Version classiqueVersion mobile

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Première partie. Polices : institutions, corps, services

Être magistrat de police en République, ou apprendre à gouverner

L’exemple de Genève au xviiie siècle

Marco Cicchini

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1772, l’agent français de la représentation diplomatique permanente à Genève, le résident Hennin, transmet un rapport à la Cour dans lequel il déplore l’inefficacité de la police de la librairie dans l’État républicain. À cette occasion, le représentant du roi ne manque pas d’attaquer « les magistrats de police, qui sont pour ainsi dire annuels », faisant de l’amovibilité des charges une tare structurelle du contrôle policier 1. Cette critique du renouvellement perpétuel des charges, essence même d’un gouvernement républicain selon le publiciste genevois François d’Ivernois 2, n’est pas isolée. Prost de Royer, lieutenant général de police à Lyon de 1772 à 1780, sans viser nommément le cas genevois, se fait aussi le contempteur de l’administration « tournante » en matière de police : « quand vous considérez tout ce que la police demande de lumières, de savoir, d’activité, d’expérience, de constance, pour maintenir l’ordre, la paix, l’approvisionnement et la sûreté, vous convenez a...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search