Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rennes : les francs-maçons du Grand Orient de France

 | 
Daniel Kerjan

Chapitre 11. Sociologie et pratique maçonnique des ateliers rennais

Texte intégral

1La Franc-Maçonnerie rennaise est tout aussi remarquable par la pérennité de sa structure que par la diversité sociale des frères qu’elle a rassemblés au cours des siècles. La richesse de ses archives permet en outre une étude statistique, qui relativise la linéarité apparente du fait maçonnique. En effet, si les buts comme les idéaux de la Maçonnerie sont restés quasiment invariants depuis le début de l’institution, leur mise en œuvre s’est constamment adaptée à l’environnement de l’époque, et a été le fait d’hommes dont les origines, les activités et les visées apparaissent comme radicalement différentes au fil du temps, même si lors du passage d’un système politique à un autre les changements sociologiques au sein de la Loge se sont toujours réalisés progressivement.

  • 1 380 frères décomptés : 57 marchands ou négociants ; 101 juristes ou membres de professions libéral (...)

2L’observation détaillée des activités professionnelles amène à constater qu’au XVIIIe siècle l’ensemble des francs maçons de la capitale bretonne1 ne se singularise par rapport à d’autres Orients provinciaux que par une présence renforcée des gens de lois (27 %), qui avec les officiers royaux titulaires d’offices (28 %), le plus souvent dans la magistrature, forment indiscutablement la majorité des membres reçus ou affiliés à « La Parfaite Union », « La Parfaite Amitié » ou « L’Égalité ». Cette part majoritaire s’explique bien entendu par l’activité du Parlement de Bretagne, dont l’architecture imposante indique assez la primauté qu’il exerce sur toutes les autres composantes de la cité. Les négociants ou commerçants forment cependant une autre corporation bien implantée (15 %), de même que les officiers de l’armée royale (13 %). Un nombre non négligeable de nobles ou d’autres « vivant noblement » (10 %), se retrouvent également sur les colonnes du Temple. On y voit aussi quelques comédiens, et des artistes peintres, sculpteurs, ou musiciens, et qui ne sont pas toujours cantonnés dans la rubrique « frères à talents ». On peut noter encore la présence de religieux réguliers, ce qui étonne fort Jouaust en 1859 lorsqu’il les découvre sur les tableaux des loges :

  • 2 Achille Jouaust, « La Maçonnerie à Rennes jusqu’en 1789 », in Le Monde Maçonnique, décembre 1859, (...)

« Il ne s’agit pas de quelques moines obscurs, apostats de la vie religieuse, et fauteurs ignorés des pratiques maçonniques. Ce sont des personnes savantes, estimées, revêtues de fonctions importantes de la vie monastique, qui, évidemment, au su et au vu de leurs supérieurs, font partie de notre Ordre. Ce n’est pas un fait isolé, ce sont des faits multiples que nous citons. Ce n’est pas un jésuite, espion du clergé, qui se glisse parmi nous, ce sont des hommes bien connus de la ville, qui partage nos travaux et sont véritablement nos frères2. »

Directoire, Consulat, premier Empire

Directoire, Consulat, premier Empire
  • 3 262 frères décomptés : 120 militaires ou marins d’État ; 39 hauts fonctionnaires ou professeurs à (...)

3La prééminence totale des militaires et de quelques marins de l’État (46 %) sur les listes datant du Directoire, du Consulat et du Premier Empire3 ne doit pas faire illusion : comme on l’a vu, il s’agit d’un artefact dû à leur mobilité professionnelle, en ces temps de conflits quasi permanents, et leur participation effective aux travaux de « La Parfaite Union », sauf cas particuliers, est plus théorique que réelle. Cependant le lien affectif qui les relie à leur loge-mère reste très fort, comme en témoigne le nombre de frères notés « absents » sur les tableaux de loge : 83 en 1805, 98 en 1806, 105 en 1807, 38 en 1809 et 42 en 1810. Ce n’est que sur le tableau de 1811 qu’ils cesseront d’être mentionnés. Le noyau permanent de l’Atelier se compose en fait comme on le voit de hauts fonctionnaires, de professeurs de l’Université qui se met alors en place, de membres de professions libérales, de quelques propriétaires ou rentiers, de commerçants et des premiers représentants d’une activité industrielle.

Restauration et monarchie de Juillet

Restauration et monarchie de Juillet
  • 4 367 frères décomptés : 135 membres de professions libérales, propriétaires ou rentiers ; 78 commer (...)

4Les dernières catégories mentionnées deviennent majoritaires sous la Restauration et la monarchie de Juillet4, avec une forte progression des représentants du commerce et de l’industrie (21 %). Les militaires (30 %), sont toujours pour la plupart des officiers, et si les contraintes du métier demeurent les mêmes, ils sont normalement assidus tant qu’ils restent en garnison à Rennes. Mais la proportion de hauts fonctionnaires ou de membres de l’enseignement supérieur (6 %), est en nette régression par rapport à la période précédente.

  • 5 268 frères décomptés : 117 représentants du commerce, de l’industrie ou de l’artisanat ; 53 membre (...)

5Elle diminue encore sous le Second Empire5 (4 %), tandis que l’on voit apparaître une proportion significative d’employés civils ou de l’État (14 %). En phase avec l’expansion économique qui caractérise la période, les commerçants, les industriels et quelques artisans forment la majorité de l’Atelier (44 %), avec les membres des professions libérales, les propriétaires et les rentiers (19 %). Les militaires présents (19 %) sont désormais pour la plupart des sous-officiers.

Troisième République

Troisième République
  • 6 549 frères décomptés : 132 membres de l’Enseignement primaire ou autres employés de l’État ; 105 m (...)

6La pérennisation de la Troisième République va entraîner un bouleversement complet de la sociologie de l’Atelier6, avec l’entrée en force des fonctionnaires dans la Loge, en particulier des membres de l’Enseignement, surtout des instituteurs, qui à eux seuls fournissent près du quart de l’effectif. Mais la haute fonction publique a pratiquement disparu, et le pourcentage de militaires s’est considérablement amenuisé (7 %). Toujours présents, les commerçants et les industriels sont néanmoins beaucoup moins attirés par la Franc-Maçonnerie (26 %), de même que les professions libérales ou les propriétaires (16 %), cette désaffection étant compensée par une présence accrue d’artisans ou d’employés (8 %).

7Cette présentation globale demande cependant à être modulée en tenant compte du nombre réel de membres actifs recensés annuellement, qui peut considérablement varier au cours d’une même période. La restitution des effectifs de la Franc-Maçonnerie rennaise au XVIIIe siècle est à ce sujet particulièrement instructive, comme l’indique le graphique suivant.

Effectifs cumulés des loges rennaises au XVIIIe siècle

Effectifs cumulés des loges rennaises au XVIIIe siècle

8Les années qui suivent la fondation du Grand Orient de France en 1773 témoignent de l’engouement d’alors pour la pratique maçonnique, le pic étant atteint en 1776 avec 184 frères recensés. L’effectif ira par la suite en décroissant constamment, avec deux paliers : d’une part dans les années 1778 à 1783, avec une moyenne de 115 frères, qui tombe à 66 dans les années précédant immédiatement la Révolution. Encore s’agit-il de l’ensemble des francs-maçons rennais, appartenant donc à trois loges qui, comme on l’a vu, n’entretiennent pas toujours entre elles les meilleures relations. En fait de 1784 à 1789 « La Parfaite Union » ne compte en moyenne qu’une trentaine de frères, « La Parfaite Amitié » et « L’Égalité » une quinzaine chacune. C’est dire combien les extrapolations de Cochin sont également hasardeuses d’un point de vue statistique.

9Le même phénomène de croissance rapide en début de période et de désaffection progressive s’observe sous le Premier Empire. Ainsi le tableau de 1800 dresse une liste de 105 frères présents, ceux de 1805 à 1809 une moyenne de 143 frères, mais avec une moyenne de 73 frères « absents ». Il est donc plus réaliste de considérer que l’effectif réel de « La Parfaite Union » durant cette période varie autour de 70 membres, et d’ailleurs le dernier tableau de 1811 n’en recense plus que 56.

10La Restauration et la monarchie de Juillet se caractérisent par un effectif constant d’une quarantaine de membres actifs, avec cependant une chute marquée en fin de période, car les tableaux de 1846 et 1847 ne comptabilisent plus que 29 et 26 frères. Si les tableaux de 1817 à 1822 indiquent en plus une vingtaine de membres « absents », ils disparaissent par la suite, tandis qu’apparaît une nouvelle catégorie, celle des frères « honoraires », dont le nombre varie de 2 à 10. Il en est de même sous le Second Empire, avec un effectif tout aussi remarquablement constant autour de 65 membres entre 1852 et 1871. Mais ce chiffre relativement élevé ne rend pas compte de la pratique maçonnique réelle des frères rennais, dont en règle générale la moitié n’habite pas l’Orient. L’absence quasi continue durant cette période de loges du Grand Orient à Saint-Malo, Vitré, Fougères, mais également à Saint-Brieuc et à Laval, fait que nombre de frères se trouvent dispersés sur tout le territoire de l’Ille-et-Vilaine, mais également dans les Côtes-du-Nord et en Mayenne. En fait la Loge ne se retrouve au complet que lors des fêtes solsticiales de Saint-Jean, et plus particulièrement à la Saint-Jean d’été. Le reste du temps, la continuité est assurée par un noyau dur réunissant la dizaine d’officiers et quelques frères assidus. Il arrive même de temps en temps que les travaux ne puissent être ouverts faute du quorum réglementaire de sept Maîtres. Si l’absence de charisme du vénérable en charge peut parfois expliquer cet état de fait, il n’est pas cependant déterminant : même un vénérable respecté, comme Louis Guillot, peut se retrouver face à des colonnes dégarnies.

11Il faut dire que la pratique maçonnique, sévèrement surveillée par l’autorité, se révèle d’une monotonie accablante : la lecture des 2953 pages des « livres d’architecture » de 1815 à 1872 est à cet égard particulièrement édifiante. Une tenue ordinaire se réduit le plus souvent à la lecture du procès-verbal de la tenue précédente, à celle de la correspondance officielle du Grand Orient, à la réception éventuelle de visiteurs, à l’envoi de « médailles » aux frères dans le besoin dont le cas a été signalé par l’Obédience, et à la distribution de secours aux indigents locaux. La réflexion symbolique restant marginale aux grades « bleus », et ne figurant pas non plus dans les comptes rendus des tenues aux grades supérieurs, ce menu habituel n’est rompu que par la lecture des enquêtes faites sur les postulants, et par les initiations qui suivent. On constate que la Loge s’en tient strictement au préambule de son règlement particulier de 1827, rapporté au début du chapitre 7 : « La R∴L∴ de La Parfaite Union est consacrée à l’amitié, à l’union et à la bienfaisance… » Au contraire de nombre de loges parisiennes, et d’autres loges de province, ce n’est qu’à partir de 1890 que les discussions sur les sujets politiques ou de société seront admises en tenue. En fait, durant la majeure partie du XIXe siècle, par l’obligation d’assiduité, l’utilisation de rituels invariants, d’une chronologie répétitive annuelle, de cérémonies graduées, par l’acceptation d’une morale rigoureuse, la Franc-Maçonnerie rennaise apparaît comme un succédané laïque et rigoriste à la liturgie catholique officielle, destiné à des libres-penseurs allergiques au courant majoritaire, et non comme une société de pensée prospective.

12Du fait de la destruction en 1940 de tous les documents administratifs concernant les relevés nominatifs annuels postérieurs à 1864, il n’est plus possible de connaître exactement les effectifs de l’Atelier durant cette période. L’examen des archives restantes permet néanmoins d’en esquisser les variations. Ainsi le dernier quart du XIXe siècle se révèle une période critique dans l’histoire de « La Parfaite Union ». Entre 1877 et 1890, il n’y a en moyenne qu’une douzaine de frères à participer à l’élection annuelle des officiers, d’où l’on peut inférer que l’effectif total ne doit pas dépasser la trentaine de membres, entraînant pour la loge d’inextricables difficultés financières : « Nous sommes à la dernière extrémité », peut-on ainsi lire dans un courrier de juillet 1890 au Grand Orient, indiquant à l’Obédience que sans son secours la mise en sommeil de l’Atelier ne serait « qu’une affaire de jours ». La situation s’améliore l’année suivante, où l’on compte 21 présents et 10 excusés à la fête solsticiale d’été, mais se dégrade à nouveau en 1894 avec la scission de « Libre Conscience ». C’est son engagement républicain, la possibilité de discuter en Loge de sujets de société, tout comme le vénéralat énergique de Mars Abadie, qui vont redonner un second souffle à « La Parfaite Union » au tournant du siècle, lui permettant de retrouver des effectifs qu’elle n’avait plus connus depuis le Premier Empire, entre 100 et 120 frères. Mais il convient de préciser que la majorité de ceux-ci n’habitent pas Rennes. L’extension des lignes de chemin de fer « d’intérêt local », qui relient Rennes à nombre de villes et de bourgs d’Ille-et-Vilaine et des départements voisins, permet en effet à des frères qui, comme les instituteurs, se retrouvent en poste dans de petites communes, de participer au moins de manière épisodique à la vie de l’Atelier. Mais ces nouveaux moyens de transports ne changent pas la base du recrutement : on ne trouve par exemple qu’un seul agriculteur sur les colonnes de l’Atelier, le F∴ Jean-Pierre Perrigaud, de Saint-Malo de Phily, initié en 1919. L’élévation continue du niveau de l’instruction n’y amène pas non plus des représentants du monde ouvrier. Le conflit de 1914 désorganise à peu près totalement la Loge, mais elle reprend force et vigueur après 1920, en retrouvant progressivement un effectif d’une centaine de frères qu’elle gardera jusqu’en 1940.

13Cet examen des variations au cours du temps du nombre des membres de « La Parfaite Union » montre assez que l’influence réelle ou supposée de la Franc-Maçonnerie à Rennes n’a jamais été fonction directe de son effectif, d’autant plus que le nombre de francs-maçons résidant effectivement dans la ville a toujours été en fin de compte assez restreint. On pourrait tout aussi bien considérer qu’elle doit sa pérennité, et quelquefois son succès, aussi bien à l’animosité de ses adversaires, qui ont toujours surestimé ses capacités d’action, qu’à ses mérites propres. L’annuaire qui suit présente la liste de 1826 francs-maçons rennais, des origines au début de la seconde guerre mondiale. Un traitement informatique a permis de dégager des indications quantitatives qui pourront être utiles à l’histoire générale de la Franc-Maçonnerie française, dans la mesure où elles seraient corrélées par des études similaires réalisées dans d’autres Orients provinciaux, sans parler de Paris qui de toute façon représente un cas à part. Il convient en l’occurrence de garder à l’esprit que Rennes, jusqu’au milieu du XXe siècle, est une ville moyenne, profondément légaliste du fait de son passé parlementaire, conservatrice au point de vue politique, et très traditionaliste en matière de religion dans une province connue pour son attachement au catholicisme.

  • 7 XVIIIe siècle : 30,4 ans (sur 179 frères décomptés) ; écart-type : σ = 8,5 ans. Directoire, Consul (...)

14Parmi d’autres paramètres, l’âge moyen d’initiation peut être par exemple précisément évalué, le nombre d’occurrences étant significatif pour chaque période. Il est remarquablement constant, puisqu’il se situe entre 29 et 33 ans7. Ce qui confirme que la Franc-Maçonnerie intéresse en priorité des hommes jeunes, ayant une profession qui leur donne à la fois la possibilité de s’acquitter des obligations financières qu’elle impose, et qui leur laisse également du temps pour la pratiquer. Cependant l’importance des écarts-types enregistrés à chaque fois – entre 7,6 et 12 ans – indique bien la diversité des situations particulières que les moyennes ont tendance à gommer. Car l’on peut entrer en Franc-Maçonnerie aussi bien lorsqu’on est étudiant que retiré des affaires. Si la moitié des frères ont en effet entre 26 et 38 ans, près d’un quart sont initiés entre 21 ans, âge de la majorité légale, et 25 ans, tandis qu’un autre quart n’entre en loge qu’à un âge déjà avancé. La Franc-Maçonnerie joue donc, en des temps où la stratification sociale selon l’âge est nettement marquée, un lien inter-générationnel inédit, même s’il convient de le moduler en tenant compte des attaches familiales, qui voient par exemple le père et le fils fréquenter simultanément l’Atelier, ou si la similitude des noms et la concordance des âges invitent à penser qu’un fils devient également franc-maçon à la suite de son père disparu.

15Dès les débuts de la Franc-Maçonnerie « spéculative » une constante spécifique s’est dégagée, qui n’a jamais été remise en cause par la suite, et que l’on peut résumer par l’adage « Un maçon libre dans une loge libre », étant entendu que cette formulation ne date pas des origines de l’institution. Ce qui veut dire qu’un franc-maçon reste « libre » vis-à-vis de la Franc-Maçonnerie : il peut toujours démissionner, sans conséquences, sauf affectives, tant pour lui-même que pour son atelier. L’un comme l’autre se retrouvent en effet souvent meurtris par un départ, seulement considéré comme effectif que lorsque le frère démissionnaire a réitéré sa décision devant une délégation de trois maîtres spécialement envoyée par le vénérable pour tenter de le faire revenir sur sa décision. Car si l’on excepte les cas d’incompatibilité qui peuvent se révéler à l’usage entre les pratiques maçonniques et les convictions d’un frère, les ruptures ont le plus souvent des origines qui pourraient paraître futiles dans un autre contexte : divergences d’appréciation sur des points de règlement ou de rituel, sur l’admission ou la non-admission d’un profane, ou sur l’affiliation ou la non-affiliation d’un frère, sont les prétextes les plus courants. Car la force du sentiment de fraternité est telle que la moindre mise en cause peut parfois prendre des proportions ingérables : on ne compte plus le nombre de loges qui ont purement et simplement disparu pour cette simple raison. Ce qui en tout cas suffit à discriminer une fois pour toute la Franc-Maçonnerie et n’importe quelle secte, église ou religion.

16Il en va d’ailleurs de même pour les relations d’une loge avec son Obédience. Au cours de l’histoire s’est organisé un système séparant, selon les idées du F∴ Montesquieu, le législatif, représenté par l’ensemble des ateliers se réunissant généralement en un Convent annuel ; l’exécutif, géré par un Conseil de l’Ordre dont les membres ont un mandat de durée déterminée ; et le judiciaire, dont les instances également élues sont chargées de résoudre les conflits survenant entre des frères, entre des ateliers, ou avec l’Obédience elle-même. Là encore la loge reste « libre » de se retirer de la structure : par exemple la loge « Les Amis de Sully » à Brest quitte le giron du Grand Orient de France en 1855, pour cause d’avanie faite à son représentant à Paris lors de l’assemblée générale, pour s’affilier auprès du Suprême Conseil de France, avant de revenir au Grand Orient en 1900. Si une telle décision collective n’est évidemment pas courante, ce genre de transfert peut concerner, hier comme aujourd’hui, n’importe quelle Obédience maçonnique. Ainsi à Rennes la loge « Le Temple d’Horus », primitivement constituée par le Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm, quitte cette Obédience en 1999, avec une dizaine d’autres loges, pour s’affilier au Grand Orient de France. Il arrive aussi que des ateliers se retirent d’une structure obédientielle et continuent d’exister en loge « sauvage » – elles ne durent généralement pas très longtemps – ou bien se constituent eux-mêmes en Obédience. La « Franc-Maçonnerie » n’est pas en effet un label déposé. Et rien n’empêche quiconque de se proclamer grand maître ou grande maîtresse d’une nouvelle obédience maçonnique. Il y aura bien entendu des problèmes de reconnaissance avec les Obédiences en place, mais le temps passant, pour peu que les grades des fondateurs soient reconnus valides, les initiations dispensées conformes aux rituels, les statuts compatibles avec les idéaux maçonniques, et le sérieux de la nouvelle institution vérifié, elle peut très bien être acceptée dans un paysage maçonnique français dont la plus évidente caractéristique est la diversité.

  • 8 XVIIIe siècle : 5 ans (sur 396 frères décomptés) ; écart-type : σ = 4,7 ans. Directoire, Consulat, (...)

17Compte tenu de ce qui précède, il est donc difficile de tenter de cerner la durée moyenne de l’activité maçonnique d’un frère, tant les situations individuelles, voire collectives, peuvent varier. Tel qui disparaît du tableau de loge peut très bien avoir simplement quitté Rennes, et s’être affilié dans un autre Orient. Inversement, il est rare que lors d’une affiliation, les antécédents maçonniques du nouveau membre soient précisément indiqués sur le livre d’architecture, de même que les décès ne sont pas toujours recensés. On peut donc simplement approcher la durée moyenne de l’activité maçonnique à Rennes, mais le résultat indique une augmentation constante, puisqu’elle passe de 5 années sous l’Ancien Régime à 7,5 ans sous le Directoire, le Consulat et le Premier Empire, 8 ans lors de la Restauration, la monarchie de Juillet et le Second Empire, et à 10 ans sous la Troisième République8. Encore ce dernier chiffre est-il probablement minoré, la plupart des documents permettant de l’établir ayant disparu pour la période 1900-1940. Mais même ainsi, et compte tenu également de l’augmentation constante de l’espérance de vie, l’activité maçonnique d’un individu apparaît bien comme étant le plus souvent une activité transitoire au cours de son existence.

18Ceci est particulièrement vrai au XVIIIe siècle où le faible écart-type de 4,7 ans infirme une fois de plus les allégations d’Augustin Cochin et de ses suiveurs sur la permanence et le monolithisme de la Franc-Maçonnerie de l’époque, et confirment qu’en tant que phénomène de société elle a été surtout alors un phénomène de mode. Il en est de même pour la période napoléonienne, avec 4,4 ans, qui indiquerait que près de la moitié des frères ont passé entre quatre et dix ans en loge. Mais il convient encore une fois de revoir à la baisse cette évaluation, en tenant compte du cas des militaires dont la présence sur les listes est, comme on l’a vu, beaucoup plus théorique que réelle.

19La situation se stabilise pour les deux périodes suivantes. On observe cependant du début de la Restauration à la fin du Second Empire un fort taux de 25 % d’initiations circonstancielles, mais elles sont cette fois le plus souvent motivées : passage dans la ville ou départ prochain. Il est probable cependant qu’un certain nombre d’initiations n’ont pas été sans lien avec les nombreuses passes budgétaires difficiles qu’a traversées « La Parfaite Union », tout nouveau droit d’entrée étant alors bienvenu. En mettant toujours à part le cas particulier des militaires dont les affectations peuvent changer rapidement, on constate également qu’elles sont liées à l’essor commercial et industriel de l’époque, ainsi qu’au développement des communications, comme en témoignent les professions des bénéficiaires. Il s’agit en fait d’un nouveau vecteur de la Franc-Maçonnerie, dont il serait intéressant de faire une étude plus approfondie en comparant également plusieurs loges, tant provinciales que parisiennes. Mais un autre quart des frères de « La Parfaite Union » reste également actif plus de onze années : compte tenu de l’âge moyen d’initiation et de l’espérance de vie, c’est donc entre 1820 et 1870 que se met en place dans la Ville une véritable permanence maçonnique qui conduira dans les années 1900, avec l’entrée en masse des fonctionnaires et en particulier des instituteurs, à l’émergence d’une réelle force politique au service de la laïcité et de la République.

20Quelle que soit l’époque, les chiffres précédents confirment cependant clairement que, s’il n’est parfois pas facile d’entrer en Franc-Maçonnerie, rien n’est plus aisé que d’en sortir, et qu’elle laisse à ses adeptes le premier principe dont elle se réclame : la Liberté.

Notes

1 380 frères décomptés : 57 marchands ou négociants ; 101 juristes ou membres de professions libérales ; 109 titulaires d’office ; 51 militaires ou marins d’État ; 37 nobles ou « vivant noblement » ; 15 religieux et 10 artistes. Les 16 « frères servants » ou « frères bienveillants » ne sont pas compris dans ce recensement.

2 Achille Jouaust, « La Maçonnerie à Rennes jusqu’en 1789 », in Le Monde Maçonnique, décembre 1859, p. 470.

3 262 frères décomptés : 120 militaires ou marins d’État ; 39 hauts fonctionnaires ou professeurs à l’Université ; 20 employés civils ou de l’État ; 49 membres de professions libérales, propriétaires ou rentiers, et 34 commerçants ou industriels.

4 367 frères décomptés : 135 membres de professions libérales, propriétaires ou rentiers ; 78 commerçants ou industriels ; 23 hauts fonctionnaires ou professeurs à l’Université ; 20 employés civils ou de l’État, et 109 militaires ou marins d’État.

5 268 frères décomptés : 117 représentants du commerce, de l’industrie ou de l’artisanat ; 53 membres de professions libérales, propriétaires ou rentiers ; 11 hauts fonctionnaires ou professeurs de l’Enseignement supérieur ; 36 employés civils ou de l’État, et 51 militaires ou marins d’État.

6 549 frères décomptés : 132 membres de l’Enseignement primaire ou autres employés de l’État ; 105 membres de l’Enseignement supérieur ou secondaire, ou fonctionnaires de grades équivalents ; 141 représentants du commerce ou de l’industrie ; 45 artisans ou employés civils ; 89 membres de professions libérales ou propriétaires, et 37 militaires.

7 XVIIIe siècle : 30,4 ans (sur 179 frères décomptés) ; écart-type : σ = 8,5 ans. Directoire, Consulat, Premier Empire : 33,2 ans (170 frères) ; σ = 9,7 ans. Restauration et monarchie de Juillet : 29,2 ans (223 frères) ; σ = 12 ans. Second Empire : 32,8 ans (268 frères) ; σ = 7, 6 ans. Troisième République : 31, 9 ans (493 frères) ; σ = 10 ans.

8 XVIIIe siècle : 5 ans (sur 396 frères décomptés) ; écart-type : σ = 4,7 ans. Directoire, Consulat, Premier Empire : 7,5 ans (262 frères) ; σ = 4,4 ans. Restauration et monarchie de Juillet : 8 ans (326 frères) ; σ = 8,5 ans ; Second Empire : 8,2 ans (268 frères) ; σ = 11,8 ans. Troisième République : 10 ans (391 frères) ; σ = 8,4 ans.

Table des illustrations

Titre XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43344/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Directoire, Consulat, premier Empire
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43344/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Restauration et monarchie de Juillet
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43344/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Second Empire
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43344/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Troisième République
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43344/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Effectifs cumulés des loges rennaises au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43344/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540