Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rennes : les francs-maçons du Grand Orient de France

 | 
Daniel Kerjan

Annexe 3. Instruction pour le grade de « Sublime Élu de la Vérité »

Texte intégral

PREMIÈRE VERSION (1773)

Demande : Y a-t-il un Dieu ?

Réponse : Je crois qu’il y a un grand Être ordonnateur et moteur de la nature.

D. Quel est ce grand Être ?

On ne peut le comprendre.

D. Quels sont les devoirs de l’homme envers lui ?

Quoique nous attendions qu’il nous les manifeste, cependant nous le respectons et nous l’adorons.

D. Vous ne lui rendez donc aucun culte ?

Ne lui en connaissant d’établi que par l’ignorance, la superstition ou la politique, nous attendons qu’il nous en prescrive un pour le faire.

D. Quel dogme suivez-vous ?

Trop peu pour pouvoir offenser cet Être suprême, il méprise notre impuissance. Nous pensons que nos actions lui sont indifférentes, et que par conséquence aucune ne peut lui déplaire.

D. Quelle discipline suivez-vous ?

Nous n’en connaissons d’autre que celle d’être sous la loi où nous vivons.

D. Sous quel régime vivez-vous ?

Sous celui de la loi naturelle.

D. À quoi se réduit cette loi ?

À ces deux maximes : faites à autrui, et ne faites pas à autrui.

D. Vous ne vous imposez aucun devoir envers la Société ?

Tous ceux auxquels nous sommes attachés sont renfermés dans ces deux maximes.

D. Bornez-vous là tous vos devoirs ?

Il est si vous voulez un troisième qui dérive de ces deux principes : l’observation des lois civiles.

D. Mais si ces lois civiles sous lesquelles vous vivez vous obligent à un culte d’une religion, d’un dogme ou d’une loi particulière pouvant vous soumettre contre vos principes ?

L’intérêt du Prince et de la nation ayant probablement exigé qu’on informât tous les membres de la Société de se conformer à ces obligations, nous nous permettons de la dissimulation seulement sur ce point, en nous y conformant.

D. Quel est le but de notre Ordre ?

De pouvoir former une société de quelques hommes vraiment vertueux, indépendants des préjugés humains, et qui puissent se confier entre eux.

D. Croyez-vous pouvoir trouver cet avantage dans notre Société ?

Réduisant notre croyance à la vraie, nous remplissons nos obligations. Éprouvant les hommes avant de les admettre parmi nous, nous pensons être moins souvent trompés qu’on ne l’est dans les autres Sociétés.

D. Quels devoirs réciproques vous êtes-vous imposé ?

Aucun que l’exercice constant de nos deux maximes, chacun pouvant l’étendre en faveur de la Société, et nul ne pouvant le restreindre.

D. Avez-vous quelques signes, paroles ou attouchements pour vous reconnaître ?

Ces petits moyens donnés pour juger de la discrétion et de la superstition des hommes, et que l’on emploie dans la Maçonnerie et autres ordres, sont peu nécessaires parmi ceux qui peuvent se juger et connaître leur vraie valeur. Cependant, il nous a paru nécessaire de convenir d’un mot qui puisse nous assurer l’examen.

D. Quel est-il ?

N… Il se prononce à l’oreille, en s’embrassant. Il ne nous oblige à rien dévoiler, si celui qui le prononce n’est imbu de nos principes.

VERSION ULTÉRIEURE (1780)

D. Y a-t-il un Dieu ?

Ma conscience, après avoir considéré avec attention toute la nature et les immenses et incompréhensibles objets qu’elle renferme, me dit qu’il y a un Être Suprême, architecte, un Dieu créateur et moteur.

D. Qu’est-ce que Dieu ?

On ne peut ni le comprendre ni le concevoir.

D. Quels sont les devoirs de l’homme envers lui ?

La reconnaissance et la confiance. Quant aux autres devoirs qu’on imagine, nous attendons qu’il nous les fasse connaître.

D. Quel culte lui rendez-vous ?

Celui dont je viens de parler, et qui est du cœur. Mais ne connaissant de culte commun et public que celui qu’ont établi l’ignorance et la superstition, nous ne pouvons l’adopter.

D. Quel dogme suivez-vous ?

Aucun.

D. Quelle discipline ?

Celle établie par les lois du pays où nous vivons.

D. Quel régime ?

Celui de la loi naturelle.

D. Mais si la loi civile vous oblige à suivre la religion reconnue, que ferez-vous ?

La loi civile ne s’occupe que des actions, et non des pensées. En obéissant autant qu’elle l’exige, extérieurement, nous remplissons notre devoir de citoyen.

D. Avez-vous un mot pour vous reconnaître ?

Oui, celui de NATURE, dit à l’oreille en s’embrassant. Il n’engage à rien s’il n’est pas entendu par celui auquel on croit pouvoir le donner, et il ne compromet aucun secret.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540