Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rennes : les francs-maçons du Grand Orient de France

 | 
Daniel Kerjan

Chapitre 1. Les débuts occultés

1748-1771

Texte intégral

  • 1 Article 41 du Règlement Général du G∴O∴D∴F∴.

1Le processus de création d’une loge maçonnique se déroule en trois phases. Dans un premier temps, un certain nombre de francs-maçons se réunissent dans leur ville de résidence – leur « orient », que l’on écrit par tradition avec un « O » majuscule – et décident de constituer un atelier autonome. Ils peuvent tout aussi bien être les premiers à faire cette démarche dans la localité en question, et il s’agit alors véritablement d’une « création », mais également être déjà membres d’une loge existante : on parle alors d’« essaimage ». Dans tous les cas, ils doivent impérativement être au moins sept, afin de remplir les principaux postes d’officiers, selon l’adage : « Trois la dirigent » – le vénérable et les deux surveillants – « Cinq l’éclairent » – s’ajoutent aux trois précédents l’orateur et le secrétaire – « Sept la rendent juste et parfaite » – il faut en plus un trésorier et un « hospitalier », ce dernier étant « chargé de la circulation du tronc de la solidarité maçonnique, de l’encaissement et de la garde des deniers recueillis à cette fin, et de la remise de tout secours alloué par la Loge1 ». À leur première réunion, ils commencent par élire ce que l’on peut appeler un « bureau provisoire », où les offices en question sont attribués au scrutin secret. Le premier acte du nouvel atelier est alors de déterminer son « titre distinctif », ce qui ne va généralement pas sans quelques discussions, chacun pouvant avoir à ce sujet une idée originale ou plus traditionnelle, mais en tout cas bien arrêtée. S’enclenche alors l’étape de la reconnaissance officielle par l’Obédience, à partir d’un dossier préalable à l’octroi par cette dernière de « Constitutions ». La date à laquelle se déroulent ces opérations préliminaires peut être considérée comme la date de « fondation » de la loge. L’Obédience diligente alors des commissaires qui viennent vérifier sur place la sincérité des documents fournis. Sur leur avis favorable, elle décide d’accorder une patente accréditant la nouvelle loge : la date de cette patente est la date de « constitution » de l’atelier. Comme il s’agit du premier document reconnaissant son existence, c’est cette date qui est toujours retenue par la suite dans la chronologie officielle de la loge. Enfin le nouvel atelier est solennellement installé, au cours d’une tenue extraordinaire réunissant les commissaires députés à cet effet par l’Obédience, et les représentants des loges voisines et amies. D’où une troisième date, la date d’« installation ».

2Mais un tel dispositif, dans le cas du Grand Orient de France, ne se met véritablement en place qu’à partir de 1775 : il est par exemple suivi à la lettre pour la troisième des loges rennaises sous l’Ancien régime, « L’Égalité ». Pour les deux loges préexistantes, il en a été tout autrement. En 1771, « La Parfaite Amitié » a été reconnue et installée par une loge de Nantes, « Les Cœurs Unis ». Comme « La Parfaite Union », elle demande et obtient l’année suivante des Constitutions de la nouvelle « Grande Loge » préfigurant le « Grand Orient de France » qui va très bientôt lui succéder. Mais elle a commencé à travailler, et en particulier à initier des profanes, avant cette date. Quant à « La Parfaite Union », son cas est encore différent : elle revendique en effet 1748 comme année de sa fondation, et a déjà été reconnue par la précédente « Grande Loge », sous la grande maîtrise du duc de Clermont, qui lui a accordé des Constitutions en date du 24 juin 1758, soit dix ans plus tard. Ce qui n’a rien d’étonnant, car la nécessité d’une autorité centrale a été longue à s’imposer dans le paysage maçonnique français, et dans un premier temps une loge de province comme « La Parfaite Union », soucieuse avant tout de son indépendance, comme la plupart de ses consœurs, ne voyait pas l’utilité d’une reconnaissance officielle. D’où une controverse sur l’ancienneté effective de l’atelier : quelle date doit-on retenir : 1748 ou 1758 ? La date de sa fondation, ou la date de ses premières Constitutions ?

  • 2 Sur tous les documents imprimés reçus du Grand Orient de France par La Parfaite Union au XVIIIe si (...)

3Les deux propositions sont également valables, même si elles apparaissent contradictoires ou décalées. Constamment, et ce depuis le XVIIIe siècle, la loge a affirmé 1748 comme date de sa fondation2. La loge n’a jamais non plus discuté le fait que ses premières Constitutions datent de 1758. Un premier point mérite d’être immédiatement éclairci : existe-il une trace de l’existence de l’atelier avant 1758 ? La réponse est affirmative : sur le premier « tableau » des membres de la loge, fourni au Grand Orient en 1774, Paul Le Grand, greffier en chef à la Chambre civile du présidial de Rennes, et premier surveillant, est qualifié de « membre né », c’est-à-dire initié, en 1755 ; tandis que le vénérable Julien Hervagault, conseiller au même Présidial, a été lui aussi « agrégé » – affilié si l’on préfère – cette même année. Ce sont les deux plus anciens membres de l’atelier, et il n’y a aucune raison de ne pas leur faire confiance à propos d’une date de fondation antérieure de seulement sept années à leur entrée en loge. Reportons-nous maintenant au document à l’origine de la controverse, à savoir la quatrième pièce du dossier fourni en 1774 au Grand Orient de France, pour obtenir le renouvellement de la patente délivrée deux ans plus tôt. Il s’agit d’un extrait du « Livre d’Architecture » de l’atelier – c’est-à-dire de ses comptes rendus de séances – en date du 11 février 1774 : les deux frères anciens indiqués plus haut sont présents. Il se trouve que se mélangent dans ce texte à la fois un changement de dénomination et une divergence sur la datation :

  • 3 Le comput maçonnique rajoute 4 000 années à l’année en cours, renvoyant ainsi l’origine de la Fran (...)
  • 4 FM2 368, 21 octobre 1774.

« Le Vénérable a fait lecture de la rénovation des constitutions de la R∴L∴ de La Parfaite Union à l’Orient de Rennes, d’après laquelle il a été unanimement arrêté que la R∴L∴ portant ci devant le titre de La Parfaite Union, sous les constitutions régulières du 24 juin 57483 (surchargé : 5758) prendra à l’avenir le titre de La Nouvelle Union, en conséquence de la rénovation des dites constitutions, au désir des statuts et règlements de la Très Respectable Grande Loge de France expédiés le 9e jour d’octobre 5772, et notamment au désir des dits règlements auxquels la R∴L∴ s’est obligée de se conformer4

4Ici la loge se désigne en effet sous le titre de « La Nouvelle Union », qui lui a été attribué lors du renouvellement de ses constitutions en 1771, par erreur dira-t-elle un peu plus tard, en demandant de revenir à son titre distinctif originel. Mais la surcharge pose problème : on a voulu y voir une intention de l’atelier de s’attribuer une ancienneté supposée, un point qui pourrait sembler de peu d’importance s’il ne conditionnait pas l’ordre officiel de préséance des loges, et l’on sait que les questions de préséance s’avèrent toujours un point essentiel dans les relations sociales sous l’Ancien Régime. Or l’examen du document montre que la surcharge a bien été faite dans le sens indiqué, soit 1758 sur 1748. Car la copie de cette délibération a été écrite, scellée et timbrée par Jean Denoual de la Houssaye, lieutenant d’infanterie, et garde des sceaux et archives de l’atelier, dans une encre devenue brunâtre ; et contresignée par Pierre Le Mière, marchand de vins et secrétaire, dans une encre restée noire. Et c’est ce dernier, avec cette même encre, qui a surchargé le 4 de 1748, date primitivement écrite par Denoual de la Houssaye, par un 5. À partir de là, il n’est pas difficile de reconstituer ce qui a pu se passer lors de la tenue en question : les frères ont évoqué à la fois la date de la fondation de l’Atelier – 1748 – et celle de l’obtention de leurs premières Constitutions – 1758. Denoual de la Houssaye n’a retenu que la première, que Le Mière, en secrétaire consciencieux, a corrigée sur l’expédition destinée à Paris. Il n’y a donc aucune tentative de falsification, mais bien au contraire un louable souci d’exactitude historique.

  • 5 Un nom suivi d’un astérisque renvoie à une notice biographique dans l’Annuaire.
  • 6 FM2 367, 10 juin 1775, lettre de Mangourit à Le Breton, représentant de la loge L’Égalité auprès d (...)
  • 7 FM2 369, 18 mars 1810.
  • 8 BN, FM Impr. 3746 : « Ornements d’architecture d’un ordre irrégulier, dont le V∴F∴ de Milcent, Ora (...)

5Il n’est toutefois pas aisé de reconstituer les événements antérieurs à 1771. Comme on le verra un peu plus loin, un point est certain : « La Parfaite Union » a cessé de travailler de 1765 à cette date. Reste à déterminer les circonstances de cette interruption, et ses conséquences. Un frère a mené un peu plus tard une enquête sur le sujet : il s’agit de Michel Ange Bernard Mangourit du Champ Daguet*5, que l’on va constamment retrouver dans l’histoire de la Franc-Maçonnerie rennaise jusqu’en 1778. Dans une lettre du 10 juin 1775 au F∴ Le Breton, vénérable de la loge « Saint-Louis » à Paris et représentant auprès du Grand Orient de la loge « L’Égalité » qu’il vient de créer, il esquisse en incidente une histoire de « La Parfaite Union », en s’appuyant sur les témoignages de quatre de ses anciens membres « les frères de Mézanger, demeurant à Fougères ; Nantrieul ; Gazon et Fresnel, qui étaient de la loge mère6 », et en insistant sur le fait qu’il suffit de leur écrire pour avoir confirmation de ses dires. Antoine de Mézanger des Harlais, ancien secrétaire du Roi, né en 1707 à Fougères, habite effectivement la ville, et sera noté l’année suivante comme « associé libre » sur le tableau de la loge du « Royal-Roussillon Cavalerie » fondée dans cette garnison en 1774. Joseph Nantrieul, né en 1718 à Rennes, ne fait à ce moment partie d’aucune loge rennaise, de même que Gazon et Fresnel. Mais le premier nommé sera l’un des refondateurs de « La Parfaite Union » en 1797 : décoré du titre de « doyen de la loge », il mourra à Rennes en 1810, âgé donc de 92 ans, et l’Atelier lui consacrera une tenue funèbre7, de même que « La Triple Essence » à Saint-Malo, qui fera de plus imprimer les discours prononcés à cette occasion, lui décernant le titre de « doyen des Francs-Maçons de France8 ». Quant à Gazon et à Fresnel, on peut leur supposer un lien de parenté avec Julien Gazon des Rivières, avocat, reçu en 1773 à « La Parfaite Union », et François Fresnel du Gage, écuyer, reçu en 1777 à « L’Égalité ».

6Mangourit se réfère donc à des frères âgés représentant une véritable mémoire vivante de l’atelier. Pour autant le compte rendu qu’il donne de ses investigations ne brille pas par sa clarté. Au moment de la création de « La Nouvelle Union » dit-il :

« Plusieurs frères, amis de l’ordre, désirèrent voir les Constitutions anciennes qui les autorisaient à édifier un Sanctuaire. On apprit que le moteur de l’établissement nouveau, et ses anciens confrères, avaient eu jadis un jardin et un édifice où ils travaillaient sans autorité ; que même ils s’étaient furtivement séparés de leur mère-loge un jour Saint-Jean en emportant ses décorations et ses bijoux. On apprit encore qu’il avait été jugé à Nantes que les fugitifs seraient exclus de toutes les loges, et qu’on avait fait donner parole de maçon de ne jamais travailler avec eux. »

7Que faut-il comprendre ? « Le moteur de l’établissement nouveau » désigne à l’évidence le premier vénérable élu en 1771, Julien Hervagault, conseiller au Présidial, qui avec l’aide de Mangourit a refondé l’atelier. Si l’on suit ce dernier, Hervagault aurait, avec d’autres frères, provoqué auparavant une scission au sein de la première « Parfaite Union », et constitué une autre loge qui aurait travaillé quelque temps « sans autorité », c’est-à-dire sans la reconnaissance officielle des Constitutions de 1758. Ces frères étaient cependant suffisamment nombreux pour couvrir les frais occasionnés par la location d’une maison avec un jardin pour abriter le temple où ils se réunissaient. On apprend de plus que cette affaire interne à la franc-maçonnerie rennaise a été « jugée à Nantes », et que l’équivalent d’une sentence d’excommunication a été prononcé.

8La suite va permettre de se faire une idée sur ce qui a pu se passer :

« On sollicitait en vain la représentation des Constitutions. On aurait bien voulu s’éclaircir de l’affaire de Nantes, mais cela n’était pas fraternel. Enfin les moteurs de la nouvelle association furent tant de fois harcelés que l’on sût “que les constitutions étaient ensevelies dans les abîmes de la mer, qu’en 1766 les troubles de Bretagne divisèrent les membres de cette Loge ; qu’un frère muni du dépôt des constitutions avait péri avec elles”. »

9Cette disparition en mer d’un frère anonyme emportant dans son bagage les Constitutions de son atelier peut laisser sceptique, d’autant plus que Mangourit se contredit en indiquant trois lignes plus haut que Antoine de Mézanger des Harlais est toujours « possesseur des Constitutions de la seule loge constituée qui ait existé à Rennes ». Comme de surcroît il est précisé, aussi bien sur les tableaux de 1776 du « Royal-Roussillon Cavalerie », de même que sur celui de « L’Aimable Concorde », que Mézanger fonde cette même année à Fougères, suite au départ du régiment à Caen, qu’il s’agit d’un « ex-vénérable de loge », la perplexité augmente : Antoine de Mézanger serait-il un ancien vénérable de « La Parfaite Union » ? La suite mélange des événements vérifiables et des allégations incontrôlables :

« Les frères curieux de l’existence des prétendues Constitutions virent dès lors que ceux qui soutenaient en avoir été munis n’avaient élevé un temple que contre la vraie Sion. Ils voulurent des constitutions du Grand Orient. Le frère Frignet, aussi recommandable par ses vertus sociales que par ses talents dans l’art de construire des digues et d’élever des palais, appuya cette demande, malgré les représentations économiques de quelques frères.
On écrivit au Grand Orient ; mais comment représenter les anciennes Constitutions, les poissons en étant devenus possesseurs ? Comment se ressouvenir de leur époque, aucun frère ne pouvant se rappeler les avoir vues ? Que faire ?… On demanda des rénovations de Constitutions, et par une délibération mûrement prise on fit l’épargne des anciennes. »

10Ce qui signifie qu’on fit l’impasse sur la présentation des anciennes Constitutions, pourtant nécessaire pour en obtenir de nouvelles. Mais qui n’explique pas pourquoi personne ne peut « se rappeler de les avoir vues », si elles sont toujours en possession d’Antoine de Mézanger. Or Mangourit est un juriste, et un dialecticien de première force : cette contradiction dans son texte ne peut pas lui avoir échappé. D’autre part, la suite de sa carrière, tant maçonnique que profane, montre sa grande valeur morale et intellectuelle : l’ensemble de son témoignage sur les origines de « La Parfaite Union » est donc à prendre en considération. Il n’invente certainement pas, mais pour autant il ne dit peut-être pas non plus tout ce qu’il sait.

  • 9 FM1 112. Ce recensement résulte d’une enquête générale, comme en témoigne la note qui l’accompagne (...)

11L’allusion aux « troubles de Bretagne », et l’histoire personnelle de Mangourit, vont permettre d’éclairer cette apparente confusion. La période de léthargie de la première « Parfaite Union », de 1765 à 1771, correspond exactement à une époque de fortes turbulences politiques dans la province, et au point de vue maçonnique à celle d’une cessation de relations entre la loge et Paris. Car la loge ne figure pas dans le « Tableau général de tous les vénérables Maîtres de Loges » dressé le 1er janvier 1765 par Brest de la Chaussée, garde des sceaux et archives de la Grande Loge, pas plus que dans le tableau similaire de 17699. On se trouve en effet à l’époque de la première rébellion, qui débute en mai 1765, du Parlement de Bretagne contre le pouvoir central et son représentant le gouverneur, en l’occurrence le duc d’Aiguillon. Usant de son « droit de remontrance », le Parlement refuse d’enregistrer des édits royaux portant augmentation de la fiscalité. Le gouverneur veut passer outre : la quasi-totalité des membres du Parlement démissionnent. D’Aiguillon réplique en exilant les récalcitrants, nomme d’autres conseillers qui ne se montrent guère plus dociles, et se retrouve en fin de compte avec un Parlement réduit et paralysé, qui se voit surnommé par dérision le « bailliage d’Aiguillon ». En 1769, il est contraint de rappeler le Parlement originel, mais bien évidemment les tensions subsistent entre les anciens conseillers et ceux qu’il a nommés. Au début de 1771, Louis XV, excédé par l’opposition parlementaire qui bloque toute réforme, tente une solution radicale : il décide de supprimer la vénalité des charges de justice et les parlements, que le chancelier Maupéou remplace des Cours fonctionnarisées et gratuites. Le Parlement de Bretagne, comme tous les autres Parlements provinciaux, est dissous en septembre 1771 et remplacé par une « Cour de justice » dont les nouveaux titulaires sont de véritables juges modernes : on parle alors du « Parlement Maupéou » :

  • 10 Frédéric Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, J. Plihon et L. Hommay, Rennes, 1909, p. X (...)

« Cette réforme, dans laquelle l’opinion ne vit qu’une entreprise du pouvoir absolu, était prématurée, et l’agitation qu’elle créa ne permit pas d’en apprécier la valeur. L’avènement de Louis XVI, en 1774, mit fin à cet essai ; le rappel du parlement de Bretagne (décembre 1774) et la rentrée en grâce de tous les exilés, particulièrement des deux procureurs généraux, scellèrent la réconciliation de la Royauté et de la province. Onze conseillers pourvus et reçus en 1767 et 1768, exclus par l’article 16 de l’édit de rappel, ne reprirent pas leurs fonctions non plus que d’autres magistrats qui, nommément rappelés, mais fort engagés dans les incidents passés, préférèrent se retirer et vendirent leurs offices10

12Ce rappel historique va aider à reconstituer le puzzle : comme l’indique Mangourit, la scission au sein de la première « Parfaite Union » s’est faite en 1766 entre les tenants des libertés provinciales et les partisans du duc d’Aiguillon, dont l’appartenance maçonnique est par ailleurs probable. On comprend dès lors qu’un certain nombre de frères lui soit resté fidèle. Or, dans les premiers tableaux fournis au Grand Orient en 1774, apparaissent six membres du Parlement de Bretagne. Il s’agit, pour « La Parfaite Union », de deux conseillers : Yves Le Borgne de Coëtivy, initié en 1760, donc l’un des plus anciens membres de l’Atelier, et de son frère cadet Charles Le Borgne de Boisrioux ; et pour « La Parfaite Amitié » de Jacques de Langourla du Boismarquer, René Le Rousseau et Roland de Kermoysan également conseillers, et de Jean Jacques de Berthou, avocat général.

13C’est le parcours professionnel de ces magistrats qui signe le clivage existant entre les deux ateliers. Car les deux frères présents à « La Parfaite Union » ont été nommés au Parlement de Bretagne pour suppléer aux défections dues à la rébellion de 1765. Maintenus lors du premier rappel en 1769, ils continuent d’exercer leur charge en 1771 dans le « Parlement Maupéou », mais sont exclus lors du second rappel du Parlement en décembre 1774. À l’inverse, les quatre membres de « La Parfaite Amitié » sont tous des conseillers nommés par Maupéou, et continuent par la suite leur carrière. Ce qui permet de comprendre l’émergence concomitante de « La Nouvelle Union » et de « La Parfaite Amitié », et l’implication de la loge « Les Cœurs Unis » de Nantes dans la naissance de ce dernier atelier, comme quelques années plus tôt le fait qu’un différend entre les frères rennais ait pu être jugé dans cette ville. D’un côté Hervagault, conseiller au Présidial, a dans un premier temps fait sécession, et créé une loge dissidente avec les frères hostiles au gouverneur d’Aiguillon, du moins ceux qui sont restés à Rennes. Car certains, comme Saturnin du Bourgblanc*, conseiller au parlement de Bretagne, qui a démissionné de son poste en 1765 et s’est trouvé par la suite impliqué dans l’affaire de La Chalotais, ont été exilés dans différentes villes de Bretagne : c’est ainsi que du Bourgblanc s’est retrouvé à Guingamp. Cette loge rennaise dissidente a fonctionné quelques mois, avant de suspendre ses activités, tout comme la loge officielle dont elle s’était séparée. Hervagault a de nouveau réuni ses partisans en 1771, tous anciens opposants à d’Aiguillon, comme en témoigne le fait qu’il s’adresse alors à l’un des adversaires les plus notoires de la politique du gouverneur, Julien Pinczon du Sel des Monts*, pour trouver un local. D’un autre côté se sont rassemblés au sein de « La Parfaite Amitié » les tenants de Maupéou et de sa réforme, soutenus par les frères nantais qui ont déjà désavoué Hervagault et les siens au moment de la scission de « La Parfaite Union ».

  • 11 FM2 367, 10 juin 1775.
  • 12 FM2 315, 5 septembre 1788.

14Mais revenons à Michel Ange Mangourit du Champ Daguet, qui a 19 ans en 1771. Fils du trésorier des États de Bretagne – une charge dont on peut imaginer les bénéfices qu’elle rapporte – il vit plus qu’à l’aise selon le rang de sa famille, qui n’est pas noble, en dépit de l’extension qu’il accole volontiers à son nom. Esprit précoce et brillant, doué d’une grande facilité de plume, il a été formé aux humanités par le collège de Rennes, avant de s’inscrire en Droit à l’université de la ville. Son statut social est alors celui de « lieutenant au bataillon de garde-côtes de Pontorson », un office que son père lui a acheté deux ans plus tôt. Cette charge l’occupe certainement très peu, car la France est en paix avec l’Angleterre depuis le traité de Paris de 1763 qui a mis fin à la guerre de Sept ans. Il a été initié à Paris lors du séjour que tous les jeunes gens de bonne famille se doivent de faire dans la capitale au sortir de leurs études, ce qui l’amène à se retrouver, lorsqu’il revient à Rennes, dans le noyau initial des frères qui vont réveiller « La Parfaite Union » : « Reçu par des frères incompétents, je désirais légitimer mon initiation en m’affiliant à une loge régulière. On m’adressa à M. Hervagault, qui me dit que sa loge dormait depuis 1766, mais qu’il me chargeait de convoquer les frères dont il allait me donner la liste, vu que je proposais deux profanes11. » Or « La Parfaite Amitié » a déjà commencé ses travaux : dans un courrier ultérieur au Grand Orient, elle se réclame en effet du titre de loge « la plus régulière et la plus ancienne » de l’Orient de Rennes12. Comme elle ne peut ignorer l’existence des Constitutions accordées en 1758 à « La Parfaite Union », c’est donc à l’époque de sa propre fondation qu’elle se réfère. Mais le fils du trésorier des États de Bretagne ne peut s’affilier à une loge dont la sensibilité politique est diamétralement opposée à celle de sa famille. Poussé par l’ardeur du jeune néophyte Hervagault reprend alors le premier maillet, et redonne force et vigueur à « La Parfaite Union ». Et il envoie effectivement Frignet, ingénieur du roi, qui lui succède à ce poste l’année suivante, suivre à Paris en 1773 les travaux qui aboutissent à la mise en place du Grand Orient.

15Mais à l’époque où il écrit la lettre que l’on examine, Mangourit est en conflit ouvert avec cette loge qu’il a pourtant contribué à faire renaître. Il vient en effet d’en démissionner pour fonder sa propre loge, « L’Égalité », et « La Parfaite Union » vient d’écrire à toutes les loges de sa correspondance pour dénoncer un comportement qu’elle juge inadmissible :

  • 13 FM2 367, 23 mai 1775.

« La Loge régulièrement convoquée par des circulaires en forme de mandement et assemblée au lieu ordinaire de ses travaux où règnent la décence, l’union, et la paix, au nom du Grand Architecte de l’Univers.
Le Vénérable Frère Hervagault tenant le maillet à l’Orient, délibérant sur le rapport des frères Frignet, ex-vénérable, et Gandon second surveillant, commissaires nommé à l’effet de s’informer sur plusieurs chefs d’accusation contre le frère Mangourit ci-devant membre de cette Respectable Loge.
Entendu le rapport des susdits commissaires et le compte qu’ils ont rendu à cette occasion, le susdit Mangourit se trouve atteint et convaincu d’avoir au mépris de nos règlements, dans des chambres particulières et dans l’intérieur de cette ville, où il y a deux Loges constituées, procédé par forme de passe-temps, dérision ou autrement à la réception clandestines de trois profanes, nommés Loisel, Thomas et Puyferé, lesquels probablement ont craint l’information de vie et mœurs préalablement nécessaire, et d’usage indispensable dans les loges réglées. En conséquence des justes motifs de reproches et inculpation dont la réalité est suffisamment constatée, la Respectable Loge de la Parfaite Union à l’Orient de Rennes, munie de frères en nombre compétant, après avoir recueilli les voix à la manière accoutumée et après avoir entendu le rapport fait contre le frère Mangourit, a arrêté unanimement qu’il serait écrit au Grand Orient de France, ainsi que toutes les Loges de correspondance, à l’effet de leur donner avis de l’admission clandestine des profanes Loisel, Thomas, et Puyféré, faite par le frère Mangourit à plusieurs grades de la Maçonnerie, pour que lesdits profanes ne reçoivent aucun accueil dans aucune Loge13

16« La Parfaite Union » s’oppose évidemment de plus à la reconnaissance de « L’Égalité » par le Grand Orient. C’est pour contrer les démarches de son ancienne loge que Mangourit écrit cette longue lettre de cinq pages au frère Le Breton à Paris. En bon juriste, il y développe plusieurs arguments, celui qui intéresse ici étant l’argument de constitutionnalité : « La Parfaite Union » n’a pas le droit de s’opposer à la création de « L’Égalité » parce qu’elle est elle-même irrégulière. Ne pouvant présenter les Constitutions d’origine qui la légitiment, en reprenant ses travaux elle n’a fait qu’élever « un temple contre la vraie Sion ».

« Il s’ensuit que la R∴L∴ de La Parfaite Union n’aurait pas le droit de s’opposer au délivrement de nos Constitutions, n’étant pas constituée elle-même puisque la rénovation de ses Constitutions est fondée sur une supposition de la plus grande fausseté. »

17C’est pour justifier sa position que Mangourit s’est livré à son enquête, et c’est ainsi qu’il a découvert que les anciennes Constitutions de 1758 existent toujours, et qu’elles sont détenues depuis la scission de 1765-1766 par Antoine de Mézanger. Il se garde bien évidemment de communiquer cette information à « La Parfaite Union », puisqu’elle conforterait la position de son ancien atelier. Mais il est néanmoins tout prêt à en faire état à Paris, pour démontrer que l’histoire officielle qui circule, à savoir celle des Constitutions perdues en mer, s’avère bien « une supposition de la plus grande fausseté ». Cette interprétation est corroborée par le fait que de Mézanger, comme Nantrieul, Gazon ou Fresnel, n’ont pas repris contact avec « La Parfaite Union » lorsqu’elle a repris ses travaux. On peut en inférer qu’ils sont tous, comme de Mézanger, ancien secrétaire du Roi, restés fidèles durant le temps des troubles à l’autorité représentée par le duc d’Aiguillon. Nantrieul reviendra bien sur les colonnes de « La Parfaite Union », mais au moment du Directoire. Quant à de Mézanger, on a vu qu’il recommence à maçonner dès 1776, mais à Fougères, comme fondateur et premier vénérable de « L’Aimable Concorde ». Et c’est à « La Nouvelle Union » d’Ernée qu’il s’adresse pour que sa loge soit installée le 26 juin 1777, et non à « La Parfaite Union », dont aucun membre d’ailleurs n’assiste à la cérémonie. Il est des dissensions qui ne peuvent s’oublier. On peut en conclure que la mention d’» ancien vénérable » qui lui est alors attribuée correspond probablement bien à un titre qu’il a porté avant 1766 dans la première « Parfaite Union ».

18Au reste il n’y a pas qu’avec Mangourit que les relations de « La Parfaite Union » sont exécrables : les frères de « La Parfaite Amitié » ne sont pas mieux traités. Citons-le une fois de plus :

« Sur ces entrefaites, il s’éleva à Rennes une loge sous le titre de La Parfaite Amitié. Elle rechercha la concorde comme nous l’avons fait ; on ne leur répondit pas plus qu’à nous. On écrivit contre elle au Grand Orient. Les Constitutions de cette loge furent arrêtées par l’humeur et la jalousie pendant une année entière. Les chefs de La Parfaite Union firent un point d’honneur et de conscience à leurs élèves de ne pas maçonner dans le nouveau temple, et ils leur interdirent jusqu’à la liberté de s’entretenir avec les frères de l’Amitié dans les rues et sur les places. »

19Non seulement les deux loges n’ont aucune relation entre elles, mais « La Parfaite Union » a effectivement bien tenté, sans succès d’ailleurs, d’empêcher la reconnaissance par Paris de « La Parfaite Amitié », comme en témoigne la réponse faite le 15 septembre 1774 au Grand Orient suite à une demande de renseignements concernant cet atelier :

  • 14 FM2 367. On retrouve d’ailleurs le brouillon de cette lettre dans les archives de La Parfaite Unio (...)

« À l’égard du tableau de la R∴L∴ de La Parfaite Amitié de Rennes que vous nous avez envoyé, c’est pour la première fois qu’il nous est parvenu, nous l’avons examiné avec attention, et nous connaissons une grande partie des frères qui la composent, et assurons que par leur état civil et leurs vertus sociales ils réunissent tout ce qui peut former une loge juste et parfaite. Nous sommes très persuadés que les autres frères que nous n’avons pas le plaisir de connaître jouissent des mêmes avantages. Mais comme cette nouvelle Loge est l’ouvrage récent de deux ou trois de nos frères, nous n’avons pu nous dispenser d’en porter nos plaintes à la Très Respectable Grande Loge, à laquelle nous avons adressé un mémoire par la correspondance du Respectable Frère le baron de Toussainct, et sur lequel nous ne cessons de désirer et de réclamer justice. Et c’est le seul motif qui nous empêche de la visiter, nous ne pouvons conséquemment vous rien dire sur leurs travaux. Tout annonce qu’il est bon et régulier mais nous n’avons pu jusqu’ici en être les témoins14

20On voit par les dates que l’Obédience s’est bien gardée d’intervenir dans le conflit. En fait, au moment même où écrit Mangourit, les deux loges ont été amenées à se rapprocher. Mais le souvenir des affrontements précédents est resté vivace, et il s’est également heurté à une certaine épaisseur de silence, les plus anciens parmi les frères ne tenant pas visiblement à remuer de vieilles histoires. En fait la fracture initiale ne se comblera pas : jusqu’à la Révolution les deux loges ne vivront jamais vraiment en bonne intelligence.

21Peut-on remonter plus loin dans l’histoire de « La Parfaite Union » ? Une mention faite le 6 juillet 1776 dans une lettre de réclamation au Grand Orient de France ne laisse pas d’intriguer :

  • 15 FM2 368.

« Nous avons vu avec la plus grande douleur que plusieurs loges de la province avaient reçu le tableau général de toutes les loges régulières de France, et que les dites planches à tracer ne nous étaient pas encore parvenues. Nous en sommes d’autant plus touchés que nous avons lieu de croire que notre loge est une des plus anciennes puisqu’elle existait sous le même nom dans le temps du Très Vénérable Grand Maître Mgr le duc d’Antin. Nous ne pouvons nous imaginer que ce soit un oubli, ne croyant l’avoir aucunement mérité, et étant la première loge de la capitale d’une province distinguée par les travaux maçonniques15

22Louis de Pardaillan de Gondrin, duc d’Antin, a été Grand Maître de la Grande Loge de France de 1738 à 1743. Sa grande maîtrise est surtout remarquable dans l’histoire de la Franc-Maçonnerie française par l’absence presque totale de souvenirs qu’elle a laissé. La référence à un personnage aussi falot étonne donc autant que la date à laquelle elle renvoie, puisqu’elle indique que « La Parfaite Union » existait déjà à Rennes avant même la date revendiquée de sa fondation. Il convient cependant de l’examiner, car l’une des caractéristiques de l’institution maçonnique est sa très forte conscience historique, liée au fait que tous les frères, présents ou passés, appartiennent tous à la même « Chaîne d’Union ». Un franc-maçon ne meurt pas : il « passe à l’Orient Éternel ». Or Joseph Nantrieul avait entre 20 et 25 ans au moment de la grande maîtrise du duc d’Antin : si l’on ignore la date de son initiation, il n’en reste pas moins vrai qu’il peut avoir gardé des souvenirs précis, ou recueilli plus tard des éléments concernant l’histoire de la Franc-Maçonnerie rennaise à cette époque.

  • 16 Cette liste, d’ailleurs incomplète, est conservée à la Bibliothèque municipale de Lyon.
  • 17 Archives départementales du Finistère, 100 J 1623.

23Mais pour l’historien contemporain, cette préhistoire de « La Parfaite Union », sous réserve de la découverte toujours possible de documents inédits, se résume à deux documents, et à deux noms. Le premier est la « Liste Journal », du nom de Charles Louis Journal, maître de danse à l’École royale militaire à Paris, et vénérable de la loge « Saint Jean des Amis de la Vérité », qui établit, en 1762, la liste des loges françaises en activité en 1744, dont l’existence a été reconnue cette année-là par la Grande Loge, et qu’il complète ensuite par la liste des loges formées entre 1744 et 176216. Cette liste indique pour Rennes en 1744 une loge présidée par un « chevalier de Natry », dans lequel il convient plutôt de reconnaître le chevalier de Vatry, lieutenant de vaisseau et capitaine d’une compagnie franche de canonniers de la marine. L’assertion précédente est donc bien vérifiée : on a maçonné à Rennes au temps du duc d’Antin. On ne doit pas pour autant reculer dans le temps la date de fondation de « La Parfaite Union » : tout laisse à penser au contraire qu’il s’agit plutôt d’une loge personnelle liée à son fondateur, et à ses déplacements. Mais ce chevalier de Vatry a très bien pu, dans le temps de son séjour à Rennes, transmettre le flambeau maçonnique aux frères qui vont quatre ans plus tard fonder « La Parfaite Union », et dont le nom du premier vénérable est connu par un second document conservé aux archives départementales du Finistère à Quimper17, en l’occurrence Jean-Baptiste Pinot de la Gaudinais*, président de la Chambre des comptes de Bretagne. Il s’y trouve en effet désigné comme le représentant rennais parmi la vingtaine de vénérables, civils ou militaires, qui se réunissent en 1750 à Paris pour fonder un nouvel ordre de hauts-grades, « L’Ordre des Sublimes Chevaliers Élus ». Il représente également les frères de Nantes, et revient d’ailleurs en Bretagne avec le titre de « député Grand Maître » de l’Ordre, c’est-à-dire avec le pouvoir de fonder des Chapitres dans les deux villes. Mais la léthargie qui s’empare des loges bretonnes à cette époque fait que le projet tourne court : en tout cas, il n’en subsiste aucune trace.

  • 18 André Kervella, Franc-Maçonnerie : Légende des Fondations, Paris, Dervy, 2005.

24Est-il possible de remonter encore plus loin dans le temps ? Il convient alors de se pencher sur les conditions de l’émergence de la Franc-Maçonnerie en Bretagne, comme sur celle de sa naissance en Angleterre et de son introduction en France. En ce domaine, des avancées historiographiques récentes contredisent les thèses jusque-là admises. Résumons brièvement la vulgate officielle. D’une part la Franc-Maçonnerie serait l’héritière des confréries de bâtisseurs médiévaux, « francs-mestiers » jouissant dès le XIIIe siècle de la liberté de circulation pour leurs travaux, et de celle de pouvoir s’assembler en « loge » sur les chantiers de construction monastiques ou ecclésiaux, et des autres confréries similaires rattachées à l’Ordre du Temple, plus ou moins laïcisées ensuite dans les « Guildes » anglo-saxonnes, ou les corporations compagnonniques en France. Effectivement structurées sur un modèle hiérarchique, familières de la symbolique associée à l’art de bâtir, elles auraient progressivement intégré dans leurs rangs des personnalités civiles étrangères à la profession, « maçons acceptés » dont elles recherchaient la protection en échange de l’usage de la liberté de réunion qu’elles-mêmes possédaient. Cette évolution se serait concrétisée en Angleterre dans le dernier tiers du XVIIe siècle. Mais comme l’a montré André Kervella dans son livre La Légende des Fondations18, sauf à les distordre pour leur faire dire ce qui ne s’y trouve pas, l’étude des Old Charges des années 1400, tout comme leur confrontation avec des textes européens similaires, antérieurs ou contemporains, ne permet pas d’y voir autre chose que des documents juridiques précisant dans un contexte économique donné les droits et les devoirs de donneurs d’ordres, et d’artisans ou d’ouvriers de statut social divers pratiquant en concurrence le même métier. Il en est de même deux siècles plus tard pour les statuts des loges opératives écossaises, pour s’en tenir aux deux jalons principaux de l’histoire mythique de l’Art Royal.

  • 19 On ne peut ici entrer dans le détail de ces affirmations. Pour s’en convaincre, il convient de se (...)

25Il y a donc solution de continuité, et la suite de l’histoire se révèle toute aussi biaisée par la réécriture opérée au début du XVIIIe siècle par les premiers « francs-maçons » anglais, en particulier par Anderson et Désaguliers, dans la partie « historique » des Constitutions de 1723, qui accrédite une version expurgée de la naissance de la Franc-Maçonnerie en Angleterre, la reliant aux dernières loges opératives dont elle aurait emprunté le rituel initiatique, la hiérarchie des grades et la symbolique reliée à l’art de bâtir. Avec quelques ajustements, c’est cette version édulcorée qui prévaudra par la suite. Car il n’était pas question pour ces Hanovriens de reconnaître qu’ils n’avaient fait que récupérer un des supports de l’opposition Jacobite, œuvrant tout aussi bien en Angleterre qu’en France à la restauration de la dynastie des Stuarts sur les trônes réunis d’Angleterre et d’Écosse. L’œcuménisme affiché dans cette structure philosophique originale qu’ils mettent alors en place, la Franc-Maçonnerie dite « spéculative », dont l’intérêt ne s’est jamais démenti et qui connaîtra le succès que l’on sait, masque à l’époque nombre d’arrière-pensées politiques. Il en est de même pour les hauts-grades « écossais » qui fleurissent par la suite : ce ne sont que des adaptations d’un original jacobite, les initiés « écossais », qui peuvent du reste être aussi bien anglais, français, ou bretons, n’étant au départ que des conjurés aux motivations politiques ou opportunistes travaillant aussi bien sur les îles britanniques que sur le continent à la réalisation de leur projet. La manipulation historique n’a pas seulement d’ailleurs concerné que la Franc-Maçonnerie, et dans le domaine politique les historiens anglais eux-mêmes ont entrepris un réexamen critique de cette période de leur Histoire19.

26Mais il est moins glorieux pour l’Ordre maçonnique en général et pour les différents rites dits « écossais » d’avoir pour ancêtres directs des activistes politiques antagonistes, plutôt que d’hypothétiques intellectuels branchés qui se seraient frottés à d’honorables tailleurs de pierre héritiers d’un symbolisme et d’une rituélie qui leur auraient été transmis par les successeurs des Templiers. L’histoire de la diffusion de la Franc-Maçonnerie en France se révèle tout aussi controuvée que celle de sa supposée naissance en Angleterre. Là encore, ce ne sont pas les Anglais qui ont exercé une influence déterminante sur les précurseurs continentaux, mais les Écossais fidèles à la dynastie des Stuarts qui ont suivi Jacques II en 1689 dans son exil à Saint-Germain en Laye, ou qui sont en relation avec son entourage. Et durant tout le premier quart du XVIIIe siècle, la création des premières loges françaises ne s’est pas faite à partir d’un noyau parisien, mais de manière concomitante dans les provinces maritimes du royaume et dans la capitale.

  • 20 Sur ce sujet, voir également A. Kervella, Aux origines de la Franc-Maçonnerie française (1689-1750 (...)

27Le cas de la Bretagne est à cet égard exemplaire, sa position stratégique en faisant la base arrière naturelle des opérations militaires des Jacobites. Dès 1700, des traces d’affiliation maçonniques peuvent être retrouvées dans les signatures de négociants brestois ou d’autres ports de la province. Et les liens familiaux qui se tissent entre ces familles de commerçants, d’armateurs et de nobles ne doivent rien au hasard à une époque où le choix d’un conjoint, comme celui d’un parrain au baptême, obéissent à des usages de société régis par le seul intérêt des parties. On assiste ensuite à la mise en place d’une nébuleuse qui se concrétise en 1720 par l’apparition probable d’une première loge à Brest, suivie entre 1730 et 1742 de trois autres loges dans le port du Ponant, d’une autre à Nantes cette dernière année, et de « L’Union » à Lorient en 1744, l’année même où le chevalier de Vatry est reconnu sur la « Liste Journal » comme vénérable de la première loge rennaise. Cette émergence n’a aucun rapport avec la Maçonnerie parisienne qui se développe dans le même temps, mais bel et bien avec l’activité stuartiste en Bretagne, qui ne cessera qu’en 1746 avec la défaite du prétendant Charles-Édouard à Culloden, et son expulsion de France en décembre 174820.

28Mais il n’est pas facile de faire sortir l’histoire des origines de la Franc-Maçonnerie en Écosse et en Angleterre du domaine du mythe et du fantasme pour l’inscrire dans le quotidien de la conquête du pouvoir politique et religieux dans l’Angleterre du XVIIe siècle et de la première moitié du XVIIIe siècle, pas plus que de contester le schéma centralisateur de sa diffusion en France. Sauf apparition de nouveaux documents, l’histoire des loges rennaises avant 1771 ne peut être précisée plus que ce que l’on a tenté de faire dans le présent chapitre.

Notes

1 Article 41 du Règlement Général du G∴O∴D∴F∴.

2 Sur tous les documents imprimés reçus du Grand Orient de France par La Parfaite Union au XVIIIe siècle, on constate la présence d’un cachet dont le libellé est : « R∴L∴ LA P∴U∴ à l’OR∴ DE RENNES LE 24e J∴ du 4e M∴ 5748 ». Mais il ne s’agit que d’un cachet confectionné sous la monarchie de Juillet, qui apparaît pour la première fois dans une correspondance à destination de Paris le 6 octobre 1841, et dont le secrétaire de l’époque s’est servi pour griffer les archives.

3 Le comput maçonnique rajoute 4 000 années à l’année en cours, renvoyant ainsi l’origine de la Franc-Maçonnerie à la création du monde selon la chronologie alors en vigueur.

4 FM2 368, 21 octobre 1774.

5 Un nom suivi d’un astérisque renvoie à une notice biographique dans l’Annuaire.

6 FM2 367, 10 juin 1775, lettre de Mangourit à Le Breton, représentant de la loge L’Égalité auprès du Grand Orient.

7 FM2 369, 18 mars 1810.

8 BN, FM Impr. 3746 : « Ornements d’architecture d’un ordre irrégulier, dont le V∴F∴ de Milcent, Orateur Adjoint a décoré le monument fraternel élevé le 18e jour du 1er mois de l’an de la V∴L∴ 5810 (18 Mars 1810), dans le temple funéraire de la R∴L∴ de La Triple Essence à l’Or∴ de Saint Malo » : « À la mémoire du T∴R∴F∴ Joseph de Nantrieul, M∴A∴T∴G∴, Sublime Élu de la Vérité, digne ouvrier de la R∴L∴ de la Parfaite Union, à l’O∴ de Rennes, et doyen des FF∴ MM∴ de France. »

9 FM1 112. Ce recensement résulte d’une enquête générale, comme en témoigne la note qui l’accompagne : « Les Loges qui ne trouveront pas juste la date de leurs lettres de Constitutions ne doivent s’en prendre qu’à elles-mêmes, n’ayant pas répondu à la lettre circulaire du 11 avril 1765. » Brest de la Chaussée a donc tenté de le compléter lui-même, et on retrouve la marque de ses hésitations. Il y a en effet deux blancs dans la liste pour l’année 1758, correspondant aux numéros 63 et 67, le numéro 62 étant attribué à La Concorde à Nantes. On peut penser que l’un des deux correspond au numéro d’ordre de La Parfaite Union.

10 Frédéric Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, J. Plihon et L. Hommay, Rennes, 1909, p. XXIV. Ce rappel des anciens parlements suscita ce commentaire prophétique de Maupéou : « Si le Roi veut perdre sa couronne, il est le maître. »

11 FM2 367, 10 juin 1775.

12 FM2 315, 5 septembre 1788.

13 FM2 367, 23 mai 1775.

14 FM2 367. On retrouve d’ailleurs le brouillon de cette lettre dans les archives de La Parfaite Union restées à Rennes (ADIV 92 J).

15 FM2 368.

16 Cette liste, d’ailleurs incomplète, est conservée à la Bibliothèque municipale de Lyon.

17 Archives départementales du Finistère, 100 J 1623.

18 André Kervella, Franc-Maçonnerie : Légende des Fondations, Paris, Dervy, 2005.

19 On ne peut ici entrer dans le détail de ces affirmations. Pour s’en convaincre, il convient de se reporter aux livres d’André Kervella, La Maçonnerie Écossaise dans la France d’Ancien Régime, Éditions du Rocher, 1999 ; et La Passion Écossaise, Dervy, 2002, préfacée par Edward Corp.

20 Sur ce sujet, voir également A. Kervella, Aux origines de la Franc-Maçonnerie française (1689-1750) : Exilés britanniques et gentilshommes bretons, Les Éditions du Prieuré, 1996.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540