Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journal de Stanislas Dupont de La Motte

 | 
Stanislas Dupont de La Motte

Neuvième cahier. Du 26 mars 1776 au 30 septembre 1776

Texte intégral

Mardi 26 mars 1776

On annonce que le sort futur des instituteurs et administrateurs du collège est déterminé et que vendredi nous pourrons être instruits.

La servante du procureur Le Vacher est, dit-on, grosse de l’abbé Durand ; elle est à son 3e maître.

Les députés reviendront dans la semaine sainte.

On attend celle-ci le sieur Macé qu’on fait official.

M. le comte de Saint-Germain ne m’a pas encore répondu sur ma justification.

Mercredi 27 mars

Les sous-maîtres Brard et Belamy partent pour le séminaire d’Angers dans l’intention de prendre le sous-diaconat.

Jeudi 28 mars

Fin de l’inoculation sur 25 élèves.

Le sieur Macé n’est pas arrivé comme il l’avait annoncé. M. Lambert a peine à empêcher ses sous-maîtres d’écrire pour solliciter en corps une retraite depuis que Marchand a mandé qu’ils n’auraient rien et que l’archevêque de Toulouse avait renvoyé au ministre le traitement des administrateurs.

Vendredi 29 mars

M. et Mme du Hauthierray reviennent dimanche.

Prêté mon cabriolet à M. et Mme Le Monnier et à Valançon pour Le Mans.

M. Hamelin mande charitablement à M. Benières que, sans les députés, l’enseignement du collège n’aurait pas changé et qu’il n’aurait pas été confié aux Doctrinaires.

Samedi 30 mars

Dîné aux Capucins avec deux Récollets, deux Carmes, le curé, son vicaire, le prieur de Clermont, l’abbé Decheman, le principal et M. Oudin.

Thèse de mathématiques dédiées à M. le duc de Marcé par M. d’Héral. Il a soutenu supérieurement ; il envoie lui-même son programme.

M. le comte de La Châtre est à Malicorne pour 2 jours. Il a fait prier le sieur Simon d’y passer ce temps.

Dimanche 31 mars

Point d’instruction.

Le chevalier du Hauthierray est de retour avec madame en bonne santé.

Les sous-maîtres ont fait partir leur mémoire au ministre (Riboutet). Ils crient misère.

Lundi 1er avril 1776

Bureau ordinaire. Tout le monde y a comparu. Il n’y a eu qu’une seule délibération pour constater la présentation de l’état de caisse du receveur du mois de mars et fixer au 15 la prochaine assemblée.

On a répondu à M. Crochard, qui mandait qu’il allait faire donner assignation pour que le collège lui rende par déclaration des objets qu’il prétend de sa mouvance, qu’il n’a qu’à faire connaître ces objets et que, s’il est fondé dans sa demande, le collège les lui reportera sans en venir à des assignations et des contestations.

Les députés annoncent leur départ de Paris pour jeudi. L’université s’oppose à l’affiliation avec les Doctrinaires et remet après Pâques à faire paraître la déclaration qui réglera le sort du collège.

Dîné chez le chevalier du Hauthierray.

Mardi 2 avril

La goutte a suffoqué M. Dupont du Vergor à midi. Il n’a pu qu’être confessé tant l’oppression a été subite. M. et Mme Dupont-Ferdinand sont toujours ici. Le lieutenant général et le procureur du Roi ont inventorié les effets du défunt. Le 1er a quitté pour cette expédition l’évêque d’Angers et son Macé qui sont arrivés à 11 heures 3/4, ont dîné à la poste et sont repartis à 1 heure 1/4. Outre la visite du sieur Busson, il a eu celle du curé et de quelques ecclésiastiques de la ville. Il n’y a eu du collège que les sieurs Durand, Noyelle et Péan. Il a donné un louis aux quêteuses. Il désavoue d’avoir dit qu’il n’approuverait pas les Doctrinaires. Il fera connaître ses intentions à ses grands vicaires. S’ils ne s’y rendent pas, il retirera les pouvoirs et sera évêque et grand vicaire.

Un homme m’a averti que la Hérisson de la buanderie avait eu de la farine du neveu du boulanger du collège. Interrogé ce jeune homme qui est convenu en avoir en effet donné samedi dans un bonnet. Cette femme le blanchit.

La 8e compagnie ou escadron des carabiniers est de retour ce matin de Saumur ; M. de Poyanne a laissé couler des larmes en faisant la réforme de ce corps, si la consolation des malheureux est d’avoir des semblables, nous n’en manquons pas.

Mercredi 3 avril

  • 1 Premier dimanche après Pâques. L’introït en latin de la messe du jour commence ainsi : « Quasi mod (...)

Le sieur Macé ne sortit pas hier de l’auberge où il dîna. L’évêque l’y retint de peur qu’il ne fût insulté dans les rues. Il a promis à ses créanciers de revenir après la Quasimodo1. Il a d’ailleurs joué l’homme en place qui protège auprès des jeunes abbés qui se sont présentés à son prélat. Celui-ci a accueilli froidement Busson qui voulait lui faire beaucoup de questions.

Nos abbés qui étaient allés au séminaire sont de retour. Ils n’étaient pas en règle.

Jeudi 4 avril

On mande d’Angers que les grands vicaires se sont présentés chez l’évêque leurs démissions en main. Qu’après le bonjour, le prélat leur avait dit : « Je vois bien ce que cela signifie, mettez sur la cheminée. » Qu’en leur présence, avec les pincettes, il a mis au feu l’une après l’autre les démissions de ces messieurs qui se sont retirés fort indignés.

Vendredi 5 avril

L’abbé Boucher a reprêché la Passion.

On a dit à la Madeleine que l’évêque avait 4 filles au couvent.

  • 2 À la suite du départ des Jésuites du collège Louis-le-Grand, les boursiers de 26 petits collèges s (...)

Les députés sont arrivés ce soir ; nos professeurs qui ont été les premiers à les voir sont désolés du traitement qu’on leur fait : 600 livres au principal, 500 à ceux qui ont professé dix ans et 300 seulement à ceux qui exercent depuis moins de temps. Ils espéraient qu’on les traiterait à peu près comme on a fait les instituteurs des collèges de Paris lors de leur réunion à Louis Le Grand2. Cette nouvelle achève d’abattre le courage de tous les agents de la maison.

Samedi 6 avril

  • 3 Qui crie à tort et à travers.

J’ai vu M. Chaubry, mais il ne m’a presque rien appris qui ne fût déjà répandu dans le public. Je m’y suis trouvé avec le docteur La Tour, M. des Piltières et j’ai fait une sortie sur le premier que j’ai traité de clabaudeur3.

Les députés ont rendu compte de leur mission à la ville à qui on fait espérer un collège brillant et des maîtres du premier mérite.

Dimanche 7 avril

Pâques. M. Pilon a fait le sermon, le premier qu’il ait fait au collège en ne comptant pas son Henriade.

Les professeurs à 300 livres de retraite en ont écrit au procureur général du parlement.

Lundi 8 avril

Mme de Turbilly est ici avec des gens de justice qui vont ôter de la besogne à nos juges affamés.

Le chevalier du Hauthierray craint que M. Dupont, dont il n’a pas reçu de réponse, n’ait trouvé la lettre qu’il lui a écrite de Bellême.

La veuve du cuisinier Renaud attend le supplément des gages dû à son mari pour 1775 afin de payer ses dettes et de quitter ce pays où elle meurt de faim avec ses enfants.

Mardi 9 avril

À dîner MM. Barville, Dolomieu, d’Héral, Boucher, Callet et Mmes La Chaise.

  • 4 Collège tenu par des Bénédictins de Saint-Maur.

Deux Bénédictins de Sorèze4, avec un de leurs pensionnaires, sont arrivés en poste à 10 heures. Ils sont d’abord venus chez moi, ont débuté par un compliment de condoléances que j’ai abrégé en les assurant de notre résignation aux ordres du Roi et de notre empressement pour la prompte évacuation du collège. Mais comme ils ne se sont munis que d’une lettre de leur supérieur, je leur ai fait observer qu’il fallait quelque chose de plus authentique, tel que l’ordre du Roi ou de M. le comte de Saint-Germain adressé à leur supérieur et une procuration de ce dernier pour pouvoir leur remettre leurs élèves et leurs effets. Ils sont convenus de la nécessité de ces précautions. Je leur ai dit qu’ils devraient au reste aller voir le principal qui avait les ordres. Ils m’ont quitté pour y aller en me disant adieu jusqu’au 18 qu’ils reviendront de Paris où ils vont chercher les ordres qui leur manquent et de l’argent qu’ils croyaient trouver ici. Ils se sont trouvés chez M. Lambert avec M. d’Eyquem, que celui-ci a eu de la peine à contenir et qui leur a montré beaucoup de colère. Les moines ont laissé à leur auberge pour être remis à M. Lambert un programme immense de leurs exercices publics de septembre dernier. C’est une Encyclopédie !

On me confirme l’incendie des démissions des grands vicaires, mais point encore de remplacement.

Une fille, maîtresse d’un conseiller au parlement de…, qui a fait gagner un procès à un chanoine d’Angers, a été trouvée cet hiver sous les glaces derrière la maison du père du chanoine avec qui elle avait passé l’après-dîner en arrivant de Paris. On lui a trouvé dans un étui un billet de 4 000 livres de ce chanoine du temps du procès. Cette affaire l’a fait soupçonner et fait aujourd’hui grand bruit après avoir paru assoupie.

Mercredi 10 avril

À l’ordination, 2 ex-grands vicaires ont par décence assisté l’évêque. Le sieur Macé a fait les fonctions de secrétaire.

Jeudi 11 avril

Départ de Mme et Mlle La Chaise, que ma femme a reconduites à Durtal.

Déjeuné chez M. Meslin.

Foureau entre aide de cuisine chez les Bénédictins de Saint-Vincent au Mans.

Ma femme a fait ses Pâques à Saint-Thomas.

Mme d’Argentré a passé ici deux jours. Je n’ai pas eu l’honneur de la voir cette fois, mais elle a bien exalté en ville le plan des nouveaux collèges.

Vendredi 12 avril

Thèse en physique par M. d’Héral qui s’est fait honneur.

L’approche du moment de la dispersion des élèves et la cessation des travaux pour le collège est déjà sensible à bien des Fléchois.

Samedi 13 avril

Fait mes Pâques à la paroisse.

M. de Quatrebarbes est venu faire ses adieux à son fils. Il paraît affligé de tout ceci. Il s’est adressé à un colonel pour que son aîné soit cadet dans son régiment. On lui a demandé 1 500 livres pour ce choix.

  • 5 Collège tenu par les Oratoriens depuis 1623. Voué au XVIIe siècle à la formation du clergé, le col (...)

Il est arrivé après midi un des fourgons pour les élèves de Vendôme5. Il comptait qu’on l’hébergerait au collège. Quelle différence avec les gondoles de l’École militaire ! Elle n’a pas échappé au public qui s’est récrié sur l’indécence de cette voiture. M. de Quatrebarbes en a été indigné et s’en est expliqué très vivement devant un Bénédictin de Beaumont qui est arrivé sur ces entrefaites.

Celui-ci a laissé Dom Huet au Mans : il va aller le rejoindre. Il n’a pas l’ordre du Roi, ou plutôt du ministre. Le général leur a seulement adressé copie. Cependant, nous lui avons conseillé d’écrire demain pour en avoir l’original. Ce moine fait le fâché d’avoir des élèves et dit que c’est un prétexte pour les détruire un jour, ou du moins leur faire éprouver quelque grand changement.

Ce collège n’a que des chariots pour emmener ses 51 élèves. Ils sont en route. On trouve ici cette manière de voiturer les élèves semblables à celle dont on use pour les forçats ou pour les malfaiteurs qui vont à leur jugement en dernier ressort. Mais ce qui révolte le plus, c’est de voir les moines en même temps dans des chaises de poste.

Le conducteur des élèves destinés pour Vendôme s’est présenté ce soir muni de l’ordre original sur lequel M. Lambert a fait les corrections ordonnées. Nous tâcherons de le faire repartir lundi. Il comptait emporter de l’argenterie pour son nombre d’élèves, nous ne lui en donnerons pas.

Dimanche 14 avril

L’instruction par M. Duchesne.

Les voitures de Vendôme pour 24 élèves et 2 Oratoriens sont une chaise et un caisson. On a travaillé à la lingerie une partie de la nuit pour faire les trousseaux.

M. Pantin de Landemont est venu voir son fils.

Lundi 15 avril

Le préfet des Oratoriens de Vendôme est parti à 8 heures avec son convoi. Les livres de ses 24 élèves et ses 25 lits sont restés sous notre galerie ; il n’a pas pu les emporter. Je les ai fait renfermer à part. Ces P. P. sont obligés de louer des logements pour leur nouveau monde.

Bureau ordinaire. Cinq délibérations. Point d’absent.

  1. Réception d’une réponse du ministre qui autorise le payement de 150 livres au sieur Simon, architecte, pour voyages et remet à statuer sur le reste de la demande pour remplacer l’expert.
  2. Répartition des 1 800 livres, gratification pour le service de la chapelle de 1774 et 1775 accordées par lettre du ministre qui ordonne que les gratifications sur la masse de réserve des sous-maîtres et leurs appointements à compter du 1er janvier dernier seront payés sur les revenus du collège. Arrêté qu’on demandera au ministre si les régents de 7e et les secrétaires et le sous-préfet sont compris dans cette dénomination de sous-maîtres.
  3. Arrêté du compte général du receveur pour 1775.
  4. Mémoire de la veuve de M. Couallier qui demande le salaire de son mari comme avocat du collège. Sa demande sera envoyée au ministre.
  5. Nomination des chantres par le principal à la place de ceux qui sont morts. Prochain bureau au 4 mai.

On est venu avertir pendant le bureau de l’arrivée du Minime de Brienne avec les 6 élèves de l’École militaire destinés au nouveau collège. Ils logeront à l’infirmerie. Il était midi quand nous avons pu parler à ce religieux et nous sommes convenus qu’il partirait demain après-midi avec 35 de ses élèves. Il est fort mécontent de M. de Lardière.

J’ai mené le principal dîner à Clermont.

Mardi 16 avril

Le docteur La Tour a été très empressé auprès du Minime qui nous a dit que leurs bâtiments n’étaient commencés que de janvier, que les élèves seraient tondus jusqu’à 12 ans et qu’on les humilierait parce qu’ils sont trop fiers. Leur pension n’est que de 500 livres ; on leur en paye 700 livres, les 200 sont pour des gratifications. 20 000 livres de gratifications par an ! À qui ? Peut-être à la comédie hebdomadaire qu’il dit qu’on joue au château de cette seconde capitale. Il m’a demandé quelques renseignements que je ne lui ai pas refusés. Les sous-maîtres seront des ecclésiastiques à 50 écus ; mais cela leur vaudra séminaire.

Le gendre de notre cordonnier, celui qui depuis 6 mois distribue les boucles, nommé Laroche, sera leur cordonnier et sa femme la lingère. Ils seront nourris, logés et 3 livres 15 par paire de souliers. Il suivra le second enlèvement et sa route sera défrayée.

À 3 heures après midi, le Minime est parti avec 36 élèves, y compris M. de Colnet pour l’École militaire. Deux carabas emmenaient 40 personnes. Dès septembre, on médite cette belle équipée, m’a dit le R.P.

On a commencé la construction du pont du parc.

Thèse de logique.

Mercredi 17 avril

  • 6 Collège situé près de Lisieux et dirigé par des Bénédictins de Saint-Maur. Son recrutement est dou (...)

Les Bénédictins de Beaumont6 sont arrivés ce soir avec des charrettes à 2 roues.

  • 7 Collège bénédictin en exercice depuis 1760. Le fait d’être choisi pour accueillir 50 boursiers ent (...)

Ceux de Rebais7 sont aussi ici. Tous attendent le retour de leurs exprès envoyés pour avoir les états nominatifs, sans lesquels au moins nous ne pouvons pas remettre les élèves.

Jeudi 18 avril

Beaumont a reçu son état. Les Bénédictins sont très mécontents de voir qu’ils seront obligés de mener leurs élèves à l’examen final chez les Minimes à qui on donne toutes les préférences.

Vendredi 19 avril

Départ des 51 élèves pour Beaumont à 7 heures du matin. Ils sont sortis de la ville dans les 2 fourgons de Rebais et à un demi-quart de lieue, ils avaient 3 vraies charrettes dans lesquelles ils les ont versés. Il y a eu à cette occasion une scène fort vive entre les moines et des gens de la ville indignés de la manière dont on traitait les élèves. Ceux-ci criaient dans la route : « Ayez pitié des pauvres galériens. »

Ceux de Sorèze sont de retour non seulement avec leurs états nominatifs, mais avec un ordre du Roi commun à tous les directeurs des collèges qui nous dépouillent.

L’exprès des Bénédictins de Rebais est aussi arrivé avec l’état qui les concerne.

Samedi 20 avril

Départ de 48 élèves de La Flèche et de M. de Rozet de La Garde pour Sorèze. Le jeune Raymond de la Nougarède est resté aux infirmeries d’après l’avis par écrit parvenu du médecin.

Les 49 pour Rebais sont aussi partis ce matin. Tous étaient en route à 7 heures 1/2 ; ceux-ci dans les 2 fourgons de la veille qui étaient suivis d’un chariot de bagages sur lesquels Mme d’Eyquem a suivi son fils.

Ceux de Sorèze avaient 7 chaises pour les élèves : ce sont les mieux, quoique un peu serrés. On s’imagine bien que les moines sont voiturés plus doucement.

  • 8 Collège oratorien dont le recrutement est surtout local et aristocratique.

Les Oratoriens d’Effiat8 ont paru avec le fourgon de Vendôme. Ils emmèneront demain 19 élèves de La Flèche et M. Casabianca. Lundi, un semblable carabas prendra les 20 autres et les 2 de l’hôtel pour Vendôme. Les Oratoriens sont 2 par voiture et voyagent comme les enfants.

Je me tais sur les déchirements et la fatigue de cette dispersion.

Dimanche 21 avril

L’instruction par M. Durand.

Départ à 8 heures après la messe de 19 élèves et de M. Casabianca avec 2 Oratoriens dans un fourgon pour Effiat. Ces conducteurs nous ont rapporté qu’ils ont rencontré 3 élèves derrière des voitures des Bénédictins et qu’à Rémalard ceux des Minimes n’ont pas trouvé de quoi souper et ont couché sur la paille. Donné à dîner au sieur Williamm de l’Oratoire d’Effiat avec de ses élèves.

Lundi 22 avril

On mande que la noblesse de quelques provinces forme des députations pour se plaindre du traitement qu’éprouvent les élèves pour favoriser le château de Brienne (M. du Chambon).

Le religieux de Sorèze a aussi parlé de la circoncision comme d’un projet proposé. Quels systèmes ! (chevalier et Mme du Hauthierray).

Les 20 élèves restants d’Effiat sont partis à 6 heures 1/2 du matin avec MM. Brie de Serrant, de Mézières de Lespervanche de l’École militaire pour Vendôme.

  • 9 Collège bénédictin qui ne reçoit que des pensionnaires. Il constitue « un des pôles de la novation (...)

Arrivée du supérieur de Pontlevoy9 avec un frère médecin en poste.

Mardi 23 avril

Donné à dîner à ces 2 Bénédictins avec de leurs élèves, des professeurs et M. de Barville. Ils prennent le beau-frère de notre tailleur et Valançon à qui ils donneront 400 livres et nourri, etc. pour maître à écrire. Leurs voitures sont arrivées après midi : ce sont 7 cabriolets à 2 chevaux.

  • 10 Collège tenu par des Bénédictins de Saint-Maur. Les effectifs varient après 1776 de 100 à 150.

Le supérieur de Thiron10 est aussi arrivé avec un second. Leurs voitures ne se rendront que demain au soir.

Sorèze et Pontlevoy laissent à ma disposition leurs bois de lit, quoiqu’ils en aient donné décharge.

L’extrait de la délibération du 15 ci-joint fait voir que M. Busson a cru satisfaire à sa petite animosité contre M. d’Héral, en faisant l’observation sur les sous-maîtres qui portent ce nom ou connus sous une autre qualification.

L’évêque d’Angers vient de donner à un prêtre du diocèse de Beauvais un canonicat nouvellement vacant. Macé n’a rien obtenu.

L’archevêque de Toulouse a répondu à M. Guy qu’il ne se mêle pas des traitements, qu’on l’a prié de suppléer les professeurs et que ceux qui doivent venir pourront avoir besoin d’un professeur de mathématiques.

Mercredi 24 avril

Les 39 élèves pour Pontlevoy sont partis à 7 heures du matin avec M. de Varoquier et les 2 Bénédictins. Ils sont six dans chaque cabriolet.

Les élèves de Beaumont ont eu honte d’entrer au Mans dans leur chariot. Ils ont mis pied à terre. On en a vu un galoper à travers la ville sur un cheval. Ce convoi et celui de Rebais ont logé dans le couvent des Bénédictins de Saint-Vincent.

Jeudi 25 avril

Les Oratoriens de Vendôme ont envoyé chercher les meubles qu’ils n’avaient pas pu emporter.

La voiture des Bénédictins de Thiron n’étant pas arrivée, Dom Caseaux est parti vers midi pour Le Mans dans sa chaise de poste avec MM. de Tilly, de Thieulin et de la Boussardière de Beaurepos. Le reste des élèves est resté.

Le docteur La Tour et le sieur Boulay ont écrit aux Doctrinaires et offert leurs services. La voiture pour Thiron est arrivée le soir : c’est le fourgon de messagerie du Mans à Alençon.

Vendredi 26 avril

Départ à 7 heures du matin des 23 élèves restants, compris de Lardière, pour Thiron sous la conduite d’un Bénédictin qui s’est placé avec eux. Ils ont failli être écrasés à 50 pas du collège par la maladresse du voiturier qui s’est embarrassé dans des étais qui soutiennent en l’air le toit d’une maison qu’on rebâtit.

Le Suisse a reçu les 2 règlements pour les nouveaux collèges et pour les cadets.

Samedi 27 avril

Le Minime de Brienne avait annoncé pour aujourd’hui le retour d’une voiture pour enlever le reste des élèves, mais elle n’a pas paru.

Renvoyé la cuisinière et un des infirmiers des sœurs. Congédié la plupart des lingères. M. de Brienne a répondu à M. Porion d’une façon peu satisfaisante et par les raisons et par le style. Il a été prié, dit-il, de suppléer les professeurs de ce collège, mais il ne se mêle pas du traitement. Il trouve que l’émérite ne leur est pas dû, n’ayant pas professé 20 ans. Dîné chez le chevalier du Hauthierray avec M. Duperron qui est de retour.

Dimanche 28 avril

L’instruction par l’abbé Christophe.

Les 6 élèves de l’École militaire qui se destinent à l’Église annoncés sont arrivés ce matin avec le chevalier ou plutôt l’abbé de Barbuat de Maisonrouge, sur lequel on ne comptait pas. Les chevaux des voituriers qui les ont amenés sont fatigués.

Le reste des élèves pour Brienne ne partira que le 30.

Le père Leleu buvait et faisait boire de l’eau de vie tous les matins aux élèves de l’École militaire qu’il a emmenés.

Lundi 29 avril

Nos élèves ont couché en route jusqu’à 3 dans un lit. Deux longes de veau et 6 bouteilles ont fait le souper des 25 élèves et de leurs révérends conducteurs.

On dit que les nouvelles constructions de Brienne se sont écroulées.

Mardi 30 avril

Départ des 25 élèves pour Brienne à 2 heures après midi dans des voitures dont une seulement à 6 places. Ils sont conduits par le moine préfet de ce collège et par deux espèces d’officiers de maison. Ce convoi logera dans des villages comme le 1er. Le gendre de notre cordonnier, avec toute sa famille, et un de nos marmitons les suivent.

Le petit Minime a récité des vers galants aux élèves de l’École qui disent que c’est un agréable.

Mercredi 1er mai 1776

On a renvoyé de l’École militaire une lettre à M. Sibert de Cornillon qui est du sieur Tridon. C’est un modèle de compliment à écrire par ce jeune homme à une marquise ***. Il y est question d’une maladie de M. le duc de La Vrillière et même de lui Tridon. Notre monde cherche à se pourvoir.

M. de Barville est allé chez son père passer le temps de sa réforme.

Le P. général des Oratoriens m’a fait des remerciements de sa congrégation pour mes attentions. Les élèves de Pontlevoy et de Vendôme sont, m’a-t-on écrit, arrivés heureusement. Donné à Mme du Hauthierray un jeune chien.

Le docteur La Tour a abusé de son ministère auprès d’une jeune fille. Il a déjà donné quelque argent pour assoupir cette affaire.

Jeudi 2 mai

Le prince Louis de Rohan a passé pour aller au château du Verger auquel on a fait quelques réparations. On a fait courir le bruit que ce sera pour une 13e École militaire monacale.

Le neveu de M. Guy a la promesse d’une petite place à Abbeville.

Nos sœurs de la Charité ne reçoivent aucune nouvelle de leurs supérieures.

Vendredi 3 mai

Dîné chez le chevalier du Hauthierray avec l’abbé Lambert, M. de La Rue et l’abbé du Hauthierray.

  • 11 Collège fondé au XIVe siècle.

L’abbé Vallé mande à l’abbé Porion de se donner des mouvements pour une chaire de philosophie qui est dans le cas de vaquer au collège de la Marche11.

Samedi 4 mai

M., Mme et Mlle Pihery se disposent à un voyage pour Paris. Il est, dit-on, question d’un mariage pour la demoiselle.

L’épicier et marchand de bois du collège se plaint de la perte qu’il a faite sur ses soudes et savons par un naufrage, et de l’impossibilité où il est de faire honneur à ses engagements pour des coupes de bois, n’en ayant pas fourni cette année au collège. Je le renvoie au ministre et à la nouvelle administration. Il va y présenter des mémoires. Cet homme si opulent, selon les Hamelin, les Macé, les Busson, sera forcé de faillir s’il n’est pas secouru.

  • 12 Arch. dép. de la Sarthe, 4 E 8/570, inventaire des biens (13 et 15 juin 1776) ; vente des meubles (...)

M. Basteau est mort ce matin, l’homme de plus de probité du pays de moins12.

Dimanche 5 mai

L’instruction par M. Duchesne.

C’est chez la marquise de Langeac qu’est Tridon, qui a fait faire cette connaissance à M. de Sibert. Celui-ci est fort épris de cet homme qui signe de Parcieux.

Lundi 6 mai

Bureau ordinaire. Tout le monde s’y est trouvé. Il y a eu 4 délibérations.

La première de l’état de caisse du mois d’avril. La deuxième pour des réparations aux chaussées des étangs de Bellebranche. La troisième à cause d’un mémoire de l’abbé Durand qui s’offre de continuer de dire la messe de 5 1/2 heures et de rendre service à la sacristie jusqu’à l’arrivée des Doctrinaires pour la vie et le prix de la messe. Ce qui lui a été accordé provisoirement en attendant qu’on ait ordre du ministre. La quatrième pour rendre par déclaration au fief de la Fontaine-Milon de M. Crochard.

Il a été lu un mémoire du charpentier Boilard qui se plaint d’erreurs de comptes avec des fournisseurs, affaire dans laquelle M. Simon se trouve impliqué, mais qui ne regardant pas l’administration, a été renvoyée comme personnelle à cet ouvrier.

On a également rejeté un mémoire du sieur Marchand qui prétend à 200 livres de gratifications pour les bons services qu’il a rendus au collège l’année dernière. Ce personnage a encore trouvé des défenseurs.

M. Lambert a lu l’ordonnance qui supprime tout le monde, excepté le principal, le sous-principal et les régents, et ensuite la lettre qui surseoit en partie à l’exécution de cet ordre. On a pensé que le bibliothécaire devait être conservé, que le préfet des études devait rester et se pourvoir. En ce cas, j’aurais voulu qu’on le substituât au sieur Durand ; il a été créé à la sortie des chapelains, mais celui-ci est un flagorneur qui s’est fait des partisans. Le prochain bureau au 20 ; on s’assemblera cependant jeudi au matin pour arrêter les états des sous-maîtres qui sortent et qu’il faut payer jusqu’au 10.

M. de Pradel, commandant des carabiniers, m’avait proposé et à M. Lambert de faire manœuvrer dans le parc des élèves. Le bureau, à qui nous avions promis d’en parler, s’y oppose et avec raison.

Mardi 7 mai

M. de Rossel est ici. Il va à Saumur. M. le chevalier Dolomieu en vient et va partir pour Malte.

La vocation des nouveaux aspirants à l’état ecclésiastique paraît en général inspirée pour la circonstance plus que par des mouvements surnaturels.

J’ai été dîner avec l’abbé Lambert à la campagne de M. de Bordeaux pour fuir les…

Chalot va aller mourir de faim chez son pauvre frère. Rouzé n’a rien, ne sait où aller et désire aux infirmeries que la mort finisse sa misère.

Mercredi 8 mai

Nous avons enfin le jubilé. L’évêque d’Angers n’a pas fait imprimer la lettre encyclique du pape à la tête de son mandement et il la garde pour lui.

Lagorsse de Limoges est resté malade à Tours. Au lieu d’aller à Effiat, il ira à Vendôme. On nous apprend qu’il y a eu grand remue-ménage à Rebais et qu’une partie des moines a fait chasser l’autre.

Jeudi 9 mai

Le fils et le neveu de M. Guy sont partis cette nuit.

Bureau extraordinaire auquel le curé n’est pas venu, ni M. de La Barberie qui a été saigné du pied.

On m’avait averti qu’il y aurait force mémoires des sous-maîtres et j’en avais prévenu le principal qui a apporté les états de ce qui leur revient ou du service qu’ils ont fait jusqu’au 10 inclus. Mais avant, on a ouvert 4 paquets ; l’un du sieur Buhot qui se plaignait de n’avoir pas été assez gratifié pour l’année de 1774 à 1775. M. Lambert a dit que la répartition avait été arrêtée au bureau. M. de Lucé lui a répondu que c’était sur son rapport, il a répliqué qu’il l’avait fait en conscience et qu’on était les maîtres de faire des objections. Le second était de presque tous les sous-maîtres. Ils prétendaient que leur renvoi n’était pas légal, qu’on ne leur avait signifié aucun ordre juridiquement et d’autres bêtises semblables.

La troisième du sieur Boulay était mieux tournée. Il se plaignait, qu’après lui avoir ôté sa régence de 7e, il avait été peu gratifié et que, par surcroît, on ne le gardait pas lui le plus ancien, utile au chœur et le plus capable de suppléer les professeurs. M. de Hauthierray a pris chaudement son parti contre M. Lambert qui ne s’est pas laissé aller, malgré la jonction du procureur du Roi, l’approbation circonspecte de M. Busson et le silence de M. Ducan. Je l’ai appuyé en établissant que le choix et le renvoi des sous-maîtres lui appartenaient uniquement sans être tenu d’en rendre compte au bureau. Enfin, M. du Hauthierray voulait qu’on fît une délibération et écrivît au ministre comme pour l’abbé Durand. Mais, sur la remarque que l’on avait à cet égard déjà bien hasardé de garder, pour dire une messe de 5 heures 1/2, un prêtre dans une maison où il en reste huit autres qui avec le principal sont tenus de desservir la chapelle, la proposition a été rejetée. D’autant que ce monsieur doit aller à Thiron. On n’a pas eu plus d’égard à la quatrième requête dans laquelle le sieur Péan faisait à peu près les mêmes plaintes que le sieur Buhot.

On a ensuite fait la délibération et arrêté les états des appointements et desserte de l’église pour les sous-maîtres qui sortiront demain. M. Busson, avant de sortir, mit dans sa poche les 4 mémoires. C’était au reste par son conseil que les sous-maîtres les ont faits.

Donné à dîner pour ma fête à tous les professeurs (excepté MM. Pilon et Benières), au bibliothécaire, au curé, au principal et à l’abbé du Hauthierray.

Vendredi 10 mai

Les élèves de Pontlevoy m’ont écrit et à M. Lambert une lettre de remerciements.

Presque tous les sous-maîtres ont quitté aujourd’hui le collège. Quelques-uns sont obligés d’attendre pour partir.

Samedi 11 mai

Congédié les domestiques superflus. Plus de moitié de ces hommes sont sans pain.

M. Lambert a assemblé les écoliers pour leur expliquer le mandement sur le jubilé et leur donner des instructions sur cette espèce d’indulgence.

Dimanche 12 mai

L’instruction par l’abbé Durand.

L’évêque d’Angers a fait choix de grands vicaires. De ce nombre sont le supérieur du séminaire, l’abbé Sapinau, curé des Sables-d’Olonne, dans laquelle M. Boitel espère de lui succéder, et des étrangers. Ni l’abbé de La Brosse ni Macé n’en sont point. L’archiprêtre de Juigné a traité ce dernier avec le plus grand mépris en présence du prélat.

Procession générale du jubilé. Le clergé du collège a fait corps avec celui de la paroisse.

Lundi 13 mai

La chaire de philosophie pour l’abbé Porion est une affaire manquée. Mais on lui mande que M. de Conzié cherche à remplacer le principal du collège d’Arras et on lui conseille de se proposer. Il est fort en état de remplir cette place, mais l’abbé Lambert y conviendrait aussi bien : il a quelques années et de l’usage de plus.

Le supérieur de Vendôme m’a mandé et j’avais fait note que le jeune Lagorsse de Limoges, resté malade à Tours, irait au collège de Vendôme au lieu de celui d’Effiat. Cet élève n’a jamais dû aller dans cette dernière école.

Mardi 14 mai

On annonce d’Angers qu’aujourd’hui l’université a dû s’assembler pour répondre à la demande que l’intendant de Monsieur a faite à ce corps d’affilier le collège de La Flèche. On s’attend qu’elle ne se fera pas prier, et les barons en sont chagrins. D’ailleurs, leurs marchés ont déjà cessé d’être fournis, et leurs fermiers et locataires parlent de diminuer les baux.

L’abbé Lambert a pris encore des poudres d’Aillaud. Il ne s’en loue pas cette fois. Il envoie à M. Dupont une lettre de T… à M. de S… de C… ; elle peut servir d’éclaircissement.

Les professeurs écrivent en corps à M. Dupont pour qu’il veuille bien défendre leur cause s’il s’en trouve à même. La lettre est de l’abbé Porion.

M. de Boissimon fait afficher la vente des Plantes.

Mercredi 15 mai

On a trouvé un marchand de bœufs qui a été assassiné cette nuit au-dessus de Clermont, il n’est pas mort. La justice ne se remue pas.

Suivant une lettre de Versailles (M. Le Bret père), Monseigneur le comte d’Artois a rencontré dans le parc la dernière charretée de nos élèves pour Brienne et il a dû parler au Roi de l’indécence du transport de sa jeune noblesse. Les enfants ont fort bien répondu. Si le fait est vrai, je ne serai pas étonné que Buzelet, Bertrandy, Le Fruglais se soient bien présentés.

Arrivée par le carosse de MM. Lanneau de Marey, de Poilvilain de Misouard et Perrin de la Bessière, élèves de l’École militaire qui se destinent à l’Église.

M. Lambert a été très malade la nuit de ses poudres d’Aillaud. Il m’a bien promis de ne plus donner dans ce charlatanisme prôné par les Royer et les La Tour.

Jeudi 16 mai

L’abbé Porion a prêché à la paroisse. On dit de ce professeur que Mme de Laage est encore une fois accouchée le 1er dimanche de carême.

Le collège avec les écoliers a assisté, ainsi que dimanche, à la seconde procession des stations pour le jubilé.

L’université d’Angers consent à l’affiliation du collège, mais on ignore si elle a mis quelque condition.

M. le maréchal de Contades mande au docteur La Tour que M. le comte de Saint-Germain, à qui il a voulu le recommander, lui a répondu qu’il avait bien autre chose à songer. Cette brusquerie n’est pas vraisemblable.

Vendredi 17 mai

Le fils du chirurgien Drouault est à Paris. On dit une dame de la Madeleine enceinte de ses œuvres (Mme de la Pom…).

  • 13 Turgot et Malesherbes quittent le gouvernement le 12 mai. Ce dernier est remplacé à la Maison du R (...)

Les changements dans le ministère n’ont été sus que ce matin. L’opinion que l’on a de M. Malesherbes le fait plaindre. Il n’en est pas de même du contrôleur général qu’on s’était hâté d’appeler Sully dès le jour de son exaltation et dont les innovations ont été peu goûtées. On ne connaît ici que M. Amelot qui a des biens voisins de ceux de l’abbaye de Bellebranche et du curé Jacquemard13.

Samedi 18 mai

Combien l’imagination va vite. La nouvelle composition des troupes, les arrangements pour le pain, le rétablissement d’une intendance de l’armée font augurer la guerre. La chute du contrôleur général donne à penser que l’abolition des corvées, des jurandes et maîtrises et les plans nouveaux destructifs de toutes les anciennes lois et coutumes pourront n’avoir pas entièrement lieu.

M. Ducan a reçu les gratifications et les paye.

Les moines de Thiron ne veulent plus de Boulay. M. Hamelin le protège auprès des Doctrinaires qui, cependant, n’ont encore rien promis, non plus qu’au petit docteur.

Dimanche 19 mai

L’instruction par l’abbé Boucher. Aussitôt que ce professeur sera sorti du collège, il ira vicarier dans la ville du Mans, où on lui garde une bonne place.

L’affaire de la cure des Sables-d’Olonne aura lieu pour M. Boitel. L’évêque d’Angers a pris un confesseur. Ses 4 nouveaux adjudants ne sont pas qualifiés grands vicaires, mais examinateurs.

Le malheureux assassiné est mort et enterré sans que la justice y ait paru. Il avait le crâne fracassé de coups de hache. Il n’avait que 4 livres 1 sou au raport de son oncle qui l’avait devancé à cheval et qui portait de l’argent pour acheter une vingtaine de vaches. Il y a eu d’autres personnes arrêtées de ce même côté de Château-Sénéchal depuis quelque temps.

Lundi 20 mai

Bureau ordinaire où M. le curé n’est pas venu. Il y a eu 3 délibérations :

  1. Pour autoriser M. des Piltières à payer les frais compensés d’une contention de fief avec M. de La Crochardière.
  2. Pour l’autoriser à rembourser à M. de La Rue du montant de l’état des appointements des régents de 7e, sous-maîtres et autres, pendant le 1er trimestre de 1776. Le ministre tardant trop à répondre à l’explication demandée sur le mot sous-maître, sauf à se conformer à ce qu’il ordonnera, s’il met de la restriction à ce terme.
  3. Sur l’exposé fait par l’inspecteur de la nécessité de diminuer le nombre des domestiques et serviteurs plus qu’on n’a pu faire à cause de la séparation des tables qui oblige à avoir deux cuisines. D’ailleurs, le nombre des domestiques au compte du collège devant être fixé par le bureau à qui seul il peut appartenir de faire quelque changement pour la localité et la table des professeurs, il a été arrêté que le Suisse, le sacristain, les trois domestiques et le sarcleur au compte des revenus du collège étaient toujours nécessaires et que pour les tables, elles seraient toutes à l’avenir servies dans le pensionnat pour plus grande économie.

Le prochain bureau au 3 juin.

  • 14 Louis XVI remplace Turgot par un ancien intendant, Clugny de Nuits (1729-1776). La mort subite de (...)

On annonce que M. Lenoir a repris l’administration de la police de Paris et que M. Taboureau succède à M. Amelot dans son département des finances14.

Mardi 21 mai

Enfin, de concert avec M. Lambert, les professeurs ont été amenés à trouver bon vivre dans le pensionnat, moyennant de petites attentions et demain cet arrangement aura lieu. Je me suis débarrassé de Chalot, en promettant à ses parents que sa retraite ne nuirait pas au traitement qu’il espère s’il doit lui en être accordé.

Permis au sieur Poré d’aller à Nantes pour y prendre provisoirement possession d’un petit emploi dans la manufacture d’indiennes hollandaises. Accordé pareille permission à Valançon à Pontlevoy pour s’arranger avec les Bénédictins qui me demandent un maître à écrire en second. Je leur ai fait la même promesse qu’à Chalot. D’ailleurs ils…

  • 15 René Bellœuvre, 25 ans, garçon de réfectoire, fils de René Bellœuvre, vigneron, et de Marie Brunea (...)

Belloeuvre se marie15.

  • 16 Le 19 mai 1776 est baptisé Jacques-Alexandre-Joseph Antoine, fils de Jean Antoine, maître d’écritu (...)

M. d’Héral fut hier parrain chez le sieur Antoine16.

J’ai dit hier aux professeurs que M. Dupont n’avait pas pu leur répondre.

M. Lambert m’a demandé quelles sont les conditions et les émoluments de la principalité d’Arras et s’il y a un bureau. Il ne les aime pas. Il n’a pas de fonds pour payer le mobilier d’un pensionnat. Il ne paraît pas se soucier de recommencer une carrière.

  • 17 Vente, en détail et de seconde main, de denrées comme le sel.

On refuse du sel au collège. Le receveur remet à la huitaine qu’il aura réponse des fermiers généraux. Que faire s’ils n’en accordent pas ? J’en ai pour 5 jours et j’en emprunterai au regrat17 pour le reste de cette huitaine.

M. Lanneau de Marey réclame la dépouille de son fils envoyée à l’École militaire le 2 octobre 1775 par la gondole qui l’a amené.

Mercredi 22 mai

On débite aujourd’hui que les chanoines réguliers de Mélinais, ordre de Saint-Augustin, vont avoir le collège et que les Doctrinaires n’en veulent plus.

Jeudi 23 mai

Dîné à Fontaine chez M. de Lorme avec MM. Lambert et Porion.

Les élèves revenus de l’École demandent des culottes rouges ou noires, des sacs à poudre et des miroirs à chacun et diverses autres choses que je ne puis pas leur donner. Il ne m’appartient pas de changer les règles établies et je ne dois pas pressentir celles qu’on va établir. Ils ne sont pas contents de mes refus. Cependant, à moins d’ordres, je me bornerai à les faire entretenir et réparer.

Vendredi 24 mai

Mené à la mission de Baugé MM. Donjon, le père gardien des Capucins et Boucher, chirurgien. Dîné aux Capucins MM. Lambert, Oudin et l’abbé Drouault. Vu le château très délabré, la chapelle sur une butte bâtie par Foulque Nerra, l’hôpital fondé par une dame d’Épinoy, c’est ce qu’il y a de mieux. Elle est bien tenue, on y ajoute une aile. Cette ville est triste, située dans un ravin, entourée de coteaux arides. On la répare, elle l’est fort mal et en général mal bâtie, les rues étroites et en pente. Elle peut contenir 5 à 6 000 âmes. Il y a une maison de la Providence qui élève beaucoup de vers à soie.

La justice a été faire exhumer et visiter le jeune homme assassiné.

Prévenu M. Chaubry de l’expédition prochaine de l’arrêt pour l’inventaire des effets.

Samedi 25 mai

M. Porion est allé au Château-du-Loir où il prêche demain.

Fonvive est allé à Angers pour quelques jours.

Je n’ai jamais eu d’invalide bas officier ni d’autre à mon service personnel. Il y en a eu plusieurs à celui du collège. Celui qui se plaint est un garnement qui avait été recommandé par MM. du Hauthierray, Donjon, Chaubry, Boissimon qui ne le connaissaient guère. Il a d’abord été occupé à la buanderie ; il a fallu l’en retirer. Il a travaillé ensuite en manœuvre aux constructions, il n’a pas pu y tenir. Je l’ai aidé à vivre après cela, en lui donnant des restes et à sa femme qui jamais n’a été un moment occupée par la mienne, de quoi avoir des souliers, une redingote, une veste furent le prix des commissions qu’il m’a faites. Enfin, je l’avais placé au lave-pieds : il a menacé de tuer Fonvive, il a fallu le renvoyer. Je lui ai donné une douzaine de francs au-delà de son décompte, touché de la misère où il tombait et pour lui payer un mauvais lit. Il a été dernièrement à Angers passer la revue. Au retour, il a dit dans des cabarets qu’il avait vu l’évêque et le sieur Macé, qu’il faisait des mémoires, irait trouver M. Hamelin. M. Chaubry et l’exempt de la maréchaussée lui ont dit qu’il se ferait faire des affaires. Ce misérable vit ici avec une autre femme que la sienne : c’est un espèce de tapageur qui voudrait boire et se divertir sans travailler et qui croit comme tant d’autres que l’ingratitude et la calomnie à mon égard ne peuvent qu’être récompensées.

La prétendue contrebande de mon frère est aussi un mensonge grossier. Il lui a quelquefois porté à la chasse de quoi rafraîchir.

Dimanche 26 mai

Sermon de Pentecôte par M. Lambert. Quatrième procession du jubilé.

L’abbé Boucher a prêché à la paroisse.

Envoyé des œufs de pintade à Mme de Lorme.

Lundi 27 mai

Cinquième et dernière procession du jubilé.

M. le chevalier du Hauthierray apprend que M. de Vayne, frère de Mme de Fontenay, n’a pas souffert du déplacement de M. Turgot.

On dit de l’établissement des diligences ne sera pas effectué.

Mardi 28 mai

On montre en ville copie d’une lettre de remerciements des Doctrinaires de l’université d’Angers. Le P. Bonnefous, futur supérieur de ce collège, doit, dit-on, paraître dans peu. Outre quelques domestiques, je compte congédier au 1er juin un cuisinier, un employé (le sieur Poré) et le garçon de mon bureau, auxquels je laisse l’espoir de participer à la retraite, s’il en est accordée.

Mercredi 29 mai

On a donné du sel, mais peu à la fois.

  • 18 Collège angevin fondé en 1710 par un sulpicien, François Chollet, directeur au séminaire d’Angers, (...)

Le jeune Franche va professer la philosophie au collège de Beaupréau18.

Passage de la chaîne des galériens pour Brest.

Jeudi 30 mai

M. Dillon a donné un coup de canif à son camarade Lanneau de Marey. Il a été mis en prison.

Vendredi 31 mai

M. Lambert a été obligé d’ôter de la liberté qu’il avait laissé aux élèves de l’École militaire. Ces messieurs en abusaient, faisaient des dégâts et étaient indociles et même insolents envers leurs maîtres, qu’ils ne regardent que comme des êtres sans véritables fonctions.

Samedi 1er juin 1776

On annonce 2 Doctrinaires pour mardi prochain.

Dimanche 2 juin

La Trinité. Point d’instruction.

M. Dolbeau a des coliques affreuses. Il doit nous débiter le 18 le discours au service annuel des 2 Rois fondateurs.

Lundi 3 juin

Bureau ordinaire. M. le curé n’y est pas venu. Il n’y a pas eu de délibération que pour constater la présentation de l’état de caisse du receveur et indiquer la prochaine assemblée au 17.

Congé Gatti.

On a mandé nombre de nouvelles de Paris dans lesquelles on met à la place de MM. Maurepas, de Saint-Germain, de Vergennes, de Choiseul, MM. du Châtelet et de Breteuil. Les bulletins font bien d’autres changements et déjà l’imagination prompte des barons voit les élèves rappelés et ils se consolent par là de la guerre qu’on leur annonce aussi. Il est aussi fort question d’une conférence de M. le duc de Choiseul avec la Reine de plus de 2 heures.

Mardi 4 juin

Les fermiers généraux ont décidé que le collège aurait à raison d’un minot par an pour 10 personnes.

J’écrirai donc à M. le comte de Saint-Germain pour ce que veulent nos apprentis prélats. Il ne me répondra sans doute pas plus qu’il l’a fait jusqu’ici. Ces messieurs veulent être accommodés et à la grecque tous les jours. Ils ont bien des fantaisies et de la hauteur ! Nos élèves n’avaient pas de pots de chambre, il y avait un corbillon par dortoir, comme du temps des Jésuites.

Tous nos états sont presque finis et ils le seraient sans le dérangement apporté par le départ des élèves.

Mercredi 5 juin

Arrivée du chevalier de Vaugrenant. Il ne paraît pas revenir plus spirituel qu’il ne l’était en nous quittant.

Il s’est vendu à la vente de Mlle Le Boucher deux tableaux 50 louis sur la foi qu’ils sont d’un très grand maître.

Jeudi 6 juin

Le sermon par M. Boitel.

L’abbé de Biré, grand vicaire de Cambrai, est ici. Il s’en retournera par Tours où l’évêque d’Arras doit revenir.

La saison est mauvaise, on est obligé de se chauffer.

Vendredi 7 juin

Les Doctrinaires ont mandé à M. Chaubry qu’ils viendront faire un tour dans une quinzaine.

M. de Vaulgrenant pisse au lit.

Les barons n’ont pas reçu la confirmation des grandes choses qu’on leur avait annoncées.

Samedi 8 juin

Mme de Fontenay, la grande, la belle, la veuve, arrive dimanche avec le marquis d’Atilly chez le chevalier du Hauthierray. Dîné chez lui, seul.

  • 19 Nom donné aux colons anglais des Treize Colonies insurgés contre la métropole.

La marine royale vient d’engager à Nantes 500 matelots. Il ne restait pas de poudre dans cette ville dernièrement, elle a vraisemblablement été fournie aux insurgens19.

Dimanche 9 juin

L’instruction par M. Durand.

Arrivée de Mme de Fontenay avec M. d’Atilly.

Le service pour les deux Rois nos fondateurs ne se fera pas le 18 à cause de l’indisposition qu’a éprouvée l’orateur.

Lundi 10 juin

Dîné chez le chevalier du Hauthierray avec Mme de Fontenay etc.

On sait ici que 15 élèves se sont sauvés de Brienne et qu’on les a rattrapés dans les bois sur le chemin de Paris. Ils ont dit qu’ils ne voulaient pas périr de misère chez des moines. Ils ont tourné le dos à l’archevêque et ont fort mal répondu au titre de mes amis qu’on leur donnait. Le prélat en a pleuré. Cette jeunesse traite avec mépris les Minimes et les autres maîtres et on la laisse faire de peur de quelque catastrophe. C’est le prélat qui est, dit-on, principal et non les Minimes. C’est lui qui fait les conventions, marchés avec les ouvriers, etc.

Mardi 11 juin

Il est mort un de nos élèves à Thiron, on en ignore le nom.

On cite M. du Mont comme l’élève qui a monté le plus de mutinerie à Brienne. Celui qui a donné ces nouvelles ajoute qu’il n’y a pas d’apparence que l’on y fasse beaucoup de bons sujets et qu’ils se tiennent comme faisait M. Mauger à La Flèche.

Ma femme est allée à Angers avec la sœur Nicole. On destine la sœur Nicole à passer à Belle-Isle après l’évacuation de nos infirmeries. Cette bonne sœur a bien du chagrin d’être obligée d’aller en mer à son âge.

M. Porion a publié une lettre de M. Vallé. Il y est question de la chaire de physique d’Arras pour lui, de celle de seconde pour Benières et de la principalité pour M. Lambert. Vous avez l’extrait baptistaire de Louise Mauboussin.

Mercredi 12 juin

Les bureaux des aides et de la gabelle ont demandé chacun un état de la composition du collège ; le 1er progressif, depuis le commencement de l’évacuation des élèves, l’autre, des différentes personnes restant à la fin de mai.

Dîné et soupé chez le chevalier du Hauthierray avec les Ducan et La Motte-Noyer.

Jeudi 13 juin

Dîné chez le même avec les Bouillerie et des Langlotière et l’abbé de Biré.

Ma femme est de retour d’Angers.

M. Chaubry, à qui les mémoires de Le Monnier ont été renvoyés, demande des états de fournitures faits en différents genres par ce monsieur pendant 1774 et 1775, auxquels il ajoutera l’objet de chauffage des personnes qui le paient particulièrement et les constructions qu’on se proposait de faire prochainement.

Vendredi 14 juin

Donné à dîner à Mme de Fontenay, M. d’Atilly, M. et Mme le chevalier du Hauthierray, M. et Mme Chaubry, Mme Huger, M. Lambert et M. le baron de Trebra. M. de La Barbée y est resté une partie, il partait pour Paris.

Les sœurs Catherine et Thérèse partiront la semaine prochaine, celle-ci pour Rennes, l’autre pour Paris. Les voyages de celles-ci doivent leur être payées. Elles ne s’en vont que parce que l’établissement n’en a plus besoin.

Il y a 8 jours qu’on disait M. le duc de Choiseul tué par un de nos princes. Aujourd’hui, on lui fait préparer un appartement à Versailles et il entre à tous les conseils.

Samedi 15 juin

Soupé et ma femme chez le chevalier du Hauthierray avec les Courtin.

M. Ducan sera à même d’envoyer la semaine prochaine les pièces de dépenses du 1er quartier 1776. Celles du quartier courant seront fort peu de chose. On ne m’a pas demandé d’état des domestiques congédiés ni d’autres que ceux dont j’ai parlé les 12 et 13.

M. Pihery emmène mardi sa femme et sa fille à Paris. Une tante au Lude, qui jouissait de 15 000 livres de rente, vient à point nommé de mourir pour les dédommager des dépenses de ce voyage. Il est à la veille de vendre sa charge de président à l’élection. Il l’a achetée 11 000 livres, il en veut 15.

Le fils aîné de M. de Boissimon sera le 1er cadet des dragons de Monsieur.

Dimanche 16 juin

L’instruction par M. Duchesne.

L’évêque d’Angers dîna le jour de la Fête-Dieu au Roncerai. Il y avait mené son Macé. Mais l’abbesse le pria de le renvoyer, elle a à s’en plaindre personnellement. Ce monsieur a eu une réception à peu près semblable au séminaire où il a voulu faire l’examinateur entre autres de l’abbé de Mayneuf. MM. d’Autichamp et Le Gouz Duplessis ont dit au prélat que sa faveur pour ce sujet le déshonorait.

Lundi 17 juin

Bureau ordinaire auquel le curé n’est pas venu ; il n’y avait point d’affaires et on a seulement constaté la tenue de l’assemblée.

Presque toute la ville est venue me faire compliment sur la grâce que le Roi a faite à M. Dupont de lui accorder un brevet de conseiller d’État. Les honnêtes gens en sont enchantés, les Busson, les La Tour enragent et ajoutent à ma joie. Nos barons tirent les conjectures les plus avantageuses pour leur collège de cet événement à la suite des nouvelles qu’on leur fait.

Mardi 18 juin

Mme de Fontenay et M. d’Atilly ont quitté ce matin la maison du chevalier du Hauthierray qui est ravi de la bonne nouvelle. M. Pihery, chez qui je l’ai annoncée, est au Lude pour terminer l’affaire de la nouvelle succession qui retarde son voyage à Paris.

L’évasion des 15 élèves de Brienne est vraie. C’est un témoin oculaire qui m’en a informé et qui m’ajoutait que si les choses continuent, Monseigneur sera obligé de tout laisser là. C’est M. Michel, de Beauvais, qui, en passant, m’a donné la nouvelle des poudres. On écrit de Saint-Domingue que leurs productions enchérissent et qu’on s’y attend à la guerre.

Mercredi 19 juin

Les Doctrinaires ne paraissent pas. On dit aujourd’hui que c’est une affaire manquée. L’université d’Angers n’avait promis que d’affilier la faculté des arts et il n’y a eu que M. de Fontette qui leur ait écrit. Celle de Paris se plaint à ce qu’on assure de la première.

Une des 6 sœurs qui nous restaient est partie hier pour Rennes par Angers.

Jeudi 20 juin

Mme de Turbilly est depuis quelques temps chez elle. On commencera dimanche la vente des meubles de son château.

La maison de Croissy a passé pour se rendre à Sablé.

Vendredi 21 juin

M. l’abbé de La Brosse est ici (j’ai soupé chez le curé avec lui) pour quelque commission de la part de son prélat. Il est question de réduction des fondations de la paroisse, de la destruction de la communauté de la Madeleine, dont une religieuse se fait relever de ses vœux et une pensionnaire de force est enceinte. Il a rapporté que M. Dupont avait de pension de retraite 12 000 livres pour l’École militaire et 4 000 pour le collège ; M. Cotte 6 000 livres ; M. de Romegol 8 000 livres ; M. de Timbrune 20 000 livres.

Samedi 22 juin

M. Callet a rendu publique une lettre de son frère qui lui détaille le traitement des professeurs, officiers et employés. Il paraît qu’on leur a accordé les 2/3 de leurs appointements. L’espérance d’être ainsi traité en console ici beaucoup.

Dimanche 23 juin

L’instruction par M. Durand.

On a commencé aujourd’hui à mener les carabiniers en troupe à notre messe d’11 heures. Cela ne les a pas consolés de la perte des hautes payes aux rengagés.

J’ai reçu force lettres de félicitations sur la nouvelle dignité de M. Dupont.

Lundi 24 juin

Sortie de ma cuisinière Marion Mauboussin. Elle va chez M. de La Motte d’Aubignè.

On mande de Nogent-le-Rotrou qu’un des élèves de Thiron s’est noyé. C’est celui venu de Paris. Si cela est vrai, c’est donc Lardière.

  • 20 C’est l’ordonnance du 25 mars 1776 qui évoque la punition des coups de plat de sabre. Les officier (...)

Les coups de plat de sabre ont fait déserter 25 dragons de La Rochefoucauld et 60 grenadiers de… (M. de La Rue)20.

Mardi 25 juin

Le sieur Marchand envoie les nouvelles de Paris. C’est de lui qu’on a appris celles de l’université ; il annonce toujours les Doctrinaires. Malgré cela, les barons sont persuadés aujourd’hui que leur collège se rétablira à peu près comme il était. Ils attendent même incessamment 15 élèves je ne sais d’où.

Les 2 pièces de vin de Margaux sont arrivées en bon état (le 20).

Mercredi 26 juin

L’intendant est à Tours. Il mande qu’il n’a rien entendu dire du collège.

M. de Poyanne est attendu en peu dans ce pays.

Jeudi 27 juin

Dîné hier chez M. Oudin avec MM. Chaubry et chevalier du Hauthierray, Mme du Hauthierray, le curé de Saint-Germain, un autre son parent et l’abbé Lambert.

La sœur pharmacienne est partie pour Paris. Il ne reste que 4 sœurs aux infirmeries, où il y a toujours moitié des élèves pour des bobos.

Vendredi 28 juin

Les bas-officiers de carabiniers ne veulent pas être exécuteurs des coups de plats de sabre.

L’ordonnance n’inflige point de punition pour ce refus.

On a mandé de Lille que toute la garnison avait voulu déserter.

Samedi 29 juin

Un Capucin irlandais, qui vient de passer par Brienne, rapporte que les élèves y sont barraqués et mal à tous égards. Il a vu aussi ceux de Thiron, de Pontlevoy et de Vendôme. Il n’a trouvé que les derniers qui soient convenablement.

Les Affiches d’Angers, du Mans et de Tours insèreront la nouvelle dont ne parle pas la Gazette de France de la marque distinguée de satisfaction que Sa Majesté a accordée à M. Dupont. Il est vrai qu’on espère que cette grâce l’engagera à accepter une des places d’administrateurs.

M. Pihery partira après demain pour Paris avec sa femme et sa fille. M. Roulleau, chez qui il loge, est assez intriguant pour arranger un mariage à la jeune personne.

Dimanche 30 juin

L’instruction par M. Lambert.

Mme Le Gras arrive en poste de Paris.

Lundi 1er juillet 1776

Bureau ordinaire. M. le curé absent. Deux délibérations. La première qui constate la remise du bordereau de caisse du receveur du mois de juin. La seconde pour arrêter l’état de paiement des messes fondées qui ont été acquittées depuis le mois de juillet 1775. Le prochain bureau au 15.

M. Chaubry, qui est à Oyré, m’a envoyé par le greffier de la subdélégation l’arrêt du conseil d’État du 24 mai qui charge l’intendant de Tours ou son subdélégué à La Flèche de dresser en ma présence des états du mobilier et des effets de ce collège et dépendances qui appartiennent à l’École royale militaire, desquels demeureront chargés jusqu’à nouvel ordre les officiers et employés sous mes ordres ; cet arrêt les continuant ainsi que moi en fonction.

Mardi 2 juillet

Donné à dîner à Mme Le Gras, son fils, MM. Lambert, Boitel, Boucher, chirurgien, et Mlle Lyon.

Mercredi 3 juillet

M. de Cugnac, qui est en correspondance avec M. de Champagny, lui mande que Mme Legras a été chassée de chez le prince de Rohan et que c’est un conte que ce brevet de conseiller d’État accordé à M. Dupont. Le séminaire n’a pas corrigé le caractère de ce petit monstre.

M. Porion a prêché à Saint-Thomas dont c’est la fête patronale.

Jeudi 4 juillet

Nous avons commencé notre inventaire que M. Chaubry fait faire par emplacement. Il faudra des états particuliers pour présenter ensemble les objets de même nature dispersés dans nombre de lieux.

M. Chaubry m’a communiqué la lettre de M. l’intendant qui accompagnait l’arrêt du conseil. Je l’ai mis en état de répondre à la 2e partie qui concerne l’administration économique actuelle du collège.

Vendredi 5 juillet

Mme de Turbilly est retournée à Paris après sa vente faite. On va aussi vendre les meubles du château de La Suze.

Exercice de 4e.

Donné à dîner à Mme Le Gras, son fils et M. Dillon, M. et Mme du Hauthierray, chevalier, M. Lambert, le gardien des Capucins et Boucher, chirurgien.

M. Roulleau est commissaire receveur et contrôleur général aux saisies réelles. Il avait épousé en pemières noces une parente de M. Baugé dont il avait eu une fille morte à 15 ans qui devait hériter de tous les biens qui font la fortune des Pihery. Sa seconde femme, qui est grande musicienne, lui a valu la protection du duc de La Vallière dont il a été le bailli, a tenu des forges et exploité des bois, commissions et entreprises lucratives entre ses mains.

Samedi 6 juillet

Continuation de l’exercice de 4e dans la classe.

On se prépare pour le service anniversaire des Rois fondateurs qui se célèbrera mardi. M. Donjon a écrit aux corps et compagnies que son clergé ne s’y trouvera pas, n’ayant pas reçu de satisfaction du manquement qu’il a éprouvé l’année dernière. Tout le monde condamne cette résolution de sa part. Il se rendra sans doute aux représentations qu’on lui fait. Voilà de ses coups de tête qui l’entraînent toujours plus loin qu’il ne voit.

L’université d’Angers n’a plus entendu parler de l’affiliation depuis sa réponse à M. de Fontette. On dit ici que le procureur général et le nouveau contrôleur général entravaient encore la sanction et la loi concernant ce collège.

Mme Le Gras a pris ce matin la poste pour Tours.

Dimanche 7 juillet

L’instruction par…

Je n’ai pas voulu que ma femme fût à la comédie ni y aller dans la situation où nous sommes.

Les élèves revenus de l’École ont enfin, par besoin, accepté des culottes bleues, mais ils les font teindre en noir. Ils ne manquent pas d’argent.

Lundi 8 juillet

Dîné chez M. Lambert avec MM. Oudin, Porion, le curé et le prieur de Clermont.

  • 21 Les ordonnances des 25 mars et 17 juin 1776 fixent à 1 500 le nombre de pensionnaires admis à l’Hô (...)

M. Joly de Fleury a annoncé à M. Chaubry que la nouvelle loi pour ce collège est enregistrée. On a confirmé la dispersion des invalides qui ne sont pas septuagénaires et le renvoi des 80 commis des bureaux21.

  • 22 Prière afin d’obtenir l’intercession des saints auprès de Dieu.

Le curé viendra avec son clergé au service des Rois ; mais pour éviter tout trouble, il se retirera la messe finie, sans chanter de suffrage22.

Mardi 9 juillet

Service anniversaire des Rois Henri IV et Louis XV. Le clergé, le présidial et le corps de ville y sont venus ensemble à l’accoutumé et sont sortis de même sans dire de libera ni entendre celui du collège. Les officiers des carabiniers y ont conduit un piquet de 50 hommes.

L’abbé Dolbeau a prononcé une oraison funèbre très sage et courte. Il ne s’est pas permis de digressions sur la destruction du collège, il n’en a dit que 2 mots de sensibilité. Il a été aussi court sur l’éloge de Louis XVI et n’a presque parlé de Louis XV que dans l’exorde. C’était un éloge d’Henri IV parvenu au trône. Ses comparaisons ne sont pas toujours des mieux choisies et des plus justes, et son style est monotone.

Prêté mes chevaux et ma voiture au curé Donjon pour aller au Lude avec M. Simon, par commission de l’évêque.

M. Léau a dîné chez moi avec MM. Porion, Lambert et Boucher en retournant à Angers. Il venait pour réconcilier les prieurs de Clermont et de Bousse, mais en vain. Il en sera de même d’une affaire du curé de Gouy contre l’évêque qui a lancé un interdit trop légèrement. Ce curé, qu’il est chargé de calmer, a pour lui les avis de tous les avocats de Paris.

Mercredi 10 juillet

Il paraît que Macé n’est que le bouffon du prélat et que de longtemps il ne sera employé utilement.

Chalot traîne sa vie en montrant dans un village à écrire à 5 sous par mois par écolier. Poré n’a pas pu à défaut de forces continuer l’emploi qu’il avait obtenu à Nantes dans un magasin d’indiennes, il est dans la misère. Valançon montre à écrire aux élèves de Pontlevoy à 400 livres par an, logé et nourri. Le gendre de notre cordonnier fait bien ses affaires à Brienne.

Jeudi 11 juillet

David, de la lingerie, a acheté une maison dans la rue basse pour 5 000 livres, dont il a payé 1 000 livres en empruntant 300 livres de Le Bout et autant de Dubois-Tosté.

M. Chaubry m’a offert le 9 de faire mettre en prison Ormin qui, lui a-t-on dit, me menace. Bidault père m’a rapporté qu’un de ses voisins lui a dit que cet Ormin me donnera des coups d’épée, cassera les reins à Desmon et à Fonvive.

Prêté mes chevaux et ma voiture hier au curé pour aller à Maulne.

  • 23 La nouvelle qu’un brevet de conseiller d’État est accordé à M. Dupont le 12 mai 1776 paraît le 5 j (...)

J’ai lu dans les Affiches d’Angers l’article de M. Dupont23.

Vendredi 12 juillet

Qui que ce soit n’a reçu lettre de Paris. On ne sait rien du tout de la loi nouvelle. Exercice de 5e.

Deux Doctrinaires sont arrivés en poste à 8 heures du soir. À 9 heures, le greffier de la subdélégation est venu m’en avertir de la part de M. Chaubry et qu’ils se proposaient de prendre possession demain matin. M. Edon m’avait averti de leur arrivée.

Samedi 13 juillet

À 11 heures, le P. Bonnefous, général, et le P. Very se sont rendus au collège dans mon cabinet, accompagnés de M. Chaubry et de MM. Ducan et des Piltières, maire et échevin. MM. Busson et de Lucé, chez qui ils s’étaient présentés, n’étaient pas chez eux. M. Chaubry, après avoir nommé ces messieurs, m’a dit que je savais sans doute ce qui les amenait. J’ai répondu que je ne le savais que par les bruits publiés et que je souhaitais en être instruit d’une manière plus positive. Il m’a lu une lettre de M. le comte de Saint-Germain adressée à M. l’intendant ou à son subdélégué à La Flèche et ensuite commencé à faire lire par son greffier les lettres patentes. J’ai demandé qu’il m’en fut remis un exemplaire et que ce fut en présence du principal, que l’acte qu’il projetait fut dressé.

Nous nous sommes rendus chez M. Lambert. On y a lu les lettres patentes et le général a demandé à prendre en conséquence possession sur le champ. J’ai marqué ma soumission aux ordres du Roi, mais en observant que le bureau ne devait cesser d’exister qu’après la prise de possession, que la prise de possession devait suivre la confection des inventaires, que ces inventaires n’étaient pas finis, qu’ainsi le bureau n’était pas supprimé et que je ne pouvais pas me dispenser de requérir qu’il lui en fût communiqué, conformément aux anciens règlements. On a eu égard, après quelques légères objections, à ma représentation et j’ai sur le champ envoyé, en l’absence du lieutenant général, convoquer le bureau pour 5 heures.

M. Chaubry nous a menés tous dîner chez lui avec le curé, le chevalier du Hauthierray et M. de Lucé.

Le bureau s’est tenu à 5 heures et il n’y a manqué que M. Busson. J’ai rendu compte de ce qui s’était passé le matin. Mon observation a été approuvée et il a été arrêté que, pour témoigner son respect pour les ordres du Roi et mettre les Doctrinaires en état de s’établir pour la rentrée des classes et cependant pouvoir terminer les affaires commencées et ordonner en ce qui concerne la police générale jusqu’après la signature des inventaires qui doit précéder la prise de possession, on laissera prendre possession provisionnelle à la congrégation de la Doctrine chrétienne. À quoi l’inspecteur et le principal ont été autorisés, et ce dont il sera rendu compte au ministre.

Les mêmes personnes qui étaient le matin chez le principal s’y sont retrouvées. J’ai présenté la délibération du bureau. M. Chaubry a achevé son procès-verbal de prise de possession par lequel il leur a été accordé aux PP. Bonnefous et Very logement dans le collège et usage dans les cuisines, office et réfectoire du vieux collège.

Le maire a réclamé les 3 000 livres données en 1603 par la ville pour le mobilier des Jésuites, ce qui a été inséré dans le procès-verbal pour conserver l’hypothèque de la ville sur le mobilier que le Roi donne aux Doctrinaires.

Le P. Bonnefous s’est abstenu, de peur de choquer les professeurs, de faire les cérémonies usitées dans les prises de possession. Le Suisse seulement lui a présenté les clefs qu’il lui a rendues. Il m’a témoigné le plus grand regret de n’avoir pas rencontré M. Dupont chez lui avant de se rendre ici.

Le principal et les anciens instituteurs ne sont pas contents de leur retraite. Les nouveaux le sont et avec raison. Le bibliothécaire a été absolument omis.

Dimanche 14 juillet

L’instruction par M. Porion.

Dîné chez Mme Huger avec les Doctrinaires. Ils ont visité les emplacements de leur nouveau domaine et reçu force requêtes. Le supérieur général a répondu partout qu’il conserverait de préférence ceux qui sont actuellement placés.

Le parc restera ouvert au public, mais à des restrictions qui rendront cette permission nulle.

  • 24 L’inventaire des biens du collège débute le 1er juillet 1776 et s’achève le 17 mars 1777 (Arch. dé (...)

Les nouvelles lettres patentes sont qualifiées de déclaration par l’article 15. Dans le 13e, on prend le 1er janvier au lieu du 1er février. Les articles 1er et 14 nécessitent un inventaire de tous les biens. Cela n’est pas faisable dans 6 mois24. Quelles courses il va falloir faire !

Les Doctrinaires comptent fournir les professeurs de philosophie. Ils ne le feront pas sans résistance de la part de l’université d’Angers. Mais je crois que la théologie sera bien autant contestée et surtout par le prélat.

Lundi 15 juillet

Bureau ordinaire. Tout le monde y était. On n’y a rien arrêté sur les affaires à cause de la prise de possession et qu’on attend réponse du ministre à la lettre et à la délibération qui lui ont été adressées hier à ce sujet. On s’est ajourné au 1er août parce qu’il faudra bien faire payer les professeurs avant de partir.

Dîné avec les Doctrinaires chez le maire. Le lieutenant général et le procureur du Roi y étaient.

Personne ne conçoit ici la nouvelle loterie de France et on la voit entre les mains du contrôleur général et des fermiers généraux administrateurs. En province, on est défiant. Je ne vois que pleurs, gémissements, mécontentements autour de moi et pour surcroît de peine, c’est à moi que tous ces malheureux adressent leurs plaintes que je ne puis plus calmer.

Les Doctrinaires ont logé au collège dans mon appartement et dans celui qu’a occupé M. Dupont. Je leur ai donné à dîner et au maire, curé, subdélégué, chevalier du Hauthierray et madame, principal et médecin Leleu, receveur, Mme Huger et Boucher, chirurgien.

Mardi 16 juillet

J’ai fait insérer dans le procès-verbal ma sommation au supérieur de la congrégation de la Doctrine chrétienne de charger incessamment procuration de l’ordre quelqu’un a l’effet de recevoir le mobilier à mesure qu’un objet sera inventorié et les élèves après les cours finis ; et enfin de choisir des experts pour apprécier ce qui doit l’être. Cette procuration ne peut qu’être faite à Paris et, quant à l’expertise, le général a déclaré s’en rapporter à ceux que le subdélégué nommera d’office.

Nos successeurs espèrent garder les sœurs grises.

Le nommé Desroches est l’homme qui vous a remis les boucles d’oreille de Mme Valle.

Mercredi 17 juillet

Les Doctrinaires ont dîné chez le chevalier du Hauthierray. Je leur ai demandé à louer mon logement de Saint-Jacques pour le temps que j’aurai encore à demeurer à La Flèche. Le supérieur général m’a répondu que j’y resterais comme j’y suis aussi longtemps qu’il aurait quelque pouvoir dans sa congrégation et qu’il était assuré de n’en être pas contredit à cet égard.

Ils visitent toutes les parties de la maison qui les étonne de plus en plus.

On les accable de demandes. La cohue des perruquiers, buandières, tailleurs, etc., employés autrefois, sollicitent leur rétablissement sur l’ancien pied. Le supérieur général répond à tous qu’ils ne sont venus que pour simplifier encore plus et qu’ils préféreront les gens en place et que je leur recommanderai.

Le docteur La Tour les obsède et ils le trouvent déjà un assommant bavard.

Jeudi 18 juillet

J’ai été avec les Doctrinaires, MM. Chaubry et Le Bret à Créans par la rivière pour voir les moulins. Nous avons dîné à Oyré (où ma femme avait mené M. et Mme du Hauthierray) et nous sommes revenus par l’Arthuisière. Les curés de Créans et Clermont étaient au dîner, ainsi que MM. Lambert et Ducan. Le curé de Créans leur a chanté un Te Deum et a dit une messe après les avoir complimentés. Ce bon homme ne leur a pas caché le regret qu’il a de nous perdre et surtout de voir assister à cette cérémonie qu’il appelait désagréable. J’ai eu la satisfaction de voir tous les fermiers s’écrier : « Nous n’aurons jamais aussi bon maître ».

Cette cruelle journée a fini par les assurances que m’a faites de son mouvement le général, qu’il remuerait tout pour que je fusse récompensé et qu’il se promettait de détruire les préventions de M. le comte de Saint-Germain par le rapport de tout ce qu’il voyait. Je l’ai remercié et lui ai dit que je ne désirerai qu’un peu de pain avec du travail, mais beaucoup d’honneur.

Vendredi 19 juillet

Les Doctrinaires ont continué leurs examens et fait des visites. Je les ai engagés à vivre à mon ménage le temps qu’ils resteront. Les barons sont étonnés de mes honnêtetés à l’égard de nos successeurs. M. Busson leur a dit que s’il se fût trouvé ici, ils n’auraient pas pris possession.

Samedi 20 juillet

Le P. Bonnefous avait peu d’envie d’aller de ce voyage à Angers. Je lui ai conseillé d’aller seulement pour faire une visite à l’évêque. Il s’est rendu à mes raisons.

Je n’ai en tout cas qu’à me louer de lui et de son collègue. Aussi ne leur refusé-je pas aucun des éclaircissements qu’ils souhaitent. Le supérieur m’a encore parlé de ma récompense et juré qu’il ne serait pas content que cela ne fût. Il se propose d’aller voir M. Dupont à son retour et de faire les démarches qu’il lui conseillera. Je ne lui ai rien dit de celles qu’il fait auprès des nouveaux administrateurs. Ce P. est ami de M. de Biercourt.

Dimanche 21 juillet

L’instruction par le sieur Durand qui est parti ensuite pour Angers.

Donné à dîner aux Doctrinaires et à MM. Porion et Gautier.

M. de Livron est ici à attendre M. de Poyanne.

C’est le P. Bonnefous qui commencera le prochain cours classique à la Saint-Luc. Le futur principal est provincial de Toulouse et ne peut venir qu’au mois d’octobre. Je ne vois pas comment il fera pour le serment de Saint-Louis ni pour le service divin et les fondations après le départ du principal, des sous-principaux et des professeurs qui comptent se retirer les classes finies.

Lundi 22 juillet

Le P. Bonnefous a été à Angers avec M. Chaubry qui y a mené son fils Beaulieu prendre des inscriptions pour le droit. Ils ont dîné à Éventard. L’évêque a d’abord paru fort opposé et s’est radouci à la fin, mais il prétend nommer les professeurs de théologie et l’université ceux de philosophie. Le prélat a demandé de mes nouvelles et si j’étais bien traité. On lui a dit que je n’avais encore rien et il a répondu qu’il serait injuste que je fusse sans récompense. Il a ajouté qu’on avait mal fait de détruire le collège ; qu’il ne fallait que reformer des dépenses.

Macé qui y était de compagnie est convenu qu’il avait été dupe d’un imbécile, parlant de M. Hamelin, qui toute sa vie s’était mêlé de brouiller dans l’espérance d’y gagner quelque chose. Il m’aime toujours et viendrait me voir, s’il osait. Quel homme !

M. de La Noiraye père est mort.

Mardi 23 juillet

Donné hier à dîner au P. Very, à la maison Meslin, et Royer et Boucher. Le P. Bonnefous qui n’arriva qu’à 9 heures 1/2 du soir a mangé un morceau chez moi avec M. Chaubry. Donné à dîner à MM. Gautier, Baraton, Boucher et Mlle Lyon.

Inventorié avec M. Chaubry à 16 heures.

Les Doctrinaires sont repartis pour Paris à 5 heures 1/2 du matin. Le P. Bonnefous a exigé que je lui donnasse une lettre pour M. Dupont qu’il veut voir à son arrivée. Il m’a encore renouvelé ses assurances de zèle. Il m’a même pressé de dire ce que je souhaitais. Je n’ai rien voulu déterminer, plus d’honneurs que de biens a été ma réponse. Tout cela est-il sincère ? Nos employés se croient exclus de traitement depuis qu’ils voient que celui de l’École militaire et de nos professeurs est arrêté et qu’il n’est pas question du leur.

Mercredi 24 juillet

L’abbé Durand est de retour d’Angers. On croit qu’il n’a fait ce voyage auprès de son évêque que parce qu’une jeune religieuse de la Madeleine, qui a franchi les murs depuis peu, est éprise de lui. Elle fut cet hiver le voir déguisée à nos infirmeries. Une pensionnaire de force mariée de cette même maison vient d’être transférée chez une sage-femme. On parle de détruire ce refuge.

Jeudi 25 juillet

Le sieur Marchand est ici, il va aller vicarier. Il débite que M. Hamelin lui avait trouvé une bonne place au moment de son départ. Cependant il a préféré sa patrie où il n’a rien. M. Lambert a reçu de M. de Saint-Germain des ordres pour la sortie de M. de Bertin de Saint-Maurice ; cet élève est d’une mauvaise santé.

M. Noyelle va être retenu par sa petite vérole plus longtemps qu’il ne comptait. Cette maladie règne beaucoup ici ; elle est d’une espèce bénigne.

Vendredi 26 juillet

La cour des aides a cassé la sentence de l’élection de La Flèche qui avait condamné Fonvive et autres employés du collège à payer la taille. Les collecteurs ne tarderont pas à se venger de ce dessous.

M. Le Gras est en prison. Nos élèves sont devenus absolument indisciplinés ; ils savent qu’on n’est plus rien.

Samedi 27 juillet

M. d’Héral a fait imprimer une ode à l’occasion de la thèse de philosophie qu’il va soutenir. Je ne l’ai vue qu’aujourd’hui. Il aurait peut-être aussi bien fait de la laisser dans le portefeuille.

M. de Poyanne est, dit-on, retourné de Saumur à Paris. La discipline nouvelle de son corps lui donne de la tablature.

Macé attaque le collège pour être payé de la fin de l’année 1775. Le ministre n’a pas répondu quand le bureau lui en a écrit au commencement de cette année.

Dimanche 28 juillet

L’instruction par M. Porion.

M. Bertin de Saint-Maurice père est arrivé. Il se propose d’emmener son fils jeudi.

Ma femme a été à la comédie.

Lundi 29 juillet

Thèse de philosophie universelle par M. d’Héral soutenue avec distinction. Il a débuté par la lecture de son ode. Il envoie sans doute lui-même l’une et l’autre.

M. Dupont de Chambon est de retour. Il m’a apporté de la part de M. Lemort son nouveau livre Le maître d’histoire. Son épouse est arrivée en même temps d’Éventard où elle a été passer 24 heures. Il a passé par Beaumont ; il dit qu’il y a trouvé des élèves dans la gale et la vermine et un œil presque hors de la tête d’un coup de férule.

Mardi 30 juillet

Donné à dîner à M. de Bertin et à son fils avec MM. Guy, Boitel, Porion et Clément, Boucher, chirurgien, et Mlle Lyon.

MM. Guy, Boitel, Porion et Clément comptent quitter La Flèche la semaine prochaine.

Je n’ai rien reçu encore des nouveaux administrateurs ni des Doctrinaires.

Mercredi 31 juillet

On a mal rendu ce qu’a rapporté M. Dupont du Chambon. Ce n’est pas lui, mais M. Dupont du Vivier qui a été voir son fils à Vendôme et qui a été si mécontent de la tenue des élèves.

M. Bertin part cette nuit avec son fils, ils passeront à Saint-Just.

Jeudi 1er août 1776

Bureau ordinaire. MM. de La Barre et de La Barberie sont indisposés et n’y sont pas venus, non plus que M. Busson dont on a saisi la récolte et qui est en procès à Baugé avec les habitants d’une paroisse dont il a défriché les communes. Il y a eu 4 délibérations.

  1. Le ministre paraissant par son silence approuver le parti qu’a pris le bureau de continuer ses séances, on a constaté la remise du bordereau de caisse du receveur pour le mois dernier.
  2. Le principal a représenté que le cours de scolastique allait finir et que les instituteurs libres dès lors et à cause des vacances et plus encore par la destruction du collège, il convenait de régler le paiement de leurs appointements, bois et lumières, desserte de la chapelle et acquits de messes fondées. La chose a paru juste, ainsi que de les payer jusqu’à l’expiration des vacances et les états ont été formés et arrêtés en conséquence. Mais, attendu qu’il n’y a pas eu de quoi rétribuer le principal, il a été arrêté qu’il en serait écrit au ministre pour qu’il ait la bonté d’y pourvoir, en observant qu’avant le séjour de M. Hamelin, il y avait 2400 livres par an d’assigné pour la desserte dont 500 pour le principal et que s’étant retiré l’année dernière, il devait y avoir eu pareille somme à répartir pour la présente au lieu de 1 800 livres à laquelle elle avait été réduite pendant 4 ans parce que ce commissaire devait être salarié particulièrement.
  3. Les professeurs ont présenté un mémoire pour obtenir le dédommagement des frais de leur voyage pour s’en aller, comme il leur a été accordé pour venir. Cette requête sera adressée au ministre.
  4. Le principal a demandé que le bureau certifiât le temps que chacun d’eux a professé afin de pouvoir jouir du traitement fixé par les lettres patentes du 20 mai. Il en a été dressé un tableau dont il sera donné des extraits à chacun d’eux.

Le prochain bureau se tiendra le 19.

Le P. gardien des Capucins a donné un repas d’adieu à tous les professeurs. J’y étais, ainsi que MM. d’Héral, Cornillon, Oudin, le curé, son vicaire, le prieur de Clermont.

Vendredi 2 août

Les officiers des carabiniers m’ont donné à dîner et à quelques autres personnes de la ville à cause de la revue de M. de Livron qui a fait à table de grands éloges de l’administration passée de l’École militaire, jusqu’à dire que c’était la seule partie qui fut administrée avec noblesse et probité et qu’on va la réduire au sort des autres.

M. de Boitel est parti pour sa cure des Sables-d’Olonne. M. Porion l’accompagna jusqu’à Angers. Il a versé bien des larmes et nous regrette autant que nous le regrettons.

Samedi 3 août

Thèse de logique par M. l’abbé de Champagny. Il l’a bien soutenue.

M. Chaubry va passer quelques jours en campagne au partage d’une lande dont il est chargé avec son fils l’ingénieur. Notre inventaire a quelquefois des suspensions de cette espèce.

Le chevalier du Hauthierray est arrivé avec sa dame des bords du Cher où ils ont été voir une petite terre que veut vendre Mme Bertin.

M. Porion est arrivé ce soir. Il compte se mettre en route jeudi avec M. Clément. M. Guy partira lundi par le fourgon. Tous ses adieux ajoutent des peines et des soins à ceux que j’ai déjà. Je hâte le plus qu’il est possible la fin de toutes choses. Mais il y a bien à faire. Je ne reçois pas la réponse de MM. les nouveaux administrateurs.

Dimanche 4 août

L’instruction par M. Duchesne.

Donné à dîner à MM. Guy et Gautier.

  • 25 Crispin, rival de son maître (1707) est une comédie de René Lesage (1668-1747). Le roi et son fermi (...)

J’ai été à la comédie où l’on a fort mal joué Crispin, rival de son maître et Le roi et son fermier25. Le jeune Le Duc m’a donné de ses nouvelles de Rebais.

M. Guy nous a fait ses tristes adieux.

Lundi 5 août

Point encore de réponse de M. de Cotte.

À en croire nos thermomètres, il a fait ici la semaine dernière presque aussi chaud qu’en 1753, le vendredi surtout.

Deux écoliers externes ont soutenu la même thèse que M. de Champagny. Il y en avait un bon, Le Camus.

M. Pihery, qui est réellement à Paris, a envoyé à ses concitoyens les nouvelles du jour.

Mardi 6 août

Distribution générale des prix par le professeur de seconde. M. le chevalier de Lée a soutenu la gloire des élèves, il a eu tous les prix de rhétorique.

  • 26 Eugénie (1767) est une pièce de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais (1732-1799). Le retour imprév (...)

Nous avons été à la comédie Eugénie et Le retour imprévu26.

Donné à dîner à MM. Porion et Clément.

Donné de l’argent pour le voyage de Mlle Bodin qu’on envoie à l’hôpital général.

René Boderau, dit Malicorne, qui pansait mes chevaux, va auprès de Nantes chez M. de La Blotais. Il me redoit 62 livres 10 sous et je lui ai donné 3 livres pour le voyage et laissé tout son habillement.

J’ai écrit au P. Bonnefous qu’il n’oublie pas d’envoyer quelqu’un avant le 16.

Il n’y aura de dépenses depuis le 1er juillet que pour la subsistance, des appointements et des gages. Il faudra bien que la nouvelle administration les fasse payer soit par l’École militaire soit par les Doctrinaires.

On a mauvaise opinion de la manière dont sont gérées les affaires de succession de feu M. du Vergor ; son frère, dit-on, la mange. Mais on est si méchant !

Mercredi 7 août

MM. Porion et Clément sont allés ce soir coucher chez le prieur de Clermont où ils prendront demain matin le carosse. Ils auront pour compagnie la fille du feu sous-maître Bodin dont la folie est à son comble et qu’on mène à l’hôpital général. Toute l’institution publique a été souper avec les partants.

Jeudi 8 août

Dîné avec ma femme chez le chevalier du Hauthierray avec M. le chevalier d’Oursière, mousquetaire qui a acheté la terre de M. de Belou. Nous avons repris nos inventaires et nos prisées avec activité.

Mort de la femme de Desbois, apothicaire.

M. Pilon cherche à se fixer dans ce pays ; il est allé du côté d’Angers. L’abbé Dolbeau ira vicarier et tenir l’école à Villaines, dont est curé le frère de Mme Huger.

Vendredi 9 août

Point de réponse de M. de Cotte, ni des nouvelles des Doctrinaires. M. Chaubry n’est pas plus heureux à cet égard. J’attendrai encore jusqu’à lundi et si le silence continue, je récrirai à cette administration.

J’ai écrit à la supérieure générale des dames de la Charité qu’il n’est pas possible que les sœurs quittent nos infirmeries le 15, comme elle le leur mandait. Nous avons des malades et les inventaires de cette partie ne sont pas faits et le seront des derniers.

Dîné comme hier chez le chevalier du Hauthierray avec le mousquetaire et M. Lambert et M. et Mme Oudin. Les femmes ont fait des emplettes de mousselines etc.

Samedi 10 août

On attend tous les jours M. de Poyanne de Paris pour achever sa revue. Il ne paraît pas. M. de Pradel, aumônier de Monsieur, est ici.

Dimanche 11 août

Point d’instruction. Double de seconde classe.

On apprend que la maladie de M. le comte de Saint-Germain continue et l’on ajoute que dans une explication entre lui et les 2 frères de Sa Majesté le plus jeune l’a envoyé…

Lundi 12 août

Toujours point de réponse de M. de Cotte, mais le P. Bonnefous m’a écrit et à M. Chaubry. Il a vu le ministre qui, à cause de sa mauvaise santé, l’a renvoyé à un autre temps et à M. de Cotte. Celui-ci fera donner incessamment des ordres concernant ce collège où les Doctrinaires ne peuvent envoyer des leurs que vers le 20 septembre. Du reste, le P. Bonnefous me dit qu’il ne m’a pas oublié auprès de l’un et de l’autre et qu’il l’a fait avec tout l’intérêt possible.

Mardi 13 août

Prêté mon cabriolet à M. Dugas pour Baugé et jusqu’à demain.

Soupé chez M. La Houssaye avec Mmes de La Mandinière et de Cornillon, MM. de Cornillon, La Fautrardière, des Piltières, Leleu, Drouault, Lambert, Blin de Clermont.

M. Chaubry avait cherché des alentours pour assurer le service divin dans le collège si M. Lambert s’en allait. J’ai annoncé à ce dernier que les Doctrinaires ne viendraient pas de sitôt. Il a pris son parti ; il restera et continuera ses services.

  • 27 « Nous avons condamné le principal et collège royal à payer à la partie de Joubert (Macé) la somme (...)

Le présidial a condamné le collège dans l’affaire de Macé27. Le jugement est en dernier ressort. Il n’a pas demandé à voir la lettre du ministre, ni eu égard à ce que le successeur a été nommé, installé et payé dès le mois de septembre qui fait partie des vacances.

L’estimation des meubles tient beaucoup de temps. Il faut peser, mesurer, examiner et on finit par porter les choses toujours bien au-dessous de leur valeur.

Mercredi 14 août

Dugas est revenu de Baugé et a ramené la Royer, actrice.

Donné à dîner à Mme de La Mandinière avec sa fille et MM. La Houssaye, Duvigneul et Boucher.

Premières vêpres pour l’Assomption. On a chanté ce matin un Te Deum pour la clôture des classes. On avait de profundis dans la cœur. Nos élèves forcent toutes les portes du pensionnat.

Jeudi 15 août

Écrit un mot à M. Simon par Moizé pour qu’il revienne de Malicorne finir ses états et surtout avec les charpentiers et pour les inventaires des matériaux.

Vendredi 16 août

Départ de M. Duchesne, sous-maître, pour être régent à Sablé.

On a appris la nouvelle de la perte du procès de M. de La Barbée contre M. des Essarts de Bazouges.

Samedi 17 août

M. et Mme Biré de Lille sont arrivés hier de leur terre de Picheré.

M. Chaubry vint hier matin me trouver et me communiquer une lettre du ministre qui le charge de venir s’établir dans le collège pour y maintenir l’ordre après le départ des instituteurs et en attendant que les Doctrinaires puissent venir. Il avait déjà envoyé chercher le concierge pour se faire donner un appartement. Nous fûmes chez M. le principal qui a donné par écrit sa soumission de rester jusqu’à l’arrivée de ses successeurs au moyen de quoi M. Chaubry s’est abstenu de venir coucher.

La supérieure générale des filles de la Charité me mande qu’elle ne fera pas d’arrangement avec les Doctrinaires pour se charger de leurs malades et demande que je fasse partir celles qui sont à nos infirmeries.

Dimanche 18 août

L’instruction.

M. Dupont me marque de ne plus lui écrire d’ici à son retour de Flandres à Paris du 20 au 25 septembre.

  • 28 Beverlei (1768) est une tragédie de Saurin (1706-1781). Rose et Colas (1764) est une comédie de Mic (...)

À la comédie, voir Beverley et Rose et Colas28. Point de nouvelles.

Lundi 19 août

Bureau ordinaire. MM. Busson, de La Barre et du Hauthierray absents. Une seule délibération pour finir le temps que chacun des principal, sous-principaux, professeurs, régents et bibliothécaire ont été occupés au collège. Le secrétaire délivrera à chacun un extrait de ce qui le concerne.

L’inspecteur a parlé de l’incompétence du jugement rendu par le présidial dans l’affaire du collège contre le sieur Macé, le collège ayant ses causes commises en la sénéchaussée privativement à tous autres. Cependant, on a été d’avis de laisser les choses telles qu’elles sont jugées, quoique le collège ait été condamné.

La prochaine délibération au 2 septembre.

M. de Poyanne qui arriva hier est reparti ce matin. Il a parlé avec bien de l’éloge de l’administration de M. Dupont et blâmé la destruction de ce collège.

Déjeuné et dîné hier chez les Meslin.

Mardi 20 août

Fini hier après-midi avec M. Ducan les parties dont j’étais arriéré à cause des constructions.

M. Baraton a fait repartir une amie chanteuse (Mme Marguerit, femme d’un nommé Le Couette, contrebasse de la comédie à Nantes) à pied avec un acteur pour cette ville. Il lui a donné pour son voyage et a retiré ses malles que les autres comédiens avec qui elle a été huit jours voulaient saisir.

Terminé avec le sieur Chalot. Il lui revenait 113 livres 3 deniers. Je lui en ai payé 114 livres.

Mercredi 21 août

Donné à dîner à MM. Benières, Duvigneul, à sa mère et à M. Pochart des Gaudrais.

  • 29 Les Trois Sultanes, ou Soliman II (1761), pièce de Charles Favart (1710-1792). Les deux chasseurs e (...)

Été au spectacle des Trois sultanes et du Chasseur et de la laitière29. M. et Mme de Biré de Lille y étaient.

Le P. Bonnefous écrit à M. Lambert pour lui marquer sa reconnaissance de ce qu’il reste à garder les élèves.

Jeudi 22 août

Départ de M. Benières pour Paris par le carosse et de l’abbé Baraton à cheval par Tours pour la même ville. M. Duvigneul partit hier au soir pour Sablé.

Vendredi 23 août

M. Busson m’a fait offrir par M. Auvé d’Aubigny sa charge, sa maison et sa terre à acheter.

Les sœurs des infirmeries attendent leur obédience pour partir.

Samedi 24 août

On a hier célébré la fête de la naissance du Roi ainsi qu’il est ordonné par les anciens règlements du collège.

Dimanche 25 août

Fête de Saint-Louis.

M. Lambert a prêché le patron du collège.

Lundi 26 août

Donné à dîner aux maisons Oudin, chevalier du Hauthierray et à Mme Huger, MM. Chaubry et Lambert.

Mardi 27 août

Les sœurs ont reçu leur ordre de départ qu’elles ont fixé au 5 septembre.

Reçu hier lettre des administrateurs et de l’École militaire qui me font diverses demandes. Le même jour lettre du P. Bonnefous.

Mercredi 28 août

  • 30 Henri IV, ou la Bataille d’Ivry (1774) est un opéra de Barnabé Farmian de Rosoi, dit Durosoi (1745- (...)

Vu à la comédie de La bataille d’Ivry et L’amant auteur et valet30.

On apprend que Chalot est mort subitement à Asnières avant hier.

Reçu enfin réponse de M. de Cotte qui me demande des mémoires sur la meilleure administration des biens du collège.

Jeudi 29 août

Donné 6 livres à Ormin l’invalide pour aller en Savoie. Il témoigne se repentir du libelle calomnieux qu’il a fait écrire contre moi au ministre par le nommé Le Febvre qui y a ajouté beaucoup de choses de son chef.

Remercié hier les administrateurs et rendu compte de l’inventaire. Annoncé le départ des sœurs grises. Répondu hier au P. Bonnefous.

Vendredi 30 août

M. Simon est arrivé de Malicorne et je lui ai demandé le devis de ce que pourra coûter la perfection du bâtiment des infirmeries commencé.

Le docteur La Tour a été condamné avec dépens dans la demande qu’il faisait aux héritiers de Mme La Goute de 8 260 livres pour visites en maladie. Cette dame lui avait fait remise un mois avant de mourir de 1 200 livres d’arrérages qu’il lui devait d’un contrat de 3 000 livres.

Samedi 31 août

M. Fariau est parti par la route de Tours, il est à Blois. M. Dolbeau est allé faire arranger sa maison vicariale de Villaines ; il est suppléé par l’abbé Boucher.

Dimanche 1er septembre 1776

Envoyé aux administrateurs de l’École militaire le devis de la perfection des bâtiments des infirmeries montant à moins de 4 000 livres et les 2 états des personnes encore attachées au collège aux frais du collège ou à ceux de l’École militaire.

L’instruction par…

Parti à midi pour les Mons-Créaux où ma femme avait mené le matin Mme Le Royer, Mlle de Vilfontaine. Le curé de Crosmières et M. de La Noiraye y étaient à dîner. Revenu le soir avec ces dames.

Lundi 2 septembre

Bureau ordinaire où ne sont pas venus MM. Busson, La Barre et du Hauthierray. Une délibération pour l’état de caisse du receveur du mois d’août. Bureau au 16.

Dîné chez M. Lambert avec M. Oudin et le supérieur du séminaire de Toulouse qui est du Maine.

Mardi 3 septembre

Tout le monde m’a fait aujourd’hui compte sur ma prétendue nomination à l’inspection des biens du collège avec 5 000 livres d’appointements.

Mercredi 4 septembre

  • 31 Collège fondé en 1314 par Gilles Aicelin de Montaigu, archevêque de Rouen et chancelier de France.

Répondu à MM. Porion à Amiens, Clément au collège de Montaigu à Paris31, Duvigneul à Sablé, Le Mort des Fontaines à Paris à qui envoyé 250 livres en lettre de change, à Bertin de Saint-Maurice fils à Montdidier, et Frizon à l’École militaire.

Reçu lettre de M. Boitel avec une pour M. Lambert. Il demande son certificat pour l’émérite. M. Hamelin mande à Mlle Philipot que M. Benières est bien placé.

Jeudi 5 septembre

M. Chaubry m’a renvoyé hier le fermier de l’Arthuisière dont le pressoir est à raccommoder.

Dîné et soupé chez M. Lambert où étaient à dîner MM. le chevalier du Hauthierray, le baron de Trébra, le curé, Chaubry, Oudin, de Lorme, Ducan. On y attendait M. Marie, censeur royal, avec le jeune marquis de Serrant qui ne sont arrivés qu’à 4 heures 1/2 et qui ont soupé avec les mêmes personnes, excepté M. de Lorme qui a été remplacé par le prieur de Clermont. Les 2 étrangers ont logé au collège.

Ma femme s’est faite arracher une dent par M. Drouault.

Départ de la sœur Nicole et des 3 autres sœurs qui étaient restées.

Vendredi 6 septembre

Arrivée du sieur Valançon ; il vient de Pontlevoy, où il est maître d’écriture, en vacances à La Flèche. M’a apporté des lettres de Dom Bertrand et des élèves Varoquier, Barville et Kersabiec l’aîné. Les Bénédictins se plaignent de n’être pas payés, ils demandent aussi de l’augmentation. Ils fouettent les élèves, malgré les défenses du ministre.

Dîné chez le chevalier du Hauthierray avec tous les officiers de carabiniers et M. de Nocé, leur ancien camarade qui vient chercher M. et Mme du Hauthierray.

Samedi 7 septembre

Logé et hébergé Valançon pour le temps de son séjour à La Flèche.

Dimanche 8 septembre

L’instruction…

Répondu à M. Boitel et envoyé le certificat du bureau. Écrit à la supérieure des filles de la Charité, au ministre du départ desdites sœurs et envoyé les délibérations et état de caisse aux administrateurs généraux avec le devis pour finir Saint-Jacques.

Parti à 5 heures du matin pour Angers avec MM. Chaubry et Ducan ; pris ensuite M. Drouillon à Durtal chez qui rafraîchi. Arrivé pour dîner au Cheval-Blanc. Vu l’après dîner M. l’intendant à l’évêché et MM. de La Brosse et Boulnoy, aperçu Macé. Soupé et couché à l’auberge.

Lundi 9 septembre

Revu l’abbé Boulnoy qui m’a dit que l’évêque m’aurait volontiers vu. Visité l’abbé Cuisnier. Retour à La Flèche après dîner avec mes 3 compagnons de voyage.

Le chevalier et Mme du Hauthierray partis hier pour le Perche. La maison Pihery arrivée hier de Paris.

Mardi 10 septembre

Arrivée de l’intendant. Vu et salué à la pépinière royale. Dîné chez M. Ducan, soupé chez M. Chaubry avec l’intendant et 23 autres.

Mercredi 11 septembre

Départ de l’intendant pour Le Mans.

Reçu des administrateurs ordre de finir les infirmeries des maîtres. Donné sur le champ des ordres à MM. Simon, Baudrier et Girault.

Réponse du ministre à celle du 12 d’envoi des délibérations et de l’état de caisse et à celle du 16 juillet sur la délibération du bureau lors de la présentation du général des Doctrinaires.

Lettre de M. Frizon du 7. A vu MM. Fariau et l’abbé Baraton et les administrateurs qui ont reçu mes envois et vont faire continuer les travaux de Saint-Jacques. Mme Dupont reçoit d’heureuses nouvelles de son mari et de ses enfants. Ils sont à Saint-Omer.

Des offres pour l’hiver.

Jeudi 12 septembre

On offre à l’abbé Dolbeau la sous-principalité de Tours (M. Donjon).

Vendredi 13 septembre

Il est mort 25 enfants de la petite vérole naturelle depuis 6 semaines (l’abbé Drouault au chirurgien Boucher).

Reçu lettre du P. Bonnefous ; n’a pas de nouvelles. Faire habiller en bleu M. de Maisonrouge, ou en noir s’il est abbé. N’a pas pu retenir les sœurs de la Charité. Approuve la fermeture des infirmeries. Ne sait pas quand il viendra, me le marquera.

Samedi 14 septembre

Dîné chez Mme Huger avec ma femme, M. et Mme Chaubry, Mme Giroux, son fils et l’abbé Faudoas. Vu ensemble une hyène, un petit cheval turc instruit, un papion et une guenon.

Dimanche 15 septembre

L’instruction…

Mme Le Gras quitte la Touraine, va près de Paris dans une maison du prince Louis de Rohan.

Lundi 16 septembre

Repris les travaux de l’infirmerie et de Saint-Jacques.

Bureau ordinaire. MM. Busson, La Barre et du Hauthierray absents. Une délibération sur la communication qu’a faite l’inspecteur de la lettre qu’il a reçue du ministre qui a rendu compte au Roi de la délibération du bureau sur la prise de possession par les Doctrinaires et la continuation des fonctions du bureau, ce que le Roi a approuvé. Arrêté que le bureau continuera jusqu’au moins l’arrivée des Doctrinaires. Communiqué les ordres que l’inspecteur a reçus de faire achever Saint-Jacques et réparer le pressoir de l’Arthuisière.

Dit à M. des Piltières que les administrateurs généraux l’autorisaient en ma place à faire vendre les baliveaux de 40 ans, des taillis et les 300 chênes champêtres au profit de l’École militaire.

Mené l’abbé Lambert dîner chez le prieur de Clermont où il y avait 25 personnes, entre autres Mmes Oudin, Lafay, Chaubry, Edon et sa fille. Ramené les deux premières.

Mardi 17 septembre

Reçu hier de M. le président de Cotte copie d’une lettre de Dom Grand-Didier, supérieur de Rebais, qui, entre autres plaintes, fait celles avoir reçu nus les élèves de La Flèche. Me prie d’y répondre.

Reçu le dit jour réponse du même au nom de l’administration générale qui m’autorise à faire terminer les bâtiments de Saint-Jacques, excepté les statues et sculptures ; à me servir des matériaux existants qui n’appartiennent pas aux Doctrinaires ; à réparer le pressoir de l’Arthuisière et à charger M. des Piltières à faire abattre les baliveaux de 40 ans, des taillis et les 300 chênes annuels.

Reçu lettre de M. Frizon sur le 1er article des plaintes et compliments de Mme Dupont.

Dîné chez M. Lambert avec MM. Oudin, Edon, un prieur et un procureur au Châtelet, parent de M. Oudin.

Mercredi 18 septembre

Sept carabiniers ont déserté avec sabres et pistolets.

  • 32 Le Journal de Genève est créé en 1772 par Charles-Joseph Panckouke, mais à l’initiative du gouvern (...)

Répondu à M. Frizon. Répondu à M. Rozay de m’abonner pour le Journal de Genève32 et dont il m’avait écrit par le dernier courier.

Jeudi 19 septembre

Retour de Valançon à Pontlevoy.

M. de Barville, l’officier de carabiniers, est arrivé. Il y a vu son frère, a dîné chez moi. Cornillon et Vaugrenant y ont aussi dîné.

Vendredi 20 septembre

Arrivée de M. Le Royer de Chaillou, de l’Île-Bouchard.

Troqué mon violon, donné 24 livres de retour. Acheté 12 livres la carte historique de Paris.

Samedi 21 septembre

Mme de Rosseau est ici pour quelques jours, logée au Lion d’Or plutôt que chez sa mère et ses frères.

Dimanche 22 septembre

L’instruction point. Saint-Maurille, 1re classe.

Enterrement de M. Le Paige, président du grenier à sel.

Dîné et soupé chez Mme Le Royer.

On fait cette semaine la vente des meubles de feu M. Dupont du Vergor.

Répondu à M. de Cotte : 1. Sur l’inculpation du supérieur de Rebais, 2. Sur les constructions, les paiements, les retraites, le quartier expirant, 3. La coupe des bois, la comptabilité du receveur.

Lundi 23 septembre

Le P. Bonnefous m’annonce son départ de ce jour de Paris avec son sous-principal.

M. de Cotte me mande mon avis sur le dédommagement qu’a demandé le sieur Le Monnier sur ses bois et ses soudes et savons.

Donné à dîner à Mme Le Royer et ses enfants et à M. et Mme Meslin. Ma femme a voituré à Durtal ces demoiselles Le Royer chez Mlle du Portail.

Mis à l’hôpital le jeune Mouazé revenu samedi de Malicorne avec une fièvre putride. M. Lambert fait ses males.

Mardi 24 septembre

Dîné chez M. de La Houssaye où étaient MM. Leleu, des Piltières fils, Paulin, Salmon, le prieur de Clermont, Blin fils de Clermont, de La Tour, Belamour, Dugas, Desbois du Mans, de Beaufort.

On est venu après dîner m’avertir de l’arrivée des Doctrinaires. C’était le général avec le P. Casenave, sous-principal futur. Ils ont soupé dans leurs chambres.

Convenu avec eux et M. Chaubry qui va en campagne qu’ils ne prendront absolument la manutention économique que le 1er octobre.

Mercredi 25 septembre

Répondu à M. de Cotte sur l’indemnité du sieur Le Monnier. J’estime qu’on lui prête 12 000 livres. Annoncé l’arrivée des Doctrinaires et parlé des retraites.

Dîné au pensionnat avec les deux Doctrinaires, MM. Lambert, Dolbeau, Boucher, Noyelle et des élèves. Remis la clef de mon cabinet et mon passe-partout au P. Bonnefous. Je n’ai plus que peu de papiers au collège. Le Père m’assure que MM. les administrateurs sont on ne peut mieux disposés pour moi.

Jeudi 26 septembre

L’abbé Lambert a quitté hier le collège, a couché chez M. Oudin et est parti à 8 heures dans ma voiture avec un monsieur pour Clermont où ils prendront la voiture du prieur pour Le Mans.

Départ de M. Lallouette, aussi pour Le Mans où est allé l’abbé Boucher.

Il a passé un Doctrinaire qui conduit un pensionnaire à Louis-le-Grand.

Le P. Bonnefous fait préparer des appartements pour ses pères. Le P. Casenave occupe le logement du sous-principal au pensionnat.

Boulay en a été refusé. Il me fait force questions. Il m’a confié que M. de Saint-Germain avait placé des fonds à l’École militaire sur lesquels elle perd 40 000 livres de rentes, qu’il est question de rétablir l’École militaire en Académie militaire.

Le docteur La Tour l’obsède.

Vendredi 27 septembre

Reçu de M. Frizon lettre avec d’autres du ministre pour M. Lambert et, s’il est parti, pour le supérieur qui le remplace. Ce sont des permissions de tonsurer MM. de Bretel d’Hiermont et Salin de Diar, et l’avis que M. le comte de Gizay de Valmont quitte […] pour venir au collège. Des nouvelles de M. Dupont et des compliments de Madame.

Remis ces ordres au P. Bonnefous ainsi qu’une lettre à un dimissoire de l’évêque de Langres pour M. de Lanneau adressée aussi à M. Lambert. Fini les inventaires de la maison, excepté de la bibliothèque et des archives.

M. Donjon me manda hier que M. le duc de Choiseul était très malade, que les invalides sont remis comme ci-devant et qu’on parle de recréer l’École militaire.

M. de Beaufort, capitaine auxiliaire de Limosin, apprend que ces compagnies n’auront plus lieu. Il sera capitaine en second des chasseurs.

Samedi 28 septembre

Convenu avec le P. général qu’il me débarrassera lundi des denrées et des soins de la subsistance.

Il a paru un inspecteur de la Loterie de France qui a eu de la peine à trouver un buraliste. Boucher, chirurgien, m’a fait part de son projet d’aller à Paris reprendre et achever son cours de médecine.

Dimanche 29 septembre

L’instruction par M. Durand.

Le P. Casenave a officié. La messe a été très solennelle pour le début de ces messieurs. Arrivée de 4 professeurs doctrinaires, dont un prêtre.

Parlé à Liboreau du moulin de la Belle-Ouvrière dont l’arbre et le rouet sont mauvais et le pignon sur la roue menace ruine.

Lundi 30 septembre

Arrivée de MM. Rossel père et fils. Ils vont à Malicorne à la prochaine noce de Mlle de La Châtre, la cadette avec M… De là, ils iront en semestre.

Mme veuve Couallier m’est venue demander s’il y a apparence qu’elle obtienne quelque chose pour le travail de son mari avocat du collège.

Dit aux employés de s’arranger pour vivre en ville et que je prierai l’administration de les indemniser de la table.

Reçu lettre du 28 de M. Frizon. M. Dupont est encore près d’Arras, reviendra à Paris du 6 au 7 octobre après avoir passé quelques jours à Goyancourt. Il n’y a rien encore de réglé pour les traitements. Les administrateurs vont y travailler. Il y a lieu de croire que je serai bien traité.

Notes

1 Premier dimanche après Pâques. L’introït en latin de la messe du jour commence ainsi : « Quasi modo ».

2 À la suite du départ des Jésuites du collège Louis-le-Grand, les boursiers de 26 petits collèges subsistant suivent les cours de Louis-le-Grand, alors aux mains du personnel enseignant du collège de Lisieux.

3 Qui crie à tort et à travers.

4 Collège tenu par des Bénédictins de Saint-Maur.

5 Collège tenu par les Oratoriens depuis 1623. Voué au XVIIe siècle à la formation du clergé, le collège se transforme au XVIIIe siècle en raison des accusations de jansénisme dont les Pères sont accusés. En 1768, il accueille l’élite sociale de la région, soit 180 externes et 37 pensionnaires. Après 1776, le nombre de pensionnaires croît rapidement : 122 en 1777, 154 en 1785, 223 en 1788, dont, suivant les années, 30 à 50 boursiers militaires.

6 Collège situé près de Lisieux et dirigé par des Bénédictins de Saint-Maur. Son recrutement est double : éloigné et aristocratique d’une part, voisin et modeste de l’autre. Après 1776, il reçoit de 50 à 60 boursiers militaires.

7 Collège bénédictin en exercice depuis 1760. Le fait d’être choisi pour accueillir 50 boursiers entraîne un fort développement de l’établissement qui reçoit jusqu’à 150 pensionnaires.

8 Collège oratorien dont le recrutement est surtout local et aristocratique.

9 Collège bénédictin qui ne reçoit que des pensionnaires. Il constitue « un des pôles de la novation pédagogique » : équitation, armes, danse, théâtre, langues étrangères…

10 Collège tenu par des Bénédictins de Saint-Maur. Les effectifs varient après 1776 de 100 à 150.

11 Collège fondé au XIVe siècle.

12 Arch. dép. de la Sarthe, 4 E 8/570, inventaire des biens (13 et 15 juin 1776) ; vente des meubles (17, 18, 19, 20 et 22 juin).

13 Turgot et Malesherbes quittent le gouvernement le 12 mai. Ce dernier est remplacé à la Maison du Roi par Amelot.

14 Louis XVI remplace Turgot par un ancien intendant, Clugny de Nuits (1729-1776). La mort subite de ce dernier permet à Gabriel Taboureau des Réaux de devenir contrôleur général des finances ; mais, en octobre 1776, Necker est nommé directeur du Trésor.

15 René Bellœuvre, 25 ans, garçon de réfectoire, fils de René Bellœuvre, vigneron, et de Marie Bruneau de Verron, épouse le 21 mai 1776 Anne-Perrine-Julienne Berger, 25 ans, fille de Louis Berger, serger, et de feue Marie Virsollet.

16 Le 19 mai 1776 est baptisé Jacques-Alexandre-Joseph Antoine, fils de Jean Antoine, maître d’écriture au collège, et de Renée Gombault.

17 Vente, en détail et de seconde main, de denrées comme le sel.

18 Collège angevin fondé en 1710 par un sulpicien, François Chollet, directeur au séminaire d’Angers, pour servir de petit séminaire. En 1720, il cède la supériorité de l’établissement à la congrégation de Saint-Sulpice.

19 Nom donné aux colons anglais des Treize Colonies insurgés contre la métropole.

20 C’est l’ordonnance du 25 mars 1776 qui évoque la punition des coups de plat de sabre. Les officiers subalternes devaient ordonner cette punition uniquement après en avoir reçu l’ordre du capitaine. Ce dernier ne pouvait en infliger plus de 25 coups, le commandant du corps plus de 50. Plusieurs officiers refusèrent d’obéir.

21 Les ordonnances des 25 mars et 17 juin 1776 fixent à 1 500 le nombre de pensionnaires admis à l’Hôtel des Invalides. Voir Jean-Pierre Bois, Les anciens soldats dans la société française au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1990.

22 Prière afin d’obtenir l’intercession des saints auprès de Dieu.

23 La nouvelle qu’un brevet de conseiller d’État est accordé à M. Dupont le 12 mai 1776 paraît le 5 juillet.

24 L’inventaire des biens du collège débute le 1er juillet 1776 et s’achève le 17 mars 1777 (Arch. dép. de la Sarthe, D 14).

25 Crispin, rival de son maître (1707) est une comédie de René Lesage (1668-1747). Le roi et son fermier (1762) est une comédie de Michel Sedaine (1719-1797).

26 Eugénie (1767) est une pièce de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais (1732-1799). Le retour imprévu (1700) est une comédie de Jean-François Regnard (1655-1709).

27 « Nous avons condamné le principal et collège royal à payer à la partie de Joubert (Macé) la somme de 275 livres pour restant de ses honoraires et appointements de professeur audit collège pour l’année 1775, sans la déduction néanmoins de 15 livres 3 sous 4 deniers dont ladite partie de Joubert doit tenir compte pour l’excédent de bois et de chandelle qu’elle a consommé dans ladite année en sus de sa portion. Avons en outre condamné le principal et collège aux intérêts de la somme restante montant à 259 livres 16 sous 8 deniers » (Arch. dép. de la Sarthe, B 2883, 10 août 1776).

28 Beverlei (1768) est une tragédie de Saurin (1706-1781). Rose et Colas (1764) est une comédie de Michel Sedaine.

29 Les Trois Sultanes, ou Soliman II (1761), pièce de Charles Favart (1710-1792). Les deux chasseurs et la laitière (1763) est un opéra comique d’Anseaume (1721-1784).

30 Henri IV, ou la Bataille d’Ivry (1774) est un opéra de Barnabé Farmian de Rosoi, dit Durosoi (1745-1792). L’amant auteur et valet (1739) est une pièce de Pierre Cérou (1708-1798).

31 Collège fondé en 1314 par Gilles Aicelin de Montaigu, archevêque de Rouen et chancelier de France.

32 Le Journal de Genève est créé en 1772 par Charles-Joseph Panckouke, mais à l’initiative du gouvernement français. Publié à l’étranger, son but est de concurrencer les autres gazettes étrangères et de faire croire à l’indépendance de ses auteurs.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540