Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rennes : les francs-maçons du Grand Orient de France

 | 
Daniel Kerjan

Chapitre 4. L’itinéraire insolite d’un initié : Michel Ange Bernard Mangourit du Champ Daguet (1752-1829)

Texte intégral

  • 1 Claude Antoine Thory, Annales originis magni Galliarum Orientis, ou Histoire de la fondation du Gr (...)
  • 2 Pierre Mollier, Un système rationaliste de Hauts Grades au XVIIe siècle, Les Élus de la Vérité, St (...)

1On a vu au premier chapitre comment Michel Ange Bernard Mangourit du Champ Daguet s’était trouvé impliqué en 1771 dans la reprise des travaux de « La Parfaite Union ». Durant la période de bouillonnement maçonnique qui suit, il a gravi tous les degrés des hauts grades rennais, puisqu’il est très rapidement décoré du titre de « Sublime Élu de la Vérité », autrement dit « Maître à tous grades », ou encore « Parvenu au Point Final de la Maçonnerie », une formule lexicale dont on peut probablement le créditer, car dans un premier temps il est le seul à s’en prévaloir à Rennes. À ce propos, il faut ici démentir l’affirmation selon laquelle Mangourit aurait été l’unique fondateur de ce rite des Sublimes Élus de la Vérité. Contrairement à ce qu’il a lui-même raconté en 1812 à Thory1, il ne peut avoir été « composé en 1776 », puisque lui-même, et d’autres frères rennais, possèdent son plus haut degré avant cette date. Une étude précise montre en effet que l’idée première date de 1773, qu’une commission d’une demi-douzaine de membres se met alors en place, dont il n’est très probablement que le rapporteur – on désigne généralement dans ce cas le plus jeune. Formalisé en 1774, opérationnel en 1775, il est possible qu’il y ait eu en 1776 une refonte du rite, mais comme l’indique Pierre Mollier « Mangourit a peut-être réécrit quelques épisodes de la réforme, ou oublié certains de ses aspects2. »

  • 3 FM2 367, 10 juin 1775, lettre de Mangourit à Le Breton, représentant de la loge L’Égalité auprès d (...)
  • 4 FM2 367, 6 mars 1775.

2Quoi qu’il en soit, en janvier 1775, Mangourit, alors grand expert de l’Atelier, ne se sent plus à l’aise dans cette « Parfaite Union » dont il a pourtant activement œuvré à la renaissance. Il en expose les raisons : depuis quatre ans, « la Loge accroissait en force, les colonnes se remplissaient des outils et des ouvriers qui accouraient en foule. Mais bientôt la confusion des langues causa la discorde. De mauvaises pierres qu’on lia avec les bonnes, l’impuissance du mastic qui unissait le porphyre avec la brique n’offrirent à tous les cieux qu’un temple sans force et sans solidité3 ». Prenant prétexte de ses « affaires », il présente sa démission, qui est acceptée. En fait il ne veut que reprendre sa liberté et raconte lui-même la suite, dans une lettre adressée au F∴ de Toussainct, secrétaire général honoraire du Grand Orient à Paris4 :

« Plusieurs maçons mes intimes amis, me prièrent alors de me prêter à initier trois profanes. Le premier s’appelle Thomas, a 22 ans, est un jeune homme vivant noblement, et mon ami ; le second se nomme Loisel, a 20 ans, est le fils d’un professeur en droit. Le troisième se nomme Puyferré, a 27 ans, et est gentilhomme de notre province. Je répondis à mes amis que je ne violerais jamais mon serment, que fidèle au Grand Orient, je voulais respecter ses statuts. Mais, dit l’un d’entre eux, si l’on formait, du jour de la réception, une délibération à l’effet d’obtenir des Constitutions ? – Oh ! je le veux, répondis-je. Nous nous connaissons tous, ajoutèrent ils, nous sommes du même âge, nos goûts nous rapprochent ; nos conditions sont de niveau. Obtenons des Constitutions ; recevons gratis ; que ceux que nous initierons à nos plaisirs payent pour des agréments. Deux classes dans le monde à confondre : les hommes aimables et les gens à talent. En recevant des hommes éduqués, nous formons la police de la société ; en admettant des gens à talent, nous égayons nos banquets, nous répandons un charme séducteur dans les âmes, nous établissons l’harmonie la plus égale. Etant d’égale condition, de génie uniforme, nous écrasons le serpent de la basse plaisanterie, qui imprime toujours des morsures cruelles. Le sarcasme expire, et le persiflage léger, l’épigramme adroite ne servent qu’à piquer la gaieté. Prenons des musiciens, mais point d’ivrognes ; point d’esprit faux, point de bêtes dangereuses, point d’étourdis. Que notre société soit un assemblage heureux, d’hommes polis, d’hommes aimables et de vrais amis. Et quand nous aurons obtenu des Constitutions, nous aurons un lieu agréable, et nous le meublerons honnêtement. Chaque récipiendaire payera une somme pour acheter des livres pour la société. À chaque grade on payera pour le même sujet, et nous destinerons une chambre pour y placer une bibliothèque à l’usage de la société. Je vous avoue que ce langage me séduisit, et je consentis aux réceptions, si on délibérait de demander des Constitutions. »

  • 5 Un peu plus tard Mangourit s’adresse par exemple en ces termes aux frères de son atelier : « Les p (...)

3S’il ne fallait qu’un texte pour tenter d’apprécier les motivations des francs-maçons de la fin du XVIIIe siècle, celui-ci mériterait à plusieurs titres de retenir l’attention, tant par la description en creux qu’il donne des autres ateliers existant alors à Rennes, que par l’exposé des motifs qui conduisent ces jeunes gens à former leur propre atelier. On note que le but premier de leur réunion est le « plaisir », et que ce plaisir, entre « hommes aimables » et d’» égale condition », se doit d’être gratuit. On ne paiera que pour les « agréments » : banquets avec musique et bibliothèque. Un peu plus loin d’ailleurs il presse son correspondant parisien d’accélérer les formalités administratives pour obtenir patente du Grand Orient et installer la nouvelle loge, car, dit-il, « nous nous amuserions aux États » – il faut entendre par là qu’ils pourraient ainsi recevoir en visiteurs les nombreux frères de la province qui doivent venir à Rennes lors de la prochaine session des États de Bretagne. Le côté convivial et festif de la Franc-Maçonnerie est donc bien leur première préoccupation. Une lecture moderne pourrait de plus trouver dans cette « société de vrais amis » une composante homosexuelle, si cette affinité n’était pas inconcevable à l’époque dans un environnement aussi formellement rigide que celui dans lequel ils évoluaient5. On a cependant peine à croire que les loges de « La Parfaite Union » ou « La Parfaite Amitié » ne soient intéressées que par les droits à payer lors des initiations, et ne soient composées que d’» ivrognes », de « bêtes dangereuses », ou d’» étourdis » abusant de « basses plaisanteries ». Cependant ce titre distinctif de « L’Égalité » est, comme toujours en maçonnerie, où le choix de la dénomination est le premier acte fondateur d’un atelier – Nomen, Omen, nom, présage – une déclaration d’intentions que les frères prennent très au sérieux. Un peu plus tard, lorsque la loge aura été installée, elle explicitera son propos :

  • 6 Les frères « bienvenus », ou « bienveillants », sont les frères servants chargés du gardiennage et (...)
  • 7 FM2 367, 16 août 1776. Cette déclaration d’intention égalitaire inclut cependant une composante él (...)

« Nos travaux du temple étant terminés, nos réceptions sont désormais gratuites. Par cet acte généreux, la loge y gagne des vertus, et l’opinion publique. Maîtresse de faire des candidats, elle a plus de facilité pour les choisir, et le métal le plus pur n’est plus avili par l’avarice. Nous consignons un écu par mois pour le louage du temple, du jardinier, et des frères Bienvenus6. Nos banquets se font en pique-nique, et si l’on veut faire une dépense, elle se consigne alors par tous les frères. Voilà le vrai moyen de conserver le précieux titre d’égalité parmi nous. Nous n’avons point de factions parmi nos ouvriers, et les Hiram les plus parfaits, partagent de bon cœur avec les apprentis et les compagnons, le travail du midi et du nord. Enfin nous sommes une même famille, nous nous regardons tous comme égaux, et quand nous nous parlons, mes égaux ou mes frères sont synonymes7. »

4On peut d’ailleurs s’arrêter un instant sur cette dénomination. Autant « La Parfaite Union » ou « La Parfaite Amitié » sont des titres de loges courants – au XVIIIe siècle, on peut dénombrer par exemple plus d’une trentaine de « Parfaite Union » dans différents Orients, ou bien parmi les loges militaires, et une dizaine de « Parfaite Amitié » – autant dans sa sécheresse qui n’est corrigée par aucun adjectif « L’Égalité » affirme alors sa spécificité. Mais s’il est une constante, à Rennes comme ailleurs, à l’époque comme de nos jours, c’est bien qu’un « essaimage » – la constitution d’une nouvelle loge à partir d’un ou de plusieurs ateliers existants dans un même Orient – provienne souvent d’une situation de conflit, et qu’en ce genre d’occasion la fraternité se trouve quelque peu malmenée. La naissance de « L’Égalité » ne va pas échapper à cette règle, et à l’anecdote va se mêler des problèmes plus sérieux concernant l’institution maçonnique.

  • 8 FM2 367, 23 mai 1775. Cette lettre de La Parfaite Union au Grand Orient se trouve par erreur dans (...)
  • 9 FM2 367, 11 juin 1775. Même observation que pour la lettre précédente.

5Mangourit procède donc aux initiations prévues, et demande à Paris des constitutions pour la nouvelle loge. « La Parfaite Union » s’était déjà deux ans plus tôt opposée à la reconnaissance par le Grand Orient de « La Parfaite Amitié », et ce nouvel attentat à son hégémonie est aussi durement ressenti que le premier. Le dissident est convoqué en comparution immédiate : « Grande rumeur, La Parfaite Union s’assemble. On veut me déshonorer, on veut rayer mon nom du tableau, et en prévenir toutes les loges de France ; j’attends mon arrêt, sans désirer la mort ni la vaincre » – c’est lui qui souligne, mais sans doute cette exagération emphatique est un peu forcée, comme la suite : « Enfin on me laissa la vie. » Cependant la loge publie immédiatement l’infraction. Après avoir entendu dans les formes les commissaires nommés à cet effet, elle arrête que le F∴ Mangourit est « atteint et convaincu d’avoir au mépris de nos règlements dans des chambres particulières et dans l’intérieur de cette ville, où il y a deux Loges constituées, procédé par forme de passe-temps, dérision ou autrement à la réception clandestine de trois profanes », et qu’il sera « écrit au Grand Orient de France, ainsi qu’à toutes les Loges de correspondance, à l’effet de leur donner avis de l’admission clandestine des profanes Loisel, Thomas, et Puyferré, faite par le F∴ Mangourit ci-devant membre de la R∴L∴ de La Parfaite Union, à plusieurs grades de la Maçonnerie, pour que lesdits profanes ne reçoivent aucun accueil dans aucune Loge8 ». Un peu plus tard elle s’oppose non moins véhémentement à ce que l’Obédience donne « une existence maçonnique à une troupe de jeunes gens qui sont tous aussi légers et inconsidérés que leur prétendu chef9 ».

6Ce « chef » est secondé par René Drouin, avocat au parlement de Bretagne, docteur en droit, orateur de la nouvelle loge, et certainement pas fâché de rendre ainsi la monnaie de sa pièce à « La Parfaite Union », qui l’a très mal accueilli la première fois qu’il s’est présenté chez elle en visiteur. Il a été reçu à Paris par la loge « Saint-Louis », et dispose de solides appuis maçonniques dans la capitale. Prenant sa plume la plus acérée, Mangourit envoie alors au F∴ Le Breton, vénérable en chaire de cette loge « Saint-Louis », et qui représente « L’Égalité » auprès du Grand Orient, un virulent mémoire de cinq pages pour justifier sa démarche. Les premières lignes donnent le ton de cette missive :

  • 10 « Tu les mèneras avec une verge de fer, et tu les briseras comme vase d’argile. »

« Appuyés par une colonne aussi forte que vous, Cher frère, nous défions nos Ennemis : quand ils Rugiront dans le temple le plus auguste de l’univers, le Grand Architecte et vous les Briseront comme des vases d’Argile, et vous les dissiperez comme la poussière : Reges eos in virga ferrea, et tamquam vas figuli confringes eos10. Psalm∴ 2∴ V∴9∴ »

7La suite de l’argumentaire veut démontrer que pour des raisons touchant les conditions de réception de ses patentes récemment renouvelées, « La Parfaite Union » n’est pas régulièrement constituée, et ne peut donc en conséquence s’opposer à la naissance de « L’Égalité ». Si la démonstration ne convainc guère, Mangourit a du moins ici comme on l’a vu le mérite d’esquisser le premier une histoire des débuts de sa loge mère dont plusieurs éléments sont à prendre en considération. Il continue par des allégations invérifiables concernant la conduite de plusieurs frères, d’où il ressort cependant que le vénéralat du F∴ Du Lattay, docteur en médecine, qui a succédé à Frignet, est loin d’être exemplaire. Par contre, la justification qu’il donne de son droit à recevoir des profanes dans l’Ordre en dehors d’une structure déjà constituée retient davantage l’intérêt car on trouve là une attitude qui sera plus tard un des points clés du débat sur le statut des hauts grades :

« Chaque Loge a son grade final : celui de La Parfaite Union donne pouvoir à celui qui le possède, de recevoir des maçons jusqu’à son grade et de tâcher de les faire affilier dans une Loge constituée, parce que cet argent, disent les statuts du grade, sert à la décoration de la loge. La Parfaite Union m’a honoré de ce grade, elle m’a fait signer les statuts de ce grade ; pourquoi me reproche-elle donc d’avoir reçu des maçons ? »

8Il réaffirme surtout hautement la spécificité du nouvel atelier :

« Esclaves du plaisir, son joug fait notre liberté et notre gloire. nous ne rougissons pas d’avouer une volupté délicate, une volupté qui n’est ternie ni par les vapeurs d’un estomac impur, ni par les fumées du vin. Nous sommes tous amis, parce que l’enfance nous a rapprochés, parce que la bonne éducation nous a placés de niveau. Le titre de l’Égalité ne paraîtra jamais faux, et quand on nous verra remplir les obligations de la société civile, et quand nous nous occuperons des devoirs maçonniques. »

9 In cauda venenum, il ajoute enfin : « Quel est donc le motif qui porte La Parfaite Union à vouloir nous priver de Constitutions ? C’est qu’on pense que notre société, composée de gens aimables, absorbera nécessairement dans son tourbillon ceux qui rechercheront le vertueux épicurisme. » Il tente en même temps de désamorcer le conflit en écrivant à « La Parfaite Union » dans un tout autre style :

« Mes chers frères,
Il n’est point de démarches que je ne fasse pour vous ramener de la prévention ou vous êtes contre moi. Persuadé de la bonté de ma cause, j’ose me flatter qu’après m’avoir entendu, vous me rendrez l’honneur, et que blanchi de tous mes torts prétendus, vous regarderez la loge de L’Égalité comme votre fille, comme votre sœur et comme votre amie. »

  • 11 FM2 367, 15 juillet 1775.
  • 12 FM2 367, 23 août 1775. Même observation que pour les lettres précédentes émanant de La Parfaite Un (...)
  • 13 FM2 367, 7 juillet 1775.

10Mais l’argumentation qu’il développe continue à mettre de l’huile sur le feu, puisqu’elle s’appuie sur le fait que Du Lattay, et Joseph Bouaissier de Bernouis, lieutenant de la maîtrise des Eaux et Forêts et vénérable de « La Parfaite Amitié », ont tout comme lui, et au même moment, reçu des profanes de manière privée, et qu’il ne saurait donc avoir en ce domaine deux poids et deux mesures. La polémique continue donc à enfler. Mangourit envoie à son tour aux loges bretonnes des « Notes Apologétiques11 » justifiant sa conduite et dénonçant celle des frères de « La Parfaite Union », tandis que cette dernière écrit à Paris en réfutant, point par point, ses propos12. Même les loges militaires stationnant dans la province sont conviées au débat, et prennent parti : « L’Égalité » se fait ainsi sèchement rappeler à l’ordre par « La Triple Alliance » du régiment de Beaujolais à Brest13, tandis que « La Parfaite Union » du Royal Roussillon Cavalerie, en garnison à Fougères, lui apporte au contraire son entier soutien, en certifiant et attestant que :

  • 14 FM2 367, 7 novembre 1775.

« Les frères de la Loge de L’Égalité à l’Orient de Rennes sont animés du zèle le plus vif pour le Bien de l’Art Royal, et joignent à une naissance honnête des sentiments élevés. Leurs travaux sont décents, la discipline y règne, la sagesse les conduit. Enfin nous croyons faire le bien et coopérer à la splendeur de l’Ordre, en priant la Grande Loge de France d’accorder des Constitutions aux frères de L’Égalité14. »

11Les frères de « La Parfaite Amitié » font de même, en ajoutant cependant une observation sur un point qui, jusqu’à ce jour, n’a pas été tranché :

  • 15 FM2 367, 20 novembre 1775. La tradition maçonnique indique le nombre de Maîtres qui doivent être p (...)

« Il serait à souhaiter que le Grand Orient voulût aviser aux moyens de fixer irrévocablement le nombre des loges de France. Leur multiplicité ne peut être que dangereuse. Si l’on cherche à procurer à l’Ordre la splendeur et le respect qui lui sont dus, loin de contribuer à son affermissement, en augmentant le nombre de ses membres, l’indifférence de plusieurs d’entre eux pour le bien général et la précipitation dans le choix qu’on en a fait l’exposent au mépris des profanes. Cependant comme il n’y a point encore de lois à cet égard et que dans beaucoup de villes moins considérables que Rennes, on n’a pas fait de difficulté d’établir trois Loges et même davantage, l’érection d’un nouvel orient dans cette circonférence, ne parait pas devoir entraîner aucun inconvénient particulier15. »

12Ces deux recommandations, et sans doute les appuis parisiens de Mangourit et de Drouin, conduisent la Chambre des Provinces du Grand Orient à entériner la demande de constitutions de « L’Égalité », et le 16 janvier 1776, elle fait part de sa décision en des termes dont on appréciera l’humour :

  • 16 FM1 87 bis. Correspondance de la Chambre des Provinces avec les loges.

« C’est avec le plus grand plaisir que le Grand Orient a accordé des constitutions à votre R∴L∴ Nous sommes persuadés que vous avez déjà oublié, et que vous ne vous rappellerez jamais que la R∴ L∴ de La Parfaite Union s’est opposée à votre demande. Ces frères ont été conduits par leur zèle et leur attachement pour l’Ordre. Ces motifs doivent être chers à tous les maçons, et loin de vous désunir doivent servir à vous réconcilier puisque l’on ne peut s’empêcher d’aimer ceux que l’on estime.
Nous avons confié l’installation de votre R∴ L∴ à celle de La Parfaite Union et nous avons été charmés de vous procurer cette heureuse occasion de prouver combien vous désirez de vivre fraternellement avec elle et de lui conserver tous les sentiments d’amitié, d’union et d’attachement qu’elle a lieu d’attendre de vous par le mérite personnel de ses membres et par son droit d’ancienneté16. »

  • 17 FM2 367, 4 février 1776.

13C’est à contre-cœur, en réitérant toutes ses observations sur les fautes et les dérives qu’à son sens Mangourit a commis à son encontre que « La Parfaite Union » accepte de procéder à cette installation, avec des considérants qui valent les précédents : « par respect et par déférence aux arrêtés de la Respectable Grande Loge, et par amitié très particulière pour tous et chacun des frères de la R∴L∴ de l’Égalité de Rennes, dont les talents connus, les excellentes dispositions et l’assortiment convenable, doivent produire de bonne suite et perpétuer le Grand Art Royal17 ». Et la loge est effectivement installée le 11 février suivant.

  • 18 ADIV 92 J, Imprimés reçus des Obédiences.

14Mais déjà Mangourit s’est fait connaître auprès des instances parisiennes. Le Grand Orient a en effet envoyé à toutes les loges de l’Obédience un imprimé de 73 pages rendant compte de ses activités au cours de l’année 177418, en appelant les observations des loges sur les dispositions réglementaires qu’il a prises, et sur celles qu’il se propose de prendre. L’occasion est trop belle : au XVIIIe siècle comme de nos jours, un vénérable jeune et dynamique a une tendance naturelle à vouloir parfaire ou réformer l’Obédience, et Mangourit aura en ce domaine de nombreux successeurs. Il se livre donc à l’exégèse de cette correspondance officielle devant sa loge, et y répond, point par point, après un exorde qu’on ne résiste pas au plaisir de reproduire, pour le lyrisme du style où la syntaxe latine sous-jacente s’allie à une fort belle maîtrise de la langue française :

  • 19 FM2 367, 5 octobre 1775.

« Enfin la lumière la plus brillante va vous décorer ; vos malheurs s’enfuient avec l’obscurité, les vertus vous préparent des couronnes et la vérité va choisir cet autel pour tabernacle. Les ouvriers les plus illustres de l’univers achèvent de polir une planche qui sera le chef d’œuvre de votre édifice, et votre pélican pourra enfanter et nourrir encore. Les chaînes de Zorobabel se détachent ; armé d’un glaive divin, il terrassera bientôt les samaritains idolâtres. Que le bruit cadencé de nos vives acclamations renverse de frayeur les ennemis de la sagesse et fasse rompre sur eux les voûtes impuissantes de leur grossière architecture. Vos mystères aimables et philosophiques vont discréditer les bacchanales, et la sagesse, votre déesse protectrice va renverser tous les autels des fausses idoles, et ramener les hommes égarés à son culte.
Compagnons fidèles de mes travaux et de mes plaisirs, j’ai la faveur de vous présenter un imprimé contenant un résumé des opérations du Grand Orient. Vous devez considérer le don qu’il vous en fait, comme un préliminaire de dons plus précieux encore. C’est un monument de sagesse et de force décoré de tout ce que l’art a de plus beau et couronné par la bienfaisance et l’humanité. Justesse dans le plan de l’ouvrage, avantages dans l’exécution, tout votre bonheur y est prévu. Par cette raison, le Grand Orient devrait vous le présenter comme une loi incommutable. Cependant, il vous consulte sur le système aperçu, et de votre suffrage et de celui des maçons de France dépend toute sa réussite.
Hâtons nous donc, mes égaux, de mériter les bienfaits des lévites de la sagesse, en coopérant à leur travail par notre Zèle. Taillons le diamant sans couper de fausses faces. Cherchons le métal philosophique ; composons par le mélange de tous les minéraux utiles, une monnaie dont le frais soit ineffaçable, et qui puisse toujours parmi nous entretenir la force, l’innocence et l’égalité19. »

  • 20 On trouve notamment une Grande Loge Provinciale à Aix-en-Provence, à Dijon et à Lyon.

15Après une telle introduction, il ne peut que demander que soit approuvés tous les points de ce « rapport moral » avant la lettre. Mais il fait également des propositions sur la vérification des certificats maçonniques, l’annuaire du Grand Orient, qu’il voudrait voir mettre sous la forme de « l’almanach militaire », la façon dont le Grand Orient pourrait se constituer un capital pour venir en aide aux francs-maçons tombés dans la misère, et la manière dont les secours seraient distribués, etc. Un point va cependant retenir plus particulièrement son attention, c’est celui qui envisage la création de Grandes Loges provinciales. À ce sujet, il convient également de rectifier une autre assertion concernant Mangourit : il n’a jamais tenté de constituer une telle Grande Loge en Bretagne. Car c’est le Grand Orient qui est à l’origine de cette idée, qui se concrétise au XVIIIe siècle dans plusieurs provinces20, avant de disparaître au siècle suivant. Dans l’imprimé mentionné, on trouve en effet une « Circulaire concernant la syndication des loges », où il est proposé de constituer autant de Grandes Loges provinciales qu’il y a de généralités en France, soit 32 :

« Le Grand-Orient de France, sans cesse occupé à chercher les moyens qui doivent assurer la stabilité de l’Ordre, et lui rendre sa première splendeur, vous propose le plan qui lui paraît le plus convenable pour anéantir les abus et rétablir l’harmonie entre toutes les Loges de la Nation. Il en résultera l’uniformité dans le gouvernement, la facilité dans la correspondance, la diminution des frais, la prompte expédition des affaires, le soulagement de l’administration qui sera partagée, et pour laquelle, chaque Loge particulière concourra ; le débarras d’une foule de procès qui seront terminés dans la Province ; des lumières dans les affaires déjà instruites et jugées, mais dont il sera fait appel à l’Orient de Paris ; un choix plus scrupuleux des sujets ; des constitutions uniquement accordées aux loges respectables dans le travail, et par les mœurs des frères qui doivent les composer. En un mot, le peuple Maçon sera rassemblé dans une seule famille, dont chaque individu correspondra avec le centre commun, et dont les rayons du centre se dirigeront sur chaque individu. Tel est le bien que se propose le Grand-Orient de France, par l’établissement des grandes Loges Provinciales ou des mères-Loges. »

16Dans un premier temps, Mangourit se contente d’approuver le projet :

« Nous approuvons la circulaire concernant le syndication des Loges. C’est pourquoi nous autorisons notre représentant à faire et parfaire en notre nom tout ce qui sera utile à l’Ordre en général, au Grand Orient, aux loges régulières et à notre Orient. Lui ordonnons de nous rendre un compte exact et détaillé de tout ce qui se passera au Grand Orient, tant pour les règlements de police et de doctrine que pour l’érection des loges provinciales dont nous goûtons beaucoup le projet. »

  • 21 FM2 367, 1er avril 1776.
  • 22 Il a mis cette idée de présidence tournante en pratique dans son propre atelier, puisque vénérable (...)

17Mais il n’en reste pas là : six mois plus tard, il envoie à Paris une « Esquisse en forme de mémoire, touchant les loges provinciales21 », qui propose, en 26 articles, un règlement général complet pour le projet. Tout y est détaillé, du ressort des juridictions aux conditions financières de leur établissement, de la délimitation de leurs compétences à la manière dont seraient désignés les députés devant siéger, jusqu’aux titres qu’ils porteraient, l’ordre dans lequel les suffrages seraient exprimés, et même les timbres et sceaux du nouvel organisme. Prévoyant sans doute les problèmes de préséance qui ne manqueraient pas de se faire jour, il propose une présidence tournante entre les vénérables des trois loges de Rennes pour la future Grande Loge de Bretagne22, qui aurait aussi compétence sur le Maine et l’Anjou. C’est le F∴ Guillotin qui se voit chargé de faire le rapport sur cet envoi devant la Chambre des Provinces : quelque peu découragé par l’ampleur du monument, il tente de le résumer, mais lasse son auditoire :

« Tels sont les objets du discours de cette planche à tracer que j’ai cru devoir mettre sous vos yeux. J’aurais peut-être dû en ajouter bien d’autres, mais fatigué de longueur comme vous l’êtes, je serais tombé dans une longueur peut être plus considérable que celle d’une lecture que j’ai voulu éviter. Je n’y ajouterai point de réflexions, la Chambre est plus en état de les faire que moi. »

18Le projet de Mangourit connaît le sort habituel d’une étude de ce genre envoyée à Paris : on l’enterre dans une commission – mais en y mettant les formes :

  • 23 FM2 367, 17 juin 1776, brouillon de réponse de la Chambre d’administration.

« Le Grand Orient a reçu dans son temps l’esquisse que vous avez eu l’attention de lui adresser contenant des articles généraux pour parvenir à la syndication des Loges provinciales de France qu’il a projetée. La lecture lui en a procuré une parfaite satisfaction, et l’a convaincu du zèle éclairé dont vous êtes animé pour la vraie et pure maçonnerie. Des occupations pour des affaires les plus importantes et dont vous serez incessamment instruits, en ont jusqu’à présent empêché le rapport, et retardé le remerciement qui vous en est dû, et que le Grand Orient vous fait avec reconnaissance puisque c’est un travail qui pourra lui être utile. Il l’a fait passer à ses commissaires nommés pour la rédaction de ces articles, dès qu’ils seront arrêtés il vous en fera part23. »

  • 24 FM2 367, 23 avril 1777.
  • 25 Ces deux variantes de l’Écossisme sont à l’origine de deux rites toujours pratiqués aujourd’hui, l (...)
  • 26 Sous la houlette du graveur Pierre Lambert de Lintot, d’origine rouennaise, des rennais étaient pr (...)
  • 27 C’est ainsi que lors de l’inspection de la flotte conduite à Brest au début de l’année 1778 par le (...)
  • 28 Pierre Chevallier, Histoire de la Franc-Maçonnerie française, T. 1, Fayard, 1974, p. 187.

19Loin de se décourager, Mangourit récidive l’année suivante en réagissant de même à la réception de l’» État du Grand Orient » de 1777, en prodiguant cette fois des conseils concernant encore l’établissement de l’annuaire, et celui d’un périodique édité par l’Obédience auxquels tous les frères pourraient s’abonner, et qui serait expédié par envoi groupé dans chaque Orient pour réduire les frais de port24. Mais un chantier plus vaste s’ouvre à ce moment devant lui, dans lequel il s’engouffre avec sa fougue habituelle : celui des relations du Grand Orient avec les « Directoires Écossais ». Ce point d’histoire maçonnique n’intéresse guère aujourd’hui que les spécialistes : il marque cependant l’émergence d’un problème récurrent, celui de l’unité de la Franc-Maçonnerie française. Le Grand Orient, qui a pris la suite de la Grande Loge des Maîtres de l’Orient de France, pratique un « rite français » limité à trois degrés – Apprenti, Compagnon, Maître –, qui sera suivi plus tard, après maintes hésitations, par un rite « français » de hauts grades à quatre ordres : Élu secret, Grand Élu, Chevalier d’Orient et Souverain Prince Rose-Croix, dont l’inspiration est essentiellement biblique. Mais l’interdépendance des maçonneries européennes va rapidement compliquer la situation. Pour résumer, on peut dire que vers le milieu du siècle apparaît en Allemagne le rite de la « Stricte Observance Templière », fondé par le baron Karl von Hund, chambellan de l’électeur de Saxe, puis de l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, qui propose pour les grades supérieurs une filiation directe avec l’Ordre du Temple : Maître Écossais de Saint-André, Chevalier de l’Aigle, Écuyer novice, Chevalier profès. Ce rite connaît un grand succès en Allemagne, mais aussi à partir de 1774 en France, où, sous l’influence de Jean-Baptiste Willermoz, se constituent des « Directoires Écossais » en Auvergne, en Languedoc, en Bourgogne et à Lyon. Dans le même temps, à Paris, l’atelier « Saint-Jean d’Écosse du Contrat Social » prend le titre de « Mère Loge Écossaise de France » et propose un « Rite Écossais Philosophique » à sept grades25. Ces nouvelles obédiences ne reconnaissent pas le Grand Orient, et le concurrencent directement par leur prétention à délivrer elles-mêmes des patentes d’installation à des loges, et à authentifier les grades. Il semble bien d’ailleurs qu’une loge émanant de la « Mère Loge Écossaise » se soit installée à Rennes. Dans la lettre évoquée plus haut, Mangourit signale en effet qu’» il s’est formé dans notre ville une société supérieurement composée de maçons bâtards et réguliers qui ne vivent sous aucune autorité et qui ne veulent pas régulariser leurs travaux. Ils ont été sollicités par nous ou de se joindre à notre orient, ou de vous demander des Constitutions. Ils ne le veulent pas, disant qu’ils ne veulent pas fraterniser, ni dépendre de personne26 ». Or, une des caractéristiques de ces loges écossaises est précisément la qualité de leur recrutement social, tout comme leur indépendance affirmée27. Pierre Chevallier résume ainsi le problème qui se pose au Grand Orient : « Quelle attitude prendre à l’égard de toutes ces obédiences ? faut-il les ignorer ou les combattre, ou bien, ce qui est plus diplomatique et plus rentable, négocier avec elles, sinon pour les absorber, du moins pour leur faire reconnaître la prééminence du Grand Orient28 ?»

  • 29 Il s’agit là d’une pierre de touche dans les relations inter-obédientielles. Ainsi, aujourd’hui en (...)
  • 30 FM2 367, 24 août 1778 : « Votre autorité est celle de la nation maçonnique, elle même assemblée pa (...)

20La formule retenue est finalement celle d’une union personnelle respectant l’autonomie des obédiences : les directoires écossais de Strasbourg, Bordeaux et Lyon font allégeance non pas au Grand Orient, mais à son Grand Maître Philippe d’Orléans. Ils conservent l’administration de leur rite, mais concèdent au Grand Orient le droit de viser et de confirmer les constitutions qu’ils accordent, ce qui revient à reconnaître son autorité. En contrepartie ils obtiennent une voix délibérative dans ses assemblées, et demandent à être représentés au sein de l’exécutif. Dans une circulaire explicative qu’il envoie aux loges en octobre 1776, le Grand Orient justifie sa démarche par son souci d’unité, la qualité du recrutement des directoires écossais, et leur audience tant nationale qu’internationale. L’opposition ne va se manifester que bien plus tard, lorsque certaines clauses dissymétriques du traité se seront révélées à l’usage. En premier lieu, par leur entrée dans les instances dirigeantes, les « réformés » – ce choix du qualificatif pour désigner les frères du rite écossais n’est certainement pas innocent dans un pays qui vit toujours théoriquement sous les conséquences de la révocation de l’Édit de Nantes – obtiennent un droit de regard sur la gestion des loges du rite français, sans que la réciproque existe. Pareillement les « écossais » doivent être acceptés en visiteurs dans les loges de l’Obédience du Grand Orient, mais ils ne sont pas tenus de faire de même29. Ce n’est donc que le 24 août 1778 que Mangourit, qui signe en tant que vénérable, envoie à Paris les observations de la loge « sur le traité d’union que vous avez conclu avec les directoires écossais ». En bon juriste, il aborde en premier lieu la constitutionnalité du traité : il n’est pas valide parce que les représentants des loges n’ont pas compétence et qualité pour approuver un acte qui dépasse le mandat qui leur a été attribué lors de la formation du Grand Orient30. Il souligne les deux inégalités qui viennent d’être mentionnées, en précisant bien qu’il ne met aucunement en cause les qualités maçonniques des frères « écossais » : « Nous ne nous arrêterons pas aux qualités personnelles des frères qui ont embrassé la Réforme, d’autant qu’ayant eu le plaisir de travailler à la recherche du vrai bien, avec plusieurs membres du directoire établi à l’Orient de Lyon, nous avons retrouvé en eux cette tendresse compatissante et cet amour vif de la vertu, qui a mérité tant d’éloges à notre association. » Dans un paragraphe qui mérite commentaire, il se plaint enfin de l’inégalité de traitement dont il estime que les frères rennais sont victimes :

« De plus nous dirions qu’il existe des grades aussi éminents que ceux de la Maçonnerie Réformée, dont les secrets sont aussi importants et la morale aussi pure, qui sont connus dans tous les orients, et qui ont été demandés par tous les Sages qui éclairaient ou qui dirigeaient des ateliers. Or les frères qui avaient acquis ces grades, réclamaient des distinctions, demandaient que le Grand Orient se fût occupé de leur demande. Cependant vous n’avez pas encore statué. Quel motif a donc pu vous déterminer en faveur des Directoires Écossais ? »

  • 31 P. Chevallier, op. cit., p. 191.
  • 32 AR 113/1/308, Livre d’architecture du Chapitre de La Parfaite Union, 23 novembre 1840.

21Si avec Pierre Chevallier on s’accorde à voir dans ce texte une allusion au rite des « Sublimes Élus de la Vérité », on ne saurait par contre le suivre lorsqu’il prétend que Mangourit s’oppose au traité d’union parce qu’il « lui coupe l’herbe sous le pied, et qu’il perd l’espoir de voir reconnaître son rite par le Grand Orient31 ». Aucun document émanant de « La Parfaite Union » n’a jamais demandé une telle reconnaissance. Or, c’est la seule loge qui aurait pu le faire ès qualité. Ainsi, dans une résurgence tardive du rite en 1840, les frères insistent sur le fait que ce rite n’appartient qu’au Chapitre de Rennes : « Le Grand Orient ne l’a même pas, les titres capitulaires nous appartenant seuls32. » Il est possible que Mangourit ait tenté à ce sujet une ouverture à Paris, mais dans ce cas, il l’a vraisemblablement fait – ce serait assez dans sa manière – sans en référer aux autres membres du « Suprême Conseil » des « Maîtres à Tous Grades » qui forment l’organe directeur du rite. Mangourit exagère aussi en prétendant que le rite est « connu dans tous les Orients », et « demandé par tous les sages », puisqu’il n’y a qu’une demi-douzaine de loges en Bretagne où l’on peut retrouver sa trace, et qu’à Paris seul l’insatiable curieux de nouveautés maçonniques qu’est Savalète de Langes s’y est pour lors intéressé. C’est donc seulement au nom de l’orthodoxie maçonnique qu’il intervient.

  • 33 FM2 565, Fonds Baylot.

22Le Grand Orient n’ayant pas répondu à la lettre précédente, « L’Égalité » renouvelle sa protestation le 22 décembre 1778, cette fois sous la forme d’un imprimé de 12 pages, qu’elle envoie à toutes les loges de sa correspondance, et bien sûr à Paris33 : « Le traité d’union conclu avec les Directoires Écossais nous a déterminé à faire des protestations, que le silence du Grand Orient nous oblige de renouveler. Notre espoir est de le ramener aux vrais principes de son institution, et de l’empêcher d’introduire dans l’ordre Maçonnique Français un corps irrégulier qui en troublerait l’harmonie. » On reconnaît sans peine dès le début le ton et le style de Mangourit : « Nous sommes obligés de vous faire parvenir nos plaintes sur la lenteur de vos opérations, et de vous représenter combien il serait dangereux que vous vous accoutumassiez à dédaigner la réclamation des Loges, en les abandonnant à la poussière de votre Secrétariat. »

23Le reste du texte reprend et amplifie les objections déjà formulées dans la lettre précédente, hormis celle relative à l’inégalité de traitement entre les rites. Cette fois le Grand Orient répond, cinq mois plus tard. Et le rapporteur du courrier devant la Chambre des Provinces est bien conscient de la valeur de l’argumentation développée :

« La plupart des assertions de la R∴L∴ qui nous a fait parvenir sa réclamation sont susceptibles d’une discussion qui ne tournerait pas toujours à l’avantage du Grand Orient. C’est ce qui m’a fait penser qu’une lettre tendant à calmer l’inquiétude de ces frères sans blâmer tout à fait le Grand Orient suffirait pour leur témoigner le vif intérêt qui nous anime pour le bon ordre de la Maçonnerie et le maintien de la paix parmi ses membres. »

24Il propose donc que l’on écrive à « L’Égalité » :

  • 34 Idem, rapport et brouillon de réponse joints.

« Nous avons toujours pensé que le but moral de la Maçonnerie était de faire de tous les hommes un peuple de frères, et que l’universalité du monde entier suffirait à peine à alimenter le feu de la charité qui lui donna l’existence. D’après ces principes, qui sont aussi les vôtres, pouvons-nous regarder les maçons écossais comme étrangers aux maçons français ? Et la différence de nos rites peut-elle altérer l’unité identique de l’objet sacré du travail des maçons ?
Peut-être y avait-t-il des moyens plus réfléchis de conclure ce traité qui excite aujourd’hui la réclamation de plusieurs loges ? C’est parce que les travaux des hommes ne
sont toujours si loin de la perfection que parce que les hommes sont toujours des hommes34. »

  • 35 En matière criminelle, le présidial de Rennes avait compétence pour juger de tous les crimes et dé (...)
  • 36 ADIV 2B1792, Registre de distribution des procès du présidial de Rennes, 1772-1790.
  • 37 ADIV 2B1811, Sentences criminelles définitives du présidial de Rennes, 1776-1780.
  • 38 Il signe d’ailleurs avec ∴ alors qu’il n’est plus membre de l’Atelier. On peut se demander si préc (...)

25Mangourit se serait-il contenté de cette réponse, ou aurait-il continué son combat ? La question n’aura jamais de réponse, car il ne figure plus sur le tableau de la loge en dernière page de l’imprimé. Le fait est incontestable : au cours de ce second semestre de 1778, il a quitté cet atelier qu’il avait lui-même créé, et qui lui tenait visiblement tant à cœur. Il cesse d’ailleurs en même temps toute forme d’activité maçonnique : il faudra attendre vingt-cinq ans pour le retrouver vénérable d’une loge qu’il fonde alors à Hanovre. Que s’est-il donc passé ? En l’absence de documents, on ne peut que formuler des conjectures. Il semble bien toutefois que la raison de son attitude soit à rechercher dans un conflit professionnel qui a interféré avec la rigueur et l’exigence de son engagement maçonnique. Il a en effet acheté le 27 août 1777 la charge de lieutenant criminel au présidial de Rennes35. Immédiatement, une contestation éclate entre, d’un côté, lui-même et le lieutenant civil, Julien Varin du Colombier, et de l’autre quatre conseillers, dont Fournel de la Mancellière, « au sujet de la priorité de signature » que Mangourit et Varin contestent aux autres membres du siège – il s’agit de savoir qui le premier apposera son paraphe sur un jugement rendu : les questions de préséance sont très souvent essentielles dans la société d’ancien régime36. Varin est membre actif de « La Parfaite Union », et Fournel le propre trésorier de « L’Égalité ». Sans doute celui-ci démissionne-t-il immédiatement de la loge, car son nom ne se retrouve pas sur le tableau de l’année suivante. Un peu plus tard, les choses vont réellement se gâter. Le 11 juillet 1778, « faisant droit sur les conclusions des gens du Roi », Mangourit prononce la relaxe d’un certain Marin Edin, accusé de vol, « sans avoir égard à la déposition de Julien Lorette, prêtre », entraînant ainsi sur le document « la protestation de la Compagnie contre le règlement à l’extraordinaire rendu par M. le juge criminel », lequel persiste et signe, y ajoutant même « ses protestations sur les prétentions de la Compagnie37 ». Le même scénario se reproduit lors des dix sentences rendues par Mangourit jusqu’à la fin du mois de juillet. Or parmi les contestataires se trouvent, pour ne s’en tenir qu’aux francs-maçons, non seulement Varin de Beauval, qui s’est donc désolidarisé de Mangourit, mais également Jean Denoual de la Houssaye, un ancien secrétaire de « La Parfaite Union38 », Reslou du Quémen, qui vient d’être initié à « L’Égalité », et surtout Victor Joret de Longchamps, l’un des tout premiers membres de cet atelier, et son secrétaire en exercice.

  • 39 ADIV 2B1792, 16 novembre 1780, note de Mangourit : « Remis au greffe les procédures suivantes pour (...)

26Pour un franc-maçon, rien n’est plus inacceptable que de tels manquements au principe de fraternité – et il importe peu qu’ils soient justifiés ou non, car on touche ici au champ de l’affectif. D’autant que Mangourit avait placé la barre très haut en ce domaine, comme on a pu le constater. La concordance des dates autorise donc à croire à une réaction brutale de sa part, à y voir la cause d’une démission sans appel de toutes ses fonctions maçonniques. Les signatures sur les sentences rendues par le présidial reprennent un cours normal à partir du mois de septembre, mais l’ambiance au tribunal est plus que tendue, si l’on en juge par le fait que plusieurs conseillers semblent par la suite refuser de collaborer avec lui, provoquant ainsi le blocage de la juridiction39. Il continue cependant à exercer sa charge, mais une confidence ultérieure indique que c’est avec une réticence croissante qu’il condamne aux galères ou à la prison, à la pendaison ou à la roue. Plus que la punition elle-même, c’est surtout la disproportion entre le délit et la peine qui le choque, et aussi cette sorte de loterie judiciaire qui fait que pour un vol qui semble d’égale importance, on peut être condamné à être « battu et fustigé de verges », et exposé au pilori de la ville, mais tout aussi bien pendu haut et court.

  • 40 ADIV C4946. Les autres membres du Tiers sont Nicolas Borie, sénéchal de Rennes ; Drouin, procureur (...)
  • 41 Sa dernière signature sur une sentence du présidial est datée du 1er décembre 1787.
  • 42 Outre la Bretagne et le Dauphiné, étaient également « Pays d’États » l’Artois, le Béarn, la Bigorr (...)

27Le 23 janvier 1787, il devient l’un des six membres de la Commission Intermédiaire des États de Bretagne nommés au titre de l’ordre du Tiers40. Il continue à siéger au présidial jusqu’à la fin de l’année41, mais va dès lors être happé par la politique, la situation particulière de la province allant en faire à la fois un laboratoire d’idées et le premier champ d’expérimentation, avec le Dauphiné, de cet intense mouvement de prise de conscience politique qui va déboucher l’année suivante sur la convocation des États Généraux. La Bretagne est en effet un pays dont les États se réunissent tous les deux ans, l’administration étant assurée conjointement par un intendant nommé par le Roi et par cette Commission Intermédiaire siégeant entre les sessions, dont Mangourit fait maintenant partie42. Un premier problème tient à l’absence de représentativité, poussée à l’extrême, des députés aux États. On laisse ici la parole à Roger Dupuy, qui résume ainsi la situation :

  • 43 Roger Dupuy, Aux origines idéologiques de la Révolution, Journaux et pamphlets à Rennes (1788-1789 (...)

« Tout noble, majeur et possédant fief, pouvait siéger aux États, et il en venait tous les deux ans à Rennes entre 600 et 1200, alors que le Clergé n’était représenté que par une quarantaine de députés, tout comme le Tiers État constituant pourtant les 95 % des quelque 2,5 millions d’habitants que devaient compter les neuf diocèses bretons. Si l’on ajoute que tous les députés du Clergé étaient nobles et que ceux du Tiers, maires des villes principales, étaient soient anoblis, soit en voie de l’être, on peut en déduire que les États de Bretagne étaient aux mains de ce que l’on pourrait appeler un lobby aristocratique, tout puissant et plein de morgue à l’encontre de la roture43. »

  • 44 Cf. Frédéric Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, J. Plihon et L. Hommay, Rennes, 1909, (...)

28Comme dans les autres pays d’États, la Bretagne possède également un Parlement, structure essentiellement judiciaire et administrative, mais dont les magistrats disposent du droit de remontrance, qui leur donne la possibilité de refuser un édit royal s’ils le jugent contraire au droit coutumier de la province44. La crise financière à laquelle se trouve confrontée l’administration centrale, due à la guerre d’Amérique et aux largesses de Calonne, leur a permis, en refusant d’enregistrer les édits instaurant une réforme de la fiscalité royale pour accroître les revenus de la monarchie, d’entretenir une image de « pères des peuples » et de défenseurs des libertés provinciales :

  • 45 R. Dupuy, op. cit., p. 10.

« Les Parlements parvinrent à mobiliser l’opinion en dénonçant le despotisme ministériel, la fin des libertés provinciales et l’appétit insatiable du fisc royal et des fermiers généraux, dont les fortunes rapides et fabuleuses insultaient à la médiocrité et à la misère des deux tiers de la Nation. Les ministres cherchèrent à briser la résistance des Parlements en assignant à résidence les magistrats les plus turbulents, en faisant enregistrer autoritairement les édits les plus contestés. Mais l’opinion et le peuple lui-même, alarmés par les rumeurs de suppression des Parlements, immanquablement suivie d’un raz-de-marée fiscal, multiplièrent protestations et émeutes, surtout dans les villes parlementaires45. »

  • 46 F. Saulnier, op. cit., p. LIX : « Aucune compagnie n’a attaché plus d’importance que ce Parlement (...)

29Les villes de Grenoble et de Rennes sont les premières à réagir ainsi au printemps de 1788 contre cet enregistrement forcé des édits royaux. En fait ce maintien du statu quo fiscal profite surtout aux privilégiés, essentiellement aux nobles, comme le sont d’ailleurs les magistrats des Parlements46. Mais tandis que la noblesse dauphinoise, abandonnant son privilège, accepte pour les États de la province que la représentation du Tiers soit égale à celui des deux autres Ordres réunis – principe qui sera repris dans le règlement de convocation des États Généraux – les nobles bretons restent arc boutés sur leur coutume traditionnelle, et refusent obstinément tout aménagement de l’ancien droit : ils ne siégeront d’ailleurs pas aux États Généraux. C’est dans ce contexte que Mangourit, qui a quitté Rennes et s’est installé à Paris, va s’immiscer dans le débat, par une série de publications théoriquement anonymes, mais dont les lecteurs peuvent deviner assez aisément l’auteur.

  • 47 Le Pour et le Contre au sujet des Grands Bailliages est perdu. Le Tribun du Peuple et Les Gracques (...)

30Ce sont d’abord trois pamphlets47 dont il indique qu’ils « furent imprimés à Nantes, chez Malassis, envoyés à Versailles en ballots, et passés de Versailles à Paris par moi, dans le carrosse de M. le garde des sceaux Lamoignon, et dans celui de M. Bertrand de Molleville, dernier intendant de Bretagne, depuis ministre de la maison de Louis XVI », ce qui peut surprendre, mais il faut voir ici que dans le rapport de force quadripolaire entre le Roi et ses ministres, la noblesse, les parlements et le Tiers État, la monarchie joue alors du Tiers comme d’un levier contre les parlementaires et les nobles. Le premier, intitulé Le Pour et le Contre au sujet des Grands Bailliages, soutient un nouveau découpage administratif que le précédent ministère avait créé pour amputer les prérogatives excessives des Parlements. Le second, Le Tribun du Peuple au Peuple, est une charge violente et sans nuance contre les ecclésiastiques, les nobles et les Parlements, assorti d’un appel pressant au Roi pour qu’il corrige et réforme d’urgence les abus qu’il dénonce. Il reflète à la fois l’exaspération de son auteur devant les blocages institutionnels dont souffrent la Bretagne et la France, et la confiance totale qu’il place dans le monarque pour remédier à cet état des choses. Les Gracques français se présente enfin comme la suite du précédent, dont il reprend l’argumentaire :

  • 48 Il s’agit des 32 généralités du découpage administratif de la France d’Ancien Régime.

« Les Gracques français demandent au souverain des 32 nations48 la juste répartition des charges publiques entre les trois Ordres, l’abolition de la torture, le rapprochement de la justice et des justiciables, la suspension des peines capitales pour que le Roi fasse grâce ou accorde révision, et le partage des magistratures entre les nobles et les roturiers. »

31Et Mangourit d’insister également sur sa loyauté envers le souverain :

« Nous, séditieux ! Nous qui portons au pied du Roi la confiance la plus absolue dans sa bienfaisance, et la soumission la plus parfaite à sa justice ! Ainsi sont plutôt ceux qui, sous prétexte de la nécessité d’un ordre intermédiaire entre le monarque et ses sujets, pour arrêter l’un et protéger les autres, forment entre le père et ses enfants une barrière impénétrable, afin que les plaintes contre leur tyrannie ne puissent arriver jusqu’à lui. »

32Ces premières productions de Mangourit n’atteignent pas le niveau dialectique d’autres pamphlets de l’époque, comme La Sentinelle du Peuple de Volney, sans parler du célèbre Qu’est-ce que le Tiers État ? de l’abbé Sieyès. Mais il convient de les replacer dans le contexte d’affrontement brutal qui se dessine alors dans la capitale bretonne, où les États de la province doivent se réunir à la fin de décembre 1788. Tout comme les écrits de Volney, les brûlots de Mangourit sont condamnés au feu par le Parlement de Bretagne :

  • 49 R. Dupuy, op. cit., p. 11.

« L’empoignade fut telle que l’opinion éclairée des lecteurs de papiers politiques et des gazettes françaises ou étrangères, tout particulièrement à Paris, en vint à estimer que la session des États de Bretagne serait une sorte d’avant-première des États Généraux, et l’on se demandait qui allait l’emporter, des partisans de la réforme ou des privilégiés49. »

33Pour couvrir l’événement, et les États Généraux qui vont suivre, Mangourit aura le premier l’idée originale d’éditer une publication qui non seulement en rapportera les péripéties, mais fournira également in extenso les textes et les documents à l’origine ou connexes aux débats. Le premier numéro du Héraut de la Nation sous les Auspices de la Patrie, qui paraît dans les tout derniers jours de décembre 1788, est précédé d’une préface qui explicite les intentions de son auteur. S’il rend compte des débats des États de Bretagne, c’est que, « commençant avec l’année, elles sont l’aurore des États Généraux » :

« Les questions qui vont y être agitées reparaîtront avec un ton plus imposant sans doute au milieu de la Nation Française. Par cette considération seule, toutes les Provinces ont intérêt de connaître l’issue de l’escarmouche préliminaire entre les privilégiés et les non-privilégiés dans une contrée qui, par sa population, forme la huitième partie du Royaume. »

34C’est pourquoi « il instruira les Français de ce qui se passera de plus intéressant dans les autres Pays d’État et dans les Assemblées Provinciales », de même « qu’il rendra compte des grands événements qui arriveront dans les Généralités et les villes du premier et du second ordre », tout comme « il analysera avec soin les brochures qui paraîtront en France, relativement à la régénération projetée ». Ses objectifs politiques sont tout aussi clairement définis :

« Malheur à l’Aristocrate qui, à la faveur d’un nom ou d’une toge, d’un rocher ou d’un haubert, d’un sophisme ou d’une déclamation, se flatterait d’échapper à la découverte : il sera démasqué s’il vise à la tyrannie. Le Club sera vraiment digne du titre de Héraut de la Nation lorsque les Français, renonçant à tout autre titre que celui-là, se rassembleront au pied du Trône pour y porter leurs doléances et le tribut de leur amour. C’est à cette heureuse et grande époque que le Club proclamera dans toute l’Europe la sagesse des États Généraux et la gloire du Père des Français. »

35Le journal se présente en effet dans un premier temps comme l’expression d’un « Club Patriote », qui « remet au Public le registre de ses séances ». Et effectivement, pour sa réalisation, Mangourit a certainement dû avoir recours à un nombre conséquent d’informateurs ou de correspondants. Il en est pourtant le seul rédacteur, et la fiction du « Club » est rapidement abandonnée. Lorsque les livraisons du Héraut de la Nation seront par la suite réunies en volumes, il écrira sur son propre exemplaire :

  • 50 D’après la notice bibliographique rédigée par le F∴ Lerouge dans J. -M. Quérard, La France Littéra (...)

« Je suis l’auteur, le seul rédacteur du Héraut de la Nation, précurseur de tous les journaux. Il sera utile à l’historien de la Révolution française, qui en recherchera les premiers mouvements dans le duché de Bretagne, ses ordres et leurs intérêts divers qui, depuis 1787, n’ont pas changé. Point d’ordres privilégiés. – Plus de parlements. – La Nation et le Roi. Tel fut le thème du Héraut de la Nation50. »

36L’importance de cette nouvelle parution n’échappe pas aux autorités, qui tentent d’en freiner la publication, comme en témoigne cette lettre du ministre de l’Intérieur à M. de Crosne, lieutenant de police :

  • 51 AN 01 489, 22 janvier 1789.

« M. Necker vient de me communiquer à l’instant une brochure en deux parties sous les numéros 1 et 2 intitulée Le Héraut de la Nation. Je désire que cette brochure injurieuse contre la noblesse de Bretagne ne soit pas rendue publique, et qu’en conséquence il soit donné des ordres prompts pour empêcher toute distribution. Je vous prie en conséquence de ne pas perdre un instant à donner les ordres et d’y tenir la main avec la plus grande exactitude51. »

  • 52 Le Héraut de la Nation, n° 42, p. 663.
  • 53 Le Héraut de la Nation, n° 41, p. 641.

37Mais en ce début d’année 1789, la France vit de fait sous un régime de liberté de la presse, et Mangourit va suivre à la lettre le programme qu’il s’est fixé. Comme on l’a vu, son propos n’est pas d’exercer un magistère moral, mais bien de rassembler et de faire circuler tous les textes politiques intéressants – on dirait de nos jours : de constituer une banque de données : « Au vrai, nous ne composons pas un Journal : nous donnons par détails ce que d’autres donneraient en masse52. » Dans les 63 numéros de 16 pages in-8° qui vont suivre, soit un total de 1 008 pages, il va reproduire en 25 semaines, à peu près au rythme de 2,5 numéros par semaine, aussi bien la déclaration de l’Ordre de la noblesse de Bretagne dans sa version française, et dans les versions imprimées et affichées en breton trégorrois et vannetais, que le compte rendu financier de « l’état du fonds des États de Bretagne pour les années 1787 et 1788 », ou le règlement fait par le Roi pour la tenue des États généraux, comme des textes en provenance de Vannes, de Montpellier, de Toulouse, de Dijon, de Besançon, de Rouen, de Nancy, d’Angers, de Bourg-en-Bresse, ou d’Aix. Toujours aussi opposé à la noblesse, il continue à faire une confiance absolue au Roi, et préconise des solutions modérées. Ainsi peut-on suivre au jour le jour la crise des États de Bretagne et la montée des tensions à Rennes qui culminera dans la « Journée des bricoles » au cours des mois de janvier et de février 1789, puis l’intense campagne électorale pour la désignation des députés aux États Généraux. Dès l’ouverture de ceux-ci, le titre Le Héraut de la Nation est d’ailleurs suivi par le motto royal « MONT-JOYE SAINT-DENIS », tandis qu’il s’écrie : « Le Roi l’a donc accompli, cette réunion des Ordres de son Royaume et des sages de ses Provinces ! Le temple du bonheur public est ouvert ; Louis XVI est au milieu de ses enfants53. »

38De plus, il convient de le créditer d’avoir été le premier à utiliser, dans le numéro 31 daté du 14 février 1789, le terme d’» Assemblée Nationale », qui sera repris au mois de juin suivant par Sieyès lorsque le Tiers s’autoproclamera seul détenteur légitime de la souveraineté de la Nation. Le numéro 44 donne également une étude très moderne de la composition des États Généraux, avec une analyse socioprofessionnelle qui distingue parmi les députés les laboureurs propriétaires, les négociants, les administrateurs, les juges ordinaires et extraordinaires, les médecins, les bourgeois, et les membres étrangers au Tiers par leur naissance ou leur état. C’est dire que Mangourit a parfaitement atteint son objectif, et que conformément à son vœu, Le Héraut de la Nation est bien un document indispensable pour l’historiographie pré-révolutionnaire. Il vient du reste d’être réédité in extenso par Roger Dupuy, avec des commentaires particulièrement éclairants.

  • 54 R. Dupuy, op. cit., p. 96.

39Le dernier numéro du Héraut de la Nation est daté du 2 juillet 1789 : alors qu’il proposait, comme d’habitude, « la suite au numéro prochain », il en arrête brutalement la publication « au lendemain d’une séance royale qui prouvait que le monarque ne jouait plus vraiment la carte du Tiers État, mais s’efforçait désormais de préserver les intérêts fondamentaux de sa Noblesse54 ». Ainsi après avoir durant six mois exposé dans son journal toutes les théories réformatrices possibles, appelé de ses vœux une monarchie « nationale » pour régler les problèmes en suspens, et certainement applaudi le 9 juillet à la naissance de l’Assemblée Nationale, la perte de la confiance qu’il plaçait jusqu’alors dans le souverain l’amène à passer aux actes devant le renvoi de Necker et le blocage institutionnel qui en résulte. La lieutenance dans le bataillon garde-côtes de Pontorson dont il s’est autrefois prévalu n’a pas été pour Mangourit qu’un simple statut social de convenance. En dépit de sa tendance naturelle à privilégier la rhétorique ou le verbe à l’affrontement direct, il va prendre par deux fois les armes durant la période révolutionnaire. C’est ainsi qu’il rejoint au soir du 13 juillet 1789 le « Comité permanent » siégeant à l’Hôtel de Ville de Paris, qui met sur pied une milice pour la défense de la capitale face aux régiments étrangers rassemblés autour de Versailles par la Cour. Et qu’il prend part le lendemain à la prise de la Bastille.

  • 55 Archives du Ministère des Affaires Étrangères, Dossiers individuels, n° 47 (MAE).

40Certes, le titre de « Vainqueur de la Bastille » a été libéralement octroyé dans les semaines ou les mois qui ont suivi l’affaire. Dans le cas de Mangourit, deux documents attestent cependant de l’authenticité de l’épithète. Le premier, c’est le certificat donné par l’Assemblée Constituante confirmant son titre, signé par le président en fonction, Charles Lameth. Mais il y a surtout le « Discours prononcé à la barre de l’Assemblée Nationale par Michel Ange Bernard Mangourit, au nom de ses frères d’armes, le 28 juillet 1791 », soit au lendemain de la fuite de Louis XVI à Varennes, suivi de la réponse de M. Alexandre de Bauharnais, président de l’Assemblée55. Comme dans cette adresse, il se présente comme « secrétaire et orateur » des Vainqueurs de la Bastille, il paraît difficile de contester sa participation à l’événement. C’est d’ailleurs dans le 1er bataillon des Patriotes de 1789 de la garde de Paris, où il revendique l’honneur d’avoir été le 10e volontaire, qu’il continue de servir, d’abord dans la section de Saint-Martin des Champs, puis, par suite d’un changement de domicile, dans celle des Gravilliers.

  • 56 MAE, 24 janvier 1793, lettre au ministère des Affaires extérieures.

41Avec l’appui des députés bretons nouvellement élus à l’Assemblée Législative, il entame alors au début de l’année 1792, à 40 ans, une carrière diplomatique qu’il va poursuivre pendant une dizaine d’années. Sa connaissance de l’anglais et son patriotisme avéré lui valent d’être nommé le 2 mars consul de France à Charleston, en Caroline du Sud, l’un des treize états fédérés cinq ans plus tôt sous le nom d’États-Unis. Il se fait rapidement apprécier par les autorités locales, mais bien qu’ayant prêté en novembre 1792 et en janvier 1793 les serments exigés par le ministère dans la période éminemment critique que traverse alors la métropole – « Je jure d’être fidèle à la Nation et de maintenir de tout mon pouvoir la liberté et l’égalité, ou de mourir à mon poste56 » – il est néanmoins rappelé en France le 29 brumaire an II (19 novembre 1793) par la Commission des Relations Extérieures du Comité de Salut Public dirigé par Robespierre.

  • 57 MAE, 7 ventôse an V (25 février 1797), lettre au Directoire.
  • 58 Traité Jay, du nom de son négociateur, 19 novembre 1794.
  • 59 MAE, Rapport sur les causes du rappel du citoyen Mangourit en Brumaire an II, novembre 1795 : « Le (...)

42Un rapport dans son dossier personnel conservé aux archives du ministère des Affaires Étrangères loue Mangourit pour son « zèle infatigable ». En l’occurrence, il semble bien que ce zèle ait même été excessif, puisque c’est le gouvernement des États-Unis qui a demandé son rappel à la Convention. En effet, faute de disposer d’une force navale digne de ce nom, le Comité de Salut Public a encouragé l’armement en course pour tenter de contrer la suprématie anglaise sur mer. Suivant ces instructions, Mangourit fait sortir en deux mois quatorze corsaires de Charleston, dans le même temps qu’il met sur pied « deux légions de républicains, l’une destinée contre les Florides, l’autre contre la Louisiane, sans autre dépense pour la République que des contrats de cession des terres conquises aux chefs de ces braves aventuriers au nombre de 7 000 combattants, non compris les familles émigrantes57 ». Mais les autorités de Philadelphie sont alors dans une phase de rapprochement avec l’Angleterre, qui se concrétise moins d’un an plus tard par un traité où ils abandonnent l’alliance française en échange d’avantages commerciaux58, et les initiatives de Mangourit, probablement encouragées par le général William Moultrie, gouverneur de la Caroline du Sud, violent un peu trop ouvertement la neutralité américaine affichée dans la guerre franco-anglaise en cours59.

  • 60 Il fait ensuite paraître le tout dans une brochure imprimée : Mémoire de Mangourit. Adresses des m (...)

43Il rentre en France, où il a la bonne fortune d’arriver le 19 thermidor an II (6 août 1794), soit dix jours après la chute de Robespierre. Si bien que, parvenu à Paris, il ne connaît d’autre désagrément que d’être placé trois jours sous la garde d’un gendarme. Quelques semaines plus tôt il aurait pu lui arriver bien pire, en dépit du solide dossier qu’il a constitué avant son départ pour justifier son activité en Amérique. Il s’est en effet muni d’une lettre plus qu’élogieuse signée par le gouverneur Moultrie, d’une adresse de la municipalité de Charleston, de deux autres des sections XIII et IX de la ville, ainsi que d’une troisième émanant de la Société républicaine locale, le tout certifié conforme par un juge de paix notaire public américain, et la traduction vérifiée par le traducteur assermenté auprès du Comité de Salut public60. La tonalité de ces textes ne laisse aucun doute sur l’excellence des relations qu’il a su établir avec les autorités locales et en particulier avec le premier magistrat de Caroline du Sud, qui déclare :

« Citoyen, l’arrivée d’un nouveau consul dans cet État porte la certitude de votre rappel, et quel que soit le motif qui l’ait produit, je me trouve heureux de pouvoir rendre témoignage de la droiture de votre conduite, soit dans votre capacité officielle, soit dans votre conduite privée. Je me trouve bien heureux en déclarant que dans vos communications avec moi comme magistrat chef de l’État, j’ai toujours eu la conviction que vous étiez à la fois un patriote zélé, défenseur des droits de votre République, et l’ami sincère de la mienne, dont vous souhaitez le bonheur. Vous avez été exposé à la critique et à la calomnie, mais seulement de la part de personnes malveillantes dont la haine pour nos deux Républiques est aussi connue que leurs mensonges à votre égard ont été injustes et vils. »

44Sa réponse à la Société républicaine de la ville sonne au diapason :

« Citoyens, les expressions de vos regrets ont pénétré jusqu’au fond de mon cœur. Elles ne s’effaceront jamais de ma mémoire. L’approbation que vous donnez à ma vie politique et privée parmi vous m’est l’augure le plus certain de la justice que je vais chercher et que j’obtiendrai. Je suis venu pauvre en Caroline, je m’en retourne pauvre, mais bien riche de votre amour pour ma République, de votre amitié pour moi, et du sentiment d’avoir fait mon devoir. Recevez, citoyens, mes vœux les plus ardents pour la stabilité éternelle de la liberté dans le premier temple qu’elle s’est choisie en revenant sur la terre, et pour la prospérité de tous ceux qui, comme la Société républicaine de Charleston, ont en horreur la tyrannie sous quelque forme, sous quelque nom qu’elle ait l’art de se déguiser. »

45Et il signe « Votre frère, Mangourit », de même qu’il répond à l’adresse de la municipalité en commençant par « Citoyens et frères… ». On peut ainsi raisonnablement inférer qu’il a dès son arrivée à Charleston renoué des contacts maçonniques, ce qui ne surprendra pas, la plupart des pères fondateurs et des notables des États-Unis originels, à commencer par George Washington, étant des francs-maçons actifs. Ce lien spécial pourrait, au moins en partie, expliquer ses succès diplomatiques sur le terrain.

  • 61 Ces cinq conventionnels sont mentionnés dans l’annuaire actuel du Quai d’Orsay, mais ils ne sont p (...)

46La Convention avait établi par décrets des comités dont les membres, pris dans son sein, étaient chargés de la direction des affaires ressortissant à chacun des anciens ministères supprimés par ces mêmes décrets. C’est ainsi que les Relations extérieures furent successivement confiées à cinq commissaires – Goujon, Hermann, Buchot, Miot et Colchen – du 2 avril 1794 au 4 novembre 1795, époque à laquelle le Directoire succédant à la Convention supprima les comités, et confia celui des Relations extérieures au ministre plénipotentiaire Charles Delacroix61. Les témoignages cités plus haut durent convaincre la Convention : sa destitution rapidement levée, Mangourit est nommé, par décret en date du 13 brumaire an III (2 novembre 1794), commissaire des Relations extérieures en remplacement de Buchot. Deux jours plus tard, il refuse le poste :

  • 62 MAE, 15 brumaire an III (5 novembre 1794) : lettre de Mangourit aux représentants du peuple compos (...)

« Appelé par décret à la place de commissaire des relations extérieures, je regarde comme un devoir sacré de déclarer que je ne crois point avoir assez de lumière pour remplir ce poste important.
Je vous supplie donc d’agréer que je vous invite à faire un autre choix, et à être convaincu que les moments les plus beaux de ma vie seront toujours ceux où je pourrai servir la cause de la liberté et de l’égalité62. »

  • 63 Ainsi un peu plus tard écrit-il à Delacroix, ministre des Relations extérieures : « Ma lettre n° 3 (...)
  • 64 MAE, lettre sans date au ministre des Relations extérieures (fin 1795-début 1796).
  • 65 MAE Fr 1877, 18 décembre 1795.

47À dire vrai, la raison qu’il invoque pour justifier son refus ne lui ressemble pas. Sans qu’on puisse le taxer d’outrecuidance, on voit dans ses écrits qu’il a de lui-même une trop bonne opinion pour refuser ainsi l’honneur qui lui est fait63. D’autant plus qu’ayant vaincu les Autrichiens, repris la Belgique et s’apprêtant à reconquérir la Hollande, la situation du gouvernement est beaucoup moins critique sur le plan extérieur que l’année précédente. Une autre excuse qu’il avance un peu plus tard dans une lettre à Delacroix ne semble guère plus recevable : « Nommé par décret et à mon insu commissaire des Relations extérieures, cet important département n’était alors que confusion : je m’abstins d’accepter64. » Ce qui va à l’encontre de ses incontestables talents d’organisateur, de sa capacité de travail, de sa facilité d’analyse, de synthèse et d’écriture, qui lui feront par exemple rédiger quelque temps plus tard un projet de paix avec l’Angleterre65. On peut par contre penser qu’il y eut une cabale montée contre lui, pour l’empêcher de prendre possession de son poste. Il fut en effet à ce moment accusé par Mallet du Pan, un polémiste contre-révolutionnaire, de viol sur une jeune fille qu’il était chargé d’interroger au temps où il était juge criminel au présidial de Rennes. Ce à quoi, il répondit avec indignation :

« Pourquoi s’en tient-on à des accusations portées dans l’ombre ? Pourquoi ne m’attaque-t-on pas et publiquement ? Ils savent bien, ces colporteurs ténébreux de calomnies, que je n’ai d’autre tort que celui d’avoir, au péril de ma vie, détruit les brigandages et accordé les devoirs de l’humanité avec l’inflexible mandat de frapper les coupables. Mon plus grand tort, à leurs yeux, est d’avoir témoigné, avec trop de franchise peut-être toute mon horreur pour l’atrocité des supplices infligés également à des délits inégaux en criminalité ».

  • 66 MAE, attestation signée entre autres par Bonaparte.
  • 67 MAE, arrêté du Directoire du 6 frimaire an IV (26 novembre 1795).

48Quoiqu’il en soit, il reste sans nouvelle affectation durant toute l’année 1795. Il faut dire que les opportunités d’emploi étaient alors rares pour un diplomate, puisque les seuls pays entretenant à ce moment des relations courantes avec la République française sont, outre les États-Unis, le Danemark et le royaume de Naples dit des Deux-Siciles. Aussi revient-il à sa section parisienne de la Garde nationale, ce qui l’amène à participer, avec son fils âgé de 17 ans, aux journées des 13 et 14 vendémiaire an IV (4 et 5 octobre 1795), qui voient le jeune général Bonaparte aux ordres de la Convention finissante écraser l’insurrection royaliste66. Ce nouvel état de service le remet en faveur, et lui vaut d’être presque immédiatement nommé secrétaire de légation à Madrid67.

  • 68 MAE, 12 messidor an IV (29 juillet 1796), lettre de Mangourit à Paganel, transmise à Delacroix : « (...)

49Il y arrive au début de mars 1796, mais ne reste que six mois dans son nouveau poste, car il semble bien que son activité débordante, associée à quelques imprudences – il ne chiffre pas les dépêches qu’il envoie à Paris – indispose l’ambassadeur en titre, le général Pérignon, chargé de négocier un traité d’alliance avec l’Espagne, et que ce soit ce dernier qui demande son rappel au ministère68. L’amitié du ministre Delacroix lui permet d’être de nouveau nommé chargé d’affaires près les États-Unis, par arrêté du Directoire du 16 thermidor an IV (2 août 1796). Comme la précédente, cette nouvelle affectation lui vaut d’être une fois de plus violemment attaqué sur sa moralité. Dans le numéro 363 du Journal de Periet, un folliculaire de l’époque, en date du 19 brumaire an V (9 novembre 1796), il est en effet dénoncé comme prévaricateur par un habitant de Rennes qui l’accuse d’avoir, avec la complicité de son greffier, fabriqué au temps de sa lieutenance criminelle de fausses pièces de procédure qu’il se serait ensuite fait payer par le Trésor public. Cette allégation, tout comme la première, semble dénuée de tout fondement, car dans plusieurs de ses correspondances il insiste sur sa rigoureuse honnêteté dans tous les postes qui lui ont été confiés. Ainsi ne craint-il pas d’écrire au ministre :

  • 69 MAE, lettre sans date au ministre des Affaires extérieures (fin 1795-début 1796).

« Moins délicat, moins idolâtre de la République, j’eusse pu abuser de la confiance du ministre Genet : elle fut sans borne pour moi. J’eusse pu grappiller sur les entrepôts que le service des Antilles, de deux armées levées par mon intelligence et un consulat nécessitaient. Je n’eusse pas refusé les intérêts que quinze corsaires que j’armais me proposèrent. Ne pouvais-je pas me dire comme tant d’autres : tu es père de famille… aujourd’hui dedans, demain dehors… Mais ma conscience m’eut assassiné à chaque minute de ma vie69. »

50C’est avec enthousiasme qu’il s’apprête à repartir en Amérique :

  • 70 MAE, Espagne 642. Madrid, 2 fructidor an IV (18 août 1796). Mangourit à Delacroix, ministre des Re (...)

« Un orage violent compliqué d’envie et d’ambition gronde sur moi… Mais Monroë m’étonne ! Peut-être a-t-il sacrifié à ses intérêts politiques les sentiments qu’il m’exprima souvent. Je brûle d’impatience d’aller démêler ce faisceau d’iniquités70 ! »

51Il ne rejoindra jamais son poste. Car les relations entre la France et les États-Unis sont à ce moment au point mort, sinon suspendues de fait, toujours à cause des incidences maritimes du conflit franco-anglais, dans lequel le gouvernement de Philadelphie ne veut en aucune façon être impliqué. On frôle même l’acte de guerre entre les deux puissances, comme en témoigne cet arrêté de la Commission déléguée par le gouvernement français aux Isles sous le Vent :

  • 71 MAE États-Unis 46. Le Cap Français (Saint-Domingue), 7 frimaire an V (27 novembre 1796). Extrait d (...)

« La Commission arrête que les capitaines des vaisseaux de l’État et les corsaires français sont autorisés à arrêter et à conduire dans les ports de la Colonie les navires américains destinés pour les ports anglais, ou qui sortiraient desdits ports. Les navires déjà pris ou ceux qui le seront à l’avenir resteront dans les ports de la Colonie jusqu’à ce qu’il en soit autrement ordonné71. »

52Ce qui donne lieu à des échanges de notes diplomatiques acrimonieuses, telle celle-ci, datée du 22 frimaire an V (12 décembre 1796) :

  • 72 MAE États-Unis 46. 22 frimaire an V (12 décembre 1796). Arrêté du Directoire.

« Le Ministre des Relations extérieures est chargé de notifier à M. Monroë, ministre plénipotentiaire des États-Unis à Paris, que le Directoire exécutif, au vu du refus que fait le gouvernement fédéral de continuer aux Français la faculté de vendre leurs prises dans les ports des États Unis, n’y voit qu’un acte de déférence pour l’Angleterre, et une infraction nouvelle à la neutralité72. »

53Mangourit reste donc au cabinet du ministre à Paris, où il rédige à la demande de ce dernier un cadre général pour les traités de commerce :

  • 73 MAE, Paris, 7 ventôse an V (25 février 1797) : Lettre de Mangourit au Directoire.

« Le citoyen ministre des Relations extérieures l’a chargé du travail important de faire un cadre général de traité de commerce avec les nations. Il a senti que dans cette partie il fallait se servir des anciens monuments et créer sur un nouveau plan. Le travail est achevé. Il l’a combiné de manière à y admettre les grands principes, et à y insérer les localités appartenant à un peuple quelconque en évitant de toucher aux mœurs et à la religion de chacun d’eux. Les lois de la réciprocité, quand elle a pu être parfaite, ont été écoutées. L’équité a suppléé à ce qu’elles avaient d’inégal dans l’exécution73. »

54Cette mise à l’écart vient également de la défaveur de l’un des Directeurs, Lazare Carnot. Républicain viscéral, Mangourit semble en effet avoir écrit sans précaution contre la politique opportuniste de l’« Organisateur de la Victoire » qui se rapprochait alors des royalistes :

  • 74 Mangourit, De la Tyrannie de C… (Carnot), ou Les Camutes, anecdote druidique, écrite il y a 2000 an (...)

« Un républicain ayant, sous le sceau de l’amitié, écrit ce qu’il pensait de la tyrannie de Carnot et de la face de la République, sa lettre fut interceptée et envoyée au tyran : il était agent du directoire et Carnot le disgracia. Les représentants du peuple Girard de l’Aude du Conseil des Anciens, et Bentabolle de celui des Cinq Cents, lui proposèrent d’adoucir le tigre. Le patriote, dévêtu de la fortune qui met bien des gens au-dessus des destitutions, y consentit : leur négociation n’aboutit qu’à rendre sa condition désespérée74. »

55Il écrit également un manuel du parfait diplomate, sous forme d’un « Voyage politique dans le département des Relations extérieures », avec l’ambition de répondre à la question : « Quels sont les devoirs d’un agent français à l’étranger ? » Les considérants qu’il pose en préambule indiquent la haute conscience qu’il a de la mission :

« Dans toute la République, il n’est point de département où les agents devraient être plus stables. Il n’en est point où, depuis quelques années, il y ait eu autant de changements, de révocations, de destitutions.
Lors même que nos Relations extérieures étaient bornées à trois nations, la Sarde, le Danemark et les États Unis, il semble que l’on ait conspiré de nous ôter leur confiance et de nous priver par là de nos dernières ressources.
Il n’est personne qui ne veuille avoir un consulat, une résidence, une ambassade. En connaît-on les devoirs ? Non… Mais on serait éloigné de la République qu’on déteste. Sans rien faire pour elle, on jouirait dehors d’un riche canonicat, on toucherait des appointements en attendant un nouvel ordre des choses. On ne peut faire le Commerce, on le ferait faire par un autre. On ferait sa fortune en quelques années. On reviendrait en France bien corrompu, mais bien riche ! »

  • 75 Mangourit, op. cit. Le frontispice de l’ouvrage représente Carnot le poignard à la main, marchant s (...)

56L’expansionnisme républicain armé du gouvernement français va lui donner l’occasion de mettre ses idées en pratique. Car le coup d’État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797), qui voit trois des cinq Directeurs, soutenus par Bonaparte, casser les élections dans 49 des 98 départements, déporter 65 députés royalistes et les deux autres directeurs, dont Carnot, le remet en selle. Il se réjouit bruyamment de la déconfiture de son adversaire – « La glorieuse journée du 18 Fructidor m’a fait raison de Carnot, je respire ! » –, et fera paraître quelque temps plus tard un violent pamphlet contre lui75. Le 26 brumaire an VI (16 novembre 1797), il est en effet nommé chargé d’affaires près la dernière née des nouvelles républiques sœurs, celle du Valais, canton suisse francophone au sud de Genève. À peine arrivé, il y rédige un projet de Constitution :

  • 76 MAE Valais 5, sans date : Projet de Constitution pour la république du Valais.

« Le Valais oriental et occidental est appelé par sa situation, ses habitudes et le vœu de ses habitants à ne faire qu’une seule République composée de l’universalité de ses citoyens. La République valaisane est indivisiblement unie à la République Helvétique en ce qui concerne la défense commune, et de ce moment elle se regarde comme alliée de fait et de sentiment avec la République française et le peuple vaudois de la République cisalpine76. »

57La République autonome du Valais ne connaîtra qu’une existence éphémère, car le général Brune, commandant en chef de l’armée française en Helvétie, s’empare bientôt de la totalité du territoire suisse. En fonction des événements, Mangourit suit à chaque fois fidèlement les directives de Paris :

  • 77 MAE Valais 5, Berne, 28 germinal an VI (17 avril 1798) : Mangourit à Talleyrand, ministre des Rela (...)

« Le Directoire a désiré que le pays de Vaud se soulevât, j’ai rempli ses vues. Il a voulu l’indépendance du Bas Valais : le Bas Valais a repris sa souveraineté sans effusion de sang. Il a désiré la réunion du Haut et du Bas Valais : elle fut opérée dans les embrassades et la fraternité. Il a quelque temps permis que le Valais conservât sa souveraineté : une représentation nationale, un directoire exécutif provisoire se sont élevés en un instant. Il a insisté depuis pour la fusion du Valais comme canton de la République helvétique : aucun obstacle à ce que ce vœu fût rempli77. »

  • 78 MAE Valais 5, Saint-Maurice, 25 ventôse an VI (15 mars 1798), lettre de Mangourit à Talleyrand.

58Sa mission devenue sans objet, il est rappelé à Paris en avril 1798, après avoir désamorcé dans sa juridiction un début d’insurrection lié à la politique anti-religieuse qu’entendent mettre en place les nouvelles autorités. Il quitte en tout cas le Valais comme il a quitté la Caroline du Sud, avec des témoignages d’estime non équivoques dont il ne manque pas de faire état. Avec la permission de Talleyrand, devenu ministre des Affaires extérieures, il accepte de la part des communes du Valais occidental « deux flambeaux, une cuillère et une cafetière. Le seul prix de ces cadeaux du cœur est l’inscription gravée sur ces pièces : À Mangourit, résident de la République française, le Valais libre et reconnaissant78 ».

59Il est alors nommé secrétaire de légation et chargé d’affaires à Naples près le roi des Deux-Siciles. Là encore il ne rejoindra jamais son poste, mais cette fois pour cause de disparition dudit royaume avant son arrivée. En février 1798, prenant en effet pour prétexte le meurtre d’un officier français, le Directoire occupe les États pontificaux, qu’il transforme en République romaine, et envoie le pape Pie VI en captivité à Valence, où il mourra l’année suivante. Le roi de Naples attaque la nouvelle république : vaincu par le général Championnet, son royaume est immédiatement transformé en République parthénopéenne. En conséquence, Mangourit se voit nommé membre de l’Agence générale du commerce au Levant à Ancône, le grand port italien sur la côte adriatique. Il s’agit en fait de fournir un soutien militaire et logistique à l’expédition d’Égypte alors en cours, et d’en assurer les arrières par des opérations dans les Balkans :

  • 79 Mangourit, Défense d’Ancône et des départements romains, le Tronto, le Masone et le Métauro, par le (...)

« On avait persuadé au Directoire qu’il était facile d’appeler les Grecs à l’insurrection et d’opérer une diversion dans l’Albanie, l’Épire et la Morée, en faveur de l’armée d’Égypte. Il voila ses desseins du prétexte de rechercher quels avantages commerciaux les îles et les établissements français de la Méditerranée et le golfe Adriatique pouvaient offrir à la métropole79. »

60Il y arrive au début de 1799, non sans déboires puisqu’il se voit en route détroussé et pillé de toutes ses affaires à Viterbe, ville située à une soixantaine de kilomètres au nord de Rome, où il est de plus retenu prisonnier 27 jours par la population soulevée contre le nouveau régime. Force lui est de constater bien vite son impuissance :

« Les meilleures opérations de la pensée sont des songes, si l’argent ne les réalise. La commission d’Ancône n’avait pas un écu à sa disposition. Se voyant dénuée d’argent et de protection, elle eut le courage d’avouer son inutilité : elle sollicita elle-même sa suppression. Le Directoire la sépara à l’époque ou il déclarait au général Bonaparte son impuissance à l’aider ou à le maintenir en Égypte, d’après la menace d’une coalition nouvelle, la faiblesse des alliés et l’indécision des neutres. Sur ces entrefaites le commissariat des relations extérieures à Ancône me fut confié. Mon admiration pour les défenseurs de ma patrie me fit un devoir de l’union la plus intime avec le militaire. »

  • 80 MAE, note sans date au cabinet du ministre après la capitulation d’Ancône.

61En effet les troupes alliées de la seconde coalition, commandées par le général Souvorof, ont repris l’offensive en Italie, que les Français doivent bientôt évacuer totalement à l’exception de Gênes. Quant à Mangourit, il se retrouve assiégé dans Ancône par des troupes autrichiennes, russes et turques, en compagnie du général Monnier, commandant une division réduite et affaiblie, mais toujours pugnace. Le siège dure 105 jours, et se termine par une capitulation honorable, dans laquelle il se trouve impliqué, car il revendique par la suite comme étant de sa main le préliminaire de l’acte ainsi rédigé : « La garnison déclare qu’elle croirait se déshonorer en admettant comme parties de la capitulation projetée les Russes et les Turcs qui dans de précédentes conventions ont méconnu le droit des gens et la religion des traités. En conséquence elle ne traitera qu’avec les troupes de S. M. l’Empereur et roi80. »

62Sa carrière diplomatique va pourtant s’arrêter là. Il a en effet commis plusieurs erreurs dans ses relations avec le pouvoir central. La première est d’avoir un peu trop bruyamment dénoncé les agissements de certains militaires avec qui il était en contact, sans voir que ce sont eux qui tiennent désormais le haut du pavé, comme dans cette lettre à son ami Paganel :

  • 81 BN NAFR 21566. Ancône, le 14 germinal an VII (4 avril 1799). Lettre du Cen Mangourit au Cen Pagane (...)

« Tu ne peux te peindre la tyrannie et le brigandage qu’on exerce dans ce pays. Calonne, Mandrin, Cartouche n’étaient que des farceurs. On prend ici dans la poche publiquement. Le général Belair vient de nous quitter. Il va commander dans la République romaine. Apprends ce que c’est que le général Belair qui nous avait été signalé par Amelot comme un escroc. La République romaine, et en dernier résultat la nôtre, paye 100 écus pour avoir 10 écus de denrées effectives. Nous tenons ce fait du citoyen Hasden, suédois ou danois, l’un des fournisseurs. Ce dernier nous a dit avoir été forcé de prendre la clef de la caisse parce que les membres de l’État-major venaient le matin demander 50 piastres, 60, etc., pour besoins ou pertes au jeu81. »

63Bien qu’il s’agisse d’une correspondance personnelle, on retrouve cette missive dans les papiers de l’un des Directeurs, Larevellière-Lepeaux, ce qui indique qu’elle a été transmise à l’exécutif par son destinataire, comme dans l’épisode précédent qui lui avait valu la disgrâce de Carnot. La seconde maladresse, c’est d’avoir à son retour à Paris refusé le poste de vice-consul à Savannah, en Géorgie, qui lui avait été proposé directement par Bourienne, le secrétaire de Bonaparte devenu entretemps Premier Consul. Il reste en conséquence sans emploi, et s’en plaint à Talleyrand :

  • 82 MAE, Paris, Pluviôse an IX (janvier 1801). Mangourit à Talleyrand.

« La nomination du citoyen Meuron au commissariat d’Ancône n’a rien qui blesse ma réputation, mais elle afflige ma sensibilité et épouvante mon avenir.
Un service continu depuis 1792 dans votre département, soit comme agent politique, soit comme agent commercial, ma sortie d’Ancône forcée par un siège mémorable dont tous les acteurs ont été récompensés par le Premier Consul, excepté moi qui y remplissais une des premières fonctions, semble devoir intéresser le gouvernement à ne pas m’oublier. Le Premier Consul a disposé d’Ancône, mais Venise, mais Trieste82…»

  • 83 MAE, Paris, 19 avril 1814. Mangourit au Cte de la Forêt, Commissaire des Relations extérieures (du (...)
  • 84 L’ouvrage est dédicacé « À la division d’Ancône » : « Mon récit vous appartient, Division immortel (...)

64Talleyrand tente en vain de récupérer son agent : « Quelque temps après M. de Talleyrand daigna me proposer pour consul général à Dublin : mon nom fut rayé par le chef du gouvernement83. » Mangourit apprenait ainsi, tant par l’absence de récompense que par le veto opposé à sa nomination, ce qu’il en coûtait de discuter les ordres du maître. Il a beau l’année suivante argumenter son dossier en faisant paraître, sur le modèle qui lui avait été si utile lors de son retour des États-Unis, deux volumes in-8° avec cartes et figures, et un frontispice à l’effigie du général Monnier, sur la « Défense d’Ancône et des départements romains, le Tronto, le Masone et le Métauro, par le général Monnier, aux années VII et VIII, ouvrage mêlé d’épisodes sur l’état de la politique, de la morale et des arts à Raguse et dans les principales villes de l’Italie à cette époque », dans lequel il magnifie quelque peu son rôle et chante les louanges de l’action militaire84, le Premier Consul reste intraitable. L’empereur Napoléon ne se montrera pas plus clément : en 1808, Fontanes, grand maître de l’Université, lui refuse même la place de conseiller ordinaire de l’institution qu’il préside, en dépit des titres académiques indiscutables dont il peut alors se prévaloir.

  • 85 Louis Jean-Baptiste Pautrizel, né à Saint-Martin de Ré (Charente-Maritime) le 25 août 1754. Élu dé (...)
  • 86 Jean-Yves Guiomar, La Révolution Française et les origines celtiques de la France, Annales Histori (...)
  • 87 Jacques Le Brigant, né à Pontrieux (Côtes d’Arvor) le 18 juillet 1720, † à Tréguier (Côtes d’Arvor (...)
  • 88 Jacques Cambry, né à Lorient le 2 octobre 1749, † à Paris le 30 décembre 1807. Président de l’asse (...)
  • 89 Il a en effet publié en 1792 à Bayonne les Nouvelles recherches sur la langue, l’origine et les an (...)
  • 90 Le Premier grenadier de nos armées, Paris, 1801. Cette notice de 72 pages sera réimprimée en tête d (...)

65Contraint à une retraite forcée, il se reconvertit dans la recherche philologique et historique. Jusqu’alors les deux seuls écrits qui avaient suivi sa production pré-révolutionnaire n’avaient été que des pamphlets politiques, comme en 1795 « La Phrase entière en réponse au Quatrième Mot, ou Pautrizel à son collègue Audrein, représentant du peuple85 », brochure anonyme de huit pages aujourd’hui disparue, ou trois ans plus tard le libelle contre Carnot. Mais, il va rapidement trouver sa place dans le bouillonnement intellectuel du début du siècle, qui, en réaction à l’hégémonie culturelle gréco-latine qui prévaut en France depuis la Renaissance, s’intéresse non seulement à l’Égypte suite à l’expédition de Bonaparte, mais également aux civilisations et aux textes nordiques, germaniques ou celtes. On peut dire en effet que « dès le Directoire, il existe à Paris un ensemble de gens qui ont tous pris part à la Révolution, généralement du côté girondin, et qui dès ce moment-là ou dans les années suivantes vont mettre en valeur ce qui touche aux Gaulois et aux Celtes86 ». La « Société Philotechnique » qui les rassemble compte naturellement en son sein plusieurs bretons : Jacques Le Brigant87, Jacques Cambry88, et surtout Théophile Corret de La Tour d’Auvergne, que l’on peut considérer comme le fondateur de cette nouvelle discipline89. Pour sa part Mangourit est un latiniste confirmé depuis ses études au collège de Rennes, mais c’est bien sûr sa connaissance du breton, de l’anglais et de l’allemand – il doit également avoir des notions d’espagnol et d’italien – qui lui permet de s’intégrer dans le cercle. Ainsi c’est lui qui prononce le 20 brumaire an IX (10 novembre 1800), en séance publique de la Société, un discours historique retraçant la vie et l’œuvre de La Tour d’Auvergne, tué au combat cinq mois auparavant90.

  • 91 MAE, Paris 19 avril 1814, lettre au comte de La Forêt. Dans cette lettre Mangourit fait allégeance (...)
  • 92 Voyage en Hanovre, fait pendant les années 1803 et 1804, Paris, Dentu, an XIV (1805), in-8° de 500 (...)

66La mort de son père lui permet à ce moment d’entrer en possession d’un patrimoine conséquent qui le délivre de tout souci financier. Il se retrouve également veuf et sans attache familiale, car un de ses fils est mort en Espagne lors de son séjour à Madrid, et le second, aide de camp du général Monnier, et qu’il recommandait à la bienveillance de ses compagnons d’armes dans son ouvrage sur la Défense d’Ancône, a également disparu91. Il en profite pour voyager en Allemagne, et s’installer à Hanovre en 1803, où sur le modèle du Voyage dans le Finistère de Cambry, il explore pendant deux ans tous les aspects de l’actuelle Basse-Saxe – « politiques, religieux, agricole, commercial, minéralogique, etc. », tout comme les « mœurs et usages des habitants », les « détails sur la chaîne du Harz et les anciennes divinités saxonnes », mais s’intéresse aussi au « projet de la conquête d’Égypte, rédigé par Leibnitz et présenté à Louis XIV », comme aux événements de la guerre de Sept ans qui se sont déroulés sur le territoire. Il publie à son retour la relation de son voyage92, et tout aussitôt participe à la fondation de l’Académie Celtique, le 9 germinal an XIII (30 mars 1805) :

  • 93 Baylot FM2 65, Commandeurs du Mont-Thabor, rite Écoss∴ philosophique, fête funèbre en mémoire du R (...)

« Depuis de longues années, je m’occupais d’antiquités celtiques. Un semblable, mais plus fructueux dévouement, animait M. Johanneau, l’un des savants estimés de cette capitale. Je lui fis part de mon désir de rassembler les explorateurs de la Gaule ; il en parla à M. de Cambry, nous nous réunîmes tous les trois ; et l’Académie Celtique fut fondée93. »

  • 94 Éloi Johanneau, né à Contres (Loir-et-Cher) le 2 octobre 1770, † à Paris le 25 juillet 1851. Légat (...)
  • 95 BN NAFR 859, Lettres à Van Praet, conservateur de la Bibliothèque Nationale, membre de l’Académie (...)
  • 96 Cf. l’article cité de Jean-Yves Guiomar.
  • 97 Sa celtomanie parfois hasardeuse conduira à son remplacement en 1813 par la Société des Antiquaire (...)

67Cambry en est le premier président, Johanneau94 le secrétaire perpétuel, et Mangourit l’un des quatre secrétaires annuels. Elle est fondée « GLORIAE MAJORUM » – à la gloire des ancêtres95 – et commence immédiatement ses travaux, qui l’amèneront à produire plusieurs tomes de Mémoires rassemblant ses recherches sur « les antiquités celtiques, gauloises et françaises ». Son importance dans l’évolution des idées sur l’Histoire, discipline alors très fortement connotée aux problèmes politiques et religieux, ses réussites comme ses erreurs, ont été reconnues96. Son principal succès est d’avoir contribué à la maturation d’une vision globale du passé des peuples européens, en reliant les cultures du Nord et du Sud, et en popularisant l’idée des origines celtiques de la France. « Nos ancêtres les Gaulois… » deviendra ainsi l’une des bases de l’histoire officielle et laïque qui se mettra en place dans les écoles de la IIIe République, et Astérix peut bien être considéré comme l’arrière petit-fils des très sérieux lettrés de l’Académie Celtique97.

  • 98 Paris, Bailleul, 1829, in-8° de IV et 26 p.
  • 99 Lectures-opéras pour des soirées de famille, n° 1 : Michelette et Bernardine, ou Les Bonnes Petites (...)
  • 100 Nouveaux projets de soirées, lectures dramatiques et musicales, contenant : Une Journée d’Henri IV (...)

68Mangourit participe activement à ses travaux. Il publie dans les Mémoires de l’Académie un article intitulé « Des noms propres » (Tome II, 1808), suivi dans le Tome III de 1819 par un « Vocabulaire des noms propres, expliqués par les anciens mots recueillis par M. Lacombe, et par la langue celtique », puis dans le Tome II de 1820 des Mémoires de la Société Royale des Antiquaires de France un autre intitulé « Des prêtresses et des prêtres gaulois, des prêtres et des moines chrétiens en Armorique, considérés dans le sacerdoce de l’histoire de Bretagne ». Dans le même temps, il fait paraître un opuscule sur La Charte d’Hoël le Bon, roi de Galles au dixième siècle98. Il s’essaye aussi d’ailleurs dans un tout autre genre, en lançant un feuilleton de « Lectures-opéras pour des soirées de famille99 », qui n’aura qu’un seul sujet et un seul numéro, mais il poursuivra son idée en faisant paraître en 1815, les « Nouveaux projets de soirées, lectures dramatiques et musicales100 », qui cette fois comprendra six textes.

  • 101 FM2 537 : Tableau des FF∴ qui composent la L∴ de St Jean sous le titre distinctif de la Réunion de (...)
  • 102 La loge ne survivra pas à la fin de l’empire napoléonien. Mais dès le début, Mangourit avait prévu (...)
  • 103 Ils ont été recensés par Jean-Yves Guiomar en annexe de l’article déjà cité. On redonne ici cette (...)
  • 104 FM2 65 bis. Les Constitutions seront accordées le 7 juin 1808, et la loge officiellement installée (...)
  • 105 Joseph La Vallée, marquis de Bois-Robert, né le 23 août 1747 à Dieppe (Seine-Maritime), † à Londre (...)
  • 106 Bertrand Germain Étienne de La Ville, comte de Lacépède, né le 26 décembre 1756 à Agen (Lot-et-Gar (...)
  • 107 Marie Charles Joseph de Pougens, né à Paris le 15 août 1755, † Vauxbuin près Soissons (Aisne) le 1 (...)

69C’est durant son séjour en Allemagne que Mangourit reprend une véritable activité maçonnique, qui ne se démentira plus jusqu’à la fin de sa vie. Il figure en effet, en septembre 1803, parmi les membres fondateurs de « La Réunion des Amis d’Hanovre », dont il est le premier vénérable élu101. Il demande et obtient des Constitutions au Grand Orient, accordées le 30 mai 1804, et la loge est officiellement installée le 3 juillet suivant102. Et lorsqu’il revient en 1805 à Paris, c’est tout naturellement à la loge de Cambry, « Les Commandeurs du Mont Thabor », qu’il s’affilie. Nombre des membres de l’Académie Celtique, résidents ou non-résidents, sont en effet bretons et francs-maçons actifs103. Cette loge des « Commandeurs du Mont Thabor » est une loge singulière, hors de l’Obédience du Grand Orient, sa filiation dérivant de la Mère Loge Écossaise, comme en témoigne le tableau de ses « fondateurs » du 16 décembre 1807, écrit à « l’Orient d’Herodom ». Dans sa demande de régularisation auprès du Grand Orient du 11 mars 1808, elle précise d’ailleurs qu’elle a travaillé « depuis longtemps sans être régulièrement fondée » sous la direction de Cambry, qui, décédé, continue de figurer comme « toujours présent » sur le tableau de l’Atelier104. Son premier successeur est Joseph Lavallée105, chef de division à la Grande Chancellerie de la Légion d’honneur, et également membre de l’Académie Celtique. La Grande Chancellerie de la Légion d’honneur fournit d’ailleurs un fort contingent des membres : outre Lavallée, sept autres frères y sont employés, et Lacépède106, Grand Chancelier de l’institution, est décoré du titre de « Souverain Vénérable d’honneur ». Se trouvent également dans le tableau des 42 membres fondateurs Pougens107, membre de l’Institut de France, quatre professeurs au Prytanée de Saint-Cyr, quatre professeurs de mathématiques, un officier de marine, ainsi que Jean Legé et Jean Lemonnier, artistes peintres : la loge pratique un recrutement éclectique mais rigoureux. Mangourit est alors orateur : il sera élu vénérable en 1811, redeviendra ensuite secrétaire, puis orateur, et de nouveau vénérable et député de l’atelier en 1817.

  • 108 Selon l’Évangile, le Mont Thabor est le lieu de l’Ascension du Christ. Il n’y a jamais eu de templ (...)

70Il n’est pas interdit de voir sa marque dans les structures propres dont l’Atelier se dote à cette époque. En fait, il fonctionne comme un Ordre de hauts grades. Son règlement particulier précise par exemple les titres et dénominations de ses membres : un vénérable d’honneur est « Souverain Commandeur », le vénérable en fonction « Vénérable Commandeur », les deux surveillants de « Nobles Commandeurs » ; les députés sont de « Sages Commandeurs », les maîtres se voient promus au rang de « Commandeurs », les compagnons et les apprentis étant pour leur part de simples « Chevaliers ». L’article 4 précise que : « La R∴L∴ reconnaît cinq ordres dans son organisation. Au 1er, les fondateurs du Temple du Mont Thabor ; au 2nd, les enfants du Temple ; au 3e, les affiliés au Temple ; au 4e, les agrégés au Temple ; au 5e, les frères de confiance. » Les frères de confiance sont des frères à talents ou des frères servants ; les affiliés n’ont pas été reçus par la loge mais sont membres uniquement de l’atelier ; les agrégés peuvent avoir des affiliations multiples. Les quatre premiers ordres portent en loge des écharpes distinctives. N’y entre pas qui veut : « Art. 5 : Considérant que ce n’est pas le plus grand nombre qui trace les plans les plus purs et qui rend durable les édifices utiles, la R∴L∴ a fixé le complet de ses fondateurs à 42, et de ses ouvriers à 81. » Il y a cependant une exception à ce numerus clausus, mais on peut se demander si elle a jamais été invoquée, et quel lien maçonnique justifie aussi bien l’appellation de « Mont-Thabor108 » que l’évocation de la bataille qui s’est déroulée à cet endroit : « Art. 6 : Si des guerriers ayant combattu à la bataille du Mont Thabor, armée d’Égypte, se présentaient une fois le nombre complet, pour partager les travaux en qualité de membre de la R∴L∴, ils seraient admis, après l’observation des formes et des règlements. »

  • 109 Baylot FM2 65, sans date.
  • 110 Idem.

71Elle entretient des relations compliquées avec les différents hauts grades écossais alors présents à Paris. Dans une « Notice sur le rite philosophique pour l’instruction des Compagnons du Mont Thabor109 », on trouve en effet que « La R∴L∴ des Commandeurs du Mont Thabor est décorée des Chapitres de Maître Parfait et de Parfait Élu par des Constitutions du Souverain Chapitre chef d’Ordre en France », en l’occurrence « Le Grand et Souverain Chapitre Métropolitain de l’Ordre Écossais Philosophique en France », qui réside, « en vertu de sa primogéniture, près la loge la plus ancienne du rite dans la capitale », à savoir « La R∴L∴ du Contrat Social et de Saint Alexandre d’Écosse réunis ». Mais il est également précisé qu’» Un Chapitre du Grand et Souverain Ordre de Hérédom de Kilwinnig est attaché à la Respectable Mère Loge Écossaise et desservi par des chevaliers membres des trois Orients de Paris. La science de cet Ordre n’a point de contact avec la science du Rite Philosophique. » Mangourit, déjà « Souverain Prince Rose-Croix » au rite Français, est bien sûr présent dans l’un et dans l’autre : lorsqu’il est élu vénérable pour l’année 1811, il est à la fois « Chevalier de l’Aigle Blanc et Noir » du Rite Philosophique, et « Rose-Croix de Kilwinnig ». En 1818, la loge des « Commandeurs du Mont Thabor » se sépare du Rite Écossais professé par la loge « Saint Alexandre d’Écosse », et se voit « constituée par le Grand Orient de France aux rites Français et Écossais ancien et accepté110 », ce qui lui permet d’ajouter à sa collection de grades celui du 33e et ultime degré de ce dernier rite, dans le même temps où il devient officier du Grand Orient.

  • 111 FM2 65 bis, Règlement de famille entre la R∴L∴ des Commandeurs du Mont Thabor et le Souv∴ Chap∴ de (...)
  • 112 Voir l’article de Yves Hivert-Messeca sur cette loge dans L’Encyclopédie de la Franc-maçonnerie, L (...)

72Si l’appétit de Mangourit pour les hauts grades et les titres maçonniques n’a rien que de très courant, il va cependant le conduire en 1810 à une création originale dans la franc-maçonnerie féminine, celle du « Souverain Chapitre Métropolitain des Dames Écossaises de la colline du Mont Thabor », dont il prend le titre de « Général chef d’Ordre ». Le recrutement est élitiste : les sœurs appartiennent pour la plupart à l’ancienne noblesse ou à la noblesse d’Empire. L’objet principal de l’institution est « de donner du pain et du travail aux personnes de bonne conduite du sexe féminin, que leur sort malheureux inquiète ; de les aider d’abord, de les consoler ensuite et de les préserver, par les bienfaits et l’espérance, de l’abandon des principes et du supplice du désespoir111 ». Mais les statuts comme le fonctionnement de l’institution se démarquent nettement de ceux des « loges d’adoption » du siècle précédent, si on excepte le cas particulier de « La Candeur112 ». Le « Règlement de famille » passé entre la loge des « Commandeurs du Mont Thabor » et ce Souverain Chapitre précise en effet dans son article 2 « qu’il est indépendant et souverain en ce qui concerne ses mystères, ses statuts et sa composition ». C’est ainsi qu’après avoir « présenté la clef du Temple, sous les signes qui président à novembre, décembre, janvier, février, mars et avril, au coup de huit heures du soir », le vénérable en titre et les quatre frères des « Commandeurs du Mont Thabor » qui l’accompagnent se retirent, et laissent les Dames Écossaises à leurs travaux. Les deux loges ne se retrouvent que lors de cérémonies particulières :

« Art. 5 : À la séance de novembre sera célébrée la Réunion de Famille, sous le titre de Fête des fruits pour l’automne et l’hiver ; et à la dernière séance (avril), sera célébrée la Fête des fleurs du printemps et de l’été. Ces solennités sont extraordinaires, et données aux Dames Écossaises par la R∴L∴, qui en fixe la souscription. »

  • 113 FM2 365, 23 juin 1820 : Mangourit démissionne, pour des raisons de santé, de son poste de député d (...)

73Il est même précisé dans l’article 18, qu’» Aucun maçon, à quelque degré qu’il soit parvenu, ne pourra prétendre siéger en Asie (à l’Orient), et recevoir les honneurs dus ailleurs à ses grades et qualités. » Le « Chapitre des Dames Écossaises » pratique à l’origine un rite en quatre grades : Novice maçonne, Compagnonne discrète, Maîtresse adonaïte et Maîtresse moraliste. Il s’enrichira par la suite, en distinguant « Petits mystères » et « Grands Mystères », d’une demi-douzaine d’autres degrés, suivant en cela l’inflation correspondante des hauts grades masculins de l’époque. La devise du Chapitre était : « À BON CHEVALIER, BON HOSPICE ». Il périclite dès la retraite en 1820 de son « bon chevalier » fondateur113, et disparaît à sa mort, mais n’en reste pas moins le premier essai d’une maçonnerie féminine réellement autonome en France.

74L’itinéraire de Michel Ange Bernard Mangourit du Champ Daguet s’achève en effet le 17 février 1829 à son domicile parisien, où il meurt à 77 ans hors des sacrements de l’Église, et en léguant 500 F aux pauvres de son arrondissement. En un temps où les destinées insolites n’étaient pas rares, la sienne ne manque cependant pas d’originalité, tant par le caractère attachant d’une personnalité complexe traversant l’une des périodes les plus mouvementée de l’histoire de France, que par la variété de ses productions intellectuelles ou des fonctions profanes ou maçonniques qu’il a remplies avec fougue, talent et conviction.

Notes

1 Claude Antoine Thory, Annales originis magni Galliarum Orientis, ou Histoire de la fondation du Grand Orient de France, Paris, 1812, appendice n° XV, p. 204-209.

2 Pierre Mollier, Un système rationaliste de Hauts Grades au XVIIe siècle, Les Élus de la Vérité, Studia Latomorum & Historica, p. 313-326.

3 FM2 367, 10 juin 1775, lettre de Mangourit à Le Breton, représentant de la loge L’Égalité auprès du Grand Orient. De fait, on retrouve la trace des turbulences qui ont affecté La Parfaite Union au printemps 1773 dans un brouillon de lettre du F∴ Hervagault à la Grande Loge, portant plainte contre des frères dissidents, et nommant le F∴ Frignet, vénérable en chaire, pour représenter l’Atelier à Paris dans cette affaire (FM2 369, mai 1773).

4 FM2 367, 6 mars 1775.

5 Un peu plus tard Mangourit s’adresse par exemple en ces termes aux frères de son atelier : « Les plaisirs sans remords, les passions nobles, la volupté délicate règnent par vous dans cet heureux séjour ; les talents aimables vous y accompagnent et la décence ne vous quitte jamais. Je vous ai tous choisis, ô mes brebis, pour paître le même gazon et les mêmes fleurs. Vous êtes tous faits TT∴CC∴FF∴ pour vous donner en tout lieu le baiser de concorde et le signal de l’amitié. La parité de naissance, d’idées et de fortune vous met de niveau ; et vous conserverez toujours cet uni, en n’admettant que des ouvriers capables de faire la démarcation du plan. » (FM2 367, 5 octobre 1775).

6 Les frères « bienvenus », ou « bienveillants », sont les frères servants chargés du gardiennage et du ménage de la loge, et du service de cuisine. Ils font également office de facteurs dans la ville en portant les convocations aux tenues, en récupérant les cotisations mensuelles, etc. Ils sont obligatoirement initiés au grade d’apprenti, quelquefois à celui de compagnon, plus rarement à celui de maître.

7 FM2 367, 16 août 1776. Cette déclaration d’intention égalitaire inclut cependant une composante élitiste, qui se confirmera par la suite.

8 FM2 367, 23 mai 1775. Cette lettre de La Parfaite Union au Grand Orient se trouve par erreur dans le dossier de L’Égalité.

9 FM2 367, 11 juin 1775. Même observation que pour la lettre précédente.

10 « Tu les mèneras avec une verge de fer, et tu les briseras comme vase d’argile. »

11 FM2 367, 15 juillet 1775.

12 FM2 367, 23 août 1775. Même observation que pour les lettres précédentes émanant de La Parfaite Union.

13 FM2 367, 7 juillet 1775.

14 FM2 367, 7 novembre 1775.

15 FM2 367, 20 novembre 1775. La tradition maçonnique indique le nombre de Maîtres qui doivent être présents pour qu’une loge puisse valablement ouvrir ses travaux : « Trois la dirigent, cinq l’éclairent, sept la rendent juste et parfaite ». C’est ce dernier nombre qui est requis pour la création d’une nouvelle loge. Le Règlement général actuel du G∴O∴D∴F∴ précise que ce quorum ne s’applique toutefois que dans une localité ne possédant pas déjà un atelier. Sinon, ce chiffre est doublé (Article 26). Mais il n’y a toujours pas de limite au nombre de loges possible dans une ville, et l’on peut toujours prétendre fonder un atelier dans une commune de la périphérie, pour contourner la disposition précédente. Si bien que l’inflation du nombre de loges à petit effectif a conduit récemment l’Obédience, après avoir épuisé les ressources des centres de congrès intra muros à Paris, à réunir les 1200 délégués représentants autant de loges lors de son Convent annuel au Stade de France à Saint-Denis.

16 FM1 87 bis. Correspondance de la Chambre des Provinces avec les loges.

17 FM2 367, 4 février 1776.

18 ADIV 92 J, Imprimés reçus des Obédiences.

19 FM2 367, 5 octobre 1775.

20 On trouve notamment une Grande Loge Provinciale à Aix-en-Provence, à Dijon et à Lyon.

21 FM2 367, 1er avril 1776.

22 Il a mis cette idée de présidence tournante en pratique dans son propre atelier, puisque vénérable en 1776, il cède sa place à Drouin l’année suivante, pour reprendre le premier maillet en 1778.

23 FM2 367, 17 juin 1776, brouillon de réponse de la Chambre d’administration.

24 FM2 367, 23 avril 1777.

25 Ces deux variantes de l’Écossisme sont à l’origine de deux rites toujours pratiqués aujourd’hui, le Rite Écossais Rectifié, et le Rite Écossais Ancien et Accepté.

26 Sous la houlette du graveur Pierre Lambert de Lintot, d’origine rouennaise, des rennais étaient probablement en liaison avec des maçons de Londres, et avaient fondé un Chapitre de hauts-grades. Cf. André Kervella, op. cit.

27 C’est ainsi que lors de l’inspection de la flotte conduite à Brest au début de l’année 1778 par le duc de Chartres, lieutenant général des armées navales, il est fait allusion dans les registres de L’Heureuse Rencontre, qui le reçoit en tant que Grand Maître de l’Ordre, à des francs-maçons rennais qui n’appartiennent à aucune des trois loges de la ville, comme Charles de Catuelan ou Alexandre Fidèle de La Bourdonnaye de Claye, respectivement président à mortier et conseiller au Parlement de Bretagne.

28 Pierre Chevallier, Histoire de la Franc-Maçonnerie française, T. 1, Fayard, 1974, p. 187.

29 Il s’agit là d’une pierre de touche dans les relations inter-obédientielles. Ainsi, aujourd’hui encore aucun franc-maçon français ne peut être reçu dans une loge d’obédience anglo-saxonne, sauf les frères de la Grande Loge Nationale de France, qui sont sous l’autorité de la Grande Loge d’Angleterre.

30 FM2 367, 24 août 1778 : « Votre autorité est celle de la nation maçonnique, elle même assemblée par les représentants de chaque société particulière (art. 5 du Chap. 1er des Statuts généraux) ». Or, il n’est pas possible que des représentants aient d’autres droits que ceux qui leur ont été confié par les représentés. Or, lors de la formation du G∴ O∴, les loges ne pouvaient pas prévoir qu’il s’établirait dans la suite des directoires écossais en France, ni par conséquent autoriser leurs députés d’accepter l’alliance des maçons reformés. »

31 P. Chevallier, op. cit., p. 191.

32 AR 113/1/308, Livre d’architecture du Chapitre de La Parfaite Union, 23 novembre 1840.

33 FM2 565, Fonds Baylot.

34 Idem, rapport et brouillon de réponse joints.

35 En matière criminelle, le présidial de Rennes avait compétence pour juger de tous les crimes et délits, à l’exception du crime de lèse-majesté. En matière civile, il jugeait en première instance et sans appel jusqu’à une certaine somme. Les cas d’appel étaient soumis au Parlement de Bretagne.

36 ADIV 2B1792, Registre de distribution des procès du présidial de Rennes, 1772-1790.

37 ADIV 2B1811, Sentences criminelles définitives du présidial de Rennes, 1776-1780.

38 Il signe d’ailleurs avec ∴ alors qu’il n’est plus membre de l’Atelier. On peut se demander si précisément il ne fait pas à ce moment partie de ces dissidents dont Mangourit a signalé l’existence.

39 ADIV 2B1792, 16 novembre 1780, note de Mangourit : « Remis au greffe les procédures suivantes pour rapporter, ce qui n’a pu être fait attendu l’absence de messieurs Harembert et Bouvier conseillers de cette ville, […], toutes lesquelles procédures sont en état de jugement définitif ou de recevoir un règlement à l’extraordinaire et seront jugées quand il plaira au quartier rassemblé, ce qui ne peut se faire actuellement n’étant que trois juges de quartier à Rennes. »

40 ADIV C4946. Les autres membres du Tiers sont Nicolas Borie, sénéchal de Rennes ; Drouin, procureur du Roi au présidial de Rennes ; Charles Robinet, Obelin de Kergal et Yves Sevezan de Villeneuve, avocats au Parlement. Borie et Sevezan de Villeneuve sont comme Mangourit d’anciens membres de La Parfaite Union. Drouin est le fils de René Drouin, l’un des fondateurs de L’Égalité, et Robinet sera reçu en 1791 à La Parfaite Union. Mais on vient de voir que les tensions personnelles existantes en particulier au sein du présidial excluent toute idée d’une liaison spécifiquement maçonnique dans leur désignation. Par contre, ils se retrouvent certainement sur le même terrain idéologique.

41 Sa dernière signature sur une sentence du présidial est datée du 1er décembre 1787.

42 Outre la Bretagne et le Dauphiné, étaient également « Pays d’États » l’Artois, le Béarn, la Bigorre, la Bourgogne, le Cambrésis, le Comté de Foix, la Corse, la Flandre, le Languedoc et la Provence.

43 Roger Dupuy, Aux origines idéologiques de la Révolution, Journaux et pamphlets à Rennes (1788-1789), Presses Universitaires de Rennes, 2000, p. 9.

44 Cf. Frédéric Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, J. Plihon et L. Hommay, Rennes, 1909, p. XVIII : « Le Parlement de Bretagne était une compagnie investie d’un triple pouvoir ; elle eut la puissance judiciaire la plus élevée par la souveraineté de ses décisions attaquables seulement par la voie de cassation pour vice de forme, excès de pouvoir, mauvaise interprétation de la loi, etc. ; la puissance législative par le droit d’édicter des règlements, avec sanctions pénales, ayant force de loi dans la province ; la puissance politique par un autre droit redoutable, celui de n’autoriser l’exécution des édits, lettres patentes, déclarations et autres actes de l’autorité royale qu’après les avoir vérifiés, et, en cas de dissentiment, de présenter au roi des observations et des critiques, sous la forme “d’humbles remontrances” ; elle ne s’est pas privée de l’exercer. »

45 R. Dupuy, op. cit., p. 10.

46 F. Saulnier, op. cit., p. LIX : « Aucune compagnie n’a attaché plus d’importance que ce Parlement à ne laisser pénétrer dans ses rangs, pendant les cent dernières années de son existence, que des récipiendaires d’une noblesse incontestable. »

47 Le Pour et le Contre au sujet des Grands Bailliages est perdu. Le Tribun du Peuple et Les Gracques français sont disponibles à la BNF.

48 Il s’agit des 32 généralités du découpage administratif de la France d’Ancien Régime.

49 R. Dupuy, op. cit., p. 11.

50 D’après la notice bibliographique rédigée par le F∴ Lerouge dans J. -M. Quérard, La France Littéraire, Firmin Didot, Paris, 1833. Le F∴ Lerouge avait hérité des papiers de Mangourit à la mort de ce dernier.

51 AN 01 489, 22 janvier 1789.

52 Le Héraut de la Nation, n° 42, p. 663.

53 Le Héraut de la Nation, n° 41, p. 641.

54 R. Dupuy, op. cit., p. 96.

55 Archives du Ministère des Affaires Étrangères, Dossiers individuels, n° 47 (MAE).

56 MAE, 24 janvier 1793, lettre au ministère des Affaires extérieures.

57 MAE, 7 ventôse an V (25 février 1797), lettre au Directoire.

58 Traité Jay, du nom de son négociateur, 19 novembre 1794.

59 MAE, Rapport sur les causes du rappel du citoyen Mangourit en Brumaire an II, novembre 1795 : « Le citoyen Genet, envoyé à Philadelphie en qualité de ministre plénipotentiaire, y arriva dans le courant de 1793. Il essaya de réaliser un plan d’invasion qu’il avait conçu contre la Louisiane et la Floride espagnole. Le procédé mécontenta le gouvernement des États-Unis, qui s’en plaignit et accusa entre autres personnes le citoyen Mangourit d’avoir travaillé à le seconder, ainsi que d’avoir armé ou fait armer des corsaires destinés à courir sus les Anglais. On présenta ces opérations comme des actes violatoires de la neutralité américaine. Ces plaintes adressées au gouvernement de la République y furent accueillies, et la comité de Salut Public arrêta le rappel de tous les fonctionnaires contre lesquels elles se trouvaient désignées. »

60 Il fait ensuite paraître le tout dans une brochure imprimée : Mémoire de Mangourit. Adresses des municipalités, sections, société républicaine de Charlestown et des gouverneurs et citoyens de l’État de la Caroline du Sud, à Mangourit, consul de la République Française, sur sa destitution, Paris, Gueffier, 1795.

61 Ces cinq conventionnels sont mentionnés dans l’annuaire actuel du Quai d’Orsay, mais ils ne sont pas considérés comme des ministres des Affaires étrangères à part entière.

62 MAE, 15 brumaire an III (5 novembre 1794) : lettre de Mangourit aux représentants du peuple composant le Comité de Salut Public.

63 Ainsi un peu plus tard écrit-il à Delacroix, ministre des Relations extérieures : « Ma lettre n° 3 et mon mémoire n° 4 sur les États-Unis d’Amérique méritent votre attention solitaire. Il est bon que les hommes placés sur les sommets regardent de près et de loin. » (MAE Espagne 642, Madrid, 2 fructidor an IV).

64 MAE, lettre sans date au ministre des Relations extérieures (fin 1795-début 1796).

65 MAE Fr 1877, 18 décembre 1795.

66 MAE, attestation signée entre autres par Bonaparte.

67 MAE, arrêté du Directoire du 6 frimaire an IV (26 novembre 1795).

68 MAE, 12 messidor an IV (29 juillet 1796), lettre de Mangourit à Paganel, transmise à Delacroix : « J’ai rédigé des notes énergiques, près de 200 restées sans réponse, ou répondues par des futurs contingents, voilà mon crime véritable… Comme ta lettre m’a semblé l’ouvrage de celui qui m’honore de son amitié, du ministre lui-même, communique lui cette réponse, et dis-lui bien que certains d’une part que mes lettres et mes bulletins ont été ouverts, que de l’autre ne pouvant, attendu l’immensité de mes travaux, les chiffrer, je cesserai de les envoyer par la poste, et j’attendrai que des occasions sûres m’assurent que le secret de ma pensée et le tribut que je dois au gouvernement ne soit pas violé. Quand j’aurai un instant pour chiffrer, je m’y adonnerai, malgré la faiblesse de ma vue, à moins que le ministre ne me réitère l’ordre qu’il m’a donné de poursuivre ma correspondance, malgré mes détracteurs. »

69 MAE, lettre sans date au ministre des Affaires extérieures (fin 1795-début 1796).

70 MAE, Espagne 642. Madrid, 2 fructidor an IV (18 août 1796). Mangourit à Delacroix, ministre des Relations Extérieures.

71 MAE États-Unis 46. Le Cap Français (Saint-Domingue), 7 frimaire an V (27 novembre 1796). Extrait du registre des délibérations de la Commission déléguée par le gouvernement français aux Isles sous le Vent.

72 MAE États-Unis 46. 22 frimaire an V (12 décembre 1796). Arrêté du Directoire.

73 MAE, Paris, 7 ventôse an V (25 février 1797) : Lettre de Mangourit au Directoire.

74 Mangourit, De la Tyrannie de C… (Carnot), ou Les Camutes, anecdote druidique, écrite il y a 2000 ans, dans laquelle les événements de la révolution française, depuis le 14 juillet 1789 jusqu’au 18 fructidor an V, sont prophétisés, Paris, imprimerie de l’Ami des lois, an VI de la République une et indivisible (1798), avec une figure représentant Teutatès et César, in-8° de 52 p., p. 43, note 74.

75 Mangourit, op. cit. Le frontispice de l’ouvrage représente Carnot le poignard à la main, marchant sur les corps de ses adversaires morts, avec en exergue une citation extraite de l’ouvrage : « Seul, il réjouit l’enfer par de nouveaux crimes. » L’appréciation qu’il porte sur sa politique est de la même veine : « Une monstrueuse transaction se fit entre la lâcheté, qui sacrifie tout hors sa vie, l’ambition qui sacrifie tout hors sa soif, le modérantisme qui maudit tout hors ses aises, l’exagération qui renverse tout hors la royauté, et l’aristocratie qui roule dans les veines du corps social avec les fluides les plus démocratiques, le fanatisme qui aiguise ses fureurs à la voix de l’hypocrisie, le royalisme qui vend à la fois des fleurs et des métaux, des hommes et des songes, pour s’asseoir sur les nations, la tête dans les orages, le corps dans les volcans, et les pieds sur les précipices. Dans ces moments affreux, jamais, non jamais, on ne parla davantage de justice et d’humanité, on ne cria tant haine à l’anarchie et à la royauté, on ne prononça plus impudemment l’ironique et criminel serment d’attachement à la République !… » (p. 13). Mais il a déjà reconnu la puissance montante : « Bonaparte est l’homme du siècle. Nous devons la découverte et l’emploi de ce héros aux citoyens Barras et Fréron. Carnot l’appelait par dérision le petit capitaine. » (p. 49, note 107).

76 MAE Valais 5, sans date : Projet de Constitution pour la république du Valais.

77 MAE Valais 5, Berne, 28 germinal an VI (17 avril 1798) : Mangourit à Talleyrand, ministre des Relations extérieures.

78 MAE Valais 5, Saint-Maurice, 25 ventôse an VI (15 mars 1798), lettre de Mangourit à Talleyrand.

79 Mangourit, Défense d’Ancône et des départements romains, le Tronto, le Masone et le Métauro, par le général Monnier, aux années VII et VIII, ouvrage mêlé d’épisodes sur l’état de la politique, de la morale et des arts à Raguse et dans les principales villes de l’Italie à cette époque. Paris, Pouget, an X (1802), 2 vol. in-8° avec cartes et figures : Tome 1, p. 21.

80 MAE, note sans date au cabinet du ministre après la capitulation d’Ancône.

81 BN NAFR 21566. Ancône, le 14 germinal an VII (4 avril 1799). Lettre du Cen Mangourit au Cen Paganel : dilapidations et insolences du général Belair.

82 MAE, Paris, Pluviôse an IX (janvier 1801). Mangourit à Talleyrand.

83 MAE, Paris, 19 avril 1814. Mangourit au Cte de la Forêt, Commissaire des Relations extérieures (du gouvernement provisoire de la première Restauration).

84 L’ouvrage est dédicacé « À la division d’Ancône » : « Mon récit vous appartient, Division immortelle, à vous qui soutintes l’honneur des armes républicaines aux années sept et huit. À vous, poignée de soldats, que de nombreuses phalanges ennemies apprirent à respecter jusque dans votre infortune. À vous qui couvrites de votre égide, ma famille et moi, pendant des expéditions brillantes, une défense héroïque et la marche longue pénible et dangereuse du retour dans notre patrie. »

85 Louis Jean-Baptiste Pautrizel, né à Saint-Martin de Ré (Charente-Maritime) le 25 août 1754. Élu député de la Guadeloupe, il siège à la Convention après Thermidor. Dénoncé comme ayant entretenu une correspondance avec les insurgés jacobins de Prairial an V (juin 1795), il est arrêté et ne retrouve la liberté qu’à la fin de la session. L’abbé Yves Marie Audrein, né le 17 octobre 1741 à Gouarec (Côtes d’Armor), enseigne d’abord au collège de Quimper, puis à Louis-le-Grand à Paris. Premier vicaire de l’évêque constitutionnel du Morbihan en 1791, il est élu à l’Assemblée législative, puis à la Convention, où il vote la mort du roi avec appel au peuple et sursis. Élu en avril 1798, évêque du Finistère, il est fusillé le 19 novembre 1800 par une bande de chouans qui l’avaient tiré de la diligence de Morlaix, après avoir refusé sous la menace des armes de renier son vote pour la mort de Louis XVI.

86 Jean-Yves Guiomar, La Révolution Française et les origines celtiques de la France, Annales Historiques de la Révolution Française, 1992, n° 1, p. 71.

87 Jacques Le Brigant, né à Pontrieux (Côtes d’Arvor) le 18 juillet 1720, † à Tréguier (Côtes d’Arvor) le 3 février 1804. Convaincu de l’antériorité absolue de la langue bretonne sur toutes les autres, il fait paraître à Strasbourg en 1779 des Éléments de la langue des Celtes Gomérites ou bretons. Introduction à cette langue, et par elle à celle de tous les peuples connus.

88 Jacques Cambry, né à Lorient le 2 octobre 1749, † à Paris le 30 décembre 1807. Président de l’assemblée du district de Quimperlé (Finistère) en 1794, puis en septembre 1796, président de l’administration centrale du Finistère, il est ensuite membre suppléant de l’administration centrale de la Seine, puis préfet de l’Oise de 1800 à 1802. Il publie entre autres en 1798 à l’Imprimerie du Cercle social un Voyage dans le Finistère, ou état de ce département en 1794 et 1795, en trois volumes in-8° totalisant 782 pages de texte, plus de substantielles annexes. Il fera paraître en 1805 à Paris les Monuments celtiques, ou recherche sur le culte des pierres, précédés d’une notice sur les Celtes et sur les druides, et suivis d’étymologies celtiques, puis l’année suivante une Notice sur l’agriculture des Celtes et des Gaulois.

89 Il a en effet publié en 1792 à Bayonne les Nouvelles recherches sur la langue, l’origine et les antiquités des Bretons, pour servir à l’histoire de ce peuple, et en 1796 à Paris les Origines gauloises, dont le retentissement est immédiat dans les cercles érudits. Une deuxième édition paraîtra à Hambourg en 1801. L’ouvrage a été réédité par Jean Balcou chez Lafitte à Marseille en 1980. Si, comme dans le livre de Le Brigant, de nombreuses affirmations prêtent aujourd’hui à sourire, comme : « Ève ayant présenté la pomme à son mari, celui-ci lui en demanda un morceau, “a’tan” (en breton), d’où lui vient le nom d’Adam ; et sa compagne lui offrit de l’eau en disant “ev” (bois), ce qui lui valut le nom d’Ève », il convient de replacer ces balbutiements philologiques dans leur contexte, et de considérer la valeur réelle de l’ouvrage dans l’histoire de la discipline.
Théophile Malo Corret de La Tour D’Auvergne, né à Carhaix le 13 novembre 1743, † à Oberhausen (Bavière) le 27 juin 1800. Sous-lieutenant au régiment d’Angoumois en 1767, capitaine en 1789, il adhère aux idées révolutionnaires, mais refusera toujours tout avancement dans les armées de la République. D’une bravoure exceptionnelle, il est néanmoins placé avec son grade à la tête d’un corps de 8 000 hommes en 1793 dans l’armée des Pyrénées occidentales, avec lequel il combat avec succès les Espagnols. Fait prisonnier en 1795 par les Anglais sur le bateau qui le ramenait de Bordeaux à Brest, il revient en France en 1797. Mis à la retraite, il continue ses recherches linguistiques et étymologiques commencées avant la Révolution avec Le Brigant. Il reprend du service à l’armée en juin 1800 en remplacement du dernier fils restant à son ami. Sur le rapport de Carnot, le Premier Consul lui accorde un sabre d’honneur, et le titre de « Premier Grenadier de la République ». Il trouve la mort dans l’armée du Rhin, lors de la campagne d’Allemagne commandée par Moreau. D’une extrême simplicité de vie et de mœurs, alliée à une grande générosité, La Tour d’Auvergne est certainement l’une des figures les plus attachantes parmi les soldats de la Révolution.

90 Le Premier grenadier de nos armées, Paris, 1801. Cette notice de 72 pages sera réimprimée en tête de la réédition de Hambourg des Origines gauloises.

91 MAE, Paris 19 avril 1814, lettre au comte de La Forêt. Dans cette lettre Mangourit fait allégeance au gouvernement de la première Restauration, demande que ses services diplomatiques soient reconnus par une décoration, et un titre gratuit de « pensionnaire du roi », en précisant qu’il n’a aucunement besoin d’argent « avec 10 000 livres de rente de patrimoine, et réduit au malheur d’avoir perdu toute ma famille : mon sang ne coule plus que dans mes veines ». Si le Commissaire des Relations extérieures auquel il s’adressait pouvait vérifier dans son dossier la réalité des services allégués, il ne pouvait pas manquer non plus d’y trouver la trace de sa participation active à la répression de l’insurrection royaliste d’octobre 1795. On peut dès lors comprendre que sa supplique soit restée sans réponse.

92 Voyage en Hanovre, fait pendant les années 1803 et 1804, Paris, Dentu, an XIV (1805), in-8° de 500 p.

93 Baylot FM2 65, Commandeurs du Mont-Thabor, rite Écoss∴ philosophique, fête funèbre en mémoire du R∴ F∴ commandeur Jacques de Cambry, Paris, 1809, in-8° de 54 p.

94 Éloi Johanneau, né à Contres (Loir-et-Cher) le 2 octobre 1770, † à Paris le 25 juillet 1851. Légataire de la bibliothèque de La Tour d’Auvergne, co-auteur avec Cambry des Monuments Celtiques, il sera nommé Censeur impérial de la librairie en 1811.

95 BN NAFR 859, Lettres à Van Praet, conservateur de la Bibliothèque Nationale, membre de l’Académie Celtique de France.

96 Cf. l’article cité de Jean-Yves Guiomar.

97 Sa celtomanie parfois hasardeuse conduira à son remplacement en 1813 par la Société des Antiquaires de France, qui continuera ses travaux sur des bases idéologiques élargies.

98 Paris, Bailleul, 1829, in-8° de IV et 26 p.

99 Lectures-opéras pour des soirées de famille, n° 1 : Michelette et Bernardine, ou Les Bonnes Petites Filles de Nantua, anecdote de 1795, en prose, mêlée d’ariettes. Paris, Leduc, éditeur de musique, 1812, in-8° de 35 p.

100 Nouveaux projets de soirées, lectures dramatiques et musicales, contenant : Une Journée d’Henri IV en Bretagne ; Cariet, ou la folle des Champs-Elysées ; Ben, ou le Petit Berger, Architecte du Pont d’Avignon ; Michelette et Bernardine, Bonnes Petites Filles de Nantua ; Ruth et Noémi ; Les Jumeaux Revarien et Goberien. Paris, Bailleul, 1815, in-8° de 328 p.

101 FM2 537 : Tableau des FF∴ qui composent la L∴ de St Jean sous le titre distinctif de la Réunion des Amis d’Hanovre à l’époque du 10e J∴ du 7e M∴ de l’an de la V∴L∴ 5803 et le 23 fructidor an XI. Il en est également le député, son adresse étant au 55 rue de Lille, à Paris.

102 La loge ne survivra pas à la fin de l’empire napoléonien. Mais dès le début, Mangourit avait prévu une clause en cas de dispersion, comme en témoigne cet arrêté pris en tenue par Les Commandeurs du Mont-Thabor le 6 octobre 1814 : « Vu la planche de la R∴ des Amis Réunis à l’O∴ d’Hanovre du 16 septembre 1805, tendant à inviter la R∴F∴ Bourdon, son dernier Vén∴, à remettre au F∴ de Mangourit, son premier Vén∴, les archives, timbres et sceaux, etc. en cas de séparation ; Attendu la remise faite par le F∴ Bourdon au F∴ de Mangourit, et par ce dernier à la R∴ des Commandeurs du Mont Thabor des documents, registres, comptes, planches, ainsi que deux sceaux et douze bijoux ;
[…] Décrète :
[…] Art. 2 : En considération de l’excellente composition des ouvriers de la R∴L∴ des Amis Réunis à l’O∴ d’Hanovre, et d’après leur dispersion, ils sont appelés à se réunir dans le sein de la R∴ L∴ des Commandeurs du Mont Thabor, aux mêmes droits que ceux de ses propres enfants. »

103 Ils ont été recensés par Jean-Yves Guiomar en annexe de l’article déjà cité. On redonne ici cette liste : Charles Beslay, de La Tendre Fraternité à Dinan ; Jean Marie Kerléro du Crano, Jean Pons Guillaume Viennet (futur Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil), Henri Thévenard, de L’Union à Lorient (et non pas de la loge L’Heureuse Alliance, qui n’a pas repris ses travaux après la Révolution) ; Jean-Baptiste Huet, de Paix et Union à Nantes ; Olivier Perrin, Louis Auguste Mareschal, Christian Le Gac De Lansalut, de La Parfaite Union à Quimper ; Jacques Piou, son fils Jacques François Piou, Efflam Le Maout ; Denoual-Duplessy, de La Vertu Triomphante à Saint-Brieuc ; Armand Bon Louis Maudet de Penhouet de La Philanthropie à Vannes. On peut également noter que Alexandre Denoual de la Houssaye, chef du bureau de la justice criminelle au ministère de la Justice, et un des fondateurs de l’Académie Celtique, est le cousin de Denoual-Duplessis et le fils de Jean François Marie Denoual de la Houssaye, membre avant la Révolution de La Parfaite Union à Rennes. Il est possible qu’il soit membre d’une loge de la capitale autre que celle des Commandeurs du Mont Thabor, ainsi que d’autres parisiens de l’Académie Celtique.

104 FM2 65 bis. Les Constitutions seront accordées le 7 juin 1808, et la loge officiellement installée le 6 juillet.

105 Joseph La Vallée, marquis de Bois-Robert, né le 23 août 1747 à Dieppe (Seine-Maritime), † à Londres le 28 février 1816. Aristocrate rallié aux idées révolutionnaires, auteurs de nombreux ouvrages historiques, il fait partie de la première promotion dans la Légion d’honneur.

106 Bertrand Germain Étienne de La Ville, comte de Lacépède, né le 26 décembre 1756 à Agen (Lot-et-Garonne) ; † à Épinay-sur-Seine (Seine-St-Denis) le 6 octobre 1825. Protégé de Buffon, il commence dès 1788 une carrière de naturaliste en publiant une Histoire des Reptiles. Élu député de Paris à l’Assemblée Législative, il en est le premier président. Revenu au Museum, il publie, de 1798 à 1803, L’Histoire des Poissons, puis en 1804, L’Histoire naturelle des Cétacés. Président du Sénat impérial en 1801, Grand Chancelier de la Légion d’honneur en 1803, puis ministre d’État, il a laissé le souvenir d’un homme d’une grande courtoisie et d’une infinie générosité.

107 Marie Charles Joseph de Pougens, né à Paris le 15 août 1755, † Vauxbuin près Soissons (Aisne) le 19 décembre 1833. À 24 ans, il perd la vue à Rome lors d’une épidémie de variole, ce qui ne l’empêche pas de poursuivre ses recherches grammaticales et philologiques, et de continuer à écrire sur les sujets les plus variés. Reçu membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1799.

108 Selon l’Évangile, le Mont Thabor est le lieu de l’Ascension du Christ. Il n’y a jamais eu de temple à cet endroit, contrairement au mont Moriah à Jérusalem, par exemple.

109 Baylot FM2 65, sans date.

110 Idem.

111 FM2 65 bis, Règlement de famille entre la R∴L∴ des Commandeurs du Mont Thabor et le Souv∴ Chap∴ des Dames Éc∴ de la colline du Mont Thabor, dont sont extraites également les citations qui suivent.

112 Voir l’article de Yves Hivert-Messeca sur cette loge dans L’Encyclopédie de la Franc-maçonnerie, Le livre de poche, 2000.

113 FM2 365, 23 juin 1820 : Mangourit démissionne, pour des raisons de santé, de son poste de député de la loge des Commandeurs du Mont Thabor auprès du Grand Orient.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540