Version classiqueVersion mobile

Rennes : les francs-maçons du Grand Orient de France

 | 
Daniel Kerjan

Chapitre 6. Les tentations de l’élitisme : les hauts gradés à Rennes

Texte intégral

1L’histoire des hauts grades maçonniques à Rennes est particulièrement riche, puisque s’y sont développés, en plus du système ordinairement pratiqué selon l’époque au rite français ou au rite écossais, deux rites propres à cet Orient : celui des « Sublimes Élus de la Vérité », dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, et celui de « L’Ordre du Christ », sous le premier Empire. Or de toutes les singularités inhérentes à la Franc-Maçonnerie, l’existence des « hauts grades », attestée dès le début du XVIIIe siècle, avec leurs appellations exotiques, leurs décors, leurs bijoux et leurs rites, est celle qui intrigue le plus le franc-maçon, tout comme elle étonne le monde profane, en nourrissant de surcroît une fantasmatique d’autant plus prégnante que tout effort pour ramener cette composante à une plus juste appréciation se voit le plus souvent assimilé à une tentative de désinformation. Mais la spécificité du phénomène est telle que toute comparaison se révèle inadéquate, et qu’en ce domaine la fable a toujours présenté plus d’attrait que la réalité.

  • 1 Article premier de la Constitution du Grand Orient de France.

2Avant même d’en arriver à ce stade, les ressemblances formelles que l’on observe entre le Compagnonnage et la Franc-Maçonnerie, comme le parallèle apparent entre les aspirants, les compagnons et les compagnons finis des différents Devoirs du Tour de France, et le ternaire apprenti/compagnon/maître des trois premiers grades de la Franc-Maçonnerie, leurs références symboliques communes, tout comme les analogies dans leurs rituels d’accrétion, ne sauraient pour autant masquer l’irréductibilité de leurs objets respectifs. S’il s’agit bien de deux structures initiatiques, mettant chacune en œuvre des processus particuliers destinés à transformer un profane en affidé, la première a pour but la transmission d’un savoir-faire à la fois prédéfini et évolutif, tandis que la seconde est supposée changer les rapports d’un adepte à lui-même et au monde, par une réflexion personnelle à partir d’un corpus symbolique progressivement dévoilé. Alors qu’un compagnon opératif, son cursus terminé, se trouve directement en prise avec les tensions du monde économique, le malaise, pour bon nombre de francs-maçons, vient du sentiment d’incomplétude, voire de frustration, qu’ils éprouvent une fois parvenus au troisième grade, point final de la maçonnerie dite « bleue », d’après la couleur du cordon de Maître au rite français. La Franc-Maçonnerie, qui se présente comme une philosophie existentielle, se trouve en fait singulièrement démunie d’outils conceptuels pour parvenir à ses buts, tel « le perfectionnement intellectuel et social de l’humanité1 ». C’est à ce manque que prétendent remédier les « hauts grades » qui prolongent le grade de Maître. Il paraît donc nécessaire, avant d’aborder le chapitre de leur histoire rennaise, de tenter de comprendre l’origine et l’évolution de l’imaginaire maçonnique qui leur a donné naissance, d’autant plus que c’est précisément en réaction aux excès inventifs enregistrés dans ce domaine que le rite des « Sublimes Élus de la Vérité » s’est développé.

  • 2 Jacques Brengues, La pensée initiatique : L’initiation, phénomène universel, à paraître.
  • 3 On peut en distinguer neuf, dont la distribution séquentielle comme l’intensité peuvent varier, ma (...)

3Les travaux de Jacques Brengues ont rassemblé sous le vocable de « maçonologie » l’étude du phénomène initiatique dans son histoire, ses structures et ses différentes expressions2. Outre la définition de ce qu’il a appelé les « ritèmes », ou parties élémentaires du phénomène initiatique3, il a également souligné l’importance d’une « légende de base », servant à la fois de support au groupe pour le ou les scénarios d’initiation, et de canevas pour les jeux de rôles induits. Ainsi l’étude plus particulière des initiations africaines – seul continent où se perpétuent encore de manière massive, dans certaines ethnies, des initiations obligatoires concernant l’ensemble d’une classe d’âge adolescente en vue de son intégration dans la société adulte – a-t-elle permis d’étudier les processus d’élaboration des épopées tribales qui servent en ce cas de légende de base. Ce socle fondateur, ses dérivées, ses gloses, ajouts et commentaires, se trouvent généralement codifiés sous la forme d’un récit oral ou d’un livre sacré, qui en fixe les contours originellement flous, ou tout au moins les fige dans une suite séquentielle déterminée.

  • 4 Constitution du Grand Orient de France, article V.
  • 5 Cf. André Kervella, La Maçonnerie Écossaise dans la France de l’Ancien régime, Éditions du Rocher, (...)

4La légende de base utilisée en Franc-Maçonnerie est celle de Maître Hiram, Constructeur-du-Temple-de-Salomon. Sa révélation au grade de Maître confère au franc-maçon « la plénitude des droits maçonniques4 », et elle sous-tend ensuite la quasi totalité des hauts grades du rite Écossais Ancien et Accepté. Si elle ne se trouve pas formalisée dans un livre de référence unique, les rituels d’initiation aux différents degrés, qu’ils soient ou non effectivement pratiqués, tentent du moins de donner une certaine cohérence au corpus d’allégories et de symboles ainsi rassemblés. L’étude de l’émergence de cette légende de base, de son élaboration et de son évolution permet de cerner les influences qui aboutissent à la naissance des rites de « hauts grades », à la croissance exponentielle de leur nombre au XVIIIe et au début du XIXe siècle, puis à leur stabilisation. Si on ne peut plus aujourd’hui accorder crédit à la vulgate classique sur l’origine de la Franc-Maçonnerie, sauf à méconnaître délibérément les avancées historiographiques récentes en ce domaine5, il n’en reste pas moins établi que l’Ordre a vu le jour en Angleterre à la fin du XVIIe siècle, et qu’il a transposé dans le domaine symbolique les usages, les outils et les vêtements des bâtisseurs. Ainsi est on passé par étapes du projet de restauration de la monarchie stuartiste, but premier d’une franc-maçonnerie secrète et politique, à la construction d’une société ésotérique aux valeurs nettement démarquées de celles de son environnement, comme en témoigne, en 1723, les Constitutions rédigées par Anderson. Rappelons ici l’article premier de ce texte quasi tricentenaire, « Touchant Dieu et la Religion » : sa confrontation avec l’actualité chaotique de ce début de XXIe siècle ne fait que renforcer sa pertinence et sa modernité :

« Un Maçon est obligé, en vertu de son titre, d’obéir à la loi morale. Et s’il entend bien l’Art, il ne sera jamais un athée stupide ou un libertin irréligieux. Dans les temps anciens, les Maçons étaient obligés dans chaque pays de professer la religion de leur patrie ou nation, quelle qu’elle fût. Mais aujourd’hui, laissant à chacun son opinion particulière, on trouve plus à propos de les obliger seulement à suivre la religion sur lesquelles tous les hommes sont d’accord. Elle consiste à être bon, sincère, modeste et homme d’honneur, par quelque dénomination ou croyance particulière qu’on puisse être distingué. D’où il s’ensuit que la Maçonnerie est le Centre de l’Union, et le moyen de conclure une sincère amitié parmi des personnes qui seraient restées à une perpétuelle distance. »

  • 6 On trouve également une description du Temple de Salomon et une mention d’Hiram dans le Deuxième L (...)
  • 7 Ses dimensions sont approximativement celle d’un parallélépipède de 27 m de long, 9 m de large, et (...)
  • 8 Développant ses portiques, ses parvis, ses cours et le Temple proprement dit sur près de six hecta (...)
  • 9 I Rois, 7. 40-45.
  • 10 Cette prééminence donnée au métal vient de données socio-économiques : à l’époque de David, père d (...)
  • 11 « Si tu me dresses un autel de pierre, ne le bâtis pas de pierres taillées car, à les travailler a (...)
  • 12 « La construction du Temple se fit en pierres de carrière ; on n’entendit ni marteau, ni pic, ni a (...)

5Il n’est cependant pas étonnant que ces premiers maçons « spéculatifs », ainsi qu’ils seront qualifiés plus tard, aillent chercher dans la Bible les éléments nécessaires à la structuration de leur démarche intellectuelle : au sortir de la guerre civile qui a opposé Puritains et Cavaliers, le Livre reste omniprésent dans la conscience anglaise. Et puisque l’histoire du Temple édifié à Jérusalem en l’honneur de Yahvé y occupe une place centrale, il n’y a rien d’étrange non plus à ce qu’elle soit ainsi annexée. Mais comme la dimension mythique est seule considérée, cette annexion se fait au prix d’un anachronisme, et de deux contresens. En s’en tenant à la description principale du Temple donnée aux chapitres 6 et 7 du Premier Livre des Rois6, on constate tout d’abord que l’édifice n’a rien d’un bâtiment hors du commun, nécessitant pour sa conception et sa construction un architecte exceptionnel : il s’agit en fait d’une construction nettement plus petite que de nos jours l’église d’un chef-lieu de canton7. En fait le Temple auquel font implicitement référence les textes fondateurs de la Franc-Maçonnerie n’est pas le Temple de Salomon, détruit sur l’ordre de Nabuchodonosor vers -587, mais le somptueux bâtiment érigé aux alentours de -20 par Hérode le Grand, dernier roi nominal de Judée sous la dépendance étroite de Rome, dont une description précise nous est parvenue par Flavius Josèphe, et qui peut effectivement soutenir la comparaison avec les plus célèbres monuments de l’antiquité8. Quant à Hiram, il n’a pas été appelé sur le chantier salomonique pour ses qualités d’architecte, mais bien comme spécialiste du bronze, et ses réalisations, d’ailleurs remarquables, se voient très précisément détaillées9, car ce sont elles qui proclament la gloire de Salomon10. Dans la symbolique hébraïque, le métal est en effet perçu comme l’inverse de la pierre : le raffinage le purifie, tandis que la pierre, considérée comme pure à l’état brut, se trouve altérée dès qu’on la travaille11. On expose donc le métal, tandis que la taille de la pierre est renvoyée loin du chantier, et sa vue proscrite à l’intérieur du lieu consacré12.

6À l’inverse, la pierre taillée des bâtisseurs de cathédrales suit la tradition christique : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église. » Cette contradiction n’a pas échappé à Anderson, pasteur de son état, puisque l’indication que sur le chantier du Temple « on n’entendit pas le marteau des ouvriers » est bien présente dans les Constitutions, mais sans commentaire. Car dans le processus d’élaboration du mythe engagé au sein du groupe naissant de la Franc-Maçonnerie, l’histoire de la construction du Temple de Salomon intéresse à plus d’un titre : elle fournit le lien entre les valeurs culturelles liées aux métiers du bâtiment – en transposant sur le plan intellectuel aussi bien les phases d’apprentissage puis de validation d’un savoir-faire manuel, que celles afférentes au travail de conception d’un édifice, et d’organisation d’un chantier, qui est le propre de l’architecte – et une composante universaliste, développée dans la prière dédicatoire de Salomon lors de l’inauguration du Temple :

  • 13 I Rois, 8. 41-43.

« Même l’étranger qui n’est pas de ton peuple, s’il vient d’un pays lointain à cause de ton Nom, toi, écoute au ciel, où tu résides. Exauce toutes les demandes de l’étranger, afin que tous les peuples de la terre reconnaissent ton Nom13. »

  • 14 André Doré, « Essai sur la naissance des Rituels », in Roger Bongard, Manuel Maçonnique du Rite Éc (...)

7Cette composante se trouve en parfait accord avec le concept original fondateur de la Franc-Maçonnerie, celui de « Centre de l’Union ». Au départ, la symbolique maçonnique se situe ainsi au confluent imaginaire des traditions compagnonniques concernant l’art de bâtir, et de références bibliques qui lui fournissent, au prix de quelques ajustements, à la fois un ancrage idéologique et une protection religieuse. Mais, comme le souligne André Doré, « quand et comment cette innovation s’accompagna-t-elle d’une réception mystérieuse au cours de laquelle se jouait le psychodrame de la mort et de la résurrection fictive du récipiendaire, avec les allégories du mot et des cinq points du Maître, nul actuellement, faute de documents, ne peut le dire14 ». On constate seulement que la légende qui émerge alors possède la rigueur parfaite d’un conte, où le rythme ternaire des événements amplifie la charge émotionnelle et la valeur initiatique. En tout cas, tant par sa valeur propre que par les schèmes psychanalytiques que l’on y découvrira plus tard, la mise en forme de ce texte primordial va entraîner une formidable expansion de la rituélie maçonnique. Citons toujours André Doré : « C’est à partir de 1730 que commencèrent à se soucher d’innombrables rameaux sur la légende d’Hiram, qui aboutirent aux 1450 grades, 75 maçonneries et 52 rites que Ragon inventorie en 1861 dans son Tuileur Général. »

  • 15 Cf. le Livre d’Esdras.
  • 16 Pour une étude détaillée, se reporter à R. Bongard, op. cit.

8Le processus de diversification et d’altération de ce mythe primitif s’opère dans plusieurs directions. En ne retenant pour illustrer le propos que la succession des grades du Rite Écossais Ancien et Accepté, on observe d’abord un cycle découlant naturellement de la légende originelle relatant la mort d’Hiram, avec la veillée du corps et les funérailles (4e grade, Maître secret), la mise en terre et l’érection d’un monument votif (5e grade, Maître parfait). On règle ensuite la succession, ce qui entraîne la mise en place d’un 7e degré, Prévôt et Juge ; du 8e, Intendant des Bâtiments, et du 12e, Grand Maître Architecte. L’assassinat d’Hiram appelant le châtiment des coupables, se greffent sur ce premier axe trois grades dits « de vengeance » : les 9e, 10e et 11e, soit respectivement Maître Élu des Neuf, Illustre Élu des Quinze, et Sublime Chevalier Élu. Il n’y a plus dans cette série de référence biblique, mis à part l’utilisation de noms comme Adonhiram ou Johaben. Par contre sont intégrés à l’ensemble en gestation des épisodes liés à la destruction du second Temple à Jérusalem, celui qui précède l’édifice d’Hérode – le 18e grade, Rose-Croix, présente à cet effet une synthèse originale entre les traditions biblique et christique – puis à sa difficile reconstruction par suite de l’obstruction des Samaritains. La garde armée de ce chantier est effectivement attestée dans la Bible15, ce qui permet d’intégrer dans les icônes maçonniques la tradition chevaleresque, comme on le note dans les énoncés des 15e, 16e, et 17e degrés : Chevalier d’Orient ou de l’Épée, Prince de Jérusalem, Chevalier d’Orient et d’Occident. La voie est ainsi ouverte à l’absorption ultérieure des mythes liés aux Templiers, dont le nom seul appelait déjà cette synthèse, qui apparaissent au 30e, 31e et 32e degrés : Chevalier Kadosch, Grand Inspecteur Inquisiteur Commandeur, et Sublime Prince du Royal Secret. Le chantier de reconstruction appelle d’autre part l’idée de fouilles et de fondations : on échafaude dès lors en plus, mais bien entendu cette fois sans le moindre support biblique, l’hypothèse d’un Temple primitif, antérieur à celui de Salomon, que l’on redécouvre à cette occasion. Celle-ci débouche sur une composante kabbalistique et ésotérique, avec les 13e et 14e grades, Royale Arche et Grand Écossais de la Voûte Sacrée16. Par ailleurs tout invite à supposer que la vitalité imaginative des frères se soit trouvée stimulée par des apports littéraires : la mode fait alors la part belle aux contes orientaux – c’est entre 1704 et 1707 qu’Antoine Galland publie la première traduction des Mille et une Nuits – et ces derniers grades intègrent toutes les péripéties du genre, avec souterrain, bijou perdu, mot qu’il ne faut pas prononcer, etc. On peut de même percevoir dans les grades chevaleresques une résurgence des mythes arthuriens, toujours restés vivaces en Angleterre.

9Mais l’imaginaire maçonnique ne saurait être le seul produit de rêveries sur la Bible stimulées par des apports littéraires contemporains ou antérieurs. Une constante sociologique veut que le monde extérieur pèse aussi de tout son poids, par ses structures, ses valeurs, ses usages, sur une micro-société qui émerge en son sein. Et c’est pourquoi on pourrait tout aussi bien interpréter l’évolution indiquée comme une mise en conformité de la Franc-Maçonnerie avec le monde « profane », en rétablissant parmi les frères une hiérarchie de titres et de grades, absente à l’origine, comme en témoigne le titre IV des Constitutions d’Anderson : « Toute promotion parmi les Maçons est fondée sur la valeur réelle et le mérite personnel. » La structure initiatique aurait pu préserver la Franc-Maçonnerie de cette normalisation, si précisément le dernier des ritèmes mis en évidence par Jacques Brengues, la transmission d’un savoir réservé aux seuls initiés, ne contenait en germe la nécessité d’une telle évolution. D’où la tentation de repousser toujours plus loin la révélation ultime, les connaissances cachées, ou la teneur véritable d’une parole perdue. D’autant plus que la rétention de l’information favorise l’imaginaire en ouvrant le champ infini des suppositions.

  • 17 Le modèle français avec ses quatre ordres supérieurs : Élu Secret, Grand Élu Écossais, Chevalier d (...)
  • 18 Dans son article sur La Maçonnerie à Rennes jusqu’en 1789, paru en 1859 dans Le Monde Maçonnique, (...)

10Cette part d’irrationnel est probablement l’une des causes du succès, qui ne s’est jamais démenti, des « hauts grades » en Franc-Maçonnerie. Il serait cependant injuste d’en oublier l’autre versant, à savoir le contenu philosophique et moral présenté au récipiendaire à chaque stade de ce « cursus honorum » particulier. Cette dualité est également présente dans les rites particuliers pratiqués à Rennes. L’historique officiel, tel qu’imprimé plus tard, voudrait que le premier des deux, celui des « Sublimes Élus de la Vérité », débute en 1748 au temps même de la fondation de « La Parfaite Union ». Mais cette chronologie, déjà infirmée dès le début du XIXe siècle par l’un de ses initiateurs, Michel Ange Mangourit du Champ Daguet, n’est rien d’autre qu’une référence symbolique liant ce rite de hauts grades à la date de fondation de la loge sur laquelle il est souché. Il n’apparaît en effet que dans les années 1770, dans la période de réorganisation de la Franc-Maçonnerie française qui débute le 16 juin 1771, huit jours après la mort du Grand Maître Louis de Bourbon-Condé, comte de Clermont, par l’élection à cet office du prince Louis Philippe d’Orléans, duc de Chartres, et celle du duc Anne de Montmorency-Luxembourg comme administrateur général. Cette période de renouveau et de bouillonnement maçonnique est tout aussi sensible à Rennes qu’à Paris, puisqu’elle voit en 1771 la loge « La Parfaite Union » sortir comme on l’a vu d’une léthargie qui durait depuis 1766, du fait des troubles parlementaires qui agitaient alors la Bretagne, et se trouver en concurrence avec une autre loge apparue dans le même temps, « La Parfaite Amitié ». Sur les premiers tableaux fournis en triple exemplaire à la nouvelle administration obédientielle en mars 1774, les deux ateliers comptent exactement le même nombre de frères, quarante-deux, dont on détaille l’état-civil, les fonctions profanes et maçonniques et les adresses. Celui de « La Parfaite Amitié » donne de plus les grades maçonniques de ses membres, de même que l’année suivante celui de « La Parfaite Union » : on est ainsi assuré de l’existence d’un Chapitre délivrant à cette date les degrés de Maître Parfait, d’Élu des Neuf, d’Élu des Quinze, de Maître Élu, de Grand Élu Écossais, de Chevalier d’Orient et de Souverain Prince Rose-Croix, autrement dit un mélange des quatre ordres traditionnels du rite français17 et d’autres grades inspirés par l’écossisme ambiant. Quelles que soient par ailleurs leurs divergences, les deux ateliers se sont en effet entendus pour demander en 1775 des lettres capitulaires au Grand Orient pour l’établissement à Rennes d’un Chapitre commun aux deux loges, dont le titre distinctif reste toutefois « La Parfaite Union18 ».

11Les tableaux fournis en 1775 font apparaître d’autres dénominations, qui se déclinent sous la forme de « Grand Élu de la Vérité » (G∴E∴V∴) dans une demande de certificats adressée au Grand Orient le 24 août 1775 par « La Parfaite Amitié », avant de devenir « Sublime Élu de la Vérité » (S∴E∴V∴) dans le tableau des membres et des officiers de cette même loge élus à la Saint-Jean d’été 1775, mais envoyé et reçu à Paris au début de l’année suivante. Tandis que sur celui de « La Parfaite Union » neuf frères sont « Revêtus de Tous Les Grades » (R∴T∴L∴G∴), le frère Michel-Ange Bernard Mangourit du Champ Daguet se décorant pour sa part le 22 mai, dans la demande en constitutions pour la loge « L’Égalité » qu’il vient de fonder, de « Parvenu au Point Final » (sous-entendu « de la Maçonnerie », P∴P∴F∴).

  • 19 FM2 369.
  • 20 Article premier des « Statuts et Ordonnances du Souverain Conseil Métropolitain du grade des Subli (...)

12C’est donc au cours de l’année 1773 que s’est formalisé à Rennes l’Ordre des « Sublimes Élus de la Vérité ». Une planche à lire lors d’une réception au grade d’Écossais, datée du mois de juin, fait d’ailleurs explicitement référence au « Point Parfait de la Maçonnerie », et au travail que le récipiendaire doit effectuer pour y parvenir19. Du fait de l’absence des qualités maçonniques sur le tableau de « La Parfaite Union » en 1774, le premier à Rennes à faire état de ce nouveau grade cette année-là se trouve être Charles Pussin, avocat au Parlement de Bretagne, et vénérable de « La Parfaite Amitié ». Mais le flottement sémantique sur l’adjectif qualificatif ne laisse pas d’intriguer, de même que la différence d’appellation entre les frères de « La Parfaite Union » et ceux de « La Parfaite Amitié », sans parler du cas particulier de Mangourit. Ce n’est qu’à la lumière de documents postérieurs que ce point peut être éclairci. On comprend alors qu’en ce qui concerne son degré ultime, le rite fonctionne à deux niveaux. Parmi les « Sublimes Élus de la Vérité », dont le nombre n’est pas limité, neuf d’entre eux, cooptés à vie, forment le « Suprême Conseil Métropolitain », et dirigent l’Ordre20. Ce sont eux qui ont droit dans un premier temps à l’appellation de « Revêtus de tous les grades » – elle sera plus tard étendue à tous les « Sublimes Élus de la Vérité » –, ou encore, selon une invention lexicale dont on peut presqu’à coup sûr créditer Mangourit, de « Parvenu au Point Final ». On comprend dès lors la différence de traitement entre les frères des deux loges. Les premiers frères « Revêtus de tous les grades » appartiennent tous à « La Parfaite Union » : outre le vénérable en exercice François du Lattay, docteur en médecine, on trouve Paul Le Grand, Julien Hervagault et Yves Cormier*, respectivement greffier en chef à la chambre civile, conseiller et procureur du roi au présidial de Rennes, le premier étant de plus le plus ancien membre de l’Atelier puisque reçu à « La Parfaite Union » en 1755, et le second le précédent vénérable de la loge ; Yves Sevezan de Villeneuve et Yves Gandon*, l’un procureur et l’autre avocat au Parlement de Bretagne ; François Chambon de Bonvalet, et Pierre Le Mière, négociants ; et Mangourit, pour l’heure « lieutenant au bataillon de garde-côtes de Pontorson », un office acheté par son père pour assurer son statut social.

13Il faut attendre 1778 pour que, Guillaume Jolivel, notaire royal, et vénérable en chaire de « La Parfaite Amitié » se voit « Revêtu de tous les grades », en même temps qu’un autre frère de son atelier, Thomas de la Billais, avocat. Cette même année, avant de démissionner de sa loge et de quitter la Maçonnerie jusqu’en 1803, Mangourit décerne le titre de « Parvenu au point final » à quatre frères de son atelier, sans que l’on puisse déterminer si cela suffit à leur faire intégrer effectivement l’instance dirigeante. On voit donc que c’est avec prudence qu’il convient de recevoir la relation faite par lui à Claude Thory sur les origines du rite des « Sublimes Élus de la Vérité », et reproduite par ce dernier en 1812 dans son Histoire de la fondation du Grand Orient de France. D’abord le rite ne fut pas fondé en 1776, mais en 1773, comme on vient de le voir. Ensuite, s’il est effectivement probable que Mangourit fut le rapporteur des travaux préparatoires – il est toujours courant dans ces circonstances de désigner le plus jeune –, il n’est certainement pas l’auteur unique d’un projet confié à une commission, dont les membres sont vraisemblablement les premiers « Maîtres à tous grades » recensés à Rennes. Tous ces frères, maçons expérimentés, la plupart juristes et d’un statut social nettement supérieur, ne se sont certainement pas laissés imposer la totalité du schéma rituélique et philosophique par leur cadet, quelque brillant qu’il puisse être. On peut le suivre lorsqu’il rappelle le projet initial :

« À cette époque, la loge de La Parfaite Union à Rennes présentait une réunion nombreuse, dans laquelle on comptait des personnes du plus grand mérite. Elle suivait les rituels connus et adoptés dans la Grande Loge de France. Son dernier degré était le grade de Rose-Croix, qui avait quelques rapports éloignés avec celui dont la chambre des grades du Grand Orient forma depuis son quatrième Ordre.
On sentit le besoin d’élaguer toutes ces productions, la plupart monstrueuses ou mensongères, d’étudier les allégories des grades, et on conçut le projet d’élever dans l’intérieur du Temple un sanctuaire consacré à l’étude plus sérieuse des mystères maçonniques. Une commission fut choisie pour aviser au plan de ce nouveau sanctuaire. »

  • 21 Pierre Mollier, Un système rationaliste de Hauts Grades au XVIIe siècle, Les Élus de la Vérité, St (...)

14Mais sa mémoire fait défaut lorsqu’il indique : « Les commissaires, en possession d’une immense quantité de grades, en rejetèrent le plus grand nombre, comme des matériaux indignes de la nouvelle construction. On écarta le Kadosch, le Chevalier de la Palestine, et en général tous les grades fondés sur la chevalerie, la magie, la cabale ou l’alchimie. » En effet lorsque le 1er mars 1776 il demande au Grand Orient, en tant que vénérable de la loge « L’Égalité » qui vient tout juste d’être installée, de lui faire parvenir neuf certificats pour des frères de son atelier, il ne manque pas de se qualifier de « Chevalier de la Palestine », en même temps que « Prince de Rose Croix Écossais » et bien sûr de « Sublime Élu de la Vérité ». Sur le tableau d’effectif qu’il expédie en même temps, huit des trente frères recensés sont revêtus du grade de « Kadosch » – c’est même la seule mention de ce grade relevée dans des listes rennaises sous l’Ancien Régime. Si ces degrés ont été supprimés, c’est dans une version ultérieure du rite des « Sublimes Élus de la Vérité », mais il ne fait aucun doute qu’au moins pendant deux ans ils ont été concomitants. On ne peut donc qu’être d’accord avec Pierre Mollier, lorsqu’il suggère que « Mangourit a peut-être réécrit quelques épisodes de la réforme, ou oublié certains de ses aspects21 ».

  • 22 La référence donnée par André Doré, à savoir M11, pièce 131, est exacte, mais la chemise correspon (...)

15Les deux propositions ne sont cependant pas inconciliables. On peut effectivement considérer le rite des Sublimes Élus de la Vérité comme une création collective s’affinant entre 1773 et 1778, mais la part personnelle de Mangourit dans sa conception comme dans sa mise en œuvre initiale n’en a pas moins été déterminante. Le rituel est en effet actuellement connu par trois textes : deux copies manuscrites et un texte imprimé. L’une des copies manuscrites porte la date du 30 germinal an XII (18 avril 1804), et a probablement été réalisée à partir du « Livre d’Architecture » du rite, puisque certifiée comme telle à cette date par tous les membres actifs du Suprême Conseil Métropolitain. Le rituel imprimé, conservé à la bibliothèque du Grand Orient de France, reproduit à quelques détails près cette copie manuscrite. Le second texte manuscrit a été transcrit par André Doré en 1980 dans le numéro 25-26 des Chroniques d’Histoire Maçonnique. Il s’agit d’un document alors référencé à la bibliothèque du Grand Collège des Rites, mais qui a depuis malheureusement disparu22. Or ce rituel, recopié comme les précédents à partir de documents antérieurs sous le Directoire ou le Consulat, puisqu’il indique qu’ : « Un chef d’Ordre du Souverain Conseil Métropolitain est séant à Rennes, chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine », fournit une version différente, et certainement plus ancienne, car la seule à faire référence au grade comme étant celui de « Sublime Philosophe », ou « Élu de la Vérité », contracté au plus tard en 1775 en « Sublime Élu de la Vérité », comme on vient de le voir à l’examen des tableaux de loge. Il est donc licite de considérer ce texte comme la version originale du rite en 1773. Elle est beaucoup plus radicale que la version ultérieure, et on y reconnaît immédiatement le style de Mangourit, tel qu’il flamboie plus tard dans ses pamphlets pré-révolutionnaires, comme Le Tribun du Peuple au Peuple, ou Les Gracques Français. Qu’on en juge plutôt par le premier paragraphe du « Discours d’introduction au grade » :

« Jeté par une main invisible sur cet amas de poussière qu’on nomme le monde, l’homme n’est pas plutôt dégagé des lisières de la première enfance, qu’il est pressé plus étroitement encore par les liens de la superstition des préjugés héréditaires qui, enfantés par un vil intérêt et fortifiés par l’ignorance, viennent l’assiéger de toute part. On abreuve sa mémoire de grossières impostures, on séduit par de pompeuses merveilles son imagination toujours plus précoce que sa raison. Fruit tardif de l’expérience, on intimide sa conscience par d’effroyables menaces. Enfin il apprend à croire avant que d’apprendre à penser, et si malgré tant d’obstacles il parvient dans l’âge mûr à la faire entendre, soudain pour étouffer sa voix on fait parler l’intérêt, le plus puissant des séducteurs. C’est ainsi que l’erreur enfante les erreurs, et que la masse des hommes, tour à tour entraînée et entraînante, le précipite dans l’abîme de l’ignorance. »

16Comme dans l’« historique du grade » qui suit, se reconnaissent en effet, outre le style, les grands thèmes de la rhétorique propre à Mangourit : le refus d’une société hiérarchisée par la naissance, la croyance unique en la raison, et le désintéressement face à l’argent. On relève aussi son goût pour les citations latines, ainsi que plusieurs références à sa passion intellectuelle, « L’Égalité », qui se transformera plus tard en républicanisme convaincu. Caractéristique également, le regard dénué de complaisance qu’il porte aussi bien sur la Franc-Maçonnerie bleue que sur celle des hauts grades :

« Les premiers grades de la Maçonnerie servent pour la connaissance du caractère. D’un côté des cérémonies mystérieuses, des gravures hiéroglyphiques, les mots sans valeur prononcés à voix basse, les histoires absurdes séduisent les petits esprits. D’un autre côté cette morale de bonne lettre, de bon cœur, de concorde a quelquefois été une épreuve inutile, mais elle a souvent réussi.
Cependant, comme il en a coûté au cerveau mal organisé qui a retrouvé les plats emblèmes de la Maçonnerie, ils ont consenti à tous les grades. Ils ne veulent point être chrétiens, ils veulent être hommes. Ils laissent de bon cœur aux sots et au grade de Chevalier Prince Rose-Croix l’avantage de dater d’une origine reculée, et le plaisir de prendre le maillet et la voûte d’acier. »

17Au demeurant l’intérêt du rite réside essentiellement dans sa dynamique et sa philosophie propre. On trouvera donc en annexe les deux versions de l’instruction du grade de « Sublime Élu de la Vérité » données dans le manuscrit original d’une part, et ensuite dans le texte imprimé. S’il n’y a pas de différence quant au fond, le souci de modérer l’expression est manifeste dans la rédaction finale, et se comprend tant les opinions exprimées sont potentiellement dangereuses pour ceux qui les expriment : en cette fin de XVIIIe siècle, les « philosophes » sont encore loin d’avoir eu le dernier mot face à la puissance installée de l’Église. La démarche originale du rite est ainsi résumée par Thory :

« Les onze grades conservés furent considérés comme onze enceintes entourant le Temple des Temples, que l’on se proposait de bâtir à la saine philosophie. Chaque enceinte fut déclarée ville d’épreuves, dans laquelle l’esprit et les habitudes des initiés devaient servir à faire connaître aux sages de quels hommes ils pouvaient supporter les approches. Le voyageur se fatiguait-il de passer de cité en cité ? On le laissait dormir tranquille, on épiait son réveil ; témoignait-il le désir de poursuivre sa route, était-il assez fort pour pouvoir l’entreprendre ? Il passait ainsi d’enceinte en enceinte, jusque dans la chambre des Princes de Rose-Croix.
Tous ces grades n’étaient que des échelons pour arriver au véritable but qu’on se proposait. Ils servaient à faire connaître aux grands lévites l’esprit et le caractère des néophytes, le fond qu’on pouvait faire sur leurs connaissances, les avantages qui pourraient en résulter pour la Société. Le grade de Rose-Croix fut donc le point final, le nec plus ultra des connaissances pour les maçons vulgaires. »

  • 23 FM2 369, Correspondance de La Parfaite Union de Ploërmel avec La Parfaite Union de Rennes, lettre (...)

18Un candidat qui a pris des notions « justes et claires » des symboles et de la morale présentés dans ces grades préliminaires peut être alors reçu dans l’Ordre des « Élus de la Vérité », une fois qu’on s’est assuré « de sa façon de penser », et s’il a bien en particulier « secoué le joug des préjugés ». On ne rentre pas en effet sans un sévère filtrage préalable au sein d’« une institution vraiment philosophique, dans laquelle les hommes faits pour se connaître, s’estimer et s’entendre viennent penser librement dans un cercle d’amis sûrs, et rapportent dans la société cet esprit de sagesse, exempt de préjugés, qui a distingué les plus grands hommes ». Ainsi Maurice Perrot de la Ville Froger, entreposeur du tabac à Ploërmel et vénérable dans la ville de la loge homonyme souchée sur « La Parfaite Union » rennaise, met en garde le Conseil Métropolitain : « Nous avons ici des frères qui désireraient parvenir au dernier grade, mais quelques uns d’entre eux pourraient n’être pas propres à étudier les secrets de la NATURE23 (en alphabet maçonnique). »

19Cette réception se déroule en deux phases : on devient d’abord « Chevalier Adepte », ou « Chérubin », avant d’accéder au grade final. Mais il ne semble pas que ces deux degrés soient effectivement dissociés, sauf pour les cérémonies d’initiation, car on ne trouve aucune mention d’un frère porteur seulement de la première dénomination. Le sens d’une telle démarche se comprend à partir du moment où la pensée fondamentale de l’Ordre est dévoilée au néophyte : il s’agit d’un syncrétisme agnostique et sceptique, inspiré directement de la philosophie des Lumières, où « tout ce qui n’est pas susceptible d’une démonstration mathématique » est objet de doute. Ainsi explique-t-on dans la réception au dernier grade que « Les philosophes ont reconnu l’identité ou l’analogie qui se trouvent entre les mystères des Païens et ceux des Chrétiens. Les premiers du moins, sous l’enveloppe agréable de la fable, annonçaient souvent des vérités utiles ; les seconds ne laissent même pas de prise au bon sens. » Le catéchisme d’instruction qui suit est encore plus explicite :

Demande : Y a-t-il un Dieu ?
Réponse : Ma conscience, après avoir considéré avec attention toute la nature et les immenses et incompréhensibles objets qu’elle renferme, me dit qu’il y a un Être Suprême, architecte et Dieu créateur et moteur.
D. : Qu’est-ce que Dieu ?
On ne peut ni le comprendre ni le concevoir.
D. : Quels sont les devoirs de l’homme envers lui ?
La reconnaissance et la confiance. Quant aux autres devoirs qu’on imagine, nous attendons qu’il nous les fasse connaître.
D. : Quel culte lui rendez-vous ?
Celui dont je viens de parler, et qui est de cœur. Mais ne connaissant de culte commun et public que celui qu’ont établi l’ignorance et la superstition, nous ne pouvons l’adopter.
D. : Quel dogme suivez-vous ?
Aucun.

20Comme on l’a vu, cette critique radicale n’épargne d’ailleurs pas plus la Franc-Maçonnerie que l’Église. Elle se moque tout autant « des petits secrets, des graves hiéroglyphes, des mots prononcés à voix basse », qui ne peuvent séduire que de « petits esprits ». Les Élus de la Vérité laissent donc aux autres « les dates certaines et les maillets », et leur rite d’ailleurs est daté de l’an zéro de la Vraie Lumière, très exactement de sept zéros : « 000,0000 ». Ce n’est pas la seule originalité : on trouve en effet dans l’instruction des Chevaliers Adeptes la seule allusion à la sexualité existante, à notre connaissance, dans un rituel maçonnique :

D. : Que signifie la figure que l’on nomme l’emblème de la Conception ?
R. : Qu’il n’y a rien d’impur aux yeux de Dieu, et que si la pudeur est une partie de la morale des nations, elle n’a eu pour objet que d’empêcher les abus d’une chose pure par elle-même.

21Entre ceux qui sont « Parvenus au point final », « point de signes, point d’attouchements. Nous ne connaissons l’amitié que par ses effets, et nous n’avons d’autres dogmes que la bonne foi et l’humanité, et d’autres cérémonies que les égards réciproques ». Mais dans le domaine religieux il n’est évidemment pas possible à l’époque de professer publiquement un rationalisme aussi blasphématoire sans s’attirer de graves ennuis de la part de l’Église, ce qui justifie dès lors les précautions prises pour sa divulgation. La loge est en effet en butte à l’hostilité déclarée des curés de Rennes :

  • 24 Né à Vannes en 1715, mort en 1782, Vincent Toussaint Le Beurier est un missionnaire de la congréga (...)
  • 25 « Le Seigneur seul édifiera son Église, et tous ceux qui en édifient une autre travailleront en va (...)
  • 26 FM2 368, 14 avril 1775 : lettre de François Drouin au F∴ Le Breton, Vénérable de la loge Saint Lou (...)

« Lundi 3 Avril 1775, un missionnaire nommé Beurier24 fit un sermon contre les francs-maçons. Son texte était “Nisi dominus edificaverit domum, in vanum laboraverunt qui edificant eam25”. Sa 1re partie tendait à prouver que notre société était contraire à la religion, il nous traita d’excommuniés, d’hommes livrés à Satan. La 2e qu’elle était contraire à l’État, il nous y traita de rebelles, et de criminels de lèse-majesté. La 3e qu’elle n’était pas conforme à la raison, il nous y considérait comme des gens débauchés et comme des insensés26. »

22La prudence demeure d’ailleurs de rigueur pour les frères, comme en témoigne trois mois plus tard une lettre du 7 juillet 1775 de Julien Varin du Colombier, lieutenant civil et criminel au présidial de Rennes, à la loge :

  • 27 FM2 369, 7 juillet 1775.

« Je me trouve forcé d’abandonner quelque temps les travaux que vous allez continuer dans la Maçonnerie. Je me fais un vrai plaisir de vous instruire de mes motifs et j’espère que vous ne les trouverez pas mauvais. Quelques soupçons que j’étais maçon se sont glissés dans l’esprit de mes parents. Il n’est personne de vous qui ne connaisse l’excès de leur dévotion et par conséquent les scrupules qu’ils se forment. Sur cet objet je crois mes frères que la prudence exige que j’abandonne pour quelque temps vos travaux27. »

23On note cependant la présence d’au moins quatre ecclésiastiques dans la confrérie : Pierre Gilles, supérieur des Minimes de Morlaix ; Jamin, procureur des Jacobins à Rennes ; l’abbé André de Raymond, chanoine de la cathédrale de Quimper, vénérable de la loge de la ville ; et Guillaume Marsac, prêtre et vénérable de « La Parfaite » à Nantes. On peut d’ailleurs se demander comment ils conciliaient un pareil catéchisme avec les dogmes de l’Église catholique, et quel genre de sermon ils pouvaient bien délivrer en loge, puisqu’il est précisé dans l’article 12 des statuts qu’avant de clore les travaux « un frère doit, autant qu’il est possible, et chacun à son tour, faire un discours sur la morale universelle, et sur ce qui distingue le vrai sage, ainsi que sur les devoirs sociaux, et la religion naturelle émanée de Dieu même ».

  • 28 FM2 369, 24 juin 1776. Il date de plus sa correspondance « à l’orient de la deuxième nuit de la 4e(...)

24De 1775 à 1785, le Conseil Métropolitain de Rennes garde un effectif remarquablement constant de 20 à 25 frères, mais ils ne sont guère plus qu’une dizaine dans les années précédant immédiatement la Révolution, ce qui semble indiquer un essoufflement du rite. La moitié des « S∴E∴V∴ » appartiennent à « La Parfaite Union », qui reste également majoritaire dans l’organe directif, le Suprême Conseil des « Maîtres à tous grades ». Si bien qu’au total 70 frères rennais vont accéder au degré de « Sublime Élu de la Vérité », soit le cinquième de l’effectif total des francs-maçons rennais recensés durant cette période. Le succès du rite dans la capitale bretonne est donc indéniable. D’autre part, un frère muni du grade fait suivre son paraphe sur un document officiel d’un dessin spécifique, un delta rayonnant avec un œil au centre, qui représente le collier de l’Ordre, « une gloire d’or avec un œil sur un triangle ». Parmi des dizaines d’autres, ce paraphe est par exemple parfaitement identifiable sur une correspondance du comte François de La Celle de Châteaubourg, qui, s’excusant de ne pouvoir assister à « la fête Saint-Jean », accompagne sa signature de la mention « K-S∴ », pour chevalier Kadosch, avec une échelle à sept barreaux, et celle de « S∴E∴V∴ » avec le delta inscrit rayonnant28. Grâce aux mentions « S∴E∴V∴ » ou « M∴A∴T∴G∴ » sur les tableaux des loges, et au contreseing décrit, il devient donc possible de repérer la diffusion du rite au sein des loges bretonnes, et des autres loges en correspondance avec « La Parfaite Union » ou « La Parfaite Amitié ». D’autres rituels de hauts grades français ont également permis à leurs membres de se décorer du titre de « Maître à tous grades », mais dans le cas des « Sublimes Élus de la Vérité », cette dénomination est attestée par l’article premier des statuts : si un frère a été reçu « au grade final de la Maçonnerie », « il prend alors la qualité de Maître à tous grades, en mettant sous sa signature, dans les actes maçonniques, ces quatre lettres initiales M∴A∴T∴G∴ ».

  • 29 FM2 327. On trouve plus tard à La Parfaite : Bon Joseph Thébaud, vénérable en 1775, Jean Baptiste (...)
  • 30 FM2 186 : Charles Louis Bernard de Marigny, Lieutenant des vaisseaux du Roi, aide major de la Mari (...)

25Si bien que le tout premier à faire ainsi état de sa qualité, avant même un frère de Rennes, se trouve être à Nantes le F∴ Le Breton de la Perrière, négociant et ancien vénérable de « La Parfaite », sur un document daté du 14 octobre 177329. Et dès mars 1774, le F∴ Jacques Piou, ingénieur des Ponts et Chaussées, fondateur et premier vénérable de « L’Étoile des Maçons » à Guingamp, orne également sa signature du logo caractéristique, comme trois autres frères, dont Saturnin du Bourgblanc*, conseiller au Parlement de Bretagne et vénérable en exercice de l’atelier, alors interdit de séjour à Rennes suite à la fronde du Parlement de la province contre le pouvoir royal. Notons également que cette année-là le rite est solidement implanté à Brest, avec un « Suprême Conseil » local de huit frères de « L’Heureuse Rencontre » qui sont « Parvenus au Point Final30 ». En 1775, c’est Étienne Garreau, procureur au Parlement, et ancien de « La Parfaite Union » à Rennes, qui introduit le rite dans la loge homonyme de Quimper, tandis qu’à Saint-Malo, François Le Fer de Beauvais, vénérable de « La Triple Essence », et quatre autres frères dont le célèbre armateur Pierre Marin Beaugeard*, figurent également comme « Sublimes Élus de la Vérité ». François Andrieux, préposé à la visite et à la marque des toiles, et vénérable de « La Fidèle Union » à Morlaix, ne tarde pas à les rejoindre en 1776, tout comme l’année suivante Germain Duplessis-Pégase, receveur général des fermes du Roi, qui préside dans le même Orient la loge concurrente de « L’École des Mœurs ». En 1778, avec le vénérable Julien Joseph de Lalande, quatre autres frères deviennent également « Maîtres à tous grades » à « La Nouvelle Union » d’Ernée en Mayenne. Il faut par contre attendre 1784 pour que Julien Palasme de Champeaux, sénéchal royal, et vénérable de « La Vertu Triomphante » à Saint-Brieuc, soit recensé comme « Revêtu de tous les grades ». Mais les archives des loges de Saint-Brieuc sont lacunaires, et le rite a probablement été connu dans cette ville bien avant cette date.

  • 31 FM2 44, 1774 et 1775.

26« La Parfaite Union » entretient d’autre part une correspondance avec deux loges de Paris, et non des moindres, puisqu’il s’agit des « Amis Réunis » et de « La Candeur ». On ne s’étonne donc pas de trouver dès 1774 l’indication « M∴A∴T∴G∴ » et l’ornement caractéristique sous la signature du plus infatigable exégète de la Franc-Maçonnerie au XVIIIe siècle, Charles Savalète de Langes, vénérable et fondateur de la loge des « Amis Réunis », et du système des Philalèthes alors en gestation dans cet atelier. Une innovation aussi originale que celle des « Sublimes Élus de la Vérité » ne pouvait échapper à l’insatiable curiosité qu’il porte à toutes les manifestations de l’Art Royal. Ont également été initiés au rite dans cette loge plusieurs autres officiers du Grand Orient de France, comme le comte Alexandre de Stroganoff, le marquis François Joseph de Clermont-Tonnerre, Gabriel Tassin de l’Étang, Jean Bollioud de Saint-Julien, Charles de Saulx de Tavannes, et l’abbé Rosier, alors président de la Chambre des Provinces31. À « La Candeur », il en est de même pour Jean Jacques Bacon de la Chevalerie ou le marquis Claude Louis de Saisseval. En tout, pour ces deux loges et pour les années 1774 et 1775, ce sont 23 frères que l’on peut ainsi recenser : le rite s’est donc également implanté à Paris.

27Si l’on met à part les grandes villes, Rennes, Brest et Nantes, il ne concerne cependant dans la plupart des loges bretonnes évoquées qu’un petit nombre de frères, quatre, cinq ou six, mais il faut tenir compte de la faiblesse de leurs effectifs. Les seules exceptions concernent « L’École des Mœurs » à Morlaix, où en plus du vénérable Jean Jacques Bouestard de la Touche, docteur en médecine, et fondateur dans cette ville de la première école de sages-femmes en France, on dénombre une dizaine de frères affiliés en 1780 ; et surtout « La Parfaite Union » à Quimper où l’on compte annuellement de 1779 à 1784 entre 10 et 20 frères « Revêtus de tous les grades ». Le phénomène déjà noté à Rennes d’une possible désaffection du rite s’observe également dans cet Orient : en 1785, les frères reprennent tous le seul titre de « Rose-Croix », si bien qu’en 1789, ils ne sont plus que trois, dont Augustin Le Goazre de Kervélégan, député aux États Généraux, à se prévaloir de leur appartenance aux « Sublimes Élus de la Vérité ». En définitive, en plus des frères rennais, c’est 125 autres frères portant ce titre que l’on peut ainsi recenser en Bretagne jusqu’à la Révolution : le succès du rite dans la province est d’autant plus manifeste qu’ils appartiennent tous à l’élite bourgeoise, judiciaire, administrative, militaire ou marchande, de même qu’à l’élite maçonnique, puisqu’il s’agit très souvent de vénérables présents, passés ou futurs. Et cette réussite s’avère d’autant plus remarquable qu’elle s’inscrit comme on l’a vu à contre-courant de tous les autres rites de hauts grades pratiqués à l’époque. Conformément au projet original, on n’y relève en effet aucune référence biblique ou templière : seul « Adam » ouvre et ferme les travaux du Souverain Concile des Chevaliers Adeptes, mais son répondant Maître des cérémonies est « Le Frère La Vérité ». La symbolique est quasiment inexistante, et le rituel réduit à sa plus simple expression. Il s’agit donc d’une singularité maçonnique totale, et le rite des « Sublimes Élus de la Vérité » peut bien être considéré comme la première association structurée de libres penseurs. D’ailleurs, dans les commentaires sur les « grades inférieurs » portés dans leurs Statuts, les trois lettres « L∴D∴P∴ » brodées sur le cordon porté par les Chevaliers d’Orient, et qui sont usuellement transcrites par « Liberté de Passer », deviennent, pour les « Sublimes Élus de la Vérité », « Liberté de Penser ».

  • 32 Toutes ces citations proviennent du texte imprimé contenant les « Statuts et ordonnances » du rite (...)

28Parmi la quinzaine de frères qui raniment le 14 prairial an V (2 juin 1797) les feux de « La Parfaite Union », en sommeil comme la plupart des ateliers français depuis 1792, deux sont « Maître à tous grades » : François de Malezieux, avocat, qui assure la transition en reprenant pour une année le premier maillet qu’il avait dû abandonner durant la période extrême de la Révolution, et le trésorier Hyacinthe Troyiard, négociant. À noter que Godefroy d’Argentais, titulaire du grade avant 1789 et également refondateur et orateur du nouvel atelier, se contente de l’appellation de Rose-Croix. Mais d’autres frères viennent rapidement s’agréger au noyau initial : Jean Conilh de Beyssac*, général de brigade ; François Elleviou*, chirurgien en chef de l’hôpital militaire de Rennes ; Jean Le Baron, commissaire du gouvernement à la cour d’appel ; Pierre Lemierre, professeur de musique ; Joseph Nantrieul, rentier ; et François Tiengou-Tréfériou, également commissaire du gouvernement auprès du tribunal correctionnel. Si bien qu’en 1800 le Suprême Conseil Métropolitain se retrouve au complet. En 1804, les statuts de l’Ordre sont revus et imprimés. La seule innovation semble bien être que les religieux se voient désormais exclus du rite des Sublimes Élus de la Vérité, selon l’article 6 : « Jamais on ne doit accorder ces grades sublimes aux ecclésiastiques pour lesquels, particulièrement, on créa dans le temps les cérémonies du Souverain Chapitre de Rose-Croix ; ils ne doivent jamais passer au delà32. » De toute façon, les bulles d’excommunication papales du siècle précédent ayant été validées en France suite au Concordat de 1801, ils ne fréquentent plus les loges. Mais le pouvoir d’attraction du rite semble s’être affaibli : on ne compte à Rennes sur toute la période du Consulat et de l’Empire que 26 frères « Revêtus de Tous Les Grades », et ils ne seront jamais beaucoup plus qu’une douzaine à la fois à maintenir la pérennité du rite. De même, on n’aperçoit dans les autres loges bretonnes qui reprennent leurs travaux après la Révolution que quelques frères titulaires du titre. Sauf à Saint-Brieuc, où l’infatigable Jacques Piou, devenu entre temps ingénieur en chef des Ponts et Chaussées du département des Côtes-du-Nord, ranime en 1797, en étroite liaison avec « La Parfaite Union » à Rennes, les feux de « La Vertu Triomphante », et prolonge jusqu’au début des années 1800, avec une demi-douzaine d’autres frères de l’Orient, les travaux du Conseil départemental des Sublimes Élus de la Vérité. L’évolution semble différente à Nantes, puisque c’est en 1809 que réapparaît la mention « S∴E∴D∴L∴V∴ », et que, sous l’égide de Jean Charles Savariau, contrôleur de ville des Droits réunis et Vénérable de « La Parfaite », le Conseil départemental compte une dizaine de membres en 1811.

  • 33 Cf. P. Mollier, art. cité, p. 324-325.

29Les causes de cette désaffection relèvent en l’espèce de la conjecture. Il est bien possible que son rationalisme radical se trouve alors associé au souvenir du culte officiel de l’Être Suprême instauré par Robespierre et les Montagnards, et l’on constate en effet des analogies entre la doctrine des Théophilantropes et les idées directrices du rite des « Élus de la Vérité ». Plusieurs témoignages indiquent d’ailleurs que les rituels « ont été divulgués et vendus publiquement pendant la Révolution, et ont servi de base au culte religieux que la République avait adopté ». Cependant, comme l’indique Pierre Mollier, avant d’envisager une filiation directe, il faut prendre en considération le « problème du caractère stéréotypé du discours philosophique du Siècle des Lumières. Ainsi est-il très difficile d’établir, par la seule analyse du contenu, des relations d’influence entre des textes de ce type33 ». Quoi qu’il en soit, son utilité ne doit pas convaincre dans l’ambiance largement déchristianisée qui prévaut alors. C’est dans ce contexte qu’apparaît sous l’Empire un second rite de hauts grades spécifique à l’Orient de Rennes, « L’Ordre du Christ », produit improbable mais pourtant bien réel d’une escroquerie assumée et dépassée par ceux là même qui en furent les victimes.

30Durant l’hiver 1809, François Luczot* – qui se dit Luczot de la Thébaudais depuis que l’empire napoléonien a remis la particule pseudo-nobiliaire au goût du jour – s’ennuie à Hédé, bourg agricole à 22 km au nord de Rennes, sur la route de Saint-Malo. Ingénieur du Corps impérial des Ponts et Chaussées, ce n’est cependant pas le travail qui lui manque, puisqu’il dirige le chantier principal du canal d’Ille-et-Rance. Les premières études concernant cet ouvrage datent du règne de Louis XVI, mais la construction n’a été décidée qu’en 1804 par Bonaparte alors Premier Consul, en corollaire avec celle du canal de Nantes à Brest, pour affranchir la Bretagne et ses arsenaux maritimes de l’asphyxie économique qui les menace en raison de la supériorité maritime anglaise en temps de guerre, les transports de côte à côte se faisant essentiellement par mer. Il travaille donc depuis 1806 à la tranchée de Tanouarn, entre Guipel et Bazouges-sous-Hédé, sur la ligne de partage des eaux entre les bassins des deux rivières. Il s’agit de mettre en place le bief principal de l’ouvrage, soit une tranchée de 15 m de profondeur sur 100 m de large et plus de 7 km de longueur, à laquelle on accédera par une échelle de onze écluses. Les conditions de travail sont difficiles, car le terrain est argileux. Près de 1400 hommes travaillent de 10 à 16 heures par jour, suivant la saison, gagnant entre 1 F et 1,90 F par journée de travail – un kilo de pain valant alors 30 centimes. À partir de 1807, les besoins en hommes des armées napoléoniennes provoquent une baisse des effectifs, partiellement compensée par l’arrivée de déserteurs ou d’insoumis, condamnés militaires aux travaux forcés.

  • 34 Livre d’architecture de L’Union Philanthropique à Hédé, 2 janvier 1809, FM2 246 I.
  • 35 Elle cessera ses travaux l’année suivante, les neuf membres restant, affiliés à La Parfaite Union (...)

31Dès son arrivée sur le chantier, il a pris contact avec Étienne Fleury, receveur de l’Enregistrement à Hédé, Charles Robert-Daviais et Jean-Baptiste Le Coq-L’Écotay, propriétaires dans les environs, tous trois anciens membres comme lui de la loge « L’Union Philanthropique » de Lamballe, dont Luczot est vénérable d’honneur. Et le 16 janvier 1806, ils décident de créer une antenne de cette loge à Hédé, en initiant le percepteur, un chirurgien, le maréchal des logis de la Gendarmerie, et un des conducteurs des Ponts et Chaussées du chantier. Une des premières décisions de l’atelier est de s’abonner à un journal littéraire parisien et d’en réserver la lecture à ses membres – ce qui ne va pas sans créer quelques problèmes vu les difficultés de communications entre les frères dispersés dans la campagne. On en reste donc là, se contentant de tenues et d’agapes épisodiques, et de recruter au fil du temps le juge de paix, deux agents d’administration des condamnés militaires, et les brigadiers de gendarmerie chargés de la surveillance des détenus. Si bien qu’en janvier 1809 le frère Robert de la Daviais – qui entre temps a lui aussi a remis une particule dans son nom – se plaint crûment en loge « du peu d’exactitude que l’on mettait depuis quelque temps à se réunir, de l’insouciance que l’on apportait dans la pratique des vertus maçonniques, de la stérilité des travaux et du détachement qui y régnait34 ». Élu vénérable – Luczot n’est plus qu’orateur – il décide de reprendre les choses en main, et de demander au Grand Orient des constitutions en bonne et due forme pour une loge autonome sous le titre distinctif de « Nature et Philanthropie ». Ce qui est accordé par la Grande Chambre Symbolique le 22 août 1809. L’installation, à la charge de la loge de Rennes « La Parfaite Union », a lieu le 13 février 1810. Sans jamais compter, au mieux, plus d’une vingtaine de membres réellement actifs, la loge perdurera jusqu’en 1819, année où Luczot, redevenu vénérable après le départ en 1813 à Saint-Quentin de Robert-Daviais, sera nommé à Digne35.

  • 36 Sur les tableaux de loge de La Parfaite Union de 1810 et 1811, il est noté comme « externe, non me (...)
  • 37 Emmanuel Nuñez, docteur en médecine, né à Barcelone le 16 septembre 1769. Fondateur et premier vén (...)

32« Nature et Philanthropie », comme sa loge-mère « L’Union Philanthropique », est une loge écossaise, tenant ses travaux « sous la voûte céleste du zénith répondant au 48° ∴ 17’∴ 58’’∴ Lat∴ nord » – et il s’agit bien du méridien de Greenwich et non de celui de Paris, comme on pourrait croire dans ces années d’hostilité constante avec l’Angleterre. Luczot est en effet friand de la maçonnerie écossaise et de ses hauts grades – il signe couramment « K∴H∴, Prince du royal secret, Gd Insp∴ du 33e et dernier degré du rit ». Ses frères de la loge de Hédé sont loin d’avoir atteint un tel niveau, car le recrutement, au niveau local, ou bien lié au chantier qu’il dirige, est ce qu’il est. La seule activité de l’atelier dont il reste trace est l’échange de délégations avec la loge de Rennes, mais plus souvent encore avec « La Triple Essence » à Saint-Malo, lors des fêtes solsticiales à la Saint Jean d’été – les déplacements lors de la Saint Jean d’hiver étant beaucoup plus aléatoires à cause du mauvais état des routes. C’est la raison pour laquelle Luczot ne peut fréquenter assidûment les ateliers capitulaires de « La Parfaite Union » à Rennes, tout à fait florissants à cette époque, et qui lui auraient parfaitement convenu36. Mais lors d’un de ses passages à Rennes, le 11 février 1809, il fait la connaissance du frère Emmanuel Nuñez, médecin espagnol naturalisé français, ancien vénérable fondateur de la loge « Les Disciples de Pythagore » à Paris37. Cette rencontre entre les deux hommes s’explique par le fait que le second surveillant de cet atelier, Nicolas Chamblant, est précisément à Paris le représentant de la loge de Hédé auprès du Grand Orient de France. La liaison entre les deux loges s’est faite par l’intermédiaire de Samuel Dorville, capitaine d’infanterie qui vient de se retirer dans les environs d’Hédé. Pourvu comme Luczot de tous les hauts grades écossais jusqu’au 33e degré, il a été également un des fondateurs des « Disciples de Pythagore ». On ne s’étonne donc pas, dans le désert maçonnique relatif où se trouve Luczot, de le voir remettre entre les mains de Nuñez le texte suivant, par lequel on peut supposer qu’il voit s’ouvrir un horizon moins étriqué que celui de son chantier :

  • 38 Archives internes de l’Ordre du Christ, FM2 367 : 42 documents, du 26 avril 1808 au 5 juillet 1813

« Je François Marie Julien Luczot de la Thébaudais, ingénieur du Corps impérial des Ponts et Chaussées, de ma propre volonté, en présence du Grand Architecte de l’Univers qui n’est mort et ne mourra jamais, entre les mains du Commandeur Emmanuel Nunez, Souverain des Souverains et premier fondateur de l’Ordre du Temple sous le titre distinctif du Christ, seul autorisé par le Grand Orient Luzitanus à propager le dit Ordre. Je jure et promets solennellement sous peine d’une mort secrète et choisie par moi, comme vrai et légitime Chevalier et sur l’honneur le plus sacré, de combattre seul ou en troupe, de parcourir s’il le faut les mers, quelque trajet qu’il faille faire pour toute expédition à laquelle le grand Napoléon pourra me destiner et d’observer la solennité de sa loi ; de protéger l’innocence opprimée ; haine et vengeance à Philippe le Bel et à ses descendants ainsi qu’au Pape Clément cinq qui guidés par la haine et l’avarice ont détruit un ordre militaire et religieux ; jure et promets protection, amitié et hospitalité à tous les Chevaliers initiés dans mon sublime grade, autant que mes moyens pourront me le permettre ; de ne jamais conférer mon grade à qui que ce soit que je n’en n’aye reçu le pouvoir.
Je jure et promets souverainement de me conformer aux statuts de ce grade qui sont maintenant devant moi, de me conduire dans tous les Conseils et Consistoires comme étant digne d’être honoré de ce sublime grade.
Je promets en outre de me réunir toutes les années au 14 mars autant que les circonstances me le permettront aux Chevaliers initiés dans cet ordre, comme il est ordonné par nos règlements ; et que Yalla me contienne dans le devoir de la justice et de l’équité. Cinq fois amen38. »

  • 39 Louis Aulnette du Prouteau a également prêté serment le 25 mars 1809, mais il n’apparaît plus par (...)

33Il est le premier à Rennes à signer ce serment. Une semaine plus tard, c’est au tour de Claude André Vuillaume* de signer le même document ; viennent ensuite en août Charles Favereau* et Louis le Hénaff, puis Théodore Quilleau de Vallieucq et bien sûr Samuel Dorville. Il ne s’agit plus ici de petits compagnons : Vuillaume, vénérable de « La Parfaite Union » en 1805, est le payeur général de la 13e division militaire à Rennes ; Favereau, général de division en retraite, est le vénérable en chaire de la loge ; Le Hénaff, juge de paix, en est le secrétaire ; Quilleau de Valieucq est conseiller à la préfecture d’Ille-et-Vilaine. On a vu les titres maçonniques de Dorville, et Vuillaume et Favereau sont de plus « Maître à tous grades », c’est-à-dire qu’ils possèdent le dernier degré du rite des « Sublimes Élus de la Vérité ». L’obligation signée entre les mains de Nuñez leur a conféré la dignité de « Chevalier du Christ, Souverain Commandeur du Temple ». Ils sont maintenant assez nombreux pour se rassembler en Grand Consistoire Métropolitain, et élire leurs officiers, ce qui est fait le 1er septembre 180939 :

  • 40 Livre d’or du Grand Consistoire métropolitain du Rit d’Orient séant en la vallée de Rennes, Baylot (...)

« Le Souverain des Souverains de Nunez a mis sous les yeux du Grand Consistoire les Constitutions organiques des Chevaliers de l’Ordre du Christ, ainsi que les pouvoirs qui lui ont été délégués par le Grand Congrès Luzitanus, établi à Lisbonne, écrits en langue portugaise et latine, et dont la transcription littérale, et traduite en langue française, sera faite sur le Livre d’Or, à la suite du présent.
D’où il résulte que le Souv∴ des Souv∴ de Nunez qui a déjà fondé un Grand Consistoire dans la Vallée de Paris, est autorisé à propager le Sublime Ordre du Christ partout où il se trouvera, et à créer des Consistoires Métropolitains dans les lieux où il jugera convenable.
L’Assemblée satisfaite des ces éclaircissements déclare se constituer maintenant et pour toujours, par l’autorisation du Souv∴ des Souv∴ de Nunez qu’il a donnée présentement, sous la protection du Grand Napoléon Empereur des Français, et sous la discipline du Grand Congrès Luzitanus, en Grand Consistoire Métropolitain du rite d’Orient sous le titre distinctif de Chevaliers du Christ en la Vallée de Rennes.
Déclarant se soumettre à tous les règlements de cet Ordre, et s’obligeant à remplir exactement tous les devoirs prescrits par les Obligations, se vouer entièrement à la défense de l’État, à la protection des Maçons et à la garantie de la dynastie de son Grand Protecteur Napoléon40. »

34Vuillaume devient donc président du Consistoire, autrement dit « Souverain des Souverains », puisque tous les présents sont des « Souverains commandeurs ». Favereau et Dorville sont 1er et 2nd lieutenants généraux, Le Hénaff chancelier, et Luczot maître des cérémonies. Quant à Nuñez, il est qualifié de « Grand Souverain des Souverains, Grand maître Commandeur en chef honoraire ». Ce à quoi Nuñez rajoute de sa main :

« Au nom de Sa Majesté Impériale et Royale et sous les auspices du Maréchal Duc de Dantzig, Grand Maître du Rite d’Orient sous le titre distinctif du Christ, nous Emmanuel De Nunez, seul autorisé par le Grand Orient Luzitanus à propager ledit Ordre ; sur la demande qui nous a été adressée par les Chevaliers ci-devant dénommés, le susdit jour 1er 7bre 1809 ; après nous être assurés de la moralité et de l’attachement que chacun des dits Chevaliers porte à Sa Majesté l’Empereur et à sa Dynastie ; et leur avoir fait prêter individuellement et même écrire, dater et signer propria manu le serment ci-dessus transcrit en entier, nous les avons convoqués et réunis dans un lieu à l’abri de toute indiscrétion ; et les avons créés et constitués pour le présent et pour toujours, sans aucune rétribution, en Souverain Consistoire Métropolitain en la Vallée de Rennes ; à charge pour eux de veiller à la sûreté du Gouvernement et de se soumettre aux lois et aux ordres qui pourraient leur être adressés par les autorités compétentes, et notamment par Mgr le Duc de Dantzig que nous reconnaissons pour Grand Maître de l’Ordre, conformément à l’obligation ci-dessus. »

  • 41 Les abréviations triponctuées « ∴ » des grades, des formules usuelles, ou les codes grammaticaux, (...)

35Les titres profanes et maçonniques des fondateurs de ce Consistoire sont tels qu’aucun d’entre eux ne peut être suspecté de manquer de prudence. Et en 1809, la référence au maréchal Lefèvre, duc de Dantzig, et à S. M. l’Empereur Napoléon, ne sont pas des choses avec lesquelles on peut impunément jouer. La confiance qu’ils mettent en la parole de Nuñez repose sur le texte suivant, daté du 26 avril 1808, que l’on reproduit ici exactement, y compris dans ses abréviations maçonniques41 :

« O∴ de l’Univers le 26e du 2e mois de l’an 5808
Le Conseil d’Administration du Souv∴ Consistoire du Sublime Ordre du Christ en France, convoqué & assemblé régulièrement par l’ordre du S∴ Grand Maître le Maréchal Duc de Dantzig conformément à sa lettre du 21 Avril 1808 (aire vulgaire) pour s’assurer : 1° de la légitimité des Constitutions
Arrête :
Que lecture faite des titres et pouvoirs donnés par le Grand Orient de Lisbonne au S∴ des S∴ le R∴ Ch∴ S∴ C∴ Nunez, les constitutions du Sublime Ordre lui ayant été légitimement transmises, le S∴ Conseil d’administration du S∴ Consistoire est pleinement convaincu & persuadé que nous sommes régulièrement constitués.
2° Les Constitutions du Sub∴ Ordre étant transmises au S∴ Consistoire en latin et en portugais, le bien & l’instruction d’un S∴ Commandeur exigeant que chacun d’eux connaisse dans tous les détails les obligations qu’ils ont contractées, le S∴ Conseil arrête que sans aucun retard le S∴ des S∴ le R∴ Ch∴ S∴C∴ Nunez est invité à faire traduire en langue française tout ce qui est tracé en langue étrangère pour que lecture en soit faite dans le Consistoire assemblé. […]
5° Comme il n’est pas possible de créer & composer dans une seule séance des règlements particuliers pour la discipline intérieure du Consistoire, sur la proposition du S∴Com∴ président le Conseil d’administration le sénateur Béguinot le S∴ Conseil arrête que le S∴C∴ Beguinot & le S∴ des S∴ Nunez se réuniront pour les discuter & en proposer la sanction au S∴ Conseil dans sa première tenue. »

36Le texte est signé par Nuñez et par Béguinot, président ; Saur, grand aumônier du Consistoire ; Duffour, premier lieutenant général, Laflèche, second lieutenant général, et Moujardini orateur. En conséquence le Consistoire de Rennes envoie au maréchal Lefèvre la lettre suivante :

« Nous avons la faveur de vous prévenir que notre T∴C∴F∴ le S∴d∴S∴ De Nunez fondateur du Subl∴ Ordre des Chev∴ du Christ en France nous ayant fait part des pouvoirs qui lui ont été délégués par l’Orient Luzitanus pour propager cet ordre et l’étendre dans toute la France, en établissant des Consistoires où il le jugera convenable, nous nous sommes réunis sous votre haute protection, en Grand Consistoire Métropolitain des Chevaliers de cet Ordre Subl∴ séant en la Vallée de Rennes. […] Votre Exce verra sans doute avec plaisir s’élever une société qui fait profession d’un attachement singulier et d’un dévouement illimité aux intérêts du Grand Napoléon et de son Auguste famille. Nous vous adressons un extrait du tracé de nos travaux dans la séance du 1er de ce mois par lequel nous déclarons nous constituer, et à la suite duquel est la régularisation qui nous a été accordée par le S∴d∴S∴ de Nunez qui nous impose une obligation à laquelle nous souscrivons de tout notre cœur et de toute notre âme. Nous vous supplions T∴ Illl∴ S∴ d∴S∴ et Gd ∴ Mtre ∴, de vouloir bien confirmer notre institution, et donner votre approbation à nos travaux. »

37Sont de même informés de l’établissement du Consistoire le ministre de l’intérieur et le préfet d’Ille-et-Vilaine, ainsi que la loge « La Parfaite Union », le chapitre de Rose-Croix du même titre distinctif, et le Conseil des Sublimes Élus de la Vérité de l’Orient de Rennes. D’un point de vue profane, la personnalité des fondateurs comme les buts avoués n’ont à l’évidence rien qui puisse inquiéter les autorités, et du côté maçonnique, la nouvelle institution ne semble pas poser non plus de problème, la plupart des fondateurs étant membres de la loge et du chapitre, et deux d’entre eux, comme on l’a vu, détenteurs du grade de Sublime Élu de la Vérité. Il est d’ailleurs précisé que le Consistoire n’initiera que des frères possédant au moins le grade de Rose-Croix, et âgés d’au moins 28 ans. Dès lors les choses vont rondement. Sont initiés : le 16 octobre, Frédéric Main de la Boujardière*, docteur en médecine attaché aux armées – comme son service l’appelle à Bruxelles comme médecin en chef de l’hôpital militaire, autorisation lui est de plus donnée de présenter au Consistoire les frères « qu’il estimera digne, par leurs qualités morales, leur zèle et leurs lumières, de participer à nos travaux dans le sublime Ordre du Christ », autrement dit de fonder lui-même un Consistoire en Belgique ; le 4 novembre, Pierre Le Minihy, procureur impérial près le tribunal de première instance de Rennes ; et le 11 novembre Marc-Antoine Coban-Vabre*, général de brigade commandant le département d’Ille-et-Vilaine. Ils sont d’ailleurs aussi tous les trois « Maître à tous grades ». Un règlement intérieur est mis en chantier, et un règlement des finances adopté, ce dernier précisant :

« Art. 1er Les initiations faites par les délégués du Grand Consistoire dans les Vallées extérieures sont fixées à 150 F.
Art 2 Celles qui seront faites par le Grand Consistoire consisteront en trois degrés : 1er degré : Chevalier Kadosch 30e, et le 31e degré ; 2d degré : Prince du Royal Secret 32e et Grand Maître du 33e degré ; 3e degré : Chevalier de l’Ordre du Christ.
Art 3 Le 1er degré sera donné à raison de 72 F ; Le 2nd degré sera donné à raison de 30 F ; Le 3e degré sera donné à raison de 24 F, non compris les bijoux et les habits que les initiés sont tenus de se procurer dans 2 mois.
Art 4 La contribution mensuelle sera pour chaque membre de 3 F. »

38Ce à quoi il faut ajouter le prix des patentes de chaque degré : 15 F pour un local, 24 F pour un extérieur. On le voit : ne peuvent être reçus dans l’Ordre du Christ que des frères ayant la surface financière nécessaire. Mais de quoi s’agit-il ? Lorsqu’en 1312 le pape Clément V a supprimé l’Ordre du Temple, et attribué ses biens aux Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, cette décision n’a pas eu d’effet dans la péninsule ibérique, où les Templiers ont été reconnus innocents des accusations portées contre eux par le roi Philippe IV le Bel, qui ont abouti à la destruction de l’Ordre en France, et à la mort sur le bûcher du Grand Maître Jacques de Molay. Si bien qu’en 1318, le roi Denis du Portugal, pour défendre son royaume de l’invasion sarrasine, a regroupé dans l’Ordre des Chevaliers du Christ les nombreux templiers toujours présents tant sur son territoire qu’en Espagne, avec ceux qui ont pu s’échapper de France, décision approuvée l’année suivante par le pape Jean XXII. Sécularisé en 1789, cet Ordre est devenu une décoration du royaume du Portugal. Conservée par la République, elle est toujours décernée de nos jours pour d’éminents services civils, ou à de hautes personnalités étrangères. Mais si la filiation templière de l’Ordre du Christ au Portugal est indiscutable, il n’en va évidemment pas de même avec l’avatar maçonnique importé en France par Nuñez. À l’époque, il est toutefois très difficile de vérifier ses dires : l’Espagne comme le Portugal sont zones de combats militaires et de soulèvements civils. Le blocus continental, décrété par Napoléon en 1806, renforcé en 1807, avait pour but, en interdisant toute importation de marchandises anglaises, de ruiner le commerce et l’industrie insulaires, ce qui supposait la maîtrise des côtes du continent. D’où l’intervention des armées impériales au Portugal et en Espagne, de la prise de Lisbonne le 30 novembre 1807 à la défaite de Vittoria contre les Anglais le 21 juin 1813, qui forcera l’évacuation définitive des forces françaises de la péninsule. Le maréchal Lefèvre a donc bien d’autres soucis que la vérification éventuelle de l’authenticité des documents présentés par Nuñez.

  • 42 Dans ce pays comme en Espagne, il fallait compter avec la Sainte Inquisition, qui n’hésitait pas à (...)

39Si l’on met à part le fait que, comme on va le voir, « le grand congrès Luzitanus, établi à Lisbonne » n’a jamais existé que dans l’imagination de Nuñez42, les statuts de l’Ordre n’ont d’ailleurs rien d’extravagant : ils sont au contraire tout à fait adaptés à l’époque. Un Grand Congrès de l’Ordre réunit l’ensemble des représentants des Consistoires nationaux. Il délègue ses pouvoirs exécutifs aux Grands Consistoires métropolitains, qui détiennent dans leurs juridictions les pouvoirs législatifs. Il s’agit donc d’une structure à vocation européenne, liée à l’extension de l’empire napoléonien sur tout le continent, de la Baltique au Portugal et à l’Italie. Les statuts de l’Ordre mentionnent d’ailleurs explicitement : « Le Grand Congrès pourra donner plein pouvoir à un Souverain Commandeur d’un mérite distingué qui se proposera d’aller répandre le germe de notre sublime institution dans un territoire nouveau, et alors il sera muni de toute l’autorité pour pouvoir donner jusqu’au degré de Souverain Commandeur du Temple inclusivement, jusqu’à ce qu’il ait complété les membres nécessaires pour former un Consistoire », article évidemment taillé sur mesure pour Nuñez. Mais on a vu l’empressement avec lequel le Consistoire rennais, à peine constitué, a ainsi délégué un de ses membres muni de pleins pouvoirs en Belgique. Chaque Consistoire est administré par un « Tribunal de conscience » qui gère les finances, propose les lois et les règlements, et vote sur les admissions dans l’Ordre, qui doivent se faire au scrutin secret et à l’unanimité. Le nombre de membres de chaque Consistoire est limité à 35 commandeurs, « non compris les chevaliers des grades intermédiaires dont le nombre n’est point limité », et de plus « Quand un Consistoire aura complété le nombre de 35 Commandeurs, on ne pourra pas en recevoir un autre que lorsqu’une commanderie sera vacante par mort ». En tenue, les chevaliers doivent porter les ornements de l’Ordre, à savoir le manteau traditionnel des templiers avec « un crachat en argent, de moyenne grandeur, avec la croix de l’Ordre émaillée au milieu, en rouge, sur une raye blanche », les membres du tribunal de conscience permutant les couleurs. Les membres du Consistoire portent une toque, les officiers un casque avec une plume rouge, orné d’une balance pour le Souverain des Souverains, des lettres J∴M∴ pour les autres, car le rituel est bien entendu entièrement fondé sur des assimilations templières, comme l’on voit d’après cet extrait du compte rendu de la fête d’ordre du 14 mars 1811 :

« L’objet de la réunion de ce jour est la commémoration de l’illustre et immortel Jacques de Molay. Cet anniversaire qui est d’obligation pour les Chevaliers de l’Ordre du Christ a été annoncé par le son des cloches funèbres. Tous les Chevaliers debout et à l’ordre, le glaive en main, ont entouré le cénotaphe qui était placé au milieu de la salle du Conseil, et là, après avoir béni la mémoire de notre auguste Grand Maître, ils ont répété le serment solennel et terrible de haine et de vengeance contre les persécuteurs et les bourreaux de ce grand homme. »

40Ce qui ne fournit qu’une symbolique assez indigente, ainsi qu’en témoigne le rituel d’ouverture des travaux :

« L’obligation prêtée, le Souv∴ des Souv∴ frappe 3 coups sur une cloche funèbre. Les 3 coups sont répétés de la même manière par le 1er et le 2nd Lieutenant Général. Ensuite on ouvre les travaux de la manière suivante :
Le S∴ des S∴ dit : Chev∴ 1er Lieutenant Gal Grand Commandeur, à quelle heure a-t-on fixé l’ouverture du Souv∴ Conseil ?
Rep : Après le coucher du soleil.
Le S∴ des S∴ : Pourquoi nous rassemblons nous ?
Rep : Pour entendre le rapport des différents rendez-vous de l’armée.
Le S∴ des S∴ : Faites votre rapport 2nd Lieutenant Gal.
Rep : Le 1er rendez-vous sera au port de Naples, le 2nd à celui de Malthe, le 3e à Rhodes et ensuite à Chypre où toutes les forces navales de toutes les nations fidèles doivent se réunir.
Le S∴ des S∴ : Faites votre rapport 1er Lieut Gal.
Rep : Le 4e rendez-vous sera au même port de Chypre et de là à Joppa où doivent se réunir les forces de terre, et à Jérusalem où viendront les rejoindre nos fidèles gardiens du Temple.
Le S∴ des S∴ : Quels sont les noms de nos porte-étendards ?
Rep : Berechiel, Elial, Manchem, Garimon, Emerk. »

41Le Consistoire de Rennes à peine installé, Nuñez part à Nantes, où il recommence à recevoir d’autres Chevaliers du Christ, tous membres de la loge « Mars et les Arts » et titulaires de hauts grades : Pierre Baré, avocat, Rose-Croix et vénérable de l’atelier ; Georges Scheyermann, professeur de musique, Sublime Élu de la Vérité, second surveillant ; François Chardonneau, négociant, Sublime Élu de la Vérité, ancien premier surveillant ; Dominique Brayer, notaire impérial certificateur, 33e ; Louis Mangin, imprimeur et rédacteur propriétaire de La Feuille Nantaise, Rose-Croix. Mais le document du 26 avril 1808 qui lui a servi de lettre de créance pour fonder le Consistoire de Rennes est resté dans les archives de cet atelier. Il procède donc à ces nouvelles initiations au nom du Consistoire Métropolitain de Rennes, qui réagit immédiatement par ce rappel à l’ordre :

  • 43 Séance du 16 décembre 1809, Livre d’or.

« Le Grand Consistoire assemblé ce jour n’a pas vu sans intérêt vos premières opérations dans la vallée de Nantes pour la propagation et la prospérité du Sublime Ordre du Christ ; nous avons lieu d’en attendre d’heureux succès. En applaudissant à votre zèle, nous ne pouvons nous dissimuler que vous avez bien des écueils à éviter : vous arrivez dans une grande cité dont il est impossible que vous connaissiez les habitants. Vous pouvez être circonvenu, trompé, et vous sentez combien une seule erreur serait préjudiciable au bien de l’Ordre. Nous sommes identifiés avec vous ; le même intérêt et le même zèle pour la prospérité de l’Ordre nous animent tous également ; c’est un motif pour que vous pesiez nos observations fraternelles, dans votre sagesse.
Nous croyons donc qu’il y aurait un moyen fort simple pour vous mettre à couvert de toute surprise dans les choix que vous ferez : ce serait de n’admettre aucun Maçon au serment solennel, qui donne précisément l’explication du Grade Subl∴ de Chev∴ de l’Ordre du Christ, qu’avec l’approbation du Souverain Conseil Métropolitain, et après que la requête du candidat qui se serait présenté à vous serait admise par le Souverain Conseil assemblé. A ce moyen vous seriez à l’abri, nous ne dirons pas de reproches, ni d’une responsabilité, mais du regret que vous éprouveriez si, par erreur, vous aviez fait un choix qui ne fut pas digne de la considération de l’Ordre, et que le Grand Consistoire ne pourrait approuver43. »

42Les frères de Rennes sont devenus circonspects : ils ont en effet reçu du frère Laberge, avocat, successeur de Nuñez à la tête de la loge des « Disciples de Pythagore », une lettre les alertant sur le personnage, et Favereau, vénérable comme on l’a vu de « La Parfaite Union », a immédiatement écrit à Chamblant :

  • 44 24 septembre 1809, Baylot FM2 78. Les documents rassemblés sous cette cote sont en fait les archiv (...)

« Il a circulé dans cet Orient et dans notre loge une lettre remplie d’injures, écrite par le F∴ Laberge, se disant vénérable de la Loge des Disciples de Pythagore, contre le F∴ Nunez, se disant aussi vénérable de la même loge. Cette lettre a fait impression sur plusieurs frères de notre Atelier, et quoique le F∴ Nunez n’ait pas été écarté de nos Travaux, il n’a pas joui cependant de l’accueil qu’il paraît mériter. Il est douloureux pour ce F∴ que des soupçons planent sur sa tête, si le F∴ Laberge, qui a écrit comme vénérable de votre Atelier, peut être démenti44. »

  • 45 Baylot FM2 78, brouillon sans date de la réponse de Chamblant, qui assure l’interim du vénéralat d (...)

43Et Chamblant dément effectivement Laberge avec la dernière énergie. Certes, Laberge, « enfant ingrat qui avait été comblé de bienfait par Nunez […] est parvenu à tromper l’autorité et à le faire partir de Paris », mais « il vient d’être chassé de la Loge pour avoir subi un jugement infamant au tribunal correctionnel pour fait d’escroquerie. Je tiens en mes mains la plainte et le jugement. […] Vous pouvez d’après cela juger du cas que vous devez faire de la calomnie qu’il a plu au dit Laberge de vous adresser sur le compte du malheureux Nunez. Nous désirons que ces renseignements puissent lui être communiqués, et si vous lui faites part de cette planche, l’assurer au nom de l’Atelier des Disciples de Pythagore de notre tendre amitié45 ».

44Mais que Laberge ait eut effectivement maille à partir avec la justice n’empêche pas que sa dénonciation de Nuñez soit fondée. En fait Nuñez doit quitter Rennes comme il a quitté Paris, parce qu’il est sous surveillance policière ; et celle-ci continue à Nantes, comme en témoigne cette lettre du 15 décembre 1809 qu’il envoie à Le Hénaff, secrétaire du Consistoire, mais également juge de paix :

  • 46 FM2 367. Orthographe originale respectée.

« Croiriez-vous de quoi a été capable ce monstre faussaire de magistrat de sûreté à Rennes ? Et bien mon digne soutient il a écrit au magistrat de sûreté de cette ville tout ce que la calomnie la plus noire est capable d’inventer, jusqu’à dire que je répandais une secte contraire à la société et au gouvernement et que j’étais un escroc, qu’il avait fait condamner à huit jours de prison. D’après cela jugé qu’elles ont été les persécutions en tout genre que j’ai éprouvé depuis cette lettre fatale. Cependant les papiers maçonniques concernant notre ordre je les ai mis à l’abri, d’après les conseils qui m’ont été donné par un autorité qui m’a prévenu un jour avant qu’on ne soit venu mettre les séllés sur mes papiers. […]
Mon digne ami veuillez bien me faire passer le plutôt qu’il vous sera possible l’extrait de la pièce d’architecture de la Respectable Loge des Disciples de Pythagore à laquelle vous aurez la bonté d’ajouter un apostille de ma conduite à Rennes et vous prierez en mon nom tous ces Souv∴ Chev∴ nos ff∴ d’avoir la bonté de m’envoyer un planche qui atteste mon innocence relativement au soi disant différentes sommes que j’ai reçu pour la création du Consistoire. Le f∴ Miniy procureur impérial pourrait me rendre un grand service en se présentant lui-même chez le magistrat de sûreté de Rennes pour me justifier relativement à l’Ordre46. »

45Un magistrat comme Le Minihy n’ayant de par sa fonction aucun mal à prendre connaissance ou à diligenter des enquêtes de police, il est probable que dès ce moment les frères de Rennes ont dû commencer à nourrir de sérieux doutes sur la moralité de Nuñez. Ce qui ne l’empêche pas d’être reçu maillets battants le 13 février 1810 lors de l’allumage des feux de la loge « Nature et Philanthropie » à Hédé. Ni de procéder le 14 mars 1810, après avoir reçu encore deux autres Chevaliers du Christ, à l’installation du Consistoire de Nantes, subordonné à celui de Rennes dont il reconnaît l’autorité, en particulier en ce qui concerne la délivrance des patentes de grade. Fait significatif cependant : aucun frère rennais n’assiste à l’installation du Consistoire de Nantes. Et le 10 avril suivant, Nuñez écrit de Nantes à Vuillaume :

« Depuis mon arrivée dans cette cité j’ai éprouvé toutes les persécutions que la méchanceté la plus noire a pu inventer, comme vous êtes déjà instruit, le tout par les Chevaliers de la Croix et particulièrement par Chateaubourg qui craignait la propagation de l’Ordre du Christ à Nantes au point qu’ils sont parvenus à empêcher le public à m’accorder leur confiance en me faisant passer pour un agent de police. D’après cela je me suis vu forcer à aller à Guérande petite ville près du Croisic, mais le malheur qui ne cesse de me poursuivre a fait que je n’ai pas vu un seul malade et forcé par conséquent de retourner à Nantes.
J’ai fait part de mon arrivée aux Souverains Commandeurs de cette orient de l’obligation que nous avons contracté de nous réunir tous les 14 mars ; Les Chevaliers ce sont rendus à mon invitation et nous avons célébré le sacrifice due aux mânes de nos ancêtres comme vous verrez par le procès-verbal que je vous fait passer ci joint. J’ai fait part à tous les Chevaliers de votre arrêté concernant les finances auxquels ils se sont tous soumis et m’ont fait la remise de deux louis chacun sur la fin du mois de mars. Me trouvant dans le plus grand embarras j’en ai disposé comme d’un emprunt que je fais au Consistoire, persuadé qu’on voudra bien accepté la lettre de change que je met ici joint et que je m’oblige d’acquitter au terme prescrit. »

46Cette fois c’en est trop : le Consistoire de Rennes arrête lors de sa séance du 23 juin « de renvoyer au Chev∴ Nunez son billet comme inutile et de lui mander qu’il ne serait délivré de patentes aux Chev∴ de Nantes qu’après que les métaux de ces récipiendaires auraient été remis, en valeur effective, entre les mains de son Trésorier » et que « jusqu’à nouvel ordre, il ne sera fait aucune réception ». Entre temps, l’adresse du 1er septembre de l’année précédente au maréchal Lefèvre étant restée sans réponse, le Consistoire a décidé de prendre des informations, et envoyé pour cela Vuillaume à Paris en mars. Le compte rendu de son voyage qu’il produit dans cette même séance est sans ambiguïté :

« Conformément au vœu du Grand Consistoire, mon premier soin à mon arrivée à Paris a été de me présenter chez notre S∴G∴M∴ le Maréchal Duc de Dantzik. Je m’inscrivis et lui demandai la faveur d’une audience particulière. Il est probable que les grands intérêts dont il est chargé ne lui ont pas permis de me l’accorder, puisqu’après plusieurs visites à son hôtel, je n’ai pu être admis. Je fus informé ensuite que le sénateur Saur était vice G∴M∴ de l’Ordre ; je me présentai chez lui et fus admis le lendemain. Je lui fis l’exposé des démarches qu’avait faites le Souverain Consistoire envers son Exc∴ le S∴G∴M∴ pour obtenir confirmation de notre institution, et le priai de vouloir bien interposer ses bons offices pour nous aider à obtenir cette faveur. Je lui fis part en même temps des dispositions du Souverain Consistoire de se réunir à celui de Paris, et de recevoir même de lui des Constitutions, consentant à le regarder comme le premier de l’Ordre en France, attendu l’avantage qu’il a d’être dirigé directement par notre S∴G∴M∴.
A cela le vice G∴M∴ me répondit : 1° Que son Exc∴ le S∴G∴M∴ ne lui avait communiqué aucune des pièces qui lui avaient été adressées par le Souverain Consistoire de Rennes. 2° Que lors même que ces pièces auraient été remises le Consistoire de Paris ne s’étant pas assemblé depuis plus d’un an, à cause de la dispersion de ses membres, cet objet n’aurait pas été traité. 3° Que son opinion particulière à lui vice G∴M∴ était que le f∴ Nunez n’avait pas les pouvoirs ni de créer des Chevaliers du Christ, ni de fonder des Consistoires de cet Ordre. Sur cette observation je priai le vice G∴M∴ de vouloir bien observer que les pouvoirs qui avaient mis le f∴ Nunez à même de fonder le Consistoire de Paris ne lui avaient point été retirés par l’Orient de Luzitanus dont il était le délégué, et que n’y ayant pas renoncé lui-même par aucun acte, ces pouvoirs étaient toujours intacts, et qu’il avait pu instituer deux ou plusieurs Consistoires comme il avait fait le premier. Je lui renouvelai au surplus l’offre que faisait celui de Rennes de se soumettre à celui de Paris.
Vaincu par cette objection le vice G∴M∴ me dit que les pouvoirs dont le f∴ Nunez se flattait d’être porteur n’étaient pas suffisants, et que le Consistoire même de Paris ne les avaient pas jugés tels, et qu’il avait suspendu le cours de ses opérations jusqu’à une nouvelle organisation qui devait être faite. A cela je répliquai que quelle que fut la détermination ultérieure du Consistoire de Paris nous nous conformerions volontiers aux nouveaux règlements qu’il adopterait et que j’espérais qu’il lui soumettrait nos propositions. Mais je jugeai par sa réponse que ce n’était qu’un moyen évasif, puisqu’il me dit que, dans tous les cas, le Consistoire de Paris ne pouvait reconnaître aucune des opérations du f∴ Nunez dont la conduite irrégulière avait justement indisposé le Consistoire, et qu’il ne le reconnaissait plus comme l’un de ses membres.
Je fis observer au vice G∴M∴ que le Consistoire de Paris n’en avait pas toujours jugé de même et que par une pièce déposée dans nos archives, et signée des membres de ce Consistoire, et même du vice G∴M∴, il était reconnu que les pouvoirs du f∴ Nunez lui avaient paru suffisants, qu’il s’en contentait, et qu’en vertu de ces mêmes pouvoirs il déclarait se constituer ; et que c’était sur la foi de cet acte que nous avions nous mêmes pensé pouvoir nous constituer, rien n’annonçant que le f∴ Nunez eut renoncé à ces mêmes pouvoirs ; que mettant à part la conduite du f∴ Nunez envers le Consistoire de Paris, que nous ignorions et dont nous ne voulions ni ne pouvions nous établir les juges, le caractère dont il était revêtu ne pouvait lui être ôté que par sa seule volonté, et que jusque-là, tous les actes qu’il avait faits en conséquence avaient le même degré de validité ; que nous pouvions nous soutenir sur nos propres moyens ; et qu’il devait voir dans la démarche que nous faisions que le désir de nous réunir sous l’étendard du G∴M∴ qui ne devait pas voir sans une sorte de satisfaction se propager sous lui un Ordre aussi estimable et dont le principal fondement était le dévouement à la personne sacrée de Sa Majesté et à la Monarchie Impériale.
Le Vice G∴M∴ n’ayant rien à répliquer se contenta de mettre en doute la véracité de l’acte dont je lui parlais, et me demanda qu’il lui fût remis. Je lui dis que je ne pouvais, non plus que le Consistoire, me dessaisir d’une pièce aussi essentielle, mais que pour lui prouver son existence, je lui en enverrai, à mon retour, une copie fidèle, et que comme elle était extraite ou devrait l’être, du Livre d’Or, il lui serait facile de vérifier si en effet elle est certaine. »

L’intuition du sénateur Saur est bien fondée, car le texte du 26 avril 1808 est un faux forgé par Nuñez. La comparaison des signatures de Laflèche et de Moujardini que l’on trouve sur cette pièce, avec celles que l’on peut observer sur le tableau des « Disciples de Pythagore » dont ils sont tous les deux, comme Nuñez, membres fondateurs en 1807, ne laisse aucun doute à cet égard : elles ont été imitées. A posteriori, on peut également noter des indices qui auraient pu attirer l’attention des frères de Rennes. Le texte n’est bien sûr pas de la main de Nuñez, mais il n’a pas été écrit par un franc-maçon : aucune des signatures n’est suivie de la qualité maçonnique, alors que les présents sont tous au moins par définition Rose-Croix, et signent donc généralement en ajoutant une Image à leur paraphe ; « L’Orient de l’Univers » ne se justifie pas pour un document supposé écrit à Paris ; et surtout la faute d’orthographe « aire vulgaire » est invraisemblable tant l’abréviation EV∴ est courante dans n’importe quel document maçonnique. Et Vuillaume de continuer ainsi son rapport :

  • 47 Il s’agit ici, comme dans la lettre de Nuñez citée plus haut, et celle de juillet 1813 du Consisto (...)

« Cependant peu satisfait de ces démarches, je pris des informations particulières sur l’Ordre d’Orient, et j’appris qu’il existait deux établissements, l’un sous le titre de Chevaliers du Christ, qui est le nôtre, mais peu répandu ; l’autre sous le titre de Chevaliers de la Croix déjà fort connu, et qui avait plusieurs établissements au dehors, à Amiens, à Bordeaux, à Nantes. Je pensai qu’il était bon de savoir si ce n’était pas le même Ordre sous deux titres différents. Je me présentai aux Chevaliers de la Croix, et je m’y suis fait recevoir, et j’ai reconnu que c’est en effet le même Ordre mais qui part d’une source différente47.
L’Ordre du Christ, comme nous le voyons par nos Constitutions, et l’histoire de cet Ordre, est celui des Templiers conservé au Portugal. Celui de la Croix, par les documents qui ont été mis sous mes yeux, est le même ordre des Chevaliers du Temple conservé en France par une succession immédiate et non interrompue, depuis la mort tragique de notre Vénérable G∴M∴ Jacques de Molay. A la mort de ce G∴M∴ le 1er Lieutenant Général prit les rênes de l’Ordre, il s’adjoignit deux lieutenants, tous trois demeurèrent dépositaires des chartes et des enseignements de l’Ordre ; ils tinrent leurs chapitres ou couvents dans le plus grand secret, mais ils conservèrent l’Ordre. Le dernier Chapitre ou Couvent général fut tenu en 1705, et il vient d’en être convoqué un pendant mon séjour à Paris ; j’ai assisté à sa clôture. »

47Ainsi donc neuf mois après s’être réunis les frères de Rennes s’aperçoivent que le patronage sous lequel ils pensaient s’être mis est illusoire, que la structure parisienne de l’Ordre est inactive, que leur régularité est discutée, et qu’il existe un ordre concurrent apparemment mieux structuré que le leur. Conséquence immédiate : François Elléviou*, chirurgien en chef de l’hôpital militaire de Rennes, membre de la Légion d’honneur, et François Tiengou-Tréfériou, avocat général à la Cour d’appel, ancien vénérable de « La Parfaite Union », tous deux « Maître à tous grades », qui venaient juste d’être reçus dans l’Ordre, démissionnent, et font savoir qu’ils n’apprécient que modérément les libertés prises à cette occasion avec la régularité maçonnique :

« Lorsqu’on nous fit part de l’espoir où l’on était de voir instituer à cet Orient sous les auspices de S. E. Mr le Maréchal duc de Dantzik, Grand Maître, disait-on, en cette partie, un grade élevé de la Maçonnerie, nous nous empressâmes de donner nos noms. Mais ce que nous avons appris par votre rapport à votre retour de Paris nous prouve que nous avions tous été trompés, et que Nunez nous avait donné une espérance illusoire. S. E. Mr le Maréchal a été inaccessible. Mr le Sénateur qui devait avoir une connaissance parfaite et personnelle des pouvoirs de Nunez en a nié l’existence ; vous avez du écrire et vous n’avez pas reçu de réponse. Ce même grade qu’on avait dit être institué à Paris, n’y est pas autorisé, ou du moins ne l’était plus lorsque vous avez pris des informations à cet égard. Il n’y a donc plus d’espoir de le voir légalement et maçonniquement institué. En conséquence nous vous prions de regarder notre inscription comme non avenue.
Nous serons dédommagés, T∴C∴F∴, en continuant de concourir avec vous aux progrès de l’art, dans les grades légalement reconnus de la Maçonnerie. »

  • 48 FM2 70. Lazare Laflèche, né à Constantinople le 8 décembre 1774, Écuyer de S. M. le Roi de Westpha (...)
  • 49 Ainsi la lettre de mission délivrée le octobre 1809 à Frédéric Main de la Boujardière, en partance (...)
  • 50 François Joseph Lefebvre, duc de Dantzig, né à Rouffach (Haut-Rhin) le 25 octobre 1775, † à Paris (...)
  • 51 Jérôme Bonaparte, né à Ajaccio le 9 novembre 1784, † à Villegenis (Essonne) le 24 juin 1860. Initi (...)

48Cependant, même si les Souverains Commandeurs parisiens ont fait plus que prendre leurs distances avec Nuñez, il n’en reste pas moins vrai qu’en avril 1808, il a bel et bien implanté son « Ordre du Christ » à Paris, et que le maréchal Lefebvre en a été le Grand Maître. On peut se demander comment Nuñez a fait pour approcher ainsi le maréchal : il est possible qu’il soit précisément passé par l’intermédiaire des frères Laflèche et Moujardini, co-fondateurs avec lui comme on l’a vu de la loge des « Disciples de Pythagore48 ». Ce sont les seuls qui par leur état pouvaient avoir un accès auprès de hauts dignitaires de l’Empire. Le premier est en effet écuyer, et le second maître des cérémonies de S. M. Jérôme Bonaparte, roi de Westphalie. Ce qui permet d’expliquer la référence constante qui est faite, dans les textes de l’Ordre, non seulement à « S. M. l’Empereur Napoléon », mais également à « sa dynastie » et à « son auguste famille49 ». Il y a en effet un problème : comme la plupart des maréchaux de l’Empire, François Lefebvre est certes un dignitaire du Grand Orient de France, dont il est Grand Hospitalier d’honneur depuis novembre 1803, avant même son accession au maréchalat en mai 180450. Cependant on ne voit pas très bien ce qui aurait pu amener l’époux de « Madame Sans-Gêne » à prendre ainsi la tête d’une telle organisation maçonnique de hauts grades, son implication en ce domaine ayant toujours été marginale. On peut émettre l’hypothèse qu’il n’ait en fait agi que pour le compte du dernier des frères de Napoléon51, Jérôme, dont on voit mieux l’intérêt politique qu’il aurait pu tirer d’une telle structure, si elle avait monté en puissance.

49Le mois suivant le frère Baré, de Nantes, se présente en personne à la séance du Consistoire pour retirer les patentes de grades concernant les six Chevaliers nantais. Comme il dépose en même temps dans la caisse du trésorier les 144 F nécessaires, elles lui sont immédiatement délivrées. Nuñez, dont on a vu qu’il était littéralement sans le sou, a donc remboursé « l’emprunt » qu’il avait fait précédemment de cette somme. Et pour cause : il a trouvé dans le frère Joseph De Laage, sous-inspecteur des douanes impériales, vénérable de la loge des « Sectateurs des Mystères de Memphis » à Paimboeuf, le « pigeon » parfait dont rêve tout escroc. « Parce que destiné à beaucoup voyager », De Laage tient à posséder le plus possible de hauts grades de la franc-maçonnerie. En conséquence de quoi Nuñez lui a conféré le grade de Grand Maître du 33e degré, celui de Sublime Élu de la Vérité, et bien entendu celui de Chevalier du Christ, Souverain Commandeur du Temple. Il lui a aussi emprunté 1 200 F, puis a disparu avec l’argent. C’est en octobre que De Laage s’aperçoit qu’il a été berné : « Vous connaissez combien Nunez a abusé pour me tromper des hautes dignités dont il a été revêtu, et des certificats dont il est encore porteur », écrit-il à un frère de Rennes, pour demander qu’on lui fournisse tout de même les diplômes promis. Demande appuyée par l’ensemble des Souverains Commandeurs nantais, qui écrivent à leurs homologues rennais :

« Nous devons vous faire observer relativement aux métaux que le frère De L’Aage ayant déjà payé près de 1 200 F la faveur qu’il réclame, il nous paraîtrait rigoureux d’exiger de lui la totalité de la somme que vous avez cru devoir imposer aux nouveaux initiés. C’est aux mêmes conditions que nous qu’il a été reçu, et nous espérons que vous trouverez juste d’user envers lui de la même bonté que vous avez eue pour nous, et dont nous vous prions d’agréer nos sincères remerciements. »

50On espère qu’effectivement le Consistoire de Rennes lui a consenti un prix. Exit donc le « Souverain des Souverains de Nuñez », devenu au fil des correspondances et des comptes rendus le « Chevalier Nuñez », puis le « F∴ Nuñez », et enfin « M. Nuñez ». Un an après sa fondation, on pourrait croire que l’Ordre du Christ n’est plus qu’un champ de ruines. C’est mal connaître Vuillaume et les autres, dont le sentiment se trouve résumé dans un autre passage de la lettre précédente :

« Que le voile de l’oubli couvre à jamais le nom et la mémoire de celui qui fut capable de tromper ses frères. L’or que des mains viles ou criminelles ont arraché aux entrailles de la terre n’en est pas moins le plus pur et le plus précieux des métaux. La main qui nous apporta le livre sacré a pu se ternir, mais le livre restera éternellement lumineux. »

51On peut comprendre les motivations des Chevaliers du Christ, qui se veulent et se perçoivent comme une élite maçonnique, ainsi qu’il est indiqué expressément dans le chapitre 10 de leurs Constitutions :

« Art 9e On ne pourra initier dans l’Ordre sous le titre distinctif du Christ, que les personnes professant un état distingué, d’une moralité à toute épreuve, et un entier dévouement à son prince.
Art 10e On n’admettra dans le grade de Souverain Commandeur que les personnes qui auront acquis l’âge de 28 ans.
Art 11e Tous les Consistoires auront le plus grand soin de communiquer à leur membres, outres les instructions qui leurs sont propres, l’instruction civile et morale qui leur sera nécessaire pour les faire parvenir à la plus haute perfection des connaissances mystiques ; et on leur insinuera les plus sublimes sentiments d’amour pour l’humanité, pour la patrie et pour la gloire, sans lesquels ils ne pourront pas faire des actions grandes et dignes d’un Chevalier. »

  • 52 Cf. chapitre précédent.

52De surcroît, le Consistoire de Rennes est extrêmement sourcilleux sur ce point : ainsi les frères Brayer et Baré de Nantes doivent, le 8 janvier 1810, signer un certificat de moralité en faveur des frères Mangin et Chardonneau, dont on a pourtant vu les titres aussi bien profanes que maçonniques, pour que leur réception au grade soit avalisée. La Franc-Maçonnerie de l’époque, en particulier la maçonnerie parisienne, est en effet soumise à une dérive certaine52. Pour les Chevaliers du Christ, ce sentiment d’appartenance élitiste se retrouve dans des détails, comme l’usage dans les signatures d’un alphabet maçonnique différent de l’alphabet habituel, et il est également parfois crûment exprimé lors des moments de détente, comme dans ce « cantique » chanté précisément par Mangin lors de la fête d’Ordre du 14 mars 1810 à Nantes :

Les Maçons entre eux sont amis
Entre nous devenons intimes
Par leurs secrets ils sont unis
Et les nôtres seuls sont sublimes
Qu’il soit à jamais révéré
Le Nœud auguste qui nous lie
Il nous fait un devoir sacré
De nous chérir toute la vie

D’un serment précieux pour nous
Et dont nos chevaliers s’honorent
Que d’ardents rivaux soient jaloux
Et que leurs ongles ils dévorent
Laissons les criailler, chercher,
Et rions de leur entreprise
Que peut contre le fier rocher
Le flot furieux qui s’y brise ?

  • 53 Cf. Chroniques d’Histoire Maçonnique, n° 51, année 2000, p. 134-145.
  • 54 Il convient de replacer le syncrétisme religieux affiché par l’Ordre du Christ dans l’environnemen (...)

53On l’a déjà vu dans les textes précédents, et on le retrouve également dans le rituel d’initiation53, les deux caractéristiques principales de l’Ordre sont en effet d’une part une religiosité affirmée, en particulier par une référence constante à l’immortalité de l’âme – mais bien entendue dégagée de toute référence catholique54 – et une allégeance inconditionnelle à l’empereur Napoléon, adaptant ainsi à l’époque la filiation templière dont les Chevaliers se réclament constamment dans leurs discours, tel celui que prononce Vuillaume le 14 mars 1811, lors d’une autre fête d’Ordre :

« Je commencerai par un aperçu succinct de l’histoire des Chevaliers du Temple, nos illustres ancêtres ; et je terminerai par un tableau rapide des belles actions qu’ils ont faites, et des titres qu’ils se sont acquis à la reconnaissance de tout l’ordre social. […] Ils étaient essentiellement religieux, parce que sans le respect pour la divinité il n’est pas de véritable société ; ils étaient militaires parce qu’après la divinité rien n’est au-dessus de la patrie, et ils faisaient le vœu de la défendre.
[…] Vos cendres longtemps ont crié vengeance. Il est enfin arrivé, ce jour qui devait venger votre mémoire, et mettre fin à la puissance de vos bourreaux ! Que ne pouvez-vous, du haut de l’Empyrée où vous habitez parmi les esprits bienheureux, voir le guerrier noble et magnanime, le grand homme sous lequel on a vu s’accomplir la Justice ! Tu serais mort paisible, ô digne Grand Maître, si Philippe eut été animé de l’esprit du grand Napoléon. »

  • 55 Séance du 8 septembre 1810, Livre d’or.
  • 56 Séance du 1er décembre 1810, Livre d’or.
  • 57 Si rien ne permet de mettre en doute la sincérité de l’allégeance napoléonienne des Chevaliers du (...)
  • 58 Séance du 20 juin 1811, Livre d’or.
  • 59 Séance du 20 juin 1811 et du 18 septembre 1812, Livre d’or.

54Si l’on excepte l’enlisement en Espagne et au Portugal, l’Empire est alors à son apogée : Napoléon a épousé Marie-Louise, et le roi de Rome vient de naître. Il n’est donc pas question pour les membres du Consistoire rennais, quelles que soient les réticences parisiennes, de mettre sous le boisseau ce qu’ils considèrent comme une sorte de Légion d’honneur maçonnique. L’objection d’Elleviou et de Tiengou-Tréfériou a cependant été prise en considération, et le premier problème dont ils se sont préoccupés après la défection de ces derniers a été celui de leur régularité. Ils ont donc modifié la formule du serment en enlevant la référence au « Grand Orient Luzitanus55 », et demandé au Grand Orient de France des lettres capitulaires pour former un chapitre de Rose-Croix sous le titre distinctif de « Chevaliers du Christ56 ». Et ils ont repris le cours des présentations et des initiations, en recevant Georges André d’Oberlin de Mittersbach*57, colonel sous-inspecteur aux revues, et plus tard son fils Eugène d’Oberlin, capitaine au 1er régiment de Carabiniers-Cuirassiers, Grand Inspecteur Inquisiteur du 31e degré du rite écossais58. Le Consistoire de Paris s’étant évanoui, le général Favereau a d’autre part reçu, lors d’un voyage dans la capitale, les serments préalables à l’initiation de Théophile de Soye, chef du bureau de la conscription militaire au ministère de la guerre ; de Jean-Baptiste Lapierre, sous-chef au bureau militaire de la préfecture de la Seine ; de Robert Morel, propriétaire ; de Jean Philippe Delion-Gachet, graveur ; et de trois négociants : Jean-Baptiste Millin, Pierre Duvelaer Van Campen et Nicolas Chamblant, à l’origine de toute l’histoire, on l’a vu, comme contact entre Luczot et Nuñez59. Les Chevaliers sont donc maintenant assez nombreux pour former de nouveau un Consistoire à Paris. Quant à d’Oberlin fils, il demande au Consistoire de Rennes des titres de constitution pour fonder un prieuré à Orléans, où il se trouve en garnison. Il y a là matière à une refondation totale de l’Ordre en France.

55Et telle est bien l’intention de Vuillaume qui énonce clairement les objectifs à atteindre le 17 mars 1812, après que le Consistoire ait décidé « que l’Ill∴ Chev∴ ministre d’État présenterait dans le plus court délai possible un état de la division de l’Empire en métropoles et prieurés, pour déterminer invariablement la juridiction de chaque maison, et être annexé aux règlements et statuts de l’Ordre ». Son discours, déjà évoqué, surprenant par la distance qu’il prend avec la Franc-Maçonnerie régulière, est sans équivoque, car Vuillaume croit en l’avenir de l’Ordre des Chevaliers du Christ :

  • 60 Séance du 17 mars 1812, Livre d’or. Certaines séquences de l’initiation au grade de Chevalier du C (...)

« Dans la vue de propager notre ordre sublime, j’ai pensé qu’il était indispensable de former en notre sein une loge maçonnique, qui prendrait des constitutions et des lettres capitulaires du Grand Orient de France, sous le titre d’Initiés de l’Orient, ce qui nous distinguerait assez des autres rites connus. Nous pourrions bien exister indépendamment de cette institution, qui n’a plus rien de commun avec notre Ordre qu’une initiation défigurée, quoique ses fondements remontent à une origine commune ; mais dans cette pépinière, nous choisirons, nous élèverons les hommes qu’il nous faut. Là, nous aurons les moyens de les étudier, et nous courrons moins de risque de nous tromper dans nos choix. Je ne vous proposerai pas cependant d’obliger à ce noviciat ces sujets rares et distingués qui se présentent quelquefois. La qualité de maçon ne doit pas être exigée pour entrer dans notre Ordre sublime, qui est la perfection même de la maçonnerie. Je pense même que nous devons dégager notre rituel de certaines formules aujourd’hui hors de saison. Nous ne devons présenter que des images douces et pénétrantes. N’essayons plus sur l’âme du récipiendaire ces vains moyens de terreur et de surprise qui n’en peuvent plus imposer qu’à des hommes dont nous ne voudrions pas dans l’Ordre60. »

56Mais le vent de l’Histoire a tourné : Napoléon a été battu en Russie. La séance suivante n’a lieu qu’un an après, le jour de la fête d’Ordre, le 14 mars 1813 – deux jours avant que la Prusse ne déclare la guerre qui verra la sixième coalition venir à bout de l’Empereur. Vuillaume est absent, remplacé par Luczot. Celui-ci informe les Chevaliers

« que le T∴ Ill∴ F∴ Mal Duc de Dantzick, président du Consistoire fondé en la vallée de Paris avait cessé ses fonctions, que son Consistoire avait fermé ses travaux, et que par ce fait, de notoriété publique, il avait tacitement renoncé à ses pouvoirs, et abandonné la propagation de l’Ordre. Que dans cette circonstance il était essentiel pour le bien et pour la prospérité de l’ordre et pour sa propagation, de recueillir les pouvoirs abandonnés par ses chefs. Qu’en l’absence du T∴ Ill∴ Souv∴ des Souv∴ Gr∴ Com∴ De Nunez retourné dans sa patrie, il était du devoir du second Grand Consistoire par lui institué en France de pourvoir à la conservation de l’Ordre en lui choisissant un autre chef. »

  • 61 Séance du 2 avril 1813, Livre d’or.

57Il propose donc que Vuillaume soit nommé Grand Maître de l’Ordre. Après quelques hésitations, celui-ci accepte lors de la séance suivante61, et le 1er mai 1813, la séance du Grand Consistoire étant présidée par d’Oberlin, grand prieur d’Orléans, il est solennellement installé dans cette dignité :

« Le Temple a été ouvert aux francs-maçons des hauts grades présents à l’Orient de Rennes qui ont été invités pour donner à la cérémonie de ce jour toute la pompe et toute la solennité possibles. […] Le Grand Maître des cérémonies est venu prendre le T∴ Ill∴ Grand Maître et le conduire devant l’autel où deux coussins étaient préparés, l’un à droite pour le T∴ Ill∴ Grand Maître, et l’autre à gauche pour le T∴ Ill∴ Grand Prieur président. Tous se mettent à genoux et le Président dit : Prions mes frères ! Grand Yalla, souverain maître, créateur et conservateur de l’univers, toi qui n’es mort et ne mourra jamais, écoute notre prière. Donne de longues années à notre Très Ill∴ Grand Maître Claude André qui te prie avec nous ; fais qu’il soit heureux en lui-même et dans les cieux ; donne lui la sagesse pour le gouvernement d’un Ordre qui est entièrement dévoué à ton culte suprême. Amen, amen, amen, amen, amen. » Vuillaume fait ensuite le serment de maintenir et de conserver soigneusement les statuts de l’ordre. « Alors les deux officiers qui occupaient les fauteuils de premier et second lieutenant généraux dépouillent le T∴ Ill∴ Souv∴ Grand Maître de son manteau de Chevalier, le revêtent de celui doublé d’hermine, lui posent la couronne sur la tête, lui mettent le sceptre dans la main gauche et le glaive dans la main droite, et le conduisent sur le trône qui avait été préparé, et s’inclinant devant lui en faisant avec tous les Chevaliers présents le salut du glaive, lui rendent les honneurs souverains. »

58Cependant la fin est proche. Les Chevaliers du Consistoire de Nantes s’inquiètent :

  • 62 FM2 367, lettre du 5 juillet 1813 du Consistoire de Nantes à Vuillaume.

« Quel est l’état actuel de l’Ordre ? Quelles sont les relations des Consistoires entre eux et avec le Consistoire central ? Quelles sont-elles avec les autres sociétés mystérieuses, et notamment avec le G∴O∴ de la Maçonnerie française ? Nos Consistoires sont-ils reconnus par cet Orient, ou lui ont-ils reconnu à lui-même quelque suprématie ? Les discussions dont nous avons ouï parler sont-elles terminées et de quelle manière ? Estelle enfin terminée aussi, cette lutte scandaleuse qui nous a rappelé les guerres ridicules que des sociétés monacales se sont faites dans des siècles d’ignorance, que le 19e n’aurait pas dû voir renaître ? Les Chevaliers du Christ et de la Croix sont-ils enfin convaincus que, marchant au même but, ou plutôt qu’y étant parvenus, quelques différences dans les costumes et même dans les rites ne doivent pas désunir deux ordres également fondés sur la raison, et qui comptent également dans leur sein les plus éminents dignitaires de l’État ? […]
S’il était décidé (ce que nous n’apprendrions qu’avec la plus vive douleur) que l’Ordre du Christ a cessé d’être, nous pensons que dans ce cas le serment souscrit par les Chevaliers doit être remis à chacun d’eux, et nous vous prierions de nous renvoyer les nôtres62. »

59Le 30 septembre 1813, le Sérénissime Grand Maître Claude André – comme un souverain, il n’est plus maintenant désigné que par ses deux prénoms – préside encore une séance où il est porté à la connaissance des Chevaliers que Dorville, maintenant à Paris, propose l’admission dans l’ordre de six nouveaux membres. On se trouve alors au moment même de la seconde campagne d’Allemagne, qui verra la défaite des forces françaises à Leipzig : la proposition est acceptée, des observations sont faites à Dorville pour lui rappeler les règles de l’Ordre concernant les admissions, mais on sent bien que le cœur n’y est plus. Avril 1814 voit l’abdication puis le départ de Napoléon pour l’île d’Elbe, et Louis XVIII rentre à Paris le 3 mai. Avec lucidité, Vuillaume tire les conclusions de ces événements lors de l’ultime séance du Consistoire de Rennes, le 25 juin 1814 :

« Le Grand Maître a exposé que les circonstances dans lesquelles s’était trouvée la patrie à l’époque de la commémoration du 13 mars ne lui avaient pas permis de réunir le Grand Consistoire ; que les travaux du Grand Consistoire souffraient beaucoup de l’absence d’un grand nombre de nos frères qui ont quitté cette vallée depuis l’année dernière.
Le Grand Maître ajoute encore que la situation politique de la France ayant changé, et n’étant plus la même qu’au moment de la fondation du Grand Consistoire, il devenait plus urgent que jamais de faire dans le rituel les changements et les améliorations déjà projetés depuis longtemps ; que jusqu’à ce moment il croyait de la prudence de suspendre les travaux du Consistoire qui s’était dévoué dans l’origine à un pouvoir qui n’est plus ; qu’il deviendrait criminel de faire prêter aux Chevaliers des serments qui se trouveraient en opposition avec leurs devoirs civils ; que le premier des devoirs d’un Chevalier du Temple est l’obéissance aux lois de son pays et la soumission au gouvernement qu’elles ont établi ; qu’il est évident que l’ordre des Chevaliers du Christ est indépendant du temps et des circonstances dans lequel il s’est établi en France, et qu’on peut fort bien dégager ses statuts de ce qui appartient à l’état des choses au moment de son introduction parmi nous ; qu’enfin il lui semble raisonnable de reprendre purement et simplement les statuts de l’Ordre des Chevaliers du Temple qui sont ceux qui ont toujours gouverné l’Ordre du Christ. »

60En conséquence, le Consistoire décide de suspendre indéfiniment ses travaux, de confier ses archives à Vuillaume et de remettre « à la prudence du Grand Maître de fixer l’époque à laquelle l’Ordre pourra être réuni de nouveau ». C’est Vuillaume lui-même qui rédige ce compte rendu sur une feuille séparée, qu’il colle simplement à la dernière page du Livre d’or de l’Ordre, n’ayant probablement pas le cœur de l’y retranscrire. Et il ajoute pour terminer :

« Avant de se séparer, les Chevaliers composant le Souverain Consistoire ont résolu de célébrer la fête de Saint Jean, l’une de celle de l’Ordre, ce qui a eu lieu le même jour dans le doux épanchement des sentiments d’amitié et d’estime réciproques qui animent tous les membres d’une famille unie par les plus doux liens, et chacun s’est retiré en paix. »

  • 63 L’édition de 1830 a été rééditée en fac-similé par Dervy Livres en 1975. Dans la préface, Jean Tou (...)

61L’Ordre du Christ disparaît avec le rêve napoléonien d’une Europe unifiée sous l’égide de la France, auquel il s’était identifié. À la seconde Restauration, Vuillaume quitte Rennes pour Paris, où il s’affilie à la loge « Les Trinitaires N° 3 », dont il devient vénérable en 1829. En 1830, il est aussi premier Grand Surveillant du Suprême Conseil écossais. On comprend que dans l’ambiance de l’époque il reste alors très discret sur les activités à Rennes du « Souverain des Souverains et Grand Maître de l’Ordre du Christ Claude André », comme en témoigne le fait qu’avant sa mort il soustrait les archives de l’Ordre de ses papiers personnels pour les confier à un ami sûr. Auparavant, il écrit en 1820 un ouvrage alors anonyme, qui sera plusieurs fois réédité au siècle dernier, le célèbre Manuel maçonnique ou tuileur des divers rites pratiqués en France, dans lequel on trouve l’étymologie et l’interprétation des noms et des mots mystérieux donnés dans chacun des différents rites63, autrement dit l’art et la manière de distinguer le bon grain de l’ivraie. Chat maçonnique échaudé par Nuñez craint l’eau froide.

  • 64 FM2 370, 25 juillet 1817. Déclaration du F∴ De Joly Frayssinet, Officier du G∴O∴, délégué du Chapi (...)

62Durant ces années qui voient la fin du premier Empire, on vient de voir que l’« Ordre du Christ » a coexisté à Rennes avec le rite des « Sublimes Élus de la Vérité », et le Chapitre « La Parfaite Union ». De même que l’Atelier bleu, ce dernier entre en sommeil à partir de 1812. Son réveil coïncide avec celui de sa loge mère, puisqu’il adresse au Grand Orient une demande de reprise de travaux datée du 1er mai 1817, bientôt convertie en simple demande de lettres capitulaires, son ancienneté historique ayant été reconnue sans problème64. Vuillaume en est le Très Sage, et l’on ne s’étonne donc pas de le voir également quelques jours plus tard soulever la question de la restauration du rite des « Sublimes Élus de la Vérité » :

« Le Très Sage a été invité par le Souverain Chapitre en sa qualité de membre du Souverain Conseil Métropolitain des Sublimes Élus de la Vérité, afin de s’adresser à ce Conseil pour l’engager à se réunir aux frères de la R∴L∴ nouvellement reconstituée en son Chapitre et Loge symbolique pour perpétuer dans son sein le Conseil Métropolitain des Élus de la Vérité. Il a donné connaissance au Souverain Chapitre des démarches qu’il a faites près du T∴V∴F∴ Tiengou, président du Conseil Métropolitain, et rendu compte des convocations qui ont été faites par le F∴ Tiengou pour réunir le Souverain Conseil Métropolitain le 9 de ce mois. Que les frères Elleviou, Vuillaume et Le Hénaff s’y étaient seuls présentés, et que ces frères, malgré qu’ils fussent assistés du T∴V∴F∴ Luczot membre agrégé du Suprême Conseil, se sont trouvés non compétents pour ouvrir les travaux. »

63En effet, il n’y a que cinq présents sur les neuf frères composant le Souverain Conseil : deux autres sont absents, un troisième est malade, et le dernier ne veut plus participer aux travaux. Sur le moment il est décidé de passer outre :

  • 65 AR 113/1/1308, Livre d’architecture du Chapitre de La Parfaite Union, 10 juin 1817.

« Le Souverain Chapitre considérant que les motifs allégués pour retarder ou éloigner indéfiniment la réunion du Suprême Conseil Métropolitain des Élus de la Vérité semblent annoncer l’intention de laisser le Souverain Chapitre dépositaire des Constitutions de ce grade sublime. Considérant néanmoins que sans avoir une mission spéciale il ne se croit pas autorisé à se les approprier, et que cependant ayant dans son sein trois membres actifs ou honoraires du Suprême Conseil Métropolitain, il les invite à vouloir bien se réunir pour délibérer. A l’instant le Souverain Chapitre a été couvert par ceux de ses membres non revêtus du grade des Élus de la Vérité. Le Très Sage a rendu compte de la délibération prise par les membres restant du Suprême Conseil Métropolitain, d’où il résulte que la requête du Souverain Chapitre est octroyée, sauf une dernière approbation des membres absents65. »

64On en arrive au problème de structure qui va finalement entraîner la disparition du rite : son organe directif des « Maîtres à Tous Grades », composé de membres cooptés à vie, et remplacés uniquement en cas de décès, va se déliter du fait de départs ou d’absences prolongées. Le dernier tableau de loge où apparaît la composition du Suprême Conseil Métropolitain date de 1819, et n’y figurent que cinq noms. Seuls trois frères demeurent effectivement à Rennes : François Luczot vit alors à Digne, et Claude André Vuillaume à Paris. Sans compter que Guillaume Le Graverend*, conseiller à la cour d’appel et député, ne doit pas être très souvent présent. Une mention marginale indique l’état critique de l’institution : « Les vacances au Conseil Métropolitain n’ont pu être remplies par l’absence continue des membres titulaires en exercice. » On touche ici aux contradictions inhérentes à tous les rites de hauts grades. D’une part ils rétablissent entre les frères une hiérarchie absente dans le propos initial de la Franc-Maçonnerie. D’autre part leur volonté de ne communiquer une connaissance, préalablement définie comme ésotérique ou transcendante, qu’à une élite restreinte par un système de quotas, est antinomique avec l’universalisme affiché par l’institution, qui, en bonne logique, devrait commencer par en faire bénéficier tous ses adeptes. La tendance naturelle de ces superstructures est donc de se transformer en une gérontocratie malthusienne, ce qui entraîne plus ou moins rapidement leur sclérose et leur disparition.

  • 66 À savoir : Élu, Écossais, Chevalier d’Orient et Rose-Croix. Il est demandé, outre une assiduité ex (...)

65Et de fait, la mention « Maître à Tous Grades » disparaît aussi bien dans les tableaux ultérieurs de la loge bleue que dans ceux du Chapitre de « La Parfaite Union ». La version du Rite Écossais Ancien et Accepté proposée en 1829 par le Grand Orient de France, avec cinq grades effectifs, dont l’article 358 du Règlement Général précise les modalités d’attribution : « La division des grades et l’intervalle de temps à observer pour leur collation doivent être tels qu’on ne puisse être reçu Maître qu’à 21 ans 9 mois, Grand Écossais à 23 et demi, Chevalier Rose-Croix à 25, Grand Élu Chevalier Kadosch à 27, Prince du Royal Secret à 30, Grand Inspecteur Général à 33 » n’est pas pratiquée à Rennes, dont le Chapitre continue à fonctionner selon le rite Français à quatre ordres66. Mais certains frères possèdent néanmoins des grades écossais, qu’ils ont reçus dans d’autres Orients.

66Une dernière tentative pour ranimer le rite des « Sublimes Élus de la Vérité » aura lieu en 1840 :

  • 67 AR 113/1/1308, Livre d’architecture du Chapitre, 23 novembre 1840.

« Un frère Chevalier rappelle qu’un des anciens frères de ce Chapitre, habitant la Vallée de Rennes, est dépositaire des cahiers et statuts d’un rite dont le Chapitre de La Parfaite Union est la base, et que seul il a le droit de donner, en sorte que le Chapitre de Rennes peut être regardé comme le fondateur, car il n’appartient qu’à lui (le Grand Orient même ne l’a pas, les titres capitulaires nous appartenant seuls.) Ce frère propose au Chapitre d’envoyer au frère Le Prieur habitant la Vallée de Rennes une députation pour lui demander de faire rouvrir les travaux au susdit grade, et le communiquer aux Chevaliers qui sont en droit de l’obtenir. Le Très Sage nomme comme membre de la députation les frères Binet, Millardet et Ramet (le frère Binet seul est revêtu du grade réclamé67). »

67Le frère Thomas Binet*, architecte, colonel de la Garde Nationale, vénérable en 1834 et 1835, est en effet le dernier membre actif de « La Parfaite Union » à posséder alors le titre de « Maître à Tous Grades », dont le frère Le Prieur, qui a démissionné en 1821, semble avoir gardé les archives. La démarche se concrétise l’année suivante :

  • 68 Ibid., 13 septembre 1841.

« Nous avons la faveur de vous faire connaître que le Suprême Conseil Métropolitain des Sublimes Élus de la Vérité séant à l’Orient de Rennes, qui depuis quelque temps était en sommeil, a été reconstruit le 8 août, et qu’il va s’empresser de renouer les relations interrompues depuis quelques années avec les conseils départementaux créés par lui. Ce Conseil se compose des frères Mangin d’Ouins, Binet, Guibert, Boucault, Arot, Guillot, Lefas, Rives et Ramet68. »

  • 69 Ibid., 14 avril 1842 : « Le Très Sage donne lecture au Chapitre d’une planche émanée du Souverain C (...)
  • 70 FM2 369.

68Et des liens sont effectivement renoués avec d’anciens membres de l’atelier, titulaires du grade, qui prennent en charge la renaissance du rite dans leurs orients respectifs, comme Pierre Auray à Saint-Malo, Pierre de Baucé au Mans, et François Luczot à Lorient – le premier « Souverain Commandeur du Temple » de l’Ordre du Christ est toujours aussi passionné de hauts grades, et gaillard à 72 ans, puisqu’il vient de se remarier et d’avoir un fils. La règle de cooptation est également assouplie : c’est au Chapitre que l’on demande maintenant de présenter des candidats au Suprême Conseil Métropolitain69. Mais cette structure de direction trop contraignante va se révéler une fois de plus fatale, soit par manque de vocations, soit du fait des turbulences qui agitent la loge bleue en 1845, qui amènent la démission de plusieurs de ses membres. Il n’y a plus que six « Maîtres à Tous Grades » à Rennes en 1847, et l’une des dernières mentions recensées concerne le frère Joseph Coulas-Rozan, de Lorient, agent administratif de la Marine en retraite, qui dans sa lettre du 17 décembre 1852, où il remercie la loge de Rennes de l’avoir nommé comme député de « La Parfaite Union » auprès de sa loge « Nature et Philanthropie », signe « Rose-Croix du Chapitre de Nature et Philanthropie, Chevalier Kadosch du Conseil des Élus de Sully (à Brest), et Maître à Tous Grades du Conseil départemental des Sublimes Élus de la Vérité sous l’Obédience du Suprême Conseil Métropolitain à l’Orient de Rennes70 », ce qui, en matière de hauts grades, témoigne d’un bel éclectisme.

  • 71 Rés. FM2 105.

69Le rite perdurera cependant à Rennes quelques années encore. Les archives de « La Parfaite Union » aujourd’hui conservées à Paris ont été expurgées en 1940, pour des raisons de sécurité, des tableaux d’effectifs annuels à partir de 1864. Un seul tableau semble avoir échappé à la destruction, celui de 187871. On y voit paraître pour la dernière fois un frère se réclamant du titre de « Sublime Élu de la Vérité », et signant « M∴A∴T∴G∴ » : il s’agit du Vénérable Louis Guillot, qui mourra deux années plus tard à 77 ans, toujours en poste. Chef de bureau à la mairie de Rennes, reçu à « La Parfaite Union » en 1823, doyen de la Loge, il est probablement le dernier représentant de ce rite hors normes, qui a fortement marqué de son empreinte la vie maçonnique à Rennes, et qui demeure sans conteste une singularité remarquable dans l’histoire de la Franc-Maçonnerie française.

Notes

1 Article premier de la Constitution du Grand Orient de France.

2 Jacques Brengues, La pensée initiatique : L’initiation, phénomène universel, à paraître.

3 On peut en distinguer neuf, dont la distribution séquentielle comme l’intensité peuvent varier, mais dont les combinaisons réelles ou symboliques caractérisent le déroulement d’un processus initiatique : 1) Utopie et uchronie 2) Oubli et désorganisation 3) Voyage(s) 4) Égarement 5) Peur 6) Probation 7) Sang 8) Secret 9) Ritèmes transcendants menant à la connaissance initiatique.

4 Constitution du Grand Orient de France, article V.

5 Cf. André Kervella, La Maçonnerie Écossaise dans la France de l’Ancien régime, Éditions du Rocher, 1999 ; La Passion Écossaise, Éditions Dervy, 2002 ; et Franc-Maçonnerie : Légende des fondations, Dervy, 2005.

6 On trouve également une description du Temple de Salomon et une mention d’Hiram dans le Deuxième Livre des Chroniques, dont la rédaction est postérieure de plus de deux siècles à celle du Livre des Rois, laquelle date déjà de plus de 300 ans après la construction du Temple. D’où une première amplification des données initiales sur les dimensions et le décor de l’édifice. Pour une étude plus détaillée, se reporter à Daniel Kerjan, Hiram et ses Légendes, Chroniques d’Histoire maçonnique, n° 43, 1990, p. 3-25.

7 Ses dimensions sont approximativement celle d’un parallélépipède de 27 m de long, 9 m de large, et d’un peu plus de 11 m en hauteur.

8 Développant ses portiques, ses parvis, ses cours et le Temple proprement dit sur près de six hectares, le descriptif qui occupe tout le chapitre 5 du Ve livre de La Guerre des Juifs permet de se faire une idée très complète de cet ensemble monumental.

9 I Rois, 7. 40-45.

10 Cette prééminence donnée au métal vient de données socio-économiques : à l’époque de David, père de Salomon, les Hébreux, qui viennent de se sédentariser et sont pour la première fois soumis à une autorité centralisatrice, passent de la technologie du bronze à celle du fer, fondement de leur toute nouvelle force militaire face aux peuples de leur hinterland qui ne sont pas encore arrivés à ce stade.

11 « Si tu me dresses un autel de pierre, ne le bâtis pas de pierres taillées car, à les travailler au burin, tu les profanerais », Exode, 20.25.

12 « La construction du Temple se fit en pierres de carrière ; on n’entendit ni marteau, ni pic, ni aucun outil en fer dans le Temple pendant sa construction. », I Rois, 6.7. ; « À l’intérieur du Temple, tout était en cèdre, aucune pierre ne paraissait. », I Rois, 6.17.

13 I Rois, 8. 41-43.

14 André Doré, « Essai sur la naissance des Rituels », in Roger Bongard, Manuel Maçonnique du Rite Écossais Ancien Accepté, Dervy-Livres, Paris, 1971, p. 58. Le texte des Constitutions de 1723 ne consacre en effet que deux lignes à Hiram. Il n’en est pas de même en 1738, lors de la deuxième édition des Constitutions, où l’homologation du grade de Maître, absent dans la première édition, laisse supposer que la légende d’Hiram est alors utilisée dans la rituélie.

15 Cf. le Livre d’Esdras.

16 Pour une étude détaillée, se reporter à R. Bongard, op. cit.

17 Le modèle français avec ses quatre ordres supérieurs : Élu Secret, Grand Élu Écossais, Chevalier d’Orient et Souverain Prince Rose-Croix ne se fixera définitivement que vers 1785, mais il est déjà ici présent dans sa totalité.

18 Dans son article sur La Maçonnerie à Rennes jusqu’en 1789, paru en 1859 dans Le Monde Maçonnique, Jouaust fait explicitement référence à ce document : « Nous possédons encore la charte de cette institution, grand diplôme sur vélin daté de 1775, revêtu de dix sceaux et de nombreuses signatures de nobles personnages, appartenant à des familles très-haut placées dans l’armorial de France ». Il ajoute que ces lettres capitulaires offrent une curieuse restriction : « Sous réserve des engagements contactés par le F∴ Hervagault avec l’Orient de France, et qui sont ratifiés par la Grande Loge. » Toujours présent rue Thiers jusque dans la fin des années soixante-dix, où l’auteur du présent ouvrage se souvient de l’avoir examiné, il semble avoir disparu suite aux travaux de rénovation entrepris dans le Temple à cette époque.

19 FM2 369.

20 Article premier des « Statuts et Ordonnances du Souverain Conseil Métropolitain du grade des Sublimes Élus de la Vérité, dernier grade de toute la Maçonnerie, séant à l’Or∴ de Rennes, dans un lieu fort et inaccessible à la curiosité et à la superstition » : « Il existe à Rennes, depuis l’an mil sept cent quarante huit, un Conseil Souverain et Métropolitain du grade des Sublimes Élus de la Vérité, dernier grade de toute la Maçonnerie. Il n’est et ne peut jamais être composé que de neuf membres en activité. »

21 Pierre Mollier, Un système rationaliste de Hauts Grades au XVIIe siècle, Les Élus de la Vérité, Studia Latomorum & Historica, p. 313-326.

22 La référence donnée par André Doré, à savoir M11, pièce 131, est exacte, mais la chemise correspondante est vide. Il précise qu’il s’agit « d’un manuscrit de 16 pages, non daté mais établi vers 1777, à la rédaction mauvaise, dont l’écriture est souvent difficile à déchiffrer, d’autant que l’orthographe non stabilisée est capricieuse, et la ponctuation pratiquement absente ».

23 FM2 369, Correspondance de La Parfaite Union de Ploërmel avec La Parfaite Union de Rennes, lettre d’envoi du tableau du 24 juin 1778.

24 Né à Vannes en 1715, mort en 1782, Vincent Toussaint Le Beurier est un missionnaire de la congrégation des Eudistes, supérieur du petit séminaire de Rennes de 1743 à 1775, et qui dès 1768 à Caen a commencé à dénoncer la Franc-Maçonnerie comme contraire aux dogmes de la religion catholique. Les jansénistes sont également une de ses cibles, ce qui lui vaut de finir l’un de ses prêches du carême de 1772 au Mans dans une fosse d’aisances.

25 « Le Seigneur seul édifiera son Église, et tous ceux qui en édifient une autre travailleront en vain. » Pierre Chevallier a pu reconstituer le plan et le contenu des deux sermons prononcés par Beurier contre la Franc-Maçonnerie lors de ce carême de 1775 à Rennes, cf. Le Sceptre, la Crosse et l’Équerre sous Louis XV et Louis XVI, p. 123-128.

26 FM2 368, 14 avril 1775 : lettre de François Drouin au F∴ Le Breton, Vénérable de la loge Saint Louis à Paris.

27 FM2 369, 7 juillet 1775.

28 FM2 369, 24 juin 1776. Il date de plus sa correspondance « à l’orient de la deuxième nuit de la 4e semaine du sixième mois de l’an de la vraie lumière – 463 – », utilisant donc un comput maçonnique commençant à la mort sur le bûcher du Grand Maître des Templiers, Jacques de Molay, le 19 mars 1314.

29 FM2 327. On trouve plus tard à La Parfaite : Bon Joseph Thébaud, vénérable en 1775, Jean Baptiste Garnier du Puyloup, vénérable en 1777, etc.

30 FM2 186 : Charles Louis Bernard de Marigny, Lieutenant des vaisseaux du Roi, aide major de la Marine, vénérable ; François Claude Marie Dudresit, Officier du port aide commissaire ; Jean Julien Modeste Léziart du Dézerseul, Officier du Génie ; Nicolas Madec, Chirurgien major de la Marine ; Jean-Baptiste Mutte, Officier de port ; Pierre Gaspard Nevierre, Ancien commissaire de la Marine, ex-vénérable ; De Thiballier ; De Linoes.

31 FM2 44, 1774 et 1775.

32 Toutes ces citations proviennent du texte imprimé contenant les « Statuts et ordonnances » du rite, conservé à la bibliothèque du G∴O∴D∴F∴. Une note manuscrite de Paul Naudon lui fait dater le document de 1780. Il s’agit en fait d’un document postérieur. En effet, p. 42, il est indiqué que le Souverain Conseil Métropolitain de Rennes est seul habilité pour donner des Constitutions à des Conseils Souverains de « département », en France ou dans les divers pays d’Europe qui sont alors soumis à un découpage administratif identique. D’autre part, pour recevoir le diplôme de « Sublime Élu », il est précisé, p. 45, que le récipiendaire devra payer « une somme de six francs ». Enfin, comme on vient de le voir, le rite exclut désormais les ecclésiastiques, ce qui n’était pas le cas au siècle précédent.
L’imprimé reproduit verbatim la copie manuscrite réalisée le 30 germinal an XII, sauf sur un point. On trouve bien en effet, p. 48, la question « Que signifie la figure que l’on nomme l’emblème de la conception ? », mais la réponse manque en haut de la page 49, alors qu’elle est donnée dans la copie manuscrite. Négligence de l’imprimeur, auto-censure ? Quoi qu’il en soit, cette copie manuscrite a été elle-même recopiée ultérieurement par un collectionneur de rites – c’est celle qui nous est parvenue –, probablement sous la Restauration, puisqu’in fine celui-ci ne se prive pas de donner son opinion sur « Les Sublimes Élus de la Vérité » : « L’auteur de L’Histoire du Grand Orient (Thory) s’extasie sur l’utilité de cette production qui n’est dans la réalité qu’une suite de sophismes et d’idées fausses destructrices de l’ordre public. »

33 Cf. P. Mollier, art. cité, p. 324-325.

34 Livre d’architecture de L’Union Philanthropique à Hédé, 2 janvier 1809, FM2 246 I.

35 Elle cessera ses travaux l’année suivante, les neuf membres restant, affiliés à La Parfaite Union à Rennes, figurant dès lors sur les tableaux de cette loge comme « membres honoraires absents de l’Orient ». En 1819, les derniers frères de Nature et Philanthropie déposeront leurs Constitutions aux archives de La Parfaite Union « pour en être le gardien jusqu’à ce qu’il plaise au Grand Architecte de réunir les ouvriers dispersés » (AR 113/1/1316, 22 avril 1819). Luczot, revenu plus tard en Bretagne, sera à l’origine de l’actuelle loge de Lorient de même titre distinctif, Nature et Philanthropie, dont il sera le premier délégué à Paris en 1838 avant d’en être le secrétaire, puis le vénérable en 1843.

36 Sur les tableaux de loge de La Parfaite Union de 1810 et 1811, il est noté comme « externe, non membre de l’Atelier ».

37 Emmanuel Nuñez, docteur en médecine, né à Barcelone le 16 septembre 1769. Fondateur et premier vénérable de la loge Les Disciples de Pythagore à Paris, installée le 4 juin 1808, après une demande en constitution du 7 février 1808. FM2 70.

38 Archives internes de l’Ordre du Christ, FM2 367 : 42 documents, du 26 avril 1808 au 5 juillet 1813.

39 Louis Aulnette du Prouteau a également prêté serment le 25 mars 1809, mais il n’apparaît plus par la suite. Par contre Pierre Sébastien Boullay-Paty, conseiller à la Cour d’appel, fait aussi partie des membres fondateurs du Consistoire, mais son serment n’a pas été conservé.

40 Livre d’or du Grand Consistoire métropolitain du Rit d’Orient séant en la vallée de Rennes, Baylot FM3 13, « in f° manuscrit de 101 feuillets dont 37 seulement sont écrits ». Une note liminaire du F∴ Le Rouge, datée du 22 mars 1823, précise que le volume en question, ainsi qu’un « autre volume, également in f° et manuscrit de 314 pages intitulé Livre d’or de l’Ordre des Chevaliers du Temple sous le titre distinctif de Chevaliers du Christ » et « un timbre gravé sur bois et un sceau gravé sur cuivre », lui ont été remis par Vuillaume « avec l’intention qu’ils deviennent ma propriété, si la mort venait à le priver de l’existence avant de les avoir réclamés ». Le brouillon de la rédaction de cette séance constitutive, comme l’original de la déclaration de Nuñez, se trouvent également en FM2 367.
Le devenir de ces deux livres d’or remis par Vuillaume à Le Rouge pose problème. En effet le premier ne figure pas au catalogue de la vente après décès de ce dernier de sa collection de « livres manuscrits et imprimés sur la Franc-Maçonnerie » du 7 janvier 1835, mais s’est retrouvé dans la collection Baylot. Quant au second, dont le titre exact est « Livre d’or de l’ordre des Chevaliers du Temple, sous le titre distinctif de Chevaliers du Christ, contenant les 30e, 31e, 32e et 33e degrés de la Maçonnerie du rit écossais, servant d’introduction nécessaire à l’Ordre du Christ ; avec les institutions en original du Consistoire métropolitain fondé à Rennes le 1er septembre 1809, par E. F. Nunez, revêtu de pouvoirs de Lusitanus, en Portugal », et décrit comme un « manuscrit exécuté avec le plus grand soin, dont chaque page est encadrée par une vignette, et dont les tableaux et figures symboliques sont très finement dessinés », il figure bien au catalogue de cette vente, mais ne se retrouve pas à la Bibliothèque du Grand Orient des Pays-Bas, acquéreur de la majeure partie du fonds Le Rouge.
Sa localisation actuelle est inconnue, mais dans la revue américaine de textes maçonniques originaux, éditée par le Grand Collège des Rites des États-Unis, Collectanea, Vol. 5, Part 2, 1954, p. 113-130, on trouve une traduction en anglais du rituel d’initiation au grade de Chevalier du Christ, qui provient très probablement de ce second Livre d’or.

41 Les abréviations triponctuées « ∴ » des grades, des formules usuelles, ou les codes grammaticaux, tel le redoublement d’une majuscule pour indiquer le pluriel (RR∴ LL∴ : Respectables Loges), ont été et sont toujours strictement respectés dans les documents maçonniques, à tel point qu’ils finissent par devenir, pour le rédacteur comme pour le lecteur, une seconde nature. On a tâché d’en limiter l’usage dans cet ouvrage, mais ils sont parfois nécessaires pour l’authenticité du document évoqué, tel celui-ci, ou leur inflation même se révèle significative de la démarche de Nuñez, qui camoufle son escroquerie sous un déluge de titres et d’adjectifs hyperboliques.

42 Dans ce pays comme en Espagne, il fallait compter avec la Sainte Inquisition, qui n’hésitait pas à brûler les francs-maçons comme hérétiques. Selon le dictionnaire de Daniel Ligou, le premier « autodafé » de ce genre eut lieu dès 1744. La persécution s’accentue avec la Révolution française. Vers 1800, cinq loges existent cependant à Lisbonne, qui se fédèrent en 1804 en Grande Loge, dont les statuts et les règlements sont votés en 1806. Pour la suite les généraux Junot, Soult et Wellington, qui se battent sur le territoire, sont certes tous trois francs-maçons, mais ne se préoccupent certainement pas d’une éventuelle résurgence maçonnico-templière de l’Ordre du Christ.

43 Séance du 16 décembre 1809, Livre d’or.

44 24 septembre 1809, Baylot FM2 78. Les documents rassemblés sous cette cote sont en fait les archives personnelles de Chamblant.

45 Baylot FM2 78, brouillon sans date de la réponse de Chamblant, qui assure l’interim du vénéralat de la loge des Disciples de Pythagore. Laberge a en effet démissionné le 27 octobre 1809, suite à la réunion du Conseil de discipline de l’atelier du 23 octobre, qui proposait son exclusion.

46 FM2 367. Orthographe originale respectée.

47 Il s’agit ici, comme dans la lettre de Nuñez citée plus haut, et celle de juillet 1813 du Consistoire de Nantes (cf. plus loin), d’une autre résurgence néo-templière, à recrutement très aristocratique, celle de loge des Chevaliers de la Croix, dirigée par Fabre-Palaprat, dont les prétendues références historiques sont effectivement à peu près les mêmes que celles de l’Ordre du Christ.

48 FM2 70. Lazare Laflèche, né à Constantinople le 8 décembre 1774, Écuyer de S. M. le Roi de Westphalie, premier surveillant de la loge des Disciples de Pythagore ; Antoine Moujardini, né à Gênes le 6 juillet 1774, maître des cérémonies de S. M. le Roi de Westphalie.

49 Ainsi la lettre de mission délivrée le octobre 1809 à Frédéric Main de la Boujardière, en partance pour Bruxelles, et l’autorisant à recruter dans cette ville pour l’Ordre du Christ, indique : « Considérant qu’il est avantageux pour L’Ordre, et pour le Gouvernement même, de propager les Lumières et les principes que nous professons ; mais qu’il importe essentiellement, pour la prospérité et le maintien de l’Ordre, qu’aucun individu n’y soit admis s’il n’est doué des qualités morales qui distinguent l’homme de bien éclairé, s’il n’est connu par son attachement au Gouvernement et à la personne de Sa Majesté l’Empereur, et s’il ne jouit, sous tous les rapports, de la considération de ses concitoyens, et principalement celle des maçons. »

50 François Joseph Lefebvre, duc de Dantzig, né à Rouffach (Haut-Rhin) le 25 octobre 1775, † à Paris le 14 septembre 1820. Soldat au régiment des Gardes-françaises en 1773, sergent en 1788, capitaine en 1792, général de brigade à l’armée de la Moselle en 1793, général de division en 1794, il passe à l’armée de Sambre-et-Meuse dont il prend le commandement à la mort de Hoche en septembre 1797. Commandant la 17e division militaire à Paris, il prend une part active au 18 Brumaire. Sénateur en 1800, puis président du Sénat, maréchal d’Empire en 1804, chef de la 5e cohorte de la Légion d’honneur et Grand Aigle en 1805, il commande le 5e corps de la Grande Armée lors des campagnes de Prusse et de Pologne en 1806-1807. S’empare notamment de Dantzig, dont il est fait duc en 1808. Commande en 1812-1813 l’infanterie de la Vieille Garde en Russie et en France. Ayant voté au Sénat la déchéance de Napoléon, il est nommé pair de France par Louis XVIII en 1814.

51 Jérôme Bonaparte, né à Ajaccio le 9 novembre 1784, † à Villegenis (Essonne) le 24 juin 1860. Initié en 1801 à La Paix, Or∴ de Toulon. Aspirant de marine en 1800, contre-amiral en 1806, il commande en 1807 avec le grade de général de division le 9e corps de la Grande Armée. Roi de Westphalie en 1807, il commande le 8e Corps (Westphaliens) en 1812, puis l’aile droite de l’armée en Russie. Obligé d’évacuer sa capitale Cassel en 1813, il s’exile en Italie avant de revenir combattre à Waterloo, où il sera blessé. Après avoir vécu dans divers pays sous le nom de prince de Montfort, il revient en France en 1847, et profite alors de l’ascension de son neveu Napoléon III, qui le nomme gouverneur des Invalides, puis président du Sénat.

52 Cf. chapitre précédent.

53 Cf. Chroniques d’Histoire Maçonnique, n° 51, année 2000, p. 134-145.

54 Il convient de replacer le syncrétisme religieux affiché par l’Ordre du Christ dans l’environnement intellectuel de l’époque, ce « grand Jugement dernier des religions qui marque la fin du XVIIIe siècle », et qui trouve son apogée sous l’Empire, comme dit Claude Rétat dans son étude, Lumières et ténèbres du citoyen Dupuis, Chroniques d’Histoire Maçonnique, n° 50, 1999, p. 5-68. Cette étude permet en effet par exemple d’éclairer l’annonce faite au candidat lors du premier voyage initiatique, « Les secrets d’un monde moral illuminé vont vous être révélés », qui suppose la communication d’un corpus de connaissances non précisé dans le texte.

55 Séance du 8 septembre 1810, Livre d’or.

56 Séance du 1er décembre 1810, Livre d’or.

57 Si rien ne permet de mettre en doute la sincérité de l’allégeance napoléonienne des Chevaliers du Christ, on peut cependant s’interroger sur les motivations réelles du frère Georges André D’Oberlin de Mittersbach, né à Crune, département des Fôrets (Belgique), le 6 juillet 1753, † à Orléans le 9 avril 1818, dont la biographie ne cadre pas avec les objectifs de l’Ordre. En effet, ancien vénérable de loge et ancien officier du Grand Orient de France, cadet au régiment de Schomberg-dragons en 1765, colonel à la Révolution, il émigre le 7 mai 1792 à la tête de son régiment de Berchery-hussards, et passe avec lui au service de l’empereur d’Autriche, pour le compte duquel il participe à toutes les campagnes contre la République et le Directoire jusqu’en 1799. Rentré en France avec l’agrément de Louis XVIII en 1800, il est contraint en 1805 de choisir entre la prison ou le service actif, et se retrouve alors, après avoir été commissaire des guerres en Autriche, sous-inspecteur aux revues et à la conscription à Rennes, poste qu’il occupe jusqu’à la fin de l’Empire. Adversaire déclaré de Napoléon pendant les Cent-Jours, il sera prévôt du département du Loiret de 1816 à 1818.
On peut ici se demander si la finalité de L’Ordre du Christ, pour peu qu’il ait disposé du temps nécessaire, était vraiment aussi innocente que le vernis maçonnico-templier dont il se paraît, et si l’engagement dans l’Ordre d’un monarchiste aussi impénitent que Georges d’Oberlin n’avait pas pour but de le surveiller pour le compte de l’émigration royaliste, tout en favorisant la carrière de son fils Eugène Valentin D’Oberlin de Mittersbach, né à Bouxwiller (Bas-Rhin) le 25 avril 1785, † au Portail (Loir-et-Cher) le 21 octobre 1848. Ce dernier atteindra rapidement le grade de colonel de cavalerie, et sera nommé chevalier de l’Empire en 1813. La monarchie de Juillet le verra également plus tard conseiller général (1830-1831), puis député du Loir-et-Cher (1834-1837).

58 Séance du 20 juin 1811, Livre d’or.

59 Séance du 20 juin 1811 et du 18 septembre 1812, Livre d’or.

60 Séance du 17 mars 1812, Livre d’or. Certaines séquences de l’initiation au grade de Chevalier du Christ tenaient en effet plus du Grand Guignol que d’un rituel initiatique.

61 Séance du 2 avril 1813, Livre d’or.

62 FM2 367, lettre du 5 juillet 1813 du Consistoire de Nantes à Vuillaume.

63 L’édition de 1830 a été rééditée en fac-similé par Dervy Livres en 1975. Dans la préface, Jean Tourniac émet l’hypothèse que Vuillaume fut reçu en 1819 parmi les pseudo-templiers de Fabre-Palaprat. On voit ici en fait que les références templières de Vuillaume dans « L’essai sur la Franc-Maçonnerie » en tête de son livre sont plus anciennes et d’une autre origine.

64 FM2 370, 25 juillet 1817. Déclaration du F∴ De Joly Frayssinet, Officier du G∴O∴, délégué du Chapitre auprès du G∴O∴ : « Ne retrouvant pas les constitutions dudit chapitre dont cependant l’existence ne peut être contestée puis qu’elle résulte des calendriers mêmes du G∴O∴ remontant à 1804, le Chapitre consent à ce que la demande qu’il a formée en reprise de travaux soit transformée en demande de simple instance de lettres capitulaires sous le même titre, et à recevoir à cet effet les nouvelles patentes qu’il plaira au G∴O∴ de lui délivrer. » Lors de la tenue d’installation du 17 décembre, il ajoute : « Vous pouviez vous autoriser de la possession que vous donnait une longue tradition, parvenir même à découvrir les traces d’une possession légitime en remontant à l’époque ou deux loges établies dans cette vallée, sous les titres de La Parfaite Union et de La Parfaite Amitié n’avaient pour elles deux qu’un seul Chapitre dont tout atteste la régularité. »

65 AR 113/1/1308, Livre d’architecture du Chapitre de La Parfaite Union, 10 juin 1817.

66 À savoir : Élu, Écossais, Chevalier d’Orient et Rose-Croix. Il est demandé, outre une assiduité exacte aux travaux, 18 mois de Maîtrise pour accéder au grade d’Élu, et respectivement 12 mois, 18 mois et 2 ans pour accéder aux grades suivants. À partir de 1849, les dénominations changent légèrement d’appellation : on trouve en effet : Chevalier Élu Secret pour le 1er ; Chevalier Écossais pour le second ; Chevalier d’Orient et d’Occident pour le 3e ; et Chevalier Rose-Croix pour le 4e.

67 AR 113/1/1308, Livre d’architecture du Chapitre, 23 novembre 1840.

68 Ibid., 13 septembre 1841.

69 Ibid., 14 avril 1842 : « Le Très Sage donne lecture au Chapitre d’une planche émanée du Souverain Conseil Métropolitain des Élus de la Vérité, qui lui annonce qu’une place est vacante dans ce Conseil, et déclare au Chapitre qu’il soit désigné trois de ses membres parmi lesquels le Suprême Conseil devra choisir un élu. »

70 FM2 369.

71 Rés. FM2 105.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search