Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journal de Stanislas Dupont de La Motte

 | 
Stanislas Dupont de La Motte

Huitième cahier. Du 3 septembre 1775 au 25 mars 1776

Texte intégral

Dimanche 3 septembre 1775

L’instruction par M. Hamelin.

M. et Mme de Gourdon sont arrivés avec leur fils à près de 9 heures du soir. Ma voiture a été les chercher au Lude.

M. le chevalier Dolomieu s’est piqué de ce que je l’ai prié de cesser ses plaisanteries auprès de ma sœur sur son départ.

Lundi 4 septembre

Bureau ordinaire, auquel a manqué M. du Hauthierray. Il y a eu 3 délibérations :

  1. Bordereau de la recette et de la dépense du receveur du collège pendant le mois d’août 1775.
  2. Pouvoir audit de rendre par déclaration au fief de Moulins.
  3. Idem de faire faire des réfections et réparations sur les biens et qui sont indispensables.
  • 1 Les dîmes novales portent sur les récoltes des terres défrichées depuis moins de quarante ans, mêm (...)

On a fait ensuite lecture d’un mémoire des curés de Parcé expositif des inconvénients d’une dîme que le collège perçoit et partage avec l’un d’eux et qui est très embarrassante à cause des novales1. On propose de se cantonner, ainsi qu’il est permis par l’arrêt du conseil du 24 juin 1774. On a pris cette proposition en considération et le receveur doit examiner les titres pour pouvoir en rendre compte.

La prochaine assemblée au 18.

M. Delisle est arrivé vers 4 heures. Ma sœur et M. d’Héral prendront dans sa gondole les places des jeunes d’Essuille et de Lieuray.

M. et Mme Gourdon, Mme Dupont de Ferdinand, MM. Rossel et Porion ont dîné aux Plantes, et M. d’Héral.

J’ai été chez le chevalier Dolomieu lui exprimer que mon intention n’a pas été de l’offenser.

La maîtresse de poste m’a averti que M. le maréchal de Contades se rendrait à Versailles jeudi et qu’il avait retenu 13 chevaux pour deux mois ; elle n’en a que 15 ici et 9 sur la route de Turin. M. de Gourdon devait en conséquence partir ce soir ; mais M. le maréchal l’ayant su à son arrivée à 5 heures, au lieu de coucher ici, a passé.

Distribution particulière de prix. M. Hamelin m’en a prévenu au dernier bureau.

Mardi 5 septembre

Les élèves ont fait le tapage toute la nuit. Treize ont été fustigés. De Gouzens est rentré au cachot après 24 heures de liberté.

M. de Gourdon et sa caravane sont partis à 5 heures.

M. Delisle a dîné aux Plantes avec MM. de Rossel, de Gauville, Ducan, Douay, curé, d’Héral et soupé avec MM. Porion, Rossel, d’Héral, Baraton, Gautier, Noyelle, de Barville présent.

  • 2 Le collège des Quatre-Nations.

Les élèves partants ont un peu nui au parc et au jardin ces 2 jours qu’on les a laissés libres. On dit que M. Hamelin part le 25. Il a ordre de ne pas laisser partir demain le jeune Le Gras pour l’École militaire. Le jeune d’Andelarre, qui va au collège de Mazarin2, aura sa place dans la gondole.

Mercredi 6 septembre

Départ de M. Delisle à 6 heures avec 12 élèves, M. d’Héral et ma sœur. Donné 3 louis. Il y a 2 jours que l’abbé Péan est de retour. L’abbé Durand de retour.

M. Hamelin a été voir ses malles et a dit qu’il retenait la cabriolet pour dans une quinzaine. Cependant il a ajouté qu’il attendait son successeur et il a prescrit aux sous-maîtres d’arranger leurs gratifications pour le 1er octobre.

Jeudi 7 septembre

M. l’abbé Boucher m’a apporté une lettre du jeune Le Gras pour M. Dupont. Elle concerne, m’a-t-il dit, l’éloignement de cet élève pour l’état ecclésiastique et M. Hamelin, à qui il l’a voulu remettre, a refusé de la faire partir.

On répand dans le pensionnat que la cause du renvoi du jeune de Coigne est d’avoir écrit contre l’inspecteur. Le soldat que le père a envoyé pour retirer cet élève reste toujours ici, retenu par M. Hamelin qui lui dit qu’il attend du ministre une contrordre.

Le jeune de Bellemarre a dit, avant de partir, qu’on avait recommandé à quelques-uns la manière dont ils devaient parler à l’école (ma femme).

Donné à dîner à M. et Mme de La Mandinière.

Vendredi 8 septembre

Mme d’Espiès est ici, dit-on.

M. Hamelin a fait grâce à un domestique insolent qui en a maltraité 2 autres.

Le jeune Dillon a rapporté (à Le Mercier) que le sieur Bourdet, à qui il se confessait d’avoir pillé des mets au réfectoire, lui avait répondu qu’il ne lui en faisait pas un crime parce qu’il était mal nourri.

Dîné chez M. des Piltières avec ma femme, M. et Mme de La Mandinière et les Gourdon.

Samedi 9 septembre

De Boisjugan est en danger. Cet élève a reçu quelque coup à la tête. De Lieuray est aussi dans un état alarmant.

M. Hamelin a dit à M. Lambert que, sur ordre du Roi, pour le départ de la seconde gondole, le jeune Le Gras était en rouge. J’ai montré le contraire au sous-principal.

L’abbé Marchand prend tour à tour les élèves destinés pour l’École militaire et les endoctrine.

Dimanche 10 septembre

L’instruction par M. Hamelin.

Il change encore de langage sur son départ : c’est par ordre du Roi qu’il est venu, il ne peut partir que sur pareil ordre, et assuré qu’il a un successeur. On croit que son paiement est ce qui l’inquiète le plus et qu’il ne reste que de peur de n’en pas avoir s’il s’en allait de lui-même.

Lundi 11 septembre

Le père de M. du Vergor est mort à près de cent ans.

Les carabiniers attendent depuis cinq semaines M. de Poyanne, devenu, disent-ils, garde-moulins.

Mme d’Espiès est en effet ici. M. Hamelin a dit à son fils : «  Dites à Madame qu’elle ne pleure pas ; je m’en irai bientôt ; vous n’aurez plus de gales. » Cet élève a une dartre au menton.

Mardi 12 septembre

MM. Porion et Noyelle sont allés auprès de Sablé voir les saints de Solesmes : c’est une abbaye agréable de Bénédictins.

On a abattu la porte et élargi le pont du faubourg Saint-Jacques. On a fait la même chose au faubourg Saint-Germain.

Il va souvent des élèves manger en ville, surtout à l’auberge des officiers. L’argent est aussi très commun dans le pensionnat parmi ces enfants qui en achètent des couteaux, des ciseaux, des fruits, de la poudre à canon.

M. Hamelin m’a enfin renvoyé les ordres du Roi des élèves arrivés.

M. Simon est allé avec MM. Porion et Noyelle visiter le moulin du Pont-Guéret, lever le plan de la maison dite de Bellebranche et voir un pont à refaire.

Mercredi 13 septembre

On dit que Mme Le Gras vient d’arriver.

Mme Le Gras est effectivement accourue pour appuyer la vocation de son fils qui résistait encore aux impressions qu’on lui a toujours voulu faire prendre. Elle se propose de le mener demain au Mans pour la tonsure. Le jeune Dillon sera du voyage et de la cérémonie. Ces deux élèves ne choisissent certainement pas leur état.

Jeudi 14 septembre

Enfin M. Hamelin a avoué qu’il était le maître de s’en aller ; mais il n’en fera rien qu’il n’ait un ordre du Roi ; parce que, dit-il, on ne l’attrape pas comme cela ; on lui ferait ensuite un crime.

Vendredi 15 septembre

Mme Le Gras est partie pour Le Mans avec ses deux futurs tonsurés.

  • 3 Discours au Roi et à Nos seigneurs de son conseil, par dame Gabrielle-Aymerie-Hélie de La Rochesnar (...)

Arrivée de la 3e gondole conduite par M. de Barbaste à 2 heures. Le jeune Lyver de Breuvannes, l’un des 4 élèves qu’il a amenés, est déjà aussi grand qu’était son aîné à 14 ans. Le jeune de la Broue de Vareilles est aussi d’une taille étonnante : ne trompe-t-on pas sur son âge ? Ce nom est connu ici où en 1663 il y en eut un de décapité. Le présidial et le curé Hamelin de ce temps se firent détester par cette exécution qui se fit les portes de la ville fermées pour arrêter le courrier qui apportait la grâce et qui était dans le faubourg3.

Ma sœur m’a écrit qu’elle vous quittait aujourd’hui.

Samedi 16 septembre

M. de Poyanne est ici à passer rapidement sa revue ; il partira demain au matin.

M. de Saint-Aulaire n’est arrivé qu’à 7 heures 1/2 du soir avec les jeunes Deprez de la Queue et de Vaugrigneuse et notre nouveau professeur de philosophie.

Les élèves qui partiront demain ont eu cet après-midi la bride sur le cou.

Dimanche 17 septembre

Départ de la gondole de M. Barbaste à 5 heures. M. Hamelin a, contre l’usage, fait ouvrir les portes extérieures de la chapelle à 4 heures pour dire la messe des partants. L’instruction par M. Durand.

Mme de Sérignac, fille de M. le marquis de La Châtre, est accouchée à Malicorne d’un garçon.

M. de Rossel, qui a passé 2 jours ici, emmène son fils en semestre.

M. de Poyanne a été voir Saint-Jacques qu’il n’a pas trouvé, dit-on, si merveilleux qu’on lui avait dit. Il est parti à 9 heures.

Lundi 18 septembre

Départ de la gondole de M. de Saint-Aulaire à près de 6 heures. Les postes sont écrasées. L’abbé Boucher est allé au Mans faire rafraîchir ses pouvoirs. M. Noyelle est retourné en campagne chez un de ses amis, curé d’Huillé. Il était de retour et M. Porion de samedi à midi.

Mme Le Gras ne reviendra pas, dit-on, par La Flèche. Elle a dû emmener ses deux abbés à Tours d’où elle les renverra à la fin de la semaine ici. J’ai toujours votre lettre pour son fils.

J’ai rencontré à 7 heures M. Lambert qui venait m’annoncer sa nomination inattendue à la principalité, sur laquelle j’allais le complimenter de bon cœur. M. Hamelin s’était présenté chez lui pour lui apprendre qu’il avait la liberté de partir, au moment aussi où il sortait pour l’informer de sa nomination. L’ex-commissaire a offert ses services, ses lumières. Le nouveau principal lui a répondu qu’il ne ferait de fonctions de sa place que lorsqu’il ne serait plus ici ; seulement qu’il le priait d’éviter au sieur Marchand la honte d’être chassé. M. Lambert voulait attendre la tenue du bureau pour répandre la nouvelle ; mais M. Hamelin au déjeuner a voulu l’annoncer publiquement aux élèves de son réfectoire qui, au nom de M. Lambert principal, n’ont plus écouté et crié Vivat, jeté leurs chapeaux et dans le moment toute la maison et bientôt la ville en furent instruits. Tout le monde lui a fait visite et ce jour a paru presque une fête publique. Je ne mets point d’hyperbole. Sa modération, sa patience et son exactitude lui ont fait beaucoup de partisans. Bureau ordinaire. M. du Hauthierray absent ; M. Hamelin ne s’y est pas présenté. Il y a eu 2 délibérations :

  1. Après lecture faite de la lettre du ministre qui annonce que le Roi a choisi M. Lambert pour principal, ce nouveau supérieur a été appelé et installé. Cependant, attendu l’absence des professeurs, on a remis au jour de rentrée à les convoquer pour le leur faire reconnaître, mais en attendant, l’inspecteur a été chargé de faire part de cette promotion à ceux qu’elle intéresse dans le collège.
  2. M. Clément s’est présenté et on a enregistré la lettre qu’il a rapporté par laquelle il a été nommé à la chaire vacante de philosophie.

On a ensuite lu et approuvé le bail à rente de la maison de Bellebranche à Sablé.

  • 4 Celui qui perçoit la dîme.

On a encore lu des observations du receveur sur la demande des curés de Parcé d’assigner à chaque décimateur4 son canton. Il a été décidé de n’entendre qu’à une proposition de leur part d’arrentement en bled, ce qui sera plus simple et moins litigieux qu’un partage de terrain, coûteux et difficile à opérer, et sujet à se confondre après quelque temps.

Le prochain bureau au 2 octobre.

Mardi 19 septembre

M. Hamelin assembla hier les sous-maîtres, leur dit qu’on les avait noircis auprès du ministre et leur lut une lettre à ce sujet. Ce n’est pas pour calmer qu’on se conduit ainsi. Au reste, il a pris ce que M. Lambert lui a dit à la lettre et continue toutes les fonctions. Il fait transporter son vin chez M. Macé.

Des émissaires ont débité dans les communautés que le voyage de M. Dupont dans l’Artois a été pour engager M. l’évêque, ami du Roi, à prendre son parti et à écrire en sa faveur à Sa Majesté.

On ignore quand il partira. On dit que ce ne sera que lundi et qu’il fera, avant cela, adieu public. Il emmène son favori Marchand.

  • 5 Dans le manuscrit, les différents points évoqués sont ainsi mis dans le désordre.

J’ai passé une heure avec notre nouveau principal et voici en bref ce dont il a été question5.

1. Rendre pour sous-principaux les sieurs Dolbeau et Boucher.

2. Les loger l’un et l’autre au pensionnat pour qu’ils ne soient pas alternatifs.

3. Que chacun d’eux tienne un réfectoire. Le principal doit être partout (S’il est possible, rétablir leurs tables de milieu, pour qu’ils ne regrettent pas celle de l’institution).

7. La chapelle intérieure est trop petite ; elle est dans une autre cour. En hiver, il est dangereux d’y aller le soir. Faire les instructions des samedis dans les réfectoires. Les deux sous-principaux ou le principal et l’un d’eux les feraient et les sous-maîtres ne seront plus obligés de s’y trouver. Les grands et les petits seraient séparés.

8. Les sous-principaux ne confesseront plus.

10. Donner les régences de 7e à des prêtres qui ne confesseront que les externes. Des prêtres étrangers confesseront seuls les élèves.

11. Assembler les premiers jeudis de chaque mois les professeurs et régents et porter sur un registre ce qu’il sera convenu pour le bien des études.

12. Oter la régence de 7e à Boulay qui est en état de suppléer toutes les classes.

13. Donner cette chaire au sieur Chaubry, bon humaniste, parent du subdélégué.

14. Donner une régence de 7e au secrétaire. Il y parmi les sous-maîtres un abbé Lallouette qui écrit bien. Oter à Rouzé sa 7e ; demander qu’il reste aux infirmeries avec une cinquantaine d’écus.

15. Un second suppléant qui ferait les écritures du principal chez lui. Ce ne détournerait pas le secrétaire de correspondance.

6. Donner au principal, outre le logement actuel, celui du sous-principal qui y tient.

5. Le sous-principal et le préfet logés l’un au-dessus de la cuisine, l’autre au-dessus du lave-pieds. Il y a 2 pièces à chaque logement.

18. M. Lambert n’écrit dans ce moment-ci qu’au ministre et à M. Dupont. Il écrira à l’évêque d’Angers et à celui du Mans, au recteur de l’université, à M. le marquis de Timbrune ; mais il attendra l’avis de M. Dupont sur ces lettres qui, sans doute, ne doivent annoncer que sa nomination, si même toutes conviennent.

9. Tous les samedis matin, les sous-maîtres remettront un compte de leurs élèves afin de pouvoir dans l’instruction du soir parler des fautes les plus fréquentes.

16. Le neveu de M. Guy pourrait bien remplacer un des 2 professeurs devenus sous-principaux.

20. M. Hamelin a eu hier une longue conférence avec M. Busson qui, dit-on, lui doit encore de l’argent.

21. Il y a encore sanhédrin chez M. Hamelin de l’abbé Benières et de quelques sous-maîtres.

17. Ramener ceux qu’on pourra à se défaire insensiblement des autres.

19. Ce sera sur la réponse de M. Dupont que ces changements et ses projets s’exécuteront ou seront sans effet.

Quant à moi, il faut bien que je dise : je ne suis pas dans ce monde pour toutes mes aises avoir. Je n’aurai point de tables, mais des tuteurs. Il y a bientôt 4 ans que, sous M. Hamelin, j’aurais eu l’une et pas les autres. Pourvu que le bien se fasse, je suis consolé.

Mercredi 20 septembre

On dit que M. Hamelin emmènera à Paris M. de Cugnac.

M. Hamelin a laissé les élèves de son réfectoire jeter l’abondance de leur déjeuner parce qu’elle était un peu brune. Quand le vin blanc a été mis en fûts neufs, il est quelquefois sujet à cet accident qui n’influe pas sur sa qualité. Il continue toujours ses fonctions, signe les billets d’infirmerie, etc.

Jeudi 21 septembre

M. Hamelin a fait et signé la liste hebdomadaire des élèves à qui il accorde des amusements. On me l’a apportée à l’accoutumée pour la viser. Je l’ai rompu et lui ai fait dire qu’elle n’était pas en règle ; que c’était au principal à la faire. Nous l’avons refaite ensuite avec M. Lambert à qui il en avait parlé et qui lui a dit que je l’avais prévenu que je le regardais comme n’étant plus rien dans le collège et que je me conduisais en conséquence.

M. Porion s’est expliqué et ne voudrait pas d’une sous-principalité. Il s’est chargé du sermon de la Toussaint.

Vendredi 22 septembre

M. Hamelin a officié. C’est grande fête du diocèse. Il a fait des adieux à peu de personnes, entre autres au vieux curé à qui que je n’étais pas au bout.

Le sieur Marchand est venu demander son décompte et qu’il lui fût fait pour le reste du mois. Cette addition n’a pas eu lieu, mais l’abbé Lambert lui a donné environ 9 livres de sa poche. M. Hamelin a fait beaucoup de difficultés pour payer le cordonnier, traiteur et surtout le perruquier. Il n’a pas payé la blanchisseuse particulière qu’il avait.

Samedi 23 septembre

M. Hamelin est parti avec le sieur Marchand à 7 heures du matin. Son appartement est un chenil que l’abbé Lambert ne peut pas habiter dans ce moment-ci. Il n’a pas remis de lettres d’ordre, d’instructions ; il a tout brûlé ou emporté. On a cependant trouvé une lettre du sieur Tridon dans laquelle M. Dupont est gratifié de scélérat etc.

M. Lambert a assemblé les sous-maîtres et leur a signifié qu’il voulait exactitude et activité. Je ne sais pas s’il aura le temps d’écrire à M. Dupont. J’ai passé beaucoup de temps avec le principal à différentes reprises. J’ai lieu de me louer de ses dispositions actuelles. On désigne l’abbé Dolbeau sous-principal et le public dit que sa fermeté ira bien avec la douceur du principal.

Le soldat du jeune de Coigne est parti.

Dimanche 24 septembre

L’instruction par M. Duchesne.

Dîné à Oyré, ma femme, Mme Huger, M. et Mme du Hauthierray et les deux aînés Chaubry. L’abbé Boucher y dit la messe.

Le principal mit hier M. de Gouzens hors du cachot.

M. Lambert m’a parlé du jeune de Colnet. Cet élève se porte au mieux et est très fort actuellement. Il a de l’esprit. C’est malgré les chirurgiens, c’est entêtement du docteur La Tour appuyé de M. Hamelin s’il est resté aux infirmeries pendant l’hiver dernier. Voyez sa note physique.

Lundi 25 septembre

L’abbé Boucher m’a déclaré qu’il n’acceptait pas une place de sous-principal ; il s’en effraie ; il préfère sa classe de 4e. L’abbé Dolbeau a fait tout le jour les fonctions de cette place. Le principal regrette Boulay à cause du chœur.

J’ai lu la lettre infâme de Tridon ; elle est du 6 août dernier. J’ai prié le principal de ne pas la déchirer, persuadé que vous la voudrez.

Soissons est parti cette nuit par le carosse avec les gros bagages.

M. Ducan n’est pas ici. Le nouveau bureau d’administration économique n’a pas pu s’assembler pour son début.

Mardi 26 septembre

Le neveu de M. Guy n’est pas agrégé.

Prié le principal d’enjoindre aux sous-maîtres de déjeuner et goûter dans les réfectoires et jamais dans leurs chambres. Il me l’a promis après la rentrée. M. Dolbeau accepte la sous-principalité. Il a beaucoup hésité dans la crainte du fardeau. L’abbé Boucher supplée au pensionnat tout le jour. Demain, ce sera le tour de l’abbé Porion. C’est donc un préfet d’études et un régent de 6e ; car je suppose que M. Noyelle passera à la 3e qu’il faut. Qu’il faut que je remercie le ministre des garants qu’il m’a donnés. Je me résigne au refus de ne plus vivre à la table de l’institution et je le supplie de m’accorder un gîte à Saint-Jacques.

Dîné chez le prieur de Clermont avec MM. Donjon, Porion, Gautier, Simon, Oudin, Clément, Decheman, l’abbé Drouault, Boucher chirurgien, 2 Récollets.

Baraton écrit à son frère l’abbé pour le secrétariat de la correspondance.

Mercredi 27 septembre

M. de Lorme a encore envie de revenir sur l’affaire de la Ruellerie et donnerait un bien en échange et nous vendrait sa maison de ville.

M. Ducan m’a fait part que M. Dupont avait augmenté ses honoraires de 400 livres. Il a donc 1 200 livres.

L’aîné des fils de M. Chaubry a été volé au Mans d’environ cent louis pendant son absence.

Jeudi 28 septembre

Prié le principal de dire à ses sous-maîtres de souffrir que le concierge inventorie dans leurs chambres ; ce qu’ils ne voulaient plus depuis longtemps souffrir lorsqu’ils en changeaient.

M. de Montlezun est arrivé avec M. Fouquet, ancien élève. Il avait écrit la veille pour annoncer après demain l’arrivée du 4e bataillon du régiment d’Auvergne qui passe à Saint-Domingue. Il désire que ses drapeaux neufs soient bénis sous les yeux des élèves et les vieux déposés devant le cœur de Henri IV. J’ai envoyé le sieur Le Mercier à Angers pour obtenir de l’évêché la permission de faire cette bénédiction.

Vendredi 29 septembre

  • 6 Victoire française remportée le 15 octobre 1760 sur les Hanovriens au cours de laquelle s’illustra (...)

Arrivée à 7 heures du bataillon d’Auvergne. La permission de bénir les drapeaux reçue, les élèves placés dans les tribunes, la troupe en bataille dans l’église, M. Lambert a dit la messe et donné la bénédiction après un petit discours touchant dans lequel il a rappelé qu’Henri IV donna le 1er drapeau à ce régiment, qu’il a toujours été sans tache. L’affaire de Clostercamp et du chevalier d’Assas n’a pas été oubliée6 : il a tiré des larmes d’attendrissement et d’héroïsme. Un jeune officier a répondu à quelqu’un qui lui demandait pourquoi il en versait : «  C’est de ne mettre [sic] pas trouvé à cette fête ». J’ai entendu un grenadier dire : «  Qu’on nous fasse de pareils sermons ; de mille vies, nous n’en garderons pas une ». Le fils et le neveu de M. de Montlezun, élèves, étaient sous les drapeaux, les vieux sont à côté du cœur de Henri IV. Ils ont dîné avec le corps qui m’a fait le même honneur. Le docteur La Tour est venu s’y fourrer. Le soir, les jeunes officiers ont joué aux barres avec les élèves. M. Fouquet, qui est fort aimable, a amené la musique pendant le souper des élèves, d’abord aux infirmeries et ensuite au pensionnat. Le chevalier de Renty est depuis 15 jours dans ce bataillon.

Le bureau économique s’est assemblé chez moi. On est convenu : 1. qu’il fallait un registre ; 2. que pour être assuré du secret, on n’aurait point de secrétaire, l’un de nous écrira ; 3. enregistré la lettre du ministre du 21 ; 4. s’assembler tous les samedis à 2 heures, à moins qu’il n’y ait empêchement ; 5. on a lu le règlement provisoire et j’ai rendu compte d’une grande partie des articles. On a écrit au ministre le précis de cette première séance.

Samedi 30 septembre

Le bataillon d’Auvergne est parti pour Angers. M. de Montlezun est resté jusqu’à 8 heures, recommandant beaucoup ses enfants à M. Dupont et entre autres de ses parents pauvres nommés du Coussole, dont un oncle, M. du Coussole des Passai, le prie de ne pas oublier les promesses qu’il a faites à MM. de Laval et de Lorry. M. Lambert n’a pas pu refuser son discours aux instances des officiers qui en enverront copie au régiment et à M. Dupont. Mme Le Gras a ramené hier au soir ses nouveaux abbés. M. Boudens Vanderburg est arrivé en même temps. Dîné avec elle. Mme Le Gras a raconté à M. Lambert les horreurs dont Marchand avait imbues les jeunes gens et que son fils et Dillon lui avaient rapportées. Elle les a promenés à Tours, Saumur et Angers.

  • 7 Gaulmin de la Goutte (n° 696), Langle de la Ronce (n° 697), Lanneau de Marey (n° 698), Wasservas ( (...)

M. de Mariton nous a amené dans sa gondole M. Guy et 14 élèves7 ; il est arrivé vers 4 heures.

J’écris au ministre sur la dernière menace de M. Hamelin et pour avoir deux sœurs grises de renfort.

Je tâche de réaménager Saint-Jacques.

Dimanche 1er octobre 1775

L’instruction par M. Porion. Grande messe, Clément.

Le sieur Durand dira toutes les messes de 5 heures 1/2 ; le sieur Noyelle, celles de 10 heures 1/2 ou 11 heures ; le sieur Christophe, celle de 7 heures 1/2 ; les professeurs et régents, les grandes messes des dimanches et fêtes ; le principal, celles des jours de solennité, non rétribuables.

M. Mariton a dîné aux Plantes. Arrivée de M. Pilon.

Lundi 2 octobre

Départ de la gondole après la messe, à 5 heures, avec 13 élèves, dont M. de Gouzens pour sa famille et M. de Bonnay de Breuille, père d’un des derniers reçus.

Discours de rentrée après la messe du Saint-Esprit, prononcé par M. Porion.

Bureau ordinaire. M. Busson n’y est pas venu ; il a dit hier à M. Ducan qu’il s’en abstiendrait puisqu’il y a un autre bureau. Quatre délibérations :

  1. Pour constater que le discours de rentrée a été prononcé et faire reconnaître par le corps académique M. Lambert principal.
  2. Bordereau de caisse du receveur.
  3. Nomination du sieur Dolbeau, régent de 3e à la place de premier sous-principal ; des sieurs Moyelle, Durand et Chaubry, régents de 7e ; Christophe et Digot, sous-maîtres ; Lallouette, secrétaire de la correspondance des élèves, et Boulay suppléant.
  4. Choix du sieur Gombaut à la bourse de 80 livres fondée par M. de Cornez pour un étudiant en philosophie.

Bureau indiqué au 16.

Dîné aux Quatre-Vents chez M. de Boudens Vanderburg qui reste pour voir M. Dupont. Le sieur Cuisnier est ici.

Mardi 3 octobre

Dîné chez le principal avec MM. Cuisnier, Pilon, Guy, Porion. Il attendait le doyen d’Yvré. Le repas a été fait au collège, le principal n’ayant rien trouvé chez le traiteur.

Mercredi 4 octobre

M. Pilon parti pour la campagne.

Soupé aux Capucins avec M. Vanderburg, son fils, Le Gras et Souffrain, etc, Cuisnier, etc.

Jeudi 5 octobre

Assemblée des professeurs chez le principal qui leur a donné à déjeuner.

Donné à dîner à M. Vanderburg, son fils, Souffrain, MM. Cuisnier, Porion, Noyelle, Gautier, le principal, le gardien des Capucins. M. Pilon de retour ce soir.

Vendredi 6 octobre

Assemblée du comité économique. J’ai fait part des offres de vin et d’ardoises du sieur Laurent d’Angers.

Demandé de donner des acomptes de 600 livres au charpentier Boilard et 900 livres à un régent de 7e, le sieur Chaubry.

Continué et achevé la lecture du règlement économique.

Communiqué que M. Dupont approuve qu’il n’y ait point de secrétaire et qu’on tienne un registre pour ce bureau.

Samedi 7 octobre

Départ de ma femme pour Linières.

Dimanche 8 octobre

L’instruction par M. Lambert. Grande messe, Porion.

Lundi 9 octobre

Arrivée de M. Dupont à 4 heures 1/2 avec MM. La Touche et Jacquin. S’est arrêté chez M. Chaubry et de là revenu chez le principal. Logent à Saint-Jacques où M. Dupont veut vivre à ses dépens.

Le comité économique s’assemblera tous les jours à 5 heures pour terminer le règlement économique et celui des infirmeries.

A visité les infirmeries, la buanderie et le bâtiment qu’on élève. Parlé de rétablir le pont des élèves ; envoyé aux sœurs des timbales, une écumoire et des plateaux de balances d’argent. Nous avons soupé 4 ; veut avoir demain à dîner le principal et l’ancien curé, a demandé ma femme dont je lui ai alors appris l’absence.

Mardi 10 octobre

M. Lambert dînera tous les jours.

Commencé le travail de règlement économique. Il s’agit de faire des dortoirs de rechange dans la salle des actes et de placer celle-ci dans l’ancienne bibliothèque.

Dîner MM. du Hauthierray, Vanderburg, Ducan.

Mercredi 11 octobre

Bâtir pour loger les bureaux de l’inspecteur dans la maison du chantier. Établir des latrines provisionnelles sur le fossé tandis qu’on rétablira les anciennes.

Faire une sauce de bouillon et persil sur le bouilli.

Arrivée de l’abbé Baraton, secrétaire du principal, et de M. d’Héral qui est revenu par Saumur.

Jeudi 12 octobre

M. Dupont a prié du collège MM. Guy, Porion, Clément et Dolbeau.

M. Dupont prendra 100 livres de café à 24 sols.

Faire aller les eaux de la buanderie qui empestent le parc par la bonde.

Vendredi 13 octobre

Nouvelle de la mort de M. le maréchal du Muy apprise au lit de M. Dupont. Dîner M. Chaubry, M. d’Héral.

Samedi 14 octobre

Messe de 10 heures 1/2 en noir pour le maréchal.

Oter les drapeaux d’Auvergne et les mettre entre les 2 grands vitraux, n’étant pas des trophées pris sur les ennemis.

Établir une peignerie générale.

Dimanche 15 octobre

Instruction par l’abbé Boucher.

Dîner MM. Boucher, Duvigneul, Noyelle, d’Héral, de Barville.

On se plaint à l’École militaire de la vermine de nos élèves. Le principal n’approuve pas la peignerie commune.

Remis à MM. Chaubry et Ducan les soumissions de Le Monnier pour y donner leur avis. M. de La Châtre prend solennellement possession de la seigneurie de Crosmières.

Lundi 16 octobre

Bureau ordinaire. MM. de La Barberie et du Hauthierray absents. Deux délibérations :

  1. Autorisation au receveur de faire des réparations sur Bellebranche.
  2. Autorisation au principal de faire un service solennel pour feu M. le maréchal du Muy, ministre de la guerre.

Le principal a rendu compte de l’inexécution de l’ordre du Roi et de la délibération du bureau de l’année dernière qui ordonne qu’à la messe journalière pour Henri IV, il sera fait des prières en commun pour ce Roi et pour Louis XV. On n’a pas voulu porter la plainte en délibération, mais il a été écrit par le secrétaire, en marge de la feuille des prières manuscrites présentées par le principal, que les prières seront imprimées pour que personne n’en ignore à l’avenir.

MM. Lambert, Guibert, Gautier ont dîné à Saint-Jacques.

Mardi 17 octobre

Service à 10 heures pour le maréchal du Muy.

Les drapeaux d’Auvergne ont été, suivant les instructions du ministre, ôtés des côtés du cœur de Henri IV et posés dans le trumeau des grands vitraux qui sont plus bas.

MM. Chaubry, chevalier du Hauthierray, Montaudin, de Vanderburg, Pihery et Lambert ont dîné à Saint-Jacques.

Ma femme est arrivée de Linières, elle a été à Saumur. M. Dupont l’a embrassée. Comme il était tard, je ne suis pas revenu des Plantes où je l’ai conduite.

Desroches de retour de Saumur où envoyé par M. Dupont pour les boucles.

M. Dupont consent que l’architecte établisse dans ses états un commis à journée pour les écritures de sa partie (M. Ducan présent).

Mercredi 18 octobre

MM. Pihery et de Lorme sont venus.

M. Dupont est d’avis de faire un potager au couchant des bâtiments de Saint-Jacques ; on le séparera d’une cour de récréation qui commencera à la porte de communication des 2 potagers.

On s’attend que M. le baron de Breteuil sera ministre de la guerre.

On établira un aide de chirurgie. M. Dupont ne veut pas que Valançon donne des leçons d’écriture.

Jeudi 19 octobre

MM. Pilon, Benières, Lallouette et l’abbé Baraton, avec M. du Vergor, ont dîné à Saint-Jacques.

M. Dupont veut que le piqueur paye et non l’architecte.

Fait faire les plans de la maison du chantier où l’inspecteur logera et les bureaux.

Vendredi 20 octobre

Ma femme et mesdames la chevalière du Hauthierray et de Ferdinand avec le chevalier et l’abbé du Hauthierray, M. de Vergor et M. de Vanderburg ont dîné à Saint-Jacques. Ma femme a couché chez Mme du Hauthierray.

Annoncé à M. Dupont que M. le comte de Saint-Germain est ministre de la guerre. Il s’agit de rétablir la ferme de Saint-Jacques. M. Dupont est d’avis de reprendre le bail à vie de la maison qu’occupe Mme Huger et lui donner 2 000 livres de dédommagement pour les boiseries.

Il a dit décidément à M. La Touche que j’occuperai Saint-Jacques cet hiver.

Samedi 21 octobre

Ma femme a dîné à Saint-Jacques avec mesdames du Hauthierray et de Ferdinand, etc. M. Dupont a fait guerler du froment de nos greniers pour faire une preuve de pain.

Travaillé au projet de règlement économique avec lui et MM. Chaubry et Ducan.

Dimanche 22 octobre

L’instruction par… M. Dupont veut finir l’affaire des gratifications de l’année dernière pour les employés et officiers.

  • 8 Instrument qui crible les grains.

Le pain de l’épreuve est très beau et bon. M. Dupont veut établir un guerleur8.

Lundi 23 octobre

  • 9 Jean-François Régis (1597-1640), Jésuite, prêche surtout dans le Vivarais où il essaie de converti (...)

M. Dupont est d’avis de transporter à Saint-Jacques l’autel de marbre du jubé, dit de Saint-François-Régis9. En parler au bureau prochain et du pont du parc à rétablir.

Mardi 24 octobre

M. Dupont fait mettre une fermeture à la porte de la cour des officiers sur la fausse braye et une porte sous l’escalier de marbre que le Suisse fermera l’une et l’autre à 10 heures du soir.

Fait donner pour lieu de travail à la lingerie la boutique des menuisiers sous son appartement ; commande des armoires pour enfermer la toile, etc. ; est mécontent de notre lingerie et voudrait une sous-maîtresse.

Mercredi 25 octobre

Etabli Girault, fontainier et piqueur, garde-magasin des matériaux.

Approuve une institution à cet effet de M. de La Touche ; est content de Fonvive, Desmon et Collier. Donnera à ce dernier un aide ; veut que l’on établisse des registres pour tout ce monde afin que leur comptabilité soit en règle.

Jeudi 26 octobre

M. Pilon n’est donc pas venu dîner. Il était en campagne.

M. Callet, nouveau maître d’écriture qui remplace Chalot, est arrivé hier. C’est le frère d’un commis de M. Dupont.

M. Dupont est mécontent de la comptabilité du sieur Simon.

Fini le travail du projet du règlement économique.

On porte dans la nouvelle bibliothèque des rayons de l’ancienne pour placer les livres classiques dans la chambre de l’ancien sous-bibliothécaire et ce qu’on pourra des vieux livres. À ce moyen, la salle des actes sera dans l’ancienne bibliothèque et de l’emplacement de la salle des actes seront faits des dortoirs de rechange.

Vendredi 27 octobre

M. Dupont a trouvé nos vins bons. Nous avons été dîner à Oyré.

  • 10 Tablier montant à manches.

M. Dupont veut faire quelque augmentation aux domestiques de peine et propose de leur donner un sarrau10 par an.

Samedi 28, Dimanche 29, Lundi 30 et Mardi 31 octobre

Néant.

Mercredi 1er novembre 1775

La Toussaint. Sermon par M. Porion.

M. Dupont a dîné aux Plantes avec MM. de La Touche, Jacquin, Chaubry, Ducan, d’Héral, de Barville.

Il me laisse sa lampe de bureau et sa chausse au café.

Ma femme est restée à souper à Saint-Jacques.

Jeudi 2 novembre

  • 11 Nom donné au séminaire de la Sainte-Famille. Cet établissement est fondé en 1633 par Claude Bernar (...)

Départ de M. Dupont pour Paris et de M. de La Touche pour Nantes à 6 heures 1/4 du matin. MM. du Boisgelin de Kerdu et de Florentin de Courcelle, élèves, partis cette nuit par le carosse de Paris, le premier pour le séminaire des 3311, le second pour l’École militaire qui l’enverra dans sa famille.

On accuse celui-ci d’avoir escamoté une quarantaine de sols au garçon de son dortoir. M. du Boisgelin avait environ 3 louis de ses parents dont il a régalé M. d’Héral et 2 autres écoliers de sa classe qui ont été le rejoindre à Foulletourte.

Vendredi 3 novembre

Ma femme et moi avons commencé hier à habiter Saint-Jacques.

Envoyé le sieur Le Monnier pour acheter des vins et grains du côté de Juigné et Brissac. Découvert un domestique qui a pris un chapeau d’élève. M. Lambert le renverra.

Samedi 4 novembre

Remis à M. Simon et au sieur Girault des copies de l’instruction pour le garde-magasin des travaux, place à laquelle M. Dupont a nommé ledit sieur Girault.

La charpente pour la couverture du bâtiment faisant suite aux infirmeries se posera lundi. On commence à creuser aujourd’hui les fondements de la clôture du potager haut que l’on va ajouter à Saint-Jacques.

Je n’ai pas vu M. d’Héral pour lui parler de l’étourderie de sa cavalcade de jeudi.

Dimanche 5 novembre

L’instruction par M. Lambert.

Notre 1er cuisinier (Renaud) est dangereusement malade.

Lundi 6 novembre

M. Pilon, parti hier après la grande messe, est revenu ce matin à 6 heures.

Bureau ordinaire. MM. du Hauthierray et Ducan absents. Il y a eu 4 délibérations :

1. État de caisse du receveur du mois d’octobre.

2. Sur la représentation de l’inspecteur du mauvais état du pont de communication du potager au parc du collège, il a été arrêté que ce pont, vu le danger, sera refait incessamment et en pierre pour plus de solidité.

L’inspecteur avait en même temps dit que la chapelle de Saint-Jacques était prête à recevoir sa décoration, qu’il y fallait un autel, qu’il y en avait un en marbre nuisible à la voûte de la chapelle collatérale au-dessous de la chaire de l’église. On n’a pas cru nécessaire de faire de délibération pour l’autoriser à faire transporter cet autel à Saint-Jacques. On est aussi convenu, sur sa demande, de déterminer quels saints il serait à propos de placer dans les 4 niches de cette chapelle : saint Jacques le Majeur, saint Jacques le Mineur, une Vierge et sainte Apolline.

3. Le principal a présenté l’état de la desserte de la chapelle pendant la dernière année classique qu’on a arrêté d’adresser au ministre. On est convenu de le féliciter sur sa promotion.

4. Le principal a remis l’inventaire des livres que le bibliothécaire a trouvé dans l’ancienne bibliothèque. Le total monte à 3 054, environ 1 200 volumes que le premier catalogue et 800 que le recensement annoncé par le sieur Macé en remettant ses clefs. Il a été arrêté que le sieur Guibert se chargera en recette de ces livres et qu’il les classera dans la nouvelle bibliothèque.

On n’a pas dissimulé le projet que l’on a de porter la salle des actes dans l’ancienne bibliothèque et de faire de l’autre partie des dortoirs de rechange. Tout cela a été vu de bon œil. Jamais les robins n’ont paru de meilleure composition.

Le prochain bureau au 20.

Le receveur a présenté un procès-verbal de l’expert de la nécessité de reconstruire la ferme de la Grange. On a remis à en faire la délibération jusqu’à ce qu’on ait un plan et un devis estimatif de cette reconstruction dont on est tombé d’accord, mais pour laquelle il faut l’autorisation du ministre.

On a lu un nouveau mémoire des curés de Parcé sur les moyens d’arrenter la dîme que le collège partage avec eux. Il n’a pas encore paru satisfaisant. On fera venir le fermier du collège et on l’entendra.

Mardi 7 novembre

Dîné hier chez M. de Vergor. M. du Hauthierray a dîné aujourd’hui à Saint-Jacques.

M. Lambert n’a pas voulu faire la lettre au ministre pour proposer des changements, que je ne la visse. Je lui ai remis l’état de messe pour les gratifications des sous-maîtres. Il a voulu aussi que j’en visse la répartition.

M. Pilon donne à souper à M. Maussan chez qui il est si bien.

Mercredi 8 novembre

M. Pilon donne à dîner au même M. Maussan. M. Lambert a dîné à l’institution et a invité les professeurs à déjeuner demain avant l’assemblée scolastique du mois. M. Pilon est allé ce soir en campagne.

  • 12 Chevalier de l’ordre de Saint-Louis fondé en 1696 par Louis XIV.

M. Le Gouz, major du régiment du Roi et cordon rouge12, est venu pour voir les jeunes Kerret, Bertrandy, de Blois et de Ségur de Cabanac. Il était à Saint-Jacques.

Donné à souper à M. Guichar des Fresnes.

On a trouvé dans les fondements que l’on fait pour séparer la cour de récréation du nouveau potager de Saint-Jacques les ossements de 2 cadavres.

Jeudi 9 novembre

M. Le Gouz a pris du chocolat à Saint-Jacques avec les 4 élèves ci-dessus. C’est un grand ami de M. de Timbrune.

Des domestiques de livrée du pensionnat ont jeté leur vin parce qu’il noircissait. M. Lambert a souhaité qu’on leur en donnât d’autre. Ils auraient mérité de l’eau pour un mois.

M. Jacquin m’a remis le projet de règlement économique.

  • 13 Sable caillouteux, d’origine fluviale.

Le sieur Salmon, homme d’affaires de M. de Clermont, est venu hier me parler pour que le collège pût contribuer au chemin à achever de Clermont à Gallerande. Ce seigneur ne demandait d’abord que de promettre de prendre du jard13 sur les terres de Créans.

Le sieur Le Monnier est de retour et a acheté environ 500 pièces de vin et 8 000 […] de froment.

Vendredi 10 novembre

M. Pilon est arrivé pour faire sa classe et il est reparti le soir.

M. Porion ne se trouva pas hier à l’assemblée chez le principal.

Samedi 11 novembre

Congé de Saint-Martin.

Bureau économique ; il a cru devoir écrire au nouveau ministre.

J’y ai rendu compte du succès des achats de vin blanc et de bled sur l’autre rive de la Loire. Le meilleur vin de 70 à 80 livres la pipe. Les froments superbes à 600 livres la fourniture de 252 boisseaux de 26 livres. Il y aura quelques frais de transport et de commission.

MM. les curés de Clermont et de Saint-Germain, le feudiste, M. de Barville et Mme de Ferdinand dînèrent hier à Saint-Jacques. Le facteur d’orgues d’Angers s’est présenté à son retour de Paris, où il a été pour voir M. Dupont qu’on lui a dit à La Flèche.

Dimanche 12 novembre

Point d’instruction. M. Durand est parti pour Angers.

M. d’Héral a dîné à Saint-Jacques et M. Boucher, chirurgien, y a soupé.

Lundi 13 novembre

Le fils de M. Guy est arrivé hier ; il vient à propos pour remplacer l’abbé Jouan qui part aujourd’hui pour le séminaire du Mans. M. Pilon est arrivé ce matin.

  • 14 Dans la marge : Picon.
  • 15 Dans la marge : Couët.

M. Noyelle a une amourette qui vient de faire quelque bruit par la jalousie bruyante du mari (procureur14) que le beau-père15 a secondé.

Mardi 14 novembre

M. Lambert désirait aller à Malicorne avec le jeune La Châtre ; nous y étions même invités ; mais le mauvais temps et un gros rhume que j’ai depuis 3 jours ont fait échouer cette partie.

La partie des auteurs grecs est plus complète dans l’ancienne bibliothèque que dans la nouvelle. On y trouve aussi en entier des saints Pères, contre l’assertion du sieur Macé. Riboutet donne un peu la main à notre bibliothécaire.

Mercredi 15 novembre

Mme de Lespervanche est morte hier à 9 heures du soir.

Ma femme est allée hier à la foire à Angers avec Mme de Ferdinand et MM. Jacquin et Dugas.

M. Jacquemard est arrivé ce soir.

Les marbriers sont ici et déplacent l’autel pour le reporter à Saint-Jacques. Un des côtés est à faire.

Jeudi 16 novembre

Service et enterrement de Mme de Lespervanche. Je n’y ai pas été invité. C’est par mon conseil qu’on y a invité la noblesse.

M. Chaubry a vendu aujourd’hui au fils de M. des Piltières sa charge d’avocat du Roi.

Il ne serait peut-être pas impossible que M. Bodin voulût vendre sa maison. Il y aurait aisément de quoi placer les bureaux du collège qui posséderait seul toute l’île.

Les fermiers généraux du collège ont apporté aujourd’hui le terme de leur bail.

Vendredi 17 novembre

Dîné chez le principal avec MM. Donjon, Jacquemard et le prieur de Clermont.

M. Pilon qui était parti avant-hier est revenu hier au soir.

Samedi 18 novembre

Ma femme est arrivée le soir avec Mme Ferdinand et M. Jacquin.

On attend M. l’intendant aujourd’hui ou demain.

M. le chevalier du Hauthierray a ici les parents de sa femme avec lesquels il est réconcilié.

Bureau économique. Il a accordé des acomptes pour l’enlèvement des grains et vins de la Loire. J’ai rendu compte des dispositions faites pour ces transports qui occuperont 3 bateaux. On a aussi commencé l’examen des articles du règlement économique.

M. Durand est de retour d’Angers.

Dimanche 19 novembre

L’instruction par M. Durand. Dîné chez le chevalier du Hauthierray avec ma femme et mon cousin Jacquin.

  • 16 L’épicier du collège se nomme Le Monnier. Sur ce naufrage, voir Service historique de l’armée de T (...)

Soupé et le principal chez M. Chaubry avec M. l’intendant que j’ai remercié de l’intérêt pris à mon affaire. Il m’a prié de faire voir demain le collège à MM. Desvieux ses neveux. Le navire l’Africain a échoué sur les côtes de Bretagne le 14. Il portait 25 caisses 1/2 de savon et 5 barriques de soude pour le compte de l’épicier du collège16.

Lundi 20 novembre

Départ de M. l’intendant après le déjeuner.

Bureau ordinaire. M. le curé et M. Busson n’y sont pas venus ; ce dernier est sérieusement malade. Il n’y a eu qu’une délibération pour enregistrer la nomination du fils de M. Guy à la place de l’abbé Jouan. Ce nouveau sous-maître prend ses inscriptions en logique.

J’ai communiqué une lettre de M. le marquis de Clermont qui désire que le collège coopère à la réparation du chemin de Clermont à Luché en passant par son château de Gallerande. Cette route a été commencée avec des fonds de charité. On a chargé l’expert de voir l’état de ce chemin et de ce en quoi le collège pourrait y être contribuable pour raison de ses possessions adjacentes, afin de pouvoir statuer sur la demande.

J’ai présenté une douzaine de bouts de mémoire des libraires et imprimeur certifiés par M. Hamelin des prix particuliers et généraux, des frais d’impression pendant l’année classique finie au mois d’octobre. Après avoir fait voir que M. Hamelin ne s’est conformé ni à l’ancien usage qui charge le principal, moyennant 400 livres d’une part et 300 d’une autre, de toutes ces dépenses ; ni aux nouvelles dispositions de l’arrêt du conseil du 25 mars dernier, malgré les notes que j’avais mises sur quelques-uns de ces papiers qui m’avaient été présentés avec ceux des fournisseurs pour les élèves ; j’ai proposé de faire un état de toutes ces dépenses qui ne montent pas tout à fait à 700 livres et d’en ordonner le paiement aux fournisseurs. Ce qu’on a approuvé.

On a lu ensuite une requête d’un des chantres de la chapelle (le nommé Oriard), nommé par délibération en 1765, que M. Hamelin a renvoyé et fait remplacer par un autre sans délibération. Cet homme réclame sa place. Cette infraction aux droits du bureau était trop marquée pour n’être pas sentie. Cependant, comme l’intrus est dans la bonne foi, on a chargé le principal de savoir les motifs qui ont pu obliger M. Hamelin à exclure l’ancien chantre et, s’il n’y avait pas de cause suffisante, il lui sera permis d’assister avec les autres au chœur et il remplacera le 1er qui viendra à manquer.

Le prochain bureau au 4 décembre.

Dîné chez M. Donjon avec MM. Lambert, Oudin, Jacquemard, Decheman, le vicaire et le prieur de Clermont.

Mardi 21 novembre

M. Jacquin a fini les états de journées et ceux de fournitures de bois. Il entame les mémoires du charpentier.

On a placé les poêles ; il a gelé assez fort.

On craint qu’il y a eu autrefois un cimetière à Saint-Jacques dans le lieu où l’on a trouvé 2 cadavres fort consommés. C’était vraisemblablement pour les pauvres pèlerins. Les riches et les desservants de l’hospice étaient enterrés dans la chapelle.

Il y a 8 jours que j’ai tout à fait évacuer les Plantes.

Je voudrais que non seulement Chalot mais encore Rouzé furent hors de nos infirmeries et du collège. Si quelques maîtres tombaient malades, on serait très embarrassé aux infirmeries et dans le collège. Je n’ai plus de place pour eux.

Il n’y a pas lieu d’espérer qu’on ait jamais le vin à meilleur marché que cette année. La fourniture de 252 boisseaux de 26 livres à 600 livres donne le boisseau de 30 à 55 sols. Mais le transport de la Loire à La Flèche l’augmentera de 2 sols. J’aurai soin que les acceptations du bureau économique soient suivant vos désirs et votre modèle.

Pris le nommé Boisnel à mon service. Il est des environs de Coutances.

Mercredi 22 novembre

Dîné chez le chevalier du Hauthierray avec ma femme et M. Jacquin.

Le sous-maître Péan que M. Lambert envoya samedi à Brissarthe pour suppléer M. Jacquemard est arrivé dès le lundi.

Jeudi 23 novembre

  • 17 Nicolas Lémery publie en 1698 son Traité (puis Dictionnaire) des drogues simples. L’ouvrage est ré (...)

M. le chevalier de La Peyrouze, oncle du jeune de Laforgue de Bellegarde, a remis le dictionnaire de Lémery17.

Tous les professeurs avec le principal, le curé et moi ont dîné chez le prieur de Clermont. Il y avait là, outre le docteur La Tour, M. Oudin, le curé de Saint-Germain, l’abbé Decheman, l’abbé Drouault et l’abbé Jacquemard. M. Pilon qui était parti après sa classe est revenu à 11 heures pour ce dîner.

Vendredi 24 novembre

On assure que l’abbé Macé est depuis plusieurs jours à Angers et qu’il a passé par La Flèche. Il ne s’y est pas fait connaître.

Donné à dîner à MM. et Mmes le chevalier du Hauthierray et de Belou, le prieur de Clermont, l’abbé Jacquemard, le principal et Mme Huger.

Samedi 25 novembre

Le sieur Salmon m’a parlé de l’affaire de son seigneur le marquis de Clermont pour le chemin à faire par le collège.

Donné un déjeuner-dîner à MM. et Mmes du Hauthierray et de Belou et l’abbé Porion. Querelle entre le laquais du chevalier et des soldats du Limousin et qui a empêché mes 4 premiers convives d’aller à Biré.

Point de bureau économique. Je n’étais pas dans mon cabinet au moment où ces messieurs se sont présentés.

Congé de Sainte-Catherine.

M. Jacquemard est retourné à sa cure.

Dimanche 26 novembre

Point d’instruction. Donné à dîner à M. Leleu, médecin.

Lundi 27 novembre

M. Couallier, avocat, est mort cette nuit en quelque sorte subitement. Le médecin Leleu l’avait empêché hier d’aller à la messe ; il crachait depuis quelque temps un sang purulent. C’est une perte pour le pays que celle d’un homme aussi intègre et désintéressé qu’il était instruit. Le collège doit à sa succession bien des consultations.

L’abbé Boucher a donné au dîner un fromage de Sainte-Colombe et des fruits secs de Tours. J’y ai ajouté 3 bouteilles de vin vieux et de l’eau de coing. M. Lambert était du dîner.

Le bibliothécaire m’a communiqué la lettre de M. Dupont concernant les livres doubles. Je lui ai indiqué la forme que je crois la meilleure pour effectuer cette vérification.

Mardi 28 novembre

Commencement de l’inoculation. Les 4 premiers élèves, après avoir été présentés au médecin, ont passé à Saint-Jacques où ils vont d’abord être préparés à l’opération. Congé à cause de la fête de jeudi.

  • 18 Le cordonnier se nomme François David.

Oblige la femme du cordonnier18 à aller demander excuse à M. Meslin qu’elle a insulté.

Mercredi 29 novembre

On apprend que M. de Boissimon est très malade d’une fièvre putride.

M. et Mme de Belou sont repartis. La belle madame de Fontenay n’a pas pu venir ici parce que son mari est en danger.

Renvoyé Paulin de Durtal.

Jeudi 30 novembre

Fête de Saint-André.

Donné une instruction et un registre au sieur Desroches pour faire la distribution des boucles aux élèves.

Donné à dîner à MM. Porion, d’Héral, Baraton, le chirurgien Boucher, et à souper audit sieur Baraton, à son frère et M. Gautier.

Hier, le sieur Mort, de Luché, fermier du collège, m’a déclaré que le collège perdrait plus de moitié s’il acceptait l’arrentement proposé par les curés.

Refusé de laisser passer des chevaux chargés de fagots par le taillis du bois aux Malades.

Vendredi 1er décembre 1775

M. Dupont-Ferdinand est arrivé et a amené son fils qui commence à faire des thèmes. Il me remettra pour être envoyé à M. Dupont un paquet de ses actes de baptême et de mariage.

Samedi 2 décembre

Le jeune Kersabiec a mal aux yeux, ce qui l’empêchera d’être inoculé dans ce moment-ci.

Bureau économique. On y a arrêté les observations sur le projet de règlement économique qui sera envoyé demain à M. Dupont. On en convenu qu’à l’avenir on s’assemblera les mercredis à 3 heures.

Dimanche 3 décembre

L’instruction par M. Duchesne.

M. de La Touche est arrivé le soir avec M. son frère. Ils logent à Saint-Jacques. M. Pilon est parti à 9 heures 1/2.

Lundi 4 décembre

M. Pilon est arrivé à 7 heures 3/4.

Bureau ordinaire d’administration. Le curé seul manquait. Il y a eu 3 délibérations :

  1. Bordereau de caisse du mois de novembre.
  2. Réception de la lettre de M. le comte de Saint-Germain qui nomme M. Noyelle à la chaire de 3e et M. Fariau à celle de 6e occupée par le premier.
  3. Autorisation de quelques réparations aux biens.

On a aussi lu et trouvé très gracieuse la réponse du ministre au compliment sur sa nomination.

On a rejeté, comme n’étant pas présentable pour la forme, une demande d’aumône du curé de Créans. On a reconnu qu’on ne pouvait pas se dispenser de concourir comme riverain avec M. le marquis de Clermont à la réponse du chemin de Clermont à Luché. On a arrêté l’état que l’inspecteur a présenté, ainsi qu’on en était convenu dans la dernière assemblée des dépenses, pour les prix pendant l’année classique et que M. Hamelin n’avait pas fait payer. Une lettre du fermier de la Dixmerie de Luché a démontré que l’offre des curés pour arrenter la part du collège était de plus de la moitié au-dessous de sa valeur. On ne se prêtera en conséquence qu’à un cautionnement. L’inspecteur a demandé d’abattre 4 ou 5 arbres morts du parc pour faire brouettes et civières.

Le prochain bureau au 18.

Donné à dîner M. et Mme Ferdinand et fils, à M. du Vergor et à MM. de La Touche.

Mardi 5 décembre

M. Lambert a donné à dîner à MM. de La Touche, le chevalier du Hauthierray, l’abbé Boucher et moi. Ma femme et M. Jacquin ont dîné chez M. du Vergor. Donné à souper à M. Dugas et MM. de La Touche.

Le fils de M. des Piltières est parti pour Paris dont MM. de La Touche prendront demain le chemin.

Mercredi 6 décembre

Dans la dernière assemblée du bureau d’administration, j’ai donné lecture de la lettre de Dessain junior sur la fourniture de livres faite par Barrois et que n’a pas laissé de ce dernier une idée aussi avantageuse qu’avait voulu en donner M. Hamelin.

Les professeurs ont donné à leurs frais pour la Saint-Nicolas un repas de corps au principal, au curé et à quelques autres personnes du nombre desquels j’étais et M. Jacquin. Ils m’avaient prié de permettre que cela se fît dans le collège et de se servir des gens et des meubles. Cela s’est très bien passé.

Arrivée d’une partie du vin de la Loire dans un bateau.

Le bureau économique se rassemblera après demain pour terminer les soumissions du vin et du froment.

M. Pilon est allé en campagne avec M. Maussan et le lieutenant général de Baugé qu’il avait hier au dîner. Les autres professeurs se sont régalés des restes de leur repas.

Vendredi 8 décembre

Fête de la Vierge.

Le bureau économique a examiné, comparé et calculé les prix des grains et des vins et a donné son avis d’acceptation des soumissions. Il a lu la réponse de M. Dupont et l’envoi des observations sur le projet de règlement économique, et il est d’avis que l’on demande un passeport pour exempter des droits d’aides que l’on exige à Angers sur les vins qui y passent pour le collège.

J’ai proposé de faire un abonnement avec le meunier pour les moutures pendant l’année 1776 à prix d’argent, attendu qu’il serait trop payé du 12e en nature, ne prenant les grains que dans le grenier.

Ma femme a donné à souper aux Meslin et Royer et régalé du concert des 2 enfants qui jouent de 5 instruments en même temps.

Samedi 9 décembre

M. Pilon est revenu ce matin et est reparti après sa classe du soir.

Permis au sieur Fonvive d’aller à Angers où un oncle de sa femme se meurt.

On a commencé cette semaine à donner au souper en gras autre chose que du rôti.

Dimanche 10 décembre

L’instruction par M. Boucher.

M. Porion a été faire un prône à Saint-Germain, dont les paroissiens sont révoltés contre leur curé qui en a fait mettre un en prison pour une bagatelle.

Lundi 11 décembre

M. Pilon est arrivé pour sa classe et M. Fonvive est aussi de retour.

  • 19 Christophe de Beaumont (1703-1781) est archevêque de Paris de 1746 à 1781.

M. Lambert m’a fait part de la lettre et de l’anonyme à M. l’archevêque de Paris19 sur le déplacement de l’autel de saint Régis. C’est vraisemblablement l’ouvrage de quelque directeur de nonnes qui a emprunté la main d’une de ses pénitentes. Quel qu’il soit, il n’est pas de bonne foi.

Mardi 12 décembre

Il gèle très ferme. M. Lambert a été un peu indisposé.

Mercredi 13 décembre

Dîné chez le curé avec son vicaire et M. Lambert.

Bureau économique. J’ai lu un petit mémoire sur l’avantage qu’il y aurait de payer 10 sous de mouturage par quintaux de froment au lieu de donner les 12es en nature. Il y aurait un tiers au moins de profit pour le collège. J’ai aussi présenté les soumissions à renouveler.

Jeudi 14 décembre

M. Chaubry est parti pour Tours. Il sera 8 jours absent.

M. Pilon est en campagne depuis hier jusqu’à demain matin.

M. Le Vicomte est ici ; la faculté va revisiter son fils.

Vendredi 15 décembre

Tout le monde est ici, comme ailleurs sans doute, dans l’attente des grands changements que l’on annonce. Les uns craignent, les autres espèrent. Ces derniers sont peut-être fous. On attend pour mercredi le nouveau préfet et le successeur de M. Noyelle. On assure que l’évêque d’Angers quitte son diocèse.

Samedi 16 décembre

  • 20 Du nom de Jean-Gaspard Aillaud, médecin qui mit au point cette poudre composée surtout de scammoné (...)

M. Lambert a pris médecine en secret, des poudres d’Aillaud20.

Assemblée du bureau particulier pour la réception de M. Le Vicomte que la faculté trouve bien et guéri de sa fistule. Cet enfant a été trouvé dans le cas d’entrer sans difficulté. Il mouche bien, voit à merveille. Il lui reste un peu de rougeur et de gonflement, mais sans douleur.

Dimanche 17 décembre

L’instruction par M. Durand.

M. de Boissimon est mieux. Il met son bien des Plantes en vente.

Lundi 18 décembre

Bureau d’administration ordinaire. M. l’ancien curé n’y est pas venu. Il y a 4 délibérations :

  1. Arrêté du compte du receveur de l’année 1774.
  2. Choix de M. de Lucé pour parapher le registre du receveur pour 1776.
  3. Lecture d’un mémoire du nouveau curé de Créans qui expose sa misère et celle de ses paroissiens et demande des secours. Arrêté qu’il en sera écrit au ministre.
  4. Concernant l’offre des curés de Parcé de se cantonner pour la dîme de la Minterie qu’ils ont en commun avec le collège, arrêté qu’on en rendra compte au ministère dont on demandera les ordres.
  • 21 M. Pochard.

J’ai lu le mémoire des anciens fermiers des bénéfices sur l’affaire des filières. M. Busson, à qui je l’ai remis, a bien voulu se charger de répondre. M. de Lucé s’est de son côté chargé de proposer à M. Galloys d’être l’avocat du collège. On verra aussi ce qu’il convient de donner à la veuve de M. Couallier pour les soins et travaux de son mari en ce genre. Enfin, on a pris lecture d’un mémoire du feudiste21 sur une convention de fiefs avec M. de La Rochelambert dans laquelle les droits du collège ne sont pas clairement fondés pour la totalité. On servira les anciens titres, les derniers jetant dans la confusion.

Le prochain bureau au 8 janvier 1776.

Mardi 19 décembre

M. Chaubry est de retour de Tours où l’on détruit, comme ici, l’École militaire et nombre d’autres établissements qui paraissaient bien solides.

Nos grains et nos vins sont sur la Loire ; les glaces les retarderont.

Mercredi 20 décembre

Bureau économique. J’y ai lu la réponse de M. Dupont au mémoire pour le meunier. Ces messieurs m’ont conseillé de lui adresser les pièces du procès et de le prier d’en charger l’avocat au conseil de l’hôtel. Cette affaire dans laquelle le collège ne peut pas être mis en cause l’intéresse, cependant à cause des tracasseries qu’il éprouve dans ses franchises.

Les carabiniers sont consternés de la réforme dont on les menace très fort.

Jeudi 21 décembre

Arrivée de M. Boitel, nouveau préfet d’études, et de M. Fariau, nouveau régent de 6e. Le courrier de Paris ne se rendit pas hier à Angers, d’où on n’a reçu que les lettres de Bretagne.

Dîné avec ma femme, mon cousin et le principal chez M. le chevalier du Hauthierray.

Vendredi 22 décembre

Dîné au collège avec les professeurs.

Les nouveaux arrivés ont fait visite à ma femme.

L’abbé Lambert m’a fait cadeau d’un pâté de Pantin.

Le docteur de La Tour est venu me faire son rapport de l’état du jeune de Lieuray, que je lui avais demandé par écrit.

Nos bateaux de grains et de vins arriveront pendant les fêtes, grâce au dégel.

Samedi 23 décembre

Nombre de lettres de Paris annoncent ici qu’au collège sera réunie l’École militaire.

Les carabiniers semblent ne plus douter de leur incorporation dans la cavalerie.

M. le Vicomte est retourné en Bretagne.

Je fis hier part à M. de Lorme de la réponse de M. Dupont à ses offres.

Dimanche 24 décembre

L’instruction par M. Durand.

  • 22 L’abbé Frappier.

M. Lambert a pris un sous-maître d’augmentation22 ; il m’a dit en avoir l’ordre de M. Dupont. Si on en prenait quelques-uns qui sussent écrire, on pourrait du moins à mesure qu’on augmente leur nombre, diminuer celui des commis dont il ne faudrait pas tant, s’ils n’étaient pas chargés des leçons d’écriture. J’ai été obligé pour placer les nouveaux venus d’envoyer loger chez eux Le Mercier et Poré.

Lundi 25 décembre

Le sermon par M. Porion.

L’abbé Dolbeau continue de se charger de toute la besogne pendant cette semaine fatigante pour laisser à son collègue le temps de se reconnaître.

Mardi 26 décembre

M. Porion est allé prêcher à Durtal.

Le nouveau sous-maître est un jeune parent de M. Donjon.

On dit que M. Pihery pense à acheter la lieutenance générale. Ce n’est vraisemblablement pour lui. Il est trop opulent pour prendre une charge laborieuse (M. Auvé m’a dit cette nouvelle, qui vient de ce que M. Dupont en a écrit à ce M. Pihery).

M. Busson, en attendant, rend un fonds 6 000 livres.

Mercredi 27 décembre

Les carabiniers ont reçu par un exprès la nouvelle agréable de la conservation de leur corps.

M. Porion est de retour.

Bureau économique afin de signer leurs avis sur les nouvelles soumissions pour 1776.

Jeudi 28 décembre

Les eaux de la rivière sont très hautes, ce qui a empêché nos bateaux de monter aujourd’hui.

Donné à dîner à MM. le chevalier du Hauthierray, Bordeaux, Lambert qui m’avait donné un pâté de Pantin, Boitel, Porion, Fariau, le curé et Boucher, chirurgien.

Vendredi 29 décembre

Mort du cuisinier Renaud à 4 heures 1/2 du soir, six ans juste depuis son arrivée.

Hifferman n’est pas sans danger. Son mal de gorge vient d’un coup de fleuret qu’il a fallu lui en retirer avec de grands efforts.

Samedi 30 décembre

La malheureuse veuve de Renaud était ce matin sans un liard, sans un morceau de pain pour elle et ses 4 petits enfants. Son mari avait des dettes quand il est venu, et il n’était pas économe.

Dubois, qui l’a remplacé pendant sa maladie, continue et il est aidé par le nommé Vasseur que j’avais pris en attendant.

Renaud a été enterré de 2e classe à 2 heures 1/2.

M. Le Mercier, étant dans son bureau, s’est senti secoué, a vu sa fenêtre se fermer et les portes de ses armoires s’ouvrir. Il était 10 heures du matin.

Dimanche 31 décembre

L’instruction par M. Boucher.

Hier, sur les 10 heures du matin, on a senti ici une secousse de tremblement de terre qui a duré environ 3 secondes. Beaucoup de personnes s’en sont aperçues, surtout les Carmes. Dans le collège, le sieur Le Mercier, qui travaille sous mon cabinet, vit les portes de ses armoires s’ouvrir et la fenêtre de son bureau se fermer, en même temps qu’il fut ébranlé. Il m’en fit part sur le champ, mais comme je ne m’étais aperçu de rien et que je ne vis point le baromètre et le thermomètre varier, je le traitai de visionnaire, mais il n’y a plus de doute aujourd’hui.

Lundi 1er janvier 1776

Il nous est arrivé vendredi une 8e sœur grise qui vient d’Alençon. Elle passe 40 ans, est franc-comtoise et se nomme Angélique Bassot.

Mardi 2 janvier

  • 23 Comme la Gazette de Leyde, la Gazette de Hollande appartient à cette presse étrangère publiée en f (...)

M. Boitel a commencé hier à être de garde : le jour était fatigant, n’y ayant point d’étude. La Gazette d’Hollande23 a rempli le pays de l’attente de la réforme de l’École militaire. On ne croit pas que M. Busson se défasse de sa charge qui est à vendre dans les Affiches. Il en veut 40 000 livres. Elle lui en a coûté 18 000. J’ai, je crois, un cousin conseiller en Corse à qui elle pourrait convenir.

Mercredi 3 janvier

Plusieurs lettres d’Angers annoncent que tous les grands vicaires ont envoyé à l’évêque leur démission absolue. Celui-ci a chargé l’abbé de La Brosse, ex-confrère des premiers, d’examiner une novice et une postulante.

Jeudi 4 janvier

Nos derniers bateaux de vin sont enfin arrivés ; mais comme ils ont été longtemps sur la rivière, les bateliers ont ajouté à plus d’un tonneau.

Vendredi 5 janvier

Une lettre d’un M. Dez, professeur à l’École militaire, que M. d’Héral a communiqué alarme grand nombre de ceux qui sont intéressés à sa conservation et à celle du collège. Elle annonce comme très fondés les bruits de la destruction de ces deux établissements.

Samedi 6 janvier

On a remis à demain le régal général des Rois.

Dimanche 7 janvier

L’instruction par M. Lambert. Régal des Rois.

Il est inconcevable combien les élèves sont devenus tranquilles et souples. M. Dolbeau tient le grand réfectoire et M. Boitel le petit. Il sent que le système de son confrère pour la conduite un peu sévère des élèves est nécessaire.

On dit M. de Poyanne exilé (M. Boucher, chirurgien).

Lundi 8 janvier

Bureau ordinaire. M. de La Barre n’a pas pu y venir. Il y a eu 5 délibérations :

  1. Bordereau de la recette et dépense faite par le receveur pendant le mois de décembre.
  2. Nomination et installation de M. Boitel pour second sous-principal préfet des études à payer du 1er novembre pour le dédommagement des frais de son voyage.
  3. Installation du sieur Fariau, régent de 6e, à payer du 21 décembre.
  4. Nomination du sieur Frappier pour sous-maître d’augmentation et second suppléant.
  5. Lettre de 3 des chapelains de Bellebranche qui annoncent que l’aliénation d’esprit du sieur Lemercier, 4e chapelain, est devenue incurable et demandent un autre confrère. Arrêté qu’on en rendra compte au ministre.

M. Busson a lu une réponse au mémoire des anciens fermiers généraux sur le curage des fossés et filières. Il en sera remis copie à l’inspecteur pour qu’il l’envoie à M. Dupont. M. de Lucé a rendu compte de sa demande auprès de M. Galloys qui a accepté d’être le conseil du collège et s’est chargé de l’affaire avec le curé de Saint-Germain. Le receveur a représenté les papiers qu’il a retiré de chez feu M. Couallier concernant la contention de fief avec M. de Sarcé mise en compromis il y a 7 ans. On va la terminer d’après ces pièces. M. Lambert a invité le bureau à une distribution de prix dans les classes et à en ordonner la dépense. On l’a laissé à sa prudence. Il lui a été aussi octroyé un congé d’étrennes à son choix.

Le prochain bureau au 22.

Mardi 9 janvier

On a souhaité la bonne fête à M. Lambert qui se nomme Guillaume. Cela s’est fait sans éclat. Il compte donner à dîner jeudi aux professeurs, aux administrateurs et à quelques amis : une tablée de 24 personnes.

Je dînai hier et M. Jacquin chez M. le curé avec les principaux moines de la ville.

M. Le Gonidec mande en latin, de Bretagne, à son fils qu’il a senti un mouvement dans la terre à 10 heures du matin le 30 décembre. On ne l’a senti à Corbeil qu’à près de 10 heures 3/4. La direction était donc du nord-ouest au sud-est et la vitesse de son mouvement moins de 2 lieues par minute.

M. Guibert n’a plus découvert de livre double qu’un Hérodote ; mais celui de l’ancienne bibliothèque est en mauvais état.

Mercredi 10 janvier

M. Lambert a placé aujourd’hui, jour de sa fête, le congé d’étrennes.

Bureau économique. J’y ai rendu compte de l’acceptation des soumissions nouvelles. Le reste du temps s’est passé en témoignages d’inquiétude de la part de ces messieurs sur le sort qu’on prépare à cet établissement et à l’École militaire. Il ne s’assembla pas il y a 8 jours parce que M. Chaubry était occupé ailleurs.

Jeudi 11 janvier

Grand dîner donné par M. Lambert. Il y avait 24 couverts remplis par la table de l’institution publique. Les administrateurs, excepté MM. de La Barberie et le vieux curé, MM. Donjon, M. le chevalier du Hauthierray, Bordeaux, le prieur de Clermont et Oudin, M. de Montaudin, Chaubry et de Baucé se sont excusés.

Tout s’est passé au mieux. M. Busson seulement rompit sa chaise en se berçant, ce qui occasionna des plaisanteries, des allusions sur le siège qu’il veut quitter en vendant sa charge.

Vendredi 12 janvier

On débite que M. de Théminin va succéder à M. de Grasse dans l’évêché d’Angers.

Samedi 13 janvier

M. Ducan fait une bonne acquisition. M. de Bordeaux lui vend sa terre de la Motte presque la moitié de sa valeur ; mais il s’en réserve la jouissance pendant sa vie, arrangement qui déplait au chevalier du Hauthierray.

Nos sœurs grises ont enfin leurs timbales dont elles sont bien contentes.

M. Jacquin a été dîner avec M. Boucher à Clermont.

Dimanche 14 janvier

L’instruction par M. Moyelle.

Il gèle très ferme, mais heureusement la terre est couverte de neige.

Lundi 15 janvier

  • 24 L’incendie du Palais de Justice de Paris a lieu le 12 janvier 1776.

Le courrier n’est arrivé qu’à 3 heures après midi. Quelques lettres annoncent l’incendie du Palais24 comme plus funeste que ne fut celui de l’Hôtel-Dieu.

Mardi 16 janvier

Les carabiniers sont désolés. On leur mande que leur corps sera formé en 2 régiments ordinaires de carabiniers.

M. Lambert fait, depuis l’arrivée du courrier, travailler à l’expédition de ses notes.

On m’a amené ce soir la prétendue sauvage. C’est une petite femme couverte des haillons les plus vils qui est au contrefait l’imbécile, marmote bas quelques mots allemands parmi du languedocien et du français.

Mercredi 17 janvier

Deux Bénédictins, qui ont dîné chez le prieur de Clermont, lui ont dit que leur visiteur avait écrit de Paris à leur prieur à Angers que M. le comte de Saint-Germain sortait de chez eux et leur avait demandé s’ils pourraient prendre 300 élèves en pension dans leurs différentes maisons, et combien dans chacune pour compléter ce nombre. Ils doivent rendre réponse lundi prochain. Ils ont place à Pontlevoy pour 100. Ce religieux paraissait ne vouloir accepter qu’à condition qu’il leur sera permis de prendre des novices à 16 ans et que les élèves n’auront pas 10 ans. On ajoute que le ministre leur offre 700 livres par élève et par lit.

Jeudi 18 janvier

Dîné chez Mme Desbois.

Hier, bureau économique dans lequel nous ne nous sommes occupés que des inquiétudes dans lesquelles jette l’attente des réformes dont on nous menace.

M. Baraton est indisposé, mais faute de place à l’infirmerie des maîtres, il reste dans sa chambre : heureusement, c’est peu de chose. Son frère est aussi dans un état de malaise et le principal a des coliques qui le font souffrir.

Vendredi 19 janvier

On débite que M. le comte de Saint-Germain a fait dire à M. Dupont qu’il ne pourrait pas de sitôt travailler avec lui et qu’il avait avant les ordres du Roi à recevoir. Je ne sais pas de qui vient cette nouvelle. On en fait tant !

M. Lambert m’a communiqué ce que lui marque M. Dupont. Cela cadre un peu avec ce que les 2 Bénédictins ont dit mercredi. Ces nouvelles l’ébranlent. Nous sommes convenus de n’en pas parler.

Samedi 20 janvier

M. Dolbeau a la grippe ; il garde sa chambre où il prend force tisane.

Je suis obligé de faire rompre tous les soirs la glace des fossés autour de Saint-Jacques. Voilà une gelée qui brèche à notre bûcher.

Congé de Saint-Sébastien.

Dimanche 21 janvier

L’instruction par M. Duchesne.

Le courrier est arrivé à la nuit. Le temps s’est un peu détendu.

La nouvelle des Bénédictins se répand et inquiète.

Lundi 22 janvier

Bureau ordinaire. Le curé ne s’y est pas trouvé. Il n’y a eu qu’une délibération. Le sieur Simon, architecte, a présenté un mémoire pour obtenir le remboursement de 150 livres dépensées en différents voyages faits pour le rétablissement du moulin de Pont-Guéret. Sa demande a été trouvée juste ; mais comme le sieur Basteau, expert, est hors d’état d’aller en campagne et que l’architecte y a déjà été plusieurs fois, on a arrêté que le mémoire du sieur Simon serait adressé au ministre pour être autorisé à le faire payer et qu’il serait supplié d’approuver la répartition des 600 livres de l’expert, savoir 400 au sieur Simon qui en remplirait à l’avenir les fonctions et 200 de retraite au sieur Basteau.

Le prochain bureau au 5 février.

Le courrier n’est arrivé que sur les 3 heures du soir. D’après les lettres qu’il a apportées, M. Lambert et moi avons été trouver chacun de notre côté les différentes personnes qu’il était important de voir. On s’est rassemblé la plupart chez le principal ; M. Busson même y est venu ; et on a convoqué un bureau extraordinaire pour demain.

Mardi 23 janvier

L’abattement et la consternation sont très grands non seulement dans le collège, mais même dans presque toute la ville. Le prieur de Clermont qui se trouvait hier en ville rassemble aujourd’hui les curés du Maine, ses voisins, pour avoir une attestation sur la situation du collège. M. Donjon fait de son côté la même chose. Tous les corps vont écrire au ministre. Chacun y met un vif intérêt. La ville doit aussi écrire à l’intendant.

Le bureau s’est assemblé à 9 heures 1/2 du matin. M. Busson était d’avis qu’on députât quelqu’un. Il y en avait qui voulaient qu’on écrivît à l’évêque lui-même. On s’est borné à arrêter, qu’informé par les Bénédictins eux-mêmes de la destruction et dispersion du collège dans les leurs et cela attendu la mauvaise conduite imputée à celui-ci, il en serait écrit au ministère pour détruire la calomnie et le supplier de conserver cet établissement dont la perte entraîne celle de la ville et du pays. Le vieux curé s’est trouvé à cette séance extraordinaire, mais qui a été touchante par la tristesse et l’indignation de ceux qui la composaient.

Nos infirmeries regorgent de malades point alarmants.

M. de Boisgelin annonce la dispersion des élèves de La Flèche chez les Bénédictins, la translation de l’École militaire dans cette ville et dit savoir de bonne part que l’édit paraîtra le 4 février.

Mercredi 24 janvier

Dans l’assemblée du clergé et des curés voisins, il y a eu de ceux-ci à qui la crainte de la destruction du collège a arraché des larmes. Il y a eu dans quelques compagnies des sorties fort vives de gens bien intentionnés contre les gazetiers anonymes de La Flèche. M. Ducan a fort malmené à cette occasion et pour ses propos le docteur La Tour.

Quelques membres du présidial ont trouvé mauvais que M. Busson ait mis dans la lettre de ce corps, et s’il y a des abus. Il s’est cependant expliqué de manière à les apaiser en leur disant que ce n’était qu’une supposition dans laquelle il ne faudrait encore que corriger et non détruire.

Bureau économique. Le sieur Le Monnier a présenté sa soumission pour les épiceries qui sera examinée par chacun en particulier.

Quelques lettres ont encore augmenté les alarmes.

Jeudi 25 janvier

Le présidial a écrit au procureur général du parlement. La ville a écrit à l’intendant. Il y a eu aussi des particuliers qui ont écrit. On assure que l’abbé Boucher et l’abbé Le Royer ont chacun écrit à M. de Saint-Germain. Il y a sans doute de l’excès dans les mouvements qui se sont donnés ; il y avait aussi bien des gens qui avaient perdu la tête.

Les Visitandines ont fait des prières et consigné les Bénédictins à leur porte.

Le froid est si rigoureux que le sieur Boucher différera de faire l’opération de l’inoculation à de nouveaux élèves.

Dîné chez M. Ducan avec M. Jacquin, etc.

Vendredi 26 janvier

Dîné seul chez le chevalier du Hauthierray.

M. Dolbeau est guéri de sa grippe ; il a encore un peu de torticolis.

La poste n’est arrivée qu’à midi. M. Lambert m’a communiqué des nouvelles consolantes et en a fait part à tout le monde. L’espoir en renaissant a diminué la consternation.

  • 25 Il est étonnant que Dupont de La Motte ne fasse pas état de l’entrevue accordée par la reine au du (...)

Deux lettres de Versailles ont en même temps confirmé ce qu’un tanneur avait rapporté la veille d’Amboise, que M. le duc de Choiseul est entré au conseil et que Mme la duchesse est dame de la Reine. Cet événement agréable a fait dire que notre créateur pourrait devenir notre libérateur sauveur25.

Samedi 27 janvier

Le thermomètre était ce matin aussi bas qu’en 1740.

On a porté Dieu à minuit au portier du pensionnat qui s’est trouvé subitement en très grand danger dans sa chambre.

J’ai dit à M. Jacquin que M. Dupont ne pouvait pas dans ce moment s’occuper de ses affaires.

Le feu a pris à midi chez l’abbé Le Royer dans une cheminée qui a crevé, et aurait réduit la maison en cendres si les carabiniers accourus ne s’étaient pas trouvés sur la place pour étouffer le feu dès son commencement.

M. Chaubry me sollicite fort d’acheter la charge de lieutenant général. Je lui ai dit plusieurs fois que ma fortune, mes connaissances et peut-être ma place ne me le permettent pas.

Dimanche 28 janvier

L’instruction par Christophe.

Le froid a encore augmenté. Il n’est plus possible de rompre la glace des fossés de Saint-Jacques. Aussi nous a-t-on volé des légumes pendant la nuit.

Lundi 29 janvier

J’avais caché les mauvaises nouvelles que j’avais reçues, mais M. Maltor a écrit à M. Benières, M. Roulleau à M. Pihery, etc. d’une façon alarmante. L’après-midi, M. Chaubry a reçu une anonyme sous l’enveloppe de M. Simon qui annonce que le ministre renverra à l’archevêque de Toulouse toutes les lettres des corps de La Flèche, que celui-ci n’écoute qu’Hamelin et Macé ; qu’il demande une gratification pour ce dernier ; que ces témoignages paraîtront mendiés surtout ceux du présidial dont le président et le procureur du Roi ont décrié le collège ; que M. Dupont ne gagnera rien ; que la ville doit se retourner vers le parlement et le collège revenir à la charge auprès du ministre. L’alarme a été bientôt répandue partout.

Mardi 30 janvier

  • 26 M. Loménie de Brienne, comte de Brienne et archevêque de Toulouse.

M. Ducan apprit hier à M. Busson les nouveaux sujets d’inquiétude et celui-ci a envoyé ce matin convoquer le bureau à 10 heures. M. de Lucé était en campagne comme à la dernière fois. On voulait députer le présidial qui ne s’est pas rendue à cette idée peu réfléchie ; on est convenu de récrire seulement au ministre et de le prier d’envoyer quelqu’un pour informer de ce qui s’est passé et de l’état actuel. M. Busson voulait qu’on écrive à M. de Brienne26 : cet avis n’a pas prévalu.

Les corps se sont assemblés. On récrira au procureur général et on s’adressera au chancelier, au conseil de Monsieur.

On a chargé le principal d’écrire avec les professeurs à l’université pour réclamer sa protection et l’envoi d’un commissaire qui, par son examen, rende justice au corps académique.

On est dans la ville en mouvement pour former une députation de MM. Chaubry et Donjon. Je doute que cela s’exécute.

M. Jacquin a soupé chez Mlle Massé.

Le froid augmente toujours ; il était cette nuit à 13 degrés.

Voici la lettre du bureau au ministre.

M. Chaubry a été surpris que je connaisse la phrase insidieuse du président dans la lettre du présidial.

Mercredi 31 janvier

On sait que M. Busson a écrit à l’évêque d’Angers ; il est difficile de croire que ce soit en bien.

Les employés, les officiers de la maison ne me parlent plus que la larme à l’œil et me disant : «  Que deviendrons-nous ? »

Il paraît que l’idée d’une députation prend de plus en plus et qu’elle pourra avoir lieu.

Jeudi 1er février 1776

Le temps s’est adouci ; mais la grippe est toujours aussi répandue. Il y a dans le collège plus de personnes qui en sont prises, qu’il n’y en a déjà à nos infirmeries. Tout semble nous contrarier et rendre plus tristes et plus pénibles les derniers jours de notre existence.

  • 27 C’est du 1er février que date la déclaration du roi supprimant l’École militaire et le collège mil (...)

Si les nouvelles ne sont pas favorables demain matin27, la députation aura lieu. Ce sera MM. Chaubry et Pihery qui partiront. On en a éloigné M. Busson. Celui-ci vient de faire un trait de son métier à M. Ducan et au curé de Saint-Germain au sujet du sieur Macé. Donné à dîner à M. et Mme Chaubry, M. Ducan, chevalier du Hauthierray, Lambert, Boitel, Porion, Noyelle, Boucher.

Vendredi 2 février

La chandeleur.

On ne doute plus de la destruction de ce collège. La perspective fâcheuse de nombre d’individus m’empêche de sentir l’étroit de la mienne. On va voir au loin de la misère des gens qu’on disait enrichis de malversations. Ce témoignage ne sera pas suspect. Enfin MM. Chaubry et Pihery partiront demain après-midi pour Paris afin de travailler à conserver quelques débris de leur collège.

M. le chevalier du Hauthierray et Mme partent demain pour Gervaise. Ma voiture les mène au Mans.

M. Busson veut persuader à la ville d’offrir le collège aux Bénédictins.

Dîné chez le chevalier du Hauthierray avec Ducan et Chaubry.

Samedi 3 février

Le bibliothécaire doit faire partir demain et adresser à M. Dupont les 2 ouvrages doubles qui doivent être rendus à Barrois.

MM. Pihery et Chaubry sont partis à 3 heures. Ce n’est que vers midi que ce départ a été assuré. Busson travaillait sourdement à l’empêcher ou à être lui-même député. Peut-être ce voyage ne sera-t-il pas généralement approuvé de la commune. M. Ducan est fort trembleur dans tout ceci.

Dimanche 4 février

L’instruction par l’abbé Boucher.

D’abondance le lieutenant général et sa clique s’est donné tous les mouvements possibles pour faire désapprouver par les différents corps et communautés le départ de MM. Chaubry et Pihery. On a, à l’anglaise, défrayé des ivrognes qui ont clabaudé dans les cabarets. Il y avait un grand dîner qui a été chaud par les propos et où les Dupont n’ont pas été ménagés. Mais le feu qui a pris dans sa cuisine a fait diversion.

Différents corps plus sensés, tels que la noblesse, les chirurgiens, n’ont pas été convoqués. Il ne voulait pas de la canaille et M. Ducan l’a cru bonnement dans ses convocations.

Lundi 5 février

Bureau ordinaire à 8 heures du matin. M. le curé absent. Il y a eu 3 délibérations :

  1. Bordereau de caisse du receveur pour le mois de janvier.
  2. Ouverture d’un paquet contenant une lettre du sieur Macé, accompagnée d’une consultation imprimée de 4 avocats qui décident qu’on devait lui payer ses appointements pour le temps des vacances, quoique sorti au 1er août. Arrêté que l’une et l’autre seront envoyées au ministre pour être autorisé à payer les mois d’août et septembre à cet ex-professeur, s’il le juge à propos.
  3. Nomination de Noël Boizard pour chantre à la place de Jacques Bonnat. Ce nouveau chantre est celui que M. Hamelin avait substitué de son autorité et sans en parler au bureau au nommé Oriard qu’il avait éloigné et qui va reprendre sa place. Le prochain bureau au 19.

L’assemblée de la commune, malgré les intrigues et à la pluralité, approuve la députation et les députés. Les délibérations les plus ridicules sont émanées de la plupart de ces corps. Plusieurs lettres reçues et entre autres de l’évêque au curé et de M. Roulleau à M. Pihery ont répandu la joie en annonçant que le collège et les élèves seraient conservés, qu’il n’y aura que des réformes. J’ai été chez M. Pihery voir cette lettre.

Mardi 6 février

M. Busson soutint avant-hier au présidial que j’étais parti pour me joindre aux députés. Dîné et M. Jacquin chez M. de Bordeaux avec Le Bret père, Lambert, Beaufils, sieurs Lamere et Le Bret fils.

Les inventaires ont été faits au commencement de janvier.

Je suis bien reconnaissant des 2 pièces de vin de Margaux, mais qu’en ai-je besoin si le pensionnat est détruit ?

On n’a pas repris la suite des constructions cessées à cause de la gelée. Il m’a pris un rhume de cerveau qui me rend hébété.

J’en ai bien encore du café : je voudrais que Rozay pût m’en vendre quelque 1 000 livres.

Mercredi 7 février

Bureau économique entre M. Ducan et moi. Nous attendrons le retour de M. Chaubry pour accepter la soumission des épiceries.

Jeudi 8 février

On se persuade aisément ce qu’on désire. Il n’y a personne qui, après les lettres de lundi, ne regarde la conservation du pensionnat comme assurée, quoique l’on soit accoutumé à recevoir souvent de fausses nouvelles.

On a repris l’inoculation que le froid avait suspendu. Il meurt beaucoup de monde en ville.

Vendredi 9 février

Jour malheureux à jamais. Indépendamment des lettres que M. Lambert et mois avons reçues, M. de Fontette et M. le comte de La Châtre ont annoncé à M. Ducan la destruction de ce pensionnat. MM. Pihery et Chaubry n’ont encore pas écrit chez eux et on n’a pas encore l’édit. Le collège était en larmes ce matin.

Le rhume m’a donné de la fièvre toutes les trois nuits passées.

Samedi 10 février

J’ai contremandé les différentes demandes au commencement du mois dernier et qui ne sont pas expédiées et j’ai dit aux maîtres ouvriers de ne garder que les aides dont ils peuvent avoir besoin pour l’entretien.

J’ai conseillé à M. Ducan d’agir pour faire demander par Monsieur que les élèves de son apanage restent en pension au collège aux mêmes prix et conditions que les autres seront donnés aux moines.

Fonvive et Baraton sont malades dans leurs chambres, faute de place aux infirmeries.

Dimanche 11 février

L’instruction par l’abbé Boucher.

La supérieure des infirmeries est malade. Il nous mourut hier très promptement une relaveuse. La nouvelle de notre destruction a causé des révolutions qui abrègeront les jours de plus d’un individu qu’elle met sans ressource.

Busson et Lucé calculent déjà ce que leur vaudra l’inventaire de nos meubles s’ils en sont chargés.

Lundi 12 février

L’exemplaire que j’ai eu de la déclaration qui nous anéantit serait le seul parvenu à La Flèche sans le zèle du sieur Macé qui en a adressé un à son procureur.

Mort d’un de nos garçons de cuisine.

Mardi 13 février

La rougeole se répand parmi nos élèves. Il paraît que les suites n’en seront pas fâcheuses. Un des inoculés l’a.

Il a dû passer avant-hier deux députés d’Angers pour solliciter une portion au moins du démembrement de ce collège et peut-être une division.

Mercredi 14 février

Macé vient d’écrire qu’il sera ici dans 15 jours.

La rougeole devient épidémique en ville comme au collège. La grippe a cessé ; elle a emporté du monde.

Jeudi 15 février

  • 28 La Lorraine comprend les duchés de Bar et de Lorraine rattachés à la France en 1766 à la mort de S (...)

Je ne sais quel religieux a annoncé qu’il y aurait en Lorraine et dans les évêchés28, 3 bandes d’élèves et que les Philippins avaient conclu ce marché. D’un autre côté, les Bénédictins débitent qu’il leur en a été adjugé 300.

Vendredi 16 février

  • 29 Arrivé le 1er mars 1776, Bernes est le dernier élève inscrit à La Flèche.

Arrivée de 2 élèves : MM. de Chaumontel et de Perrache d’Ampus. Voilà sans doute les derniers, à moins que le jeune de Bernes ne nous vienne encore29. Cela nous fait 344 effectifs. L’eau a remonté dans nos caves ; mais point aux infirmeries.

Samedi 17 février

Busson montre une lettre de Macé qui lui mande que le prélat a reçu fort mal les députés. A reproché à M. Chaubry que sa complaisance pour les députés avait perdu le collège et à M. Pihery qu’il a été jés… Ces grossièretés font plaisir à notre magistrat.

On a volé nuitamment en ville du vin dans des caves et des barres de fenêtres.

Les carabiniers ont commis auprès de Vendôme des viols, des assassinats. Ce corps est toujours dans une incertitude inquiète sur son sort.

Dimanche 18 février

M. Durand a fait l’instruction.

Les Bénédictins qui ont passé ici ont dit que leur ordre n’acceptera pas d’envoyer ici du monde pour tenir le collège, à moins qu’on ne leur en donnât les biens, ce qu’ils n’espèrent pas que l’on fasse.

Lundi 19 février

Dîner et souper chez Meslin.

Bureau ordinaire où tout le monde était. Il y a eu 4 délibérations :

  1. Présentation du compte du receveur pour l’année 1775.
  2. Pouvoir audit receveur de faire faire des réparations aux fermes.
  3. Pouvoir au même de faire vérifier par expert s’il est plus avantageux de mettre en terres labourables que de laisser en vignes 2 quartiers dans le Monlevaux.
  4. Demande par le sieur Pochard, feudiste, d’honoraires pour avoir examiné et extrait aux archives des titres concernant la mouvance de plusieurs objets contestés au collège par différents seigneurs. Il y sera fait droit sur le mémoire détaillé qu’il présentera. Bureau ordinaire au lundi 4 mars.
  • 30 Le Bon Angevin, ou l’hommage du cœur (1775) est une comédie de Jean-Marie Collot, dit Collot d’Her (...)

Nos magistrats ont dit que ce serait vraisemblablement la dernière assemblée. Ils ont ensuite parlé de la députation de la ville d’Angers et de ce qu’elle cherche toutes les occasions de ruiner La Flèche. À cette occasion, j’ai rapporté ce que j’avais lu dans le Bon Angevin30 en disant à M. de Lucé que, sans doute, il ne l’avait pas su, puisqu’il n’avait pas réclamé contre une pareille calomnie. Il a dit qu’il allait faire des informations.

Mardi 20 février

Soupé chez M. Le Royer.

On demande au curé l’extrait des élèves morts depuis 1764.

Les dernières nouvelles des députés conservent l’espérance d’un établissement considérable d’éducation.

L’abbé Dubois, sous-maître de pension de Paris, est ici pour emmener sa sœur. M. Jacquin se dispose à retourner après-demain dans la capitale, sa présence n’étant plus nécessaire ici.

Couru hier les marchés avec MM. Meslin, Longrais et Jacquin. Idem aujourd’hui avec les mêmes, ma femme et celle de Meslin.

Mercredi 21 février

Donné à dîner d’un grand brochet, cadeau de M. des Piltières, à la maison Le Royer et Meslin, et à MM. Porion et Gautier.

On a été demander au prieur de Clermont s’il était vrai que j’envoyasse de nuit mes effets chez lui ? Je n’ai cependant rien dérangé encore de ce qui peut être à moi et j’ai fait fermer et remettre à M. Lambert les clefs de la porte du faubourg du parc, aussitôt que j’ai eu connaissance de la déclaration de destruction de cet établissement.

Jeudi 22 février

M. Jacquin est parti ce matin pour Paris sur un cheval de louage que lui a cédé l’abbé Dubois. Comme c’est la 1re fois qu’il voyage ainsi, le chirurgien Boucher l’a accompagné jusqu’à la dînée.

Le maire a écrit à M. le comte de La Châtre au sujet du Bon Angevin.

Vendredi 23 février

M. Lambert fait la visite des classes.

Le bulletin de Macé à Busson que celui-ci a offert de publier ici a dit le faux et l’évêque d’Angers ne s’est pas conduit indécemment avec les députés fléchois. Ceux-ci pourraient en prendre occasion de détromper le prélat, s’il était possible qu’il le soit.

Il court, dit-on en ville, un mémoire contre M. Chaubry. Ce n’est peut-être que le bulletin, j’en ai une copie.

M. Simon est malade ; il continue cependant l’inventaire préparatoire de nos matériaux. On débite qu’il y aura 2 ou 3 inspecteurs des pensionnats où les élèves seront placés. On me donne une de ces places d’ambulants, médiateurs entre les parents et les moines.

Demandé au curé permission de faire gras.

Samedi 24 février

La sœur Nicole a reçu l’ordre de faire partir deux de ses assistantes, l’une pour Angers, l’autre pour Tours. Elles ne resteront que 6 jusqu’à nouvel ordre.

L’abbé Odiau est allé chez lui. Il ne reviendra pas si sa mère qui est en danger meurt. Ce n’est plus à Clermont que j’ai envoyé des meubles, mais chez M. le chevalier du Hauthierray. Je présume que cette calomnie sera encore mandée à Paris.

L’abbé Le Royer avait écrit depuis peu à son évêque et à M. le comte de Saint-Germain pour obtenir les élèves dans sa pension. Ce ministre lui a répondu que ses dispositions étaient faites.

On mande d’Angers que l’évêque d’Angers a 800 000 livres de dettes, que ses revenus sont ou vont être saisis et qu’il sera réduit à 10 000.

Averti ce soir que le mur de la buanderie à l’ouest était en partie percé ; j’y ai été. Il y a quelques pierres ôtées du pied auprès de la bonde qui ont été mises pour passer le ruisseau qui s’y forme dans ce temps-ci.

Dimanche 25 février

L’instruction par M. Boitel. C’est son début ici ; on en a été content.

  • 31 Fille d’un magistrat du présidial, Rose-Catherine Le Boucher est décédée le 25 février à l’âge de (...)
  • 32 René-Gabriel Houssais, avocat en la sénéchaussée et siège présidial de La Flèche est décédé à l’âg (...)

Mort de Mlle Le Boucher d’une indigestion31. Mort de M. La Houssaye père32.

On dit qu’il y a des gens chargés d’examiner si l’on sort des effets du collège (M. Lambert m’a dit qu’il croyait que M. Galloys avait cette commission). On débite toujours que j’en envoie des charretées chez le chevalier du Hauthierray et, qu’entre autres, il y est allé un coffre si lourd qu’à peine huit hommes pouvaient le descendre du chariot. J’ai prié M. Lambert de se charger à l’avenir des clefs de nuit. Elles seront remises au sous-principal qui loge toujours au vieux collège. Je ne conçois pas une méchanceté si maladroite et dont la fausseté est si facile à prouver.

Lundi 26 février

C’est M. de Contades à qui M. l’évêque doit cent mille livres, qui en poursuit le paiement. M. Lambert m’a communiqué un mot de nouvelles ; mais nous ne savons pas les noms des commissaires honnêtes gens qui inventorient à l’École militaire où on annonce que les gardes du corps seront logés.

M. Lambert voudrait que je portasse plainte contre les propos que l’on fait courir de la soustraction des meubles. Je le ferais si je savais sûrement qui les répand.

Mardi 27 février

M. de Barville va passer un mois chez lui.

MM. Busson et Lucé sont en campagne ; partant, relâche de mémoire.

Nous allons faire partir le jeune de Lieuray pour Paris. La famille demande l’exécution de l’ordre du Roi à son égard.

On appelle ici les perdants les gens du collège et ceux qui y tiennent par quelqu’endroit.

Mercredi 28 février

M. de Boitel a une querelle avec l’abbé Le Royer dans laquelle MM. Pilon et Benières se sont mêlés ; il a chassé un rhétoricien qui, pendant le catéchisme, s’est conduit indécemment et a causé du trouble et il ne veut pas qu’il rentre qu’il n’ait reçu le fouet.

Jeudi 29 février

Départ de la sœur Marie pour Angers. Faute de voiture pour Tours, l’autre sœur ne quittera l’infirmerie qu’à la huitaine. M. de La Tour a laissé nos infirmeries depuis samedi, quoique nous ayons, outre Hifferman, 2 élèves sérieusement malades.

MM. Busson et de Lucé, qui étaient revenus hier de verbaliser à Précigné, sont repartis pour Turbilly dont le seigneur est mort à Paris. Les propos tombent pendant ces absences. Tels des corbeaux occupés sur un cadavre laissent respirer d’innocents oiseaux qu’ils poursuivaient.

Vendredi 1er mars 1776

La terre de Turbilly vaut 10 000 livres de rentes ; le receveur dit 13 à 14. Il y a de bonnes terres à froment, beaucoup de prairies susceptibles d’amélioration, point de vignes, un peu de bois et force landes dans lesquelles on pourrait semer des taillis qui y profiteraient mieux que les défrichements. Le château est antique, a du logement ; les murs en sont bons, un peu trop dans l’eau. C’est une seigneurie gracieuse et où M. et Mme de Turbilly auraient pu vivre avec agrément si la coquetterie et l’ambition le leur eussent permis. M. Pihery en avait autrefois envie.

Samedi 2 mars

Hifferman lutte encore : il est édifiant et courageux. Dubois est malade chez sa femme qui ne se porte pas elle-même fort bien. L’avenir effraye et fait perdre la tête à ces malheureux.

On a indisposé les sœurs contre le chirurgien Boucher en leur rapportant qu’il se réjouissait en ville qu’elles s’en fussent d’ici. Comme s’il ne partageait pas lui-même cette destruction ! Elles ont été cependant affectées de ce propos insensé.

J’ai l’arrêt de 11 février concernant l’inventaire des biens et effets de l’École militaire. On en conclut que vous viendrez ici avec un des 3 commissaires qui deviendront administrateurs et que vous ferez le 4e.

Donné à dîner à M. Boitel.

Dimanche 3 mars

L’instruction par M. Boucher.

  • 33 Dupont de La Motte se trompe : 14 sépultures sont inscrites sur le registre paroissial en janvier (...)

M. Hifferman est mort à 2 heures 1/2 de l’après-midi. La faculté le croyait mieux le matin. Ce n’est pas seulement dans le collège qu’on meurt tous les jours ; il y a en ville de 3 à 6 enterrements33.

Donné à dîner gras à MM. Porion, Noyelle et Gautier.

Lundi 4 mars

Bureau ordinaire. M. le curé n’y est pas venu et MM. Busson et Lucé y ont assisté en bottes et prêts à retourner à Turbilly. Ils n’ont pas voulu perdre leur bougie. Une délibération pour constater la présentation du bordereau de caisse du receveur pour le mois de février. Le sieur Pochard, feudiste, demande 150 livres pour tous ses travaux et voyages. Cette somme n’a pas paru trop forte et on demandera l’autorisation du ministre pour le payer. M. Busson voulait qu’on l’allouât sur le champ. On a dit au receveur de mettre à l’enchère les vignes de Monlevaux dont le bail expire dans un an.

La prochaine assemblée au 18.

  • 34 L’inventaire après décès n’a pas été retrouvé. Mais sa sépulture est enregistrée à La Flèche ; il (...)

J’ai fait inventorier les effets d’Hifferman (il a été enterré dans le caveau) par le notaire Lespine qui s’en est chargé34. Sa mère est à Paris. Il a une sœur ici dans la misère et qui tombe du mal caduc.

  • 35 Maître violon de La Flèche.

Maître violon Desforetz35.

Mardi 5 mars

M. Lambert m’a averti que Moriceau avait laissé ouverte la porte soupière dont il lui avait cependant remis les clefs. Il y avait des poissonniers dans la cour. Il l’a menacé de le chasser et le ferait sans la circonstance qui ferait jaser.

Le docteur La Tour avait dit aux chirurgiens de visiter les dartreux pour leur faire un traitement. J’ai conseillé à ces messieurs d’attendre. Nous avons encore nos infirmeries remplies de rougeoles, engelures et petite vérole, sans compter nombre d’élèves qui font gras dans le collège à la suite de ces maladies. Ce n’est sans doute pas le temps d’entreprendre les dartreux. D’ailleurs, cette prévoyance du petit docteur m’a paru suspecte. M. Lambert écrira à ce sujet.

On espère 150 élèves pour ce collège et on dit qu’ils seront confiés aux Oratoriens. Cependant, on nous garde jusqu’au mois d’octobre et on me renvoie, moi, avec mille écus de pension.

Point de nouvelles par le dernier […] de M. Dupont. Je n’en ai point de M. Jacquin depuis son départ. L’un et l’autre m’inquiètent.

M. le comte de Marcé m’a envoyé la lettre de M. de Seguin et fait demander quand demain il pourra me voir et où ?

Mercredi 6 mars

M. le comte de Marcé a amené un jeune du Plessis de Coutant, son parent, chez Dandeville. Il m’a fait l’honneur de dîner avec ce jeune homme qui n’ira pas en classe. Il m’a chargé de beaucoup de civilités pour M. Dupont. M. d’Eyquem et le chirurgien Boucher étaient du dîner.

Mort du jeune Dupuy de Châteauvert. On prétend qu’il aurait fallu saigner cet élève, ainsi que le jeune de Picot au commencement de la fluxion. Le docteur Leleu est fort mortifié que le petit docteur ne l’ait pas consulté.

Il est venu des commis aux cartes faire des visites au commencement de cette semaine. Ils n’ont pas, je crois, fait de capture. Dès qu’on a su leur arrivée, on a envoyé de porte en porte.

Jeudi 7 mars

Enterrement du jeune du Puy. Suite de rougeole. Il a été ouvert. C’était une inflammation de la poitrine : les poumons étaient gangrenés.

Donné à dîner MM. Lambert, Porion et Gautier et Boucher, chirurgien.

On a porté Dieu à 2 domestiques.

  • 36 Par l’ordonnance du 13 février 1776, le nombre des escadrons de carabiniers est réduit de 10 à 8.

Les carabiniers ont reçu hier au soir l’ordonnance de leur réforme36 ; aucun des officiers qui sont actuellement ici n’est conservé.

M. de Lieuray est parti cette nuit pour les pages de Monsieur (c’est M. Oudin, directeur des aides, qui s’est chargé de ce soin) et la sœur Anne pour Tours par Angers, faute de moyen par la route directe.

Vendredi 8 mars

Service à la paroisse pour le jeune de Châteauvert.

Les fermiers généraux de la gabelle se sont empressés de donner ordre de refuser du sel au collège qui sera, selon eux, anéanti au 1er avril. Leur receveur vient de s’acquitter soigneusement de ce devoir. Cependant, j’en ai obtenu sous ma soumission de le payer au prix de mon exempt si les privilèges de l’établissement sont cessés. Cette capitulation n’a eu lieu qu’après avoir menacé de faire sommer par un huissier de délivrer au collège le restant de ce qui lui est assigné pour son année qui finit au 1er octobre, sauf à remettre ce qui ne sera pas consommé après le départ des élèves.

Les députés parlent de revenir. On les berce, à ce qu’il paraît, d’espérances et après leur retour on pourra conclure avec des moines dont ils ont peur, en attendant peut-être des revenants. Car il faut s’attendre à tout. Le goût actuel pour les réguliers doit mener là, à moins qu’on ne veuille faire triompher la petite Église.

Samedi 9 mars

J’ai été obligé de faire arranger provisoirement pour le service des infirmeries les latrines du bâtiment neuf dont la perfection est arrêtée. Celles des infirmeries sont déjà pleines et ce n’est pas le moment de les vider à cause du grand nombre de malades et du genre de leur maladie et parce que les eaux sont fort hautes.

Le scellé de Turbilly continue toujours. Cette terre, disent les connaisseurs, vaut cent mille écus.

Dimanche 10 mars

L’instruction par l’abbé Duchesne.

M. de Barville, qui comptait ne revenir que le 25, vient d’arriver. Son corps a ordre de s’assembler pour ce jour-là à Saumur où il subira sa réforme.

Donné à dîner à MM. Meslin fils, Porion et Gautier.

Lundi 11 mars

Le jeune Picot de Moras est mort cette nuit à 4 heures. On dira peut-être que c’est des suites de l’inoculation. Si Busson y pense, cela ne manquera pas.

Les députés promettent un superbe établissement, mais gare aux institutions actuelles. Leur projet de revenir est changé.

Mardi 12 mars

M. Picot a été ouvert et enterré hier au soir. Son service a été fait ce matin à la paroisse.

On a fait répandre que M. Dupont arriverait aujourd’hui.

Pris le deuil pour Mme Dupont mère, ma tante.

M. Durand est parti le 11 au matin à 8 heures.

M. Busson, dans une assemblée (chez M. de Lucé), a proposé de s’associer pour demander l’entreprise des élèves qu’on s’attend à conserver ici. Il ne demande que 10 louis à 6 personnes pour aller à Paris et faire réussir cette entreprise.

Mercredi 13 mars

M. Durand est arrivé ce soir.

On débite que MM. Busson et de Lucé se sont occupés dans leurs soirées à Turbilly à forger de nouveaux écrits pour leurs bons amis.

Jeudi 14 mars

Donné à dîner à MM. Porion, Noyelle, Gautier et Boucher.

On parle déjà de loger les carabiniers à Saint-Jacques. C’est un projet que M. de Sarbourg a donné à M. de Limé.

Mme d’Argentré annonce que ses fils iront l’un au collège de Brienne, l’autre à Rebais. Ceux-là ne seront pas plus à portée de leur famille, suivant le vœu de la déclaration.

Vendredi 15 mars

  • 37 Un homme désigné comme philistin est considéré comme fermé aux arts et aux lettres.

On débite que nous aurons pour tenir le pensionnat des Doctrinaires ou bien des Philippins que les Fléchois nomment Philistins37.

Le collège, à cause de l’affiliation, reste entre les mains des suppôts de l’université de Paris, du moins pour la philosophie. Marchand paraît avoir mandé une partie de cela à son ami Noyelle ; il dit que Marchand le tient de l’arch… de T… qui a décidé que les sous-maîtres n’auront point de retraite.

Il y en a qui font partir une partie des élèves le 4 avril. Ils supposent que le grand faiseur s’embarrassera peu des jours saints.

M. Boitel vient de perdre un frère.

Samedi 16 mars

Mort d’un domestique (Girault).

Le bibliothécaire a fini son inventaire.

Dimanche 17 mars

L’instruction par l’abbé Christophe.

M. des Francs père est ici ; il ne m’a pas visité.

M. Boitel crache un peu de sang ; il fait gras avec M. Lambert dont l’estomac est délabré.

Lundi 18 mars

Bureau ordinaire. Personne n’y a manqué. Il y a eu 2 délibérations :

  1. On a reçu les enchères des 6 quartiers de vignes de Monlevaux qui ont monté à 52 livres ; ils n’étaient affermés que 36 livres ; mais on a permis d’en labourer deux qui ne donnent point de vin.
  2. Autorisation au receveur de faire réparer le moulin de la Vieille-Panne. Le prochain bureau au 1er avril.

M. Lambert a représenté que les classes avaient perdu le congé de Saint-Charlemagne qui tombait le dimanche. On a accordé demain congé de dédommagement.

Il a aussi été question d’exécuter le rétablissement du pont du parc ordonné par délibération du mois de novembre, mais comme il est difficile d’avoir des grés, que ceux que j’ai fait approvisionner pour la suite des bâtiments de nos infirmeries et qui sont inventoriés, ce pont pourra encore tarder à être refait.

Mme de Mayneuf est arrivée cet après-midi.

On a apporté des bouquets et souhaité la bonne fête à ma femme. Les charpentiers ont donné une aubade (Saint-Joseph).

Mardi 19 mars

Nos professeurs de philosophie et de mathématiques, à qui on a dit qu’ils resteront seuls avec les Doctrinaires à cause de l’affiliation, sont affligés de cette nouvelle.

Congé de grâce accordé hier par le bureau.

Arrivée de M. Jacquemard qui vient prendre part au désastre du collège. Il a dîné chez moi avec Mme de Mayneuf et son fils, MM. Meslin, Lambert, Porion, Boitel, Noyelle, Gautier et Boucher.

On mande que l’hôtel de l’École militaire ne sera pas vendu, qu’elle servira à loger les administrateurs, le trésorier, etc. de la nouvelle forme.

Mercredi 20 mars

Dîné chez le curé avec des Carmes, Récollets, un Cordelier, plusieurs prêtres et M. de Vives.

Il y a eu hier une petite querelle entre les élèves de 4e et ceux des classes supérieures que M. Lambert a apaisée.

Mme de Mayneuf est repartie, aussi bien que M. et Mme de Sainte-Hermine qui étaient arrivés hier.

On débite que Monsieur visitera la semaine prochaine Angers, Saumur et La Flèche. On fait aussi courir le Roi à Brest et la Reine aux eaux de Forges.

Mort du conseiller Blin.

Jeudi 21 mars

Ma femme a été après dîner avec M. Porion chercher en voiture Mme et Mlle La Chaise à Durtal.

Donné à dîner à MM. Porion, Gautier et Boucher, chirurgien.

L’évêque d’Angers doit passer le mardi saint ; il a fait donner ordre de ne plus lui envoyer de poulardes à Paris.

Vendredi 22 mars

M. Ducan n’est pas en ville depuis mardi ; il n’a dépendu que de lui de faire partir mercredi les états du dernier quartier 1775.

M. Simon vient de me remettre le restant de ses anciens comptes. Je tâcherai que cela soit fini pour mercredi.

Cent élèves de Henri IV et les élèves non militaires seront ici sous la discipline des Doctrinaires. Mais M. d’Angers, mande le sieur Marchand, ne veut pas donner les pouvoirs à cette congrégation.

Samedi 23 mars

M. Jacquemard est retourné à sa cure.

M. de La Rue est arrivé à midi. Il fera partir demain tout ce qu’il a en règle ; il lui restera peu de chose à envoyer.

Les députés annoncent leur retour pour la semaine sainte. Ils confirment la nouvelle des 100 élèves confiés aux Doctrinaires. Ils donnent d’ailleurs des espérances d’un bel établissement. Il paraît que nos instituteurs actuels auront des retraites ; mais qu’il n’est pas question des autres individus de cette maison.

Dimanche 24 mars

L’instruction par M. Durand.

Les carabiniers se sont mis en route ce matin pour Saumur.

Lundi 25 mars

M. Boitel est à même d’une cure de 1 800 livres aux Sables-d’Olonne. Un grand vicaire d’Arras la lui offre ; il l’acceptera ; il a une année pour se décider ; pendant ce temps, il verra ce que le collège va devenir.

Notes

1 Les dîmes novales portent sur les récoltes des terres défrichées depuis moins de quarante ans, même si ces terres ont été autrefois cultivées, mais au-delà de mémoire d’homme.

2 Le collège des Quatre-Nations.

3 Discours au Roi et à Nos seigneurs de son conseil, par dame Gabrielle-Aymerie-Hélie de La Rochesnard, veuve de défunt François de La Broue, sieur de Vareilles par les présidiaux de La Flèche, fondée sur la fausse instruction de Pierre Hamelin, lieutenant du prévôt dudit lieu…, 1664.

4 Celui qui perçoit la dîme.

5 Dans le manuscrit, les différents points évoqués sont ainsi mis dans le désordre.

6 Victoire française remportée le 15 octobre 1760 sur les Hanovriens au cours de laquelle s’illustra le chevalier d’Assas qui, surpris par les ennemis et menacé de mort, s’écrie : « A moi Auvergne, ce sont les ennemis ». Il est alors tué.

7 Gaulmin de la Goutte (n° 696), Langle de la Ronce (n° 697), Lanneau de Marey (n° 698), Wasservas (n° 699), Frasans (n° 700), Mauléon (n° 701), Raguet de Fossé (n° 702), Le Vasseur (n° 703), Fariaux (n° 705), Longeaux (n° 706), Dumesnil de la Plesse (n° 707), Lepetit de Branvilliers (n° 708), Chavigny de Montil (n° 709) et Courlet de Vrégille (n° 710).

8 Instrument qui crible les grains.

9 Jean-François Régis (1597-1640), Jésuite, prêche surtout dans le Vivarais où il essaie de convertir les protestants.

10 Tablier montant à manches.

11 Nom donné au séminaire de la Sainte-Famille. Cet établissement est fondé en 1633 par Claude Bernard (1588-1641) et il est confirmé par lettres patentes en avril 1657. Après 1753, trente-trois demi-bourses sont attribuées à la suite d’un concours. Mais sur un total de 80 à 90 séminaristes, la majorité d’entre eux paient une pension.

12 Chevalier de l’ordre de Saint-Louis fondé en 1696 par Louis XIV.

13 Sable caillouteux, d’origine fluviale.

14 Dans la marge : Picon.

15 Dans la marge : Couët.

16 L’épicier du collège se nomme Le Monnier. Sur ce naufrage, voir Service historique de l’armée de Terre, Ya 158.

17 Nicolas Lémery publie en 1698 son Traité (puis Dictionnaire) des drogues simples. L’ouvrage est réédité de nombreuses fois.

18 Le cordonnier se nomme François David.

19 Christophe de Beaumont (1703-1781) est archevêque de Paris de 1746 à 1781.

20 Du nom de Jean-Gaspard Aillaud, médecin qui mit au point cette poudre composée surtout de scammonée, plante utilisée pour sa racine qui donne une gomme résineuse et pour ses feuilles employées en infusion. Voir David Audibert, Épiciers de l’Ouest – Le Mans, Angers, Nantes – au XVIIIe siècle, thèse de doctorat, Université du Maine, 2003.

21 M. Pochard.

22 L’abbé Frappier.

23 Comme la Gazette de Leyde, la Gazette de Hollande appartient à cette presse étrangère publiée en français ; à partir de 1757, elle est même réimprimée à l’intérieur du royaume ce qui permet de baisser son prix et d’accroître sa diffusion.

24 L’incendie du Palais de Justice de Paris a lieu le 12 janvier 1776.

25 Il est étonnant que Dupont de La Motte ne fasse pas état de l’entrevue accordée par la reine au duc de Choiseul en juin 1775 à Reims à l’occasion du sacre. Cette annonce est une nouvelle rumeur qui ne s’est pas vérifiée.

26 M. Loménie de Brienne, comte de Brienne et archevêque de Toulouse.

27 C’est du 1er février que date la déclaration du roi supprimant l’École militaire et le collège militaire préparatoire.

28 La Lorraine comprend les duchés de Bar et de Lorraine rattachés à la France en 1766 à la mort de Stanislas Leszcynski, beau-père de Louis XV. Les évêchés concernent la région des Trois-Evêchés (Metz, Toul et Verdun) conquise en 1552.

29 Arrivé le 1er mars 1776, Bernes est le dernier élève inscrit à La Flèche.

30 Le Bon Angevin, ou l’hommage du cœur (1775) est une comédie de Jean-Marie Collot, dit Collot d’Herbois (1749-1796). C’est une satire sociale prenant pour prétexte l’inauguration d’un portrait de Monsieur.

31 Fille d’un magistrat du présidial, Rose-Catherine Le Boucher est décédée le 25 février à l’âge de 68 ans, et enterrée le lendemain.

32 René-Gabriel Houssais, avocat en la sénéchaussée et siège présidial de La Flèche est décédé à l’âge de 77 ans.

33 Dupont de La Motte se trompe : 14 sépultures sont inscrites sur le registre paroissial en janvier 1776, 22 en février et 18 en mars. Sur ces 3 mois, le jour où il y a le plus d’enterrements est le 4 mars avec trois cérémonies.

34 L’inventaire après décès n’a pas été retrouvé. Mais sa sépulture est enregistrée à La Flèche ; il meurt à l’âge de 27 ans. Le principal Lambert et Dupont de La Motte ont signé le registre.

35 Maître violon de La Flèche.

36 Par l’ordonnance du 13 février 1776, le nombre des escadrons de carabiniers est réduit de 10 à 8.

37 Un homme désigné comme philistin est considéré comme fermé aux arts et aux lettres.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540