Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rennes : les francs-maçons du Grand Orient de France

 | 
Daniel Kerjan

Chapitre 3. Les francs-maçons rennais et la Révolution de 1789 : mythe et réalité

Texte intégral

  • 1 François Furet, Penser la Révolution Française, Bibliothèque des Histoires, Gallimard, Paris, 1978 (...)

« Les hommes qui font l’histoire ne savent pas l’histoire qu’ils font. »
François Furet1.

  • 2 Augustin Cochin, Les Sociétés de Pensée et la Révolution en Bretagne, Librairie ancienne Honoré Ch (...)
  • 3 F. Furet, op. cit., p. 10.
  • 4 Ibidem, p 212-259.

1S’il est une personnalité dont les travaux suscitent toujours la controverse au sein des études maçonniques, c’est bien celle d’Augustin Cochin, historien catholique et monarchiste mort au front à 31 ans le 9 juillet 1916, après avoir été auparavant quatre fois blessé. Après l’École des Chartes, il s’est spécialisé dès 1903 dans l’histoire de la Révolution, en revenant systématiquement aux sources documentaires par des enquêtes minutieuses, qui le conduisent à étudier la campagne électorale précédant les États généraux de 1789, d’abord en Bourgogne, puis en Bretagne. Le seul livre terminé qu’il a laissé, Les Sociétés de pensée et la Révolution en Bretagne de Mai 1788 à Mai 17892, fut édité par son collaborateur Charles Charpentier en 1925. En préalable à des études théoriques sur le jacobinisme, il avait d’autre part élaboré un recueil de documents, les Actes du Gouvernement Révolutionnaire (23 août 1793 – 27 juillet 1794), dont le premier volume, prêt en 1914, fut publié en 1920. Sa mère fit éditer en 1921 et 1924 deux volumes d’essais théoriques liés directement à cette recherche, Les Sociétés de Pensée et la Démocratie, et La Révolution et la Libre Pensée. Peu ou mal comprises alors, ses conclusions ont été par la suite abondamment reprises dans de nombreux livres traitant de la Révolution. On ne s’intéressera qu’au dernier en date, Penser la Révolution Française, de François Furet, qui n’hésite pas à déclarer dans l’Avertissement précédant son ouvrage que « Tocqueville et Cochin sont les seuls à proposer une conceptualisation rigoureuse de la Révolution française3 », avant de consacrer, dans la deuxième partie de son livre intitulée « Trois histoires possibles de la Révolution française », un dernier chapitre de 47 pages à « Augustin Cochin : la théorie du jacobinisme4 ».

2On le voit, il serait un peu court de considérer Cochin comme un simple continuateur de l’abbé Augustin Barruel, qui dans ses Mémoires pour servir à l’Histoire du Jacobinisme publiés à Londres en 1797, voyait dans le déroulement de la Révolution de 1789 la preuve d’une « conspiration » dont la Franc-Maçonnerie aurait été la cheville ouvrière. D’ailleurs Cochin se démarque nettement lui-même de son prédécesseur :

  • 5 A. Cochin, La Révolution et la Libre Pensée, p. XXV, cité par F. Furet, p. 217.

« Le parti révolutionnaire se réduirait à n’être qu’un immense complot où chacun ne penserait qu’à soi en jouant la vertu, et n’agirait que pour soi en acceptant une discipline de fer ? L’intérêt personnel n’a pas tant de constance ni d’abnégation. C’est cependant l’explication qu’en donnent les auteurs d’opinions extrêmes : le père Barruel d’un côté, et de l’autre plusieurs historiens de la maçonnerie5

  • 6 Ibid., p. XXVII, cité par F. Furet, p. 244.
  • 7 F. Furet, op. cit., p. 233.
  • 8 Ibid., p. 214.

3La pensée de Cochin est donc plus complexe que ne le laisse deviner la seule lecture de son ouvrage sur Les Sociétés de Pensée et la Révolution en Bretagne. Il est en effet tout autant sociologue qu’historien, puisqu’il écrit, par exemple : « Ce n’est point la psychologie du jacobin qui sera le dernier mot de l’énigme révolutionnaire : ce sera la sociologie du phénomène démocratique6. » François Furet souligne à raison ce qu’il y a « d’étrangement moderne chez un homme si attaché à la tradition : une sociologie de la traduction et du rôle de l’idéologie démocratique, et une sociologie de la manipulation politique des appareils7 ». Et d’ajouter : « Le sociologue et l’historien qui coexistaient chez Cochin, et qui étaient provisoirement distincts comme des concepts ou des hypothèses par rapport à sa recherche, sont restés séparés par la mort prématurée de l’auteur8

4Cependant l’appréciation positive portée par François Furet sur les travaux de Cochin se fonde essentiellement sur la lecture des deux ouvrages théoriques qu’il cite, Les Sociétés de Pensée et la Démocratie, et La Révolution et la Libre Pensée. Le problème vient de ce qu’il n’a pas évalué, dans « la conceptualisation rigoureuse » dont il crédite Cochin, le lien avec les travaux documentaires préparatoires de ce dernier, qui sont cependant un moment essentiel de sa réflexion. Or il est possible d’en faire, au moins en ce qui concerne la Franc-Maçonnerie dans Les Sociétés de Pensée et la Révolution en Bretagne de Mai 1788 à Mai 1789, une critique radicale, susceptible de changer la vision des choses, même s’il est bien entendu concevable que l’on puisse tirer des conclusions exactes à partir de prémisses fausses.

  • 9 A. Cochin, Les Sociétés de Pensée et la Révolution en Bretagne, T. I, p. 6.
  • 10 Ibid., T. I, p. 16.
  • 11 On trouve une Chambre de lecture à Nantes dès 1759, et à Rennes depuis 1774. Il en existe une à Mo (...)
  • 12 Ibid., T. I, p. 36.

5Dans une première partie de son ouvrage intitulée Histoire analytique du travail des sociétés de pensée dans la Révolution en Bretagne, Cochin indique tout d’abord qu’il considère comme « société de pensée » toute société formée « en dehors de toute préoccupation d’œuvre […], une association fondée sans autre objet que de dégager par des discussions, de fixer par des mots, de répandre par des correspondances l’opinion commune de ses membres9 », définition qui peut effectivement s’appliquer à une loge maçonnique. Il construit alors une théorie de « La Machine » – on dirait aujourd’hui : l’Appareil – destinée à montrer comment « une minorité active et organisée va entraîner à son gré une majorité passive et qui s’ignore10 », par un système structuré où l’on trouve au premier niveau des « Chambres de lecture », au second des « Académies » comme les sociétés d’agriculture ou les sociétés patriotiques, avec leurs correspondances organisées, et, coiffant le tout, ce qu’il appelle « Le Centre », c’est-à-dire en clair les loges maçonniques de la province, en particulier les loges rennaises, lesquelles donneraient le ton aux autres11. Cochin rapproche lui-même cette organisation ternaire du système des trois premiers grades maçonniques : « On ne peut s’empêcher, dans cette progression, de songer aux trois grades de la maçonnerie symbolique : apprenti, compagnon, maître, répondent parfaitement aux trois états du futur patriote. Dans les Sociétés littéraires, la première étape d’entraînement seule est atteinte ; dans les Sociétés patriotiques on se hausse jusqu’à la seconde ; dans la Maçonnerie seulement, on parvient jusqu’à la dernière12

  • 13 Ibid., T. II, p. 24.
  • 14 Ibid., T. II, p. 216.
  • 15 Ibid., T. I, note 3, p. 37.

6La seconde partie de son ouvrage, pourtant basée sur le postulat que « l’esprit révolutionnaire est le fait du groupe, non des individus13 », n’en est cependant pas moins, a contrario, un recensement du « personnel du Centre », détaillant, entre autres, la composition de l’assemblée provinciale à Rennes en août 1788, celle des députations à la Cour de Versailles de janvier et de février 1789, et donnant la liste des députés aux États Généraux et de leurs suppléants, celle des membres du comité des paroisses de Rennes, de la municipalité, des commissaires du cahier et des électeurs aux États généraux de la ville de Rennes. Lorsqu’elle lui est connue, Cochin indique la qualité maçonnique des individus. Ces recensements sont complétés par une liste de 993 patriotes, contenant « les noms de tous les Rennais qui ont fait acte public de patriotisme en signant des arrêtés politiques dans les corps ou paroisses de la ville, entre le 15 Novembre 1788 et le 5 Avril 178914 ». L’ensemble forme un travail de dépouillement d’archives considérable, dont le sérieux et l’exactitude ne sont pas en cause. Les attributions maçonniques sont également correctes, à quelques exceptions près comme lorsqu’il confond Collet de Kermeaux, trésorier de la paroisse Saint-Étienne, avec un homonyme Collet, cuisinier de « La Parfaite Union ». Une dizaine d’autres attributions ne sont pas corroborées aujourd’hui ; elles sont cependant possibles, les archives de la loge « La Parfaite Union » ayant été « libéralement ouvertes15 » à Cochin en 1906 : des documents aujourd’hui disparus ont pu être alors consultés par lui. Il indique d’ailleurs avoir constitué une liste de 279 maçons rennais : comme il est possible actuellement d’en recenser 395, on pourrait tout aussi bien apporter de l’eau à son moulin.

7Mais son propos est entaché d’une erreur de méthode irrémédiable, car pour lui la qualité de franc-maçon est pérenne, et il suffit qu’elle ait été reconnue une fois pour que celui qui en est revêtu obéisse sans discussion aux injonctions et aux manœuvres supposées du « Centre » dans les différentes instances où il se trouve, ou bien dans les mandats dont il est investi. La réalité est toute autre, car Cochin a omis de prendre en compte un paramètre pourtant essentiel pour la fiabilité de sa démonstration, c’est-à-dire l’activité maçonnique réelle des frères au moment considéré. Or la plupart de ceux qu’il cite ne fréquentent plus les loges à l’époque en question. Quant aux francs-maçons actifs, il est non moins aisé de montrer qu’ils sont loin de réagir comme un groupe discipliné.

  • 16 Ibid., T. II, p. 24.

8On prendra pour exemple les cinq frères que l’on retrouve le plus souvent nommés – au moins quatre fois – dans les tableaux fournis par Cochin. Yves Nicolas Gandon*, avocat au Parlement, est syndic de la communauté de Rennes en 1788. Durant l’été, il fait partie de l’assemblée provinciale de Rennes, puis au début de l’année suivante de la députation à la Cour, de la commission intermédiaire du Tiers, du bureau de la correspondance des États généraux, et se trouve aussi sur la liste des patriotes rennais : dans l’optique de Cochin, il fait donc une parfaite figure de « deus ex machina ». Mais il n’a fréquenté la loge « La Parfaite Union », comme affilié, que de 1772 à 1775 : cela fait donc treize années que ses liens avec la franc-maçonnerie sont pour le moins distendus. Un autre avocat, Frot*, a les mêmes références pré-révolutionnaires que Gandon. Mais, reçu ou affilié à « La Parfaite Union » en 1776, premier surveillant en 1777, orateur de l’atelier en 1778, on ne le retrouve dans aucun des tableaux de loge postérieurs à cette date. Jean Baptiste Solier de la Touche*, négociant en toile, présente les mêmes crédits patriotiques que Gandon et Frot. Mais, initié à « La Parfaite Union » en 1773, il en a démissionné l’année suivante. Jean François Denoual de la Houssaye* est pratiquement dans le même cas que Solier de la Touche : reçu à « La Parfaite Union » en 1772, secrétaire puis premier surveillant par intérim en 1774, il quitte également la loge cette année-là. Il demandera sa réintégration, mais à la date du 20 août 1789, c’est-à-dire hors du temps d’étude que s’est fixé Cochin. Quant à Joseph Sevestre de la Mettrie*, commis au greffe des États de Bretagne, qui sera certes l’un des plus fervents révolutionnaires rennais, comme on peut le constater par la suite de sa carrière, s’il est bien un des fondateurs de la loge « L’Égalité » en 1775, il la quitte lui aussi trois ans plus tard. On pourrait multiplier les exemples, mais il faut bien constater que Cochin ne respecte pas la règle de travail qu’il s’est pourtant lui-même fixée : « Les vrais Patriotes n’agissent que sous une raison sociale ; […] Les collectionner un à un, d’après des grades ou qualités sociales qui peuvent n’avoir plus de sens, ou un passé peut-être oublié ou désavoué, serait pire que de les omettre16. » C’est cependant ce qu’il fait, avec constance, d’où des résultats totalement biaisés dont on donnera deux exemples.

9Le premier consiste dans la liste des membres du Corps de ville en 1789 : parmi les quarante et un membres de l’assemblée municipale, seuls sont alors francs-maçons actifs, à la loge « L’Égalité », le maire, Antoine Tréhu de Monthierry* ; le trésorier-miseur de la ville, François Bidard, et René François Drouin, membre de droit de l’assemblée comme procureur du Roi au présidial. Sont d’autre part actifs à « La Parfaite Union » Thomas Rouessart, trésorier des guerres et membre du bureau de la municipalité, et Guy Richelot de la Granière, premier huissier au Parlement de Bretagne, et député du corps des huissiers. Tous les autres francs-maçons indiqués – il y en a deux dont on ne peut retrouver aujourd’hui l’appartenance maçonnique signalée par Cochin, mais il n’a pas soupçonné la qualité de deux autres –, sont comme Gandon ou Frot déjà cités, ou encore comme Isaac Le Chapelier*, député du corps des avocats, qui deviendra une des figures marquantes de la Révolution : ils ont effectivement été un jour ou l’autre initiés, mais ils ne fréquentent plus leur loge depuis bien longtemps déjà. On ne peut pas considérer sérieusement que cinq francs-maçons actifs sur quarante et un officiers municipaux, et qui de plus ne sont pas membres du même atelier – ce qui en l’occurrence n’est pas du tout indifférent vu les tensions permanentes qui n’ont pratiquement pas cessé d’exister au XVIIIe siècle entre les loges rennaises – peuvent valablement constituer un groupe de pression exerçant une influence aussi occulte que décisive que lui prête Cochin.

  • 17 FM2 367, juillet 1786.

10Il se trouve d’autre part que l’on dispose des tableaux d’effectifs des trois loges de Rennes : « La Parfaite Union », « La Parfaite Amitié » et « L’Égalité », pour l’année 1788. Le tableau de « La Parfaite Amitié » est sûrement incomplet car depuis 1786 cette loge a décidé de n’insérer dans son tableau que « le nom des frères présents qui aux époques des nominations d’officiers habitent notre Orient17 », si bien qu’il ne recense que 10 membres – mais compte tenu des difficultés qu’affronte cette loge à l’époque, ils ne devaient pas être beaucoup plus nombreux. Il est donc possible de dresser la liste de 73 francs-maçons actifs à Rennes en 1788-1789, et de la comparer à celle des 993 citoyens de la ville ayant, selon Cochin, donné une preuve publique de patriotisme en signant sur les registres d’émargement lors des deux consultations organisées par la ville suite à la convocation des États généraux par Louis XVI, celle officieuse de novembre 1788, et l’autre officielle de mars 1789. Comme chacun pouvait signer, soit dans son corps ou sa corporation professionnelle, soit dans sa paroisse, on admettra que si les loges maçonniques avaient été le centre d’influence et de décision décrit par Cochin, les noms de la très grande majorité des frères actifs devraient se retrouver dans ces listes. Il n’en est rien, car on ne retrouve que 27 des 73 frères évoqués. De plus, si François de Malezieux, procureur au Parlement et vénérable de « La Parfaite Union », s’est bien manifesté lors de ces deux consultations, il n’en est pas de même de Pierre François de la Motte, avocat et vénérable de « La Parfaite Amitié », non plus que de René François Drouin, vénérable de « L’Égalité », et membre comme on l’a vu de la municipalité. Supposer dans ce cas une démarche concertée des loges, ou de l’ensemble des francs-maçons rennais, comme le fait Cochin, relève donc de l’affabulation pure et simple.

11Enfin, pour illustrer son propos, il fait constamment référence au Héraut de la Nation, le journal publié à Paris par Michel-Ange Mangourit du Champ Daguet*, soit 63 livraisons totalisant 1 008 pages de janvier à juillet 1789, comme l’exemple le plus achevé de l’activité du « Centre ». Si Mangourit est bien l’un des plus anciens francsmaçons rennais, puisqu’il s’est affilié en 1771 à « La Parfaite Union » ; s’il a bien été le fondateur et le premier vénérable de « L’Égalité » en 1775, et s’il est difficile de trouver alors plus enthousiaste pour la franc-maçonnerie, et plus actif que lui – à en juger par toutes les lettres qu’il ne cesse alors d’adresser à Paris pour, déjà, réformer l’Obédience – il a quitté cette loge, pour cause d’interférence entre son office de juge criminel au présidial de Rennes et ses activités maçonniques, entre juin et décembre 1778, alors qu’il venait d’être réélu vénérable. Il n’aura plus dès lors aucun lien avec la franc-maçonnerie locale, et n’aura plus d’activité maçonnique avant d’être nommé par l’Assemblée Constituante consul de France à Charleston (Virginie), où il rentrera en contact avec les frères américains. Il faudra attendre un séjour prolongé à Hanovre en 1803 pour le voir à nouveau fonder une loge dans cette ville, puis reprendre ensuite le chemin des loges parisiennes, au point d’en devenir alors l’une des figures les plus marquantes. Mais en 1789, Mangourit est coupé de toute attache maçonnique : c’est un homme seul. Les livraisons du Héraut de la Nation ayant été par la suite réunies en volumes, il écrit sur son propre exemplaire :

  • 18 D’après la note bibliographique rédigée par le F∴ Lerouge dans J. -M. Quérard, La France Littérair (...)

« Je suis l’auteur, le seul rédacteur du Héraut de la Nation, précurseur de tous les journaux. Il sera utile à l’historien de la Révolution française, qui en recherchera les premiers mouvements dans le duché de Bretagne, ses ordres et leurs intérêts divers qui, depuis 1787, n’ont pas changé. Point d’ordres privilégiés. – Plus de parlements. – La Nation et le Roi. Tel fut le thème du Héraut de la Nation18

  • 19 Le Héraut de la Nation, n° 12, p. 178 : « Pour nous égayer un peu, voici une facétie extraite de la (...)
  • 20 Le Héraut de la Nation, n° 41, p. 641.

12Très opposé à la noblesse, qu’il lui arrive de brocarder de manière caustique19, il fait en effet une confiance absolue au Roi, et préconise des solutions modérées. Dès l’ouverture des États généraux, le titre Le Héraut de la Nation est d’ailleurs suivi par le motto royal « MONT-JOYE SAINT-DENIS », tandis qu’il s’écrie : « Le Roi l’a donc accomplie, cette réunion des Ordres de son Royaume et des sages de ses Provinces ! Le temple du bonheur public est ouvert ; Louis XVI est au milieu de ses enfants20. » Son propos est d’ailleurs plus de rassembler et de faire circuler les textes politiques paraissant alors un peu partout en France – on dirait de nos jours : de constituer une banque de données – que d’exercer un magistère moral : « Au vrai, nous ne composons pas un Journal : nous donnons par détails ce que d’autres donneraient en masse. » On ne saurait trouver contre-exemple plus parfait aux thèses de Cochin.

  • 21 Antoine Dupuy, La Bretagne au XVIIesiècle. L’affaire de la constitution municipale, épisode de l’h (...)

13Il convient cependant se demander si la courte période retenue – une année, de mai 1788 à mai 1789 – n’a pas introduit dans son travail un biais qui disparaîtrait en prenant en compte un intervalle de temps moins restreint. En considérant l’activité maçonnique réelle des francs-maçons rennais qui se sont illustrés pendant la période révolutionnaire, on va voir qu’il n’en est rien. Commençons par la municipalité. Depuis 1781, le maire est Yves Vincent de La Motte Fablet*, nommé à cette date par le gouverneur de la province, le duc d’Aiguillon, dans un contexte politique local tendu puisque les constitutions municipales de la ville ont été suspendues en 1757 par le pouvoir central, pour cause d’incompétence des élus, avant d’être reconstituées en juillet 1780. La Motte Fablet apparaît l’année même de sa nomination sur le tableau de « La Parfaite Union », avec le grade de Rose-Croix, ce qui laisse supposer qu’il n’a pas été initié par l’atelier, mais qu’il s’y est seulement affilié ; il continue à figurer sur le tableau de « La Parfaite Union » jusqu’en 1785, mais pas ultérieurement. Cette nomination, et celle des autres échevins nommés en même temps que lui, est très mal prise au départ : « Nous sommes regardés par une partie de nos concitoyens comme des intrus dans l’administration municipale », écrit en 1782 La Motte Fablet ; « cette manière de voir expose à une critique amère tout ce que nous entreprenons, tout ce que nous exécutons21 ». Lassé de l’ostracisme dont il est l’objet, il donne sa démission, et regagne ainsi l’estime de ses concitoyens, puisqu’il est derechef réélu dans sa fonction de maire.

  • 22 Il s’agit, pour les officiers municipaux, de Mathurin Julien Le Boucher de l’Isle, négociant (L’Ég (...)
  • 23 Duclos, Le Baron, Monnier et Rouessart : Corr. et T. 1789, BN, FM2 368.

14Il la conserve jusqu’en juillet 1788, époque où il est remplacé par un ancien membre de « L’Égalité », à savoir Antoine Tréhu de Monthierry. On a vu précédemment ce qu’il en était de l’influence maçonnique sur la municipalité supposée par Cochin lors de ce premier mandat. Il sera réélu en février 1790 à la tête d’une nouvelle administration municipale mise en place suite au décret voté le 14 décembre 1789 par l’Assemblée Nationale. Cette municipalité est sûrement celle où l’empreinte maçonnique serait la plus évidente, puisque non seulement le maire, mais aussi Yves Nicolas Gandon, déjà évoqué, procureur de la commune et deuxième personnage dans la ville, ainsi que sept des quatorze officiers municipaux, sans parler de six notables sur trente, ont été effectivement reçus francsmaçons22. Mais la majorité d’entre eux ne fréquentent plus les ateliers depuis bien longtemps : seuls quatre des quinze frères que l’on vient d’évoquer participent à ce momentlà aux travaux de « La Parfaite Union23 », ce qui interdit encore de considérer la mairie comme une succursale de la loge. En revanche, le successeur de Tréhu de Monthierry, lors du premier renouvellement de la municipalité en novembre 1790, Joseph François De Talhouet*, est également reçu cette année-là par « La Parfaite Union ». La demande de son certificat d’appartenance maçonnique, datée du 5 mai 1791, est du reste le dernier document conservé de cette première « Parfaite Union » qui, comme la plupart des loges françaises, cesse ses travaux en 1793, pour ne les reprendre qu’en 1797.

15Examinons maintenant le cas des députés aux différentes assemblées révolutionnaires. Entre 1776 et 1778, la loge « La Parfaite Union » a parrainé à Ploërmel une loge de même titre distinctif, dont l’existence éphémère dans ce milieu rural, où elle se heurte à l’animosité virulente du clergé local, n’empêche pas la qualité de son recrutement. Tous les frères de Ploërmel sont en même temps affiliés à « La Parfaite Union » de Rennes, et régulièrement marqués sur les tableaux de la loge entre 1776 et 1780. Parmi eux on trouve les deux députés du Tiers de la Sénéchaussée de Ploërmel aux États généraux : Rodolphe-Claude Perret de Trégadoret*, et Joseph Golven Tuault de la Bouvrie*, respectivement maire et sénéchal de la ville. On peut leur adjoindre un troisième, Charles Guillaume Dusers*, avocat au Parlement de Bretagne. Ce dernier a été initié en 1773 par « La Parfaite Amitié », avant de participer en 1775 à la fondation de la troisième loge de Rennes, « L’Égalité ». Il reste dans cet atelier jusqu’en 1781, époque où il achète une charge de conseiller au présidial de Vannes. Si bien qu’en 1789, c’est comme député de la sénéchaussée de cette ville qu’il se retrouve lui aussi à Versailles. Cela fait donc près de dix ans que ces trois députés n’ont plus fréquenté une loge maçonnique. De tendance modérée, ils ne se firent d’ailleurs pas autrement remarquer aux États généraux, non plus qu’à l’Assemblée constituante, votant constamment avec la majorité réformatrice. Mais une assemblée ne peut pas être constituée que de ténors : on ne s’y entendrait plus. Ils redevinrent tous trois magistrats à la fin de leur mandat. Rien d’exceptionnel donc : Tuault de la Bouvrie, plusieurs fois inquiété et arrêté durant la Terreur, échappa à un sort encore pire du fait de l’estime unanime que lui portaient ses concitoyens. Il finit d’ailleurs dans les honneurs : élu le 4 Vendémiaire an VIII député du Morbihan au Corps législatif par le Sénat conservateur, il y siège jusqu’en 1814, et est ensuite anobli par Louis XVIII. Cependant un mystère entoure la mort de Dusers, en février 1793 : accident, crime ou suicide – quoi qu’il en soit, on le retrouve un beau matin noyé dans le port de Vannes.

16Du point de vue de la notoriété, il n’en va pas de même pour Isaac René Le Chapelier, initié en 1775 à « La Parfaite Union », et l’année suivante orateur de l’Atelier. Impliqué avec Moreau dans les journées pré-révolutionnaires rennaises de janvier 1789, il co-rédige avec Glezen, Lanjuinais et Varin – on reviendra plus loin sur les cas de Moreau et de Varin –, le Mémoire des députés de l’ordre des avocats au Parlement de Bretagne, concernant la malheureuse affaire de Rennes, des 26 et 27 janvier 1789. Ce qui lui vaut d’être ensuite élu député de la sénéchaussée de Rennes aux États généraux, où il est immédiatement le principal animateur du club des députés bretons – structure informelle alors inédite, qui préfigure nos actuels partis. Ce qui n’empêche pas l’efficacité dans l’action. Sûr de ses soutiens, c’est lui qui propose le 13 mai 1789 de sommer les deux ordres privilégiés de se réunir au Tiers. Le 17 juin 1789, lorsque le Tiers se constitue en Assemblée nationale, il fait voter que seule l’Assemblée pourra consentir les impôts, dont la perception reste cependant provisoirement autorisée, et rédige avec Barnave le 20 juin le Serment du Jeu de Paume. Le 13 juillet, après s’être plaint de la concentration des troupes royales sur Paris, c’est encore lui qui demande l’organisation immédiate de la Garde nationale. Élu la veille président de l’Assemblée nationale, c’est toujours lui qui rédige le décret d’abolition des privilèges lors de la nuit du 4 août, et la proposition par laquelle les députés à l’Assemblée nationale sont considérés comme les représentants de la France entière, et non comme les mandataires d’une province. Le club breton deviendra le club des Jacobins. Le Chapelier sera alors plutôt Feuillant, mais son activité législative ne se ralentira pas. Il est en effet, entre autres, à l’origine du décret prononçant l’égalité dans les partages successoraux, et de celui qui établit les jurés, y compris en matière civile. Le 14 juin 1791, il fait également décréter que nulle société, club ou association ne pourra avoir sous aucune forme une existence politique, ni exercer aucune influence ou inspection sur les actes des pouvoirs constitués ou des autorités légales, ni faire de pétitions collectives, ni envoyer de députation.

17C’est ce que l’on a appelé la « Loi Le Chapelier », qui interdisait donc toutes les coalitions ouvrières, et à plus forte raison toutes les associations permanentes d’ouvriers, mais aussi d’employeurs, en complément du décret d’Allarde du 22 avril 1791, lequel abolissait jurandes, maîtrises et corporations – vision simple d’un temps où le politique primait vraiment sur l’économie. Car les hommes de 1789 ne pouvaient concevoir dans le travail que des relations individuelles : soucieux de promouvoir partout la liberté, les législateurs révolutionnaires s’employèrent à détruire ou à empêcher l’émergence de tous les corps intermédiaires qui, dans les relations sociales, ne pouvaient à leurs yeux qu’opprimer l’individu. Et il s’agissait également pour Le Chapelier de protéger l’Assemblée nationale contre toute forme de pression, non seulement la présente Assemblée mais surtout la future, celle que l’on appellera Législative, et qui allait se réunir trois mois plus tard, le 1er octobre 1791. Le monde ouvrier était tout autant visé que les extrémistes patriotes : ce n’est pas parce qu’elle était en quelque sorte issue de l’insurrection du 14 juillet 1789, et de quelques autres ensuite, que l’Assemblée entendait laisser le pouvoir au peuple ou à la rue. Il semble bien d’ailleurs que le problème n’ait jamais été entièrement réglé depuis : de toutes les démocraties représentatives, la France est sans conteste le pays ou le « dialogue social » se décline sous la forme la plus musclée possible. Le fait est que cette loi, reprise plus tard par les articles 291 et 292, 414 et 415 du code Napoléon, allait surtout servir, dans le contexte de ce que l’on a appelé la révolution industrielle, à brider pendant près d’un siècle le mouvement ouvrier, jusqu’à la loi du 21 mars 1884, qui autorisa le syndicalisme professionnel. Autant dire qu’Isaac Le Chapelier n’a jamais eu bonne presse à gauche, et que le président de l’Assemblée lors de la nuit du 4 août, figure emblématique de la Révolution s’il en est, a toujours été occulté par la loi qui porte également son nom. Mais la Révolution dévore ses meilleurs enfants : revenu au barreau de Rennes après la législature, il doit se rendre en Angleterre pour ses affaires. À son retour, c’est la Terreur : suspecté d’émigration, il est arrêté, jugé et exécuté. Si le Grand Orient de France peut donc légitimement compter Le Chapelier parmi ses plus illustres membres, et si son action mérite d’être rappelée, il n’en reste pas moins vrai qu’il n’était plus franc-maçon actif depuis près de quinze années.

18Il ne sera pas le seul à payer ainsi sa conduite ou ses choix politiques avec sa tête pour monnaie. Co-auteur comme on l’a vu avec Le Chapelier du manifeste des avocats rennais, Pierre Vincent Varin de la Brunellière* avait été élu député suppléant aux États généraux. Reçu franc-maçon à « La Parfaite Amitié » en 1776, on le retrouve second surveillant de cet atelier l’année suivante, mais son activité maçonnique s’arrête là. Le décès à Versailles du titulaire Étienne Huard l’envoie à l’Assemblée dès le mois d’octobre 1789. Membre du comité des rapports, c’est lui qui fait décréter d’accusation le cardinal de La Rochefoucauld, comme auteur de libelles diffamatoires. En décembre 1790, il est nommé secrétaire de l’Assemblée, fonction qu’il occupe jusqu’à la fin de cette dernière. On le retrouve ensuite membre du Directoire du département d’Ille-et-Vilaine, où il fait partie des modérés, contre Sevestre et les Jacobins, que nous allons retrouver tout de suite. Girondin, membre du bureau de l’assemblée centrale de résistance à la Montagne qui tente de se réunir en juillet 1793 à Caen, il y est arrêté comme fédéraliste, et traduit devant le tribunal révolutionnaire. Il aura, comme Le Chapelier, la consolation maçonnique d’avoir la tête tranchée par le nouvel instrument conçu par un de leurs frères, le docteur Ignace Joseph Guillotin. Qui plus est, ce dernier, comme orateur de la Chambre des Provinces au Grand Orient de France, avait été auparavant pendant plusieurs années le correspondant des loges rennaises à Paris : on ne sortait pas de la famille.

19Dans le cas de Varin, on en sortait d’autant moins que deux autres frères, tous deux fondateurs en 1775 de la loge « L’Égalité », comme Dusers, étaient directement à l’origine de son sort tragique. Car Charles François Duval de la Bréhonnière* et Joseph Marie Sevestre de la Mettrie, que l’on a déjà évoqués, font indiscutablement partie tous les deux du noyau dur des révolutionnaires. À l’origine, le premier est avocat au Parlement, le second commis au greffe des États de Bretagne. Tous deux sont des partisans immédiats de la Révolution. On a vu que Sevestre est membre de la municipalité de Rennes dès 1790, et préside également en ville la société des Amis de la Constitution, émanation locale du club des Jacobins de Paris. Duval est député d’Ille-et-Vilaine à la Législative et rédacteur du journal Le Républicain, puis du Journal des Hommes Libres, dit « Journal des Tigres », ce qui en indique assez la tonalité. Tous deux sont élus à la Convention, où ils siègent bien sûr à la Montagne, votant de concert la mort de Louis XVI, sans appel au peuple et sans sursis. Tandis que Sevestre est envoyé par deux fois en 1793 comme représentant du peuple en mission pour remettre de l’ordre dans les départements bretons – mission dont Varin, entre autres, fera les frais – Duval est élu la même année secrétaire du club des Jacobins de Paris, puis vice-président et président dudit club. Ils font cependant tous deux partie des Thermidoriens, et Duval est réélu au Conseil des Cinq-Cents le 23 Vendémiaire an IV, comme député du département du Nord. Tandis que Sevestre, qui n’a réussi ni à s’y faire nommer, ni à s’y faire élire, est recasé par le Directoire comme messager d’État, fonction qu’il conserve jusqu’à la fin de l’Empire, auquel il se rallie tout comme Duval. La Restauration exile en Belgique les deux régicides. Duval y meurt en 1829, tandis que Sevestre, rentré en France en 1830, obtient du gouvernement le paiement des arriérés de son traitement de messager d’État, et une pension, ce qui lui permet de se retirer dans son château de Liverdy-en-Brie où il meurt en 1846, à 94 ans.

20Pour être complet, il convient aussi d’évoquer Jean Victor Moreau*, qui à 26 ans joue d’abord comme « prévôt des étudiants en droit » un rôle déterminant durant les journées pré-révolutionnaires des 26 et 27 janvier 1789 à Rennes, au cours de laquelle les étudiants soutiennent le Parlement de Bretagne contre la Cour – il n’y a pas qu’en mai 1968 que des meneurs étudiants ont discuté avec les autorités. En 1790, il fonde et préside à Pontivy la Fédération de la jeunesse bretonne et angevine. Mais il n’a vraiment pas un tempérament de juriste : délaissant le droit, il débute une carrière militaire comme capitaine d’une compagnie d’artillerie de la garde nationale qu’il a lui-même organisée. Élu le 11 septembre 1791 lieutenant-colonel du 1er bataillon de Volontaires de l’Ille-et-Vilaine, il rejoint en 1792 l’armée du Nord, où il sert sous les ordres de Dumouriez, qu’il refuse de suivre contre la République après la défaite de Neerwinden. Général de brigade fin 1793, général de division en avril 1794, il prend part, cette fois sous les ordres de Pichegru, à la campagne qui aboutit, durant l’hiver de 1795, à la conquête de la Belgique et des Pays-Bas. Il remplace Pichegru en décembre 1795 au commandement en chef de l’armée du Nord, puis à celui de l’armée Rhin-et-Moselle en 1796. Meilleur tacticien que stratège, sa spécialité, selon les historiens militaires, est plutôt la retraite réussie que l’offensive brillante. Il n’empêche qu’en 1800, nommé au commandement en chef de l’armée du Rhin par Bonaparte, qu’il a activement secondé lors du 18 Brumaire, il mène une campagne remarquable qui le conduit en juillet jusqu’à Munich, avant de remporter le 3 décembre 1800, sur l’armée autrichienne commandée par l’archiduc Charles, la victoire décisive de Hohenlinden, qui ouvre la voie au traité de Lunéville, et permet de stabiliser le Consulat.

21La suite de sa carrière est beaucoup plus sujette à controverses, et l’on ne sait toujours pas aujourd’hui l’importance respective qu’il convient d’accorder d’une part aux convictions républicaines de Moreau, qui le conduisent à s’opposer à Bonaparte dès 1801, et de l’autre à ses ambitions personnelles. Au courant des tractations de son ancien chef Pichegru avec les royalistes, il se laisse aboucher par lui, au début de 1804, avec Cadoudal. Arrêté en février, il s’obstine maladroitement à nier tout contact, et se voit condamner en juin à deux ans de prison, peine bientôt commuée en exil. Il part pour les États-Unis, où il séjourne huit ans. Il continue à conspirer contre Napoléon, et rentre en Europe en 1813, où il se met au service du tsar Alexandre. Il est alors mortellement blessé par un boulet français, à la bataille de Dresde. Les bonapartistes ne lui pardonnèrent évidemment pas cette trahison, non plus que les républicains qui n’acceptèrent pas une telle fin pour l’un des plus brillants des généraux de l’an II. Personnalité représentative des turbulences de l’époque, Jean Victor Moreau a été reçu franc-maçon à « La Parfaite Union », comme il ressort d’une demande de certificat d’appartenance maçonnique adressée à Paris le 13 octobre 1789, et a, par la suite, poursuivi une activité maçonnique, puisqu’il continue à figurer sur les tableaux de la loge entre 1805 et 1810, durant le temps de son exil, avec le grade de Chevalier d’Orient et la mention de son absence.

22Par ailleurs, c’est pour avoir voulu défendre Moreau lors de l’affaire de Cadoudal qu’un autre membre de « La Parfaite Union », initié en même temps que lui, Roland Gaspard Le Merer*, se fit destituer de son poste de juge au tribunal criminel de Rennes. Or seule la franc-maçonnerie rapprochait les deux hommes, car autant Moreau était fondamentalement républicain, autant Le Merer était monarchiste. Élu député suppléant à l’Assemblée législative en septembre 1791, il n’y siège pas, mais occupe le poste de commissaire du Roi près du tribunal criminel d’Ille-et-Vilaine. C’est au Conseil des Cinq-Cents, où il est élu en septembre 1795, qu’il se fait connaître comme défenseur zélé des principes religieux et monarchiques. Aussi se retrouve-t-il proscrit le 18 fructidor an V, lors du coup d’état de Barras contre la majorité royaliste et modérée des Assemblées. Réfugié en Suisse, puis en Allemagne, il combat par l’écrit le Directoire en rédigeant notamment un Appel à la Nation Française. Rentré en France après le 18 Brumaire, il réintègre son poste de magistrat à Rennes, d’où il sera chassé quatre ans plus tard à cause de son soutien à Moreau. La Restauration, reconnaissante des services rendus à de nombreux accusés royalistes, qu’il avait défendus dans des périodes où il y avait péril à le faire, le nomma en janvier 1815 conseiller à la cour royale : autre exemple de trajectoire individuelle insolite, en un temps où l’insolite était presque la règle. Moreau et Le Merer sont donc bien des francs-maçons actifs au moment de la Révolution, mais la date même de leur initiation – Le Merer n’a été reçu à « La Parfaite Union » que le 13 août 1789 – interdit de penser qu’ils aient pu en tant que tels jouer un rôle actif dans les prolégomènes.

  • 24 Par décret du 3 novembre 1789, l’Assemblée nationale avait suspendu les parlements, et confié l’ex (...)

23Puisque l’on évoque les francs-maçons rennais républicains, il serait injuste de ne pas faire également mention de ceux qui, comme Le Merer, restèrent royalistes durant la période révolutionnaire. En règle générale ils ne sont d’ailleurs pas plus maçonniquement actifs que les premiers. Certains choisirent l’émigration, comme Paul Olivier Le Jumeau de Kercaradec, reçu en 1776 à « La Noble Amitié » à Morlaix, que l’on retrouve affilié à « La Parfaite Union » sur le seul tableau de 1782, et qui meurt en octobre 1799 à Saint-Pétersbourg. Ou encore comme Jacques Marie du Bouëtiez*, conseiller au Parlement de Bretagne en 1779, puis doyen de la Chambre des enquêtes, qui est en 1788 un des douze magistrats députés par le Parlement de Bretagne vers le Roi pour lui présenter les observations des États de la province, et également un de ceux qui se présentent le 9 janvier 1790 devant la Constituante, pour contester la nouvelle organisation judiciaire soumise au vote de l’Assemblée24. Reçu en 1777 à « L’Égalité », qu’il fréquente jusqu’en 1782, ses choix politiques sont ensuite radicalement différents de ceux de ses frères en loge Charles Duval de la Bréhonnière et Joseph Sevestre de la Mettrie, puisqu’émigré en Angleterre, il prend part en 1795 à l’expédition de Quiberon. S’il échappe au massacre, il trouve cependant la mort quelques mois plus tard près de Vannes. Il est bien sûr difficile d’évaluer les engagements politiques durant la période révolutionnaire, mais on peut cependant légitimement considérer comme royalistes ceux qui furent condamnés à mort et exécutés pour ce motif. Passèrent donc également sous le « rasoir républicain » Charles Pierre Bonnissent, procureur au Parlement de Bretagne, reçu en 1783 à « La Parfaite Amitié », qu’il fréquente jusqu’en 1786, guillotiné le 2 messidor an II à Paris (20 juin 1794) ; Gildas Chrestien de Pommorio, avocat, sénéchal d’Hennebont, député aux États de Bretagne, reçu en 1777 à « La Parfaite Union », qu’il fréquente deux années, guillotiné également le 19 messidor an II à Rennes (7 juillet 1794) ; et Charles Jean Elliot de Clinchamp*, avocat au Parlement de Bretagne, condamné à mort par le tribunal criminel d’Ille-et-Vilaine et exécuté le 29 octobre 1792 pour avoir pris part à la conspiration de La Rouerie, et qui, reçu à « La Parfaite Union » en 1783, en était par contre toujours membre actif en 1789.

  • 25 Nicolas Joseph Beaugeard, armateur à Saint-Malo. Né le 20 avril 1755 à Saint-Malo, † à Paris en ja (...)

24À ce propos, on peut noter que le comte Armand Charles Tuffin de la Rouërie, ancien officier dans les Gardes-françaises, renvoyé de ce corps pour des frasques de jeunesse répétées, engagé ensuite dans la guerre d’Indépendance américaine dans la légion de Pulawski, dont il prend le commandement après que ce dernier ait été tué à Savannah, est également franc-maçon, puisqu’il a été reçu en 1775 à la loge de « La Parfaite Union » à l’Orient du régiment de Royal Roussillon Cavalerie alors en garnison à Fougères. Revenu en France, il ne tarde pas à s’opposer à la Révolution, en fomentant dès 1790, en liaison avec les monarchistes exilés, une conspiration qui avorte dans les derniers mois de 1792, mais dont le souvenir restera vivace en pays chouan. S’il échappe à la guillotine, et meurt de maladie au début de 1793, treize autres de ses complices, outre Elliot de Clinchamp, sont condamnés à mort par le tribunal révolutionnaire et exécutés à Paris le 19 juin 1793. Mais le Royal Roussillon Cavalerie a quitté Fougères en 1776, et après cette date l’on ne trouve plus aucune trace d’activité en loge d’Armand de la Rouërie. Pas plus que pour les républicains, ce n’est donc pas une quelconque attache maçonnique qui a réuni les deux royalistes. Dans le même registre, la tentative du baron de Batz de soustraire Louis XVI à la guillotine le 21 janvier 1793 en l’enlevant les armes à la main lors du trajet entre la prison du Temple et l’échafaud n’a pas plus de succès que celle de La Rouërie, car les précautions militaires extraordinaires prises par la Convention font échouer le complot. Mais Nicolas Beaugeard, fils de l’ancien trésorier des États de Bretagne, et cheville ouvrière de l’affaire, a été bien près de réussir. Laissé pour mort lors de l’attaque de l’escorte du roi, il survit en détention à ses blessures. Plutôt que d’ébruiter l’incident par un procès, on préfère le faire passer pour fou avant de le relâcher et de lui ordonner de quitter Paris25. Comme Elliot de Clinchamp, il s’agit également d’un franc-maçon actif, puisque reçu à « La Triple Essence » à Saint-Malo en 1774, il est depuis 1782 affilié à « Saint Jean d’Écosse du Contrat Social » à Paris.

  • 26 Éclaircissements sur la demande de MM. les députés de Saint Domingue par le Ctede La Luzerne, minis (...)
  • 27 Rapport fait au nom de la Section du Comité d’Agriculture et du Commerce, chargée par l’Assemblée N (...)
  • 28 Réponse des députés des manufactures et du commerce de France aux motions de MM. De Cocherel et de (...)
  • 29 15 octobre 1789 : dernière séance n° 101 à Versailles ; 19 octobre 1789 : séance n° 102 à l’Archev (...)
  • 30 Elisabeth Escale et Muriel Gouyon-Guillaume, Francs-Maçons des loges françaises « aux Amériques », (...)

25On a signalé plus haut que Pierre Varin de la Brunellière avait remplacé à l’Assemblée Nationale Étienne Huard, un armateur député par le bailliage de Saint-Malo. Ce dernier, qui représentait la Bretagne au Comité de l’Agriculture et du Commerce de l’Assemblée, avec d’autres négociants et armateurs députés par les ports de Nantes et de Bordeaux, également partie prenante dans le commerce triangulaire incluant la traite de Noirs, était entré en conflit avec les représentants de Saint-Domingue, alors la plus riche et la plus prospère des colonies du royaume. Le monopole du pavillon impose en effet aux planteurs de l’île de ne commercer qu’avec la France, tant pour les importations que pour les exportations, et leur interdit l’accès au marché des États-Unis qui vient d’émerger. Aussi le 30 juillet 1789 demandent-ils au ministre de la Marine l’autorisation d’introduire « pendant deux ans, des farines par l’Étranger dans tous les ports de l’Amirauté, attendu la disette des blés dans l’intérieur du Royaume, et la défense d’en porter dans les Colonies », en appuyant leur requête d’une description catastrophique de l’état de l’île26. Demande rejetée par le ministre, qui rappelle la doctrine officielle : « L’introduction des farines et du porc salé a été réservée au Commerce national, et fait partie du privilège exclusif dont il jouit ; il a seul, d’ailleurs, le droit de vendre aux colons toutes les marchandises dont l’importation n’est pas expressément permise à l’Étranger. Et quant à l’exportation (si on excepte les sirops et les tafias), toutes les productions coloniales doivent lui être livrées, et réservées dans les ports de la Métropole », et déclare en conséquence que « l’admission des navires étrangers dans dix des ports de Saint-Domingue, en favorisant la contrebande, porterait un préjudice considérable au droit dont jouit depuis longtemps le Commerce national ». L’affaire est renvoyée à une Section du Comité d’Agriculture et du Commerce où Huard représente les négociants des ports français, et le comte de Reynaud les planteurs de Saint-Domingue. Le rapporteur résume alors les arguments des deux parties. D’une part, « Les députés de Saint-Domingue offrent à la Nation assemblée le tableau de 400 000 individus livrés aux horreurs d’une famine continuelle, entretenus soigneusement par les marchands des ports de mer et les marchands de farine, pour faire mourir de faim 10 à 12 000 nègres par an, pour ôter aux colons leurs forces exploitantes, pour tenir, par le plus criminel des monopoles, dans l’oppression et la misère, la plus belle de nos colonies27. » Mais il n’a, d’autre part, aucun mal à montrer, statistiques à l’appui, que les réclamations faites par les colons sur les insuffisances dans l’approvisionnement de l’île sont inexactes. Et les députés « des manufactures et du commerce de France » écrivent quant à eux crûment que « L’honneur des marchands français, si cruellement offensé, ne peut admettre aucun ménagement. Nous dirons en leur nom, à l’Assemblée Nationale, que le tableau qui leur a été présenté par MM. les députés de Saint-Domingue est faux28. » Après une telle déclaration, il ne reste plus aux protagonistes qu’à se retrouver sur le pré, et le 17 octobre 1789, Étienne Huard meurt à Versailles, à 37 ans, des suites des blessures reçues lors de son duel avec le comte de Raynaud. L’incident passe d’ailleurs relativement inaperçu car l’Assemblée est au même moment en train de basculer de Versailles à Paris29. Mais il se trouve que de Raynaud comme Huard sont tous deux francs-maçons, et francs-maçons actifs. Le premier est membre de la loge « La Vérité », au Cap-Français, sur le tableau de laquelle il figure pour l’année 178830, et le second le vénérable en exercice de « La Triple Essence », à Saint-Malo. La commune appartenance maçonnique n’a pas pesé lourd face au conflit des intérêts.

  • 31 A. Cochin, op. cit., T. I, p. 37, notes 1 et 2.

26Ces quelques exemples amènent à se demander comment Cochin a pu faire un tel contresens. En fait, il appuie essentiellement sa conviction sur deux textes31. Le premier est le discours prononcé en loge le 23 juillet 1789 par Joseph Corbin de Pontbriand, procureur au Parlement, et vénérable trois ans plus tôt de « La Parfaite Union », dont l’enthousiasme sincère et la rhétorique convenue, voire naïve, deviennent pour lui l’aveu du « complot maçonnique » ayant abouti quelques jours plus tôt aux événements que l’on sait. Afin de pouvoir en juger, on le cite ici in extenso, sans le tronquer comme il l’a fait :

  • 32 FM2 369, 23 juillet 1789.

« Le triomphe de la liberté et du patriotisme est le triomphe le plus complet du véritable maçon. C’est de nos temples et de ceux élevés à la saine philosophie que sont parties les premières étincelles du feu sacré qui, s’étendant rapidement de l’orient à l’occident, du midi au septentrion de la France, a embrasé le cœur de tous ses citoyens. La magique révolution qui sous nos yeux s’opère en si peu de jours doit être célébrée par les disciples fidèles du véritable Maître avec un saint enthousiasme dont les profanes ne peuvent partager les douceurs. Les cantiques que les vrais enfants de la veuve chantent maintenant sur la montagne sacrée, à l’ombre de l’acacia, retentissent au fond de nos cœurs, et les mains levées vers le Grand Architecte de l’Univers nous devons tous conjurer de porter à l’auteur de tout bien l’hommage de notre vive gratitude.
Les principes d’égalité, de justice et d’humanité que, sous le sceptre de fer d’un prince bourreau de ses sujets les plus fidèles, et sous le gouvernement tyrannique de la féodalité, les martyrs de notre ordre respectable développaient avec tant d’énergie avec nos pères dans l’art royal, le père des Français, le Roi de vingt-cinq millions d’hommes libres, Louis XVI enfin, vient de les consacrer à jamais sous son empire.
Aucun de nous n’ignore que notre respectable Grand Maître le Duc d’Orléans a concouru plus que personne à l’heureuse révolution qui vient de s’opérer. Empressons nous d’entrer dans ses vues, signalons notre joie et ne craignons point de la faire éclater par des actes de bienfaisance aux yeux de tous nos concitoyens.
Qu’il est beau le jour où un roi citoyen vient annoncer qu’il veut commander à un peuple libre, et former de son superbe empire une vaste Loge dans laquelle tous les bons Français vont désormais être frères ! Qu’il soit gravé dans nos fastes, en caractères brûlants d’amour, cet événement aussi glorieux pour les Français que pour leur Roi, dont les annales du monde ne présentent aucun autre exemple.
Que les soldats citoyens qui par leur dévouement à la chose publique et leur noble marche sous les drapeaux de la liberté ont sauvé la patrie, reçoivent les hommages de notre admiration et de notre profonde reconnaissance.
Dans les transports de joie qui nous animent, faisons retentir les voûtes du temple de la charité, de l’égalité et de la liberté, de nos cris éclatants et répétés de Vive la nation, vive le Roi, vive le Grand Maître des maçons français, leur ange tutélaire et celui de tous les vrais citoyens32

  • 33 FM2 367, décembre 1786, note de synthèse sur le dossier transmis au Grand Orient à Paris.

27Pour éclairer ce texte, il suffit de le rapprocher de la lettre circulaire imprimée, commune à « La Parfaite Union » et « La Parfaite Amitié », envoyée quatre jours plus tard à tous les frères de l’Orient de Rennes. Depuis la fondation de « La Parfaite Amitié » en 1772, le moins que l’on puisse dire, c’est que le plus souvent l’entente entre les deux ateliers était loin d’être « parfaite ». De nombreux différents les avaient opposés, et le dernier contentieux – une entorse au traité conclu entre les deux loges, « La Parfaite Union » ayant « admis deux membres de La Parfaite Amitié dont l’un est taxé d’être reliquataire envers celle-ci33 » – datait de 1785. Une plainte en bonne et due forme avait été envoyée au Grand Orient à Paris, qui s’était bien gardé d’intervenir, si bien que 4 ans plus tard, le 24 avril 1789, « La Parfaite Amitié » menaçait le Grand Orient de rendre public le différend :

  • 34 FM2 367, 24 avril 1789.

« Si, sous la Saint Jean d’été prochaine, le Grand Orient n’a pas statué sur notre juste réclamation, il sera tracé une esquisse soutenant le détail de la conduite de la R∴L∴ de La Parfaite Union envers notre R∴L∴, et des efforts inutiles de celle-ci auprès du Grand Orient pour en obtenir satisfaction, et que cette esquisse sera envoyée à toutes les loges de notre correspondance, lesquelles seront invitées à nous indiquer les moyens d’obtenir la justice qui nous est refusée34

28On voit l’ambiance, et combien le « Centre » décrit par Cochin est purement virtuel. Quoi qu’il en soit, dans l’euphorie de cette fin juillet 1789, les frères des deux ateliers décident de passer l’éponge, créant pour l’occasion une éphémère loge unique, « L’Union », ou « Union-Amitié » :

  • 35 FM2 369, 27 juillet 1789.

« À l’heureuse époque de la régénération de la France, lorsque tous les bons citoyens expriment leur joie de voir s’établir un nouvel ordre des choses, français, citoyens et maçons, pourrions-nous concentrer la nôtre ? Non sans doute : et elle doit éclater avec d’autant plus d’énergie que la source d’où elle découle est plus pure. Mais sous quelle forme se montrera-t-elle ? Nos principes ne nous laissent pas même le mérite du choix. Que le vulgaire signale son allégresse par des fêtes brillantes ; qu’il s’étourdisse ainsi sur les gémissements des malheureux, sans songer à en tarir la source : laissons-lui ces ébats. Pratiquons-les mêmes jusqu’à un certain point, pour ne pas choquer sa faiblesse par la sévérité de nos maximes. Mais rendons à nous-mêmes, donnons à notre foi la seule expression qui lui convienne. Maçons, faisons du bien. Si l’accomplissement de nos vœux ouvre nos cœurs à l’idée de bonheur, et si l’infortune nous afflige, faisons encore du bien pour émousser la pointe de la douleur.
C’est dans ces sentiments que les deux loges réunies ont arrêté d’ouvrir une souscription dont le produit sera destiné à faire un acte de bienfaisance, qui sera déterminé par tous les souscripteurs sur la vue des sommes que la souscription produira. Elle sera ouverte depuis le 28 juillet, jusqu’au 10 Août, chez le F∴ Troyiard, marchand, place du Champ Jacquet. Tous les souscripteurs voudront bien se réunir le onze août à quatre heures de l’après-midi à la Loge de L’Union près le pont St Martin pour déterminer, comme on l’a dit, quel sera l’acte de bienfaisance qu’on pourra faire, et pour fixer ensemble le jour d’un banquet maçonnique35

29On est donc très loin d’un quelconque activisme politique. Si il fallait une confirmation, on la trouverait dans cette correspondance du 14 novembre 1789, dans ce courrier adressé par « La Parfaite Amitié » au Grand Orient de France :

  • 36 Cité par René Sillon, La Franc-Maçonnerie dans l’Ouest de la France, 1737-1830. Sa composition, so (...)

« Beaucoup de frères ne fréquentent pas, le Parlement de Rennes étant en vacances. Plusieurs frères y appartiennent comme procureurs, conseillers, avocats ou greffiers. L’Atelier est alors fermé, la cause en est les embarras pénibles, continuels, et inséparables des affaires du temps auxquelles chaque individu se doit tout entier pour contribuer à la révolution qui s’achemine ou s’avance. Ces événements n’ont permis à nos ouvriers de se rassembler qu’une seule fois, et c’était moins pour travailler que pour prendre haleine et se récréer36

30La bonne entente entre les deux loges ne dure d’ailleurs pas, et dès le début de l’année suivante « La Parfaite Amitié » réitère au Grand Orient ses griefs contre « La Parfaite Union » :

  • 37 FM2 367, 14 janvier 1790.

« Nos ouvriers ne sont pas satisfaits, en sorte que ce compliment de félicitation sur notre prétendue réunion, dont votre planche du 26 octobre contenait les expressions, ne pouvait équivaloir à un jugement longtemps sollicité, longtemps dénié et dont finalement il a bien fallu se désister37

  • 38 A. Cochin, Les Sociétés de Pensée et la Révolution en Bretagne, T. I, p. 37.

31D’autre part, les thèses de l’abbé Barruel sur les origines de la Révolution n’ont pas trouvé que des adversaires chez les francs-maçons eux-mêmes. Si l’on ne se soucie pas d’exactitude historique, elles seraient en effet plutôt flatteuses pour l’Ordre, et son influence supposée sur les grands événements ou les hommes. Aussi est-ce dans un discours très postérieur, tenu près de cent ans plus tard, en 1883, lors d’une réunion de deux loges nantaises, imprimé six ans après, et où l’orateur en rajoute encore sur le sujet par rapport au célèbre abbé – bien entendu sans la moindre justification – que Cochin va chercher la seconde « preuve » que la Franc-Maçonnerie revendique et reconnaît « après coup » sa responsabilité dans le mouvement révolutionnaire, comme le texte précédent est supposé le faire « sur le coup38 ». Qu’on en juge :

  • 39 Du rôle de la Franc-Maçonnerie au XVIIIe siècle et de celui qu’elle doit tenir dans la société mode (...)

« Ce fut de 1772 à 1789 que la Franc-Maçonnerie élabora la grande Révolution qui devait changer la face du monde ; c’est alors que les francs-maçons vulgarisèrent les idées qu’ils avaient puisées dans leurs loges. Ils apportèrent dans la vie politique cet héroïsme farouche et concentré, ce mépris stoïque de la mort, cette foi aveugle dans leurs principes qui renversent tous les obstacles et entraînent les masses populaires. La Révolution était donc faite dans les loges avant d’être faite politiquement, d’être un fait accompli. Les hommes étaient formés, les réformes, les lois, les principes étaient discutés et prêts, il ne restait plus que l’occasion pour marcher. Aussi faut-il être aveugle ou stupide pour s’étonner de la soudaineté de la Révolution, ou pour l’attribuer au bon plaisir ou à l’incapacité d’un roi ou d’une reine, à des événements fortuits ou puérils, à la plus ou moins grande fidélité des généraux ou des troupes39

32On reste stupéfait que Cochin ait pu prendre pour argent comptant une telle planche d’atelier, sans tenir compte du fait que les années 1885-1890 sont précisément celles qui voient les francs-maçons du Grand Orient de France, jusque-là fondamentalement légitimistes sous tous les régimes successifs depuis le Consulat, basculer nettement du côté républicain et commencer en corollaire à développer une laïcité de combat, d’où la revendication et l’appel aux grands ancêtres de 1789.

  • 40 F. Furet, op. cit., p. 239.
  • 41 A. Cochin, Les Sociétés de Pensée…, T. I, p. 37.
  • 42 Augustin Cochin n’avait aucun souci matériel, et s’est entièrement consacré à ses recherches histo (...)
  • 43 F. Furet, op. cit., p. 246.

33« Si la Maçonnerie est si importante dans le monde historique et conceptuel d’Augustin Cochin », dit François Furet, « c’est parce qu’elle incarne de façon exemplaire la chimie du nouveau pouvoir, transformant du social en politique, et de l’opinion en action40 ». Mais la question est bien celle de « l’exemplarité » des frères et des loges dans un tel domaine, et Cochin lui-même semble bien avoir perçu les limites de sa méthode : « Il va sans dire que nous ne savons à peu près rien de ce troisième ordre de Société. Mais est-il bien utile d’en rien savoir, de donner les noms des correspondants, le nombre et la qualité des associés, l’opinion exacte qui prévalait à un moment donné dans les loges41 ? » L’étude contradictoire qui vient d’être menée prouve sans équivoque le contraire. Grand bourgeois catholique et monarchiste du début du siècle, il n’a fait en définitive que formaliser les préjugés historiques de sa classe et de son époque42. On peut suivre François Furet lorsqu’il insiste sur le fait que Cochin est le seul a avoir posé « un des problèmes-clés du XVIIIe siècle et de la Révolution : comment les Français de cette époque ont réinventé le social sous le nom de “peuple” ou de “nation”, et comment ils en ont fait le nouveau dieu d’une communauté fictive43 », mais on ne peut pas créditer Cochin d’en avoir donné la solution. Le système interprétatif qu’il propose ne résiste pas à l’analyse des faits qui sont supposés le fonder.

34Car il s’est appuyé sur des textes sans les replacer dans leur contexte événementiel. Il n’a pas pris en compte le fait qu’au XVIIIe siècle on était reçu franc-maçon par effet de mode, d’entraînement ou de rencontre, beaucoup plus que par conviction, comme en témoigne le faible temps d’activité maçonnique consigné pour la plupart des frères cités dans cette étude. Il a enfin totalement méconnu dans sa démarche la part de liberté individuelle revendiquée, hier comme aujourd’hui, par tout franc-maçon vis-à-vis de la Franc-Maçonnerie elle-même. On peut donc conclure que de la construction imaginée par Cochin, à partir de l’exemple breton, sur l’influence supposée de l’Ordre maçonnique dans la genèse de la Révolution, rien ne reste debout.

Notes

1 François Furet, Penser la Révolution Française, Bibliothèque des Histoires, Gallimard, Paris, 1978, p. 220.

2 Augustin Cochin, Les Sociétés de Pensée et la Révolution en Bretagne, Librairie ancienne Honoré Champion, 1925

3 F. Furet, op. cit., p. 10.

4 Ibidem, p 212-259.

5 A. Cochin, La Révolution et la Libre Pensée, p. XXV, cité par F. Furet, p. 217.

6 Ibid., p. XXVII, cité par F. Furet, p. 244.

7 F. Furet, op. cit., p. 233.

8 Ibid., p. 214.

9 A. Cochin, Les Sociétés de Pensée et la Révolution en Bretagne, T. I, p. 6.

10 Ibid., T. I, p. 16.

11 On trouve une Chambre de lecture à Nantes dès 1759, et à Rennes depuis 1774. Il en existe une à Morlaix en 1778 ; à Quimper, Saint-Malo et Dinan en 1781 ; à Landerneau et Lesneven en 1784, et à Saint-Brieuc en 1787. L’année 1789 voit le nombre de ces chambres de lecture se multiplier dans les grandes villes, tandis qu’elles s’implantent à Lorient, Saint-Pol de Léon, etc. La Société d’agriculture siège à Rennes dès 1769, tout comme la Société patriotique, présidée par le comte de Sérent. On compte d’autre part à l’époque une trentaine de loges maçonniques en Bretagne, plus ou moins actives.

12 Ibid., T. I, p. 36.

13 Ibid., T. II, p. 24.

14 Ibid., T. II, p. 216.

15 Ibid., T. I, note 3, p. 37.

16 Ibid., T. II, p. 24.

17 FM2 367, juillet 1786.

18 D’après la note bibliographique rédigée par le F∴ Lerouge dans J. -M. Quérard, La France Littéraire, Firmin Didot, Paris, 1833. Le F∴ Lerouge avait hérité des papiers de Mangourit à la mort de ce dernier.

19 Le Héraut de la Nation, n° 12, p. 178 : « Pour nous égayer un peu, voici une facétie extraite de la Bible, en latin et en français, sous le titre de Supplément aux Prières du matin et du soir : Nobilitas ! Cara Nobilitas !/Revertere ad patrem nostrum Adam (etc.)/Noblesse, Chère Noblesse !/Retournez à notre père Adam (etc.). »

20 Le Héraut de la Nation, n° 41, p. 641.

21 Antoine Dupuy, La Bretagne au XVIIesiècle. L’affaire de la constitution municipale, épisode de l’histoire de la ville de Rennes (1757-1782), Annales de Bretagne, n° 1, 1886, p. 70.

22 Il s’agit, pour les officiers municipaux, de Mathurin Julien Le Boucher de l’Isle, négociant (L’Égalité) ; Jean-Gilles Duclos, notaire du roi (La Parfaite Union) ; Jean Louis Le Baron de l’Étang, avocat (La Parfaite Union) ; Joseph Bonaventure Bouaissier de Bernouis, avocat (La Parfaite Amitié) ; Mathurin Monnier de la Brunetière, ancien procureur au Parlement de Bretagne (La Parfaite Union) ; Joseph Marie Sevestre de la Mettrie, ancien commis au greffe des États de Bretagne (L’Égalité) ; Thomas Rouessart, trésorier des guerres (La Parfaite Union). Et pour les notables, de François Joseph et de Jean-Baptiste Du Lattay, l’aîné et le jeune, tous deux médecins (La Parfaite Union) ; Thomas de la Quinveraye, maître ès comptes (L’Égalité) ; De la Motte Fablet, maire sortant (La Parfaite Union) ; Solier de la Touche, négociant en toiles (La Parfaite Union) ; Nicolas Borie, ancien sénéchal de Rennes (L’Égalité).

23 Duclos, Le Baron, Monnier et Rouessart : Corr. et T. 1789, BN, FM2 368.

24 Par décret du 3 novembre 1789, l’Assemblée nationale avait suspendu les parlements, et confié l’exécution des affaires à des chambres de vacations. Le Parlement de Bretagne refusa de s’exécuter. Les conseillers reçus par l’Assemblée obtinrent la création d’une Cour supérieure provisoire qui siégea de février à octobre 1790.

25 Nicolas Joseph Beaugeard, armateur à Saint-Malo. Né le 20 avril 1755 à Saint-Malo, † à Paris en janvier 1818. Fils de Pierre Marin Beaugeard, trésorier des États de Bretagne, il arme en 1778 le plus gros navire construit à Saint-Malo, le Fitz-James (1 500 tonneaux, 40 canons), et achète deux ans plus tard pour 200 000 livres la charge anoblissante de secrétaire des commandements de la Reine et de la Dauphine. Rentré d’exil, il sera nommé capitaine dans l’armée royale de Bretagne durant les Cent-Jours, puis secrétaire des commandements de la duchesse d’Angoulême à la seconde Restauration. Cf. DeBellevue, Un héros malouin, Nicolas Beaugeard, épisode de la Révolution, Rennes, Imp. Simon, 1904.

26 Éclaircissements sur la demande de MM. les députés de Saint Domingue par le Ctede La Luzerne, ministre de la Marine, AN AD VII 24.

27 Rapport fait au nom de la Section du Comité d’Agriculture et du Commerce, chargée par l’Assemblée Nationale de l’examen de la réclamation des députés de Saint-Domingue, relative à l’approvisionnement de l’Isle, par M. Gillet de la Jacqueminière, AN AD VII 24.

28 Réponse des députés des manufactures et du commerce de France aux motions de MM. De Cocherel et de Raynaud, députés de l’Isle de Saint-Domingue à l’Assemblée Nationale, AN AD VII 24.

29 15 octobre 1789 : dernière séance n° 101 à Versailles ; 19 octobre 1789 : séance n° 102 à l’Archevêché de Paris.

30 Elisabeth Escale et Muriel Gouyon-Guillaume, Francs-Maçons des loges françaises « aux Amériques », Paris, 1993.

31 A. Cochin, op. cit., T. I, p. 37, notes 1 et 2.

32 FM2 369, 23 juillet 1789.

33 FM2 367, décembre 1786, note de synthèse sur le dossier transmis au Grand Orient à Paris.

34 FM2 367, 24 avril 1789.

35 FM2 369, 27 juillet 1789.

36 Cité par René Sillon, La Franc-Maçonnerie dans l’Ouest de la France, 1737-1830. Sa composition, son activité. Bretagne-Maine-Anjou, thèse non publiée. L’original de ce document n’a pu être retrouvé dans les archives de La Parfaite Amitié à la Bibliothèque Nationale.

37 FM2 367, 14 janvier 1790.

38 A. Cochin, Les Sociétés de Pensée et la Révolution en Bretagne, T. I, p. 37.

39 Du rôle de la Franc-Maçonnerie au XVIIIe siècle et de celui qu’elle doit tenir dans la société moderne et dans l’avenir, rapport du F∴ Brunellière à la tenue commune des loges Paix et Union et Libre Conscience à Nantes le 23 avril 1883 : Imprimerie Peault, Roncot et Cie, Nantes, 1889, in A. Cochin, ibid., note 2, T. I, p. 37.

40 F. Furet, op. cit., p. 239.

41 A. Cochin, Les Sociétés de Pensée…, T. I, p. 37.

42 Augustin Cochin n’avait aucun souci matériel, et s’est entièrement consacré à ses recherches historiques.

43 F. Furet, op. cit., p. 246.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540