Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journal de Stanislas Dupont de La Motte

 | 
Stanislas Dupont de La Motte

Quatrième cahier. Du 19 décembre 1773 au 18 juin 1774

Texte intégral

Dimanche 19 décembre 1773

L’instruction par l’abbé Durand.

Lundi 20 décembre

Bureau ordinaire. Le curé est toujours indisposé et n’a pas paru à cette assemblée dans laquelle il y a eu 4 délibérations. Par la première, l’abbé Bourdet a été nommé par M. Hamelin pour second sous-principal, préfet des études à la place de l’abbé Jacquemard et l’abbé Durand pour remplacer ce nouveau sous-principal dans les places qu’il remplissait de sous-bibliothécaire sacristain. Leurs appointements ne commenceront qu’avec l’année 1774.

Dans la seconde, il a été arrêté que les observations présentées par l’inspecteur sur le compte de 1769 des fermiers généraux leur seront adressées pour corriger ce compte en conséquence. M. de Lucé a été chargé par la troisième de parapher le registre du receveur pour 1774. La quatrième et dernière constate la réception du compte des fermiers généraux pour l’année 1771 de l’examen duquel l’inspecteur a été chargé.

Le premier bureau de 1774 a été indiqué au 3.

  • 1 Riboutet.

Le libraire1 a présenté des almanachs nouveaux.

L’abbé Pilon n’est arrivé que pour faire la classe du soir.

  • 2 Collège parisien fondé au XIVe siècle par Geoffroy Du Plessis, conseiller de Philippe le Bel. Coll (...)

Le nouveau préfet a été présenté dans les classes et dans les études par M. Hamelin ; on a dit qu’il a été autrefois renvoyé du collège du Plessis2.

Il y a eu la demie pour la sortie des classes.

Les fermiers généraux ont été condamnés par défaut au Châtelet. On attend l’avis de M. d’Outremont.

Mardi 21 décembre

On a affiché dernièrement à la porte de l’église paroissiale un placard très injurieux, diton, à M. Donjon.

Mercredi 22 décembre

M. de Combarel est au cachot. Cet élève est haut, opiniâtre et insolent. Il désole M. Benières. Il faudrait un M. Dolbeau pour de pareils sujets. Les 3 sous-maîtres sont arrivés ce soir de Saint-Malo ; deux sont prêtres. Et l’abbé Pilon est reparti après le dîner.

Jeudi 23 décembre

L’abbé Jacquemard est retourné ce matin à sa cure. La fièvre l’a quitté pendant son séjour. Il a souffert de voir que son successeur ne fût que simple maître ès arts.

Vendredi 24 décembre

M. Hamelin m’a communiqué des articles de conduite pour le préfet des études. L’abbé Macé, à qui il les avait montrés auparavant, ne les approuve pas. Ce n’est pourtant que le vrai devoir de celui qui est à cette place, mais on craint les surveillants.

Samedi 25 décembre

Noël. L’un de nos nouveaux prêtres a dit la grande messe à la paroisse. C’est l’abbé Durand qui a fait notre sermon de Nativité.

Le fils de notre organiste, écolier de physique, s’est emporté la main gauche à la chasse. Ce jeune homme devait aller à la fin de son année au séminaire.

Dimanche 26 décembre

  • 3 En marge : n’est pas mort ; c’est Morin dit le Riche.

Le domestique moribond a remis 30 louis à M. Donjon qu’il a fait appeler, M. Hamelin ayant refusé de recevoir son testament et lui ayant dit qu’il devait prendre un notaire. Les parents de cet homme sont dans la misère et il paraît que c’est pour faire prier Dieu pour lui qu’il destine cet argent3.

L’abbé Moyelle, qui a dit sa première grande messe à la paroisse, devait la dire aujourd’hui au collège ; M. Hamelin l’en avait invité et l’abbé Lanceleur ne devait la dire que demain. Ce premier est Fléchois ; c’est une sottise qu’on lui a fait faire avant de quitter la maison pour vicarier.

Lundi 27 décembre

L’abbé Durand a répété à la Madeleine son sermon de Noël. Le 3e fils de M. Chaubry, qui se nomme Blotière, est à Strasbourg où l’a placé M. de Boullongne.

M. Hamelin a donné une place de sous-maître à un neveu de M. Guy que la mort de son frère curé afflige fort.

Mardi 28 décembre

Dîné aux Plantes avec 9 élèves et M. Hamelin qui nous a fait le cadeau d’un grand pâté qu’on lui a envoyé.

Mme d’Espiès est arrivée. Elle rend les chambres qu’elle avait louées et elle ne compte plus habiter ce pays-ci.

Mercredi 29 décembre

J’ai fait remettre au bibliothécaire tout ce qu’il restait dans le dépôt de livres classiques et à l’usage des élèves. Je crains bien que cette partie ne soit fort négligée. J’engagerai le nouveau sous-bibliothécaire à en prendre soin plus particulièrement. Celui-ci ne vivra à la table de l’institution que le premier jour de l’an.

Jeudi 30 décembre

Arrivée du neveu de M. Guy pour être sous-maître. Ce jeune homme paraît bien.

L’abbé Babin qui était absent depuis la semaine dernière est de retour.

Vendredi 31 décembre

  • 4 La milice provinciale, créée en 1688, licenciée en 1713, est reconstituée en 1726. Cette nouvelle (...)

Le tirage de la milice4 pourra nous faire quelques difficultés. Je prétends que le collège est compris dans l’article de la nouvelle ordonnance qui concerne les domestiques du Roi et, en ville, on veut qu’il jouisse seulement du privilège des ecclésiastiques. Ce qui soumettrait au tirage tous les garçons de 25 à 40 ans qui sont dans la maison. Il n’y a pas d’exemption prononcée pour les écoliers.

Samedi 1er janvier 1774

M. Hamelin a une joue très enflée d’une fluxion. Il a cependant officié. Les nouveaux préfet et sous-bibliothécaire ont pris leurs places à la table de l’institution. Les choses se sont fort bien passées et mieux que ne l’espérait l’abbé Bourdet. Il aurait été peut-être essentiel de faire du même jet des articles pour le sous-principal et ceux pour le préfet. Le premier pourra bien continuer de se borner à l’ancien partage de fonctions entre lui et l’abbé Jacquemard.

Dimanche 2 janvier

L’instruction par M. Hamelin ; il aurait mieux fait d’en charger l’abbé Durand qui a fait le prône à la paroisse ; sa fluxion s’en est aigrie.

Lundi 3 janvier

Bureau ordinaire. M. Hamelin n’a pas pu s’y trouver ; il garde la chambre.

Il y a eu 3 délibérations. La première pour constater la remise de l’état de caisse du receveur. La seconde pour inscrire le sieur Guy, sous-maître, à la place du sieur Durand, présentation faite par l’inspecteur au nom de M. Hamelin absent par maladie. La troisième pour présenter requête au grand maître des Eaux et Forêts du département à l’effet d’obtenir la délivrance des deniers pour le payement des repiquements, ensemencement et façon des fossés du bois du Percher et l’abat des baliveaux, de la coupe des taillis du bois aux Malades qui va être exploité.

Le prochain bureau a été indiqué au 17.

L’inspecteur a remis le mémoire à consulter avec l’avis qui est ensuite de M. d’Outremont que lui a renvoyé M. Dupont et dont il résulte que le scel du Châtelet est un privilège plus fort que celui des lettres de garde gardiennes du collège, le privilège du collège n’étant que personnel et d’ailleurs moins ancien. On est convenu d’envoyer copie de cette pièce aux nouveaux fermiers généraux.

L’inspecteur a rendu compte de la demande du sieur Salmon, horloger, de la somme de 200 livres pour monter la nouvelle horloge, que cette dépense, suivant l’avis de M. Dupont, devait être au compte du collège. Il a été statué que l’inspecteur prendrait une soumission de cet horloger, le seul de la ville, des choses qu’il s’engagera d’entretenir moyennant cette somme de 200 livres et dont il sera fait délibération.

Mardi 4 janvier

Mme de Boissimon est de retour de Paris. Elle n’a pas vu le nouveau gouverneur de l’École militaire chez qui elle s’est présentée plusieurs fois. Le sujet intéressant de ce voyage était pour aller chercher une bâtarde de son mari qu’ils vont marier à La Flèche.

Congé. J’ai envoyé au maire de ville un état des officiers et domestiques du collège garçons de 18 à 40 ans. C’est aujourd’hui que se fait le tirage pour la milice.

Mercredi 5 janvier

Le curé Donjon est de retour d’Angers où il fut hier entamer l’affaire de la réunion du prieuré à sa cure.

L’abbé Durand est aussi de retour ; il avait été pour terminer une contestation au sujet d’un canonicat qu’il avait avant de venir à La Flèche.

Jeudi 6 janvier

Il y a un peu de fermentation parmi les professeurs qui ne sont pas encore accoutumés au nouveau préfet et à qui ils ne paraissent pas disposés de céder aussi facilement qu’à son prédécesseur. Tout ceci est cependant couvert et pourra s’apaiser si l’abbé Bourdet affiche peu de prétentions et met de la douceur et de l’adresse dans sa conduite.

Vendredi 7 janvier

Mme Dandeville est attaquée d’une pleurésie qui fait craindre pour sa vie. Si elle la perdait, cette pension ne se soutiendrait pas.

M. Hamelin est mieux. Il est mécontent du sieur Mézeray qui fait le second tome du sieur Borée. (Il s’est enivré cette nuit avec des élèves et des domestiques).

Samedi 8 janvier

  • 5 À partir de janvier 1774, le duc d’Aiguillon cumule les secrétariats d’État à la guerre et aux aff (...)

On ne parle ici que de changements dans le ministère. On déplace M. de Monteynard ; on fait prendre sa retraite à M. le duc de La Vrillière ; on remplace celui-ci par M. de Sartine ; mais on est plus embarrassé pour le premier. M. le duc d’Aiguillon et les comtes du Muy et de Maillebois sont mis sur les rangs5. Il n’y a pas jusqu’à nous que l’on chasse et à qui on substitue de nouveau les Bénédictins. Il n’y a point de moines chez les protestants et cependant on y a des collèges et de bons. Rentrons-nous dans ces temps d’ignorance où le peu d’éducation qu’il y avait ne se donnait que dans les cloîtres ?

Dimanche 9 janvier

L’instruction par l’abbé Durand.

Lundi 10 janvier

On doit rouer deux hommes mercredi. Ce sont MM. Donjon et Le Royer qui les conduiront à la mort. Ils se sont réconciliés aujourd’hui dans un déjeuner ; ce qui a donné lieu à des plaisanteries qui n’honorent pas ces deux ecclésiastiques.

Il paraît que le voyage du curé n’a pas eu de succès auprès du titulaire du prieuré. C’est dom Malherbe à qui il voulut empêcher la prise de possession il y a 18 mois. Ce moine n’a pas oublié les procédés du curé et ce ne sera qu’après sa mort que celui-ci jouira du bénéfice.

Mardi 11 janvier

Dîné chez M. de Boissimon au retour des noces de M. d’Huillé.

MM. les professeurs voulaient avoir aujourd’hui un congé à cause de la nouvelle année et que c’était hier la fête du sous-principal. M. Hamelin s’est refusé à leur demande.

On lit ici une lettre fort bien faite de M. de Monteynard en interprétation de l’ordonnance de la milice.

Le chevalier de Brulon, ancien élève de l’École, s’est informé de la santé de M. Dupont.

Le maréchal de Contades vient d’acheter de M. de Beuvron la terre du Vieil-Baugé.

Mercredi 12 janvier

  • 6 La mercuriale est le relevé de prix sur les marchés. Elle permet à l’autorité publique de contrôle (...)

Des 2 hommes qui ont été roués aujourd’hui, celui qui admonestait le sieur Le Royer n’a pas voulu se confesser. Ce prêtre avait remis ses pouvoirs à M. l’évêque lors de la mercuriale6 qu’il lui donnât ici. Pour les obtenir de nouveau, il a insinué aux grands vicaires que l’un de ces scélérats le demandait pour confesser. Il lui a donné un démenti en s’obstinant à mourir sans confession.

Jeudi 13 janvier

Mme Dandeville est mieux. Les sieurs Leleu et Boucher m’assurent qu’elle reviendra de cette maladie. La consternation de ses pensionnaires et l’intérêt que la plupart des honnêtes gens de la ville y prennent font bien son éloge.

Vendredi 14 janvier

  • 7 Pièce du collège où sont entreposés du matériel et des ustensiles de cuisine (voir Arch. dép. de l (...)

Le sous-maître Galloys est entré dans la crédence7 et a menacé de frapper le sommelier qui ne voulait pas lui donner sa chopine de vin pour l’emporter dans sa chambre. J’ai informé M. Hamelin de cette violence et j’en ai ensuite parlé même au sous-maître à qui j’ai dit qu’il perdrait sa place s’il commettait quelque autre faute semblable.

Samedi 15 janvier

M. Hamelin dira demain la messe dans le jubé.

Mme Dandeville continue d’aller de mieux en mieux.

Le temps est si doux que tous les arbres bourgeonnent ; mais ce temps pourrit les fruits et les légumes de garde et tous les chemins sont affreux.

Dimanche 16 janvier

L’instruction par l’abbé Durand.

On ne se rappelle pas d’avoir ici les eaux aussi hautes dans les environs. Les chemins des Plantes et du Maupas sont entièrement couverts d’eau.

Lundi 17 janvier

Bureau ordinaire. Personne n’y manquait. On a commencé par la lecture des réponses du ministre et du directeur aux lettres de nouvelle année. Il y a eu 3 délibérations. La première pour envoyer au ministre l’état de la desserte de la chapelle du 1er octobre 1772 à pareil jour 1773. La deuxième pour charger le sieur Salmon, horloger, de l’entretien et du soin de l’horloge neuve moyennant 200 livres par an suivant sa soumission. Le troisième pour autoriser le receveur à faire clore la portion du vieux chemin au-delà de Saint-Jacques, dont le collège a été envoyé en possession par une ordonnance de l’intendant que M. Chaubry a fait remettre au bureau.

La prochaine assemblée au 6 février.

L’inspecteur a communiqué 2 lettres de M. Dupont, dont l’une autorise l’abat des arbres du parc qui environnent le potager et qui bordent le parc et l’autre avertit du remboursement de la portion de rente sur les États de Bretagne. On est convenu de prévenir les officiers de la maîtrise et on attendra qu’il s’effectue un autre remboursement pour recolloquer.

M. Hamelin a demandé congé les 2 premiers mardis pour la nouvelle année et Saint-Sébastien qui tombe jeudi, le second pour sa fête.

Mardi 18 janvier

Les Fléchois se proposent de faire tirer mon frère à la milice : cependant il est de la paroisse de Saint-Germain, étant aux Plantes.

  • 8 Cette enquête fait suite à une circulaire du 14 août 1772 du contrôleur général des finances, l’ab (...)
  • 9 2 Samuel 24, 1 : « La colère de Yahvé s’enflamma de nouveau contre les Israélites, et il excita Da (...)

M. Chaubry me demande les noms, surnoms et âges de toutes les personnes du collège, élèves et autres. C’est de la part du conseil qui veut connaître au juste la population du royaume8. David fut puni de cette curiosité, disent les gens d’Église9.

L’abbé Macé m’a dit à l’occasion de son instruction pour les détails des livres classiques, qu’il était donc un de mes commis ; qu’il avait compté être chargé des achats des livres et qu’il les avait demandés à M. Dupont. J’ai regardé ce propos comme des plaisanteries.

Mercredi 19 janvier

M. Hamelin me paraît décidé à renvoyer le sieur Mézeray qui donne dans la plus grande crapule.

Jeudi 20 janvier

Les 4 premiers élèves qui doivent être inoculés ont couché hier à l’infirmerie de l’inoculation. Comme il n’y a point de petite vérole dans le pays, ils seront inoculés avec le fil.

Vendredi 21 janvier

Toute la ville basse d’Angers est inondée. On craint de grands accidents sur la levée. La pluie a déchaussé les grains, ils jaunissent.

Samedi 22 janvier

Il est question d’une ordonnance de MM. du bureau des finances de Tours pour faire réparer la ville aux frais des propriétaires des maisons. Le collège en aura pour une bonne somme.

Dimanche 23 janvier

L’instruction par l’abbé Boucher. Tandis qu’il prêchait sur le pardon des injures, l’abbé Dolbeau a fait allumer les cierges à l’autel où il devait dire la messe après le prône. Notre prédicateur s’est troublé et a été sur le point de rester court.

Lundi 24 janvier

Le courrier de la levée est arrivé dans la nuit et celui par la voie directe a été aussi beaucoup retardé.

Journée presque morte que celle-ci à cause des préparatifs et des compliments pour la fête de M. Hamelin. Jamais on a vu tant de vers à la fois. Il y a eu par-ci par-là des choses passables. Bellegarde et de la Broue en bergers et Souffrain en paysan ont enchanté par l’intelligence avec laquelle ils ont rendu leurs petits rôles d’ailleurs mal écrits. Les cloches et les canons ont commencé cette fête.

Mardi 25 janvier

Grande messe in solemni.

M. Hamelin nous a régalés en vieux vin de Bourgogne, Champagne et de l’Hermitage exquis et trop bons pour nos bouches. Malgré sa pressente invitation et quoique ce dîner se soit donné dans un appartement particulier de l’institution, je n’ai pas cru que ma femme dût en être. L’abbé Noyelle a fait nombre de petits couplets de table sur le vin de Bourgogne, tous très jolis et comme il est rare d’en entendre. Nous n’avions d’étrangers, outre L’Éguillière, qu’un M. Asselin d’Amiens, parent de l’abbé Porion, qui est dans le commerce et musicien.

Ces fêtes n’avancent pas les affaires. Je répondrai pour dimanche à vos dernières dépêches.

Mercredi 26 janvier

  • 10 L’édit de mars 1772 « concernant les frais de procédure en matière criminelle dans les justices se (...)

On vient d’amener ici le frère d’un des deux hommes roués, celui que le pathétique de l’abbé Le Royer n’a pas pu convertir. Ce dernier s’est fait casser un bras par un fermier qui l’avait voulu arrêter. Le nom de ces frères est Opéron. Ils sont quatre. Il n’en reste plus qu’un à prendre. Leur famille est dévouée à la potence depuis 80 ans ; les titres en sont au greffe. De concert avec d’autres scélérats, ils sont en possession de temps immémorial de dévaliser dans les environs de la forêt de Malpaire où ils demeurent. Les seigneurs se seraient ruinés autrefois à les faire punir. Leur intérêt veut aujourd’hui qu’ils les dénoncent. J’admire tous les jours l’adresse de cette nouvelle loi qui, en ne laissant aux possesseurs de fiefs que l’ombre de leur haute justice, les intéresse à ne plus laisser les délits impunis10.

On raconte une aventure singulière et bien frappante de ce dernier voleur.

Un homme allait dernièrement à la dernière foire de Sablé avec 400 livres. Son épouse, après avoir en vain voulu le retenir, l’avait suivi de loin avec un domestique. Comme elle allaitait, elle se trouva incommodée et fut forcée d’entrer dans une maison sur le chemin et de laisser aller le valet seul sur les traces de son maître. La femme du logis qui nourrissait aussi, après avoir affublé de sa coiffe l’étrangère, lui avait donné à allaiter son enfant qui, sans ce déguisement, n’aurait pas voulu téter, et était allée à ses vaches. À peine était-elle sortie que l’hôte arrive et jette sur le giron de celle qu’il croyait sa femme un sac d’argent en disant : « Tiens, serre cela ; je vais retourner en chercher d’autre » ; et sort. La frayeur avait été la voix à cette nourrice passagère qui avait reconnu le sac qu’avait emporté son mari. Revenue à elle, le nourrisson et la grande coiffe furent bientôt laissés et la peur lui donna des ailes pour retourner chez elle. À peine est-elle entrée que son mari arrive, ramené par son domestique et meurtri de coups.

Jeudi 27 janvier

L’abbé Pilon est parti pour Baugé. Il fit hier dans sa classe sa fête de Saint-Julien.

Vendredi 28 janvier

Fête de Saint-Charlemagne et congé. Cette semaine est une petite vacance.

Samedi 29 janvier

  • 11 Le Sub tuum praesidium est une invocation à la Vierge : Sous votre protection, nous venons nous ré (...)

M. Pilon n’est pas de retour et M. Hamelin a entonné à la messe les prières que l’on chante. Il a passé le Sub tuum, le voilà janséniste11. Le vieux curé et quelques dévots, qui sont plus espions des actes de religion que religieux, ont remarqué cet oubli.

Dimanche 30 janvier

L’instruction par l’abbé Duchesne. L’abbé Pilon est de retour. Les bans du sous-maître Boulay ont été publiés aujourd’hui.

Lundi 31 janvier

La charière, ou bac à passer la Sarthe auprès de Malicorne, s’est effondrée hier au moment où il était rempli de paysans de Noyen qui allaient à la messe dans le 1er de ces endroits. De 75 personnes, on dit que 10 seulement se sont sauvées. Des familles entières ont été noyées. Un malheureux qui s’était tiré de l’eau en tenant la queue de son cheval périt dix pas plus loin dans un fossé, où la peur dont il n’était pas remis le conduisit.

Nos barons mettent M. le duc d’Aiguillon à la place de M. le marquis de Monteynard. Ils font bien des réformes d’après cela. S’il n’avait pas plus d’esprit qu’eux, quel remue-ménage il ferait en peu de temps !

Mardi 1er février 1774

  • 12 Le mariage est célébré à La Flèche entre René Boulay, 27 ans, et Françoise-Anne Bruas, 26 ans.

M. Hamelin donna hier un déjeuner aux sous-maîtres en l’honneur de sa fête. Mariage du sous-maître Boulay12. Sa femme va coûter 200 livres à l’École militaire ; elle était à la loterie sous le n° 88 qui est sorti en 1768, je crois.

Tirage de la milice à La Flèche. Cette ville donne 6 hommes. Il est venu un garde de ville me demander que les garçons du collège eussent à se présenter. J’ai répondu qu’ils étaient occupés au service des élèves. On m’a écrit quelque temps après un petit billet dont la teneur était qu’on me conseillait d’envoyer quelques domestiques représenter les autres et que ce parti était intéressant pour moi. J’ai fait réponse sur une carte que le privilège de ceux qui servaient dans le collège était réglé par le titre 5 de l’ordonnance qui exempte les domestiques de Sa Majesté. On prétend que, malgré cela, il fallait qu’ils se présentassent et payassent 5 livres, et que nos garçons domestiques seront déclarés fuyards et moi à l’amende pour ne les avoir pas envoyés au tirage. Je me suis contenté de dire que je ne pensais pas que les domestiques de Sa Majesté allassent porter 100 sols à l’hôtel de ville de Versailles mieux des princes de sang aux maisons de ville de la résidence du subdélégué. Il faut voir ce que cela deviendra. On prétend aussi faire une distinction entre ceux qui portent la livrée et ceux qui ne l’ont pas.

Le bonhomme Jouassin mort avant hier a été enterré ce soir.

Mercredi 2 février

Tous les courriers sont retardés de deux heures. L’accident de Noyen n’est que trop vrai. Il y a quelques différences peu essentielles de la relation que j’en ai donnée. Presque tous les jeunes gens qui devaient tirer à la milice et neuf femmes enceintes sont noyés. On a retiré de l’eau des groupes de 5 à 6 personnes attachées les unes aux autres. Le bac ne s’est pas effondré, mais a été culbuté.

Jeudi 3 février

La gelée a pris tout à coup par un vent nord-est des plus piquants. Il desséchera, s’il dure, nos eaux extravasées, purifiera l’air et mettra fin à grand nombre de maladies qui ont attaqué de préférence les adultes.

Le sieur Mézeray nous a enfin quitté ce matin.

Vendredi 4 février

On a appris par un exprès arrivé de l’intendance avant les lettres par la poste que M. le duc d’Aiguillon avait le département de la guerre et en même temps qu’il y avait contre ordre pour le tirage de la milice. On a renvoyé cinq paroisses qui mettaient la main au fatal chapeau. Cette joie sera courte vraisemblablement, du moins elle attire à M. le duc des éloges en débutant.

Samedi 5 février

Le sieur Farcy voit renaître ses espérances d’obtenir le dégagement de son fils. M. de La Châtre-Nancé lui redemande des certificats et de l’argent (6 000 livres). Ce seigneur et sa famille espèrent des avantages du nouveau secrétaire d’État de la guerre.

Dimanche 6 février

L’abbé Bourdet a fait l’instruction.

Dîné en grand dîner chez M. Chaubry. M. et Mme de Boissimon sont à leur nouvelle terre dont ils ne seront en paisible puissance que le 12. Ils n’ont pas pu attendre encore une dizaine de jours. Avant de partir, ils ont marié la fille que Mme avait été chercher à Paris et ils l’ont emmenée et son mari avec eux. S’il n’y a point de retrait, La Flèche perdra cette maison sans retour, ils comptent vendre ce qu’ils y ont.

Lundi 7 février

Assemblée ordinaire du bureau à laquelle personne n’a manqué. Il y a eu 3 délibérations. La première pour la remise de l’état de caisse du receveur du mois de janvier. La seconde pour autoriser le receveur à faire réparer le chemin à l’endroit où était le moulin de Charuau, que les eaux ont rendu impraticable. La troisième pour donner pouvoir au même receveur de faire au fief du comte de La Suze les obéissances féodales pour raison de quelques biens de Saint-Jacques et à la baronne de Sillé-le-Guillaume à cause de quelques fermes de l’abbaye de Bellebranche. On a par la même délibération indiqué le prochain bureau au 28.

On est convenu ensuite d’écrire une lettre de félicitations à notre nouvel ordonnateur. Il a été pris lecture d’un rapport de l’expert fait à l’occasion d’une lettre que le curé de Verron avait écrite à l’inspecteur pour se plaindre que le sieur Bidault, au moyen d’une fontaine et d’un réservoir qu’il a fait faire dans un chemin dont il s’est emparé, inonde la rue du bourg et le pressoir de la dîme, dont le collège est propriétaire pour un tiers. Il a paru que cette affaire était du ressort du voyer et il sera averti pour qu’il ordonne ce qui convient.

L’inspecteur a rendu compte que M. l’évêque venait d’interdire la chapelle d’Yvandeau, dite de l’Arthuisière, en avait transféré le service dans l’église de Saint-Germain en le réduisant à 2 messes au lieu de 3 par semaine et qu’il ordonnait les réparations de cette chapelle et des biens de ce bénéfice qui sont estimés plus de 1 800, environ la moitié de la valeur du fond. Que le temporel du titulaire a été saisi, qu’il paraissait de l’avantage du collège d’obtenir que ce bénéfice lui fût réuni, que la chapelle ne fût plus rétablie et de jouir des revenus à la charge des deux messes à Saint-Germain ou mieux encore dans la chapelle du collège comme l’a été celle de Saint-Jacques.

Mardi 8 février

Il ne paraît plus qu’il ait gelé. Le dégel s’est fait doucement sans pluie.

Le curé Jacquemard est ici très bien rétabli de sa longue fièvre.

Depuis quelque temps, les élèves déparaient leurs études et leurs cellules et dégradaient les murs pour se faire de gros palets de pierre. Enfin, on leur a défendu ce jeu et on a fouillé pour leur en ôter les instruments. Il y en a eu qui ont eu la malice d’en faire rougir dans leurs poêles ; un domestique en a une main très brûlée. Ils ont été très punis, aussi bien que d’autres qui s’étaient glissés dans le vieux collège et en ont emporté huit des pavés de marbre du perron de la cour royale.

Mercredi 9 février

L’abbé Pilon est parti pour aller passer les jours gras du côté de Baugé.

Jeudi 10 février

Le sieur Hifferman, parti dimanche pour Durtal sans permission, est revenu seulement aujourd’hui ; il m’écrivit avant son départ.

Donné à dîner aux Plantes à MM. Hamelin, Jacquemard, Macé, Guy et Benières.

L’abbé Couasse, autrefois l’un des yeux de M. Hamelin, commence beaucoup à lui déplaire. C’est un ignorant et un trigaud reconnu de tout temps et qui avait cependant su capter sa confiance à ce point qu’il fournissait la plupart des sous-maîtres. Il venait encore par une calomnie indigne d’ameuter tous ses confrères contre le secrétaire de correspondance.

Vendredi 11 février

Il est arrivé hier un nouveau sous-maître pour remplir la place vacante par la retraite du sieur Mézeray. Son nom est Dubois, fils d’un ancien professeur en droit d’Angers. C’est un jeune homme très petit. M. l’évêque le protège.

Samedi 12 février

L’abbé Jacquemard est retourné à sa cure. Je l’ai fait dîner aux Plantes avec MM. Hamelin, Macé, Guy et Benières. C’est l’amour de la concorde qui m’a porté à rapprocher ce curé des deux premiers.

J’ai été averti qu’on avait coupé des arbres dans le petit bois de l’Arthuisière. J’y ai envoyé le receveur et le garde de Créans pour s’assurer du délit et pouvoir en rendre compte au premier bureau.

L’affaire de la fontaine à Verron par le sieur Bidault a été arrangée. Le voyer avait reçu quelque argent pour favoriser cette entreprise. Il a craint que j’en portasse des plaintes plus loin qu’à La Flèche.

Dimanche 13 février

L’instruction par l’abbé Boucher.

On est ici dans la ville très curieux de savoir comment le nouveau ministre prendra intérêt au collège. J’essuie des questions. On en aura peut-être poussé jusqu’où l’on croit que doit être plus de lumière.

Lundi 14 février

On a sonné pour annoncer le jour de la naissance du Roi. L’abbé Pilon est revenu ce soir.

Mardi 15 février

Grande messe et salut pour le Roi. L’abbé Bourdet est allé prêcher à Bazouges où il y a mission et dont est l’abbé Boucher.

M. Chaubry a commencé cette année à dire adieu aux repas de carnaval. Sans avoir son âge, j’en ai fait autant. Les seigneurs du pays appellent par dérision ces festins les anniversaires de La Flèche. Parce qu’en effet chaque particulier n’en donne qu’un ou deux par an, qu’il y rassemble tout ce qu’il peut de ses parents et connaissances, qu’il y entasse le plus de mets qu’il peut et fait rester à table le plus qu’il peut. Ce dernier article est le plus tuant.

M. Pihery part la semaine prochaine pour Paris. Je le vois peu depuis quelque temps qu’il donne dans la grande dépense.

Mercredi 16 février

Le bavardage de l’abbé Couasse et quelques autres incidents avaient mis de la rumeur parmi les sous-maîtres. Il y avait eu un déjeuner de la plupart de ces instituteurs dans lequel les têtes avaient fermenté à l’occasion d’une apostille qui a été mise au bas des notes pour avertir les parents que l’on donnera aux pauvres l’argent qui sera envoyé aux élèves et, parce qu’ayant trouvé un sous-maître qui faisait fournir des jeux à un élève par le portier, j’avais ordonné à ce domestique d’en rendre compte à M. Hamelin.

Jeudi 17 février

Le médecin Le Jan est sérieusement malade. Il pourrait se faire qu’il n’en revînt pas. Sera-t-on réduit au charlatan de La Tour ?

Vendredi 18 février

Le fils de M. Busson, clerc à Paris, annonce le mariage du Roi avec une archiduchesse qui reste à marier. Cette nouvelle fait rire au nez du père qui l’a débitée.

Samedi 19 février

L’abbé Boucher prêchera le carême à sa paroisse de Mareil.

M. Pihery qui part lundi pour Paris avait demandé à M. Ducan une lettre de crédit sur M. de Biercourt au cas qu’il eût besoin d’argent pour les emplettes de meubles qu’il va faire. Celui-ci leur a dit que comme il verrait M. Dupont, il valait mieux qu’il s’adressa à lui s’il avait besoin. Je le répète, c’est mon ami ; mais il est curieux, questionneur et Fléchois.

Dimanche 20 février

L’instruction par l’abbé Durand.

MM. Ducan et Busson, chacun de son côté, m’ont averti que le garçon perruquier de Moulard avait accusé M. Tridon d’avoir voulu… plusieurs fois depuis 3 semaines. C’est à M. de Saint-Lamere qu’il s’en est plaint.

Les eaux sont dans nos caves à plus d’un pied de hauteur.

Lundi 21 février

On a repris aujourd’hui les travaux du nouveau couloir de la buanderie. J’ai prévenu M. Hamelin de ce qui concerne M. Tridon. L’abbé Bourdet en est aussi instruit. L’accusé paraît au désespoir, dit que c’est une trame. Le garçon a demandé son compte et est parti. On dit que MM. de Bressolles et de Raguet qui sont à l’hôtel peuvent donner des éclaircissements sur pareille matière et que les jeunes de Bellegarde et de la Broue ont été attaqués par le même monsieur.

M. Pihery est parti ce matin pour Paris. Le chevalier du Hauthierray n’est pas de ce voyage.

Mardi 22 février

M. Ducan est en marché pour vendre le Maupas.

L’abbé Pilon qui, du temps de M. Donjon, avait introduit de chanter quelques prières pendant la messe des écoliers a cessé cette coutume sans qu’on sache pourquoi. M. Hamelin entonne à sa place.

M. de Lée est venu voir son chevalier en retournant en Bretagne avec deux tantes de cet élève.

Le médecin Le Jan est mort ce soir avant 7 heures. Le docteur de La Tour va se présenter aux infirmeries.

Le perruquier de M. Tridon est parti cet après-midi.

Mercredi 23 février

Le docteur La Tour est venu annoncer qu’il ferait demain matin son entrée aux infirmeries du pensionnat. Il parle en faveur de M. Leleu pour son second, en cas de maladie et d’absence. Je fus hier chez le lieutenant général pour l’histoire de Tridon.

Jeudi 24 février

On dit dans la ville que M. Pihery de Lorme, qui va embellir des maisons qu’il a achetées sur la place de la grande rue, propose à la ville de placer la fontaine qui offusque sa rue à côté d’une grille de fer qui doit fermer son avant-cour.

Le docteur La Tour a tenu parole, mais il ne montera aux infirmeries qu’à 7 heures 1/2, à la fin du pansement des chirurgiens.

Vendredi 25 février

On répand la nouvelle d’une émeute pour les grains à Nantes.

M. le comte de Nançais est enfin colonel des dragons de Montecler, aujourd’hui de Monseigneur le comte de Provence. M. le marquis de La Châtre l’annonce au sieur Farcy en lui promettant enfin le congé de son fils.

Samedi 26 février

Depuis deux jours, la partie basse de la ville est inondée. Le maire y a déjà envoyé 1200 livres de pain. Plusieurs villages de la rive gauche et Créans de celle-ci sont dans les eaux qui remontent dans le collège jusqu’aux latrines de la buanderie. M. Ducan sort de chez moi pour me demander le batelet pour porter demain du secours dans la rue basse si les eaux croissent encore. C’est une pareille circonstance qui mérita à son père des lettres de noblesse. Il m’a parlé en même temps des offres de M. de Lorme. Elle consiste dans un emplacement de la fontaine de 16 pieds sur 8. La ville ferait la dépense de construction et lui donnerait un robinet au bouton d’eau. Je lui ai observé que l’arrêt du conseil demandait d’être consulté dans une pareille entreprise et même l’École militaire.

J’avais la fièvre jeudi et vendredi ; je ne pus rien faire le second jour. C’est un rhume qui, grâce à Dieu et à la tisane, va se mûrissant.

Je n’ai pas sali mes derniers bulletins des horreurs dont on charge le sieur Tridon. J’en ai instruit M. Hamelin qui a dû s’en rendre compte ainsi que de quelques inductions que la conduite de ce secrétaire m’a fait tirer. Je crains qu’on ne néglige trop la sûreté des élèves sur cet article.

Dimanche 27 février

L’instruction par l’abbé Durand.

Il a gelé cette nuit et les eaux ont baissé de 3 pouces. Le baromètre est remonté en 24 heures de 27° 1 à 27° 11.

Le bruit d’une émeute pour les bleds à Nantes ne se confirme pas, heureusement. Peut-être a-t-on confondu et que c’est de Tours qu’on a voulu parler. Sept villages des bords de la Loire et la populace de la ville ont pillé tous les convois de bleds qu’ils ont rencontrés, entre autres 33 bateaux. Cette tourbe s’est fait rendre un de ses complices qu’on avait mis dans une prison qu’elle voulut brûler. La maréchaussée a été maltraitée et chassée à coup de pierres ; toutes les maisons et les boutiques ont été fermées. Le régiment de dragons qui était à Saumur a dû se porter sur la levée pour la balayer de plus de dix mille hommes et femmes qui interceptent tout ce qui passe par terre et par eau et qui leur paraît chargé de grains. On prétend que nombre d’accapareurs avaient été dans les campagnes arrher à 40 livres tout le bled tandis qu’il n’en valait que 30 à la police, le boisseau est de 18 livres.

Lundi 28 février

Bureau ordinaire. Tous les administrateurs y étaient. Il n’y a eu qu’une délibération. L’inspecteur ayant remis ses observations sur le projet de compte des fermiers généraux de 1770 qui n’est pas plus exact que les précédents dont l’examen lui avait été aussi confié. Il a été arrêté que ces observations seraient envoyées aux comptables pour qu’ils refassent leur compte.

Ensuite il a été question des arbres abattus de l’Arthuisière. Comme les délinquants que l’on connaît sont hors d’état de payer, au lieu de les poursuivre aux Eaux et Forêts, ce qui jetterait dans de grands frais, on se contentera pour les intimider et leurs semblables d’obtenir ici une sentence en dommages et intérêts.

L’inspecteur a encore présenté une liste des choses dont la chapelle de Bellebranche a le plus grand besoin pour le service divin. Cette liste qui aurait dû être adressée au bureau l’avait été à lui à cause qu’il avait pris connaissance de ces besoins lorsqu’il fut voir le moulin de Pont-Guéret l’année dernière. On est convenu que de concert avec M. Hamelin, on enverrait ces objets de la sacristie du collège où on les remplacerait s’il était nécessaire, valant mieux faire le neuf pour cette église que pour les campagnes.

Le receveur a rendu compte de l’affaire entre M. le marquis de Chaillou. Tous les autres codécimateurs ne veulent plus la poursuivre ; et il demande que le collège qui a le plus faible intérêt se désiste également. On a observé que les désistements des autres n’étaient pas en bonne forme et que d’ailleurs le collège n’ayant suivi le procès que sur un avis d’avocats, il ne pouvait l’abandonner que sur un nouvel avis.

On a indiqué la prochaine assemblée au 14.

Le procureur du Roi m’a parlé de l’histoire de M. Tridon et du perruquier.

Mardi 1er mars 1774

Les eaux baissent dans la rivière ; mais elles haussent dans nos caves, il y en a 18 pouces. Cela fera tort à quelques pièces de vin.

Il y a eu assemblée de ville ce matin pour examiner la demande de M. de Lorme relativement à la fontaine. Notre architecte y avait été invité. L’assemblée ne veut point que M. de Lorme soit maître du genre de décoration ; elle consent seulement de ne pas en élever plus haut que son entablement. M. de Lorme proposait de figurer une croisée pour la fontaine qui aurait répondu à l’aile du bâtiment qu’il doit bâtir en avant-corps sur la place.

J’ai toujours mon maudit rhume surtout la nuit.

Mercredi 2 mars

J’ai fait prendre la hauteur des eaux dans le puits de nos nouvelles infirmeries. Il y en aurait 19 pouces dans la galerie de communication du pensionnat à ces infirmeries, si elle était faite.

Jeudi 3 mars

L’abbé Bourdet est indisposé depuis plusieurs jours.

J’ai offert à M. Hamelin mon frère pour mettre les adresses et suivre la correspondance des élèves jusqu’à ce que M. Tridon soit remplacé. Il ne l’a pas accepté.

Vendredi 4 mars

J’ai demandé à M. Hamelin s’il avait annoncé au sieur Tridon qu’il eût à se retirer. Il m’a répondu que non. Je lui ai dit que je ne pouvais pas me dispenser d’exécuter vos ordres. Il m’a promis de le voir avant la fin du jour.

Samedi 5 mars

Rupture avec Mme Pihery qui m’a écrit. Le docteur de La Tour a des projets sur notre inoculation dont jusqu’ici Boucher s’est mêlé seul. M. Hamelin a parlé au sieur Tridon qui m’a vu ensuite et prié de tâcher de lui obtenir de quoi rejoindre Paris et payer 400 livres au moins qu’il doit à différents marchands et ouvriers et à l’abbé Porion. M. Hamelin lui a promis d’écrire en sa faveur.

M. Gallloys pense, comme moi, que la ville ne peut pas transporter sa fontaine publique sans un arrêt du Conseil. Puisque c’est en vertu d’un pareil arrêt qu’elle a été placée dans l’endroit le plus commode pour les habitants.

Dimanche 6 mars

L’instruction par l’abbé Duchesne.

J’apprends par quelqu’un que j’avais chargé de m’informer de ce que deviendrait M. de Lardière que cet ex-élève n’est déjà plus au Mans. Le moine qui s’en était chargé l’a remis à son père en déclarant qu’il ne le garderait pas pour 1 500 livres de pension. Il volait de toutes mains.

Lundi 7 mars

  • 13 En marge : Dubois 361 livres 16 sous ; Porion 89 livres ; Thoré 36 livres ; Baraton 20 livres ; Le (...)

J’ai vu M. Hamelin, je lui ai parlé de la lettre qu’il devait avoir reçue sur le sieur Tridon. Il ne me l’a pas communiquée. Je sais qu’il a été chez M. Gautier pour sans doute que celui-ci en fasse part à son ami. À la conduite que l’on tient, je ne puis pas douter que je ne sois regardé comme l’auteur de la perte et l’ennemi de M. Tridon. Je ne sais s’il le croit lui-même, mais il veut le persuader. M. Gautier, que j’ai mis sur son chapitre, me l’a avoué. C’est pousser un peu loin l’ingratitude. Peut-être n’est-ce qu’un prétexte pour s’excuser, j’aime mieux croire cela. Je ne le vois pas, mais de ses créanciers, j’ai déjà noté pour 510 livres 16 sous13.

Mardi 8 mars

Il fait un temps très doux et très malsain. L’eau ne s’est pas encore retirée de nos caves. On n’a pas pu encore pêcher aucun étang, aussi le poisson est-il fort rare et fort cher. L’hôpital n’a pas voulu des services du docteur La Tour, quoiqu’ils eussent été gratuits, comme ceux des autres membres de la faculté.

M. le duc d’Estissac, auprès de qui le médecin Leleu a un frère, a dû le recommander au ministre.

Je n’ai pas vu le sieur Tridon depuis samedi. Il part demain pour Brissarthe où il compte attendre l’effet des sollicitations qu’on a faites en sa faveur. Les papiers qui concernent la correspondance des élèves ont été tous transportés ce soir chez M. Hamelin.

Mercredi 9 mars

Le sieur Tridon est parti ce matin à 6 heures pour Brissarthe. Des marchands à qui il doit ont été à la messagerie à dessein d’arrêter sa malle. Ils le croyaient parti pour Paris. M. Regnault est aussi son créancier de 2 à 3 louis.

Jeudi 10 mars

Les auteurs de la révolte de Tours et des environs ont été jugés prévôtalement, 3 à la potence, 2 aux galères, une femme au fouet et quelques autres à assister aux exécutions. Le conducteur du sieur Tridon est de retour. Ils sont tombés dans l’eau jusqu’au cou et peu s’en est fallu qu’ils ne fussent noyés et leur cheval.

La troupe de bateleurs qui faisait les délices de La Flèche depuis le commencement du carême donne sa dernière représentation.

Vendredi 11 mars

M. Ducan est en campagne depuis 15 jours. Le capitaine de La Cochetière a reçu la croix de Saint-Louis.

M. le chevalier du Hauthierray m’a fait part des grâces qu’il vient d’obtenir et dont il compte rapporter une partie des remerciements à M. Dupont. Il a retraite de major d’infanterie et 500 livres d’appointements.

M. Hamelin ne m’a pas montré sa nouvelle lettre de M. Dupont sur le sieur Tridon. Je lui ai dit que celle que j’en avais reçue n’accordait rien à ce monsieur et qu’il fallait qu’il se retirât. Il m’a répondu qu’il en avait reçu autant. M. Gautier m’a dit, comme si j’eusse dû le savoir de M. Hamelin, que c’était pour tirer un certificat de l’abbé Jacquemard que le voyage de Brissarthe a été entrepris.

Samedi 12 mars

Le sieur Boulay sollicite M. Hamelin pour la place de secrétaire de correspondance. Une ouvrière en linge m’a remis ce matin des morceaux de linge dont on a ôté la marque du collège que la couleur laisse cependant apercevoir. Ce sont les restes de 3 serviettes escamotées à l’office que le sieur Tridon lui a données pour s’en faire faire des chaussons et des manchettes de bottes.

Le sieur Tridon a envoyé ce soir à M. Gautier un exprès pour savoir si on lui a accordé de quoi payer ses créanciers. Il a écrit aussi à M. Hamelin ; sa lettre ne parle pas de certificat ; il déplore son infortune, se plaint de la persécution de ses ennemis. J’ai dit à M. Gautier, qui m’a fait part de tout ceci, qu’il eût à lui conseiller de ne pas reparaître ici où tout, au-dedans et au-dehors du collège, s’élève contre lui.

Dîné chez M. du Hauthierray.

J’ai fait mettre au fourgon une petite alose, la première que l’on m’ait envoyée. Je souhaite qu’elle arrive mangeable.

Dimanche 13 mars

L’instruction par M. Lambert. M. Hamelin, outre le sieur Boulay, met sur les rangs pour remplacer le sieur Tridon, d’autres sujets : le sieur Guyonneau, prêtre qui s’était proposé pour être sous-bibliothécaire ; il a beaucoup de talents, mais à en croire les personnes dont il vient de laisser l’éducation des enfants, J.-J. Rousseau est son apôtre et La Nouvelle Héloïse, son bréviaire ; j’en ai averti M. Hamelin. Le sieur Duchesne, sous-maître ; ce prêtre est l’exemple et l’édification du collège ; il a fait quelques instructions qui annoncent qu’il a l’esprit aussi juste que le cœur ; il a sans doute du style et de l’orthographe, assez pour la correspondance des élèves. La main lui manquera ; il serait peut-être à désirer que, de préférence à certains, il fut régent de septième ; il serait à portée de continuer de faire plus de bien que s’il devient secrétaire. Enfin le sieur Baraton a à Paris un frère ecclésiastique qui a fait sa philosophie et qui a une bonne écriture et pour qui il a sollicité.

Il y a encore parmi les sous-maîtres deux jeunes gens qui écrivent bien, mais en qui on ne peut pas avoir assez de confiance. Je ne sais pas trop si un prêtre seul voudra vivre avec les employés tous laïcs.

Lundi 14 mars

Bureau ordinaire. M. Ducan absent. Il y a eu 6 délibérations :

  1. Présentation du bordereau de caisse du mois de février.
  2. Présentation du compte général et détaillé de 1773, dont on a nommé examinateurs l’inspecteur et le maire.
  3. Autorisation au receveur de poursuivre les coupables de coupe et enlèvement d’arbres dans le bois de l’Arthuisière.
  4. Pouvoir au même de rendre par déclaration au château de La Flèche 5 quartiers de vigne du prieuré de Saint-Jacques.
  5. Autorisation au même de faire faire des réfections urgentes à des biens du collège.
  6. Et dernièrement, nomination du sieur Dubois, sous-maître, au lieu et place du sieur Mézeray.

Assemblée prochaine au 28.

Mardi 15 mars

J’ai appris ce matin par M. Gautier que le sieur Tridon était arrivé la veille à 8 heures à pied de Durtal jusqu’où M. Jacquemard l’a fait reconduire à cheval. Il se tient caché dans sa chambre. Je l’ai vu à cause de son quartier d’appointements ; il m’a parlé malheur, ennemis. L’abbé Porion qui l’a aussi vu et la lettre de M. Jacquemard à M. Hamelin m’en a rapporté le contenu n’est pas une justification positive. Il fait sa malle qui sera envoyée au Mans sous un nom emprunté, et demain au matin, à 5 heures, il s’évadera à cheval et ira dans cette ville attendre ses effets et le carosse.

M. Hamelin n’a pas voulu d’un garçon de dortoir offert de ma part par Cornevin pour remplacer Gelé. Il a prétexté qu’il avait promis à l’abbé Lambert. Celui-ci m’a dit que son homme avait refusé. Il a choisi un paysan veuf qui a 5 enfants.

Mercredi 16 mars

Départ du sieur Tridon à 5 heures du matin à cheval par la porte des eaux. Sa malle, que M. Porion s’était chargé de faire passer, a été arrêtée à la poste par le Suisse qui réclamait 7 livres 16 sous. Un billet de M. Hamelin l’a faite sortir.

Jeudi 17 mars

Le jeune de Vaujuas a dîné chez Mme Le Royer de La Motte, où il y a une dame Carré qui se dit parente de l’élève. Comme pareille grâce a été refusée à d’autres personnes aussi respectables et aussi proches d’élèves, cette préférence les mécontente.

Le sieur Tridon a écrit du Mans à ses principaux créanciers qu’il promet de payer un jour. Pour ceux qui ne veulent pas s’aveugler sur son compte, la dépravation de ses mœurs est une chose prouvée.

Vendredi 18 mars

M. Hamelin a déclaré au sous-maître Dubois qu’il songeât à se retirer. C’est lui qui a décelé la turpitude du sieur Tridon, à ce obligé par son confesseur. Il a d’autres torts ; il passe pour avoir fait d’autres rapports.

Arrivée du jeune des Francs amené par son père.

Tous les professeurs et maîtres sont venus souhaiter la bonne fête à ma femme (Saint-Joseph).

Samedi 19 mars

L’abbé Lambert a prêché à l’hôpital. C’est le seul qui ne soit pas venu aux Plantes ; il n’a pas souhaité la bonne fête à ma femme. M. Hamelin y est venu et lui a refusé la grâce du sous-maître Dubois. Il avait engagé ma femme à dîner dans sa chambre avec les sieurs Bourdet et Macé qui font également gras ; je n’ai pas voulu qu’elle fît cette faute contre les règles.

Nous avons dîné chez le chevalier du Hauthierray.

Parlé à M. Hamelin d’un ecclésiastique des derniers ordres pour le secrétariat de correspondance. Il a été longtemps receveur de M. le comte de La Suze, est chef dans les boucheries en Bretagne, a de l’esprit, des connaissances, des mœurs, une très bonne écriture et est âgé de 45 ans. M. le comte de La Suze en rendrait les meilleurs témoignages. Son nom est Rilhac. M. Hamelin m’a répondu qu’il serait égal d’en recevoir un envoyé de Paris si on ne préférait pas quelqu’un de la maison.

Arrivée de M. de Saulnier de Pleissac, amené par un parent officier de marine.

Dimanche 20 mars

L’instruction par M. Hamelin.

On a trouvé une souris sur la soupe au lait servie à la table dite du principal. M. Hamelin a grondé les cuisiniers qu’il croyait coupables de cette grossière négligence ; mais comme plusieurs élèves nourrissent de ces animaux et qu’encore aujourd’hui pendant la grande messe l’un d’eux jouait avec la sienne, il y a tout à présumer que c’est de là qu’elle est provenue. D’ailleurs, il n’est pas rare de les voir glisser les jours maigres des os, des morceaux de viande qu’ils ont gardés de la veille. Ce sont des espiègleries de collège.

Lundi 21 mars

M. Leleu a reçu lettre de son frère relative aux démarches que M. le duc d’Estissac a faites pour la place de notre médecin. Il paraît avoir des espérances d’après cela et d’après ce que M. Hamelin lui a dit.

Thèse en logique soutenue par Franche qui s’en est bien tiré.

Mardi 22 mars

Une des filles du sieur Ozanne, recommandée par M. le comte de La Suze, est partie pour Paris. Les mauvaises langues répandent que l’abbé Macé lui nécessite ce voyage. Il a des chambres garnies, un espèce de ménage dans la maison occupée par cet homme, outre un jardin dans les faubourgs. Ce n’est peut-être qu’une calomnie fondée sur des apparences, mais c’est un bruit qui pourrait aller plus loin. J’en parle pour qu’on n’en soit pas surpris.

Mercredi 23 mars

Départ de l’abbé Legendre, sous-maître, pour aller prendre les moindres.

MM. Pilon et Duvigneul en campagne.

Jeudi 24 mars

On assure que les carabiniers sont sur le point de revenir dans l’Anjou. Le travail qu’exige la suppression de la gendarmerie est, dit-on, la cause qui empêche que le ministre ne s’occupe d’autres affaires.

Vendredi 25 mars

L’abbé Pilon est revenu ce soir.

On voit déjà du seigle en épi, chose très extraordinaire ; cependant le bon froment se tient à environ 7 liards la livre.

Samedi 26 mars

Arrivée des jeunes de La Roche de Clenne et d’Hélie de Saint-André sous la conduite de leurs parents.

M. Hamelin a été pour la communion pascale chez le curé. Il est même aller le trouver à la paroisse parce qu’il n’était pas dans sa maison. C’est bien s’excuser ! Le curé lui a parlé vaguement d’abus. M. Hamelin a promis de donner seul la communion pendant la quinzaine. N’est-ce pas beaucoup se restreindre ?

M. l’évêque a passé à La Flèche à midi et demi. Nous avons eu l’honneur de le saluer M. Hamelin et moi ; il était de très bonne humeur.

Convenu avec M. de Boissimon de 300 livres pour sa maison des Plantes, les 3 jardins, la prairie, tant tenu, tant payé.

Le feu a pris ce soir en haut de la cheminée de l’infirmerie ; ce n’était rien.

Averti M. Hamelin que M. Pilon cherchait à engager de ses prêtres à aller pendant la semaine sainte desservir les paroisses de campagne.

M. Pihery revenu ce soir de Paris.

Dimanche 27 mars

Point d’instruction. L’abbé Couasse du Rocher est aussi parti pour aller aux ordres vendredi dernier et l’abbé Duvigneul est revenu de Sablé le même jour.

Lundi 28 mars

Bureau ordinaire. Tous les administrateurs y étaient. Il n’y a eu que 2 délibérations :

  1. L’inspecteur a remis les observations sur le projet de compte des fermiers généraux des bénéfices de l’année 1771 qu’il a été arrêté qu’on leur adresserait.
  2. D’après le rapport de l’expert, sur la demande de M. de Vives de changer un fossé et de planter une haie entre son terrain et une prairie du collège près de Verron, demande qui avait été présentée dans la dernière assemblée, il a été arrêté que les propositions dudit sieur étaient dans la justice, qu’il lui était permis de faire le changement et la plantation proposés, à la condition qu’il serait placé des bornes et que le cours d’eau continuerait au besoin de passer par les possessions du collège.

L’inspecteur a rendu compte de l’état où les pluies ont mis la chute de Charuau, dont la réparation a été ordonnée. La fondrière est de 80 pieds de longueur sur 24 de largeur et 20 d’excavation. Les terres ont été emportées jusqu’à 150 toises au-dessous.

Le curé, le procureur du Roi et les gentilshommes ont ensuite demandé qu’on réparât les grottes ou reposoirs du parc, qu’ils nomment des baronnes, et qu’on en établît deux en remplacement de celle que la buanderie a enclavé dans son terrain et d’une mauvaise qui était adossée aux arbres qui entouraient le potager. On est convenu d’exécuter cette bagatelle.

La prochaine assemblée sera le 11 avril.

La fin tragique de M. de Dampont m’a affligé et L’Éguillière qui avait commencé à lui montrer du dessein.

  • 14 C’est un tableau de Lepicier, peintre fléchois, d’après une œuvre de Jean-Baptiste Jouvenet (1644- (...)

Toute la ville est venue voir notre belle descente de croix qui a été exposée aujourd’hui dans notre église14. Que de jugements biscornus sur cette production !

Mardi 29 mars

M. Hamelin n’a pu distribuer qu’aujourd’hui les Semaines Saintes aux élèves. C’est plus par lui que les bibliothécaires que sont remplis les fonctions de la distribution des livres classiques.

Deux Bénédictins ont paru ce matin et l’alarme a été dans le collège ; car on s’attend qu’ils en auront bientôt le gouvernement et la manutention. Ils ont dit à l’abbé Duvigneul qu’on le leur avait offert, propos bien fait pour ne pas rassurer. Si ce ne sont pas eux, ce sera quelqu’autre ordre ou congrégation à qui on confiera cet établissement. Est-ce prévoyance ou pressentiment en moi ?

Mercredi 30 mars

M. Macé est parti après dîner en poste pour Angers et de là il ira à Saumur. Les retraites et les conférences de la semaine sainte ont commencé. L’abbé Dolbeau en fera 2, l’abbé Noyelle une.

Jeudi 31 mars

Rendu hier les habits neufs du mois d’octobre aux élèves avec leur seconde culotte. Il y a eu à Durtal une petite émeute pour les enlèvements de bled. Cette denrée diminue cependant.

Vendredi 1er avril 1774

L’abbé Durand a prêché la Passion.

Au sortir de la visite des infirmeries ce matin, j’ai conduit le docteur de La Tour et les chirurgiens Drouault et Boucher dans toutes les pièces de nos infirmeries provisionnelles qu’ils ont trouvées en état de recevoir les malades sans danger. Ils ont seulement demandé qu’on fasse un peu de feu dans les chambres pour achever de purifier l’air.

J’ai été après midi au-dessus de Charuau avec MM. Chaubry, Ducan, Lenoir, Auvé, Simon et autres pour régler la partage des eaux de ruisseau que les riverains se disputent depuis deux ans. Enfin, ils sont d’accord et ce qu’il y a à faire pour l’exécution sera payé proportionnellement par chacun des intéressés.

Samedi 2 avril

L’instruction par l’abbé Dolbeau au matin ; le soir par M. Hamelin. Tout le monde désire et demande que le beau tableau de la descente de croix reste dans l’église. On pourrait le placer au lieu de l’un des deux tableaux qui sont posés contre les piliers doubles qui joignent le chœur à la nef. Il ne déborderait que d’un pied.

L’abbé Legendre est de retour du séminaire aussi bien que l’abbé Couasse.

Dimanche 3 avril

Le sermon par l’abbé Porion.

  • 15 David Hume (1711-1776) réside à La Flèche en 1735-1736. C’est dans le manoir d’Yvandeau situé dans (...)

L’abbé Macé était de retour hier au soir d’Angers qu’il n’a pas quitté. Il a été passé cette journée à Saint-Germain. Le sujet de son voyage secret a été de solliciter M. l’évêque de le nommer à la chapelle d’Yvandeau, dépendant de l’Arthuisière. Ce bénéfice est à la nomination du collège. Le titulaire qui demeure en Champagne a donné il y a 4 mois sa procuration pour faire démission au Roi ou autres le représentant. Le fondé de procuration, curé de Saint-Germain, n’a pas encore effectué cette démission. L’abbé Macé, qui a cru que la procuration pour se démettre était la démission elle-même, a compté le temps et que, les 4 mois écoulés, le bureau avait laissé suranner son droit et que la nomination était dévolue à l’évêque. Le prélat le lui a promis en supposant vrai l’exposé du solliciteur. On m’écrit d’Angers cette petite menée qui ne tend qu’à supplanter le bureau. Au reste le bénéfice ne vaut pas dix écus nets. Il est en mauvais état, mais il y a une maison agréable sur ce coteau qui a été habitée trois ans par Hume, l’historien, pendant qu’il faisait des recherches sur les Plantagenêts15. Si l’abbé Macé réussit, il aura cinq gîtes, non compris le collège, savoir : ce bénéfice, une petite maison dans le même bourg de Saint-Germain, un jardin dans les faubourgs, des chambres chez le sieur Ozanne et chez la veuve Taveau dont il a acheté la maison.

Lundi 4 avril

M. d’Audigné de Mayneuf a passé ici pour se rendre par Paris à son régiment.

Mardi 5 avril

La ville s’est assemblée pour décider l’affaire de la fontaine à transplanter chez M. de Lorme ; et rien n’a été décidé.

Fait mes Pâques.

On a trouvé dans le fossé du château du marquis de Latan une femme de chambre jolie âgée de 22 ans percée de 4 coups de couteau dont 1 au cœur et 3 au bras.

Mercredi 6 avril

L’abbé Babin a envoyé sa démission de la place de sous-maître.

Jeudi 7 avril

Le projet de transférer la fontaine publique sur le terrain qu’offre M. de Lorme éprouve des difficultés par esprit de contradiction de la part de quelques bourgeois.

Dîné au pensionnat au grand réfectoire avec M. Hamelin.

Vendredi 8 avril

L’abbé de Riom de Pradt vient d’écrire une lettre impertinente à M. Hamelin.

M. Hamelin a ramassé avant-hier lui-même les Semaines Saintes et les livres de lecture.

Samedi 9 avril

On s’attend ici à avoir 3 compagnies de carabiniers ; elles seront reçues avec plaisir.

Donné note à M. Hamelin de plusieurs élèves dont les parents se plaignent parce qu’ils n’écrivent pas. Ceux-ci m’en ont écrit.

Dimanche 10 avril

L’instruction par l’abbé Durand. Nos messieurs disent qu’il prêche autant que l’on veut parce qu’il a beaucoup de mémoire et que ses sermons ne lui coûtent rien à faire. Il débite les sermonnaires sans presque point y changer.

Lundi 11 avril

Bureau ordinaire. Tous les administrateurs y étaient. Il n’y a eu qu’une délibération pour constater la remise de l’état de caisse du receveur. On a lu une lettre des fermiers généraux du premier bail qui promettent leur dernier compte et de rectifier les précédents sur lesquels le bureau a fait des observations.

L’inspecteur a présenté un petit plan et devis des baronnes demandées dans le parc qui a été trouvé bien.

La prochaine assemblée se tiendra le mardi 26.

MM. Dillon, Bellegarde et Ruault ont reçu lettre du sieur Tridon par M. de Noyelle.

Mardi 12 avril

Il a péri un bateau et un meunier au moulin des Pins.

L’abbé Macé ne prendrait pas la chapelle d’Yvandeau, si on la lui donnait. Il sait à présent qu’il lui en coûterait plus de 1 500 livres pour jouir tout au plus de dix écus.

On se donne beaucoup de mouvements pour engager M. Hamelin à écrire en faveur d’un musicien qui réunit le talent de jouer bien de plusieurs instruments et de chanter avec goût.

J’ai vu M. Donjon ce soir, tombé d’accord de la manière dont se ferait l’exhumation de la chapelle de Saint-Jacques.

Mercredi 13 avril

M. de Jean de Saint-Marcel est arrivé aujourd’hui ; sera reçu demain. Cet élève est conduit par son père.

Jeudi 14 avril

  • 16 C’est une pierre calcaire extraite dans des carrières situées aux Rairies, près de Durtal.

Il ne paraît pas que l’on découvre grand’chose à Saint-Jacques. Les tombes sont si anciennes qu’on ne peut y déchiffrer que peu de mots. L’on a encore trouvé qu’un sarcophage d’une seule pierre de rairie16 creusée de 6 en longueur, 15 pouces en profondeur et 18 pouces de large à tête et 8 aux pieds où est ajusté un bout en tuffeau. Cette auge était couverte de 5 quartiers de rairie qui supportaient une grande pierre de la même espèce taillée en panneau arrondi en haut, carré sur les côtés et en bas, et moins large à cette extrémité. Tous les caractères en sont effacés.

Le squelette, à la réserve de la tête qui était en quelque sorte dissoute et dont les débris et quelques cheveux courts châtain clair restaient sur un chevet de grés roussard brut, paraissait d’être conservé. Il était de couleur enfumée et tenait presque toute la longueur de la tombe dans laquelle il a été placé sans cercueil. Quand on a voulu le lever, il s’est réduit en poussière à l’exception de quelques parcelles d’os.

Vendredi 15 avril

M. de Kerret père a passé aujourd’hui par La Flèche. Il m’a appris l’accouchement heureux de Mme d’Alvimard.

On apprend que les carabiniers reviendront dans l’Anjou, cependant qu’il n’y en aura point à La Flèche.

Cédé au curé de Courcelles pour cent tuffeaux le haut des 2 petits autels de Saint-Jacques.

Samedi 16 avril

Dîné chez M. Ducan avec MM. de Jean de Saint-Marcel, Chaubry et Montaudin.

Vendredi 17 avril

Encore l’instruction par l’abbé Durand.

Départ de M. de Jean de Saint-Marcel.

Lundi 18 avril

M. de Pradt attire en Auvergne l’abbé Régnier ex-sous-maître qui le servait furtivement auprès de son fils. Il ne fait pas l’emplette d’un bon sujet et je doute que la paroisse dont il le fera curé s’en loue longtemps.

Mardi 19 avril

M. Hamelin se dispose à faire jeudi prochain la distribution des prix accordés par le ministre.

Il a dîné avec l’abbé Lambert aux Plantes.

Le bruit est dans la maison que l’abbé Duchesne est secrétaire de la correspondance.

M. le chevalier du Hauthierray a revendu sa maison les 11 000 d’achat.

L’abbé Babin est venu faire ses adieux ; il nous préfère un vicariat.

La ville avait écrit à M. le duc d’Aiguillon ; le bureau n’a pas reçu de réponse à sa lettre de félicitation. Ce silence et la réponse à la ville dans laquelle on ne parle que du collège font présumer qu’il y a méprise.

Mercredi 20 avril

M. de Houdan des Landes a passé ici et est venu au collège. Mme de Mézières de Lespervanche qui s’en était retournée à Château-Gontier vient se fixer de nouveau chez les Dames de l’Hôpital.

Jeudi 21 avril

Distribution des prix de sagesse et de conduite accordés par le ministre. Les meilleurs sujets et les mauvais ont été nommés avec les distinctifs qui leur convenaient.

Vendredi 22

Presque tous les corps, et il y en a beaucoup, qu’on trouve enterrés dans la nef de Saint-Jacques, ont à côté de la tête une petite urne à une seule anse remplie en partie de charbon. On n’a pu en retirer qu’une seule entière. Elle est trouée au ventre en 3 endroits probablement pour donner de l’air au feu. Un vieillard presque nonagénaire dit que son père lui a raconté que pendant une contagion qu’il y a eu dans le pays on avait pratiqué cet usage de mettre brûler de l’encens dans des pots de terre que l’on enterrait avec les cadavres.

On a découvert sous le petit autel de la nef du côté de l’épître deux fours dont les parois étaient de tuffeau et la couverture en moellon maçonné sur planches qu’on a trouvées pourries. Chacun de ces tombeaux renfermait un squelette couché les pieds vers l’autel. Celui qui touchait presque au mur extérieur de la chapelle avait la face contre terre. On n’a pas encore rencontré le moindre vestige de cercueil, soit planches soit clous.

Samedi 23 avril

M. Hamelin m’a annoncé que son choix était tombé sur l’abbé Duchesne pour remplacer le sieur Tridon. Ce dernier a écrit ici 20 lettres aux élèves, professeurs, employés. Il est toujours sans place et déclame contre des monstres, ses ennemis dans ce pays. Le nouveau secrétaire mangera au pensionnat.

Dimanche 24 avril

L’instruction par l’abbé Lanceleur : c’était une pièce tout entière de mémoire.

Le chevalier du Hauthierray va occuper la maison de M. de Boissimon moyennant 400 livres de loyer.

Lundi 25 avril

L’abbé Duchesne a pris possession de son logement de secrétaire de correspondance dans le collège.

L’abbé Pilon est revenu ce soir de la campagne où il est allé samedi après la classe.

Arrivée du sieur Marquet, tonsuré du diocèse d’Angers, pour remplacer le sieur Babin.

Mardi 26 avril

  • 17 Probablement pour avènement.

Bureau ordinaire. Personne d’absent ; on a fait la lecture de 2 lettres du ministre ; l’une en réponse au compliment sur son événement17 au ministère de la guerre, l’autre concernant la rétribution pour service divin. Il y a eu 5 délibérations :

  1. Nomination du sieur Marquet, sous-maître, pour remplacer le sieur Babin.
  2. Autorisation au receveur de faire quelques réparations sur différents biens.
  3. Pouvoir au même de rendre par déclaration des objets qui dépendent d’un seigneur des environs de Baugé, M. …
  4. Lecture d’une consultation de M. Couallier, avocat, sur la question de savoir si le collège doit continuer le procès contre le marquis de Chaillou qui se refuse de contribuer subsidiairement aux frais des réparations du chœur et chancel de Châteauneuf, prétendant que les dîmes ecclésiastiques ne sont pas épuisées. Ce mémoire est très bien fait. Il résulte que le collège étant le moindre des décimateurs de cette paroisse, les quatre autres décimateurs ecclésiastiques abandonnant leurs poursuites contre M. le marquis et qu’étant très douteux que l’estimation par experts ordonnée par sentence du présidial confirme plutôt l’évaluation des décimateurs ecclésiastiques que celle du décimateur féodal, il est de la prudence de ne pas soutenir seul un procès très long et très coûteux dont tout l’avantage du collège n’irait pas à cent francs. Il a été arrêté que l’on suivrait l’avis de cet avocat et que l’on ne poursuivrait pas.
  5. et dernière. Répartition des 1 800 livres accordées par la lettre du ministre en rétribution des services de la chapelle pendant 1773.

Le prochain bureau au 10 mai.

Il a été de nouveau à l’occasion du mémoire de M. Couallier du salaire de cet avocat qui n’a encore rien eu et qui fait plus que les huit administrateurs ensemble.

On a parlé d’écrire au ministre pour obtenir son autorisation pour la réparation du moulin de Pont-Guéret demandée en septembre. Voici la saison et le nouveau fermier demandera à entrer en jouissance à la Toussaint.

On dit que le sieur Tridon a envoyé à M. Hamelin copie de la réponse qu’il a reçue de M. Dupont.

Mercredi 27 avril

M. de Sainte-Gemme (de Corcoral) a amené son fils. Cet élève est grand et fort, mais il ne sait exactement rien.

L’abbé Macé est parti en poste à 6 heures du soir par la route d’Angers.

Jeudi 28 avril

  • 18 Dépôt d’origine marine formé de coquilles entières ou brisées, cimentées ou mélangées à du sable.

L’exhumation de la chapelle de Saint-Jacques a fini hier. Les dernières fouilles n’ont pas été plus favorables que les précédentes. Des ossements, quelques pots à braye brisés et deux cercueils de pierre sont ce que l’on en a retiré ; encore ces tombeaux n’ont-ils pu l’être qu’en morceaux. La pierre, dont ils étaient, est un amas de débris de petits coquillages de peu de consistance, un espèce de falun18 pétrifié. J’ai mené le curé voir le tas d’ossements mis à part et demain à 9 heures du soir ils seront transportés dans le cimetière.

Il est arrivé un nouveau sous-maître pour remplacer M. Duchesne. Il se nomme Laurent, est de Durtal et a été condisciple de M. de Baudre.

Vendredi 29 avril

M. Porion s’est chargé de vendre des étoffes que lui a envoyées un de ses amis marchand à Amiens ; occasion de plaisanteries pour le public sur le collège.

Le transport dans le cimetière de la paroisse des ossements exhumés à Saint-Jacques s’est effectué à 9 heures du soir par le curé sans concours du peuple. Quatre sachets de ces tristes débris portés sur des civières ont été vuidés dans une fosse en présence du pasteur, du sieur Simon, des porteurs, choristes et de moi. Le temps était en feu par les éclairs. Qu’Young aurait ici un tableau d’un beau sombre à tracer !

Samedi 30 avril

J’ai tiré du curé un certificat au dos de l’ordonnance de M. l’évêque de l’exhumation et réinhumation des ossements de la chapelle Saint-Jacques. Il n’a voulu aucun honoraire. J’ai donné 12 livres pour les fossoyeurs, servants et porteurs.

Une trentaine de criminels se sont échappés des prisons du Mans, on en a vu quelques-uns dans les bois de nos environs.

Il y a des chiens enragés du côté de Créans ; on y en tua hier deux dans le château. M. Dupont de Lauberdière est resté quelques jours ici dans l’attente de l’arrivée de M. Dupont qu’il voulait saluer. Il m’a retenu avec empressement à manger la soupe avec le curé de Clermont, le gardien des Capucins et le vicaire de la paroisse.

Dimanche 1er mai 1774

L’instruction par l’abbé Durand. Sermon de Bourdaloue sur la prière.

L’évêque d’Angers a des affaires à Blois qui l’empêcheront de se rendre à Paris par La Flèche.

Lundi 2 mai

L’abbé Macé est arrivé hier au soir.

M. Hamelin est le seul par qui on ait su à La Flèche la maladie du Roi. On en est inquiet sur les suites de cette petite vérole. On a fait faire aux élèves des prières dans les études pour la guérison de Sa Majesté.

Mardi 3 mai

À 4 heures 1/2, on est venu m’annoncer l’arrivée de M. Dupont et qu’il était dans la cour des offices avec un évêque et des dames. Je descends et je trouve M. le comte de Broc, M. l’évêque du Mans, l’abbé de Villedon, Mme la marquise de Saint-Aignan et son enfant, Mme la baronne de Sommerau et Mlle de Broc. Ce monde venait du Péré et avait fait après le dîner la partie de venir en poste voir le collège où il était entré en voiture. Après avoir parcouru la maison et vu ce qui pouvait mériter quelque curiosité, le prélat est reparti avec sa compagnie à six heures. Il a fait mille honnêtetés à tout le monde et surtout à M. Hamelin et à MM. Lambert, Guy et Boucher. Il m’a chargé de reprocher obligeamment à M. Dupont de ne s’être pas arrêté au Mans l’année dernière et de le prier de sa part de ne pas y passer celle-ci de la même manière. Les dames lui ont fait demander un congé que l’on proposera au prochain bureau. Il n’avait pas de l’état du Roi des nouvelles plus fraîches ni plus détaillées que les nôtres. Mme de Saint-Aignan a fait sans cesse des questions sur le succès de nos inoculations. Son fils qui a 6 ans n’a pas eu la petite vérole ; c’est un joli enfant.

Mercredi 4 mai

M. Donjon m’a fait visite pour avoir des nouvelles de la santé du Roi. M. Hamelin a reçu de l’évêché un paquet d’exemplaires de l’ordonnance pour les prières des 40 heures ; il en a envoyé au curé et à différentes communautés, ainsi qu’il lui était recommandé. La maladie du Roi jette ici la consternation de plus en plus et l’inquiétude croit à chaque moment. On a sonné pour les 40 heures.

Jeudi 5 mai

On a commencé les 40 heures partout ce matin. M. de Limon a annoncé la maladie du Roi au corps de ville.

Vendredi 6 mai

Foureau fils part pour Rouen ; je lui ai donné un certificat.

Assemblée à l’hôtel de ville des députés des différents corps pour donner leur avis sur la proposition de M. de Lorme. Beaucoup ont adhéré à celui de M. Couallier, que la donation de M. de Lorme soit exécutée dans les formes prescrites aux mainmortes qui veulent acquérir et de ne rien faire à la fontaine que l’on ne soit en règle du côté de la possession du terrain.

Toute la ville était ce matin dans l’empressement le plus grand de connaître l’état de la santé du Roi et nous n’avons pas fait de difficulté de communiquer nos bulletins, M. Hamelin et moi.

Illumination aux Plantes pour ma fête. Il faisait du vent.

Samedi 7 mai

Ma fête. M. Hamelin a donné congé. Il en a prévenu les administrateurs. Comme l’année dernière, il n’y a eu aucun éclat dans le collège à cette occasion, la circonstance de la maladie du Roi l’aurait rendu condamnable. Aux Plantes, seconde illumination : le temps était calme et serein et les feux ont tenu.

Dimanche 8 mai

L’instruction par l’abbé Durand.

On m’apprend que cette nuit on a volé cent pistoles d’argent de l’aubergiste du Cheval Blanc à qui on a laissé une tabatière d’argent et un billet qui était avec cet argent monnayé. Deux compagnons qui logeaient depuis quelque temps dans cette maison en sont partis cette nuit ; on est allé à leur poursuite.

Il s’est commis un autre délit d’un genre différent. On a été dans le jardin de l’abbé Macé lui enlever un sofa, quatre fauteuils et un coussin ; on les a transportés autour de la fontaine publique et on y a attaché un écriteau qui accuse ces meubles d’être les témoins sacrilèges des débauches et des séductions de l’abbé Macé. M. Donjon a fait retirer ces objets de scandale sous son porche.

Souper à l’occasion de ma fête. Le docteur La Tour, M. Gautier et mon frère furent seuls extraordinaires. M. Hamelin était indisposé ; il s’est retiré de fort bonne heure avec l’abbé Macé.

Lundi 9 mai

L’abbé Macé est résolu à suivre à toute rigueur l’affaire de son jardin. Il ne fait depuis hier au matin qu’aller et venir chez les magistrats et le procureur. Je ne sais pas ce que lui conseille ce parti.

Cette aventure est désagréable pour le collège, le public rappelle à cette occasion toutes les histoires de nos ecclésiastiques et surtout celles de ce professeur, le nombre de ses maisons, chambres, fillettes, querelles, équipées, courses ; et on conclut que de tous ceux qui ont été renvoyés du collège, aucun ne l’a autant mérité que lui. On est d’autant plus déchaîné contre lui qu’on lui impute d’avoir fomenté l’aversion de M. Hamelin pour la ville afin que les accusations contre sa conduite cachée ne prissent pas sur son esprit.

La justice constata hier l’effraction du jardin, du cabinet, l’enlèvement du sofa et des chaises, la combustion d’une table, des estampes et des livres, à l’exception d’un bréviaire et d’une Bible. Il n’a pas été question du libelle, ni qu’on ait retrouvé les meubles auprès de la fontaine.

Il a été amené dans les prisons un des échappés de celles du Mans qui a été repris dans la forêt de Chambiers.

Mardi 10 mai

Bureau ordinaire auquel tout le monde s’est trouvé. Il y a eu 6 délibérations. M. Hamelin a pris le moment que j’ai sorti pour dire qu’il avait donné congé le jour de ma fête. Il en a demandé un de la part de M. l’évêque du Mans ; il a été accordé pour mardi prochain.

  1. Bordereau de caisse du receveur du mois d’avril.
  2. Pouvoir au receveur de défendre à la demande du procureur de fabrique de Saint-Pierre de Durtal relativement à la contribution du collège qui a partie des dîmes inféodées, aux réparations du chœur et chancel de ladite église. C’est sur une consultation de M. Couallier que s’est prise cette délibération.
  3. Nomination du sieur Laurent, clerc tonsuré du diocèse d’Angers, pour remplacer le sieur Duchesne, sous-maître, actuellement secrétaire de la correspondance des élèves.
  4. Pouvoir au receveur de rendre par déclaration les vignes de la Turpinière au fief de Poillé.
  5. Envoi au bureau du projet de compte des fermiers généraux des bénéfices unis pour l’année 1772 dont l’examen a été confié à l’inspecteur.
  6. Pouvoir au receveur de convertir pour 120 livres un bail à ferme pour 9 années au fermier de la Gautrie en Luché qui ne paye que 100 livres. Ce bail commencera le 1er mai 1775.

Le prochain bureau au mardi 24.

Il a été question de la réunion des 3 closeries en une métairie : cette affaire sera examinée plus sérieusement.

On a parlé, mais sourdement, de l’aventure de l’abbé Macé : on en condamne les auteurs en même temps que l’on blâme l’abbé d’y avoir donné lieu en ayant hors du collège des logements. On se rappelle que l’abbé Le Royer fut contraint de se défaire d’un jardin qu’il avait pris à loyer étant chapelain.

M. de Limon continue d’informer la ville de la suite de la maladie du Roi. Il en a aussi écrit au présidial.

Mercredi 11 mai

À 7 heures du soir, Mme Richard de la poste est venue m’apprendre la nouvelle de la mort du Roi, arrivée la veille à 3 heures de l’après-midi. J’ai couru en informer M. Hamelin qui était à souper dans sa chambre. Ce courrier de mauvais augure si diligent n’est parti de Versailles qu’après la famille royale. Les deux domestiques qui couraient devant lui sont restés sur la route, on croit que c’est M. Binet, l’un des valets de chambre.

Jeudi 12 mai

La nouvelle de la mort de Louis XV s’est répandue et déjà, malgré la fête, on cherche à se procurer du noir. Le deuil paraît occuper les esprits dans ce moment. Comment et combien le portera-t-on ? Voilà la plus grande inquiétude. Nos politiques cependant rappellent, renvoient, créent, réforment bien des gens, des corps et des lois. Il n’y a pas jusqu’à Mauger qui renvoie les élèves à pied.

Ce triste événement efface l’aventure de M. Macé qui a beaucoup menacé dans la ville, dans sa classe et n’a pas poursuivi.

Vendredi 13 mai

Confirmation de la fâcheuse nouvelle de la mort du Roi. Il n’y a pas eu, dit-on, de prières de 40 heures dans l’évêché du Mans. On dit ici qu’en se rendant à Choisy, le nouveau Roi a fait donner au peuple de Paris une somme considérable d’argent, ce qui fait tirer d’heureux présages.

Samedi 14 mai

Il a fait un très gros orage cet après-midi, tandis qu’on descendait la charpente de la flèche de Saint-Jacques.

M. Hamelin paraît souffrir davantage de sa dartre.

Je crois que l’abbé Provost, régent de septième, sera vicaire à Saumur aussitôt qu’il sera prêtre. Un des deux domestiques du courrier de mercredi est mort au Mans de fatigue.

Dimanche 15 mai

L’instruction par l’abbé Lanceleur.

Un chien enragé entra hier à Saint-Jacques, y mordit un ouvrier du chantier et le chien qui suit mes chevaux. Il en a également pillé d’autres dans le faubourg et un paysan. La femme de chambre de l’abbesse de La Fontaine-Saint-Martin a eu le même malheur.

Lundi 16 mai

On dit qu’il court une chanson sur l’abbé Macé. On dit aussi que c’est moi qu’il accuse d’avoir fait faire l’insulte de son jardin et que c’est lui qui le débite. Il me boude, il est vrai. Mais je ne puis pas me persuader ce bruit qui est sans doute une plaisanterie ou un détour des coupables du délit.

Mardi 17 mai

  • 19 Ancienne église Saint-Ouen puis Saint-Barthélemy, restaurée entre 1644 et 1674 par les Jésuites af (...)

L’abbé Lambert a prêché à Notre-Dame des Vertus19 et dîné chez le curé.

M. Hamelin m’a dit que M. Dupont lui mandait qu’il ne fallait rien épargner pour le service de Louis XV. Ce fut le bureau qui fit cette dépense pour la Reine en vertu de délibération. Je ne sais pas encore si nous aurons une oraison funèbre.

Mercredi 18 mai

Le service pour le Roi se fera à la cathédrale d’Angers vendredi prochain. Le clergé y porte le deuil et ne quittera le rabat blanc qu’au sacre.

M. de Gouzens est au cachot.

Jeudi 19 mai

L’abbé Provost et l’abbé Marchand sont partis pour l’ordination.

On a reçu des mandements pour faire incessamment un service pour le Roi dans toutes les églises. Ce mandement est court, mais plein de sentiment.

Vendredi 20 mai

La paroisse fera le service solennel pour Louis XV mardi prochain. M. Hamelin est disposé à en faire un dans l’église du collège d’aujourd’hui en huit. C’est une chose à proposer au bureau. Il ne sera pas possible d’avoir de tentures, ni d’appareil pour ce service, mais il convient sans doute que cette maison en fasse un autre et il ne pourrait se faire, tant à cause de l’appareil qu’il exigerait qu’à cause des vacances et du temps nécessaire pour l’oraison funèbre, s’il y en a une, qu’après la rentrée.

Samedi 21 mai

L’abbé Couasse part demain pour voir s’il pourra prendre la prêtrise.

M. l’évêque part lundi pour Blois et Paris.

Ce n’est, il y a apparence, que parce que j’ai su et été surpris le jour de Pâques l’abbé Macé n’eût pas assisté ici à grande messe ni à vêpres, que cet abbé me boude. Il court une foule de mauvais couplets sur son sofa qui paraissent l’ouvrage d’écoliers.

La fille de mon oncle de Beaucourt, mariée à M. Le Candre, capitaine aide major de Berry cavalerie, arriva hier de nuit avec ses 3 enfants. Sa santé l’oblige de quitter Chinon où ce régiment est en quartier. M. de Gondrecourt doit se retirer, ce qui pourra procurer plus d’avancement à son mari qui est l’âme de son régiment.

Dimanche 22 mai

Pentecôte. Chapeaux, vestes et culottes d’été aux élèves.

Le sermon par l’abbé Lambert ; il a déjà donné cette pièce. On avait trop tardé à charger quelqu’un de prêcher aujourd’hui.

M. Busson a passé depuis quelque temps deux après-midi chez M. Hamelin, ce qui donne lieu à bien des conjectures.

Lundi 23 mai

Les sieurs Couasse, Provost et Marchand sont de retour. MM. Pilon et Boucher ont tour à tour desservi la paroisse de Vaulandry ces 2 jours.

Mardi 24 mai

Service solennel pour le Roi à la paroisse. Notre clergé y a assisté avec croix et en surplis. Ceux de nos professeurs qui ne sont pas dans les ordres auraient désiré qu’on y eût été en corps académique et sont restés au collège, ne sachant s’ils auraient place. Tous les corps et compagnies et la milice bourgeoise se sont trouvés à cette cérémonie.

Bureau ordinaire. Il s’est tenu à 8 heures à cause du service. M. de La Barberie et le vieux curé n’y étaient pas. Il y a eu 4 délibérations :

  1. Pouvoir au sieur Fautrier, fermier du prieuré de la Jaillette, de rendre par déclaration une rente de bled et vin au fief de la Chouasnerie.
  2. Pour constater l’exhumation et le transport des ossements de la chapelle Saint-Jacques, sur l’ordonnance de M. l’évêque d’Angers, représentée par l’inspecteur, au dos de laquelle est le certificat du curé de La Flèche. Cette pièce sera déposée aux archives.
  3. Sur la lecture d’une lettre de M. Dupont et de copie de celle qu’il a reçue de M. de Saincy, et de la réponse qu’il lui a fait concernant les titres de l’abbaye de Bellebranche, il a été arrêté que l’on en aiderait l’économe général du clergé ; mais qu’ayant été envoyés par la sénéchaussée de Saumur, ficelés et cachetés sans qu’il paraisse qu’il en eût été donné de décharge ni forme d’inventaire, il faudra auparavant que les officiers publics remplissent cette formalité. Cette délibération sera envoyée à M. Dupont ; M. Busson s’est abstenu de la signer. Cet inventaire lui vaudra ; mais ce sera sans doute aux dépens de l’économe qu’il devra se faire et je vais m’informer au greffe ici et à celui de Saumur et même faire chercher dans nos archives si cet inventaire n’existe pas.
  4. M. Hamelin a présenté le mandement de M. l’évêque concernant les prières à faire pour le feu Roi. Il a été arrêté que vendredi le collège ferait un premier service solennel auquel on invitera les corps et communautés.

Le prochain bureau au 6 juin.

Mercredi 25 mai

M. l’évêque d’Angers a passé à midi très rapidement. M. Hamelin seul l’a vu un moment à la portière.

L’abbé Couasse qui a obtenu à Angers dispense des 6 semaines de séminaire est allé au Mans avec un dimissoire pour y recevoir la prêtrise. M. Hamelin n’a pas voulu l’admettre aux conférences qu’il fait aux sieurs Provost et Marchand.

Jeudi 26 mai

MM. Hamelin et Bourdet ont été en robe académique inviter au service pour le feu Roi le clergé, le présidial, le maire, les présidents des compagnies et les doyens des corps, ainsi que les communautés religieuses et ont laissé chez chacun un nombre de billets imprimés d’invitation pour les membres. Il en a été distribués en ville aux principaux habitants.

M. de Gouzens est sorti du cachot.

Vendredi 27 mai

Service solennel pour Louis XV. Tous les corps, compagnies et communautés y ont assisté et ce qu’il y avait de mieux dans la ville. Le clergé séculier était dans le chœur du côté de la rue et derrière lui les officiers municipaux et l’élection, les médecins et chirurgiens. En face étaient les ordres religieux qui avaient à dos le présidial, le grenier à sel et les avocats, procureurs et notaires. Au haut de la nef, à la tête des élèves, étaient placés la noblesse et les militaires et moi.

Au devant des externes, les dames et les hommes en deuil. La milice bourgeoise bordait l’allée du milieu depuis le chœur jusqu’à la porte du vestibule. Les invalides gardaient le catafalque qui était situé vis-à-vis des chapelles de l’entrée. La maréchaussée s’était présentée pour avoir cet honneur, mais elle s’est retirée sur ce qu’on lui a dit qu’on lui destinait la garde de l’entrée de l’église.

Cette cérémonie s’est faite avec assez de pompe, eu égard au peu de temps que l’on a eu. Elle a été longue, ce qui obligea les ordres religieux de sortir par la porte de la sacristie du côté des classes et sans dire de suffrage. M. Bourdet recevait et plaçait ceux qui se présentaient. J’avais donné la liste des invitations à faire et j’ai tâché d’être utile en indiquant ce que je croyais convenable et en me tenant à portée d’avertir celui qui faisait les honneurs.

Samedi 28 mai

Nous avons eu cet après-midi le spectacle de la chaîne. Elle était de 300 forçats, parmi lesquels se trouve le domestique que je surpris la nuit, il y a 4 ans, emportant du vin. Mme du Juglart est venue voir son fils.

M. Pilon était parti ce matin pour aller dans son pays où le danger pour la vie de sa mère l’appelait. Il est revenu à midi, son cheval n’avait pas pu le mener à plus de deux lieues et lui-même n’osant pas faire seul cette route à travers les bois que l’évasion des malfaiteurs de la prison du Mans a rendus dangereux.

Dimanche 29 mai

Point d’instruction (la Trinité).

Première grande messe de l’abbé Provost, à laquelle on a donné de la solennité.

M. Le Candre, dont la femme ma cousine est toujours ici, est major du régiment de Berry cavalerie. M. de Gondrecourt, père de l’élève de ce nom, qui était lieutenant colonel de ce régiment, se retire.

Lundi 30 mai

Congé Gatti. L’abbé Pilon est revenu ce soir ; il a été absent ces 2 jours.

Mardi 31 mai

L’abbé Couasse du Rocher est arrivé du Mans où il a pris la prêtrise. Celui-ci ne dira pas de première grande messe dans notre chapelle. M. Hamelin lui a donné 3 jours pour se retirer ; il a eu autrefois sa confiance, c’est un pauvre sujet. L’affaire du sieur Tridon lui vaut ce renvoi.

Mercredi 1er juin 1774

M. l’évêque d’Angers a passé quelques jours chez lui du Mans.

La bouderie de l’abbé Macé continue à mon égard. C’est la plus longue dont il m’ait honoré. Son procès paraît rester là. On n’en parle plus que de ce qu’ayant autrefois obligé les sieurs Le Royer et Fourmont à se défaire de leurs jardins, on soit plus indulgent aujourd’hui.

Jeudi 2 juin

Les élèves se sont levés à 5 heures à cause de la procession de la Fête-Dieu. Tous nos ecclésiastiques se sont rendus processionnellement à 8 heures 1/2 ; il n’est resté que l’abbé Bourdet, sous-principal de semaine, et le sieur Dubois d’Angers pour garder les élèves qui s’en sont donné à cœur joie. Plusieurs se sont échappés et se sont répandus dans le potager et dans le parc. MM. L’Évêque et le chevalier de Coigne me sont tombés entre les mains ; je les ai mis dans les cachots. M. Bourdet a envoyé les redemander par un domestique. Je lui ai fait répondre qu’ils étaient au cachot jusqu’au retour de M. Hamelin. Ce Monsieur a cru son autorité lésée et est venu avec chaleur s’en plaindre. Il s’est apaisé quand je lui eus fait voir que je connaissais l’étendue de ses droits et que ce n’était pas y nuire que d’en déférer dans un cas extraordinaire à celui dont il n’était que le substitut. M. Hamelin à qui j’avais mandé ma capture a donné ordre que ces 2 élèves restassent où ils étaient.

Sermon par l’abbé Boucher.

Vendredi 3 juin

  • 20 L’édit de mai 1774 ordonne la « remise du droit de joyeux avènement » et stipule que le paiement d (...)

L’édit de mai a causé ici la plus grande joie. Tout le monde s’est empressé à me le demander. La déclaration pour les nouvelles pièces d’or et d’argent augmente cette satisfaction publique20.

Samedi 4 juin

Les ministres de santé ont été voir le chevalier de Coigne qui se plaignait de la fièvre. Ils lui ont trouvé de l’émotion ; M. Hamelin n’a cependant pas voulu qu’il sortît du cachot.

Dimanche 5 juin

L’instruction par l’abbé Duchesne.

Lundi 6 juin

Bureau ordinaire. Tous les administrateurs s’y sont trouvés. Il y a eu 4 délibérations :

  1. Bordereau de la recette et de la dépense du receveur pour le mois de mai.
  2. Arrêté compte général et détaillé du receveur du collège pour l’année 1773 dont l’examen et la vérification avaient été confiés au maire et l’inspecteur.
  3. Observations sur le projet du compte des fermiers généraux des bénéfices pour l’année 1772 dernièrement de leur bail dont l’ancien avait été remis à l’inspecteur.
  4. Nomination du sieur Brichet, jeune ecclésiastique de Bazouges, pour sousmaître à la place du sieur Couasse du Rocher qui était régent de septième.

Le bureau a consenti que comme l’année dernière on fît des expériences en physique.

Le bureau ordinaire indiqué au lundi 20 juin 1774.

Mardi 7 juin

Congé. On assure qu’à la recommandation du sieur Macé, le sieur Boulay sera régent de septième. M. de Beauregard est venu voir le jeune de la Grandière.

Le sieur Le Mercier commis est de retour d’Angers où je lui avais permis d’aller jeudi. Mme de Turbilly plaide en séparation de biens avec Monsieur. La terre sera vendue. Le sieur Métivet, son protégé, laisse la cure de Vaulandry, à laquelle M. le marquis l’avait nommé, à son concurrent chez qui va si souvent l’abbé Pilon dire la messe, après avoir mangé le peu qu’il avait. Il vit ici des messes qu’il dit aux Dames de l’Ave.

Mercredi 8 juin

Le fils de M. Busson et d’autres Fléchois ont eu une querelle à Paris avec le guet. Deux de ces jeunes gens sont arrivés ici. M. Busson est resté blessé : une balle lui a traversé l’épaule. On dit qu’un homme du guet a été tué et que celui qui l’a tué est arrêté.

Jeudi 9 juin

Fin de l’octave de la Fête-Dieu et procession. Les élèves ne se sont pas échappés cette fois-ci : c’est la semaine de l’abbé Lambert.

La parente que j’ai ici est sérieusement malade d’un catharre rhumatismal. M. Macé se dit malade et a mangé ces 2 jours dans sa chambre.

Vendredi 10 juin

Le chevalier de Coigne est sorti du cachot, M. L’Évêque y reste.

M. Macé ne cesse de dire partout que c’est moi qui lui ai fait jouer le tour de son jardin. Cet homme est bien ingrat ! Il ne persuadera personne, mais il est fâcheux qu’il ait pris tant d’ascendant sur l’esprit de M. Hamelin avec qui il a lié intimement M. Busson.

Samedi 11 juin

On va entrer dans la semaine de la canonisation et béatification de deux Capucins. Notre clergé y officiera 2 jours, ce qui donnera 2 congés.

Dimanche 12 juin

L’instruction par M. Durand.

Ouverture de la semaine de la canonisation et béatification de deux frères capucins. M. Lambert a prêché et a bourdé, lui qui a une des mémoires les plus sûres.

Lundi 13 juin

M. Boisseau de la Galernerie est ici et va à Paris. Il sollicitera pour que son fils qui n’a que 13 ans passe cependant cette année à l’École militaire.

Congé. Quatre élèves ont tenu les cordons des bannières de la procession de la paroisse qui a officié aux Capucins. L’abbé Le Royer a fait le panégyrique.

  • 21 Un manteau.

Soissons a donné une mante21 à la Dorvault.

Mardi 14 juin

C’est aujourd’hui le tour du collège de célébrer l’office aux Capucins. Tous nos ecclésiastiques et 50 élèves y ont été processionnellement matin et soir. M. Bourdet a fait un sermon plein d’hors-d’œuvre et de morceaux à la Thomas. Il n’y a pas eu d’études. Deux sous-maîtres sont restés pour garder les élèves qui n’ont dîné qu’à une heure. Ceux qui étaient de la solennité s’étaient gorgés aux Capucins. Il y en a qui ont vomi dans leur église et d’autres qui au retour sont venus prendre du thé aux infirmeries. De pareilles journées nuisent au bon ordre, à la santé.

Mercredi 15 juin

Office aux Capucins par les curés de l’Anjou. M. Jacquemard a fait le panégyrique du nouveau saint. On convient assez généralement que son discours l’emporte sur ceux des précédents prédicateurs, quoique il fut moins brillant de style que celui de M. Bourdet. De ses portraits ont donné lieu à des applications malignes. Dans sa péroraison, il a déploré la perte que la France vient de faire et a fait connaître les sujets de consolation que donnent le nouveau Roi et la Reine. Ce morceau a touché et a plu.

Arrivée du sieur Gigot, greffier de l’officialité d’Angers, que je loge dans le collège.

Jeudi 16 juin

  • 22 Juge ecclésiastique qui préside un tribunal habilité à juger des délits commis par des clercs, l’o (...)
  • 23 Le promoteur de l’officialité instruit les procédures.

Quatre élèves ont encore été tenir les cordons des bannières à la procession et aux offices des Capucins dont les honneurs ont été accordés aujourd’hui aux curés du Maine. C’est celui d’Asnières qui a prêché ou plutôt fait une dissertation sur la canonisation en général. Ce morceau polémique était déplacé en chaire ; cependant il annonce des connaissances. L’official22 d’Angers et l’abbé Boulnoy, promoteur23, chanoine, secrétaire de Monseigneur et qui est des environs d’Amiens, sont venus me demander à loger au collège. La réunion du prieuré à la cure les appelle à La Flèche. Cette affaire coûtera au pauvre curé Donjon et ce ne sera probablement que ses successeurs qui en retireront les plus grands avantages ! Ces messieurs étaient accompagnés de M. Bastier, ingénieur des Ponts et Chaussées d’Angers, ami de M. de Boulnoy.

Vendredi 17 juin

Les Récollets ont fait la solennité aux Capucins. Leur prédicateur a dit des pauvretés. Quatre élèves ont assisté à cette cérémonie.

M. Hamelin a dit aux professeurs qu’il avait reçu des ordres pour le second service. Il m’a confirmé cette nouvelle. On ajoute que M. Dupont a mandé que si M. Hamelin ne fait pas l’oraison funèbre, il faut en charger M. Macé. Ce propos paraît désobligeant pour les sous-principaux et ceux des professeurs qui ont des prétentions. Il est faux ou du moins n’aurait pas dû être révélé.

Samedi 18 juin

Les Carmes ont eu leur tour aux Capucins. Il y a eu également 4 élèves à leur office. Leur prédicateur était passable.

Le fils de M. Busson est hors de danger. M. Hamelin a menacé de faire venir un autre perruquier pour accommoder les 4 élèves qui devaient aller aux Capucins. Cent cinquante livres pour le loyer des chaises, ce qui n’avait coûté que 12 livres à la canonisation de Mme de Chantal. Son marché a été rompu.

Mme d’Argentré, ses deux demoiselles et son gendre sont arrivés.

Le sieur Gigot est retourné à Angers.

Notes

1 Riboutet.

2 Collège parisien fondé au XIVe siècle par Geoffroy Du Plessis, conseiller de Philippe le Bel. Collège élitiste au XVIIIe siècle, il comprend en 1775 plus de 900 élèves dont 600 pensionnaires.

3 En marge : n’est pas mort ; c’est Morin dit le Riche.

4 La milice provinciale, créée en 1688, licenciée en 1713, est reconstituée en 1726. Cette nouvelle levée de 1774 est organisée après l’ordonnance du 19 octobre 1773. Le tirage au sort se fait parmi les hommes nés et domiciliés dans le royaume, garçons ou veufs depuis deux ans et sans enfants, âgés de 18 à 40 ans. Les exemptions existent pour incapacités physiques (taille inférieure à cinq pieds, infirmités), raisons familiales (fils uniques), sociales (domestiques de nobles ou d’ecclésiastiques), et économiques (ouvriers de manufactures royales, fils de gros laboureurs).

5 À partir de janvier 1774, le duc d’Aiguillon cumule les secrétariats d’État à la guerre et aux affaires étrangères. Le marquis de Monteynard est donc disgracié. Le reste n’est que rumeur.

6 La mercuriale est le relevé de prix sur les marchés. Elle permet à l’autorité publique de contrôler l’évolution des prix et d’intervenir pour en limiter les hausses éventuelles.

7 Pièce du collège où sont entreposés du matériel et des ustensiles de cuisine (voir Arch. dép. de la Sarthe, D 13).

8 Cette enquête fait suite à une circulaire du 14 août 1772 du contrôleur général des finances, l’abbé Terray, aux intendants qui sont chargés de dénombrer la population de leur généralité.

9 2 Samuel 24, 1 : « La colère de Yahvé s’enflamma de nouveau contre les Israélites, et il excita David contre eux : Va, dit-il, dénombre Israël et Juda ». Voir aussi 1 Chroniques 21, 1.

10 L’édit de mars 1772 « concernant les frais de procédure en matière criminelle dans les justices seigneuriales » reconnaît que « les frais qu’entraîne la poursuite des délits commis dans l’étendue des justices seigneuriales » sont « une charge très pesante et quelquefois un motif de favoriser l’impunité ». Par cet édit, les seigneurs et leurs juges peuvent, soit enquêter immédiatement et mener toute la procédure, soit dénoncer le crime aux juges royaux pour mettre les faits judiciaires « au compte du roi », mais ils ne doivent pas ignorer un crime. Voir Antoine Follain, « Justice seigneuriale, justice royale et régulation sociale du XVe au XVIIIe siècle : rapport de synthèse », dans Les Justices de Village. Administration et justices locales de la fin du Moyen Âge à la Révolution, Rennes, PUR, 2002, p. 9-58.

11 Le Sub tuum praesidium est une invocation à la Vierge : Sous votre protection, nous venons nous réfugier, sainte Mère de Dieu ; ne rejetez pas les prières que nous vous adressons dans tous nos besoins ; mais délivrez-nous de tous les dangers, Vierge glorieuse et bénie. Il est probablement ironique quand il qualifie ainsi l’abbé Hamelin. Le jansénisme, par la prédestination, rejette l’intercession de la Vierge.

12 Le mariage est célébré à La Flèche entre René Boulay, 27 ans, et Françoise-Anne Bruas, 26 ans.

13 En marge : Dubois 361 livres 16 sous ; Porion 89 livres ; Thoré 36 livres ; Baraton 20 livres ; Le Monnier 13 livres ; Gautier 30 livres ; Renaud 72 livres ; Durand 4 livres 10 sous ; Moulard, perruquier 35 livres. Soit 659 livres 6 sous.

14 C’est un tableau de Lepicier, peintre fléchois, d’après une œuvre de Jean-Baptiste Jouvenet (1644-1717).

15 David Hume (1711-1776) réside à La Flèche en 1735-1736. C’est dans le manoir d’Yvandeau situé dans la paroisse de Saint-Germain-du-Val, que les Jésuites le loge. Ce n’est probablement pas, comme l’affirme Dupont de La Motte, des recherches sur les Plantagenêts que Hume entreprend, mais plutôt son Traité de la nature humaine publié en 1737. Voir Claude Petit, « Un Écossais à La Flèche (1735-1737) », Cahier fléchois, 1997, p. 83-95.

16 C’est une pierre calcaire extraite dans des carrières situées aux Rairies, près de Durtal.

17 Probablement pour avènement.

18 Dépôt d’origine marine formé de coquilles entières ou brisées, cimentées ou mélangées à du sable.

19 Ancienne église Saint-Ouen puis Saint-Barthélemy, restaurée entre 1644 et 1674 par les Jésuites afin de créer un lieu de pèlerinage pour la jeunesse du collège. Une statue de la Vierge, Notre-Dame des Vertus, y est placée.

20 L’édit de mai 1774 ordonne la « remise du droit de joyeux avènement » et stipule que le paiement des intérêts et des remboursements peut se poursuivre au-delà des dates initialement prévues. La déclaration du 23 mai 1774 « ordonne le changement des poinçons pour la fabrication des espèces, sans que néanmoins le titre, le poids et la valeur en saient changés, et qui, en conséquence, ordonne que les précédentes espèces continueront d’avoir cours, concurremment avec les nouvelles ».

21 Un manteau.

22 Juge ecclésiastique qui préside un tribunal habilité à juger des délits commis par des clercs, l’officialité.

23 Le promoteur de l’officialité instruit les procédures.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540