Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journal de Stanislas Dupont de La Motte

 | 
Stanislas Dupont de La Motte

Premier cahier. Du 1er octobre 1771 au 31 mai 1772

Texte intégral

Mardi 1er octobre 1771

M. et Mme Déan de Luigné sont venus voir leur fils qui dîna, et M. de Quatrebarbes avec eux, aux Quatre-Vents.

Le sieur Guy a fait venir deux filles pour demeurer ici ; il m’a demandé du travail de la lingerie pour chez elles.

Le feu a pris à la cheminée de la cuisine de l’instruction et y a duré depuis 6 heures 3/4 jusqu’à 7 heures 1/2 du soir.

Commencement de la 4e inoculation.

Mercredi 2 octobre

Arrivée du jeune de Champeaux conduit par M. son père.

M. Pétremand de Rosière, frère du jeune Pétremand de Valay, est venu voir son frère.

Jeudi 3 octobre

Les sous-maîtres furent le jour même de la prise de possession de la cure par le principal lui en faire en corps le double compliment de félicitation et de regrets. Il leur dit qu’il désirait et qu’ils devaient tous désirer d’avoir le sous-principal pour son successeur et qu’ils feraient bien d’en faire la demande au ministre ; que cela ne pouvait faire qu’un bon effet de déterminer en sa faveur ; au lieu qu’il pourrait arriver qu’on leur donnât un homme nouveau avec qui ils pourraient être fort mal. Ce discours et quelques autres instigations firent fermenter les têtes. L’abbé Gazeau assembla tout le corps. La proposition de M. Donjon fut mise sur le tapis sérieusement par quelques-uns ; quelques autres plaisantèrent ; presque tous gardaient le silence lorsque le sieur Beaupied représenta qu’ils allaient au moins se donner en ridicule s’ils n’étaient pas écoutés, que celui qui serait principal pourrait leur en savoir mauvais gré, et qu’ils manquaient d’ailleurs au préfet des études dont le mérite égalait bien celui de son confrère et que, s’il obtenait la place, ne les verrait pas de bon œil. Il conclut qu’il ne fallait pas écrire, ou que si on le voulait absolument, il fallait le faire pour les deux également. Cette assemblée finit comme celle des rats.

  • 1 Sel que les officiers royaux et certains privilégiés pouvaient prendre dans les greniers à sel san (...)

On ne voulut pas hier donner de sel au grenier que je ne m’obligeasse à le payer sur le prix ordinaire, si l’ordre pour le franc salé1 n’arrivait pas bientôt.

Vendredi 4 octobre

M. de Champeaux père a pris pour dîner à son auberge MM. d’Aligny, de Lanneau et Espiard ; MM. d’Argentré et de Lardière ont dîné avec Mme de Vaujuas.

  • 2 Les Capucins sont installés à La Flèche depuis 1635-1636. Le Père gardien des Capucins est confess (...)

L’abbé Jacquemard a prêché aux Capucins2 qui m’ont invité à un souper où M. Donjon fit les honneurs. C’était double fête, visite du provincial et la Saint-François.

  • 3 Gâteau de riz.

Mme et Mlle de La Tour et M. du Vergor ont mené plusieurs élèves en campagne manger de la millière3, l’abbé Lambert y a été aussi. On parle de plus belle du mariage de son bonhomme. Un carabinier vient d’épouser la fille qu’on avait mis sur le compte de l’abbé Pilon.

Samedi 5 octobre

M. et Mme de Vaujuas ont donné à dîner à MM. de Baudre et de Coussy.

  • 4 L’Éguillière.

Depuis 8 jours, mon frère4 est à poursuivre le principal pour obtenir la liste des classes et pouvoir donner des livres des élèves ; enfin il l’a faite ce soir, excepté des septièmes qu’il promet pour demain. Il n’en est pas de même des registres de réceptions et sorties des élèves, ils sont de 15 jours chez lui et jamais il n’a le temps de les signer.

M. de Baudre, qui va entrer en philosophie, demande du vin pour le déjeuner et le goûter ; il dîne et soupe à la table du principal. Celui-ci a demandé pour cet élève de faire arranger une petite chambre où est un veilleur, au-dessus de son appartement.

Dimanche 6 octobre

L’instruction par M. Donjon.

M. Donjon m’a dit que M. Dupont achetait dans le Perche une terre de 10 000 livres de revenus pour marier sa cadette.

Lundi 7 octobre

Rentrée des classes. Discours de M. Porion.

Les élèves ont été habillés à neuf.

Assemblée ordinaire du bureau.

Mardi 8 octobre

M. Donjon n’a pas encore fait donner les dictionnaires aux élèves. Il paraît qu’il a changé les demandes qu’avaient faites les professeurs de livres classiques. Plusieurs le disent et sont mécontents.

Mercredi 9 octobre

Le prix des grains hausse considérablement.

Le sieur Le Royer a soutiré un maître du sieur Dandeville.

Jeudi 10 octobre

Le sieur Duvigneul est enfin arrivé pour faire sa classe ; il était à Sablé en campagne depuis quelque temps.

Vendredi 11 octobre

Été dîner aux Monts-Créaux avec MM. Meslin et d’Aubigny.

Envoyé un exprès porter à Mme Bouju une lettre du sieur Dupont.

Samedi 12 octobre

Envoyé avertir par lettre M. Busson, lieutenant général, qui était en campagne, que M. Dupont arriverait ce matin et voulait lui parler après-midi. J’avais envoyé la veille pour faire venir le secrétaire du bureau qui était en campagne.

MM. Dupont, Hamelin et de La Touche sont arrivés à 10 heures 1/2, au grand étonnement de tout le monde.

Le bureau a été convoqué extraordinairement pour demain à 10 heures.

M. de Croismare fils est aussi arrivé, mais sur ses chevaux et à midi.

Dimanche 13 octobre

L’instruction par le sieur Boucher.

  • 5 Dans une lettre du 5 octobre 1771 adressée à l’abbé Hamelin, le secrétaire d’État à la guerre, Mon (...)

Le bureau, assemblé extraordinairement, a reçu M. Hamelin comme commissaire nommé par le Roi pour faire les fonctions de principal5. M. Donjon n’a assisté qu’à une partie de ce bureau auquel furent invités à la fin les professeurs afin de reconnaître M. Hamelin.

On a envoyé à M. Donjon, qui dînait en ville, une lettre du ministre qui lui annonçait qu’il n’était plus rien.

M. Hamelin a officié à vêpres.

  • 6 Jusqu’en 1770, le collège se fournit en eau par des puits et une citerne qui recueille les eaux pl (...)

MM. de Croismare, Dupont, de La Touche et moi avons été voir les eaux et fontaines6.

Lundi 14 octobre

M. Hamelin a été se faire reconnaître dans toutes les classes. Il avait hier, après l’office, assemblé chez lui tous les instituteurs publics. Ces messieurs firent hier au bureau une difficulté de signer sur ce que dans la délibération les sous-principaux avaient été nommés avant eux.

M. de Croismare est parti pour ses terres. M. Hamelin a refusé un congé extraordinaire jusqu’à ce que le bureau l’ait approuvé.

M. de La Touche a vérifié et rectifié avec M. Simon nos plans de buanderie et d’infirmerie.

Mardi 15 octobre

Départ de MM. Dupont et de La Touche pour Paris à 8 heures 1/2.

M. Hamelin a fait quelques visites avec M. Jacquemard.

Mariage de M. Bodin avec Mlle Le Mercier.

Mercredi 16 octobre

Il paraît qu’on voudrait donner à M. Hamelin des impressions désavantageuses sur la subsistance des élèves. Il écoute tout et met bien de la prudence et de la discrétion dans sa conduite.

Le domestique de M. Hamelin est arrivé et a annoncé le nouveau recteur.

Jeudi 17 octobre

M. Hamelin a demandé aux sous-maîtres qu’ils lui rendissent toutes les semaines un compte des élèves qui leur sont soumis, et qu’ils vinssent en outre l’avertir s’il survenait quelque cas grave. Il leur a interdit, et aux régents de septièmes, de les faire fouetter.

Vendredi 18 octobre

Il y a eu hier bruit au réfectoire du sous-principal pendant le goûter. Je le fis cesser et j’en parlai à M. Hamelin qui a dissipé une petite cabale formée par quelques mauvais sujets. Il a fait passer dans le grand réfectoire des élèves pour le remplir. Il fait gras dans sa chambre. Il a toujours retenu l’abbé Jacquemard à dîner à son réfectoire, et paraît mettre en lui plus de confiance que dans son collègue. Il a commencé aujourd’hui à donner du café à MM. les instituteurs publics.

Les sous-maîtres ont parlé à M. Hamelin de l’inoculation. Quelques-uns désireraient bien aller comme autrefois y tenir table ouverte. Ils lui ont aussi parlé de leurs déjeuners, goûters et des difficultés qu’on faisait de leur donner à manger quand ils venaient tard. Il leur a demandé si les choses ont mieux été lorsqu’un sous-maître demeurait à l’inoculation, et il leur a déclaré que jamais il ne dérangerait aucune des règles de l’administration économique qui d’ailleurs ne le concerne pas et qu’il était obligé de maintenir.

Samedi 19 octobre

J’ai été dîné chez M. Meslin avec M. d’Aubigny. Je prévins hier M. Hamelin de cette partie. Je lui ai dit ce matin que le sieur Calmès, suppléant, n’avait pas été exact à son étude, que le sous-principal ne faisait pas de ronde le matin.

On insinue, et surtout l’abbé Lambert, à M. Hamelin, qu’il faudrait un sous-maître à l’inoculation ; ils y furent hier ensemble.

Un domestique amena hier M. d’Aché et partit sur le champ. Cet enfant a une dartre et un œil taré.

Les tuyaux de la conduite de la buanderie sont placés. On taille des pierres et on amène la glaise aux bassins.

On a sonné ce soir toutes les cloches de la paroisse pendant une heure parce que le nouveau curé y dit demain sa première grand’messe.

M. Hamelin a fait ce soir l’instruction familière.

J’ai pris un garde-malade à journées pour aider à nos infirmeries. Il y a actuellement : 1° Infirmerie des maladies ordinaires, 2° de la rougeole, 3° de la gale, 4° des dartres, 5° de la petite vérole, 6° des maîtres en chambre particulière.

Dimanche 20 octobre

  • 7 Rendez à César ce qui est à César.

L’instruction par M. Hamelin. Son texte était : Reddite quoe sunt coesaris, coesari7.

Après notre grand’messe, nos prêtres ont été assisté à celle de la paroisse qui a été très solennelle.

L’abbé Boucher passa hier chez moi depuis 10 heures jusqu’à 11 heures 1/2. Il était frappé de l’idée que l’on préférait ceux qui ne font rien et les agréables, à ceux qui travaillent et aux gens simples. Je l’ai prêché et en ai parlé à M. Hamelin pour remettre sa tête. Ses confrères le plaisantent trop. J’ai communiqué à M. Hamelin de le sonder pour connaître s’il ne préférerait pas de vivre au pensionnat. Je pense qu’il n’en serait pas éloigné et ce pourrait être une occasion d’entamer la réunion des tables.

L’abbé Jacquemard s’est chargé du sermon de la Toussaint.

Lundi 21 octobre

Bureau ordinaire.

L’abbé Macé pourra bien faire le sermon de Noël ; il veut aussi se remettre au travail de la bibliothèque.

L’abbé Lambert a reçu ce matin deux lettres de la même main, l’une de Saint-Côme, l’autre de Bellême, le cachet était de Fontenay.

On commence les vendanges ici et c’est trop tôt, le vin sera vert. Il y a eu des émeutes pour les grains dans quelques endroits.

L’abbé Boucher continuera de surveiller les externes aux offices des dimanches et fêtes. Il s’en était dispensé hier, je lui en parlai, il me dit qu’il n’avait plus de mission. J’en avertis M. Hamelin qui l’en a prié, mais il ne le charge pas d’aller faire la police de la messe de 11 heures.

Mardi 22 octobre

Congé accordé par le bureau à la demande de M. Hamelin.

On craint pour la vie de M. Varoquier.

Quelqu’un avait dit aux élèves que la fête de M. Hamelin tombait au commencement du mois prochain. Ils désiraient la célébrer comme on faisait autrefois celle du principal, et les sous-maîtres y portaient ces enfants. M. Hamelin a déclaré que sa fête n’était pas si prochaine et que du reste il ne connaissait de fête du collège que celle du Roi.

M. Hamelin, ou plutôt M. Jacquemard, a retenu M. de Nattes à dîner. Il m’a demandé la règle là-dessus et je lui ai dit que la permission en avait été accordée pour les proches parents et pour les confesseurs.

Les élèves les plus grands ont demandé les fusils de bois. M. Hamelin les leur a promis, après m’en avoir parlé, pour les jours de congé lorsqu’ils se seraient bien comportés dans les réfectoires les jours précédents.

Mercredi 23 octobre

Arrivée de M. de Bouju.

M. et Mme de Belou sont ici.

M. Hamelin, ou l’un des sous-principaux de sa part, ne manque pas d’aller tous les jours à l’inoculation.

Jeudi 24 octobre

M. Hamelin a vérifié le désordre des levers. Il a vu la cour pleine d’élèves avant le moment de descendre pour la messe et des sous-maîtres au lit ou absents tandis que les élèves sont encore dans leurs dortoirs. Il y remédiera.

L’abbé Jacquemard sait ceux que l’université a proposés pour la principalité. L’ex-recteur l’a dit à Paris.

Vendredi 25 octobre

De nos barons trouvent mauvais que l’on saigne la maîtresse conduite des eaux pour notre buanderie. Il en est qui ont proposé d’y former opposition, d’autres, de bon sens, se sont moqués d’eux.

M. de Crény et surtout M. Le Jolis de Villiers donnent aujourd’hui de l’inquiétude.

Départ de M. de Bouju. Il est mal. On lui a dit ici et à Angers que M. Lot se retirait.

Samedi 26 octobre

Il y a de l’altercation entre les curés à cause du logement. Le nouveau prétend que c’est lui qui loge l’ancien et qu’il doit être le maître de choisir ce qui lui convient le plus.

M. de Villiers a été administré. On craint beaucoup pour lui. M. de Crény inquiète moins et M. de Varoquier est hors de danger.

M. Hamelin a expliqué hier soir dans la petite chapelle les devoirs qu’imposent 3 articles du règlement, autant pour les maîtres que pour les élèves.

Dimanche 27 octobre

  • 8 François-Pierre Du Cluzel est intendant de Tours (1766-1783). L’édit d’avril 1683 donne aux intend (...)

Instruction par M. Hamelin. Il a pris occasion de la maladie dangereuse de MM. de Villiers et de Crény pour émouvoir les élèves ; ce morceau pathétique était dans sa péroraison. L’intendant8 a rejeté le projet de la municipalité de construire un bel hôtel de ville. Que n’emploient-ils leur argent à se procurer un grand réservoir et à finir ou plutôt à refaire leur fontaine. J’en ai donné l’idée à quelques-uns.

Averti M. Hamelin que M. Déan était pendant son instruction dans le jubé du pensionnat avec deux externes, dont un d’environ 16 ans l’a continuellement embrassé. J’ai fait sortir ceux-ci qui sont de la pension du sieur Le Royer.

M. Macé a été desservir la paroisse de Saint-Germain.

Sieur Porion absent au souper.

Sieur Jacquemard continue de manger au pensionnat.

Il fut hier question entre MM. Hamelin, Jacquemard, Boucher et moi de faire un état du service que chaque prêtre ferait à la chapelle, de manière que tous auraient leur tour. M. Le Jolis de Villiers a été administré par M. Hamelin.

Lundi 28 octobre

  • 9 La busse (ou barrique) équivaut à environ 237,8 litres en Anjou.

La pipe ou les deux busses9 de vin s’est vendue à 50, 51 et 52 écus. Cette denrée sera de peu de chose meilleur marché que l’année dernière, mais elle est bien au-dessus pour la qualité.

  • 10 Jacques de Grasse.

M. l’évêque d’Angers10 a fait témoigner à M. Hamelin par M. Dalichoux, son grand vicaire, qu’il était charmé qu’il fût ici et qu’il souhaitait que ses affaires lui permissent d’aller à Éventard.

Mardi 29 octobre

Congé à cause des prochaines fêtes.

M. Hamelin n’a pas voulu aller aux vendanges du prieur de Clermont qui l’y avait invité ; il ne veut pas faire de connaissances, et il entre dans son plan de très peu sortir de la maison.

Mercredi 30 octobre

J’ai été dîner aux vendanges au Maupas.

Depuis le refus qu’a fait l’intendant de construire un hôtel de ville, le projet de faire un réservoir considérable pour la ville prend faveur.

  • 11 La Flèche dépend de la maîtrise des Eaux et Forêts de Baugé, maîtrise dirigée par M. Cabanel d’Ang (...)

Le grand maître des Eaux et Forêts de ce département11 était ici lundi. Il m’a écrit hier de Baugé pour qu’on envoyât un avocat muni de l’arrêt du Conseil pour les eaux qui pût en arguer et donner lieu à un jugement pour décharger le collège. J’en ai conféré avec M. Hamelin et, comme tous nos administrateurs sont en campagne, je lui ai envoyé un arrêt et copie de la réponse de M. de Beaumont du 11, et je lui mande l’impossibilité d’assembler le bureau pour délibérer et autoriser quelqu’un à paraître à son audience d’aujourd’hui.

Jeudi 31 octobre

M. Duparc Pénanguer de Locmaria amena hier son fils. Une des circulaires de M. de Bongars lui est parvenue, du moins il en a eu connaissance. Il va se donner du mouvement pour placer dans cette éducation gratuite son fils aîné, trop âgé pour avoir pu entrer ici.

Un sous-maître a frappé un élève sur les jambes et M. Hamelin lui a fait une leçon convenable.

Vendredi 1er novembre 1771

La solennité s’est faite avec la pompe ordinaire aux jours de grandes fêtes. L’abbé Jacquemard a prêché, et quoiqu’il nous ait déjà donné ce sermon, on l’a trouvé comme au moyen des corrections qu’il y a faites.

M. Hamelin a administré M. de Fiennes qui se trouve plus en danger que ne l’a été M. Le Jolis de Villiers et non pas Villiers de l’Isle-Adam.

Lundi, on commencera à maçonner le plus grand de nos lavoirs, les fonds en sont glaisés et les racinaux posés. Les pierres en sont taillées. D’un autre côté, les charpentiers s’occupent des charpentes des hangars, et tandis qu’on fera les bassins, on taillera les tuffeaux pour les trumeaux. Les couvreurs préparent leur ardoise. Je viens de commander la chaudière et 2 cuviers.

Samedi 2 novembre

Nos malades vont mieux, à l’exception de M. de Commacre.

L’abbé Lambert commence à aller aux infirmeries quelquefois, mais pas encore de visites de lever. M. Hamelin espère que son propre exemple fera son effet.

  • 12 Exposition du Saint-Sacrement pendant quarante heures, en mémoire des heures pendant lesquelles le (...)

On a sonné à la paroisse depuis 6 heures 1/2 du soir jusqu’à 7 heures 1/2. On ne pouvait pas savoir pourquoi ; seulement on répondait que c’était par ordre de M. Donjon et pour les prières des 40 heures12. J’ai envoyé son ancien domestique lui demander de la part du collège s’il était arrivé à la famille royale qui l’obligeât à ordonner des prières. Il lui a remis un mandement de l’évêque que j’ai remis aussitôt à M. Hamelin ; et on a fait sonner sur le champ pour les 40 heures.

Dimanche 3 novembre

L’abbé Porion a fait l’instruction. L’opinion que M. l’abbé Vallé sera principal s’accrédite beaucoup. L’abbé Pilon en a pointillé à table avec sa légèreté ordinaire.

Lundi 4 novembre

Le fils de M. Ducan, pensionnaire du sieur Dandeville, s’échappa à la promenade de son sous-maître avec deux autres camarades. Il les conduisit à une maison de campagne de son père à Bazouges, ils en forcèrent les buffets et s’enivrèrent de liqueurs. M. Hamelin s’est chargé de leur punition et prend la peine de leur faire réciter tous les jours chez lui la tâche qu’il leur a imposée pendant un mois.

Mardi 5 novembre

M. Hamelin a les joues enflées et le bas du visage gercé ; cependant nous comptons aller vendredi à Eventard s’il n’est pas plus incommodé.

Mercredi 6 novembre

Il a commencé à geler et même d’une manière piquante. M. Hamelin a donné au sieur Le Blaye un congé de huit jours pour des affaires de famille.

Jeudi 7 novembre

M. Hamelin a permis à plusieurs sous-maîtres de mener quelques-uns de leurs meilleurs élèves en promenade, mais sous la condition expresse d’être rentré à 5 heures. À cette occasion, je lui ai parlé du changement que M. Donjon avait fait l’année dernière en faisant donner le goûter à 3 heures. Il a reconnu que ce repas était trop près du dîner et qu’il était mieux d’être remis avant l’étude de 4 heures 1/2 ou 5 heures.

Vendredi 8 novembre

Nous sommes partis MM. Hamelin, Macé et moi à 6 heures en poste et nous étions à Angers à 10 heures 1/2. M. l’abbé Dalichoux faisait la retraite des curés au séminaire, nous n’avons pu le voir qu’après le dîner que nous a procuré l’abbé Macé chez un chanoine de Saint-Martin où il doit prêcher lundi.

M. Hamelin a entretenu le grand vicaire en particulier et il en a eu une lettre pour M. l’évêque auprès duquel nous nous sommes rendus à 3 heures 1/2. Il était en robe de chambre et environné d’ecclésiastiques ; il a fait le meilleur accueil à notre commissaire et a passé un quart d’heure dans son cabinet. Nous l’avons quitté à 4 heures 1/2 et nous avons revu nos pénates à 9 heures 1/2.

Samedi 9 novembre

Un valet de dortoir ayant souhaité se retirer, j’ai demandé à M. Hamelin qui il voulait y mettre ; il m’a répondu que je devais être plus au fait que personne de connaître ce qu’il fallait pour domestique et que j’étais le maître de ce choix.

M. Hamelin m’a communiqué les lettres qu’il a reçues relativement à l’argent et au sujet de la tenue morale et physique. Il a donné lecture de celles concernant l’argent à l’instruction du soir.

Le grand bassin est presqu’achevé.

Dimanche 10 novembre

L’instruction par l’abbé Boucher.

M. Hamelin a été étonné de la manière dont quelques élèves tranchent sur le manger, même à sa table. Les oreilles de veaux, des queues de moutons ne plaisaient pas à M. de Baudre, il lui a donné deux mots de leçons.

M. Hamelin voulait me rembourser la moitié des frais de poste du voyage d’Angers ; je ne l’ai pas accepté.

Lundi 11 novembre

Bureau ordinaire.

Nos sous-principaux paraissent à M. Hamelin trop damoiseaux, trop paresseux. En effet, ils ne marquent pas beaucoup d’empressement à aller au-devant des soins que prend le commissaire.

L’abbé Mousset quitte le collège et va au séminaire.

Mardi 12 novembre

Mme de Fontenay (la belle) est arrivée ce soir.

À propos, M. de Belou n’était plus à La Flèche lorsque M. Dupont lui a écrit ; j’ai remis la lettre à M. le chevalier du Hauthierray.

Mercredi 13 novembre

Mme de Fontenay a fait ses visites avec l’abbé Lambert ; celui-ci est brouillé avec M. du Vergor qui se plaint qu’il a voulu le tromper.

  • 13 C’est Charles Boucher et ses deux oncles, Auguste Farcy (1711-1788) et Jean-Baptiste Drouault (172 (...)

Hier soir, le ci-devant abbé de La Tour, aujourd’hui officier de milice, reçut près de l’inoculation un grand coup d’épée qui lui donna M. de Sané, officier de marine, neveu de M. de Galloys ; heureusement pour le blessé, j’allais à l’inoculation. Je l’y fis porter et on lui donna des secours ; le poumon est percé. Cependant nos chirurgiens13 n’en désespèrent pas.

Jeudi 14 novembre

Le sieur Besnard, cousin de l’abbé Macé, arriva hier pour remplacer l’abbé Mousset, sous-maître.

Des sous-maîtres, à qui M. Hamelin avait permis de conduire quelques élèves en promenade, sont arrivés après le goûter. Il en a paru mécontent.

Vendredi 15 novembre

Un métayer est venu se plaindre à M. Hamelin que des élèves en promenade cassèrent hier une barrière de son jardin.

Les sieurs Métivet et Couasse du Rocher ont eu une dispute très vive chez un libraire ; le bonnet de celui-ci est tombé et on débite que c’est d’un soufflet que l’autre lui a donné. Des propos dans lesquels sont impliqués MM. Donjon et Decheman ont occasionné cette querelle.

Samedi 16 novembre

Le sieur Le Blaye l’aîné se retire et va au séminaire.

L’abbé Macé est arrivé hier soir dans un cabriolet qu’il a acheté.

L’abbé Jacquemard est allé chez Mlle de Broc à qui il dira demain la messe. M. Hamelin me disait à cet occasion qu’il aimait bien les galanteries de messes.

Le commissaire a laissé entrevoir à quelques instituteurs qu’il ne serait pas difficile de leur obtenir du bois et de la lumière si l’on pouvait trouver un moyen de racheter cette dépense. J’avais insinué à quelques-uns que le moment d’obtenir une grâce était celui du séjour de M. Hamelin et de l’engager à former leur demande.

Dimanche 17 novembre

L’instruction par M. Hamelin.

J’ai dîné hier au pensionnat. Soupé chez M. Meslin.

M. Donjon me rendit hier ma visite.

Le sieur Masson, jeune abbé de La Flèche présenté par l’abbé Jacquemard, remplace l’abbé Le Blaye.

Lundi 18 novembre

Les instituteurs publics prièrent au café M. Hamelin de demander du bois, de la lumière, des livres et de la tapisserie pour eux. Je leur ai observé qu’à cause des changements à faire dans la distribution de la maison le dernier article pourrait souffrir du retard.

Mardi 19 novembre

Les instituteurs réitérèrent leur demande de la veille. L’abbé Jacquemard revint hier non pas de chez Mlle de Broc, mais de chez Mme de Turbilly.

Il fait beaucoup la cour à Mme de Fontenay et s’efforce de supplanter son collègue.

Mercredi 20 novembre

M. Donjon est allé à Angers et à Éventard.

Il y a eu aux environs d’Angers beaucoup de révoltes pour les blés.

Jeudi 21 novembre

  • 14 Nicolas Chauveau.

J’ai été dîner avec MM. Hamelin, Jacquemard, Macé et Porion chez le curé de Saint-Germain14. J’y ai voituré M. Hamelin qui a voulu assister au dîner.

Les sous-maîtres ne se font plus tirer l’oreille pour le lever et la ponctualité à leurs exercices, et les choses iraient au mieux si les sous-principaux s’y prêtaient.

Vendredi 22 novembre

M. Chaubry craint fort que le présidial de La Flèche ne soit supprimé. Le collège ne gagnerait pas à aller plaider à Angers. Ce subdélégué pense qu’en considération de cet établissement, il serait possible d’obtenir grâce pour le siège. Il va envoyer un mémoire à M. Dupont pour l’y intéresser.

Le jeune de Commacre se meurt, il a été administré.

  • 15 Communauté installée à La Flèche en 1632. En 1790, ce couvent compte 22 religieuses, 5 converses e (...)

M. Hamelin fit faire hier au matin la rénovation de leurs vœux aux Dames de la Visitation15 ; ce qu’il leur a dit à cette occasion a été des plus touchant.

Samedi 23 novembre

Mme de Fontenay part demain avec le chevalier d’Atilly qui est venu la chercher. Nos sous-principaux lui ont bien fait la cour, et comme à l’envie. On m’assure qu’elle a promis à l’abbé Lambert de tout employer pour lui procurer une place, un bénéfice. Si l’on pouvait juger les gens à la mine, je dirais qu’il se déplaît et s’ennuie bien ici. Une chose que je ne puis concevoir, c’est que les deux adjudants soient si peu touchés des soins infatigables de M. Hamelin et ne s’empressent pas à lui en épargner.

Au 1er janvier, M. Donjon fera ménage à part.

Il ne reste plus que le petit lavoir à parer et la bordure en bois à mettre pour que les bassins soient finis. Le pavillon est recouvert, et les fondements des murs qui doivent enfermer les lavoirs sont au ras de terre.

Dimanche 24 novembre

Il n’y a pas eu d’instruction. Prévenu M. Hamelin que l’on disait que M. Porion avait perdu 100 écus dans une séance.

Lundi 25 novembre

  • 16 Le bureau accepte d’augmenter les appointements de l’organiste du collège, Joseph Mondot, (ils pas (...)

Bureau ordinaire16. Souper chez M. Dandeville. Congé de la Sainte-Catherine.

Mardi 26 novembre

J’ai averti l’abbé Macé de se hâter de finir son inventaire de la bibliothèque, que dans peu le bureau serait dans le cas de lui demander. Il a bien pris cet avertissement. M. Hamelin doit aussi le presser là-dessus.

Mercredi 27 novembre

M. Ducan m’a fait part des inquiétudes de la ville sur l’eau de sa fontaine qui pourra tarir dans les moments où l’on emplira les bassins de la buanderie. Il propose d’adapter la conduite qui mène l’eau sur la place à notre réservoir de manière qu’il n’y aurait plus de trop plein que dans le collège, mais qu’en récompense la ville aura part au réservoir dans l’eau qui sera au-dessus de l’endroit où l’on appliquera sa conduite. Je lui ai dit que je ne prendrai pas cela sur moi et qu’il fallait en écrire au directeur.

Jeudi 28 novembre

M. Hamelin n’a plus permis d’aller en promenade en campagne.

MM. de Malherbe et de Lardière sont des plus insupportables, et M. Hamelin en est on ne peut plus mécontent.

Vendredi 29 novembre

M. Jourdain de Villiers donne de sérieuses craintes pour sa vie. Il s’est ennuyé ici dès le moment de son arrivée. La dissipation qu’il a eue pendant le temps de son inoculation avait un peu suspendu ce chagrin. Il a eu 400 boutons. On imputera sa maladie actuelle, surtout si l’issue en est fâcheuse, aux suites de l’inoculation, comme il semble qu’on le fait pour le jeune de Commacre. Il faudra donc être immortel dès que l’on aura été inoculé. J’envoyai au grenier pour avoir du sel sous condition de le payer s’il y échoit au prix de nos exempts ; on en a refusé. Je suis obligé d’en emprunter. Le bruit est ici que le franc salé va être généralement supprimé : voilà ce qui rend le receveur si difficile.

Samedi 30 novembre

M. Hamelin a arrangé le service de la chapelle de façon que chaque prêtre est employé à son tour à dire les messes rétribuées.

M. de Malherbe est en prison pour 8 jours.

M. Jacquemard a de la vapeur.

Dit à M. Hamelin que j’avais des ordres de lui faire donner de l’argent s’il en souhaitait. Il a encore une cinquantaine de louis, après quoi il en demandera. Quant à la proposition de retenir quelquefois des instituteurs à sa table, il le fera ; mais c’est inutile, pense-t-il, si l’on a égard à ses observations.

  • 17 Des arbres ont été abattus dans le parc du collège, illégalement selon la maîtrise des Eaux et For (...)

On dit que la maîtrise de Baugé fera signifier sa sentence la semaine prochaine et que son procureur du Roi viendra pour vendre les bois de délit du parc17.

Dimanche 1er décembre 1771

L’instruction par le préfet.

On prend le parti de promener et de dissiper le plus que l’on peut le jeune Jourdain ; il est allé hors de la ville en cabriolet. J’appréhende qu’il ne fasse le second tome du pauvre du Mesnil-Simon.

Lundi 2 décembre

Rendu compte à M. Hamelin d’une conversation du sieur Dolbeau dans laquelle il m’a annoncé qu’il ne ferait jamais ce qu’on appelle la Henriade à laquelle il n’a pas été invité depuis 10 ans qu’il est au collège.

  • 18 Un vésicatoire est un médicament topique qui provoque la formation d’ampoules cutanées ; utilisé c (...)

L’alarme pour le jeune Jourdain nous ayant pris ce soir, la faculté ordinaire et extraordinaire a été convoquée après le souper ; elle a ordonné les vésicatoires18 et un apéritif. Son état est des plus critiques, il n’est plus douteux que ce soit une fièvre maligne.

Mardi 3 décembre

J’ai communiqué à M. Hamelin la lettre de M. Dupont sur les tables.

  • 19 Il s’agit de M. Oudin. Les aides sont des impôts indirects affermés et levés sur la consommation d (...)

Le contrôleur des aides19, sur ce qu’il était entré dans le collège de la poudre à poudrer, de l’amidon et du savon. Je l’ai assuré que c’était pour la consommation de la maison et qu’il me ferait plaisir de prendre quiconque en sortirait avec aucune des denrées sujettes aux droits dont le collège est exempt.

Le jeune Jourdain n’était pas mieux ce matin. Ce soir, on lui a enlevé les vésicatoires ; elles avaient pris. Il a beaucoup évacué pendant la journée, il était moins mal.

Congé. M. Hamelin désirait faire voir aux élèves des marionnettes qui représentent la Passion, mais cela n’a pas eu lieu. Le maître demandait un louis et d’être défrayé du déménagement et de l’arrangement de son théâtre.

Mercredi 4 décembre

La maîtrise de Baugé a fait signifier la sentence qu’elle a prononcée contre les administrateurs, à cause des arbres abattus dans le parc.

M. Hamelin a fait après midi à 3 heures l’instruction aux domestiques du collège que j’avais fait assembler dans la chapelle ; toutes les semaines, il la leur fera le même jour. C’est celui du marché et des courses et buvettes.

Jeudi 5 décembre

Voici le 3e procès du sieur Le Royer depuis la rentrée. Dans celui-ci, il a fait faire par un homme qui ne sait même pas lire un billet dont il a tracé les caractères avec un crayon et que l’autre a suivis avec la plume. Je ne sais pas s’il s’en tirera aussi bien que des autres qui lui ont coûté de l’argent, mais lui ont valu une semonce en plein palais.

Vendredi 6 décembre

Bureau extraordinaire à cause de la signification de la sentence de la maîtrise de Baugé. M. Cabanel d’Anglure est brouillé avec M. de Beaumont, aussi n’a-t-il pas respecté les ordres dans cette affaire.

Fête de Saint-Nicolas.

L’abbé Macé s’est chargé de la Henriade que l’abbé Dolbeau a refusé de faire.

Samedi 7 décembre

M. Hamelin a parlé à l’abbé Porion de son jeu et lui a dit que M. Dupont en était instruit. Il n’a pas nié, mais il a assuré qu’il n’était pas si gros, à beaucoup près, qu’on l’avait mandé. C’est surtout avec MM. des Huberdières, conseiller à l’élection, de La Maillardière, beau-frère de M. Rousseau, commissaire receveur aux saisies réelles, et Boucher, officier de carabiniers, que se sont frappés les grands coups. Peut-être cette semonce le corrigera-t-il ?

J’ai vu la réponse de M. Dupont à M. Hamelin au sujet des tables. Il y aura quelques observations encore à faire.

Dimanche 8 décembre

L’instruction par l’abbé Porion.

M. Regnault est bien changé. On commence à d’autant plus craindre pour lui qu’il ne se laisse pas aisément conduire.

M. Ducan a fait plusieurs démarches pour épouser la sœur de M. Pihery, mais inutilement.

Lundi 9 décembre

Bureau ordinaire.

Le jeune Jourdain de Villiers est mort ce matin à 4 heures ; j’ai envoyé suivant l’usage ses noms et âge au curé en le priant d’indiquer son heure pour l’enterrement et celle pour le service. Il m’a fait dire qu’il s’arrangerait sur le temps du collège. Je lui ai fait connaître que cet élève ayant été ouvert, on désirait l’inhumer après la classe du soir et que, quant au service, il serait pour jeudi à son heure. Il a fait lui-même l’enterrement.

Mardi 10 décembre

Le curé a envoyé un mandement de M. l’évêque d’Angers pour chanter un Te Deum dans toutes les églises de son diocèse en action de grâces de la guérison de Mme la comtesse de Provence.

Mercredi 11 décembre

M. de Bridiers des Guérins a fait ce matin une scène des plus violentes. Après avoir manqué essentiellement, avec grossièreté et à plusieurs reprises, à ses sous-maîtres d’étude et de dortoir, il ne voulut pas subir la punition que lui infligeait M. Hamelin. Comme c’était un dessein prémédité, il s’était armé d’un maillet et autres bois qu’il avait ramassé, et entrelacé dans les pieds de sa table, il se défendait contre les valets, les défiait en jurant et chantait et sifflait pour narguer le commissaire. Celui-ci m’a fait appeler, et de peur de le blesser en voulant l’ôter de force, on a transporté tous les livres dans une autre étude et on l’a laissé, gardé par un domestique, avec défense de lui donner à manger ni à boire. Desmon m’avait fait avertir d’y prendre garde, et que ce mauvais sujet avait 2 couteaux. Après le dîner, l’abbé Dolbeau a été le voir, le jeûne l’avait un peu assoupli, mais il n’avait pas quitté son retranchement. Ce régent lui a fait voir qu’il courrait à sa perte par cette conduite. Il lui a fait verser des larmes, rendre les couteaux qu’il avait eus par des externes et l’a amené chez M. Hamelin où étaient assemblés tous les professeurs : il a demandé pardon et promis de se soumettre à tout si on lui faisait grâce de n’en pas porter des plaintes au ministre. Le scandale ayant été public, M. Hamelin a désiré que tous ceux qui étaient présents donnassent leur avis sur la peine qu’il fallait ordonner. On l’a condamné à aller dans toutes les études demander pardon du mauvais exemple qu’il avait donné, à être fouetté à l’entrée du réfectoire et à porter un habit de pénitence particulier et plus abject que les autres. Il s’est soumis à tout avec résignation qui fait espérer que cette faute tournera à son bien.

Jeudi 12 décembre

Le service pour le jeune Jourdain s’est fait à la paroisse à 8 heures un quart ; c’est l’abbé Lambert qui a officié et il a été dîner ensuite à la campagne du curé.

Le nouvel habit de pénitence s’étant trouvé fait, des Guérins en a été revêtu chez M. Hamelin en présence des personnes qui l’avaient condamné la veille. Cette punition a paru lui coûter plus que les précédentes ; cependant il l’a subie et après avoir été dans la cour l’objet de la curiosité et le spectacle pour ses camarades, on a demandé sa grâce et il a été réintégré. Cet exemple a atterré les mutins que nous soupçonnons avoir eu des leçons. M. Hamelin lui a promis de n’en pas écrire et moi aussi ; ainsi ce rapport n’est ici que pour mémoire seulement.

Vendredi 13 décembre

M. Hamelin ayant jugé qu’il convenait de faire un service dans la chapelle pour le jeune Jourdain de Villiers, ce qui ne s’était encore fait pour aucun élève ; sa proposition a été reçue au mieux et il a été célébré après la classe. Tous les écoliers y ont assisté et on les avait fait sortir une demie heure plutôt. On n’a sonné que pour le service seulement.

Samedi 14 décembre

On est venu se plaindre de quelques élèves et d’un sous-maître qui ont foulé un champ jeudi dernier à la promenade ; M. Hamelin, qui avait accordé cette promenade par grâce, est mortifié au point qu’il paraît résolu à les supprimer entièrement.

Nous avons fait quelques articles des règlements nouveaux pour les domestiques.

Dimanche 15 décembre

L’instruction par le sous-principal.

On a chanté le Te Deum dans notre chapelle, après vêpres, en exécution du mandement de M. l’évêque.

  • 20 Probablement les Affiches d’Angers. Après 1750, se multiplient dans les villes de province ces feu (...)

Tous les corps ont assisté en cérémonie à celui de la paroisse. Les carabiniers étaient sous les armes, aussi bien que la milice bourgeoise. On leur a fait faire une triple décharge. Personne de notre clergé n’y est allé ; on ne l’en avait pas invité à la vérité et, d’ailleurs, la concurrence de l’heure aurait été un obstacle. On doit faire mettre dans la gazette20 cette démonstration de joie des Fléchois.

Lundi 16 décembre

Communiqué à M. Hamelin la réponse de M. Dupont à M. Porion qui ne s’est pas donné de garde de la montrer. Au contraire l’abbé Duvigneul invite tout le monde à voir la sienne. Des 2 paquets du ministère au bureau arrivés ce matin, celui qui refermait les plans d’infirmeries a été ouvert. Nous sommes convenus, M. Hamelin et moi, du parti à prendre dans la réforme des tables demandée par le ministre.

J’ai eu la visite de M. de la Forêtrie, je le trouvai hier avec Mme son épouse et M. de Boissimon à l’inoculation. Je les ai connus chez Mme de Mayneuf.

Mardi 17 décembre

  • 21 Ancien prieuré. Utilisé par les Jésuites comme lieu de repos pour des pères âgés. Les bâtiments so (...)

M. de Boissimon témoigne avoir envie de rentrer dans sa maison. Il me demanda dernièrement et depuis il a demandé au sieur Boucher si l’inoculation serait transférée à Saint-Jacques21, aussitôt que les carabiniers seront partis dans six mois. On l’a laissé dans l’incertitude, comme on y est soi-même. Les Plantes ne lui plaisent déjà plus.

À midi, on est venu m’appeler pour le jeune de Mouy tombé subitement dans des convulsions affreuses.

Mercredi 18 décembre

Le pauvre de Mouy est mort à 2 heures 1/2 après midi. Nos médecins ordinaire et extraordinaire ne l’ont pas quitté un moment ; il a presque expiré dans mes bras. Je désirais qu’on le saigna du pied, mais la bouffissure était une indication qui a retenu les gens de l’art. J’ai écrit ce matin au père pour lui annoncer le danger de son fils. Quel coup accablant va lui porter cette mort, et à la mère ! J’ai été obligé d’aller ce soir m’informer pourquoi on ne sonnait pas son trépas à la paroisse. J’ai trouvé les 2 curés chez l’ancien, ma lettre avait été remise, mais ces messieurs ne faisaient que d’arriver de la campagne. M. Donjon m’a dit que c’était sans doute les poêles qui nous donnaient tant de maladies ; je lui ai fait observer que nous avions les mêmes poêles les années précédentes et qu’il enterrait tous les jours de ses paroissiens qui n’en avaient pas.

Jeudi 19 décembre

Le petit Ansart a été ouvert et nos médecins l’auraient saigné du pied s’ils avaient à refaire. Le service et l’enterrement se sont faits avant midi.

M. Antoine nous donne des inquiétudes ; j’avertis hier le père de sa maladie.

Mercredi 20 décembre

J’ai mené M. Hamelin faire visite à M. et Mme du Hauthierray qui sont de retour des champs depuis avant-hier soir. Nous nous étions présentés la semaine dernière chez nos autres magistrats et confrères de bureau.

On a fait après la classe du matin le service dans notre chapelle pour le pauvre Ansart.

Samedi 21 décembre

L’abbé Porion ne répliquera pas à M. Dupont, il vient de me dire qu’il avait pris le parti de rompre ses habitudes avec M. Boucher, l’officier, et les autres et que, quand l’occasion s’en présenterait, je l’obligerai de faire connaître sa bonne résolution.

M. Chaubry sort de chez moi ; il me demande s’il entendra les comptes de la pension de Mme de Pontac. Je lui ai dit que je n’avais aucune mission concernant cette dame. Il m’apprend que l’ex-principal l’a vue hier au sujet d’un procès de son féal Le Royer ; il lui a donné beaucoup de raisons qui prouvent que cet homme n’était pas capable de faire l’anonyme que vous ne connaissez que trop. Ma réponse a été que Raffiat pouvait bien en son temps ne pas regarder Cartouche comme un scélérat, et qu’abstraction faite de tout ce que je savais ci-devant, le billet crayonné me suffisait pour l’apprécier.

Dimanche 22 décembre

L’instruction par M. Hamelin.

Lundi 23 décembre

On assure que les mairies des villes vont redevenir vénales. Celle de La Flèche vaudra plus que d’autres de la même classe à cause de la bougie du collège.

  • 22 Face à l’augmentation du nombre des élèves, il est décidé d’établir une infirmerie hors du collège (...)

Bureau ordinaire22.

Mardi 24 décembre

  • 23 Arch. dép. de la Sarthe, B 2747, registre des causes ordinaires de la sénéchaussée de La Flèche, l (...)

Le procès entre Riboutet, libraire, et Le Royer, que celui-ci a gagné, fait ici bruit. Le premier veut appeler et il paraît que la sentence n’est pas au greffe dans les mêmes termes qu’elle a été prononcée. Le prononcé ordonnait confiscation de livres, ce qui a été entendu par un très grand nombre de personnes, et il n’est plus question de confiscation dans l’expédition. Cette affaire réveille celle du billet crayonné sur laquelle on a glissé, tant l’homme en question est protégé par d’autres ou dupes ou fripons23.

Mercredi 25 décembre

L’office de nuit et de jour s’est fait aussi pontificalement que la solennité l’exigeait. L’abbé Macé a fait un sermon qui ne peut être prêché qu’ici ou à l’École militaire ; il a parlé avec force contre l’orgueil que donne la naissance, sur les devoirs qu’elle impose, sur la futilité quand elle n’est pas secondée par les vertus, les talents. Sa première partie m’a fait beaucoup plus de plaisir que sa seconde qui est trop diffuse ; il faut convenir qu’elle n’était pas retouchée ; il a été plus d’une heure et demie en chaire.

Jeudi 26 décembre

M. l’évêque d’Angers, à son passage à La Flèche, a déposé à la Visitation un ancien Jésuite pour être directeur de cette communauté. Le temps des mandements contre la Société est bien passé.

En prenant le café, on est convenu à l’amiable d’un ordre pour toutes les messes d’obligation de notre chapelle. Cette petite besogne, qui aurait dû être faite il y a des années, sera affichée dans la sacristie.

Vendredi 27 décembre

Dit à M. Chaubry ce que m’a répondu M. Dupont au sujet de Mme de Pontac et de la supérieure de sa communauté et à l’abbé Duvigneul que son frère s’est présenté à l’École militaire le 24.

Samedi 28 décembre

Fait avec M. Hamelin les visites de deuil pour Mme de Bascardon.

M. du Juglart a mené son fils qui est grand et fort.

M. Hamelin a bien voulu signifier aux sous-maîtres qu’ils eussent à ne plus aller se chauffer aux cuisines ni aux infirmeries où ils restaient souvent jusque bien avant dans la nuit. Les deux sous-maîtres qui étaient allés à Nantes pour l’ordination sont de retour. C’était les sieurs Régnier et Graffart.

Dimanche 29 décembre

L’instruction par l’abbé Boucher.

Arrivée du jeune Damoiseau, cousin des deux qui sont déjà ici.

Lundi 30 décembre

  • 24 C’est une lettre de Monteynard à Hamelin du 24 décembre 1771 qui annonce cette réforme intérieure (...)

Communiqué aux sous-principaux et aux instituteurs les ordres du Roi concernant la suppression des tables du principal et du sous-principal ; c’est chez M. Hamelin que cela s’est fait et il en avait prévenu les premiers24. Les derniers ont paru regretter celle du principal.

Mardi 31 décembre

M. Ducan m’a donné à dîner et à M. Hamelin. Il n’y avait d’autres convives que l’abbé Jacquemard, MM. Chaubry et Pihery. Ce dernier m’a chargé de l’excuser auprès de M. Dupont de ne pas lui écrire, persuadé qu’il lui évite la façon d’une lettre dont il sait qu’il a bon nombre à faire.

Un jeune homme m’avertit qu’une dame venait de Paris à La Flèche et qu’elle se disait ma parente.

Mercredi 1er janvier 1772

M. Hamelin, les sous-principaux et moi avons fait nos visites ensemble. MM. Hamelin et Jacquemard ont dîné à la table de l’instruction ; le 1er nous a régalé d’une bouteille de vin de Frontignan.

Les 2 tables sont toujours au milieu des réfectoires et on continue d’y admettre des élèves ; mais elles ne sont pas servies autrement que ne le sont les tables communes.

Jeudi 2 janvier

Le bruit de la ville est actuellement que l’abbé Macé sera principal ; mais on ne se borne pas là, on y nomme aussi l’abbé Porion.

On a affiché cette nuit à plusieurs carrefours des placards contre l’abbé Decheman, à cause de son monitoire. On avait donné au curé de Cré des soupçons et dans la crainte d’être supprimé, lui et les autres confesseurs extérieurs, il avait cru devoir prévenir. M. Hamelin a dissipé ses fausses alarmes.

Vendredi 3 janvier

Le curé nous a rendu notre visite de nouvelle année. Nous étions entrés chez lui et quelques élèves des plus grands lui ont aussi été envoyés.

Remis au sieur Simon la lettre de M. de La Touche et l’instruction pour la bâtisse que j’ai trouvées sous mon adresse. Il m’en remettra un double signé de lui.

Samedi 4 janvier

Ce n’était pas assez que beaucoup de nos élèves fussent malades. Quatre professeurs, les domestiques en augmentent le nombre.

La gelée qu’il a fait a obligé de couvrir les murs de la buanderie. On a empli les lavoirs. On continue d’abattre et d’exploiter les arbres inutiles du séchoir et de disposer l’intérieur du pavillon.

  • 25 L’établissement est tenu par le maître des postes Richard qui meurt le 29 juin 1772.
  • 26 Marie-Françoise Walpurge Scherbeck de Froberg a épousé Dupont de La Motte le 19 janvier 1763 en Al (...)
  • 27 Établissement de réclusion fondé en 1688 pour des femmes placées là par leur famille.

Avant-hier à midi, le médecin de La Tour m’écrivit un billet pour me rendre aussitôt au Lion d’Or25. J’y fus et l’y trouvai avec la personne que j’avais laissée à Bâle en 176326. Je dînai seul avec elle et je revins y souper. Malgré les caresses, je ne me laissai aller à aucune faiblesse. Comme elle ne voulait pas retourner à Paris, d’où elle est venue sans rien, sans le sol, partie par le carosse et du Mans ici en poste, j’ai trouvé à la placer comme pensionnaire libre à la Madeleine27 où je l’ai conduite hier à 6 heures du soir. Je lui ai envoyé aujourd’hui ce dont elle a le plus besoin. Elle a mis le médecin de La Tour dans son entière confidence.

Dimanche 5 janvier

L’instruction par l’abbé Porion.

Le jeune Moyria voulait se jeter dans le feu de son dortoir. Cet élève est un peu visionnaire.

Lundi 6 janvier

Point de réponse pour le bois et la lumière, ce qui inquiète les instituteurs ; ils craignent ou que l’on les refuse, ou bien qu’on retranche 2 entrées si on accorde leur demande.

Mardi 7 janvier

Des officiers de carabiniers avaient demandé des élèves pour manger à leur ordinaire, M. Hamelin leur a refusé, n’étant pas très proches parents, conformément au règlement.

Mercredi 8 janvier

Avant hier, toutes les personnes qui ont place à la table d’instruction y soupèrent. On y tira la fève et l’on s’y amusa fort bien.

Jeudi 9 janvier

M. Hamelin m’a fait avertir après le souper de passer chez lui : M. de Moyria avait fait des siennes, il voulait se détruire. Cet enfant a lu des vies des saints et il est encore en possession d’une légende. Il a déjà cru avoir des apparitions. Je l’ai mené aux infirmeries où on lui fera faire diète. Il avait le pouls très vite et très fort, et les yeux caves et enflammés lorsque je l’ai vu.

Vendredi 10 janvier

L’abbé Régnier a écrit au commissaire que, ne pouvant plus faire dans sa place de sousmaître le bien qu’il désirait, il se démettait de sa place pour le mois de février. Moyria, que j’ai promené cet après-midi, m’a dit que ce sous-maître lui a donné des soufflets.

Samedi 11 janvier

Averti M. Hamelin que plusieurs sous-maîtres sont restés jusqu’à 2 heures de nuit dans la chambre du sieur Régnier.

L’abbé Couasse s’est démis le bras en barbouillant sa chambre de devises.

Je suis excédé de lettres de nouvelle année. Tous les parents se sont donnés le mot pour écrire celle-ci.

MM. Porion, Pilon et Dolbeau ont été mécontents du refus qu’on leur a fait de sucre à l’office pour faire des rôties à leur déjeuner. Il m’a fallu essuyer des pointes, qu’une portion d’élève, mais seule, serait à préférer dans ces moments.

Dimanche 12 janvier

L’instruction par le préfet.

Le jeune de Commacre est à bout de voie.

Lundi 13 janvier

Bureau ordinaire.

Mort du jeune de Commacre à 9 heures du matin.

Mardi 14 janvier

Service à la paroisse et enterrement de l’élève mort la veille.

Congé d’étrennes accordé par le bureau à la demande de M. Hamelin.

Mercredi 15 janvier

Service pour ledit élève dans la chapelle du collège.

Une dame (Mme de La Motte) a demandé à M. Hamelin un élève pour dîner chez elle ; il m’en a parlé. Je lui ai dit que je pensais qu’ayant refusé aux officiers de carabiniers, les mêmes raisons devaient empêcher d’en accorder à tout autre.

Jeudi 16 janvier

M. Hamelin n’est pas peu embarrassé pour ses notes, l’ex-principal ayant brûlé ou emporté tous les renseignements qu’il avait. L’abbé Jacquemard, qui a été lui demander s’il n’avait pas au moins les dernières notes, en a reçu pour réponse un gros mensonge qu’il n’en avait jamais eues. Il y a quelques années que je lui avais demandé à en tirer des doubles qui seraient restés dans mon cabinet et j’avais été refusé d’une manière à n’y plus songer.

Vendredi 17 janvier

Il y eut entre le régent de 3e et le sieur Le Royer une affaire. Celui-ci avait dit à ses pensionnaires de se ficher de leur régent qui leur donnait des pensums pour être entré en classe après lui. L’autre a fait écrire en classe et signer par ces enfants le conseil de leur maître et l’a communiqué à M. Hamelin.

Samedi 18 janvier

Le jeune Gaultier de La Motte est tombé tout à coup en convulsion pendant la visite de la faculté. On s’est déterminé à tirer du sang. Les connaissances qu’a données l’ouverture du pied auraient fait juger qu’un peu de saignée du pied est à propos dans les suites de l’épidémie de la rougeole. Boucher, le chirurgien, s’occupe de recueillir soit ici soit dans les environs des faits relatifs à cette maladie.

La manie de Moyria a recommencé. Il a fallu que j’employasse toutes mes forces pour l’arracher de ses camarades convalescents qu’il maltraitait. C’est un élève à renvoyer. Il est dangereux dans sa fureur. Il aurait tué d’autres élèves ou se serait pendu avec ses jarretières et son ruban de guerre si on n’y eût pris garde.

Dimanche 19 janvier

L’instruction par l’abbé Pilon.

Une personne de Baugé a dit à M. Ducan que M. Cabanel d’Anglure avait donné de nouveaux ordres à la maîtrise de poursuivre malgré tout l’affaire des arbres du parc.

Je ne me suis pas ménagé auprès de ma dame.

Lundi 20 janvier

Congé de Saint-Sébastien.

Donné à M. Hamelin la note de quelques élèves qui ont fondu aux poêles presque tous leurs boutons. Depuis Noël, ils en ont consommé 25 douzaines. Il serait à désirer qu’ils pussent en avoir en métal de prince. Ils coûteraient plus, mais leur durée dédommagerait.

Mardi 21 janvier

Tout est couvert de neige et il gèle ferme.

M. de Boissimon se déplaît furieusement aux Plantes. Il désire revenir chez lui ; c’est de la faute des carabiniers qui, de leur côté, sont inquiets sur leur sort, car on parle d’en faire le second tome des grenadiers de France.

Mercredi 22 janvier

M. Hamelin a donné la demie heure à cause du froid.

La misère augmente tous les jours ici, les subsistances y deviennent à un prix exorbitant.

Jeudi 23 janvier

Les fermiers généraux ont envoyé au receveur leur compte 1766. J’ai passé 8 heures à le vérifier, il fourmille d’erreurs. On sera obligé de le leur renvoyer.

M. de Poyanne a écrit que sous 8 jours le sort des carabiniers serait décidé et qu’il ne serait pas aussi rigoureux qu’ils le craignaient.

Vendredi 24 janvier

On a souhaité la bonne fête à M. Hamelin parce que c’est demain la conversion de saint Paul. Il s’est fait beaucoup prier pour donner congé parce qu’il n’en n’avait pas parlé au bureau ; il n’y a eu aucun extraordinaire aux tables. M. Pilon a procuré après le souper un petit concert qui s’est exécuté chez moi pour ne pas troubler le pensionnat. M. Hamelin a fait presque tous les frais de rafraîchissement.

Samedi 25 janvier

Notre cher commissaire a été assailli de bouquets, de compliments parmi lesquels il y en eut de bien maussades ; mais l’abbé Boulay en a fait deux qui ont été goûtés. L’un que je joins ici, l’autre était un paysan qui amène son fils pour aller en classe. Les couplets, chantés par deux élèves vêtus dans le costume, nous ont fait rire aux larmes. Il n’y a eu ni son de cloches, ni pétards. Au lieu d’une grande messe en musique, que l’abbé Pilon avait dessein de faire chanter, il y a eu musique chez M. Hamelin qui a donné le café à tous les instituteurs.

Le fils aîné de M. Chaubry vient donc de remporter un prix.

Mon rhume annuel me tient depuis trois jours, ma voix était hier tout à fait éteinte ; je ne suis plus que fort enroué.

L’Éguillière est indisposé depuis une huitaine, ce ne sera rien.

Dimanche 26 janvier

L’instruction par le sous-principal.

M. Hamelin m’a dit qu’il désirait donner à dîner jeudi prochain à tous les convives de la table de l’instruction et aux amateurs qui lui ont donné de la musique, mais qu’il voulait tout payer. En conséquence, il se proposait de tout faire venir de chez le traiteur. Comme il n’y en a pas ici qui puisse lui fournir ce qui conviendrait, je l’ai prié de me laisser le soin de son repas et que je lui ferai un état de ce qu’il coûtera et qu’il payera.

Lundi 27 janvier

Bureau ordinaire. M. du Hauthierray m’a dit avant l’assemblée qu’il était chargé de la part du commandant de demander l’entrée du parc pour les fourriers et les maréchaux des logis ; je lui ai fait connaître que je ne croyais pas que cela pût être et lui en ai donné les raisons.

Mardi 28 janvier

M. de Lardière, le plus mauvais sujet possible, a tenté de s’évader du collège avec les jeunes de La Hitte et de Résie qu’il avait débauchés. Il avait volé une quantité de boutons, boucles, livres, pain et autres drogues dont il avait fait un inventaire, et un couteau avec lequel il se proposait de détrousser des petits paysans pour avoir leurs habits. Cet élève est indomptable, il fait le mal avec un sang froid, une réflexion qui me fait frémir. Le fouet, la prison, des sabots, un bonnet rouge, un habit de couverture de cheval dont on l’a puni ne l’ont pas ébranlé.

Mercredi 29 janvier

M. Hamelin m’a montré une lettre de M. Dupont qui lui mande qu’il est indisposé.

Je lui ai remis celle que j’en ai reçu sur les gratifications des sous-maîtres et les lettres du ministre en 1770 sur cette répartition.

Jeudi 30 janvier

Dîné dans l’appartement de M. Hamelin ; nous étions 20 à table.

Nos officiers municipaux et nos officiers carabiniers sont fort inquiets les uns et les autres.

Vendredi 31 janvier

Le sieur Le Royer, qui avait gagné son procès contre le libraire Riboutet, a promis par écrit de payer tous les frais et de rendre les livres confisqués, à condition que celui-ci n’appellera pas de la sentence et brûlera les mémoires qu’il avait dressés.

  • 28 Repas servi peu après minuit.

L’abbé Régnier a eu le 27 un médianoche28 dans sa chambre que lui a fait le cuisinier de l’infirmerie. C’est l’abbé Métivet qui l’a mandé au contrôleur.

Samedi 1er février 1772

Les sous-principaux ont arrangé la répartition des gratifications.

L’abbé Jacquemard est alarmé de ce que M. Dupont a dit à son frère qu’il avait des vapeurs. Il regarde cela comme un mauvais augure. On est ici bien gras de voir l’édit nouveau de municipalité ; malheureusement l’abonnement des édits, arrêts est défendu et on ne sait plus rien.

Dimanche 2 février

Point d’instruction.

Il s’est commis plusieurs vols ici, au Lude, et sur la route du Mans.

L’abbé Duvigneul est allé au mariage de son frère.

Lundi 3 février

M. Hamelin écrit au père de M. de Moyria de manière à l’engager à redemander son fils. Je crois qu’on fera bien de jeter les yeux sur un successeur pour M. Lemort. Ce régent dépérit tous les jours et peut-être nous manquera-t-il plus tôt qu’on ne s’y attend.

Il a fait cette nuit un vent des plus violents, il n’a duré que 3 heures, quelques arbres du parc et les toits en ont souffert. J’ai cru à plusieurs reprises que mon lit s’éloignait de la cloison qui l’appuie. Il avait fait hier soir une pluie d’orage mêlée d’éclairs et de quelques coups sourds de tonnerre.

Mardi 4 février

M. Hamelin ne paraît pas des plus contents de l’abbé Boucher dont le zèle n’est pas toujours guidé par la sagesse.

Mercredi 5 février

Nos professeurs sont au comble de la joie et ils auraient été moins sensibles à voir leurs appointements augmentés de moitié qu’ils ne le sont d’avoir obtenu le bois et la lumière. M. Hamelin fera leurs remerciements au ministre et eux-mêmes écriront à M. Dupont une lettre pour lui faire voir qu’ils reconnaissent lui devoir dans cette circonstance. Enfin, ils sont si entrain de reconnaissance qu’il n’y a pas jusqu’à moi indigne à qui ils témoignent et beaucoup.

Jeudi 6 février

Il est décidé que les carabiniers resteront ici jusqu’au mois d’octobre, ce qui fâche fort M. Boissimon. Celui-ci vient de divertir le public. Le monitoire que l’abbé Decheman avait obtenu pour connaître ceux qui avaient coupé les fleurs et les choux de son jardin n’ayant rien fait découvrir, le peuple a cru que les coupables devaient courir le loup-garou. Le fils de M. de Boissimon a marqué de la frayeur ; le père et le précepteur, pour l’aguerrir, ont fait les loups-garous pendant quelques nuits. Et tous les paysans de son canton, la populace de ses domestiques mêmes en croient plus ferme que jamais à ces larves.

Vendredi 7 février

M. de Livron est ici ; il confirme les nouvelles avantageuses pour les carabiniers, de la conservation de leur corps et la continuation de leur séjour dans l’Anjou.

M. de Girard s’est chargé de mener M. de Vassal à l’École militaire.

Samedi 8 février

Le jeune du Lac a été puni bien sévèrement par le régent de 4e et même au point que M. Hamelin en est mortifié.

Dimanche 9 février

Retour de l’abbé Duvigneul.

L’abbé Porion a fait l’instruction.

Suivant M. de Livron, M. de Poyanne est au mieux auprès de M. le marquis de Monteynard. Il a dit ici qu’on faisait à l’École militaire une galerie d’une magnificence surprenante.

Lundi 10 février

Bureau ordinaire.

La ville a obtenu du grand maître la permission d’abattre les arbres de ses anciennes promenades sans payer la moindre taxation. Ce M. est extrême dans les sympathies et antipathies.

Mariage de Mlle Bidaut de Ruigné.

Mardi 11 février

Les instituteurs sont un peu honteux que M. Pilon ait fait leur lettre de remerciements. L’abbé Porion qu’ils sollicitaient de la mettre au net lui répondit qu’il « ne le ferait pas parce qu’on pourrait l’en croire l’auteur ».

Mariage de M. Meslin et Mlle Le Royer.

Mercredi 12 février

M. le chevalier de Lordat m’a procuré des poissons rouges.

M. Chaubry dit qu’il ne doute pas que l’École militaire ne fasse au curé une pension. Je ne sais pas s’il le pense.

Jeudi 13 février

Le médecin de La Tour crie à la plus grande misère. Il a inoculé les deux jeunes de Contades. Le maréchal l’a payé de la promesse de sa protection spéciale auprès de M. le marquis de Monteynard, dont il doit être fort ami. Ainsi, dans peu, il paraîtra de ce côté une nouvelle demande.

Vendredi 14 février

  • 29 Voir Sylvie Granger, Musiciens dans la ville (1600-1850), Paris, Belin, 2002.
  • 30 Et de fait, le moineau se trouve un endroit et la tourterelle un nid où installer ses petits.

L’abbé Rose, psalet ou premier maître de musique de la cathédrale d’Angers, engagé par l’abbé Pilon, lui a apporté des morceaux de musique pour la messe de demain, jour de la naissance du Roi29. Il y a un motet dont l’allusion a été trouvée heureuse. C’est Etenim passer invenit sibi locum et turtur nidum ubi reponat pullos suos30.

Le greffier de la maîtrise de Baugé a refusé d’enregistrer l’arrêt du conseil qui casse sa sentence, attendu qu’il n’a pas l’attache du grand maître.

Samedi 15 février

Congé. Grand’messe et salut en musique.

M. Hamelin a témoigné qu’il ne serait pas fâché que la gazette en parlât. Il a amené souper l’abbé Rose, il m’en a prévenu auparavant.

Fin de la 4e inoculation.

Dimanche 16 février

L’instruction par l’abbé Boucher.

Lundi 17 février

Je ne sais qui a répandu le bruit de la très prochaine arrivée de M. Dupont et du prompt départ de M. Hamelin.

Mardi 18 février

Les deux curés sont à la veille d’entrer en procès à cause de leurs réparations. M. Galloys travaille à accommoder cette affaire.

Mercredi 19 février

Nous sommes en quelque sorte inondés. Il pleut presque toujours.

Notre moulin va et je compte qu’il me moudra 2 000 boisseaux en hiver, c’est un profit de plus de 500 livres.

Jeudi 20 février

MM. Macé, Porion, Pilon ont mené M. Hamelin dîner chez le sieur Bria, ci-devant carabinier, leur tailleur, et qui leur a gagné à la pointe du ciseau 100 000 MX. Je n’y ai pas été et ai dit à M. Hamelin que cette société ne nous convenait pas, mais il n’était plus temps pour lui, et il n’en a pas été plus content.

Vendredi 21 février

Enfin M. l’intendant a autorisé la ville à se construire les halles ; mais point d’hôtel.

Samedi 22 février

Le nouveau curé songe déjà à vendre sa campagne, il nous a envoyé une permission de M. l’évêque pour manger des œufs pendant le carême.

Toutes les fois qu’il pleut considérablement, l’eau nous vient troubler parce qu’elle filtre dans l’aqueduc qui traverse les jardins. Depuis un mois, j’ai pris le parti dans ces temps qui durent quelquefois 24 heures de faire ouvrir le regard du parc des élèves, et nous vivons de notre réservoir, mais la ville s’en passe et de trouble et de propre.

Dimanche 23 février

L’instruction par l’abbé Jacquemard.

M. Lemort sent bien qu’il n’a pas la force de continuer le métier qu’il fait, il n’est retenu que par la crainte d’être à charge à sa famille qui n’est pas riche, et il n’ose pas demander quelque chose pour se retirer. Si on lui en accordait, je ne crois pas qu’il en use longtemps, mais peut-être cela tirerait-il à conséquence.

Lundi 24 février

Bureau ordinaire.

  • 31 En novembre 1771, l’abbé Terray modifie la législation sur les municipalités : les charges redevie (...)

La mairie de La Flèche est à 12 M livres, celle d’Angers à 6031.

  • 32 Le franc-fief est un droit que doit verser un roturier qui possède un fief, une terre noble.

On fait ici beaucoup de recherches à cause du payement des francs-fiefs32.

Mardi 25 février

Dîné chez M. Ducan.

M. de La Grange de Tarnac arrivé, amené par son frère officier dans le régiment d’Eu.

M. Donjon avait confié aux professeurs le soin de veiller aux confessions. M. Hamelin sera peut-être bien obligé de le reprendre ; M. Pilon occasionne quelques tracasseries à cette occasion.

Mercredi 26 février

Aucun huissier de Baugé n’a voulu signifier au procureur du Roi de la maîtrise l’arrêt du conseil. On en envoie un d’ici. On l’a fait signifier aussi au sergent collecteur.

Jeudi 27 février

Dîné et soupé chez M. Auvé.

La rivière est débordée. Le vent a été si terrible qu’il fait un très grand tort à nos toits. M. Hamelin a bien mal à la main droite.

Vendredi 28 février

Le courrier n’est arrivé que le soir, ce sont les eaux qui l’ont retardé. Arrivée de papiers pour Mme de…

Samedi 29 février

À en croire M. Donjon, les professeurs auraient eu le chauffage et l’éclairage dès 1766. Il est cependant vrai qu’en 1765, il ne voulait pas qu’on fît seulement des cheminées.

Prévenu M. Hamelin que M. Dupont voulait qu’on punisse les élèves qui s’obstineraient à ne pas mettre des chaussons.

Dimanche 1er mars 1772

L’instruction par M. Hamelin.

Dîné et soupé chez M. des Piltières.

Lundi 2 mars

Néant.

Mardi 3 mars

M. Couasse du Rocher, régent de 7e, a mené des élèves en promenade à Mareil. Ceux qui passent par ce village le mardi gras sont arrêtés et paient 5 sous. C’est une vieille coutume. La jeunesse a voulu avoir 3 livres pour ce maître et 11 enfants qu’il conduisait, il les a refusés et s’est fait conduire et tirailler. Mais le curé et le père de l’abbé Boucher ont calmé cette petite émeute. L’abbé Couasse a été fort courroucé et dit qu’il voulait porter sa plainte au procureur du Roi. M. Hamelin et moi l’avons grondé d’avoir fait faire plus de 4 lieues à ses élèves dans l’après-midi.

Dîné et soupé chez Mme Pihery.

Mercredi 4 mars

Des sous-maîtres ont découché ou sont rentrés par la porte royale pendant ces jours gras. M. Hamelin en a été mécontent et nous avons pris un arrangement pour la fermeture de la porte par où rentrent dans le pensionnat les personnes dont la table est dans le collège. On a fouetté et marqué un voleur de chevaux.

La ville a vendu pour 2 751 livres environ 180 ormes qui sont sur ses fossés et ses promenades.

  • 33 MM. de Lucé et Auvé d’Aubigny ?

J’ai empêché MM. de L…, procureur du Roy, et A. d’A…, conseiller au présidial, de se battre au pistolet33. Ils étaient derrière le parc et je les ai fait s’embrasser.

Jeudi 5 mars

M. de La Grange de Tarnac passe à l’inoculation avec la petite vérole naturelle, ce n’est que la rougeole.

Arrivée de M. de Mézières de Lespervanche amené de Château-Gontier par son précepteur.

Le fils de Desbois, l’apothicaire, s’est chargé d’une cassette pleine de livres qui appartiennent à M. de Vassal. Il la remettra chez M. Dupont.

Vendredi 6 mars

M. Hamelin a pris une médecine de précaution.

Samedi 7 mars

Congé après-midi.

Dimanche 8 mars

L’instruction par l’abbé Jacquemard.

Lundi 9 mars

Bureau ordinaire.

Averti M. Hamelin que M. de Baudre se promenait fréquemment dans le parc et y liait conversation avec des personnes du dehors.

Mardi 10 mars

Congé après dîner.

Arrivée de M. de Noyelles amené par son frère qui a dîné.

Découvert par une blanchisseuse l’un des domestiques qui a volé des chemises et des mouchoirs d’élèves dans les dortoirs. On m’a aussi averti qu’il avait été envoyé à Angers une douzaine de livres d’étain fondu qu’on n’avait pas voulu acheter. Il a disparu depuis quelques temps des assiettes et d’autres effets.

Mercredi 11 mars

  • 34 L’exempt est un officier de la maréchaussée.

M. Chaubry m’a écrit à 6 heures du matin qu’il avait quelque chose d’important à me communiquer. Je m’y suis transporté et il m’a découvert toute l’histoire de l’étain. Le voleur est un garçon de dortoir, marié, dont la femme demeure dans son voisinage, et le valet de l’auberge près des Capucins avait été le porteur à Angers. Il était informé que cette femme devait aller à Tours où son mari irait la rejoindre. Il s’est chargé d’ordonner au messager de l’avertir si ces gens lui remettaient quelques effets pour cette ville, ce qu’on avait dit qu’ils devaient faire. Après le dîner, ce même domestique est venu demander son compte, voulant se retirer à Tours auprès d’une tante. Je l’ai remis à demain matin. Je suis retourné chez M. Chaubry à qui le messager avait assuré qu’il n’avait rien reçu de ce domestique ni de sa femme ou parents. Nous avons envoyé sur le champ cherché l’exempt de la maréchaussée34 et nous sommes allés pour visiter la maison de cette femme ; elle était fermée. On a laissé à la porte un cavalier de maréchaussée pour avertir si on venait à l’ouvrir. Je me suis rendu sur le champ au collège, ai demandé chez moi le domestique et l’y ai fait arrêter et garder par le Suisse ; il n’a rien voulu déclarer. Je suis revenu avec l’exempt. La peur lui a fait avouer le vol de l’étain, mais il a persisté à nier qu’il en eût fait d’autres. On l’a conduit chez la femme qui n’avait pas paru. Un enfant a apporté les clefs que lui avait remises une femme. Nous avons tout visité et on n’y a trouvé appartenant à la maison que des morceaux de pain. Le vol de l’étain suffisait pour faire pendre ce malheureux, mais perdre la vie nous a paru une peine trop rigoureuse pour cette faute. Cependant, il a promis de renvoyer cet étain et de ne plus paraître dans le pays.

Le jeune Gaultier de La Motte est retombé plus dangereusement que jamais.

Jeudi 12 mars

Chassé trois autres domestiques pour friponneries et consigné de n’en laisser sortir sans une permission par écrit de quelqu’un des principaux maîtres de la maison.

Mort du jeune Gaultier de La Motte.

Vendredi 13 mars

M. Hamelin est mécontent du zèle de l’abbé Boucher qui fait le racoleur d’ecclésiastiques parmi nos élèves.

Le jeune Antoine menace aussi ; cet élève ne peut pas se remettre de sa maladie. Service et enterrement de M. de Gaultier.

Samedi 14 mars

On vient d’arrêter ici un malheureux qui a assassiné il y a 20 ans sa maîtresse étant enceinte.

Service à la chapelle pour le petit défunt.

Dimanche 15 mars

L’instruction par M. Lambert.

M. Moyria est retombé dans ses fureurs lunatiques.

Lundi 16 mars

La rougeole qui nous attaque de nouveau n’est pas d’une qualité aussi dangereuse que la première.

Mardi 17 mars

M. le comte de La Suze, à l’exemple de M. le marquis de La Châtre, fait une réforme dans sa maison.

Mercredi 18 mars

  • 35 Le conseil supérieur de Blois est une cour d’appel instituée en 1771 par le chancelier Maupeou et (...)
  • 36 Couvent transféré à Château-Gontier en 1788, alors qu’il ne compte plus que quatre religieuses.
  • 37 En justice, le conseil d’État est l’organe suprême.

La cour de Blois35 vient de mander à sa suite 2 juges du bailliage de Sablé. Elle vient aussi d’ordonner que les Dames de Saint-François36 représenteront au procureur du Roi et au lieutenant général la religieuse qui s’était jetée par-dessus les murs dans les fossés de la ville et qu’elles la laisseront interroger seule sous peine de saisie de leur temporel. Les nonnes ont refusé et appellent au conseil d’État37.

Jeudi 19 mars

M. Hamelin et nos médecins ne sont pas d’accord sur le traitement de la rougeole ; ceux-ci ne veulent pas de feu et notre commissaire désapprouve cette méthode.

Vendredi 20 mars

M. le duc de Praslin fait aussi des changements dans les personnes de sa tenue de La Flèche.

Le 4e fils de M. Chaubry partira incessamment pour Paris.

Samedi 21 mars

Les sous-maîtres respirent enfin, ils désespéraient de leurs gratifications.

Les professeurs ont été très flattés de ce que le ministre a mandé qu’il regardait les livres qu’il accordait plutôt comme un besoin que comme une grâce.

Dimanche 22 mars

L’instruction par l’abbé Boucher.

  • 38 Une lettre de Monteynard datée du 13 mars 1772 note : «  J’ai examiné les notes que vous m’avez en (...)

M. Hamelin a lu aux élèves la lettre du ministre sur les notes. Elle a fait une forte sensation38.

Lundi 23 mars

  • 39 Le plus célèbre de ces médecins est le Suisse André Tissot (1728-1797), auteur de L’Onanisme ou Di (...)

Parlé chez moi à MM. Le Jan, Drouault et Boucher de leur régime rafraîchissant dans le traitement de la rougeole ; ils m’ont assuré qu’ils le regardaient comme le meilleur, qu’il sauvait beaucoup d’enfants et que c’était celui de Boerhaave, Sydenham, van Swieten, Tissot39 et compagnie. Je leur ai finalement dit que mon but n’était pas de les gêner dans leur façon de traiter nos malades, mais que j’avais cru devoir les prévenir sur la sensation que devait faire trois élèves morts d’une maladie qu’ils gouvernaient autrefois d’une manière opposée. Ils n’ont pas admis que M. de Villiers fût mort de la rougeole ; ont avancé que dans la ville les femmes qui avaient suivi la méthode échauffante avaient été cause qu’un tiers des enfants qu’elles avaient eus n’en avaient pas guéri et que c’était, d’après leur conscience et leur expérience, qu’ils avaient pris le parti de ne pas administrer des remèdes chauds et d’aérer les malades de la rougeole.

  • 40 Surveillants.

Bureau ordinaire. Convenu avec M. Hamelin de ne plus avoir que 8 médions40 ouverts pendant le jour.

Mardi 24 mars

  • 41 Vente à Auvé d’Aubigny. Voir Arch. dép. de la Sarthe, 4 E 6/611, 13 mars 1772.
  • 42 Souligné dans le texte.

M. Donjon a vendu la semaine dernière la Vrillère et son Guigniers. Le contrat s’en est passé vendredi41. Il est passé aux mêmes conditions que celui de son acquisition. Il perd les embellissements, les réparations qu’il a faits depuis 3 ans, ce qui est objet de mille écus ; en ses mains l’or devient cuivre et le cuivre à rien42.

Mercredi 25 mars

La paix est faite entre les frères du Hauthierray. C’est Mme du Hauthierray, la véritable, qui a fait les premières démarches. On dit que ce sont les approches de Pâques qui ont opéré cette réconciliation. De plus instruits assurent que c’est l’effet d’une lettre menaçante de M. de Belou, frère de Mme du Hauthierray, la soi-disant, qui annonçait un prochain voyage pour terminer cette altercation avec mon confrère de bureau.

Jeudi 26 mars

Distribution aux élèves assemblés dans la grande salle des prix de bonne conduite accordés par le ministre. M. Hamelin a ajouté que si ces grâces avaient pu être plus étendues, il ne doutait pas que MM. de Lestendart, de Sibert et quelques autres n’en eussent eus. M. Hamelin m’a montré la lettre pleine de noirceur du sieur Métivet. C’est un monstre. Je lui avais communiqué celles relatives à la demande de M. Donjon, ce qui lui confirme de plus en plus qu’il n’a point de jugement.

Vendredi 27 mars

La cour de Blois envoie par un arrêt ordonné aux religieuses de Saint-François de laisser interroger seule par le lieutenant général et le procureur du Roi celle d’entre elles qui s’était sauvée par-dessus les murs. Ces juges se sont présentés et ont été refusés. M. Busson est galant et démonstratif. Les nonnes, dans le compte qu’elles ont rendu de leur refus, ont marqué d’être prêtes d’obéir, mais elles ont demandé qu’on leur donne un juge qui ne fût pas prévenu contre les supérieures de la communauté et pour aucune religieuse avec lesquelles il ne devait pas se comporter d’une façon qu’un galant n’oserait même le faire avec des dames du monde. Arrêt de la cour de Blois qui défend au lieutenant général de se présenter chez ces religieuses et qui charge l’un des autres juges d’y accompagner le procureur du Roi.

Samedi 28 mars

Je montrai hier à M. Chaubry les lettres relatives à la demande de M. Donjon. Il savait que les du Hauthierray, les Biré, les Mervé, les Chesnau et des dévots l’engageaient depuis longtemps à présenter ses droits, ses services. Il a été singulièrement étonné de la manière dont il l’a fait.

Le bruit s’est répandu depuis hier qu’il allait avoir un canonicat à Angers et être grand vicaire. Il n’y a que lui, à ce que disaient à dîner de nos messieurs, dans le diocèse en état d’en conduire les affaires qui, depuis que M. Houdebine n’est plus, vont mal selon eux. J’ai été forcé de mettre en infirmeries les 2 dortoirs voisins des infirmeries à cause du grand nombre de rougeoles dont nous sommes de nouveau accablés et qui augmente de moment à autre. Voilà six mois bien fatigants.

Le dernier des Chaubry part demain pour Paris en compagnie de M. le comte de La Suze. Grand deuil à La Flèche. M. Davoust est mort à Paris. Il est le père de la plupart des fortunes qu’ont faites les gens du pays depuis 50 ans.

Dimanche 29 mars

M. Hamelin a fait l’instruction.

Quelqu’un a demandé à M. Donjon s’il était vrai qu’il dût être grand vicaire et chanoine d’Angers. Il a répondu que l’on avait confondu, que c’était un autre évêque qui l’avait demandé, mais qu’il n’accepterait pas.

Lundi 30 mars

On a sonné ce soir à la paroisse à toutes cloches ; c’était Dom Malherbe qui faisait faire ce bruit au grand chagrin du nouveau curé. Ce Bénédictin est venu prendre possession du prieuré de Saint-Thomas sur lequel comptait M. Donjon.

Mardi 31 mars

Congé après-midi. C’est le second de ceux accordés par le bureau.

Mercredi 1er avril 1772

J’ai remis à M. de Vives un livre qui appartient à M. de Vassal de La Garde que m’a remis l’abbé Calmès. Ce M. de Vives est un des principaux héritiers de M. Davoust, il mène son épouse à Paris pour recueillir cette succession. Vous avez vu cette dame chez Mme la duchesse de Praslin qu’elle ne quittait pas.

Jeudi 2 avril

On m’a mandé hier la mort de notre tante Dupont (François) après une maladie de 2 jours seulement. Que cette femme a eu de misères !

Vendredi 3 avril

  • 43 Le duc d’Aiguillon est secrétaire d’État aux affaires étrangères depuis juin 1771. Ce n’est qu’à p (...)

On assure que M. de Monteynard se retire du ministère et que M. d’Aiguillon le remplace, que c’est une affaire faite43.

Samedi 4 avril

M. Ducan partira mardi prochain pour Paris. Il emportera toutes les pièces de la comptabilité de 1771. Il logera chez M. Desniaux.

Dimanche 5 avril

L’instruction par M. Jacquemard.

Lundi 6 avril

Communiqué à MM. Hamelin et Chaubry la principale lettre de M. Donjon à M. Dupont et la réponse. M. Hamelin m’a montré le règlement concernant les entrées et sorties des élèves dans ce collège. Deux articles laissent peut-être à désirer ou à étendre : 1° que les élèves à qui il serait accordé de rester au-delà de la 14e année n’auraient pour cela aucune sorte de distinction des autres élèves. 2° les élèves qui pourront être admis à 10 ans à condition qu’ils apporteront des certificats de capacité et d’aptitude à entrer en 6e seront toujours munis d’attestations et presque toujours elles seront flattées. Ces enfants seront-ils récusables et comment ? Thèse de philosophie en logique.

Mardi 7 avril

Départ de M. Ducan pour Paris.

M. Hamelin a été bien aise de profiter du passage d’un machiniste pour faire voir aux élèves les expériences de l’électricité.

  • 44 Abréviation de in partibus infidelium (« dans les pays des infidèles ») : se dit pour les évêques (...)

On mande d’Angers qu’on y attend M. l’abbé Collet, évêque in partibus44, pour y faire l’ordination.

Mercredi 8 avril

Thèse en logique. M. de Baudre a soutenu seul, c’est le premier élève. Sa trop grande volubilité et sa surdité jointe à des grimaces lui ont fait un peu tort. M. Donjon y a paru quelque temps.

La poste d’Angers a oublié ses paquets. On ne pourra avoir que demain les lettres de ce courrier.

Jeudi 9 avril

On a montré l’électricité aux élèves.

Toutes nos rougeoles sont guéries.

Vu une lettre de M. Dupont à M. Gautier sur le retard de notre comptabilité.

Le sieur Ozanne, ci-devant homme d’affaires de M. de La Suze, s’est présenté conduit par le sieur Simon pour obtenir une place.

Les sieurs Regnault, Poré et Fonvive s’enivrent fort souvent. Le 1er a vomi ce soir dans le bureau ; le dernier a donné des robes aux demoiselles Kéru. Tous les maîtres à écrire, excepté Chalot et Le Mercier, se rendent tard aux études.

Vendredi 10 avril

Les sieurs Brisson, Régnier, Aubert et Graffart se rendent à Angers pour l’ordination. Suite de la thèse de logique par les sieurs Dandeville et du Tilleul.

Le sieur Boucher, chirurgien, m’a communiqué la lettre de M. Dupont qui lui demande le signalement des élèves qui auront 14 ans cette année pour le mois prochain.

M. Hamelin lut bien aux professeurs le catalogue des livres qu’il se propose de demander pour le collège.

Le sieur Riboutet, libraire, dont la maison touche à celle qu’occupait le sieur de La Tour, offre une longueur de 16 pieds sur 73 de fond le long de cette dernière maison, à condition qu’on lui bâtirait de l’autre côté de sa cour autant de bâtiment qu’il y en a sur cet espace qu’il propose. Si les plans n’étaient pas arrêtés, je crois que cela ne serait pas désavantageux, car on sera un peu resserré dans ces infirmeries provisionnelles et les cours seront très petites. Ce qui porte cet homme à faire cette proposition, c’est le défaut des moyens pour rétablir ce que les constructions que le collège va faire l’obligent de démolir.

Le bonhomme Cochonneau, pauvre, est mort à 1 heure la nuit dernière.

Samedi 11 avril

M. Hamelin m’a communiqué la réponse qu’il a reçue pour M. Lemort.

Il a désiré donner aux élèves des Semaines Saintes, ce qui sera difficile d’exécuter, vu le peu de temps et que peut-être on n’en trouvera pas suffisamment à Angers.

Dimanche 12 avril

Point d’instruction.

Arrivée de M. Tridon pour remplacer le sieur Métivet, secrétaire de correspondance.

M. Hamelin fut hier demander au curé la permission de faire les Pâques dans la chapelle.

Lundi 13 avril

Le P. Collet, jésuite évêque, a passé aujourd’hui par cette ville pour se rendre à Angers.

Il s’est promené dans le parc du collège avec un Bénédictin et un Fléchois.

  • 45 Le fonds de l’ancienne bibliothèque comprend 2 599 volumes dont 1 655 in folio et 944 in quarto ou(...)

Bureau ordinaire45.

Mardi 14 avril

On est actuellement assuré que M. Ducan, ou plutôt ses enfants, ne sont pas rappelés à la succession de M. Davoust.

L’arrivée de M. Tridon intrigue bien du monde ; il ne paraît pas que celui qui seul devrait craindre y pense.

Mercredi 15 avril

Nos prêtres s’empressent tous à aider au service de la chapelle qui est pénible pendant cette semaine ; il n’y aura que M. Dolbeau qui ne fera pas d’instructions.

Jeudi 16 avril

L’habitude qu’a fait contracter M. Donjon d’aller à la paroisse faire ses Pâques y conduira encore cette année la plus grande partie des personnes de la maison.

Vendredi 17 avril

C’est l’abbé Boucher qui a prêché la Passion.

M. Hamelin fait encore mieux les conférences que les prônes. C’est un plaisir de l’entendre répondre aux difficultés, avec quelle justesse, quelle clarté, quelle précision.

Samedi 18 avril

Les eaux ont été si abondantes que le courrier fut retardé bien de plus de 12 heures et n’arriva que le soir. Voici 8 jours que je ne reçois ni gazettes ni affiches.

M. reçut bien un paquet de M. de F… par le carosse. Il lui renvoie sa clef, ne veut pas en faire usage. J’ai ouvert ce paquet et l’ai remis refermé. On n’a pas voulu me montrer la lettre de M. de F…, sous prétexte qu’elle renferme des choses contre moi ; ce qui n’est pas vrai. Il y a aussi une lettre écrite à P… de Mou… le 10 mars également renvoyée. Aujourd’hui, on m’a renvoyé des lambeaux, mais ils ne sont pas de la lettre. Ce n’est ni même écriture, ni même style. Papier, orthographe sont différents. Il est vrai qu’on me maltraite dans celle-ci.

  • 46 Les lettres patentes datées du 20 février 1772 précisent que seuls les enfants âgés de 8-9 ans peu (...)

Bureau extraordinaire pour déposer aux archives le nouveau règlement du 20 février dernier46.

Dimanche 19 avril

On a fait faire aux élèves la communion pascale dans la chapelle. Le sermon par l’abbé Porion.

L’abbé Boucher a conduit les externes à la paroisse, et M. Jacquemard, lui, a dit la messe ; au reste, tout s’est bien passé. Quelques personnes ont murmuré, mais bas, que l’on eût profité du privilège que le règlement de l’évêque accorde de faire ses Pâques au collège. On a même alarmé quelques consciences là-dessus : petites ruses qui décèlent les esprits qui les créent.

Dîné et soupé chez M. Pihery.

Lundi 20 avril

Il a gelé à glace cette nuit. Le tort que ce froid cause sera très grand.

Le Courrier de Monaco annonça il y a quelque temps qu’une canne, frappée des Grecques de deux demoiselles qui la visitaient pendant l’incubation, avait produit deux canetons coiffés exactement à cette nouvelle mode. M. Le Bret, choqué qu’on ait présenté au public un fait aussi peu vraisemblable, a écrit à ce gazetier qu’une chienne qu’il avait frappée des danses allemandes avait mis bas six petits qui tous forment des pas allemands quand on joue des airs à deux temps. Et cette fable vient d’être publiée dans cette feuille périodique que nous connaissons déjà par deux traits faux sur ce collège : celui de l’empoisonnement par le vert de gris, l’autre des 22 victimes de l’inoculation.

Le sieur Tridon m’a communiqué ses instructions.

Mardi 21 avril

M. Hamelin a été informé de ce dont j’avais autrefois averti M. Donjon sur le compte de l’abbé Boulay ; il m’a demandé le secret sur sa découverte ; son dessein est d’éloigner, sans qu’il y paraisse, ce sujet qui a d’ailleurs tout plein de talents.

Boucher, le chirurgien, a fait part à M. Hamelin et à moi de la nouvelle de la médaille dont l’académie de chirurgie l’a gratifié.

Mercredi 22 avril

M. Hamelin s’est transporté chez le sieur Métivet, mais il l’a trouvé au lit malade et a remis à un autre jour à lui annoncer son expulsion.

M. Donjon a voulu communier de sa main tous ses paroissiens.

Jeudi 23 avril

Deux maréchaux des logis de carabiniers se sont présentés ce matin pour entrer à la promenade et ont passé malgré le Suisse. J’étais dans la cour royale dans le temps et je leur ai dit qu’ils s’exposaient en forçant une consigne ; ils m’ont répondu qu’ils étaient bas officiers. Je me suis borné à leur dire qu’en admettant même leurs droits, ils auraient toujours tort d’avoir forcé le Suisse. M. de Lordat, capitaine commandant, est venu après midi me parler de cette affaire. J’étais occupé à lui en écrire. Je lui ai fait voir que la défense de l’entrée aux militaires avait été donnée par le ministre à M. de Poyanne, que, loin de chercher à l’enfreindre, c’était à lui commandant qui représentait ce général à tenir la main à son exécution jusqu’à ce qu’elle fût levée ; il me prit de ne pas en porter de plainte en avouant que c’était lui qui avait dit aux maréchaux des logis de se présenter, sur ce que M. du Hauthierray lui avait dit que le bureau ne le trouverait pas mauvais et qu’il n’y avait pas de défense. Il m’a ajouté qu’il écrirait à M. de Poyanne pour qu’il obtienne pour ses bas officiers une permission dont presque tous les habitants jouissaient. Fait mes Pâques au collège à la messe des élèves.

Vendredi 24 avril

M. Hamelin a pris médecine.

  • 47 Ordre militaire créé par Louis XIV en 1696 avec les grades de chevalier, de commandeur et de grand (...)

Le chevalier du Hauthierray a reçu la croix de Saint-Louis47 ; c’est son aîné qui a fait la cérémonie de la lui attacher.

Samedi 25 avril

Le sieur Métivet a mal aux yeux et est invisible. Il paraît avoir des soupçons et évite la rencontre de M. Hamelin qui ne veut pas lui écrire. Il fait courir le bruit qu’il a une très bonne place et qu’il va nous quitter.

Dimanche 26 avril

L’instruction par M. Hamelin. Il a annoncé à M. Métivet qu’il était sans fonctions et lui a donné un certificat de vie et mœurs. Ce M. m’a trouvé après midi et m’a demandé à qui il pouvait attribuer une expulsion aussi brusque et ainsi peu motivée. À la réponse que je lui ai donnée que sa nomination et sa destitution étaient dans les droits du principal et que j’étais à cet égard comme toute autre personne du collège, il m’a dit que M. Hamelin l’avait assuré qu’il ne s’était conduit que par des ordres et qu’il y avait six semaines qu’il en différait l’exécution. « Eh bien, examinez-vous, vous avez sans doute manqué. »

Lundi 27 avril

Bureau ordinaire. On mande de Paris que l’ancien ordre de la justice va être rétabli. M. Métivet a demandé à M. Hamelin un nouveau certificat dans lequel son orthodoxie fût mentionnée ; il l’a obtenu.

Mardi 28 avril

Dîné chez Mme de La Gasnerie.

On débite que M. Métivet va s’attacher au service de cette paroisse ; il loge chez une parente qu’il a appelée à La Flèche.

Mercredi 29 avril

L’évêque de Dol, parent du jeune d’Argentré, doit passer à La Flèche le 15 ou le 16 mai. M. Donjon, qui depuis 8 jours m’a accosté 2 fois dans la rue, m’a montré aujourd’hui de l’or qu’il portait pour acheter une tenture de tapisserie.

L’abbé Métivet, à qui j’ai fait demander les clefs de sa chambre, m’a fait répondre qu’il les remettrait à l’inspection de son décompte d’appointements et de messes.

Jeudi 30 avril

M. Lambert a été dîner à Clermont.

M. Hamelin a accordé aux élèves les fusils de bois.

La vocation ecclésiastique de M. de Valory paraît chanceler.

Le sieur Boulay m’a parlé de la place de M. l’abbé Lemort. Après lui avoir exposé qu’il n’avait pas les conditions pour l’occuper, je l’ai renvoyé à M. Hamelin qui profitera peut-être de cette occasion pour lui parler d’autre chose.

Vendredi 1er mai 1772

J’ai envoyé au sieur Métivet par le concierge une lettre de M. Dupont (M. Hamelin m’en a montré la copie et de celle à M. Moyria) et lui ai fait dire que s’il ne remettait pas les clefs de l’appartement qu’il a occupé au collège, je le ferais ouvrir par le serrurier et que je retiendrais cette dépense sur ses appointements. Il m’a fait dire qu’il viendrait à 1 heure, il n’y a pas manqué. Le concierge, pour les meubles, et L’Éguillière, pour les effets de bureau, se sont trouvés avec lui à l’ouverture. Ce dernier est venu m’avertir que ce M. refusait de remettre un cahier des adresses. Je m’y suis transporté. Je le lui ai demandé, il m’a dit qu’il n’en avait pas, que M. Donjon ne lui en avait pas donné ; que celui qu’il avait formé était chez sa parente. L’Éguillière lui a soutenu qu’il lui en avait vu cacher un sous sa soutane, il lui a donné un démenti. Je l’ai laissé faire la remise des effets de la maison et rassembler les siens. M. de Baudre, que j’y avais trouvé et qui l’aidait, s’étant avisé de dire sentiment sur quelque chose, je l’ai prié de se retirer, qu’il était heure d’étude ; il ne se l’est pas fait répéter. Enfin, prêt à sortir, M. Métivet a fait un peu de feu pour brûler des lettres d’élèves et de parents. Je lui ai dit qu’il aurait dû les remettre, il m’a répondu qu’elles étaient inutiles. Je n’ai pas insisté, mais je lui ai signifié que ses meubles ne sortiraient pas du collège que ce registre d’adresses ne fût remis. Cette résolution l’a déterminé à le tirer de sa soutane, ce qui m’a fait lui reprocher le démenti qu’il venait de donner. Je lui ai remis son décompte d’appointements et le certificat de ses messes, réduit et rectifié par M. Hamelin. Il m’a demandé qui lui paierait celles-ci ; il s’est récrié sur ma réponse qu’il fallait que le bureau l’ordonnât. « Mais je pars lundi. » – « Vous laisserez votre adresse et une quittance. » – « Ne pourriez-vous pas m’avancer cet argent ? » – « Je le pourrais de ma poche. » – « Rendez-moi ce service. » – « Eh ! M., demande-t-on des services à quelqu’un avec qui l’on se conduit avec si peu d’égards, que l’on ne daigne même pas saluer ; cependant je le veux bien, venez demain chez moi. »

J’ai rendu compte à M. Hamelin de cette scène.

On sera obligé de faire l’opération de la fistule à M. de Calonne.

Samedi 2 mai

M. Métivet n’a pas manqué au rendez-vous ; il s’est plaint en m’attendant à mon domestique des désagréments des places desquelles on vous remerciait sans cause et sans prévenir comme des domestiques.

Les officiers des carabiniers sont de retour de leur semestre.

M. le comte de Toustain de Viray, frère du lieutenant-colonel, ci-devant major du Royal Dragons, commande ici. Je l’avais vu plusieurs fois à Valenciennes.

Dimanche 3 mai

L’instruction par l’abbé Boucher.

Le sieur Drouault a fait au jeune de Calonne l’opération de la fistule.

Lundi 4 mai

Bureau extraordinaire, sans délibération, à l’occasion d’une réponse du grand maître et de ce que le maître particulier de Baugé doit passer demain pour marquer des arbres, pour la réparation du moulin de Bouessay et les baliveaux du bois aux Malades.

M. de Malherbe a fait de nouveau des siennes.

Le règlement du mois de février fait faire des réflexions à nos abbés précoces.

M. d’Andigné de Mayneuf, neveu de M. de Bouju, vint hier nous voir ; il passera par Paris.

Mardi 5 mai

M. et Mme Poussineau de Vandeuvre vinrent hier avec Mlle de Créquy voir leur fils.

J’ai été ce matin avec les sieurs Simon et Lemonnier voir les bois et le grés près de la Fontaine-Saint-Martin. Mme l’abbesse m’a fait voir ses bâtiments, appartements et son enclos, prendre du café, voulait nous retenir à dîner et a demandé des nouvelles des jeunes de Lauberdière, de Mansigny et de Frébourg. Congé à l’occasion de ma fête accordé par le bureau.

Mercredi 6 mai

Retour de M. Ducan qui apprend que M. Dupont a un gros rhume.

Le sieur Métivet n’est pas parti lundi comme il me l’avait dit. Il s’arrange même avec le curé pour rester ici ; celui-ci ne l’aimait cependant pas lorsqu’il était encore principal.

Jeudi 7 mai

Ma fête qui s’est passée de manière à ne pas exciter la jalousie. Ces messieurs ont dîné chez moi et j’ai fait les frais de l’extraordinaire.

Chapeaux, vestes et culottes neuves aux élèves.

Vendredi 8 mai

Point de lettres de M. Dupont, sa santé nous inquiète.

Thèse de physique par l’abbé Porion.

Samedi 9 mai

Il règne un vent de nord-est qui dessèche les campagnes. S’il ne vient pas de pluie, il fera plus de tort que la gelée.

Dimanche 10 mai

L’instruction par le sous-principal. On dit qu’il cherche place ailleurs.

M. Chaubry a bien voulu m’aider et m’accompagner et le sieur Simon pour s’arranger avec Mme Courtin, voisine de nos infirmeries provisionnelles ; le mur est à elle en entier quoiqu’il paraisse mutuel, ainsi qu’on l’a annoncé dans les plans ; mais il y a un titre incontestable contre ces apparences.

Lundi 11 mai

Bureau ordinaire.

Mardi 12 mai

La religieuse de Saint-François qui sauta cet hiver dans les fossés est morte.

Mercredi 13 mai

M. Hamelin qui avait passé 2 semaines sans faire d’instruction aux domestiques. La plupart y ont manqué aujourd’hui ; on les aurait menés à l’eau, ce qui a fait rumeur.

Jeudi 14 mai

Une dent cariée, qui me fait souffrir depuis quelque temps, m’a fait tant de mal ces 2 derniers jours que je me suis déterminé à la faire arracher à 6 heures du matin. Ce soir je saignais encore ; il avait fallu avec un ciseau couper un filet de la gencive et cette opération a duré un quart d’heure.

Vendredi 15 mai

  • 48 Assemblée provinciale du clergé afin d’élire les représentants qui participeront à l’assemblée gén (...)

M. l’évêque de Dol a fait visite à M. Hamelin ; il va à l’assemblée48 de Tours.

Samedi 16 mai

Je n’ai pu commencer à manger qu’aujourd’hui ; la plaie de ma gencive me faisait souffrir cruellement à chaque déglutition.

M. de Reniac eut hier soir des convulsions qui donnèrent de l’inquiétude.

Dimanche 17 mai

L’instruction par le préfet des études.

Lundi 18 mai

Néant.

Mardi 19 mai

Petite querelle à table entre MM. Macé et Porion à cause du vin d’Anjou que ce dernier déprônait.

Mercredi 20 mai

Mme de Quatrebarbes est venue voir son fils et M. et Mme de Mézières de Lespervanche aussi.

Jeudi 21 mai

M. Dupont qu’on attendait n’est pas arrivé.

Vendredi 22 mai

Arrivée de M. Dupont au soir et de M. de La Touche qui a sa sœur avec lui. Elle va à Nantes voir un frère et il l’accompagne. Il reviendra voir les travaux.

Du samedi 23 au jeudi 28 mai

  • 49 Au bureau du 25 mai, Mousset, ecclésiastique du diocèse d’Angers, est nommé sous-maître à la place (...)

Néant pendant le séjour de M. Dupont49.

Vendredi 29 mai

Départ de M. Dupont ce matin.

M. de Baudre, officier de carabiniers, est venu voir M. Dupont le jour de son départ, il ne s’est adressé ni à M. Hamelin ni à moi ; il s’est présenté pendant le temps de la récréation, demandé son cousin, le soi-disant abbé, à M. Jacquemard. Il s’est promené avec cet élève.

  • 50 Benoît-Louis Le Duc, né en 1764, est le fils de Louis XV et de Louise-Jeanne Tiercelin. Sa mère fu (...)

Le petit Le Duc50 a encore eu un frisson de fièvre aujourd’hui.

Samedi 30 mai

Le changement de vocation de M. de Baudre n’est plus un mystère, il a annoncé à plusieurs de ses camarades qu’ils le verraient partir en uniforme militaire avant le temps de la distribution générale des prix. Son cousin était venu ici pour donner des ordres de le laisser aller en vacances.

M. Lemort est décidé à partir mercredi prochain.

On ne conçoit pas ici que M. Donjon n’ait pas fait visite à quelqu’un à qui il s’est adressé pour obtenir une pension. Cette réflexion est de la ville.

Le sieur Boulay, qui occupe une des pièces destinées à la bibliothèque provisionnelle, m’a demandé la chambre qu’occupait au pensionnat le sieur Métivet. Je l’ai adressé à M. Hamelin.

Dimanche 31 mai

L’instruction par l’abbé Boucher.

Visite de M. Cartier, de Tours, père d’un pensionnaire de Dandeville, parent de M. Cuisnier.

Notes

1 Sel que les officiers royaux et certains privilégiés pouvaient prendre dans les greniers à sel sans payer la gabelle.

2 Les Capucins sont installés à La Flèche depuis 1635-1636. Le Père gardien des Capucins est confesseur au collège.

3 Gâteau de riz.

4 L’Éguillière.

5 Dans une lettre du 5 octobre 1771 adressée à l’abbé Hamelin, le secrétaire d’État à la guerre, Monteynard, écrit : «  On lui (le roi) a parlé si diversement de cette institution qu’elle veut que vous me mettiez en état de l’instruire de sa véritable situation quant à la Religion, à la discipline, aux études, à la capacité des instituteurs soit publics soit particuliers et à leur conduite » (Bibliothèque du Prytanée, Z 2913).

6 Jusqu’en 1770, le collège se fournit en eau par des puits et une citerne qui recueille les eaux pluviales. En 1768, la municipalité de La Flèche accepte que le collège capte et amène jusqu’à l’établissement l’eau des sources des collines des Sars. À partir du 11 juillet 1770, une canalisation longue de 2,650 km conduit l’eau d’un réservoir jusqu’à l’ancienne citerne transformée en château d’eau. Voir Jean-Claude Ménard, «  L’installation du service des eaux de source au collège militaire de La Flèche en 1770 », Cahier fléchois, n° 17 (1996), p. 19-28.

7 Rendez à César ce qui est à César.

8 François-Pierre Du Cluzel est intendant de Tours (1766-1783). L’édit d’avril 1683 donne aux intendants la tutelle financière des villes. Voir F. Dumas, La généralité au XVIIIe siècle. Administration de l’intendant Du Cluzel, Paris, 1894 ; François Lebrun, «  Les intendants de Tours et d’Orléans aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales de Bretagne, 1971, p. 287-305 ; André Codron, «  Si ma halle m’était contée », Cahier fléchois, n° 21 (2000), p. 131-152.

9 La busse (ou barrique) équivaut à environ 237,8 litres en Anjou.

10 Jacques de Grasse.

11 La Flèche dépend de la maîtrise des Eaux et Forêts de Baugé, maîtrise dirigée par M. Cabanel d’Anglure.

12 Exposition du Saint-Sacrement pendant quarante heures, en mémoire des heures pendant lesquelles le Christ est resté «  dans la mort ». Voir Bernard Dompnier, «  Un aspect de la dévotion eucharistique dans la France du XVIIe siècle : les prières des Quarante-Heures », Revue de l’Histoire de l’Église de France, 1981, p. 5-31.

13 C’est Charles Boucher et ses deux oncles, Auguste Farcy (1711-1788) et Jean-Baptiste Drouault (1723-1785), dont les enfants, Camille Farcy (1751-1803) et Jean-Baptiste Drouault (1759-1798), deviennent aussi chirurgiens.

14 Nicolas Chauveau.

15 Communauté installée à La Flèche en 1632. En 1790, ce couvent compte 22 religieuses, 5 converses et 3 tourières.

16 Le bureau accepte d’augmenter les appointements de l’organiste du collège, Joseph Mondot, (ils passent de 200 livres à 250 livres par an) et de le rembourser de 150 livres de fais engagés pour réparer et entretenir l’orgue. Voir Sylvie Granger, «  La famille Mondot : musique et politique à La Flèche au XVIIIe siècle », Cahier fléchois, 1994, p. 47-74.

17 Des arbres ont été abattus dans le parc du collège, illégalement selon la maîtrise des Eaux et Forêts de Baugé, afin de construire la buanderie.

18 Un vésicatoire est un médicament topique qui provoque la formation d’ampoules cutanées ; utilisé comme révulsif.

19 Il s’agit de M. Oudin. Les aides sont des impôts indirects affermés et levés sur la consommation de certains produits.

20 Probablement les Affiches d’Angers. Après 1750, se multiplient dans les villes de province ces feuilles publiées deux fois par mois : 2 voient le jour en 1750-1751, 10 de 1757 à 1766, 21 de 1768 à 1777 et 20 de 1779 à 1788. Elles mélangent les annonces particulières (biens à vendre ou à louer), les informations locales, les édits et ordonnances, les conseils agronomiques ou les méthodes de guérison.

21 Ancien prieuré. Utilisé par les Jésuites comme lieu de repos pour des pères âgés. Les bâtiments sont laissés aux carabiniers, puis transformés pour recevoir l’inoculation, des bureaux et des logements.

22 Face à l’augmentation du nombre des élèves, il est décidé d’établir une infirmerie hors du collège et une buanderie.

23 Arch. dép. de la Sarthe, B 2747, registre des causes ordinaires de la sénéchaussée de La Flèche, le 20 décembre 1771.

24 C’est une lettre de Monteynard à Hamelin du 24 décembre 1771 qui annonce cette réforme intérieure (Bibliothèque du Prytanée, Z 2913).

25 L’établissement est tenu par le maître des postes Richard qui meurt le 29 juin 1772.

26 Marie-Françoise Walpurge Scherbeck de Froberg a épousé Dupont de La Motte le 19 janvier 1763 en Allemagne.

27 Établissement de réclusion fondé en 1688 pour des femmes placées là par leur famille.

28 Repas servi peu après minuit.

29 Voir Sylvie Granger, Musiciens dans la ville (1600-1850), Paris, Belin, 2002.

30 Et de fait, le moineau se trouve un endroit et la tourterelle un nid où installer ses petits.

31 En novembre 1771, l’abbé Terray modifie la législation sur les municipalités : les charges redeviennent des offices.

32 Le franc-fief est un droit que doit verser un roturier qui possède un fief, une terre noble.

33 MM. de Lucé et Auvé d’Aubigny ?

34 L’exempt est un officier de la maréchaussée.

35 Le conseil supérieur de Blois est une cour d’appel instituée en 1771 par le chancelier Maupeou et supprimée en 1774.

36 Couvent transféré à Château-Gontier en 1788, alors qu’il ne compte plus que quatre religieuses.

37 En justice, le conseil d’État est l’organe suprême.

38 Une lettre de Monteynard datée du 13 mars 1772 note : «  J’ai examiné les notes que vous m’avez envoyées sur les élèves du collège. Je vois avec plaisir que s’il y a quelques mauvais sujets parmi eux, le nombre des bons l’emporte de beaucoup […]. Sa Majesté se repose sur vous du soin d’employer tous les moyens possibles pour la correction des deux frères Lardière, des Bridiers, des Effes et de leurs semblables. Si les humiliations et les punitions n’y font rien, il faudra bien les remettre à leurs parents. J’ai remarqué que sur 299 élèves dont votre état est composé, il y en a dix qui se destinent à l’état ecclésiastique. Je sais que les parents de quelques-uns d’entre eux en sont instruits et y consentent ; mais en est-il de même pour tous ? C’est ce que je vous prie de vérifier. Au surplus, comprenez-vous que le jeune de Malherbe, avec des dispositions aussi mauvaises que celles où il paraît être, se destine à un état qui n’en exige que de bonnes. Dites lui, je vous prie, que s’il ne change pas, on serait obligé de l’envoyer ailleurs faire l’épreuve de sa prétendue vocation » (Bibliothèque du Prytanée, Z 2913).

39 Le plus célèbre de ces médecins est le Suisse André Tissot (1728-1797), auteur de L’Onanisme ou Dissertation physique sur les maladies produites par la masturbation (1760) et de l’Avis au peuple sur sa santé (1761).

40 Surveillants.

41 Vente à Auvé d’Aubigny. Voir Arch. dép. de la Sarthe, 4 E 6/611, 13 mars 1772.

42 Souligné dans le texte.

43 Le duc d’Aiguillon est secrétaire d’État aux affaires étrangères depuis juin 1771. Ce n’est qu’à partir de janvier 1774 qu’il cumule cette fonction avec celle de secrétaire d’État à la guerre. Monteynard reste à son poste jusqu’à cette date.

44 Abréviation de in partibus infidelium (« dans les pays des infidèles ») : se dit pour les évêques titulaires de diocèses situés en pays non chrétiens.

45 Le fonds de l’ancienne bibliothèque comprend 2 599 volumes dont 1 655 in folio et 944 in quarto ou in octavo.

46 Les lettres patentes datées du 20 février 1772 précisent que seuls les enfants âgés de 8-9 ans peuvent entrer au collège de La Flèche afin qu’ils puissent suivre un cursus scolaire complet.

47 Ordre militaire créé par Louis XIV en 1696 avec les grades de chevalier, de commandeur et de grand-croix.

48 Assemblée provinciale du clergé afin d’élire les représentants qui participeront à l’assemblée générale.

49 Au bureau du 25 mai, Mousset, ecclésiastique du diocèse d’Angers, est nommé sous-maître à la place d’Aubert.

50 Benoît-Louis Le Duc, né en 1764, est le fils de Louis XV et de Louise-Jeanne Tiercelin. Sa mère fut embastillée quelques mois en 1765. Il devient ecclésiastique.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540