Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journal de Stanislas Dupont de La Motte

 | 
Stanislas Dupont de La Motte

Troisième cahier. Du 11 avril 1773 au 18 décembre 1773

Texte intégral

Dimanche 11 avril 1773

Sermon de Pâques par M. l’abbé Bourdet qui ne le savait pas assez bien. Son discours du reste était passable.

Lundi 12 avril

La maîtresse buandière à qui son confesseur refusa hier l’absolution est accouchée cette nuit. Voilà ses Pâques doublement retardées.

Mardi 13 avril

  • 1 L’ordre de Saint-Michel, fondé par Louis XI le 1er août 1469, a comme insigne une croix ornée de 4 (...)

M. Courtin qui est à Paris a annoncé aux Fléchois que leur compatriote M. Chaubry allait être inspecteur du collège. M. le comte du Lude avait mandé précédemment qu’il était anobli et enfin d’autres disent qu’il est maire perpétuel et qu’il a le cordon noir1. Son long séjour à Paris intrigue bien des gens.

Mercredi 14 avril

Il faudra rayer M. de Cugnac de la liste des aspirants à l’état ecclésiastique.

Jeudi 15 avril

Mme Huger m’a montré lettre de M. Chaubry qui lui dit qu’il est fort question de joindre l’École militaire à ce collège et que ce projet est appuyé. Il y a bien des choses contre son exécution : elle ne serait ni aisée, ni avantageuse.

Vendredi 16 avril

Hier, ce fut la distribution des prix accordés aux élèves par le ministre d’après les notes. M. Hamelin lut la lettre après avoir fait un petit discours propre à la circonstance.

Samedi 17 avril

  • 2 Monseigneur Boisgelin.

M. l’archevêque d’Aix2 et Mme sa sœur, chanoinesse de Remiremont, sont descendus chez M. Hamelin. C’était après le dîner et presque tous les professeurs y étaient rassemblés ; ils ont eu la satisfaction d’entendre les éloges que tout le monde a donnés à leur parent le jeune de Boisgelin de Kerdu. Après avoir visité le collège, ils ont continué leur route vers la Bretagne. Le prélat nous a confirmé le bruit de la translation de l’École militaire à La Flèche ; mais il n’y croit pas.

Dimanche 18 avril

L’instruction par M. Pochart. Il a tiré son papier deux fois.

  • 3 Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal (1572-1641) rencontre en 1604 François de Sales qui lui propos (...)

Les Dames de la Visitation ont invité le collège d’assister à la procession générale de canonisation de sainte Jeanne de Chantal3 et de faire l’office le deuxième jour. La lettre que la supérieure a écrite à M. Hamelin est très polie.

Lundi 19 avril

Bureau ordinaire. De nouvelles lettres répandent plus que jamais que le collège va réunir l’École militaire. Si cela est, on ne doute donc de rien.

On a sonné un quart d’heure ce soir pour annoncer le service qui se fera demain pour M. de Croismare.

Mardi 20 avril

Service solennel à 5 chapes pour M. de Croismare.

Il y a eu congé autant à cause de cette cérémonie que parce que M. l’archevêque d’Aix et Mme de Boisgelin en avaient demandé un samedi.

Les Semaines Saintes ont été retirées aux élèves et les livres de retraite.

Mercredi 21 avril

Mme et Mlles du Juglart sont venues voir l’élève de ce nom et le jeune de Gauville.

Jeudi 22 avril

M. de Lardière est arrivé à franc étrier. Il a été désolé de voir son aîné habitant d’une prison témoigner peu de sensibilité de cette punition extraordinaire ici. Il a obtenu cependant sa grâce et est reparti.

Vendredi 23 avril

  • 4 Étienne Broglin, De l’Académie royale à l’institution : le collège de Juilly (1745-1828), thèse de (...)

C’est donc à Juilly4 qu’on va envoyer les élèves de La Flèche pour faire place à ceux de l’École militaire qu’on fait venir ici. Cette nouvelle prend ici et au-dedans et au-dehors de la maison. M. de La Châtre ou M. de Broc sont nommés gouverneurs dans cet arrangement.

Samedi 24 avril

Vu M. de Boissimon sur sa maison et pour moi sur ses Plantes. Vu les décorations et les tentures que le concierge fait à la Visitation.

Les archives de l’infirmerie ont peu de chose concernant les accès maniaques de M. de Moyria ; mais il y a beaucoup de faits connus dans le pensionnat que l’on va rassembler.

Dimanche 25 avril

L’instruction par M. Hamelin.

M. Riom de Pradt a reçu avis que son père le retirerait du collège après la distribution des prix et qu’il n’irait pas à l’École militaire, mais dans une académie à Paris. C’est par un ex-sous-maître que lui est parvenue cette nouvelle singulière (par l’abbé Régnier, je crois).

Lundi 26 avril

M. et Mme Poussineau de Vandeuvre sont venus voir leur fils en compagnie de M. et Mme de Créquy.

Le collège a sonné comme les autres églises de la ville pour la canonisation de Mme de Chantal.

Mardi 27 avril

Le collège s’est rendu en surplis à la paroisse et il a pris rang à la gauche du clergé. M. Hamelin n’a pas pris d’étole, au grand plaisir du curé. Le curé-prieur de Clermont a prononcé l’éloge historique de la sainte. On l’a fort applaudi. Je l’ai entendu fort volontiers.

Dîné chez M. de Boissimon avec l’abbé de Boissimon. Le premier m’offre sa campagne pour jouer.

Mercredi 28 avril

Le clergé du collège s’est rendu en procession à la Visitation où il a fait l’office. Un certain nombre d’élèves choisis servaient à la rendre plus nombreuse. Le jeune de Champeaux, parent de la sainte, et Espiard, allié de Champeaux, tenaient les cordons de la bannière. L’exempt de la maréchaussée avec ses cavaliers fermaient la marche après le Suisse. On a été sur le point de marcher sur cette bannière que l’on voulait que le collège fût prendre à la paroisse. Mais quand celle-ci eut vu que l’on était décidé à n’en rien faire, elle l’a envoyée à la sacristie. La procession est entrée dans la chapelle des Dames de l’Ave qui avaient fait prier qu’on y donnât la bénédiction.

Le sermon moral de l’abbé Bourdet était bien distribué et bien écrit, mais se sentait encore du peu de temps de l’orateur. L’abbé Moyelle lui servit de souffleur. Comme cela est inusité, cela dépare beaucoup.

Jeudi 29 avril

Les curés voisins qui ont fait l’office aujourd’hui à la Visitation avaient à leur procession MM. de Champeaux et Espiard. L’abbé Le Royer a été blâmé de tout le monde pour avoir voulu ôter à ces élèves les rubans de la bannière et les faire tenir par deux de ses pensionnaires. Il s’est vengé le soir en les coupant et emportant. Ces 3 jours de congé ont été tuants pour l’abbé Jacquemard et les 3 sous-maîtres qui ont fait les longues récréations qu’il a fallu donner.

Dîné chez M. Oudin avec les abbés de Boissimon, grand pénitencier, et de La Brosse, grand vicaire.

L’abbé Lambert a prêché un sermon fait par le curé Donjon. Il ne lui avait remis qu’avant-hier au soir. Sans prévention. Il n’y a eu à louer que la mémoire de l’acteur et le portrait de saint François de Sales.

Vendredi 30 avril

La supérieure de la Visitation fait redemander les rubans volés par l’abbé Le Royer, l’intention de la communauté ayant été qu’ils restassent aux deux élèves parents de la fondatrice.

Arrivée d’un nouveau sous-maître qui remplacera le premier qui manquera. Ce pourra bien être l’abbé Provost qui est vivement sollicité de se charger d’une éducation particulière.

Samedi 1er mai 1773 On donne actuellement à M. de Narbonne le gouvernement de l’École militaire. Si c’est celui de Fritzlar, j’ai eu l’honneur dans ce temps-là de mériter sa confiance. Il m’a paru un homme bien prudent et des plus honnêtes.

M. Hamelin et moi avons reçu de la supérieure de la Visitation chacun une lettre remplie des plus grands remerciements des secours dont le collège a été dans leur solennité. L’abbé de La Brosse, grand vicaire qui était ici mercredi et jeudi avec l’abbé de Boissimon, n’a pas encore remis la paix dans le clergé de Saint-Thomas dont il a écouté les plaintes réciproques.

Dimanche 2 mai

L’instruction par l’abbé Duchesne.

Il fait un vent et un froid qui dessèchent tout. Les légumes manquent et les prairies ne promettent pas de foin.

Lundi 3 mai

Bureau ordinaire. M. Hamelin a pris un moment que l’on m’a appelé pour demander un congé à l’occasion de ma fête.

Mardi 4 mai

M. Bodin l’aîné est parti pour Orléans où il compte rejoindre M. Chaubry chez son père.

Il sera sans doute question entre eux de la maison qui nous avoisine. Il a gelé, mais comme il fait très sec le tort n’est pas bien considérable.

Mercredi 5 mai

Deux messieurs qui passaient en chaise de poste ont dit à la Richard que M. Dupont avait couché à Bellême et ne tarderait pas d’arriver. J’ai pensé que ce pouvait être M. de Croismare. Mais il s’est trouvé que c’était un faux avis.

Jeudi 6 mai

Je suis pris par un rhume de cerveau et un mal de tête qui m’empêchent de m’occuper. Les sots compliments pour ma fête pour surcroît viennent exercer ma patience. La campagne était toute blanche ce matin, il pleut un peu ce soir.

Vendredi 7 mai

Il a fait un temps si affreux cette nuit que je n’ai pas pu reposer ; aussi ne m’en porte-je pas mieux malgré tous les vœux et les souhaits que m’attire mon patron.

Samedi 8 mai

Il y avait de la glace ce matin ; une bonne partie des vignes est gelée. Les noyers, le seigle ont aussi souffert.

On avait annoncé Mme de Croismare. Elle n’a pas passé, du moins que je sache. Je suis presque quitte de mon rhume.

Dimanche 9 mai

L’instruction par l’abbé Babin.

Lundi 10 mai

M. Chaubry est de retour enfin et sans cordon noir ni lettres de noblesse.

Mardi 11 mai

Congé accordé pour ma fête par le bureau. Dîner à cette occasion des professeurs auquel ont été admis MM. Gautier et Tridon. L’abbé Lambert s’en est dispensé, il en a préféré un en ville. Le médecin de La Tour était des nôtres.

Arrivée de Mme de Croismare avec un chevalier de Saint-Louis et l’une de ses petites-filles qui est indisposée depuis son départ de Paris.

Mercredi 12 mai

Mme de Croismare est partie ce matin pour le Coudray. Sa petite-fille s’est trouvée plus incommodée pendant la nuit.

Jeudi 13 mai

Le nouveau curé et le sieur Le Royer en sont aux couteaux tirés. Celui-ci a signé les griefs remis au grand vicaire contre l’autre qui s’attendait à le voir suivre son parti.

Vendredi 14 mai

Ma f… habite les Plantes.

Il paraît enfin que la décision de M. l’évêque d’Angers va laisser tranquilles nos lessiveuses et nos couturières.

Samedi 15 mai

L’abbé Jacquemard va prendre possession d’un petit bénéfice simple que le curé de Brissarthe, qui porte le même nom que lui et est de son pays, lui a présenté.

Dimanche 16 mai

L’instruction par l’abbé Pochart.

M. Hamelin est fort incommodé de son humeur dartreuse.

Lundi 17 mai

Bureau ordinaire. Le gendre de M. Ducan ne sera donc pas caissier du collège pour l’École militaire. Il n’est guère capable de remplir un poste plus épineux.

Mardi 18 mai

Un parent et une parente de M. d’Arlanges sont ici.

Mme de Mézières de Lespervanche vient se mettre en pension chez les religieuses de l’hôpital de cette ville. Depuis la mort de son mari, elle trouve Château-Gontier insupportable.

Mercredi 19 mai

La saignée que M. Hamelin s’est fait faire l’a un peu soulagé. Comme il garde la chambre et que le préfet est absent, je fais le suppléant et ne puis presque pas rester chez moi.

Jeudi 20 mai

M. Hamelin a officié. Ce n’est pas qu’il soit guéri, mais pour faire cesser les prétentions à cet honneur.

Les Dames de la Visitation m’ont fait le cadeau d’un sac à ouvrage, un portefeuille et une bourse.

Vendredi 21 mai

Un Récollet qui se fait séculariser et qui jouit ici d’une fort mauvaise réputation va être le troisième vicaire de M. Donjon. Le jeune Drouault est le premier, le 2e est le fils de l’apothicaire Beaufils, prêtre tout nouveau et très joli.

Samedi 22 mai

L’abbé Jacquemard est de retour.

La santé de M. Hamelin souffre beaucoup. La saison lui a été bien contraire. Cependant il montre un courage admirable.

Dimanche 23 mai

L’instruction par l’abbé Lambert.

Lundi 24 mai

M. et Mme de Quatrebarbes sont ici.

En démolissant à Saint-Jacques la partie qui sépare la chapelle du bâtiment qui s’allonge vers le couchant, on a vu que ce dernier était en plus mauvais état que l’on ne le croyait et qu’il serait dangereux d’y exécuter le plan envoyé et approuvé. On travaille à un autre dans lequel tout ce bâtiment sera supprimé. On fera de nouvelles distributions dans ceux qui resteront sur la cour. La dépense pourra bien, par cet arrangement, être moindre et l’exécution plus prompte. Je compte que dimanche je serai en état de le mettre sous les yeux du ministre avec un mémoire et un devis.

Mardi 25 et Mercredi 26 mai

Néant.

Jeudi 27 mai

  • 5 Récipient à col étroit, long et courbé, qui sert à distiller.

Fait voir aux élèves les expériences de cornue5 par le sieur Pelletier.

Vendredi 28 mai

M. Hamelin m’a remis lettre à lui adressée de M. Dupont qui concerne mon mariage et dont il ne veut pas que je lui parle à son prochain voyage.

Samedi 29 mai

Néant.

Dimanche 30 mai

Le sermon par l’abbé Boucher. Fête de Pentecôte.

Arrivée de M. Dupont.

Lundi 31 mai, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi 1er, 2, 3, 4, et 5 juin 1773

Néant.

Dimanche 6 juin

Point d’instruction. Les quatre sous-maîtres, qui ont été aux ordres à Tours avec M. de Fournas qui y a pris la tonsure, sont de retour.

Lundi 7 juin

  • 6 Nomination de Lallouette, ecclésiastique du diocèse d’Angers, comme sous-maître à la place de Desh (...)

Départ de M. Dupont à 5 heures du matin. Bureau ordinaire6. Congé Gatti.

Mardi 8 juin

Panégyrique de Henri IV par M. Pilon. C’est le même qu’il prononça il y a 5 ans. Il l’a débité si bas qu’on l’a peu entendu. M. Hamelin qui officiait s’est trouvé mal au second point. L’abbé Bourdet l’a conduit à la sacristie où de l’eau de Cologne que j’avais l’a fait revenir. Il a achevé le service et ne s’en est pas ressenti.

  • 7 Collège parisien ouvert en 1460 par Geoffroy Lenormant. Il devient célèbre au XVIe siècle par la q (...)

M. Lambert donna hier à dîner et M. Hamelin à souper à un abbé qui a étudié à Sainte-Barbe7 et qui a fait l’éducation du duc de…

Mercredi 9 juin

Le curé est venu inviter MM. Hamelin et Lambert de porter demain le Saint-Sacrement avec lui et M. Decheman.

Jeudi 10 juin

Tous nos ecclésiastiques, excepté MM. Macé, Porion et Dolbeau qui a mal aux dents, étaient à la procession. L’abbé Jacquemard garda les élèves au parc ; mais comme il avait peu de seconds, quelques élèves se sont échappés par le fossé dans le potager et dans les greniers du vieux collège. J’en ai été averti et les ai ramenés.

L’abbé Porion fit le sermon, le même que l’année dernière. L’abbé Jacquemard prêcha à la paroisse.

Vendredi 11 juin

M. Hamelin a reconduit M. de Lardière dans son cachot ; il a manqué à M. Noyelle et poché un œil à son camarade de Résie.

J’ai été chez M. Donjon pour un certificat de vie du jeune de Montrond.

Samedi 12 juin

M. Hamelin a choisi deux nouveaux enfants de chœur.

L’abbé Pilon a dit en plein réfectoire à l’abbé Bourdet que la façon dont l’autel était arrangé dimanche dernier n’avait pas le sens commun. Les reliquaires, les bouquets et les chandeliers blancs ont des partisans.

À M. Dupont, mon compliment sur son heureux retour.

Le même M. Pilon proposait de faire accompagner le Saint-Sacrement jeudi prochain par notre troupe d’élèves en armes de bois et papier.

Dimanche 13 juin

L’instruction par l’abbé Babin.

Lundi 14 juin

  • 8 Ernault de Moulins intègre le collège en 1774 (n° 636).

M. Ernault8, dont le fils est proposé pour élève, est venu voir M. Dupont qu’il croyait encore à La Flèche.

Mardi 15 juin

Congé à cause de la fête de l’octave.

Mercredi 16 juin

  • 9 Un blutier (ou bluteur) passe la farine par le bluteau, sorte de tamis, en toile de soie, qui sépa (...)

Il est venu par extraordinaire beaucoup de bled au marché et cependant il a été très cher. Les blutiers9 du Mans qui l’avaient amené l’ayant remporté sans vendre.

Jeudi 17 juin

Procession de la petite Fête-Dieu. Le clergé du collège au service paroissial. L’abbé Boucher a célébré la grand’messe ; il a dîné avec Mme de Lespervanche et son fils et M. de Quatrebarbes chez M. le curé. Celui-ci était venu la veille inviter M. Hamelin de la fête.

Vendredi 18 juin

Départ de M. Pihery pour sa campagne.

L’abbé Provost est parti pour les 6 semaines. Il sera prêtre dans 6 mois.

Samedi 19 juin

M. Chaubry m’a communiqué la réponse que M. Dupont lui a fait à sa lettre du 6 au sujet de mon mariage secret. Il lui ôte tout espoir de placer son fils en qualité de sous-inspecteur et marque qu’il ne compte plus m’attirer auprès de lui et qu’il a changé de vues sur mon compte depuis que je ne suis plus garçon. M. Chaubry est très affligé et en même temps piqué de ce manque de parole de M. Dupont qui a aussi vu à Paris Beaulieu à qui il a annoncé ce changement.

M. Hamelin a fait ôter du trésor de la sacristie le simulacre du cœur d’Henri IV.

Dimanche 20 juin

L’instruction par l’abbé Duchesne.

M. de Langlotière m’a écrit pour que le fontainier aille voir des eaux dont il voudrait embellir sa terre de Maulne.

Lundi 21 juin

Bureau ordinaire. L’abbé Pochart doit se retirer au mois d’octobre.

On fait courir le bruit que Dageville a écrit à Le Royer des horreurs contre ma femme.

Mardi 22 juin

M. le comte de La Suze est venu faire une visite à M. Hamelin et à moi, et m’a prié de permettre que l’appareilleur vint le jour de la fête visiter un ouvrage de son château qui est à refaire, quoique construit depuis moins de 10 ans.

Mercredi 23 juin

Il s’est vendu au marché de l’orge d’hiver, cela a opéré de la diminution dans le prix du bled.

Jeudi 24 juin

Les gens qui avaient fait courir les bruits de la lettre de Dageville ont été démentis par Le Royer ; et M. Ducan, tout le 1er, a fait les démarches auprès de moi pour réparer ce qu’il a dit en cette occasion. MM. Le Bret et Busson sont pour beaucoup dans ces méchancetés. On m’a fait lever à 4 heures 1/2 pour un enfant qui était exposé à la porte de l’église. C’était une fille qui paraissait née depuis environ 3 jours et qu’on avait posée sur le pavé avec un mauvais morceau de guêtres. J’ai fait avertir le lieutenant de police et le procureur du Roi qui ont chargé de cette aubaine le duc de Praslin.

Vendredi 25 juin

J’ai été rendre ma visite à La Suze. M. Hamelin n’y est pas venu. Il y avait beaucoup de monde et parmi tout cela M. Chaubry. Cette maison part la semaine prochaine. M. Ozanne m’a encore été recommandé.

Samedi 26 juin

M. des Essarts m’a porté lettre et mémoire du chevalier de Cand au sujet de l’affaire de ma femme. Mais il n’a pas voulu me remettre ni ses papiers ni ses trois procurations que je n’aie transigé sur le surplus de mon billet du 1er.

Les sieurs Mousset et Brisson sont allés aux six semaines. Le sieur Galloys, jeune ecclésiastique de Langeais, diocèse d’Angers, remplacera l’un de ces deux sous-maîtres.

Dimanche 27 juin

L’instruction par l’abbé Durand.

On parle d’une insulte faite à une femme qui était avec son mari dans la rue de Saumur par des officiers de dragons de Liancourt. Cette affaire est, dit-on, poursuivie par le lieutenant criminel.

Lundi 28 juin

L’abbé Jouan, pays de l’abbé Lambert, est arrivé hier et remplace le second sous-maître qui est aux 6 semaines. Il n’est pas prêtre.

Je terminai hier avec M. des Essarts la désagréable affaire de ma f… et du chevalier de C… en lui faisant mon billet de 720 livres payable en juillet 1774. Il m’a remis les papiers qui ne sont pas de conséquence et je lui ai payé 696 livres dont il a chargé mon billet.

Mardi 29 juin

Vu l’abbé Rouzé qui m’a raconté qu’ayant été trouvé par Mali… avec sa femme, ce dernier l’avait maltraité et avait pris sa montre et son argent.

Répondu à la lettre de l’abbé Le Royer par laquelle il désavouait tout ce qu’on a débité de la lettre de Dageville sur ma femme.

Mercredi 30 juin

Il m’a pris un rhume avec un mal de tête violent.

Fête hier qui n’empêchera pas le congé de jeudi quoiqu’encore fête samedi.

1er juillet 1773

Bureau extraordinaire pour autoriser le receveur à assister lundi prochain à Sablé avec les habitants de Saint-Brice à un partage de landes que l’on veut faire et dans lequel le collège a des droits et à s’y opposer si ces droits sont lésés. MM. Lucé, du Hauthierray et le curé n’ont pas paru à cette assemblée.

L’abbé Colombel est en campagne. Ce sous-maître – l’un de nos meilleurs – va passer en Amérique.

La fièvre s’est jointe à une coqueluche qui est violente.

Vendredi 2 juillet

Le froid, la pluie font couler la vigne et commencent à donner des inquiétudes pour les premiers grains et les foins.

Terminé avec M. de Boissimon l’affaire de sa maison.

Samedi 3 juillet

Fête paroissiale de Saint-Thomas. Le curé-prieur de Clermont a prêché à peu près son même sermon que l’année dernière. Une grande partie de nos ecclésiastiques ont assisté à cette solennité et plusieurs ont mangé chez le curé.

Dimanche 4 juillet

L’instruction par l’abbé Pochart.

Arrivée de mon frère L’Éguillière à 8 heures du soir. La poste de Bretagne m’avait apporté quelques heures auparavant une lettre de l’Amérique qui annonçait son retour. Sa pacotille est en café et vaut environ 7 000 livres. Il emploiera cette somme en articles de bonne défaite aux îles où il se propose de repasser dans six semaines. Son projet est de faire ce voyage tous les ans. Il loge et vit aux Plantes chez ma femme.

Lundi 5 juillet

Bureau ordinaire dans lequel il y a eu 5 délibérations.

  1. État des messes de fondation acquittées du 1er juillet 1772 au 30 juin 1773.
  2. Bordereau de caisse du receveur du mois de juin.
  3. Procès-verbal et lettre de M. Dupont à l’occasion de l’erreur où l’on était sur le dépôt du cœur d’Henri IV. Ordonné de déposer les dites pièces aux archives avec le simulacre qui était dans la sacristie afin de faire cesser l’erreur et que copie des dites pièces sera délivrée à l’hôtel de ville pour y être enregistrée.
  4. Mémoire de demoiselle Le Boucher par lequel elle se plaint de torts faits à sa maison par la reconstruction de celles du collège destinées à faire des infirmeries provisionnelles et nomination de MM. Busson et de Lucé commissaires pour faire la vérification et rendre compte au bureau de ces griefs.
  5. Nomination des sieurs Galloys et Jouan pour sous-maîtres au lieu des sieurs Mousset et Brisson.

Prochain bureau au 19.

Mardi 6 juillet

M. le chevalier de Fontenay est venu voir son fils. Il a été aux Plantes faire visite à ma femme. Ce même jour, M. et Mme de Lorme y ont dîné avec M. et Mme Auvé d’Aubigny.

Mercredi 7 juillet

Dîné chez M. Ducan : repas d’hommes, dont étaient MM. Chaubry, Pihery, Auvé. M. le chevalier de Fontenay va demain chez M. de Croismare au Coudray.

Le tonnerre a tué un jeune homme auprès de Verron.

Jeudi 8 juillet

On est venu chercher l’abbé Jacquemard pour aller chez son parent à Brissarthe qui est dangereusement malade.

M. Ducan et sa famille sont partis pour Champ-Chevrier. Ils doivent passer quelque temps chez leur parent.

J’avais arrangé suivant l’ordre verbal du directeur pour le frère Duval la chambre contre la sacristie qu’il m’avait demandée et où il a logé du temps des Jésuites. Ce bonhomme s’y est rendu ce matin. Après m’avoir salué, avoir visité son gîte à la fois ancien et nouveau et avoir pris un bouillon, il a voulu sortir pour aller faire signer un certificat de vie. Cette affaire faite, il est allé chez un nommé Lelièvre, frère d’un de ses compagnons qui est à Paris. Il y est tombé sans connaissance. Il était midi lorsque j’en ai été averti ; je l’ai fait transporter dans sa chambre où on lui donne tous les secours.

Vendredi 9 juillet

Le pauvre frère Duval est mort à 7 heures 1/2 ce matin, plutôt d’aise que d’autre maladie. Se voir dans une maison d’où lui et toute sa Société ont été expulsés il y a dix ans, n’avoir plus à craindre la misère à laquelle il a été en proie depuis cette dispersion ; pouvoir s’occuper tout entier le reste de ses jours de Dieu, ont sans doute causé cette révolution, son apoplexie. Au moment de sa mort, on a reçu la nouvelle qu’à cause de son grand âge, sa pension qui n’était que de 200 livres serait de 300 livres à commencer du 1er de cette année. La pitié, les secours sont donc toujours trop tardifs. On tend la main quand l’homme est noyé.

Samedi 10 juillet

M. du Juglart est venu voir son fils ; il lui donne à dîner et à MM. de Combarel et de Gauville.

Départ de M. Colombel pour s’embarquer.

On a enterré ce matin à 6 heures le frère Pierre Duval, né le 17 décembre 1689 à Charlysur-Marne, diocèse de Soissons. La vente de ses guenilles et les 50 livres qui lui reviennent à cause de l’augmentation de sa pension suffiront à payer ses petites dettes et peut-être à lui faire dire quelques messes.

Dimanche 11 juillet

L’instruction par l’abbé Porion.

Lundi 12 juillet

Le jeune de Combarel donne fréquemment des sujets de plaintes et devient mauvais sujet. Il ne paraît pas que le régent de 6e se dispose à donner cette année un exercice. Il y a longtemps que cette classe n’en a fait.

Mardi 13 juillet

Il fait le temps le plus favorable pour les foins. S’il continue, on moissonnera les seigles la semaine prochaine.

Prêté mon cabriolet à MM. Gautier et Simon pour aller à Durtal chez le chaufournier. Convenu avec M. Leleu de Durtal de prendre son poisson au-dessus d’1 1/2 à 6 sous la livre, tant l’avent que le carême prochain.

  • 10 Récit véritable de ce qui s’est passé en la ville et collège de La Flèche, à la réception du cœur d (...)

On m’a prêté un procès-verbal de ce qui s’est passé à la réception du cœur de Marie de Médicis en 164310. Cette pièce est curieuse : on ne veut pas la vendre.

Mercredi 14 juillet

Un homme des environs de Brissarthe m’assure que l’abbé Jacquemard a cette cure qui vaut 2 M écus au moyen de la permutation du petit bénéfice que le curé de cette paroisse lui a présenté il y a quelque temps. La conformité de nom a formé cette liaison.

Les commissaires du bureau, dans la contestation avec Mlle Le Boucher, ont nommé un expert et cette demoiselle de son côté en a choisi un autre.

Jeudi 15 juillet

Il a fait cette nuit un orage terrible. Le tonnerre est tombé au bout du parc sur un vieux peuplier le long duquel il est descendu en spirale allongée, il a marqué sa trace en enlevant l’écorce qu’il a jetée et éparse à 30 pas aux environs et par une crevasse dans la même direction. À un autre coup, il s’est plongé dans le réservoir derrière les latrines du pensionnat. Tout le petit poisson qui s’y nourrit en assez grande quantité a péri. Enfin, il est entré dans la maison de notre premier chantre qui loge au faubourg Saint-Germain, où il a seulement endommagé quelques meubles dans une chambre où étaient couchées deux filles dont une est muette.

Vendredi 16 juillet

L’abbé Jacquemard est de retour. Il ne convient pas que la cure de Brissarthe lui soit résignée.

Samedi 17 juillet

Je traînais depuis quelques jours ; mais je me trouvais si accablé après le dîner que je fus obligé de me mettre au lit.

Dimanche 18 juillet

Instruction par l’abbé Porion. La fièvre ne m’a quitté que cet après-midi à 4 heures. M. Ducan est de retour de sa campagne.

Lundi 19 juillet

  • 11 Maison, dite de Bellebranche, que le collège possède à Angers.

Bureau ordinaire auquel je n’ai pas assisté. Il y a eu deux délibérations : l’une pour renvoyer à M. Dupont une décision du conseil qui autorise la retenue du 20e sur deux parties de rentes dues au collège par les États de Bretagne ; l’autre autorise le receveur du collège à faire faire le pavage devant le refuge de Bellebranche à Angers conformément à l’ordonnance du voyer11. La 1re assemblée ordinaire d’août a été fixée au 2.

Mardi 20 juillet

La fièvre qui m’avait repris hier a encore continué aujourd’hui toujours accompagnée d’élancements dans la tête très douloureux.

L’abbé Boucher a achevé dans sa classe son exercice de 4e entamé hier dans la salle des actes.

Mercredi 21 juillet

Mes furoncles ont percé et je souffre moins ; cependant les élancements dans la tête, un mal de gorge, de la toux, un peu de fièvre me retiennent au lit.

Jeudi 22 juillet

Mes élancements de tête sont devenus plus fréquents. La faculté veut que ce soit un coup de soleil, ou rhumatisme, ou engorgement de quelques petits vaisseaux.

Mme de Mayneuf, qui est ici depuis 3 jours où elle était venue au-devant de M. de Bouju, s’en est retournée seule ce matin.

Vendredi 23 juillet

Exercice de 3e. Je me suis levé un peu cet après-midi.

Samedi 24 juillet

On m’a purgé. Je suis très faible et les élancements à la tête sont moins fréquents et moins rudes.

M. Lardière est, pour cause d’indisposition, sorti de sa prison et traité à l’infirmerie des domestiques.

Dimanche 25 juillet

L’instruction par l’abbé Durand. L’abbé Porion a prêché à la paroisse pour la fête des Dames de Charité. Son sermon était la réunion des instructions qu’il a faites au collège les deux derniers dimanches sur l’aumône.

Lundi 26 juillet

Thèse de logique par l’abbé Porion. Ensuite de laquelle il est parti pour aller chez lui en vacances en compagnie d’un M. Asselin, négociant d’Amiens qui l’attendait depuis plusieurs jours.

L’abbé Pochart absent. Il court une cure. Retour de Valançon de son pays où je lui avais permis d’aller il y a 6 semaines.

Mardi 27 juillet

La maison de La Châtre est depuis hier chez M. de Boissimon et n’en repartira que demain. Le jeune de La Châtre, élève, y a dîné. Ils ont passé une partie de l’après-midi à visiter le collège.

Arrivée d’un jeune sous-maître du Lion-d’Angers (Legendre).

Le mal de tête et ma vue facile à se troubler m’empêchent de m’appliquer. Voilà deux jours que je me suis remis au travail ; mais j’aurai besoin encore de quelques médecines. Congé.

Mercredi 28 juillet

Le prix des bleds a baissé. Les foins sont beaucoup plus chers que l’année dernière. Il fait froid ce qui augmente le mauvais état de la vigne.

La maison de La Châtre est partie, mais elle reviendra dans 15 jours pour assister à la comédie annuelle de la pension du sieur Le Royer. Le jeune de Boissimon est l’un des acteurs.

Jeudi 29 juillet

L’abbé Macé a du rhume. Il a été purgé deux fois depuis 8 jours. M. Hamelin a fermé sa classe.

M. le comte de Nolivois a vu le collège. Il loue pour deux mois un appartement chez M. de Boissimon que sa femme doit venir occuper la semaine prochaine. Si elle se plait à La Flèche, il pourra bien acheter la maison du faubourg.

M. Hamelin a donné à dîner à MM. Chaubry et Ducan, au gendre de celui-ci et à moi.

Vendredi 30 juillet

J’ai pris médecine et j’espère me voilà hors des mains de la faculté.

M. Jacquemard m’a fait, les larmes aux yeux, la confidence de la résignation de la cure de Brissarthe que lui a faite son parent. Je ne le vois pas nous quitter sans regret. Il n’est point de nos prêtres qui se soient autant fait estimer ici et c’est, d’eux tous, l’âme la plus belle et l’esprit le plus mâle. Sa rivalité ancienne avec l’abbé Macé, plus délié que lui, est peut-être pour beaucoup dans ce parti et dans les nuages qui se sont répandus depuis un an.

Samedi 31 juillet

L’abbé Boucher a prêché à Saint-Germain la fête patronale.

  • 12 Une prébende est un revenu ecclésiastique. Le collateur est celui qui l’attribue.

L’abbé Durand, semi-prébendé de ce diocèse, préfère sa place de sous-maître à son bénéfice qui est de 5 à 600 livres. Le collateur lui a fait faire sommation de résider ; il se démet12.

Chalot a voulu s’en aller sur ce que je l’ai menacé de le faire étriller s’il s’enivrait encore. M. Guy part après-demain. Il ramène ses deux demoiselles à Paris où elles lui coûtaient moins.

Dimanche 1er août 1773

L’instruction par M. Hamelin.

Le curé Donjon attaque tous les bénéficiers qui ont des dîmes dans sa paroisse. Les curés de Clermont et de Saint-Germain en font autant. Ces trois pasteurs ne sont pas anciens et par conséquent plus inquiets, plus remuants.

Lundi 2 août

Bureau ordinaire auquel tout le monde s’est trouvé. Il n’y a pas été question encore de la contestation de Mlle Le Boucher à l’occasion du bâtiment neuf. Il y a eu 3 délibérations. La première pour constater la remise par le receveur de son bordereau de caisse du mois de juillet. La deuxième concernant le discours de rentrée que M. Pilon prononcera et le catalogue des livres classiques dont on fera usage l’année prochaine. La troisième pour inscrire le sieur Legendre, sous-maître, au lieu et place du sieur Colombel.

Le prochain bureau indiqué au 23.

Mardi 3 août

M. Guy partit hier avec sa famille par le fourgon ; il avait la fièvre.

Le bâtiment des infirmeries provisionnelles tire à sa perfection. Les 2 escaliers sont placés. Il est bien dommage que la cour soit par trop petite ; la maison de cette demoiselle Le Boucher qui fait la même équerre nous conviendrait fort et je ne crois pas qu’il fut difficile de la faire acheter à un prix raisonnable.

Un Bénédictin avait confié 12 livres à un nouveau sous-maître pour M. de Précorbin. Je les fais remettre à M. Ducan.

Mercredi 4 août

MM. de La Rue et de Boissimon sont à la veille d’une discussion pour les eaux qui leur ont été laissées lors des dédommagements pour la conduite des fontaines des Sars au collège. D’autres riverains et voisins voudraient en avoir leur part.

On coupe partout les froments. Il y en a un bon tiers de plus que l’année dernière.

Jeudi 5 août

M. le comte de Nolivois arriva hier avec son épouse.

On débite qu’il y a pour 20 millions de bled arrhé le long du cours de la Loire. C’est beaucoup. Le voyage que l’intendant a fait en Angleterre est la cause de cet accaparement, suivant les mêmes bruits.

Leneuf de Tourneville s’est fait mettre dans le cachot de Lardière qui est vacant.

Vendredi 6 août

Distribution générale des prix. De Lée est l’élève qui a été le mieux partagé. Les élèves l’ont été peu en seconde, en rhétorique et médiocrement en 4e. Exercice de M. Pilon puisé dans Le Batteux et Boileau a paru bien fait et ses acteurs l’ont rendu parfaitement. MM. Lambert, Jacquemard et Tridon étaient les interrogateurs. Les tambours de ville et des boîtes ont annoncé les couronnes que M. Hamelin a distribuées. J’ai fait donner du rafraîchissement aux professeurs.

Samedi 7 août

M. de Tourneville a été maté. M. Hamelin a bien voulu le faire sortir du cachot à ma prière. Il n’a fait que pleurer et n’a mangé qu’un peu de soupe hier au soir pendant les 48 heures qu’il a été enfermé.

M. le comte et Mme la comtesse de Nolivois furent hier aux Plantes. M. le marquis de Voyer passa hier à La Flèche.

Dimanche 8 août

Point d’instruction. Fête des diacres, Saint-Laurent.

M. de Voyer qui passa ici vendredi dernier a fait des questions à plusieurs officiers et domestiques de la maison qu’il a parcourue et s’en est encore informé dans un café où il est resté plus d’une heure.

Lardière a été remis au cachot. Il désolait les officiers qui habitent le quartier des infirmeries des domestiques où il avait été placé sur les fausses alarmes d’une indisposition.

Lundi 9 août

M. de Quatrebarbes est venu voir son fils dont on ne lui avait pas mandé des choses bien satisfaisantes.

L’abbé Jacquemard est parti ce soir pour Brissarthe. Il m’a montré la réponse qu’il a reçue et dit en pleurant que quelque part qu’il fût il quitterait tout et volerait où M. Dupont le croirait utile et qu’il ne désirerait que de le savoir, persuadé de la sincérité de son dévouement.

Remis à M. Hamelin 6 livres appartenant à M. Le Jolis de Villiers pour avoir des livres.

Mardi 10 août

Exercice de 6e. Ainsi il n’y a eu que la physique et les mathématiques qui n’en ont pas fait cette année. Celui-ci a été goûté et les interlocuteurs ont bien fait. Il n’y avait d’administrateurs que le curé La Barre. Il est vrai que nous n’avons de professeurs qu’à commencer de la seconde.

Mercredi 11 août

Fin des classes de 2de et 3e.

M. Macé est à Saumur depuis 2 jours et M. Pilon court les campagnes depuis le même temps.

Arrivée de M. de Bouju avec M. le chanoine Trouillard à 3 heures 1/2 par la première gondole. Il était très fatigué. Il s’est mis au lit à 8 heures après avoir pris un léger bouillon.

Jeudi 12 août

M. de Bouju se trouvait bien ce matin. Il a été chez M. de Boissimon à 10 heures 1/2 et en est revenu, à midi il était là. Il a dîné seul et suivant son régime et après s’être reposé jusqu’à près de 6 heures, il a été aux Plantes d’où il est revenu pour se coucher à 8 heures. Il s’est trouvé sans voix et avec ses douleurs de reins en arrivant, mais cela ne dura pas. Il a bu avec plaisir du bon vin de Bourgogne de M. Hamelin.

M. Bernard de La Frégeollière a fait cette année comme l’année dernière. Il n’est pas venu à l’exercice de son fils élève, mais il l’est venu chercher pour aller voir le baladinage du sieur Le Royer.

Dandeville a payé 4 000 livres sur sa maison ; reste à payer 5 000 livres dans cinq ans.

Vendredi 13 août

1M. de Bouju est parti à 4 heures 1/2 pour Angers.

Fin des 3 dernières classes. Le thermomètre de Réaumur a monté aujourd’hui à 25 degrés.

M. de Boulainvilliers est au cachot ; cet élève jure comme le dernier des crocheteurs. Le fouet et la prison auxquels M. Hamelin le condamna hier ne purent pas l’en empêcher. M. de Tilly s’y était fait mettre hier ; il s’était échappé par le fossé et s’était répandu dans le vieux collège où je l’avais arrêté. M. de Bouju obtint qu’il en sortît au bout de quelques heures.

Samedi 14 août

M. de Bouju arriva hier de bonne heure à Angers ; mais fatigué, il se coucha à 8 heures et en est reparti ce matin à six pour l’Isle-Briand.

L’abbé Guibert, protégé de M. l’abbé Vallé, sollicite pour la place de sous-bibliothécaire sacristain. On est dans la persuasion que l’abbé Bourdet sera sous-principal. Les sieurs Provost, Mousset et Brisson sont arrivés du séminaire. Les deux derniers ont été très étonnés de voir leurs places remplies.

Dimanche 15 août

Point d’instruction. Fête de l’Assomption. Le sermon par l’abbé Duchesne.

M. l’intendant sera ici le 4 septembre.

M. le comte de Nolivois est parti ce matin pour Paris.

L’abbé Boucher est allé prêcher au Château-du-Loir.

Lundi 16 août

MM. Jacquemard et Pilon sont de retour. L’abbé Noyelle est parti ce matin pour Paris. Le sieur Hifferman est parti la veille pour la même destination. Nous lui avons donné une vacance de 15 jours pour des affaires de famille. MM. Dolbeau et Tridon sont aussi allés en campagne pour une couple de jours. Il a plu un peu aujourd’hui.

Mardi 17 août

Dîné à Oyré avec ma femme, M. et Mme Auvé, Mme Huger.

Un marchand a perdu une malle dans laquelle il y avait entre autres 6500 livres sur le chemin de Durtal à La Flèche. Elle pourrait bien avoir été détachée derrière son cabriolet. L’abbé Péan est en vacances.

Mercredi 18 août

Il est tombé une pluie douce qui fera le plus grand bien au bled noir.

M. de Fontenay m’annonce l’arrivée de Mme son épouse avec permission de M. Dupont d’emmener son fils passer les vacances chez elle. Je ne pense pas que M. Hamelin laisse partir cet élève, si Mme de Fontenay n’a pas cette permission par écrit.

M. de Riom de Pradt est ici, occupé à confirmer la vocation ecclésiastique qu’il a donnée par lui et par des sous-maîtres à son fils. C’est un bel esprit, Auvergnat et académicien.

Jeudi 19 août

Le frère du jeune de Crény est ici. M. de La Châtre m’a fait demander par M. Ducan de lui faire remettre à Paris mille écus qu’il me payerait ensuite en deux termes. Comme je ne pense pas accepter cette proposition, je crains bien qu’il ne la fasse à M. Dupont.

Vendredi 20 août

MM. Dolbeau et Tridon arrivèrent hier. M. Pilon est reparti.

Le jeune de Boulainvilliers est sorti de son cachot ; cette punition lui a été singulièrement pénible.

L’abbé Pochart est venu nous dire adieu ; il a une cure en Bretagne à 2 lieues de Paimbœuf, de 4 000 livres.

Samedi 21 août

Fête de Sainte-Chantal. M. Hamelin et M. Bourdet ont officié à cette solennité.

Le marché pour la maison de Mlle Le Boucher a été conclu cet après-midi pour 6 000 livres et 17 livres de pot-de-vin. Elle en passera lundi après-midi le contrat avec le sieur Dubois-Tosté.

Dimanche 22 août

Point d’instruction. Dédicace des églises du diocèse.

On annonce que l’évêque d’Angers doit venir le 1er octobre donner la confirmation. Cette nouvelle est démentie.

Une trentaine de pieds de l’entablement des bâtiments de Saint-Jacques tombèrent pendant la nuit. La grande pluie et le grand vent firent couler ou basculer ces pierres encore mal affermies. Leur chute brisa un bout d’échafaud.

Lundi 23 août

Bureau ordinaire. M. du Hauthierray n’y était pas.

Il n’y a eu que 3 délibérations et la prochaine a été indiquée au 5 septembre. La première de ces 3 délibérations donne pouvoir au receveur de terminer incessamment l’affaire de la chaussée du moulin du Pont-Guéret, près de Bouessay. Cette affaire, entamée l’année dernière, avait été suspendue, attendu que les Ponts et Chaussées faisaient rétablir le pont que les grandes eaux avaient miné. On est convenu que l’inspecteur irait avec le sieur Simon pour examiner la chose plus mûrement.

La deuxième donne pouvoir audit receveur de rendre par déclaration à la seigneurie du château de Bazouges les objets qui en relèvent. La troisième constate la réception du compte de 1770 adressé par les anciens fermiers généraux des bénéfices. Le contrat de la maison de Mlle Le Boucher a été passé cet après-midi.

Mardi 24 août

J’ai mené le sieur Simon voir le Pont-Guéret une lieue et demie au-delà de Sablé et nous sommes revenus le soir. Il a pris les plans et les prix nécessaires pour cette opération qui avait été faite ci-devant par le sieur Basteau. M. des Piltières nous a accompagnés et est resté à Bellebranche.

Mercredi 25 août

Fête de Saint-Louis. Le sermon par l’abbé Lambert, pièce que nous avons déjà entendue. M. de La Brosse, grand vicaire, a dîné à notre réfectoire où M. Hamelin l’avait invité. Il assure que M. l’évêque d’Angers viendra donner la confirmation au commencement d’octobre et qu’il logera au collège ; il en a écrit à M. Dupont. Je lui ai parlé de l’exhumation des ossements de la chapelle de Saint-Jacques ; il a dit qu’on lui envoyât une requête du bureau, qu’il ferait nommer un commissaire (M. Hamelin lui a désigné le curé de Cré) afin qu’au passage de M. l’évêque l’ordonnance puisse être signée. Mme de Fontenay est venue chercher son fils ; il partira cette nuit par le carrosse, il a son habit neuf.

Extraordinaire à toutes les tables.

Jeudi 26 août

Dîné chez M. de Boissimon où étaient Mme la comtesse de Nolivois et M. de Malcombe son frère.

L’abbé Duvigneul part pour Nantes.

Il se rencontre une très bonne occasion d’envoyer le jeune Dupouget de Reniac à Paris. Un négociant de cette ville y envoie à petites journées son cabriolet chercher sa femme qui y est depuis 2 mois pour un mal d’yeux.

Vendredi 27 août

M. l’abbé de La Brosse a dîné au réfectoire de l’institution avec M. Mondot. Ce grand vicaire a établi une assistante à la Madeleine.

M. Hamelin se fait un fond de sous-maîtres pour en renvoyer plusieurs qui cabalent, lui manquent et par leur conduite autant que par leurs discours, causent de l’insubordination parmi les élèves.

Samedi 28 août

Départ de M. de Reniac. Il arrivera jeudi avant midi à Paris. Je lui ai avancé 20 écus pour sa dépense de route. Départ de M. l’abbé de La Brosse. M. Boucher prêche pour la fête de Saint-Augustin à la Visitation et l’abbé Durand à la Madeleine. L’abbé Jacquemard est de retour.

Dimanche 29 août

L’instruction par l’abbé Durand.

On dit tout bas que l’abbé Porion sera prieur-curé de Bousse, fort bon bénéfice. C’est l’abbé Boulnoy, picard, secrétaire de l’évêque, qui le lui ménage.

Lundi 30 août

Le jeune de Tilly s’est fait remettre au cachot. Cet élève courrait la nuit et, comme l’on travaille pour les nouveaux dortoirs, il défaisait l’ouvrage des maçons et a pensé se précipiter.

Mardi 31 août

Arrivée d’un sous-maître saumurois nommé Gasnerie pour remplacer l’abbé Pochart.

MM. Hamelin, Mondot, curé de Saint-Germain, sont venus hier aux Plantes avec M. et Mme Auvé.

Les Fléchois désapprouvent nos infirmeries au milieu de maisons de la ville, eux dont l’hôpital est au centre de leur ville et contre leur église paroissiale.

M. Ducan cède aux sollicitations on ne peut plus pressantes, peut-être effrontées, de M. de La Châtre ; il lui avance de l’argent qu’il n’aura pas de sitôt.

Mercredi 1er septembre 1773

La fille de M. Ducan va avoir l’honneur d’aller chez Mme la marquise de La Châtre. L’argent prêté attire de la reconnaissance dans les commencements. Souvent elle diminue en raison de la date du billet.

Jeudi 2 septembre

Le sieur Chaubry, parent du subdélégué, maître de pension, excellent grammairien et homme très vertueux va entrer au pensionnat au moyen de quelques facilités qu’on lui fait pour terminer ses affaires ; c’est, je crois, une bien bonne acquisition.

Vendredi 3 septembre

Arrivée de M. l’intendant.

Le jeune Hopkins est dans un état qui fait craindre pour sa vie, il languira cependant quelque temps.

Samedi 4 septembre

Dîner chez M. Chaubry et M. Hamelin avec M. l’intendant. M. Donjon, qui était de ce repas, est venu prendre le café chez M. Hamelin. M. l’intendant, qui est parti, a engagé M. Chaubry de placer son fils Beaulieu dans ses bureaux. Il promet de l’avancer.

M. et Mme Dupont de Lauberdière sont ici. M. de Pradt est de retour du Mans. Il donne ici des marques d’une tête chaude.

Dimanche 5 septembre

L’instruction par l’abbé Duchesne.

L’horloge envoyée de l’École militaire est arrivée en bon état.

Lundi 6 septembre

Bureau ordinaire auquel M. du Hauthierray n’a pas assisté et dans lequel il a été pris 5 délibérations.

  • 13 Basteau.

La première pour constater la remise de l’état de caisse du receveur pour le mois d’août. La deuxième pour enregistrer les sieurs Gasnerie, ecclésiastique angevin, et Chaubry, maître de pension de La Flèche, aux places de sous-maîtres qu’occupaient les sieurs Pochart et Beaupied. À payer le sieur Gasnerie du 1er de ce mois ; l’autre, de ce jour. La troisième pour permettre au titulaire de la chapelle de l’Arthuisière de changer à ses frais la forme de son pressoir à long fût en un crève-cœur, ne pouvant plus servir dans l’état où il est, ainsi qu’il a été reconnu par l’expert13.

La quatrième pour arrêter qu’il sera adressé au ministre les plans et devis nouveaux faits par le sieur Simon de la reconstruction de la chaussée et du moulin du Pont-Guéret ; les Ponts et Chaussées ayant enfin détruit les arches de l’ancien pont et comblé autant qu’il était nécessaire l’ancien lit de la rivière, ce qu’ils avaient négligé dans le principe, ce qui a été cause de la destruction de la chaussée du collège et même d’une partie du pont nouveau qui a aussi été rétabli. Il a déjà été question plusieurs fois de ce moulin, mais l’on a toujours différé d’en rendre compte au ministre parce que l’on craignait de le faire mal à propos ou précipitamment ; ce qui serait en effet arrivé, si on se fût plaint, comme on le voulait, de l’omission ou de la négligence de l’ingénieur des Ponts et Chaussées.

La cinquième et dernière autorise le receveur à faire une réparation pressée à la porte marinière des moulins de la Belle-Ouvrière.

La prochaine assemblée au 20.

Ensuite le receveur a dit qu’il allait faire vendre 238 chênes ou hêtres champs restant des 300 délivrés l’hiver dernier par la maîtrise des Eaux et Forêts de Baugé.

On a aussi lu une requête des chapelains de Bellebranche qui sollicitent une augmentation de 150 livres chacun d’appointements, demande à laquelle on a répondu qu’ils eussent à s’adresser au ministre.

L’abbé Jacquemard est reparti pour Brissarthe. Ma femme va à la Touche avec Mme Auvé.

Mardi 7 septembre

M. Hamelin a signifié hier à l’abbé Beaupied qu’il lui avait nommé un successeur. Il se propose de faire incessamment le même compliment aux sieurs Masson, Besnard et Galloys qu’il y a longtemps qu’ils le méritent et même un certain abbé Couasse, régent de 7e.

Mme du Monceau accoucha hier d’une fille.

  • 14 Terme utilisé pour dénigrer les hommes responsables de la levée de la gabelle.

Querelle entre 2 gabeleux14 et les ouvriers de Saint-Jacques.

Mme Acquet d’Hauteporte est venue voir ses fils ; elle est restée très boiteuse de la chute qu’elle fit en retournant de son premier voyage.

Mercredi 8 septembre

M. l’abbé de Lambert que M. Hamelin a invité à notre table me charge de le rappeler au souvenir de M. Dupont.

Entrée d’un nouveau sous-maître nommé Dubois ; il me peignait il y a 6 ans ; il est ecclésiastique aujourd’hui. Il est neveu de notre portier défunt et de La Flèche.

Jeudi 9 septembre

M. Pilon a paru pour chercher du linge et est reparti pour Baugé. Arrivée de M. Macé.

Vendredi 10 septembre

  • 15 M. Jully, horloger de l’École militaire.

Arrivée de la 2e gondole à 5 heures du soir dans laquelle étaient, outre MM. Dutertre et de Gourdon, officiers de l’École, le fils de ce dernier, le jeune de Quatrebarbes, l’horloger15 et la femme du domestique de M. Hamelin ; elle loge chez l’abbé Macé en ville.

Samedi 11 septembre

Distribution des prix de vacances, après laquelle M. Hamelin a lu l’ordre pour le départ des élèves par la première gondole. Il n’a pas omis le nom de M. de Pradt qui venait d’être couronné devant son père.

Dimanche 12 septembre

Départ de la première gondole à 5 heures précises. Il y a une bourriche de 5 perdreaux du bois aux Malades pour M. Dupont.

M. Dutertre n’a pas voulu de l’argent que M. de Bouju a laissé en dépôt. M. de Gourdon n’en veut pas non plus. Je le remettrai à M. de La Rue à la décharge de M. de Bouju.

L’instruction par l’abbé Durand. L’abbé Jacquemard arriva hier au matin.

On espérait que la gondole apporterait les boucles et boutons de manche dont on manque.

Lundi 13 septembre

Départ de le seconde gondole à 4 heures 3/4, après avoir entendu la messe. M. et Mme Dupont de Lauberdière sont repartis après avoir passé plusieurs jours en adieux à l’élève de ce nom.

Mardi 14 septembre

Arrivée de l’abbé Duchesne, sous-maître, frère d’un excellent sous-maître que nous avons déjà ; il n’est pas prêtre. Il doit remplacer l’abbé Masson, sujet très libertin.

Mercredi 15 septembre

M. Hamelin aura rendu compte de son entretien avec M. l’évêque d’Angers à son passage ici.

Parti après dîner pour aller chercher ma femme à la Touche.

Enfin M. de Pradt est parti avec son père qui passe dans toute la ville pour un vrai fou.

Jeudi 16 septembre

De retour ce soir de la Touche avec ma femme.

On apprend que l’abbé Mousset a été refusé aux ordres.

M. l’évêque doit rester à La Flèche les 4, 5, 6 et repartir le 7 octobre.

Vendredi 17 septembre

L’abbé Jacquemard est retourné à Brissarthe.

J’ai reçu le soir de M. le marquis de Pezay, aide maréchal général des logis des armées, un billet pour savoir à quelle heure demain matin il pourrait venir voir l’établissement.

Samedi 18 septembre

J’ai été prendre M. le marquis de Pezay à son auberge et l’ai promené depuis 7 heures jusqu’à 10 dans le collège jusqu’aux clochers. Cet officier général est très honnête et paraît instruit. Il m’a demandé des nouvelles de la santé de M. Dupont. Il a fallu déjeuner avec lui et il est retourné à Angers d’où il venait. Il m’a parlé de mon mariage et y a pris intérêt, m’a promis de me procurer Ludi La Motte.

L’abbé Pilon est de retour ce soir. Enfin M. Macé s’occupa de la bibliothèque et j’ai donné des hommes pour transporter les livres.

Le fils de M. Chaubry, Beaulieu, est arrivé de Paris avec Mme Courtin qui vient d’y passer près de 9 mois. Le sieur Fonvive est de retour.

Dimanche 19 septembre

L’instruction par l’abbé Lambert.

  • 16 Danzel de Boffle (n° 532), Boulet de la Broue (n° 533) et Piolenc (n° 534).

Arrivée de la 3e gondole ce soir, conduite par M. Marinon qui a amené la maîtresse de buanderie et une buandière de l’École militaire, un enfant de celle du collège, 3 élèves16 et enfin l’abbé Boucher qui y est monté au Mans, ainsi que M. d’Arlanges, curé de…, oncle des élèves de ce nom.

Lundi 20 septembre

Bureau ordinaire. M. du Hauthierray est absent. Il n’y a eu de délibération que pour inscrire les sieurs Duchesne et Dubois, sous-maîtres, à la place des sieurs Masson et Besnard. Ce dernier laisse pour plus de 400 livres de dettes et encore ai-je eu un arrêt de deniers pour le peu qui lui revenait. Le prochain bureau au 4 octobre.

Arrivée ce soir de la 4e gondole aux ordres de M. de Saint-Aulaire, parent d’un de nos élèves. Il a amené un élève dont l’ordre n’est pas parvenu.

Lu une lettre de M. Dupont à M. Pihery sur mon mariage. M. Chaubry m’en a envoyé une autre du même sur le même sujet ; est venu me voir sur ma réponse ostensible.

Mardi 21 septembre

Départ de la 3e gondole avant 5 heures. M. Hopkins n’ira plus loin. Cet élève se meurt.

Mlle Pihery, la tante, va se marier à Angers avec M. Jousseau.

L’abbé Marchand est de retour de l’ordination.

Mercredi 22 septembre

Départ de la 4e gondole à 4 heures 1/2. M. de Raxis avait pris un passe-partout à un domestique qu’il a rendu au portier au moment du départ.

Fête patronale du diocèse. M. Hamelin a officié.

Jeudi 23 septembre

La sœur de M. Pihery a quitté La Flèche depuis un mois, s’est acheté une campagne auprès d’Angers et se marie la semaine prochaine.

Vendredi 24 septembre

L’abbé Brisson a dit la grand’messe dans notre chapelle. L’office s’est fait très solennellement ; on avait sonné la veille ; cet ex-sous-maître a dîné au pensionnat.

Samedi 25 septembre

M. Ducan sollicite la place de sous-bibliothécaire pour un abbé Guyonneau, prêtre qui a été quelque temps Jésuite, homme de lettres, amoureux de livres et qui a beaucoup de talent. Il est âgé de 36 ans et faisait ici une éducation chez M. de La Bouillerie d’où il s’est retiré. Voilà donc trois concurrents avec MM. Guibert et Durand ; le premier de ceux-ci est en vacances.

L’abbé Jacquemard a conduit jusqu’ici son résignant qui se hâte d’aller respirer son air natal en Champagne. J’ai bien de la peine à me persuader qu’il y arrive. Le nouveau curé est reparti ; ses provisions ne sont pas encore arrivées.

La buandière de l’École militaire et sa compagne sont reparties mercredi pour La Guerche en Touraine.

Dimanche 26 septembre

Mme de Sarcé accoucha hier d’un garçon.

L’abbé Guibert et l’abbé Duvigneul sont de retour l’un et l’autre de vacances. L’instruction par M. Hamelin.

L’Éguillière a reçu nouvelle de l’arrivée de son café à Nantes.

Lundi 27 septembre

Le jeune de Boubers arriva hier soir.

Été dîner à Saint-Germain chez le curé et ma femme, M. et Mme Auvé et plusieurs professeurs.

M. Hamelin m’a montré une lettre de M. Dupont sur mon mariage qui l’inquiète fort. L’évêque doit m’en parler à son voyage ; il en a parlé à M. Hamelin à son passage. Il a vu à Paris un M. de Montjoie qui lui a dit que ma femme n’était pas de sa famille. C’est vraisemblablement le curé qui a excité l’évêque dans cette affaire.

On m’a dit que M. Hamelin avait montré à M. Jacquemard la réponse négative de M. de Monteynard à sa demande de pension ou de gratification et que celui-ci lui a parlé durement.

M. d’Eytier a du regret d’avoir embrassé le parti de l’Église ; il le dissimule cependant. Le cocher de M. de Bouju est ici à attendre Mme de… que la gondole doit amener. Son maître est mieux.

  • 17 Il s’agit de Pières (n° 538), de Montrond (n° 539), de Buzelet (n° 540) et de Foville (n° 541).

La gondole que commande M. de Fontenay est arrivée à près de 9 heures bien remplie par la tante de M. de Bouju, M. Dussault, les nouveaux élèves17 et MM. Guy, Porion et Noyelle et le jeune de Rochecavillac sans ordre.

  • 18 Villedon de Gournay, élève au collège à partir de janvier 1766.

Il y a une poutre cassée dans le réfectoire des employés à remplacer sur le champ. Le nouveau de Villedon de Sansay, au lieu de Gournay, arriva hier18. Il a la figure de ses frères et l’éducation la plus brute. Il n’est pas de même du chevalier de Fontenay la Guiardière que ses père et mère viennent de présenter.

MM. de Pelleporc et de Quatrebarbes ne pourront pas partir.

Il y eut hier une petite altercation entre M. Hamelin et le premier cuisinier. J’ai dit à celui-ci d’aller faire ses excuses. C’était pour du bœuf un peu rouge.

Conversation avec M. de Fontenay au sujet de mon mariage dont il a causé avec M. Dupont. Celui-ci ne demande pas mieux que de se rapprocher pourvu que je prouve mon mariage ou bien que je mette en règle s’il n’existait pas.

Mercredi 29 septembre

Départ de la 5e et dernière voiture d’élèves avant 4 heures 1/2. M. de Fontenay ramène M. Dussault, chirurgien de l’École militaire, et la femme du domestique de M. Hamelin. Elle est placée au tablier de la gondole. Cette voiture est arrivée un peu maltraitée. M. Hamelin n’était pas au départ, il est fatigué. L’abbé Bourdet a dit la messe des voyageurs.

L’abbé Durand est allé en vacances.

M. l’évêque n’arrivera lundi que pour souper. Il dînera mardi chez le curé. Le mercredi et le jeudi, il vivra au collège.

Jeudi 30 septembre

  • 19 Aubert du Petit-Thouars.

M. d’Achon des Rigaudières a amené son fils et M. du Petit-Thouars, lieutenant du roi de Saumur, le jeune de Simony de Broutières. Il avait avec lui M. son neveu, le premier élève qui a été reçu au collège il y aura demain 9 ans19. Ce nous a été une vraie joie de le revoir. Donné aux Plantes à dîner à MM. Chaubry, Beaulieu, le curé de Saint-Germain, Mmes Auvé, Chaubry et Huger.

Vendredi 1er octobre 1773

L’abbé Duvigneul est reparti pour Sablé et l’abbé Pilon est retourné en campagne depuis le commencement de la semaine.

Samedi 2 octobre

Le cadran de la nouvelle horloge a été placé aujourd’hui. Cette pièce s’en va bientôt faite.

Dimanche 3 octobre

L’instruction par M. Hamelin. M. Pilon et M. Duvigneul sont de retour ainsi que l’abbé Durand. Il n’y a plus d’absents que l’abbé Jacquemard et M. Hifferman qui prolonge le congé que je lui avais accordé et qui, je crois, cherche meilleure place à Paris.

Lundi 4 octobre

Le jeune Hopkins est mort cet après-midi à 5 heures.

Messe du Saint-Esprit et discours de rentrée par l’abbé Pilon.

Bureau ordinaire auquel se sont trouvés tous les administrateurs. La présentation du bordereau de caisse du receveur pour le mois de septembre a été la seule matière d’une délibération qui a indiqué au 18 la seconde assemblée ordinaire du mois.

L’inspecteur a rendu compte de la requête qu’il avait envoyée à M. l’évêque d’Angers pour obtenir l’exhumation de la chapelle de Saint-Jacques et du succès de cette requête qui n’a pu être signée que par une partie des administrateurs. Le curé de Cré y est nommé commissaire pour la vérification de l’exposé.

M. Hopkins a été enterré ce soir à 4 heures 1/2.

Arrivée de Monseigneur l’évêque d’Angers à 7 heures du soir. Il a été reçu à la porte royale aux flambeaux par M. Hamelin à la tête des professeurs qui lui a fait au milieu d’une bande d’élèves qui bordaient la moitié de la galerie un compliment plein de belles choses. Le clergé et les autres corps étaient aussi sous la galerie. Ils ont suivi Sa Grandeur et l’ont complimentée chez elle. Monseigneur est descendu au souper et s’est retiré de bonne heure. Monseigneur a parlé à M. Hamelin de mon mariage.

Mardi 5 octobre

M. l’évêque a donné ce matin la confirmation à la paroisse et a dîné chez M. Donjon où MM. Hamelin, Lambert et moi étions du collège. Après midi, il a confirmé nos élèves, nos domestiques et les pensionnaires de Dandeville ; après quoi il a été à la Visitation y signifier que la communauté d’Angers avait choisi une supérieure dans cette maison-ci. En revenant de la paroisse ce matin, il est entré un moment seul à la lingerie et il a été voir dîner les élèves aussi seul (moi excepté) ; il a jusqu’à présent témoigné de la satisfaction. Monseigneur ne soupe pas, mais les 4 maîtres qu’il a amenés ont meilleur appétit, MM. de La Brosse, grand vicaire, de Boulnoy, secrétaire, N…, aumônier, et Léau, ancien curé du Lude. Il y a six domestiques, mais ses chevaux sont à l’auberge.

Les élèves sont aujourd’hui à neuf.

Mercredi 6 octobre

Monseigneur a décidé, malgré tous les efforts du curé, de donner la confirmation aux paroisses de la campagne dans notre chapelle et il la donne dans ce moment-ci à 3 à 4 000 personnes dont partie est rangée dans la cour des classes et remplit l’église à mesure qu’elle se vuide.

Monseigneur a demandé que la rentrée réelle des classes ne se fît que lundi prochain ; il ne partira que samedi.

M. de Vossey amena hier son fils et MM. de Péhut, Berthier de Grandry et de Bigault sont arrivés aujourd’hui par le carosse.

Monseigneur a été à l’hôpital et dans d’autres communautés religieuses où il a donné la confirmation ; il s’est trouvé indisposé et fatigué ce soir. J’ai eu cependant une longue conférence seul avec lui.

Jeudi 7 octobre

Sa Grandeur s’est trouvée plus incommodée que hier au soir ; elle a eu la fièvre pendant la nuit. Cependant elle a donné la confirmation mais assise. Ces deux jours, les curés réunis des paroisses à confirmer allèrent chercher l’évêque en corps à la porte dite latine et 4 élèves portaient le dais comme le mardi après-midi que les honneurs lui furent faits par notre clergé. Il s’est couché au lieu de dîner et s’est relevé à 3 heures. Il m’a encore donné une audience (mon épouse en était) et est allé ensuite voir des communautés et rendre des visites.

Il fait partir d’ici quelques Récollets dont la conduite n’a pas été des meilleures.

Comme il n’avait pas dîné, il a paru à souper et a été très gai.

Vendredi 8 octobre

M. l’évêque a fait ôter une douzaine des premiers bancs de l’église paroissiale ; M. le duc de Praslin s’était toujours opposé à cette suppression.

  • 20 L’évêque a réprimandé (lavé le bonnet ou lavé la tête) des prêtres indisciplinés (discoles).

Il signa hier l’ordonnance pour l’exhumation de la chapelle de Saint-Jacques. Il a lavé le bonnet aux prêtres discoles20 de la paroisse et leur a en outre témoigné publiquement son mécontentement du refus d’absolution pour cause de travaux de lingerie et de buanderie.

Il a créé un bureau d’administration à la Madeleine dont il a chargé la supérieure. Les administrateurs sont le curé et MM. Chaubry, Ducan et Couallier.

Il a visité nos infirmeries qu’il a fort applaudies ; elles ne paraissent pas avec raison assez sèches pour être habitées dans ce moment-ci. Ensuite, il a vu dîner les élèves et leur a distribué des gâteaux croquants qu’il avait fait épargner dans les autres repas. Il a dit les grâces, s’est mis un moment à la place du principal où il a laissé dîner sa compagnie et les professeurs et est allé faire gras dans l’appartement de M. Hamelin qui lui a tenu compagnie avec l’abbé Macé.

Dès le mardi, il avait fait l’inspection des cuisines et ce matin, il a parcouru les jardins ; partout il a donné son approbation. Après le souper, on a passé dans son appartement une heure et demie à causer et à rire. L’abbé Macé lui a lu des vers de M. Benières qui lui ont plu. Ils valaient mieux que ceux que lui a présentés l’abbé Duvigneul et qu’un acrostiche latin que l’abbé Boucher avait mis au trumeau.

Samedi 9 octobre

  • 21 Le frère aîné arrive en 1771 (n° 410).

Le second21 de Sainte-Hermine a été amené hier par un de ses oncles.

M. l’évêque, après avoir fait un déjeuner-dîner, est parti à 11 heures. Le collège lui a fait, à sa sortie, les mêmes honneurs qu’à son arrivée. M. Hamelin, à la tête des professeurs en robe, et une double haie d’élèves l’ont suivi jusqu’à sa voiture. Les cloches, les boîtes et les vivats ont fait retentir l’air. On est aussi content de son séjour ici qu’il paraît l’être lui-même de l’y avoir fait. Il a fait beaucoup d’aumônes et a fait adroitement des générosités à des officiers et à des domestiques de la maison.

On a remarqué qu’il a parlé plusieurs fois de M. le duc de Choiseul avec éloge. Il a répété à différentes reprises qu’il regrettait de ne s’être pas trouvé ici avec M. Dupont. En mon particulier, il m’a comblé de bontés et fait les plus grandes promesses de ses bons offices pour ce qui m’intéresse dont il est touché ; mon épouse l’a salué avant son départ. Il demande un mémoire pour consulter notre affaire.

Dimanche 10 octobre

L’instruction par l’abbé Durand qui a été la débiter une seconde fois à la paroisse. L’abbé Pilon, qui était allé à la campagne le vendredi, est arrivé ce soir. L’abbé Jacquemard est malade dans sa cure. Il n’a pas pu venir saluer l’évêque qui l’a vu à Angers et paraît content de l’avoir dans son diocèse.

L’Éguillière va à Nantes pour vendre ses cafés.

Lundi 11 octobre

La paroisse et le collège ont fait chacun le service pour M. Hopkins.

Les classes ont repris leur cours.

  • 22 Juridiction d’exception qui siège à Saumur depuis 1764.

J’ai fait renvoyer samedi du chantier de Saint-Jacques plusieurs ouvriers qui ont attaqué il y a quelque temps près de leurs travaux deux gabeleux, ont jeté leurs fusils dans les fossés du potager et se sont emparés d’un sac de faux sel dont ceux-ci avaient fait capture. Cette affaire se poursuit, dit-on, à la chambre ardente de Saumur22.

Mardi 12 octobre

M. Guichard d’Orfeuille a amené son fils.

M. d’Eytier veut aller en mathématiques malgré M. Hamelin à qui il a dit de ne pas le pousser à bout.

Mercredi 13 octobre

M. Pilon est en campagne de ce soir.

Jeudi 14 octobre

Arrivée de M. Dupont à 7 heures du soir.

Vendredi 15 octobre

M. Dupont a vu les bâtiments de l’infirmerie provisionnelle.

M. Pilon est arrivé ce matin.

M. Dupont veut faire une communication souterraine du pensionnat aux nouvelles infirmeries.

Samedi 16 octobre

M. Dupont a visité Saint-Jacques et ses bâtiments ; il a adopté le projet d’une chapelle domestique qui fera pavillon, la destruction de l’ancienne ; de bâtir au fermier un logement plus commode et du côté de sa ferme, afin d’isoler l’inoculation. M’a parlé d’arranger des appartements pour pouvoir loger ma femme.

Dimanche 17 octobre

L’instruction par l’abbé Duchesne.

M. Dupont s’est rencontré dans mon cabinet avec ma femme à qui il a fait bon accueil et qu’il a embrassée.

Lundi 18 octobre

Bureau ordinaire. M. le curé ne s’y est pas trouvé. L’inspecteur a présenté l’ordonnance de M. l’évêque d’Angers portant permission d’exhumer et démolir la chapelle Saint-Jacques dont il a requis l’enregistrement. La seconde délibération autorise le receveur à faire faire quelques réparations constatées par l’expert. La troisième et dernière lui donne pouvoir par déclaration au fief de Monsoreau.

On a indiqué en même temps la première assemblée de novembre au 8.

Mercredi 20 octobre

M. Dupont a dîné aux Plantes avec M. Hamelin et 3 élèves, MM. Kerret, de La Calande et de Buzelet.

L’Éguillière est arrivé ce soir de Nantes ; il a salué M. Dupont. J’ai été ce soir faire visite avec M. Dupont aux curés et à M. le chevalier du Hauthierray.

Jeudi 21 octobre

Mme de La Ferrière a passé la journée aux Plantes avec Mlle sa fille.

Départ de M. Dupont à 7 heures 1/4 du matin.

J’ai fait avec les curés de Saint-Germain et de Créans, le receveur et le secrétaire du bureau du collège et autres le procès-verbal de l’état de la chapelle d’Yvandeau, dite de l’Arthuisière.

Vendredi 22 octobre

Mme de La Ferrière est partie pour Le Mans d’où elle se rendra à Paris.

Samedi 23 octobre

On n’a obtenu du sel qu’en donnant soumission de le payer au prix du grenier si le franc salé était supprimé.

Dimanche 24 octobre

L’instruction par M. Lambert.

Les élèves arrivent promptement cette année.

Le Duc, Buzelet et Kerret ont dîné aux Plantes.

Lundi 25 octobre

L’horloger a fini son ouvrage. L’horloge va bien. Il partira le 27 par le carrosse d’Angers. Il va à Nantes et retournera à Paris par la levée.

Mardi 26 octobre

Vingt ou trente gabeleux sont arrivés ici et le bruit s’est répandu qu’ils venaient pour emmener tous les ouvriers du chantier de Saint-Jacques à Saumur. Ils ont en effet beaucoup rodé dans les environs de cette maison. Les ouvriers n’ont pas voulu en sortir le soir et leurs femmes et filles leur ont apporté à manger. Quoiqu’innocents, ces gens sont intimidés par la rigueur que l’on a exercée contre les six de leurs camarades qui ont été conduits à Saumur et où ils sont détenus malgré leur innocence. Le soir, une bande de compagnons, armés de bâtons et outils, sont venus à Saint-Jacques inviter nos ouvriers à sortir et à aller attaquer les gabeleux dans leur auberge. Ce projet n’a pas eu heureusement d’exécution. L’appareilleur n’a pas osé lui-même coucher chez lui ; on assure qu’il y a un décret contre lui et tous les ouvriers. On supprime par cette manœuvre criante tous les témoignages qui pourraient déposer de l’innocence. Cette affaire met toute la ville en rumeur et dans les pleurs et alarmes un grand nombre de familles pauvres. Elle me donne de la besogne pour contenir et protéger nos ouvriers. Je voulais assembler le bureau, mais les administrateurs sont en vendange. Je prévois que cela va faire déserter presque tous nos ouvriers et arrêter nos travaux. D’un autre côté, je ne puis pas parvenir à savoir l’étendue du décret ; je ferais partir ceux qui y seraient compris et du moins le reste travaillerait en paix.

Mercredi 27 octobre

L’abbé Macé a reçu les 6 caisses de livres classiques inutiles à l’École militaire et qui lui ont été adressés par le bibliothécaire de l’hôtel.

Ceux des compagnons du chantier qui ne tiennent à rien, dégoûtés par les alarmes que les gabeleux leur donnent, ont laissé l’ouvrage dont la marche s’est bien ralentie.

Jeudi 28 octobre

L’abbé Jacquemard a toujours la fièvre dans sa cure.

  • 23 L’évêque.

M. Hamelin a fait imprimer la relation du séjour de M. d’Angers23 ici. Cette production n’est pas généralement approuvée. N’est-ce pas trop d’avoir publié nos fêtes ?

Vendredi 29 octobre

Enfin, je sais qu’il n’y a pas eu de procès-verbal de l’action des ouvriers de Saint-Jacques contre les 2 gabeleux ; que c’est sur une plainte de ceux-ci portée à la cour souveraine de Saumur qu’il a été fait ici des enquêtes et lancé un décret contre tous les ouvriers et qu’on en aurait emmené un plus grand nombre à Saumur si on avait pu en prendre davantage et ce pour tâcher d’en prendre quelques coupables dans le grand nombre d’accusés. Comme j’avais renvoyé des travaux les auteurs de l’émeute, la ruse des gens de la gabelle s’est trouvée en défaut ; mais on dit, sans doute à tort, qu’ils se plaignent de moi et qu’ils m’accusent d’avoir favorisé l’évasion des coupables parce que je les ai congédiés avant l’arrivée du décret.

Samedi 30 octobre

Le médecin de La Tour est arrivé. Il a fait dans sa tournée deux inoculations importantes en Bretagne.

L’abbé Macé vient d’acheter une maison en ville. Le locataire de la maison achetée de Mlle Le Boucher venait de la louer et allait vuider notre maison pour la Toussaint.

Dimanche 31 octobre

L’abbé Pilon est allé hier à la campagne pour passer les fêtes.

L’instruction par l’abbé Duchesne.

Les ouvriers du chantier de Saint-Jacques qui avaient été emmenés dans les prisons de Saumur sont tous de retour. Leur innocence a été reconnue, mais point de dédommagement du temps qu’ils ont perdu, du mal qu’ils ont souffert, ni de la dépense que cela leur a occasionnée, ce qui monte à plus de dix écus chacun. S’ils eussent été coupables, ils auraient été flétris et envoyés aux galères. Il n’y a pas de punition pour ceux qui ont voulu les réduire à cet état.

Lundi 1er novembre 1773

Le sermon de la Toussaint par l’abbé Bourdet. Il a débité celui-ci mieux que les précédents. Il y avait de beaux morceaux, mais il est peu question des saints, quoique ce soit leur fête. M. de L’Évêque est au cachot depuis avant-hier. Quel mauvais élève !

Mardi 2 novembre

L’abbé Jacquemard est arrivé très maigre et très défait. Je doute fort qu’un ménage et la vie du village lui aille.

L’abbé Pilon est de retour ce soir. Il a un bien fort engagement qui lui fait quitter le bâton de chantre.

On achève les vendanges, il y a peu de vin. Il est de faible qualité. Le curé de Bazouges fit l’année dernière 90 pièces ; il n’en a pas tout à fait 11 cette année. Heureusement nous n’en achèterons pas cette année.

Mercredi 3 novembre

J’ai remis dernièrement à M. d’Andigné à son passage les 301 livres 10 sous que M. de Bouju son oncle m’avait laissés quand il vint avec la première gondole.

  • 24 Lettre à Monsieur***, sur ce qui s’est passé à l’arrivée et pendant le séjour de Monsieur l’évêque (...)

M. Hamelin fait réimprimer sa Lettre à M… ; elle est bien censurée ici et à Angers24.

Jeudi 4 novembre

Mme de Thieulin est ici. M. Le Clerc de Laferrière nous amena hier son fils.

On a vendu aujourd’hui du vin nouveau 145, 150, 153 et 156 livres les deux busses.

Vendredi 5 novembre

Depuis 8 jours, le sieur Simon est malade ; le temps est journellement à la pluie ; aussi nos travaux de Saint-Jacques vont bien lentement, détournés qu’ils ont déjà été par l’histoire des gabeleux.

Samedi 6 novembre

La sonnerie de notre horloge s’est dérangée à midi. Le sieur Salmon y a remédié ; le sieur Jully avait oublié d’huiler un mouvement. Le sieur Dangeville travaille au devis de notre orgue. L’abbé Jacquemard est retourné à sa cure. Il a fait hier gras chez M. Hamelin avec l’abbé Macé.

Dimanche 7 novembre

L’instruction par l’abbé Durand.

M. Deshottes, dont la fortune est presque toute en papier, vient d’essuyer une banqueroute de 50 M livres. Son esprit fort tiendra-t-il à cet échec ?

Le sieur Mézeray, sous-maître, est absent depuis quelque temps.

Je suis obligé de faire visiter les cheminées de la maison. Il y en a beaucoup dans lesquelles traversent des morceaux de charpente ; on en a trouvés en charbon, d’autres sont percés, crevassés. Il est inconcevable que le feu n’ait pas pris déjà nombre de fois.

Lundi 8 novembre

Bureau ordinaire où M. du Hauthierray ne s’est pas trouvé. Il n’y a pas eu de délibération que pour constater la remise faite par le receveur de son bordereau de caisse du mois dernier et pour fixer au 22 la prochaine assemblée de bureau.

On a répandu dans le collège un quatrain contre l’auteur de la Lettre à M… ; on m’en a montré. Ils sont sur des exemplaires de l’ouvrage et écrit de manière à ne pas reconnaître l’écriture. Les voici :

Quelle maussade épître que ce plat esprit
Fait pour louer Jacques de Grasse !
C’est un grimant de basse classe
Qui, s’il fut confirmé, ne reçut pas l’esprit !

Mardi 9 novembre

L’abbé Pilon est venu ce soir de la campagne où il était allé hier après la classe. M. Hamelin a donné congé aujourd’hui parce que la Saint-Martin tombe jeudi.

  • 25 Qui expectore un liquide glaireux.

L’épigramme de hier fait sensation ; je ne sais pas si M. Hamelin la connaît. J’en serais bien fâché ! Il en serait mortifié. On soupçonne que c’est l’ouvrage de quelqu’un de la maison. Vous verrez l’abbé Duvigneul à l’eau de veau ou de poulet. C’est de l’ordonnance du docteur La Tour. Son malade se porte le mieux de la maison, mais il est un peu pituiteux25 et se plaint d’avoir cent écoliers.

Je traiterai pour dimanche de l’affaire des épiceries et de l’orgue. La vérification du travail de M. Gautier pour 1772 m’a arrêté.

Le catalogue des 6 caisses de livres classiques a été envoyé et la vérification faite. On prétend que le plus grand nombre est à donner aux externes. Ci-devant on vendait les vieux. Si l’on donne, le passable irait avec le mauvais. On est ici volontiers généreux du bien du collège et de l’École.

Mercredi 10 novembre

J’ai oublié de parler lundi 8 de M. l’abbé de La Guerche, grand vicaire d’Angers, qui passa la journée au collège. Il était porteur d’une commission de M. l’évêque qui lui donne inspection sur les ecclésiastiques des collèges de son diocèse. Il l’autorise à le représenter dans les bureaux d’administration, ce dont il n’a pas usé ici.

M. Hamelin a rassemblé après le dîner les sous-maîtres sous ses yeux et il leur a lu le titre de sa mission. Il m’a chargé de beaucoup de choses pour M. et Mme Dupont.

M. de L’Évêque est toujours au cachot où M. Hamelin lui montre lui-même à écrire.

Jeudi 11 novembre

M. Hamelin et MM. Macé, Bourdet, Benières ont dîné aux Plantes.

Mme Courtin a présenté comme son neveu de son défunt mari le jeune de Moucheron de Freullemont.

Vendredi 12 novembre

2De L’Évêque est sorti de son cachot.

Il a tonné assez fort ce matin ; il a tant plu cette nuit et les derniers jours que la rivière se déborde. Le chemin de voiture des Plantes et du Maupas est couvert d’eau. Le vent qui accompagnait cette pluie l’a fait pénétrer à travers les toits et les fenêtres. Nos cours et les rues de la ville sont jonchées d’ardoises.

Samedi 13 novembre

Retour de M. Pihery de sa campagne.

M. Ducan consent à donner le Maupas pour l’inoculation ; mais cet endroit est aussi bien que les Plantes, environné de fossés et d’eau, ce qui est dangereux et peu sain. Je ne désespère pas d’obtenir les Richotières qui conviendraient infiniment mieux. J’attends réponse du propriétaire.

Dimanche 14 novembre

L’instruction par l’abbé Boucher. Dîné chez Mme Huger.

Lundi 15 novembre

Mme d’Espiès va venir demeurer ici par tendresse pour son fils.

Mardi 16 novembre

Les fermiers généraux du collège font remonter à Laval 800 pièces de vin de Bordeaux rouge vieux ; il est moins cher que le nouveau du pays.

Un des entrepreneurs de l’exploitation de la forêt de Malpaire (sieur Moreau) vient de payer à Angers ses créanciers d’une manière bien étrange. Il leur assigna à tous un même jour pour s’acquitter et ils le trouvèrent mort dans sa chambre quand ils y furent. Il n’avait aucune marque de violence.

Mercredi 17 novembre

M. Hamelin tousse un peu et a une fluxion. Mme de Fontenay a ramené son fils. Cet élève a grandi, mais maigri ; il n’a pas eu la fièvre depuis vendredi.

Jeudi 18 novembre

Mme de Fontenay, son fils, M. et Mme du Hauthierray, MM. Pilon, Dolbeau et Gautier ont dîné aux Plantes.

M. l’évêque est sérieusement indisposé ; il le fait mander à ma femme en promettant de dîner aux Plantes à son passage.

M. Ducan a répandu qu’on lui avait demandé son Maupas pour l’inoculation. M. de Boissimon en est très piqué. On aurait à présent pour 100 écus ce dont il demandait 600 livres.

Le jeune de Fontenay a eu la fièvre hier au soir et encore un peu aujourd’hui.

Vendredi 19 novembre

Un petit Savoyard a trouvé, près des Quatre-Vents, enveloppé dans un morceau de papier, un manche de cuiller d’argent du pensionnat, battu et replié de manière à ne pouvoir pas voir les caractères gravés dessus. Le metteur en œuvre de la ville, à qui il l’avait porté, l’ayant rouvert au feu et ayant vu Collège Royal, me l’a rapporté. Mais qu’est devenu le reste de cette pièce ?

Samedi 20 novembre

L’oncle de MM. de Lardière est arrivé ; il emmènera demain l’aîné de ses neveux. Mme de Fontenay va rester encore quelques jours ici à cause de la fièvre de son fils.

Dimanche 21 novembre

Point d’instruction. L’aîné de Lardière est parti avant midi.

La réunion du prieuré de Saint-Thomas de La Flèche à la cure est effectuée moyennant une redevance que le curé paiera annuellement aux Bénédictins de Saint-Serge d’Angers. Reçu par la poste de Saumur un imprimé anonyme en réponse à la lettre sur la description de la visite de l’évêque d’Angers. Il y avait un pareil paquet pour M. Hamelin.

M. Busson a renvoyé son fils à Paris.

Lundi 22 novembre

MM. de Dessus le Pont du Rû et Duchassaing de Rateboul, qui ont amené leurs fils, m’ont chargé d’une infinité de choses honnêtes et sensibles pour M. Dupont. Ce dernier aime bien à questionner. Son fils paraît bien au-dessous de huit ans.

M. Ducan a aussi reçu une des feuilles anonymes. Elle a été lue chez M. Hamelin. On soupçonne que l’auteur est un abbé Jameron, beau-frère du docteur de La Tour.

  • 26 Le Châtelet est à Paris le premier des tribunaux ordinaires. Mais il a une compétence qui s’étend (...)
  • 27 La garde gardienne est un privilège de juridiction accordé par lettres royales. Le roi assigne à c (...)

Bureau ordinaire. Le curé n’y est pas venu et M. du Hauthierray s’est présenté pour la signature. Il n’y a pas eu d’affaire à délibération. Le receveur a dit que les nouveaux fermiers généraux ayant attaqué les anciens pour se faire remettre les étangs et fossés dans l’état présent dans leur bail, ceux-ci avaient évoqué l’affaire au Châtelet26. On m’a chargé d’expliquer le cas au directeur pour qu’il puisse le consulter et savoir si ce privilège du Châtelet ne se tait pas devant celui qu’accordent au collège les lettres de garde gardiennes27.

  • 28 Des bouts de bois attachés au cou.

J’ai rapporté qu’il y avait des plaintes contre les garçons meuniers de la Belle-Ouvrière qui chassaient avec leurs matins et qui ont menacé le garde de Créans de coup de fusil. J’ai été chargé de donner des ordres au maître de faire mettre des billettes28 à ses chiens et de renvoyer celui de ses garçons qui a menacé.

Le prochain bureau au 6 de décembre.

Mardi 23 novembre

M. des Piltières m’a fait part de la fuite de son fils de Dunkerque.

Le temps s’est mis un peu au froid. J’ai conseillé d’envoyer des perdreaux.

Trois gabeleux ont arrêté un ouvrier allant à Saint-Jacques. Un soldat de semestre qui travaille et loge avec lui est allé prendre son uniforme et son épée et a dégagé son camarade. Ceci est une suite de l’histoire d’octobre. Ils arrêtent ceux qu’ils soupçonnent coupables.

Mercredi 24 novembre

Le fils de M. Chaubry (Beaulieu) est placé à l’intendance. Il a un bureau démembré des 3 autres dont les chefs sont des hommes âgés.

Jeudi 25 novembre

Donné à dîner à MM. Porion, Boucher, Duvigneul et de La Tour.

Le sieur Mézeray, sous-maître, est de retour.

Vendredi 26 novembre

J’ai fait vos compliments à M. Hamelin, mais il a reçu de vos lettres et a répondu à l’accusation de visionnaire qui a vu ce qui n’était pas dans notre bibliothèque (Voltaire) et le théâtre de Voltaire n’est pas plus à rejeter que celui de Racine, Molière…

Samedi 27 novembre

Le jeune Le Clerc de Laferrière nous a inquiétés. La salubre faculté le condamnait à avoir la nostratie. C’est la rougeole et il est à part. Nos sous-maîtres prennent du goût pour l’infirmerie et cela pour des bagatelles.

Dimanche 28 novembre

L’instruction par l’abbé Duchesne. Dîné chez M. Pihery.

Lundi 29 novembre

M. de Pelleporc pleure et se désole de ce qu’on ne le laisse pas partir par le carosse. On lui a écrit que le sieur Regnault allait à Paris et qu’il le mènerait. Ce voyage n’a jamais dû avoir lieu.

Mardi 30 novembre

Il y a quelqu’un de logé à la nouvelle infirmerie autant pour ouvrir et fermer que parce que les greniers en sont remplis des meubles à l’usage de cette maison.

Mercredi 1er décembre 1773

On a commencé la vente des meubles de la maison près de la porte qui doit servir à l’inoculation, dès qu’elle sera finie.

J’ai fait remettre au carrosse deux caisses, l’une de pruneaux, l’autre de poires tapées.

Jeudi 2 décembre

Dîné chez M. Meslin.

M. Pilon est absent depuis mardi qui était jour de fête. Il revient ce soir.

M. Hamelin est déterminé à nommer l’abbé Bourdet sous-principal et l’abbé Durand sous-bibliothécaire.

Vendredi 3 décembre

M. Perrault, père d’un élève qu’il a présenté aujourd’hui et allié à M. de Martinfort, veut se charger de la conduite de M. Pelleporc par le carosse. Peut-être ne partira-t-il pas encore la semaine prochaine.

Samedi 4 décembre

La mère de M. Busson, plus qu’octogénaire, et une dame de Bascardon, presque septuagénaire, viennent de mourir subitement.

La formation d’un ordre religieux qui sera chargé de tous les collèges fait ici rumeur et dans cette maison plus qu’ailleurs.

  • 29 Les Nouvelles Extraordinaires ou Gazette de Leyde : journal fondé en 1677 par un Français réfugié (...)

La Gazette de Leyde29 a répandu de fâcheuses nouvelles contre l’inoculation. Deux enfants de l’architecte de la ville et sa femme doivent en être morts.

Dimanche 5 décembre

L’instruction par l’abbé Boucher. M. Le Clerc de Laferrière est venu voir son fils dont l’état l’a fort affligé ; il part pour Paris rejoindre sa femme et sa belle-fille qui a la petite vérole.

Lundi 6 décembre

Congé de Saint-Nicolas.

Bureau ordinaire. Le curé n’y est pas venu ; il ne se porte pas bien. Il y a eu 3 délibérations :

  1. Présentation de l’état de caisse du receveur du mois de novembre.
  2. Procuration à consentir à MM. de Lucé et du Hauthierray pour recevoir le remboursement d’une partie de rentes constituées sur les États de Bretagne.
  3. Autorisation de payer à l’ancien meunier du Pont-Guéret ses déboursés pour sa ferme qui n’a pas pu avoir lieu par la destruction de la chaussée de ce moulin. Le prochain bureau au 20.

M. de La Barberie m’a parlé de sa pension des 6 premiers mois de cette année sur ce que M. Dupont veut bien lui faire payer.

Mardi 7 décembre

M. de Lardière doit être au Mans sous la conduite d’un Bénédictin.

  • 30 Quelqu’un qui n’agit pas franchement.

L’abbé Pilon a été absent ces deux jours de fête passés et il s’est fait suppléer cet après-midi. L’abbé Couasse est parti hier pour le séminaire avec l’abbé Moyelle et Lanceleur. Cet original d’abbé Couasse s’était donné les airs d’un cabriolet sur avant-train. Je n’ai pas voulu le remiser, il l’a vendu. L’abbé Le Royer prêtait le cheval et ils allaient ensemble chez les curés du voisinage. La lettre qui lui fut adressée ici cet été des bureaux du contrôleur général pour avoir des renseignements sur les dépenses de la maison et la perte des états de subsistances de juin et des plans, observations et lettre touchant Saint-Jacques n’avaient-elles pas quelque liaison ? Je n’ai pas déguisé ce soupçon à M. Hamelin. C’est, selon lui-même, un trigaud30 que cet abbé.

M. l’évêque d’Angers a passé à midi précis. Il se rend à Paris et n’a pas mis pied à terre. Sa santé n’est pas en bon état.

Mercredi 8 décembre

  • 31 Lettre d’un évêque qui autorise un clerc de son diocèse à recevoir des ordinations dans un autre d (...)

Les trois sous-maîtres qui étaient allés au séminaire sont de retour avec des dimissoires31. M. Hamelin va leur faire des retraites jusqu’à ce qu’ils aillent à Saint-Malo. L’abus des absences nombreuses dans cette classe de maîtres n’est pas encore absolument aboli.

Jeudi 9 décembre

Je ne parlerai plus des voyages de M. Pilon ; c’est l’affaire de tous les jours où il n’y a point classe. Sa passion pour le chœur et le bâton de chantre a fait place à d’autres soins. On nous menace qu’il ne tardera pas à être curé. L’abbé Bourdet le supplée.

L’abbé de Saint-Serge (M. d’Hérouville) a confié à l’abbé Jacquemard la feuille des bénéfices qui sont à sa nomination et cette abbaye en a beaucoup. L’ancien curé, qu’on dit mort en arrivant chez lui, avait aussi cette feuille.

Vendredi 10 décembre

M. l’évêque avait chargé la maîtresse des postes de témoigner ses regrets de ce qu’il ne s’arrêtait pas au collège.

On renouvelle un ancien bruit que M. Donjon va être promoteur et chanoine de Saint-Brieuc, mais on ajoute que l’abbé Lambert sera curé de notre ville.

Samedi 11 décembre

M. de Lucé est parti immédiatement après le dernier bureau et sans avoir signé la procuration mise en son nom et en celui de M. du Hauthierray pour recevoir le remboursement de la petite rente du collège sur les États de Bretagne.

Dimanche 12 décembre

L’instruction par l’abbé Duchesne.

J’ai pris une entorse au pied droit cet après-midi qui va me tenir une jambe en l’air pendant quelque temps. Feu aux poêles.

Lundi 13 décembre

On m’a remis les clefs de la maison près de la poste. Je l’ai faite examiner et on va l’arranger et la meubler pour notre inoculation sans perte de temps.

Mardi 14 décembre

M. Perrault partira en poste avec Mme de Boissimon et M. de Pelleporc jeudi prochain. Ils comptent n’arriver à Paris que dimanche. Peut-être M. de Pelleporc père arrêtera-t-il son fils à son passage à Versailles.

Nos 3 sous-maîtres sont partis hier pour Saint-Malo.

Mercredi 15 décembre

M. Jacquemard est à La Flèche ; il a toujours la fièvre et est bien changé. Il n’est pas vrai que son prédécesseur soit mort, il n’a pas reçu de réponse à une lettre qu’il a écrite à M. de Monteynard.

L’abbé Pilon absent pour demain.

Jeudi 16 décembre

Départ du jeune de Pelleporc avec M. Perrault et Mme de Boissimon. On dit que cette dame va faire sa cour au nouveau gouverneur général de l’École militaire qui a été colonel de son mari ; ce que je ne crois point du tout.

Vendredi 17 décembre

  • 32 Voir ses différents ouvrages : Mémoire sur les défrichements, Paris, 1760 ; Essai sur les labours, (...)

Le procès de l’abbé Métivet pour la cure de Vaulandry a été aujourd’hui appointé. M. de Turbilly32 est fort occupé ici à solliciter en faveur de cet abbé. Nous voyons aussi depuis quelque temps au nombre des plaideurs à ce siège le marquis de La Rochelambert contre des gens qui ont fusillé ses armes.

Samedi 18 décembre

Les clefs de la maison vendue par Mlle Le Boucher ont été remises hier par le locataire. Je vais arranger son indemnité pour la cassation de son bail.

J’ai appris à l’occasion de la mort de la mère de M. Busson que dans cette famille s’était fondue celle des Nadereaux ; ainsi les Busson pourraient exercer le retrait et j’ai eu tort d’avancer qu’il n’y avait plus de lignager à craindre.

Je ne puis pas encore sortir, je me traîne à l’aide d’un bâton.

L’abbé Pilon parti pour demain.

Notes

1 L’ordre de Saint-Michel, fondé par Louis XI le 1er août 1469, a comme insigne une croix ornée de 4 fleurs de lys avec en son centre un médaillon représentant le combat de saint Michel contre le dragon, croix suspendue à un cordon noir.

2 Monseigneur Boisgelin.

3 Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal (1572-1641) rencontre en 1604 François de Sales qui lui propose de fonder à Annecy un nouvel institut qui deviendra la Visitation Sainte-Marie : l’ordre est destiné à accueillir des filles et des veuves qui se consacrent aux pauvres et aux malades. À sa mort, elle laisse 87 monastères. Béatifiée le 21 août 1751, elle est canonisée le 16 juillet 1767.

4 Étienne Broglin, De l’Académie royale à l’institution : le collège de Juilly (1745-1828), thèse de 3e cycle, Paris IV, 1978.

5 Récipient à col étroit, long et courbé, qui sert à distiller.

6 Nomination de Lallouette, ecclésiastique du diocèse d’Angers, comme sous-maître à la place de Deshayes.

7 Collège parisien ouvert en 1460 par Geoffroy Lenormant. Il devient célèbre au XVIe siècle par la qualité des maîtres et le nombre des élèves. En 1763, il est uni au collège Louis-le-Grand. Voir Jean Quicherat, Histoire de Sainte-Barbe. Collège, communauté, institution, Paris, 1860-1864.

8 Ernault de Moulins intègre le collège en 1774 (n° 636).

9 Un blutier (ou bluteur) passe la farine par le bluteau, sorte de tamis, en toile de soie, qui sépare la farine du son.

10 Récit véritable de ce qui s’est passé en la ville et collège de La Flèche, à la réception du cœur de la defuncte Reine Marie de Médicis, mère du Roy, in-8°, 1643.

11 Maison, dite de Bellebranche, que le collège possède à Angers.

12 Une prébende est un revenu ecclésiastique. Le collateur est celui qui l’attribue.

13 Basteau.

14 Terme utilisé pour dénigrer les hommes responsables de la levée de la gabelle.

15 M. Jully, horloger de l’École militaire.

16 Danzel de Boffle (n° 532), Boulet de la Broue (n° 533) et Piolenc (n° 534).

17 Il s’agit de Pières (n° 538), de Montrond (n° 539), de Buzelet (n° 540) et de Foville (n° 541).

18 Villedon de Gournay, élève au collège à partir de janvier 1766.

19 Aubert du Petit-Thouars.

20 L’évêque a réprimandé (lavé le bonnet ou lavé la tête) des prêtres indisciplinés (discoles).

21 Le frère aîné arrive en 1771 (n° 410).

22 Juridiction d’exception qui siège à Saumur depuis 1764.

23 L’évêque.

24 Lettre à Monsieur***, sur ce qui s’est passé à l’arrivée et pendant le séjour de Monsieur l’évêque d’Angers à la ville de La Flèche, publiée par F. Uzureau, « Une visite pastorale à La Flèche en 1773 », Revue historique et archéologique du Maine, 1907, p. 287-297.

25 Qui expectore un liquide glaireux.

26 Le Châtelet est à Paris le premier des tribunaux ordinaires. Mais il a une compétence qui s’étend à l’ensemble du royaume si un procès est relatif à un acte passé sous son sceau.

27 La garde gardienne est un privilège de juridiction accordé par lettres royales. Le roi assigne à ceux qu’il a placé en sa « garde » spéciale un juge particulier. La partie adverse, si elle n’a pas de privilège plus éminent, doit plaider devant ce juge.

28 Des bouts de bois attachés au cou.

29 Les Nouvelles Extraordinaires ou Gazette de Leyde : journal fondé en 1677 par un Français réfugié en Hollande, Jean-Alexandre de La Font. Dirigée dans les années 1770 par Jean de Luzac, la gazette gagne en audience et en qualité, s’attachant à rendre compte des événements européens et américains.

30 Quelqu’un qui n’agit pas franchement.

31 Lettre d’un évêque qui autorise un clerc de son diocèse à recevoir des ordinations dans un autre diocèse.

32 Voir ses différents ouvrages : Mémoire sur les défrichements, Paris, 1760 ; Essai sur les labours, Paris, 1761 ; Observations sur l’établissement des sociétés royales d’agriculture dans les différentes généralités du royaume, Paris, 1761.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540