peuple de Paris 2. Ce choix constituait un retour aux pratiques antérieures à 1775, avant que le commandement de la police parisienne ne soit confié à d’authentiques militaires 3. En effet, Rulhière était un véritable spécialiste de l’ordre public, qui avait fait carrière au sein de la compagnie de maréchaussée d’Île-de-France, dont il était le lieutenant inspecteur des brigades depuis le 29 avril 1784. Mais nommer un tel homme à la tête de la Garde de Paris semblait annoncer un rapprochement, voire préparer une fusion entre les deux principales unités de police chargées de la sécurité de la capitale et de sa banlieue, placées toutes deux sous les ordres...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search