Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rennes : les francs-maçons du Grand Orient de France

 | 
Daniel Kerjan

Préface

Edmond Hervé

Texte intégral

1En écrivant cette histoire des Francs-Maçons du Grand Orient de France à Rennes, Daniel Kerjan nous invite à un voyage exceptionnel et passionnant.

2Contribuant également à l’histoire de Rennes et de la Bretagne, il fait œuvre de vérité.

3Voyage exceptionnel : pour la première fois, un tel travail existe. L’auteur y a mis son souci de la démonstration, de la preuve, et son temps. Celles et ceux qui le connaissent savent également que sa culture, son appartenance, lui ont permis de maîtriser la matière documentaire qu’il n’a cessé d’explorer.

4Esprit scientifique, il s’appuie sur des documents authentiques. Et quels documents ! Par chance, les archives maçonniques saisies à Rennes en 1940 par les Allemands, seront rapatriées en France à partir de 2000, après un passage par Paris, l’Allemagne, la Pologne et Moscou.

5En 2001, une première restitution sera faite à la bibliothèque du Grand Orient, rue Cadet : Daniel Kerjan va y trouver son bonheur. Il accède à une masse de documents ignorés. Sa connaissance maçonnique va l’aider dans ses lectures, interprétations et constructions, tout en ayant le constant souci de replacer l’histoire d’une institution qui lui est chère dans son contexte social et politique.

6Du XVIIIe siècle à 1940 « c’est toute l’histoire interne et intime de l’Atelier rennais qui revient à la lumière ».

7Il saura faire bon usage des documents qu’il compulse, que ce soit à la Bibliothèque Nationale, aux Archives d’Ille-et-Vilaine, sans oublier ce que pouvaient encore contenir les placards du temple de la rue Thiers, siège de la Loge.

8Voyage exceptionnel et passionnant : tout au long de ces pages, ce sont 250 ans d’histoire locale qui défilent. Daniel Kerjan nous rappelle que la loge rennaise « La Parfaite Union » est la plus ancienne loge française ayant gardé une activité continue depuis le XVIIIe siècle. Écrivant pour toutes et tous, l’auteur cite avec bonheur Louis de Saint-Leu, chanoine régulier de l’abbaye de Rilley, qui dans un discours de 1777 rappelle que les maçons doivent s’élever

« au-dessus des préjugés, sans épouser les haines nationales qui armèrent Sparte contre Athènes, Rome contre Carthage, Richard contre Philippe-Auguste, sans se prononcer entre Genève et Rome, Hussein et Mahomet ; sans se laisser éblouir par les brillantes chimères des rangs ; ouvrant également leur sanctuaire à ce guerrier intrépide qui, pour la défense de la patrie, brave les dangers de la mort ; à ce magistrat qui, aussi intègre que la justice, est prêt à sacrifier ses biens, sa fortune et sa vie pour le maintien sacré des lois ; à ces négociants qui, par leur commerce, augmentent la jouissance de l’État, quadruplent les forces du Prince, sauvent de la misère et de l’opprobre la timide industrie et l’artisan dont l’activité embellit nos cités et fait circuler dans nos campagnes l’abondance et la fécondité ; enfin au ministre de la religion qui plaint les erreurs des hommes, les chérit, les aime et les secourt, en un mot, à tous les hommes, pourvu qu’ils soient vertueux ».

9Voilà l’exact idéal du maçon. Il procède d’une volonté novatrice : dépasser les clivages, tout spécialement religieux, en appeler à la liberté d’opinion et d’expression, dans un souci de conciliation.

10Un tel idéal est difficile à vivre : Daniel Kerjan va donner la parole aux acteurs et faire œuvre de vérité.

11L’influence des maçons ? Il donne le nombre des maçons rennais à différentes périodes, et ne craint pas d’écrire qu’on leur prête souvent plus qu’ils ne font. Ainsi récuse-t-il la thèse selon laquelle la Révolution de 1789 aurait été leur œuvre.

12L’unité des maçons ? Elle a connu des hauts et des bas. Les concurrences ont existé tout comme les contradictions, les « fermentations d’humeur ». Il y a eu des maçons républicains et des maçons royalistes, des soutiens successifs.

13Ainsi la loge rennaise, accusée en 1797 de royalisme, organise un « scrutin épuratoire », et chacun prête le serment républicain. Quelque temps plus tard elle applaudira l’Empereur, les journées de Juillet…

14L’égalité ? Si le vénérable rennais Mangourit du Champ Daguet (1752-1829) préfère à la formule traditionnelle « Salut, Force, Union » celle de « Salut, Force, Égalité », cette dernière valeur républicaine mit du temps à s’imposer. Au XVIIIe siècle, la prévention à l’égard de l’insuffisance sociale, des marchands épiciers « au plus petit détail », des artistes (tout spécialement du théâtre), demeure forte : « Prenons des musiciens mais point d’ivrognes ! » Parallèlement, nous voyons les maçons rennais accueillir leurs frères exilés du Portugal, de la Pologne et de l’Espagne. L’un des leurs, l’architecte Millardet, conçoit la colonne érigée à la mémoire des deux polytechniciens rennais, Vanneau et Papu, tués en juillet 1830.

15Ils prennent fait et cause pour Garibaldi, Lincoln, Dreyfus, et s’opposent au prince Murat.

  • 1 N’oublions pas que Rennes fut le siège du quartier général de l’Armée d’Angleterre, transformée en (...)

16Œuvre de vérité encore lorsque Daniel Kerjan nous détaille la composition sociologique de « La Parfaite Union », l’évolution des liens entre la maçonnerie civile et la maçonnerie militaire, la pratique de celle-ci1, la critique de laxisme à l’égard de Paris, les difficultés financières, les débats sur les contributions dues à l’Obédience, l’importance du formalisme, la collation des grades, la représentation des loges à Paris, la distinction du compagnonnage et de la Franc-Maçonnerie…

17À ce dernier sujet, il ne bénéficiera peut-être pas d’un consensus lorsqu’il écrit que ce sont, certes, deux structures initiatiques, mais que si la première a pour vocation de transmettre un savoir-faire, la seconde cherche à changer les rapports d’un adepte à lui-même et au monde, à faire vivre une philosophie existentielle.

18Avec ce genre d’incursion, nous voyons que le présent ouvrage n’est pas une simple contribution à l’histoire locale. Il nous instruit sur l’imaginaire maçonnique, l’attitude du pouvoir central et de ses représentants locaux. À titre anecdotique, le lecteur savourera le rapport du sous-préfet de Rennes à son supérieur hiérarchique, daté du 17 octobre 1815, et la lettre au préfet de Guillaume Carré, professeur à la Faculté de Droit, et vénérable en exercice de « La Parfaite Union ».

19Daniel Kerjan situe le grand tournant des maçons en décembre 1891 : « La Parfaite Union » affirme alors ses convictions républicaines et laïques. Elle ne s’en départira plus. À partir de 1896, l’Obédience peut discuter des sujets de société et non plus simplement des sujets philosophiques. Elle lutte contre l’intolérance, le cléricalisme, pour la liberté de conscience, le droit de grève, les libertés sociales, et va soutenir publiquement des candidats aux élections, en dénoncer tout aussi publiquement d’autres – tel René Le Hérissé « socialiste à Paris, gouvernemental à Rennes, ennemi déclaré des francs-maçons partout ».

20Il faut rendre justice à Daniel Kerjan pour avoir dressé un portrait objectif du général André, ministre de la Guerre en 1900, « positiviste et libre penseur, mais non franc-maçon », qui voulut démocratiser l’armée et favoriser la carrière d’officiers républicains. Simplement, un principe éthique ne saurait être oublié : la fin ne justifie pas les moyens.

21Tout au long de ce périple Daniel Kerjan nous fait connaître des personnalités. Nous avons cité Mangourit, ce républicain viscéral, à qui les femmes doivent le premier essai de maçonnerie féminine en France, sans parler de sa contribution essentielle à un rite de hauts grades resté unique en Franc-Maçonnerie, du fait de son agnosticisme intégral, celui des « Sublimes Élus de la Vérité ». Nous avons retrouvé le général Moreau, Le Chapelier… Plus près de nous, Mars Abadie, Oscar Leroux, Honoré Commereuc, Charles Bougot…

22J’ai été heureux que Marc Rigault soit cité : je conserve le souvenir d’un homme serein, attentif, généreux, certain de ses convictions, sachant lui aussi que « l’heure du repos n’est pas arrivée… »

23Pour conclure, je n’oublie pas que je signe ces lignes en tant que Maire de Rennes : l’un des premiers devoirs de celui qui, par la confiance civique, gouverne la cité, est de faire vivre les principes de la République, et au nombre de ceux-ci figure le pluralisme. Il est ferment de liberté, d’égalité et de fraternité, et donc de richesse.

24Les portes de la cité sont ouvertes à toutes celles et à tous ceux qui se reconnaissent dans ces valeurs, et il importe qu’ils soient aidés dans leurs expressions. J’exprime toute ma gratitude à Daniel Kerjan, certain que je suis qu’il poursuivra cette œuvre qu’il élève.

25Août 2005

Notes

1 N’oublions pas que Rennes fut le siège du quartier général de l’Armée d’Angleterre, transformée en Armée de l’Ouest. Celle-ci sera supprimée le 21 mai 1802, et Rennes ne sera plus qu’une ville de garnison rehaussée par la présence d’un hôpital militaire d’instruction. Au nom de l’objectivité, Daniel Kerjan ne craint pas d’écrire que la fraternité des armes l’emporte sur la fraternité maçonnique. Selon lui, Waterloo va enterrer la Franc-Maçonnerie impériale militaire. Mais le rite néo-templier de « L’Ordre du Christ » et sa peu banale histoire rennaise éclaire d’une manière inédite les motivations des hauts fonctionnaires qui formèrent la colonne vertébrale du Premier Empire.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540