Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journal de Stanislas Dupont de La Motte

 | 
Stanislas Dupont de La Motte

Sixième cahier. Du 5 décembre 1774 au 19 avril 1775

Texte intégral

Lundi 5 décembre 1774

Nomination de l’inspecteur pour commissaire à l’effet d’assister à l’inventaire des titres de l’abbaye d’Asnière demandé par M. de Saincy à ce autorisé par une décision de la commission du conseil.

La prochaine assemblée ordinaire au 19.

Mardi 6 décembre

Arrivée du sieur Buhot, sous-maître d’augmentation. Cet abbé sort des dragons où il a servi 8 ans.

Congé de Saint-Nicolas.

Assemblée de sous-maîtres chez M. Hamelin ; expulsion du sieur Dubois, il a donné des tapes au jeune de Bellegarde et on a saisi cette occasion.

Le fils du sieur Le Sage est rentré en classe.

Mercredi 7 décembre

Les anciens fermiers généraux du collège ont perdu leur receveur. Je ne crois pas qu’il leur ait rendu tous ses comptes.

Un des gardes de Bellebranche se meurt, une vingtaine se présentent pour le remplacer. C’est peut-être le moment de faire quelques arrangements pour avoir du gibier et conserver mieux les bois.

J’ai eu la fièvre ces 3 jours pendant 12 ou 14 heures chaque fois.

Jeudi 8 décembre

Fête.

Ce malheureux Dubois est sur le pavé à l’entrée de l’hiver, privé des gratifications qu’il a méritées pour l’année dernière et dans l’impossibilité de se présenter à la prochaine ordination. Dans cet état de désespoir, il se serait porté à quelques extrémités ; mais je l’ai contenu et je tâche de le déterminer à s’éloigner d’une ville où il n’a plus d’espoir.

Vendredi 9 décembre

Toujours la fièvre. Si du moins j’avais un jour d’intervalle pour travailler ! Le fils de M. des Piltières et la fille de M. Ducan sont, ainsi que notre Suisse, aussi maltraités que moi.

Samedi 10 décembre

Arrivée d’un nouveau sous-maître pour remplacer l’abbé Dubois. Il se nomme Provost, est très jeune et très petit.

Dimanche 11 décembre

L’instruction par M. Duchesne.

M. Pilon a, m’a-t-on dit (M. Gautier), trouvé très indécent que j’aie eu de la pitié pour Dubois.

Il y a peu d’accord sur la visite aux infirmeries qui ne peut guère être en hiver à la même heure qu’en été.

Lundi 12 décembre

Mmes Ruault, à qui je n’ai pas trouvé de logement, ont écrit à M. Gautier. Elles demandent à leur benjamin de trouver bon qu’elles ne viennent qu’après Pâques, alors elles lui tiendront compagnie jusqu’à ce qu’il aille à l’École militaire. S’il n’y consent pas, elles viendront au mois de janvier ; elles parlent de leur ami Tridon.

Mardi 13 décembre

Congé. C’est celui demandé par M. de La Brosse, grand vicaire.

Le médecin voudrait être seul à donner des ordonnances. Cependant, dans les cas chirurgicaux, ce devrait être au chirurgien.

Mercredi 14 décembre

Ennuyé de prendre du quinquina et de faire des remèdes sans succès ; j’ai pris le parti de laisser là la médecine et de me contenter d’un régime.

M. Gautier a de ma part communiqué à M. Hamelin la description du catafalque.

Jeudi 15 décembre

Dubois est parti pour Paris ; je lui ai donné une lettre pour M. Dupont ; je craignais bien avant de quitter le pays qu’il ne cherchât à se venger.

Vendredi 16 décembre

On m’a écrit et parlé déjà plus d’une fois pour un nommé Dezé, l’un des enfants trouvés qui ont été élevés à la pépinière du château, qui sert à Paris et doit entrer, dit-on, au service de l’École militaire, si M. Dupont l’agrée. Je n’ai rien appris que d’avantageux sur le compte de ce jeune homme, qui était un des meilleurs sujets de la pépinière, où je l’ai vu maintes fois.

Samedi 17 décembre

M. de Gondrecourt à dit à M. Le Mercier que Dubois méritait d’être brûlé, qu’il avait plus de 20 témoins contre lui. C’est de M. Bourdet qu’il tient cette accusation !

Depuis que j’ai cessé tous remèdes, je suis mieux. Les accès de fièvre sont diminués au point que je n’en ai plus qu’un par nuit.

Dimanche 18 décembre

L’instruction par le sieur Lanceleur.

Dîné chez des Piltières.

Lundi 19 décembre

Assemblée ordinaire du bureau. Tous les administrateurs s’y sont trouvés et il a été fait 5 délibérations :

Nomination par M. Hamelin du sieur Provost sous-maître à la place du sieur Dubois. Pouvoir au receveur de faire quelques réparations urgentes à des biens du collège.

Nomination de M. de Lucé pour parapher le registre des recettes et dépenses du receveur pour l’année 1775.

M. Macé a apporté une lettre qu’il a remise à M. Hamelin qui en a fait lecture, il rappelle qu’il croyait que ce qu’il avait envoyé à M. Dupont le 22 septembre 1773 était une décharge, il cite un morceau de la lettre que ce directeur vient d’écrire à M. Hamelin qui le désabuse à cet égard, s’excuse sur son ignorance en fait de comptabilité, demande que M. Dupont l’instruise par la voie du bureau ou de M. le commissaire, réclame sa lettre et son état daté du 22 septembre 1773, voudrait qu’avant de donner une décharge tous les livres fussent complétés et fait enfin espérer un catalogue raisonné tel que celui qu’il a donné de l’ancienne bibliothèque et dont il dit qu’on lui a témoigné de la satisfaction. M. Hamelin a lu ensuite cette lettre de M. Dupont qui n’a regardé que comme pièce de renseignement cet état et la lettre sans date du 23 septembre 1773 et qui témoigne son mécontentement du libraire et demande même à M. Hamelin de lui en indiquer un autre, ce qu’il a dit avoir fait et proposé Barrois dont il a parlé dans sa vérification. On a arrêté que cette lettre du bibliothécaire serait envoyée à M. Dupont pour lui servir s’il y a lieu, avec les pièces adressées précédemment.

Pouvoir au receveur de payer le 5e du montant de l’adjudication des réparations du chœur de l’église de Saint-Pierre de Durtal et des frais suivant l’arrêt de la sénéchaussée. Prochaine assemblée le 2 janvier 1775.

Mardi 20 décembre

  • 1 Chapelain.
  • 2 Pierre Coignard.

Le portier du pensionnat1 et le maître boulanger2 sont tombés ce soir dans le fossé près du pont du pensionnat et ils ont manqué de s’y noyer. Il y avait du vin dans leur fait. J’appris avant-hier la nouvelle de la mort de mon fils.

Mercredi 21 décembre

Le directeur de la poste m’a envoyé ce matin le facteur me demander en vertu de quoi je faisais retirer les lettres pour les élèves et que M. Hamelin lui avait fait défense de lui remettre à d’autres qu’à lui. J’ai délivré à ce facteur un extrait, certifié de l’article 24 de l’instruction du 17 décembre 1768, pour M. Ducan, en y ajoutant que le Suisse était l’homme que j’avais chargé de m’apporter ces lettres pour en vérifier le montant.

La fièvre m’a repris vers les 2 heures, et cet accès ne m’a quitté que sur les 4 heures du matin. Il m’a beaucoup fatigué.

Jeudi 22 décembre

Il y a déjà quelques jours que l’abbé Péan est allé au séminaire.

J’ai eu le soir un peu de fièvre.

Vendredi 23 décembre

M. le chevalier Dolomieu, officier de carabiniers très envieux et même instruit dans la minéralogie et dans les branches qui tiennent à cette partie de l’histoire naturelle, eut hier au soir un peu de démêlé avec M. Macé qui, avec M. Bourdet et le secrétaire de correspondance, était à un concert à 12 sous qu’on donnait à l’hôtel de ville. On m’a dit que la source de ceci vient d’une impolitesse que l’officier a reçu dernièrement du professeur chez un libraire.

Samedi 24 décembre

Le jeune de Parfourru a été hier trouver M. Boucher chirurgien de la part de M. Hamelin. Il lui a dit que pour l’acquit de sa conscience, il lui déclarait que ce n’était pas les coups de fouet que lui a fait donner M. Bourdet qui lui avaient mis le derrière en sang, mais des égratignures qu’il s’était faites lui-même par le conseil du sous-maître Dubois. On lui a fait prendre aussi les mêmes précautions à peu près auprès de M. Drouault.

M. Duvigneul est parti pour aller passer ses fêtes dans sa famille.

La fièvre que j’ai eue modérément les deux jours précédents m’a attaqué avec plus de force cet après-midi.

Dimanche 25 décembre

Noël. Je n’ai été quitte de ma fièvre et des suites qu’à huit heures.

Le sermon par M. Durand, le même qu’il donna il y a un an ; M. Bourdet devait prêcher, mais il ne s’est pas trouvé prêt. M. Pilon est parti après le dîner.

Lundi 26 décembre

Je n’ai plus entendu parler de la poste aux lettres depuis le mercredi que je déclarai au facteur que les lettres contresignées et affranchies n’étaient pas dans le cas de m’être représentées, et que si M. Hamelin voulait payer le port des siennes, elles ne devaient plus m’être apportées ; on dit que M. Hamelin a beaucoup menacé et tempêté sur tout ceci qui a été invariablement observé depuis 6 ans.

Mardi 27 décembre

MM. de Rossel passent ici leurs fêtes.

Le sieur Péan est de retour depuis samedi.

Le fort accès de ma fièvre m’a repris à midi.

Mercredi 28 décembre

M. Busson a emprunté, assure-t-on, en ville 1 200 livres de M. Hamelin et cela depuis peu de temps. C’est peut-être parce qu’on le voit et M. Macé fréquemment ensemble et que le 1er cherche partout de l’argent, que l’on a cette opinion.

Jeudi 29 décembre

M. Pilon est revenu hier ; mais M. Duvigneul ne s’est rendu que ce soir.

Vendredi 30 décembre

Encore une fièvre et plus forte cette fois que ci-devant ; c’est au grand froid qu’il faut peut-être l’attribuer.

Samedi 31 décembre

M. Dupont du Vivier a passé ici quelques jours ; c’est un parent de M. du Vergor et qui prétend que nous devons être de sa famille parce que nous sortons originairement du Poitou.

Il y a aux infirmeries un domestique de dortoir que M. Hamelin y renvoie à chaque fois que le médecin l’en fait sortir. Cet homme est depuis longtemps un automate ; il n’est pas malade et ne sera jamais mieux. M. Hamelin a pris pour le remplacer dans son service un garçon d’augmentation, mais il ne l’a pas envoyé se faire enregistrer.

Dimanche 1er janvier 1775

D’instruction, point. M. Pilon en campagne.

Lui et les sieurs Bourdet et Macé ne m’ont pas fait de visite non plus que M. Hamelin.

Lundi 2 janvier

Bureau ordinaire. Il y a eu 3 délibérations et tous les administrateurs s’y sont rendus. État de caisse du receveur du mois de décembre 1774.

Lecture de 2 lettres de M. Dupont en réponse à celles qui lui avaient été écrites et qui accompagnaient les différentes pièces remises dans les assemblées précédentes par M. Hamelin et le bibliothécaire concernant la décharge des livres envoyés à Paris. Arrêté, qu’en conformité de ces lettres auxquelles étaient jointes ces pièces renvoyées, il sera signifié au sieur Macé de fournir une décharge conforme au modèle joint à la dernière de ces lettres et à la suite d’un catalogue dressé d’après l’arrivée successif des caisses de livres.

Le receveur a remis un mémoire expositif de malversations qui se commettent dans les bois de Bellebranche qu’il vient de visiter, ce qui provient de l’impossibilité où sont deux gardes, dont un est septuagénaire, d’en défendre une si grande quantité. Arrêté qu’il en serait rendu compte au ministre et proposé l’augmentation d’un garde et qu’ils eussent dans la suite chacun leur canton à conserver.

Le prochain bureau au 23.

M. Hamelin a demandé et obtenu un congé pour étrennes. On a observé qu’on n’avait pas fait de lettres de nouvel an, et sur ce qu’on m’a dit qu’on avait compté sur moi, j’ai répondu que je n’en avais pas été chargé et que, malade comme j’étais, à peine pouvais-je faire les miennes. Il faudra cependant les faire.

Mardi 3 janvier

La fièvre, qui est toujours un mélange de quarte et double tierce, me prit hier après le bureau.

Le directeur de la poste a reçu l’ordre de ne délivrer les lettres qu’à celui proposé par l’inspecteur. En conséquence, hier il n’a jamais voulu remettre celles de M. Hamelin à lui même qui y fut malgré ses offres de payer. Ce dernier s’est emporté dans le bureau et des servantes et des domestiques, qui étaient à attendre les lettres de leurs maîtres, ont été répandre avec exagération cette scène. Le directeur est venu me voir et j’ai tenté inutilement de lui faire comprendre qu’il ne pouvait être question dans son ordre (que je n’ai pas vu) que des lettres dont le collège payait le port, que M. Hamelin voulant payer le port des siennes, il ne devait pas être traité différemment des autres personnes qui sont dans le même cas. Il s’en tient à la rigueur de la lettre et écrira demain à M. d’Ogny pour qu’elle soit interprétée. En attendant, M. Hamelin a dû lui faire signifier une opposition à la remise de ses lettres à d’autres qu’à lui-même. Il veut par là constater toutes les atrocités qu’on lui fait. Ces prétendus amis l’enflamment et lui font voir partout qu’on l’offense. M. Gautier n’a pas pu lui faire entendre que cet arrangement pour les lettres durait depuis six ans sans interruption et sans variation.

Mercredi 4 janvier

La boite de pruneaux et de poires sèches ne pèse que 87 livres 1/2 et j’en ai payé le port. J’ai eu aujourd’hui plus de fièvre que hier, mais sans frisson.

Un sous-maître (le sieur Marquet) est venu demander à la crédence son vin de déjeuner ; le chef d’office lui a dit qu’il rapportât sa bouteille, le sous-maître est allé se plaindre à M. Hamelin qui est venu avec menaces ordonner qu’on satisfît le plaignant, quoique le chef lui représentât que le sous-maître avait déjà dans sa chambre deux bouteilles et qu’on en manquait.

Jeudi 5 janvier

La fièvre m’a pris avec frisson à midi ; j’en ai été quitte à 11 heures du soir.

Congé. Dans le dernier bureau, quelques administrateurs auraient voulu que ce congé eût été transféré au mardi à cause de la Fête des Rois ; mais M. Hamelin a demandé que cela ne fût pas.

Vendredi 6 janvier

Hier, un sous-maître (Jouan), après avoir laissé prendre et dispenser par ses élèves tout son bouilli, fut se plaindre à M. Hamelin de n’en avoir pas. Celui-ci lui donna la moitié du sien qui est de 10 livres et en renvoya en demander à la cuisine où il n’en restait plus, parce que l’office vit de la desserte du principal ou du sous-principal et les domestiques de celle des élèves. Sur ce refus forcé, il s’emporta et dit tout haut : « Qu’on aille me chercher une poularde, non pas à cette détestable cuisine, mais chez le traiteur. » Son domestique y fut, attendit qu’elle fût rôtie et M. Hamelin resta avec les élèves de sa table jusqu’à ce qu’elle vint.

Le bouilli du pensionnat a été augmenté de 25 livres et le rôti de 35 livres depuis un mois. Il y a donc assez de viande ; mais toutes les plaintes sont écoutées et crues, le réfectoire du principal dépense le double de celui du sous-principal où il n’arrive aucune de ces scènes. J’ai pris médecine qu’il faut que je continue demain.

Samedi 7 janvier

Malgré mes médecines, je n’ai pas éprouvé de mieux ; mais comme j’ai maigri et que je n’ai point d’appétit, on augure que la fièvre ne me tiendra plus longtemps.

J’ai envoyé un billet sur les ports de lettres à M. Hamelin qui m’a répondu amicalement. C’est demain mon jour de grande fièvre.

Le domestique que j’ai envoyé porter mon billet à M. Hamelin m’a rapporté qu’après l’avoir lu et commencé sa réponse, il avait voulu la relire. Mais qu’inutilement, il l’avait cherchée, qu’il avait tout feuilleté et qu’impatienté il lui avait dit : « Je crois que le diable l’a emporté. » S’il va me prendre pour sorcier, j’en rirais bien.

Dimanche 8 janvier

  • 3 En marge : envoyé note le 8 à M. Dupont.

L’instruction par M. Hamelin. Il a dit que ce serait la dernière fois qu’il parlerait dans cette chaire ; que ses infirmités et son âge ne le rendaient plus propres aux tracas et aux affaires3. Il a montré à M. Gautier, qui a été le voir ensuite pour le faire causer, quelques mots d’une lettre de M. Dupont dont il dit être menacé.

Le directeur de la poste n’a pas voulu changer l’exécution de l’ordre qu’il a reçu, mais chargé le Suisse de ne retirer les lettres de M. Hamelin qu’en présence de son domestique, et de les lui remettre sur le champ après avoir tiré le montant des ports.

Lundi 9 janvier

La fièvre ne m’a pas pris hier comme je l’attendais. J’en ai été quitte pour une émotion fort longue. Aujourd’hui je suis bien ; mais d’un très grand dégoût et faible.

Les adieux publics de M. Hamelin sont la nouvelle du jour. Comme il a conté à plusieurs sous-maîtres différentes causes de cette retraite, il court différents bruits plus ou moins vraisemblables.

Mardi 10 janvier

Congé d’étrennes.

J’ai encore passé cette journée sans fièvre. Il y a apparence que m’en voilà quitte à en juger pour le peu de force et la débilité d’estomac où je suis tombé.

M. Hamelin a dit qu’il ne serait pas ici pour sa fête.

On a fait assigner samedi le collège pour balayer deux fois la semaine derrière la rue du collège et le long de Saint-Jacques. Monsieur le procureur du Roi aurait peut-être dû en parler au bureau plutôt que de prendre cette voie. Tous les samedis je fais balayer le devant du collège, mais il n’est pas possible que les gens de peines suffisent à cette augmentation. Je compte demander au bureau de donner ces deux balayeurs du collège de Saint-Jacques au rabais.

La cour souveraine de Saumur a condamné aux galères et à des amendes onze des ouvriers et autres qui se mêlèrent il y a 18 mois dans une affaire de faux sauniers et de gabeleux.

Mercredi 11 janvier

Convenu avec la sœur Nicole de recommencer l’inoculation la semaine prochaine ; je doute fort que six sœurs suffisent par la suite pour le service de nos infirmeries, surtout étant obligé d’en détacher deux pour les inoculés.

Jeudi 12 janvier

J’ai prêté 15 livres à M. d’Héral qui était sans le sol.

Mme Philipot, cette veuve qui quête pour les pauvres, débite à tout le monde que M. Hamelin n’a pas voulu prendre pour sous-maître un de ses parents, parce que, lui a-t-il dit, le collège est un lieu sans mœurs, sans religion, un pillage, un brigandage et qu’il le placera lorsqu’il sera à Paris.

Vendredi 13 janvier

Le curé Donjon m’a dit qu’on l’avait averti en secret que M. l’abbé de La Guerche était nommé commissaire pour venir au collège, mais par qui et pourquoi, c’est ce que l’on ne dit pas. Je présume que ce sont des gens qui confondent sa mission sur nos jeunes ecclésiastiques avec une commission nouvelle.

Samedi 14 janvier

Nouvelle scène au grand réfectoire d’où les élèves se sont amusés à renvoyer leurs œufs et à en redemander d’autres. Un sous-maître (le sieur Brichet) n’a pas trouvé que 2 pommes fussent assez pour son dessert ; M. Hamelin a été lui en faire donner deux de plus et a voulu mettre dehors le crédencier qui lui a représenté que 4 pommes pour une personne c’était beaucoup.

La 17e étude est toujours vide.

Dimanche 15 janvier

M. Hamelin sera ici pour sa fête. Il vient de faire venir des oranges pour les élèves ; au reste M. Bourdet interprète les adieux du 8, cela veut seulement dire que cette année sera la dernière que M. Hamelin passera à La Flèche.

Lundi 16 janvier

L’heure de la visite de la faculté aux infirmeries paraît faire schisme entre M. Hamelin et le médecin qui ne la voudrait pas de si bonne heure en hiver pour d’assez bonnes raisons. Cela n’empêche pas que les chirurgiens ne pansent de meilleure heure les engelures, les dartres et autres semblables indispositions des élèves qui ne sont pas aux infirmeries et qui suivent les exercices du pensionnat et dont le nombre a été il y a un mois de près de 80. S’ils faisaient ces pansements dans l’intérieur en même temps que le médecin ferait sa visite dans les infirmeries, il arriverait presque toujours que celui-ci serait sorti, ou prêt à sortir lorsque les chirurgiens s’y présenteraient.

Mardi 17 janvier

M. Guy est venu me voir parce qu’il se trouve indisposé. Je lui ai conseillé d’aller aux infirmeries, et il l’a suivi, quoiqu’il sache bien que cela ne plaira pas à plusieurs de ses confrères qui font synonymes hôpital et infirmeries.

M. d’Héral était un peu indisposé cet après-dîner.

Mercredi 18 janvier

La sœur Nicole a demandé que l’inoculation ne commençât que lundi 23. Le docteur de La Tour m’a parlé de l’injustice qu’il prétend qu’il y a qu’un chirurgien soit chargé de cette opération.

Jeudi 19 janvier

M. Hamelin a commandé un dîner chez un traiteur de la ville pour le jour de sa fête. Il lui a recommandé de n’y rien épargner, parce que ce serait le dernier et qu’il avait le moyen de bien payer. Entre autres conditions, le traiteur doit fournir jusqu’aux assiettes, linge, etc. et remporter jusqu’aux petits restes, ne voulant rien devoir, ni rien laisser à des gueux. Les officiers à l’auberge desquels il s’est adressé ont répandu et peut-être enjolivé ceci.

M. Hamelin m’a remis chez lui la réponse du ministre à notre lettre et au 2e procès verbal sur le jeune de la Noue. Il m’a aussi dit qu’il désirait faire la distribution des gratifications des sous-maîtres, qui devrait s’effectuer au mois d’octobre. Je fais faire l’état de cette masse.

Vendredi 20 janvier

Congé aujourd’hui à la suite du jeudi. Saint-Sébastien.

Samedi 21 janvier

M. du Juglart est venu avec des poudres pour guérir l’incontinence d’urine de son fils. M. Hamelin, m’a-t-il dit, ne les désapprouve pas. Je lui ai dit que cela était de la compétence du médecin qui vraisemblablement ne se servira pas d’un remède qu’il ne connaîtra pas. Il avait avec lui le frère du jeune de Gauville qui passe aux gardes françaises.

On m’assure que l’oraison funèbre de Louis XV par M. Hamelin est imprimée. L’abbé Le Royer en a prêté un exemplaire au directeur des aides, et c’est là que celui qui m’a appris cette nouvelle (M. de La Tour) l’a vue, tenue et lue.

Dimanche 22 janvier

Encore l’instruction par M. l’abbé Durand.

Il n’est pas douteux que l’oraison funèbre par M. Hamelin soit imprimée. On a vu M. Bourdet en corriger l’épreuve (Mlle Boutteville) il y a 15 jours ; mais il n’y encore eu que quelques exemplaires délivrés à des sous-maîtres, à des nonnes ou à des curés de campagne et à son ami l’abbé Royer.

On en a fait compliment à l’auteur qui a répondu qu’il n’en savait rien, qu’on lui avait donc volé son manuscrit (M. Gautier).

Lundi 23 janvier

Quatre élèves ont passé à Saint-Jacques où ils vont être préparés à l’opération de l’inoculation par le fil.

Bureau ordinaire. Personne n’y a manqué. Il y a eu 3 délibérations :

1. Après lecture faite d’une lettre de M. le comte du Muy, à laquelle était jointe une expédition du contrat passé avec les Filles de la Charité pour la manutention de nos infirmeries, il a été arrêté que cet acte serait déposé aux archives, et on a trouvé de toute justice que les malades ne soient traités au compte du collège ou plutôt de l’École militaire que dans l’infirmerie.

2. On a lu plusieurs autres lettres du même ministre, dont l’une en réponse à celle du bureau concernant les appointements à régler sur un pied fixe au receveur ; une autre concernant le rétablissement du moulin du Pont-Guéret, affaire restée là depuis plus d’un an et dont M. le comte du Muy demande l’état ; et une troisième qui accorde au curé de Créans 150 livres d’aumône pour ses pauvres ; enfin, une quatrième en réponse à la lettre de nouvelle année.

Il a été arrêté : 1° que les appointements du receveur seraient portés à 3 000 livres par an à condition que tous les dépenses, frais et voyages, tant pour l’objet des revenus des biens fonds que pour ceux des rentes, seront à son compte, à l’exception des frais de procédure ; 2° qu’il serait rendu compte au ministre de ce que l’on a été obligé de faire exécuter au moulin du Pont-Guéret pour éviter des contestations avec le meunier, les Ponts et Chaussées et autres ; et 3° que les 150 livres seront payées par le receveur au curé de Créans.

3. M. Hamelin a présenté le catalogue des livres reçus à la bibliothèque revêtu du récépissé du bibliothécaire et de son propre visa. Il a été arrêté que le mémoire sera adressé à M. Dupont.

On a lu ensuite la réponse de ce directeur de collège à la lettre de nouvel an.

J’ai rappelé que le 25 était la fête de M. Hamelin et il a été accordé congé pour ce jour.

Après quoi, j’ai rendu compte des assignations données pour balayer deux fois la semaine la rue devant les bâtiments du collège et ceux de Saint-Jacques. Après avoir examiné si cela était praticable par les garçons de dortoirs, ce que l’on n’a pas trouvé possible, on a adopté l’arrangement que j’ai proposé pour le nettoiement. Il consiste à donner à un homme chargé de plusieurs enfants 60 livres par an. On ne lui fournira rien, ni balais ni pelles, et s’il se met dans le cas de l’amende, qui est de 10 livres, il la supportera sur ses gages. Le prochain bureau au 6 février.

Mardi 24 janvier

M. de Vaujuas a été dîner en ville avec son frère qui l’avait un peu égayé de vin. M. Lambert a donné à souper à ce frère et à M. Hamelin après celui des élèves (dans son réfectoire).

On a sonné, tiré le canon et fait les compliments pour la fête de M. Hamelin, il m’a prié à dîner demain chez lui. Les élèves, comme il est d’usage, auront de l’extraordinaire au dîner et au souper (de la pâtisserie).

Je n’ai pas pu encore me procurer un exemplaire de l’oraison funèbre. On m’en a promis par le moyen d’une dévote.

Remis à M. Hamelin l’état de masse pour gratifications des sous-maîtres.

Mercredi 25 janvier

Conversion de Saint-Paul. Fête de M. Hamelin. Messe solennelle. Il ne s’est fait assister que par des sous-maîtres.

J’ai été de son dîner. On ne croyait pas que j’y vinsse. Tout était du dehors jusqu’au chaudron à relaver, à plus forte raison la vaisselle. Cette affectation a fait dans la ville l’histoire du jour. MM. Gautier, d’Héral et le secrétaire étaient aussi du repas qui s’est passé très paisiblement. Vous jugez bien que les compliments en vers et en prose ont roulé sur la crainte du départ dont il a menacé. Mais il y en a eu dans lesquels on s’est permis des allusions très sensibles sur les tracasseries actuelles.

La bande militaire des élèves, c’est-à-dire ceux qui font l’exercice à ces fêtes, sont sortis à 6 heures du matin du pensionnat et ont été courir les parcs et jardins jusqu’à ce que M. Hamelin fût obligé d’aller les faire rentrer. L’après-midi, M. Bourdet a permis aux élèves la promenade libre dans tout le parc, personne n’a gardé cette promesse qui s’est répandue partout et a fait du feu dans plusieurs endroits. Les ouvriers en ont retiré un du fossé près de l’entrée de la buanderie.

Jeudi 26 janvier

M. Hamelin devait la semaine dernière assembler les élèves et leur lire une réponse à la lettre de nouvelle année qu’il a écrite en leur nom à M. le marquis de Timbrune. M. Bourdet l’avait annoncé à plusieurs. Cela n’a pas eu lieu. J’ai vu que l’on se trompait et qu’il devait être question de M. le comte du Muy. On m’a assuré que non. J’en doute encore.

Même liberté sans bornes aujourd’hui. À 5 heures du soir, je fus contraint de ramasser nombre d’élèves qui n’avaient aucune envie de quitter le fort du parc. Trois sont tombés dans nos douves, et M. Lenormand de Lourmel en eut jusqu’au cou.

Vendredi 27 janvier

M. Macé vint hier chez moi avec M. Benières. Je lui avais dit au dîné de M. Hamelin que j’avais envoyé M. Le Mercier chez lui plusieurs fois pour terminer sur ses appointements et son bois et lui remettre ses billets ; il venait pour finir ; mais M. Le Mercier était toujours nanti des pièces et des 375 livres restants de ce qui lui revenait. Il y avait un billet de 400 livres de novembre 1773 et un de 350 livres d’octobre 1774.

On enterra il y a 2 jours le fils de l’homme qui panse les chevaux. Cet enfant est mort chez sa mère d’une fièvre putride vermineuse. M. le procureur du Roi, à qui on a été dire qu’il avait été battu par un domestique du collège, sans s’arrêter à l’assertion contraire du père et de la mère, a requis l’exhumation, et à 10 heures ce matin, tout l’appareil de justice a été faire cette expédition qui a été absolument infructueuse et a prouvé le mensonge des délateurs et la légèreté de M. le procureur du Roi.

Fête de M. Pilon et partant de sa classe qui aura été 5 jours à ne rien faire, au moyen de ce que demain est la Saint-Charlemagne et ensuite dimanche.

Samedi 28 janvier

On a publié ces jours derniers l’ordre pour le tirage de la milice. Il se fera lundi prochain en 8.

Enfin voici un exemplaire de l’oraison funèbre. M. Macé m’a dit hier qu’il n’en avait pas eu.

Mme Richard m’a dit que Mlle Dandeville doit accoucher sous 10 jours.

Le docteur La Tour m’a marqué sa surprise de ce que Boucher purge les élèves pour l’inoculation ; parlé de ce à Boucher qui m’a dit que ce n’était que depuis les plaintes de M. Hamelin sur les maladies de peau, que M. Gatti était sobre sur les purgations.

M. Hamelin a distribué avant sa fête les prix d’étrennes dans les classes.

La 17e salle d’étude est enfin fermée.

Dimanche 29 janvier

L’abbé Duchesne a fait l’instruction. On a cru M. Hamelin parti ce matin, parce qu’on ne l’a vu qu’à midi ; il était allé officier à la Visitation où l’on fêtait saint François de Sales.

Lundi 30 janvier

La fontaine de la ville a tout l’air de rester où elle est. Il en coûterait pour son déplacement plus que la ville ne peut et que M. de Lorme ne veut y mettre.

M. des Piltières va envoyer son fils aîné à Paris se faire recevoir avocat au Parlement. Il est en marché de la charge d’avocat du Roi de M. Chaubry qui en veut mille écus, ce qui est très cher.

Mardi 31 janvier

Le sieur La Fosse m’a remis deux états de fournitures de livres classiques, l’un dans la forme de celui du sieur Riboutet est pour le dernier quartier 1774, l’autre pour le troisième. Le certificat de M. Macé n’est pas au bas de celui-ci dont la date est du 30 septembre, mais sur un papier séparé et daté du 31 octobre suivant.

Congé parce que c’est jeudi fête. Le bureau n’en a pas été prévenu, suivant l’article 40 du règlement. Il ne l’a pas été davantage de la distribution de prix qui s’est faite il y a 8 jours, quoique l’article 37 le prescrive. Que d’autres articles dans ce cas ! Et ce sont ceux qui s’écartent de leur exécution qui en accusent d’autres de despotisme !

Mercredi 1er février 1775

La fièvre m’a repris après-midi.

Des élèves qui, le jour de la fête de Saint-Paul, furent dans la chambre où travaille la chambrière, lui ont dit que M. Bourdet en avait engagé quelques-uns d’entre eux à me huer dans la cour du pensionnat. Il est bien vrai que les élèves ont dit cela ; mais ne l’ont-ils pas inventé ?

Jeudi 2 février

C’est le jeune Lenormand de Lourmel qui, le 26 du mois dernier, a couru le plus de danger dans nos douves.

Des élèves parlaient dernièrement dans le parc du service des tables et disaient que celle du principal n’était point aussi bonne que la mienne. Ils voulaient dire celle de l’institution publique. M. Bourdet, à qui ils s’adressaient, leur dit que ce n’était pas la table de M. de La Motte, mais la sienne, parce qu’où le principal n’était pas, il le représentait. Je ne rapporte cette petitesse que pour faire avoir les idées dont on remplit l’esprit des enfants.

Vendredi 3 février

M. Hamelin donna hier une fête aux sous-maîtres. On m’a dit que l’abbé Guibert avait condamné tout haut qu’on s’avisât de vouloir s’égayer par de mauvaises plaisanteries sur mon compte et sur celui de M. Dupont. Rouzé était le grave auteur des pointes.

Samedi 4 février

J’ai eu la fièvre tous les jours, elle me mine ; à 3 heures ou 4 heures, elle me prend, son accès dure jusqu’à 2 heures du matin, point de sommeil pendant ce temps, à peine ai-je quelques moments de répit. Une coupe de bouillon et une aile de poulet, voilà ma subsistance.

Dimanche 5 février

La fièvre m’a repris le mercredi après-midi par un frisson qui fut suivi de chaleur et de sueurs et je n’ai été quitte que sur les 2 heures de la nuit. J’ai été également maltraité les jours suivants. Ma fièvre est double tierce. Les accès en sont moins violents, mais ils me laissent un abattement, un malaise que je n’avais pas encore ressentis. C’est le délabrement de mon estomac que j’attribue aux drogues et nos docteurs en partie, aussi à ce que j’ai bu beaucoup d’eau tiède et une diète trop sévère. Je pourrais bien avoir recours à la sœur Nicole, son opiat ne me donnerait encore que 3 semaines de répit pour me tirer de l’énorme quantité de papiers dont mes tables sont chargées !

M. Hamelin a reprôné aujourd’hui ; ses adieux n’étaient qu’une feinte pour voir la sensation qu’ils feraient. M. Guy m’a dit qu’il ne comprend pas comment M. Hamelin s’est laissé aller à une diatribe comme son prône. On ne pouvait pas se tromper sur ceux qu’il regarde comme bons et ceux qu’il met au rang des méchants et qui font la cour à l’impie.

Lundi 6 février

Bureau ordinaire. Personne d’absent. Il y a eu 3 délibérations :

  1. Bordereau de caisse du receveur pour le mois de janvier.
  2. Pouvoir au receveur de faire des réparations indispensables.
  3. Autorisation au même de rendre par déclaration au fief de Bouchevreau.

Le prochain bureau au 20.

M. Hamelin a présenté l’état de répartition des gratifications aux sous-maîtres. Il avait oublié que c’est au ministère qu’il doit l’envoyer.

J’ai rappelé qu’il n’avait pas répondu à la lettre du ministre concernant le curé de Saint-Germain qui n’a pas encore paru. On en convenu d’en informer M. le comte du Muy.

Mardi 7 février

M. Gautier a dit à M. Bourdet qu’il n’était pas honnête qu’on eût donné l’oraison funèbre à des étrangers et que les professeurs mêmes n’en eussent pas. Je lui ai répondu qu’ils n’avaient qu’à en demander.

Le jeune Lerouge de Guerdavid est en danger.

Mercredi 8 février

L’abbé Boucher a avancé à sa parente nouvelle mariée les 200 livres qui lui reviennent d’une annexe à la loterie de l’École militaire.

Le fils de M. des Piltières part pour Paris. Il va par Blois où il avait laissé ses effets.

Le jeune Lerouge de Guerdavid est mort cette nuit à environ une heure. L’abbé Lambert voulait l’envoyer aux infirmeries dès le dimanche matin ; peut-être n’aurait-il pas été alors trop tard. Il était plein de vers.

Jeudi 9 février

MM. le vicomte de Broc et le baron de Menich sont venus voir ma femme et ont soupé. Il s’est établi ici une mauvaise comédie. M. Hamelin a défendu au serpent d’aller y jouer du violon. Ce scrupule qu’il n’eut pas l’année dernière a paru déplacé.

Vendredi 10 février

On parle dans le public d’un changement presque total dans le collège. Ce sont les sous-maîtres qui ont répandu la nouvelle et qui disent la tenir de M. Hamelin ; il a du moins montré à quelques élèves une lettre du ministre pour le retenir. Il paraît qu’il ne les a pas persuadés ; ils disent que c’est celle de M. de Monteynard.

Samedi 11 février

J’ai commencé le remède contre la fièvre de la sœur Nicole. Je suis d’une faiblesse, d’un dégoût qui m’abattrait si je ne me montais pas la tête pour me soutenir. À peine ai-je le temps et la force d’écrire de suite une demi page. J’espère beaucoup de ce remède qui dure 2 jours.

Dimanche 12 février

L’instruction par M. Hamelin : il ne s’est pas échauffé cette fois-ci.

Ma fièvre a été moins forte hier et cette nuit.

  • 4 En marge : ils n’étaient que deux.

On a pensé perdre hier trois élèves, MM. Le Gras, du Petit-Thouars et de Courcelle4. Il était 6 heures 1/2 du soir, lorsque le garçon de cuisine de l’institution publique passant le long de la fausse braie pour aller au garde-manger du pensionnat chercher des viandes pour le lendemain, entendit et crut apercevoir à la faveur de la lune quoique couverte quelqu’un voguer dans le petit bateau qui avait été attaché au haut de la digue qui forme un bassin derrière les latrines. Ce bateau, dont la place est à la grille du parc des Dames, avait été amené là par les élèves les jours de la fête de M. Hamelin et n’avait pas pu être remonté faute d’eau pour repasser au-dessus de la digue. Ce marmiton courut avertir les gardes-latrines ; ceux-ci descendirent sur une langue de terre à la gauche du pont, et avec un grand crochet du moulin atteignirent et ramenèrent la barque. Pour se déguiser, ces trois MM. s’étaient enveloppés la tête de leurs mouchoirs, s’étaient mis en veste et avaient laissé leurs habits au bord de l’eau afin qu’on crût qu’ils s’étaient noyés en se baignant. Ils s’étaient munis de pain, noix, pommes, couteaux et avaient six francs (car l’argent n’est plus rare parmi les élèves). Ils comptaient s’en aller à Nantes et croyaient pouvoir sortir par le fossé. Ils ont couru risque de s’estropier en descendant du pont sur le coin de terre, et ils se seraient noyés dans la sortie du collège dans la vase.

On était à l’instruction familière pendant ce temps. Ils s’étaient échappés après le goûter. Leur absence n’avait pas fait sensation, les sous-maîtres ne conduisant pas plus à la chapelle qu’ailleurs les élèves de leurs études, 2 à 2. Le sous-principal n’y était pas (c’est la semaine de M. Bourdet).

On a condamné 2 portes sur la cour du pensionnat : au lieu d’un seul valet de cette cour et d’un seul garde-latrines, il y a 5 hommes à ces 2 portes. Les Jésuites, M. Donjon n’avaient qu’une prison, nous en avons 2 et 1 cachot dans le vieux collège. Il y en avait même 2 l’année dernière ; mais M. de La Touche étant convenu ici de donner un atelier au menuisier dans la cour des offices, le bouge disposé autrefois par l’abbé Lemercier fait aujourd’hui partie de cette menuiserie, et les élèves ne peuvent pas être contenus !

Lundi 13 février

  • 5 Phrase rayée.

M. Aubert du Petit-Thouars a été mis hier dans le cachot sous notre appartement, [les deux autres sont dans les prisons ; mais]5 M. Hamelin veut aussi des cachots pour eux et qu’ils y couchent.

Le concierge à qui il fit ouvrir hier divers magasins dans la cour des offices et à qui il ordonna de les convertir en loge de force s’est défendu de rien faire n’étant pas chargé des constructions. Il voulait faire sortir le menuisier. Je comptais recevoir de lui quelque billet à ce sujet ; mais non. Cependant je lui ai mandé que les parents de M. du Molant se plaignaient que leur fils n’ait pas écrit à la nouvelle année.

Ma fièvre a encore été moindre cette nuit ; mais le sommeil manque.

  • 6 Phrase rayée.

[Trois élèves de l’inoculation se sont trouvés avoir une indigestion de l’abondance du dîner qui a été mal faite. Sur la lettre que m’a écrite le sieur Boucher, j’ai mandé aux docteurs La Tour et Leleu de vouloir bien s’y rendre aussitôt à 7 heures6.]

Mardi 14 février

La réponse de M. le marquis de Timbrune dont j’ai parlé le 26 fut effectivement lue le samedi 28 à l’instruction. Cette lettre contenait beaucoup d’éloges pour M. Hamelin, des assurances d’une amitié, d’une estime sans bornes, des encouragements à rester pour le bonheur des élèves. Tout cela fournit la matière de la séance.

Je reçus hier soir à 6 heures 1/2 une lettre du sieur Boucher, chirurgien. Il me priait d’inviter les 2 médecins à passer à l’inoculation où 3 élèves étaient très indisposés d’avoir bu à midi de l’abondance faite dans un vase de terre qui l’avait rendue pernicieuse. J’écrivis sur le champ à nos deux docteurs pour cette invitation. À 8 heures, qu’ils se rendirent à Saint-Jacques, le mal était en partie dissipé et ce matin, il n’y paraissait plus à la visite qu’ils firent. Mais cela a furieusement indisposé la sœur Nicole contre Boucher. On l’a indisposée dès son arrivée ici contre ce chirurgien. Elle croit que c’est un tour qu’il a voulu jouer aux sœurs. J’ai combattu ses soupçons, mais elle ne me paraît pas convaincue de mes raisons.

Le docteur La Tour a raconté qu’en passant par le marché à 7 heures du matin, il avait entendu dire que tous les élèves de l’inoculation étaient empoisonnés ; ce bruit, quoique faux, outre ces filles. Je crois le docteur, qui souffre impatiemment de n’être pas l’inoculateur, l’ouvrier de cette aversion des sœurs pour celui qui l’est réellement. Celui-ci n’a pris le parti de me prier de faire avertir les médecins que parce que M. de La Tour avait dit ci-devant aux infirmeries qu’il ne remuerait pas pour les inoculés si Boucher l’en faisait prier.

J’avais chargé M. Gautier par un mot d’instruction de faire mettre à M. Macé ses certificats aux mémoires de livres où ils n’étaient pas et celui-ci pour sa justification devait prier M. Hamelin de les certifier ou signer. M. Hamelin n’a pas voulu le faire et il a donné déjà des ordres par écrit que pour sa justification M. Macé garde avec le double des mémoires. J’ai écrit directement à M. Hamelin pour le prier d’ajouter une forme sans laquelle je ne puis pas être assuré de la vérité et mettre mon certificat en connaissance de cause. J’attends le retour des états et de la réponse.

Mercredi 15 février

M. de Courcelle n’était pas du nombre des fuyards, mais M. de Gouzens devait en être. Une querelle qu’il eut avec Aubert fit qu’il ne le suivit pas ; ainsi ils n’étaient dans le fait que deux dans la barque.

Il y a vendredi 8 jours que, passant après la sortie des classes du soir dans cette cour, je trouvai ce même M. Aubert et quelques autres élèves à se battre avec des externes dans la cinquième. Comme il n’y avait plus que le valet et qu’il était occupé à fermer les autres classes, ils auraient eu tout le temps de se bien équiper, si je ne fusse pas allé faire le préfet. M. Pilon en campagne.

Jeudi 16 février

Le valet des classes a été en ville porter des exemplaires de l’oraison funèbre de M. Hamelin à différentes personnes dont M. Bourdet lui a donné la liste.

MM. Macé, Bourdet et Benières qui ne furent pas visiter M. Guy tandis qu’il était aux infirmeries, parce qu’il était chez des nonnes, ont été voir le sieur Rouzé.

M. Hamelin est, dit-on, très fâché de n’avoir pas son cachot ; il parle d’en demander huit.

Vendredi 17 février

M. Macé s’est beaucoup élevé au café, m’a dit M. Gautier, contre les certificats des mémoires de livres. Il n’est pas mon commis. Il a et garde une lettre de M. Dupont qui le charge de l’achat des livres sans le vu de l’inspecteur. On n’exigeait pas autrefois la signature de M. Hamelin ; il valait mieux laisser les choses comme elles étaient. C’est M. Dupont qui a voulu ce changement et aggraver l’état du bibliothécaire par ce détail minutieux.

M. Hamelin a finalement certifié les mémoires ; mais l’un comme ayant pris lui-même les livres et qui rend un peu louche le certificat du bibliothécaire qui précède ; les autres comme ayant fait prendre les livres au dépôt ainsi qu’il se pratiquait avant que M. Macé fût chargé de ce soin.

  • 7 L’inventaire de 1776 note L’Encyclopédie, publiée à Neuchâtel en 1765, en 25 volumes, parmi les li (...)

Ces difficultés m’ont déterminé à ne remettre qu’au prochain bureau les deux volumes de planches de l’Encyclopédie7, afin que le secrétaire soit chargé d’en demander la décharge.

Samedi 18 février

Depuis 2 jours, je suis absolument sans fièvre et je repose un peu, le régime qu’on m’a prescrit m’a forcé de rester à La Flèche. Je ferai le voyage d’Angers après le bureau de lundi.

J’espère que les 2 derniers quartiers de 1774 seront terminés dans la première semaine de carême. Les états généraux sont aussi en train et la balance générale est faite. Dieu aidant, pour Pâques, tout sera fait et il ne paraîtra pas à ma besogne que j’aie été malade.

Dimanche 19 février

L’instruction par M. Bourdet, c’est un morceau qu’il a déjà donné et auquel on dit qu’il s’est avisé d’ajouter des traits et des allusions peu convenables pour le lieu.

L’abbé Jacquemard est ici.

Lundi 20 février

Bureau ordinaire. Tous les administrateurs y étaient. Il n’y a eu que 2 délibérations : La 1re en conséquence des réponses du ministre qui fixe les appointements du receveur à 3 000 livres et consent à l’établissement du 3e garde à Bellebranche. Il a été arrêté que le receveur remplierait les clauses mises au nouvel arrangement qui le concerne. Quant au garde, qu’il serait établi sur le même pied que les autres et en même temps plusieurs administrateurs en ont proposé un pour lesquels M. Bodin les avait sollicités. Cet homme est marié, voisin de Bellebranche, a un métier, mais il aime la chasse et étant garde il satisferait sa passion. Je me suis opposé à ce choix qui aurait été une infraction directe à l’ordre du ministre. On en trouvera aisément un autre.

La 2e délibération sur le rapport du receveur que l’on établissait des routes de charretée qui passaient sur des terrains du collège où il y a quelques arbres et que la grande sécheresse de l’été dernier a fait mourir une partie du nouveau plan du bois du Grand-Breuil en Parcé. Le receveur a été autorisé à faire abattre et à vendre les arbres qui sont dans l’alignement de ces routes et à faire ressemer en glands les clairières du bois du Grand-Breuil.

J’ai ensuite remis les 2 volumes de planches de l’Encyclopédie pour la bibliothèque et requis que l’on en fît fournir par bibliothécaire une décharge dans la forme de celle qu’il a fourni pour les autres livres. On en a chargé le secrétaire.

  • 8 Sur la politique à l’égard des pauvres, voir Jean-Pierre Gutton, La société et les pauvres. L’exem (...)

On a fait aussi l’ouverture d’une lettre du curé de La Flèche en conséquence des ordres de M. le contrôleur général qui demande des renseignements sur les établissements qui ont pu être faits en faveur des pauvres malades, pèlerins8 ; il prie le bureau de satisfaire à cette question relativement à Saint-Jacques, et à ce sujet, il élève des doutes sur l’acquit des fondations de ce prieuré ou maladrerie. M. Hamelin s’est un peu échauffé à cette occasion ; cependant on a chargé le receveur de revoir les titres de ce bénéfice. Mon avis était que l’on informa le ministre de cette démarche avant d’y satisfaire.

Le prochain bureau au 6 mars.

Mardi 21 février

M. Noyelle est allé près de Durtal avec un de ses anciens condisciples qui va prendre possession d’une cure.

Je suis arrivé à Angers à 6 heures du soir et j’y ai fini quelques comptes de drogues et de faïence que nos sœurs en avaient tirés au commencement de leur établissement.

Mercredi 22 février

M. Macé a envoyé ici depuis peu une douzaine d’exemplaires de l’oraison funèbre. On est dans le premier moment de cette lecture et l’ouvrage ne fait pas fortune.

Une grande partie du haut clergé est en fête des jours gras. Je n’ai trouvé que MM. de La Guerche et Dalichoux, grands vicaires, et surtout M. l’abbé Boulnoy à qui je voulais m’adresser pour mon mariage. Je lui ai remis un mémoire, il s’est chargé d’arranger la chose à ma plus grande satisfaction.

Jeudi 23 février

On s’attend à Angers à la réunion des présidiaux de La Flèche et de Château-Gontier à ceux d’Angers et du Mans.

J’ai vu l’apothicairerie de l’abbaye de Saint-Aubin qui a été achevée il n’y a que 4 ans et qui a coûté suivant les mémoires 1 500 et quelques livres. Le nouveau prieur s’en est dégoûté et veut s’en défaire. J’en ai offert 400 livres, y compris les vases de verre de faïence. Cela donnera de quoi former tout d’un coup une belle pharmacie aux sœurs et à bon marché.

Tandis que mes chevaux rafraîchissaient, j’ai à peu près fait un autre marché de mille boisseaux de froment à 3 livres. Je dois réponse sous 10 jours. Je crois ce parti avantageux quoique nous soyons pas au dépourvu.

Vendredi 24 février

J’arrivai hier sur les 6 heures du soir un peu enrhumé de mon voyage ; mais à midi la fièvre m’a repris avec un violent mal de tête.

Je ne trouvai à mon arrivée de nouveauté que plusieurs domestiques de changés. Il y avait eu pendant mon absence une petite altercation pour les tables, comme en fait souvent M. Hamelin.

Samedi 25 février

L’abbé Jacquemard qui est reparti a obtenu la liberté d’Aubert. Le Gras ne l’a pas remplacé dans le cachot, ni Boulainvilliers qui (j’ai oublié de le dire) était aussi impliqué dans l’affaire de la fuite. Il a dit à M. Hamelin que cette punition du cachot ne devait être que pour des crimes qui obligeraient de renvoyer un élève à la sortie d’un pareil lieu.

Mon mal de tête s’est un peu dissipé à la suite d’un saignement de nez. Je n’ai eu qu’un peu d’émotion de fièvre cet après-midi.

Le secrétaire du bureau n’a pas pu rencontrer encore M. Macé. Il s’est cependant présenté à sa porte presque tous les jours aux heures auxquelles il n’est pas en classe.

Dimanche 26 février

L’abbé Cuisnier est revenu d’Angers avec moi.

L’instruction par M. Bourdet, suite de celle de la huitaine, mais plus sage.

M. Le Gras a été mis au cachot après la messe. La sœur Nicole et l’exempt de la maréchaussée ont en vain sollicité sa grâce.

Lundi 27 février

M. de Rossel est ici pour un conseil de guerre, il a trouvé son fils hors d’accident de la petite vérole.

On a dernièrement eu la malice d’enlever la tête à perruque de M. Hamelin, il a inutilement fait les perquisitions les plus exactes et il en a pris plus d’humeur.

Malgré le quinquina que je reprends depuis 2 jours, à midi la fièvre m’a repris.

Mardi 28 février

Enfin, le secrétaire du bureau a rencontré M. Macé chez lui après nombre de courses qu’il a faites ; il en a tiré un reçu des 2 volumes de planches de l’Encyclopédie ; mais il faut le refaire, il l’a daté de 1773.

La fièvre m’a quitté cette nuit ; peu de sommeil ; maux de tête et des peines.

Mercredi 1er mars 1775

MM. Porion, Pilon et Boucher sont de retour.

On a adressé à MM. les académiciens et professeurs du collège royal une lettre timbrée du Mans. J’ignore ce qu’elle contient.

À 9 heures du soir, Mme Richard est venue m’avertir qu’à 7 heures un exprès en poste a été expédié à Paris ou Versailles par gens du collège.

Jeudi 2 mars

Cette lettre aux professeurs du collège est d’un M. d’Emery du Mans qui propose des doutes sur la composition d’une phrase française.

J’ai envoyé à Tours par exprès à cheval porter une lettre à la poste pour avertir M. Dupont du départ du courrier extraordinaire de hier soir.

La fièvre m’a repris à midi.

Vendredi 3 mars

J’ai pris médecine de quinquina.

La messagerie de Saumur à Angers est tombée dans la Loire. Il y a huit personnes de noyées.

Samedi 4 mars

Le prince de Montbazon arriva hier à 9 heures 1/2 du soir avec Mme Le Gras. M. Hamelin en a été informé à son lever et a été donner la liberté au jeune Le Gras. Le prince a envoyé prier M. Hamelin de venir à son auberge, il s’y est rendu avec l’enfant que le prince lui dit qu’il n’avait pas demandé. Mme Le Gras s’est plaint amèrement de la lettre qu’elle avait reçue de M. Hamelin qui lui avait fait croire que son fils était fou et qu’on ne pouvait plus en être maître.

Encore médecine, ce qui m’a empêché d’aller rendre mes hommages au prince, mais il est venu me faire visite. J’ai vu la lettre de M. Hamelin qui en effet signifie que le jeune Le Gras est devenu fou. Il y a plusieurs fautes qui prouvent la hâte avec laquelle elle a été faite. La note qu’il avait envoyée quelques jours auparavant est avantageuse. Elle n’indique pas en quelle année ni pour quel quartier elle est faite.

Le docteur de La Tour n’a pas voulu le 5 voir les 4 élèves sortis de l’inoculation. Je lui écrivis le même jour pour le prier de le faire. Point de réponse. La servante dit qu’on l’avait portée au Suisse. C’était faux ; mais il a déclaré au sieur Le Mercier qu’il ne voulait rien entendre de l’inoculation, qu’il espérait que dans peu il en rendrait compte directement au ministre.

Dimanche 5 mars

L’abbé Macé a été l’aumônier de Son Altesse. Il s’est rencontré chez elle avec les docteurs ; il a reproché à M. de La Tour de n’avoir pas voulu certifier que sa chambre était meurtrière.

Le prince a été dîner chez le frère de M. Leleu à Durtal avec sa compagne et le jeune Le Gras. Il a soupé chez M. le chevalier du Hauthierray. Comme la fièvre m’a manqué, j’ai été l’y saluer. Il m’a invité on ne peut plus fortement à l’aller voir à Couzières. Il m’a parlé en homme qu’on avait instruit des démêlés ; car il m’a dit : « Il y a de mauvaises têtes chez vous qui abusent de la faiblesse de votre principal qui n’est pas propre à ce métier-là. » Il lui a demandé quand il retournerait à Paris : « Il ne le peut, a-t-il répondu, dans les circonstances présentes. »

L’instruction par M. Duchesne. L’abbé Cuisnier est retourné à Angers.

Lundi 6 mars

Bureau ordinaire. Tous les administrateurs présents. Il y a eu 4 délibérations :

  1. Bordereau de caisse du receveur du mois de février.
  2. Compte général dudit receveur de 1774 à examiner par MM. de La Rue et de La Motte.
  3. Pouvoir au receveur de rendre par déclaration au fief de Monceaux, paroisse de Luigné.
  4. Réception de M. Couallier des Huberdières pour caution du sieur Davy des Piltières, receveur des revenus du collège.

Bureau ordinaire au lundi 20.

Ensuite s’est présenté un garde pour la 3e place de Bellebranche. Cet homme a 45 ans, non marié, bon chasseur, des environs du Mans. Il a paru convenir, excepté à M. Busson avec qui il a eu des différends lorsqu’il était garde à Bazouges. Cependant on lui a dit d’apporter des certificats des maîtres qu’il a servis.

M. Hamelin a demandé deux congés, l’un de la part du prince de Montbazon, l’autre pour le 1er mardi de carême. J’étais sorti pour un moment quand il a fait ces demandes.

M. Busson a parlé des efforts que les présidiaux du Mans et surtout d’Angers font pour détruire celui de La Flèche, et a engagé, de la part de la compagnie, le bureau à l’étayer dans la défense de ce siège. En conséquence, on enverra au ministre et à M. Dupont copie des mémoires qui seront remis sur cette affaire.

M. Hamelin m’a dit pendant le bureau que le jeune Le Gras avait fait passer à sa mère une lettre qui avait été cause de son voyage et de celui du prince (ils sont repartis ce matin). Comme cela ne cadre point avec ce que cette dame et le prince ont dit et fait voir, j’ai simplement répondu que cela m’étonnait. Il m’a appris qu’il avait mis hier Boulainvilliers au cachot à son tour.

Mardi 7 mars

Congé. M. l’abbé de Pradt a écrit à M. Regnault des compliments avec prière de remettre une lettre du sieur Tridon à MM. de Cugnac et Dillon en mains propres. Le sieur Regnault me l’a apportée et je la joins ici. Je lui ai dit que je l’enverrai à M. Dupont.

Hier à table, on a, m’a-t-on rapporté, dit que c’était une lettre de M. Le Gras qui avait causé les alarmes de la mère, que cette lettre a été dictée à cet élève ; on voudrait faire soupçonner l’abbé Lambert. Par ceci et ce que m’a dit M. Hamelin hier, il paraît qu’on veut écarter l’idée que ce soit la lettre qui ait donné lieu à la visite du prince qui fait bruit. Je me trouve beaucoup mieux depuis dimanche. Le quinquina m’a fort échauffé et je ne dors pas.

Je présume que le courrier est arrivé ce soir d’après quelques allées et venues.

Hier à la sortie du bureau, M. Macé se présenta à plusieurs administrateurs et leur demanda s’il pouvait permettre la bibliothèque à des officiers. Il y fit entrer ces messieurs qui virent la manière ridicule dont il a affecté de placer son lit, leur montra un volume dans lequel il manque les 3/4 du commencement, un autre que l’on vendait 200 livres et qui ne vaut que 4 louis.

Comme j’avais dit dernièrement à M. Ducan qu’il ne paraissait pas que le libraire Dessain fut aussi fripon qu’on l’avait présenté, il a témoigné de la curiosité sur ce que Barrois, le libraire de M. Hamelin, pouvait penser des prix demandés par l’autre. M. Macé a hésité ensuite et dit qu’on lui avait écrit qu’il y en avait 25 d’un prix exorbitant, que les autres n’étaient pas trop chers. On lui a demandé cette lettre ; il ne l’avait pas, elle est déposée quelque part.

Mercredi 8 mars

On a célébré un dimanche du mois dernier la fête de M. Bourdet ; il y eut des exemptions d’étude et le matin promenade libre dans tout le parc et jardin.

La sœur Nicole m’a dit que M. Hamelin lui avait rapporté que Fonvive s’était plaint que les infirmeries étaient un gouffre. C’est un mensonge que lui a forgé son domestique. On ne veut que brouiller. J’ai dissuadé la supérieure.

Jeudi 9 mars

J’ai été à Turbilly où M. le marquis m’a invité une fois en compagnie de MM. Ducan et son gendre, le chevalier du Hauthierray, le commandant et un autre officier des carabiniers. De toutes ces entreprises, je n’en ai vu qu’une dont il puisse tirer partie : sa poterie. Elle résiste au feu le plus vif et au passage subit du brasier à l’eau froide.

Je continue à me rétablir.

M. de Boissimon s’est démis l’épaule au service du maçon.

Vendredi 10 mars

  • 9 Nommé troisième chapelain en 1764, il est renvoyé en 1766 à la demande du bureau d’administration  (...)

Le curé, à qui je me suis adressé pour un certificat, m’a paru instruit des accusations au sujet de ma fête. Il entendit un jour dans sa sacristie l’abbé Royer dire à un autre : « Nous arrangerons la Saint-Stanislas ». Cet ex-chapelain9 est dans la confidence de M. Bourdet.

M. Hamelin ne m’a pas refusé de certificat ; il a traité d’impostures ce qu’on dit qu’il a dit. Son domestique m’a apporté après dîner son paquet aux Plantes où je vais faire le gras qui m’est ordonné.

Samedi 11 mars

M. Ducan a été indigné de la méchanceté qui me persécute. Il m’a également donné un certificat. Je n’ai pas pu rencontrer le curé de Saint-Germain de qui je voulais aussi en tirer un.

On assure que ce présidial va être transféré à Bellême et qu’on fera de nouveaux arrondissements pour un d’Angers, Le Mans…

M. Hopkins passa hier pour Paris. Il était avec l’abbé Rose, maître de psalet d’Angers qui passe à la place de maître de musique des Innocents.

Le fils aîné de M. Chaubry va aussi à Paris.

  • 10 Cette décision demeure inconnue, mais l’abbé d’Héral reste au collège jusqu’à l’été 1776.

J’ai annoncé à M. d’Héral la décision du Roi à son égard10, M. Hamelin ne lui en a pas parlé.

Dimanche 12 mars

L’instruction par M. Hamelin. M. Pilon est allé en campagne hier au soir et M. Bourdet ce matin.

Ce n’est qu’aujourd’hui que Boulainvilliers a été mis au cachot par M. Hamelin.

Dans le dernier bureau du 6, il fut répondu à M. Donjon que Saint-Jacques n’avait aucune fondation d’aumône et que le service divin a été dûment transféré dans la chapelle du collège.

Lundi 13 mars

M. Hamelin a déclaré à M. d’Héral qu’il avait reçu des ordres à son sujet, mais d’une manière qui ne l’a pas flatté. Ce jeune homme m’en a paru affecté, je l’ai consolé.

Le feu a pris ce matin dans la cheminée de la lingerie.

Je ne sais qui a informé M. Porion des accusations que l’on me porte à cause de ma fête et de M. Dolbeau.

  • 11 La faculté des arts de Paris est divisée en 4 nations, suivant l’origine géographique de ses membr (...)

Communiqué à M. Ducan ce qui concerne le prix des livres envoyés à la bibliothèque. On apprend que M. Hamelin est nommé doyen de la tribu de France11.

Mardi 14 mars

Thieulin, contrebandier décrété, caché dans la ch… de M. D…

J’ai ouï dire que M. de La Tour, ou quelqu’un pour lui, a envoyé un mémoire pour démontrer que c’est une injustice qu’il ne soit pas chargé de l’inoculation. Congé.

Le fils de Mme Courtin a la dartre. Cette dame est très mécontente et dit que cela provient de M. Hamelin.

J’ai eu un peu de fièvre cet après-midi.

MM. Busson et de Lucé se proposent de demander dans le prochain bureau à M. Macé cette lettre qu’il leur a dit avoir mis en dépôt.

Mercredi 15 mars

Le sieur Thieulin est reparti.

M. Hamelin s’est plaint que les professeurs ne faisaient point d’instructions. On lui a répondu qu’ils attendaient qu’on les en invitât, qu’ils ne le refusaient pas. M. Lambert, à qui il a fait le même reproche, lui a rappelé que M. Macé, en sa présence, lui avait dit lors de sa dernière instruction : « Vous avez volé à M. Hamelin une occasion de prêcher, il s’attendait à le faire. » Aujourd’hui, il ne veut plus s’exposer à être désapprouvé en montrant du zèle.

Jeudi 16 mars

L’abbé Lanceleur quitte enfin le collège pour aller vicarier à Cré. Le sous-maître Galloys est parti pour Longué d’où il doit ramener pour sous-maître le principal de l’endroit.

Vendredi 17 mars

M. Chaubry est de retour. Je l’ai vu ; il va repartir pour achever le tirage de la milice. Son fils Beaulieu qui est à l’intendance est ici pour quelques jours.

Le nouveau sous-maître est arrivé, c’est un homme fait, il n’est que minoré.

La fièvre et un mal d’estomac m’ont fait passer une après-midi pénible.

Samedi 18 mars

Demain fête de ma femme, point de feu, de boites, ni danses. MM. Dolbeau, Duvigneul, Baraton et Chaillou à souper. Les musiciens ont donné des aubades.

M. Porion, indisposé d’un mal de dents, n’a pas fait sa classe quoique demain soit sa fête. A vécu dans sa chambre d’un bouillon du pensionnat, de tisane de l’infirmerie et je lui ai fait donner une bouteille de Bordeaux rouge.

Dimanche 19 mars

L’instruction par M. Hamelin.

M. Lambert a prêché à la Visitation et l’abbé Boucher a été en faire autant à Mareil. M. Pilon parti hier pour sa course ordinaire.

Saint-Joseph est la fête des charpentiers. Les compagnons et les joueurs d’instruments vinrent hier au soir donner des aubades aux Plantes. On pourra peut-être encore le trouver mauvais, d’autant plus que l’on s’est mis en tête que ma femme porte le nom de Joseph et qu’on est venu lui apporter des bouquets. J’étais au collège où je m’étais rendu sur les 9 heures du soir avec MM. Duvigneul, Baraton, Dolbeau et un neveu de M. Galloys. On m’a aussi dit que ce matin avant le jour on avait tiré quelques boites dans les environs. C’est ma sœur qui l’a entendu.

La maison Meslin dîna aux Plantes.

Boulainvilliers est sorti hier du cachot.

Lundi 20 mars

Bureau ordinaire. Tous les administrateurs présents. 2 délibérations :

  1. Nomination du sieur Brard, acolyte, à la place de sous-maître vacante par la retraite de l’abbé Lanceleur.
  2. Nomination du nommé N… Trippier, âgé de 35 ans, pour 3e garde de Bellebranche sur les bons certificats qu’il a présentés de 3 maîtres qu’il a servis (c’est le même homme qui s’est déjà présenté et que M. Busson a rencontré sur son chemin quand il chassait sur Bazouges dont cet homme était alors garde).

Le prochain bureau au 10 avril, M. du Hauthierray ayant désiré qu’il fût reculé jusqu’à ce jour.

M. Busson a parlé en particulier à M. Hamelin du mécontentement qu’il avait et plusieurs administrateurs de ce que leur avait dit M. Macé il y a 15 jours à leur sortie du bureau dans la bibliothèque ; qu’il en avait imposé en annonçant une lettre qu’il ne pouvait pas montrer et en dénigrant un libraire d’après ce qu’il supposait être dans cette lettre, ce que l’on savait d’ailleurs être faux. M. Hamelin lui est convenu (nous a dit M. Busson après son départ) qu’il ne connaissait pas cette lettre dont a parlé M. Macé, que dans celles qu’il avait il n’était question que de 25 volumes. MM. Ducan, Busson, du Hauthierray et de Lucé sont les administrateurs à qui j’ai communiqué la copie de cette correspondance sur le prix des livres. Ce dernier avait voulu que le sieur Macé fût cité au bureau, qu’il eût à montrer sa lettre ou à se rétracter authentiquement, il avait été calmé.

MM. Busson et Ducan.

MM. Aubert, Le Gras et Boulainvilliers sortirent hier dans l’après-midi et furent se promener dans le grand parc. On s’en est aperçu. Un domestique qui les suivait les a fait revenir. Ils sont rentrés par une fenêtre des classes et ont été se cacher dans le pensionnat, on ne les trouva pas. M. Hamelin les crut échappés et la maréchaussée fut mise aux champs. Ce matin, on les a retrouvés dans un dortoir ; ils sont dans les prisons et les 2 derniers ont été fouettés au milieu de la cour pour avoir voulu s’en évader. Ceci fait de la rumeur en ville surtout à cause de l’emploi trop léger de la maréchaussée. M. Hamelin m’en a dit 2 mots pendant la tenue du bureau et du nouveau sous-maître ci-devant principal.

Mardi 21 mars

Ma fièvre m’a repris hier après-midi et je l’eus une partie de la nuit.

Le curé de Saint-Germain et son neveu dînèrent hier aux Plantes avec MM. Porion et Gautier.

Il n’y a pas eu ce matin de classe de logique et M. Hamelin l’a faite cet après-midi. M. Porion est encore enrhumé, mais chez lui.

Le médecin Leleu m’a prévenu qu’il serait obligé de discontinuer ses visites journalières à nos infirmeries, auxquelles M. de La Tour l’avait fait invité dans le commencement, ce que M. Hamelin et moi-même avait approuvé. Son confrère affecte de trancher avec lui et de n’avoir plus égard à ses observations.

MM. de Noyelle et Baraton soupent aux Plantes. Couché au collège.

M. de Sarcé avait des inquiétudes sur ce que l’on n’a pas mis à châssis dormant les fenêtres de notre infirmerie qui donne sur son jardin. J’ai apaisé cette espèce de discussion. Il s’intéresse en quelques élèves et nommément en M. de Boulainvilliers. Dernièrement qu’il était chez M. Hamelin pour les recommander, il lui a dit qu’il comptait s’en aller, qu’il se tuait ici inutilement, que l’on s’opposait ou contrecarrait tout ce qu’il proposait, qu’il avait à Paris 6 000 livres de rente et rien à faire.

Mercredi 22 mars

M. de La Mandinière est venu ici pour la maison de Bellebranche qu’il veut arrenter à Sablé. Il ne pourra cependant en être question qu’au prochain bureau et je lui ai indiqué la marche à tenir. Comme le sieur Cosnard qui offrait 80 livres de cette maison ne vit plus, il n’aura pas à craindre cette concurrence. Mme la marquise de Sablé a écrit à son époux qu’elle avait parlé à M. Dupont.

M. Pilon est parti ce soir à 4 heures.

M. Hamelin a encore fait toute la journée la classe de logique qu’il suppléa également hier soir et qui vaqua ce matin ; je crois l’avoir dit.

Jeudi 23 mars

MM. Lambert et Duvigneul sont allés à Sablé. Ils reviendront dans le jour.

  • 12 Madeleine-Gabrielle-Charlotte Davoust de la Masselière, 71 ans, épouse de François-Xavier Fontaine (...)

Mme de Biré12 est morte, voilà toute la ville en deuil.

La fièvre m’a attaqué à 11 heures et j’ai été obligé de me mettre au lit à 2 heures.

Il y a quelques jours que M. Noyelle vint me demander si je croyais qu’il fut homme à deux faces, qu’on lui avait rapporté que je m’étais plaint de son défaut de sincérité et qu’il devait avoir signé un mémoire le mercredi des cendres. Cette époque cadre avec le courrier envoyé. Je lui ai répondu, ce qui est vrai, que jamais je ne me suis plaint de sa discrétion ni de sa franchise.

Vendredi 24 mars

Donné note au domestique de M. Hamelin de l’ordre du Roi pour un nouvel élève : dit à lui-même aux infirmeries le soir où je l’ai trouvé.

La fièvre m’a tenu une grande partie de la nuit.

Le jeune de La Grange de Tarnac a reçu le viatique à 7 heures 1/2 du soir des mains du curé qui donna aussi l’extrême onction à feu M. de la Gausie. J’y étais et M. Hamelin qui avait été inviter le curé en robe. Cet élève n’est malade que d’hier. C’est une fluxion de poitrine et point de côté, suivant le docteur La Tour. M. Leleu pense qu’il y a fièvre putride et que l’on n’évacue pas assez, mais son confrère ne l’écoute pas.

Samedi 25 mars

  • 13 Voir les Annonces, affiches et avis divers pour la ville du Mans, 3 avril 1775.

Un pécheur a trouvé dans la rivière un jeune homme que personne ne connaît et sur lequel il n’y a point d’indice. Il y avait plusieurs jours qu’il était dans l’eau13.

M. Pilon absent pour ces deux jours.

Il est arrivé une caisse de livres à l’adresse de M. Hamelin qui en a payé le port. C’est vraisemblablement de Barrois. Dessain est donc la victime de la calomnie !

Je n’attendais la fièvre que demain et elle m’a pris cet après-midi.

Je n’entends pas parler des boucles que j’ai demandées. Il est temps qu’elles arrivent.

Dimanche 26 mars

L’instruction par M. Lambert.

M. Hamelin fut hier au soir chez ce sous-principal où il ne va jamais et que celui-ci a raconté à quelqu’un par qui cela m’est revenu. M. Hamelin lui a dit qu’il n’était venu ici que pour y rester une année ; qu’il y en avait 3 et demi qu’il y était et qu’il voyait bien qu’il serait obligé de partir sans avoir fait les réformes qu’il se proposait ; qu’enfin, il avait la bouche fermée, les mains liées (M. Porion). Je ne sais que cela de cette entrevue.

La fièvre m’a quitté dans la nuit et repris ce matin ; cependant les accès ne sont pas violents, seulement un peu longs.

Lundi 27 mars

On a passé par les courroies à 5 heures du matin le carabinier qui a volé de l’avoine et il a été ensuite chassé.

M. Ducan est absent pour la semaine ; il a le 3e quartier et à peu près le 4e.

Le paquet que je reçus hier était contresigné de Sartine ; c’était pour l’abbé Cuisnier.

Mardi 28 mars

  • 14 En marge : c’est le mercredi sous la galerie.

J’ai trouvé14 MM. Bourdet et Le Royer sous la galerie en grande conférence. Ma présence les a surpris.

M. Hamelin ne fut pas hier soir voir administrer le domestique, il en avait cependant été prévenu le matin par la sœur. Il lui en fit malgré cela des reproches aujourd’hui.

M. La Tour avait dit à M. et Mme Meslin que les sœurs voyaient de mauvais œil le médecin Leleu et qu’elles ne pouvaient le souffrir. La sœur Nicole m’assure que cela est faux. M. Chaubry a fini ses tournées. Il va rester ici ou à Oyré ; il attend M. de Limon la semaine prochaine. Son fils retourne à Tours.

La fièvre m’a encore repris cet après-midi.

Point de réponse de l’évêque.

Je fais partir la subsistance de janvier.

Mercredi 29 mars

La fièvre ne m’a laissé que ce matin ; à peine ai-je fermé l’œil.

Dans la visite de M. Hamelin à M. Lambert, il lui a encore dit que ce qui lui faisait le plus de peine, c’est qu’en quittant il passera pour un entêté, un fauteur de mutins : il m’a fait voir ce qu’il avait écrit au ministre sur les tentations de s’en aller qu’il a eues et qui ont donné lieu à son prône de 1er dimanche de janvier.

L’abbé Boulnoy m’annonce que l’évêque arrivera le 8 à Angers.

La fièvre m’a attaqué cet après-midi.

Jeudi 30 mars

M. Hamelin m’a envoyé l’état fait de sa main de la masse pour les gratifications des sous-maîtres que le ministre lui a renvoyé avec prière de la vérifier. Il y a joint la lettre qu’il a reçue à ce sujet. Il aurait évité ce renvoi s’il eût envoyé l’état qu’on avait formé dans mon bureau, mais il a voulu le refaire et l’écrire de sa main. Son domestique annonce qu’il part pour Pâques.

On a trouvé extraordinaire dans la maison qu’il ait été jusqu’à minuit enfermé dans sa chambre avec M. Macé.

M. Pilon encore aux champs.

MM. Bourdet et Benières ont fait une visite au curé de Clermont. Le premier doit prêcher Pâques ; il a déjà donné ce sermon.

Vendredi 31 mars

Le docteur de La Tour s’est permis ce matin à l’assemblée, ou estaminet, des déclamations contre M. Dupont et moi qu’il accuse d’être cause qu’il n’a pas eu 2 000 livres et qu’il n’inocule pas. Des financiers, disait-il, doivent se mêler de finances et point de médecine. Il a même prétendu me l’avoir dit aux infirmeries. Fausseté.

Le peuple renvoie M. Hamelin à Pâques, et rend la principalité à M. Donjon.

La fièvre m’a pris ce soir.

Samedi 1er avril 1775

M. Bourdet paraît m’avoir dépeint à M. de Cugnac comme un scélérat fameux. Cet élève n’a pas gardé pour lui ces belles choses ni le nom de celui qui l’a si bien instruit (M. Porion par M. d’Héral).

M. Pilon est parti ce soir à l’ordinaire.

MM. Bourdet et Benières dînèrent jeudi chez le curé de Clermont. Ils y ont dit que M. Hamelin était buté et qu’il resterait au collège jusqu’à la dernière extrémité (Lambert).

Dimanche 2 avril

La fièvre m’a quitté dans la nuit. C’est aujourd’hui mon jour de relâche.

L’instruction par M. Hamelin. L’abbé Boucher prêche le carême à Mareuil. M. Pilon est parti hier au soir.

Dîné avec MM. Porion et Gautier chez le curé de Saint-Germain, où ma femme et ma sœur étaient allées à la grande messe et ont dîné aussi.

Les commis aux aides ont trouvé la semaine dernière le concierge et le portier du pensionnat chez le Suisse qui leur faisait goûter du vin vieux qu’il avait mis en bouteille. Ils en ont dressé procès-verbal. Je pense qu’il n’en sera que cela.

Lundi 3 avril

Le docteur de La Tour était du dîner de jeudi chez le curé de Clermont. Il y a dit avoir reçu réponse de M. Lieutaud pour lui annoncer ne vouloir pas se mêler de ses prétentions. Le curé a rapporté des 2 autres convives qu’ils avaient parlé et s’étaient démenés en désespérés (Boucher chirurgien).

J’ai été après la classe du soir remettre à M. Hamelin l’état de messe pour les gratifications des sous-maîtres. Il n’avait pas fait toutes les fautes de celui qu’il a envoyé. J’y ai trouvé le jeune de Beaupoil de Saint-Aulaire. Il m’a dit qu’il donnait congé solennel demain à cause de la nomination de M. le comte du Muy à la dignité de maréchal de France, qu’il avait annoncé hier à ce ministre et qu’il venait de chez le lieutenant général et le curé pour les en prévenir. Il a fini par me demander si on ne ferait pas bien de tirer le canon. Je lui ai répondu qu’il n’avait qu’à ordonner ; que, quant au congé, j’étais persuadé que le bureau aurait été très empressé et jaloux de le donner. Il m’a répliqué que cela n’aurait rien valu étant différé, qu’il aurait fallu assembler un bureau extraordinaire… Je lui ai répété qu’il n’avait qu’à donner des ordres pour tirer le canon.

Mardi 4 avril

M. Leroy de Lenchères est ici ; a dîné avec son fils aux Plantes. Il vint hier chez M. Hamelin, tandis que j’y étais. Ce M. est on ne peut plus sourd.

J’ai oublié de dire que les prisonniers avaient été mis en liberté samedi au soir ; il y en a un de malade.

M. le marquis de Broc vient de mourir. Le docteur de La Tour, qui y fut quelquefois et qui en fut renvoyé, avait voulu le traiter comme s’il eût eu la rage.

La fièvre m’est revenue ces deux jours. Je n’ai qu’un tiers de mon temps et ce tiers est bien court pour mes besoins présents.

Mercredi 5 avril

M. l’évêque m’a répondu. Il ne promet ni ne refuse. Il demande seulement la représentation des extraits de baptême. M. Boulnoy me mande que ce prélat partira de Paris le 6 et sera le 8 à Angers. Je tâcherai de l’avoir à son passage.

MM. d’Andigné passèrent hier ici. Ils ont eu leur frère à dîner. C’est sur cet élève que j’ai fait éprouver le modèle de l’habillement.

À 24 ans, tout Paris appelait M. Hamelin, le bel abbé. Ce qu’il a avoué au jeune de Gondrecourt (Le Mercier).

M. Bourdet a une terrible mémoire. C’est au jeune de Courcelle que l’on fait dire cela (le même).

On persécute, on cause mille chagrins à M. Hamelin. M. Bourdet et quelques élèves répandent cela parmi les élèves (le même). Lui-même a dit en pleurant à d’autres que personne ne les aimera comme lui ; mais qu’il est forcé de les quitter.

M. Pilon en campagne.

Jeudi 6 avril

M. Hamelin avait promis au curé de Cré de ne pas quitter La Flèche sans aller le voir. Il a tenu parole. Il a été aujourd’hui y dîner avec son secrétaire. Ce voyage a causé un accident au sous-portier du pensionnat, guide de Soissons, qui portait du café. Ce malheureux s’est grièvement blessé en sautant un fossé. Son compagnon l’a laissé sur la place plus de 3 heures, enfin jusqu’à son retour. Un paysan de M. de Biré était alors occupé à le monter sur un cheval pour le ramener à nos infirmeries.

Vendredi 7 avril

J’ai eu la fièvre hier après-midi et une partie de la nuit.

Défendu à Malicorne de parler jamais au sieur Rouzé avec qui il eut dernièrement une petite altercation dans le parc ; parce que ce Monsieur trouva mauvais qu’il lui dit bonjour. M. Gautier, au café chez M. Hamelin, lui a fait part des bruits publics de son prochain départ et de mémoires et libelles qu’on disait envoyés contre des personnes du collège. Il lui a répondu qu’il n’en savait rien, qu’il ne se mêlait pas de mémoires, mais qu’il était vrai qu’il partirait incessamment et qu’il retournerait à Paris quand il serait assuré de mourir 6 mois après.

L’abbé Legendre est au séminaire depuis deux jours.

Samedi 8 avril

J’ai eu la fièvre comme la veille.

M. Hamelin a prié M. Lambert de faire le discours pour le service des 2 Rois. Il lui a dit : « Nous serons enchantés de vous entendre ». A-t-il changé d’avis sur son départ ?

M. et Mme d’Espiès sont ici. Je n’ai vu que Monsieur. Ils ont donné à dîner à une demi-douzaine d’élèves.

M. Hamelin n’a pas voulu qu’on inoculât le jeune Desfossés de Villeneuve qui est déclaré n’avoir pas eu la petite vérole par le procès-verbal, il prétend qu’il l’a eue.

M. l’évêque d’Angers est arrivé à 6 heures 1/2. M. Hamelin y a passé une heure seul. Je l’ai vu un quart d’heure ensuite, il ne m’a dit mot du collège ; il ne partira demain qu’après avoir dîné.

Soissons est venu pendant le souper chercher M. Bourdet de la part de M. Hamelin. Jusqu’à 10 heures 3/4, il y a eu assemblée chez M. Macé de ce M. Bourdet et de Benières. On croit même que le bibliothécaire a été ensuite chez M. Hamelin qui n’était pas couché à 11 heures.

M. Busson est l’auteur du mémoire du présidial de La Flèche.

  • 15 Antoine-François Jenin de Montègre, Gazette de santé 1773-1774, Paris.

Il nous est mort un valet de peines, pulmonique. Il y a 15 jours que le docteur La Tour voulait le faire enterrer jusqu’au cou, ce qu’il appelle, d’après la Gazette de santé15 où il a puisé ce remède, un bain de terre. Il le propose à l’abbé Durand qui a une dartre scrofuleuse.

  • 16 Les Affiches d’Angers rendent compte de la cérémonie dans les numéros du 23 et du 30 décembre 1774 (...)

Envoyé à M. Dupont les 2 Affiches d’Angers de décembre qui décrivent notre service pour Louis XV16.

La supérieure des infirmeries de l’École militaire a écrit à la nôtre de se défier du docteur La Tour.

Dimanche 9 avril

M. Boucher est parti pour prêcher la Passion à Clermont.

  • 17 L’introït est le chant qui est exécuté avant la messe, pendant l’entrée du célébrant.

M. Pilon a quitté la grande messe après l’introït17 pour aller où il va ordinairement. Point d’instruction.

M. l’évêque n’est parti qu’après le dîner, je ne l’ai pas vu. Mon courrier et plus encore la fièvre qui m’a pris de meilleure heure parce que sans doute j’eus froid à la visite que je lui fis hier au soir. Ma femme y a été en revenant de la messe. M. Hamelin en sortait et elle a été remplacée par M. Macé. Le prélat lui a remis les papiers que j’avais laissés la veille et a dit qu’il les redemanderait après avoir vu mûrement à Angers s’il était possible de dispenser des trois mois de séparation.

Il a dit au curé qu’il avait remis deux mémoires au ministre qu’il présenterait un placet au Roi si M. du Muy n’agissait pas. Il lui rapportait les griefs contenus dans les mémoires de plaintes. Comme celui-ci lui représentait qu’il s’était conduit légèrement et qu’on lui en avait imposé en tout, soit en chargeant ou bien dénaturant les faits, il lui a répliqué que de quelque manière que les choses fussent, il fallait une réforme. Son valet de chambre a débité dans le collège (à Cornevin) que M. Hamelin partait et qu’il serait remplacé par un grand vicaire d’Angers et qu’il y aurait un gouverneur qui aurait le premier pouvoir.

M. Brichet est aussi au séminaire depuis jeudi.

Lundi 10 avril

M. Macé dit hier à table que Valançon était le soir à attendre dans sa ruelle. Ce jeune homme y passait avec un de ses camarades et s’était arrêté pour pisser.

Bureau ordinaire où tout le monde était. Il y a eu 5 délibérations. Lorsque je suis entré, M. Hamelin avait déjà parlé du congé qu’il avait donné à l’occasion de l’élévation de M. le comte du Muy au grade de maréchal de France. J’ignore ce qu’on a répondu, mais il n’a pas été question que le bureau lui en fît compliment.

1re délibération. État de caisse du receveur pour le mois de mars.

  • 18 Le principal doit donner un jour de congé uniquement pour la fête du roi, et non pour la sienne ou (...)

Seconde. Réception de 3 lettres du ministre. La 1re sur la reconstruction du Pont-Guéret autorisée ; on répondra aux observations. La seconde sur les congés de patrons et extraordinaire : il est ordonné de se conformer au règlement à cet égard18. Quelqu’un a dit : « M. Hamelin, voilà pour vous ». J’ai ajouté : « C’est mon patron qui sera le premier réformé ». La 3e sur le mémoire adressé à l’effet de défendre le présidial contre les entreprises de ceux d’Angers et du Mans. Ce mémoire y est critiqué sur son aigreur et même sur son style au point que le ministre dit qu’il n’en peut pas faire usage, qu’il lui en faudrait un plus sage et plus simple. M. Busson s’est écrié : « Tout le monde en aura ». J’ai annoncé que M. Dupont me mandait qu’il n’y a aucune apparence de la suppression qu’on redoute.

  • 19 L’arrêt du conseil d’État du roi « portant règlement pour la bibliothèque du Collège royal de la F (...)

J’étais, je pense, le seul, qui sut qu’on allait trouver un règlement pour la bibliothèque19. Il a été le sujet de la 3e délibération ; on l’a fort approuvé. Le bureau y joue un grand rôle. Pendant sa lecture et de la lettre qui l’accompagnait, M. Hamelin se promenait à grands pas. Après différents avis ouverts, on a arrêté que le secrétaire signifierai au bibliothécaire et à son aide cet arrêt, avec ordre au premier d’opter. Quelques-uns ne croyaient pas que l’option regardât le titulaire actuel. On a remis à la quinzaine à statuer sur le reste.

J’ai avancé que le sacristain était inutile, qu’en rappelant la répugnance de M. de Monteynard, le motif de la création d’un second sous-principal, on devait s’en convaincre ; que même elle n’aurait pas eu lieu sans la réunion des fonctions de sous-bibliothécaire. M. Hamelin a répondu que c’était de nous même et par connaissance du besoin que cette place avait été créée. M. Ducan a interrompu de peur que cela ne s’échauffa, en disant qu’on avait 15 jours pour y réfléchir. J’ai également dit que si M. Lemort était en état d’accepter la place de bibliothécaire, ce serait un moyen d’éteindre ses 500 livres d’émérite et que sa douceur, son assiduité et ses talents connus le mettaient dans le cas d’aspirer.

La 4e délibération a été pour donner pouvoir au receveur de rendre par déclaration au fief de la Motte le domaine de la Bigaudière en Miré.

Le bureau à la quinzaine.

Après quoi on a lu la requête de M. de La Mandinière de Sablé qui demande la maison dite de Bellebranche à rente perpétuelle au prix du dernier bail. Il a été répondu que le bureau, avant d’en rendre compte au ministre, estimait que l’offre devait être de 80 livres qui en avait été offerte par le sieur Cosnard ; qu’en cas de remboursement, cette rente ne pourrait l’être que pour 2 400 livres ; que le preneur serait chargé de tous les frais et indemnités, tant pour sa passation du contrat qu’envers les fermiers actuellement jouissants ; qu’il s’obligerait de bâtir pour être logeable cette maison dans un espace de temps qu’il fixerait.

M. Chaubry m’est venu demander pendant l’assemblée : il m’a dit qu’il avait notifié à MM. Hamelin et Macé sa commission, qu’ils eussent à alléguer leurs plaintes et à indiquer où en sont les preuves ; qu’il me les ferait ensuite connaître pour que j’eusse à y répondre.

J’ai lu la lettre du ministre à M. Du Cluzel, celle qu’il a reçue de cet intendant et une lettre de nouvelle année de M. Hamelin à M. d’Angers où il se plaint de rapine et d’insolence.

5e délibération. MM. du Hauthierray et de La Motte nommés pour, au nom du bureau, passer au sieur Rozay une nouvelle procuration à l’effet de toucher les rentes du collège. J’ai eu hier ma fièvre ordinaire.

Mardi 11 avril

Hier au café, M. Macé lut avec ostentation l’arrêt, il en plaisanta. M. Pilon dit qu’il y avait des contresens ; mais M. Guy reprit que cela lui paraissait clair et net. M. l’orateur ajouta qu’on voyait bien où ce règlement avait été fabriqué. M. Benières voulut qu’on le regardât comme un tort fait aux professeurs à qui la bibliothèque devait être donnée exclusivement. M. Bourdet observa que n’ayant pu ternir la réputation de M. Macé, on voulait lui nuire dans sa fortune.

Tout le monde vint voir le règlement et personne n’a plaint M. Macé. On dit dans la ville que c’est un éclair qui l’avertit de fuir la foudre qu’il mérite, il a fait à ses hôtesses, ses locatrices samedi un tapage qui fait bruit en ville. M. Hamelin proposa pour bibliothécaire M. Durand, bon diable qui dit une messe en 8 minutes et apprend en peu d’heures les sermons d’autrui. Il est bien malsain.

M. Bourdet a dit à M. de Cugnac que M. Hamelin voyait bien que le règlement était pour le mortifier et pour l’obliger à s’en aller ; mais qu’il venait de lui donner sa parole d’honneur de rester et que dans 8 mois on verrait beau jeu (d’Héral).

M. Hamelin a été chez M. Lambert lui demander s’il avait eu un exemplaire de son oraison funèbre, il lui a répondu que non ; mais qu’il l’avait lue. Le distributeur m’avait cependant dit qu’il vous l’enverrait, a repris M. Hamelin en lui en donnant un exemplaire. Ensuite il a parlé de l’arrêt (ce qui sans doute l’amenait) ; il y trouve une incompatibilité. Le bibliothécaire ne peut pas être en même temps à sa bibliothèque et au dépôt des livres classiques qui en sera séparé (il compte pour rien le domestique et il semble que c’est une affaire de tous les jours que l’ouverture de ce dépôt) ; il s’est d’ailleurs plaint que ce règlement fut si différent du sien, et après cela, a-t-il dit, voudriez-vous que je restasse ? Je n’ai pas le temps d’achever. L’heure du départ du courrier me presse. J’apprends dans le moment (par M. Gautier) que M. Hamelin a écrit à M. Dupont qu’il allait demander sa retraite, il attend sa réponse pour le mander à M. du Muy. Il a montré sa lettre qui est prête à cet effet.

Mercredi 12 avril

M. Macé a demandé aux sieurs Duvigneul et Boucher de déposer contre moi au sujet de l’affaire de M. Dolbeau. Ils lui ont dit qu’ils n’avaient pas le souvenir de 11 années et qu’ils étaient étonnés qu’il se mêla de ce qui ne pouvait regarder que M. Dolbeau. Il a dit à Boucher qu’il s’agissait de le mettre dans un cul de basse-fosse pour en avoir parlé. Il a couru toute la ville pour avoir des dépositions, des témoignages ; il a été entres autres chez M. Farcy qui, dit-on, lui a dit qu’il témoignerait au besoin, que lui Macé a mis en pleine table la main sur le docteur La Tour chez M. de Boissimon, et que celui-ci voulut le faire jeter par les fenêtres.

L’abbé Boulnoy me mande de ne pas prendre de parti, qu’il ne désespère pas de ramener le prélat qui, dans ce moment-ci, est tout occupé des cérémonies et des devoirs de son état. Le docteur La Tour a demandé ce matin qu’on appelât M. Leleu à cause du chevalier Le Forestier. La supérieure l’a envoyé chercher, il a fait répondre qu’il ne se présenterait qu’à la demande du Principal ou de l’inspecteur ; en effet, il s’est rendu sur un mot de M. Hamelin.

Jeudi 13 avril20

  • 20 En marge : habits neufs d’octobre et secondes culottes.

Le sieur Marchand, sous-maître suppléant fléchois, créature de M. Macé et le plus impertinent des petits collets, fait des siennes à la table des lecteurs ; il exige du beurre et se fait sur un réchaud des sauces à sa guise, menace. M. d’Eytier, à son exemple, coupe, déchiquète les pièces qui pourraient rester entières et être encore servies.

M. Bourdet était en compagnie du sieur Le Royer lorsqu’il fut à Baugé. Ce dernier vient souvent dans la chambre de l’autre.

M. Hamelin a dit au sous-maître Noyelle, qui l’a redit au sieur Durand par qui cela m’est revenu (M. d’Héral), que le ministre lui avait mandé de rendre un compte exact de ce qui s’est passé depuis qu’il est arrivé au collège, que cela coûtait bien à son cœur, qu’il pallierait autant que son amour de la vérité le permettait ; mais qu’il sentait avec douleur qu’il nuirait à plusieurs personnes.

J’eus hier une fièvre très forte.

M. Hamelin fit hier l’ouverture de la retraite par l’éloge de M. l’évêque d’Angers à qui on la doit.

Vendredi 14 avril

M. du Hauthierray m’a trouvé à la porte du collège et s’est plaint qu’on n’eût pas indiqué au bureau extraordinaire pour le choix d’un bibliothécaire et qu’on n’eût pas écrit au ministre sur sa promotion.

M. Busson m’a fait dire que j’en ferais ce que je voudrais (Lépine). Il est bien tard ! Que dire pour s’excuser ?

M. Chaubry a eu des colloques avec MM. Hamelin et Macé. Ce dernier court de porte en porte et ne se rebute pas pour trouver de quoi appuyer ses imputations. Je n’ai pas vu le subdélégué depuis lundi. J’attends en voyant les mouvements que se donnent mes ennemis de déterrer et d’envenimer jusqu’à mes moindres actions. Toute la ville en retentit. Ma fièvre d’hier a été peu violente.

Samedi 15 avril

M. Dumosnard a passé ici et vu son fils. Il a été camarade, m’a-t-il dit, de M. d’Alvimard. M. Macé affiche la plus grande gaieté. Les assiettes ne se contrefont pas ainsi. Il a été chez M. Pihery qui l’a fort mal traité. Il voulait le porter à donner un certificat contre moi en débitant des calomnies qu’il disait que j’avais dites de lui, M. Pihery.

M. des Piltières fils est à Paris. Il peut rendre témoignage qu’il fut accusé par ce scélérat d’avoir avec l’abbé La Tour escaladé les murs d’une communauté et d’avoir pris de la toile. Sans moi, ils l’attaqueraient en réparation d’honneur.

  • 21 Les Nouvelles Ecclésiastiques ou Mémoires pour servir à l’Histoire de la Constitution Unigenitus, 1 (...)

On a adressé ici (à M. Guy) une feuille de la gazette ecclésiastique dans laquelle les jansénistes se vengent de la sortie que M. Hamelin a faite contre eux dans son oraison funèbre21.

La fièvre m’a repris après midi.

M. Hamelin a mené M. de la Villehulin à l’infirmerie voir et embrasser son cousin Le Forestier. Cet élève est tombé malade.

Dimanche 16 avril

Pâques. Communion des élèves à 7 heures.

Dîné et toute ma famille à Saint-Germain chez le curé. M. Porion a officié. J’y ai mené M. Gautier.

M. Desfossés de Villeneuve déclare que son fils n’a pas eu la petite vérole. J’en ai remis un extrait certifié au chirurgien inoculateur qui l’a communiqué à M. Hamelin. Cet élève ne sera pas inoculé à cause de ce retard. Il faudrait tenir l’infirmerie pour lui seul.

M. Duvigneul est parti ce soir.

M. Bourdet a redonné son sermon de Pâques 1773, mais avec un souffleur.

M. Macé plaisante sur la lettre de cachet qu’il dit attendre pour aller à son bénéfice. M. Durand annonce l’espoir de voir l’arrêt de règlement de la bibliothèque changé.

MM. de Rossel père et fils sont à La Flèche pour 2 jours.

Lundi 17 avril

L’abbé Le Royer s’est enfermé chez M. Bourdet après le dîner. Il prend des détours par l’église ou par les corridors quand il veut s’y rendre.

Je n’ai pas eu de fièvre ces 2 jours.

M. Macé continue ses bravades et M. Pilon ses réflexions pesantes.

M. Bourdet a été interrogé par M. Chaubry.

Mardi 18 avril

M. Vassal de La Garde, lieutenant dans le royal comtois, est ici. Il a dîné chez M. Donjon et soupé avec l’abbé Boucher et M. de Noyelle aux Plantes. La fièvre m’a fait rester au collège et empêché de lui faire compagnie.

M. Drouault m’a dit que M. Marquet, sous-maître, a la dartre aux 2 poignets ; il l’a eue à cause d’une chute.

Il y a eu distribution des prix du ministre ; on ne m’y a pas invité.

M. Porion a fait sa déposition chez M. Chaubry. Je n’ai pas vu M. Chaubry et, suivant ce que j’entends dire, ses informations ne seront pas en état de partir de cette semaine. On aura donné assez de temps et de facilités aux accusateurs.

M. Boulnoy me marque que l’archiprêtre a beaucoup gagné sur l’esprit de M. l’évêque d’Angers et que je renvoie les extraits de baptême pour tout disposer et profiter du premier moment favorable.

Mercredi 19 avril

J’ai vu dans la rue un moment M. Chaubry. MM. Pilon et Benières refusent de déposer.

C’est à M. Hamelin, dit l’orateur, à porter parole pour tout le corps.

M. Duvigneul est revenu hier.

Les sieurs Brichet et Legendre sont de retour du séminaire depuis samedi.

On dit que le mémoire de M. Macé est de la main du sieur Tridon qui était à Paris le 3 juin, date de la signature de ce libelle à La Flèche par le 1er et dans lequel est le fait de M. Bourdet arrivé ici le 2, jour de la Fête-Dieu. Cette pièce a fait le trajet de Paris en bien peu de temps.

M. Vassal de La Garde a soupé avec M. Hamelin dont il a trouvé le vin mauvais. Ce vin lui a été procuré par M. Macé.

Notes

1 Chapelain.

2 Pierre Coignard.

3 En marge : envoyé note le 8 à M. Dupont.

4 En marge : ils n’étaient que deux.

5 Phrase rayée.

6 Phrase rayée.

7 L’inventaire de 1776 note L’Encyclopédie, publiée à Neuchâtel en 1765, en 25 volumes, parmi les livres interdits.

8 Sur la politique à l’égard des pauvres, voir Jean-Pierre Gutton, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon 1534-1789, Paris, Les Belles Lettres, 1971.

9 Nommé troisième chapelain en 1764, il est renvoyé en 1766 à la demande du bureau d’administration : « Esprit remuant, inquiet et peu docile à souffrir tout ce qui s’appelle loi et devoir, incite les autres à l’indépendance et forme des partis toujours dangereux et d’un mauvais exemple, qu’il pousse même la témérité jusqu’à proférer des discours injurieux contre ceux qui sont faits pour maintenir le bon ordre et faire exécuter la loi, en se servant de termes qui, dans la bouche d’un ecclésiastique en font le déshonneur » (Arch. dép. de la Sarthe, D 4, délibération du 7 juillet 1766).

10 Cette décision demeure inconnue, mais l’abbé d’Héral reste au collège jusqu’à l’été 1776.

11 La faculté des arts de Paris est divisée en 4 nations, suivant l’origine géographique de ses membres : France, Normandie, Picardie et Allemagne. Chaque nation comprend plusieurs tribus. La nation de France est ainsi divisée en 5 tribus qui correspondent à peu près à une province ecclésiastique ; tribu de Paris, tribu de Sens, tribu de Reims, tribu de Tours et tribu de Bourges. Dupont de La Motte veut probablement parler de la tribu de Paris.

12 Madeleine-Gabrielle-Charlotte Davoust de la Masselière, 71 ans, épouse de François-Xavier Fontaine de Biré.

13 Voir les Annonces, affiches et avis divers pour la ville du Mans, 3 avril 1775.

14 En marge : c’est le mercredi sous la galerie.

15 Antoine-François Jenin de Montègre, Gazette de santé 1773-1774, Paris.

16 Les Affiches d’Angers rendent compte de la cérémonie dans les numéros du 23 et du 30 décembre 1774. Dans ce dernier numéro, il est également fait mention de la conférence du chirurgien Boucher sur l’inoculation.

17 L’introït est le chant qui est exécuté avant la messe, pendant l’entrée du célébrant.

18 Le principal doit donner un jour de congé uniquement pour la fête du roi, et non pour la sienne ou celle de l’inspecteur, comme il se fait habituellement jusqu’à cette date.

19 L’arrêt du conseil d’État du roi « portant règlement pour la bibliothèque du Collège royal de la Flèche » date du 25 mars 1775 (Arch. dép. de la Sarthe, D 14). L’article II précise : « La place de Bibliothécaire du Collège sera dorénavant incompatible avec celle de Sous-principal, de Professeurs, de Régens ou toute autre place ayant des fonctions dans le Collège ; & s’il arrivoit que quelqu’un de ceux qui remplissent ces places fût nommé à celle de Bibliothécaire, il serait obligé d’opter entre les deux ». L’objectif de ce nouveau règlement est d’obtenir la démission de l’abbé Macé.

20 En marge : habits neufs d’octobre et secondes culottes.

21 Les Nouvelles Ecclésiastiques ou Mémoires pour servir à l’Histoire de la Constitution Unigenitus, 10 avril 1775. On peut y lire : « On dit assez communément que les Pièces de ce genre (oraison funèbre), qui ont déjà paru, ne font guère d’honneur à notre siècle, à ce siècle si vanté : mais c’est peut-être ici la plus mauvaise de toutes. » Les jansénistes expliquent ainsi les attaques dont ils ont été la cible dans l’oraison funèbre d’Hamelin : « Depuis plus de trois ans qu’il est à La Flèche, les troubles continuent dans cette maison, et il s’y trouve impliqué lui-même, en sorte qu’il désire ardemment être rappelé. Mais comme il serait humiliant d’être rappelé pour lui sans récompense, et ne pouvant point faire valoir à la Cour les bons effets qu’on attendait de sa mission, il s’est avisé par un nouveau tour d’adresse de se faire un mérite de son zèle contre la Secte chimérique. C’est un mérite que l’on acquiert à peu de frais, mais dont certains distributeurs des grâces font grand cas, M. Hamelin ne l’ignore pas. »

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540