Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journal de Stanislas Dupont de La Motte

 | 
Stanislas Dupont de La Motte

Septième cahier. Du 20 avril 1775 au 2 septembre 1775

Texte intégral

Jeudi 20 avril 1775

M. Macé avait promis le sermon du bon pasteur à M. l’évêque d’Angers. Il s’est excusé de ne pouvoir lui tenir parole.

Assemblée de toute la faculté chez le sieur Le Royer pour visiter ses pensionnaires qu’on dit dartreux, depuis que Mme Courtin en a retiré son fils couvert de ce mal. Les docteurs ont trouvé 5 enfants qui en sont attaqués sur le nombre de 29 qu’ils ont visités. M. de La Tour a proposé à MM. Leleu et Drouault de faire une semblable revue de nos élèves. Ils lui ont dit qu’ils ne la feraient pas sans ordre. C’est depuis quelque temps une rumeur en ville que ces dartres.

M. et Mme le chevalier du Hauthierray, Mlle Devaux, MM. Le Royer de La Motte et Duperron ont dîné aux Plantes.

M. Vassal est parti ce matin pour Lille par Paris.

M. Lambert est allé au Mans pour y voir M. de Fontenay qui va rejoindre son régiment.

Vendredi 21 avril

M. Lambert est de retour. MM. Pilon et Benières ont refusé d’aller chez M. Chaubry, ni de rien déclarer. C’est, dit le premier, à M. Hamelin qui est l’organe du corps académique à déposer pour tous. Ceux des professeurs qui se sont rendus à l’invitation de M. Chaubry sont des faux frères. On menace du procureur général de l’université.

Samedi 22 avril

M. de Kerret a passé ici et a eu à dîner son fils et plusieurs élèves bretons.

Le grand-père et la grand-mère de M. de Landemont sont ici.

M. Bourdet est parti pour Angers où il va faire tonsurer M. de Cugnac.

M. Hamelin assemble les élèves chez lui et leur fait faire, dit-on, des déclarations conformes à ses vues. Je ne puis pas croire ce rapport ; ce qu’il y a de vrai, c’est que les élèves sont on ne peut plus instruits de toutes les dissensions.

Le sieur Marchand, fâché de ce qu’on lui ait refusé du beurre pour se faire des sauces, a dit qu’il me remercierait.

La fièvre qui m’a pris hier après dîner m’a quitté dans la nuit.

M. Dupont du Vergor a la goutte. Il n’a pas eu de nouvelles de son fils depuis le commencement de l’année.

Il paraît qu’il y a bien des aspirants à la place de bibliothécaire et que la délibération ne sera pas unanime.

On a voulu échauffer la tête à quelques administrateurs en leur présentant comme une infraction à leurs droits la commission de M. Chaubry d’informer de faits qui intéressent des personnes uniquement du collège. Il est bien douloureux pour moi de se voir attaqué aussi indignement et d’être dans le cas d’une recherche aussi longue et aussi générale ; j’ai du moins la consolation de voir tout le monde indigné des procédés du sieur Macé et de ses adhérents.

Dimanche 23 avril

L’instruction par M. Duchesne.

M. Chaubry a entendu des fournisseurs et des officiers de bouche à une heure après midi. M. d’Héral soutiendra sa thèse vendredi prochain.

Le sieur Lépine, secrétaire du bureau, est venu m’avertir que le docteur de La Tour lui avait dit tout récemment que j’ai autrefois mis des pistolets sur la table de l’institution en disant le 1er B… qui parlera aura affaire à moi. Quelle atroce calomnie ! Ce médecin eut hier une longue conférence avec et chez M. Hamelin.

Lundi 24 avril

Bureau ordinaire où tous les administrateurs se sont trouvés. Il y a eu 3 délibérations. L’une sur de nouvelles offres de M. de La Mandinière conformes aux observations que le bureau avait faites sur son 1er mémoire. Arrête que copie de cette dernière demande de la délibération actuelle et de celle qui fut faite en 1769 lorsqu’il fut pour la 1re fois question d’arrenter cette maison dite de Bellebranche à Sablé, seront envoyées au ministre qui sera supplié d’autoriser le bureau à faire cet arrentement aux conditions proposées.

Une autre : après lecture d’une lettre du sieur Macé par laquelle il demande du temps pour se décider sur l’option de la place de bibliothécaire, on a mandé le sieur Macé qui a dit qu’il opterait la bibliothèque si on lui garantissait la ratification du ministre ; mais que si le bureau n’était pas au pouvoir de le faire, il n’avait que le nommer comme il serait un étranger et qu’il opterait lorsque le ministre aurait approuvé le choix. Malgré ses sophismes que M. Hamelin appuyait et dont l’exposition et la discussion ont duré longtemps, on s’est retranché à lui dire qu’il ne pouvait opter sans examen de ses qualités de la part du bureau, tandis que la nomination d’un autre sujet nécessiterait cet examen ; que quoiqu’il refusait d’opter, le bureau pour se conformer au règlement qui veut qu’il soit immédiatement après sa réception fait choix d’un bibliothécaire et on a prié M. Macé de se retirer. M. Busson a dit qu’il ne connaissait point le sujet, que Riboutet s’était proposé, mais que son commerce et sa femme paraissaient des obstacles. M. de La Barre a nommé le sieur Guibert. M. Hamelin s’est empressé alors à dire qu’il y avait M. Dalanville, M. Mondot qui étaient dans le cas d’aspirer à cette place. Cela n’a pas empêché MM. de Lucé, de La Barberie et du Hauthierray d’acquiescer au choix du curé. M. Busson a donné aussi sa voix sur l’éloge qu’on a fait du sujet auquel M. Hamelin a rendu justice. J’ai dit à mon tour que je ne contredirais pas un suffrage qui paraissait unanime ; mais que je croyais devoir déclarer que j’aurais choisi M. Lemort si j’eusse été certain que sa santé fût totalement rétablie. J’ai aussi déclaré que M. l’abbé Moyelle m’avait paru désirer cette place ; enfin tout a été pour l’abbé Guibert ; et la délibération ayant été faite, M. Hamelin a proposé par à propos le sieur Durand sous-bibliothécaire.

La troisième délibération a regardé la place de sacristain que l’on a arrêté de conserver malgré mes représentations sur l’oisiveté où sera ce prêtre. Sur ce qu’en a écrit autrefois M. de Monteynard et en dernier lieu M. le maréchal du Muy, la crainte d’être désapprouvé surtout en nommant à cette place, tandis que le règlement ne nous demande pas notre avis sur l’utilité de la conserver. Seul de mon avis, j’ai cédé, et la séance a fini à près d’une heure. La prochaine assemblée se tiendra le 8 mai.

M. Hamelin a requis par écrit le sieur de La Tour et verbalement les autres ministres de santé de visiter les élèves. Il prétend qu’il n’y en a qu’un qui ait la dartre.

Mardi 25 avril

Fête de Saint-Marc.

La fièvre me prit hier presque à la sortie du bureau et m’a duré jusqu’à 10 heures du soir. M. Bourdet arriva hier à près de 9 heures avec son nouvel abbé qui n’aurait pas été tonsuré si M. Boulnoy ne s’en fut mêlé. L’évêque ne trouvait pas les papiers en règle.

La faculté a commencé sa visite des dartreux par les grands élèves qui ne voulaient pas la souffrir, mais qui enfin ont montré leurs visages, bras, mains et poitrine ; si tous se ressemblent, il s’en trouvera une centaine de malsain.

On dit que M. Bourdet a été voir l’abbé Tremblay pour l’exciter dans ce moment de fermentation. Les sieurs Pilon et Le Royer se sont enfermés avant midi chez ce préfet. Ce même Le Royer s’est promené après dîner dans le parc avec M. Hamelin et ensuite avec le docteur La Tour. Et il paraît vrai que M. Hamelin s’est fait déclarer par quelques élèves que je les maltraitais de coups. L’École militaire est pleine de témoins de cette espèce plus croyables qu’on peut les consulter.

Avant la fin du bureau de hier, M. Macé revint demander M. Busson (c’est moi qui lui ouvris). Ils se promenèrent longtemps dans le corridor et l’abbé, dit-on, voulait persuader au président que l’arrêt nouveau faisait autant de tort aux administrateurs qu’aux professeurs.

Je n’ai laissé aucun courrier sans écrire et envoyer l’état des infirmeries nommément le 19. Je ne sais pas ce qui a pu arrêter mon paquet. Mais vendredi dernier 22, je n’ai rien reçu, pas même la gazette.

Mercredi 26 avril

L’abbé Jacquemard arrive dans le moment (à midi) et partira cette nuit pour Paris avec une parente de son prédécesseur.

La visite des dartres continue. Je ne sais pas si on la passera jusqu’aux sous-maîtres et domestiques des élèves dont plusieurs ont aussi cette maladie.

M. Pilon a donné à souper à M. de Maussan, de Baugé, chez qui il va fréquemment. MM. Macé et Bourdet étaient de ce repas.

M. Le Mercier m’a dit qu’un élève a reproché à Le Gras d’avoir dit le faux dans sa déposition contre moi chez M. Hamelin. Les élèves sont ameutés et excités au point qu’ils assaillent de pierres les officiers de bouche dans leurs offices, qu’ils crient au fripon et qu’en voyant les chiens de la basse-cour dans le parc avec le contrôleur, ils huent en proférant mon nom.

M. Dupont a écrit à M. Pihery sur mon affaire pour avoir son avis.

Dans la dernière assemblée du bureau, M. Busson, avant de commencer la séance, a parlé bas à quelques-uns des autres administrateurs de l’assemblée, en particulier au sujet de l’affaire dont M. Chaubry est chargé. Il fit silence lorsque j’entrai (Lépine).

Jeudi 27 avril

La visite de la faculté a fini aujourd’hui. Les reins, les cuisses et les jambes n’ont pas été vus. On a trouvé 94 dartreux. Le résumé du procès-verbal est qu’il n’y a point de danger pour eux, que les élèves sont d’une santé et d’un tempérament qui annoncent qu’ils sont bien alimentés. Les inoculés sont les moins maltraités de dartres.

Le docteur La Tour n’a pas fait de difficulté pour cette opération d’aller à l’inoculation et de visiter les 5 élèves qui y restent.

La fièvre m’a pris à une heure et m’a duré jusqu’à 10 heures du soir.

MM. et Mmes Leleu et des Piltières ont dîné aux Plantes.

M. Dayot, de Redon en Bretagne, m’a vu en passant et a soupé.

Vendredi 28 avril

M. Busson n’a pas jugé que l’affaire dont traite la dernière lettre du ministre fût provisoire et exigea une assemblée extraordinaire, ainsi ce ne sera que le 8 qu’il sera question des thèses non soutenues.

M. d’Héral et un M. de L’Estang ont soutenu leur 1re thèse de logique. Ces deux messieurs ont répondu assez bien. Les sous-maîtres s’étaient, à ce qu’il a paru, ligués pour les déconcerter ; le sous-maître Marchand entre autres a argumenté ou plutôt l’a voulu faire de manière à scandaliser l’auditoire et au point d’obliger le professeur (M. Porion) à lui imposer silence après s’être adressé à M. Hamelin pour le faire.

Samedi 29 avril

M. Donjon revient d’Angers ; à l’en croire M. le prélat se plaint que le sieur Macé et… l’ont compromis ; il est mécontent du vieux curé de ne l’avoir pas informé des déportements de ce professeur et voulait que lui M. Donjon accepta la commission de son commissaire au bureau.

Le docteur La Tour n’a pas voulu signer ce matin aux infirmeries le résultat du procès-verbal de visite. Il a proposé de le changer, ensuite de le signer, mais après qu’on aurait brûlé la pièce originale qu’il a signée partout. Cette idée a excité les ris. On a cru qu’elle lui avait été suggérée par le sieur Macé qui était venu lui parler dans les infirmeries quelques moments auparavant. Sur l’opiniâtreté de son refus, les autres ont signé et le sieur Boucher a remis cette expédition à M. Hamelin en le priant d’y faire mettre la dernière main par le docteur La Tour. L’original m’a été confié.

La minute de l’état des élèves de 14 ans est achevée.

M. de Bar a amené son fils.

Le sieur Durand qui a su que l’on n’a rien stipulé dans la délibération qui le concerne touchant sa nourriture, sa lumière et son bois, est peu rassuré. Ce silence à cet égard est une suite de l’idée où l’on est la plupart qu’il faut que le sacristain soit dans le pensionnat à portée du principal.

M. de La Tour a dit ce soir au parc qu’il avait signé chez M. Hamelin le résultat du procès-verbal. Il se prépare une autre affaire de son ressort concernant la mort de M. de la Gausie qui était fort sujet aux dartres.

Dimanche 30 avril

L’instruction par M. Durand.

Le domestique de M. Hamelin est parti à midi à cheval pour Angers.

La fièvre m’est revenue vers 1 heure, elle a été un peu forte ; cependant, j’en ai été quitte avant 11 heures du soir.

Lundi 1er mai 1775

La supérieure et une autre de nos sœurs de la Charité sont malades. Elles ont été saignées chacune deux fois, l’assistante a un panaris cruel. Elles ne sont pas assez de six. Je n’ai pas encore pu rendre au ministre.

La faculté fait le procès-verbal demandé par M. Hamelin de la mort de M. de la Gausie. Il constate que ce n’est pas de la dartre dont cet élève a été traité pendant la maladie dont il est mort, mais d’un air subtil. La feuille des infirmeries du temps n’a pas dit non plus que ce fût la dartre qui l’eût tué. J’ai idée que ce docteur La Tour n’était pas à l’ouverture du cadavre ; il fut dans ce temps voir M. le marquis de Broc. Et il ne signa pas les procès-verbaux de visite des nouveaux arrivés du 24 septembre.

L’émissaire de M. Hamelin est de retour d’Angers à midi.

Mardi 2 mai

On me remit hier une minute envoyée de lettre prise par un externe à M. de Cugnac qui écrit à son oncle (l’évêque de Lectoure vraisemblablement) des horreurs contre moi à M. Dupont, sur les éloges de MM. Hamelin et Bourdet. M. Porion, qui m’a remis ce papier, le tient de M. d’Héral à qui l’externe l’avait remis.

M. Chaubry est à la campagne, sans doute à mettre la dernière main à son travail. Je n’en ai rien vu.

J’ai vu M. Donjon. Il est instruit, aussi bien que M. Ducan, que c’est de la part de M. l’évêque que se perpétuent les difficultés sur mon mariage. Le premier, avec qui j’en ai conféré très longtemps, ne trouve plus qu’une chose qui embarrasse. C’est la permission ou preuve des parents de la femme ; il pense qu’une publication de bans dans le lieu de la naissance y pourra suppléer et même au certificat de liberté. Il m’est convenu que M. l’évêque l’a chargé de voir aux moyens de terminer cette affaire. J’attends lettre de M. Boulnoy et puis nous verrons. Après quoi, nous verrons.

Je répons à M. Lemort qu’il a parlé trop tard.

M. Pihery n’est ni en campagne ni malade. On m’a dit qu’il vous a répondu mercredi dernier.

Je ne crois pas pouvoir envoyer par ce courrier des notes sur la nouvelle place de sacristain.

Mercredi 3 mai

M. Macé n’a pas fait sa classe (M. Fonvive).

Des élèves doivent m’accabler de pierres si je vais dans leur cour pendant la récréation (interroger le portier Chapelain).

M. Chaubry a mandé le Suisse.

M. Lambert assure que M. Hamelin et M. Macé ont eu une explication des plus vives. On dit celui-ci parti pour Angers. M. Macé est effectivement parti pour Angers en compagnie de la maréchaussée qui va y passer en revue.

Jeudi 4 mai

M. Macé fut il y a 15 jours trouver son ennemi mortel, le sieur Le Royer, pour l’engager à faire cause commune et à certifier un papier qu’il lui présenta plein de griefs contre moi. Il fut rejeté (le curé de Saint-Germain aux Plantes devant Porion, Noyelle et Mlle Héon). M. Hamelin a dit (à M. Ducan) qu’il n’approuvait pas le mémoire de Macé et MM. Benières et Bourdet tiennent aujourd’hui le même langage.

Je n’eus pas hier la fièvre. M. Lambert se prépare à l’oraison funèbre d’Henri IV et de Louis XV pour le 16 ou le 30.

Vendredi 5 mai

  • 1 Conseil.

M. Macé arriva hier d’Angers dans la même compagnie avec laquelle il y était allé. Il n’est rentré au collège que ce matin, mais il n’a point fait de classe. Il y a eu grand sanhédrin1 chez M. Hamelin où ont été MM. Pilon, Bourdet, et le voyageur et, je crois, le secrétaire de correspondance.

M. de La Brosse, grand vicaire d’Angers, l’ange tutélaire du sieur Macé et compagnie, est tombé dans la disgrâce du prélat.

M. Boisgelin et un Fléchois nommé Chauvelier ont soutenu la même thèse qui l’avait dit il y a 8 jours. Tout s’est passé paisiblement. M. Hamelin, à qui M. de Cugnac appariteur voulait déférer le titre de président, a dit tout haut que c’était le professeur qui l’était à l’autre thèse, il trouva mauvais qu’on ne lui eût pas fait cet honneur.

Dîné avec M. Lambert chez le chevalier du Hauthierray.

On dit que M. Chaubry a envoyé hier à Tours son procès-verbal. Si je dois m’en rapporter à la voix publique, la tranquillité de ma conscience en ceci est bien fondée.

J’ai reçu une lettre d’Angers. Le prélat ne fait plus de difficulté que parce que les noms ont été déguisés dans les premiers actes ou extraits. Suivant la consultation, c’est une raison de plus pour réhabiliter le mariage, bien loin d’être un obstacle. Je puis me passer de l’évêque suivant ce que m’a dit le curé, mais il faut : 1° certificats de mort en bonne forme des pères et mères ou leurs permissions ; 2° publication des bans dans le domicile des père et mère de la femme et dans le lieu de sa naissance.

L’Éguillière m’apprend qu’il est importateur de papiers pour les cartes à Thiers en Auvergne.

  • 2 Contrebande du sel.

M. Macé s’est présenté dernièrement chez le receveur des gabelles le prier de certifier que je fais le faux saunage2. Il en a été fort mal reçu.

M. Busson m’a desservi en dessous le plus qu’il a pu dans toute mon affaire. Il est dévoué à Macé et compagnie. Il a sollicité contre moi témoin M. de La Barberie.

On a reçu lettres du ministre concernant M. Pilon et les bâtiments de l’infirmerie. C’est pour le prochain bureau.

Samedi 6 mai

M. de Lucé a pu aussi être enflammé par cet esprit altier et de chicane qui lui aura fait croire que c’était du despotisme, un tort fait au bureau que cette commission dans l’affaire que m’a suscitée le sieur Macé.

M. d’Essuille emmène son fils pour respirer un autre air. Cet élève emporte tout son trousseau. Il est venu me voir avec M. Chaubry et je lui ai rendu visite chez ce dernier qui m’a confirmé le départ du travail de sa commission. Il s’est chargé d’un paquet pour Saint-Just, des nippes de L’Éguillière.

  • 3 Dans la marge : C’est le chevalier Dolomieu avec Catanis qui avaient fait ce feu. Le chevalier a s (...)

J’ai évité le plus grand nombre et le plus qu’il m’a été possible des compliments pour ma fête. M. Hamelin s’est présenté 2 fois pour me proposer la visite des élèves ; il ne m’a pas rencontré. Au reste, je l’aurais refusé, toute fête particulière étant défendue dans le collège. Quelques artisans avaient pendant mon souper disposé quelques fusées dans le jardin des Plantes3. Averti par le bruit d’un pétard, j’ai fait tout remporter. Je n’ai pas pu éviter bien des bouquets et une sérénade de la part de M. Hifferman. Tout ce monde a été témoin de mon opposition inflexible au feu d’artifice.

Je n’ai pas eu la fièvre, mais j’ai une fluxion sur la narine gauche qui me fait souffrir et me boursoufle cette joue.

M. Macé dit n’être que témoin dans toute cette affaire (M. Chaubry). M. Bourdet dit qu’il s’attend à son congé, mais qu’il aurait été plus prompt s’il fut rester sous-bibliothécaire.

Dimanche 7 mai

Ma fête.

L’abbé Duchesne jeune est de retour de Laval.

L’instruction par M. Hamelin (on prétend qu’il a encore fait des portraits).

Les élèves du grand réfectoire jetèrent leur abondance en présence de M. Hamelin. Son domestique l’avait assuré qu’il avait goûté le vin et qu’elle était fort bonne. Il dit qu’il ne pouvait pas l’empêcher. On s’en remit à la faire au vin blanc et depuis quelques mois on l’avait donnée au rouge. M. Le Gras a reproché à un autre élève d’avoir pissé dans un pot d’abondance pour avoir lieu de se plaindre (ceci n’est pas nouveau et l’élève est, je crois, M. de Courcelle (Le Mercier)).

M. Bourdet fait venir des élèves dans sa préfecture et les fait déposer qu’ils n’ont jamais reçu de mauvais traitements d’aucun maître que de l’inspecteur (Le Mercier).

Le vin dont a été fait cette abondance et dont on m’a apporté un essai ce matin a été goûté et trouvé bon par plusieurs personnes qui étaient alors dans mon cabinet (savoir MM. Meslin père, Drouault, Durand et Rouzé).

Il y a eu un petit souper aux Plantes pour ma fête et où étaient le curé de Saint-Germain et son neveu, et MM. Porion, Dolbeau, Duvigneul, Guibert, Meslin fils, Chalot, Gautier. M. Chaubry a envoyé à ma femme, de la part de M. le comte d’Essuille, 5 bouteilles de liqueurs.

Lundi 8 mai

Bureau ordinaire où étaient tous les administrateurs. Il y a eu 9 délibérations :

1. Bordereau de recette et dépense du receveur pour avril.

2. Réception d’une lettre du ministre et des plans pour la reconstruction aux frais de l’École militaire de la maison que cet hôtel a acheté de Mlle Le Boucher pour agrandir les infirmeries du collège. Arrêté que le plan serait déposé aux archives.

3. Lecture de 2 autres lettres du même concernant la négligence de M. Macé à faire soutenir des thèses le carême dernier et avant la fin de l’année scolastique 1774 et les absences de M. Pilon, les jours de dimanche, fêtes et congés. M. Busson, qui a toujours à cœur de n’avoir pas pleine autorité, a proposé de répondre que le bureau ne pouvait pas empêcher les désordres et les abus, faute de pouvoirs. Il était inutile au collège. Il s’est cependant radouci et M. Hamelin a dit que M. Macé n’était pas ici l’année dernière, qu’il n’avait qu’un seul écolier passable, mais pauvre, le nommé Franche ; que M. Dupont avait promis de payer ses thèses, ce que le professeur n’ayant pas été remboursé des thèses du carême 1774, il n’avait pas cru devoir faire de nouvelles dépenses pour les suivantes. M. de Lucé a observé qu’il était fâcheux qu’un cours de philosophie fût aussi mauvais. Il aurait pu ajouter que MM. d’Eytier et Chesneau, externes, pouvaient soutenir et que tous les bons rhétoriciens de 1773 ne s’étaient pas retirés. Quant à M. Pilon, M. Hamelin, qui l’a nommé, a dit qu’il allait prêter des secours à un curé de ses amis qui était malade, qu’il l’en avait prévenu lorsqu’il avait ouï dire qu’on désapprouvait ses voyages et qu’il croyait qu’il y avait 4 mois environ qu’il faisait ces absences (elles datent cependant leur origine du temps de la confirmation octobre 1773).

Tout ce compte de M. Hamelin n’a pas été rendu sans chaleur et sans quelques menaces. M. Busson a repris et dit que le bureau n’ayant pas été informé de ces faits et le premier et l’inspecteur étant, à l’exclusion des autres administrateurs, chargés de la surveillance du collège, c’était au 1er à qui le département de la chapelle et des classes est confié à en rendre compte au ministre. Ce parti a été adopté par ces messieurs, aises d’être débarrassés de cette information. Je me suis abstenu d’excuser mon silence sur ces transgressions du règlement (on se plaint de manque de pouvoir et on rejette ici celui que l’on reçoit d’informer). M. Hamelin a promis à plusieurs reprises de répondre, de bien répondre.

4. Autre lettre du même qui demande pourquoi on exige que M. de La Mandinière s’oblige, dans le cas de remboursement de la rente de 80 livres qu’il offre de la maison de Bellebranche à Sablé, à payer 2 400 livres. On répondra que c’est par pure précaution et de peur que, dans la suite, ce remboursement ne soit permis.

5. Autre lettre du même sur la place de sacristain dont il ne proposera la conservation au Roi qu’après être sûr que ce ne sera pas un homme désœuvré. On a établi dans cette délibération que les raisons présentées dans la lettre qu’accompagnait la première délibération à ce sujet en y ajoutant que ce sacristain sera à l’attache dans la sacristie à voir faire la besogne du garçon.

6. Autre lettre du même qui approuve et confirme le choix du sieur Guibert pour bibliothécaire. M. Hamelin a été nommé pour lui faire faire la remise des livres par M. Macé.

7. Le receveur est autorisé à rendre par déclaration la métairie de la Ruellerie au fief de Fontaine.

8. Idem au fief du prieuré de Saint-Pierre de Senonnes, plusieurs pièces de terres.

9. Autorise au même de faire des réparations à l’abbaye de Bellebranche et à quelques fermes qui en dépendent.

Le prochain bureau au 22.

Un des enfants de la maîtresse de la buanderie tomba hier dans un lavoir tandis que cette femme était allée à la boucherie. J’y restai 2 heures à lui faire administrer tous les secours : tabac, cendres, frictions, tout fut inutile. M. Hamelin y vint et les chirurgiens du collège et de la ville. Aujourd’hui, le vicaire de la paroisse est venu faire la première communion à un autre de ses enfants qui est en grand danger.

Des élèves portent de l’abondance en classe, cela est arrivé en 4e.

Mardi 9 mai

M. Macé n’a point fait de classe. On ne l’a vu que ce matin dans la rue. On dit l’avoir vu sur le chemin d’Angers.

Dimanche les élèves crièrent vivat aux 4 fois que je traversais le passage pour aller de chez moi à la buanderie.

J’ai remercié hier M. Hamelin de ses visites de samedi et dit que celle qu’il m’aurait fait faire par les élèves aurait été prise sur le temps d’une étude et que cela serait contraire à la lettre du ministre sur les fêtes particulières.

M. Hamelin a offert au sieur Durand, ex-sous-bibliothécaire, la régence de 7e que M. Guibert fait vaquer. Il attend pour se décider qu’il soit prononcé définitivement sur la place de sacristain.

M. Bourdet a tenté d’engager les élèves, qui ont voulu par 2 fois s’échapper, de déclarer que c’est à mon instigation qu’ils ont commis cette faute.

Mercredi 10 mai

M. Macé a pris hier en poste la route d’Angers. On dit qu’il va en Bretagne d’où on lui a mandé que les revenus de son bénéfice sont saisis faute d’avoir fait les réparations dont il a reçu l’argent de son prédécesseur.

Lundi dernier, je fus avec MM. Ducan et Simon voir au-dessus de Charuau ce qui a été fait pour le partage des eaux. On convint qu’il fallait paver le dessus de l’arche et faire un mur pour soutenir les terres.

J’ai envoyé à 9 heures 1/2 mon domestique (Vilatte) avertir M. Hamelin qu’il n’y avait point de maître dans la classe de physique, que les écoliers y jouaient à la balle et cassaient les vitres.

M. Macé est arrivé d’Angers vers les 2 heures 1/2 après midi.

M. Pilon est parti immédiatement après sa classe du soir.

M. de Boulainvilliers est nommé aspirant garde de la marine.

Jeudi 11 mai

M. Macé fut, dit-on, chez M. Busson un grand nombre de fois dans la soirée du jour du dernier bureau (M. Auvé). On le dit parti cette nuit en poste pour Paris (Dubois-Tosté) et qu’il a fait hier au soir une grasse malle. On rapporte qu’il avait écrit au ministre pour obtenir un quart d’heure d’audience sans témoins (Boucher, chirurgien).

Ma femme a été visiter les infirmeries avec Mmes Meslin et de Marné.

M. Chaubry est incommodé.

Dîné chez le chevalier du Hauthierray avec les Ducan et Duperron.

C’est par le carrosse que M. Macé est parti, peut-être prendra-t-il la poste au Mans.

M. Chaubry m’a parlé de la nécessité de terminer pour mon mariage. M. Dupont lui en parle.

Vendredi 12 mai

Je suis parti pour Angers que je n’ai fait que traverser après y avoir pris langue. J’ai couché aux Ponts-de-Cé d’où j’ai envoyé un exprès à Juigné prévenir M. Léau que la fatigue m’empêchait d’aller chez lui et que demain à 6 heures je m’y rendrais.

Samedi 13 mai

Je fus à pied à Juigné. L’archiprêtre m’a dit qu’il m’avait écrit la veille pour m’inviter de la part du prélat à dîner et même à prendre un lit à Éventard jeudi prochain afin de terminer. Il m’a assuré que M. l’évêque était bien disposé. Il m’a parlé d’un second mémoire qui a été remis au prélat depuis peu, et qu’il a, à ce qu’il pense, envoyé au conseil. Cette pièce est vraisemblablement du sieur Macé et l’objet de son dernier voyage et résultat de ses visites chez M. Busson. Il croit qu’il y a un arrêt du conseil qui défend au bureau d’administration de se mêler de cette affaire de M. Macé. C’est de M. l’évêque qu’il tient ceci. Je suis arrivé à La Flèche à 8 heures 1/2, n’en pouvant plus ; j’ai fait cette route à cheval. M. Hamelin a voulu remettre les clefs de la bibliothèque au sieur Guibert qui ne veut pas s’en charger que les livres ne lui soient remis en compte.

M. de Cugnac a été interrogé par M. Chaubry chez M. Lambert. On dit dans le collège qu’on lui avait fait sa leçon lorsqu’on s’est aperçu que sa copie de lettre avait disparu.

M. Pilon revint hier au matin.

Dimanche 14 mai

Un monsieur, grand, de peu d’embonpoint, d’environ 45 ans, blond, s’est rafraîchi dans un cabaret que tient la femme de notre charpentier. Il l’a questionnée sur le collège, dont il a nommé toutes les personnes tant du dedans que du dehors. Il savait leurs fonctions. Il avait un papier qu’il regardait de temps à autre, s’est beaucoup étendu sur les troubles actuels, a parlé de mon frère, de ma femme, des Plantes. En lui rattachant les cheveux, elle a aperçu un cordon bleu. Il a pris la route du Lude sur un très beau cheval et il a été rejoint peu de temps après par son domestique aussi bien monté (M. Ducan et la Boitard). Dans le moment, on débite que les carabiniers ont ordre d’envoyer des détachements au Mans.

Le fils de M. de Rossel est arrivé ici ; et il va y rester (Valançon).

M. de Cugnac avait escamoté sa copie de lettre. M. Chaubry est revenu chez lui la chercher (MM. Chaubry et Lambert). Lorsque cet élève vint dire à M. Hamelin, qui se promenait le long temps qu’il était resté chez M. Lambert à l’interrogatoire, il pensa se trouver mal et fut obligé de s’asseoir.

Lundi 15 mai

Le détachement de carabiniers n’est pas parti pour Le Mans ; seulement il a ordre de se tenir prêt. On a donné de la poudre et des balles.

On sait dans le pensionnat que le ministre prie M. Hamelin de remercier M. Bourdet. Il y a eu hier concert chez M. Pilon. Les virtuoses qui le composaient se félicitèrent sur ce qu’ils pourraient à l’avenir avoir ce plaisir tous les dimanches. Cette plaisanterie l’a mortifié. Il boude et ne dit presque plus rien depuis qu’il sait que ses absences ont déplu. M. le chevalier du Hauthierray et M. Dupont m’ont parlé des lettres de M. Dupont qu’ils ont reçues sur mon mariage. Je leur ai dit les termes où j’en étais à l’évêché. Ils ont jugé à propos d’attendre mon retour pour les montrer s’il le faut.

L’anniversaire pour les Rois ne pourra pas se faire le 30. C’est grande fête à la paroisse.

Mardi 16 mai

M. Busson vient d’Angers. Les propos qu’il a tenus annoncent qu’il a eu occasion d’y voir les Bénédictins et qu’il voudrait les avoir dans le collège dont cependant il ne serait plus alors le président ; il s’est déjà attiré en ville quelques reproches sur ce projet (chevalier du Hauthierray et M. Ducan).

M. Hamelin vit hier M. Ducan et il lui parla pour la seconde fois qu’il aurait été possible d’apaiser la querelle de M. Macé avec moi moyennant des écrits respectifs. Ceci n’est vraisemblablement que pour que l’on ajoute foi à ce qu’il cherche à répandre qu’il n’a rien su, n’a rien dit, rien écrit dans toute cette affaire. Au reste, il répète sans cesse qu’on le laisse aller, que c’est l’unique grâce qu’il demande à Dieu et aux hommes.

L’inventaire de la bibliothèque n’avance pas. M. Hamelin aurait voulu simplement compter les volumes et que le bibliothécaire en donna un reçu en général. Celui-ci ne veut pas accepter les clefs qu’il n’ait inventorié tous les livres. Il en manque plusieurs qui ont été prêtés ; on dit même de perdus. La dernière caisse n’a été ouverte que ce matin.

M. Hamelin m’a répondu que M. d’Essuille ne lui a pas encore envoyé l’ordre du Roi pour son fils ; mais qu’il s’est engagé par écrit de lui remettre sous huitaine. Il n’a rien reçu non plus concernant M. de Boulainvilliers que son père aurait voulu avoir le 20 à Brest.

Il est très vrai que M. de La Brosse n’est plus grand vicaire.

Depuis plusieurs jours les sous-maîtres et les élèves ont cessé leur murmure. L’interrogatoire de M. de Cugnac a intimidé. Pour lui, il est toujours fanatique.

Le docteur La Tour est extrêmement radouci. Il veut bien certifier aujourd’hui l’état des inoculés qu’il n’a pas voulu voir.

Mercredi 17 mai

Les derniers élèves inoculés sont rentrés ; celui qui a reçu un coup à l’œil est aux infirmeries ordinaires. Le docteur La Tour a donné au sieur Boucher un certificat que c’était pour cela qu’il restait. Il offre de signer l’état de santé des inoculés qui doit être envoyé au ministre.

M. du Juglard est venu voir son fils. Les poudres qu’il avait apportées dans son dernier voyage n’ont pas empêché cet élève de pisser au lit. J’ai aussi vu M. de Gauville à qui j’ai persuadé de demander à retirer son fils pour prendre les boues de Saint-Amand. Je lui enverrai une consultation de la faculté avec l’historique de cette maladie.

Parti pour Angers à 2 heures 1/2, arrivé à 8. Je n’ai pas trouvé M. Boulnoy, il était en ville.

Jeudi 18 mai

L’archiprêtre de Juigné est venu à 7 heures me joindre à la porte et nous sommes allés à l’évêché chez M. Boulnoy. Le prélat, qu’il avait vu l’avant-veille sur l’affaire de mon mariage, qu’il était disposé à la terminer à ma satisfaction. Il avait en conséquence dressé la commission par laquelle M. l’archiprêtre était délégué. Il a refait cette ordonnance sur la représentation que j’ai faite que cela retarderait de 3 jours la conclusion par les allées et venues, que mes affaires en souffriraient et plus encore parce que nombre des personnes de La Flèche étaient actuellement informées de l’illégalité de mon mariage et surtout les curés. Il était à propos que ce fût l’un d’eux qui fût chargé de le rendre valide. Celui de Saint-Germain a été choisi de préférence, la femme étant sa paroissienne.

Nous sommes arrivés à Éventard à midi, nous avons passé une heure dans le cabinet de l’évêque à répondre à ses objections ; le dîner nous en a fait sortir. Nous n’étions que 6 à table, y compris son sacristain et son ancien précepteur. Il a été fort gai, a paru surpris du voyage de Macé à Paris. Il ne l’a pas vu la dernière fois qu’il fut à Angers, non plus que le lieutenant général à qui il fit dire qu’il prenait médecine. Ce monsieur a dit à l’abbé Boulnoy que Macé avait une bonne affaire qu’il avait gâtée en y mêlant d’autres accusations. Cette bonne affaire était les difficultés sur mon mariage. Après table, le prélat m’a fait voir ses plantations, il m’a demandé si la paix était dans le collège. Je lui ai répondu qu’il ne tenait pas à moi. – « Vos ennemis en peuvent en dire autant. » – « Je ne suis pas l’agresseur. » – « C’est vrai, la présomption est en votre faveur ». Il a envoyé demander si mon postillon avait dîné et m’a dit de partir en me remettant son ordonnance ; de lui envoyer un exprès si le petit Chauveau fait des difficultés et de lui écrire lorsque la cérémonie sera faite. Je suis parti à 3 heures 1/2 et arrivé à 8 heures 1/2.

Vendredi 19 mai

Après avoir disposé ce qu’il fallait pour la sortie de M. Boulainvilliers et vu M. le chevalier de Sarcé qui s’en chargé, j’ai été trouver le curé de Saint-Germain qui était encore couché. Il n’a point fait de difficulté, nous sommes convenus de faire la cérémonie le soir à 5 heures du soir. Je m’y suis rendu avec l’abbé Porion. Ma femme y était allée des Plantes avec le chirurgien Boucher qui y était. Personne ne s’en est aperçu. Nous sommes entrés dans l’église par la sacristie et la cérémonie de réhabilitation faite, nous sommes en allés d’où et par où chacun de nous était venu. Le neveu du curé, son vicaire et le sacriste furent les trois autres témoins. J’avais mandé cette nouvelle à MM. Chaubry, chevalier du Hauthierray et Donjon qui l’ont répandue.

Samedi 20 mai

On enterra hier un autre fils de notre maîtresse de buanderie.

M. Bourdet cherche des louis ; il a encore confessé aujourd’hui des élèves. Des externes ont dit que M. Bourdet avait reçu une injonction de quitter le collège, en présence de M. de Cugnac qui a répondu que M. du Muy recevrait une autre injonction et que M. Bourdet ne sortira pas comme cela.

M. Pilon partit mercredi au soir à cheval et revint hier pour sa classe. Il était hier avec le docteur La Tour et des Américaines d’un grand dîner chez l’abbé Le Royer qui eut concert le soir.

Dimanche 21 mai

L’instruction par M. Duchesne.

M. Hamelin a donné à dîner à M. Rossel fils.

L’inventaire de la bibliothèque en est resté là. M. Hamelin paraît ne plus s’en occuper ; il en a les clefs. Le bibliothécaire a changé de logement avec l’ex-sous-bibliothécaire qui continue de vivre à la table de l’institution et l’abbé Guibert au pensionnat.

Lundi 22 mai

Bureau ordinaire. M. le curé n’y est pas venu. Il ne s’est pas trouvé matière à délibération. M. Hamelin a annoncé que l’anniversaire pour les deux Rois fondateurs se fera le 2 juin. Le receveur a demandé quelques éclaircissements sur une contention de fiefs et sur un mémoire relatif aux dîmes en litige avec le curé de Saint-Germain. On lui a dit de prendre des avis d’avocat.

Le prochain bureau au 12 juin.

M. Busson et M. Hamelin se sont parlés quelque temps en particulier à la fin de la séance. M. Pilon est parti après la classe. Demain, congé.

Mardi 23 mai

On dit en ville (M. La Cochetière) que M. Macé a été arrêté à Paris ; d’après les élèves, il est à Versailles. M. le lieutenant de police a écrit à M. Hamelin qu’il y avait nombre d’arrêts sous presse pour le collège. M. Bourdet a reçu contre ordre et doit rester. Neuf sous-maîtres doivent être congédiés. M. Bourdet n’obéira qu’à une lettre de cachet et point à une lettre de commis.

Mme de Lespervanche est venue se remettre en pension à la Madeleine. Mme d’Argentré de Pontestan est venue voir ses fils.

M. Hamelin a fait appeler Franche et Chesneau, écoliers de physique, à qui il se propose de faire soutenir thèse.

Mercredi 24 mai

M. Pilon est de retour ce matin.

Dans la dernière visite que M. Hamelin fit le 15 à M. Ducan, il lui parla de vers faits contre lui, qu’on avait présentés à M. l’abbé Boucher à corriger qui en avait été indigné. Il s’expliqua de manière à laisser croire à M. Ducan qu’ils avaient été faits aux Plantes et depuis peu. Le hasard fit que le maire en causa avec le professeur qui protesta n’avoir eu aucune connaissance de pareille chose et, d’après des explications avec M. Hamelin et M. Ducan, M. le commissaire s’est rétracté. Ceci est de la semaine dernière.

Jeudi 25 mai

L’Ascension. J’ai vu ce matin M. Chaubry qui m’avait donné rendez-vous chez lui à 6 heures. Il ne peut pas concevoir la nouvelle imposture de Macé qui m’a fort étonné hier à l’ouverture de mes lettres. J’ai cherché à me rappeler tout ce qui s’est passé depuis longtemps, j’ai prié toutes les personnes de la maison que j’ai vu de se rappeler et ma mémoire et la leur est tout à fait en défaut sur les nouveaux outrages dont ce furieux m’accuse, ce qui l’oblige à chercher sa sûreté en fuyant. C’est sans doute pour faire le pendant de l’accusation de l’année dernière de l’enlèvement de ses fauteuils dont il m’a fait l’auteur.

Vendredi 26 mai

Mme de Pontestan est partie, mais elle a mis son chevalier au cachot ; cet enfant lui a manqué très grossièrement et n’a pas voulu réparer sa faute, ni se soumettre à M. Hamelin. On a apporté une seconde malle à ce dernier qui a demandé à la maîtresse de poste si elle pourra lui prêter son cabriolet pour se rendre à Paris.

M. Chaubry m’a appris quels étaient les nouveaux outrages dont se plaint M. Macé ; il l’a su de M. Hamelin à qui M. Macé a conté que se promenant dans la cour royale avec les sieurs Bourdet, Benières et le secrétaire, il a aperçu, malgré la nuit, quelqu’un vers l’escalier de marbre, qu’il les a quittés pour voir qui c’était, que l’ayant rencontré après être monté quelques marches, ce quelqu’un lui a craché au nez en l’appelant Racha ; qu’il est retourné raconter cela à la compagnie et leur a dit que c’était M. de La Motte et qu’ils auraient bien dû le suivre. Ses amis n’ont rien vu ni entendu et ce n’est que sur sa parole qu’ils déposent. Ce conte passe ici pour une extravagance à faire enfermer son auteur.

Samedi 27 mai

Les élèves ont eu des petits pois pour 50 livres

M. de Cugnac s’est fait mettre par impertinence hors de classe. Il y est cependant rentré moyennant une légère satisfaction.

M. Boucher fut dire la messe à Vaulandry jeudi dernier, à la prière de M. Pilon, mais il ne voulut pas manquer ni à grande messe ni aux vêpres du collège.

On prétendait pouvoir apaiser la querelle de M. Macé moyennant des écrits, en lui faisant me donner à moi respectivement des certificats comme nous aurions déclaré nul tout ce qui a été dit, écrit, fait depuis un an. Et ma réponse a été que j’accepterais un double du mémoire du 3 au bas duquel M. Macé déclarait m’avoir accusé mal à propos de tous les faits qu’il y contient et, de mon côté, je promettrais de solliciter pour qu’il ne soit pas puni.

Invitation pour le service des deux Rois.

Dimanche 28 mai

L’instruction par M. Hamelin ; il a parlé sur la disette et la sécheresse, fléaux que nous attirent nos péchés et que les Rois ne sont pas les maîtres d’éloigner.

Le curé a fait, sur l’obéissance due aux souverains et sur l’horreur qu’on doit avoir pour les révoltes, un prône dont on dit beaucoup de bien.

M. Hamelin a deux malles chez la maîtresse de poste qui fait mettre des roues neuves au cabriolet qu’elle lui a promis.

La chaîne des forçats couche ici cette nuit.

Lundi 29 mai

Dîné chez M. Duperron, commandant des carabiniers, avec tous les officiers et plusieurs personnes de la ville. M. de Boisdeffre, le chevalier, qui y était et qui va à Saumur, s’est informé de la santé de M. Dupont.

Les élèves ont maltraité mon domestique que j’avais envoyé porter une lettre à M. Hamelin. Je lui en ai écrit, il m’a répondu et promis de punir les coupables s’il les découvre. Les têtes de cette jeunesse sont furieusement échauffées.

Mardi 30 mai

Les gratifications des sous-maîtres sont arrivées. Comme les plus cabaleurs n’ont pas été les moins récompensés, leur audace qui avait été un peu rabattue reprend force.

  • 4 Médicaments qui provoquent la sudation.

Le jeune de la Noue est mort cette nuit à 1 heure 1/2. À l’ouverture, on a vu que c’était une maladie chirurgicale, ce qui a été observé au docteur La Tour qui s’était emparé du traitement. Il a eu d’ailleurs l’entêtement de ne pas déférer à l’avis de M. Leleu qui a toujours désapprouvé les sudorifiques4.

Cet élève a été enterré à 6 heures du soir.

Enfin M. Hamelin a travaillé de bonne foi à l’inventaire que le sieur Hifferman écrit. On ne met que le titre, le format et le nombre de volumes des ouvrages ; l’édition, le lieu d’impression et l’année n’auraient pas été de trop selon moi.

  • 5 Collège parisien institué par le testament de Mazarin et destiné à recevoir 60 élèves des « quatre (...)

On dit ici que le projet de M. Hamelin était rendre ce collège comme celui des Quatre-Nations5 dont il aurait été le grand maître, l’ordonnateur. D’un autre côté, il fait des notes pour les élèves et c’est, dit-il, un travail de six semaines.

Mercredi 31 mai

Service à la paroisse de M. de la Noue.

M. Bourdet a demandé à mon domestique s’il connaissait ceux qui l’ont maltraité. Il lui a répondu que non, mais qu’il aurait pu les voir et qu’il avait appelé à son secours.

M. Bourdet l’a quitté après cette réponse.

Partout on fait des prières pour obtenir de la pluie. Tout est sec et brûlé, les grains, les légumes, les herbes.

M. Pilon est parti après sa classe.

Jeudi 1er juin 1775

M. Pilon est de retour. Il ne voyage plus les dimanches et fêtes. Il prouve bien par là que ce n’était pas pour dire des messes qu’il le faisait ci-devant.

On a célébré dans notre chapelle le service pour le jeune de la Noue.

Vigiles pour les 2 Rois fondateurs.

J’ai dîné chez M. Porion avec MM. Donjon, le curé de Saint-Germain, son neveu, Méfray, Simon, d’Héral, Gautier et Noyelle.

M. Hamelin a, dit-on, trouvé mauvais qu’on n’ait pas mis les colonnes et le couronnement du catafalque dans l’église. J’ai été après midi pour faire disposer les places pour les corps et les personnes invités. M. Hamelin avait fait ranger les bancs des écoliers. Je n’ai pas voulu y toucher, seulement j’ai fait mettre des fauteuils pour les corps.

M. Boulnoy me mande, sous le secret, que M. Hamelin a demandé pour dernières grâces au prélat des dimissoires pour ses abbés, qu’il annonce son prochain départ pour Paris et son remplacement par un sujet distingué de sa connaissance dont on sera content. Les dimissoires ont été refusés.

Vendredi 2 juin

Service pour Henri IV et Louis XV à 9 heures. M. Hamelin a officié. Pilon est le seul professeur qui ait été employé au chœur et à l’autel. Le discours de l’abbé Lambert, qui était un extrait de son ancien, a duré 3/4 d’heure ; son exorde et sa péroraison seulement faisaient mention des 2 Rois. Le corps de l’oraison funèbre était un récit rapide et fleuri des qualités héroïques et bienfaisantes de Henri à qui il avait fait voir dans son début que Louis a ressemblé. Il y a de beaux morceaux, séduisants, mais trop poétiques ; il a pour cela même fait plus de plaisir à son auditoire. Le beau parallèle de Sully et du duc de Choiseul a été retranché.

La noblesse qu’on avait invitée, les dames et les personnes qui méritent des égards ne savaient où se placer. M. Hamelin avait fait ranger la veille les bancs à sa fantaisie. Ni M. Lambert ni moi ne voulurent changer ce qu’il avait fait. Il y eut des mécontentements à cause de cela ; on a trouvé aussi singulier qu’on eût retardé cette cérémonie de demi-heure, mais tout cela n’était rien sans la scène scandaleuse qui l’a terminée.

Le clergé de la paroisse s’est arrêté au bas de l’église pour chanter un suffrage devant le catafalque avant de sortir. Il était au milieu de la seconde reprise du libera lorsque le chœur du collège a, sans quitter le lutrin, entonné le sien : ce qui a fait une discordance des plus choquantes et excité les rires et les propos et choqué tout le monde, et en particulier des élèves et des carabiniers dont il y avait un piquet commandé par M. de Rossel notre ancien élève et le 1er que nous ayons vu sous les armes.

À 1 heure, un cavalier de la maréchaussée a fort surpris M. Bourdet ; il l’attendait à l’entrée de la cour des classes pour lui signifier un ordre de sortir du collège. C’était le moment où il se rendait avec d’autres au café de M. Hamelin qui n’a pas paru surpris lorsque M. Benières est venu lui dire ce qui se passait.

Samedi 3 juin

La ville est fort indisposée de la sottise qu’on a faite au clergé de sa paroisse. Plusieurs voudraient que le curé en rendît plainte au procureur du Roi. Il est résolu de prendre un parti moins violent, d’en écrire fortement à son évêque et d’envoyer au ministre de la guerre copie de sa lettre.

Dîné chez le chevalier du Hauthierray.

Le sieur Bourdet est parti du collège à 1 heure et loge chez la dévote Mme Philipot. Les sieurs Boulay, Marchand et Moyelle s’attendent à être renvoyés au 1er moment.

M. l’évêque a répondu de sa main et avec intérêt à ma lettre de remerciements.

Le sieur Marchand a écrit trois lettres au ministre (Desmon).

Dimanche 4 juin

Pentecôte. Sermon par l’abbé Boucher qui a été le répéter aux Capucins.

Les élèves se sont levés et fait un brouhaha quand ils ont vu ma femme et ma sœur entrer dans l’église. Après le sermon, plusieurs élèves qui étaient aux latrines ont attendu que j’en fusse sorti pour crier : « La Motte gueux, crevat ». Mais qui a crié ? Le contrôleur de bouche l’a entendu. On m’a dit que hier on m’avait hué de la même façon ; mais je ne l’ai pas entendu distinctement.

Vers 7 heures 3/4, tandis que le parc était rempli des gens les plus distingués et des dames, les élèves m’ont vu traverser le potager. Je quittai ma femme et ma sœur qui se promenaient et j’allai dans mon cabinet. Grand nombre de voix se sont élevées de l’enceinte qui renferme les élèves et, parmi leurs cris, on distinguait mon nom avec les épithètes de gueux, fripon, voleur, crevat. Ces cris ont continué encore longtemps après que je fusse passé. De chez moi, je les entendais et je voyais de ces crieurs se grimper aux palissades et aux arbres. Deux sous-maîtres, que je ne pus pas reconnaître, se promenaient entre la palissade et le fossé de séparation du potager. MM. Hamelin et Lambert était dans l’enclos. J’allais enfin m’y rendre quelqu’en dût être l’événement, mais l’heure de la sortie du parc mit fin à cette scène scandaleuse. Plusieurs officiers de carabiniers, des magistrats, des chevaliers de Saint-Louis, nombre d’autres personnes en ont été témoins et indignés. Les 1ers ont été sur le point d’envoyer chercher une garde pour en imposer à cette jeunesse effrénée.

Lundi 5 juin

M. Bourdet est venu au pensionnat (M. Chaubry).

M. Busson a été chez M. Hamelin qui a assuré n’avoir rien vu, entendu, ni appris de la scène de hier. Il est venu me dire qu’il était ainsi que le monde outré de l’événement de la veille et qu’il avait convoqué un bureau extraordinaire pour 2 heures, qu’il voyait bien qu’il y avait des gens qui excitaient les élèves en un complot dangereux. Je l’ai remercié de son zèle et de l’intérêt qu’il témoignait prendre en ce qui me regardait. Nombre de personnes de la ville sont venues me témoigner leur chagrin de l’outrage que j’ai reçu.

M. Lambert ne s’est pas aperçu de ce désordre.

Le bureau extraordinaire a été complet. M. Busson a établi le fait, ses démarches pour le vérifier, ce que lui avait dit M. Hamelin de n’en avoir rien su que par lui qui est l’étrange de la délibération ; qu’une pareille scène et d’autres moins avérées, ainsi que le désordre de certaines classes, les propos de révolte qui se semaient dans le public annonçaient assez un complot conduit par des maîtres et autres ; qu’il opinait qu’il était très instant de le mander au ministre et de nommer des commissaires pour informer dans le pensionnat. La moitié de sa proposition a passé. On n’a pas cru devoir se permettre le reste sur l’objection que j’ai faite que le bureau excéderait ses pouvoirs s’il s’immisçait dans le pensionnat. Le procureur du Roi ne voulait pas d’après cela permettre qu’on mît le dire de M. Hamelin ; il s’opiniâtrait même. Je l’ai prié de le trouver bon, la chose me regardant. Après la délibération, on a fait d’ailleurs beaucoup de reproches sur la tenue des classes, l’indiscipline, l’esprit de révolte. J’ai sorti pour ne pas gêner cette conversation.

Mardi 6 juin

MM. Hamelin et Boucher ont été plusieurs fois voir M. Bourdet qui loge dans la rue du collège.

Soupé aux Capucins avec MM. Donjon, Simon, Drouault père et fils.

Desmon fut hier assailli de pierres par les élèves sortant du parc pour aller au goûter. M. Pilon est en campagne depuis hier au soir.

Mme Le Royer a retiré son fils de la classe de physique parce qu’on n’y fait que jouer et se déchirer (Meslin fils).

Dans la conversation qui a suivi le bureau de hier, M. Hamelin a beaucoup exalté M. Bourdet qu’il dit innocent au point que le principal lui procure l’éducation de M. de Bonaire.

Mercredi 7 juin

M. Pilon, qui est de retour de ce matin à 6 heures, est reparti ce soir à 4 heures. M. Macé est arrivé à cheval avant midi, il a devancé le carosse ; il s’est d’abord rendu dans sa maison, d’où il est allé furtivement où loge M. Bourdet et avec qui il a passé quelques heures avant de se rendre chez M. Hamelin ; ils se sont rencontrés au commencement du goûter et beaucoup embrassés. M. Hamelin l’a conduit chez lui ; il y est resté jusqu’au souper des élèves. M. Benières l’a ramené chez lui. Il a soupé avec les instituteurs, a témoigné de l’étonnement que M. Bourdet fût sorti, ce qui ne devait pas être puisque lui rentrait dans ses fonctions par ordre du Roi ; il a aussi joué l’étonné sur mon mariage. Il a dit que sans l’ordre du Roi, il allait au sacre, mais, a-t-il ajouté, Dieu soit béni et vous aussi Messieurs. Il a passé la soirée chez M. Hamelin

Jeudi 8 juin

M. Hamelin s’est présenté de très grand matin chez M. Busson qu’il n’a pas trouvé. Il a été voir les officiers de carabiniers pour les inviter de dîner. Ils l’ont refusé et M. Duperron lui a fait sentir que ce qu’il a vu cet hiver et en dernier lieu était la principale cause de ce refus. M. Hamelin a dit qu’il ne m’en voulait pas du tout, qu’il comptait même m’avoir à dîner avec eux, comme j’y avais été à sa fête.

J’ai dîné avec M. Macé qui a peu parlé. En revanche, il s’égaie et fait des fanfaronnades où il va et il court partout. Il a été 2 fois chez M. Chaubry : il lui a dit entr’autres qu’il ne voulait qu’une lettre honnête et de satisfaction du ministre pour donner sa démission.

Vendredi 9 juin

Fonvive fut hier soir attaqué avec des pierres passant auprès de la palissade.

  • 6 Dévots.

M. Benières passe chez M. Bourdet le temps qu’il a de libre. M. Hamelin y va de son côté fréquemment, ainsi que les sieurs Marchand, Boulay, Moyelle et quelques autres sousmaîtres. Les dévotes, ses pénitentes, vont, répandant que c’est un saint homme qu’on persécute, que ce Bourdet qui poussait l’hypocrisie jusqu’à faire des parties de campagne avec les philothées6.

Samedi 10 juin

M. Hamelin m’a tiré à part aux infirmeries et me demander si je n’avais pas plusieurs cachots à lui procurer ; qu’il avait découvert quelques-uns des crieurs de dimanche. Je lui ai répondu que je n’avais que ceux qui sont en sa puissance. Il m’a dit qu’en ce caslà, il les ferait fouetter au réfectoire. Je me suis tu. Il a mis ce matin M. de Bernard de la Frégeollière dans le cachot qui est sous mon appartement ; cet élève est accusé d’être l’un des coupables : il se dit innocent. M. Florentin de Courcelle a été fouetté pour la même cause.

M. Bourdet a été chez le curé. Il l’a prié de savoir s’il peut rester ici en sûreté ; j’ai dit au curé que M. Bourdet étant le principal boutefeu de l’esprit de révolte des élèves, son éloignement seul ferait sa sûreté après ce qui s’est passé dimanche. Il a juré au curé qu’il n’avait rien fait que par les ordres de M. Hamelin.

M. de Ranis, machiniste pour la construction des moulins, retourne à Paris. Il vient des terres que M. le comte d’Harcourt vient de retirer de M. le marquis de Contades. Il a vu les travaux que fait la ville pour rétrécir ses fossés, ce qui ne rendra pas impraticable le projet de notre moulin.

L’inventaire de la bibliothèque provisionnelle est fini. Je ne sais pas si le catalogue sera mis au net pour le prochain bureau. Reste l’ancienne bibliothèque et les livres classiques.

Dimanche 11 juin

Sacre de Louis XVI.

Point d’instruction. La Trinité.

  • 7 Jeu en vigueur jusqu’en 1787 auquel participaient bouchers, meuniers et pêcheurs de La Flèche. Un (...)

On a tiré le pau de la quintaine, ce qui se fait tous les 7 ans7.

Le sieur Odiau a été la semaine dernière recevoir le diaconat au Mans avec un dimissoire de l’évêque. Le sous-maître Laurent n’en a pas obtenu pour le sous-diaconat.

M. Hamelin a fait fouetter 3 ou 4 autres élèves pour l’émeute du 4 (Gordon, Bloteau, Lafitte, Sainte-Hermine).

M. Macé est allé hier soir à Angers en poste. Il est revenu ce matin. Il était à la messe d’11 heures. Il est monté en voiture et en est descendu hors de la ville.

Lundi 12 juin

Bureau ordinaire, le curé ne s’y est pas trouvé. Six délibérations :

1. Bordereau de caisse du receveur pour le mois de mai.

2. Lecture de 3 lettres du ministre. La première concernant la réponse de la délibération du bureau sur les fréquentes absences du professeur de rhétorique et sur ce qu’il n’y a pas eu de thèse de physique pendant le carême dernier et de logique à la fin de l’année dernière, délibération qui est désapprouvée en ce qu’elle commettait un tiers pour rendre raison de ses manquements. La seconde au sujet des instances que le bureau a faites pour empêcher la suppression de la place de chapelain auxquelles le Roi ne se rend pas, quoiqu’il accorde 6 mois au sieur Durand qui en était pourvu et qu’il consente qu’il soit placé, s’il y convient, au pensionnat. La troisième sur la lenteur avec laquelle se fait l’inventaire des livres de la bibliothèque qu’il veut qu’il soit au plus tôt terminé, et pour quoi faire le sieur Macé, qui était sans permission à Paris, a reçu ordre de retourner à La Flèche.

M. Busson a témoigné être choqué de quelques endroits de la première lettre et a rappelé que le bureau n’avait pas l’autorité de faire ce qu’on lui reprochait de n’avoir pas fait.

Cependant, d’autres ont senti que le ministre demandant au bureau des éclaircissements sur une chose, il lui donnait le droit de s’en occuper quand même il ne l’aurait pas d’ailleurs. M. Busson a proposé de nommer 2 commissaires pour faire des informations. Ce parti n’a pas été adopté parce que les faits étant connus, il n’y avait qu’à savoir de M. Hamelin s’il les a autorisés. Celui-ci a donné pour réponse un long papier intitulé : Sommaire de la réponse aux délations faites contre les sieurs Pilon et Macé et envoyée à M. le maréchal du Muy.

Cette pièce a été lue et écoutée très en silence. Les efforts qu’y fait M. Hamelin pour excuser ces 2 professeurs y sont ici palpables qu’on ne s’est pas pris à ses sophismes et à des raisons captieuses. Il lui a été objecté que les professeurs ne sont pas faits pour vicarier ou suppléer dans des cures ou ailleurs ; que les grands vicaires d’Angers n’ont pas d’autorité qui puisse faire déroger aux règlements ; que c’est la continuité des absences qui fait la faute de M. Pilon. Quant aux thèses, si le règlement est mal fait à cet égard, il fallait démontrer et non s’en dispenser. L’université a approuvé ce qu’on nomme aujourd’hui impraticable et il s’est exécuté sans difficulté et sans réclamation. M. Hamelin a tenté d’appuyer, mais inutilement, son sommaire. J’avais gardé le silence ; je l’ai rompu pour déclarer que les absences de M. Pilon avaient commencé en 1773 et prier qu’on voulût bien s’en souvenir. M. Hamelin a voulu discuter sur mon assertion. J’ai répondu brièvement que j’attestais un fait et que je n’entrais pas dans les motifs, qu’il était le maître d’interpréter. Il a été porté sur le registre que, suivant le rapport du principal, les absences de M. Pilon des fêtes sont vraies, mais exagérées ; que c’était pour secourir le curé de Vaulandry malade ; que c’est à l’invitation de M. de La Brosse, grand vicaire, et avec la permission de lui principal qu’il l’a fait, mais seulement pendant plusieurs mois ; que l’ordre du collège n’en a pas souffert ces jours-là, ni nommément le dimanche des Rameaux dernier ; que pour les jours de congé, les professeurs sont libres d’en disposer. Que quant aux thèses, c’était parce que les écoliers étaient pauvres et qu’il n’y a plus de répétiteur de philosophie.

La seconde lettre n’a causé aucune concertation. Elle sera notifiée au sieur Durand dont elle supprime la place dans 6 mois. La troisième a mis dans le cas de demander à M. Hamelin où l’inventaire des livres en était. Il a répondu qu’il était fait, qu’il se copiait, que M. Macé n’avait que le recollement à en faire et c’est à peu près ce qu’on a mis sur le registre. On a parlé de l’inventaire de l’ancienne bibliothèque. M. Hamelin a dit qu’il y en avait pour plusieurs mois, qu’il ne se chargeait pas de cette besogne. Cependant, a-ton répondu, il faut que la remise en soit faite à M. Guibert par M. Macé qui en est toujours responsable. M. Hamelin a répliqué qu’elle était en désordre, que nombre de livres en avaient été emportés, que tous les professeurs et d’autres en avaient, qu’il y en avait d’ouvrages doubles et quadruples, comme des calepins qui avaient été remis à des personnes très respectables qu’il considérait infiniment et à qui on n’était pas dans le cas de les redemander jamais. Cette méchanceté m’a fait rompre le silence pour la seconde fois pour déclarer que M. Dupont et moi avions de ces calepins, qu’il avait été aussi envoyé un autre livre à M. Dupont par M. Macé ; que ces ouvrages n’étaient pas perdus pour le collège dès qu’ils étaient dans les mains de personnes respectables ; qu’y ayant un catalogue par ordre de matières des livres de cette ancienne bibliothèque, il fallait que le recollement s’en fît et que le bibliothécaire sortant indiquât ce que sont devenus les volumes qui se trouveront manquer quelque soient ceux qui les ont actuellement.

3. Lecture d’une autre lettre du ministre qui discute la réponse du bureau sur la baillée à rente d’une maison à Sablé et ne veut pas consentir à ce qu’elle ait lieu, qu’à condition que le sieur de La Mandinière stipulera qu’elle sera non rachetable et pure et simple.

4. Il a été fait ouverture d’une lettre de M. Macé qui annonce que son supérieur le fait demander, qu’en conséquence, il a envoyé sa démission au ministre et sollicité le bureau de joindre ses instances aux siennes pour la faire accepter. Arrêté que copie de cette lettre sera adressée au ministre.

5. Pouvoir au receveur de faire rétablir le chemin de Bazouges à Verron et de faire quelques autres réparations nécessaires.

6. Tandis qu’on lisait les précédentes délibérations, MM. Busson et Hamelin s’étaient levés et causaient en particulier ; ensuite ce dernier a dit qu’il avait fait des recherches pour connaître les coupables de l’insulte qui a été faite à l’inspecteur ; qu’il ne croyait pas que les élèves y eussent été portés par qui que ce fût et qu’il en avait fait punir 5 qu’il avait découverts ; que pour sa justification, il demandait qu’il fût fait mention de son rapport. Ce qui a été fait sans qu’on parut persuadé de la sincérité de ses recherches. On est venu avertir M. Hamelin, avant la fin de la séance, parce que les élèves de sa table l’attendaient pour dîner. Il est sorti. J’ai encore répété que les absences de M. Pilon avaient leur origine de 1773, même pendant le séjour de l’évêque. La prochaine assemblée au 26.

M. Macé a annoncé à midi qu’il s’était démis.

Dîné aux Plantes avec MM. Ducan et Porion.

Mardi 13 juin

Le sieur Bourdet est en campagne, je ne sais où.

M. Hamelin dit que M. Macé est secrétaire ab intimis de M. l’évêque d’Angers (M. Rouzé à M. Porion). C’est aussi ce que répand partout cet homme turbulent. Il affecte, et ses adhérents, depuis hier un air de triomphe insolent.

M. Hamelin m’envoya demander jeudi l’état des gratifications de la chapelle d’octobre 1772 à octobre 1773 pour former celui d’octobre 1773 à 1774. Je le fis copier et le lui envoya le lendemain. Le crédencier de l’institution le lui remit à lui-même. Il me le fit redemander hier avant le bureau et nia l’avoir reçu.

Les sieurs Marchand et Brichet, sous-maîtres, iront au séminaire à la Saint-Jean pour la prêtrise : ce sera deux grands brûlots de moins.

Le chirurgien Boucher est allé hier faire l’inoculation à quelques lieues d’ici, à la sollicitation de M. Ducan et de M. du Soulier, commandant.

Mercredi 14 juin

Les 4 élèves qui ont été fouettés à cause des huées de la Pentecôte sont MM. Gordon, Sainte-Hermine, Bloteau et Lafitte. J’ai eu tort de nommer de Courcelle. Depuis cette punition, il n’en a plus été question.

Le sieur Bourdet est revenu de la campagne et il a été chez les curés de Cré et de Fougeré. Les dévotes ne s’épargnent pas pour qu’on en ait pitié et qu’on le croit un innocent opprimé.

Jeudi 15 juin

Fête-Dieu. Sermon par l’abbé Boucher. Le curé a invité MM. Hamelin et Porion à porter le Saint-Sacrement.

M. Hamelin a trois malles chez la maîtresse de poste. Il en fait acheter une 4e.

C’est chez M. de Roscouet que le sieur Boucher est allé inoculer au-delà de Saumur.

M. de Cugnac disait à la peignerie qu’il était probable que M. Hamelin aurait le dessous parce qu’il ne voulait pas se compromettre avec les gens de la ville, M. Ducan et autres (Granger).

Les carabiniers ont des détachements aux Ponts-de-Cé et en avant du Château-du-Loir.

Vendredi 16 juin

J’ai trouvé Mme du Hauthierray l’aînée chez Mme Huger où j’étais allé pour sa maison. La 1re est furieuse contre nos infirmeries, qu’elle dit qui l’empestent et en déblatère sans cesse. Elle veut vendre sa maison.

Le bruit que M. Macé sera vicaire général de l’évêque d’Angers, après avoir été quelque temps son secrétaire intime, a trouvé ici nombre de crédules. On n’en sait pas un mot à Angers d’où on m’annonce que le prélat doit partir dimanche pour Paris (M. Donjon). Le député du clergé du second ordre de la province n’a pas été de son choix. L’assemblée provinciale à l’occasion de l’assemblée générale du clergé doit se tenir à Tours dans peu.

Samedi 17 juin

L’ameublement des chambres de Saint-Jacques dont on s’occupe fait faire bien des conjectures.

Le sieur Durand ambitionne le poste de préfet des études. Il m’en a parlé. Je lui ai dit que c’était à la nomination du principal et qu’il fallait être gradué en théologie et pouvoir suppléer toutes les classes.

La remise de l’ancienne bibliothèque et des livres classiques ne s’effectue pas.

Dimanche 18 juin

L’instruction par M. Hamelin.

Arrivée de l’évêque de Saint-Pol-de-Léon qui se rend à Tours pour l’assemblée qui nommera le député à celle du clergé. Il a demandé M. Macé qui lui a présenté MM. Hamelin, Benières et Moyelle, secrétaire. Ils se sont promenés au parc, dans le pensionnat et aux infirmeries.

Lundi 19 juin

M. l’évêque de Saint-Pol-de-Léon est parti à 2 heures du matin. M. Macé lui a tenu compagnie après le souper. Au dire de M. Hamelin, il veut réunir à son séminaire le bénéfice de Notre-Dame de Lambader et il offre à M. Macé, titulaire, 1 200 livres viagers (M. d’Héral). Ce prélat a demandé un congé.

M. Bernard de la Frégeollière est sorti du cachot samedi dernier 17.

Mardi 20 juin

M. Chaubry me communiqua hier au soir la lettre du ministre qui veut que je fasse connaître que je n’ai pas reçu aux dépens du collège.

Congé. Le bureau n’en a pas été prévenu.

Souffrain est aux infirmeries pour un coup de férule sur la joue. M. Hamelin lui a défendu de dire de la part de qui.

Le sieur Marchand, sous-maître, est venu me trouver sur des bruits, m’a-t-il dit, qui courent en ville de son expulsion prochaine. Je lui ai dit qu’il savait mieux que personne que la nomination et le renvoi des sous-maîtres ne me regardaient pas, que c’était au principal qu’il devait s’adresser ; que j’avais bien chargé, il y a du temps, à quelqu’un d’avertir son père de sa conduite. Il a avoué que son père et M. Pihery lui avaient fait des reproches très vifs de ses torts ; il n’a pas désavoué ses 2 dernières impertinences, l’une d’avoir dit à la table des lecteurs (où se sont tramées nombre de cabales) qu’il me remercierait bien, l’autre d’avoir laissé maltraiter mon domestique. Comme il ne doit plus aller au séminaire que dans 3 mois, il se sera déterminé à cette visite pour gagner du temps.

Le bruit court que M. Dupont arrive ce soir avec 4 commissaires.

L’abbé Péan est en campagne.

Mercredi 21 juin

  • 8 Dans la marge : non.

L’évêque d’Angers a dû passer ici lundi pour se rendre à Tours avec l’évêque du Mans. Il n’a vu personne à son passage8.

Voilà 2 jours que le docteur La Tour n’a pas paru aux infirmeries. Il règne des fièvres catharales pour lesquelles il fait saigner plusieurs fois, ce qui tue ses malades. Dubois-Tosté, qu’il a ainsi traité, est en danger.

M. Macé plaisante sur le certificat que M. Chaubry lui a donné de son retour.

Jeudi 22 juin

  • 9 C’est le huitième jour après certaines fêtes : dans ce cas après la Fête-Dieu.

M. Hamelin a fait tous les saluts de l’octave9, excepté celui-ci. Il n’en a cédé les honneurs à M. Lambert que parce qu’il lui a pris une extinction de voix.

Il n’est pas vrai que l’évêque d’Angers est passé par La Flèche. Il a détourné à Seiches et pris par Le Lude la route de Château-du-Loir où il s’est joint à l’évêque du Mans.

Vendredi 23 juin

L’enrouement de M. Hamelin continue ; cela ne l’empêche pas de visiter le sieur Bourdet qui rallie les dévotes et les fait jaser.

M. Pilon est parti à 4 heures 1/2 du soir par sa route ordinaire.

Samedi 24 juin

M. Pilon est arrivé ce matin à 7 heures. Le sous-maître Péan est aussi de retour et le bibliothécaire est allé en campagne passer ces 2 jours. M. Macé prétendait qu’il y avait erreur d’addition de 45 volumes dans l’inventaire de la nouvelle bibliothèque, ce qui est faux. J’ai dit à l’abbé Guibert de présenter cet état avec son reçu au prochain bureau. L’ancienne bibliothèque et les livres classiques ne lui ont pas été remis.

Porté à M. Chaubry les pièces justificatives de mes dépenses pendant 1772, 1773 et 1774. Elles sont accompagnées d’un espèce de compte qui en présente l’ordre. Je ne m’y suis permis que les réflexions propres au sujet.

M. Hamelin est toujours dans le même état.

Dimanche 25 juin

L’instruction par M. Durand.

M. Hamelin voulait se faire saigner. Il a changé d’avis. Il a gagné son enrouement à porter Dieu jeudi à la procession.

Lundi 26 juin

Bureau ordinaire. M. le curé n’y est pas venu et je crois que nous le verrons peu souvent. Il y a eu 3 délibérations :

1. Sur le compte que l’inspecteur a rendu de la remise qu’il a faite d’une sommation signifiée à M. Dupont de recevoir le 20 juillet le remboursement des 18 000 livres, capital d’une rente de 900 livres du collège sur la ville de Paris, il a été arrêté qu’il serait fait et envoyé procuration en blanc à l’effet de recevoir ce remboursement et de le recolloquer.

2. M. Hamelin a présenté l’état du service de la chapelle d’octobre 1773 à octobre 1774, qu’il a dressé lui-même. Il a été arrêté qu’il sera envoyé au ministre. Cette pièce n’est pas exacte. Le sermon de la Toussaint 1773 est entre autres oublié.

3. Le sieur Guibert, bibliothécaire, a porté le catalogue des livres inventoriés dans la bibliothèque provisionnelle avec son reçu au bas, à la charge de qui il appartiendra, et une lettre par laquelle il déclarait que les livres classiques et ceux de l’ancienne bibliothèque ne lui étaient pas encore remis. M. Hamelin a dit qu’il aurait dû ajouter que M. Macé lui a parlé de le faire. M. Busson a dicté la délibération pour constater la remise déjà faite par M. Hamelin de l’inventaire, a inséré le reçu du bibliothécaire dans cette délibération et a exigé que le sieur Guibert ajouta et nommément M. Macé avec qui j’ai fait le recollement. Le lieutenant général a montré encore sa partialité pour ce monstre par d’autres propos.

J’ai remis au bureau par écrit la déclaration de 3 volumes que M. Dupont a de la bibliothèque et d’un calepin qui m’a aussi été donné. M. Hamelin ayant dit qu’ils n’étaient pas dans le catalogue, on m’a répondu qu’ils étaient en ce cas bien où ils étaient ; mais j’ai laissé ma déclaration jusqu’après la vérification de ce catalogue et alors j’exigerai réponse par écrit. Comme on dit jeudi chanter le Te Deum et illuminer à l’occasion du sacre de Louis XVI, j’ai demandé ce qu’on ferait à cette occasion. On m’a dit qu’on s’en rapporterait à moi. J’ai insisté pour une réponse en disant que je ne voulais pas qu’on crût que je fais de ma tête les choses qu’on laisse ainsi à ma disposition. On a réglé que cette illumination ne pourrait pas être moindre que celle qui fut faite pour le duc de Praslin. M. Hamelin a dit qu’il ferait aussi chanter un Te Deum et demandé un congé qui a été accordé à son choix. M. Ducan a aussi parlé du nettoiement des allées du parc auquel un seul homme ne peut pas suffire. Il a été dit que verbalement qu’il fallait y mettre des journaliers.

La prochaine assemblée au 10 juillet.

Mardi 27 juin

M. Macé a répandu hier que M. l’évêque lui a écrit du 18 de Tours qu’il serait aujourd’hui à Paris et qu’il se hâte de terminer ses affaires pour le rejoindre. En conséquence, il a commencé la remise des livres classiques et il fait l’agréable.

Congé à cause qu’il est fête jeudi. Il n’en a pas été question au bureau.

J’ai depuis plusieurs jours un malaise qui me donne de la vapeur et un mal à l’œil gauche, qui a son origine depuis ma fièvre et me trouble la vue.

Mercredi 28 juin

Les élèves ont commencé à composer pour les prix.

Le machiniste Catanis fait des expériences en physique.

Le maréchal de Contades a passé ici. Il va au château de Montgeoffroy qu’il vient de faire bâtir.

Le logement est prêt à Saint-Jacques pour 3 maîtres et autant de domestiques. On n’a pas démeublé au collège l’appartement sur la rue ni celui du bureau ; celui de M. Dupont est même resté meublé en partie.

Je reçois une lettre de Mlle Ruault qui a appris à Saint-Germain d’une sienne tante que M. Dupont avait été informé qu’elle avait goûté et trouvé mauvais le bouillon des élèves pendant le long séjour qu’elle a fait ici avec sa mère. Je ne sais pas où elle veut en venir avec ce propos, nouveau pour moi.

Le valet de M. Hamelin a dit (à David Lapierre) que le principal est nommé. C’est un M. Hamel, curé à Péronne, élève de M. Hamelin, condisciple des Bourdet, Benières, homme haut et entêté. Il met un desservant parce qu’il retournera à sa cure si la principalité ne lui plaît pas.

Jeudi 29 juin

Fête de Saint-Pierre. M. Macé a dit la grande messe pour M. Hamelin. C’est la seconde depuis son enrouement. On a chanté le Te Deum à la paroisse. Les carabiniers et la milice bourgeoise ont fait des décharges de mousqueterie. Il y a eu feu de joie et illumination générale. Celle du collège, de la tour, des infirmeries et de Saint-Jacques avait 1 200 lumières avec 2 transparents aux 2 grandes portes de Vive Louis XVI en blanc et noir.

On dit que M. de Boisgelin a écrit à son père pour qu’il le retire d’ici et le mettre au collège à Paris (M. d’Héral).

Le sieur Boucher est de retour. Il a fini heureusement son inoculation des deux enfants de M. de Roscouet.

Vendredi 30 juin

Tout ce qui concerne le dépôt des papiers, livres classiques, a été remis à M. Guibert pour qu’il en compte à commencer du quartier prochain.

Samedi 1er juillet 1775

Depuis que j’ai dit hier que M. Collet était en très grand danger, on répand que M. Dupont ne viendra pas de sitôt, non plus que les 2 autres commissaires pour qui on croit qu’on avait préparé des logements à Saint-Jacques. Et, comme disait le sieur Rouzé, on se rassure, on avait plus de peur il y a un mois qu’aujourd’hui.

M. Pilon m’en a donné une preuve à dîner où il m’a cherché une querelle déplacée et grossière à l’occasion de l’illumination de jeudi. Le public, selon lui, a été révolté que le transparent représentant l’écusson de France accompagné d’un Vive Louis XVI fût en blanc et le fond en noir. Et, à ce propos, il a parlé de ce que j’écrivais ce qui se passait et du droit qu’il ne reconnaissait pas que j’eusse de le faire, qu’il disait, lui, hautement ce qu’il pensait. J’ai eu assez de peine à ne pas le traiter comme le méritait son insolence.

La femme du Suisse m’a amené une revendeuse avec six mouchoirs et une serviette. Cette serviette est du collège ; on avait ôté la marque. Rendu les 6 mouchoirs à un carabinier nommé Lagrange qui les avait donnés à blanchir et à vendre au nommé Larivierre. M. Ducan m’a écrit pour ce Larivierre.

Dimanche 2 juillet

L’instruction par M. Duchesne. M. Macé a montré au gardien des Capucins une lettre de l’évêque d’Angers. Il lui mande qu’il doit voir le lendemain M. le maréchal du Muy et obtenir qu’il vienne le joindre à Paris.

On a chanté dans notre collège le Te Deum et on a tiré les canons.

Lundi 3 juillet

Fête paroissiale. Congé. L’abbé Lambert est indisposé sans cependant être obligé d’interrompre ses fonctions. M. Bourdet ne quitte pas La Flèche. Il a répandu qu’il rentrera au collège.

Mardi 4 juillet

  • 10 Allusion au conflit entre Macé et Dupont de La Motte ? L’abbé Macé serait comparé au conjuré Catil (...)

Exercice classique de la 4e ; il ne m’a pas été remis de programme de la part des élèves. Je ne fus pas non plus invité lors de la dernière distribution des prix accordés par le ministre. La scène dans laquelle un des consendants veut disculper Catilina a fait quelques applications10.

  • 11 Pour ma part, si j’étais exalté, je pourrais attirer toutes choses sur terre.

Le sieur Macé fait paraître depuis sa lettre reçue une gaieté extraordinaire. Voici une devise qu’il avait prié M. Régnault de lui écrire au dessous d’un soleil rayonnant : Et ego si exaltatus fuero a terra omnia traham ad me ipsum11.

Mercredi 5 juillet

Exercice matin et soir dans la classe de 4e. Ces écoliers ont mieux expliqué cette année que la dernière. Ce qu’ils dirent hier avait été débité il y a 3 ans, excepté l’éloge du nouveau règne.

La lettre qu’a dû recevoir M. Macé de son évêque est du 1er de ce mois. L’évêque de Chartres s’est, dit-on, joint à ce prélat pour le sieur Bourdet et on annonce que la faculté des arts de l’université doit aussi se mêler de la querelle des Macé… (Donjon).

Ce dernier arrange sa vieille bibliothèque, les livres classiques ne sont pas encore remis.

Jeudi 6 juillet

Dîné chez M. le chevalier du Hauthierray.

Les sieurs Duvigneul et Porion ont dîné aux Plantes. Le sieur Rouzé a eu une altercation avec Fonvive qu’il critiquait sur le menu pour demain.

MM. de Magny et de Brustel ont paru ici plusieurs jours et sont repartis sans me voir. Ils ont pensé qu’une visite qu’ils me feraient pourrait nuire à leurs enfants (chevalier du Hauthierray).

Vendredi 7 juillet

M. Chaubry m’a communiqué la lettre de M. Dupont dans laquelle il est question de M. de Cugnac qui n’est pas neveu de l’évêque de Lectoure, mais d’un curé à qui il a mandé qu’un magistrat demi-financier l’avait interrogé. Cet élève fanatique vient de perdre un parent de son nom, lieutenant du Roi de Saint-Omer, dont le caractère était aussi étrange.

Samedi 8 juillet

Dîné à la Motte chez M. de Bordeaux avec le chevalier du Hauthierray. M. Macé n’a assisté à aucun des deux exercices classiques.

J’ai vu M. de Termes qui va à Paris. M. Duchassaing de Rateboul a passé pour se rendre chez lui. Beaucoup d’élèves sont sortis en ville cette semaine à cause de tous ces parents et d’autres.

Dimanche 9 juillet

L’instruction par M. Durand.

Un professeur de philosophie de Paris, M. Delneuf, qui vient de prendre possession à Étriché d’un bénéfice, a passé l’après-midi avec MM. Hamelin, Benières, Moyelle et Macé. Ce dernier a dû lui donner à souper.

Il sera bien difficile de trouver une occasion favorable de transférer à Rennes M. Leforestier de Boisfrouger ; il n’y a, d’ici à Laval, qu’une charrette de messagerie ou on prend le carrosse.

Lundi 10 juillet

Bureau ordinaire. Le curé ne viendra plus guère. Il manquait entre autres MM. de La Barberie et du Hauthierray qui étaient au service d’une dame de La Motte d’Aubigny. Il y a eu 3 délibérations :

  1. Bordereau de caisse pour le receveur pour le mois de juin.
  2. État des messes de fondation de juillet 1774 à 1775.
  3. Réponse à M. de La Mandinière qui consent que le reste proposé par la maison de Bellebranche soit stipulé non rachetable et dont il sera rendu compte au ministre. Le bureau au 24.

M. Hamelin m’a fait dire que demain il mènerait des élèves se laver les pieds. Je lui en avais écrit précédemment, je n’en avais pas eu de réponse et j’en avais parlé à l’abbé Lambert.

Mardi 11 juillet

Congé. Une centaine d’élèves se sont lavés les pieds en 4 bandes, 2 le matin et autant le soir. On continuera jeudi. M. Hamelin s’y est trouvé en personne, indépendamment des sous-maîtres d’études. Cela s’est exécuté comme je l’avais demandé.

Le sieur Pilon a lâché à dîner un mot sur le dimanche des rameaux, mais je ne lui ai pas donné le plaisir d’une dispute.

M. Macé a dit à ses écoliers qu’il comptait se rendre le 24 auprès de son évêque à Paris.

Mercredi 12 juillet

L’abbé Pilon est parti ce soir. Le jeune Dillon paraît perdre le goût pour l’état ecclésiastique auquel cependant sa famille le porte beaucoup.

M. Busson a écrit contre l’administration de la communauté de la Madeleine dont il voudrait être créé inspecteur général.

Jeudi 13 juillet

Les Eaux et Forêts ont saisi et confisqué au profit de Monsieur la moitié des grains qu’ont produits les landes que différents particuliers ont défrichées sans concession.

M. Leforestier du Boisfrouger viendra chercher son fils.

Il a été retrouvé une centaine de volumes de la nouvelle bibliothèque qui n’ont pas été inventoriés. Le bibliothécaire en remettra un état par supplément avec son reçu au bureau.

Vendredi 14 juillet

J’ai conseillé à M. Ducan, qui voulait écrire à M. Macé, de se contenter de mander le jeune Franche et de lui dire que M. Dupont payera la thèse qu’il doit soutenir. J’ai vu la copie de la lettre de ce professeur ; son caractère fourbe y perce. M. Pilon est arrivé ce matin.

Samedi 15 juillet

L’abbé Bourdet, qui a passé plusieurs jours chez le curé de Saint-Quentin, parent de son hôtesse, est de retour. À 7 heures, M. Hamelin, qu’il a fait avertir, est allé le trouver. Ce commissaire est mieux de son enrouement ; on dit que sa dartre ne coule plus.

On a fait courir le bruit que M. Chaubry avait reçu une lettre désagréable du ministre qui allait jusqu’à lui reprocher son origine. On me lotit aussi dans cette nouvelle faite ici et débitée par quelques dévotes.

Le jeune Chesneau partagera les frais de la thèse de physique avec Franche. M. Guy se proposait de faire également faire par cet écolier un exercice de mathématiques. Cela ne sera pas possible, s’il ne guérit pas.

Les livres classiques ne sont pas encore tous remis. Macé et son successeur ne sont pas toujours d’accord.

Il y a quelqu’un de Sablé qui, dit-on, se remue pour faire échouer l’affaire de l’arrentement de la maison de Bellebranche, et cela par jalousie contre le sieur de La Mandinière.

Dimanche 16 juillet

L’instruction par M. Duchesne.

M. Bourdet est retourné hier à son vicariat provisionnel. Il a eu plusieurs conférences avec M. Hamelin et autres, hors du collège.

Le jeune de Florentin de Courcelle est au cachot depuis 2 jours pour avoir battu un domestique.

Lundi 17 juillet

Macé et complices travaillent, dit-on, à de nouveaux mémoires contre les Lambert, Porion, Dolbeau, Boucher (Donjon). Ils recherchent les preuves sur le jeu ou la galanterie. Les histoires les plus anciennes sont réveillées. Diffamer cet établissement paraît actuellement l’unique ressource, le dernier plan de cette association de coquins. Les informations qu’ils font ou font faire rappellent des choses oubliées et troublent bien du monde. Ces gens ont la rage des damnés.

Mardi 18 juillet

On croyait que M. Hamelin partirait hier. Son laquais l’avait annoncé la veille. Il s’est plaint de punaises, on a changé son lit.

M. Macé a dit dernièrement à M. Chaubry qu’on ne pouvait le dédommager qu’en lui donnant la principalité.

  • 12 Impôt levé par le clergé sur ses propres membres pour subvenir à ses finances et payer le don grat (...)

J’enverrai dimanche au ministre un tableau des décimes12. Le collège en paye à présent 12 330 livres 18 sous. Ils n’étaient en 1762 qu’à 8 076.

Mercredi 19 juillet

M. Pilon est parti à 2 heures 1/2 le matin. Pas de classe cet après-midi, parce qu’on a, le matin, composé pour les prix dans toutes les classes.

Franche soutiendra sa thèse. Le jeune Chesneau a été rejeté par M. Macé qui lui avait d’abord promis de le faire soutenir. Grande querelle entre le maître et le disciple à ce sujet. Celui-ci a reproché à l’autre de lui avoir fait perdre son temps et fait écrire des mémoires.

Jeudi 20 juillet

M. Macé, appuyé de M. Hamelin, a voulu forcer le nouveau bibliothécaire à donner un reçu des livres de la nouvelle bibliothèque au bas du double du catalogue des caisses de livres envoyés par Dessain junior. Le sieur Guibert s’y est refusé constamment par la raison qu’il a fourni reçu de tous les livres qui lui ont été remis au bas de l’inventaire qui a été présenté le 26 juin au bureau, et que le catalogue et l’inventaire ne sont pas deux pièces absolument semblables. Cette scène avait commencé vers 9 heures. Averti vers 11 par le secrétaire du bureau que, malgré l’exposition qu’il avait faite des délibérations, on s’obstinait à exiger que le sieur Guibert reconnût avoir reçu les livres contenus dans le catalogue du mois de janvier, et que l’on verbalisait sur son refus, je m’y suis transporté comme si j’eusse été pour y lire. J’ai affecté de la surprise de voir l’attirail de la chicane dont on était tellement occupé que mon salut fut en pure perte pour les deux agresseurs. M. Macé m’a expliqué, assis, ses prétentions que j’ai écouté debout sans l’interrompre. Dès les premiers mots de ma réponse, j’ai été obligé de lui dire d’avoir la même déférence pour moi, cela ne fut pas long. M. Hamelin qui se promenait à grands pas, s’arrête, m’apostrophe avec feu, me demande de quoi je me mêle, ce que je fais ici, étale ses droits. Je lui réplique que je suis venu pour lire, que je réponds aux questions qu’on me fait, que sa mission pour la remise des livres de cette bibliothèque a cessé le 26 juin et qu’enfin le lieu était pour étudier et non pour exploiter. Ensuite, j’ai rebattu ce que j’avais dit, ai expliqué ce qui avait été fait. M. Macé dit qu’il ne savait pas que le sieur Guibert ait donné un reçu au bureau, et M. Hamelin qu’il l’en avait instruit il y a 15 jours ; mais que, depuis, M. Macé avait fait un recollement. Je n’ai pas eu de peine à faire voir la contradiction et le mensonge dans une partie et l’inutilité du recollement après l’inventaire fait, certifié et déposé. La moutarde monte au nez de M. Hamelin ; il m’injurie, je ne suis qu’un apprenti, je ne sais pas lire, pas écrire, pas raisonner, un pauvre commis de bureau, qu’il m’en apprendra, m’en fera voir long, que je ne le force pas de dire son secret, qu’il me connaît. Je fuis de la 1re pièce jusque dans la 3e, poursuivi en quelque sorte par cette espèce de furie. La patience ne m’abandonne pas et je me contente de hausser les épaules et de quelques réponses épigrammatiques sur ce qu’il a montré son savoir lire en chaire, la modération qu’il me fait voir, l’universalité de son talent à écrire de tout et surtout la publicité de son secret à nuire. Pendant tout ceci, M. Macé a été modéré et s’est rendu à la fin aux raisons que je lui ai données pour qu’il se contentât d’une copie de l’inventaire remis au bureau et du supplément qu’allait encore y présenter le sieur Guibert des livres recouvrés depuis le 26 juin. Je suis sorti de peur d’une nouvelle dispute.

Témoins de cette scène MM. Lépine, secrétaire, d’Héral, le bibliothécaire, le garçon de la bibliothèque, M. Porion pour une partie.

Vendredi 21 juillet

J’ai remis à M. des Piltières les états des appointements au compte de l’institution publique. Je ne veux plus me charger de ces payements.

M. l’évêque de Saint-Brieuc vint hier au soir à 9 heures pour voir M. de Boisgelin. Il ne parut pas content de ce que le Suisse lui dit que cet élève était au lit et que le pensionnat était fermé et qu’il n’avait pas de clef pour aller chez M. le principal. Cet évêque passe, dit-on, à l’évêché de Bayonne.

M. Pilon est revenu à 7 heures du matin.

Exercice de 3e. Explication bien faite et bien rendue par les trois interlocuteurs.

Samedi 22 juillet

M. d’Eytier m’a dit qu’il comptait partir un peu et que, selon M. Hamelin, il n’avait pas besoin d’ordre du Roi pour sa sortie, parce qu’il a fini son cours. Je lui ai laissé voir que je pensais qu’il n’y a point de cas qui dispense d’avoir des ordres pour laisser sortir un élève.

M. d’Essuille fait demander par M. Chaubry un certificat pour son fils qu’il compte remettre à l’École militaire.

Anniversaire de ma naissance. Souper ambigu impromptu des Meslin, 2 Royer et 2 officiers de carabiniers, de Barville et de Gramont.

Le jeune Chesneau a forcé son professeur de le faire soutenir. M. Guy n’aura point de thèse cette année. Franche a été trop occupé pour celle de physique et un autre (Jousset) qui devait également soutenir est malade.

Dimanche 23 juillet

L’instruction par M. Hamelin.

Le sieur Bourdet a passé ici le jeudi et le vendredi de la semaine dernière ; il est retourné à Saint-Quentin. Il n’a pas reçu de réponse de son évêque.

Le sieur Le Bret, qui vous est connu par sa mauvaise langue et qui est en procès avec le marquis de La Châtre, vient d’être révolté dans un mémoire imprimé de ce dernier qui fait disparaître toutes les prétentions de son adversaire à la noblesse.

Lundi 24 juillet

Thèse de physique. On a été satisfait des deux soutenants.

Bureau ordinaire. Tous les administrateurs présents. Une seule délibération pour constater la remise par le bibliothécaire d’un supplément de 105 volumes non compris dans l’inventaire de la bibliothèque provisionnelle ; et il a été arrêté que, pour opérer la décharge de M. Macé, il lui sera délivré copie de ces pièces. Tel était mon avis jeudi dernier et qui avait tant fâché M. Hamelin.

On a lu une requête de l’abbé Cosnard, fils de feu M. Cosnard qui avait autrefois demandé l’arrentement de la maison dite de Bellebranche. Le fils renouvelle cette demande. Mais comme le ministre est instruit de celle du sieur de La Mandinière, on a considéré comme effet de la jalousie cette démarche du sieur Cosnard et n’y a pas eu égard.

Le prochain bureau au 7 août.

Il y a eu fête dans la classe de seconde qui a été ornée de guirlandes à l’occasion de Saint-Jacques dont M. Benières porte le nom et qui tombe demain jour de congé à cause de la thèse.

Mardi 25 juillet

Plusieurs élèves ont été dîner avec MM. les officiers.

Le jeune Leforestier du Boisfrouger est parti ce matin dans un cabriolet matelassé sous la conduite d’un homme qui mettra 4 jours pour le rendre à Rennes.

M. Guy a différé son départ. Il profite de la meilleure santé de son meilleur écolier pour faire vendredi un exercice dont Franche sera.

M. Mengin pourra bien partir avec lui pour retourner dans sa famille.

Mercredi 26 juillet

M. Pilon est reparti avant midi. Il était arrivé hier à 7 heures du soir de la course qu’il avait faite la veille au soir.

M. de Florentin de Courcelle est sorti du cachot avant-hier.

Jeudi 27 juillet

M. Pilon est arrivé ce soir. M. Bourdet a paru hier en ville.

Depuis 5 jours, il n’arrivait au collège que la moitié de l’eau qui entrait dans les canaux au Montafoin et la perte ne paraissait pas à la surface de la terre dans aucun endroit. Il a fallu sonder toute la longueur du terrain. Enfin, on a découvert par où l’eau se perdait, c’était au milieu du parc aux élèves, on l’a ouvert. Le terrain buvait l’eau à mesure qu’elle sortait du tuyau crevé. Pendant ce temps il a fallu ménager l’eau comme le vin.

Vendredi 28 juillet

Un valet de la poste est venu chez M. Hamelin qui a été sur le champ relever M. Macé dans sa classe et celui-ci s’est transporté à grande hâte au Lion d’Or. Je ne sais pas qui, passant en cabriolet, vint le demander.

M. Chaubry m’a fait demander qui étaient les témoins de la scène du jeudi 20. Je lui ai indiqué MM. Guibert, d’Héral et Lépine. J’aurais mieux fait de ne pas répondre absolument rien aux injures de M. Hamelin, mais la sensibilité est comme un cheval qui va au feu ; on peut l’empêcher de s’emporter, de faire des bonds ; on ne réprime pas toutes ses secousses. J’ai fait comme les Thraces en lançant des traits.

Samedi 29 juillet

Thèse de mathématiques. Franche a mieux fait que son collègue. Je me suis chargé de faire parvenir son programme qu’il aurait encore accompagné d’une lettre. L’application que le jeune homme a été obligé de donner pendant le dernier mois pour pouvoir soutenir en physique l’avait fait un peu négliger un peu les mathématiques. MM. de Barville et Rossel ont interrogé.

M. Guy partira lundi avec M. Mengin.

M. d’Eytier m’a demandé s’il ne serait pas possible, attendu la pauvreté de son père, d’obtenir que son voyage, du moins jusqu’à Bordeaux, soit aux frais du collège, et qu’à la place de son uniforme qu’il a conservé comme neuf, il lui soit donné un habillement brun et convenable à un ecclésiastique. Je lui ai dit que ces grâces étaient à la disposition du ministre.

M. d’Héral soutient demain thèse de logique avec M. de L’Estang. Voici par avance sa thèse.

Dimanche 30 juillet

L’instruction par M. Hamelin.

M. Mengin est allé coucher à l’auberge pour partir cette nuit avec M. Guy.

Lundi 31 juillet

M. Busson n’a pas cru qu’il y eut lieu de convoquer une assemblée extraordinaire à cause des lettres du ministre au bureau. Pour concourir au rétablissement de la paix, j’ai cédé. M. Macé a reçu sa lettre à table, il a pâli d’une manière qui a été remarquée ; il ne l’a lue qu’après le repas. Ni lui ni M. Hamelin ne parlent de ce qu’ils ont reçu.

  • 13 De ne pas parler sous l’effet de la peur.

Thèse en logique par M. d’Héral et de L’Estang. M. d’Héral a profité depuis sa 1re thèse. Le sieur Marchand a encore voulu faire l’Irlandais, mais M. Porion l’a réduit ad metum non loqui13 en 2 arguments.

Mardi 1er août 1775

Dès l’ouverture de la porte, M. Macé a fait sortir furtivement de ses effets.

Quelques personnes qui furent hier à Oyré ont eu de M. Chaubry communication de partie des lettres qu’il a reçues et, ce n’est plus un secret, M. Hamelin en montre une qui déifie sa conduite et pleine d’engager de continuer ses fructueux services. Exercice de sixième.

Mercredi 2 août

  • 14 Allusion à l’incident du 26 mai dernier.

À 6 heures du matin, on frappe à la porte de ma chambre. J’ouvre. Quel étonnement ! C’est M. Macé. Je lui demande ce qu’il veut : une permission de sortir ses effets. Le Suisse avait arrêté le domestique qui emportait le reste. Pour abréger avec lui, le lui ai dit que j’allais la lui envoyer. Il s’est bien rassuré depuis le Racha14.

Il a soupé avec M. Benières et la maîtresse de poste chez cette femme qui lui prête son cabriolet avec la permission de M. Hamelin. Donc celui-ci ne partira pas tout à l’heure. Arrivée de M. Jacquemard avec son neveu et Mlle Philipine.

Jeudi 3 août

Comédie à la pension du sieur Le Royer. M. Pilon n’y a pas fait de musique cette fois ; il était parti hier à 2 heures et n’est revenu qu’aujourd’hui à 7 heures du soir.

D’après les perquisitions de M. Chaubry, la lettre triomphante que M. Hamelin a fait voir nommément à M. du Hauthierray l’aîné est de M. de Timbrune et du mois de janvier ; la même sans doute qu’il lut un samedi en guise d’instruction aux élèves.

M. Macé est parti ce matin à 3 heures pour Paris. Il va rejoindre son évêque et revenir en septembre. Il n’a pas remis les effets de son appartement dans le collège ni l’ancienne bibliothèque.

Vendredi 4 août

Thèse de logique par M. de Boisgelin, élève, et un externe nommé Rolland. Ces répondants ne sont pas de la force de ceux de lundi.

M. Hamelin a lu la lettre qu’il a effectivement reçue aux Moyelle, Marchand, Boulay, Brichet… C’est du Dupont. Il parlera lui-même au ministre. L’abbé Macé se retournera. Depuis lundi, il a dit aux uns qu’il partirait avant la fin du mois, à d’autres qu’il ne serait pas ici à la Toussaint, et à d’autres encore qu’il demeurerait à La Flèche parce que l’air lui est bon.

M. Durand fut hier à Fougeré, et est revenu aujourd’hui.

Samedi 5 août

Exercice dans la classe de 4e (je ne m’y suis pas trouvé).

M. Jacquemard est parti pour sa cure. On assure que M. Busson ne sera pas lundi au bureau. Il prend ce temps pour aller à Baugé défendre les landes qu’il veut usurper.

Dimanche 6 août

L’instruction par M. Durand. Mme de Mayneuf est ici avec M. l’abbé Trouillard.

M. Busson m’a fait visite et annoncé son voyage de Baugé. Je lui ai fait sentir qu’il aurait dû accorder une assemblée extraordinaire. Il savait qu’il ne pût pas se trouver demain au bureau. Il m’a fait des lamentations sur les couleuvres qu’on lui faisait avaler, ce qui le détermine à se faire une terre dans les landes pour s’y retirer.

Lundi 7 août

Remise des assises de Saint-Jacques à Saint-Jacques.

Bureau ordinaire auquel M. Busson s’est trouvé ; son voyage de Baugé s’est révélé infructueux. Il y a eu 4 délibérations :

La première pour constater la remise de l’état de caisse du receveur pour le mois de juillet. La deuxième pour constater la présentation du catalogue des livres classiques pour l’année prochaine et le choix de l’orateur de rentrée qui est M. Porion.

La troisième : lecture des lettres du ministre avec assez de silence. M. Hamelin a tenu la sienne tandis qu’on en lisait la copie. Il a dit que ce n’était pas sa faute si le ministre n’a pas reçu son apologie de M. Pilon. M. Busson s’est récrié sur l’accusation de discorde, dont on accuse le bureau qu’il prétend ne pas exister, sur l’inutilité de ce même bureau qui ne peut rien. Il a encore dit au sujet du jeune de Cugnac : voilà la victime. Il s’est encore plaint de la publicité des choses que contenaient ces lettres. M. de Lucé a dit que M. Chaubry qui en avait des copies avait eu ordre de les publier, qu’il n’y avait rien à dire à cet égard. M. du Hauthierray a fait la réflexion qu’on avait aussi rendu public la cause de la sortie de M. Bourdet, ce qui lui faisait le plus grand tort. En délibérant, M. le curé aurait voulu qu’on eût demandé au ministre la démarcation distincte des pouvoirs du bureau, du principal et de l’inspecteur. On s’est contenté d’ordonner l’enregistrement de ces lettres et qu’il m’en fût délivrer les copies que je requérais, et de protester qu’il n’y avait point de discorde dans le bureau et d’assurer que M. Hamelin avait rendu compte des découvertes qu’il avait faites de quelques coupables de l’insulte faite à l’inspecteur. Ce qui a été constaté par une délibération envoyée avec celles du mois de juin.

4. Ouverture d’une lettre du sieur Macé qui remet les clefs de l’ancienne bibliothèque par les mains de M. Hamelin. Il annonce environ 200 volumes de plus qu’il n’en est porté dans le catalogue ; ce qui provient de ce que dans ce catalogue les livres doubles n’ont pas été compris. L’intention de M. Dupont qui n’a pas eu d’effet étant de les faire vendre au profit du collège. Il remet en même temps plusieurs récépissés de personnes du collège qui ont des livres de cette bibliothèque et une copie du reçu qu’il a donné des livres défendus qui lui ont confiés par le greffier et qu’il laisse parmi les autres livres. Arrêté que les clefs seront confiées, ainsi que ces reçus, au nouveau bibliothécaire après que le recollement en aura été fait entre lui et M. Hamelin, et qu’il en remettra la reconnaissance au bureau pour pouvoir opérer la décharge du sieur Macé.

Le prochain bureau au 21.

Distribution générale des prix. Exercice de rhétorique sans goût dans le temple du goût. Éloge pesant et vuide du Roi.

Donner à souper à M. de Marcé, major général en Corse. Les éloges qu’il a faits de M. Dupont de l’établissement de l’École militaire et de celui-ci, les raisonnements qu’il a faits sur l’un et l’autre, d’après les instructions qu’il paraît en avoir prises, font soupçonner qu’il a des vues d’y être attaché utilement.

Donné à dîner à Mmes de Mayneuf et de Ferdinand.

Mardi 8 août

M. Hamelin a dit à M. Lambert qu’il va lui nommer un collègue. Ce sous-principal a une patience qu’on ne saurait trop admirer. Il gémit cependant du désordre, de l’anarchie qui est parmi les sous-maîtres, des élèves et des domestiques.

Mme de Mayneuf est partie. Son fils a eu un prix.

Dîné au Lion d’Or avec M. de Marcé qui reviendra quand M. Dupont sera ici.

On est mécontent des prix. On prétend qu’il n’y en avait pas pour moitié des 400 livres. M. Hamelin ne s’est pas conformé pour l’achat à l’arrêt du 25 mars.

  • 15 C’est en septembre 1775, après le départ du principal Hamelin, que ces mesures sont appliquées. Ré (...)

J’ai écrit au ministre. Outre l’établissement d’un bureau des subsistances, je demande de n’être plus chargé de tenir la table de l’institution publique15.

Mercredi 9 août

M. Ernault de Moulins est ici avec son épouse pour voir son fils.

M. Donjon s’étonne de ne pas avoir eu du ministre de réponse à sa plainte du jour du service des Rois fondateurs du collège.

Quoique M. Hamelin ne parle plus de son départ, il laisse cependant ses malles chez la maîtresse des postes.

Jeudi 10 août

M. Benières a dîné et souper avec M. Bourdet chez le prieur de Clermont. Cet ex-préfet attend toujours une place de son évêque. Il a fait débiter que ce prélat lui avait mandé que depuis plus de 3 mois, il n’avait pas été délivré de lettres de cachet ; qu’ainsi, celle que la maréchaussée lui avait présentée pour le faire sortir du collège était fausse.

M. Pilon a couché chez M. Ducan chez qui il s’était arrêté un peu trop tard après le souper. Il n’est pas mal dans cette cour où il musique avec Legendre.

Vendredi 11 août

M. Macé a mandé à son procureur que malgré ses envieux, il était secrétaire de M. d’Angers. Il compte venir le mois prochain passer quelque temps à La Flèche et prouver qu’il peut y demeurer.

Hier après-midi, j’obligeais MM. de Cugnac, de Lasserre et d’Hautmesnil, qui se promenaient seuls dans le potager, à retourner dans le pensionnat.

On m’a averti que Drouin a fait vendre aux Quatre-Vents un jambon de 12 livres que Renaud lui a donné. Il n’en manque pas au collège des 4 qui restaient.

  • 16 Entourée d’osier afin de la protéger.

Averti que Vanlathen sort tous les jours une bouteille clissée16 et du pain. Averti que Demare sort de l’huile dans une bouteille de fer blanc.

Samedi 12 août

Fin des classes.

Mme de Mézières de Lespervanche se meure. La misère, les chagrins et les douleurs offrent en elle un tableau bien affligeant. Elle recommande son fils à M. Dupont.

Le sous-maître Dubois a cassé sa bouteille en la portant à la crédence. Pour s’en procurer une autre, il est entré de force dans ce lieu, en a pris une et cassé une autre pleine. Cette classe d’hommes n’assiste ni aux déjeuners ni aux goûters, prend sa portion, rapporte quand il lui plaît les meubles. Au moindre refus de la part des gens de bouche, M. Hamelin vient les menacer et les injurier. Si on me nomme, on répond que je n’ai point d’ordre à donner à ces messieurs. Souffrir en patience est le remède, mais il n’empêche pas le gaspillage.

Il ne m’a pas été encore envoyé de palmarès.

M. du Vergor a ici une belle-sœur qui attend nomination de son fils.

Dimanche 13 août

Point d’instruction.

M. Boucher, chirurgien, m’a remis un paquet que lui a confié le sieur Moreau à qui il était adressé. L’enveloppe enfermait sans lettre d’avis une autre enveloppe à l’adresse de M. Macé à La Flèche, qu’il brisa par mégarde, sous laquelle était une copie du mémoire de M. Hamelin contre moi avec des certificats d’élèves aussi contre moi, et deux lettres du sieur Macé de différentes dates contre moi, et M. Dupont écrites à M. le marquis de Bauprau. Une lettre du sieur Cotelle curé de Saint-Martin d’Angers du 10 août annonçait le renvoi de ces pièces de la part de ce marquis qui n’en a pas fait usage auprès de M. le maréchal du Muy, à qui seulement il a dit que les élèves étaient maltraités.

Le cocher du fourgon de Paris a remis un paquet considérable de papiers en main propre à M. Hamelin.

Lundi 14 août

  • 17 Avocat, Joseph Richard (1761-1834) est élu député à l’Assemblée législative et à la Convention. Il (...)

La maîtresse de poste, qui a un fils boursier17 dont M. Hamelin fait prendre soin à Paris, a passé plus d’une heure chez M. Hamelin. Elle a ensuite débité que M. Macé sera de retour mercredi et qu’il est grand vicaire. M. Hamelin a dit à M. Gautier qu’il ne voulait plus à l’avenir se mêler de son district. D’où l’on tire des conséquences.

Mardi 15 août

Les sieurs Brichet et Laurent sont venus demander leurs appointements. Ils veulent se rendre Lazaristes et partiront pour Paris demain. J’ai écrit à M. Hamelin pour savoir si je pouvais faire faire leur décompte si brusquement.

On dit que le paquet qu’a reçu M. Hamelin contenait les mémoires qu’il a écrits depuis un an.

M. d’Eytier a écrit lui-même au ministre pour son itinéraire. Je lui avais fait une minute de lettre qu’il n’a pas envoyée chercher et qui s’est trouvée inutile quand je la lui ai envoyée.

Le sermon de M. Duchesne, c’était une instruction de 20 minutes.

Mercredi 16 août

Macé a renvoyé le cabriolet de la maîtresse de poste. Il reste à Paris. Les sieurs Pilon et Noyelle en campagne.

Jeudi 17 août

Bourdet va enfin partir pour Chartres. Il a un vicariat, d’autres disent une desservance. Il s’est plaint au prieur de Clermont que M. Hamelin l’a perdu et abandonné ensuite.

Vendredi 18 août

Gardé le paquet du 13. Rendu l’enveloppe pleine de papier blanc au sieur Macé. Il l’a envoyé au Suisse qui le fera partir dimanche pour Paris en changeant l’adresse qui était à La Flèche.

La ville se donne des mouvements pour obtenir de baisser les seuils des moulins de sa rivière au-dessous de La Flèche. Cela sera avantageux si nous construisons un moulin économique dans le pensionnat.

Samedi 19 août

Le jeune Treton de Vaujuas est parti hier, il entre dans la marine. Dimanche il soupera avec le maître en cette […].

M. d’Eytier partira demain. C’est un nommé Courtois, ancien domestique de la marquise d’Autichamp et père de notre secrétaire de correspondance qui est chargé de le retirer. Communiqué à M. Chaubry ce que vous me mandez qu’on a écrit de la somptuosité de Saint-Jacques. C’est une situation riante, mais le logement est ordinaire, trop bas d’étage et succinct. On n’a fait que ce que M. de La Touche a prescrit à cet égard à son dernier voyage. Les plafonds sont comme aux infirmeries. En bas seulement, 2 cheminées de marbre noir de Sablé et un lambris d’appui tout uni peint en gris. Il n’y en a pas en haut dont j’ai fait couvrir les murs de votre chambre et de celle du major par de la tapisserie dont partie m’appartient. Le lit de ce dernier appartement, des fauteuils et un sofa dont le velours sont d’emprunt. Mon ancien petit lit en baldaquin est dans la mansarde au-dessus de la cuisine pour votre secrétaire.

Le besoin de nuire et de […] fait bien outrer l’hyperbole !

M. Chaubry m’a parlé de rapprochement avec M. Hamelin : d’un dîner. J’ai dîné à sa fête, dans son appartement pendant le carême, pris le café encore plusieurs mois de cette année. Il n’en aiguisait pas moins le poignard dont il voulait me percer. Je ne suis ni fourbe ni adulateur. Je ne saurais lui plaire. Il m’a trahi avec réflexion par systèmes. Je dois le fuir parce que je ne sais pas me venger.

Il est arrivé un jeune abbé de Laval pour remplir une des places vacantes de sous-maître. Nous allons dîner avec un Normand pour professeur de philosophie. Dieu veuille qu’il ne soit pas frondeur et cabaleur comme ceux de cette maison.

Le père de M. Boisgelin de Kerdu est ici.

MM. Lambert et Porion sont les seuls qui aient jusqu’ici souscrit pour les sermons du P. de Neuville.

Dimanche 20 août

Point d’instruction. Dédicace du diocèse.

Ma femme renvoya hier Breton.

Donné à dîner aux Plantes à MM. d’Héral, Rossel, de Barville et Baraton.

M. Bourdet n’a pas trouvé de place au carosse et n’est pas parti.

La maîtresse de poste a voulu rendre à M. Hamelin ses malles ou les faire partir pour Paris. Il n’a voulu ni l’un ni l’autre.

Lundi 21 août

Bureau ordinaire. M. Busson, M. et Mme du Hauthierray en campagne, absents. Quatre délibérations :

  1. Réception de 2 lettres du ministre dont l’une consent définitivement la baillée à rente du sieur de La Mandinière de la maison située à Sablé. L’autre annonce la nomination du sieur Clément à la chaire de philosophie. Arrêté : 1° que ce professeur sera installé à son arrivée après avoir souscrit à l’obligation du règlement dont un exemple lui sera remis ; 2° que le bail à rente sera passé au sieur de La Mandinière aux clauses ordonnées par MM. de Lucé et de La Motte nommés à cet effet.
  2. Autre lettre du ministre qui annonce 1 800 livres à répartir entre les coopérateurs au service de la chapelle d’octobre 1773 à 1774 ; est surpris qu’on ait tardé à lui en envoyer l’état ; voit que le compte que lui rend le bureau de ce service se borne à lui faire l’envoi de cet état et demande copie de la réponse qui sera faite. Elle a été exécutée que le chapitre suivant les indications de M. Hamelin et il a été arrêté que la copie sera envoyée.
  3. Nomination par M. Hamelin des sieurs Bourgé, clerc du Maine, et Belamy, acolyte d’Angers, pour remplacer les sous-maîtres Laurent et Brichet à compter du 20.
  4. Représenté par l’inspecteur que lorsqu’il fut accordé du bois et de la chandelle aux professeurs et régents, on ne régla pas la manière de leur procurer cette gratification ; que ce silence avait causé des inconvénients parce que tous ne sont pas d’accord pour prendre de la même qualité, qu’il en est qui ne brûlent que de la bougie ; que quelques-uns prennent les 4 charretées de bois et 24 de chandelles dès le commencement de l’année, ce qui expose leurs successeurs à être frustrés s’ils viennent à sortir avant la fin, ainsi qu’il arrive pour le Macé, à qui il ne reste à prendre qu’une seule charretée de bois. Pour obvier à cela, il a été proposé et arrêté que le receveur fera tous les 6 mois un décompte de la moitié de la gratification accordée pour l’année et qu’il en tiendra compte à chaque professeur et régent sur le pied des soumissions arrêtés pour le pensionnat.

La prochaine assemblée au 4 septembre.

Observé par l’inspecteur qu’on n’a pas répondu aux lettres du ministre du 26 juillet. On la fera courte et en envoyant la délibération.

Proposé par le même de loger le bibliothécaire dans l’appartement de son prédécesseur (M. Macé) ; approuvé. M. Clément occupera la chambre de l’ex-sous-bibliothécaire. Il n’y en pas d’autre.

Mardi 22 août

Mandé à M. Hamelin que le public murmurait de ce que depuis 2 jours il n’y a pas eu de messe de 10 heures 1/2.

On a saisi ce matin un ballot de cartes chez le nommé Renaud, marchand. La moitié de la ville fait la contrebande à cet égard, le directeur des aides tout le premier.

Mercredi 23 août

Naissance du Roi. On a sonné la veille. Grande messe à 9 heures. Salut à 6. Point d’étude. M. Chaubry m’a communiqué une lettre du ministre qui est la copie de celle qu’il écrit à M. Hamelin pour qu’il se décide sur le parti qu’il veut prendre. Il est mensonger qu’on lui fasse des reproches sur le moral, la jeunesse des sous-maîtres, la rébellion.

M. Donjon m’a aussi communiqué une lettre de M. Dupont sur une affaire pour laquelle il a été chez M. l’archevêque de Paris. M. Dupont paraît abandonner le collège et désespérer du départ de M. Hamelin.

M. de Noyelle est de retour.

Jeudi 24 août

  • 18 Le règlement de la bibliothèque du 25 mars 1775 précise que le bibliothécaire « est chargé de la d (...)

M. Hamelin m’a écrit que les maîtres d’écriture, excepté le sieur Chalot, n’allaient pas aux études. Point répondu. Il est d’usage qu’ils aient vacances pendant le reste du dernier mois de l’année classique. Il se plaint aussi que les élèves n’ont pas de plumes, ceci regarde les sous-maîtres plus que ces maîtres, suivant l’arrêt du 25 mars dernier18.

Querelle entre MM. Hamelin et Porion sur ce que le 1er a fait imposer que celui-ci prononcera le discours de rentrée sans l’en prévenir. Ils se sont réciproquement dit des choses déplacées en présence de nombre d’élèves de plusieurs maîtres qui étaient au café où s’est passée cette scène. D’après ce que MM. Noyelle et Gautier m’en ont dit, le détail qu’en donne le professeur est exact.

M. de Boisgelin est venu voir son fils qui achèvera ici sa philosophie.

M. du Juglart est, dit-on, aussi parti. Le docteur de La Tour a dû lui promettre un mémoire au ministre pour le jeune de Gauville. Ce polisson de médecin m’a fait faire des excuses de ses sottises faites et dites depuis 6 mois pour 2 personnes.

Vendredi 25 août

Saint-Louis. Sermon par l’abbé Boucher. Encore une pièce que nous avons entendue il y a un an. Il n’y a pas eu de canon tiré. On chôme dans le collège.

M. Hamelin a dit il y a 2 jours à ses sous-maîtres qu’il renverrait ceux qui voudront des vacances ; et hier, il en a accordé à l’abbé Péan.

Bourdet est encore ici à remuer dans les cloîtres. Macé apprend, dit-on, le droit canon chez M. Piales. M. d’Angers menace d’en faire son official.

M. d’Eytier est parti seul à cheval. Le nommé Courtois n’était qu’une caution pour sortir du collège.

Samedi 26 août

M. Pilon est arrivé hier et reparti ce matin. Il est mécontent de sa gratification pour la chapelle d’octobre 1773 à 1774. Il oublie ses courses pendant ce temps. Il a félicité Benières sur ce qu’ils seraient 3 Normands. Ceci est du souper.

Le sieur Macé a demandé une partie de ses livres à M. Benières.

Trouvé à la bibliothèque le sieur Boulay qui faisait faire une lecture à un externe qu’il répète (le jeune Truque). Je lui ai dit qu’il ne le doit pas sans ma permission expresse.

Nouvel embarras pour terminer le paiement des livres fournis avant l’établissement du nouveau bibliothécaire. J’ai mis des notes sur les chiffons qu’on m’a présentés afin que M. Hamelin puisse se mettre en ordre.

On dit que M. et Mme Gourdon amèneront demain la 1re gondole.

Nous avons 3 élèves en danger.

Dimanche 27 août

L’instruction par M. Hamelin. M. Porion dit la grande messe à Saint-Germain où je dîne avec ma femme et M. Gautier.

M. et Mme de Gourdon, la supérieure des infirmeries de l’hôtel et le jeune David de Conflans sont arrivés à 3 heures. Je n’attendais pas encore cette gondole et j’étais à Saint-Germain. Si j’eusse été prévenu, j’aurais engagé M. de Gourdon à se loger à Saint-Jacques. M. Hamelin l’a installé comme l’an dernier dans le vieux collège.

Extraordinaire aux tables pour la Saint-Louis.

Lundi 28 août

L’abbé Bourdet est bien réellement parti cette nuit par le fourgon pour Chartres où il apprendra sa destination ultérieure.

M. et Mme de Gourdon partis pour Tours avec leur fils.

Fonvive et d’autres officiers de bouche voulaient dresser plaintes en justice contre le sieur Rouzé, méchant imbécile, à qui on fait répéter les injures qu’on a écrites sans succès, mais presque impunément. Je ne l’ai pas voulu et je vous adresse leur plainte, afin qu’ils ne croient pas qu’on les abandonne tout à fait à l’impertinence de quelques sous-maîtres, domestiques et élèves.

Mardi 29 août

M. Hamelin a raconté aux élèves un rêve dans lequel il s’est cru empoisonné par une médecine que lui a donné quelqu’un de la maison. Et ce rêve se répète avec affectation (d’Héral, Fonvive).

Parlé à M. Porion d’un bruit qu’il a été insulté chez Mme de Laage par son frère Benard qui a tiré l’épée sur lui ; il assure que c’est faux (informé par M. Boucher, chirurgien).

La table des lecteurs est cause de bien de mauvais propos. C’est là que mangent les sous-maîtres qui excèdent le nombre de bouts de table des réfectoires et nommément les Marchand, Boulay, Rouzé, Moyelle. Il serait à souhaiter que, par la suite, tous les régents de 7e et sous-maîtres vécussent avec les élèves. Ils seraient plus à portée de remplacer ceux qui s’absentent ; et que le contrôleur de la bouche qui, pour vivre au vieux collège, est obligé de s’éloigner du pensionnat pendant le temps des repas des gens, ce qui n’est pas sans inconvénient, tint la table des lecteurs. Cette table ne serait plus la ressource des sous-maîtres qui se retardent et viennent s’y placer, au point qu’elle est souvent plus considérable que celle des employés.

Mercredi 30 août

M. Hamelin fait écrire chez lui au jeune de Cugnac des listes… Il a engagé Mme d’Argentré à faire agir son beau-frère en faveur de ce digne protégé. Il a envoyé un sac de harde à la maîtresse de poste.

Jeudi 31 août

Ma femme etc. ont été dîner chez le prieur de Clermont avec Mme du Vergor et sa belle-sœur.

M. Hamelin a mis son sous-maître Marchand dans la 1re étude ; il entretient ses élèves dont la plupart vont aller à l’École militaire dans l’esprit de révolte qui perd le pensionnat. Cette jeunesse se faisait fête dernièrement de ce qu’elle appelait une révolte des sous-maîtres parce que ceux-ci ne se trouvaient pas pour faire faire une composition des prix de vacances.

Vendredi 1er septembre 1775

M. Durand est en campagne.

Dîné chez les officiers prié par M. de Gramont. Il y avait le marquis de La Rochelambert qui se dit ami de M. de Timbrune et qui met son neveu officier de dragons à la suite à se former avec les carabiniers. Il s’est informé de différentes choses du collège.

Samedi 2 septembre

M. Chaubry m’a remis les mémoires et quittances que j’avais porté chez lui. Il s’est trouvé chez moi avec M. Lambert qu’il a été étonné de voir ennemi des laïcs pour sous-maîtres et qui voudrait que cette sorte de maître passa successivement de la plus basse classe à la plus haute à proportion du mérite ; que ceux-ci eussent 800 livres tandis que les autres n’en auraient que 300, et qu’il y eut 300 livres d’émérite pour eux ou 150 livres pour ceux qui, émérites, pourraient continuer leur étude.

M. Hamelin a remarqué que son nom n’est plus sur les ordres pour les réceptions.

Notes

1 Conseil.

2 Contrebande du sel.

3 Dans la marge : C’est le chevalier Dolomieu avec Catanis qui avaient fait ce feu. Le chevalier a soupé aux Plantes avec Mlle Lyon, M. Baraton.

4 Médicaments qui provoquent la sudation.

5 Collège parisien institué par le testament de Mazarin et destiné à recevoir 60 élèves des « quatre nations » réunies depuis peu à la France (Pays-Bas, Alsace, Roussillon, Pignerol).

6 Dévots.

7 Jeu en vigueur jusqu’en 1787 auquel participaient bouchers, meuniers et pêcheurs de La Flèche. Un pieu était planté au milieu du Loir : un jouteur, debout à l’extrémité d’un bateau conduit par 4 rameurs, devait rompre une lance contre le pieu. S’il ne l’avait pas rompue au 3e tour, il payait 10 livres et 5 boisseaux d’avoine au seigneur de La Flèche.

8 Dans la marge : non.

9 C’est le huitième jour après certaines fêtes : dans ce cas après la Fête-Dieu.

10 Allusion au conflit entre Macé et Dupont de La Motte ? L’abbé Macé serait comparé au conjuré Catilina.

11 Pour ma part, si j’étais exalté, je pourrais attirer toutes choses sur terre.

12 Impôt levé par le clergé sur ses propres membres pour subvenir à ses finances et payer le don gratuit.

13 De ne pas parler sous l’effet de la peur.

14 Allusion à l’incident du 26 mai dernier.

15 C’est en septembre 1775, après le départ du principal Hamelin, que ces mesures sont appliquées. Réuni à partir du 29 septembre, le bureau économique se compose de Chaubry, de Ducan et de Dupont de La Motte.

16 Entourée d’osier afin de la protéger.

17 Avocat, Joseph Richard (1761-1834) est élu député à l’Assemblée législative et à la Convention. Il devient préfet et baron sous l’Empire.

18 Le règlement de la bibliothèque du 25 mars 1775 précise que le bibliothécaire « est chargé de la distribution du papier, des plumes, des cartons, des écritoires & de tout ce qui sera à leur usage dans ce genre » (article XXVII) ; toutefois, « la distribution de ces mêmes fournitures ne sera jamais faite aux élèves directement, mais aux sous-maîtres de chacune des salles d’étude entre lesquelles tous les élèves sont partagés » (article XXIX).

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540