Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rennes : les francs-maçons du Grand Orient de France

 | 
Daniel Kerjan

Chapitre 5. Les bâtisseurs de l’Empire

Texte intégral

1Au printemps de 1797, après dix-huit mois de pouvoir, le Directoire mis en place par la Constitution de l’an III a vu la situation financière catastrophique, qui prévalait l’année précédente après la suppression des assignats, quelque peu améliorée par les butins successifs pris en Italie et envoyés à Paris par le jeune général Bonaparte après ses victoires à Milan, Castiglione, Arcole et Rivoli. Un traité a été signé avec le pape Pie VI, reconnaissant à la France la possession d’Avignon et du Comtat-Venaissin, et des tractations sont en cours avec les Autrichiens. L’opposition jacobine extrême de Gracchus Babœuf a été anéantie, mais aux mois de mars et d’avril les élections au Corps Législatif ont donné la victoire à l’opposition royaliste. On voit que la situation, aussi bien sur le plan intérieur que sur le plan international, est loin d’être stabilisée. C’est pourtant dans ce contexte qu’une quinzaine de frères décident d’ouvrir à nouveau une loge maçonnique à Rennes. Il s’agit de maçons expérimentés, puisque la plupart ont été reçus entre 1773 et 1780 à « La Parfaite Union », comme François de Malezieux, initié en 1776, vénérable en 1780, 1783, 1784, et de 1788 à 1791, qui reprend le premier maillet de la nouvelle loge reconstituée le 14 prairial an V (2 juin 1797), sous le titre distinctif de « L’Harmonie ». Deux des refondateurs viennent en effet de « La Parfaite Amitié », et trois autres d’Orients divers, et il a semblé préférable, pour fédérer les énergies, de ne pas reprendre le titre ancien de « La Parfaite Union ». À ce noyau initial, dont les caractéristiques sociologiques restent identiques à celles qui prévalaient en 1789 puisqu’on y trouve essentiellement des juristes – magistrats ou avocats – quelques négociants et rentiers, se sont rapidement agrégés une vingtaine de nouveaux membres, reçus ou affiliés.

2La nouvelle loge ouvre ses travaux avec prudence dans un environnement mouvant qui n’incite pas au prosélytisme :

  • 1 Livre d’architecture de La Parfaite Union, 1797-1818, Archives russes du G∴O∴D∴F∴, AR 113/1/1314 ( (...)

« Le vénérable a invité les membres à discuter la question relative au maintien ou au report de la délibération qui fixe au nombre de 40 les membres de cette R∴L∴ Plusieurs frères ont démontré la nécessité de maintenir la délibération tant en raison de politique que par rapport à l’intérêt de la Société, qui se soutiendrait plutôt par un petit nombre que par un accroissement d’individus qui fixeraient la curiosité du public et ne laisseraient pas de lui donner de l’inquiétude1. »

  • 2 Une dizaine d’autres maçons reçus dans les ateliers rennais avant la Révolution rejoindront égalem (...)

3Cependant le nombre de profanes désireux d’intégrer la nouvelle structure est tel que l’atelier se voit très rapidement contraint d’abandonner cette politique de recrutement restrictive2. Mais bien plus sérieuse par le temps qui court est l’accusation de royalisme faite en ville à la loge, au moment où trois des cinq Directeurs, soutenus par Bonaparte, viennent de se livrer à un véritable coup d’État le 18 fructidor an V (4 septembre 1797), en cassant les dernières élections dans 49 des 98 départements, et en déportant 65 députés royalistes et les deux autres directeurs :

  • 3 AR, 24 frimaire an VI (14 décembre 1797).

« Un membre a rappelé que les bruits calomnieux qui se sont répandus sur quelques-uns des membres de cette R∴L∴ ont déjà produit les plus fâcheux effets, mais que le plus malheureux de tous est de comprendre indistinctement tous les membres qui la composent dans la même inculpation tendant à l’accuser de royalisme, ou de toute autre opinion contraire au gouvernement républicain3. »

4Ce qui va donner lieu à une tenue particulièrement animée, dans laquelle il est demandé dans un premier temps aux non-rennais de présenter des diplômes prouvant leur qualité maçonnique. Puis un frère fait observer que :

« La mesure arrêtée ne suffira pas pour écarter les fâcheuses conséquences qui peuvent résulter de l’inculpation de royalisme jetée indistinctement sur tous les membres de la Société. Que malheureusement quelques membres ont dans le public la réputation de ne s’être pas prononcés pour le gouvernement républicain ; qu’en vérité ce nombre en est très faible, mais qu’il suffit qu’un seul de ses membres fut entaché de royalisme pour faire le plus grand tort à une société de vrais républicains ; et que la méthode la plus sûre pour repousser la calomnie est de passer immédiatement à un scrutin épuratoire tous les membres de la Société. »

5Le frère Isaac Thomas, reçu avant la Révolution par « La Vérité » à l’Orient de Cap Français à Saint-Domingue, et qui s’était affilié en 1778 à « La Parfaite Amitié », doit se sentir particulièrement visé, puisqu’il démissionne avant même que l’on passe à ce « scrutin épuratoire ». Dans la foulée il est également décidé que chaque membre de l’atelier prêtera le serment républicain, ce qui se fait dans la tenue suivante du 30 frimaire an VII :

« En exécution de la délibération de la Société en date du 24 Frimaire présent mois, le vénérable Le Baron a prêté le serment de haine à la Royauté et à l’anarchie, et d’attachement à la Constitution de l’an III et au gouvernement républicain. Tous les frères présents ont prêté individuellement le même serment aux mains du vénérable. »

  • 4 Idem, 7 fructidor an VII (24 août 1799).
  • 5 Id., 30 floréal an VIII (20 mai 1800). La Constitution de l’an VIII est entrée en vigueur le 25 déc (...)

6Le problème inhérent à ce genre de serment est qu’il va falloir continuellement l’adapter aux circonstances, et si en l’an IX, juste avant le 18 Brumaire, chaque frère doit renouveler « le serment d’attachement et de fidélité à la République et à la Constitution de l’an III, et de s’opposer par tous les moyens qui sont en son pouvoir au rétablissement de la monarchie et de toute espèce de tyrannie4 », il sera demandé ensuite de prêter le même serment de fidélité à la Constitution de l’an VIII5, avant de devoir faire plus tard allégeance à S. M. l’Empereur Napoléon.

7On n’en est pas encore là, mais la suspicion de royalisme qui plane sur la loge n’est visiblement pas encore éteinte, puisqu’un deuxième atelier au titre distinctif sans équivoque tente de se constituer à Rennes :

  • 6 Id., 30 frimaire an VII (20 décembre 1797).

« Un frère a observé que la seconde loge qui s’établit prend le titre distinctif de loge des Patriotes ; que cette qualification guerrière semble exclure de la qualité de patriote tous les membres de la loge de L’Harmonie, qui n’étant pas moins patriotes que ceux qui composent la loge dite des Patriotes, doivent faire connaître par une qualification ostensible qu’ils sont tous attachés au gouvernement républicain. En conséquence, il a proposé d’ajouter au titre distinctif de la loge de L’Harmonie le mot républicaine6. »

8Entre temps, l’activité maçonnique s’est réorganisée en France, et le Grand Orient a repris ses travaux à Paris. Aussi la question est-elle bientôt tranchée d’une autre façon, et pour des raisons historiques autant que financières, la loge de Rennes reprend en février 1798 son titre distinctif traditionnel « La Parfaite Union » :

  • 7 Id., 30 pluviôse an VI (18 février 1798). La reprise officielle de la liaison avec le Grand Orient (...)

« Le Vénérable a observé que la R∴L∴ s’est constituée sous la dénomination de L’Harmonie ; qu’avant la Révolution, il en existait une à Rennes sous le titre de La Parfaite Union dont la correspondance avec le Grand Orient n’a été interrompue que par la dissolution qu’ont éprouvée pendant les orages révolutionnaires presque toutes les Loges. Que dans le moment où les travaux maçonniques se réorganisaient sur les différents points de la République, il paraissait indispensable que la R∴L∴ reprit le nom de La Parfaite Union, dont presque tous les membres composent ce R∴ At∴, et qu’on éviterait par ce moyen des difficultés, et de dépenser pour se faire reconnaître du Grand Orient7. »

9Et, pour clore la question, chaque membre de l’Atelier est fermement invité à donner une preuve publique de ses sentiments républicains :

  • 8 AR, 25 ventôse an VI (15 mars 1798).

« Un membre a observé que les officiers municipaux de la commune de Rennes ont annoncé pour le 30 de ce mois un banquet civique pour célébrer la fête de la souveraineté du peuple, auquel tous les bons citoyens sont invités à concourir par une contribution qui ne sera pas moins de trois francs. Il a ajouté que cette fête civique à laquelle sans doute tous les membres de la loge s’empresseront d’assister doit déterminer la R∴L∴ à renvoyer à un autre jour le banquet qui devait avoir lieu le 308. »

10La « fête de la souveraineté du peuple » du 30 ventôse an VI (20 mars 1798) est en l’occurrence l’élection des députés au Corps Législatif, qui selon la Constitution doit être renouvelé par tiers tous les ans. Mais si les précédents scrutins avaient porté à l’Assemblée une majorité royaliste, avec les conséquences que l’on a vues, celui-ci envoie à Paris des jacobins décidés, qui sont immédiatement invalidés par les Directeurs, décidément peu avares de coups d’État, le 22 floréal an VI (11 mai 1798). Retour de bâton un an plus tard, le 30 Prairial suivant (18 juin 1799), où cette fois ce sont les Conseils qui obligent deux directeurs à démissionner, suite aux défaites en Italie qui ont entraîné la perte de la « République Romaine ». Et durant l’été, les royalistes reprennent la lutte armée dans l’Ouest, la vallée du Rhône et le Midi, tandis qu’une insécurité généralisée s’installe sur l’ensemble du territoire national, qui comprend alors la Belgique et la rive gauche du Rhin, sans parler des républiques-sœurs de Hollande et de Suisse. On peut comprendre qu’en dépit de ses sentiments républicains constamment réaffirmés, la loge ne se sente absolument pas solidaire d’un régime discrédité à l’intérieur comme à l’extérieur, et approuve au contraire la solution radicale de la crise alors fournie par le général Bonaparte :

  • 9 Id., 1 nivôse an VIII (22 décembre 1799). Ce discours n’a malheureusement pas été conservé.

« Le frère Huet a prononcé un discours sur les heureux résultats des mémorables journées des 18 et 19 Brumaire. Le vénérable a remercié au nom de la R∴L∴ le frère Huet de l’instruction qu’il a donnée à tous ses membres par ce discours, et l’a invité à le déposer aux archives en mémoire de cet événement historique qui sera transmis à la postérité9. »

11Elle sera tout aussi enthousiaste un an plus tard pour célébrer la victoire de Hohenlinden le 3 décembre 1800, qui après Marengo en juin consolide définitivement le Premier Consul. Il peut ainsi signer le 9 février suivant à Lunéville un traité de paix avec les Autrichiens mettant fin à dix années de guerres continentales. Il faut dire que la loge est directement concernée par un événement impliquant un de ses membres :

  • 10 Id., 20 frimaire an IX (11 décembre 1800).

« Le frère général Simon a demandé et obtenu la parole pour annoncer à la R∴L∴ la nouvelle d’une victoire éclatante remportée sur les Autrichiens par l’armée du Rhin commandée par le frère général Moreau, général en chef, enfant de ce R∴At∴, qui a fait sur l’ennemi 10000 prisonniers parmi lesquels trois généraux, pris 80 pièces de canon et 200 caissons. Pour célébrer cet événement le vénérable a commandé de l’Orient un triple vivat de félicitations, qui a été répété avec vivacité sur les deux colonnes10. »

12Il est nécessaire de revenir quelque peu en arrière pour expliquer l’ambiance martiale qui s’exprime ainsi dans l’atelier. Elle vient du fait que la ville de Rennes, que l’on aurait pu croire a priori peu concernée par les événements militaires, vu son éloignement des frontières, se trouve être depuis 1797 un centre de commandement important. C’est d’abord le siège du quartier général de la première expédition vers Saint-Domingue, puis celui de l’armée d’Angleterre, transformée par la suite en armée de l’Ouest, après les échecs des débarquements en Irlande, pour contrer les résurgences de la chouannerie. Si bien que depuis quatre ans la loge, tout en conservant sa structure fondamentale à base de notables bourgeois, a accueilli dans son sein, par réception ou affiliation, plusieurs dizaines d’officiers servant le plus souvent dans les états-majors des armées en question, à commencer par les généraux commandants en chef et leurs adjoints directs. Ce qui d’un point de vue maçonnique permet, au moins durant le Directoire et la période consulaire, une étude précise des relations entre la franc-maçonnerie civile et la franc-maçonnerie militaire.

  • 11 Constitution du 1er vendémiaire an IV, Titre Ier, Art. 6.
  • 12 SHAT, Vincennes, 7 Yd 269 : « Instructions données par le Directoire exécutif au général Hédouvill (...)

13Ainsi Saint-Domingue s’est pratiquement affranchie en 1797 de la tutelle coloniale française, le représentant du Directoire ayant été fermement invité à quitter l’île par Toussaint-Louverture, qui, en dépit de son titre de « Commandant en chef des armées de la République », entend mener une politique autonome sans tenir compte des ordres de la métropole, sa crainte d’un retour à l’Ancien régime faisant passer la défense de la toute nouvelle liberté des Noirs avant les intérêts de la France. Mais avec ses 8000 plantations d’indigo, de canne à sucre et de café, l’île entrait à elle seule pour le tiers du commerce extérieur de la métropole en 1789, et le gouvernement pour qui « les colonies françaises sont partie intégrantes de la République, et sont soumises aux mêmes lois constitutionnelles11 », entend bien réaffirmer son autorité sur ce qu’il considère comme son territoire. Fort de son bon droit et de sa bonne conscience, puisque « les Noirs ne doivent plus avoir aucun doute à Saint-Domingue sur l’abolition de l’esclavage. Le peuple français par l’organe de la Convention Nationale a solennellement proscrit cette affreuse institution12 », il nomme donc le général Hédouville* gouverneur des Isles sous le Vent et de Saint-Domingue, avec des pouvoirs de proconsul et des instructions précises. La méconnaissance par Paris de la situation dans l’île est totale, et mérite d’être reproduite, tant il semble bien que plus de deux siècles après le pays qui va bientôt s’appeler Haïti souffre toujours d’un déficit de gouvernance :

« Le citoyen Hédouville emploiera tous les moyens de prudence et de persuasion, avec l’autorité que la loi lui confie, pour maintenir les formes constitutionnelles. Il préparera tous les moyens d’instruire l’intéressante classe des cultivateurs de Saint-Domingue des bienfaits qu’elle reçoit et recevra de la Constitution française, afin qu’elle connaisse ses devoirs en même temps que ses droits, et qu’elle se persuade bien que la liberté est essentiellement attachée à la soumission aux lois de la République.
On ne peut rien lui tracer de précis, mais il semble qu’il est à propos de faire, après avoir consulté les parties intéressées, un règlement général et uniforme pour la culture dans toute la Colonie, dans lequel l’honnête nécessaire soit assuré aux cultivateurs, et un sort convenable aux propriétaires. Si ce règlement est bien combiné, il n’y a pas de doute que les cultivateurs, sachant qu’ils doivent retirer une honnête aisance du produit de leurs travaux, les exécuteront avec plus d’émulation que n’en pouvaient avoir de malheureux esclaves. Il est impossible de ne pas espérer que sous le règne de la liberté bien réglée, les cultivateurs ayant intérêt au produit de la terre, et une part fixée dans les revenus, porteront au travail un zèle qu’il était absurde d’attendre d’une sorte de troupeau gouvernée à coups de fouet, et dont le seul espoir consistait en quelques heures de repos et à éviter les châtiments. Il est bien plus que probable qu’ils concourront tous avec la même bonne volonté que le propriétaire lui-même aux progrès et à l’amélioration des plantations, à l’exploitation des denrées, à empêcher les vols, les pertes de temps et les divers abus que le règne de l’esclavage multipliait.
On se persuade d’ailleurs que tous étant intéressés au bien-être de la Colonie, il n’est pas de fonctionnaire public, de négociant, de cultivateur, d’habitant qui ne s’empressent à faciliter le succès d’une mission bienfaisante, à seconder les germes du bonheur et ceux de la prospérité publique. »

14Hédouville prépare son expédition à Rennes, puis à Brest, durant l’été et l’automne 1797. Il est, à cette occasion, reçu apprenti à « La Parfaite Union » le 8 juin, ainsi que le chef de bataillon Pierre Pautre, aide de camp, et son secrétaire Claude Forest, qui se trouve être le fils de François Forest, rentier et membre de l’Atelier, ce qui explique la liaison entre ces militaires de passage et la loge rennaise. On ne les retrouve en tenue que six mois plus tard, lorsqu’ils repassent par la ville avant leur départ pour les Caraïbes :

« Le vénérable a commandé un triple vivat pour féliciter la R∴L∴ de l’avantage qu’elle a de posséder dans son sein les frères Hédouville, Pautre et Forest fils, membres de cette R∴L∴, que leur intérêt de la République ont forcé de s’absenter longtemps au grand regret de tous les frères. Les frères Hédouville, Pautre et Forest fils étant sur le point de partir pour la cause publique sans avoir reçu les grades de Compagnon, de Maître et de Maître parfait, la R∴L∴, pour donner à ces frères une preuve de son estime, a arrêté que le vénérable leur communiquera tous ces grades. »

  • 13 Le traité de Pointe-Bourgeoise, du 30 août 1798.

15Sont également reçus à cette occasion Edme Henri Crublier d’Opterre*, adjudant général chef de brigade et adjoint du général Hédouville, et un autre fils Forest, Hippolyte Hector, lui aussi aide de camp. L’expédition débarque au Cap Français en février 1798 au moment où Toussaint-Louverture s’apprête à signer avec les Anglais, qu’il vient de vaincre avec une armée de 40 000 Noirs libres, un traité de commerce dont il étend les dispositions aux Américains13. Mécontent d’être tenu à l’écart des négociations, Hédouville tente d’éliminer les officiers Noirs de l’armée de Saint-Domingue, et de reprendre le contrôle de l’île. Mais à la première menace Toussaint-Louverture et ses troupes marchent sur Cap Français et l’en expulse le 1er brumaire an VII (22 octobre 1798) : la première expédition de Saint-Domingue se solde par un échec.

16Il en va de même pour les opérations menées en Irlande cette même année 1798. Après la campagne victorieuse de Bonaparte en Italie et la signature avec les Autrichiens le 18 octobre 1797 du traité de Campo-Formio qui reconnaît à la France la possession de la Belgique, le Directoire a en effet créé une armée dans le but d’envahir l’Angleterre, qui reste alors le seul belligérant. Bonaparte est pressenti pour en prendre le commandement, mais après une visite sur les côtes de la Manche en février 1798, il se prononce contre le projet faute de moyens suffisants et de la maîtrise de la mer. L’expédition contre l’Angleterre est alors remplacée par celle d’Égypte, qui a l’avantage pour le Directoire, outre ses buts stratégiques affichés, d’envoyer hors de France l’encombrant général qui l’a proposée. Cependant l’idée n’est pas abandonnée, et en prélude à une éventuelle invasion outre-Manche, il est décidé en avril 1798 plusieurs opérations afin d’établir une tête de pont en Irlande, où l’avocat protestant Wolfe Tone, qui prône l’union entre les catholiques et les protestants, l’indépendance de l’île et l’instauration d’une République, vient de prendre la tête d’une insurrection contre les Anglais. L’une d’entre elle est confiée au général Jean Humbert*, dont le titre de « Commandant en chef de l’avant-garde de l’armée d’Angleterre » est explicite des intentions du gouvernement français. Il demande avant de partir à être reçu à la loge de Rennes, ce qui est fait le 20 messidor an VI (8 juillet 1798) :

« Le vénérable ayant rendu le meilleur témoignage des vies et mœurs du profane Humbert et comme militaire et comme républicain, la R∴L∴ a arrêté qu’il sera ouvert un scrutin pour l’admission du profane. Le scrutin ayant été procédé sur le champ a fait connaître le vœu unanime de la R∴L∴ pour l’admission de ce profane. Sur quoi il a été observé que le profane doit partir incessamment pour commander comme général de brigade l’avant-garde de l’armée d’Angleterre, et la R∴L∴ a arrêté sur les conclusions du frère orateur que, sans tirer à conséquence et sans déroger à la rigueur de ses règlements, il sera sur le champ procédé à la réception du général Humbert. »

17Sont de même reçus sans délais pour cause de départ imminent Frédéric Main de la Boujardière*, et Jean-Baptiste Hue*, respectivement officier de santé en chef et pharmacien en chef de l’expédition. Humbert débarque avec 1 500 hommes à Kilkala le 22 août, bat les troupes anglaises à Baylana et Calstebar, et réussit un raid extraordinaire jusqu’à 100 km de Dublin. Mais les insurgés irlandais sont écrasés par les forces anglaises, et il est finalement submergé et fait prisonnier par lord Cornwallis à Ballynamuck le 15 septembre. Wolfe Tone se suicide. Les prisonniers sont rapidement échangés, et l’état-major de l’expédition est de retour à Rennes en décembre 1798.

  • 14 Arrêté du 5 nivôse an VII (25 décembre 1798).

18C’est à cette époque que le quartier général de l’armée d’Angleterre, primitivement fixé à Caen dans un dessein offensif, est transféré à Rennes lorsque sa mission est redéfinie en mission de surveillance des côtes du littoral de la Manche et de l’Atlantique, et de répression de l’insurrection royaliste qui renaît dans les départements de l’Ouest14. Les troupes qui en font partie ne sont d’ailleurs pas organisées comme celles des autres armées en divisions actives, mais restent aux ordres immédiats des généraux commandants les quatre divisions comprises entre la Seine et la Gironde, et forment quatre corps séparés, agissant chacun dans la subdivision territoriale qui lui est affectée. Revenu comme on l’a vu de Saint-Domingue sur un échec, Hédouville est néanmoins nommé commandant en chef de cette armée. Son chef d’état-major n’est autre que le général Leclerc, un beau-frère de Bonaparte dont il a épousé la sœur Pauline. Ce dernier et ses adjoints sont immédiatement approchés par la loge en procédure d’urgence :

  • 15 AR, 10 germinal an VII (31 mars 1799).

« Le frère Suin a proposé à la R∴L∴ les profanes Leclerc, général ; Perrin, son secrétaire ; Jouanne et Doussault, ses adjoints. […] Le passé vénérable Le Baron a observé que les profanes présentés étant en activité de service et pouvant d’un moment à l’autre être envoyés à une destination éloignée de cet Orient, il serait bon de fixer une Loge extraordinaire pour entendre le rapport des commissions et passer au scrutin s’il y a lieu15. »

  • 16 Les tenues ordinaires ont généralement lieu tous les dix jours, les 10, 20 et 30 du mois.
  • 17 Le tableau imprimé des « Off∴ Dign∴ & Membres composant la T∴R∴L∴ de S∴ Jean sous le titre distinc (...)

19Ils sont bien entendu tous acceptés, et les dates de leurs initiations sont fixées aux décadis suivants16, mais quelle que soit la diligence de l’Atelier les contraintes militaires sont les plus fortes, et seul Perrin est finalement reçu. On touche ici en effet au problème spécifique des frères militaires sous le Directoire, le Consulat et l’Empire, qui est le manque de stabilité géographique inhérent à leur statut. Quelles que soient leurs motivations lorsqu’ils demandent l’entrée du Temple, ils ne restent généralement pas suffisamment longtemps dans une ville pour participer réellement aux travaux de leur logemère, à laquelle on verra qu’ils restent pourtant affiliés – on dirait : « pour ordre » – des années durant. Il convient donc de considérer avec prudence les tableaux de loges pléthoriques fournis par les ateliers durant les années en question : en ce qui concerne pratiquement tous les militaires, mais également pour bon nombre de civils, ils ne reflètent absolument pas la réalité de la pratique maçonnique17. Les visiteurs qui demandent leur affiliation subissent les mêmes contraintes : ainsi le F∴ colonel Jean-Baptiste Mangin d’Ouins*, directeur du parc d’artillerie de l’armée d’Angleterre, reçu l’année précédente à la loge de La Fère en Picardie, affilié en mars 1799, ne participe aux tenues que pendant les deux mois suivants, de même que le F∴ général de division François Antoine Macors*, précédemment reçu à Metz, et commandant en chef de l’artillerie de ladite armée.

20Le 24 nivôse an VIII (14 janvier 1800), un des premiers actes de Bonaparte devenu Premier Consul avec la mise en vigueur le 25 décembre précédent de la nouvelle Constitution est de changer la dénomination de l’» armée d’Angleterre » en « armée de l’Ouest », avec Brune comme commandant en chef en remplacement d’Hédouville, qui conserve cependant le commandement de la 13e division militaire stationnée à Rennes. La situation s’est en effet particulièrement dégradée à la fin de l’année 1799, qui voit Cadoudal avec 15000 hommes occuper l’estuaire de la Vilaine, ce qui lui permet de recevoir armes et munitions en provenance d’Angleterre. Battu par Brune le 26 janvier à Elven, il se décide à traiter et signe la paix à Theix le 9 février, avant de passer en Angleterre après avoir refusé les galons de colonel proposés par Bonaparte, qui l’admirait. Dans le même temps Bourmont, qui en octobre précédent s’est emparé de Saumur et du Mans, signe également la paix avec la chouannerie en Pays de Loire. Brune a donc rempli son contrat, et peut se laisser fêter par ses frères :

  • 18 AR, 20 ventôse an VIII (11 mars 1800).

« Le frère orateur a annoncé à la R∴L∴ que le projet des officiers maçons qui composent l’État-major du général en chef le T∴C∴F∴ Brune est de donner au F∴ général une fête maçonnique, et qu’ayant appris qu’une loge régulière existait à Rennes, ils ont manifesté le désir de se réunir à cette R∴L∴ pour donner au général un banquet fraternel18. »

  • 19 Bernadotte, Jean-Baptiste Jules, prince de Ponte-Corvo, maréchal de France, puis roi de Suède. Né (...)

21Et sont effectivement reçus comme visiteurs à « La Parfaite Union » le décadi suivant le F∴ général Brune, général en chef ; le F∴ général Tilly, son chef d’état-major ; les FF∴ adjudants généraux chef de brigade Fabre et Perret, le premier membre de « L’Océan Français » à Paris et le second ex-vénérable à Saint-Domingue ; le F∴ O’Keane, capitaine adjoint à l’état-major, qui vient de la loge de Parthenay, et deux autres officiers qui ont été initiés par « Les Amis Philanthropes » à Bruxelles. L’énoncé des titres distinctifs des loges d’origine des visiteurs est intéressant en soi : on voit en effet que tous ces frères ont été initiés dans des Orients où ils n’ont fait que passer, et non dans une éventuelle loge militaire. On peut donc supposer chez eux un souci de régularité maçonnique conféré par une loge installée, confirmé par le fait que quatre autres officiers de l’état-major sont en même temps proposés à l’initiation par le F∴ Perret. Ils sont comme d’habitude acceptés par l’Atelier en procédure d’urgence, et la date de leur réception est également fixée. Mais celle-ci n’aura pas lieu, du moins à Rennes, car entre temps ils sont repartis à la suite de Brune, qui est remplacé en mai 1800 à la tête de l’armée de l’Ouest par Bernadotte19.

22Son chef d’état-major est le général Édouard Simon*, qui ne tarde pas à être reçu à « La Parfaite Union », et un de ses adjoints comme inspecteur général de l’infanterie est le F∴ Jean Ernouf*, qui s’affilie à l’atelier en février 1801. Ce dernier ne tarde pas à proposer à l’initiation son supérieur direct :

  • 20 AR, 10 floréal an IX (30 avril 1801).

« Le frère Ernouf a proposé à la R∴L∴ les profanes Bernadotte, conseiller d’État, général en chef de l’armée de l’Ouest, et Drouin chef de Légion. Il a demandé que la Loge voulut avoir égard à la position des profanes proposés qui se trouvent obligés de voyager pour service militaire ; qu’en conséquence la R∴L∴ voulut bien procéder de suite au scrutin pour l’admission ou la non admission de ces profanes. La R∴L∴ après avoir entendu les conclusions du frère Orateur arrête que sans tirer à conséquence pour l’avenir il sera procédé à ce scrutin pour l’admission ou la non admission des profanes proposés. Le scrutin fait et dépouillé dans les formes prescrites par les règlements, et individuellement recueilli pour chacun de ces profanes a fait connaître le vœu unanime de la R∴L∴ pour l’admission de ces profanes et la R∴L∴ a fixé leur réception à une Loge extraordinaire qui aura lieu le 12 de ce mois aux quatre heures de l’après-midi à laquelle les frères présents emportent ajournement20. »

23Mais seul Drouin sera reçu le jour dit, car Bernadotte ne pourra pas venir au rendezvous fixé :

  • 21 Id., 12 floréal an IX (2 mai 1801). La signature apposée par Bernadotte au bas d’un serment de hain (...)

« Il a été donné lecture d’une planche tracée du frère Ernouf par laquelle il témoigne à la R∴L∴ du regret de ne pouvoir assister à sa séance et d’être forcé de s’éloigner pour service militaire, et par laquelle il annonce que les travaux profanes du général Bernadotte ne lui ont pas permis de solliciter aujourd’hui sa réception. Il prie la R∴L∴ d’agréer ses excuses21. »

  • 22 La paix d’Amiens signée avec l’Angleterre le 4 germinal an X (25 mars 1802) ayant mis fin aux host (...)
  • 23 Si Moreau est en effet totalement étranger au complot, son aide de camp, le capitaine Jean-Baptist (...)

24Il est certes regrettable pour « La Parfaite Union » que le futur roi de Suède Charles-Jean XIV, et aussi futur grand maître de la Franc-Maçonnerie de ce pays, ne puisse pas ainsi figurer parmi ses membres illustres, à côté de Moreau*. Mais il faut dire qu’à l’époque les deux hommes avaient d’autres préoccupations, au reste similaires : tenter de faire pièce à Bonaparte. Bernadotte est resté dans l’expectative lors du 18 Brumaire, refusant tout autant de défendre le Directoire que de se rallier au Premier Consul. C’est pourtant à lui que ce dernier confie, comme on l’a vu, le commandement éminemment stratégique de l’armée de l’Ouest. Mais les républicains, devant le tour pris par le Consulat, tournent leurs regards vers lui, et, tout comme Moreau, il commence plus ou moins à représenter l’opposition à Bonaparte. Si bien que Bernadotte est rappelé à Paris en novembre 1801, ce qui ne l’empêche pas, lorsqu’au milieu de l’année 1802, il est question d’instituer le consulat à vie22, de développer à partir de Rennes un complot brouillon dit « conspiration des libelles », que Moreau, avec humour, qualifiera de « complot des pots à beurre ». L’action destinée à renverser le Premier Consul reste en effet au stade de l’envoi de professions de foi expédiées de Bretagne à Paris à l’intérieur de ce moyen inédit de correspondance. Rapidement découvert par le préfet de police Dubois, le complot est étouffé par Fouché, qui fait tout pour couvrir Bernadotte et dédouaner Moreau23, ce dernier étant d’ailleurs totalement étranger à la conspiration. Simon se dévoue pour protéger son supérieur, et se retrouve destitué et interné à l’île d’Oléron. Quelques militaires de moindre rang, comme le F∴ chef de bataillon Pierre Pinoteau*, commandant les grenadiers, pâtissent également des velléités républicaines de Bernadotte, qui se garde bien de faire quoique ce soit pour les innocenter. Du fait des liens familiaux qui existe entre les deux hommes, Bonaparte continue cependant de le ménager : Bernadotte a en effet épousé l’ancienne fiancée du Premier Consul, Désirée Clary, dont la sœur Julie Clary a elle-même épousé Joseph Bonaparte.

  • 24 Pour plus de détails, se reporter au livre de Frédéric Hulot, Le Général Moreau : Pygmalion, Paris (...)

25Ce dernier épisode n’a pas contribué à diminuer la méfiance, qui se transforme bientôt en aversion profonde, de Bonaparte envers Moreau, dans lequel il voit le seul obstacle capable de contrecarrer ses ambitions, étant donné son républicanisme connu et sa popularité dans l’armée. S’il ne se passe rien durant les quatorze mois de paix générale qui suivent le traité d’Amiens avec l’Angleterre le 25 mars 1802, la rupture de ce dernier par le gouvernement anglais en mai 1803 – aucun des deux protagonistes n’ayant respecté l’ensemble des clauses du traité – ouvre une zone de turbulences qui va permettre à Bonaparte de se débarrasser de son rival et d’asseoir définitivement son pouvoir personnel. Au début de l’année 1804 en effet Pichegru, l’ancien chef de Moreau, réfugié en Angleterre, et des nobles royalistes également exilés, se rassemblent et débarquent clandestinement en France avec Georges Cadoudal dans l’intention d’assassiner le Premier Consul. Ils sont rapidement arrêtés, Pichegru le 9 février, et Cadoudal un mois plus tard. Moreau, encore une fois étranger à l’affaire, est également arrêté le 15 février, son seul tort étant d’avoir eu avec Pichegru, à la demande de ce dernier, deux brefs entretiens sans conséquence, mais qui permettent de l’inculper pour non-dénonciation de complot. En représailles Bonaparte fait fusiller le duc d’Enghien le 13 mars, et probablement étrangler Pichegru dans la cellule de sa prison le 7 avril. Dans ce contexte de guerre renaissante et de complot royaliste, le senatus-consulte du 28 floréal an XII (18 mai 1804) institue l’Empire, en soumettant au plébiscite la proposition suivante : « Le peuple veut l’hérédité de la dignité impériale dans la descendance directe, naturelle, légitime et adoptive de Napoléon Bonaparte, et dans la descendance directe, naturelle et légitime de Joseph Bonaparte et de Louis Bonaparte. » Dix jours plus tard débute le procès des conjurés royalistes, auquel on a amalgamé la procédure menée contre Moreau. Soucieux de donner une forme légale à une vengeance personnelle, Bonaparte a remplacé le jury d’assises normalement compétent, mais qui aurait très probablement acquitté Moreau, par un collège de dix magistrats supposé plus docile aux volontés de l’exécutif. Si les peines prononcées à l’encontre de Cadoudal et de ses complices sont conformes aux réquisitions de l’avocat général – le chef chouan et onze autres conjurés sont effectivement condamnés à mort et exécutés le 25 juin – Moreau, contre qui la peine de mort a aussi été réclamée, est d’abord acquitté, puis n’est condamné, au bout de dix heures de délibérations sur son seul cas, par lassitude des magistrats devant l’impasse politico-juridique, qu’à deux ans de prison : « Il me l’ont condamné comme un voleur de mouchoirs ! », s’exclame Napoléon. Et Moreau envisage de plus un recours en cassation, dont l’issue n’aurait fait aucun doute, vu l’irrégularité flagrante de certaines des procédures menées contre lui. Un arrangement est alors conclu : contre l’autorisation de partir aux États-Unis, il se désiste de son pourvoi. Il quitte Paris le jour même de l’exécution de Cadoudal24.

  • 25 AR, 10 frimaire an IX (1er décembre 1800) et 30 nivôse an IX (20 janvier 1801).
  • 26 Le conflit entre les deux hommes n’était pas uniquement idéologique. En tant que militaire Moreau (...)
  • 27 Constitutions d’Anderson, 1723, titre II, « Touchant la magistrat civil, suprême ou subordonné » : (...)

26Mais d’un point de vue maçonnique ce qui importe c’est que durant toutes ces années Moreau, reçu à « La Parfaite Union » en 1789, avec qui la loge a repris contact en décembre 1800 par une planche envoyée aux armées dans laquelle elle le félicitait de son mariage25, et qui a ensuite fêté comme on l’a vu la victoire de Hohenlinden, n’a jamais cessé d’être en relation avec sa loge-mère. Et durant son exil, il figure toujours sur les tableaux de l’Atelier, entre 1805 et 1810, avec le grade de Chevalier d’Orient, et la mention de son absence. Or il s’agit de tableaux imprimés, et, quelle que soit leur confidentialité, on ne peut imaginer que les autorités n’aient pas eu connaissance de ce qui frôle pour l’époque le délit de lèse-majesté : la non-répudiation par « La Parfaite Union » du seul opposant sérieux à l’empire napoléonien. Quels que soient les arguments développés par la vindicte impériale, les frères de Rennes reconnaissent implicitement ainsi la vacuité des accusations portées contre lui, et la permanence de son engagement politique républicain qui lui a fait préférer l’exil à la soumission26. La Loge s’en est-elle tenue à la célèbre prescription andersonienne concernant un frère « rebelle à l’État27 », ou bien est-ce un indice que la façade unanime de dévotion à l’Empereur peut cacher un fonds de fidélité aux idées républicaines, dont on a vu la prégnance quelques années plus tôt ?

27Durant ce temps la Loge a acheté en viager une partie d’une maison dans le quartier du Colombier, et le 3 ventôse an X (23 février 1802), un nouveau Temple est solennellement inauguré. Les discours prononcés à cette occasion ne s’écartent pas d’une stricte orthodoxie maçonnique et civile :

« Ô Temple auguste que nous consacrons aujourd’hui, dont nous célébrons la dédicace, reçois nos vœux, nos hommages ! Murs sacrés, vous serez témoins de notre assiduité, de notre union, de notre accord parfait, de nos sentiments fraternels. Par un mouvement spontané, promettons tous, mes frères, et jurons de ne jamais abandonner les principes indestructibles de la Maçonnerie, c’est à dire de la vérité, de la justice et de la vertu.
Être suprême, souverain architecte de l’univers, sans toi nous ne pouvons rien, sois notre force, notre soutien, notre appui. Tu es en nous, hors de nous, infiniment au-dessus de nous ! Pour ta bonté, nous te devons de l’amour. Pour tes bienfaits, de la reconnaissance. Pour ta majesté, des hommages.
Reçois ce grain d’encens que j’ose brûler, au nom de mes frères, sur l’autel des holocaustes. Daigne l’agréer ; il t’est offert par des cœurs amis de l’ordre, de l’union, de la société, des lois et du bonheur public. »

  • 28 Entre 1797 et 1803, si l’on excepte deux lieutenants ayant des attaches familiales avec l’Atelier, (...)
  • 29 Le 7 octobre 1801, Bonaparte ordonne la formation d’un corps expéditionnaire de 23 000 hommes char (...)

28Il faut dire que le vénérable qui rédige ce texte n’est autre que l’ex-abbé Félix Mainguy*, d’abord dominicain, puis curé constitutionnel de l’église de Toussaints, avant de devenir professeur de rhétorique au Lycée et bibliothécaire de la ville, ce qui peut expliquer sa tonalité déiste. Mais la suppression de l’armée de l’Ouest le 21 mai 1802 suite à la paix d’Amiens entraîne la disparition de l’état-major basé à Rennes, qui redevient rapidement le siège de la seule 13e division militaire territoriale, et une simple ville de garnison où stationnent pendant l’Empire, dans les intervalles où ils ne sont pas engagés, le 6e régiment d’artillerie et son train, et le 4e régiment suisse à partir de 1807. Une vingtaine d’officiers appartenant à ces deux unités – et une demi-douzaine de musiciens du 4e régiment suisse pour étoffer la colonne d’harmonie – sont initiés par « La Parfaite Union » entre 1803 et 1811, mais il s’agit alors d’un recrutement normal. Il n’est plus question de procédure d’urgence, et il s’agit le plus souvent d’officiers subalternes, lieutenants ou capitaines28. Les quelques officiers supérieurs ou généraux alors présents sur les colonnes de l’atelier, comme le F∴ général de division Pierre Favereau*, qui sera élu vénérable en 1809, sont le plus souvent des militaires en retraite venus s’installer à Rennes, et qui s’affilient à la loge. La seule contribution originale à l’effort de guerre constant durant toute cette période est la présence à Rennes de l’hôpital militaire d’instruction. Cet établissement existait déjà avant la Révolution et son directeur, le F∴ chirurgien en chef François Elléviou*, est un des plus anciens maçons rennais puisqu’il a été reçu à « La Parfaite Amitié » en 1773, et qu’il a participé à la refondation de « La Parfaite Union » en 1797. Sous sa direction sont formés non seulement les chirurgiens des armées, mais également les médecins et les pharmaciens qui participent à toutes les guerres continentales de l’Empire, et aux expéditions dans les Caraïbes, telle la deuxième expédition à Saint-Domingue d’octobre 1801 à novembre 180329, où les frères Frédéric Main de la Boujardière, déjà évoqué, et Louis Bonamy*, respectivement alors médecin et pharmacien en chef de l’armée, laissent définitivement leur santé.

  • 30 FM2 368, 13 juillet 1806 : « […] Nous vous faisons parvenir en même temps le don gratuit pour l’an (...)

29Il convient toutefois de ne pas surestimer l’importance des militaires dans l’atelier pour la période en question. Si l’on s’en tient aux données brutes, on peut certes considérer que 120 des 262 frères reçus ou affiliés à « La Parfaite Union » entre 1797 et 1812, soit 46 % de l’effectif total, viennent des armées de la République ou de l’Empire. Mais ce chiffre cache une réalité maçonnique très différente. Car en prenant comme échantillon représentatif de l’ensemble les 54 frères appartenant à des unités combattantes reçus ou affiliés à la loge jusqu’en mai 1802, c’est-à-dire durant le temps ou stationne à Rennes un état-major d’armée qui fournit la plupart des nouveaux initiés, on constate que tous ne fréquentent l’atelier que durant le temps ou leur unité reste stationnée dans la capitale bretonne, et qu’ils ne gardent ensuite aucun contact avec leur loge-mère. Certains d’ailleurs, et non des moindres du point de vue de leur notoriété actuelle ou future, n’y viennent que le seul jour de leur réception. On a vu les libertés souvent prises à cette occasion avec le règlement intérieur de l’atelier en ce qui concerne les enquêtes préliminaires, les votes d’admission ou les intervalles dans la collation des grades. Ce qui peut se comprendre, mais induit un biais du fait que ces frères figurent toujours sur les tableaux de la loge imprimés pour les années 1805, 1806 et 1807, qui recensent respectivement 164 frères dont 83 absents (51 %) ; 166 frères dont 98 absents (59 %) ; 178 frères dont 105 absents (59 %) – les absents ne sont cependant tous aux armées. On trouve d’autre part dans le livre d’architecture la trace d’une dizaine de frères militaires dont la réception est mentionnée, mais qui n’apparaissent ensuite sur aucun tableau. En 1809 l’atelier revient à une présentation plus réaliste : ne sont plus comptés parmi les frères absents que les civils ou les militaires qui ont des attaches à Rennes ou dans la région : 106 frères dont 38 absents (34 %). Même constat pour le tableau de 1810 : ce n’est qu’en 1811 que la loge se résigne à se séparer de ses frères « absents », et à ne compter que 56 membres, dont une petite moitié fréquente effectivement l’atelier, comme en témoigne une correspondance adressée en 1806 au Grand Orient de France, où la loge s’engage à verser un « don gratuit » annuel forfaitaire de 72 F, correspondant à un effectif de 24 membres30.

30Par ailleurs, on ne retrouve la trace d’aucune loge militaire ayant poursuivi ses travaux à Rennes. Deux correspondances de 1804 indiquent toutefois la présence à Saint-Malo, à l’orient de la 7e demi-brigade d’infanterie légère, d’une loge dont le titre distinctif, « Les Amis de la Parfaite Union » n’implique cependant pas un quelconque lien avec l’atelier, tant cette dénomination de « Parfaite Union » est commune en Maçonnerie, mais qui, peut-être pour cette raison, demande à participer à la fête solsticiale d’été. Mis à part les frères des régiments stationnés à Rennes jusqu’à la fin de l’Empire, que l’on a déjà évoqués, il s’agit de la seule liaison retrouvée entre la sphère civile et la sphère militaire. Si l’on peut comprendre les liens rattachant la loge-mère à ses « enfants » militaires, il n’en reste pas moins vrai qu’ils sont purement virtuels, et qu’elle ignore totalement leur devenir, tant maçonnique que profane. Ainsi le F∴ Hyacinthe Brébion, officier de santé, puis docteur en médecine et chirurgien, reçu par « L’Océan Français » à Paris, et affilié à « La Parfaite Union » en 1802, prend part à la seconde expédition de Saint-Domingue, où il meurt le 19 juin, selon son dossier toujours conservé à Vincennes : il n’en continue pas moins à figurer sur les tableaux de la loge jusqu’en 1807. Quant au F∴ Raphaël Sauveur Sabatier, sous-inspecteur aux revues de conscription, reçu en 1799 par « La Fidélité » au Havre, et affilié en 1802, son identité est usurpée en 1810 par le général Jean Isaac Sabatier, déporté par Napoléon à Cayenne en 1804 pour propos séditieux, rentré en France après la prise de la ville par les Portugais, et détenu en attente à Nantes, qui tente de se faire passer pour son homonyme en faisant appel à la solidarité de la loge rennaise.

  • 31 Pierre Chevallier, Histoire de la Franc-Maçonnerie française, Fayard, 1974, T. II, p. 95. Les exem (...)

31L’analyse des rapports entre la franc-maçonnerie « civile » et la franc-maçonnerie « militaire » sous l’Empire, entraîne donc, si l’on suppose significatif l’exemple de « La Parfaite Union » à Rennes, une réévaluation de l’opinion communément admise sur l’importance du fait maçonnique dans les armées napoléoniennes. On voit mal d’ailleurs comment des frères que leurs fonctions de commandement ou d’état-major contraignent à d’incessants changements de corps, dans des campagnes qui les amènent de l’Espagne à la Baltique, pourraient avoir une pratique maçonnique suivie. La raison donnée par Pierre Chevallier, selon laquelle « l’objet essentiel » de leur appartenance maçonnique est de pouvoir éventuellement « utiliser le signe de détresse dans tous les périls que fait naître la vie militaire » paraît un peu courte, un tel signal n’ayant aucune utilité dans la brutalité pure des champs de bataille napoléoniens31. Si leur initiation ne peut être mise en cause, et si à ce titre « La Parfaite Union » peut à bon droit compter parmi ses membres une dizaine de colonels de l’Empire, une vingtaine de généraux de brigade ou de division, et le F∴ chef de brigade Maurice Gérard*, à l’époque premier aide camp du général Bernadotte, qui sera plus tard élevé à la dignité de maréchal de France par Louis-Philippe, il n’en reste pas moins vrai que les liens de tous ces militaires avec la Franc-Maçonnerie semblent plus circonstanciels que réels. Et que la célèbre gravure représentant les maréchaux de l’Empereur avec leur tablier de maçon peut aussi bien s’interpréter comme la représentation d’un exotérisme à couleur maçonnique, secondaire par rapport à la seule fraternité qui compte vraiment pour eux : la fraternité des armes.

  • 32 Cf. P. Chevallier, op. cit., p. 83.
  • 33 Cf. chapitre suivant.

32Il n’en va pas de même pour les représentants locaux de l’administration fortement centralisée qui se met progressivement en place durant le Consulat, puis sous l’Empire. Pratiquement tous les hauts fonctionnaires alors nommés à Rennes font alors partie de « La Parfaite Union », dont ils forment le noyau dur. Leur durée d’affiliation couvre d’ailleurs très souvent le temps d’activité réel de l’atelier, soit de 1797 à 1812, et c’est parmi eux que la loge choisit la plupart du temps d’élire son vénérable : Jean Louis Corentin Le Baron, procureur général à la Cour d’appel, tient le premier maillet en 1798 et en 1803 ; Charles François Robinet*, président de la Cour de justice criminelle, en 1799 ; François Victor Fulgence Tiengou-Tréfériou, avocat général à la Cour d’appel, en 1800 et 1807 ; Guillaume Marie Le Graverend*, professeur à l’École de droit, en 1801, 1806 et de 1811 à 1814 ; Joachim Benoît Suin, directeur de l’Enregistrement et des Domaines nationaux, en 1804. Les magistrats du siège de la Cour d’appel pourraient d’ailleurs tout aussi bien former une loge à eux seuls, car en plus de l’avocat général déjà cité, le président, Alexis Joseph Costard, et huit autres conseillers, font également partie de l’atelier rennais, de même d’ailleurs que trois juges de paix, le procureur du tribunal de première instance, celui du tribunal de Montfort, et le greffier en chef de la Cour criminelle. Une autre administration très fortement représentée est celle de l’Enregistrement et des Domaines nationaux, qui fournit en plus de Suin un autre directeur, Julien Paul Varin du Colombier, un inspecteur général, Jean-Baptiste Barbe-Mintière, et deux autres inspecteurs. Les Finances ne sont pas en reste, puisqu’aussi bien le receveur général du département d’Ille-et-Vilaine, Adrien Le Crosnier, que le payeur général, Thomas Laurent René Rouessart*, sont tous deux membres de « La Parfaite Union ». Sont également représentés les Eaux et Forêts, avec Louis René Richelot*, sous-inspecteur, et les Ponts et Chaussées, avec François Marie Julien Luczot, ingénieur. On peut noter également la présence de Louis Marie Armez, administrateur des hospices civils, et de Jean-Baptiste Paste, conservateur du Musée des arts. Cependant, et contrairement à ce que l’on a pu constater dans d’autres régions32, les fonctionnaires d’autorité ne fréquentent pas la loge : à la préfecture, seuls Théodore Quilleau de Vallieucq, conseiller, et René Fidèle Huet, chef de bureau, mais qui devient rapidement le secrétaire de la mairie de Rennes, sont membres de l’atelier. La plupart des trente cinq cadres administratifs que l’on peut ainsi recenser sont de plus titulaires de hauts grades : Élu, Écossais, Chevalier de l’Orient, Rose-Croix, et c’est parmi eux que l’on recense également les « Maîtres à tout grade » du rite des Sublimes Élus de la Vérité, de même que les « Souverains Commandeurs du Temple » de l’Ordre du Christ33. Comme le sont d’ailleurs les frères présents dans les différents conseils représentatifs mis en place sous le Consulat et l’Empire. On retrouve ainsi une dizaine de membres de « La Parfaite Union » au Conseil municipal, dont Thomas Jollivet, entreposeur des tabacs et premier adjoint. D’autres se retrouvent au Conseil d’arrondissement, mais c’est surtout au Conseil général d’Ille-et-Vilaine que leur présence est la plus marquée. Outre son président, qui n’est autre que le vénérable Guillaume Le Graverend, six autres frères y siègent : François André de la Verdrée*, Jean Hévin, Pierre Lucas, Roland le Merer, ainsi que Louis Richelot et Thomas Rouessart que l’on vient d’évoquer.

  • 34 Contrairement à une légende tenace, et qui ressurgit toujours de manière sporadique, Napoléon Bona (...)
  • 35 AR, 5 janvier 1806.

33Qu’ils soient civils ou militaires, les frères de Rennes n’ont toutefois aucun doute sur le fait que Napoléon soit lui-même franc-maçon34, et au début de l’année 1806, tous décident de lui rendre un hommage vibrant35 :

« Un membre de la R∴L∴ a proposé d’élever sur une colonne placée à cet effet dans le Temple le buste du héros notre frère S. M. Napoléon, Empereur des Français, Roi d’Italie. Cette proposition a été reçue avec les plus vives acclamations et à l’unanimité la R∴L∴ a nommé une commission pour se procurer un buste, et concerter entre eux les moyens de donner à l’inauguration de ce buste toute la pompe et l’éclat qu’il sera possible. »

  • 36 AR, 20 avril 1806.
  • 37 FM2 406, 14 août 1809.

34Les choses vont rondement, et le buste en question est effectivement inauguré en grande pompe le 20 avril suivant : vingt-deux frères l’accompagnent dans son déplacement, vingt et un coups de canon sont tirés lorsqu’il entre dans le temple, cinq frères lui font une garde d’honneur permanente durant toute la cérémonie, à l’issue de laquelle on tire à nouveau le canon36. Les discours prononcés à cette occasion n’ont pas été conservés, mais on peut se faire une idée de l’état d’esprit des loges en se référant à une cérémonie similaire qui s’est déroulée à Saint-Malo trois ans plus tard, lorsque les frères de « La Triple Essence » installent à leur tour dans leur temple un buste de Napoléon, sur le socle duquel ils écrivent : « Gloire à toi, homme prodigieux, qui semble n’avoir eu autant d’ennemis à vaincre que pour avoir plus d’heureux à faire37 ! », et auquel pour faire bonne mesure ils adjoignent celui de Cambacérés, archi-chancelier de l’Empire et Grand Maître de la Franc-Maçonnerie napoléonienne. Pas plus que leurs homologues rennais, ils n’ont de doute sur l’appartenance maçonnique de l’empereur :

« Il fut notre frère avant d’être notre père. Il eut des droits à notre amitié longtemps avant d’en acquérir à notre respect et à notre reconnaissance. L’initiation de Napoléon à nos mystères ne peut d’ailleurs en être un pour quiconque considère avec l’œil observateur les travaux qui illustrent son règne. Chacun de ceux-ci ne portent-ils pas l’empreinte maçonnique qui dirige tous ses efforts vers le bonheur des hommes, en comprimant les méchants ? Chacun d’eux entrepris avec sagesse, n’a-t-il pas été exécuté avec cette force qui caractérise la véritable grandeur ? Chacun d’eux n’est-il pas décoré de cette beauté de perfection qui leur assure l’immortalité ? »

35Le compte rendu de l’événement donne lieu à 42 pages imprimées de ce style. Le banquet qui suit est agrémenté de chansons et de poésies où Napoléon est tout aussi hyperboliquement encensé :

« Il est de ses sujets législateur et père,
Invincible guerrier des vrais sages le frère,
Paris le possédant ne peut nous ravir tout,
Son buste est dans ce temple et sa gloire est partout. »

  • 38 AR, 20 germinal an VIII (10 avril 1800) : « Les commissaires chargés de l’acquisition d’un local p (...)
  • 39 Règlement particulier de l’Atelier en date du 12 pluviôse an X (1er février 1804), Archives du GOD (...)
  • 40 Cf. plus loin.
  • 41 À cette époque la Belgique est totalement intégrée à l’Empire français, et Bruxelles est le chef-l (...)

36Mais l’étoile de l’empereur va bientôt commencer à pâlir, et cette Franc-Maçonnerie qui le soutient si activement est en fait elle-même minée par des conduites internes qui vont également la fragiliser. Ainsi le temple de « La Parfaite Union » se trouve dans une maison du quartier du Colombier achetée en viager au printemps de 180038. Les arrérages sont conséquents, et la loge emploie de plus trois « frères bienveillants » à temps partiel, aussi les contributions demandées sont-elles élevées : 120 F pour une réception, et 42 F de cotisation annuelle39. Ce qui n’empêche pas l’atelier de se trouver au début de 1812 en état de cessation de paiement, et de devoir se mettre en sommeil40. Mais cette baisse d’activité est due tout autant à des contingences locales qu’à un malaise général qui frappe l’ensemble de la Franc-Maçonnerie de l’Empire. Les « procédures d’urgence » pour la réception ou la collation de grades dont la nécessité était évoquée lors de l’initiation de militaires en service actif ont en effet entraîné des dérives que la loge « Les Amis Philanthropes » de Bruxelles, avec laquelle « La Parfaite Union » est en relation41, dénonce au Grand Orient de France à Paris dès 1802 :

« Permettez-nous de vous avertir que nous voyons souvent et avec peine plusieurs loges, et même quelques-unes de Paris, travailler d’une manière opposée à vos règlements, de sorte que, tandis que nous nous appliquons à suivre vos lois, notre ouvrage est contrarié par l’irrégularité des autres. Cette observation, que nous prenons la confiance de vous adresser, se rapporte spécialement à la dispensation des grades. Plusieurs de nos jeunes apprentis et compagnons que nous désirions éprouver avant de les admettre dans la Chambre du Milieu, n’ont eu qu’à se présenter dans divers ateliers pour y être en moins de rien élevés aux grades de Maître, d’Élu, d’Écossais, etc., lorsque chez nous ils n’avaient pas fini leur temps des premiers grades. »

37En 1805, la loge « L’Union » de Lorient reprend les mêmes doléances dans des termes presque identiques :

  • 42 14 mars 1805, copie à La Parfaite Union d’une planche que L’Union vient d’adresser à Paris, FM2 36 (...)

« Nous avons à vous désigner une foule d’abus, et, vous le dirons-nous, ces abus sont commis dans l’Orient où vous siégez. Des lettres de passe en blanc sont vendues aux profanes mêmes qui en désirent. Des promotions irrégulières sont faites par des loges complaisantes. L’âge d’un apprenti leur suffit souvent pour conférer le plus haut grade de la Maçonnerie. Un de nos compagnons, après trois mois d’absence, a reparu sur nos colonnes avec la décoration de Rose-Croix qu’il avait reçue à l’Orient de Paris. Un visiteur dont l’âge civil n’est que de vingt-un ans s’est présenté ces jours derniers à la porte de notre temple avec le diplôme de ce haut grade, il a été bien douloureux pour notre vénérable de lui annoncer que la loge L’Union ne pouvait l’admettre qu’aux travaux d’apprenti.
Ces fréquentes irrégularités tendent à la dissolution de l’Ordre ; ce trafic honteux le déshonore. Les grades dérobés à la négligence, en montrant la facilité de les obtenir, ne laissent point sentir le besoin de les mériter. Les jeunes Maçons feront peu de cas de ce qu’ils n’auront pas graduellement approfondi. Et la Maçonnerie, n’ayant bientôt que cette génération pour soutien, ne sera plus en France qu’une réunion d’indifférents sans ordre et sans considération, tandis que dans le nord de l’Europe elle brillera de son éclat primitif42. »

38Deux ans plus tard, rien n’a été fait pour remédier à ces désordres, bien au contraire, et la loge de Bruxelles, en réponse à une invitation de la loge « La Parfaite Union » de Douai, qui l’invite à participer le 22 juin 1807 à une conférence où seraient étudiés les moyens de réprimer « les spéculations honteuses qui minent et déshonorent l’institution maçonnique », fait part de toutes les inquiétudes que lui inspire l’état d’esprit d’une grande partie de la maçonnerie impériale :

  • 43 16 juin 1807, FM2 549.

« D’un côté un esprit de calcul, de l’autre l’esprit d’imitation, la curiosité, une idée de plaisirs, l’amour des hochets et une multitude de petits motifs difficiles à détailler ont inondé la France d’ateliers où la Maçonnerie compte bien plus d’enfants perdus que de sectateurs véritables. On y est entré en se jouant, on y est resté avec indifférence. On en aime les cordons et les fêtes, mais combien peu en connaissent l’esprit et en approfondissent l’essence ! La plupart en négligent jusqu’à l’instruction qui lui sert d’enveloppe et qui en est le cachet43. »

39Tandis que l’année suivante la loge de Lorient énumère à nouveau ses griefs contre la hiérarchie de l’Ordre :

  • 44 12 octobre 1808, idem.

« Nous ne pouvons vous dissimuler plus longtemps le grand nombre d’abus qu’une négligence coupable a laissé s’introduire dans plusieurs loges de France. Votre silence nous autorise à penser qu’aucune dénonciation formelle ne vous est parvenue, et notre zèle pour le bien de l’Ordre nous force à vous soumettre nos observations. Oui, sous vos yeux mêmes, l’irrégularité s’est emparée des travaux maçonniques. Au mépris de vos statuts on expose chaque jour aux yeux des profanes dans les journaux périodiques les titres des ouvrages qui devraient rester couverts d’un voile mystérieux, et on en donne l’analyse accompagnée de commentaires dérisoires. Les banquets dégénèrent en orgies ; les tenues en réunions bruyantes où la décence est ouvertement outragée. Vingt fois nous avons gémi des irrégularités dont nous ne pouvons récuser les preuves qui nous parvenaient par des voies trop certaines. De jeunes adeptes viennent frapper à la porte du temple, munis de brefs du plus haut grade du Souverain Chapitre, tandis que leur âge profane leur interdit même l’accès de la colonne du midi. On les questionne et on apprend des uns qu’à quinze ans ils faisaient déjà partie de l’Ordre ; des autres que, proposés à midi, ils avaient à six heures du soir reçu les trois premiers grades ; de tous que la plus basse cupidité a été la source des faveurs qu’on leur a prodiguées, et qu’ils n’ont dû leur rapide avancement qu’à l’attachement démesuré de leurs ateliers pour les métaux.
Cet état de choses ne peut durer. Nous provoquons des mesures sévères parce que nous en sentons la nécessité, et nous les provoquons avec d’autant plus de confiance que nous sommes assurés de les obtenir du Sénat maçonnique, de cette réunion de maçons vertueux, éclairés et zélés auxquels il suffit d’indiquer les abus pour en obtenir la réforme44. »

40Elle tente de fédérer dans son combat d’autres loges provinciales, dont bien entendu « La Parfaite Union » :

  • 45 Id.

« Nous vous invitons à vous réunir à nous et à indiquer de votre côté au Grand Orient de France les irrégularités dont vous pouvez avoir connaissance, le concert de plusieurs loges régulières ne pouvant que donner plus de poids à nos observations, et amener enfin la répression d’un scandale dont la honte peut rejaillir sur l’ordre entier45. »

  • 46 Challan, Antoine Didier Jean-Baptiste, membre du Tribunat, puis du Corps Législatif. Né en 1778 à (...)

41Outre les raisons de proximité géographique et de correspondance régulière entre les deux ateliers, on peut comprendre ce qui pousse la loge de Lorient à faire parvenir ainsi à « La Parfaite Union » une copie de la lettre qu’elle envoie à Paris : c’est que le député l’atelier de Rennes auprès du Grand Orient est le F∴ Antoine Challan46, membre du Tribunat durant le Directoire et du Corps Législatif sous l’Empire, qui a été à reçu à Rennes en 1799, et qui à cette époque n’est autre que le Grand Orateur de l’Obédience. Cette lettre vaut d’ailleurs à l’atelier bleu un sévère rappel à l’ordre de la part des frères du Souverain Chapitre de la Vallée de Rennes :

  • 47 29 novembre 1808, FM2 369.

« Vous avez renvoyé au Souverain Chapitre une planche qui vous a été adressée par la R∴L∴ de l’Union à l’Orient de Lorient, par laquelle ce Resp∴ At∴ vous communique la représentation qu’il fait parvenir au Grand Orient sur divers abus qui se glissent dans l’ordre de la Maçonnerie. Nous avons pris cette adresse dans la plus haute considération, et nous nous sommes unis d’intention à ce Resp∴ At∴.
Nous avons heureusement la satisfaction de pouvoir vous dire qu’aucun de ces reproches ne peuvent être adressés au R∴ At∴ de La Parfaite Union séant à Rennes. Mais les suites des abus que l’on nous dénonce ne s’y font pas moins sentir, par l’espèce de déconsidération qui est tombée sur nos travaux. Nous voyons avec une peine infinie que l’atelier est presque désert, que les travaux ne s’ouvrent qu’à des époques très éloignées les une des autres et que bientôt, en suivant la progression effrayante d’un tel abandon, il ne restera plus de l’Orient de Rennes qu’un nom jadis considéré comme l’un des principaux soutiens de la Maçonnerie. Nous vous invitons, au nom des vertus dont vous avez donné jusqu’à ce jour un si bel exemple, au nom de votre attachement qui nous est connu pour l’Ordre dont nous faisons partie, au nom de votre gloire, à rétablir vos travaux dans la vigueur qu’ils doivent avoir47. »

  • 48 Voir le chapitre suivant.

42Car les ateliers des hauts grades présents à Rennes, à savoir le Souverain Chapitre de Rose-Croix, et ceux deux autres rites spécifiques à l’Orient, les « Sublimes Élus de la Vérité » et « L’Ordre du Christ48 », continuent en effet régulièrement leurs travaux, même après la mise en sommeil de « La Parfaite Union » le 14 mars 1812. Très prosaïquement, cette cessation d’activité résulte directement des problèmes de gestion liés à la désaffection des frères pour l’institution, ce que le texte précédent laisse d’ailleurs pressentir, mais sans qu’il soit possible d’en préciser plus avant les causes :

  • 49 AR, 14 mars 1812 : « La R∴L∴ arrête de suspendre ses travaux jusqu’à nouvel ordre ».

« La R∴L∴ a entendu le rapport qui lui a été fait par la Commission nommée pour examiner les comptes du Trésorier et connaître la situation des finances de l’Atelier, d’où il résulte que dans l’état présent la R∴L∴ est hors d’état de faire face à ses dépenses annuelles avec ses recettes ordinaires, et qu’il sera même nécessaire de faire la vente de son mobilier pour acquitter les dépenses jusqu’à l’époque de la St Jean prochaine49. »

43Cette interruption dans les travaux de la loge se fait néanmoins en bon ordre. Les douze articles de l’arrêté qui l’entérine précisent aussi bien les conditions d’épuration du passif que celles dans lesquelles l’Atelier pourra reprendre ultérieurement ses travaux : trois ans plus tard, elles seront suivies à la lettre. Mais un des commissaires liquidateurs, le F∴ Claude André Vuillaume*, futur auteur du célèbre Tuileur, et qui préside alors le « Souverain Consistoire du Sublime Ordre du Christ », exprime alors fort crûment trois jours plus tard ce qu’il pense de l’état de la Franc-Maçonnerie française en général et du Grand Orient de France en particulier :

  • 50 Livre d’Or du Grand Consistoire métropolitain du Rit d’Orient séant en la vallée de Rennes, séance (...)

« Dans la vue de propager notre Ordre sublime, j’ai pensé qu’il était indispensable de former en notre sein une loge maçonnique, qui prendrait des Constitutions et des lettres capitulaires du Grand Orient de France, sous le titre d’Initiés de l’Orient, ce qui nous distinguerait assez des autres rites connus. Nous pourrions bien exister indépendamment de cette institution, qui n’a plus rien de commun avec notre Ordre qu’une initiation défigurée, quoique ses fondements remontent à une origine commune. Mais dans cette pépinière, nous choisirons, nous élèverons les hommes qu’il nous faut. Là, nous aurons les moyens de les étudier, et nous courrons moins de risque de nous tromper dans nos choix50. »

44Napoléon attaque la Russie le 25 juin de cette même année, et dès lors la guerre qui se généralisera l’année suivante avec la formation de la sixième coalition prendra le pas sur toutes les autres activités, en particulier maçonniques, jusqu’à sa défaite finale du 18 juin 1815 à Waterloo. La partie militaire de la franc-maçonnerie impériale disparaît dans le désastre. Le propos de Vuillaume indique clairement le chemin de la refondation pour le Grand Orient de France, après les dérives enregistrées les années précédentes, mais on peut penser qu’il parle tout aussi bien pour les frères de Rennes qui n’ont pas su empêcher la déconfiture de leur atelier. Et c’est effectivement par l’intermédiaire de hauts fonctionnaires restés en place après la chute de Napoléon que « La Parfaite Union » pourra recommencer ses travaux cinq mois plus tard. En fin de compte, plus que les soldats, ce sont les serviteurs civils du pouvoir qui, mettant au service de la Maçonnerie la même rigueur qu’ils mettent à servir l’État, méritent le titre de bâtisseurs de l’Empire.

Notes

1 Livre d’architecture de La Parfaite Union, 1797-1818, Archives russes du G∴O∴D∴F∴, AR 113/1/1314 (AR), Tenue du 30 thermidor an V (17 août 1797).

2 Une dizaine d’autres maçons reçus dans les ateliers rennais avant la Révolution rejoindront également l’Atelier au cours des deux années suivantes.

3 AR, 24 frimaire an VI (14 décembre 1797).

4 Idem, 7 fructidor an VII (24 août 1799).

5 Id., 30 floréal an VIII (20 mai 1800). La Constitution de l’an VIII est entrée en vigueur le 25 décembre précédent. Entre temps Antoine Challan, délégué des Consuls dans les départements bretons, reçu le 30 frimaire an VIII (21 décembre 1799), a prêté le curieux serment d’être « fidèle à la République une et indivisible, fondée sur la liberté, l’égalité et le système représentatif ».

6 Id., 30 frimaire an VII (20 décembre 1797).

7 Id., 30 pluviôse an VI (18 février 1798). La reprise officielle de la liaison avec le Grand Orient de France se fera le 3 frimaire an VIII (24 novembre 1799) avec la demande d’être inscrit sur le tableau général des loges régulières et celle du mot annuel, la promesse de l’envoi du tableau de la loge et la désignation d’un député : « Nous avons la faveur de vous annoncer que, fidèles aux principes républicains que l’art maçonnique a propagés en France, les temps orageux ne nous ont jamais fait dévier. Le ciment mystique qui unit tous les enfants de la Veuve nous a tous réunis entre le compas et l’équerre, et notre atelier a repris toute sa vigueur sous son ancien titre distinctif de La Parfaite Union. » (FM3 368).

8 AR, 25 ventôse an VI (15 mars 1798).

9 Id., 1 nivôse an VIII (22 décembre 1799). Ce discours n’a malheureusement pas été conservé.

10 Id., 20 frimaire an IX (11 décembre 1800).

11 Constitution du 1er vendémiaire an IV, Titre Ier, Art. 6.

12 SHAT, Vincennes, 7 Yd 269 : « Instructions données par le Directoire exécutif au général Hédouville, agent du Gouvernement à Saint-Domingue et Isles sous le Vent ». Document de 22 pages, signé par Barras, président du Directoire, daté du 16 messidor an V (4 juillet 1797).

13 Le traité de Pointe-Bourgeoise, du 30 août 1798.

14 Arrêté du 5 nivôse an VII (25 décembre 1798).

15 AR, 10 germinal an VII (31 mars 1799).

16 Les tenues ordinaires ont généralement lieu tous les dix jours, les 10, 20 et 30 du mois.

17 Le tableau imprimé des « Off∴ Dign∴ & Membres composant la T∴R∴L∴ de S∴ Jean sous le titre distinctif de La Parfaite Union à l’O∴ de Rennes, à l’époque du 30 nivôse de l’an VIII » (20 janvier 1800), recense par exemple 105 frères et 4 frères servants (FM2 368). Cf. Chapitre 11, Sociologie et pratique maçonnique des ateliers rennais.

18 AR, 20 ventôse an VIII (11 mars 1800).

19 Bernadotte, Jean-Baptiste Jules, prince de Ponte-Corvo, maréchal de France, puis roi de Suède. Né à Pau le 26 janvier 1763 ; marié à Désirée Clary, sœur de Julie Clary, femme de Joseph Bonaparte ; † à Stockholm le 8 mars 1844. Fils d’un homme de loi, il s’engage comme soldat au régiment de Bresse en 1780 ; sergent-major à la Révolution, il devient au fil des campagnes général de brigade puis de division en 1794, et ministre de la Guerre en 1799. Malgré ses attaches familiales, il refuse de participer au 18 Brumaire. Il commande en chef l’armée de l’Ouest de mai à octobre 1800, puis de mai à novembre 1801. Maréchal d’Empire en 1804, il commande le 1er Corps de la Grande armée en 1805 à Austerlitz. Prince de Ponte-Corvo en 1806, il commande l’armée saxonne à Wagram en 1809. Élu prince héréditaire de Suède par les États généraux d’Oerebro en août 1810, il abjure le catholicisme, et est adopté le 5 novembre 1810 par le roi Charles XIII sous le nom de Charles-Jean XIV. Il prend part à la 6e coalition contre Napoléon en 1813, et bat au cours de la campagne ses ex-collègues Oudinot et Ney. Il envahit le Holstein, et force le roi de Danemark à lui céder la Norvège en 1814. En 1815, il refuse d’entrer dans la dernière coalition contre l’Empire. Il devient roi de Suède et de Norvège à la place de Charles XIII le 5 février 1818.

20 AR, 10 floréal an IX (30 avril 1801).

21 Id., 12 floréal an IX (2 mai 1801). La signature apposée par Bernadotte au bas d’un serment de haine à la royauté et de fidélité à la Constitution républicaine prononcé par lui à Toul le 2 pluviôse an V (21 janvier 1797), et accompagnée de six points en ligne entre deux barres parallèles, n’est donc pas une signature maçonnique. Il est cependant probable qu’ayant été ainsi approché par la loge de Rennes, et de plus entouré dans son état-major même par plusieurs francs-maçons – on peut en dénombrer plus d’une douzaine, membres de « La Parfaite Union » ou visiteurs, sans parler des autres officiers de l’armée de l’Ouest qui font également partie de l’atelier – il n’ait pas tardé à être lui-même initié, sans qu’il soit possible de préciser plus le lieu et la date (Cf. Daniel Ligou, Dictionnaire de la Franc-Maçonnerie, article Maréchaux d’Empire).

22 La paix d’Amiens signée avec l’Angleterre le 4 germinal an X (25 mars 1802) ayant mis fin aux hostilités, le Tribunat, à l’instigation de Cambacérés, propose l’attribution d’une récompense nationale au Premier Consul, sous la forme d’une prorogation de dix années de son actuel mandat de dix ans, ce que le Sénat adopte par le senatus-consulte du 18 floréal an X (8 mai 1802). Insatisfait de cette nouvelle disposition, Bonaparte impose de fait dès le surlendemain une révision constitutionnelle, par un arrêté des consuls portant que le peuple français serait consulté par voie de plébiscite sur l’attribution du consulat à vie.

23 Si Moreau est en effet totalement étranger au complot, son aide de camp, le capitaine Jean-Baptiste Rapatel, est toutefois le frère du capitaine Augustin Rapatel, qui est lui aide de camp du général Simon. Et ils sont tous les deux membres de « La Parfaite Union », où ils ont été reçus durant l’été de 1801, tout comme leur autre frère François Rapatel, adjudant commandant, rejoignant ainsi leur père, Jean Pierre Rapatel, chirurgien, initié l’année précédente, et qui sera plusieurs années vénérable de l’atelier à partir de 1816.

24 Pour plus de détails, se reporter au livre de Frédéric Hulot, Le Général Moreau : Pygmalion, Paris, 2001.

25 AR, 10 frimaire an IX (1er décembre 1800) et 30 nivôse an IX (20 janvier 1801).

26 Le conflit entre les deux hommes n’était pas uniquement idéologique. En tant que militaire Moreau menait une guerre classique d’usure, à l’opposé des nouvelles conceptions stratégiques et tactiques développées par Bonaparte, visant par la concentration des troupes et la rapidité de la manœuvre à l’obtention d’une victoire décisive sur l’ennemi. Il reprochait en particulier à Moreau d’avoir désobéi à ses ordres de Premier Consul, en ne détachant pas de l’armée du Rhin pour soutenir sa propre action en Italie au printemps de 1800 la totalité d’un corps d’armée, mais seulement une division. Sa victoire à Marengo le 14 juin ne fut donc pas suffisante pour terminer les opérations. Il fallut attendre que Moreau disperse le 3 décembre suivant le reste des troupes autrichiennes à Hohenlinden pour que s’ouvrent les pourparlers qui aboutirent le 9 février 1801 au traité de Lunéville.

27 Constitutions d’Anderson, 1723, titre II, « Touchant la magistrat civil, suprême ou subordonné » : « S’il arrivait à un frère d’être rebelle à l’État, il ne devrait pas être soutenu dans sa rébellion. Cependant on pourrait en avoir pitié, comme d’un homme malheureux. Et quoique la fidèle Fraternité doive désavouer sa rébellion, et ne donner pour l’avenir ni ombrage ni le moindre sujet de jalousie politique au gouvernement, néanmoins, s’il n’était point convaincu d’autre crime, il ne pourrait être exclu de la Loge, et son rapport avec elle ne pourrait être annulé. »

28 Entre 1797 et 1803, si l’on excepte deux lieutenants ayant des attaches familiales avec l’Atelier, seuls des officiers supérieurs ou généraux, ou bien des aides de camp capitaines à l’état-major, ont été reçus par La Parfaite Union.

29 Le 7 octobre 1801, Bonaparte ordonne la formation d’un corps expéditionnaire de 23 000 hommes chargé « de faire respecter dans Saint-Domingue les droits de la métropole », où le 8 juillet précédent Toussaint-Louverture a promulgué de sa propre initiative une Constitution qui le nomme Gouverneur général à vie, et en confie le commandement à son beau-frère le général Leclerc, mari de sa sœur Pauline, nommé Capitaine général de la colonie. L’armée de Saint-Domingue se rassemble pendant les mois d’octobre, novembre et décembre 1801 dans les ports de Brest, Lorient, Rochefort, Cadix et Toulon, et la flotte, qui comporte également des navires d’Espagne et de Hollande désireux de récupérer leurs colonies, met la voile sous le commandement de l’amiral Villaret-Joyeuse du 14 décembre 1801 au 9 janvier 1802. Leclerc débarque de vive force au Cap Français à Saint-Domingue le 5 février 1802. Il s’efforce de réorganiser la colonie, obtient la soumission de Toussaint-Louverture en mai, le fait arrêter le 7 juin et transférer en France. Ce qui déclenche au mois d’août une insurrection se transformant bientôt en guerre totale, à quoi s’ajoute une épidémie de paludisme et de fièvre jaune due à la saison des pluies, dont le général Leclerc meurt le 2 novembre. Le 30 novembre 1803, il ne reste de la force expéditionnaire qu’un petit détachement retiré dans la partie espagnole de l’île. Son successeur Rochambeau est contraint de se rendre aux Anglais, avec qui les hostilités ont entre temps repris.

30 FM2 368, 13 juillet 1806 : « […] Nous vous faisons parvenir en même temps le don gratuit pour l’année 5805 à 5806, et que nous avons porté comme les années précédentes à 72 F. Nous avons la faveur de vous observer, relativement à la fixation de 3 frs par chacun des frères présents portée dans la planche dont nous vous accusons la réception, qu’elle ne doit pas être appliquée à la rigueur à notre At∴ qui n’est jamais au complet des membres portés en notre tableau, attendus les mouvements occasionnés par les emplois civils et militaires des membres qui le composent. En portant à 72 F nous avons suivi, à peu de chose près, la base que vous avez posée, et nous désirons que cette fixation soit invariable ; nous serons exact à vous en adresser le montant. »

31 Pierre Chevallier, Histoire de la Franc-Maçonnerie française, Fayard, 1974, T. II, p. 95. Les exemples donnés ressortent d’ailleurs tous de l’anecdote, et ne peuvent être considérés comme significatifs d’une constante comportementale. Certains mériteraient en plus d’être vérifiés. Ainsi l’affirmation selon laquelle « À la veille d’Austerlitz une tenue de Loge réunit ensemble des officiers français et autrichiens » est invraisemblable lorsque l’on considère le déroulement de la bataille, pour laquelle le secret de la manœuvre était l’élément essentiel : voir à ce sujet Gunther E. Rothenberg, Les guerres napoléoniennes, Atlas des Guerres, Éditions Autrement, Paris, 2000, p. 89-93.

32 Cf. P. Chevallier, op. cit., p. 83.

33 Cf. chapitre suivant.

34 Contrairement à une légende tenace, et qui ressurgit toujours de manière sporadique, Napoléon Bonaparte n’a jamais été initié. Voir à ce sujet P. Chevallier, op. cit., p. 17-30.

35 AR, 5 janvier 1806.

36 AR, 20 avril 1806.

37 FM2 406, 14 août 1809.

38 AR, 20 germinal an VIII (10 avril 1800) : « Les commissaires chargés de l’acquisition d’un local pour y fixer son établissement ont annoncé qu’au nom de la R∴L∴ ils sont demeurés adjudicataires d’une portion de la maison du Colombier pour la somme de 2 450 F de principal à charge en outre de payer les frais d’adjudication qui monteront à 1 000 F et une rente viagère de 840 F payable d’avance de trois mois en trois mois, de 440 F au citoyen Lallemand et celle de 400 F payable de la même manière au citoyen Dujardin père et son épouse. »

39 Règlement particulier de l’Atelier en date du 12 pluviôse an X (1er février 1804), Archives du GODF, document non coté. Un ouvrier gagne à l’époque entre 1 F et 1,90 F par jour.

40 Cf. plus loin.

41 À cette époque la Belgique est totalement intégrée à l’Empire français, et Bruxelles est le chef-lieu du département de la Dyle. Le F∴ commissaire des guerres Charles Marie Robinet, né à Rennes en 1768, et vénérable de la loge Les Amis Philanthropes de 1801 à 1804, et de 1808 à 1801, est le fils de Charles François Robinet, président de la Cour de justice criminelle, député au Corps législatif, reçu en 1791 à La Parfaite Union, refondateur de la loge en 1797, et son vénérable en 1798-1799. Le père et le fils seront reçus en cérémonie par la loge de Bruxelles en 1806 (FM2 369).

42 14 mars 1805, copie à La Parfaite Union d’une planche que L’Union vient d’adresser à Paris, FM2 369.

43 16 juin 1807, FM2 549.

44 12 octobre 1808, idem.

45 Id.

46 Challan, Antoine Didier Jean-Baptiste, membre du Tribunat, puis du Corps Législatif. Né en 1778 à Meudan (Yvelines). Reçu en 1799 à La Parfaite Union. Nommé député de l’atelier auprès du Grand Orient le 4 janvier 1800.

47 29 novembre 1808, FM2 369.

48 Voir le chapitre suivant.

49 AR, 14 mars 1812 : « La R∴L∴ arrête de suspendre ses travaux jusqu’à nouvel ordre ».

50 Livre d’Or du Grand Consistoire métropolitain du Rit d’Orient séant en la vallée de Rennes, séance du 17 mars 1812, Baylot FM3 13.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540