Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journal de Stanislas Dupont de La Motte

 | 
Stanislas Dupont de La Motte

Deuxième cahier. Du 1er juin 1772 au 10 avril 1773

Texte intégral

Lundi 1er juin 1772

M. de Baudre dit aujourd’hui qu’il persiste dans sa vocation à l’état ecclésiastique et qu’il n’a écrit sur un ton déférent à M. son père qu’afin de le déterminer à le retirer du collège. Il pourrait bien y avoir ou du Donjon ou du Boucher dans cette conduite.

Dîné chez le sieur Dandeville avec M. Cartier et un chanoine de Tours.

Mardi 2 juin

On avait perdu dernièrement une cuiller d’argent. Elle s’est retrouvée dans le four des infirmeries.

M. de Montaigu, chef de la brigade qui est à La Flèche, a rejoint et l’on attend M. de Poyanne en peu.

Mercredi 3 juin

Exercice de 5e.

M. et Mme de Brie de Serrant sont ici avec leur fils aîné et ont dîné dans la chambre de M. Hamelin avec M. l’abbé Sauvage qui nous hébergea lorsque nous fîmes notre visite à M. l’évêque d’Angers.

Jeudi 4 juin

Départ de l’abbé Lemort par le carosse.

Remis à M. Hamelin une liste d’élèves qui ont défait de leurs matelas, rideaux, jarretières, doublures et portefeuilles pour se fabriquer des pelotes, des balles.

Prêté mon cabriolet et nos chevaux à la pension Dandeville.

Vendredi 5 juin

M. le duc de Sully m’a fait d’abord demander par M. de Chaubry et ensuite demandé lui-même de permettre qu’il mît ses chevaux dans l’écurie de l’inoculation, à la condition qu’il les en retirerait dès qu’il y aurait des malades dans cette maison ou qu’on en aurait besoin d’une autre manière. J’ai cru que j’aurais mauvaise grâce de refuser une chose qui ne sert pas, même pendant le temps de l’opération.

  • 1 En marge : Ce n’est pas elle ; mais une autre que l’on croit sa maîtresse.

Madame la duchesse est ici, mais incognito et pour un ou 2 jours seulement1.

Samedi 6 juin

M. Pilon est parti pour passer 3 ou 4 jours à Angers où il y a grande musique pendant ces fêtes.

Fête du préfet des études. Les élèves lui ont fait plus de compliments qu’ils n’en ont faits les années précédentes à son confrère ; sans doute parce qu’ils se persuadent qu’il sera principal.

  • 2 Sous-maître, « hors d’état d’en continuer les fonctions », Joseph Lemercier est nommé en février 1 (...)

En attendant la lavandière, je fais laver les couvertures de lit d’hiver dans nos bassins. Mlle de La Gasnerie (la petite dame aux poires de perle) va épouser M. de Pradel l’aîné. L’abbé Lemercier, chapelain de Bellebranche, est venu me voir2.

Dimanche 7 juin

Pentecôte. Sermon par l’abbé Lambert.

M. de Seguin de Piégon passe par La Flèche et voit son fils.

  • 3 Métal imitant l’or.

Mme de Fontenay est arrivée avant hier pour voir son fils et s’en retourne après demain. Fait retourner une petite montre de similor3 que Mme de Klasten avait donnée à son fils et que cet élève avait trafiquée avec une personne du dehors (Laroque, garçon chirurgien). La même chose pour une camisole de molleton que Mme de Lespervanche avait prié que l’on laissât porter à son fils.

Lundi 8 juin

M. Donjon vit depuis six semaines chez Mme Decheman parce qu’un domestique a la gale. Il ne paiera que 500 livres à son prédécesseur.

Les élèves qui ont fait la première communion l’ont faite au collège. L’abbé Jacquemard a accompagné à la paroisse les externes qui ont rempli le même devoir.

Un garçon de dortoir a été rapporté mourant après vêpres. Il était tombé d’apoplexie et est mort 3 heures après. On ne l’enterrera qu’après-demain.

Mardi 9 juin

M. Pilon est arrivé ce soir d’Angers ainsi que l’abbé Couasse qui était allé passer les fêtes à Sablé.

  • 4 Nomination d’Alexandre Bourdet, prêtre du diocèse de Chartres, comme sous-bibliothécaire et sacris (...)

Bureau ordinaire4.

Mercredi 10 juin

  • 5 En marge : Elle a depuis fait une chute et n’est pas partie.

Déterminé ma p… à aller à P… pour terminer tout. Elle est g… de 4 mois5.

M. le duc de Sully est parti incognito avec une femme qu’il entretient. Tous ses gens en sont très inquiets.

Jeudi 11 juin

M. de La Touche est arrivé la nuit dernière avec Madame sa sœur et logent aux Quatre-Vents. J’ai été à la Fontaine-Saint-Martin et j’y ai mené le petit Dupont de Lauberdière, Mme de M. …, Mlle de M. … et Mlle de L…

Dîné avec Mme l’abbesse et Mme de Maillé de Jalesne.

Vendredi 12 juin

M. Dupouget de Reniac est dans un état désespérant. Je ne pense pas que cet élève en réchappe.

M. Hamelin a déconcerté un concert des sous-maîtres qui faisaient de la musique pendant la nuit dans une chambre.

Samedi 13 juin

On paraît plus incertain que jamais sur le départ des carabiniers de ce pays. On prétend même qu’ils y resteront encore.

M. de La Touche partira demain de grand matin. Il s’est occupé tous ces 3 jours avec les sieurs Simon et Basteau.

Dimanche 14 juin

Point d’instruction.

Boileau, domestique qui servait de portier à la porte du parc, à cause des constructions a péri malheureusement à 7 heures du soir. Il avait perdu la clef de sa chambre et ayant voulu passer par un trou au-dessus, il s’est engagé la tête et les bras, les pieds lui ont manqué et il s’est étouffé. Je l’ai trouvé dans cet état, lui ai fait donner tous les secours qu’on porte aux étouffés, aux paralytiques ; mais en vain.

Lundi 15 juin

Révolte dans le chantier des maçons dont un voulut maltraiter l’appareilleur et menacer l’architecte. Il était ivre. J’ai calmé ce bruit et chassé le coupable. L’exempt de la maréchaussée que j’ai engagé d’y faire un tour ensuite a dit aux autres qu’il avait ordre de mettre en prison les mutins dont je me plaindrai. Cette menace a fait un bon effet.

  • 6 Congé en l’honneur du médecin italien à l’initiative de l’inoculation au collège de La Flèche.

Le Gatti6.

Mardi 16 juin

M. le duc de Sully est de retour. M. de Montaigu l’a fait mettre aux arrêts.

Le curé est venu inviter notre clergé à assister avec croix et chapes à la procession de la Fête-Dieu. S’il n’eût pas fait cette invitation, ceux de nos ecclésiastiques qui auraient voulu y aller ne l’auraient fait qu’en surplis.

Mercredi 17 juin

On a amené un assassin condamné ici à mort il y a 26 ans ; mais comme on ne retrouve pas au greffe le procès-verbal de son exécution par effigie, on croit qu’il jouira de la faveur de la prescription. On a aussi arrêté la nuit dernière un homme qui faisait le dévot et qui s’était offert pour domestique au collège. Il a volé de l’argenterie au Mans.

  • 7 Farinier qui passe au sas.

Il y a ici un jeune homme de 22 ans qui se dit gentilhomme et qui demande son pain. Un sassier7 l’a conduit de Normandie ici où il croit entrer au collège sur son extrait de baptême dont voici copie. Son nom est de Melun de Carto, paroisse de Percy, Normandie, près de Vire. Arrivée de deux caisses de livres pour la bibliothèque.

Jeudi 18 juin

  • 8 Il s’agit de la procession de la Fête-Dieu.

La procession s’est faite à l’ordinaire8. Tout notre clergé y a assisté en corps avec croix, bâton, chapes, serpents. MM. Hamelin et Macé ont porté le Saint-Sacrement avec le curé et l’abbé Decheman. Seulement nos élèves n’ont pas été exposés comme les années précédentes le long de la rue où ils étaient foulés par le monde et brûlés par le soleil. Le sermon par l’abbé Porion.

Vendredi 19 juin

M. Déan de Luigné est venu voir son fils.

M. Hamelin prend des bains d’eau de rivière depuis 3 jours.

M. Ribaillier et son frère ont dîné chez M. Hamelin.

Samedi 20 juin

M. de Nicolas de La Coste est venu voir son fils. Il va faire son quartier à Versailles.

Mme Pihery part pour la campagne.

Dimanche 21 juin

L’instruction par l’abbé Jacquemard.

Le fils aîné de M. Chaubry est ingénieur au Mans pour rendre la Sarthe navigable jusqu’à cette ville.

Lundi 22 juin

M. Hamelin m’a communiqué les lettres du ministère concernant le renvoi de M. de Moyria et la tonsure de M. Mengin.

Mardi 23 juin

  • 9 Le bureau décide de choisir le sieur Pochard comme feudiste (Arch. dép. de la Sarthe, D 5).

Bureau ordinaire9.

Le duc de Sully est sorti des arrêts.

Mercredi 24 juin

M. de Chaubry s’intéresse fort auprès du sieur Simon pour la rentrée du maçon chassé le 15. L’architecte ne se laisse pas aisément fléchir.

L’abbé Macé a loué une maison pour, dit-il, mettre ses meubles. Il en cède une partie au sieur Ozanne.

Jeudi 25 juin

Fin de l’octave. La paroisse a fait au collège les mêmes honneurs à cette seconde procession qu’à celle de la Fête-Dieu.

Dîné chez M. le chevalier de Montaigu.

Vendredi 26 juin

  • 10 René Desmon
  • 11 Ce terme est peut-être à rapprocher du mot latin nostrasis, ce qui est de notre pays.

Le chef d’office10 est parti hier pour les bains de Saint-Amand. C’est plutôt la nostratie11 qui lui a fait faire ce voyage.

La ville est autorisée à la construction des halles. M. Hamelin continue les bains d’eau de rivière.

L’abbé Fourmont rentrerait volontiers au collège ; mais il veut avant de se décider voir si l’abbé Jacquemard sera principal. Il craint sa hauteur violente.

Samedi 27 juin

Enfin il tombe un peu d’eau. Il a fait jusqu’à ce jour une chaleur excessive et qui brûlait tout. Les vignes ont l’apparence la plus belle.

Le sieur Simon s’est laissé fléchir.

Quelques orages mêlés de grêle ont ruiné différents cantons de cette province.

Dimanche 28 juin

Notre maîtresse buandière, sa sœur et sa famille sont arrivées.

L’instruction par M. Hamelin.

  • 12 Norbert Dufourcq, La grande orgue de la chapelle Saint-Louis du Prytanée militaire de La Flèche, P (...)

Le facteur d’orgues de Tours m’a écrit pour savoir s’il peut compter qu’on l’emploiera aux réparations de la nôtre et qu’il a envoyé à un père carme un orgue portatif dont on pourra faire usage pendant son travail. Je l’ai vu ; des personnes qui disent s’y connaître le trouvent bon. Pour moi, il m’a plu par sa forme, sa commodité ; c’est comme un secrétaire12.

Lundi 29 juin

Notre maîtresse de buanderie et sa sœur ne trouvent pas que l’on ait disposé les choses pour son usage comme il faut. Elle a cependant commencé la lessive avec peu de femmes parce qu’il est fête. Double embarras que cet établissement à entamer et les changements qu’elle dit nécessaires à exécuter en même temps.

Le sieur Richard, maître des postes, est mort subitement en soupant. Il a fait son chien légataire de 10 écus, s’est fait enterrer à Saint-Hermel.

Mardi 30 juin

Mme Lambert est donc morte à Paris de la petite vérole. Son curé de Fresnes, zélé janséniste, fait sonner pendant 40 jours aux heures de l’angélus.

Exercice de 4e. M. le duc de Sully, M. le chevalier de Montaigu et les principaux officiers des carabiniers y ont assisté. Nos administrateurs, nos barons fléchois n’y viennent plus.

Mercredi 1er juillet 1772

Suite de l’exercice de 4e dans la classe.

Le temps s’est refroidi. Il souffle un vent nord-est qui n’est pas ami de la vigne et dessèche tout.

Jeudi 2 juillet

M. Donjon est venu inviter nos ecclésiastiques disant messe de la fête de Saint-Thomas et de son dîner demain.

M. et Mme de Quatrebarbes sont ici. Ils croient que M. de Mézières de Lespervanche est actuellement mort, tant il était mal au moment de leur départ.

M. de Lauberdière est aussi venu voir son fils.

Vendredi 3 juillet

  • 13 L’édit de novembre 1771 rétablit les offices municipaux, mais les villes doivent les racheter, mal (...)

Moyennent 61 600 livres, la ville de La Flèche pourra acquérir tous les offices municipaux créés en 1771 ; on se relâche de 2/3, la taxe pour des acquéreurs étrangers étant de 200 000 livres13.

M. de Poyanne arriva hier au soir. Les carabiniers partent au commencement d’octobre, mais il y a apparence que le régiment d’Orléans cavalerie le remplacera. Gare à notre Saint-Jacques.

Samedi 4 juillet

Dîné au Maupas où M. Ducan a donné une fête.

M. de Poyanne part demain au matin. Il a visité notre buanderie, a donné six francs aux femmes.

MM. Hamelin et Macé ont été inviter le présidial à la Henriade qui se fera mardi.

Dimanche 5 juillet

L’instruction par M. Hamelin.

Lundi 6 juillet

J’ai été avec M. Hamelin inviter le commandant de la cérémonie afin d’avoir un détachement. Il était allé avec l’orateur inviter samedi dernier M. de Poyanne.

Bureau ordinaire.

On m’a annoncé, tandis que j’étais au café chez M. Hamelin, M. le marquis de Brunoy. Il voulait voir la maison et surtout la chapelle et s’est même détourné à cet effet. Je l’ai présenté à notre commissaire et toute la gente académique s’est amusée d’entendre la nonchalance personnifiée faire la description des ornements de sa paroisse et de la procession de la Fête-Dieu. Il a trouvé beau notre grand ornement. Il a pour ombre attachée à ses pas un certain abbé adulateur qui a mis devant nous Brunoy au-dessus de Rome et dit que les gazettes étrangères parleraient immanquablement de la procession et qu’il y avait plusieurs centaines de carrosses. Cet abbé excite beaucoup notre curiosité. Ces voyageurs sont partis à 3 heures et on m’a dit qu’ils étaient au moins six dans un diable.

Mardi 7 juillet

Je ne me souviens pas d’avoir entendu de discours avec plus de plaisir que celui que l’abbé Macé a prononcé pour Henri IV, en cinq quarts d’heure avec rapidité. Son exorde et sa première partie ou première époque surtout ont enlevé tout le monde. Les carabiniers sous les armes versaient des pleurs et M. le duc de Sully qui commandait le détachement n’a pas pu retenir les siennes ; ce que j’ai le plus admiré, c’est une foule d’applications et traits de l’écriture les plus heureux. Il a des portraits, des tableaux frappants par leur justesse, leur force et leurs coloris. Ses compliments sont délicats et bien ménagés. Les élèves y ont eu une bonne leçon dès le commencement et notre cher commissaire n’est pas oublié à la fin. Sa seconde partie est peut-être parfois un peu traînante. Il y a aussi des sorties un peu fortes contre les financiers et dans quelques portraits.

Mercredi 8 juillet

Nous avons eu du seigle nouveau ; il se ressent de la trop grande sécheresse.

Jeudi 9 juillet

J’ai été dîner chez M. le curé de Villaines avec le jeune Lauberdière.

M. Hamelin a parlé à l’abbé Boulay et donné quelques jours pour réfléchir. Il est résolu de ne prendre que des hommes de 28 à 30 ans au moins pour sous-maîtres.

Vendredi 10 juillet

Nos buandières ont voulu être payées plus cher qu’en ville ; il est vrai que les heures sont différentes à notre buanderie et qu’elles feront moins de repos. Quelques-unes ont demandé leur compte ; d’autres ont menacé de les suivre. J’ai fait payer les plus mutines et ai signifié aux autres que ni elles ni personne qui leur appartînt ne seraient jamais admis au service ni aux travaux du collège et que même s’il avait dans ce moment quelqu’un des leurs parmi les domestiques ou les ouvriers, je les renverrais sur le champ. Enfin je les ai matées et je n’en ai perdues que deux.

Samedi 11 juillet

Les professeurs ont marqué leur triomphe de ce que dans le règlement pour la bibliothèque ils sont nommés avant les sous-principaux. Cette inversion ne sera pas dans l’exemplaire adressé au ministre. M. Pilon qui a fait le premier cette remarque a aussi trouvé que, vu les heures, la bibliothèque semblait n’être faite que pour les sous-maîtres. La maîtresse de buanderie de l’École militaire partira demain.

Dimanche 12 juillet

L’instruction par M. Lambert.

  • 14 En marge : C’est le second (l’officier).
  • 15 Couvent de Notre-Dame de l’Ave Maria, fondé en 1622 pour l’instruction de jeunes filles (30 religi (...)

Les fils aînés de MM. de La Tour14 et des Piltières voulaient assigner en réparation d’honneur l’abbé Macé qui avait dit dernièrement au café chez M. Hamelin au petit médecin qu’on accusait ces deux jeunes gens d’une escalade faite la nuit dans le couvent des Dames de l’Ave15. J’ai apaisé cette affaire dans laquelle l’abbé avait un peu manqué de prudence et le docteur de discrétion et de tête.

Lundi 13 juillet

Je sais ce qui a donné lieu au pronostic de M. Chaubry sur le collège.

M. Ducan m’a demandé plusieurs fois déjà si le jeune M. de Gauville était nommé pour entrer au pensionnat et M. de La Roussière pour le petit Dupont.

Mardi 14 juillet

Exercice de mathématiques.

MM. de La Tour et des Piltières fils sont venus après le dîner chez M. Hamelin où ils ont reçu de sa part et de la mienne une verte leçon.

Mercredi 15 juillet

On attend ici M. de Godefroy de Limon, intendant des finances de Monseigneur le comte de Provence, qui vient ici faire des recherches sur l’apanage du prince.

Jeudi 16 juillet

  • 16 Un prestidigitateur.

On a fait voir aux élèves un escamoteur16.

Arrivée du sieur Bourdet, sous-bibliothécaire sacristain ; il a mangé avec M. Hamelin en attendant la décision de son état pour la table.

Vendredi 17 juillet

Exercice de 5e. C’est le second de l’année pour cette classe. Le professeur reprend depuis quelque temps du dégoût pour son état, il se croit trop faible pour pouvoir le continuer. Il a déjà eu cette maladie. Je tâcherai encore de la guérir.

M. Hamelin m’a fait part de la décision favorable au sous-bibliothécaire.

Samedi 18 juillet

On a inventorié les 6 caisses de livres qui sont arrivées. En général, le choix des éditions est très bon. M. Pilon aimerait autant n’avoir pas de bibliothèque que d’en avoir une dont on ne pourra pas emporter des livres. Cet article a déjà bien fait murmurer ici.

M. de Bouju qui devait arriver demain restera un jour chez l’évêque du Mans.

M. du Puch de Montbreton, qui a mis son fils chez Dandeville en attendant qu’il entre dans ce collège, est reparti pour sa Guyenne.

Dimanche 19 juillet

L’instruction par l’abbé Jacquemard. Ce préfet croit sa mère morte et sera peut-être obligé d’aller chez lui pendant les vacances.

Lundi 20 juillet

  • 17 Lemort est remplacé par Noyelle comme régent des sixièmes.

Bureau ordinaire17. Arrivée de M. de Bouju. Thèse universelle par l’abbé Porion.

La charrette des messageries de Laval à Tours s’est renversée à deux lieues de La Flèche. Elle a écrasé le voiturier et la fille d’une femme qui allait à Tours à cause de sa vue. Cette aveugle a seule échappé.

Mardi 21 juillet

MM. de La Calande, d’Arlanges, de Vaujuas et de Montalembert ont fait d’eux-mêmes un petit exercice tiré du P. Le Jay. C’est M. de Trion qui les a exercés, ils l’ont donné sur le petit théâtre.

M. Macé a lu à M. de Bouju sa Henriade et lui remit hier à table la médaille d’argent de l’École militaire. La jalousie n’en diminuera pas.

Mercredi 22 juillet

  • 18 Nom donné aux voitures tirées par des chevaux qui transportaient des élèves entre le collège et l’ (...)

J’ai fait voiturer M. de Bouju à Angers où il aura dîné. Son projet est de revenir le 4 ou le 5 de septembre et d’emmener la gondole18 du 9, c’est-à-dire la première. Il a laissé ici en dépôt le restant de l’argent pour la poste de cette voiture.

Dîné chez M. du Vergor avec Mlle des Dorides, parent de M. de Trion de Montalembert, et Mlle de Jumaux.

Une députation de sous-maîtres vint hier se plaindre qu’on leur refusait à goûter ailleurs qu’au réfectoire et à d’autres heures. Je leur ai répondu que le règlement et le bon ordre le voulaient ainsi et pour que les élèves fussent veillés pendant ce repas et pour que l’arbitraire ne s’introduise pas dans une maison si nombreuse que le collège (article 38 du règlement du 9 octobre 1765).

L’abbé Duvigneul m’a entretenu de nouveau après le souper de son ennui, de ses inquiétudes. Une trop grande sensibilité qui l’éveille sur tout ce qu’il voit et entend cause son tourment.

Jeudi 23 juillet

M. de Bouju est arrivé en bonne santé à Angers.

On est venu m’avertir que des carabiniers avaient enfoncé les portes de la chapelle de Saint-Jacques. J’ai renvoyé les gens qui se sont plaints au commandant. D’ailleurs, c’est à l’ancien curé qui en a les clefs à y veiller.

Vendredi 24 juillet

Exercice de 3e, il n’y en avait pas un étranger.

Chassé le jeune Portebeuf, boulanger, qui a pensé assommer Desmon en lui jetant un bâton. Les domestiques ont voulu exciter une espèce d’émeute parce que je leur ai fait retrancher l’abondance.

Samedi 25 juillet

Thèse de logique soutenue par M. l’abbé de Baudre. M. Donjon y est venu.

Demandé à M. Chaubry 200 mûriers blancs pour l’enclos de la buanderie, il en écrira à l’intendant.

L’abbé Calmès va quitter le collège. L’abbé Rouland, ancien sous-maître aujourd’hui prêtre, le remplacera.

Il ne faut plus compter sur l’abbé Fourmont. Les grands vicaires, à qui il avait écrit pour les prévenir qu’il pourrait rentrer au collège et pour en ce cas obtenir la continuation des pouvoirs, lui ont fait réponse qu’il était nécessaire où il est actuellement, qu’on ne le verrait pas changer avec plaisir et qu’il ne manquerait pas d’être récompensé, c’est-à-dire d’avoir une cure.

Dimanche 26 juillet

L’instruction par M. Hamelin.

Le bruit court que l’abbé Macé est principal. L’abbé Jacquemard est venu me demander ce qui en était.

Lundi 27 juillet

Thèse de logique, la même que celle de la semaine dernière soutenue par le sieur Dandeville. MM. Jacquemard et Macé se sont un peu poussés à cause d’une majeure niée par celui-ci.

Mardi 28 juillet

Autre thèse de logique par le sieur Guyot.

Le bruit de la nouvelle de la principalité donnée à l’abbé Macé s’accrédite fort. Je croyais que la médaille d’argent y avait donné lieu, elle vient de Paris même. Au reste, on ne pourrait pas choisir aisément un homme de plus d’esprit, mais la tête…

Mercredi 29 juillet

Il y a des monopoleurs qui ont arrhé les bleds sur pied à 3 livres le boisseau de La Flèche, ce qui empêchera la baisse.

L’abbé Jacquemard ne se porte pas bien. Sa sensibilité inquiète et un peu sa hauteur ne lui ont pas servi dans l’esprit de M. Hamelin.

MM. Porion et Rouzé sont partis pour les vacances.

Jeudi 30 juillet

Demandé à l’intendance 200 mûriers pour planter dans l’enclos de la buanderie.

  • 19 Il s’agit du château de Montgeoffroy.

Trois maisons que l’on bâtit en ville, M. de Contades qui élève un château près de Beaufort19 et l’hôpital de Baugé que l’on reconstruit, rendent les ouvriers rares et difficiles.

Vendredi 31 juillet

On m’annonce le prochain retour de Vanlathen. J’espérais que les États d’Artois le placeraient dans son pays. C’est un très honnête homme qui a la vue et l’esprit bien bornés. Desmon en vaut vingt comme lui.

L’abbé Jacquemard s’est chargé du sermon de la Saint-Louis dont on n’avait pas averti M. Hamelin.

Samedi 1er août 1772

L’abbé Dolbeau a renvoyé un pensionnaire du sieur Le Royer qui n’a pas été à confesse. Ce maître de pension a été l’invectiver à la porte de sa classe.

Averti M. Hamelin de la confection du catalogue des livres classiques pour l’année prochaine. M. Guy part demain pour Paris.

Dimanche 2 août

L’instruction par M. Hamelin.

  • 20 Le nom de Portioncule désigne la chapelle dans laquelle saint François eut une vision, mais aussi (...)

L’abbé Lambert prêcha hier la Portioncule20 aux Capucins ; l’abbé Boucher avait prêché à Saint-Germain avant-hier.

Lundi 3 août

Bureau ordinaire.

Mardi 4 août

L’abbé Calmès annonce qu’il partira au milieu du mois.

Mercredi 5 août

Le sieur Le Royer fait faire demain un exercice public avec pastorale, danse et distribution de prix.

Jeudi 6 août

  • 21 Sortie de ma femme de la Madeleine.

Sortie de m. f… de la Mad…21 Conduit jusqu’au-delà de Foulletourte et ramenée le soir incognito chez le sieur…

Le sieur Boucher a été interrogé chez le sieur Le Royer.

Le présidial de La Flèche et celui de Château-Gontier s’attendent à être supprimés.

Vendredi 7 août

M. de Baudre, officier de carabiniers, cousin de l’élève de ce nom, est mort à Saumur et M. de Malraigne est tombé dangereusement malade ici (guéri).

Samedi 8 août

La Maison de Ville vient d’adjuger la construction de ses halles, ce qui rendra les ouvriers en bâtiment encore plus rares.

Dimanche 9 août

L’instruction par M. Jacquemard.

J’ai accompagné M. Hamelin qui a été inviter M. de Montaigu, commandant, à l’exercice pour la distribution des prix. Mais il y a demain chasse du sanglier et nous n’aurons pas d’officiers.

L’Éguillière m’a fait part de sa résolution de passer en Amérique avec M. de… et Baurin qui lui feront beaucoup d’avantages.

Lundi 10 août

  • 22 Le 1er octobre 1772, Hamelin reçoit une lettre de Monteynard : « Je conçois le bon effet que doive (...)

Distribution générale des prix22. L’exercice qui était de M. Benières, régent de seconde, mérite bien des éloges. Un peu de musique et quelques coups de canon pendant la distribution ont mis un peu plus d’importance cette année que les précédentes et cela a attiré du monde.

La pension Dandeville a eu la plupart des prix et des accessits de rhétorique et de seconde.

Mardi 11 août

Il est arrivé 3 nouveaux pensionnaires chez Dandeville. Le Royer a fait et fait faire par ses adhérents mille bassesses pour les enlever.

Mercredi 12 août

Mon aîné, après avoir passé quelque temps à Saint-Amand où je lui avais envoyé de quoi subsister pendant les premiers mois de son établissement, me mande qu’il est au Quesnoy dans la misère.

Jeudi 13 août

M. Hamelin a arrêté ici, pour sous-maître qui remplacera le sieur Calmès, l’abbé Pochart de Sablé, prêtre de 40 ans au moins, dont on dit beaucoup de bien ; il est parent de l’abbé Duvigneul ; il a de la voix.

Vendredi 14 août

M. Hamelin a refusé à des sous-maîtres la permission d’aller tous quelques jours à la campagne. Il a rendu publiques les intentions du ministre de ne prendre pour sous-maîtres que des gens mûrs. Résolution bien avantageuse pour l’établissement. M. de Malherbe a trouvé moyen d’avoir de l’argent de Dom Malherbe et a fait il y a quelques jours une collation de poularde dans la chambre du sous-maître Masson ; M. Hamelin en est instruit. Donné à M. Hamelin une note des jabots déchirés.

Samedi 15 août

M. Hamelin a officié avec le nouvel ornement. L’abbé Boucher a prêché, il était fatigué et cela devait être. Il avait été débiter le même sermon au matin à Clefs.

  • 23 En action de grâces pour la reprise de Corbie sur les Espagnols et pour la levée du siège de Saint (...)

Notre clergé n’a pas pu assister à la procession du vœu de Louis XIII23. Il comptait y aller quoiqu’on ne l’eût pas invité, mais la paroisse était en pleine marche à la fin de notre salut. En novembre 1754, l’évêque enjoignit d’y aller et M. Donjon ne voulut pas y aller en 1765. En juillet 1766, l’évêque supprima cette injonction et M. Donjon y conduisit nos prêtres en 1769. Cette année, il se hâte de partir pour qu’on ne puisse pas s’y trouver. Comme ce n’est pas une obligation, c’est un bien. Plus on se concentrera, moins on aura de liaison au dehors et mieux il en sera pour l’établissement.

Dimanche 16 août

Point d’instruction. J’eus hier la visite de MM. le duc de Sully, marquis de Montaigu, comte de Viray et chevalier de Lordat.

Mme Le Roux mande que les lettres sous le nom de T… sont fausses et que c’est M. F… qui les lui a envoyées pour les faire transcrire. Celle-ci nie que ce soit elle.

  • 24 Dans une lettre du 1er octobre 1772, Monteynard fait état de cette lettre du 16 août : « Vous m’av (...)

M. Hamelin m’a communiqué sa réponse au ministre sur la principalité ; il ne penche pour aucun d’ici, mais s’il fallait choisir, il prendrait l’abbé Macé. Il propose à M. Dupont un M. Cuneaux actuellement à Albi24.

Lundi 17 août

  • 25 Spectacle de danseurs sur fil (funambules).

Les élèves virent hier danser sur le fil d’archal25. M. Hamelin désira qu’on leur procurât ce divertissement.

M. de Poyanne passe par La Flèche.

Mardi 18 août

Je fus avec MM. Hamelin et Macé dîner chez M. le curé de Seiches, ami de ce dernier, dont le neveu, qui a remporté des prix à l’université de Paris, est connu de notre commissaire. M. de Pradel épouse aujourd’hui Mlle de La Gasnerie.

Mercredi 19 août

  • 26 Mlle Dandeville.

M. Pérodin mande à mon frère qu’il s’embarque le 25 et qu’il se hâte de se rendre à Nantes au plus tard le 23. Mlle Dand26… est dans la plus grande affliction de ce départ. L’abbé Calmès est parti hier pour Tours.

Jeudi 20 août

Emprunté de M. des Piltières 4 800 livres pour L’Éguillière, rendu depuis à mon retour. Fait faire ses malles et ses paquets. Et ses adieux.

Vendredi 21 août

J’ai conduit après dîner mon frère à Angers ; il emporte 200 louis et des nippes pour quatre ans.

Samedi 22 août

  • 27 La suite de ce nom est recouvert d’une tache. Probablement Valançon.
  • 28 La Dandeville (la fille du maître de pension) était grosse de trois mois de lui.

L’Éguillière s’est embarqué sur un batelet pour Nantes à 7 heures 1/2 et je suis venu dîner à La Flèche. Val27 m’a confié que la D… était g… de 3 mois de lui28.

Dimanche 23 août

L’instruction par l’abbé Lambert.

Lundi 24 août

Bureau ordinaire. Dîné chez M. Edon avec M. de Cambon, inspecteur général de la maréchaussée.

Mardi 25 août

  • 29 La chapelle du collège est dédiée à Saint-Louis dont la fête est le 25 août.

Le sermon par l’abbé Jacquemard. Ce sermon nous a déjà été donné, mais la seconde partie a été beaucoup et bien retouchée. Cette double fête du Roi et de la maison a été célébrée29. De la volaille à tous les élèves et l’on a tiré quelques boîtes au matin, à midi et au souper et même la veille au soir.

  • 30 Né près de Mantoue en 1568, Louis de Gonzague entre en 1587 au noviciat de la Compagnie de Jésus. (...)

M. Donjon a repris aussi ce Saint-Louis et abandonné le Gonzague30.

Mercredi 26 août

Le jeune du Puch de Montbreton passa hier de chez le sieur Dandeville dans notre pensionnat. M. de Gauville a ramené son fils chez le sieur Dandeville pour y attendre son ordre de réception au collège.

Jeudi 27 août

M. de Bouju annonce qu’il sera ici le 6 avec Mme de Mayneuf, son neveu et un pensionnaire pour Dandeville.

Vendredi 28 août

Composition particulière des élèves à qui M. Hamelin se propose de donner des prix. Il m’a remis la lettre du ministre pour le départ de M. Moyria. Heureuse défaite !

Samedi 29 août

L’intendant ne viendra pas à La Flèche dans sa tournée. L’élection et ceux qui dépendent de lui se rendent à Angers où le commissaire départi sera demain.

  • 31 Maladie qui attaque les graines de céréales et les réduit en une poussière noirâtre.

Dans ce pays, les paroisses situées du levant au couchant par le nord ont 2/3 de moins de froment que l’année dernière. Il a beaucoup de nielle31 et en le passant au crible à vent, il en sort 1/5e de poussière noire. J’ai vu du pain fait avec ce grain non criblé, il était noir, comme l’éponge d’un encrier. Les paroisses opposées ne sont pas aussi mal.

M. l’abbé Boucher mena jeudi M. Mengin recevoir la tonsure au Mans.

M. de Baudre m’a demandé si pour retourner chez lui il fallait un ordre du Roi ou du ministre. Je lui ai dit qu’oui.

Dimanche 30 août

M. Donjon ne célèbre sa fête de Saint-Louis qu’aujourd’hui pour deux raisons. La première afin de ne la pas confondre avec celle des perruquiers et en second lieu pour qu’elle ne soit pas effacée par la solennité de celle du collège.

L’instruction par M. Hamelin.

Lundi 31 août

Les carabiniers se disposent à partir dans un mois et on assure que La Flèche sera sans troupes pendant cet hiver. M. de Poyanne est parti malade pour Paris.

Mardi 1er septembre 1772

Le duc de Sully est parti ; il a fait remettre en état ce que ses chevaux avaient pu dégrader dans les écuries de l’inoculation.

Comme nos receveurs des tailles étaient à la suite de l’intendant et qu’il ne trouvait pas d’argent, je lui ai passé 1 800 livres sur son billet.

Mercredi 2 septembre

Départ de Mme A… pour la Touche.

Mme de Lauberdière, M. et Mme Déan, M. et Mme de Seguin sont ici pour voir leurs enfants. Dîné chez Mme Huger.

Jeudi 3 septembre

Départ de M. Gautier pour Paris par le carosse. Il compte revenir par les gondoles du milieu du mois. On dit qu’il va faire venir son épouse et un de ses neveux pour remplacer mon frère à La Flèche. Il ne m’en a pas parlé. Il n’a pas pu emporter avec lui la besogne de 1771 et du trimestre, il aurait fallu une huitaine de plus pour que tout eût été prêt. Au reste, rien ne souffrira de son absence.

Vendredi 4 septembre

Cinq à six sous-maîtres iront au séminaire la semaine prochaine. M. de Valory donna hier un coup de bâton à M. du Lac de Cazefort. M. Jacquemard dit que ça était en jouant. Quelques-uns passèrent dans le fossé, malgré l’eau et la boue, et vinrent piller les moellons. Les jardiniers en suivirent un. D’autres élèves menacèrent en jurant les domestiques et le firent si haut que je l’entendis de mon cabinet. J’y fus. Les élèves furent punis, je témoignai mon mécontentement aux sous-maîtres de garde et j’en informai M. Hamelin.

Samedi 5 septembre

J’enverrai demain ma voiture à Durtal pour y prendre Mme de Mayneuf et M. de Bouju avec les deux enfants qu’ils amènent.

M. Busson s’est plaint à M. Chaubry de la lettre sur la non-assistance aux exercices classiques. Il en a parlé chez M. Hamelin devant M. Benières qui avait été en personne l’inviter. D’une douzaine d’exercices ou de thèses de l’année, il n’a assisté à aucune. À quoi servent donc ces messieurs ? S’il y a une affaire contentieuse au bureau, ils se récusent pour en connaître au siège. Ainsi, les choses en quoi ils pourraient être plus utiles par leur avis sont celles sur lesquelles ils se taisent.

Dimanche 6 septembre

L’instruction par M. Jacquemard.

Arrivée de M. de Bouju avec Mme de Mayneuf, le fils de cette dame et un pensionnaire pour le sieur Dandeville.

Lundi 7 septembre

Arrivée de la seconde gondole conduite par M. Dutertre avec l’abbé Rouzé et 6 élèves nouveaux.

M. de Fay de Villeneuve est venu voir son fils avant son départ pour l’École militaire. Bureau ordinaire.

Mardi 8 septembre

M. Hamelin a jugé à propos de donner à dîner à M. l’abbé de Cacqueray à la table de l’institution. Je l’ai fait servir convenablement. Ce grand vicaire a donné les pouvoirs à MM. Bourdet et Pochart. Il loge chez le curé qui donna hier un grand souper auquel MM. Chaubry et Ducan se trouvèrent. M. Hamelin avait parlé de donner aussi à dîner à Mme de Mayneuf et alors on aurait mangé dans une chambre particulière, mais j’ai représenté que le règlement le défendait expressément. Je n’ai pas été du dîner, j’ai fait compagnie à cette dame et à M. du Bouju à leur auberge et je les ai ramenés chez M. Hamelin au café. Mme de Mayneuf est partie ensuite.

Mercredi 9 septembre

Départ de la première gondole de 10 élèves conduite par M. de Bouju. Il a donné place sur le siège à la femme du Suisse.

Jeudi 10 septembre

Départ de la seconde gondole aux ordres de M. Dutertre. Parmi les 14 élèves qu’il emmène est M. de Moyria à la place de M. Lhermite de Saint-Denis, malade.

M. de Faverolles a emporté une cassette remplie de jeux. J’avais cependant visité les livres et les paquets que les gondoles emportent du collège.

Vendredi 11 septembre

Les listes de partants envoyés par les élèves de l’hôtel les ayant fait connaître de tout le pensionnat, on a réuni dans deux études ceux qui restent encore ici que l’on occupe plus qu’à l’écriture, l’arithmétique et en les faisant lire.

M. Hamelin a dîné à la Visitation avec le grand vicaire, le curé…

M. le duc de Montmorency vint hier au soir avec deux officiers. Il fit une verte semonce à M. de Lardière l’aîné. L’un de ses officiers voulait donner de l’argent à M. d’Espiard. Je l’ai instruit que c’était contre l’ordre.

Samedi 12 septembre

M. de Cacqueray est parti. L’évêque passera en peu. Il est question de la destruction de la Madeleine.

Six sous-maîtres sont allés au séminaire.

L’abbé Boucher arriva hier pour suppléer en attendant la première vacance.

M. Hamelin désire qu’il y ait moyen d’avoir une place dans une des gondoles pour un sous-maître qui va à Paris. Il fait un secret du nom, je soupçonne que c’est Boulay. M. Déan ou Lhermite pourront bien procurer cette facilité.

On a fait dernièrement un règlement de police pour la mouture. Elle fixe à 2 sous 6 deniers celle du boisseau des 30 setiers et 1/2 setier de déchet.

Dimanche 13 septembre

Point d’instruction. Double 1re classe.

M. Hamelin a bien voulu me communiquer le commencement de son travail pour rendre compte de sa mission pendant l’année qu’il va avoir passé ici.

  • 32 La cathédrale d’Angers est dédiée à Saint-Maurice.

M. Macé parti en poste pour prêcher la Saint-Maurice32 à Angers.

Lundi 14 septembre

Retour de M. d’Aubigny. L’abbé Jacquemard en campagne, idem l’abbé Pilon.

Mardi 15 septembre

MM. de La Rochefoucauld et de La Suze ont vu nos élèves au parc. La 7e caisse de livres est arrivée.

Mercredi 16 septembre

L’évêque d’Angers a passé pour se rendre à l’ordination ; il a pris un bouillon dans sa voiture, le curé lui a parlé à la portière, personne du collège ne l’a vu. La paroisse a sonné toutes ses cloches, l’abbé Boucher voulait qu’on en fît autant chez nous.

Jeudi 17 septembre

Retour de l’abbé Jacquemard et de l’abbé Macé. Arrivée de la 3e gondole conduite par M. Pernon dans laquelle était M. de Moncorps. J’en étais inquiet ; cet officier, malgré toute sa diligence, ne put arriver qu’à 2 heures et ordinairement les voitures sont ici à 10 heures du matin. On ignorait qu’on eût changé les couchers.

Vendredi 18 septembre

Retour de l’abbé Pilon.

Arrivée de la 4e gondole à 5 heures 1/2 du soir conduite par M. le chevalier de Fontenay et avait avec lui Mme, un M. Dandigné et un quartier maître fort laid. Ces deux gondoles ont apporté un grand nombre de lettres par lesquels les élèves de l’École demandaient à ceux du collège des amusements et envoient à quelques-uns de l’encre de la Chine. Nous les avons lues avec M. Hamelin, elles me sont restées et j’en rendrai compte.

M. de Fontenay a mangé dans sa chambre et Mme lui a tenu entière compagnie.

Samedi 19 septembre

Départ de la 3e gondole à 4 heures. On a cessé de donner du café aux élèves que cette boisson incommodait en route.

Retour des sous-maîtres qui ont été à l’ordination.

Dimanche 20 septembre

M. de Fontenay n’a emmené que 13 élèves, M. Déan étant malade. L’abbé Couasse a profité de sa place et il s’en est encore trouvé pour Mme de Fontenay.

L’instruction par l’abbé Jacquemard.

  • 33 Vêtements abandonnés.

Mme Taschereau des Pictières est venue voir son fils et en a repris la dépouille33.

Lundi 21 septembre

  • 34 Nomination de Pochart, prêtre du diocèse du Mans, et Rouland, prêtre du diocèse d’Angers, comme so (...)

Bureau ordinaire34.

Les sieurs Régnier et Graffart, prêtres de la dernière ordination, vont quitter le collège et aller vicarier. L’un d’eux est remplacé par l’abbé Péan, sous-diacre que l’abbé de La Brosse, grand vicaire d’Angers, avait recommandé à M. Hamelin.

M. de Villeminot renouvelle les baux des fermes du château. Le prix est doublé.

Mardi 22 septembre

Le sieur Métivet va être aumônier à Turbilly.

M. et Mme de Clermont sont à Gallerande.

Fête du diocèse. L’abbé Régnier a dit sa première grande messe.

Mercredi 23 septembre

On m’écrit que le sieur Sarbourg a les ordres de rendre aux propriétaires le 1er octobre les maisons qu’occupent les carabiniers et que le loyer cependant en sera payé jusqu’au 1er janvier prochain.

Un chanoine du même chapitre que M. Hamelin vint hier le voir et dîna au réfectoire des élèves.

Jeudi 24 septembre

Le sieur Graffart a dit sa première grande messe.

Fait conjointement avec M. Hamelin un règlement de police pour tous les portiers des deux maisons.

Vendredi 25 septembre

L’évêque du Mans donne la confirmation dans le château de La Suze aux paroisses voisines. M. Porion mande à l’abbé Jacquemard de le faire suppléer, ses affaires l’empêchant de se rendre à La Flèche avant le 12 octobre.

Samedi 26 septembre

La partie de la brigade de La Flèche qui était à Morannes s’est rassemblée ici pour se disposer au départ.

  • 35 L’abbé Durand.

Il s’est présenté un prêtre qui remplacera la seconde place de sous-maître prête à vaquer35. Départ des sieurs Régnier et Graffart.

Dimanche 27 septembre

L’instruction par M. Hamelin.

Arrivée de M. Noyelle, le nouveau régent de 6e par le fourgon et de MM. Guy et Gautier par la dernière gondole conduite par M. de Lacordaire. Cette voiture amenait 4 élèves, la femme et un enfant du Suisse.

Lundi 28 septembre

M. Hamelin a fini ses observations sur le collège. J’en ferai une copie qu’il veut garder et qu’il ne veut pas faire connaître à un tiers.

Mardi 29 septembre

Départ de la dernière voiture d’élèves dans laquelle notre faculté a jugé que MM. Déan et Lhermitte pouvaient être transportés.

Concerté avec M. Hamelin sur les gratifications des sous-maîtres dont je lui ai remis l’état.

Mercredi 30 septembre

Formé la nouvelle répartition des études et des leçons d’écriture pour l’année prochaine. M. Hamelin a bien voulu faire cette besogne uniquement avec moi.

Jeudi 1er octobre 1772

Départ de la brigade des carabiniers qui était rassemblée à La Flèche. Celle d’Angers l’a remplacée et partira demain. Un cheval de trompette de prix s’est noyé au Lude dont on refait le pont. Les autres brigades ne prennent pas cette route.

Vendredi 2 octobre

L’abbé Durand, prêtre du diocèse d’Angers, remplit la place de sous-maître vacante. M. Rougier a amené son fils.

Samedi 3 octobre

M. Donjon a été faire sa cour à son évêque. Il a obtenu le jeune prêtre Drouault pour son vicaire de ville et une pension de 200 livres sur la chambre du diocèse pour le sieur Mousset qui l’était auparavant.

On a transporté à Saint-Jacques les lits et meubles des autres casernes. On attend pour remettre cette maison au collège de nouveaux ordres sur les choses qu’on veut enlever : crèches, râteliers, pavés, etc. Ce dernier article est un peu fort.

Dimanche 4 octobre

Habillement neuf des élèves.

L’instruction par M. Jacquemard.

Mme Le Gras est ici avec son fils aîné.

Lundi 5 octobre

Bureau ordinaire. Rentrée des classes dont l’abbé Macé a prononcé le discours à l’ordinaire.

Mardi 6 octobre

On se prépare pour les vendanges. Le vin sera bon, de garde et sera sûrement de 1/3 meilleur marché que l’année dernière.

Mercredi 7 octobre

L’abbé Porion est arrivé pour souper. Il m’a remis les deux estampilles pour la bibliothèque et le dépôt des livres.

Jeudi 8 octobre

Départ de Mme Le Gras. Le médecin La Tour la suit pour aller, je crois, inoculer son fils. M. de Barville amena hier son fils.

Vendredi 9 octobre

M. de Limon a passé à La Flèche, mais incognito ; il va à Baugé. La visite qu’il a faite à Angers coûte 10 000 livres de revenus à cette ville où on lui a présenté les vins. À Saumur, on a fait plus, on lui a remis les clefs.

Samedi 10 octobre

Si le temps se soutient au beau comme il est à présent, le couvreur pourra travailler aux infirmeries provisionnelles avant 1773.

Dimanche 11 octobre

L’instruction par l’abbé Lambert.

M. Sarbourg est absent et il est sensible par la manière dont il se conduit qu’il ne remettra les clefs de Saint-Jacques qu’à l’époque de la fin de ce mois marqué par la réponse qu’il m’a faite.

Lundi 12 octobre

Arrivée des dragons de La Rochefoucauld qui partiront demain pour Saumur. On s’est servi des écuries de Saint-Jacques pour leurs chevaux.

Mardi 13 octobre

M. Hamelin a refusé de donner un congé demandé par les professeurs.

Mercredi 14 octobre

Le jeune de Borrel est arrivé portant le nom de La Grange. Notre faculté ne l’a pas trouvé récusable.

Le jeune d’Heillimer a été envoyé par un nouveau directeur que l’on envoie de Metz aux Dames de la Visitation de cette ville. C’est un enj… de 33 ans.

Jeudi 15 octobre

L’intendant a envoyé ordre de chercher un emplacement pour emmagasiner les crèches etc. de Saint-Jacques et pouvoir rendre cette maison.

Vendredi 16 octobre

M. de Montiers amène son fils et les 2 de Boisjugan dont l’aîné a près de 11 ans.

M. et Mme la marquise de Clermont sont venus voir le collège accompagnés du frère de Mme, grand vicaire d’Autun. Ils ne sont repartis qu’à 1 heure 1/2 et m’ont fait dîner de pain.

Samedi 17 octobre

Les vendanges sont presque finies. Le vin est à 100 livres la pipe de 500 pintes environ.

Dimanche 18 octobre

L’instruction par M. Hamelin. Permis à M. Gautier de faire une partie à Créans.

Le jeune de La Châtre par M. son oncle le vicomte ; il se loue on ne peut plus de M. Dupont dans la nomination de ce neveu. Son fils unique est très en danger des suites d’une blessure à la mâchoire supérieure qu’il s’est faite il y a 2 mois et que sa bonne a celée.

Lundi 19 octobre

Dîné en vendange au Maupas. M. de Sarbourg est venu me dire qu’il avait trouvé un emplacement pour déposer tous les effets du Roi qui sont à Saint-Jacques, ainsi que les pavés et vitres, ayant mandé à l’intendant que vraisemblablement ce collège allait culbuter cette maison. Je lui ai répondu que comme vraisemblablement le collège ne culbuterait rien, je m’opposerai à ce qu’il fît enlever les vitres, pavés et autres immeubles.

Ma f… sortie ce soir de chez M. S… et logée chez le sieur L.M.

Mardi 20 octobre

  • 36 André-Gabriel Le Royer de La Motte, né en 1744, est l’arrière arrière-petit-fils de Jérôme Le Roye (...)

Dîné à la Vrillère. M. Ducan m’a fait part du mariage de sa fille aînée avec M. Le Royer de La Motte36.

Mercredi 21 octobre

M. de Boissimon proposa hier de reprendre sa maison dans un an au mois d’octobre et de se charger des réparations pour le prix arbitré par l’architecte et l’expert du collège.

Jeudi 22 octobre

Dîné à Oyré. Porté mes plaintes à M. Chaubry de ce que l’on enlèverait de Saint-Jacques des choses qui détérioreraient cette maison. Il en a écrit à M. l’intendant.

M. Le Gouz du Plessis, major du régiment du Roi, a amené le jeune de Kerret de Kéravel. Il nous a appris que le docteur La Tour inoculait dans le pays d’où il venait avec la qualité de médecin inoculateur du collège. Il a beaucoup reçu à Nancy avec M. d’Alvimard.

Vendredi 23 octobre

  • 37 Il s’agit de l’abbé Jamin.

Un des chapelains de Bellebranche vient de mourir37.

Samedi 24 octobre

Les élèves arrivent promptement. Il y en a 280 effectifs.

Dimanche 25 octobre

L’instruction par l’abbé Jacquemard.

Lundi 26 octobre

  • 38 Nomination de Jacques Amiard comme chapelain de Bellebranche.

Bureau ordinaire38.

Le sieur L’Épine, facteur d’orgues envoyé par M. Dupont, a examiné celle du collège et est parti pour Nantes.

Arrivée de M. de Limon, intendant des finances de Monseigneur le comte de Provence. Je fus le saluer avec M. Hamelin. La ville lui présenta les vins ; le présidial et l’élection le complimentèrent. Après le dîner où nous étions restés, il vint voir ce collège et demanda au nom du prince congé. M. Hamelin lui a proposé de dîner.

Mardi 27 octobre

  • 39 Il s’agit « du moyen de remédier au mauvais état des fossés et douves […]. Après avoir reconnu que (...)

Le bureau a été assemblé extraordinairement à l’occasion de la demande faite par la ville de curer ou de combler les fossés. J’ai été nommé pour être de la part du bureau aux opérations et à l’examen de ces fossés que fait M. de Limon39. Il comptait partir ce soir, mais son départ étant différé de 24 heures, il nous a demandé de la soupe d’élève pour demain. M. Cabanel d’Anglure vient d’envoyer son ordonnance pour la coupe des bois demandée par le collège. À cette occasion, M. de Limon nous a dit que c’était lui qui avait fait le rapport de l’affaire que ce grand officier avait suscitée au collège. Il m’a dit qu’il avait écrit à M. Dupont pour un malheureux en qui il s’intéresse.

Congé tout le jour en l’honneur de Monseigneur le comte de Provence.

Mercredi 28 octobre

M. de Limon a dîné dans la salle du bureau avec MM. Chaubry, Pihery, Ducan, Busson et quelques autres magistrats et officiers de ville, le principal et les deux sous-principaux. Nous étions 14. M. Hamelin lui a parlé de l’affiliation que l’université d’Angers méconnaît. Il est parti pour Le Mans avec l’abbé Pichon, historiographe du prince. Il va de là chez M. de Cromot. Tous les ans il fera une tournée dans l’apanage.

Jeudi 29 octobre

Mme de Boissimon est malade. Elle m’a fait dire qu’elle désirait en rentrant dans sa maison l’année prochaine racheter quelques-uns des meubles qu’elle a vendu en la louant.

Vendredi 30 octobre

L’abbé Duvigneul songe à se marier avec une parente de l’abbé Macé qui est bossue, mais qui sera riche. Il ira à Angers passer les prochaines fêtes pour prendre des arrangements. Mmes de La Suze, de Liancourt et de Chamillart sont venues avec le frère de M. le comte de La Suze voir dîner les élèves. Elles ont sollicité un congé que M. Hamelin leur a promis de demander au bureau. Mme de La Suze m’a invité à aller à La Suze et d’y mener s’il était possible M. de Verteuil.

Samedi 31 octobre

L’abbé Boucher s’était chargé dimanche dernier de faire le sermon de la Toussaint. Il a déclaré qu’il ne leur était pas possible de remplir son engagement et l’abbé Lambert nous donnera un sermon qu’il a fait sur cette fête la première année.

Dimanche 1er novembre 1772

Enfin l’abbé Gazeau a quitté le collège et est allé au séminaire du Mans. Le pauvre sujet dont on est débarrassé !

Le sermon par l’abbé Lambert.

Lundi 2 novembre

Le frère de M. de Baudre est arrivé. Il va à La Suze d’où il reviendra demain et emmènera son frère au plus tard après demain matin.

Mardi 3 novembre

M. de Baudre a fait ses adieux à tous ses anciens maîtres et a dîné chez M. Donjon. M. Hamelin attendra à annoncer à l’abbé Bourdet que le feu et la lumière lui sont accordés qu’il ait fini le remerciement au ministre des livres accordés à la bibliothèque.

Mercredi 4 novembre

L’abbé Le Royer, dont la pension est tombée de moitié de ce qu’elle était l’année dernière, vient de faire encore un de ses tours de caractère. Il dénigra tellement dans un voyage qu’il fit à Nantes son antagoniste qu’il avait déterminé le sieur Drouin, le correspondant de M. Perodin, le mentor de L’Éguillière, à faire retirer les trois enfants de cet Américain pour les donner à ce digne prêtre. J’ai heureusement apaisé cette affaire dont la justice était déjà saisie à l’avantage de M. Dandeville. Le sieur Desprez était dans ceci très chaud fauteur du Royer.

Jeudi 5 novembre

L’abbé Duvigneul est de retour. Mille écus et son mariage est fait ; peut-être aussi une sottise du même saut. Sa classe le fatigue beaucoup, à ce qu’il imagine, et il compte sur ce repos et beaucoup de paix en ménage.

L’abbé Jacquemard est en campagne depuis deux jours. Il fait la cour à un sien parent curé de Brissarthe. Il n’est plus bien ami de M. Hamelin, l’abbé Macé y est au mieux. Quelle différence de caractère ou plutôt de manière de se conduire pour captiver ses bonnes grâces !

Le jeune Casabianca parle assez de français pour se faire comprendre, il est bien élevé.

Vendredi 6 novembre

M. et Mme de Clermont quittent Gallerande et s’en retournent à Paris.

Samedi 7 novembre

L’abbé Jacquemard est de retour.

Dimanche 8 novembre

L’instruction par M. Hamelin. Commencement de l’inoculation.

Lundi 9 novembre

Bureau ordinaire.

Mardi 10 novembre

Mme d’Argentré a amené son second fils chez le sieur de Dandeville qui a aujourd’hui 31 pensionnaires. Son compétiteur n’en a pas vingt.

Mercredi 11 novembre

Congé de la Saint-Martin. M. Pilon en campagne. À 9 heures du soir, il a paru tout à coup une lumière qui a enflammé l’horizon pendant quelques secondes, elle partait du sud. Plusieurs personnes en ont été effrayées.

Jeudi 12 novembre

M. Pilon donna à dîner et à souper à M. et Mme Maussan de Baugé. MM. Hamelin, Macé, Benières, le curé de Fougeré et moi en étions et j’ai pris le soin du repas.

M. Chaubry se dispose à un voyage pour Paris, ainsi que M. Busson qui y mène son fils.

Vendredi 13 novembre

Mme Valle née Belleville est sortie hier de la Madeleine et partie pour Paris. Elle me laisse deux boucles de brillants en gage de 15 louis d’or.

M. Donjon est brouillé avec tout son clergé à l’occasion d’un nouveau règlement pour les enterrements dans lequel il ne s’est pas oublié. Il a aussi une querelle de bancs qui déplaît à d’autres personnes.

Samedi 14 novembre

M. Hamelin a fait une verte semonce à plusieurs sous-maîtres. Je lui ai fait part d’une lettre sèche que j’ai écrite à l’abbé Beaupied au sujet des lumières.

M. de Bellegarde, officier du génie, a amené son neveu de Laforgue de Bellegarde, cousin de ceux qui ont été déjà ici.

Dimanche 15 novembre

L’instruction par l’abbé Jacquemard.

M. et Mme Pihery sont de retour. Mme était malade.

  • 40 Il s’agit d’Armand-Thomas Hue de Miromesnil, futur garde des sceaux, et de Jean-Pierre Godart de B (...)

Le premier président et le procureur général du parlement de Rouen ont passé pour se rendre à Saumur où ils viennent d’être exilés40.

Lundi 16 novembre

M. Hamelin me communique le travail qu’il va adresser au ministre et au directeur. Je l’ai prié de me faire part de ce qu’il pensait relativement à la place de l’inspecteur, d’en marquer la marche. Cette partie, dit-il, ne le regarde point.

Fait une réforme dans ce qui me concerne et donné au dehors à blanchir, raccommoder, etc. tout ce qui m’appartient.

Mardi 17 novembre

Un boulanger du Mans est venu offrir de vendre le pain noir à 3 deniers la livre et le méteil à 6 deniers au-dessous du prix de la ville. La police le lui a défendu.

Mercredi 18 novembre

Un serrurier est venu après le dîner m’apporter les clefs de Saint-Jacques chez M. Hamelin. Je les ai refusées en lui disant que je ne le connaissais pas et que je ne recevrais les clefs que dans les serrures et aux portes.

Jeudi 19 novembre

Le sieur Boulai, commis de M. Sarbourg, s’est présenté le matin chez moi avec le serrurier de la veille. Je lui ai donné rendez-vous à Saint-Jacques pour 2 heures, où je me suis trouvé avec le sieur Simon et un homme pour servir de concierge. M. Basteau est malade et n’a pas pu s’y transporter. J’ai tout examiné et j’ai fait mes observations et mes réserves sur ce qui s’est trouvé dégradé, entre autres le pont du côté de la Madeleine, la chapelle dont les clefs n’avaient pas été confiées aux troupes, mais à l’ancien curé par l’évêque. En général, cette maison vaut mieux qu’avant le casernement. Notre architecte lève les plans de cette maison et de son terrain et il sera prêt dans huit jours.

Vendredi 20 novembre

Le courrier n’est arrivé que le soir. Son retard est de 14 heures, il a dû s’être égaré. L’abbé Jacquemard m’a rendu la réponse de M. Hamelin au ministre sur le compte de M. Donières et l’éloge bien avantageux de M. Macé.

Samedi 21 novembre

Instruit M. Hamelin de ce que m’a rapporté hier M. Jacquemard. C’est par l’abbé Bourdet seul que le contenu de la lettre a pu être su. M. Hamelin lui en fera les reproches et peut-être notre préfet va-t-il me bouder s’ils lui reviennent. Il semble que la prédilection du commissaire pour le bibliothécaire donne de la jalousie à plusieurs.

Dimanche 22 novembre

Point d’instruction. La Trinité d’hiver.

Mme Ruault et Mlle sa fille sont ici. Elles y resteront un mois par tendresse pour notre élève et en attendant M. de Caradeuc qui les reconduira à Paris. Elles reviennent de Vire. Mme de Laage est arrivée. Elle a fait ses c… heureusement et l’a… Por… va la revoir

Lundi 23 novembre

  • 41 Attribution de la bourse de philosophie de 80 livres : « nomination de Franche, élève en rhétoriqu (...)

Bureau ordinaire41. L’abbé Cuisnier est ici. Il veut que je m’intéresse pour lui obtenir une pension de 2 à 300 livres pour l’aider à subsister. J’ai beau lui protester que je n’ai aucune influence. C’est un terrible solliciteur.

Mardi 24 novembre

L’abbé Lambert est en campagne depuis samedi et c’est pour une huitaine au moins. Je le crois au Mans à solliciter. Le public le dit à Paris, peut-être parce qu’il aura percé jusqu’à Igé.

Mercredi 25 novembre

Frémont, notre chef cuisinier, après s’être fait la barbe vers les 3 heures, est tombé mort ; il a rendu par la bouche du sang écumeux ; cet accident s’est passé chez sa femme qu’il laisse seule, âgée, malade et presque dans la misère. Voici sept personnes mortes subitement ou par accident dans cette maison depuis son rétablissement.

Jeudi 26 novembre

L’abbé Pilon a été encore passer ces 2 jours à Baugé.

Vendredi 27 novembre

Il est question d’un mariage avantageux à Paris pour celui des fils de M. Chaubry qui se nomme Blotière. Jamais je ne vis année si fertile en noces.

Samedi 28 novembre

Le frère de M. Lemort est venu voir le collège en compagnie de deux étrangers dont l’un est frère du général Wolf anglais. Il y a deux mois qu’il est du côté de Nantes.

L’abbé Dolbeau, excédé par l’un des fils de M. Drouault qu’il avait reçu pour la seconde fois en classe à la condition du fouet, a eu le chagrin de le voir s’échapper. On a retrouvé cet enfant à Durtal, mais le professeur a à supporter toutes les accusations de dureté que lui font les barons.

Dimanche 29 novembre

L’instruction par l’abbé Pochart.

La retraite de ma femme est découverte par sa f…

Arrivée de l’abbé Lambert. Il est allé à Igé, comme je l’avais jugé.

Lundi 30 novembre

  • 42 En marge : Ce n’a été que le 1er décembre qu’elle a été la voir.

Une lettre que Mme Guibert a remise à ma f. lui apprend la mort de son fils. Elle est de M. Weiss et du 10 juillet adressée à Mme Le Roux42.

M. Hamelin s’est mêlé de l’affaire du jeune Drouault qui est rentré et a reçu le fouet.

Mardi 1er décembre 1772

Le petit-fils du docteur Le Jan a fait le second tome de l’aventure du jeune Drouault. Parce qu’ils sont Fléchois et que leurs parents tiennent au collège, ces enfants se croient tout permis. C’est encore l’abbé Dolbeau que ce nouveau procès regarde.

Mercredi 2 décembre

Le curé de Cré a écrit à M. Hamelin qu’il ne pouvait plus continuer de venir confesser les écoliers. Samedi il fut contraint de quitter le confessionnal par les importunités du jeune Le Jan qui a été de la plus grande indévotion dans l’église le dimanche. C’était là son crime. Il est rentré en classe après avoir été fustigé chez M. Hamelin en présence de sa mère.

Jeudi 3 décembre

Mmes Ruault m’ont donné à dîner et à MM. Hamelin, Jacquemard, Macé, Porion, Noyelle, Gautier, Tridon et de La Tour.

  • 43 En marge : Faux.

Ma femme m’apprend la mort de s. f. qu’elle m’avait cachée depuis mardi malgré son désespoir43.

Vendredi 4 décembre

  • 44 En marge : Ce mariage n’a pas eu lieu.

Le mariage avantageux du second des fils de M. Chaubry est décidé et le père partira pour Paris le 2844.

Samedi 5 décembre

  • 45 En marge : Fausseté. Du Cluzel est demeuré intendant de Tours.

On assure que le conseil supérieur va être transféré de Blois à Tours, que M. de Saint-Michel, premier président, sera intendant et que Du Cluzel va être conseiller d’État45.

Dimanche 6 décembre

L’instruction par l’abbé Boucher.

Déclaré l’histoire de mes a… avec… à Mme Ruault.

Lundi 7 décembre

Bureau ordinaire. Les désirs de mariage de l’abbé Duvigneul semblent ralentis.

Mardi 8 décembre

Fête. Nos blanchisseuses ont comploté de ne pas approcher aujourd’hui de la buanderie. Elles disent que le curé le leur a défendu. Dans ce temps-ci, il n’est pas possible de rester deux jours par semaine sans travailler que le blanchissage n’en souffre.

Mercredi 9 décembre

J’ai congédié 5 laveuses et un des garçons de buanderie à cause de leur complot de hier qui a fait tort à la lessive qui avait été chauffée la nuit précédente.

Les sous-maîtres emportent tous les jours 2 à 3 chandelles de leurs études. J’ai parlé à M. Hamelin de cet ancien abus qui coûte une centaine d’écus. L’abbé Lambert leur avait dit qu’elle leur était accordée et il l’a mis dans son compte rendu au ministre.

Jeudi 10 décembre

La translation du conseil supérieur de Blois à Tours paraît ne devoir pas avoir lieu.

Vendredi 11 décembre

MM. Hamelin et Macé ont dîné chez Mmes Ruault dont le séjour se prolonge. Ce dernier fait habituellement gras.

Samedi 12 décembre

Les temps humides, la chaleur des poêles, peut-être la période de la rougeole qui nous a tout affligés l’année dernière, donnent beaucoup de glandes, de gales et de dartres à nos élèves dont on va purger légèrement un bon nombre. Le retour du temps des inoculations et les nouveaux arrivés peuvent bien aussi entrer pour quelque chose dans cette espèce d’épidémie qui revient tous les ans au commencement de l’hiver.

M. Busson part demain pour Paris avec son fils et le jeune de Clefs. Celui-ci entre dans la Maison du Roi.

M. Hamelin a lu l’arrêt du conseil de l’École militaire contre les coups que se donnent les élèves.

Le sieur Babin, prêtre, remplace le sieur Gazeau sorti au commencement de novembre et qui a été refusé au séminaire du Mans.

Dimanche 13 décembre

L’instruction par l’abbé Bourdet. Ce début lui fait honneur.

Lundi 14 décembre

MM. Busson ne sont partis qu’aujourd’hui. M. Hamelin a formé les 4 ordres de septième.

Mardi 15 décembre

Congé remis depuis la Saint-Nicolas qui est tombée cette année le dimanche.

L’abbé Duvigneul parti pour Angers plutôt pour se défaire de ses engagements de mariage que pour les cimenter.

Mercredi 16 décembre

Refusé le dîner chez M. Ducan avec M. et Mme de Pradel.

Les ministres de santé veulent qu’on ne se serve que d’onguent Rosat pour les têtes suinteuses et les dartres dont voici la saison. Ils rejettent le beurre de mai parce qu’il est vieux, c’est-à-dire du mois de mai ; et ne veulent pas qu’on se serve de poudre d’ardoise pour dessécher. Ils accusent ces 2 ingrédients très naturels des indispositions qui remplissent les infirmeries. Il faut bien qu’ils fassent leur métier, car la médecine n’est pas science chez ces gens-là.

Jeudi 17 décembre

Quelques-uns des jeunes sous-maîtres ont imaginé qu’ils ne devaient pas manger du même pain que celui des élèves et qu’il leur faudrait faire de petits pains à chacun. J’ai dit cette fantaisie à M. Hamelin qui ne l’a pas plus approuvée que je ne l’avais fait.

Vendredi 18 décembre

J’ai fait mettre dans une infirmerie particulière l’élève qui a la rougeole et j’ai pris un infirmier d’extraordinaire pour le garder. Nous avons des malades de différentes classes de personnes, ce qui est à la fois plus dispendieux et plus embarrassant.

Samedi 19 décembre

Les parlementaires de Rouen ne sont déjà plus à Saumur, on les a envoyés à Lyon. Veuton leur faire faire leur tour de France comme aux compagnons pour leur apprendre leur métier ?

M. Busson a estimé sa charge 40 M livres. Il croirait alors qu’on songeait à rembourser tous les offices de judicature. Point du tout. On a demandé le %e denier et c’est une diminution qu’il est allé solliciter.

  • 46 En marge : Ma femme.

L’évêque de La Rochelle a renvoyé au curé une lettre de Mme de La M… pour savoir ce qu’est cette dame46.

L’abbé Duvigneul arriva hier au soir.

Dimanche 20 décembre

L’instruction par M. Lambert. M. Chaubry m’a averti qu’il perçoit quelque chose de mon affaire.

Lundi 21 décembre

Fête de Saint-Thomas à la paroisse seulement.

Mardi 22 décembre

Congé. Il ne le sera pas jeudi le matin.

Bureau ordinaire.

Mercredi 23 décembre

Enfin le temps se met à la gelée, ce qui épurera l’air et sera bien pour la santé de nos enfants.

Jeudi 24 décembre

On a puni sévèrement M. de Languedoue qui a jeté à table son couteau à la tête de Montgon.

Vendredi 25 décembre

M. Porion a fait le sermon de Noël.

Samedi 26 décembre

Nouvel embarras avec les buandières à qui le curé a refusé l’absolution pour avoir travaillé dans des cas pressés à la buanderie des jours chômables et qu’il faut faire par cette raison travailler aujourd’hui.

M. Chaubry part demain à midi en poste. Je lui ai tout confié notre affaire.

Mmes Ruault ont soupé 2 fois avec nous.

Dimanche 27 décembre

L’instruction par l’abbé Durand, elle lui a mérité des applaudissements. Soupé avec ma… chez Mmes Ruault.

Lundi 28 décembre

M. Pilon absent depuis jeudi est arrivé ce soir.

L’indisposition de M. Tridon donne un surcroît de besogne à M. Hamelin à cause des lettres d’élèves.

Mardi 29 décembre

M. Drouault, dont le fils a dit vendredi sa première messe et que le curé a choisi pour son premier vicaire, a invité M. Hamelin et moi de deux grands dîners qu’il a donnés à tout le clergé de 3 à 4 lieues à la ronde. Nous nous sommes excusés de nous trouver à ces noires cohues qui sont rarement sobres.

Mercredi 30 décembre

M. Hamelin propose de remplacer le curé de Cré, confesseur, par M. Langevinière, prêtre habitué de Saint-Thomas, le plus estimé et le plus estimable de tout le clergé, mais que les innovations et les inconséquences du nouveau curé dégoûtent de la paroisse.

Jeudi 31 décembre

Ma f… donne à souper à Mmes Ruault. Je dînai hier chez M. du Hauthierray. On est convenu assez généralement en ville qu’on ne ferait plus de visite de nouvel an ; cet usage qui témoigne la cordialité de nos ancêtres ne va pas à notre égoïsme.

Vendredi 1er janvier 1773

Il avait gelé assez ferme et le thermomètre avait descendu depuis Noël à 4 degrés de congélation. Le temps s’est détendu cette nuit et il fait un verglas à casser le cou à ceux qui enfreindront la convention de ne pas faire de visite.

Les élèves sont venus tous me visiter étude par étude. Les professeurs et maîtres se sont fait réciproquement des visites. J’en ai fait à M. Hamelin. Donné 24 livres d’étrennes à son domestique.

  • 47 L’incendie de l’Hôtel-Dieu a lieu les 29 et 30 décembre 1772. Les princes de sang (les Orléans, Co (...)

Outre la nouvelle de l’incendie de l’Hôtel-Dieu de Paris et la réconciliation du premier prince de sang et de son fils avec la cour, on a appris que le bref d’extinction de la Société des Jésuites était arrivé de Rome47.

Samedi 2 janvier

Le second des fils de M. des Piltières est reparti pour se rendre à Dunkerque où il est placé dans les cartes. Il a passé deux jours ici et s’en retourne par Tours.

Dimanche 3 janvier

Instruction par M. Hamelin.

Arrivée du jeune Guy de Ferrière. Cet enfant qui a dîné à la table de l’institution était à jeun et est venu ce matin du Lude en croupe et en sabots. Il ne se connaît de nom que celui d’Aimé. Son conducteur, soldat de Beauvaisis en semestre à Tours, l’a amené de cette ville où il lui a été confié par le messager. Il n’a pas pu dire d’où il vient et la lettre dont était muni cet enfant est datée Augueri du 26 décembre, signée Lévesque de Guy. Ce qui a fait croire que ce ne pouvait être que le jeune Pierre Guy de Ferrière dont la mère se nomme Lévesque.

Lundi 4 janvier

Bureau ordinaire.

M. Hamelin a choisi l’abbé Langevinière pour confesseur extérieur.

Mardi 5 janvier

  • 48 Les prestimonies sont les revenus d’une fondation qui, sans pour autant constituer un bénéfice, so (...)

Le curé dont la querelle pour la réunion des prestimonies48 et la taxe des frais des funérailles n’est pas encore apaisée, vient de s’en susciter une nouvelle. Il a refusé la chantrerie et protesté contre collation que le fondateur en a faite à l’abbé Beaufils, jeune prêtre fléchois. Il voudrait procurer encore cette place à son ami Le Royer.

Mercredi 6 janvier

M. Hamelin a donné à chaque élève une orange pour payer sa royauté de la fève. Tous ceux qui ont droit à la table de l’institution ont soupé dans ma chambre.

Jeudi 7 janvier

  • 49 Dans une lettre datée du 2 janvier 1773, Monteynard écrit : « Je ne puis qu’approuver les précauti (...)

M. Hamelin m’a dit qu’outre le règlement pour les domestiques dont j’ai reçu une copie, le ministre lui en avait adressé un pour les sous-maîtres49.

Vendredi 8 janvier

Les religieuses visitandines se sont fournies d’un jeune ex-jésuite pour chapelain. On dit qu’il a du mérite.

Samedi 9 janvier

La sœur de M. de Limon, intendant des finances de M. le comte de Provence, doit épouser le fils du lieutenant général criminel d’Angers. Ce n’est pas, dit-on, un grand parti.

Dimanche 10 janvier

L’instruction par l’abbé Durand, sous-maître.

Nous avons dans cette ville la bru du médecin avec la sœur de cette dame qui, au dire du docteur, vont hériter chacune de 75 M livres de rente. En attendant, elles paraissent des grisettes de bourgades.

Lundi 11 janvier

L’abbé Lambert a célébré la grande messe de Saint-Guillaume à la paroisse à laquelle assiste la municipalité.

M. Hamelin a communiqué au café la lettre de M. Dupont qui l’informe de l’accusation formée contre l’instruction publique du collège. Les instituteurs sont très indignés.

Mardi 12 janvier

Congé des étrennes. M. Hamelin lut au café sa lettre au ministre sur l’accusation dont il instruisit hier tous les professeurs. Je lui ai communiqué mes idées sur l’analogie du propos tenu ici et à Paris de placer l’Hôtel-Dieu à l’École militaire. Il m’a conseillé de les faire connaître à M. Dupont.

Mercredi 13 janvier

Mariage du sieur Le Mercier, maître d’écriture ; il a fait en sorte que ses exercices et ses devoirs n’en ont pas du tout souffert.

Jeudi 14 janvier

On annonce que M. Busson qui était attendu ici a différé son retour. Je ne sais sur quel fondement les élèves ont fait courir le bruit de la prochaine arrivée de M. Dupont.

Vendredi 15 janvier

M. Hamelin a lu aux domestiques leur nouveau règlement.

Samedi 16 janvier

M. Lardière ne passe pas de semaines sans faire quelques nouvelles méchancetés ; cet élève est bien dangereux pour les autres.

Il a paru ce soir à 7 heures 1/2 vers le sud un nuage très blanc de la forme d’un grand arc dont un bout tourné au nord-est, l’autre bout au sud-ouest. Les nues qui passaient fort au-dessous et dont la marche était bien plus rapide le cachaient de temps à autre. Il jetait des éclairs fréquents et qui éblouissaient. Le temps s’est couvert et a caché ce météore. Il fait chaud depuis plusieurs jours.

Dimanche 17 janvier

  • 50 Banal discours de morale.

L’instruction par l’abbé Babin : c’était une capucinade50.

Lundi 18 janvier

  • 51 Cette réflexion fait suite à la lecture d’une lettre de Dupont « qui marque que ce collège est ent (...)

Bureau ordinaire dans lequel il y eut diversité d’opinions non sur le fond mais sur la forme51.

Mardi 19 janvier

Les sous-maîtres ont fait une assemblée, ils savent qu’il y a un règlement pour eux. Depuis quelque temps, ils négligent leurs élèves sous le prétexte qu’ils n’ont pas assez d’autorité. Peut-être M. Hamelin est-il devenu un peu trop doux à leur égard ?

Mercredi 20 janvier

On s’est assemblé hier à 9 heures chez M. Hamelin pour continuer le bureau de la veille. M. Hamelin paraît fâché contre les barons et les robins fléchois.

Un charpentier qui tomba hier du haut du bâtiment des infirmeries mourut le soir à 8 heures après 12 heures sans connaissance. Le curé lui donna l’extrême-onction à notre infirmerie.

Jeudi 21 janvier

M. Hamelin demande deux nouvelles prisons pour MM. Lardière et L’Évêque. Je lui ai fort conseillé de renvoyer l’abbé Masson et d’obliger les sous-maîtres à lui remettre tous les jours une note qui rende compte des élèves qui leur sont confiés et d’après laquelle le principal puisse infliger les peines capitales.

Vendredi 22 janvier

J’ai parlé au père du sous-maître Marchand de l’assemblée générale dans laquelle s’était trouvé son fils et des suites que cela pourrait avoir. Il l’a obligé d’aller en rendre compte à M. Hamelin qui l’ignorait et à qui j’ai appris que l’abbé Couasse était vraisemblablement le promoteur de ces mouvements.

Samedi 23 janvier

M. le curé avec qui j’ouvris les dernières lettres du ministre au bureau m’a dit que l’on n’aurait pas fait de difficulté de signer la délibération si on eût reçu plutôt celle en réponse à la nouvelle année.

M. Binet a écrit à l’abbé Noyelle une lettre qui l’a affligé et encore plus l’abbé Porion à qui il l’a communiquée.

Après-demain, fête de M. Hamelin.

Dimanche 24 janvier

L’instruction par M. Hamelin. On lui a souhaité la bonne fête, et comme l’année dernière, il n’y a eu ni poudre brûlée, ni guirlandes de branches et de fleurs.

On a fait aujourd’hui les visites de noces de Mlle Ducan et de M. de La Motte. Le séjour de m. f. ici est su. Mme A… m’en a parlé et dit que tout le monde le savait.

Lundi 25 janvier

Fête de M. Hamelin. Grande messe. Congé. Il a donné des oranges à tous les élèves et a dîné à la table de l’institution à laquelle ont été seuls admis MM. Gautier et Tridon. Il paie l’extraordinaire.

Mardi 26 janvier

  • 52 Le contrat de mariage est signé le 21 janvier 1773 (Arch. dép. de la Sarthe, 4 E 6/612).
  • 53 L’arrêt du conseil du 22 mars 1666 prescrit une recherche générale de tous les nobles du royaume. (...)

Mariage de Mlle Ducan et de M. Le Royer de La Motte52. M. Busson est chargé de tenter la réhabilitation de cette famille qui se veut donner pour noble ci-devant. Mais le Journal du Palais prouve que leurs ancêtres ne l’étaient pas en 167353.

Mercredi 27 janvier

Le fils de M. Dandeville vient de renouveler la folie de se rengager. Cette fois-ci, il y restera le temps de se repentir.

Jeudi 28 janvier

Les professeurs auraient voulu que la fête de Saint-Charlemagne eût été transférée puisqu’elle tombe un jour ordinaire de congé. M. Hamelin n’y consent pas.

Vendredi 29 janvier

M. Porion m’a fait voir une lettre apologétique de sa conduite qu’il écrit à M. Dupont et il se propose de voir moins les personnes du dehors.

Communiqué à M. Hamelin la lettre de M. Dupont sur les bruits contre nos instituteurs. Il y a lieu d’espérer qu’ils s’observeront mieux du moins pendant quelque temps.

Samedi 30 janvier

Retour de M. Busson de Paris d’où il ramène son fils.

Dimanche 31 janvier

L’instruction par M. Hamelin. Nos administrateurs externes se sont abouchés pour l’assemblée de demain.

Lundi 1er février 1773

  • 54 Lecture d’une lettre de Monteynard : « il doit exhorter le bureau à redoubler de vigilance et de z (...)

Bureau ordinaire54. L’abbé Jacquemard m’a montré la lettre d’avertissement qu’il a reçue, dont il est à la fois satisfait et furieux. Le ton de bonté et d’intérêt de M. Dupont lui donne le premier sentiment, l’autre est contre le lieutenant général qu’il se propose de dépeindre dans une réponse. Car c’est à lui que tous s’en prennent.

Mardi 2 février

  • 55 Collège fondé en 1598. En 1764, il a 6 à 7 pensionnaires et 100 externes.

L’abbé Rouland nous quitta avant-hier et fut remplacé par l’abbé Duchesne, prêtre de Laval qui vient du collège de Sablé55.

Mercredi 3 février

L’abbé Duvigneul a été absent pendant 4 jours de la semaine dernière pour des affaires qu’il a au Mans.

Jeudi 4 février

Quel froid piquant ! L’eau gèle sur ma cheminée.

M. Hamelin a donné hier aux sous-maîtres et aujourd’hui aux régents de 7e un déjeuner pour sa fête.

Vendredi 5 février

M. Hamelin a été officier à la Visitation.

L’abbé Genest se dispose à nous quitter.

Samedi 6 février

La famille des Allarts et Mmes et Mlles Limon avec l’abbé, enfin toute la noce, ont dîné chez M. Ducan en se rendant à Angers. Le nouveau marié m’a dit avoir connu au Cardinal-Lemoine le petit Dupont. Le Père Allart a dit que notre lieutenant général avait bavardé chez M. de Limon comme il part ici.

Dimanche 7 février

L’instruction par l’abbé Boucher.

Lundi 8 février

Quelques personnes disent ici que le lieutenant général veut acheter la mairie de La Flèche. Ce Monsieur est revenu plus boursouflé qu’il n’était ci-devant.

Mardi 9 février

M. Hamelin a enfin lu aux sous-maîtres leur règlement, mais qu’importent des lois si on n’est pas strict à les faire exécuter ! Et un règlement pour les sous-principaux, quand y en aura-t-il ? Il n’en faudrait peut-être pas si on a un principal qui ait le courage de faire faire, courage bien plus rare et plus essentiel que celui de se tuer à faire soi-même.

Mercredi 10 février

L’abbé Babin est absent. Il va faire sa démission d’une pédagogie qu’il avait.

Jeudi 11 février

Proposé à M. Hamelin de faire descendre les élèves dans les salles d’étude après le lever les jours de fête et de congé comme les jours de classe. La facilité de surveiller, l’impossibilité aux maîtres de rester dans leurs chambres, la réunion des mêmes ordres pour les catéchismes du matin, moins de froid en hiver, l’épargne des fagots qui se brûlent dans les dortoirs, la sécurité sur les escaliers ne lui ont pas fait rejeter ce projet auquel il m’a promis de penser.

M. Hamelin a fait placer Lardière à l’infirmerie des domestiques.

Vendredi 12 février

M. Donjon a écrit à M. Hamelin sur des travaux qu’il prétend que l’on fait au collège et qui scandalisent toute la ville. C’est à la buanderie qu’il en veut tant. Ce qu’on y fait le dimanche consiste à voiturer le linge et à mettre tremper dans le petit bassin les collets et manches de chemises. Les femmes de journée sont tenues de cette corvée. C’est peut-être parce que je ne les fais pas payer de cette préparation au travail que le zèle du pasteur a été échauffé. Car dans les blanchisseries et même sur la contrescarpe de la ville, on y voit parfois du linge étendu les jours de fête et quand il était principal, il a souvent vu la même chose et à pareils jours dans le parc pour faciliter le travail aux blanchisseuses.

Samedi 13 février

M. Hamelin a répondu très au long au curé qu’on ne faisait que des travaux indispensables et qu’on le voyait faire ailleurs et même dans sa paroisse.

J’ai depuis mercredi au soir des étourdissements et des secousses universelles qu’on me dit être des affections nerveuses, des vapeurs. Ce qui me fâche, c’est que je ne puis presque rien faire.

Prévenu M. Hamelin sur le découchement d’un sous-maître (Beaupied) et sur un vol de bois de l’infirmerie par un autre de ces jeunes messieurs (Mousset). Il leur a chanté une gamme et peu s’en est fallu mis dehors.

Dimanche 14 février

L’instruction par l’abbé Durand. Ce prêtre ne met que sept minutes à sa messe. Le fils de Mme Desbois est de retour.

M. du Hauthierray se donne beaucoup de mouvements pour que le tailleur remercié rentre par pitié pour sa famille. À en croire des propos, on doit envoyer au ministre un placet en sa faveur.

Lundi 15 février

Confidence à Mme Huger de mon h…

M. Bodin demande 42 000 livres pour sa maison et meubles et moyennant 300 livres annuelles la maison vis-à-vis le vestibule du pensionnat.

Grande messe et salut pour la naissance du Roi.

Bureau ordinaire. Signé le contrat de mariage de Fonvive et soupé après quoi conduit à l’église.

Mardi 16 février

Il y a dimanche 8 jours que le jeune vicaire Drouault fit un prône rempli des éloges de M. Donjon. Cette pièce fait bruit et a fait rire les auditeurs qui n’ont pas rougi pour la panégyrique et pour son sujet. Beaucoup de O Flèche ! Flèche ma patrie ! L’honneur d’avoir formé le plus bel établissement (le collège) ! Des conseils au clergé de suivre aveuglement les ordres, les exemples d’un pasteur que tant de provinces se sont disputées, composaient ce discours.

  • 56 La famille Mondot s’installe à La Flèche avec René (décédé en 1758), organiste au collège, qui a é (...)

L’après-midi, il y eut une scène longue et vive entre l’orateur et le curé d’un côté, MM. Mondot56 et Langevinière de l’autre. Elle commença dans le chœur et se continua dans la sacristie. Eh ! nos chemises donnent-elles un pareil spectacle.

Dîné chez la mariée.

Mercredi 17 février

M. Donjon a répliqué à M. Hamelin pour prouver que le scandale était donné par notre buanderie et non pris par la ville, que c’est celui des folles. Je ne pense pas que M. Hamelin lui réponde davantage. Il convient que la permission de travailler les jours chômables appartient à l’évêque.

Renvoyé le domestique vendeur de bois. Le sous-maître Mousset, acheteur, dont la conscience est rassurée par […], le méritait bien autant. C’est un Fléchois et un […]. Mais je crois qu’il nous quittera à Pâques.

Jeudi 18 février

Visite de M. de Boissimon. Demande d’être payé de 450 peupliers à 6 livres le % et des réparations de sa maison de l’inoculation en argent.

  • 57 Le convoy du cœur de Henry IIII. Très chrestien roy de France et de Navarre, depuis Paris jusqu’à s (...)

M. Ducan m’a lu une lettre de M. de Limon qui lui demande sous le secret le plus inviolable les dimensions du cœur d’Henri IV et en quel lieu de la chapelle on pourrait le placer convenablement et avec honneur et ornement57.

Vendredi 19 février

Dans une visite du 1er jour de l’an, l’ancien curé se plaignit qu’il n’y avait point de religion dans le collège et nommément dans le pensionnat. La personne à qui il parlait (M. Dolbeau) lui observa que cependant on y faisait les exercices de piété, les instructions et les catéchismes avec plus d’exactitude que l’année précédente. Le même M. de La Barre fit inviter, il y a environ un mois, MM. de Lucé et de La Rue à passer chez lui. Il tâcha de les exciter à dénoncer les abus, les désordres et surtout l’article de la buanderie au bureau. Ils lui répondirent qu’il était membre comme eux, qu’il en était même alors le président (ceci est douteux, la place du représentant de l’évêque est après celle du président ; donc…), qu’ils n’avaient eu aucune connaissance de l’infraction à la célébration des dimanches et fêtes. M. de Lucé ajouta que si on allait faire une équipée là-dessus, on finirait par fermer la promenade pour qu’on n’eût plus l’occasion de se scandaliser (de M. Ducan). Ces anecdotes sont sûres.

Samedi 20 février

MM. Hamelin et Macé ont dîné chez Mmes Ruault qui se disposent enfin à retourner à Paris.

L’abbé Babin est de retour aussi bien que l’abbé Pochart qui a été quelques jours absent.

Sortie de l’abbé Genest.

Il y a eu cette semaine chez M. Bordeaux un dîner où étaient MM. Donjon, Lambert, sous-principal, et quelques autres politiques fléchois. On m’a rapporté qu’on y avait pronostiqué à celui-ci la principalité parce que l’abbé Macé a nui à l’abbé Jacquemard dans l’esprit de M. Hamelin et que l’abbé Macé ne paraît pas assez mûr à l’École militaire.

Dimanche 21 février

L’abbé Pochart a fait l’instruction.

L’abbé Porion a été à Bazouges prêcher un sermon de mission. L’abbé Noyelle l’a accompagné. Je leur ai prêté ma voiture.

Dîné chez des Piltières.

Les ornements réparés sont repartis pour Bellebranche.

Lundi 22 février

M. Sarbourg m’a apporté une ordonnance pour la plantation sur le chemin de Bazouges. Nous avons traité l’affaire de l’indemnité de Saint-Jacques.

Dîné chez M. Pihery. L’abbé Jacquemard en campagne. L’abbé Boucher est allé prêcher à la mission de Bazouges.

Mardi 23 février

Un des chantres, tailleur de son métier, se promenait dans la cour des élèves à 6 heures du soir couvert d’un parapluie. Un domestique s’étant approché pour le reconnaître, il en a reçu un coup de pied et ensuite s’est sauvé. Il a été consigné aux portes et à la sacristie et M. Hamelin pourra bien en nommer un autre à sa place.

Mercredi 24 février

Il est d’usage que le curé envoie à chaque communauté un exemplaire des mandements de l’évêque. On n’en a pas envoyé cette année au collège pour la permission des œufs. J’ai envoyé à midi chez M. le curé s’il y en avait une. Le domestique a répondu que « oui, qu’ils en mangeaient eux-mêmes ».

Jeudi 25 février

Il a fait la nuit dernière et la nuit précédente un vent qui nous a emporté des panneaux entiers de vitres et a furieusement pelé les toits. Je ne sais pas comment nous n’avons pas été réduits en cendres ou nos prédécesseurs. En voulant réparer l’âtre de la chambre au-dessus du réfectoire de l’institution, on s’est aperçu qu’il était posé sur les soliveaux et que ceux-ci ainsi que les barreaux de la terrasse étaient en charbon et qu’il faut les rechanger.

Vendredi 26 février

L’abbé Pochart revint hier de ses prédications apostoliques.

Exercice de cinquième que l’indisposition du jeune Banny, quatrième pensionnaire de Dandeville, a retardé de huit jours. Cet écolier et le jeune de Gondrecourt ont bien joué dans la pièce de vers. Cet exercice m’a empêché de dîner chez M. Pihery.

Ma femme a été à Créans dans mon cabinet.

Samedi 27 février

M. Donjon menace de tapage chez ma f.

L’abbé Duvigneul a en tête de faire imprimer son poème de 842. Il me l’a confié ; c’est bien mauvais. Le plan, les convenances, le costume, le goût, tout y manque. Il y a quelques vers passables, mais les trois quarts ne s’entendent pas et ne sont pas même français. Je lui conseillerais de le garder.

Dimanche 28 février

L’instruction par l’abbé Durand.

J’ai vu le linge étendu sur les palissades dans les jardins de la contrescarpe et c’est un usage de tous les dimanches.

Lundi 1er mars 1773

Bureau ordinaire.

Mardi 2 mars

Nous avons depuis 4 jours un nouveau sous-maître nommé Deshayes d’environ 40 ans.

Mercredi 3 mars

Des niches, des polissonneries que nos jeunes sous-maîtres fléchois ont fait au sieur Couasse du Rocher, régent de 7e, très mince sujet à la vérité, ont furieusement indisposé M. Hamelin qui les renverra au premier moment.

Jeudi 4 mars

Notre infirmerie d’inoculation est vuide depuis hier.

M. Simon fait le devis des dispositions à faire à Saint-Jacques d’après le plan qui est fait. J’ai celui de la maison de M. Bodin qu’il copiera tout de suite.

Vendredi 5 mars

Enfin Mmes Ruault sont parties. Je les ai fait voiturer jusqu’au Mans. Elles ne feront certainement pas l’éloge de La Flèche où elles ont essuyé plus d’un mauvais propos.

M. Hamelin m’a dit que M. Dupont lui avait fait part d’inquiétudes sur mon compte. Il est bien à même de le rassurer.

Samedi 6 mars

On attend M. Chaubry et de grandes nouvelles avec lui la semaine prochaine. En attendant celles-là, on assure ici que nous allons entrer en guerre.

  • 58 Ripert de Monclar, procureur général du roi au parlement de Provence, s’est illustré en 1762 par s (...)

La déclaration du marquis de Monclar mourant passe ici comme l’ouvrage de quelqu’ami de la Société. Le R.P. Routh58 voulait en tirer autant de M. de Montesquieu. Ce prêtre secondaire aurait dû appeler des témoins et ne pas attendre au 14 à déclarer un élément du 12.

Dimanche 7 mars

L’instruction par l’abbé Babin. L’abbé Brisson a été prôner à Saint-Germain et l’abbé Provost à Crosmières.

Lundi 8 mars

M. Hamelin m’a fait conduire M. de Lardière qu’il ne peut plus garder au pensionnat. Il est enfermé dans la prison où était l’abbé Lemercier. Peut-être ce moyen l’effraiera-t-il ? Il rit de toutes les autres punitions.

Mardi 9 mars

M. Ducan a dit à M. Pihery qu’il est certain que l’abbé Macé serait principal.

Un mal d’yeux a empêché M. Simon de travailler depuis quelques jours à nos plans.

M. Hamelin m’a montré la lettre qui lui annonçait un acompte de 2 000 écus d’indemnité de ses dépenses. J’ai vu aussi les réponses au ministre et au directeur. Peu de gens sont aussi désintéressés ou peuvent l’être.

Mercredi 10 mars

M. de Lardière ayant eu pendant la nuit une fièvre qui durait encore ce matin, j’ai prié M. Hamelin de permettre qu’il fut transporté de sa prison à l’infirmerie. Il a voulu que ce fût à celle des domestiques.

Jeudi 11 mars

Lardière a fait des siennes dans l’infirmerie des domestiques. La fièvre n’était pas réelle, il a le talent de se donner des vomissements, des saignements de nez et des agitations de pouls à commande. Il a été transféré dans son cachot. Cet élève en a gâté plusieurs.

Vendredi 12 mars

M. Busson a pris la résolution de se retirer de ce qu’on appelle ici le grand monde. Il a bien raison. Il s’y est ruiné et fait mépriser.

Samedi 13 mars

M. de Boissimon m’a demandé de pouvoir occuper une chambre de sa maison de ville pendant le reste du carême et le temps de Pâques.

Dimanche 14 mars

L’instruction par l’abbé Duchesne ; il a du talent ; c’est un excellent sous-maître.

Lundi 15 mars

Bureau ordinaire. On a mandé de Paris que M. le comte d’Hérouville a l’expectative du gouvernement de l’École militaire.

Mardi 16 mars

L’abbé Joubert qui a été obligé d’aller jusqu’à Luçon pour trouver un évêque qui le fit prêtre est obligé d’aller vicarier. C’est un des meilleurs sous-maîtres.

Mercredi 17 mars

Je ne sais pas si M. Hamelin pourra garder le sous-maître M. Deshayes. C’est un sujet bien mince.

Jeudi 18 mars

L’abbé Duvigneul semble perdre la tête avec ses écoliers. Il se tue à crier et ils se moquent de ses clameurs.

Vendredi 19 mars

M. Hamelin a reçu de nouvelles assurances des bonnes dispositions de l’évêque et des grands vicaires d’Angers pour le collège.

Samedi 20 mars

Exercice classique de quatrième.

Dimanche 21 mars

L’instruction par l’abbé Lambert.

Lundi 22 mars

Suite de l’exercice de quatrième. Elle s’est faite dans la classe même. Elle consistait en explications que la pièce récitée le samedi avait empêché de faire.

Mardi 23 mars

L’abbé Jacquemard est depuis 2 jours à Angers où il va jeter ses grades sur une abbaye.

Mercredi 24 mars

On a laissé notre buanderie et c’est à nos ouvrières de lingerie qu’on veut donner des scrupules. Depuis qu’elle existe, deux ou trois d’entr’elles sont dans l’usage de venir pendant une heure le dimanche ranger le linge tant à cause que l’on va porter le sale des dortoirs que parce qu’il faut le préparer pour être lavé. Elles reçoivent une petite rétribution pour ce travail. On leur a dit qu’elles ne feraient point de Pâques si elles continuaient. Pour mettre les consciences en repos, je leur ai signifié qu’elles n’auraient plus de salaire pour cette besogne ; mais qu’ayant été faite de tout temps, sans qu’on ait refusé de faire faire de Pâques et étant de toute nécessité, je renverrais irrémissiblement celles qui s’y refuseront.

Jeudi 25 mars

Nos couturières m’ont dit que le curé demandait de voir par écrit l’ordre que je leur avais donné de travailler le dimanche. Je leur ai dit que je n’écrivais pas quand je pouvais exécuter les choses sans me donner cette peine.

Vendredi 26 mars

On a ramené des greniers MM. de Raguet et de Vaulgrenant qui avaient trouvé le moyen de s’y glisser. M. de Lardière a bien contribué au dérangement de ces deux élèves. Ils ont été fustigés d’importance.

Samedi 27 mars

L’abbé Macé va demain prêcher à Angers. Depuis quelque temps il est suppléé dans sa classe à cause de ce sermon, ce qui fait jalousie.

  • 59 Il s’agit de Mézeray.

Arrivée d’un nouveau sous-maître pour remplacer l’abbé Joubert. Il a été précepteur de l’abbé Macé ; il est veuf59.

Dimanche 28 mars

L’instruction par l’abbé Babin.

Le curé Donjon est, dit-on, sérieusement malade. Le zèle l’échauffe tant, quoiqu’il l’humecte souvent ! Au reste, il a toute apparence que l’abbé Boucher est de moitié dans les tracasseries que l’on veut faire. L’abbé Tremblay se servait autrefois du même homme dont il enflammait la bile à son gré en prétextant les intérêts de la religion ou les droits du sacerdoce.

Lundi 29 mars

L’abbé Macé est venu l’après-midi d’Angers.

M. Acquet d’Hauteporte qui était venu voir ses enfants est reparti.

Mardi 30 mars

Remis à M. Hamelin la lettre de M. Dupont concernant l’argent qu’on envoie par la poste pour les élèves. L’article qui regarde un sous-maître sera lu à ces instituteurs.

Remis encore une note d’élèves qui défont leurs bas par en haut pour se faire des balles. Depuis 8 jours, ils en ont gâté plus de 50 paires.

Mercredi 31 mars

Le sieur Mézeray, sous-maître qui remplace l’abbé Genest, est arrivé.

Il souffle un vent qui nuit aux fruits à noyaux et à coques et qui ne donne pas de légumes.

Jeudi 1er avril 1773

Cinq sous-maîtres vont au séminaire. Il a fallu répartir leurs études sur les autres. Voilà ce qu’occasionnent de jeunes abbés pour sous-maîtres et une des raisons pour lesquelles originairement on a demandé d’avoir un si grand nombre de ces instituteurs.

Vendredi 2 avril

Distribué des Semaines Saintes à tous les élèves. On les reprendra après la quinzaine. Le curé Donjon va mieux.

Samedi 3 avril

Le directeur de la poste m’a remis 30 livres d’articles d’argent pour les élèves. L’abbé Pochart m’en a remis que lui avait confié M. de Baudre.

M. d’Eytier a maltraité indignement son camarade et son parent de Cugnac. C’est encore une vocation d’abbé que celle de M. d’Eytier en laquelle je n’ai pas de foi.

M. Hamelin va faire sa révérence au curé. Celui-ci lui a fait demander des ecclésiastiques pour demain. On ne peut pas lui en donner à cause des 5 séminaristes.

Dimanche 4 avril

Point d’instruction.

Lundi 5 avril

M. Hamelin a chargé l’abbé Lambert de l’ordre de la semaine sainte. Les sous-maîtres feront la plus grande partie des instructions. Il y a dans tout ceci quelques grains de jalousie au lieu de zèle et d’émulation.

Mardi 6 avril

  • 60 La Gazette, fondée par Théophraste Renaudot en 1631.
  • 61 Pierre Morat dirige depuis 1760 le corps des pompiers de Paris.

On débite ici que M. Chaubry a obtenu des lettres de noblesse. La Gazette60 n’en dit rien. Elle vient cependant de publier celles que M. de Morat a gagné du feu de l’Hôtel-Dieu61.

Mercredi 7 avril

Les abbés Beaupied et Masson n’ont pas été admis au séminaire. Ainsi il ne nous manque que 3 sous-maîtres.

M. Duvigneul est allé passer les fêtes dans sa famille. Sa belle-sœur vient de mourir.

Jeudi 8 avril

Les élèves ont quitté les vieux habits qu’ils ont portés pendant les mauvais temps. Cela a ménagé leur habillement du mois d’octobre et ils sont aujourd’hui comme à neuf.

M. Donjon garde toujours la chambre.

Vendredi 9 avril

La Passion à 8 heures a été prêchée par l’abbé Macé. Il était si harassé qu’il a eu bien de la peine à débiter de bonnes choses. Au reste, c’est le sermon qu’il a prêché à la Croix à Angers et qu’il avait adapté à la solennité du jour.

L’abbé Boucher est allé en faire autant dans deux paroisses de la campagne.

Samedi 10 avril

M. Dumosnard de Villefavart est venu voir son fils.

Le reste de nos sous-maîtres est arrivé du séminaire où ils ont perdu leur temps et leur argent. Ils ont attendu M. l’évêque en vain.

Le curé est toujours un peu malade.

Notes

1 En marge : Ce n’est pas elle ; mais une autre que l’on croit sa maîtresse.

2 Sous-maître, « hors d’état d’en continuer les fonctions », Joseph Lemercier est nommé en février 1771 chapelain de l’abbaye de Bellebranche.

3 Métal imitant l’or.

4 Nomination d’Alexandre Bourdet, prêtre du diocèse de Chartres, comme sous-bibliothécaire et sacristain.

5 En marge : Elle a depuis fait une chute et n’est pas partie.

6 Congé en l’honneur du médecin italien à l’initiative de l’inoculation au collège de La Flèche.

7 Farinier qui passe au sas.

8 Il s’agit de la procession de la Fête-Dieu.

9 Le bureau décide de choisir le sieur Pochard comme feudiste (Arch. dép. de la Sarthe, D 5).

10 René Desmon

11 Ce terme est peut-être à rapprocher du mot latin nostrasis, ce qui est de notre pays.

12 Norbert Dufourcq, La grande orgue de la chapelle Saint-Louis du Prytanée militaire de La Flèche, Paris, Picard, 1964.

13 L’édit de novembre 1771 rétablit les offices municipaux, mais les villes doivent les racheter, malgré les protestations.

14 En marge : C’est le second (l’officier).

15 Couvent de Notre-Dame de l’Ave Maria, fondé en 1622 pour l’instruction de jeunes filles (30 religieuses en 1789).

16 Un prestidigitateur.

17 Lemort est remplacé par Noyelle comme régent des sixièmes.

18 Nom donné aux voitures tirées par des chevaux qui transportaient des élèves entre le collège et l’École militaire.

19 Il s’agit du château de Montgeoffroy.

20 Le nom de Portioncule désigne la chapelle dans laquelle saint François eut une vision, mais aussi la fête célébrée dans tous les ordres franciscains à l’occasion de cette vision.

21 Sortie de ma femme de la Madeleine.

22 Le 1er octobre 1772, Hamelin reçoit une lettre de Monteynard : « Je conçois le bon effet que doivent faire ces encouragements, mais je vois avec une sorte de peine que ce n’est que le petit nombre qui en profite. Il faudrait être à portée, comme vous, de voir les compositions pour juger si, dans chaque classe, il y a beaucoup ou peu d’écoliers qui approchent de ceux qui sont couronnés. Car voilà, ce me semble ce qui constitue la force ou la faiblesse d’une classe. J’allai à l’École militaire il y a quelques jours distribuer les prix qu’on y donne tous les ans ; mais je ne me bornai pas à accorder ces récompenses ; je crus en même temps devoir infliger des punitions et j’ordonnai publiquement qu’on renvoyât à leurs parents deux élèves incorrigibles qui me furent présentés en habit de pénitence » (Bibliothèque du Prytanée, Z 2913).

23 En action de grâces pour la reprise de Corbie sur les Espagnols et pour la levée du siège de Saint-Jean-de-Losne obtenue contre les Impériaux, Louis XIII consacre à Dieu sa personne et place l’Etat sous la protection spéciale de la Vierge Marie par les lettres patentes du 10 février 1638. Ainsi, chaque 15 août, doit avoir lieu une procession du vœu de Louis XIII.

24 Dans une lettre du 1er octobre 1772, Monteynard fait état de cette lettre du 16 août : « Vous m’avez déclaré que vous n’avez autour de vous personne qui ait les qualités nécessaires pour être à la tête du gouvernement paisible, sage et ferme que je voudrais établir dans le collège […]. Si vous répugniez trop à ce nouveau sacrifice (de demeurer principal), je ne verrais de moyen de vous l’épargner que de confier par intérim le gouvernement du collège à l’un des deux sous-principaux » (Bibliothèque du Prytanée, Z 2913).

25 Spectacle de danseurs sur fil (funambules).

26 Mlle Dandeville.

27 La suite de ce nom est recouvert d’une tache. Probablement Valançon.

28 La Dandeville (la fille du maître de pension) était grosse de trois mois de lui.

29 La chapelle du collège est dédiée à Saint-Louis dont la fête est le 25 août.

30 Né près de Mantoue en 1568, Louis de Gonzague entre en 1587 au noviciat de la Compagnie de Jésus. Épuisé par les soins apportés aux malades de la peste à Rome, il meurt en 1591. Il est canonisé en 1726.

31 Maladie qui attaque les graines de céréales et les réduit en une poussière noirâtre.

32 La cathédrale d’Angers est dédiée à Saint-Maurice.

33 Vêtements abandonnés.

34 Nomination de Pochart, prêtre du diocèse du Mans, et Rouland, prêtre du diocèse d’Angers, comme sous-maîtres.

35 L’abbé Durand.

36 André-Gabriel Le Royer de La Motte, né en 1744, est l’arrière arrière-petit-fils de Jérôme Le Royer de La Dauversière, fondateur des Hospitalières de Saint-Joseph qui sont autorisées par l’évêque d’Angers en 1643.

37 Il s’agit de l’abbé Jamin.

38 Nomination de Jacques Amiard comme chapelain de Bellebranche.

39 Il s’agit « du moyen de remédier au mauvais état des fossés et douves […]. Après avoir reconnu que la dépense de curer les fossés serait très dispendieuse pour ce collège, que cette curure serait peut-être l’occasion d’une épidémie, qu’elle serait même bientôt à renouveler parce que les eaux n’avaient plus la même pente et ne pouvoient plus entraîner la vase depuis que les seuils des portes marinières au-dessous de la ville avaient été élevées, et qu’il serait plus avantageux, plus sain et moins coûteux de les combler » (Arch. dép. de la Sarthe, D 5).

40 Il s’agit d’Armand-Thomas Hue de Miromesnil, futur garde des sceaux, et de Jean-Pierre Godart de Belbeuf.

41 Attribution de la bourse de philosophie de 80 livres : « nomination de Franche, élève en rhétorique qui la redouble cette année, faute d’élèves qui en ont besoin en connaissance » (Arch. dép. de la Sarthe, D 5).

42 En marge : Ce n’a été que le 1er décembre qu’elle a été la voir.

43 En marge : Faux.

44 En marge : Ce mariage n’a pas eu lieu.

45 En marge : Fausseté. Du Cluzel est demeuré intendant de Tours.

46 En marge : Ma femme.

47 L’incendie de l’Hôtel-Dieu a lieu les 29 et 30 décembre 1772. Les princes de sang (les Orléans, Condé et Conti) font partie des opposants aux réformes du chancelier Maupeou de 1771. Le chancelier cherche à les réconcilier avec le roi par l’intermédiaire du maréchal de Soubise. Le prince de Condé et son fils sont les premiers à céder : ils se présentent au roi le 7 décembre 1772. Le duc d’Orléans et son fils, le duc de Chartres, sont de nouveau acceptés à la cour le 28 décembre. Le bref Dominus ac Redemptor supprimant la Compagnie de Jésus n’est signé par le pape Clément XIV que le 27 juillet 1773.

48 Les prestimonies sont les revenus d’une fondation qui, sans pour autant constituer un bénéfice, sont destinés à assurer la subsistance d’un prêtre, la desserte d’une chapelle ou la célébration de messes.

49 Dans une lettre datée du 2 janvier 1773, Monteynard écrit : « Je ne puis qu’approuver les précautions que vous avez prises et que vous me détaillez dans votre mémoire pour servir le régime par trop relâché des élèves […]. Appliquez-vous surtout à déraciner l’habitude qu’ils avaient contractée de se donner des coups de pied sans ménagement. Il faut aussi les guérir autant que faire se pourra de la manie qu’ont tous les enfants, et peut-être ceux-ci plus que d’autres, de détruire les différentes choses qui sont à leur usage » (Bibliothèque du Prytanée, Z 2913).

50 Banal discours de morale.

51 Cette réflexion fait suite à la lecture d’une lettre de Dupont « qui marque que ce collège est entouré d’ennemis secrets qui cherchent à le décrier jusque dans la capitale, et exhorte les membres du bureau à concourir au succès de l’établissement afin de réduire l’envie au silence » (Arch. dép. de la Sarthe, D 5).

52 Le contrat de mariage est signé le 21 janvier 1773 (Arch. dép. de la Sarthe, 4 E 6/612).

53 L’arrêt du conseil du 22 mars 1666 prescrit une recherche générale de tous les nobles du royaume. Voir Claude Blondeau (16…-1690), avocat au parlement, Journal du Palais, ou recueil des principales décisions de tous les Parlements et cours souveraines de France, Paris, 1755.

54 Lecture d’une lettre de Monteynard : « il doit exhorter le bureau à redoubler de vigilance et de zèle dans les fonctions diverses qui l’attachent à cet établissement, qu’il ne doit pas dissimuler qu’on n’en parle pas également bien partout, que le bureau étant plus à portée que lui d’en juger, il ne peut que se reposer sur lui du soin de tenir la discipline du collège sur un pied capable d’en imposer à la censure publique et particulière » (Arch. dép. de la Sarthe, D 5). Dans une lettre au principal, Monteynard s’inquiète des rumeurs « qui attaquent les mœurs des instituteurs » (Bibliothèque du Prytanée, Z 2913).

55 Collège fondé en 1598. En 1764, il a 6 à 7 pensionnaires et 100 externes.

56 La famille Mondot s’installe à La Flèche avec René (décédé en 1758), organiste au collège, qui a épousé en 1711 Marie-Anne Gouzé, une Fléchoise. Un de leurs enfants, René-Pierre (1714-1781) est prêtre à La Flèche ; c’est probablement celui dont parle Dupont de La Motte. Un autre, Joseph-François (1716-1782), est organiste au collège, comme son père.

57 Le convoy du cœur de Henry IIII. Très chrestien roy de France et de Navarre, depuis Paris jusqu’à son Collège Royal de La Flèche, Rouen, 1610.

58 Ripert de Monclar, procureur général du roi au parlement de Provence, s’est illustré en 1762 par son opposition aux Jésuites (voir le Compte rendu des Constitutions des Jésuites les 28 mai, 3 et 4 juin 1762 en exécution de l’arrêt de la cour du 15 mars précédent) ; avant de mourir, il se serait rétracté. Montesquieu s’est confessé au Père jésuite Bernard Routh (1695-1768) ; ce dernier « a voulu lui tirer, dans ses derniers instants, le manuscrit des Lettres persanes » (Journal de Charles Collé). Selon Barbier, « le curé de Saint-Sulpice voulait que Montesquieu fasse une rétractation publique, mais le Père Routh aurait répondu qu’il répondait des sentiments de Montesquieu ». Voir Louis Desgraves, Chronologie critique de la vie et des œuvres de Montesquieu, Paris, H. Champion, 1998.

59 Il s’agit de Mézeray.

60 La Gazette, fondée par Théophraste Renaudot en 1631.

61 Pierre Morat dirige depuis 1760 le corps des pompiers de Paris.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540