Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journal de Stanislas Dupont de La Motte

 | 
Stanislas Dupont de La Motte

Introduction

Didier Boisson

Texte intégral

  • 1 Pour situer l’histoire du collège de La Flèche dans un cadre général, voir François Lebrun, Marc Ve (...)

1Depuis quatre siècles, la ville de La Flèche a conservé une importante tradition scolaire grâce à la présence de son collège. L’histoire de cet établissement est généralement scindée en deux grandes périodes : le collège jésuite, de sa fondation en 1603-1604 à l’expulsion de la Compagnie du ressort du parlement de Paris en 1762, puis, à partir de 1808, le prytanée militaire. Entre ces deux dates, le collège connaît pendant près d’un demi-siècle de nombreux bouleversements et modifications de statut. C’est entre 1764 et 1776 que la vocation militaire de l’établissement naît quand Louis XV et le duc de Choiseul décident de placer à La Flèche une école préparatoire à l’École militaire de Paris pour 250 jeunes boursiers tous issus de la noblesse. Ce sont les cinq dernières années de cette période que décrit Stanislas Dupont de La Motte, inspecteur du collège, dans son Journal tenu entre le 1er octobre 1771 et le 30 septembre 1776. L’intérêt de ce document est tout d’abord de faire revivre le quotidien d’un établissement scolaire dans cette deuxième moitié du XVIIIe siècle, mais aussi de mieux comprendre l’échec final de cette expérience et la transmission de la direction du collège aux Pères de la Doctrine chrétienne en 17761.

Histoire du collège de La Flèche

2Entre 1604 et 1776, l’histoire du collège de La Flèche peut se diviser en trois périodes : l’établissement jésuite de 1604 à 1762, puis une période de transition entre 1762 et 1764 avec un collège municipal et enfin, de 1764 à 1776, le collège devenu école préparatoire à l’École militaire de Paris.

Le collège jésuite (1604-1762)2

  • 2 Camille de Rochemonteix, Un collège de jésuites aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le collège Henri IV de (...)
  • 3 Voir Roland Mousnier, L’assassinat d’Henri IV, 14 mai 1610, Paris, Gallimard, 1964 ; Jean-Pierre Ba (...)

3À la suite de l’attentat perpétré contre Henri IV en 1594 par un ancien élève des Jésuites, Châtel, les membres de la Compagnie sont accusés de complicité et sont expulsés du ressort des parlements de Paris, Rouen, Rennes et Grenoble, mais ils réussissent à maintenir leurs établissements dans le Sud. L’édit de Rouen (septembre 1603) rétablit la Compagnie de Jésus dans l’ensemble du royaume à la condition que ses membres prêtent un serment de fidélité au roi. C’est ce même édit qui prévoit la création d’un collège à La Flèche : cette ville de l’Anjou est choisie en raison d’une part de son appartenance au patrimoine des Bourbons, d’autre part de la pression exercée par un homme de la cour d’Henri IV, gouverneur de La Flèche, Guillaume Fouquet de La Varenne3.

4Les premiers Jésuites s’installent à La Flèche en novembre 1603 et le collège ouvre le 1er janvier suivant. Les élèves sont accueillis dans le « château neuf », résidence royale autour de laquelle des travaux sont entrepris pour la construction du collège, travaux qui ne s’achèvent qu’en 1622. Un édit de mai 1607 garantit à l’établissement un revenu annuel de 20 000 livres grâce au rattachement à l’établissement des abbayes voisines de Bellebranche et de Mélinais et des prieurés de Saint-Jacques, de Luché et de l’Échenau ; en 1747, l’abbaye angevine d’Asnière est à son tour unie au collège ; ces biens sont complétés par les droits des papegaux payés par les États de Bretagne (ce sont des revenus affectés antérieurement à la récompense de champions de tir à l’arbalète).

  • 4 Pour compléter, voir François de Dainville, L’Education des Jésuites, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, É (...)

5Au cours de plus d’un siècle et demi d’existence, plusieurs caractéristiques de ce collège peuvent être relevées afin de souligner à la fois les continuités et les ruptures avec la période qui nous intéresse4 :

6– De nombreux élèves appartiennent à la noblesse de tout le royaume. Dès les premières années, le succès est considérable, le collège comptant 1200 élèves en 1607, dont 500 issus de la noblesse.

7– L’établissement est un pensionnat nobiliaire, quelque 200 internes y sont admis.

  • 5 Sylvie Granger, « Terpsichore au collège. La danse dans l’enseignement jésuite », La Flèche. Quatre (...)

8– La qualité de l’enseignement explique en grande partie la réussite de l’établissement : encadrement nombreux, pédagogie axée aussi bien sur la formation de l’esprit que sur celle du corps (danse5, théâtre).

9– L’évolution des effectifs au XVIIIe siècle révèle cependant une crise du modèle jésuite. Si le nombre des pensionnaires reste stable, celui des externes diminue dès la deuxième moitié du XVIIe siècle. En 1715, ils ne sont que 200 environ. Plusieurs facteurs expliquent cette situation : crise de la fin du règne de Louis XIV, rétrécissement de l’aire de recrutement des élèves qui devient plus régionale, concurrence d’autres établissements, remise en cause de l’éducation jésuite par des congrégations comme les Oratoriens.

  • 6 Sébastien de La Bouillerie, « Histoire de l’imprimerie fléchoise de 1575 à 1789 », Revue Historique (...)

10– L’importance du collège pour la ville est un élément fondamental. La population de La Flèche ne compte aux XVIIe et XVIIIe siècles que de 4 000 à 5 000 habitants. Le collège, par les multiples activités qu’il induit, fait vivre une partie importante des Fléchois et des villages voisins. Ainsi, les nombreux externes – jusqu’à plus de 1 000 au milieu du XVIIe siècle – sont la plupart logés chez des habitants à qui ils louent une chambre. De nombreuses activités économiques de la région dépendent aussi du collège : approvisionnement, bâtiment, imprimerie et librairie6… Le mémoire adressé à Louis XV par les officiers de la sénéchaussée après le départ des Jésuites montre l’importance des liens entre la ville et le collège :

  • 7 Cité par J. Clère, Histoire de La Flèche…, op. cit., p. 174. Pour une description de La Flèche et d (...)

« Cet établissement a été florissant dès les premières années de sa fondation, et c’est à cette célébrité qu’on doit attribuer la prospérité de La Flèche. Le Conseil expose que le préjudice apporté aux intérêts de la ville par l’absence du plus grand nombre des élèves, des maîtres et des personnes employées ci-devant dans l’établissement, est tel que plus de soixante familles ont déjà été obligées de s’expatrier pour chercher ailleurs les moyens d’existence que leur patrie languissante se trouve forcée de leur refuser ; que la ville n’ayant ni manufactures, ni commerce d’exportation, les ressources des habitants ne consistent que dans les consommations locales7. »

  • 8 Paul Calendini, Le Couvent des Filles de Notre-Dame de La Flèche (1622-1905), La Flèche, 1905 ; du (...)

11– La présence à La Flèche des Jésuites et de plusieurs autres couvents et établissements religieux (religieuses de Notre-Dame, Visitandines, Dames de la Madeleine, Hospitalières de Saint-Joseph, Récollets, Capucins) donne à la cité un caractère très religieux. La Compagnie a ainsi fait restaurer une ancienne chapelle, nommée désormais Notre-Dame des Vertus8. Personnel et élèves participent régulièrement aux processions organisées dans la ville. À la fin du XVIIIe siècle, le chirurgien Charles Boucher témoigne ainsi sur cette période :

  • 9 Alain de Dieudeleveult, La Flèche sous la Révolution (1789-1805). Mémoires inédites du chirurgien C (...)

« La Flèche avait mérité le surnom de Sainte par la pureté des mœurs et la piété de ses habitants. Elle dut ce titre glorieux au bon naturel de ses citoyens, aux lumières et au zèle de son clergé, qui était secondé par un grand nombre de maisons religieuses dont l’édification était touchante. […] Les Jésuites avaient une grande part dans la direction des consciences. Ils rassemblaient tous les samedis soirs et tous les dimanches matins trois congrégations sous les auspices de la Sainte Vierge, l’une était composée par les bourgeois, la seconde par les artisans et la troisième, qui était divisée en deux, comprenait les écoliers externes et les pensionnaires du collège9. »

  • 10 Catherine Maire, De la cause de Dieu à la cause de la nation. Le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris (...)
  • 11 Christian Albertan, « la suppression de la Compagnie de Jésus au collège de La Flèche », La Flèche. (...)
  • 12 J. Clère, Histoire de La Flèche…, op. cit., p. 176.

12Il n’est pas question de revenir sur les origines de la nouvelle expulsion des Jésuites10, mais il faut souligner son déroulement et ses conséquences à La Flèche. Les Jésuites quittent le collège le soir du 1er avril 1762, alors que l’arrêt du parlement de Paris les condamnant ne date que du 6 août suivant11. Le collège est alors confié à Louis Donjon, ancien répétiteur de philosophie au collège, qui s’entoure de professeurs issus de la région : « L’année scolaire se termina par une distribution des prix où fut jouée la comédie du Bourgeois gentilhomme et la tragédie de la Mort de César. Le spectacle, en devenant plus français, n’avait rien perdu de sa beauté12. »

Le collège municipal (1762-1764)

13À la rentrée 1762, le collège continue de fonctionner avec une trentaine de pensionnaires et environ 200 externes. Louis Donjon demeure principal et se maintient à ce poste jusqu’au 30 septembre 1771. Toutefois, dès le départ des Jésuites, les bâtiments attisent de nombreuses convoitises. L’Université d’Angers aurait souhaité la démolition des locaux pour réutiliser les matériaux. Quant au marquis de Poyanne, il souhaite récupérer l’établissement afin de le transformer en école de cavalerie pour les carabiniers : l’école ouvre en 1764, mais c’est le prieuré Saint-Jacques de La Flèche qui est transformé en caserne. Parmi les cinq écoles de cavalerie créées cette année-là, seule celle de Saumur est conservée après 1771. Toutefois, la présence des carabiniers à La Flèche serait une des origines de la « révolution malheureuse dans les mœurs » que connut la ville, si religieuse avant 1762 :

  • 13 A. de Dieulevault, La Flèche sous la Révolution…, op. cit., p. 122-123.

« Les officiers des carabiniers logèrent dans des chambres garnies chez le petit bourgeois et chez l’artisan, ils devinrent bientôt familiers et bientôt ils furent corrupteurs par l’argent que leur fortune leur permettait de prodiguer. Les Fléchois, ce peuple si religieux, oublia son Dieu, sacrifia au veau d’or13. »

  • 14 J. Clère, Histoire de La Flèche…, op. cit., p. 177 ; Charles de Montzey, Histoire de La Flèche et d (...)

14Cette accusation, présente dans le témoignage de Charles Boucher, mais aussi dans celui de Dupont de La Motte, a été ensuite constamment reprise par les historiens de La Flèche, que ce soit Jules Clère ou Charles de Montzey, sans avoir été jamais démontrée14.

15Un édit de février 1763 confie le collège à un bureau d’administration réuni pour la première fois le 2 mars 1763. L’évêque d’Angers en est président, mais il est suppléé par le curé de la paroisse Saint-Thomas de La Flèche, La Barre. Huit autres conseillers siègent dans ce bureau : le lieutenant général du présidial (Poullain de Parnay), le maire de La Flèche (Fontaine de Biré), trois échevins avocats au présidial (Galloys, Chaubry et Couallier), deux notables de la ville (Pihery, président de l’élection, et La Rue Ducan, receveur des tailles) et le principal du collège, Louis Donjon. Les pouvoirs de ce bureau sont étendus : il est responsable de la discipline, de la nomination du personnel et de l’administration des biens de l’établissement.

16L’intérêt de ce nouveau statut est de permettre aux notables de La Flèche de jouer un rôle plus important dans l’administration de l’établissement, rôle qu’ils revendiquent jusqu’en 1776. En effet, en raison de l’absence du seigneur de La Flèche, le duc de Choiseul-Praslin, la société fléchoise est dominée par ces notables, souvent appelés péjorativement les « barons », issus surtout de quatre institutions : le corps de ville, le présidial, l’élection et la subdélégation. Mais la ville possède aussi un grenier à sel, huit notaires, un receveur des gabelles ou un directeur des aides.

17Le statut de 1763 n’est cependant que provisoire. Le mémoire adressé à Louis XV par les officiers de la sénéchaussée suggère une nouvelle transformation du collège :

  • 15 J. Clère, Histoire de La Flèche…, op. cit., p. 178-179.

« Sa Majesté vient d’établir une École militaire pour former à la profession des armes la jeune noblesse qu’elle y destine. Il ne sera pas moins digne de l’attention paternelle du roi, pour cette précieuse partie des sujets, de procurer, sous son autorité et sous sa protection, à ceux que les circonstances excluent de l’admission à cette École, les parties d’éducation qui les rendraient propres soit à l’Église, soit aux charges de judicature et même à la profession des armes, par l’étude des belles-lettres et des sciences propres à chacun de ces états.
Cent places gratuites au Collège de La Flèche, au choix et à la nomination du roi, en faveur de la jeune noblesse, formeront pour elle une École de plus. Ce ne serait pas la moins utile à l’État ; le vœu du fondateur serait rempli à cet égard, et le préjudice que cause le vide actuel du Collège royal serait réparé15. »

18Ce vœu des officiers de la sénéchaussée est exaucé dès 1764, sans que l’on sache exactement l’influence exercée par ce mémoire. Celle du duc de Choiseul-Praslin, secrétaire d’État aux affaires étrangères et seigneur de La Flèche à la suite de son mariage en 1732 avec Anne-Marie Champagne, a pu être déterminante.

L’école préparatoire (1764-1776)

  • 16 Jean-Pierre Bois, « L’éducation militaire en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », La Flèche. Quatr (...)
  • 17 Sur l’École militaire, voir M.-M. Compère, Les collèges français, XVIe-XVIIIe siècles. Répertoire 3 (...)

19Au milieu du XVIIIe siècle, le pouvoir a pris conscience de la nécessité de venir en aide à la noblesse de province en procurant une éducation gratuite aux plus pauvres de ses familles qui ne peuvent, pour des raisons économiques, donner à leurs enfants une formation militaire16. Ainsi, le projet d’une École royale militaire à Paris naît en 1750 à la suite de deux mémoires rédigés par le financier Pâris-Duverney, un protégé de la marquise de Pompadour. L’édit de janvier 1751 fixe les conditions d’admission à ce nouvel établissement. Les candidats doivent prouver quatre degrés de noblesse ; ils sont ensuite classés en huit groupes avec la priorité donnée aux garçons dont le père est mort au service et d’une façon plus générale aux fils de militaires. Les orphelins sont reçus de 8 à 9 ans jusqu’à 13 ans, les autres de 8 à 9 ans jusqu’à 10 ou 11 ans. Tous les boursiers du roi doivent théoriquement savoir lire et écrire lors de leur admission à l’École militaire de Paris. Toutefois, cette règle n’est pas respectée et ils sont à leur entrée d’un niveau très inégal. C’est surtout afin de surmonter cette difficulté que le collège de La Flèche devient en 1764 une école préparatoire à l’École militaire qui, elle, désormais n’accueillera les élèves qu’à partir de 14 ans. La Flèche retrouve ainsi sa principale caractéristique de la période jésuite : un pensionnat pour jeunes nobles17.

20Les lettres patentes du 7 avril 1764 chargent le collège de la Flèche de l’éducation de 250 gentilshommes. Ce texte de 43 articles reprend certaines dispositions de l’édit de janvier 1751 sur les conditions d’admission des boursiers, en particulier la condition sociale (quatre degrés de noblesse) et l’âge des candidats. Toutefois, la carrière militaire n’est pas obligatoire : le collège de La Flèche « devait être le fondement de l’éducation de ceux qui seraient par Nous admis à notre École militaire comme celui de toutes autres professions ». L’objectif est de « distinguer, par les progrès des deux cent cinquante gentilshommes qui feront leurs études en ce collège, ceux dont le goût et les talents les porteront au service militaire, d’avec ceux qui paraîtront destinés plutôt à servir notre État dans l’Église, dans la magistrature, ou dans toutes les autres professions nobles ». Il n’existe cependant aucune règle pour l’admission des élèves externes. De l’ensemble de cette organisation, il faut retenir plusieurs points :

  • Le collège est placé sous l’autorité du secrétaire d’État à la guerre et le contrôle de l’École militaire de Paris. L’administration continue toutefois d’être confiée, selon l’article 8, à « un Bureau composé de l’évêque diocésain qui y présidera, de notre Lieutenant Général, & de notre Procureur en la sénéchaussée de La Flèche, de deux notables qui seront par nous choisis parmi d’anciens Gentilshommes retirés du service, du Maire de notre ville, & du Principal dudit Collège ». Mais l’article 9 précise : « Et pour nous mettre plus à portée d’être informé des mœurs, du caractère & des talents desdits 250 gentilshommes, voulons qu’il soit établi dans ledit Collège un Inspecteur qui sera par nous nommé […] et aura séances & voix délibératives dans ledit Bureau. » Derrière cette façade de continuité avec la période précédente, c’est le secrétaire d’État à la guerre et l’École militaire, par l’intermédiaire de l’inspecteur (Dupont de La Motte) qui ont la haute main sur l’administration de l’établissement. Le bureau d’administration n’a plus de réel pouvoir.

  • L’encadrement scolaire et pédagogique des élèves est confié à un principal, un sous-principal, deux professeurs philosophie, un de rhétorique, un de mathématiques, cinq régents pour les classes de seconde, troisième, quatrième, cinquième et sixième et enfin à un « nombre de sous-maîtres que le Bureau d’Administration estimera nécessaire pour lesdits 250 Gentilshommes » (article 10). Le principal, les professeurs et les régents doivent être nommés par le secrétaire d’État à la guerre après un concours. La nomination du sous-principal et des sous-maîtres appartient au principal.

  • L’encadrement religieux de l’établissement est placé sous l’autorité de quatre chapelains nommés par le secrétaire d’État à la guerre « sur la présentation qui nous en sera faite par l’évêque diocésain ».

  • Les revenus continuent d’être assurés par les abbayes de Bellebranche, de Mélinais et d’Asnière et les prieurés de Saint-Jacques, de Luché et de l’Échenau qui demeurent unis au collège, « à l’exception seulement des rentes sur les papegaux de Bretagne que Nous nous réservons d’employer au soutien des Collèges de notre dite province ». Mais, « attendu que les revenus dudit Collège royal ne pourraient suffire aux dépenses nécessaires […], voulons que ce qui y manquera soit suppléé annuellement sur les revenus de l’Hôtel de ladite École militaire ».

21Plusieurs textes complètent les lettres patentes de 1764 :

  • Par les lettres patentes du 7 avril 1767, le collège de La Flèche est affilié à l’Université de Paris.

  • L’arrêt du conseil du 8 août 1767 précise les compétences administratives de chaque partie.

  • Les lettres patentes du 27 mai 1768 suppriment les quatre places de chapelain et établissent un second sous-principal, sous le titre de préfet des études. La chapelle Saint-Louis est désormais desservie par le principal et les autres prêtres du collège.

  • Par les lettres patentes du 20 février 1772, afin d’homogénéiser l’âge des élèves dans les classes et qu’ils sortent tous de l’établissement avec le même niveau de scolarité, les enfants entrant à La Flèche doivent tous être âgés de 8 à 9 ans, 10 ans s’ils peuvent entrer directement en sixième. La vocation militaire est aussi davantage affirmée : ceux « qui se disent appelés à l’état ecclésiastique ou à tout autre état que celui des armes » et « qui refuseront de passer à l’École militaire après avoir atteint leur quatorzième année accomplie, ne pourront continuer leurs études dans notredit collège, qu’autant qu’ils en auront obtenu notre agrément et le consentement écrit de leurs parents ».

  • 18 Les cotes des dossiers déposés aux manuscrits de la Bibliothèque Nationale sont mentionnés dans les (...)

22De 1764 à 1775, douze promotions ont achevé ou débuté leurs études au collège de La Flèche, soit au total 758 élèves. Chaque candidat boursier doit remplir un questionnaire qu’il remet à l’intendant de sa généralité : il doit faire preuve de quatre degrés de noblesse et il lui est demandé des renseignements sur ses parents, dont leur fortune, sur sa formation scolaire et religieuse, et enfin sur son état de santé (en particulier s’il a eu la variole). Les intendants envoient les dossiers de chaque candidat au secrétaire d’État à la guerre qui choisit les boursiers. Chaque dossier est préalablement vérifié et mis en forme par le juge d’armes, Antoine-Marie d’Hozier de Sérigny18. Le nombre d’élèves, fixé au départ à 50 par promotion, a augmenté régulièrement :

1764 : 51

1768 : 54

1772 : 65

1765 : 49

1769 : 87

1773 : 77

1766 : 61

1770 : 53

1774 : 80

1767 : 60

1771 : 48

1775 : 73

23Face au nombre de dossiers déposés, les boursiers ont souvent été plus de 50 par promotion. Ceci révèle à la fois le succès de cette école préparatoire, mais aussi le nombre insuffisant de places et la nécessité de ne pas confier les jeunes boursiers à un seul établissement. En effet, dès la rentrée d’octobre 1768, alors que c’est la première année que 5 promotions de boursiers étudient à La Flèche, les effectifs atteignent déjà quelque 260 pensionnaires. En février 1776, peu de temps avant la dispersion des élèves, ils sont 344 selon Dupont de La Motte, sans compter les externes peut-être au nombre de cent.

  • 19 Laurent Bourquin, « Le recrutement nobiliaire du collège de La Flèche, école militaire préparatoire (...)

24Le recrutement des boursiers comporte plusieurs caractéristiques19 :

  • Géographiquement, les disparités régionales sont fortes. Le tiers des élèves (248 sur 758) est originaire du Nord-Ouest du royaume : Normandie (88 pensionnaires), Bretagne (57), Maine, Anjou, Touraine et Poitou ; 26 % (200) sont du quart Nord-Est, et tout particulièrement de Champagne (67). Le Midi aquitain et languedocien envoie pour sa part 15 % (119) des boursiers. En revanche, peu d’élèves sont issus de certaines provinces comme l’Orléanais, le Berry, le Bourgogne et la Provence. Ces différences s’expliquent tout d’abord par le rayonnement régional du collège de La Flèche, par l’importance de la tradition militaire dans les familles des pays frontaliers comme la Champagne, mais aussi par les densités nobiliaires provinciales : c’est dans les régions où la densité nobiliaire est la plus forte que le recrutement est souvent le plus grand.

  • Plus de 80 % des élèves de La Flèche appartiennent à des lignages militaires, même si, là encore, des disparités apparaissent. Les élèves dont le bisaïeul, le grand-père et le père ont chacun servi dans l’armée ne représentent que 7,5 % du total. Ceux pour lesquels ce sont le grand-père et le père qui ont fait une carrière militaire atteignent 24,2 % des boursiers. La majorité des élèves (49,5 %) ont donc eu le plus souvent un seul ascendant dans l’armée, le plus souvent le père qui détenait un poste d’officier subalterne (lieutenant ou capitaine). Pour toutes ces familles, le collège de La Flèche et l’École militaire permettent à la noblesse provinciale peu fortunée de favoriser et d’affirmer sa militarisation.

25L’année scolaire commence au début du mois d’octobre, mais on constate un étalement des inscriptions des élèves tout au long de l’année :

26Au cours des six premières années, les élèves arrivent au collège surtout lors des mois d’octobre et de novembre. Un changement s’amorce à partir de 1770 : le nombre d’inscriptions en septembre augmente. Cette modification s’explique par les premiers départs de collégiens pour l’École militaire de Paris en septembre 1770 : l’École militaire envoie à La Flèche de quatre à cinq gondoles, voitures à cheval, qui amènent à cette occasion de nouveaux boursiers, et qui repartent avec les futurs élèves de l’École militaire. Cependant, la plupart des pensionnaires sont amenés à La Flèche par leurs parents, en particulier ceux originaires du quart nord-ouest du royaume.

27Ancien élève du collège, le comte de Vaublanc décrit ainsi ses premiers temps en Anjou :

  • 20 Comte de Vaublanc, Souvenirs, 2 volumes, Paris, 1838, I, p. 5-6. Il est inscrit dans la promotion 1 (...)

« Je fus nommé élève au collège de La Flèche qu’on venait de créer, et qui était une annexe de l’École militaire de Paris. On avait banni le latin de l’École militaire, et l’on condamnait les enfants qui devaient y aller un jour, à pâlir pendant 5 ans à La Flèche sur le rudiment, les thèmes et les versions ; ils devaient ensuite n’en plus entendre parler pendant 4 ans. Arrivé à La Flèche à la fin d’une année scolastique, je fus mis dans la classe appelée la septième. Après m’avoir interrogé un moment, on me déclara ignorant, et on me plaça sur de petits bancs, qui régnaient autour de la salle, et qu’on appelait les bas bancs. C’était me donner un brevet d’ignorance. Je me gardais bien de travailler pendant les vacances ; et l’année suivante, je fis ma sixième sur les mêmes bancs, occupé à prendre des mouches, et considéré comme un pauvre diable, dont on ne ferait jamais rien20. »

  • 21 Une étude identique est impossible pour les promotions 1770-1775 car les boursiers n’effectuent pas (...)

28À l’image du comte de Vaublanc, qui semble s’être profondément ennuyé au cours de ces 5 années passées à La Flèche, les plus jeunes élèves commencent leur scolarité en 7e, puis la poursuivent de la 6e à la 3e, voire à la seconde. Leur départ de La Flèche ne dépend pas de leur niveau d’étude atteint, mais de leur âge, car ils doivent intégrer l’École militaire à l’âge de « 14 ans accomplis ». Les élèves restent en général 4 à 6 ans à La Flèche. Pour les 6 premières promotions (1764 à 1769), les résultats sont les suivants21 :

29Si près de la moitié des élèves suivent 5 années d’études au collège, ils sont plus de 85 % à rester entre 4 et 6 ans. Ce sont ceux admis les plus âgés à La Flèche qui partent après trois années, mais ils sont peu nombreux. Ceux qui prolongent leurs cursus sont les boursiers qui se destinent le plus souvent à l’état ecclésiastique. Toutefois, le choix de la carrière militaire reste prépondérant et le collège répond ainsi pleinement à sa vocation : ainsi pour ces 6 premières promotions, sur 362 élèves, ils sont 317 à intégrer l’École militaire (87,5 %).

  • 22 Archives de la Sorbonne, carton 23.

30La qualité de l’enseignement est difficile à connaître. Les professeurs (un en mathématiques et trois en philosophie) et les régents des classes de sixième à seconde sont nommés par le secrétariat d’État à la guerre. Ils sont pour la plupart issus de l’Université de Paris. Théoriquement recrutés par concours avant l’affiliation du collège à l’Université de Paris en 1767, puis, après cette date, nommés par le secrétaire d’État à la guerre et l’Université de Paris, les candidats ne sont pas nombreux à postuler les chaires vacantes, si l’on en croit la correspondance entre Choiseul et le recteur de l’Université22. Un sousmaître, appelé souvent régent, se charge de la classe de 7e ; il est nommé par le principal ; à partir de 1770, cette classe est désormais confiée à 4 régents, toujours choisis parmi les sous-maîtres. Ces derniers constituent une pièce essentielle de l’organisation du collège. Chargés des études et de la surveillance des élèves, décriés par Dupont de La Motte et Vaublanc, ils sont souvent méprisés. Au nombre de 16 à 18, ils sont pour la plupart des ecclésiastiques des diocèses d’Angers et du Mans qui restent peu de temps au collège et sont à la recherche d’une place de vicaire.

31Hormis le Journal de Dupont de La Motte, qui reste très discret sur cet aspect, les témoignages sont peu nombreux. Alexandre de Tilly évoque rapidement son passage en Anjou dans ses Mémoires ; il en conserve une impression plutôt positive :

  • 23 Mémoires du comte Alexandre de Tilly pour servir à l’histoire des mœurs de la fin du XVIIIe siècle, (...)

« Je sollicitai d’être mis dans une pension ou dans un collège. Je fus satisfait et envoyé au collège de La Flèche qui n’était plus que le simulacre de ce séminaire de doctrine, d’érudition et de belles-lettres qu’avaient enseignées les Jésuites, mais qui pourtant était encore un excellent collège, et je crois l’un des meilleurs du monde. J’y fis des progrès rapides, et j’y posai les bases de ce goût pour l’étude et pour les auteurs classiques auxquels les modernes ont presque tout pris. Trois ans s’y écoulèrent sous les yeux d’un homme qui était digne d’élever la jeunesse, de lui enseigner ce qui peut s’apprendre, et de la fortifier dans ce qui ne s’apprend pas23. »

  • 24 Comte de Vaublanc, Souvenirs, 2 volumes, Paris, 1838. Il est présent à La Flèche d’octobre 1765 à s (...)

32Le témoignage du comte de Vaublanc, élève entre 1765 et 1770, est plus nuancé24. Il déplore la place trop importante donnée au latin et l’absence d’autres matières comme l’histoire ou la géographie. Il écrit ainsi :

  • 25 Comte de Vaublanc, Souvenirs, p. 33-37.

« Henri IV avait fondé le collège […]. Son cœur reposait auprès de l’autel. Tous les ans, le jour de sa mort, on célébrait un service funèbre. Un prédicateur prononçait l’oraison funèbre. Que de combats et de victoires, quel courage, combien de résolutions intrépides et de sentiments magnanimes à célébrer devant trois cents jeunes gens ! Au moment de l’assassinat, on entendait des sanglots et des gémissements, tout était en larmes. L’histoire de ce grand prince nous était bien connue, et c’était la seule de tous nos rois.
J’étais à la fin de ma cinquième année dans ce collège, je voyais arriver le moment d’en sortir.[…] Où en étais-je après sept années d’une éducation claustrale, en comptant les deux ans de pension à Paris ? deux chants de l’Enéide, les catilinaires, la première harangue contre Verrès, quelques passages des commentaires de César, voilà tout mon pauvre petit fond, encore ne pouvais-je comprendre facilement que les beaux morceaux, les vers de passion […]. Nulle notion de géographie, ni d’histoire, excepté quelque idée superficielle de l’histoire grecque et romaine, puisée dans les livres que nous avions expliqués25. »

33Le comte de Vaublanc conserve aussi un souvenir très précis des régents qui exercent toujours entre 1771 et 1776. Deux l’ont très favorablement marqué, ce sont ceux de cinquième et de seconde, les abbés Duvigneul et Benières. Sur le premier, il loue sa « bonté », ses « paroles affectueuses », ses encouragements donnés aux élèves et sa manière d’enseigner (il « laissait nos esprits en liberté »). Sur l’abbé Benières, Vaublanc écrit que c’était « un homme poli, de formes aimables, qui s’attirait tout d’abord la confiance et l’amitié des élèves ». Il poursuit ainsi : « Quand je l’entendis réciter des vers de Virgile et de Racine, avec un doux enthousiasme, un accent qui flattait l’oreille et pénétrait l’âme, un nouveau jour s’ouvrit devant moi, je conçus ce que pouvait le génie de l’homme et j’espérais une jouissance dont je n’avais encore aucune idée. » En revanche, Vaublanc est beaucoup plus sévère sur les régents de quatrième et de troisième, les abbés Boucher et Dolbeau. Il décrit le premier comme un être « ignorant », avec un « esprit très borné » et dont le comportement est caractérisé par « sa violence et le fanatisme ». Quant à l’abbé Dolbeau, il « était un homme sec, maigre, noir et velu, dont la figure rébarbative repoussait toute confiance. Il n’était pas violent comme son collègue, mais il affectait une sévérité outrée. Tout en lui était désagréable ».

  • 26 Louis Mention, Le comte de Saint-Germain et ses réformes, 1775-1777, Paris, 1884 ; Charles de Montz (...)
  • 27 Les Bénédictins d’Auxerre formeront ensuite un onzième établissement. Sur ces écoles, voir en parti (...)

34Cette expérience du collège de La Flèche comme école préparatoire à l’École militaire s’interrompt au cours de l’année 1776. Le comte de Saint-Germain, secrétaire d’État à la guerre depuis octobre 1775 en remplacement du comte du Muy, est animé par un profond esprit de réforme26. Il s’entoure d’esprits éclairés comme Jean-Baptiste Gribeauval qui devient inspecteur général de l’artillerie, Jacques Guibert, célèbre pour ses ouvrages de théorie militaire et en particulier son Essai général de tactique, ou l’intendant Sénac de Meilhan. En un peu moins de deux ans, le comte de Saint-Germain et son équipe publient 98 ordonnances. La déclaration du 1er février 1776 supprime l’École militaire et le collège préparatoire. La principale raison de cette décision est le coût excessif de fonctionnement de ces deux établissements. Selon le « règlement concernant les nouvelles écoles royales militaires » du 28 mars 1776, les élèves de La Flèche doivent être répartis entre dix collèges tenus par des congrégations : Bénédictins à Beaumont-en-Auge, Pontlevoy, Rebais, Thiron et Sorèze, Oratoriens à Tournon, Effiat et Vendôme, Minimes à Brienne et chanoines réguliers de Saint-Sauveur à Pont-à-Mousson27. Ce ne sont plus 250 gentilshommes qui doivent être formés, mais désormais 600. Les élèves de Paris et de La Flèche sont répartis en trois classes. Les élèves de 15 ans et plus sont intégrés dans une compagnie de cadets gentilshommes. Ceux âgés de 14 ans sont envoyés au collège de Brienne pour être placés aux cadets gentilshommes en octobre 1777. Enfin, les élèves de 8 ans à moins de 14 ans sont affectés dans les différents collèges. Quant à celui de La Flèche, il est confié aux Pères de la Doctrine chrétienne qui sont solennellement installés le 13 juillet 1776 : l’établissement doit accueillir, en plus d’élèves externes et pensionnaires, les boursiers gentilshommes qui se destinent à l’état ecclésiastique ou à la magistrature. Commence alors, comme lors du temps des Jésuites, une nouvelle période de grand rayonnement pour le collège de La Flèche.

Le document

35Le Journal de Stanislas Dupont de La Motte se présente sous la forme de neuf cahiers manuscrits (15 cm x 18 cm) :

36le premier cahier comprend 89 pages. Il débute le 1er octobre 1771 et s’achève le 31 mai 1772 ;

  • le deuxième cahier, 92 pages, du 1er juin 1772 au 10 avril 1773 ;

  • le troisième cahier, 92 pages, du 11 avril 1773 au 18 décembre 1773 ;

  • le quatrième cahier, 92 pages, du 19 décembre 1773 au 18 juin 1774 ;

  • le cinquième cahier, 92 pages, du 19 juin 1774 au 5 décembre 1774 ;

  • le sixième cahier, 92 pages, du 5 décembre 1774 au 19 avril 1775 ;

  • le septième cahier, 92 pages, du 20 avril 1775 au 2 septembre 1775 ;

  • le huitième cahier, 92 pages, du 3 septembre 1775 au 25 mars 1776 ;

  • le neuvième cahier, 88 pages, du 26 mars 1776 au 30 septembre 1776.

37Il n’existe aucune certitude sur un commencement du Journal au 1er octobre 1771. Dupont de La Motte ne fait aucune allusion à des cahiers antérieurs ou à sa décision de débuter son premier cahier ce 1er octobre. Toutefois, cette date représente un changement important dans la vie de l’établissement : Louis Donjon, principal du collège jusqu’au 30 septembre, change de fonction et devient curé de la paroisse Saint-Thomas de La Flèche. La nomination d’un nouveau principal, l’abbé Hamelin, peut inciter à croire que Dupont de La Motte commence à écrire son Journal à cette occasion.

38La tenue de ce Journal est quasi quotidienne. Sur les cinq années, Dupont de La Motte ne mentionne rien pour seulement 27 jours : 8 jours en 1772, 9 en 1773, 5 en 1774 et 5 en 1775. C’est surtout lors des visites de Gaétan Lambert-Dupont, intendant de l’École militaire de Paris et directeur du collège, que Dupont de La Motte n’écrit rien (16 jours au total), soit 6 jours en 1772 (entre le 23 et le 28 mai), 6 jours encore en 1773 (entre le 31 mai et le 5 juin) et enfin 4 jours en 1775 (entre le 28 et le 31 octobre). Au mois d’août 1774, il écrit « néant » pour 5 jours, ce que l’on peut expliquer à la fois par les vacances scolaires et les fortes fièvres dont il souffre.

39Chaque cahier s’étend sur une période entre 4 mois et 15 jours (le sixième) et plus de 10 mois (le deuxième). On peut ainsi les classer en trois groupes : les trois premiers couvrent les périodes les plus longues (de 8 à 10 mois). Du quatrième au septième cahier, le temps décrit est beaucoup plus court : 6 mois pour le quatrième, 5 mois 15 jours pour le cinquième, 4 mois 15 jours pour le sixième et enfin 4 mois 23 jours pour le septième. Les deux derniers cahiers se partagent à peu près équitablement les 13 derniers mois du Journal. Ces différences s’expliquent par les préoccupations de l’auteur. Dans les deux premiers cahiers, Dupont de La Motte donne rarement de détails sur les événements à l’intérieur de l’établissement parce que, semble-t-il, aucune question importante ne se pose ; ainsi, lors de chaque réunion du bureau d’administration, il n’écrit que « bureau ordinaire » et ne donne ni les questions discutées ni les délibérations qui y ont été prises. En revanche, au cours du troisième cahier, à partir de la séance du bureau d’administration du 5 juillet 1773, des précisions sont données probablement à la suite de recommandations de Gaétan Lambert-Dupont, présent à La Flèche au début du mois de juin 1773. Le temps très court des cahiers suivants, en particulier les sixième et septième, s’explique par les nombreux détails donnés pour expliquer le conflit qui l’oppose à une partie du personnel du collège, en particulier au professeur de philosophie, l’abbé Macé, au préfet des études, l’abbé Bourdet, et au principal, l’abbé Hamelin. Le départ de ces trois derniers, entre juin et septembre 1775, ramène un peu plus de sérénité dans l’établissement. Dans les deux derniers cahiers, les préoccupations de Dupont de La Motte se portent désormais sur la réforme du collège, le départ de ses occupants et la transmission des locaux au Pères de la Doctrine chrétienne.

40Dupont de La Motte n’explique à aucun moment les motivations de la tenue d’un Journal qu’il ne commence que sept ans après son arrivée à La Flèche. Grâce à des cahiers dans lesquels il notait l’ensemble de sa correspondance, nous savons que l’inspecteur devait envoyer au directeur du collège, Gaétan Lambert-Dupont, un rapport hebdomadaire sur les événements qui s’étaient déroulés dans l’établissement. Il est probable que Dupont de La Motte a utilisé son Journal pour rédiger ces rapports. Ce qui est sûr, c’est qu’il évoque tout au long du journal Lambert-Dupont, qu’il nomme « M. Dupont », sans paraître s’adresser à lui. Ainsi, il écrit le 23 septembre 1775 : « M. Hamelin est parti avec le sieur Marchand à 7 heures. Son appartement est un chenil que l’abbé Lambert ne peut habiter dans ce moment-ci. Il n’a pas remis de lettres d’ordre, d’instructions ; il a tout brûlé ou emporté. On a cependant trouvé une lettre du sieur Tridon dans laquelle M. Dupont est gratifié de scélérat. » Mais deux jours plus tard, il poursuit : « J’ai lu la lettre infâme de Tridon ; elle est du 6 août dernier. J’ai prié le principal de ne pas la déchirer, persuadé que vous la voudrez. » Les renseignements de son Journal sont donc destinés à son principal interlocuteur à l’École militaire.

41Dupont de La Motte parle peu de sa vie. Il évoque tout de même ses problèmes de santé, afin de justifier un éventuel retard dans sa correspondance avec l’École militaire ou le secrétariat d’État à la guerre, et la question de la réhabilitation de son mariage qu’il ne peut cacher en raison des attaques dont il est objet. La seule mention intime date du 19 janvier 1772 quand il écrit : « Je ne me suis pas ménagé auprès de ma dame. » En fait, l’essentiel du Journal est constitué de renseignements sur les faits majeurs à l’intérieur de l’établissement, les comportements du personnel du collège (administration, professeurs et régents, sous-maîtres, commis et domestiques), les élèves boursiers, les événements déroulés à La Flèche et en Anjou. Et dès que Dupont de La Motte intervient dans telle ou telle affaire, c’est dans le but de se justifier auprès de son interlocuteur. Ce document est un journal, dans la mesure où l’auteur le tient quotidiennement, mais il ne faut surtout pas à s’attendre à lire un texte personnel.

Stanislas Dupont de La Motte

42Peu de renseignements nous sont parvenus sur Stanislas Dupont de La Motte. Par son acte de réhabilitation de mariage, célébré à Saint-Germain-du-Val le 19 mai 1775, il déclare être né à Arras le 22 juillet 1736. La disparition des registres de cette ville ne permet pas de le confirmer. Son Journal et l’inventaire de sa correspondance permettent de lui connaître deux sœurs et deux frères. Une des ses sœurs, Constance, est Bénédictine à Arras. L’autre, Louise, présente à La Flèche entre les mois de juillet 1774 et septembre 1775, probablement veuve dans les années 1771-1776, est la mère d’une fille prénommée Sophie. Quant à ses deux frères, ils paraissent une charge constante pour Stanislas. Celui qu’il appelle son « aîné », il ne le cite qu’une fois dans le Journal, en août 1772, pour signaler qu’il vit « dans la misère ». Son plus jeune frère, appelé constamment L’Éguillière, est en revanche régulièrement évoqué. A la rentré scolaire de 1771, il est employé provisoirement au collège et travaille auprès de Dupont de La Motte. L’année suivante, il se lance dans le commerce avec les colonies américaines et embarque en août 1772 à Nantes. Il reste dans les îles un an et il est de retour à La Flèche en juillet 1773 ; au mois d’octobre suivant, il est de nouveau à Nantes pour vendre le café acheté en Amérique. Il ne renouvelle pas l’expérience et dépend à nouveau de son frère. En mars 1774, à la suite du départ précipité du secrétaire de correspondance, l’abbé Tridon, Dupont de La Motte propose que son frère remplace momentanément l’ecclésiastique ; le principal refuse. L’Éguillière quitte alors La Flèche en novembre 1774 et son frère nous apprend qu’il est « importateur de papier pour les cartes » à Thiers (avril 1775). Ce départ de La Flèche s’explique tout d’abord par son inactivité, Dupont de La Motte notant « qu’il a un fond de chagrin d’être sans emploi et sans ressources ». La seconde raison est l’échec de son projet de mariage avec la fille de Jean Dandeville, un des deux maîtres de pension pour les élèves externes. Déjà après le départ de son frère en Amérique, Dupont de La Motte apprend d’un de ses commis que la fille de Dandeville serait enceinte de trois mois ; cette nouvelle n’est, semble-t-il qu’une fausse rumeur. Cependant, en octobre 1774, la fille Dandeville est bien enceinte cette fois-ci. L’Éguillière souhaite épouser la jeune fille et s’adresse au curé Donjon pour publier les bans. Mais Dupont de La Motte s’oppose au mariage, qui n’a ainsi pas lieu, et suggère à Dandeville d’éloigner sa fille. L’Éguillière, nous dit son frère, part donc « sans répugnance, au contraire, il semble quitter avec plaisir ce pays où il était devenu honteux de se montrer ».

43La carrière de Dupont de La Motte avant 1764 demeure en grande partie un mystère. Il la doit probablement à l’influence de son cousin Gaétan Lambert-Dupont, trésorier de l’École militaire, et c’est par son intermédiaire qu’il entre dans l’administration du secrétariat d’État à la guerre. La guerre de Sept Ans (1756-1763) le mène en Allemagne où il est fournisseur des armées. C’est là qu’il rencontre et épouse le 19 janvier 1763 Marie-Françoise Walpurge Scherbeck de Froberg, âgée de 19 ans. Cette union est illégitime car elle est célébrée sans le consentement des parents de la mariée – ceux de Dupont de La Motte sont probablement décédés – et sans l’autorisation des curés des deux paroisses où ils résident. Un enfant, Frédéric-Charles-Auguste-Stanislas-Louis, naît le 15 décembre 1763 et il est baptisé le lendemain à Durlach, près de Karlsruhe. Dupont de La Motte n’est probablement plus en Allemagne en cette fin d’année 1763, la paix étant signée le 10 février 1763. C’est à La Flèche que nous le retrouvons le 15 octobre 1764, jour où il est installé à ses fonctions d’inspecteur du collège par le bureau d’administration.

44Entre la naissance de son fils en 1763 et la fin de l’année 1771, nous ne savons rien des relations entre Dupont de La Motte et sa femme. C’est par le Journal que nous voyons réapparaître Marie-Françoise Walpurge à La Flèche, probablement sans le consentement de Dupont de La Motte qui écrit le 31 décembre 1771 : « Un jeune homme m’avertit qu’une dame venait de Paris à La Flèche et qu’elle se disait ma parente. » Il ajoute le 4 janvier suivant :

« Avant hier à midi, le médecin de La Tour m’écrivit un billet pour me rendre aussitôt au Lion d’Or. J’y fus et l’y trouvai avec la personne que j’avais laissée à Bâle en 1763. Je dînai seul avec elle et je revins y souper. Malgré les caresses, je ne me laissai aller à aucune faiblesse. Comme elle ne voulait pas retourner à Paris, d’où elle est venue sans rien, sans le sol, partie par le carosse et du Mans ici en poste, j’ai trouvé à la placer comme pensionnaire libre à la Madeleine où je l’ai conduite hier à 6 heures du soir. Je lui ai envoyé aujourd’hui ce dont elle a le plus besoin. »

45En juin 1772, Dupont de La Motte nous apprend que sa femme est enceinte de 4 mois ; elle quitte la Madeleine en août. En fait, pendant toute cette année 1772, il cache, sauf à Gaétan Lambert-Dupont, la présence de sa femme à La Flèche et la naissance d’un enfant. Toutefois, le 24 janvier 1773, il doit reconnaître : « Le séjour de ma femme ici est su. » C’est alors qu’en avril 1773 il négocie avec M. de Boissimon, un de ses amis, la location d’une propriété, les Plantes, qui a l’avantage d’être près du collège, mais qui se situe dans la paroisse de Saint-Germain-du-Val. Marie-Françoise Walpurge s’y installe en mai, Dupont de La Motte résidant officiellement au collège. Quant aux deux enfants du couple, il reste discret et même énigmatique sur le sujet. En effet, le 30 novembre 1772, il écrit : « Une lettre que Mme Guibert a remise à ma femme lui apprend la mort de son fils » ; il ajoute le 3 décembre : « Ma femme m’apprend la mort de son fils qu’elle m’avait cachée depuis mardi, malgré son désespoir », mais il note en marge « faux ». Il est là peut-être question de l’enfant qui vient de naître. Mais, le 20 décembre 1774, il mentionne qu’il vient d’apprendre la mort de son fils. Lequel ? Il est impossible d’en savoir plus.

46À partir de 1773, Dupont de La Motte cherche à obtenir la réhabilitation de son mariage auprès de l’évêque d’Angers. Celui-ci ne l’accorde qu’au mois de mai 1775 et l’union est ainsi discrètement célébrée le 19 mai par le curé de Saint-Germain-du-Val, en présence des seuls témoins. Ce long délai entre la demande et l’autorisation de la réhabilitation peut s’expliquer par la mauvaise volonté de Monseigneur de Grasse, l’évêque d’Angers, qui subit l’influence d’un de ses protégés, l’abbé Macé, professeur de philosophie au collège de La Flèche en conflit ouvert avec Dupont de La Motte à partir du mois de mai 1774. Toutefois, si l’on en croit l’inspecteur qui mentionne les nombreux dîners auxquels il est invité, les notables fléchois, avant même la réhabilitation, accueillent volontiers le couple, malgré l’illégalité de la situation. Mais d’autres Fléchois sont moins bienveillants ; ainsi, en juin 1773, Dupont de La Motte écrit : « Des horreurs contre ma femme circulent. »

47Le Journal permet de connaître certaines idées politiques de son auteur. Son attachement au roi est certain, et tout particulièrement à Louis XV. Ses réactions à la maladie et à la mort du souverain, la « consternation » qu’il décrit parmi le collège et la ville de La Flèche, laissent peu de doute sur ce sentiment. Le fait qu’il s’identifie constamment au collège, tel que celui-ci a été transformé par Louis XV, peut en partie expliquer ce comportement. Il est en revanche beaucoup plus discret sur Louis XVI. Si, comme souvent, le roi est épargné de toutes les critiques, ce n’est pas le cas des ministres, à l’exception toutefois des secrétaires d’État à la guerre dont il dépend. Entre 1771 et 1776, peu de ministres trouvent grâce à ses yeux. Il est tout d’abord opposé aux réformes judiciaires du chancelier Maupeou. Ainsi, après le passage à La Flèche de parlementaires rouennais exilés, il écrit ironiquement : « Les parlementaires de Rouen ne sont déjà plus à Saumur, on les a envoyés à Lyon. Veut-on leur faire faire le tour de France comme aux compagnons pour leur apprendre le métier ? » En janvier 1774, il critique le dénombrement de la population du collège qui doit servir à l’établissement d’un cadastre voulu par l’abbé Terray, contrôleur général des finances. Il n’est donc pas étonnant de le voir se réjouir quand il apprend le renvoi de ces deux ministres. Même jugement après le départ de Turgot « qu’on s’est hâté d’appeler Sully et dont les innovations ont été peu goûtées ».

48Deux hommes sont épargnés par ces critiques : Malesherbes et surtout le duc de Choiseul. Le nom de ce dernier revient régulièrement dans le Journal : la fidélité de Dupont de La Motte à son égard s’explique d’abord par sa nomination au collège de La Flèche qu’il doit au duc de Choiseul. Ensuite, il ne veut pas décevoir et froisser son interlocuteur, Lambert-Dupont, qui entretient toujours des relations avec l’ancien ministre : l’officier de l’École militaire se rend par exemple à Chanteloup après avoir séjourné à La Flèche. Tout propos entendu sur Choiseul est écrit. Ainsi, après la visite de l’évêque d’Angers à La Flèche en octobre 1773, Dupont de La Motte se félicite des paroles du prélat : « On a remarqué qu’il [l’évêque] a parlé plusieurs fois de M. le duc de Choiseul avec éloge. » Au cours des premières années du règne de Louis XVI, l’inspecteur semble croire à tout moment que l’ancien secrétaire d’État à la guerre revient au pouvoir. Il écrit le 17 septembre 1774 : « On dit ici que sans sa fièvre, M. le duc de Choiseul serait à la cour et assisterait aux conseils. Cette nouvelle me ferait plus plaisir qu’à beaucoup d’autres. » Quelques jours plus tard, il désapprouve les propos du principal Hamelin qui aurait traité Choiseul « d’antimoine, antiprêtre, schnapan ». En juin 1775, lors du service célébré en l’honneur d’Henri IV et de Louis XV, Dupont de La Motte regrette que l’orateur, l’abbé Lambert, ait retiré « le beau parallèle de Sully et du duc de Choiseul ». En janvier 1776, alors que la réforme de l’École militaire et du collège ne fait quasiment plus aucun doute, l’inspecteur se réjouit de « nouvelles consolantes » : « Choiseul est entré au conseil. Cet événement agréable a fait dire que notre créateur pourrait devenir notre libérateur sauveur. » En juin 1776, il évoque « une conférence de M. le duc de Choiseul avec la reine de plus de deux heures » ou encore « on fait à Choiseul préparer un appartement et il entre à tous les conseils ».

  • 28 L’Encyclopédie est mentionnée dans l’inventaire de la bibliothèque de 1776 parmi les livres interdi (...)

49Cette fidélité au duc de Choiseul n’est pas sans contradictions. Attaché à la monarchie et à la personne royale, et plus à Louis XV qu’à Louis XVI, Dupont de La Motte condamne l’action gouvernementale de son temps et rêve d’un retour au pouvoir du duc de Choiseul, l’homme d’une politique de prestige de la France ; mais il ne se rend pas compte que l’ancien ministre est aussi un des responsables de l’affaiblissement de l’autorité royale par l’influence qu’il a pu exercer auprès du roi lors des multiples conflits qui ont opposé Louis XV et les parlements, en particulier lors de l’expulsion des Jésuites dont Dupont de La Motte se fait par ailleurs le défenseur. Son évocation des idées des Lumières est aussi ambiguë. D’une part, il semble apprécier Voltaire et il transmet à la bibliothèque du collège, en février 1775, deux volumes de planches de L’Encyclopédie28. D’autre part, il se montre très méfiant à l’égard d’un candidat à un poste de sous maître « qui a beaucoup de talent, mais à en croire les personnes dont il vient de laisser l’éducation des enfants, Jean-Jacques Rousseau est son apôtre et la Nouvelle Héloïse son bréviaire » (mars 1774). Il est probablement plus intéressé par les innovations techniques et scientifiques, que ce soit l’inoculation de la variole ou les entreprises menées par le marquis de Turbilly, même si Dupont de La Motte a un regard plutôt critique sur le physiocrate.

Les thèmes abordés

50Au cours de ces cinq années décrites quotidiennement, trois principaux thèmes se dégagent. La vie à l’intérieur de l’établissement constitue naturellement le thème central du Journal. Mais, Dupont de La Motte s’intéresse aussi à la société fléchoise, cherchant à s’intégrer parmi les notables de la ville. Enfin, l’inspecteur interprète la réforme de 1776 comme un échec et un désaveu personnel ; son témoignage nous permet de suivre précisément l’application de la réforme à La Flèche et la transmission de l’établissement aux Doctrinaires.

La vie à l’intérieur de l’établissement

  • 29 Didier Boisson, « L’échec du collège de La Flèche comme école préparatoire à l’École militaire de P (...)

51Cet aspect du Journal peut être envisagé sous trois aspects : les élèves, le personnel enseignant et la direction de l’établissement, et la gestion économique du collège29.

52Concernant les élèves, Dupont de La Motte est chargé de leur inscription lors leur arrivée à La Flèche, des relations avec les parents, de la discipline, mais il doit aussi rendre compte à l’École militaire de leur état de santé. Il n’a pas de fonction pédagogique. Il insiste essentiellement sur deux points : la santé des élèves et leur indiscipline. Entre 1764 et 1776, 24 boursiers meurent à La Flèche, dont 12 pendant les 5 années du Journal : Jourdain de Villiers (9 décembre 1771), Ansart de Mouy (18 décembre 1771), Cantineau de Commacre (13 janvier 1772), Gaultier de la Motte (12 mars 1772), Antoine (13 février 1773), Hopkins (3 octobre 1773), la Gausie (23 septembre 1774), Lerouge de Guerdavid (7 février 1775), la Noue (29 mai 1775), Godefroy de Boisjugan (26 octobre 1775), Dupuy de Châteauvert (6 mars 1776), Picot de Moras (11 mars 1776). Dupont de La Motte note le plus souvent les circonstances des décès. Ainsi, le 18 décembre 1771, il écrit :

  • 30 Ce sont les médecins La Tour et Le Jan.

« Le pauvre de Mouy est mort à 2 heures 1/2 après midi. Nos médecins ordinaire et extraordinaire30 ne l’ont pas quitté un moment ; il a presque expiré dans mes bras. Je désirais qu’on le saigna du pied, mais la bouffissure était une indication qui a retenu les gens de l’art. J’ai écrit ce matin au père pour lui annoncer le danger de son fils. Quel coup accablant va lui porter cette mort, et à la mère ! »

53Il évoque encore « l’agonie bien longue » du jeune la Gausie ou les débats entre les médecins pour soigner les malades. D’autres élèves sont retirés du collège en raison de leur état de santé. Le cas le plus spectaculaire est celui de Moyria qui est renvoyé en juin 1772. Dupont de La Motte s’inquiète de son comportement dès le mois de janvier 1772. Il note ainsi le 5 janvier : « Le jeune Moyria voulait se jeter dans le feu de son dortoir. Cet élève est un peu visionnaire. » Quatre jours plus tard, il ajoute : « M. de Moyria avoit fait des siennes, il voulait se détruire. Cet enfant a lu des vies des saints et il est encore en possession d’une légende. Il a déjà cru avoir des apparitions. » Nouvel incident le 18 janvier :

« La manie de Moyria a recommencé. Il a fallu que j’employasse toutes mes forces pour l’arracher de ses camarades convalescents qu’il maltraitait. C’est un élève à renvoyer. Il est dangereux dans sa fureur. Il aurait tué d’autres élèves ou se serait pendu avec ses jarretières et son ruban de guerre si on n’y eût pris garde. »

54À l’annonce de son renvoi, Dupont de La Motte conclut : « Heureuse défaite ».

  • 31 Dans ses Souvenirs, le comte de Vaublanc évoque sa variole lors de son séjour au collège de La Flèc (...)
  • 32 Les familles des candidats souhaitant obtenir une bourse pour le collège de La Flèche doivent rempl (...)
  • 33 Louis Candé, « Charles-Pierre-Auguste Boucher, chirurgien fléchois (1742-1812) », dans Annales fléc (...)

55L’état sanitaire des élèves inquiète régulièrement Dupont de La Motte : « Les temps humides, la chaleur des poêles, peut-être la période de la rougeole qui nous a tous affligés l’année dernière, donnent beaucoup de glandes, de galles et de dartres à nos élèves dont on va purger légèrement un bon nombre [12 décembre 1772]. » La gale, la « vermine » ou les dartres sont des termes qui reviennent souvent sous la plume de l’inspecteur. Quelques mesures sont prises pour améliorer cette situation : construction d’une buanderie à l’intérieur de l’établissement sans que l’on sache exactement quel linge est lavé, examen des élèves dartreux en avril 1775 (5 dartreux dans la pension Le Royer sur 29, 94 parmi les boursiers), construction en juillet 1774 d’un lave-pieds qui est « inauguré » un an plus tard. Mais, deux principales maladies préoccupent Dupont de La Motte : la rougeole et la variole. La première sévit surtout en mars et avril 1772, puis en février 1776. Pour lutter contre la seconde, à l’initiative du médecin italien Gatti, les élèves sont inoculés à partir de la promotion 176831. Quand débute le Journal, Dupont de La Motte évoque donc la quatrième campagne d’inoculation menée sur la nouvelle promotion entre octobre 1771 et février 177232. C’est le chirurgien fléchois Charles Boucher, initié par Gatti, qui en est chargé33. L’inspecteur fait état des nombreuses réserves à l’égard de l’inoculation parmi la population, disant ainsi au sujet d’un élève malade : « On imputera sa maladie actuelle, surtout si l’issue en est fâcheuse aux suites de l’inoculation. Il faudra donc être immortel dès que l’on aura été inoculé [29 novembre 1771]. » Les médecins et chirurgiens de La Flèche inoculent aussi dans la région, par exemple les enfants du marquis de Contades (13 février 1772).

56Ce souci d’améliorer la santé des élèves se vérifie par la construction de nouvelles infirmeries confiées, en 1774, aux Filles de la Charité. Le contrat signé entre la congrégation et le secrétaire d’État à la guerre prévoit au moins six sœurs ; huit s’installent finalement à La Flèche. Ces nouvelles infirmeries rencontrent toutefois l’opposition des Fléchois qui « désapprouvent nos infirmeries au milieu des maisons de la ville, eux dont l’hôpital est au centre de leur ville et contre l’église paroissiale [31 août 1773] » ; mais aussi celle des professeurs du collège : « Quelques-uns de nos messieurs ont dit qu’il serait désagréable de quitter leurs appartements quand ils seraient malades et que cela sentait l’hôpital [2 juillet 1774]. » Lors des travaux entrepris pour restaurer et réaménager le prieuré Saint-Jacques après le départ des carabiniers, des infirmeries pour l’inoculation y sont aménagées en 1775.

57Dupont de La Motte insiste également sur l’indiscipline des élèves. De nombreux faits évoqués ne sont que « des espiègleries de collège [20 mars 1774] » : une souris est découverte « sur la soupe au lait servie à la table dite du principal [20 mars 1774] », la « tête à perruques » du principal disparaît (27 février 1775), un élève s’amuse à se lever la nuit afin de détruire ce que des ouvriers ont construit dans la journée, un autre urine dans les pichets de vin (7 mai 1775). Certains comportements l’inquiètent davantage, comme la rébellion de Bridiers des Guérins en décembre 1771 qui, armé d’un maillet et de plusieurs couteaux, s’est « entrelacé dans les pieds de sa table » ; l’intervention de l’abbé Dolbeau, régent de troisième, met fin à la scène. D’autres s’échappent du collège, comme le fils du maire de La Flèche qui conduit ses deux compagnons « à une maison de campagne de son père, ils en forcèrent les buffets et s’enivrèrent de liqueurs [4 novembre 1772] ». Ou encore, le 12 février 1775 :

  • 34 Sur cet élève, tué à Aboukir en 1798, voir Amiral Bergasse du Petit-Thouars, Aristide Aubert du Pet (...)

« On a pensé perdre hier trois élèves, MM. Le Gras, du Petit-Thouars34 et de Courcelle. Il était 6 heures 1/2 du soir, lorsque le garçon de cuisine […] entendit et crut apercevoir à la faveur de la lune quoique couverte quelqu’un voguer dans le petit bateau qui avait été attaché au haut de la digue. […] Ce marmiton courut avertir les gardes-latrines ; ceux-ci avec un grand crochet du moulin atteignirent et ramenèrent la barque. Pour se déguiser, ces trois MM. s’étaient enveloppés la tête de leurs mouchoirs, s’étaient mis en veste et avaient laissé leurs habits au bord de l’eau afin qu’on crût qu’ils s’étaient noyés en se baignant. Ils s’étaient munis de pain, noix, pommes, couteaux et avaient six francs. Ils comptaient s’en aller à Nantes ».

58Plusieurs noms reviennent régulièrement lors de ces différentes affaires, Boulainvilliers, Le Gras ou Florentin de Courcelle, mais celui qui est cité le plus souvent est celui de Lardière, au sujet duquel Dupont de La Motte écrit : « Le plus mauvais sujet possible. Cet élève est indomptable. Il fait le mal avec un sang froid, une réflexion qui fait frémir. Le fouet, la prison, des sabots, un bonnet rouge, un habit de couverture de cheval dont on l’a puni ne l’ont pas ébranlé [28 janvier 1772]. » Les sanctions sont nombreuses et variées, si l’on en croit ce que subit Lardière ou les autres élèves punis. Bridiers des Guérins, pour s’être rebellé, est « condamné à aller dans toutes les études demander pardon du mauvais exemple qu’il avoit donné, à être fouetté à l’entrée du réfectoire et à porter un habit de pénitence particulier et plus abject que les autres ». L’abbé Hamelin et Dupont de La Motte n’hésitent pas à envoyer les élèves dans les cachots du collège, et le principal se plaint même qu’il n’y en a pas assez. Quant au comte de Vaublanc, il se souvient surtout de la férule :

« Elle était d’un cuir épais et donnait des coups dans la main ; le pédant disait à l’élève qu’il avait appelé : tendez la main. C’était une lutte d’adresse entre le frappant et le frappé. Celui-ci avançait, retirait la main en fixant les yeux sur la main du frappant, afin de retirer la sienne au moment où la férule tombait, en sorte qu’elle frappait dans le vide, ce qui amusait le patient et donnait de l’humeur au pédant ; il recommençait, et quand sa maladresse le mettait en colère, il donnait un coup violent, qui n’était que plus comique quand il n’atteignait rien. »

59Sous-maîtres, régents, professeurs et direction du collège sont au centre des préoccupations de Dupont de La Motte, mais, à la différence des élèves, il n’a aucune autorité sur eux. Son Journal lui permet ainsi de noter ce qu’il leur reproche et d’en faire part à l’École militaire. Ces critiques concernent leur activité professionnelle, leur comportement dans l’établissement et leur vie privée. Les sous-maîtres constituent la principale cible. Nommés directement par le principal, Dupont de La Motte regrette leur instabilité : les sous-maîtres s’absentent régulièrement du collège, ils font de fréquents séjour au séminaire. Ils considèrent leur nomination à La Flèche comme une transition avant de trouver une place de vicaire et ils se désintéressent ainsi de leur fonction au collège. Le principal Hamelin est conscient de cette faiblesse dans l’organisation et cherche à résoudre cette difficulté en nommant des sous-maîtres « d’augmentation », afin de disposer de suppléants en l’absence des titulaires. Dupont de La Motte l’explique le 27 août 1773 : « M. Hamelin se fait un fond de sous-maîtres pour en renvoyer plusieurs qui cabalent, lui manquent et, par leur conduite autant que par leur discours, causent de l’insubordination parmi les élèves. »

60Les critiques sur les régents et les professeurs sont moins fréquentes. Il s’en prend cependant à l’abbé Boucher, « racoleur d’ecclésiastiques » auprès des élèves (mars 1772), aux nombreuses absences de l’abbé Pilon ou à la rareté des soutenances de thèses. Il reproche la faiblesse des instructions religieuses données aux élèves par tel ou tel ecclésiastique. Il regrette la pauvreté des discours, sermons ou oraisons funèbres prononcées devant le collège et la société fléchoise réunis, comme lors de la Henriade, cérémonie célébrée chaque année en l’honneur du fondateur du collège. Il écrit ainsi à propos du discours prononcé par l’abbé Bourdet le 2 août 1774 :

« Personne n’a entendu le texte de l’oraison funèbre prononcée par M. Bourdet. Il n’a point fait de plan. Il a pris son héros à 19 ans ; 4 à 5 descriptions de batailles assez semblables ; 2 tableaux de sa popularité ; autant de sorties sur les fermiers généraux et sur le luxe […]. Un geste d’escamoteur criant à tue-tête dans les endroits rapides, glapissant un moment après les morceaux attendrissants et toujours des phrases et des épithètes précieuses ou ampoulées. Aussi a-t-on été peu content du panégyriste qui d’ailleurs à la mémoire peu fidèle. »

61Il lui arrive de louer les qualités intellectuelles des abbés Jacquemard, Porion ou même Macé sur lequel il écrit, le 7 juillet 1772, à la suite d’une nouvelle Henriade : « Je ne me souviens pas d’avoir entendu de discours avec plus de plaisir que celui que l’abbé Macé a prononcé pour Henri IV. Les carabiniers sous les armes versaient des pleurs et M. le duc de Sully qui commandait le détachement n’a pas pu retenir les siennes. »

  • 35 Le comte de Vaublanc est du même avis : « les élèves furent très bien nourris pendant les premières (...)
  • 36 Archives de la Sorbonne, carton 23.
  • 37 Bibliothèque du Prytanée national militaire, Z 2913.

62Mais, d’une façon générale, Dupont de La Motte apprécie peu les sous-maîtres et les enseignants ; il s’en méfie beaucoup, note et rend compte à Lambert-Dupont des absences, des retards et des violences commises sur les élèves. Il fait part des critiques sur la nourriture : tel abbé se plaint de la qualité du vin, tel autre est mécontent des quantités qu’il juge insuffisantes35. Mais surtout, il regrette le comportement du principal qui soutient les sous-maîtres et les enseignants contre l’administration. Les relations entre Dupont de La Motte et l’abbé Hamelin se sont progressivement dégradées entre octobre 1771 et septembre 1775. Le nom du principal est celui qui revient le plus souvent dans le Journal. Dupont de La Motte ne donne tout d’abord aucune explication sur le remplacement de l’abbé Donjon par l’abbé Hamelin. D’après la correspondance entre le secrétaire d’État à la guerre et le recteur de l’Université de Paris, ce serait l’abbé Donjon qui aurait demandé à se retirer36. Toutefois, plusieurs indices laissent à penser que ce départ est un désaveu. Tout d’abord, dans une lettre adressée à Hamelin, Monteynard, secrétaire d’État à la guerre, évoque une autorité à rétablir dans l’établissement37. Ensuite, en avril 1775, les Nouvelles Ecclésiastiques mentionnent la poursuite de « troubles » à La Flèche malgré la venue d’Hamelin. Les rapports entre l’inspecteur et le principal apparaissent cordiaux et étroits au cours des deux premières années : pour diriger l’établissement, Hamelin s’appuie sur l’abbé Jacquemard, un ami de Dupont de La Motte. Le départ forcé du préfet des études et son remplacement par l’abbé Bourdet en décembre 1773, un protégé de l’abbé Macé, révèlent que le principal semble désormais sous l’influence de celui-ci. À partir de mai 1774, la dégradation des relations entre l’inspecteur et le professeur de philosophie entraîne indéniablement une forte tension entre Dupont de La Motte et Hamelin jusqu’au départ de ce dernier en septembre 1775.

63Enfin, les critiques de Dupont de La Motte sur la vie privée des ecclésiastiques du collège sont claires : il reproche à certains leur sexualité débridée, non qu’il en soit choqué, mais parce que cela entache la réputation du collège. Les abbés Lambert et Jacquemard font ouvertement la cour à Mme de Fontenay, mère d’un élève, dont Dupont de La Motte fait lui aussi l’éloge, la nommant « la belle » ; ils apprécient aussi de rendre visite aux châteaux de Broc et de Turbilly et y pratiquer ce que le principal Hamelin appelle « les galanteries de messes ». Jacquemard en perd sa place et devient curé de la paroisse de Brissarthe. Quant à l’abbé Porion, professeur de philosophie, un des amis de l’inspecteur dans le collège, il joue beaucoup et perd de l’argent ; en novembre 1772, Dupont de La Motte écrit : « Mme de Laage est arrivée. Elle a fait ses c [ouches] heureusement et l’a[bbé] Porion va la revoir. » En mai 1776, il ajoute : « On dit de ce professeur que Mme de L[aage] est encore une fois accouchée. » Les critiques contre l’abbé Macé sont vives également ; Dupont de La Motte note le 22 mars 1774 : « Une des filles du sieur Ozanne est partie pour Paris. Les mauvaises langues répandent que l’abbé Macé lui nécessite ce voyage. Ce n’est peut-être qu’une calomnie fondée sur des apparences, mais c’est un bruit qui pourrait aller plus loin. J’en parle pour qu’on n’en soit pas surpris. » Moins de deux mois plus tard, des inconnus accusent publiquement le professeur de débauche. Dupont de La Motte écrit alors : cela « fait une mauvaise publicité pour le collège. Le public rappelle à cette occasion toutes les histoires de nos ecclésiastiques, et surtout celles de ce professeur, le nombre de ses maisons, chambres, fillettes, querelles, équipées, courses, et on conclut que de tous ceux qui ont été renvoyés du collège, aucun ne l’a autant mérité que lui ». Des sous-maîtres ont le même comportement. En mars 1774, après avoir été dénoncé par un garçon perruquier, l’abbé Tridon, secrétaire de correspondance, est renvoyé du collège en raison du trop grand intérêt qu’il porte aux garçons. Le 26 mars 1776, « la servante du procureur Le Vacher est, dit-on, grosse de l’abbé Durand ; elle en est à son troisième maître ».

64C’est assurément dans la gestion économique du collège que Dupont de La Motte se trouve le plus à l’aise. Dans cette tâche, il est secondé par plusieurs commis qui sont directement sous son autorité, par le receveur du collège, l’avocat fléchois Davy des Piltières, et, à partir de septembre 1775, pour quelques mois uniquement, par un bureau économique comprenant, outre l’inspecteur, le subdélégué Chaubry et le maire de La Flèche, La Rue Ducan. Avec l’architecte du collège Simon, il est responsable des travaux sur l’ensemble des bâtiments dépendant de l’établissement : le collège en lui-même, les abbayes et prieurés qui lui sont rattachés, ainsi que les fermes, métairies et moulins qui leur appartiennent. L’entretien de tous ces bâtiments constitue une inquiétude continuelle. Par ailleurs le collège entreprend d’importants travaux de construction au cours de ces années, toujours sous le contrôle de l’École militaire et de son architecte, La Touche, qui effectue des séjours à La Flèche :

  • Les travaux pour le captage d’eau de sources et son acheminement jusqu’à la citerne du collège sont achevés en 1770.

  • Une buanderie est établie en 1771-1772.

  • De nouvelles infirmeries sont construites en dehors de l’établissement en 1772-1774.

  • Le prieuré Saint-Jacques est réaménagé avec des infirmeries pour l’inoculation et des logements, dont un pour Dupont de La Motte qui abandonne les Plantes en novembre 1775.

  • De nombreux aménagements sont réalisés dans les jardins.

  • 38 Micheline Huvet-Martinet, Gabelous et faux sauniers en France à la fin de l’Ancien Régime. Essai st (...)

65L’inspecteur se plaint régulièrement de la lenteur des travaux ou du comportement des ouvriers. En juillet 1772, il écrit : « Trois maisons que l’on bâtit en ville, M. de Contades qui élève un château près de Beaufort et l’hôpital de Baugé que l’on reconstruit, rendent les ouvriers rares et difficiles. » En octobre 1773, il renvoie du chantier du prieuré Saint-Jacques plusieurs ouvriers « qui ont attaqué deux gabeleux, ont jeté leurs fusils dans les fossés du potager et se sont emparés d’un sac de faux sel dont ceux-ci avaient fait capture » ; quelques jours plus tard, des ouvriers sont arrêtés et menés à Saumur par « 20 à 30 gabeleux », retardant encore les travaux38.

  • 39 L’inventaire des biens du collège permet d’avoir une liste assez précise de ce personnel (Arch. dép (...)

66Dupont de La Motte a aussi sous son autorité les domestiques et les commis travaillant dans le collège aux cuisines, dans les jardins, à la buanderie, à la surveillance des élèves ou à l’administration de l’établissement39. Il ne supporte de leur part aucune contestation et aucune revendication, comme en juillet 1772 :

« Nos buandières ont voulu être payées plus cher qu’en ville ; il est vrai que les heures sont différentes à notre buanderie et qu’elles feront moins de repos. Quelques-unes ont demandé leur compte ; d’autres ont menacé de les suivre. J’ai fait payer les plus mutines et ai signifié aux autres que ni elles ni personne qui leur appartint ne seraient jamais admis au service ni aux travaux du collège et que même s’il avait dans ce moment quelqu’un des leurs parmi les domestiques ou les ouvriers, je les renverrais sur le champ. Enfin je les ai matées et je n’en ai perdu que deux. »

  • 40 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris, (...)

67Enfin, Dupont de La Motte est responsable de l’approvisionnement du collège en vivres et en matériaux. C’est sûrement pour cette raison qu’il s’inquiète constamment des conditions climatiques (inondations, froid, gel, sécheresse…), des récoltes de grains ou de raisins, des prix et des révoltes ou des émotions populaires dans la région40. Le Journal permet de suivre l’évolution de ces différents éléments tout au long des cinq années. Ce rôle explique aussi les liens étroits entretenus par l’inspecteur avec les officiers de bouche et le fait qu’il les défende face aux critiques du personnel et des élèves.

68Il apparaît donc que Dupont de La Motte prend très à cœur ses fonctions, s’identifiant en quelque sorte au collège. Ce zèle dont il fait preuve pour ne pas décevoir son interlocuteur explique peut-être qu’il soit mieux accepté par les notables fléchois que par les membres de l’établissement.

Le collège et la ville de La Flèche41

  • 41 Didier Boisson, « Les relations entre La Flèche et son collège à travers le Journal de Stanislas Du (...)

69Le départ des Jésuites a permis un resserrement des liens entre La Flèche et son collège par une participation plus active des notables à l’administration de l’établissement. Les lettres patentes de 1764 conservent le bureau d’administration créé l’année précédente. Lors des cinq années du Journal, siègent au bureau, outre le curé La Barre qui représente toujours l’évêque d’Angers, trois personnes du collège (le principal, l’abbé Hamelin puis l’abbé Lambert, l’inspecteur, Dupont de La Motte, et le secrétaire, Lépine) et 5 notables fléchois : le lieutenant général du présidial (Busson), le procureur du roi au présidial (Maréchal de Lucé), le maire (La Rue Ducan) et deux officiers militaires retirés à La Flèche (le colonel de La Barberie et le capitaine Léger du Hauthierray). Même si ce bureau n’a pas de réel pouvoir, les « barons » fléchois y prennent part et sont présents aux réunions, le Journal l’atteste. Toutefois, Dupont de La Motte n’évoque pas ces notables de la même façon : s’il ne mentionne quasiment jamais le nom de La Barberie, en revanche, les noms de La Rue Ducan, de du Hauthierray et de Busson reviennent très souvent. Les relations avec les deux premiers sont excellentes, celles avec l’officier du présidial sont au contraires pleines de méfiance et de mépris, le lieutenant général lui apparaissant surtout comme un intrigant. Un dernier notable, absent du bureau d’administration, joue un rôle important dans les relations entre le collège et la ville, c’est le subdélégué Chaubry.

70Les Fléchois et le collège se retrouvent lors des fêtes organisées par l’établissement, la paroisse ou les communautés religieuses. Au collège, la principale cérémonie est la Henriade. C’est l’occasion pour le principal d’inviter les autorités fléchoises, comme le 30 juillet 1774 : « MM. Hamelin et Bourdet ont été inviter le clergé, le présidial et la municipalité. » Le 9 juillet 1776 : « Le clergé, le présidial et le corps de ville y sont venus ensemble à l’accoutumé. » Autre événement, le service célébré en l’honneur de Louis XV, le 24 novembre 1774. Comme pour une Henriade, les différents corps de la ville sont conviés : « Le clergé et tous les corps et communautés de la ville, la milice bourgeoise et les carabiniers » ; grande affluence donc, mais « le mauvais temps a empêché beaucoup de monde d’assister à cette cérémonie ». Enfin, des Fléchois, au moins le bureau d’administration et des parents, assistent aux différents exercices organisés par les régents avec leurs élèves.

  • 42 « La Fête-Dieu à La Flèche en 1761 », La Province du Maine, tome V, 1897, p. 193-195.
  • 43 C’est l’abbé Bourdet qui prononce le sermon « qui était bien distribué et bien écrit, mais se senta (...)

71À l’image du collège qui invite, enseignants et élèves assistent aux fêtes qui sont organisées dans la ville. Ce sont surtout des célébrations religieuses, comme la Fête-Dieu42 : « Le curé est venu inviter notre clergé à assister avec croix et chapes à la procession [16 juin 1772]. » Entre le 26 et le 29 avril 1773, le collège participe à la canonisation de Jeanne de Chantal. Le 26 au soir, « le collège a sonné comme les autres églises de la ville pour la canonisation de Mme de Chantal ». Le lendemain, une célébration a lieu dans l’église paroissiale de La Flèche ; les ecclésiastiques du collège y ont « pris rang à la gauche du clergé ». Le 28 avril, « le clergé du collège s’est rendu en procession à la Visitation où il a fait office43 » : ce jour-là, le collège se trouve à l’honneur, d’autant que « le jeune de Champeaux, parent de la sainte, et Espiard, allié de Champeaux, tenaient les cordons de la bannière ». L’année suivante, la canonisation et la béatification de deux frères capucins sont l’occasion d’une semaine de célébrations, entre le 12 et le 18 juin 1774. Ecclésiastiques et élèves du collège participent encore à plusieurs cérémonies. Le 13 juin, « quatre élèves ont tenu les cordons et bannières de la procession de la paroisse qui a officié aux Capucins ». Le lendemain, « c’est le tour du collège de célébrer l’office aux Capucins. Tous nos ecclésiastiques et 50 élèves y ont été processionnellement matin et soir. M. Bourdet a fait un sermon ».

  • 44 Auvé d’Aubigny est conseiller au présidial. Meslin est lieutenant particulier au siège de le sénéch (...)
  • 45 Voir Notice sur la famille de Chaubry et ses diverses alliances, La Flèche, 1910 ; Vicomte de Broc,(...)

72Parallèlement à cette représentation du collège, il existe une importante sociabilité, notée scrupuleusement par Dupont de La Motte, qui ne concerne que les élites. L’inspecteur veut montrer qu’il appartient à cette société de notables fléchois. Il mentionne ainsi qui il rencontre, qui il convie à dîner ou à souper et chez qui il se rend. Il est couramment invité par des « barons », en particulier des magistrats (Davy des Piltières, Auvé d’Aubigny et Meslin44), le maire La Rue Ducan, le président de l’élection Pihery, le subdélégué Chaubry ou la noblesse locale (du Hauthierray, Boissimon, Bordeaux). La fin des vendanges constitue un moment propice pour ces rencontres. Les 19, 20 et 21 octobre 1772, l’inspecteur du collège est successivement invité par Ducan, Davy des Piltières et Chaubry. Dupont de La Motte donne aussi beaucoup d’importance aux visites que la noblesse de l’Anjou, du Maine, ou toute personne de renom (le marquis de Brunoy, le prince de Montbazon, Monseigneur Boisgelin de Cucé), peut faire au collège ou aux invitations de cette même noblesse auxquelles il répond. Ainsi, à la suite de la visite du comte de La Suze au collège en juin 1773, trois jours plus tard, il est lui-même à La Suze. Le 9 mars 1775, il note aussi : « J’ai été à Turbilly, invité par le marquis45. » Toutefois, il ne se fait aucune illusion sur la considération que cette noblesse porte à l’égard des notables fléchois ou de lui-même. Invité à prêter de l’argent au marquis de La Châtre, Dupont de La Motte refuse, ce que ne fait pas le maire de La Flèche, La Rue Ducan : « La fille de M. Ducan va avoir l’honneur d’aller chez Mme la marquise de La Châtre. L’argent prêté attire de la reconnaissance dans les commencements. Souvent elle diminue en raison de la date du billet [1er septembre 1773]. »

73Dans ces relations entre la ville et le collège, il est difficile de connaître le rôle précis de l’établissement dans la vie économique de La Flèche et de sa région. Toutefois, la plus grande partie des domestiques sont de l’Anjou ou du Maine. Certaines activités de La Flèche dépendent en partie ou totalement du collège. Il faut tout d’abord évoquer l’installation de deux pensions pour élèves externes par Le Royer et Dandeville. L’abbé Le Royer est un ancien chapelain du collège : il en a été renvoyé en 1766. Jean Dandeville fonde sa pension en 1768 avec le soutien de l’École militaire : c’est à la demande du commissaire académique venu inspecter le collège en 1768 que le duc de Choiseul décide d’implanter une pension pour externes afin d’augmenter le nombre des élèves externes. Ces deux établissements se font constamment concurrence. Celui de Dandeville a plus de succès au cours des années 1771-1776. Dupont de La Motte note ainsi le 10 novembre 1772 : Dandeville « a aujourd’hui 31 pensionnaires. Son compétiteur n’en a que 20 » ; la pension de Le Royer « est tombée de moitié [4 novembre 1772] ». Les relations sont tendues entre les deux hommes : en octobre 1771, « le sieur Le Royer a soutiré un maître du sieur Dandeville ». Les procédés employés par Le Royer pour avoir davantage de pensionnaires sont constamment condamnés par Dupont de La Motte qui note le 11 août 1772 : « Il est arrivé trois nouveaux pensionnaires chez Dandeville. Le Royer a fait et fait faire par ses adhérents mille bassesses pour les enlever. » Le succès de Dandeville s’explique autant par le comportement de son concurrent que par les résultats obtenus par ses pensionnaires : en août 1772, lors de la distribution des prix, « la pension Dandeville a eu la plupart des prix et des accessits de rhétorique et de seconde ».

  • 46 Arch. dép. Sarthe, D 14.
  • 47 Archives historiques de l’Armée de terre, Ya 158.

74La présence d’imprimeurs et de libraires à La Flèche est en grande partie due à l’établissement du collège des Jésuites. Leur activité se poursuit après 1762, mais les liens ne sont plus les mêmes. Eustache-Louis-René de La Fosse, imprimeur entre 1742 et 1776, ne travaille pas pour le collège, à la différence du libraire Riboutet qui est régulièrement cité par Dupont de La Motte. C’est lui qui aide l’inspecteur et le subdélégué Chaubry à établir l’inventaire de la bibliothèque du collège en 177646. L’approvisionnement du collège et les travaux entrepris tout au long de ces années permettent de faire fructifier les affaires de certains Fléchois. C’est le cas de Charles Le Monnier, marchand épicier et marchand de bois. Il fournit le collège en bois de chauffage, en bois de charpente et en divers produits, surtout alimentaires ; soit en 1774, pour près de 39 000 livres et l’année suivante, pour plus de 48 000 livres47. Mais en 1776, le naufrage d’un navire, L’Africain, le met en difficulté.

75Les relations étroites entre le collège et la ville sont aussi source de tensions et de conflits. La vie privée de certains enseignants et sous-maîtres choque certainement le curé Donjon ou son prédécesseur La Barre. Ces deux hommes profitent de chaque incident pour dénoncer « l’irréligion » qui règne dans l’établissement. Dupont de La Motte se fait l’écho de cette critique le 19 février 1773 :

« Dans une visite du 1er jour de l’an, l’ancien curé se plaignit qu’il n’y avait point de religion dans le collège et nommément dans le pensionnat. La personne à qui il parlait (M. Dolbeau) lui observa que cependant on y faisait les exercices de piété, les instructions et les catéchismes avec plus d’exactitude que l’année précédente. Le même M. de La Barre fit inviter, il y a environ un mois, MM. de Lucé et de La Rue à passer chez lui. Il tâcha de les exciter à dénoncer les abus, les désordres et surtout l’article de la buanderie au bureau. Ils lui répondirent qu’il était membre comme eux, […] qu’ils n’avaient eu aucune connaissance de l’infraction à la célébration des dimanches et fêtes. »

76Cette affaire du travail dominical des buandières est l’occasion d’un important conflit dans lequel Dupont de La Motte est mêlé car elles travaillent sous son autorité. Il se défend à plusieurs reprises contre cette accusation. Le dimanche 28 février 1773, il a « vu le linge sur les palissades dans les jardins de la contrescarpe et c’est un usage de tous les dimanches ». Il ajoute le 24 mars suivant :

« Deux ou trois d’entre elles [buandières] sont dans l’usage de venir pendant une heure le dimanche ranger le linge tant à cause que l’on va porter le sale des dortoirs que parce qu’il faut le préparer pour être lavé. Elles reçoivent une petite rétribution pour ce travail. On leur a dit qu’elles ne feraient point de Pâques si elles continuaient. Pour mettre les consciences en repos, je leur ai signifié qu’elles n’auraient plus de salaire pour cette besogne ; mais qu’ayant été faite de tout temps, sans qu’on ait refusé de faire faire de Pâques et étant de toute nécessité, je renverrai celles qui s’y refuseront. »

77Les menaces du curé sont mises à exécution puisque, le lendemain de Pâques, Dupont de La Motte écrit : « La maîtresse buandière à qui son confesseur refusa hier l’absolution est accouchée cette nuit. Voilà ses Pâques doublement retardées [12 avril 1773]. » L’affaire remonte jusqu’à l’évêque d’Angers qui donne raison au collège. Ce conflit est représentatif à la fois des critiques émises par les Fléchois sur le comportement religieux, mais aussi les abus et les privilèges de ceux qui vivent dans le collège. L’affaire du tirage de la milice confirme cette idée. Et Dupont de La Motte s’en inquiète le 31 décembre 1773 :

« Le tirage de la milice pourra nous faire quelques difficultés. Je prétends que le collège est compris dans l’article de la nouvelle ordonnance qui concerne les domestiques du Roi et en ville on veut qu’il jouisse seulement du privilège des ecclésiastiques. Ce qui soumettrait au tirage tous les garçons de 25 à 40 ans qui sont dans la maison. »

  • 48 Quatrième cahier, 1er février 1774.

78Toutefois, Dupont de La Motte défend les hommes qu’il a sous ses ordres et refuse de répondre aux menaces48 :

« Tirage de la milice à La Flèche. Cette ville donne 6 hommes. Il est venu un garde de ville me demander que les garçons du collège eussent à se présenter. J’ai répondu qu’ils étaient occupés au service des élèves. On m’a écrit quelque temps après un petit billet dont la teneur était qu’on me conseillait d’envoyer quelques domestiques représenter les autres […]. On prétend que malgré cela il fallait qu’ils se présentassent et payassent 5 livres, et que nos garçons domestiques seront déclarés fuyards et moi à l’amende pour ne les avoir pas envoyés au tirage. Je me suis contenté de dire que je ne pensais pas que les domestiques de Sa Majesté allassent porter 100 sols à l’hôtel de ville de Versailles. »

79Cette deuxième affaire se termine encore à l’avantage du collège. Il devient incontestable que l’image du collège s’est fortement dégradée auprès de la population fléchoise. Et les accusations d’actes violents commis sur des élèves n’arrangent rien. En octobre 1774, la mère d’un élève se plaint auprès d’Hamelin « des mauvais traitements que M. Bourdet avait fait essuyer à son fils » et dépose un mémoire au bureau d’administration. L’affaire est discutée lors du bureau du 7 novembre suivant : à cette occasion Hamelin soutient Bourdet, « un homme très doux », mais Busson, d’habitude peu enclin à critiquer le principal, « a dit qu’il avait en effet entendu se plaindre dans le public de l’inhumanité avec laquelle on traitait depuis quelque temps les élèves ». Faute de sources, on ne peut vérifier la véracité de tous ces faits, et d’autant que dans la ville de La Flèche, comme à l’intérieur du collège, tout est objet de rumeurs.

80Il ne fait aucun doute que les rumeurs alimentent constamment les tensions entre le collège et La Flèche. Le principal est souvent au centre de nombreuses nouvelles qui se répandent en ville. Souffrant de dartres, n’est-il pas accusé de répandre cette maladie parmi les élèves (30 juin 1774) ? À peine est-il en fonction, les spéculations sont nombreuses pour savoir qui lui succédera. Dès décembre 1771, « le bruit de la ville est actuellement que le P. Macé sera principal ; mais on ne se borne pas là, on y nomme aussi l’abbé Porion. » Le nom de Macé revient en juillet 1772 : « Le bruit de la nouvelle de la principalité donnée à l’abbé Macé s’accrédite fort. » En février 1773, lors d’un dîner de « barons » fléchois, l’abbé Lambert, le sous-principal, a les faveurs des notables, et non plus l’abbé Macé qui « a nui à l’abbé Jacquemard dans l’esprit de M. Hamelin et […] ne paraît pas assez mûr à l’École militaire ». Les propos d’Hamelin, répétant souvent à chaque fin d’année qu’il est sur le départ, peuvent expliquer ces rumeurs.

81Ainsi, les relations entre la ville de La Flèche et le collège sont marquées par l’ambiguïté. La ville est consciente du poids de l’établissement dans la vie économique, sociale et culturelle dans la région, mais elle conteste les privilèges dont jouit l’établissement et le comportement de ses membres. Ces relations se sont aussi dégradées après 1771 en raison des conflits à l’intérieur de l’établissement, du comportement du principal, peu enclin à s’investir dans la vie de la cité et annoncé toujours sur le départ, et de l’incertitude du statut de collège avec les nombreuses rumeurs de réformes.

La « destruction » du collège

82Conscient des difficultés que rencontre le collège, Dupont de La Motte craint toute réforme du statut de l’établissement. Il n’admet pas les transformations voulues par le comte de Saint-Germain : l’inspecteur estime que, ce qu’il appelle la « destruction » du collège, est le résultat d’un complot et d’un désaveu à son égard. C’est ce qu’il cherche à démontrer à son interlocuteur. Cette théorie est le résultat d’un conflit avec l’abbé Macé et de la persistante rumeur d’une nouvelle réforme du collège tout au long de ces années. Cependant, malgré son opposition aux décisions prises, il semble participer activement à la transformation du collège au cours de l’année 1776.

83Le conflit avec l’abbé Macé est la suite de l’incident dont le professeur a été victime au début du mois de mai 1774 : des biens lui appartenant ont été « transportés autour de la fontaine publique et on y a attaché un écriteau qui accuse ces meubles d’être les témoins sacrilèges des débauches et des séductions » de l’abbé. Dès le 16 mai, Dupont de La Motte fait état des rumeurs le soupçonnant : « On dit aussi que c’est moi qu’il accuse d’avoir fait faire l’insulte de son jardin et que c’est lui qui le débite. Il me boude, il est vrai. Mais je ne puis pas me persuader ce bruit qui est sans doute une plaisanterie ou un détour des coupables du délit. » L’abbé Macé s’en prend à Dupont de La Motte car pour beaucoup de sous-maîtres, de régents et de professeurs, l’inspecteur est l’œil du secrétaire d’État à la guerre ; ils s’en méfient et ils savent qu’il rapporte les faits et gestes du personnel du collège. Pour le professeur de philosophie, protégé de l’évêque d’Angers, Dupont de La Motte est aussi aisément attaquable en raison de sa demande de réhabilitation de mariage.

84Désormais, pendant plus d’un an, les incidents se multiplient au collège. Des sous6maîtres et des professeurs, avec le soutien du principal, critiquent ouvertement les repas. L’abbé Macé accuse Dupont de La Motte de lui avoir craché à la figure (26 mai 1775) ou l’abbé Lambert de ne pas laisser le principal prêcher ! L’abbé Dolbeau, favorable à l’inspecteur, reproche à l’abbé Bourdet, préfet des études et ami de Macé, « sa suffisance et ses tons, qu’il ne remplissait pas ses devoirs et qu’il ne tenait pas les élèves, que le collège était sans émulation, […] que l’on avait frustré les externes de plus de la moitié des prix [22 septembre 1774] ». Dupont de La Motte se plaint du principal qui « a déblatéré contre moi et ma femme », écrit-il le 16 juillet 1774. Ainsi, manifestement, deux camps se forment à La Flèche. L’abbé Macé est soutenu par le préfet des études Bourdet, des régents (l’abbé Benières), de nombreux sous-maîtres (en particulier Marchand et Galloys), le lieutenant général du présidial (Busson), mais aussi le principal Hamelin. L’abbé Porion, professeur de philosophie, l’abbé Lambert, le sous-principal, des régents (les abbés Boucher et Dolbeau), le chirurgien Charles Boucher, le subdélégué Chaubry, un membre du bureau d’administration, le chevalier du Hauthierray, prennent partie pour l’inspecteur. Les deux protagonistes cherchent aussi les faveurs de l’évêque d’Angers, Macé par l’intermédiaire du vicaire général La Brosse, Dupont de La Motte par le soutien du secrétaire du prélat, l’abbé Boulnoy. Même des visiteurs donnent leur avis, comme le prince de Montbazon qui aurait déclaré à Dupont de La Motte : « Il y a des mauvaises têtes chez vous qui abusent de la faiblesse de votre principal qui n’est pas propre à ce métier-là [5 mars 1775]. »

85Au printemps 1775, face à l’ampleur du conflit, à la demande probablement du secrétaire d’État à la guerre, l’intendant de Tours fait mener une enquête par le subdélégué Chaubry qui interroge les protagonistes et de nombreux témoins. Ce mémoire ne fait sûrement qu’envenimer la situation. Dupont de La Motte accuse l’abbé Bourdet de faire pression sur les élèves pour qu’ils déclarent avoir été battus par l’inspecteur. Un climat encore plus détestable semble régner dans le collège entre avril et juin 1775 dont Dupont de La Motte rend compte le 26 avril : « Les élèves sont ameutés et excités au point qu’ils assaillent de pierres les officiers de bouche dans leurs offices, qu’ils crient au fripon et qu’en voyant les chiens de la basse-cour dans le parc avec le contrôleur, ils huent en proférant mon nom. » Il ajoute le 4 juin suivant : « Vers 7 heures 3/4, tandis que le parc étoit rempli des gens les plus distingués et des dames, les élèves m’ont vu traverser le potager. Grand nombre de voix se sont élevées de l’enceinte qui renferme les élèves et, parmi leurs cris, on distinguait mon nom avec les épithètes de gueux, fripon, voleur, crevat. Ces cris ont continué encore longtemps après que je fusse passé. » Nous ne disposons pas du rapport rédigé par le subdélégué, mais il paraît favorable à Dupont de La Motte car l’abbé Macé est invité à quitter le collège et l’abbé Bourdet, lui, en est exclu. C’est dans un tel contexte que l’annonce d’une réforme du collège intervient, le départ du principal Hamelin en septembre 1775 et son remplacement par l’abbé Lambert n’ayant que très provisoirement ramené le calme dans l’établissement.

86Cette réforme n’est pas une surprise. De nombreuses rumeurs circulent sur une transformation du collège tout au long du Journal. Les premières évoquent l’envoi des élèves au collège oratorien de Juilly, alors que l’École militaire viendrait s’installer à La Flèche (23 avril 1773). En janvier 1774, Dupont de La Motte s’inquiète à nouveau : « Il n’y a pas jusqu’à nous que l’on chasse et à qui on substitue de nouveau les Bénédictins. Il n’y a point de moines chez les protestants et cependant on y a des collèges et de bons. Rentrons-nous dans ces temps d’ignorance où le peu d’éducation qu’il y avait ne se donnait que dans les cloîtres ? » La nomination du duc d’Aiguillon au secrétariat d’État à la guerre amplifie les rumeurs, comme l’atteste une nouvelle fois Dupont de La Motte le 29 mars 1774 : « Deux Bénédictins ont paru ce matin et l’alarme a été dans le collège ; car on s’attend qu’ils en auront bientôt le gouvernement et la manutention. » Les craintes sont encore plus grandes après la nomination du comte de Saint-Germain en octobre 1775 : « Tout le monde est ici, comme ailleurs sans doute, dans l’attente de grands changements que l’on attend [15 décembre 1775]. » Et le 5 janvier 1776 : « Une lettre d’un M. Dez, professeur à l’École militaire, […] annonce comme très fondés les bruits de la destruction de ces deux établissements. »

87Dans cette réforme, il critique tout d’abord ce qu’il pense être la seule cause de la « destruction » du collège : « la mauvaise conduite imputée » au collège (23 janvier 1776). Il faut donc, selon lui, rétablir la vérité et révéler le « complot » mené par l’abbé Macé et ses amis :

  • 49 Cahier 7, 17 juillet 1775.

« Macé et ses complices travaillent, dit-on, à de nouveaux mémoires contre les Lambert, Porion, Dolbeau, Boucher. Ils recherchent les preuves, le jeu ou la galanterie. Diffamer cet établissement paraît actuellement l’unique ressource, le dernier plan de cette association de coquins. Les informations qu’ils font ou font faire rappellent des choses oubliées et troublent bien du monde. Ces gens ont la rage des damnés49. »

  • 50 Lettre de Monteynard au bureau d’administration qui « doit exhorter le bureau à redoubler de vigila (...)

88Cette idée de complot n’est pas nouvelle : déjà en janvier 1773, le secrétaire d’État à la guerre, Monteynard, s’inquiète des propos qui circulent sur le collège, alors que Gaétan Lambert-Dupont évoque, lui, des « ennemis secrets50 ». Son second motif de mécontentement est son aversion pour les Bénédictins. Malgré la qualité de nombreux collèges tenus par les réguliers, Pontlevoy ou Sorèze par exemple, il ne veut surtout pas les Bénédictins dirigent celui de La Flèche. Il est en quelque sorte rassuré quand il apprend que les Doctrinaires acceptent. C’est entre le 13 et le 30 avril que les représentants de chaque collège viennent à La Flèche et en repartent avec les élèves qu’ils doivent recevoir : le 15, ce sont 24 élèves pour Vendôme ; le 16, 36 pour Brienne ; le 19, 51 pour Beaumont-en-Auge ; le 20, 49 pour Sorèze et autant pour Rebais ; le 21, 20 pour Effiat et à nouveau 20 le lendemain ; le 24, 40 pour Pontlevoy ; le 26, 23 pour Thiron ; et le 30, à nouveau 25 pour Brienne. Il craint le traitement que les différentes congrégations font subir aux élèves de la Flèche, comme les conditions de transport utilisées par les différents collèges. Il l’explique le 13 avril 1776 à propos de collège de Beaumont qui

« n’a que des chariots pour emmener ses 51 élèves. On trouve ici cette manière de voiturer les élèves semblable à celle dont on use pour les forçats ou pour les malfaiteurs qui vont à leur jugement en dernier ressort. Mais ce qui révolte le plus c’est de voir les moines en même temps dans des chaises de poste ».

89Ces mêmes élèves auraient eu honte d’entrer au Mans dans ces chariots et auraient mis pied à terre. Les élèves acheminés à Brienne auraient couché sur la paille. L’inquiétude de Dupont de La Motte se porte aussi sur la réception des élèves par des établissements contraints de les accueillir. Les Bénédictins de Sorèze annoncent que les élèves seraient tous circoncis (22 avril 1776), les Minimes de Brienne déclarent que « les élèves seraient tondus jusqu’à 12 ans et qu’on les humilierait parce qu’ils sont trop fiers [16 avril 1776] ». Ces craintes amènent Dupont de La Motte à se réjouir des déboires des Bénédictins et autres Minimes, comme le 10 juin 1776, quand il note : « On sait ici que 15 élèves se sont sauvés de Brienne et qu’on les a rattrapés dans les bois sur le chemin de Paris. Ils ont dit qu’ils ne voulaient pas périr de misère chez les moines. » Les seuls élèves qui demeurent à La Flèche après le 30 avril sont ceux qui se destinent à l’état ecclésiastique, dont 6 venant de l’École militaire. À partir de mai, c’est le personnel qui quitte l’établissement. Le 10 mai, ce sont les sous-maîtres ; le lendemain, Dupont de La Motte note : « Congédié les domestiques superflus. Plus de la moitié de ces hommes sont sans pain. » Quant aux régents et aux professeurs, ils cherchent tous une place vacante dans un collège ou une paroisse : ils partent tous entre la fin du mois d’août et le mois de septembre.

90L’attribution du collège aux Doctrinaires a été longue à se dessiner : le 22 mai, une rumeur fait état de leur refus et du choix des chanoines réguliers de Mélinais. Mais, dès le 1er juin, les Doctrinaires sont annoncés. Ils n’arrivent en fait que le 12 juillet au soir. C’est le lendemain que les Pères Bonnefous et Very prennent possession du collège. Ils en repartent le 23 juillet pour ne revenir que le 24 septembre. Entre les mois de juin et de septembre, avec le subdélégué Chaubry, Dupont de La Motte s’occupe principalement de dresser l’inventaire des biens du collège qui n’est toujours pas achevé le 30 septembre. Son autre souci est son avenir, terminant son Journal par ces mots : « Il y a lieu de croire que je serai bien traité. »

91Le Journal est donc une chronique très vivante sur la vie d’un collège et d’une ville dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Vie quotidienne et conflits de personnes jalonnent les neuf cahiers. Le personnage de Dupont de La Motte reste assez énigmatique. Il est souvent difficile de savoir quelle est la part de vérité dans les jugements qu’il donne sur tel ou tel personnage, dans le déroulement des événements racontés ou dans les nombreuses rumeurs mentionnées. Il cherche tellement à se montrer zélé et à se justifier qu’il attire l’antipathie des personnes vivant dans le collège et même du lecteur d’aujourd’hui. Ce qu’il advient à Dupont de La Motte après le 30 septembre 1776 est peu connu. Il reste à La Flèche quelques mois encore, poursuivant l’inventaire des biens du collège avec Chaubry. Toutefois, Raoul Digard fait état de la publication de libelles à La Flèche contre les Doctrinaires. Les auteurs seraient le libraire Riboutet, Dupont de La Motte et l’abbé Macé avec qui l’ancien inspecteur se serait réconcilié ! Le subdélégué Chaubry aurait une nouvelle fois rédigé un rapport sur cette affaire et Dupont de La Motte aurait été expulsé de La Flèche en mars 1777. Une telle attitude surprend et permet de s’interroger sur la réelle personnalité de cet homme.

  • 51 La Flèche. Quatre siècles d’éducation sous le regard de l’État. Colloque de La Flèche (2 et 3 avril (...)

92Avant de laisser le lecteur se plonger dans le Journal de Dupont de La Motte, je tiens à remercier tout d’abord Marie-Madeleine Compère qui m’a suggéré cette recherche lors de la préparation du colloque de La Flèche51. Ce travail n’aurait pu être réalisé dans d’aussi bonnes conditions sans l’accueil et le concours reçus au Prytanée national militaire, en particulier auprès de M. le colonel Jean-Jacques Parades commandant le Prytanée national militaire, de Jean Siquier, proviseur, de Jean-Claude Ménard, chargé des relations publiques, de Sylvie Tisserand, conservatrice de la bibliothèque, et d’Alain de Dieuleveult, professeur honoraire. Enfin, j’exprime ma reconnaissance à mes collègues de l’Université du Mans qui ont suivi ce travail et répondu à mes interrogations.

Personnel du collège

93Entre le 1er octobre 1771 et le 30 septembre 1776

94(La date qui suit les noms correspond à leur prise de fonction, sauf mention contraire. Si aucune date n’est indiquée, c’est que la personne était en fonction avant le 1er octobre 1771.)

95Principal : l’abbé Hamelin (octobre 1771) ; l’abbé Lambert (septembre 1775)

96Sous-principal : l’abbé Lambert ; l’abbé Dolbeau (octobre 1775)

97Préfet des études : l’abbé Jacquemard ; l’abbé Bourdet (décembre 1773, renvoyé en juin 1775) ; l’abbé Boitel (décembre 1775)

98Professeur de mathématiques : M. Guy

99Professeur de logique : l’abbé Pilon

100Professeur de philosophie : l’abbé Porion

101Professeur de philosophie : l’abbé Macé ; l’abbé Clément (septembre 1775)

102Régent de seconde : l’abbé Benières

103Régent de troisième : l’abbé Dolbeau ; l’abbé Noyelle (décembre 1775)

104Régent de quatrième : l’abbé Boucher

105Régent de cinquième : l’abbé Duvigneul

106Régent de sixième : M. Lemort (démission en avril 1772) ; l’abbé Noyelle (juillet 1772) ; l’abbé Fariau (décembre 1775)

107Régents de septième (4 choisis parmi les sous-maîtres) :

  • Rouzé ; Chaubry (octobre 1775)

  • Guibert ; Moyelle (octobre 1775)

  • Couasse du Rocher ; Boulay (juin 1774) ; Durand (octobre 1775)

  • Provost ; Duchesne l’aîné (juillet 1774)

108Sous-maître 1 : Boulay ; Brichet (juin 1774) ; Belamy (août 1775)

109Sous-maître 2 : Calmès ; Pochart (septembre 1772) ; Gasnerie (septembre 1773)

110Sous-maître 3 : Graffart ; Durand (octobre 1772) ; J.-B. Guy (janvier 1774)

111Sous-maître 4 : Régnier ; Péan (octobre 1772)

112Sous-maître 5 : Genest ; Deshayes (mars 1773) ; Lallouette (juin 1773) ; Christophe (octobre 1775)

113Sous-maître 6 : Le Blaye ; Masson (novembre 1771) ; Duchesne le jeune (septembre 1773)

114Sous-maître 7 : Colombel ; Legendre (août 1773)

115Sous-maître 8 : Mousset ; Besnard (novembre 1771) ; Dubois (septembre 1773) ; Provost (décembre 1774)

116Sous-maître 9 : Lanceleur ; Brard (mars 1775)

117Sous-maître 10 : Brisson ; Galloys (juillet 1773)

118Sous-maître 11 : Beaupied ; Chaubry (septembre 1773-octobre 1775)

119Sous-maître 12 : Joubert ; Mézeray (avril 1773) ; Dubois (mars 1774)

120Sous-maître 13 : Moyelle ; Odiau (juillet 1774)

121Sous-maître 14 : Gazeau ; Babin (décembre 1772) ; Marquet (avril 1774)

122Sous-maître 15 : Marchand ; Digot (octobre 1775)

123Sous-maître 16 : Aubert ; Mousset (mai 1772) ; Jouan (juillet 1773) ; Guy (novembre 1775) Sous-maître 17 : Couasnon ; Rouland (septembre 1772) ; Duchesne l’aîné (février 1773) ; Laurent (mai 1774) ; Bourgé (avril 1775)

124Sous-maîtres d’augmentation : Buhot (décembre 1774-mai 1776) ; Frappier (janvier 1776-mai 1776)

125Secrétaire de correspondance : l’abbé Métivet ; l’abbé Tridon (avril 1772) ; l’abbé Duchesne l’aîné (mai 1774) ; l’abbé Moyelle (juillet 1774) ; l’abbé Lallouette (octobre 1775)

126Bibliothécaire : l’abbé Macé ; l’abbé Guibert (mai 1775)

127Sous-bibliothécaire : l’abbé Bourdet (juin 1772) ; l’abbé Durand (décembre 1773-octobre 1775)

La Flèche et sa région dans le Journal de Stanislas Dupont de La Motte

Notes

1 Pour situer l’histoire du collège de La Flèche dans un cadre général, voir François Lebrun, Marc Venard et Jean Quéniart, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation. De Gutenberg aux Lumières (1480-1789), tome II, Paris, Perrin, 2003 ; Marie-Madeleine Compère, Du collège au Lycée (1500-1850), Paris, Gallimard, 1985 ; Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Sedes-CDU, 1976.

2 Camille de Rochemonteix, Un collège de jésuites aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le collège Henri IV de La Flèche, Le Mans, Société historique et archéologique du Maine, 1889, 4 volumes ; Jules Clère, Histoire de l’école de La Flèche depuis sa fondation par Henri IV jusqu’à sa réorganisation en Prytanée impérial militaire, La Flèche, 1853 ; Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, Les collèges français, XVIe-XVIIIe siècles. Répertoire 2 : France du Nord et de l’Ouest, Paris, INRP-CNRS, 1988, p. 380-391 ; Raoul Digard, Histoire du collège de La Flèche, manuscrit, Bibliothèque du Prytanée national militaire.

3 Voir Roland Mousnier, L’assassinat d’Henri IV, 14 mai 1610, Paris, Gallimard, 1964 ; Jean-Pierre Babelon, Henri IV, Paris, Fayard, 1982 ; Bernard Barbiche, « Le bannissement et le rappel des Jésuites (1594-1603) », Henri IV et les Jésuites. Journée d’études de La Flèche (18 octobre 2003), 2004.

4 Pour compléter, voir François de Dainville, L’Education des Jésuites, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Éditions de Minuit, 1978 ; Willem Frijhoff et Dominique Julia, École et Société dans la France d’Ancien Régime. Quatre exemples : Auch, Avallon, Condom et Gisors, Paris, Armand Colin, 1975.

5 Sylvie Granger, « Terpsichore au collège. La danse dans l’enseignement jésuite », La Flèche. Quatre siècles d’éducation sous le regard de l’État. colloque de La Flèche (2-3 avril 2004), à paraître.

6 Sébastien de La Bouillerie, « Histoire de l’imprimerie fléchoise de 1575 à 1789 », Revue Historique et Archéologique du Maine, tome XXXIX, 1896, p. 42-73 et 121-173 ; E. Pasquier et V. Dauphin, Imprimeurs et libraires en Anjou, Angers, 1932 ; Julia Pinheiro, Imprimeurs et libraires à La Flèche au temps des Jésuites (1604-1762), mémoire de maîtrise, Université du Mans, 2003.

7 Cité par J. Clère, Histoire de La Flèche…, op. cit., p. 174. Pour une description de La Flèche et de ses environs, voir les études de Pierre Schilte : La Flèche intra-muros, Cholet, Farré, 1980 ; La Flèche extra-muros, Cholet, Farré, 1981 ; Châteaux et gentilhommières du pays fléchois, Cholet, Farré, 1991 ; « L’hôtellerie fléchoise : relais, hostelleries, auberges, restaurants, cabarets, cafés dans l’histoire de La Flèche », Cahier fléchois, n° 18 (1997), p. 47-81.

8 Paul Calendini, Le Couvent des Filles de Notre-Dame de La Flèche (1622-1905), La Flèche, 1905 ; du même auteur, Les sanctuaires de la sainte Vierge dans la vallée du Loir. Notre-Dame des Vertus à La Flèche, La Flèche, 1904 ; Renée Bons, Les communautés religieuses de femmes au temps de la Réforme catholique et des Lumières, thèse de doctorat, Université du Maine, 1996 ; Jacques Maillard, « le collège de La Flèche : un collège de la Réforme catholique », La Flèche. Quatre siècles d’éducation sous le regard de l’État. Colloque de La Flèche (2-3 avril 2004), à paraître.

9 Alain de Dieudeleveult, La Flèche sous la Révolution (1789-1805). Mémoires inédites du chirurgien Charles Boucher, dact., La Flèche, 1982, p. 117-118.

10 Catherine Maire, De la cause de Dieu à la cause de la nation. Le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1998 ; Dale K. Van Kley, Les origines religieuses de la Révolution française (1560-1791), Paris, Seuil, 2002.

11 Christian Albertan, « la suppression de la Compagnie de Jésus au collège de La Flèche », La Flèche. Quatre siècles d’éducation sous le regard de l’État. Colloque de La Flèche (2-3 avril 2004), à paraître.

12 J. Clère, Histoire de La Flèche…, op. cit., p. 176.

13 A. de Dieulevault, La Flèche sous la Révolution…, op. cit., p. 122-123.

14 J. Clère, Histoire de La Flèche…, op. cit., p. 177 ; Charles de Montzey, Histoire de La Flèche et de ses seigneurs, 3 volumes, Paris/Le Mans, 1877-1878.

15 J. Clère, Histoire de La Flèche…, op. cit., p. 178-179.

16 Jean-Pierre Bois, « L’éducation militaire en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », La Flèche. Quatre siècles d’éducation sous le regard de l’État. Colloque de La Flèche (2-3 avril 2004), à paraître.

17 Sur l’École militaire, voir M.-M. Compère, Les collèges français, XVIe-XVIIIe siècles. Répertoire 3 : Paris, Paris, INRP, 2002, p. 413-422 : Dominique Julia, qui a rédigé ces pages, renvoie aux nombreux articles de Robert Laulan sur l’École militaire. Voir aussi André Corvisier (s.d.), Histoire militaire de la France, tome 2 : de 1715 à 1871, Paris, PUF, 1997 ; Guy Chaussinand-Nogaret, Choiseul, 1719-1785 : naissance de la gauche, Paris, 1998.

18 Les cotes des dossiers déposés aux manuscrits de la Bibliothèque Nationale sont mentionnés dans les sources.

19 Laurent Bourquin, « Le recrutement nobiliaire du collège de La Flèche, école militaire préparatoire (1764-1776) », La Flèche. Quatre siècles d’éducation sous le regard de l’État. Actes du colloque de La Flèche (2-3 avril 2004), à paraître.

20 Comte de Vaublanc, Souvenirs, 2 volumes, Paris, 1838, I, p. 5-6. Il est inscrit dans la promotion 1765.

21 Une étude identique est impossible pour les promotions 1770-1775 car les boursiers n’effectuent pas la totalité de leur cursus à La Flèche étant dispersés dans les écoles militaires par la réforme de 1776.

22 Archives de la Sorbonne, carton 23.

23 Mémoires du comte Alexandre de Tilly pour servir à l’histoire des mœurs de la fin du XVIIIe siècle, Paris, Mercure de France, 2003, p. 65-66. Cet homme dont parle Tilly est peut-être le principal Hamelin. Toutefois, aucun Alexandre de Tilly ne fait partie des boursiers, même si plusieurs membre de cette famille y ont été inscrits. Alexandre de Tilly a probablement été un élève externe. Dater sa présence à La Flèche n’est pas aisé : né en 1764, il achève ses études à 13 ans à La Flèche après trois ans passés dans ce collège. Or, par ce qu’il écrit, il ne semble pas avoir connu la période des Doctrinaires qui débute en octobre 1776. Sa présence date soit des années 1773-1776, soit des années 1774-1777.

24 Comte de Vaublanc, Souvenirs, 2 volumes, Paris, 1838. Il est présent à La Flèche d’octobre 1765 à septembre 1770.

25 Comte de Vaublanc, Souvenirs, p. 33-37.

26 Louis Mention, Le comte de Saint-Germain et ses réformes, 1775-1777, Paris, 1884 ; Charles de Montzey, Les institutions d’éducation militaire jusqu’en 1789, Paris, 1866 ; André Corvisier (s.d.), Histoire militaire de la France, tome 2, de 1715 à 1871, Paris, PUF, 1997.

27 Les Bénédictins d’Auxerre formeront ensuite un onzième établissement. Sur ces écoles, voir en particulier différentes communications publiées dans Le Collège de Riom et l’enseignement oratorien en France au XVIIIe siècle, Paris, CNRS, 1993 : W. Frijhoff et D. Julia, « Les Oratoriens et l’espace éducatif français du règne de Louis XIV à la Révolution française » (p. 11-27), Étienne Broglin, « De Riom à Juilly : la différence et la hiérarchie ou logiques d’un filtrage » (p. 29-42) et Olivier Paradis, « La vie scolaire à l’École royale militaire d’Effiat » (p. 45-55).

28 L’Encyclopédie est mentionnée dans l’inventaire de la bibliothèque de 1776 parmi les livres interdits. Voir Louis Desgraves, « La bibliothèque du collège des Jésuites de La Flèche », Revue française d’histoire du livre, avril-mai-juin 1987, p. 187-198.

29 Didier Boisson, « L’échec du collège de La Flèche comme école préparatoire à l’École militaire de Paris, à travers le Journal de Stanislas Dupont de La Motte (1771-1776) », La Flèche. Quatre siècles d’éducation sous le regard de l’État. Colloque de La Flèche (2-3 avril 2004), à paraître.

30 Ce sont les médecins La Tour et Le Jan.

31 Dans ses Souvenirs, le comte de Vaublanc évoque sa variole lors de son séjour au collège de La Flèche en ces termes : « J’eus alors la petite vérole en 1766. On ne connaissait pas encore l’inoculation ni la vaccination. Nous étions une vingtaine dans une salle immense, très échauffée, les fenêtres jamais ouvertes ; c’était la doctrine de ces temps. Je fus très malade ; mais je m’en tirai heureusement. Après ma guérison, convalescent et très faible, je fus rendu à ma sixième […] » (Vaublanc, Souvenirs, 2 volumes, Paris, 1838, I, p. 7).

32 Les familles des candidats souhaitant obtenir une bourse pour le collège de La Flèche doivent remplir un questionnaire dans lequel il est demandé si l’enfant a eu la variole. En cas de réponse positive, l’inoculation ne lui est naturellement pas faite.

33 Louis Candé, « Charles-Pierre-Auguste Boucher, chirurgien fléchois (1742-1812) », dans Annales fléchoises, 1912, p. 65-85, 156-181 et 212-232 ; Alain de Dieuleveult, Un Fléchois dans la Révolution (1789-1805), Mémoires inédits du chirurgien Charles Boucher (1742-1812), publication intégrale et critique, nouvelle édition revue, corrigée et augmentée, reprographie, La Flèche, 2002 ; du même, « La Flèche, berceau de l’inoculation antivariolique en France, mythe et réalité », dans Cahier fléchois, n° 5, 1984, p. 26-35 ; Rémy Buquin, L’hygiène et la médecine à l’école de La Flèche, du collège des Jésuites de Henri IV au Prytanée militaire, Paris, 1937 ; Jean-Pierre Peter, « Les médecins français face au problème de l’inoculation variolique et de sa diffusion (1750-1790) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n° 2, 1979, p. 251-264.

34 Sur cet élève, tué à Aboukir en 1798, voir Amiral Bergasse du Petit-Thouars, Aristide Aubert du Petit-Thouars, héros d’Aboukir, 1760-1798, lettres et documents inédits, Paris, Plon, 1937 ; « Trois lettres inédites d’Aristide Aubert du Petit-Thouars, 1791-1792 », Revue d’Anjou, 1883, p. 1-6.

35 Le comte de Vaublanc est du même avis : « les élèves furent très bien nourris pendant les premières années […]. Tout à coup, nous vîmes paraître un maître d’hôtel, un contrôleur et 5 ou 6 officiers de bouche, qui tous lui obéissaient. Le premier jour nous eûmes des petits pâtés, c’était la première fois, ils étaient accompagnés de bonnes côtelettes bien tendres. Cela se soutint ainsi les premières semaines ; mais bientôt tout changea ; nos tables ne virent plus que du bouilli bien sec et ces gros haricots bien gras que voulait l’avare de Molière parce qu’on n’en mange guère. Déjà bien des rumeurs parmi les élèves et même les professeurs, dont la cuisine se ressentait aussi du changement ».

36 Archives de la Sorbonne, carton 23.

37 Bibliothèque du Prytanée national militaire, Z 2913.

38 Micheline Huvet-Martinet, Gabelous et faux sauniers en France à la fin de l’Ancien Régime. Essai statistique et sociologique sur le faux saunage dans le ressort de la Commission de Saumur (1764-1789), thèse de 3e cycle, Université de Hautes-Bretagne, Rennes, 1975.

39 L’inventaire des biens du collège permet d’avoir une liste assez précise de ce personnel (Arch. dép. de la Sarthe, D 14).

40 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris, Le Seuil, 2002 ; François Lebrun, « Les soulèvements populaires à Angers aux XVIIe et XVIIIe siècles », Actes du 90e Congrès national des sociétés savantes (1965), 1966, I, p. 119-140 ; Brigitte Maillard, « Une émeute de subsistances à Tours au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1985-1, p. 27-44.

41 Didier Boisson, « Les relations entre La Flèche et son collège à travers le Journal de Stanislas Dupont de La Motte (1771-1776) », Le cahier fléchois, 2004, p. 51-67.

42 « La Fête-Dieu à La Flèche en 1761 », La Province du Maine, tome V, 1897, p. 193-195.

43 C’est l’abbé Bourdet qui prononce le sermon « qui était bien distribué et bien écrit, mais se sentait encore du peu de temps de l’orateur. L’abbé Noyelle lui servit de souffleur. Comme cela est inusité, cela dépare beaucoup ».

44 Auvé d’Aubigny est conseiller au présidial. Meslin est lieutenant particulier au siège de le sénéchaussée.

45 Voir Notice sur la famille de Chaubry et ses diverses alliances, La Flèche, 1910 ; Vicomte de Broc, Notice sur les seigneurs et le château de Turbilly en Anjou, Le Mans, 1882 ; Ambroise Ledru, Histoire de la maison de Broc, Mamers, 1898 ; La Bouillerie, Le livre de famille, Éditions Axium, 1982 ; Jean-Marie Constant, « L’évolution de la noblesse de la sénéchaussée de La Flèche de la fin du XVIe siècle à 1789 », État et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mélanges offerts en l’honneur de M. le recteur Yves Durand, Paris, 2000, p. 155-164.

46 Arch. dép. Sarthe, D 14.

47 Archives historiques de l’Armée de terre, Ya 158.

48 Quatrième cahier, 1er février 1774.

49 Cahier 7, 17 juillet 1775.

50 Lettre de Monteynard au bureau d’administration qui « doit exhorter le bureau à redoubler de vigilance et de zèle dans les fonctions diverses qui l’attachent à cet établissement, qu’il ne doit pas dissimuler qu’on n’en parle pas également bien partout » (Arch. dép. de la Sarthe, D 5).

51 La Flèche. Quatre siècles d’éducation sous le regard de l’État. Colloque de La Flèche (2 et 3 avril 2004), à paraître.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende La Flèche et sa région dans le Journal de Stanislas Dupont de La Motte
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43358/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 617k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540