Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En mission à Terre-Neuve

 | 
Charles Riballier des Isles

Troisième séjour : 1896-1903

Texte intégral

218 CPC (NS) St-Jean, le 29 avril 1896

1J’ai l’honneur d’informer Votre Excellence qu’après une traversée rendue fort pénible par des vents contraires et par les glaces qui entourent Terre-Neuve en ce moment, je suis arrivé à St-Jean avant-hier dans l’après-midi. L’accueil qui m’a été fait par le Gouverneur, Sir Herbert Murray, par les membres de son cabinet et par les citoyens que j’ai déjà rencontrés a été satisfaisant. Une certaine surprise s’y manifestait cependant. Il est évident qu’on s’attendait généralement peu à mon retour dans cette colonie.

  • 1 « Editorial Notes », Evening Telegram, le 27 avril 1896. Voir aussi « Invite Him to Dinner », Even (...)

2Un journal, l’Evening Telegram, n’a pu s’empêcher de manifester quelque mauvaise humeur. Le jour même de mon arrivée, il a publié l’article de fond que j’adresse, ci-joint, à Votre Excellence. L’effet a été médiocre ; il est facile de s’en rendre compte par la réponse de l’Evening Herald, également annexée1.

219 CPC (NS) St-Jean, le 12 juin 1896

3La session législative de Terre-Neuve pour 1896 a été ouverte hier. Le nouveau Gouverneur, Sir Herbert H. Murray, débute par un Discours du trône dont l’optimisme est égalé par la surprise qu’il est bien fait pour causer. Aussi croit-on que le cabinet de St-Jean s’est mis en frais d’imagination pour aligner les chiffres accusés. En effet, un surplus de 200 000 $, soit un million de francs, représentant cinq francs par tête de population dans une année, serait un bien beau résultat de la politique de « retranchement ». Comment, donc, peut-on se demander, Sir William Whiteway, qui a pendant tant d’années gouverné le pays, n’y a-t-il pas songé plus tôt ? Au lieu d’une dette de 13 000 000 $, Terre-Neuve aurait aujourd’hui une forte somme à son crédit.

4Il est vrai que sur ces 200 000 $, 50 000 $ proviennent du bénéfice réalisé sur la frappe de 200 000 $ en monnaie d’argent que le gouvernement vient d’introduire dans le pays au grand déplaisir des banques canadiennes établies ici depuis la faillite de celles de Terre-Neuve. On s’attend d’ailleurs à des débats très vifs en réponse au Discours du trône. Mais Sir William a beau jeu, l’Opposition est faible ; elle ne représente plus qu’une oligarchie marchande dont les principaux membres ont perdu tout prestige financier.

5Le Gouverneur annonce que la ligne ferrée aboutissant à Port-aux-Basques sera probablement terminée cette année. Je n’oserai pas dire le contraire, mais je crois que telle n’est pas, jusqu’ici, l’intention de l’entrepreneur : en effet, il ne convient pas à MM. Reid de trop charger le marché anglais des bons terreneuviens qu’ils reçoivent en paiement. Ces bons ont obtenu une forte hausse ; cotés à 97, il serait maladroit de les exposer à une baisse. Les titres du dernier emprunt de Terre-Neuve, 1895 4 %, sont également en hausse, ayant atteint la cote de 110.

6À ce sujet, l’Opposition blâme fort M. Bond, le Secrétaire colonial, négociateur de l’emprunt. M. Bond se serait engagé à racheter, comme amortissement du capital, des titres de cet emprunt pour la somme semestrielle de 13 870 $ au taux du marché. D’où il résulte qu’aujourd’hui le gouvernement de Terre-Neuve paie 110 $, les titres pour lesquels il n’a reçu que 94 l’an dernier ; 92 même, déduction faite des frais ; mais on oublie que le négociateur n’avait pas le choix des conditions ; il fallait accepter ou se déclarer en banqueroute.

7Le Discours du trône fait allusion à une exploitation de mines de charbon entravée par les revendications de la Compagnie de chemin de fer de Terre-Neuve, rivale, comme on sait, de la ligne centrale N. N. et Ouest. La colonie se trouverait donc dans l’assez singulière situation d’avoir construit un chemin de fer dont le but principal est d’atteindre des dépôts de charbon, et la ligne achevée, on s’apercevrait que le charbon est confisqué. La Cour suprême est saisie de l’affaire ; tout se terminera probablement à l’avantage de MM. Reid, car, paraît-il, la Cie du Newfoundland Railway n’a jamais été définitivement mise en possession des terrains en litige.

8Dans le Discours du trône, dont Votre Excellence trouvera, ci-joint, trois reproductions, il n’est question ni de la Confédération ni du French Shore. La première attend, pour revenir sur le tapis, le résultat des élections générales au Canada ou que le Trésor de St-Jean se retrouve à sec. Quant à la question du French Shore, on ne peut plus guère alléguer qu’elle soit ruineuse pour Terre-Neuve puisque, malgré tous les inconvénients qu’on s’évertue à lui attribuer, la colonie, au lendemain de crises gouvernementales et financières extrêmement aiguës, en dépit d’opérations de contrebande et après une année qui ne passe pas comme très propice pour le commerce du poisson, se trouve en mesure de déclarer officiellement un surplus considérable provenant des perceptions douanières. La prospérité consignée dans le Discours du trône ne sera, il faut l’espérer, ni illusoire ni éphémère.

220 CPC (NS) St-Jean, le 10 juillet 1896

9C’est en toute hâte et très succinctement que le départ du courrier d’Europe me permet de rendre compte à Votre Excellence d’incidents récents dont j’aurais désiré l’entretenir plus en détail mais dont il m’est cependant impossible de laisser parvenir le bruit à ses oreilles plus vite que par mon entremise.

10Le Chef de notre Division navale de Terre-Neuve est entré samedi dernier à St-Jean dans le but de s’enquérir de la suite donnée à [une] certaine protestation de sa part, motivée par l’invasion brutale, au mois de décembre dernier, de cabanes de pêcheurs français à Port aux Choix, French Shore, invasion suivie de confiscation par des officiers de douane de boissons laissées en provision, suivant un usage constant, et qu’une double enquête a d’ailleurs absous de toute suspicion, quant à l’usage légitime auquel elles étaient destinées.

  • 2 Voir aussi Auguste-Pierre Reculoux, « Pêche à Terre-Neuve pendant la campagne de 1896 », 1896, p. (...)

11En attendant que les démarches du commodore anglais eussent leur effet, M. le capitaine de vaisseau [Reculoux] fit et reçut les visites accoutumées, reçut et accepta pour le 8 courant une invitation à dîner du nouveau Gouverneur de la colonie. À la dernière heure, et comme le commandant Reculoux se préparait à se rendre au dîner, une communication de son collègue anglais lui apprit que le gouvernement de la colonie opposait une fin de non-recevoir à sa réclamation. Notre chef de division se vit, par suite, dans l’impossibilité d’être présent au banquet du Gouverneur : il dépêcha une excuse aussi polie que transparente, prétendant une indisposition. L’incident en est là, que je sache2.

12J’ai maintenant le regret d’entrer en scène, Monsieur le Ministre. Depuis mon retour au mois d’avril dernier, certaines nuances qu’il serait trop long de chercher à déterminer ici, et des demi-confidences, me faisaient pressentir qu’un plan avait été arrêté dans les sphères officielles pour miner et détruire la situation que je m’étais créée, Votre Excellence sait par quels soins, auprès des titulaires ayant occupé le Palais du gouvernement. Était-ce une irritation se traduisant par un esprit de représailles né du dépit de ne pas obtenir un consul britannique à St-Pierre-et-Miquelon ? Je le croirais assez. Toujours est-il que dès les premiers jours je vis qu’il y avait anguille sous roche, que tandis que la société et la population me traitaient comme jadis, mieux même, les officiels montraient… que dirai-je ?… un éloignement… timide. Mais les nuances s’accentuaient sensiblement. L’arrivée du Commandant de notre division navale, ses réclamations, ont déterminé une révélation des couleurs. Bien que j’eusse, comme c’était mon devoir, accompagné cet officier supérieur lors de sa visite au Gouverneur, je ne reçus pas d’invitation au dîner qui lui fut offert. […]

221 CPC (NS) St-Jean, le 16 juillet 1896

13Le jour où je reçus la lettre du Gouverneur, c’est-à-dire dans la matinée du samedi 11 courant, le hasard fit que je rencontrai, dans la rue, Sir William Whiteway, le Premier ministre. Je lui dis que je considérais comme exagérée l’interprétation que le nouveau Gouverneur donnait aux instructions relatives à ma personnalité consulaire et que l’innovation était loin de m’être agréable, attendu qu’elle pouvait faire concevoir aux officiers de la Marine française présents à St-Jean une idée peu favorable de l’estime dont je puis jouir auprès des autorités de la colonie en particulier et des notables en général. Le lundi suivant, Sir William m’écrivait un billet pour me prier de venir déjeuner chez lui aujourd’hui. J’acceptai sans attacher d’importance à cette amabilité, assez rare cependant de sa part. Mais mon invitation au déjeuner, dont je sors à l’instant, pourrait avoir quelque signification ; c’est pourquoi j’en parle à Votre Excellence. Elle jugera.

14Le Gouverneur et son capitaine aide-de-camp semblaient y représenter la Couronne et l’Armée ; l’Évêque anglican et le Recteur du diocèse, l’Église ; le Commodore et deux officiers, la Marine ; le Révd Dr [William] Pilot, l’Instruction publique ; M. [J. M.] Greata [employé de la Banque de Montréal], les banques ; M. [J. O.] Fraser [Directeur général des Postes], les chemins de fer ; M. [Joseph] Outerbridge, le commerce. Aucun autre consul n’étant là, j’étais seul ne représentant rien, si je ne représentais pas l’élément étranger. On m’avait placé presque en face du Gouverneur entre le Recteur et le 1er lieutenant du Commodore.

15Je puis me tromper, Monsieur le Ministre, mais la pression de main du Gouverneur, arrivé avant moi, m’a paru exprimer une surprise de me voir. Je l’avais cependant déjà rencontré et salué le matin de bonne heure à une revue ; car il a fallu me montrer beaucoup ces jours derniers. Je suis allé partout, craignant qu’on m’accusât de bouderie ou, qui pis est, de timidité. Le Gouverneur a peut-être pensé que le Premier ministre lui donnait, en m’invitant, une petite leçon de courtoisie internationale. Il m’a semblé que je ne pouvais me dispenser de rendre compte de l’occurrence à Votre Excellence.

222 CPC (NS) St-Jean, le 18 août 1896

16La clôture de la session législative de cette colonie pour l’exercice 1896 s’est effectuée sans incident remarquable. Le Discours du trône, dont j’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, la reproduction à Votre Excellence, ne renferme rien de saillant. La seule chose qui ait appelé l’attention publique à la clôture a été la déclaration du Gouverneur, référant à l’assentiment de S. M. Britannique, le bill relatif à la concession de la construction d’un tramway électrique à St-Jean. Cette entreprise, de même que l’exploitation des gisements carbonifères, rencontre l’opposition de la Newfoundland Railway Company, laquelle prétend avoir seule le droit de se livrer à des entreprises de cette nature. Les tribunaux n’ayant pas encore fait connaître leur décision, le Gouverneur ne pouvait donner son approbation à une loi qui menaçait d’entrer éventuellement en conflit avec des droits acquis.

17Les prétentions de la Newfoundland R. R. Co. sont évidemment outrées et préjudiciables aux intérêts du pays : elles tendent à paralyser des entreprises que la compagnie n’a ni les moyens, ni la volonté de mener à bonne fin ; mais elles sont malheureusement basées sur un contrat solennellement bien que légèrement consenti et que la colonie ne peut, ce semble, annuler sans violence ou sans rachat onéreux.

223 CPC (NS) St-Jean, le 3 septembre 1896

18Le département des Pêcheries de Terre-Neuve vient de publier son rapport pour l’année 1895. J’ai l’honneur d’en envoyer, ci-joint, trois exemplaires à Votre Excellence ; l’un d’eux est, comme d’usage, destiné au Ministre de la Marine.

  • 3 Voir aussi Jean-Baptiste-Marie-Gaston Géraud et Henri-Augustin Colloch de Kérillis, « Le laboratoi (...)

19Ce document s’attache principalement à faire ressortir l’utilité de l’établissement de pisciculture de Dildo, menacé d’abandon, ainsi que j’ai eu soin d’en informer Votre Excellence l’an dernier3. Il fait ressortir le progrès réalisé dans la proportion des œufs de morue heureusement fécondés, soit 24 % de perte seulement, c’est-à-dire moins de la moitié que la première année (1890). Des conditions particulièrement favorables dans la température des eaux ont grandement contribué à ce résultat. Le nombre des élèves livrés à la mer a été de 188 000 000. On semble avoir renoncé aux essais de repeuplement des eaux dans les baies autres que celle de Trinity. Du moins le rapport est muet à cet égard.

20Les ressources mises à la disposition de l’établissement de Dildo ayant été moins libérales que par le passé, la culture artificielle du homard a diminué d’activité en 1895. Le Surintendant des Pêcheries, M. Adolphe Nielson, se plaint encore de ce que les avis et les règlements du Département ne soient pas religieusement observés. Il constate cependant du mieux dans le soin apporté à la préparation de la morue sèche.

21Suivent des recommandations relatives à la mise en boîte du homard, notamment en ce qui concerne l’emploi exclusif du fer blanc de premier choix ; il condamne l’usage de la gélatine comme élément de conservation du crustacé.

22M. Nielson revient à la charge pour démontrer l’importance que pourrait atteindre l’industrie de la préparation du hareng à Terre-Neuve. Il cite comme exemple à suivre le Fisheries Board of Scotland et comme encouragement les résultats obtenus par cette société. On retrouve dans le rapport des indications très précises sur la fabrication des barils destinés à renfermer les diverses qualités de harengs dans la saumure.

23Enfin, la fabrication de l’huile de foie de morue est signalée comme bien plus soignée que jadis à Terre-Neuve. Cette fabrication fera de ma part l’objet d’une lettre spéciale, dont j’ai d’ailleurs déjà annoncé l’envoi à Votre Excellence.

24Pour l’année courante, l’établissement de Dildo est fermé depuis le commencement du mois dernier. Le mauvais état de la santé de M. Nielson, joint à la parcimonie du cabinet de St-Jean en fait de subsides, ne présagent rien de bon pour la construction des études dont le laboratoire a été depuis six ans le centre très remarqué. Une foi vive peut seule porter à subvenir aux frais d’un établissement de cette nature, car jamais, tant qu’on fasse, si bien qu’on fasse, il ne sera possible de prouver que l’on a réussi à augmenter le nombre des morues marchandes sur les côtes de Terre-Neuve.

25Cette année, il n’y en avait pour ainsi dire pas dans la baie de Trinité, tandis que dans celle de Trepassey, par exemple, où on n’en a point planté, où le poisson est ordinairement assez rare, il y en avait trop. Ce sont caprices de la nature, intéressants à étudier mais inexpliqués encore, et fussent-ils expliqués, éternellement incorrigibles.

224 CPC (NS) St-Jean, le 19 septembre 1896

  • 4 Daily News, le 7 septembre 1896.

26Le Daily News, journal du matin publié à St-Jean, conservateur avec étiquette d’indépendant, vient de s’occuper de la question du French Shore, depuis assez longtemps remisée dans ses cartons. C’est à titre de communication seulement que j’adresse, ci-joint, à Votre Excellence les réflexions du Daily News4. Elles ne renferment en effet rien de saillant, rien de nouveau, rien qui dénote une étude approfondie. C’est toujours la même théorie : the French must go. Quant aux allégations érigées en principes sur lesquelles se base cette théorie, ce sont invariablement les mêmes :

  • 5 Le nœud gordien : un problème inextricable, finalement résolu par une action brutale (« trancher l (...)

« Les traités sont des antiquités vermoulues qu’il faut faire disparaître. »
« St-Pierre-et-Miquelon au pouvoir des Français, centre de contrebande au détriment des possessions britanniques de l’Amérique du Nord, est une plaie pour Terre-Neuve et pour le Canada. »
« La prime à la pêche française alimente une concurrence déloyale faite au poisson d’origine britannique. »
« Le Consul de France à St-Jean est une gêne dont il faut nous débarrasser puisqu’il ne nous est pas permis d’avoir même un agent commercial à St-Pierre. »
« Les officiers de la Marine britannique font un métier répugnant en obligeant les sujets britanniques à respecter les prétentions des Français. »
« La France se montre habile à soutenir ses prétentions ; l’Angleterre ne fait que de la bureaucratie. »
« Il est urgent que les hommes d’état de l’Angleterre trouvent une solution, un remède, à une situation qui ne profite qu’à une poignée de Français. »
« Qu’on tranche le nœud gordien5 s’il faut en venir là. »

  • 6 Voir « A French Shore Ballad », Daily News, le 9 septembre 1896, qui commence,
    There’s not one bit (...)

27Le Daily News termine ce qu’il considère comme une argumentation par une ballade populaire datant, je crois, de 18526.

28Tout cela est enfantin ; c’est néanmoins au moyen de publications de ce genre, prêchant le mépris des lois et de l’autorité, que l’on parvient trop souvent à impressionner des populations ignorantes et à préparer des complications. Je me trouve fréquemment interpellé notamment sur le refus du gouvernement de la République à reconnaître un consul anglais à St-Pierre. J’en suis arrivé à me faire une formule de réponse, dont voici à peu près les termes :

« Il n’est pas juste de dire que le gouvernement de la République se refuse à reconnaître un consul britannique à St-Pierre. C’est au contraire Terre-Neuve qui ne semble pas se soucier d’en avoir un. En effet, le dernier alinéa de la note verbale, annexe à l’arrangement pêcheries du 14 novembre 1885, porte assentiment de la France à cette reconnaissance “après échange des ratifications”. Or, Terre-Neuve n’ayant pas rempli la part du contrat indispensable à cet échange, le gouvernement de la République attend, sans impatience, voilà tout. »

225 CPC (NS) St-Jean, le 25 novembre 1896

29De même qu’en 1891, le Times avait envoyé à Terre-Neuve l’un de ses correspondants, M. Vizitelly, avec mission d’étudier les affaires de la colonie, le Daily Mail de Londres vient de confier à M. [Henry] Beckles Willson la tâche de l’édifier exactement sur la situation de l’île, ses ressources, son avenir et probablement aussi sur ses griefs contre la métropole. Au lieu d’arriver par St-Jean, M. Willson a débarqué sur le French Shore ; il n’est donc pas surprenant de le trouver, dès le début, fort préoccupé de l’anomalie que semblent présenter les privilèges de la France sur cette partie du littoral avec la souveraineté de la Grande-Bretagne. J’ai rencontré M. Willson et, l’interview préparera, je l’espère, ce reporter à se méfier des doctrines anti-Français si chaudement accueillies par son prédécesseur, M. Vizitelly.

30M. Willson est un fort jeune homme : voir les îles St-Pierre-et-Miquelon, entre nos mains, « une position stratégique », dit-il, « enclavée dans un territoire britannique » lui paraît une énormité. Canadien d’origine, dit-on, il se préoccupe des difficultés que l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération pourrait créer, en ce qui nous concerne, au gouvernement d’Ottawa. En outre, M. Willson, impressionné par quelque assertion, m’a annoncé que nous ne devions pas nous attendre à un renouvellement routinier de l’acte temporaire affectant le French Shore. J’ai accueilli cette nouvelle avec le plus grand calme, répondant que dans tous les cas, aussi bien dans l’hypothèse de l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération canadienne que dans l’éventualité d’une résistance de la part de la législature locale, les obligations de la Grande-Bretagne vis-à-vis de nous restaient les mêmes : que c’était avec la Grande-Bretagne que nous avions directement affaire et non point avec ses colonies.

31M. Willson est passablement primesautier ; les articles qu’il écrira s’en ressentiront ; mais la narration d’un voyage de découverte n’est intéressante pour la grande majorité des lecteurs qu’à condition d’y donner suffisamment cours à l’imagination. Je crois que le correspondant du Daily Mail n’y manquera pas.

32S’il reste quelque temps ici, sa plume trouvera à s’exercer sur les méthodes appliquées à la lutte des partis, car déjà on se prépare aux élections générales de l’automne de 1897 : les Conservateurs cherchent à relever la tête, mais ils n’ont pas encore de leader reconnu ; ils désirent avoir pour chef un négociant notable, portant un nom qui ne soit pas atteint par la banqueroute et la déconfiture des banques : ce n’est pas chose aisée. M. Morine, avocat, le plus actif membre du parti, le plus capable aussi, n’est point populaire : il a tenu à St-Jean un meeting très orageux où les interruptions l’ont à peine laissé parler. Les Libéraux, de leur côté, espèrent conserver le pouvoir ; ils réussiront probablement, à moins que l’amour du changement n’entraîne les masses. Ils viennent d’être privés de la participation de l’un des personnages les plus influents du parti, M. George Emerson, lequel quitte l’arène politique pour remplacer, comme juge de la Cour suprême, Sir James Winter démissionnaire.

33Je ne manquerai pas de signaler à Votre Excellence ce que le correspondant du Daily Mail pourrait publier de saillant touchant notre situation et nos intérêts à Terre-Neuve.

226 CPC (NS) St-Jean, le 2 décembre 1896

34Par ma précédente lettre du 25 novembre dernier, N° 22, j’ai eu l’honneur d’informer Votre Excellence de la présence à St-Jean de M. Beckles Willson, correspondant du Daily Mail de Londres. Ce journaliste vient de quitter St-Jean pour le Canada, où il se rend dans le but d’étudier le Manitoba et le Vancouver ; puis il continuera son voyage jusqu’à Yokohama ; de là il reviendra dans le Dominion et à Terre-Neuve.

35M. Willson a, paraît-il, recueilli assez de matériaux pendant son court séjour à St-Jean pour les besoins actuels de sa mission à Terre-Neuve. Il se loue beaucoup de l’accueil qui lui a été fait ici. En prenant congé de moi, il n’a pas manqué d’exprimer l’étonnement que lui cause la situation personnelle du consul non reconnu de la France en ce pays et ne m’a pas épargné les compliments. Mais le discours qu’il m’a tenu en dernier lieu mérite peut-être d’être rapporté à Votre Excellence : « M. des Isles », a dit M. Willson, « j’aurais deux ou trois questions à vous poser ; cependant, je dois m’abstenir, car je crains vous voir réduire à néant mon argumentation ». Il semblerait donc que j’aie assez bien réussi à ébranler les convictions de cet écrivain en ce qu’elles pouvaient avoir de défavorable à la situation privilégiée de la France dans les parages de Terre-Neuve.

227 CPC (NS) St-Jean, le 7 décembre 1896

36Le gouvernement de Terre-Neuve vient de conclure un marché qui assure désormais l’exploitation unifiée des chemins de fer de la colonie, en même temps qu’il termine le conflit soulevé relativement à des concessions de terrains et de mines.

37Pour une somme dont le chiffre n’est pas encore officiellement annoncé, mais que l’on estime à un million et demi de dollars (environ Frs. 7 600 000), le gouvernement rachète de la Newfoundland Railway Company la ligne de St-Jean à Harbour Grace, ainsi que tous les privilèges de cette compagnie y compris une subvention annuelle de 40 000 $, ayant encore vingt ans à courir. Le paiement serait effectué au moyen de titres de rente, perpétuelle, suppose-t-on, portant 3 % d’intérêt. Cette transaction est certes d’une grande importance : elle émancipe le réseau ferré Nord et Ouest et donne toute liberté d’exploitation des richesses minérales de l’intérieur de l’île.

38La dette, déjà énorme, 15 millions de dollars, se trouve augmentée, il est vrai, mais on s’en préoccupe peu. On y voit même une garantie d’autonomie, car il devient d’autant plus difficile pour le Canada de se charger du fardeau. C’est en tout cas une solution immédiate, bien que temporaire, au problème si menaçant du travail. La ligne acquise a besoin de réparations estimées à un demi-million de dollars, soit deux années de travaux. On espère que dans l’intervalle, les mines d’or, de fer, de charbon et autres qui font naître en ce moment tant de flatteuses espérances, auront commencé à fournir autre chose que des promesses. Comme début de campagne électorale, le cabinet actuel ne pouvait certainement pas trouver mieux.

228 CCC St-Jean, le 23 décembre 1896

39Ainsi que j’ai eu l’honneur d’en informer Votre Excellence il y a deux ans, les banques de Terre-Neuve, Union et Commercial, fermaient soudainement leurs portes et se mettaient en liquidation. Puis les directeurs, accusés d’abus, étaient appelés à répondre de leur gestion et mis en demeure de fournir caution en attendant que la cause fut portée devant un jury. Un premier jury n’arrivait pas à un accord ; un second trouvait marge à des poursuites. Les choses en étaient là lorsque le ministère public fit appel à la Cour suprême de la colonie pour la mise en jugement des directeurs.

40Ces jours derniers, les trois juges de la Cour suprême se sont déclarés incompétents : « attendu qu’ils sont partie dans la cause ». Deux d’entre eux à titre d’actionnaires lésés, le troisième pour avoir, avant sa récente élévation au suprême tribunal, dirigé les poursuites en qualité d’avoué du gouvernement. D’où un point d’arrêt qui nécessiterait l’intervention de la législature sous forme de bill autorisant la formation d’un tribunal composé de juges étrangers à la colonie. La situation est anormale, unique peut-être dans son ensemble ; elle peut durer indéfiniment.

41Quel effet l’immunité dont jouissent jusqu’ici les directeurs des banques a-t-il sur la conscience publique ? Un fait d’hier l’indique. Il y a quelques semaines, une boîte en fer blanc, contenant environ six mille francs, disparaît, on ne sait comment, des bureaux de la Douane, où un garçon de bureau la tenait d’ordinaire dans un coffre-fort affecté à contenir des registres et ouvert tout le jour. Cet homme se plaint de la soustraction et déclare que sa boîte renfermait les sommes provenant de perceptions douanières effectuées par lui depuis dix-huit mois. Au cours de l’enquête, il est démontré que ces perceptions se sont accumulées sans que compte en fut demandé, que les sommes ont servi à des avances complaisantes au profit de divers employés qui les remboursaient généralement, mais qu’il y avait déficit avant l’enlèvement de la boîte.

42Qui est coupable du vol ? Est-ce le garçon de bureau plaignant, qui s’est volé lui-même pour tout garder ? Qui répond des sommes perçues ? Pourquoi un homme, sans qualité à cet effet, a-t-il été chargé des perceptions et de la conservation des fonds ? Le jury a répondu par son verdict. Il a déclaré le garçon du bureau non coupable.

43Inutile d’entrer dans l’examen des responsabilités ni de se livrer aux commentaires que suggèrent des errements administratifs aussi relâchés. Inutile également de se demander comment deux commissions législatives ont pu examiner les comptes publics sans s’apercevoir du déficit et comment six comptes trimestriels ont pu être approuvés par le Receveur général sans soupçon de fraude. On y perdrait son temps. Mais ce qui est intéressant c’est de découvrir la raison des applaudissements qui ont salué l’acquittement. « Si l’on ne punit pas les riches directeurs des banques qui ont volé ou consenti au vol de millions de dollars, pourquoi inquiéter un pauvre diable que la négligence de ses chefs a, en définitive, mis dans une mauvaise situation ? » C’est bien ainsi que le jury a raisonné.

229 CPC (NS) St-Jean, le 30 décembre 1896

44Par ma lettre du 19 septembre dernier, N° 19, j’ai eu l’honneur de rendre compte à Votre Excellence de la façon dont le Daily News de St-Jean traitait la question du French Shore. Le calme s’était fait lorsque le même journal se remit en campagne, et, non content cette fois de se plaindre des traités, de St-Pierre et de la prime de pêche, il s’en prit à ma personne en employant des épithètes malsonnantes. Ces épithètes eurent assez de retentissement pour que l’écho en arrivât dans la rue.

  • 7 « The Alleged French “Spy” », Evening Herald, le 29 décembre 1896.

45Le décorum du poste, le respect dû au titre de Consul de France, mon nom, étaient en cause ; je protestai publiquement contre de semblables agressions afin d’en arrêter les progrès. Je l’ai fait en termes énergiques bien qu’extrêmement mesurés. D’après l’article publié hier dans le Herald et dont Votre Excellence trouvera, ci-joint, une reproduction, il semble que la lumière se fasse7.

46Du déchaînement de la presse locale contre ma personne, il résulte en somme que de tous les maux dont elle me rend responsable, aucun ne saurait m’être légitimement attribué. Mes seuls crimes seraient donc d’être, depuis tant d’années en ce pays naturellement hostile, le fidèle serviteur du Département et d’avoir cherché à démontrer, pour lui obéir, que l’exequatur ne fait pas toujours le consul.

230 CPC (NS) St-Jean, le 15 janvier 1897

47De temps à autre, notamment lorsqu’aucune affaire locale n’est bien à l’ordre du jour, la presse de Terre-Neuve s’empare à nouveau de l’inépuisable question des difficultés avec la France. Depuis surtout environ deux mois, les journaux de St-Jean débordent d’indignation au sujet de notre influence, dite néfaste, sur la prospérité de la colonie. Ils rééditent avec plus d’acrimonie que jamais l’histoire de leurs griefs contre les traités, contre le trafic illicite de St-Pierre-et-Miquelon, contre notre refus de reconnaître un consul anglais dans cette colonie, et contre la prime de pêche : ils réclament à grands cris le rétablissement du Bait Act. À court d’arguments propres à émouvoir le gouvernement britannique et probablement conscients de la futilité de leurs arguties et de leurs efforts à faire mettre en conflit les cabinets de Londres et de Paris, ou les chefs des divisions navales anglaise et française chargés du service des pêcheries dans les parages de Terre-Neuve, les journaux s’en prennent à moi avec un édifiant ensemble, me déclarant l’ennemi commun, et veulent absolument se débarrasser de la présence du « consul non reconnu », de « l’espion ! ». Le Herald propose de me boycotter.

  • 8 Beckles Willson, « Consul or Spy ? », réimprimé dans le Daily News, le 5 janvier 1897.
  • 9 D. W. Prowse, A History of Newfoundland from the English, Colonial and Foreign Records, 1895, p. 5 (...)
  • 10 « Les animaux malades de la peste », la fable de Jean de la Fontaine, qui provient d’une ancienne (...)

48J’ai parlé à Votre Excellence d’un M. Willson, envoyé à Terre-Neuve par le Daily Mail de Londres. Ce reporter est venu jeter de l’huile sur les charbons ardents en me faisant le héros d’une nouvelle fantaisiste, inspirée par la French question. Selon lui, cette question n’existerait pas sans moi ; j’en suis le rénovateur sinon l’auteur : sans moi les Français auraient abandonné le French Shore. M. Willson se pose en révélateur : il m’a « déterré » à St-Jean. Ci-joint le roman fabriqué par le dit Willson. « Consul ou espion ? », s’écrie-t-il8. Il cite comme autorité de son dire le juge Prowse, l’historien de Terre-Neuve9. Le juge, bien qu’il s’en défende auprès de moi, ne le pourrait peut-être pas devant M. Willson. Peu importe. Ne suis-je pas, pour ces gens, comme le berger de la fable, « digne de tous les maux » et pour les mêmes raisons, pourrait-on croire10 ?

49Entre autres assertions sur St-Pierre, le Daily News de St-Jean a prétendu que la situation créée en 1713 n’était nullement modifiée et que nous n’avions pas le droit d’en faire autre chose qu’un poste de pêche. L’Évêque catholique de St-Jean, Mgr Howley, soudainement ému, a tenu à détromper ses concitoyens et, par lettre publiée dans le même journal, a fait remarquer que le Traité de Versailles, 1783, cédait à la France « en toute propriété » les îles de St-Pierre-et-Miquelon. Le Daily News a répondu par un long article tendant à démontrer que, contrairement aux stipulations, ces îles étaient devenues un objet de jalousie entre les deux nations puisque le commerce de Terre-Neuve souffrait de la concurrence. C’est toujours, comme le voit Votre Excellence, la même rivalité entre marchands de poisson et de mauvaise eau-de-vie que l’on cherche à ériger en jalousie internationale.

231 CPC (NS) St-Jean, le 3 février 1897

  • 11 Gouvernement responsable : dans un sens large, un gouvernement responsable devant la population. C (...)

50Le Gouverneur de Terre-Neuve, Sir Herbert Murray, part pour l’Angleterre en congé de trois mois. Des affaires de famille seulement l’appelleraient à Londres. Sir Herbert n’est pas, semblerait-il, très satisfait de ses relations avec le cabinet Whiteway, et si ce Premier ministre triomphe encore aux élections générales de l’automne prochain, il est à présumer que le Gouverneur demandera à rentrer dans la vie privée. Sir Herbert est peut-être arrivé ici pensant faire quelque chose pour le relèvement moral et matériel de la colonie. Il a dû bientôt s’apercevoir que gouvernement responsable signifie gouverneur impuissant et souvent ignoré11.

51Sir William Whiteway, de même que tous les premiers ministres des colonies impériales à gouvernement responsable, vient d’être invité à se rendre aux fêtes projetées pour la célébration du 60e anniversaire du règne de S.M. Britannique. Ces dignitaires et leurs femmes seront les hôtes de la Reine en cette circonstance. Sir William quittera St-Jean au mois de juin prochain.

232 CPC (NS) St-Jean, le 8 mars 1897

52À l’époque où la Division navale de Terre-Neuve se prépare à quitter la France pour venir dans ces parages, j’ai pensé qu’il serait utile de fournir au Département le tracé définitif de la ligne ferrée qui, vers le mois de juillet prochain, réunira non seulement St-Jean à la côte occidentale de l’île mais encore l’île même au Canada par Sydney (Cap-Breton). Il ne manque plus à cette ligne qu’une trentaine de milles pour atteindre son terminus. L’administration du chemin de fer m’a procuré une de ses cartes ; j’ai l’honneur de l’adresser, ci-jointe, à Votre Excellence.

53Le paquebot qui doit faire, trois fois par semaine, le service entre Port-aux-Basques et Sydney est encore sur les chantiers en Angleterre, mais il sera prêt pour le mois de juillet.

233 CPC (NS) St-Jean, le 25 mars 1897

54Les glaces ayant arrêté les courriers, je viens seulement de recevoir la dépêche N° 2 que Votre Excellence m’a fait l’honneur de m’écrire le 19 février dernier, sous le présent timbre. Je profite des quelques instants qui me restent avant la clôture des malles pour l’Europe et remercie Votre Excellence de l’encourageante confiance qu’elle veut bien continuer à accorder à la régularité des informations que j’ai occasion de lui fournir. Mes lettres Nos 2, 3, 4 et 7 (cette dernière ne part qu’aujourd’hui) renferment amples renseignements au sujet de l’agitation bill boëtte, rapportée par le Times. J’ajouterai que, hier soir, le Secrétaire colonial, M. Bond, a prononcé en Chambre un discours peu favorable à la remise en vigueur de ce bill.

55Quant à la mission prêtée à Sir Herbert Murray, touchant la nomination d’un consul à St-Pierre, on m’en avait dit quelques mots avant le départ de ce Gouverneur. La chose me semble peu probable ; je voulus néanmoins en avoir le cœur net. Sir Herbert apporte le plus grand soin à n’aborder aucun sujet officiel avec moi, mais je réussis à le rencontrer, un matin, dans son parc, ayant de la neige jusqu’aux genoux et occupé à son exercice de prédilection : la taille des arbres.

« Excellence », lui dis-je en riant, « on annonce que vous allez rapporter de Londres mon exequatur ! ».
« On en sait plus long que moi », répondit-il.
« Il en est toujours ainsi, Excellence ; d’ailleurs, rien de plus facile », ajoutai-je,
« car si je ne suis pas reconnu par S. M. Britannique et si l’Angleterre n’a pas de consul à St-Pierre, c’est que Terre-Neuve le veut ainsi ».
« Comment cela ? », dit Sir Herbert, assez surpris et oubliant de tailler.

56Je développai alors l’argument dont j’ai rendu compte à Votre Excellence à la fin de ma lettre du 19 septembre 1896, N° 19.

« Mais ce n’est pas du tout cela qu’on me dit ici », s’exclama Sir Herbert. « Il faut que je revoie. »

57L’ayant reconduit jusqu’à sa porte, je m’éloignai et ne le revis que pour le saluer à bord du paquebot le jour de son départ.

58Je ne crois pas que le Gouverneur ait été chargé d’aucune mission : ses conseillers responsables gardent pour eux-mêmes de si belles occasions de se produire. Certes, Sir William Whiteway, à son prochain voyage à Londres, pourra bien remettre sur le tapis la nomination d’un consul à St-Pierre, ce qui semble lui tenir fort à cœur, et le gouvernement d’Ottawa fera probablement chorus ; mais jusqu’ici, sauf cet appui éventuel, on en est encore au même point que le 14 novembre 1885.

234 CPC (NS) St-Jean, le 11 mai 1897

59Au mois de novembre dernier, j’ai eu occasion de signaler à Votre Excellence la visite à Terre-Neuve de M. Beckles Willson, correspondant du Daily Mail de Londres. Ce reporter n’est pas, comme il l’avait annoncé, revenu dans la colonie, et il a bien fait, mais soucieux sans doute, d’effacer la mauvaise impression produite par certains jugements portés par lui sur les choses et les individus de ce pays, le voici qui prend en mains le redressement des griefs de l’île. Sans grand succès d’ailleurs, ainsi qu’il résulte de sa correspondance avec le Colonial Office de Londres.

  • 12 Evening Herald, le 10 mai 1897.

60Ci-joint la reproduction d’une lettre que M. B. Willson a écrite à M. Chamberlain, basée sur une ancienne réclamation de 18 000 livres Sterling, montant de préjudice allégué par le capitaine Cunningham pour empêchement apporté à l’exploitation de certaines mines situées dans la baie des Îles à Terre-Neuve12. M. B. Willson saisit cette occasion pour traiter à sa façon les questions French Shore et têtes de ligne du chemin de fer à Port-aux-Basques. Le Colonial Office, profitant de ce que ce monsieur ne définit pas exactement, l’emplacement des mines de son protégé, le prie de se mêler de ses propres affaires et l’informe que Port-aux-Basques n’est pas situé sur le Treaty Shore. Le reporter du Daily Mail n’a pas cru devoir m’oublier dans son factum : il imagine certaines déclarations dont il m’attribue la paternité. Je n’ai jamais été appelé, ni en conversation, ni autrement, à me prononcer sur la réclamation Cunningham ; quant aux constructions projetées sur le littoral affecté par les traités, j’ai invariablement laissé à la compétence de notre division navale le soin de déterminer si elles pouvaient être contraires au libre exercice de nos privilèges de pêche.

61Récemment, quand il a été question de rétablir le bill boëtte, j’ai bien dit, pour modérer les ardeurs de mon entourage, que je ne comprenais guère la politique du gouvernement de Terre-Neuve, laquelle semblait consister à tout faire pour inquiéter nos pêcheurs, tandis qu’en retour la colonie s’attendait à toutes sortes de concessions amicales de la part du gouvernement de la République. M. B. Willson, pour se donner comme journaliste bien renseigné, aura sans doute voulu faire présumer que j’étais sorti, à son bénéfice, de ma réserve habituelle.

235 CPC (NS) St-Jean, le 6 août 1897

62Tout est au calme dans cette colonie, d’ordinaire si agitée. Les journaux de nuances diverses s’efforcent bien d’éveiller les sentiments patriotiques ou les ressentiments personnels des électeurs, en vue des prochaines élections générales, mais personne ne semble encore s’intéresser beaucoup à la lutte. On attend évidemment le retour du Premier ministre, Sir William Whiteway, récemment élevé, avec plusieurs de ses collègues d’autres colonies à gouvernement responsable, à la dignité de membre du Conseil privé de S. M. Britannique.

63Le Right Honourable Premier est, dit-on, fort occupé à régler avec le gouvernement anglais les diverses questions intéressant Terre-Neuve ; on ignore d’ailleurs d’où il en peut être. Qu’il réussisse ou non, le parti d’Opposition à son maintien au pouvoir ne s’en trouvera guère mieux ; ce parti manque d’argent et de vigueur. M. [Donald] Morison s’est retiré de l’arène publique. Sir James Winter, aujourd’hui chef du parti, n’a plus pour le seconder que M. Morine, dont la merveilleuse activité est enrayée par une impopularité personnelle persistante. La pêche et les récoltes se présentent généralement bien dans l’île ; les populations sont donc trop affairées pour faire beaucoup de cas des déclamations des politiciens de profession. Il est néanmoins bon de faire la part des surprises électorales.

  • 13 Les Régates de St-Jean était une sorte de carnaval, et ils continuent jusqu’à nos jours.

64Les fêtes, les sports d’été, viennent aussi absorber en ce moment l’attention publique. À l’occasion de ces fêtes, le Gouverneur, Sir Herbert Murray, se laissant encore emporter par la vertueuse rigidité qui le caractérise, a trouvé moyen de s’attirer gratuitement le déplaisir de ses administrés en condamnant, avec commentaires d’une crudité remarquable, la coutume et les effets des Régates à cette époque de l’année13. Il est ensuite revenu à des sentiments plus gracieux, a même souscrit une certaine somme et fait don d’une coupe en argent massif ; mais peu s’en est fallu que l’un et l’autre fussent refusés par le comité des Régates. Une majorité de cinq sur vingt-et-un votants a heureusement empêché cet affront.

65L’aviso anglais le Pelican est en rade de St-Jean ; j’entretiens d’excellentes relations avec le Commandant et les officiers de ce bâtiment. Les secours donnés par le Commandant de notre division navale à l’occasion de l’échouement du vapeur Baltimore City au nord de l’île sont en ce moment l’objet de grands éloges dans la presse de Terre-Neuve. Le commandant Reculoux y est qualifié comme « Personnellement populaire et aussi acceptable que peut l’être le représentant d’une domination étrangère à un peuple fier et opprimé ».

236 CPC (NS) St-Jean, le 21 septembre 1897

66La lutte électorale devient très active et, comme de coutume, chacun des partis en présence se déclare assuré d’une éclatante victoire. Les électeurs, ruraux surtout, ont adopté une tactique commode que permet le vote secret et pouvant certainement tromper les candidats : c’est de se montrer favorables à tous. De cette façon les électeurs échappent aux obsessions, évitent de se faire des ennemis personnels et ne se considèrent nullement comme engagés. En somme, ils ne font qu’imiter les politiciens, lesquels promettent sans scrupule et oublient de même.

67Les journaux sont pleins de ce que l’on appelle ici des « electioneering lies » (mensonges électoraux). On les lit sans y croire. Ces feuilles publient des parallèles souvent curieux, d’où il ressort qu’en politique notamment les hommes restent amis ou deviennent ennemis suivant les besoins du jour. Votre Excellence trouvera, cijoint, quelques-uns de ces parallèles ; je ne reproduirai que celui qui met en regard l’état financier de la colonie en 1878 comparé à 1897 :

68Il semble intéressant.

237 CPC (NS) St-Jean, le 22 octobre 1897

69Le dernier rail de la ligne ferrée terreneuvienne en construction, Nord et Ouest, aboutissant à Port-aux-Basques, vient d’être posé. Cette ligne a un parcours de 547 milles ; la ligne Newfoundland Railway, allant de St-Jean à Harbour Grace, compte 83 milles ; la ligne Placentia, 27 milles ; soit 657 milles. Des embranchements projetés, gagnant Brigus, Carbonear et Notre Dame Bay, doivent ajouter à ce total environ 38 milles. En tout, environ 685 milles.

70Le steamer Bruce, destiné à relier Port-aux-Basques à Sydney (Cap-Breton) et à l’Intercolonial canadien, est arrivé la semaine dernière à St-Jean. C’est un beau bâtiment, pouvant donner 15 milles à l’heure par mer calme. Il a fait la traversée de Glasgow à St-Jean en six jours par mauvais temps et vents contraires. On semble avoir renoncé à inaugurer le service de Port-aux-Basques à Sydney avant le printemps de 1898, car le Bruce vient d’adopter Plaisance comme terminus entre Terre-Neuve et le Canada. Il doit en conséquence quitter Plaisance les lundis et jeudi de chaque semaine, puis revenir de Sydney les mardis et vendredi. Ce paquebot fera désormais le service des Postes entre le Canada et Terre-Neuve.

71La combinaison actuelle, bien que semblant abandonner le service de la côte occidentale de l’île (baie des Îles et St-Georges), ne s’oppose cependant pas nécessairement à une escale à Port-aux-Basques, mais outre qu’elle évite aux voyageurs partant de St-Jean, où s’y rendant, un long et fatiguant parcours à travers l’île, elle est sans doute destinée à obvier à l’inconvénient résultant d’obstructions éventuelles de la grande ligne pendant la mauvaise saison. L’hiver dernier a donné à réfléchir, car plusieurs ponts ont été emportés par la débâcle des glaces, et des inondations ont, en plusieurs endroits, détruit les terrassements.

72L’intérieur de l’île étant inhabité, les ingénieurs n’avaient eu pour se guider que les traces laissées par les hivers précédents, traces trop souvent incertaines. Il se passera probablement encore longtemps avant que l’on parvienne à déterminer exactement la meilleure ligne à suivre, les barrières à construire, car les agglomérations de neige dans les montagnes et la formation des glaces dans les cours d’eau sont loin d’être uniformément situées.

73Le matériel roulant de la nouvelle ligne est d’ailleurs excellent ; il comprend des wagons-lits Pullman et des cuisines. Le vapeur Bruce est aussi très confortablement emménagé. Les tarifs n’ont pas encore été publiés, mais ils seront évidemment calculés de façon à faire une certaine concurrence aux lignes maritimes directes de St-Jean à Halifax (Nouvelle-Écosse).

238 CPC (NS) St-Jean, le 2 novembre 1897

74Le résultat des élections générales pour le renouvellement de la législature de Terre-Neuve vient de prononcer la déchéance du gouvernement actuel, dit Libéral, personnifié par Sir William Whiteway. Le Parti conservateur arrive au pouvoir. À la surprise de tous, Sir William n’a pas même réuni un nombre suffisant de voix pour représenter le district électoral auquel il s’était offert. Sir James Winter, son rival heureux, pourra probablement compter sur l’appui de 23 députés, ce qui réduira à 13 ses adversaires. La direction de la minorité parlementaire tombera aux mains de M. Robert Bond, le Secrétaire colonial actuel, et peut-être, s’il y a division de forces déjà si faibles, un avocat actuellement ministre sans portefeuille, M. E. P. Morris, partagera-t-il cette tâche.

75C’est ainsi que s’évanouit le prestige d’une popularité que Sir William semblait croire rivée à son nom. Son nouveau titre de Right Honourable, sa nouvelle dignité de Conseiller privé de la Reine, n’ont pas ébloui les pêcheurs du district de Trinity. Ses récentes tirades contre les traités de la France avec l’Angleterre, contre nos privilèges sur le French Shore, ne lui ont point servi : pas même à faire élire son candidat par la baie St-Georges.

  • 14 Joseph Chamberlain, ministre britannique du Commerce de 1880 à 1885 et des Colonies de 1895 à 1903 (...)

76Le nom de Sir James Winter n’est pas inconnu de Votre Excellence ; il a figuré dans ma correspondance, notamment avec celui des délégués officieux envoyés en Angleterre par la colonie pour régler les affaires du French Shore en 1890. Sir James était jadis partisan avoué de l’union de Terre-Neuve avec le Canada ; peut-être n’a-t-il pas changé de sentiment. Il a été créé sir en récompense de services rendus à la délégation britannique lors de la Conférence pêcheries tenue en 1888 à Washington sous la présidence de M. Chamberlain14. En 1894, Sir William Whiteway, pour se débarrasser du rival politique désigné comme chef du parti des marchands (Conservateur), nomma Sir James juge de la Cour suprême de la colonie.

77Le nouveau juge, se trouvant bientôt appelé à interpréter la loi sur « les influences indues en matière d’élections », prit l’initiative des condamnations à la perte du siège dans l’Assemblée législative, frappant Sir William et autres qui se trouvaient dans le même cas. Puis Sir William fut réintégré. À la suite de la faillite des banques de la colonie, des économies furent décrétées, les traitements des juges visés et atteints. Sir James fit démission de sa charge et rentra dans la vie politique militante qui lui promet aujourd’hui le pouvoir. La tournure que les affaires ont prises ne semble nullement déplaire au Gouverneur, Sir Herbert Murray.

78Quant à ce vice-consulat, je prie Votre Excellence de le croire parfaitement à l’abri des émotions qui agitent son entourage en ce moment. Les rapports d’impartiale courtoisie qu’il a toujours entretenus avec les hommes marquants du pays ne laissent place à aucun soupçon de préférence indue de notre part.

239 CPC (NS) St-Jean, le 18 novembre 1897

79Le 16 courant, dans l’après-midi et en conséquence du résultat des élections générales (dont j’ai eu l’honneur de rendre compte à Votre Excellence le 2 de ce mois sous le N° 28), le cabinet dit Libéral, présidé par Sir William Whiteway, a présenté sa démission au Gouverneur, qui l’a acceptée. Le Gouverneur a immédiatement nommé un nouveau ministère, choisi dans le parti dit Conservateur que le vote populaire vient d’appeler au pouvoir. Ce ministère est composé comme suit :

  • Sir James Winter, Ministre de la Justice (Attorney General) et Président du Conseil. J’ai parlé de Sir James dans ma lettre ci-dessus mentionnée.
  • M. J. Alexander Robinson, nouvellement élu député, est nommé membre du Conseil législatif et devient Secrétaire colonial. M. Robinson est un ancien instituteur, depuis trois ou quatre ans propriétaire et rédacteur du journal du matin de St-Jean le Daily News. Cette feuille s’est souvent livrée à la manifestation de sentiments systématiquement hostiles aux intérêts français et au représentant de ces intérêts à Terre-Neuve.
  • M. Alfred B. Morine, avocat, Secrétaire colonial sous le régime Goodridge en 1894, devient Ministre des Finances (Receiver General). Cette nomination a cela de particulier que M. Morine a échoué aux dernières élections. En 1894, les procédés administratifs de M. Morine ont paru ressembler beaucoup à une dictature.
  • MM. Charles Dawe, capitaine navigateur, député ; Michael H. Carty, avocat, député ; George Shea, agent de la ligne des paquebots Allan, député ; et Abraham Kean, capitaine navigateur, député ; tous les quatre, satellites politiques jusqu’ici sans éclat, deviennent membres du pouvoir exécutif, mais sans portefeuilles.
  • M. Thomas C. Duder, employé de commerce, est nommé Ministre des Travaux publics (Surveyor General) mais ne fait pas partie du conseil des ministres.

80Le 16, avant de se retirer, le cabinet Whiteway avait demandé au Gouverneur d’approuver diverses nominations, dites temporaires, à des emplois vacants. Sir Herbert Murray avait signé et accompagné cet acte d’autorité de la publication d’une lettre assez curieuse, ci-annexée, par laquelle il semble s’excuser. Le lendemain, 17, ces mêmes nominations ont été annulées par Sir Herbert. Les nouveaux ministres ne perdent évidemment pas leur temps. On parle d’hécatombes prochaines dans le personnel de l’administration.

81Les by-elections nécessaires à la confirmation des ministres rétribués dans leurs fonctions sont fixées au 9 décembre prochain.

240 CPC (NS) St-Jean, le 6 janvier 1898

82Par proclamation en date du 4 courant, le Gouverneur de Terre-Neuve vient de convoquer pour le 27 de ce mois la législature de la colonie. Cette réunion en janvier indique de la part du nouveau cabinet autant d’empressement à réunir la représentation populaire que son prédécesseur avait pris l’habitude d’en mettre peu.

83On prête d’ailleurs au gouvernement divers projets qui exigeraient une prompte sanction législative, notamment l’octroi d’encouragements à la pêche ou chasse aux phoques, sous forme de prime à tout navire à voile de Terre-Neuve armant pour cette campagne. Le gouvernement chercherait à ramener ainsi les beaux jours de cette industrie, monopolisée depuis quelques années par des bâtiments à vapeur, presque sans profit pour la colonie et un grand détriment du port de St-Jean, où le plus souvent ces navires viennent d’Angleterre tout armés, dans le seul but d’embarquer des équipages terreneuviens expérimentés qu’il est impossible de se procurer ailleurs.

84Mais l’abandon de cette chasse par les voiliers provient surtout de la baisse énorme sur les huiles de phoque. Il est douteux que la prime projetée, 4,00 $ (environ Frs. 21,00) par terme de jauge, soit estimée suffisante par les armateurs, lors même que dans la flotte de pêche actuelle on pût recruter des navires assez solides pour lutter avec les glaces.

85Après les encouragements à la pêche viendrait une révision générale du tarif des douanes dans le but d’alléger l’impôt sur les articles dits de première nécessité à l’usage des classes laborieuses, tout en surchargeant les importations dites de luxe. Il y a longtemps que l’on parle d’une révision de cette nature, sans que jamais aucun gouvernement [ne] soit parvenu à formuler un tarif réunissant assez de suffrages pour le mettre même à l’essai. Sir James Winter sera-t-il plus heureux ? […]

241 CPC (NS) St-Jean, le 4 mars 1898

  • 15 En 1898, R. G. Reid signe un contrat avec le gouvernement en vue de poursuivre l’exploitation de l (...)

86Annexé à la lettre que j’ai eu l’honneur d’écrire à Votre Excellence le 23 du mois dernier se trouvait le texte d’un projet de contrat entre le gouvernement de cette colonie et MM. Reid, entrepreneurs, constructeurs de chemins de fer15. Ce contrat qui, comme proportions, importance et portée pour l’avenir, dépasse tous ceux que le pays a souscrits jusqu’ici, n’a pas manqué d’absorber l’attention publique. Dans la législature, il a été discuté pendant plusieurs jours à l’exclusion de toute autre mesure. Il y a provoqué une session entre les membres du parti dit Libéral, siégeant aujourd’hui sur les bancs de l’Opposition. M. Bond, chef du groupe, ayant, paraît-il, déclaré que quiconque donnerait appui au bill relatif au contrat Reid cesserait d’appartenir au parti, M. E. P. Morris, qui passait pour être un peu son rival en influence, et quatre autres députés ont décidé de faire bande à part et de voter pour le bill avec leurs collègues, amis du gouvernement. Cette manœuvre n’a d’ailleurs surpris personne ; on avait même déjà parlé d’avantages offerts à quelques-uns des dissidents dans le cas où le contrat deviendrait un fait accompli. Le vote de la Chambre basse a donné 23 voix pour et 8 contre.

87Hier, le Gouverneur, autorisé par le gouvernement de S. M. Britannique, qu’il avait consulté télégraphiquement, a signé avec M. Reid la minute du contrat en question. Reste le vote du Conseil législatif, qui ne fait plus doute, et en dernier lieu, la sanction du Gouverneur, agissant au nom de la Reine. On croit que, sauf instructions contraires, Sir Herbert Murray suspendra cette sanction et soumettra le bill à l’assentiment du cabinet britannique.

88Le Gouverneur semble avoir peu de sympathie pour le contrat ; on croit même qu’il a fait son possible pour entraver sa marche. Il trouve sans doute que la colonie abandonne, pour le prix minime d’un million de dollars, tout ce qu’elle possède représentant une valeur. Mais il faut tenir compte du besoin absolu d’argent qui presse le gouvernement et de l’impossibilité, démontrée par l’expérience, d’attirer dans la colonie des capitaux assez considérables pour en développer les ressources.

89M. Reid, on doit le reconnaître, joue gros jeu tandis que la colonie ne risque, en somme, que de se retrouver, en cas d’insuccès de l’entreprise, dans la même détestable situation qu’aujourd’hui mais avec un million de dollars de plus dont il lui est, en attendant, loisible de faire un sage emploi. Mais ne semble-t-il pas étrange, Monsieur le Ministre, de voir la ligne ferrée s’étendant dans tout l’intérieur de l’île (construite avec l’argent de la colonie) devenir la propriété de l’entrepreneur avec d’immenses concessions de terres et tout ce qu’elles peuvent receler de richesses ? D’autant plus étrange dans un pays où le simple privilège des Français de pêcher pendant quelques mois sur une partie du littoral est considéré comme une calamité publique. Mais il a évidemment fallu faire à MM. Reid quelques avantages pour les décider à délier les cordons de leur bourse, puis aussi leur fournir un gage sur lequel appuyer l’appel des fonds indispensables à la grosse affaire qu’ils prennent en main.

90Puis M. A. B. Morine, ministre prépondérant du cabinet de St-Jean, est en même temps avoué des MM. Reid.

91Au point de vue des traités, le gouvernement réserverait une ceinture de trois milles de profondeur sur toute l’étendue du littoral de l’île. Un point d’équité, de droit, peut-être, s’opposerait, dit-on, à ce que la colonie aliénât : les chemins de fer, la cale sèche, et les lignes télégraphiques. Car, lors du dernier emprunt de deux millions et demi de dollars, effectué il y a environ trois ans, la circulaire invitant les souscriptions à cet emprunt représentait comme garantie suffisante la valeur de ces biens, estimés alors à douze millions de dollars.

92Votre Excellence trouvera, ci-joint, en double exemplaire, le contrat Reid, tel qu’il a été soumis à la législature.

242 CPC (NS) St-Jean, le 17 mars 1898

93Le contrat Reid, dont j’ai eu l’honneur d’entretenir Votre Excellence, notamment par ma lettre du 4 de ce mois, est approuvé par le gouvernement de S. M. Britannique. Le Gouverneur de Terre-Neuve, conformément à des instructions reçues par le télégraphe, a signifié son acquiescement. Il n’y a donc plus qu’à souhaiter plein succès à l’entreprise. MM. Reid, entre autres acquisitions, deviennent propriétaires d’environ quatre millions d’acres de terres. Les gens hostiles à la combinaison en ont assez bien pris leur parti et se contentent aujourd’hui de faire d’inoffensives plaisanteries sur la date à laquelle le contrat entre en vigueur : le 1er avril prochain [le jour des farces]. Quant aux populations, dont on ne s’est d’ailleurs nullement inquiété, elles n’ont pas d’opinion.

94Il paraîtrait d’ailleurs que le cabinet de Londres fût en humeur d’agréer sans trop approfondir toutes les suggestions du gouvernement de Terre-Neuve ; on annonce qu’il vient de créer honorables à vie trois citoyens de St-Jean : Sir Robert Thorburn, KCMG ; M. Augustus Harvey et le capitaine [Philip] Cleary. Tous les trois ont été pendant longtemps membres du Conseil législatif de la colonie et ont, en conséquence, porté ce titre attaché à la charge. Les deux premiers avaient cessé d’appartenir à la Chambre haute de la législature par suite des difficultés financières des banques de la colonie. Le troisième avait trouvé avantageux de se démettre par complaisance politique.

243 CPC (NS) St-Jean, le 31 mars 1898

95J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence la reproduction du Discours du trône prononcé hier par le Gouverneur de Terre-Neuve à la clôture de la session législative. Le 27 janvier dernier, cette session a été ouverte ; le 29, j’en ai mis le programme sous les yeux de Votre Excellence. Le travail législatif n’a pas souffert d’interruption : l’Opposition, privée d’un chef puissant, manquait d’énergie : la défection de plusieurs de ses membres à l’occasion du contrat Reid, objet de mes communications des 23 février et 4 du mois courant, lui a porté le coup de grâce. Le gouvernement a donc pu procéder sans entrave au vote de toutes les mesures qu’il avait projetées. Elles sont comprises dans quarante-neuf bills, travail énorme accompli un peu tambour battant.

96Comme de raison, le Discours du trône augure bien des innovations introduites par la législation nouvelle : dans l’administration, comportant création de ministères ; dans les finances, comportant la nomination d’un contrôleur ; dans les droits de douane, réputés modifiés dans le but d’encourager l’agriculture et les industries dans la colonie. L’avenir seul pourra démontrer dans quelle mesure la pratique s’accordera avec la théorie.

97Comme soulagement aux classes laborieuses, on n’a diminué les droits que sur deux articles : 2 cents (environ 11 centimes) par livre sur le sucre et 5 cents par livre sur le thé. C’est peu. Tout le reste a subi une augmentation. […]

244 CCC St-Jean, le 18 avril 1898

98Par une lettre du 15 février dernier, N° 2, sous le présent timbre, j’ai eu l’honneur d’entretenir Votre Excellence des opinions émises ici sur le commerce de la morue, en réponse à une circulaire du Trade Review de cette ville. Depuis lors, un grand nombre de communications ont continué à paraître, mais presque toutes provenant de négociants et ne se distinguant les unes des autres par aucune idée ou fait nouveau.

99Cependant, avant-hier, le Trade Review a publié l’opinion d’un M. J. H. Taverner sur le même sujet, où l’écrivain s’écarte sensiblement de la ligne de récrimination contre les concurrents suivie par ses prédécesseurs. M. Taverner, instruit par une longue pratique en qualité de contremaître de sécheries et de capitaine marinier, s’exprime en termes que je crois bon de résumer.

« Nos ancêtres », dit-il, « plaçaient sur les marchés un poisson bon, net, solide, bien préparé. Les consignataires aimaient à le recevoir car non seulement ils en trouvaient facilement le placement sur le littoral mais ils pouvaient en outre l’expédier avantageusement dans l’intérieur de leurs pays. La bonne qualité du poisson le protégeait contre les effets des grandes chaleurs qui le gâtent aujourd’hui. Lorsqu’on le faisait cuire, une bonne odeur de poisson sain s’en échappait ; il était agréable au goût ; personne n’avait de reproches à faire.
Voici comment nos ancêtres préparaient leur poisson. La morue était tranchée encore ferme, puis lavée avant salaison ; on la salait sur les claies des chaufauds ou dans des cuves percées, de façon à ce que la saumure pût s’en échapper pendant que le poisson se faisait ; on donnait le temps nécessaire aux opérations de l’empilement, de la sécherie. Telles sont les principales conditions qu’ils jugeaient nécessaires à la production d’un poisson parfaitement préparé.
Nous autres, leurs descendants, nous avons négligé de suivre cette méthode et, par suite, nous avons rétrogradé. Nous avons d’abord pensé que l’on pourrait économiser beaucoup de sel en employant des cuves étanches, afin de profiter de la saumure que nos anciens laissaient échapper. Puis nous avons imaginé que si nous pouvions faire sécher la saumure dans le poisson au lieu de l’en extraire par pression, le poisson serait un peu plus lourd, et nous gagnerions quelque chose au poids.
Nous avons aussi jugé que le lavage du poisson avant salaison, demandant beaucoup de temps et de soin, nous gagnerions bien des heures en salant sans lavage préalable. Et plus tard encore, nous avons découvert que nous pourrions nous épargner beaucoup de peine en nous abstenant d’empiler et en livrant le produit au quart séché. C’est ainsi que s’est faite la situation d’infériorité que nous occupons sur les marchés.
Tout en rendant hommage à ceux qui, suivant les anciens errements, font du bon poisson, il faut reconnaître qu’aujourd’hui une grande partie de la morue expédiée de Terre-Neuve et du Labrador est imprégnée de matières qui auraient dû disparaître au lavage avant salaison ; ces matières produisent une mauvaise odeur à la cuisson. La saumure est restée concentrée dans le poisson au lieu d’en être extraite par pression avant sécherie. Résultat : les consignataires ne peuvent plus envoyer notre poisson dans l’intérieur, car l’extrême chaleur fond le sel et ramène la saumure à la surface ; le poisson devient mou, une grande partie tombe même en morceaux, ce qui le rend inacceptable. Par suite, le consommateur préfère le poisson d’autres pays, mieux fait, et pouvant subir l’épreuve du climat. M. J. D. Shaw de Cadix m’a demandé ce qu’était devenue la qualité de poisson que sa maison recevait jadis des anciens marchands de Terre-Neuve. »

100Les réflexions de M. Taverner semblent indiquer les causes de la dépréciation du produit de la pêche de cette colonie sur les marchés où il occupait jadis la première place et justifier la réponse que je faisais encore dernièrement à quelques personnes qui, parlant de notre prime, se plaignaient de la « concurrence déloyale » que, d’après elles, notre morue fait à celle de Terre-Neuve, en Espagne et en Italie, par exemple. « Faudrait-il », leur disais-je, « vous imiter et fournir une marchandise dont personne ne voudrait ? Nous n’accordons d’ailleurs de prime qu’au produit réputé de bonne qualité. Nos nationaux s’efforcent de contenter le client. Que ne faites-vous de même ? »

101M. Taverner croit qu’une loi pourrait assurer la bonne préparation du poisson dans l’île. Il paraît ignorer ce que deviennent, dans son pays, les lois qui contrarient tant soit peu les électeurs : des monuments typographiques, rien de plus.

245 CPC (NS) St-Jean, le 25 avril 1898

  • 16 En 1895, un soulèvement armé éclate contre la domination espagnole à Cuba et, pendant trois ans, l (...)

102J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence un exemplaire de la Royal Gazette de Terre-Neuve proclamant la neutralité de l’Angleterre dans la guerre entre l’Espagne et les États-Unis de l’Amérique du Nord16. On ne saurait encore dire dans quelle mesure cette guerre affectera la colonie. Le premier effet a été d’augmenter le prix de la farine et des viandes salées, articles de première nécessité pour Terre-Neuve, qui ne les produit pas et les reçoit en grande partie directement des États-Unis. Si les hostilités se prolongent, les pêcheurs de boëtte de la côte sud s’en ressentiront particulièrement, car les Américains ne viendront pas s’approvisionner de hareng. St-Pierre-et-Miquelon serait, dans ce cas, abondamment fourni d’appât de pêche cette année.

103Il est à présumer que le commerce du poisson de Terre-Neuve pourrait beaucoup gagner à l’absence de la flottille de pêche américaine sur les Bancs et que les marchés de Gloucester et de Boston offriront des prix rémunérateurs, faisant ample compensation à l’interruption éventuelle des exportations de morue à destination de la Péninsule ibérique. Certains armateurs de Terre-Neuve ont pris part à la vente de steamers achetés par les États-Unis, et l’on parle de plusieurs navires aliénés fort avantageusement à la veille de la déclaration de guerre. Le peuple de Terre-Neuve n’est point sentimental de sa nature, aussi ne prend-il aux événements actuels qu’une part assez tiède, de curiosité plutôt que de sympathie.

  • 17 « La raison du plus fort est toujours la meilleure » : première phrase de la fable « Le loup et l’ (...)
  • 18 C’est Haïti, première république noire à devenir indépendante, qui est connu comme la « Perle des (...)

104Les préférences seraient, je crois, pour les États-Unis : « la raison du plus fort est toujours la meilleure17 ». Néanmoins, on n’accorde guère de crédit aux pieuses déclarations humanitaires du Congrès américain. On sait que Cuba est mise en actions par des spéculateurs à New York. On sait aussi que la « Perle des Antilles18 » est, depuis plus d’un demi-siècle, l’objet des convoitises de plus en plus ardentes du puissant et peu scrupuleux voisin, qui n’a négligé aucune occasion d’y encourager la révolte contre la Couronne. En même temps, on tient assez peu compte des récentes provocations et l’héroïque témérité de l’Espagne, cause ici plus de surprise qu’elle n’inspire d’admiration. Néanmoins, les suites de cette guerre sont considérées comme un danger pour l’avenir de l’Union. On y voit le germe d’une nombreuse armée permanente, ainsi que d’une forte marine de guerre. Et l’on se demande si les états du sud et de l’ouest seraient, à ce sujet, longtemps d’accord avec ceux du nord.

246 CPC (NS) St-Jean, le 19 mai 1898

105Sir Frederick Carter, Juge en chef de la Cour suprême de Terre-Neuve depuis environ vingt ans, sollicité par le cabinet de St-Jean et obligé au repos par son grand âge, vient de donner sa démission. Il se retire avec la jouissance d’une pension d’environ dix-huit mille francs par an, votée par la dernière assemblée législative. Sir Frederick est remplacé dans ses fonctions par le juge puisne de la Cour suprême, l’hon. Joseph I. Little. M. Donald Morison, avocat, Conseiller de la Reine, est nommé juge. L’hon. George Emerson, déjà en possession, complète le personnel de la cour. Exceptionnellement, deux juges se trouvent être de religion catholique romaine, MM. Little et Emerson.

106Mais cet état de choses ne serait pas destiné à être de longue durée. Il est convenu, assure-t-on, que le juge en chef Little devra se retirer dans un an pour faire place à Sir James Winter, le Premier ministre actuel, lequel se propose d’abandonner à cette époque l’arène politique. La combinaison aurait pour résultat de placer le portefeuille de la Justice entre les mains de M. A. B. Morine, le Ministre des Finances aujourd’hui et déjà le factotum reconnu du gouvernement.

247 CPC (NS) St-Jean, le 11 juin 1898

107J’ai eu l’honneur d’annoncer à Votre Excellence que le Chef de la Division navale anglaise de Terre-Neuve devait venir à St-Jean célébrer, le 9 courant, l’anniversaire de la naissance de S. M. Britannique. Le Cordelia est en effet arrivé ce jour-là et a tiré le salut réglementaire. Un dîner officiel d’hommes a été donné au Palais du gouvernement, suivi d’une sorte de réception pour dames, à laquelle les femmes des invités ont seules été conviées. Le Gouverneur, fidèle à son système de m’ignorer officiellement, ne m’a pas invité. Mais, la veille, il avait voulu me retenir à dîner et à passer la soirée chez lui, gracieuseté dont je l’ai remercié sans en accepter le bénéfice.

  • 19 Augustin-Emmanuel-Hubert-Gaston Boué de Lapeyrère : promu capitaine de vaisseau en 1896, il comman (...)

108Hier, j’ai vu le Commodore anglais. Il m’a donné des nouvelles de M. le commandant Boué de Lapeyrère19, qu’il avait rencontré dans la baie St-Georges. Tout semble bien marcher, et l’intention du Commodore de passer ce mois-ci à St-Jean indiquerait qu’aucune difficulté n’est actuellement appréhendée. Les navires syndiqués, Ste-Anne et Jean Agathe, seraient occupés à préparer leur installation de pêche « sans grande chance de réussite », dit le Commodore, « car il n’y a pas encore de morue cette année sur le Treaty Shore, sauf à Port aux Choix ». […]

248 CPC (NS) St-Jean, le 1er juillet 1898

109Conformément à l’acte intitulé 61 Vict., Chap. 17, passé lors de la dernière session législative, le Gouverneur de Terre-Neuve vient de consacrer par décret les titres plus sonores octroyés par cette loi à certains membres du gouvernement à St-Jean :

  • Attorney General devient ministre de la Justice : titulaire Sir James Winter ;
  • Receiver General devient ministre des Finances et des Douanes : titulaire l’hon. A. B. Morine ;
  • Surveyor General devient ministre de l’Agriculture et des Mines : titulaire M. Thomas C. Duder ;
  • Chairman, Board of Works, devient ministre des Travaux publics : titulaire M. William Woodford.

110Rien n’est changé pour le Secrétaire colonial, titulaire l’hon. J. Alexander Robinson, pas plus que pour le directeur général des Postes, titulaire M. J. O. Fraser. Les chefs de bureaux des divers départements (chief clerks) deviennent deputy ministers. Il y aura désormais un ministre de la Marine et des pêcheries. A été nommé comme intérimaire M. [Abraham] Kean. Le Poor Commissioner devient commissaire de la Charité publique, titulaire M. H. D. O’Dwyer.

111Ces nouvelles dénominations se rapprochent tout-à-fait, on le voit, de celles usitées au Canada. Quelques personnes appréhendaient que ce fût un pas vers la Confédération, mais la déclaration récente de M. [Wilfred] Laurier au parlement a dû les rassurer. Le Premier ministre du Dominion juge que l’heure n’est pas propice à cette union. « Mais qu’allons-nous devenir ? », demandent ceux qui veulent à toute force lire dans l’avenir. « Nos délégués ne semblent pas avoir été fort bien reçus à Londres ; on dit qu’ils n’ont pas même obtenu audience. S’ils n’arrivent pas à trouver de l’argent, c’est la banqueroute publique à courte échéance et le retour presque certain à l’état de crown colony ! »

112Ces bruits et bien d’autres de même nature circulent depuis plusieurs jours. On a fort remarqué le ton vexé, agressif même, du Daily News (organe du cabinet actuel de St-Jean) au lendemain du jour où, par extraordinaire, le bureau télégraphique n’a fermé que bien avant dans la nuit. […]

249 CPC (NS) St-Jean, le 9 juillet 1898

  • 20 « Why We Are Ignored », Evening Herald, le 7 juillet 1898.

113L’Evening Herald de St-Jean a de nouveau cru devoir me signaler comme un dangereux personnage. Ci-joint l’article qu’il a pris la peine de publier20 : il vous divertira. Une fête réussie m’a semblé le meilleur argument à opposer à l’indignation du journal contre ses compatriotes ; aussi ai-je répondu par la récidive.

114Rien de nouveau pour le moment ; l’attention publique se trouve fixée sur les délégués, dont la mission à Londres ne paraît d’ailleurs pas en voie de réussite.

250 CPC (NS) St-Jean, le 13 juillet 1898

115Le Gouverneur de Terre-Neuve a prié le gouvernement de S. M. Britannique de le relever de ses fonctions le plus tôt possible. À un âge déjà avancé, doué d’un caractère inflexible et imbu de principes administratifs sévères, Sir Herbert Murray n’a ni su temporiser ni pu se plier aux théories faciles de son entourage officiel. C’est ainsi qu’il a été amené à rompre en visière avec ses ministres du cabinet Whiteway et que, sa santé assez mauvaise aidant, il abandonne la partie sous le régime actuel de Sir James Winter. Sir Herbert vient de faire publier dans la Royal Gazette d’hier une partie de sa correspondance télégraphique relative au contrat Reid. Le but évident du Gouverneur est de fournir au public la preuve irréfutable des efforts qu’il a cru devoir faire pour empêcher le contrat de devenir loi. La suite de cette correspondance démontrera sans doute que sa signature n’a été apposée que sur l’ordre formel de M. Chamberlain. La retraite du Gouverneur ne cause pas ici d’envie. Les mœurs fort simples de Sir Herbert n’ont pas contribué à le rendre populaire.

116Le sort définitif du contrat Reid, sans cependant passionner les esprits, les occupe bien davantage ; ce sort est encore problématique, assure-t-on : les lenteurs des entrepreneurs à pousser les travaux que le marché était supposé comporter semblent d’ailleurs justifier l’hypothèse ; on se demande naturellement qui paiera les dommages-intérêts résultants de la rupture d’un contrat voté par la législature et signé par le Gouverneur. Les délégués de la colonie à Londres ne donnent pas signe de vie ; ce silence est considéré comme un indice peu favorable au but principal de leur mission, qui est d’effectuer d’urgence un emprunt.

251 CPC (NS) St-Jean, le 6 août 1898

  • 21 La Conférence de Québec : conférence pour régler le contentieux qui oppose le Canada et les États- (...)

117Dans mes dernières communications, j’ai eu l’honneur d’annoncer à Votre Excellence qu’un fonctionnaire terreneuvien serait probablement désigné par le gouvernement britannique en qualité de commissaire adjoint aux délégués à la Conférence américaine-canadienne de Québec21. Sir James Winter, Premier ministre de Terre-Neuve, a été chargé de représenter la colonie à cette conférence.

  • 22 Voir Major-General R. L. Dashwood, « The French in Newfoundland » [communication présentée le 15 f (...)

118L’agitation qui se renouvelle ici au sujet des privilèges de la France s’accorde bien avec les déclarations de Sir James, objet de la dépêche que Votre Excellence m’a fait l’honneur de m’adresser le 6 juillet dernier, sous le présent timbre, N° 6. Encouragées par les intentions prêtées à M. Chamberlain relativement aux questions du French Shore, la presse locale et la [presse] canadienne s’évertuent à démontrer l’urgence de mesures radicales propres à secouer le joug des traités avec la France. Les communiqués à ce sujet abondent. On y prend vigoureusement à partie la Division navale britannique de Terre-Neuve « pour la partialité que les commandants anglais montrent », est-il dit, « à l’égard des Français, dont ils se font les très humbles serviteurs ». Le Major-General Dashwood, non content de sa spécialité de pêcheur de saumons et de chasseur de caribous, recommence à écrire et promet de remuer ciel et terre, à son retour en Angleterre, pour affranchir Terre-Neuve22.

  • 23 George Monro Grant, recteur de l’université Queen’s en Ontario. Il fut président de l’Imperial Fed (...)

119Un touriste canadien, homme considérable dans les lettres et l’instruction publique, le révérend principal Grant23, est venu me voir pour plaider la cause de la colonie. Il croit qu’un arbitrage est le meilleur moyen de faire disparaître les doutes sur l’étendue des droits de chacun. Je me suis contenté de lui demander en vertu de quel raisonnement il pensait que la France pût être amenée à concevoir elle-même des doutes sur les droits déjà séculaires, qu’elle ne prétendait d’ailleurs ni modifier ni étendre mais simplement conserver intacts. Et s’il croyait le gouvernement de la République tenu de partager par complaisance l’opinion de personnes si respectables qu’elles fussent, dont les intérêts n’étaient pas précisément ceux de la France. J’ai ajouté que, si bons voisins que nous souhaitions être, la politique constamment agressive des gouvernements de Terre-Neuve nous obligeait à nous tenir un peu sur la défensive. Qu’en outre, s’il avait eu le loisir d’étudier, sur place, les relations de nos pêcheurs avec les résidents anglais du littoral affecté par les traités, il se serait certainement convaincu que tous faisaient très bon ménage, en dépit de ce qu’en pouvaient dire les politiciens et autres intéressés à pêcher dans l’eau trouble. […]

252 CPC (NS) St-Jean, le 12 août 1898

120St-Jean est en ce moment très affairé à fournir la preuve de la versatilité de ses citoyens. Comme le sait Votre Excellence, le Gouverneur, Sir Herbert Murray, ne pouvant s’entendre avec les chefs des deux partis politiques qui à tour de rôle se succèdent au pouvoir, a donné sa démission. L’époque de son départ était fixée au mois d’octobre ou de novembre prochain. Or, voici que quelques personnes découvrent tout à coup l’intégrité, les vertus civiques, les éminentes qualités administratives que possède Sir Herbert et ne veulent pas qu’il s’éloigne. Une pétition au gouvernement britannique, demandant non seulement que le Gouverneur reste jusqu’au terme de son mandat actuel mais aussi que ce mandat soit renouvelé, court les rues et se couvre de signatures. Par contre, une partie de la presse locale s’insurge contre cette manifestation. Les organes du cabinet actuel ne trouvent pas de termes assez violents pour condamner « un aussi honteux renoncement aux libertés, aux privilèges de la colonie », un pas aussi criminel, disent-ils, vers le retour à l’état de crown colony.

121Je n’ai pas la prétention de prophétiser le dénouement de cette comédie, ni de prévoir ce qui adviendra de la pétition d’ici à peu de jours, mais je plaindrais fort le Gouverneur si sa réputation de fermeté était destinée à supporter le coup qu’y porterait un retour sur sa décision de rentrer dans la vie privée.

253 CPC (NS) St-Jean, le 16 septembre 1898

122Dans mes précédentes lettres, j’ai eu l’honneur d’entretenir Votre Excellence de la démission que le Gouverneur de Terre-Neuve avait faite de ses fonctions et de pétitions que les citoyens de St-Jean adressaient au gouvernement britannique dans le but de : 1 ° retenir Sir Herbert Murray dans la colonie ; 2 ° assurer le rejet du contrat Reid.

123Un extraordinary de la Royal Gazette, en date d’hier, tranche négativement la première question et confirme la nomination du lieutenant-colonel du Génie Sir Henry McCallum, KCMG, ex-Gouverneur de Lagos, comme successeur de Sir Herbert Murray. Quant au contrat Reid, le Secrétaire d’État ne fait qu’accuser réception de la pétition et se référer à des communications antérieures à la suite desquelles, comme le sait Votre Excellence, le Gouverneur n’a pu se dispenser d’apposer sa signature au pied du contrat. Il y a donc lieu de croire que les deux incidents sont clos.

254 CPC (NS) St-Jean, le 1er octobre 1898

124À propos de la conférence internationale de Québec, un journal canadien fait allusion au prétendu refus de la France de reconnaître un consul britannique à St-Pierre-et-Miquelon. Le mobile de ce refus lui paraît devoir être la crainte qu’un consul anglais vînt à entraver les opérations de contrebande de notre colonie avec le Canada et Terre-Neuve. Ce journal, le Montreal Witness, propose comme remède l’excommunication commerciale de St-Pierre-et-Miquelon par la Grande-Bretagne : declare non-intercourse.

125La suggestion, reproduite aujourd’hui par le Daily News de St-Jean, ne manquant ni d’originalité ni d’énergie, je crois devoir la signaler à Votre Excellence.

255 CPC (NS) St-Jean, le 7 octobre 1898

126Malgré la fin de non-recevoir par laquelle le cabinet de Londres a répondu aux démarches des citoyens de St-Jean, relativement au maintien du Gouverneur, Sir Herbert Murray, et le décourageant accueil fait à la demande de rejet du contrat Reid, l’agitation hostile à ce contrat continue ; elle augmente même. Un meeting ayant été convoqué pour avant-hier dans une salle spacieuse, une foule compacte s’y est portée. Des discours enflammés ont été prononcés, des résolutions adoptées. J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence le texte de ces résolutions.

127On y demande le rejet ou la révision, ou tout au moins l’ajournement du contrat. Mais les souhaits des requérants ne s’arrêtent pas là ; oubliant leurs protestations d’impartialité politique, ils réclament la dissolution de la législature qui a voté la mesure à la presque unanimité et, par suite, le renvoi du cabinet actuel de St-Jean. C’est laisser par trop apercevoir « le bout de l’oreille ».

128Ces questions locales n’ont certes pour nous qu’un intérêt platonique ; je crois néanmoins devoir en entretenir le Département à titre d’information. Leur connaissance peut d’ailleurs, à l’occasion, servir d’étalon à la mesure d’importance que l’on peut accorder à des votes législatifs, comme expression du sentiment populaire, en ce pays aussi primesautier que versatile.

256 CPC (NS) St-Jean, le 7 novembre 1898

129Aujourd’hui, à son réveil, St-Jean apprend que le Gouverneur de la colonie, ayant mis M. A. B. Morine, ministre des Finances et des Douanes, en demeure de donner sa démission, ce ministre s’est démis de ses fonctions. Le Gouverneur s’est fondé sur l’incompatibilité qu’il juge (un peu tardivement) exister entre la situation de M. Morine comme ministre et en même temps conseiller légal de MM. Reid, les concessionnaires du contrat qui porte leur nom et dont Votre Excellence a connaissance. Mais il n’a pas laissé à M. Morine le choix entre les deux situations, pas plus que l’alternative de conserver son portefeuille, tout en laissant vacant son siège au conseil des ministres.

130M. Morine, dans une longue lettre, déclare céder devant un procédé qu’il appelle arbitraire et irrégulier, afin, dit-il, de ne pas embarrasser le cabinet et le pays auxquels il proclame avoir rendu d’éminents services. Il témoigne craindre, en le déplorant, que son absence temporaire du conseil « soit préjudiciable au règlement des questions du French Shore dont il s’est occupé avec les commissaires royaux ». Il proteste contre l’esprit de partialité qu’il découvre chez le Gouverneur, fait ressortir l’absence de courtoisie qui l’a privé d’une occasion de se faire entendre, et invoque des précédents à l’appui de la position qu’on lui reproche : reproche qui n’est, selon lui, qu’une manifestation de l’animosité dont il est l’objet de la part du représentant de la Reine.

131En dépit des allégations de M. Morine, il est permis de croire que le véritable motif de sa soumission se trouve dans la certitude que, si le Gouverneur était en ce moment poussé à provoquer des élections générales, le groupe politique auquel appartient M. Morine, responsable du contrat Reid, n’aurait aucune chance de triompher.

132En conséquence de l’incident, le Premier ministre, Sir James Winter, qui devait partir hier pour rejoindre à Washington la Commission américaine-canadienne, a retardé son voyage. M. W. J. S. Donnelly, député et ancien Receveur général, remplacera M. Morine.

257 CPC (NS) St-Jean, le 10 décembre 1898

133D’après les informations publiées dans les journaux de Terre-Neuve, et surtout par ceux du Canada, M. Chamberlain, parlant du résultat de l’enquête French Shore, récemment conduite par les commissaires royaux délégués à cet effet, aurait qualifié d’intolérables « les vexations et les préjudices que les Français infligent aux habitants de cette partie du littoral de l’île en particulier et de la colonie en général ». On ne dit pas que M. Chamberlain ait précisé un seul grief ; aussi semble-t-il sage de ne point accorder une bien grande portée à des rapports probablement exagérés et qui semblent uniquement fondés sur quelques discours inspirés par le désir de faire naître des enthousiasmes en faveur d’une union coloniale britannique. M. Chamberlain, on le sait, ne laisse échapper aucune occasion d’apporter quelques matériaux à un édifice dont il a évidemment à cœur de passer pour le principal architecte.

134Le rapport des commissaires royaux peut d’ailleurs à peine être terminé (je sais que certains éléments leur ont été transmis il y a peu de jours) ; tout ce qu’on en peut dire actuellement ne saurait donc être basé que sur des suppositions plus ou moins passionnées.

258 CPC (NS) St-Jean, le 21 janvier 1899

  • 24 P. T. McGrath, « France in Newfoundland », Nineteenth Century, 45, 1899, p. 46-55.

135À l’appui des remarques consignées dans ma lettre du 15 courant, N° 2, sur la façon dont les écrivains anglais traitent la question du French Shore, j’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence un article ayant fait certain bruit. Cet article a paru dans le Nineteenth Century du mois de janvier dernier. Son auteur est M. McGrath, rédacteur de l’Evening Herald de St-Jean24.

136M. McGrath le prend d’assez haut et termine en posant les bases de la cessation de l’exercice des privilèges de la France sur le Treaty Shore. Il n’oublie pas de spécifier les peines à nous infliger en cas de non-acquiescement : ces peines comporteraient même l’expulsion du consul non reconnu, M. des Isles. M. McGrath néglige uniquement d’indiquer par quel procédé nouveau on arriverait à exorciser un consul fantôme.

259 CPC (NS) St-Jean, le 27 février 1899

  • 25 La goélette Augusta, échouée sur la côte de pic à Denis (Head Harbour).

137On prétend ici, comme en Angleterre, que le gouvernement britannique se voit, sans raison, assailli de coups d’épingle par la France. En outre, des commissionnaires royaux anglais préparent laborieusement, au sujet du French Shore, un rapport où la contrebande entre St-Pierre-et-Miquelon et Terre-Neuve ne manquera pas d’occuper beaucoup d’espace. La correspondance dont ci-joint copie est édifiante en ce qui concerne les coups d’épingle prodigués à ce vice-consulat par le gouvernement de Terre-Neuve et aussi comme exemple de sa manière d’envisager la contrebande dite saint-pierraise. À la date du 14 novembre 1898, j’ai eu l’honneur d’adresser à Votre Excellence, sous le présent timbre, N° 48, une lettre relative à la perte de la goélette Augusta de St-Pierre-et-Miquelon25. Certaines irrégularités quant au navire et des procédés douteux touchant le chargement y étaient, entre autres incidents, signalés.

138Le Gouverneur p.i. de St-Pierre m’ayant tout dernièrement prié de lui fournir sur le naufrage et ses complications des renseignements propres à l’aider dans une enquête dont il se trouve chargé, je m’adressai de nouveau au fonctionnaire terreneuvien avec lequel je m’étais entretenu du naufrage, ainsi que de ses suites, et dont j’attendais des documents promis. Cette personne m’informa qu’un ministre, ayant eu connaissance de nos entretiens, l’avait blâmée et lui avait défendu de me fournir quoi que ce soit. « Vous pouvez », ajouta-t-elle, « comme agent de l’Augusta, demander au Secrétaire colonial copie des pièces ; j’ai en main des données complètes. »

139Je prévoyais bien une fin de non-recevoir de la part du gouvernement qui, par les tracasseries dont il me rend l’objet, espère sans doute forcer la France à accepter un consul de sa façon à St-Pierre-et-Miquelon. Mais, d’un côté, je devais m’efforcer de satisfaire à la demande du Gouverneur de St-Pierre ; de l’autre, j’ai cru bon de saisir une occasion si favorable de prouver que le gouvernement de la République, aussi bien que l’administration des îles St-Pierre-et-Miquelon, accusés chaque jour de connivence avec les contrebandiers de notre colonie, souhaitaient s’édifier sur les transactions irrégulières qui, par hasard, parviennent à leur connaissance. Et que Terre-Neuve, tout en prodiguant les insinuations offensives, a recours à de spécieux faux-fuyants pour dérober la lumière sur les faits.

140Ai-je réussi ?

141Le Gouverneur de St-Pierre devra peut-être attendre, mais des démarches faites résulte cette étrange chose. Avec l’assentiment du conseil des ministres, un Secrétaire colonial parfaitement instruit d’une infraction aux lois du pays exige que ce soit au nom du prévaricateur que les preuves soient demandées ! Préférerait-on, ici, le grief à la répression d’un commerce illicite, dont on grandit à plaisir les proportions et au sujet duquel le gouvernement, comme la presse, font tant de bruit ? Votre Excellence en jugera d’après les documents ci-annexés.

  • 26 Voir, par exemple, « The French Agent », Daily News, le 28 décembre 1896.

142Je n’ai pas à me préoccuper de la suite que peut comporter cette affaire : le Département estimera s’il y a lieu d’avoir recours à l’entremise du cabinet britannique pour obtenir les pièces que ce vice-consulat a vainement demandées à l’autorité locale. Pour ce qui touche à l’en-tête de mes communications, l’objection me paraît ou puérile ou insidieuse. À quel titre irais-je m’ingérer dans les relations de nos nationaux avec Terre-Neuve si ce n’est comme fonctionnaire chargé du vice-consulat ? À titre d’espion donc ! Est-ce là un piège tendu par M. le Secrétaire colonial qui, de son fauteuil de rédacteur du Daily News, prétextant que je n’ai point d’exequatur, a plus d’une fois insinué que je fais ce métier à St-Jean26.

143Votre Excellence remarquera d’ailleurs que, dans sa communication du 14 courant, le Secrétaire colonial ne fait mention que de la lettre dictée le 11 décembre 1891 par le Gouverneur de Terre-Neuve ; quant à celle du 12, il l’ignore et passe outre les précédents établis, ainsi qu’il résulte de la liste, ci-jointe, d’une partie des lettres que ce vice-consulat a échangées avec l’administration de Terre-Neuve depuis la date précitée du 12 décembre 1891. Votre Excellence trouvera également ci-joint, en original, une pièce strictement confidentielle relative au naufrage de l’Augusta. J’en fais parvenir un extrait sans signature à M. le Gouverneur p. i. des îles St-Pierreet-Miquelon.

Nota :
L’incendie de 1892 a détruit dans les archives du poste la correspondance que j’ai échangée avec le Gouverneur de Terre-Neuve les 11 et 12 décembre 1891. Je souhaiterais en recevoir copie. Sa reproduction a été annexée à ma dépêche du 12 décembre 1891, sous le timbre de la Direction des affaires commerciales et consulaires – Personnel.

260 CPC (NS) St-Jean, le 4 mars 1899

144J’ai l’honneur d’informer Votre Excellence que le Gouverneur de Terre-Neuve, Sir Henry Edward McCallum, est arrivé hier dans l’après-midi à St-Jean. Beaucoup de monde a assisté à son débarquement. Le Gouverneur s’est immédiatement rendu à sa résidence, où la prestation de serment a eu lieu.

145Je sors de ma visite à Sir Henry McCallum ; il m’a bien accueilli tout en s’empressant de dire, me montrant la carte que j’avais fait passer, « J’ai beaucoup de plaisir à recevoir M. Riballier des Isles, mais je ne puis reconnaître en lui le Consul Général de France, ce que je regrette. » J’ai répondu que ma carte, n’indiquant aucun lieu de résidence officielle, ne se distinguait nullement de celle que le lt. -colonel du Génie, Sir Henry McCallum, KCMG, pouvait présenter partout où bon lui semblerait. Que d’ailleurs, la question d’être ou de n’être pas officiellement reconnu ne me préoccupait aucunement ; que c’était l’affaire du gouvernement de la République, qui m’avait placé à Terre-Neuve. Après un assez long entretien, Sir Henry et M. des Isles se sont quittés en excellents termes. Le nouveau Gouverneur m’a paru doué d’une intelligente volonté.

261 CPC (NS) St-Jean, le 14 avril 1899

146Le 7 novembre dernier, j’ai eu l’honneur de rendre compte à Votre Excellence d’un conflit survenu entre le Gouverneur de Terre-Neuve, alors Sir Herbert Murray, et son ministre des Finances et des Douanes, M. A. B. Morine. Le renvoi de ce ministre avait été soudain ; sa réintégration, annoncée ce matin, n’est pas moins subite. Hier encore, on la considérait comme absolument improbable. L’indomptable énergie de M. Morine l’emporte encore une fois, en dépit des ennemis que lui font un caractère agressif et dominant, dont il se montre si peu maître. Le nouveau Gouverneur, Sir Henry McCallum, sur la recommandation du Premier ministre, Sir James Winter, vient donc, d’un trait de plume, constitutionnel d’ailleurs, d’annuler l’œuvre bruyante et laborieuse de son prédécesseur sans attendre que la représentation populaire ait eu occasion de se prononcer.

147M. A. B. Morine doit avoir en mains de bien formidables moyens d’action sur son entourage politique pour en être arrivé à un résultat si contraire aux déclarations prêtées à des membres du cabinet de St-Jean, dont l’un lui aurait récemment dit : « Bien que mon traitement de ministre soit d’une grande importance pour un homme pauvre comme moi, je le sacrifierais plutôt que de continuer à être votre collègue dans le cabinet. » Et un autre : « Je ne consentirais pas à siéger avec vous au Conseil des ministres, même au prix de 500 dollars par jour. » L’avenir fera sans doute connaître si ces paroles sont aussi vite oubliées que celles dont le Premier ministre actuel, parlant de M. A. B. Morine, fut jadis l’auteur : « Le plus grand scélérat qui soit jamais entré par la passe du port. » L’amour, comme la haine des politiciens de profession, sont, on le sait, choses bien éphémères.

148Quoi qu’il en soit, M. Morine est redevenu membre prépondérant du ministère : pour le moment (et en attendant la présidence du conseil), il prend le portefeuille de la Marine et des Pêcheries, laissé vacant par la complaisance du titulaire. Dans cette situation, les questions du French Shore seront naturellement de sa compétence directe, et, comme je l’ai fait observer, il est dès lors difficile de s’attendre à de la modération dans les débats ou les mesures parlementaires qu’elles pourront motiver. Cependant, M. Morine a, plus d’une fois, surpris le public par l’aisance avec laquelle il vire de bord lorsque son intérêt personnel commande la manœuvre.

262 CPC (NS) St-Jean, le 14 juin 1899

149Depuis le 14 avril dernier, époque de la réintégration de M. A. B. Morine dans le cabinet de St-Jean, je n’ai pas entretenu Votre Excellence des incidents survenus au sein du gouvernement de cette colonie. Ces incidents n’ont sans doute qu’un faible intérêt pour le Département, mais je pense qu’il est bon de continuer à l’en informer, ne fût-ce qu’à titre de simple renseignement.

150L’île de Terre-Neuve est retombée sous la dictature Morine, dont elle avait déjà goûté, notamment en 1894. Le Gouverneur semble être doucement subjugué par ce maître en politique terreneuvienne qui vient de reprendre le portefeuille des Finances, pour un temps, fait-il dire, ses préférences étant toujours pour celui de la Marine et des Pêcheries. Comment M. Morine est-il revenu aux Finances ?

151Il s’agissait de pourvoir à la réélection de cinq députés amis du cabinet qui, ayant pendant plus de six mois occupé des situations rétribuées, devaient, par suite, se représenter aux électeurs avant de reprendre leurs sièges dans la Chambre des représentants. Le danger d’une défaite était si grand, vu que tous ces députés avaient voté en faveur du contrat Reid, qu’il fut décidé de leur appliquer le bénéfice d’un bill d’exception, passé à cet effet. Seulement l’un d’eux, M. [W. J. S.] Donnelly, ministre des Finances par intérim, n’ayant pas le bonheur de plaire à M. Morine, son nom ne fut pas compris dans le bill, et c’est lui seul qui dut se faire réélire. Il a échoué, comme il s’y attendait du reste, si bien qu’en prévision de cette éventualité il avait obtenu promesse écrite d’une situation équivalente au siège et au portefeuille qu’on le forçait à risquer. Un candidat d’opposition, à peine lettré, l’a emporté, grâce au cri populaire de « Sus au contrat Reid ! ».

152Ce choix démontre combien nécessaire était le bill d’exception, car toute élection nouvelle tournerait certainement à l’heure actuelle contre le gouvernement. M. Donnelly attendra probablement longtemps l’effet des promesses faites ; mais M. Morine a le portefeuille.

153J’ai eu occasion de signaler à Votre Excellence les sentiments peu favorables de M. A. B. Morine relativement aux affaires du French Shore et son inclination à faire des prosélytes. J’apprends que le Gouverneur de Terre-Neuve a ménagé au nouveau Chef de la Division navale britannique de Terre-Neuve une entrevue avec le Ministre des Finances, dans le but de fournir au Commodore le concours des lumières du factotum du cabinet de St-Jean.

154Combien de temps le Gouverneur restera-t-il sous le charme ? M. Morine a jadis subjugué de même façon les Premiers ministres Sir William Whiteway et Sir James Winter, ainsi que les Gouverneurs Sir Terence O’Brien et Sir Herbert Murray, lesquels le détestent aujourd’hui très cordialement.

263 CCC St-Jean, le 22 juin 1899

155J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence un avis d’adjudication relatif à la construction d’un palais de justice à St-Jean de Terre-Neuve. La date fixée comme limite pour la réception des soumissions est le 15 juillet prochain, mais je suis informé que cette date sera probablement prorogée, vu que le plan du bâtiment n’a pas encore été définitivement arrêté. Outre le palais de justice, d’autres travaux doivent être exécutés cet été :

  1. Pavage de la principale rue commerçante de la ville, Water Street.
  2. Établissement d’un tramway électrique et d’une station génératrice d’électricité.
  3. Construction d’une nouvelle gare de chemin de fer.

156Ces derniers travaux sont entrepris par M. R. G. Reid, Water Street, St-Jean de Terre-Neuve, propriétaire de toutes les voies ferrés de l’île, des paquebots côtiers subventionnés, de lignes télégraphiques, et d’immenses terrains offerts à l’agriculture au prix de 30 cents (Frs. 1-50) le demi-hectare, en outre de coupes de bois et de nombreuses mines de charbon, de cuivre, de fer, de carrières en voie d’être exploitées ou en projet d’exploitation.

157Le genre de pavage en question est encore à l’étude ; il en est de même de la station électrique à moteur hydraulique. Le parcours du tramway n’est pas arrêté.

264 CPC (NS) St-Jean, le 24 juillet 1899

158La clôture de la session législative de Terre-Neuve pour 1899 a eu lieu le 21 courant sans que cette assemblée se soit occupée des questions concernant les privilèges de la France sur la partie du littoral affectée par nos traités avec la Grande-Bretagne. Votre Excellence trouvera, ci-joint, le texte du Discours du trône qui prononce la clôture. Ce document renferme un paragraphe se rapportant spécialement aux affaires du French Shore. Le langage en est assez ambigu ; on semble vouloir y confondre deux catégories d’arrangements cependant très distincts. L’arrangement temporaire (1891), autorisant la Grande-Bretagne à mettre en vigueur les traités avec la France, puis le modus vivendi affectant uniquement les homarderies : le premier périmant fin de l’année courante, le second récemment renouvelé pour la présente campagne par le gouvernement de S. M. Britannique. On profite de ce que l’échéance des deux arrangements se trouvent tomber à la même date pour dissimuler que le cabinet de Londres a jugé à propos d’agir d’autorité, cette année, en ce qui concerne le modus vivendi.

159L’enquête faite par les commissaires royaux l’an dernier devait servir de base au renouvellement de l’arrangement temporaire ou à un arrangement permanent, peut-être, disait-on, mais cette enquête n’aboutit guère puisque, comme l’affirme le Discours du trône, le Gouverneur de la colonie n’est pas encore en mesure d’en donner même communication à la législature. Ce serait donc remis à la prochaine réunion, en 1900.

160Il est vrai que notre campagne de pêche commencera avant cette réunion, très probablement, mais ceci ne regarde que la Grande-Bretagne ; si à l’époque voulue elle n’est pas en règle avec sa colonie, elle se passera d’un assentiment dont l’absence n’invalide en rien les droits de la France sur le French Shore. C’est du reste le moyen d’aller plus vite en besogne. Terre-Neuve dira forcément « amen » avec plus ou moins de mauvaise grâce.

161Le Gouverneur annonce son prochain voyage dans l’île. Ce déplacement comportera une tournée d’inspection sur le French Shore à bord du croiseur anglais Comus ; elle commencera vers le 17 du mois prochain ; j’en ai avisé M. le capitaine de vaisseau [Privat-Agathon-Benjamin-Arthur] Hennique. Sir Henry McCallum se montre plein du désir d’étudier à fond les affaires de ce pays ; il ne prend de repos que forcé à l’inaction par le mauvais état de sa santé. Sir Henry souffre de fièvres paludéennes, contractées lorsqu’il était Gouverneur de Lagos. Sa visite sur le French Shore lui permettra, on peut le présumer, de constater, comme l’ont fait ses prédécesseurs, l’exagération systématique des griefs allégués contre nous par son entourage de politiciens.

162Le Discours du trône fait d’ailleurs envisager l’avenir de la colonie tout couleur de rose. La méthode n’est certes pas mauvaise, car, ne trompant personne sur place, elle a l’avantage d’évoquer à distance d’encourageants mirages.

265 CPC (NS) St-Jean, le 20 août 1899

163Le 3 de ce mois, j’ai eu l’honneur d’annoncer à Votre Excellence l’arrivée de l’aviso-transport Manche à St-Jean. Les avaries souffertes par ce bâtiment ont été réparées, et hier dans l’après-midi il a quitté ce port pour faire une tournée d’inspection de notre flottille de pêche sur les Bancs. J’ai déjà rendu compte de l’accueil gracieux dont M. le commandant [Louis-Joseph] Pivet et son état-major avaient été l’objet de la part du Gouverneur de Terre-Neuve, alors sur son départ.

164J’ajoute avec satisfaction que pendant le séjour forcé de la Manche, la société de St-Jean n’a cessé de témoigner à son commandant et à ses officiers les plus flatteurs égards. Il ne s’est point passé de jour sans que quelque invitation vînt fournir une preuve de l’impression favorable produite par ces messieurs. Ils n’ont certes eu ni l’occasion, ni le loisir de regretter l’absence de l’élément officiel. Les meilleures maisons leur ont été ouvertes, ainsi que le club aristocratique de tennis. Ils ont rencontré dans les salons ce que St-Jean compte de plus charmant et de plus distingué. Une soirée et un bal ont été donnés en leur honneur. À la sauterie d’adieu que je leur ai offerte et où se trouvaient les officiers de l’aviso anglais Alert, ils ont pu serrer la main aux amis qu’ils laissent ici ; ils regrettent, m’ont-ils assuré, de nous quitter si tôt. Tous forment des vœux pour se retrouver ici l’année prochaine. Je ne dois pas omettre de dire que Mgr l’évêque de St-Jean a célébré à bord de la Manche une messe solennelle d’action de grâces en souvenir du danger auquel notre bâtiment a si heureusement échappé sur les côtes de Terre-Neuve. Des manifestations de la nature de celles que je viens de relater font une impression désirable sur le public et portent aux déclamations outrées et intéressées des politiciens de profession, nos ennemis, des coups qui, pour devenir efficaces, n’auraient qu’à être souvent renouvelés.

  • 27 Les médecins français avaient toujours offert des soins à la population locale, mais en 1894 la mé (...)

165Le médecin de la Manche, M. le Dr [Louis-François-Gabriel] Forgeot, a fait, de son côté, œuvre particulièrement utile et méritoire. En se montrant infatigable de complaisance pour les nombreux malades qui n’ont cessé d’avoir recours à ses avis toujours gracieux, il a su perpétuer la foi reconnaissante du peuple à Terre-Neuve pour l’art médical français27.

166En terminant, je me fais un devoir de rendre justice à la conduite exemplaire du brave et bel équipage de la Manche à terre : pas un désordre n’a été signalé.

266 CPC (NS) St-Jean, le 14 octobre 1899

167Le Gouverneur de Terre-Neuve vient de terminer le voyage que j’ai eu l’honneur d’annoncer à Votre Excellence par ma lettre du 27 juillet dernier, N° 23, sous le présent timbre. Sir Henry McCallum s’y est repris à trois fois ; sa santé ne lui a pas permis de supporter longtemps sans trêve la fatigue des réceptions dont il a été l’objet, des discours qu’il a prononcés, des parties de pêche, de chasse qu’il a voulu mener à bien, outre les fêtes dansantes et les solides festins qu’il lui a fallu endurer.

  • 28 Le commodore G. A. Giffard, Chef de la Division navale britannique de Terre-Neuve.
  • 29 La Réserve navale de Terre-Neuve est formée en 1902. Voir Mark C. Hunter, « HMS Calypso : Locating (...)

168Sur le French Shore, le Gouverneur a fait espérer une solution prochaine, favorable à la colonie, des difficultés habituelles afférentes aux privilèges de pêche de la France. On estime généralement qu’il s’est un peu avancé dans les assurances qu’il a données. Mais pouvait-il ne rien dire ou parler autrement ? Dans les autres parties de l’île, le Gouverneur, secondé par le Ministre de la Marine et des Pêcheries, M. A. B. Morine, qui s’était constitué son ombre, ainsi que par le commodore Giffard28, a principalement fait de la propagande Réserve navale. Il espère peut-être réussir, ou tout au moins donner au gouvernement de S. M. Britannique une preuve de zèle. Le terrain n’est cependant pas favorable : le pêcheur de Terre-Neuve aime trop sa liberté d’allures pour bien saisir le mérite d’une combinaison qui commencerait par l’assujettir ; quant à la corde patriotique, elle vibre difficilement chez lui29.

169Ce que l’on considère ici comme l’incident le plus remarquable de la visite du Gouverneur, c’est une innovation dans le cérémonial. Partout le représentant de S. M. Britannique a consenti à être présenté aux populations par l’un ou l’autre des membres de son cabinet. Le procédé ne saurait être plus démocratique ; néanmoins, des esprits mal faits, sans doute, le considèrent comme tant soit peu dérogatoire à la dignité de l’emploi. On trouve même qu’il jure passablement avec la déclaration d’indépendance, réitérée dans tous les discours du Gouverneur : que le but de son voyage est de s’édifier par lui-même sur la situation, les besoins de ses administrés, afin d’apporter au besoin dans les conseils le poids contradictoire de l’expérience personnelle qu’il aurait acquise. En somme, le Gouverneur semble s’être donné beaucoup de peine. En sera-t-il plus populaire ? Les feuilles à la dévotion du cabinet appuient fort sur la « joie » que Sir Henry a éprouvée « à serrer la main calleuse des vaillants pêcheurs ».

170De la fameuse Commission royale French Shore, rien, depuis que le Gouverneur en a parlé ; je crois cependant devoir adresser, ci-joint, à Votre Excellence un article récemment publié par le Daily Post de Birmingham sur la question du French Shore. La dernière déclaration de M. Chamberlain, commentée par ce journal, indiquerait le statu quo.

267 DP St-Jean, le 14 novembre 1899

171À M. Jean-Baptiste-Paul Beau, Chef du cabinet, du personnel et du secrétariat

172M. [Alfred] Dumaine a la bonté de m’assurer des soins qu’il donne au succès de ma candidature au grade d’officier dans la Légion d’honneur. Permettez-moi de venir solliciter votre intérêt en cette circonstance.

173Vous vous rappelez peut-être qu’au début de mon dernier congé en 1895 vous m’avez donné l’assurance de ma promotion au grade de consul général et d’un changement de poste. Mon successeur à Terre-Neuve était même désigné. Sur ces entrefaites, M. Hanotaux ayant quitté les Affaires étrangères, son successeur [Marcelin Berthelot] me nomma consul général en février 1896, mais je fus renvoyé à St-Jean, où un changement de gouverneur fit juger utile mon retour en raison de mes relations personnelles avec le nouveau titulaire. Il fallut me séparer de ma famille. Depuis lors, chaque année a vu surgir dans les affaires de Terre-Neuve des incidents qui ont porté le Département à me maintenir dans le poste déshérité que j’occupe sans exequatur depuis 14 ans.

174Je suis déjà ancien légionnaire, doyen d’âge des consuls généraux en activité et certainement le moins favorisé de tous comme poste. J’ose donc espérer que dans cette situation la proposition de la Direction politique, les témoignages flatteurs que mon zèle et mon dévouement ont provoqués de la part des nombreux chefs de division navale qui se sont succédés à Terre-Neuve, plaideront en ma faveur et constitueront des titres à votre prépondérant appui. Je ne crois pas qu’il soit besoin d’insister ici sur l’opportunité de faire voir à mon entourage, systématiquement hostile à nos privilèges, que le gouvernement de la République tient toujours à cœur les intérêts nationaux dont je me trouve être le représentant.

175Le souvenir de votre bienveillance à mon égard m’assure que vous ne considérerez pas comme importune la démarche que je prends la liberté de faire auprès de vous. Vous voudrez bien, je l’espère, y accorder un accueil sympathique.

268 CPC (NS) St-Jean, le 6 décembre 1899

176La Royal Gazette de St-Jean donne, dans son numéro d’hier, place en évidence à une correspondance du London Globe à la date du 30 octobre dernier. J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence deux exemplaires de cet article, l’un destiné au ministre de la Marine.

177L’auteur, qui pourrait bien être le révd Dr Moses Harvey de St-Jean, correspondant de plusieurs journaux, tant au Canada qu’en Angleterre, semblerait prendre pour point de départ les publications dues à sa plume. Quoi qu’il en soit, la correspondance du London Globe cherche à établir qu’il existe une conspiration fomentée par le gouvernement de la République au moyen de promesses de subventions à St-Pierre-et-Miquelon, dans le but de tromper l’opinion publique sur le résultat de la pêche française pendant la dernière campagne, manœuvre tendant à attribuer fallacieusement à cette industrie une importance propre à justifier le haut prix que la France chercherait, en définitive, à obtenir pour l’abandon de ses privilèges de pêche sur le littoral de Terre-Neuve affecté par les traités, la cession de St-Pierre comprise.

  • 30 La guerre des Boers, qui opposa la République d’Afrique du Sud (l’État libre d’Orange et le Transv (...)

178L’article fourmille en assertions fantaisistes, assez bien présentées cependant pour dérouter ceux qui n’ont ni les moyens ni le loisir d’en vérifier l’exactitude. Le trafic de contrebande entre St-Pierre et le Canada serait, est-il dit, le principal élément d’existence de notre colonie. Comme preuve à l’appui, on cite l’aventure de M. Ferry [Receveur des douanes à St-Pierre], devenu l’objet de l’indignation populaire pour avoir entretenu avec la Douane du Dominion des relations d’espionnage préjudiciable à cette contrebande. Le modus vivendi relatif aux homarderies sur le French Shore est présenté comme devant expirer avec l’année courante, pour ne plus être renouvelé ; de graves complications sont supposées devoir surgir, en conséquence, entre le gouvernement de la République et celui de la Grande-Bretagne. L’article termine par un trait d’actualité à effet : il assure que les prétentions de la France trouveront en Angleterre le même accueil que celles du Transvaal30.

269 CPC (NS) St-Jean, le 28 décembre 1899

179L’état de crise ministérielle est devenu chronique à Terre-Neuve. Sous ce rapport, l’année courante va clore comme la précédente. À la suite de l’échec que le cabinet de St-Jean a souffert aux dernières élections partielles, les membres du pouvoir exécutif, déjà exaspérés par les procédés dictatoriaux de leur collègue, M. A. B. Morine, humiliés par l’outrecuidance de son langage, ont trouvé le courage de la révolte. M. Morine s’est, en conséquence, démis du portefeuille de la Marine et des Pêcheries. En vain le Gouverneur a-t-il offert la direction de ce département à plusieurs députés ; aucun n’a voulu, en l’acceptant, courir les risques d’une réélection. D’un autre côté, le Ministre des Finances par intérim, arrivant au terme légal de sa situation temporaire, refuse de se présenter aux électeurs pour en obtenir la sanction de son mandat. On a essayé diverses combinaisons tendant à tourner la difficulté des réélections, l’une d’elles consistant à attribuer les portefeuilles à des membres du Conseil législatif, mais aucune n’a réussi. En attendant, le nombre des membres de l’exécutif a été complété par la nomination d’un ministre sans portefeuille.

180On parle de confier la direction des départements vacants aux soins de sous-ministres (deputy ministers), même d’en supprimer. Le remède constitutionnel à un état de choses si anormal est tout indiqué : réunir la législature et découvrir ainsi où se trouve aujourd’hui la majorité. Mais l’épreuve est considérée comme trop dangereuse par les Conservateurs actuellement au pouvoir, outre qu’elle révélerait peut-être l’existence de trois groupes numériquement égaux dans l’Assemblée et irréconciliables. Des élections générales deviendraient nécessaires. Le cabinet de Sir James Winter en a peur ; le Gouverneur, de son côté, ne se soucierait nullement d’encourir la responsabilité de l’initiative. Les choses peuvent durer ainsi pendant plusieurs mois encore.

181Je n’y verrai aucun inconvénient en ce qui concerne nos intérêts si je savais que M. Chamberlain, malgré son besoin de volontaires pour le Transvaal et de recrues pour la Naval Reserve, fût disposé à se passer de l’adhésion de la colonie au renouvellement du modus vivendi pour 1900. Votre Excellence est sans doute mieux renseigné que moi à ce sujet. En attendant ses instructions, je crois que le mieux sera, pour ce vice-consulat, de répondre à l’occasion que rien n’est venu porter atteinte au statu quo.

270 CPC (NS) St-Jean, le 25 janvier 1900

182Par ma lettre du 28 décembre dernier, j’ai eu l’honneur de rendre compte à Votre Excellence de l’embarras du gouvernement de Terre-Neuve à trouver un ministre des Finances et des Douanes. Depuis lors, M. George Shea ayant donné sa démission, il y a eu urgence de le remplacer. La Royal Gazette du 23 courant annonce la nomination de M. Allan C. Goodridge, député, à ces fonctions. On a continué à avoir recours au subterfuge légal de l’intérimaire.

183M. Goodridge est fort jeune ; il est le moins âgé des députés, 28 ans. Son père était Premier ministre en 1894 lors de la faillite des banques de la colonie, laquelle entraîna la sienne propre, l’obligeant à rentrer dans la vie privée. Ainsi s’augmente d’un nom malheureux en affaires la liste déjà longue des faillis qui ont pris la direction des finances de la colonie.

184Le nouveau ministre, nommé pour six mois, sera probablement en exercice à l’époque de la prochaine réunion de la législature. La date de cette réunion vient d’être reculée au 1er février prochain mais sans la mention « pour l’expédition des affaires », ce qui indique un ou plusieurs autres ajournements. Le cabinet de St-Jean donne donc le spectacle d’un gouvernement tellement assuré de sa défaite que les délais sont devenus son seul refuge.

185On disait le Gouverneur décidé à faire cesser un état de chose constitutionnellement peu édifiant ; mais Sir Henry McCallum se trouve évidemment dans l’embarras de choisir entre deux maux sans même savoir quel sera le moindre, car, bien que le gouvernement actuel ait indubitablement contre lui l’électorat, la faveur populaire ne semble acquise à personne. Depuis que Sir William Whiteway a disparu de la scène politique, il n’y a plus de leader reconnu à Terre-Neuve. « Je ne reparaîtrai », me disait-il dernièrement, « qu’à l’heure où rien ne pourra me résister. » Il faisait sans doute allusion aux élections générales, qu’elles aient lieu à l’époque régulière ou que les événements les précipitent. Mais Sir William est bien âgé maintenant pour prendre une part active à la lutte : il compte probablement beaucoup sur l’ancien prestige de son nom.

186L’anémie politique pourrait bien finir par jeter la colonie dans les bras du Dominion canadien.

271 CPC (NS) St-Jean, le 20 février 1900

187Conformément à la proclamation dont j’ai eu l’honneur de parler à Votre Excellence dans ma lettre N° 4, sous le présent timbre, la législature de Terre-Neuve s’est réunie hier en session, dite spéciale, pour le renouvellement du modus vivendi et de l’arrangement temporaire relatifs aux privilèges de la pêche française sur le littoral affecté par les traités. Le Gouverneur a prononcé le Discours du trône dont Votre Excellence trouvera, ci-joint, le texte.

188Il est à remarquer que la cérémonie avait attiré moins de monde qu’à l’ordinaire. La famille du Gouverneur ne s’y est pas rendue (elle était au cercle du patinage) ; nombre de dames, les plus connues dans la société de St-Jean, s’étaient également abstenues. Était-ce une façon muette de protester contre l’objet du vote demandé à l’Assemblée ? Après le discours, les députés ont quitté le local du Sénat (Conseil législatif) pour se réunir dans le leur. Je les y ai suivis.

189D’une façon unanime, le gouvernement et l’Opposition ont décidé de se conformer au désir exprimé par le cabinet de S. M. Britannique et de voter, séance tenante, pour le terme d’une année, la continuation du modus vivendi, ainsi que celle de l’arrangement temporaire ayant expiré le 31 décembre dernier. Dans les discours prononcés, l’arrangement temporaire est resté sous-entendu ; le modus vivendi, seul, a été mentionné.

190Le public des galeries n’a manifesté aucune émotion, même lorsqu’un orateur a déclaré que le vote avait uniquement pour mobile le souci de ne pas créer, en un moment critique, des embarras à la Couronne et exprimé l’espoir que, d’ici à un an, l’Angleterre aurait pris des mesures pour en éviter la répétition. Un grand calme ne me surprit pas, car je savais que l’attention du public était alors fixée sur l’attitude qu’allait prendre l’Opposition à l’égard du gouvernement de la colonie. L’attente n’a pas été longue.

191M. Bond, leader de l’Opposition, ayant pris la parole, a proposé un amendement à la réponse au Discours de trône. Il a protesté contre l’ajournement de la législature après l’accomplissement des formalités relatives au modus vivendi et réclamé la non-interruption des travaux, ainsi qu’un vote de non-confiance à l’adresse du gouvernement. Une discussion très animée a eu lieu. Trois membres de la droite se sont déclarés pour l’amendement, outre deux autres, dits indépendants. Après un débat sur les principes, le tour des allusions personnelles est venu. Je me suis immédiatement retiré, car j’ai pour règle de ne jamais oublier qu’il y aurait manque de tact de ma part à m’immiscer, et même paraître prêter une oreille attentive, aux affaires ne concernant pas les intérêts de la France. Il est certaines opérations que même les politiciens préfèrent liquider sans témoins étrangers.

192À 10 heures du soir, la Chambre a voté à l’unanimité le modus vivendi. Elle a ensuite adopté l’amendement à la réponse au Discours du trône par 15 voix contre 9, laissant en conséquence, pour le moment, le gouvernement en minorité. Ce soir, on saura à quoi s’en tenir sur la prolongation de la session.

193PS : Le Gouverneur a prononcé hier l’ajournement de la législature au 8 mars prochain.

272 CCC St-Jean, le 26 mars 1900

194Bien que les îles St-Pierre-et-Miquelon puissent être aperçues, à l’œil nu, d’une partie du littoral de Terre-Neuve, que le mouvement des bateaux à voile terreneuviens effectuant des voyages à St-Pierre ait dépassé le nombre de neuf cents l’an dernier, le service postal, celui des voyageurs et du fret entre les deux pays, se fait avec une lenteur extrême, plus difficilement qu’entre le Canada et les États-Unis. Cette anomalie cessera bientôt d’exister.

195MM. Reid, les grands entrepreneurs à Terre-Neuve, vont établir un service à vapeur, bi-hebdomadaire, avec escale à St-Pierre, entre Plaisance et Port-aux-Basques. Port-aux-Basques, terminus de la ligne ferrée traversant Terre-Neuve, est relié trois fois par semaine à Sydney (Cap-Breton) par le paquebot Bruce ; Plaisance est journellement relié à St-Jean par une ligne de chemin de fer, propriété des mêmes messieurs Reid. Des paquebots communiquent chaque semaine entre St-Jean et les ports de la Grande-Bretagne.

  • 31 Pro-Patria : navire postal qui faisait le service avec le Canada, grâce à une subvention du gouvern (...)

196Notre colonie va bénéficier de ces communications régulières dans des conditions extrêmement avantageuses. Le steamer Clyde fera escale à St-Pierre, tant à l’aller qu’au retour à Plaisance, moyennant franchise de droits de port seulement. MM. Reid avaient d’abord stipulé une subvention annuelle de mille dollars. J’ai peut-être contribué à les amener à penser qu’il était de leur intérêt de ne pas insister. Que St-Pierre était déjà grevé par le contrat Pro-Patria pendant deux ans encore31. Que ce laps de temps pouvait être nécessaire à faire ressortir les avantages ou les défauts du service projeté. Je crois que notre colonie gagnera à sortir de l’isolement relatif que lui imposait le manque de communications rapides, fréquentes, économiques, faciles, avec Terre-Neuve et le continent américain.

197D’un autre côté, il me semble désormais possible d’ouvrir à nos produits nationaux un débouché à Terre-Neuve, où ils ne pénètrent qu’en trop faible mesure et toujours par l’entremise de commissionnaires étrangers. Le commerce français n’envoie pas ses commis-voyageurs à Terre-Neuve ; l’importance des transactions éventuelles avec l’île ne semble, en effet, pas justifier ce moyen spécial et dispendieux de trouver des clients ; mais rien n’empêchera plus les négociants de St-Pierre de combler cette lacune, dont on m’a souvent fait l’observation ici : « Nous ne parlons pas votre langue, nous connaissons mal vos articles », dit-on, « on ne vient pas nous les offrir ; comment voulez-vous que nous les recherchions ? »

198Nos négociants saint-pierrais pourront donc, à peu de frais, en très peu de temps, venir à St-Jean négocier le placement des produits de notre industrie dont il leur sera facile d’installer des dépôts ou des agences chez eux : vins, tissus, nouveautés, articles de Paris, passementerie, parfumerie, produits chimiques et pharmaceutiques, etc., etc. Le fret sur marchandises apportées dans notre colonie par les navires venant chaque année, au printemps y déposer et à l’automne y rechercher les équipages de pêche, devrait être, ce semble, assez bas pour lutter avantageusement avec celui que paient les colis venant d’Angleterre à St-Jean par paquebots. Aujourd’hui, le petit détaillant terreneuvien ne pouvant, comme les grands négociants, envoyer chaque année des acheteurs en Angleterre, est contraint de se fournir sur place, le fret sur faibles envois étant trop onéreux pour lui permettre d’opérer par correspondance. St-Pierre devenant un marché accessible en toutes saisons, on pourrait y renouveler les assortiments. J’ai souvent regretté que l’isolement (fréquemment voulu) de notre colonie privât le commerce métropolitain d’un canal d’écoulement qui semblait tout indiqué. Cet isolement venant à cesser, on peut, je crois, espérer que l’obstacle principal est levé.

199En outre, on sait que les États-Unis, le Canada, pour se débarrasser d’un excès de production, font d’énormes concessions à l’exportation. Pourquoi St-Pierre ne profiterait-il pas de la circonstance pour devenir un entrepôt de marchandises américaines sacrifiées, où Terre-Neuve viendrait puiser ? Les ports et baies désormais en communication directe avec St-Pierre via Plaisance seront, outre St-Jean et Sydney (Cap-Breton) : Burin, St. Lawrence, Lamaline, Fortune, Grand Bank, Belleoram, St-Jacques, Harbour Breton, Hermitage, Gaultois, Pushthrough, McCallum Bay, Ramea, Burgeo, La Poile, Rose Blanche, Channel. Puis, par correspondance, avec les côtes est, ouest et nord de l’île.

200Le nouveau service doit commencer vers le mois de mai prochain.

273 CPC (NS) St-Jean, le 15 juin 1900

201Le croiseur anglais Charybdis, commandé par le commodore Giffard, Chef de la Division navale britannique de Terre-Neuve, est arrivé en ce port le 11 du mois courant. Ce bâtiment avait d’abord touché à la baie St-Georges, où il a rencontré l’Isly, et à St-Pierre-et-Miquelon pour y saluer le Gouverneur, M. [Paul] Samary. Le Commodore, auquel j’ai, comme de coutume, souhaité la bienvenue, m’a semblé rapporter une bonne impression de ces deux visites. Il ne prévoit d’ailleurs, pour la présente campagne, de la part des autorités de Terre-Neuve, aucune manifestation de mauvais vouloir relativement à la mise en vigueur des traités affectant le French Shore.

202Il pourrait cependant se faire que, dans l’éventualité d’élections générales l’automne prochain, quelques politiciens cherchassent à raviver d’anciens griefs et à embarrasser le renouvellement des arrangements temporaires qui régissent actuellement certains privilèges de la France, aussi bien que l’action des forces navales britanniques sur le littoral affecté par les traités. Mais, en ce moment, toute l’activité du nouveau cabinet, présidé par M. Bond, semble tendre à faire la guerre à l’entreprise Reid. On veut que les concessionnaires se résignent à modifier diverses clauses principales de leur contrat, notamment en ce qui concerne la propriété perpétuelle des lignes ferrées et des télégraphes dans l’île. La lutte engagée sur ce terrain nous donnera donc, très probablement, une prolongation de répit relativement aux questions du French Shore.

274 CCC St-Jean, le 30 juin 1900

  • 32 Bell Island, site des mines de fer. Voir F. Halet, « Le gisement de fer de Wabana, Bell Île (Terre (...)

203Le Bureau géologique de Terre-Neuve vient seulement de livrer au public son rapport pour l’année 1898. J’ai l’honneur d’en adresser, ci-joint, trois exemplaires à Votre Excellence. On remarque dans ce rapport un écart sensible entre la valeur estimative du minerai extrait et exporté, telle que consignée dans les statistiques douanières, comparativement aux chiffres fournis par le Bureau géologique. Il y a lieu de présumer que le Bureau est mieux informé que la Douane ; je crois donc devoir présenter ici, en annexe, un tableau récapitulatif de la production des mines et carrières de Terre-Neuve, basé sur les indications du Bureau géologique. En somme, à l’exception du cuivre retiré de la Little Bay mine et des pyrites provenant de Bell Island32, dans la baie de la Conception, les opérations minières de la colonie n’ont encore donné qu’un médiocre résultat. Le charbon de terre et le pétrole notamment, sur lesquels on avait d’abord fondé de grandes espérances, sont restés improductifs.

204Dans mes deux derniers rapports commerciaux, j’ai eu occasion de constater une amélioration notable dans la situation économique de Terre-Neuve, particulièrement en ce qui concerne les classes laborieuses. J’attribuais cette amélioration aux travaux entrepris par les concessionnaires Reid, lesquels mettaient des sommes importantes en circulation, ainsi qu’à l’exploitation des mines de fer de Bell Island. Mais voici que ces sources de prospérité menacent de disparaître. MM. Reid, en conflit avec le gouvernement actuel de la colonie, ont suspendu leurs travaux, congédié leurs ouvriers.

205Depuis une quinzaine de jours, les seize ou dix-sept cents hommes employés à Bell Island se sont mis en grève pour une augmentation de salaire. On ne parvient pas à s’entendre ; les travaux ont cessé ; des navires attendent en vain les chargements qu’ils sont venus chercher. On craint que cet état de choses n’amène l’abandon d’une exploitation que seul le haut prix atteint par le minerai rendait rémunérateur. Déjà presque tous les mineurs se sont dispersés à la recherche d’une autre occupation.

206Il en est toujours ainsi à Terre-Neuve ; rien n’y acquiert de stabilité. Tantôt c’est l’administration qui chancelle, tantôt ce sont les chefs d’industries qui pressurent les travailleurs ; bien souvent ce sont ces derniers qui, se croyant devenus indispensables, élèvent des prétentions exagérées. Le résultat est constamment lamentable, attendu que l’émigration des meilleurs ouvriers se trouve augmenter. Ils se dirigent vers le Canada et les États-Unis, où les salaires sont plus élevés.

275 CPC (NS) St-Jean, le 17 juillet 1900

207Le Gouverneur de Terre-Neuve, Sir Henry McCallum, est revenu d’Angleterre avec sa famille, bien que le bruit eût couru qu’il était en passe d’obtenir un autre poste. À la réception officielle qu’il a donnée, Sir Henry étrennait un uniforme de colonel d’Infanterie, grade qui lui a été octroyé récemment avec le titre d’aide-de-camp de S. M. Britannique. Sauf la violente croisade de presse contre le contrat Reid, encouragée par le cabinet actuel, le Gouverneur a retrouvé la colonie fort calme. Cependant, la grève de Bell Island continue malgré l’arrestation de trois des principaux fauteurs. Il est probable que l’exploitation de ces mines sera indéfiniment suspendue, au grand détriment surtout des travailleurs, qui, leurrés par l’espoir d’obtenir environ huit centimes d’augmentation par heure de travail, ont déjà perdu près de deux mois d’ouvrage. Jusqu’ici, les dégâts causés aux entrepreneurs se bornent à un câble coupé la nuit, on ne sait par qui.

208Les opérations de la pêche se poursuivent avec des résultats divers, en somme assez satisfaisants pour nous ; mais on peut s’attendre à des plaintes, car la campagne ne promet pas d’être aussi extraordinairement fructueuse que celle de l’an dernier.

276 CPC (NS) St-Jean, le 10 août 1900

209Dans mes précédentes communications, j’ai eu occasion de faire pressentir que la législature de Terre-Neuve serait dissoute avant le terme de sa durée ordinaire. Une proclamation du Gouverneur de la colonie vient de confirmer cette prévision. L’époque des prochaines élections générales pour le renouvellement de l’Assemblée n’est pas encore fixée, mais on suppose qu’elles auront lieu au mois d’octobre prochain.

210Le Gouverneur, qui s’était d’abord déclaré peu disposé à sanctionner cette dissolution, n’a pas pu résister au vœu du cabinet Bond qui, par cette manœuvre, espère porter le coup de grâce au Parti conservateur et s’assurer le pouvoir pendant quatre ans. Cependant, rien n’est plus incertain que le résultat de ces élections. Le public se montre assez indifférent aux polémiques des journaux de nuances diverses, où perce le souci d’intérêts personnels, bien plus que celui d’assurer au pays un gouvernement stable appuyé sur la justice. On chercherait en vain dans la presse locale un programme politique ; depuis des mois, il n’y est question que du contrat Reid, dénigré par les uns, porté aux nues par les autres. Les premiers ne parlent de rien moins que de l’annuler, sans avoir égard aux conséquences, sans suggérer un équivalent raisonné, acceptable et néanmoins indispensable. Les autres, n’osant se rendre impopulaires en se déclarant absolument en faveur de César, prêchent cependant la révolte contre ses adversaires. Ainsi ballottés, on pourrait dire égarés, les électeurs auront peine à se prononcer en connaissance de cause. L’impression qui pourra, au dernier moment, dominer la majorité illettrée l’emportera sans doute.

211Au milieu du chaos dans les sphères gouvernementales de Terre-Neuve et des préoccupations de l’Angleterre, nul ne saurait dire quel sort attend le renouvellement des actes législatifs afférents à l’exercice des privilèges de la France sur le littoral affecté par les traités ; mais il deviendra, à n’en pas douter, nécessaire que le gouvernement de la République avise, en temps utile, à ce que S. M. Britannique prenne, pour le commencement de l’année 1901, des mesures assurant à nos nationaux la paisible jouissance de ces privilèges. Dans l’actualité, et en vue de la tendance croissante d’envahissement des fonds de pêche du homard manifestée par les populations britanniques sur le French Shore, ni la Division navale française, ni celle de la Grande-Bretagne ne semblent outillées pour assurer le respect des droits de chacun.

212Les chefs de divisions navales ont toute compétence pour juger des moyens à employer à l’effet de rendre leur service efficace ; mon rôle se borne donc, je crois, à appeler l’intérêt de Votre Excellence sur le besoin apparent de mettre à la disposition de notre Division navale de Terre-Neuve un matériel en rapport avec les services qu’elle est appelée à rendre.

277 CPC (NS) St-Jean, le 20 août 1900

213Les croiseurs Isly et Manche de notre Division navale de Terre-Neuve viennent de quitter St-Jean pour continuer leur service des pêcheries. L’an dernier, j’ai eu l’honneur de rendre compte à Votre Excellence de la bonne impression produite en cette ville par la présence des deux mêmes bâtiments et de l’accueil sympathique dont leurs commandants, ainsi que leurs états-majors, avaient été l’objet. Cette année, leur trop court séjour a été marqué par des manifestations tout aussi flatteuses.

  • 33 Le prince Alfred de Saxe-Coburg et Gotha et duc d’Edimbourg, fils cadet de la reine Victoria.

214Le Commandant de la Division navale anglaise a modifié le programme de ses mouvements pour rester ici avec la Charybdis et le Buzzard pendant que nos bâtiments s’y trouvaient. Il avait été convenu que l’Isly et la Manche, de même que le Froude, si possible, seraient à St-Jean pour assister à un bal du Gouverneur dont la date était fixée au 16 courant ; mais le deuil officiel imposé par le décès de Son Altesse le duc de Saxe-Coburg-Gotha33 a fait reculer cette date jusqu’à la fin de septembre. Le Gouverneur en a exprimé verbalement et par écrit les plus vifs regrets au commandant [Privat-Agathon-Benjamin-Arthur] Hennique et, désireux, sans doute, de fournir un témoignage marqué de la sincérité de ces regrets, l’a prié d’accepter, pendant son séjour ici, l’hospitalité du Palais du gouvernement. Notre chef de division n’a pas cru devoir profiter de cette gracieuse invitation (sans précédent à Terre-Neuve).

215Un garden party, un grand dîner officiel, outre un souper intime, ont été offerts par le Gouverneur à notre chef de division et à M. le commandant Pivet de la Manche. Au dîner, de même qu’à un déjeuner à bord du Charybdis, la santé de M. le président de la République a été portée par les amphitryons. Le commandant Hennique a, de son côté, reçu à bord de l’Isly le Gouverneur, sa famille, la mienne et les principaux de la Division navale anglaise. Les états-majors des bâtiments anglais et français ont fait échange de politesses. On s’est quitté avec regret.

216Je n’ai pas manqué d’apporter mon contingent aux fêtes provoquées par la présence de nos marins. Et, pour leur faire moins regretter le bal du Gouverneur, je leur en ai offert un chez moi. La maison consulaire a réuni en cette occasion les commandants et les états-majors des quatre navires de guerre en rade et ce qu’il y a de mieux et de plus gracieux dans la société de St-Jean. La famille du Gouverneur s’y trouvait. Sir Henry McCallum, retenu par l’indisposition dont il souffre habituellement, était représenté par son aide-de-camp. C’est, je crois, par le spectacle de l’harmonie entre éléments si divers que l’on peut arriver à modifier, dans un sens favorable à nos intérêts nationaux, l’impression fâcheuse que la presse et les politiciens de profession s’efforcent de produire sur le public, en nous représentant comme l’ennemi commun, comme la cause principale de tous les insuccès de la colonie.

217Je ne saurais clore cette lettre sans rendre un juste hommage au tact de M. le commandant Hennique. Pendant les deux années de son commandement, au milieu d’incidents souvent fort irritants, il a su conserver le plus grand sang-froid, la plus grande fermeté, la plus exquise politesse vis-à-vis de son collègue anglais, dont il a d’ailleurs su gagner le respect et la sympathie au point que ce dernier a plusieurs fois exprimé le vœu de continuer avec lui son service pendant la 3e et dernière année de son commandement de la Division navale britannique de Terre-Neuve.

278 CPC (NS) St-Jean, le 14 septembre 1900

218Une proclamation du Gouverneur de cette colonie vient de fixer au 8 novembre le jour des prochaines élections générales pour le renouvellement de la législature de Terre-Neuve, dissoute le mois dernier. Jusqu’ici l’attitude des partis n’a pas changé. La question semble décidément circonscrite : pour les Conservateurs à obéir aux inspirations des concessionnaires Reid, pour les Libéraux à contrecarrer tout ce qui procède de la même source. On attend la publication du programme politique destiné à décider le choix des électeurs ; mais il est évident que les chefs respectifs n’ont aucune hâte à prendre l’initiative : le potage est maigre en effet, si maigre qu’il ne peut s’agir que de l’épicer diversement au goût des différents districts électoraux.

219Deux noms symbolisent les bannières rivales. M. A. B. Morine est supposé représenter les Conservateurs, M. Bond les Libéraux ; cependant, parmi ces derniers, l’accord n’est point parfait ; il y a un personnage, M. Morris, dont les antécédents sont certes libéraux mais qui, en 1898, s’est séparé de ses coreligionnaires, amis de M. Bond, pour favoriser le district qui l’avait élu. Une entente entre M. Bond et M. Morris semble seule capable de produire une majorité de gouvernement dans la prochaine assemblée ; par malheur il en résulterait un cabinet de compromission, forcément amené à ne vivre que de concessions faites à MM. Reid ou, ce qui reviendrait au même, à l’Opposition. Dans ces conditions, la victoire pourrait bien n’être qu’illusoire en même temps qu’éphémère.

220À moins de fermer volontairement les yeux aux signes de décrépitude politique à Terre-Neuve, on ne saurait manquer de voir poindre à son horizon l’absorption de la colonie par le Dominion canadien. C’est uniquement une question de temps ou simplement d’argent.

279 CPC (NS) St-Jean, le 16 octobre 1900

221Par ma lettre du 3 courant, N° 25, sous le présent timbre, j’ai eu l’honneur de mettre sous les yeux de Votre Excellence une analyse du programme politique publié par M. R. Bond, Premier ministre actuel de cette colonie. L’Opposition ou Parti conservateur, dit Tory, y a répondu par un manifeste aussi rempli de promesses. Dans ce document, M. A. B. Morine, s’appuyant sur le choix dont, dit-il, la majorité de ses anciens collègues au cabinet l’a rendu l’objet, s’institue chef de parti et, par opposition à M. Bond, se déclare en faveur du contrat Reid, son œuvre. M. Morine, suivant son habitude, le prend de très haut ; il se proclame déjà Premier ministre ; il dit : mon parti, mon peuple ; il pose en dictateur et affirme qu’en dehors de lui et de sa politique point de salut pour Terre-Neuve. Ce ton, sa situation d’avoué de MM. Reid, joints au peu de sympathie qu’inspirent généralement sa personnalité et son origine étrangère à la colonie (il est Néo-écossais), semblent avoir produit ici un assez mauvais effet.

222En ce moment, la question sur laquelle porte l’élection paraît ainsi posée. Bond et la sauvegarde des intérêts du pays, de ses libertés supposés menacés par le tsar Reid, accusé de vouloir placer ses créatures à la tête du gouvernement et dans la législature. Morine et la prospérité matérielle des travailleurs, grâce à une modification du contrat Reid laquelle permettrait à ce concessionnaire de dégager sa responsabilité personnelle en formant une compagnie au capital de vingt-cinq millions de dollars, empruntés en Europe, argent qui serait employé à mettre en exploitation les ressources minérales et forestières du pays. Les électeurs décideront. Un troisième groupe, dit indépendant, s’intitulant Union Libérale, appuierait M. Bond.

223Pas plus que le manifeste Bond, celui de M. Morine ne fait mention du French Shore. Ce silence à la veille d’élections générales montre bien que l’agitation dont est souvent l’objet, l’exercice des droits de pêche de la France sur le littoral de Terre-Neuve affecté par les traités, ne prend pas sa source dans les masses mais n’est qu’un instrument dont les politiciens de profession se servent à l’occasion pour se mettre en évidence comme patriotes ou obtenir des faveurs du gouvernement britannique.

224On pourrait cependant ne rien perdre pour attendre, et il serait, je crois, bon de rappeler au cabinet de Londres que ses arrangements avec Terre-Neuve relativement au modus vivendi et à l’action des navires de guerre de la Grande-Bretagne dans ces parages prennent fin avec l’année courante.

280 CPC (NS) St-Jean, le 11 novembre 1900

225Je viens d’établir, et j’ai l’honneur d’adresser à Votre Excellence, le relevé des cessions de territoire faites sur le French Shore aux entrepreneurs Reid par suite du contrat passé entre ceux-ci et la colonie de Terre-Neuve. Un coup d’œil suffit pour saisir la portée de ce transfert au point de vue de l’envahissement du littoral affecté à l’usage de la pêche française. Je crois pouvoir affirmer que le gouvernement britannique n’a pas encore connaissance des concessions que je signale. Votre Excellence les trouvera marquées à l’encre rouge sur le tracé ci-annexé, fidèle reproduction d’un document cadastral officiel.

226Ces territoires, jadis terres de la Couronne, se trouvant aujourd’hui transformés en propriétés privées, peuvent devenir une source de conflits entre nos nationaux, M. Reid, ses locataires ou ses successeurs. Sans vouloir prendre les choses au tragique, il est cependant impossible de fermer les yeux sur la gravité des empiétements dont Terre-Neuve donne actuellement le spectacle, à notre détriment. On installe M. Reid sur les meilleures parties du French Shore, on lui donne titre au rivage, on le met en possession des meilleurs baies, des cours d’eau les plus importants. On le rend ainsi, au moins en théorie, maître et seigneur, là où les traités nous garantissent libre jouissance pendant la saison de pêche et respect de nos établissements pendant notre absence.

227Entre autres privilèges, nos nationaux ont celui de couper le bois dont ils peuvent avoir besoin pour construire leurs chaufaux, leurs cabanes, réparer leurs navires, leurs embarcations, etc., etc. Mais ils ne doivent point pénétrer dans les propriétés entourées de clôtures. Cette limitation ne s’appliquait jadis qu’à des enclos réservés à la culture, au pâturage, au jardinage appartenant à des colons vivant en paix avec nous et dont la condition éveillait d’ailleurs notre sympathie. Maintenant, si la fantaisie prenait à M. Reid, puissamment riche, dit-on, d’entourer de clôtures ses concessions sur le French Shore, où donc nos pêcheurs trouveraient-ils leur bois ? Car, qu’est-ce qu’une clôture ? Un obstacle à pénétrer. Or, quelques fils de métal entourant une propriété peuvent être réputés clôture. Il en coûterait peu à M. Reid de protéger ses arbres. M. Reid et autres projettent, sans songer à nous consulter, la construction de wharfs et autres travaux pour l’exploitation de diverses industries sur le littoral affecté par les traités : Terre-Neuve semble leur donner carte blanche en aliénant à leur profit les emplacements désirables, dût-il en résulter gêne pour notre pêche.

228Ces pensées m’imposent le devoir de mettre Votre Excellence en mesure de faire, preuves en mains, des représentations au gouvernement de S. M. Britannique pour empêcher que, en ce qui concerne nos nationaux, les choses passant de la théorie à la pratique, notre administration ne se trouve encore aux prises avec le fait accompli. J’arrive à temps, je l’espère, malgré les difficultés que j’ai dû vaincre pour me documenter ; car le Commodore anglais m’a assuré hier qu’officiellement il ignorait que des terrains sur le French Shore eussent été concédés à M. Reid. D’un autre côté, M. le commandant Hennique est de retour en France avec la Division navale qu’il a commandée pendant deux années. Il pourra éclairer le Département et celui de la Marine sur l’importance des emplacements auxquels j’ai conservé les numéros d’ordre marqués au cadastre.

229Puis l’heure approche où il faudra renouveler avec le gouvernement britannique les arrangements relatifs au modus vivendi et où la juridiction de la Division navale anglaise dans les eaux du French Shore devra être à nouveau sanctionnée par la législature de la colonie. Le gouvernement de la Reine, instruit des nouveaux obstacles que Terre-Neuve paraît élever au libre exercice de la pêche française sur le French Shore, pourra intervenir en temps utile.

281 CPC (NS) St-Jean, le 24 novembre 1900

230Le résultat des élections générales de Terre-Neuve pour ce renouvellement de la législature vient d’être connu. Le parti dit Libéral l’a emporté sur les Conservateurs. Le gouvernement de M. R. Bond a obtenu l’écrasante majorité de trente-deux membres sur trente-six. C’est ainsi que les électeurs ont répondu aux vues par trop ambitieuses de M. A. B. Morine et aussi à l’appui que l’entrepreneur Reid a cru bon de donner à ce politicien, son avoué.

231On prétend que la majorité acquise au gouvernement peut devenir embarrassante et conduire peut-être à des dissensions intimes, car comment satisfaire les convoitises de tant d’amis ? M. Bond a d’ailleurs un émule énergique et intelligent dans la personne de M. E. P. Morris, avocat, député libéral pour le district de St-Jean Ouest. M. Morris est loin de partager les vues extrêmes du Premier ministre en ce qui concerne l’entreprise Reid : on prévoit donc que M. Bond devra entrer dans la voie des concessions ou briser avec son rival, éventualité offrant des dangers.

232Et ce qui touche à nos intérêts sur le French Shore, le résultat des élections est plus favorable au maintien de la bonne harmonie que ne l’eût probablement été l’accession des Conservateurs au pouvoir. En outre, nous voici conduits par la force des choses, à faire, dans une certaine mesure, cause commune avec les habitants du littoral affecté par les traités, car, comme eux, nous avons à nous plaindre des empiétements que les concessions territoriales faites à M. Reid semblent constituer.

282 CPC (NS) St-Jean, le 26 janvier 1901

233Ainsi que j’ai eu l’honneur de l’annoncer à Votre Excellence par ma lettre du 18 courant, N° 2, sous le présent timbre, le Premier ministre de Terre-Neuve part pour Londres. Seulement c’est maintenant obéissant à une invitation du Colonial Office au lieu d’être de son propre mouvement. Le Colonial Office appelle M. Robert Bond pour traiter avec lui du renouvellement (bien tardif) du modus vivendi concernant les homarderies françaises sur le French Shore et, concurremment, d’un arrangement, définitif si possible, relatif aux autres questions regardant la partie du littoral affectée par les traités avec la France.

234La législature de Terre-Neuve devra se réunir en session spéciale le 15 février prochain pour acquiescer au renouvellement du modus vivendi seulement, après quoi elle serait ajournée probablement jusqu’au retour de M. Bond. L’Assemblée accordera la sanction demandée, mais ce ne sera, présume-t-on, point par un vote unanime comme celui de l’an dernier qu’elle se rendra au vœu de la Couronne. Quant à l’arrangement subséquent, s’il est difficile de prévoir quand il sera libellé, il est indubitable qu’il rencontrera ici une vive opposition. Il faudra que le cabinet de Londres, à défaut d’acte du parlement anglais, achète le consentement de la colonie. Autoriser Terre-Neuve à négocier diplomatiquement la « Bond-Blaine convention » serait un prix acceptable ; mais les termes du traité à intervenir pourraient bien faire naître des complications nouvelles en portant atteinte à nos intérêts si nous en conservions dans l’île.

235Il faudra nous tenir sur nos gardes.

283 CPC (NS) St-Jean, le 19 février 1901

236J’ai l’honneur d’accuser réception de la dépêche télégraphique, N° 01, répondant à ma lettre N° 2. Ma communication N° 4 attribue au gouvernement britannique l’initiative d’une invitation officielle à M. Bond de se rendre en Angleterre. Si l’information parvenue à St-Jean est exacte, le cabinet de Londres aurait évidemment pris cette mesure postérieurement à la date des renseignements dont Votre Excellence a daigné me faire connaître la substance.

237En ce qui concerne la suggestion de ma présence à Londres et à Paris, elle m’a été inspirée par l’espoir de me mettre en mesure d’édifier Votre Excellence sur le travail extra-diplomatique auquel pourraient donner lieu des négociations dans le cas où, comme le fait observer Votre Excellence, on arrivait à en engager. M. Bond a été retenu à Montréal par des pourparlers relatifs aux chemins de fer de Terre-Neuve et aussi, dit-on, par une indisposition ; mais on le croit maintenant arrivé en Angleterre où à la veille d’y débarquer.

284 CPC (NS) St-Jean, le 25 février 1901

  • 34 La reine Victoria est morte le 22 janvier 1901.

238J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence le Discours du trône que le Gouverneur de Terre-Neuve a prononcé à l’occasion de l’ouverture de la session spéciale de la législature de Terre-Neuve convoquée à l’effet de renouveler le modus vivendi relatif aux homarderies du French Shore. Ce discours débute par un hommage rendu à la mémoire de S. M. la reine Victoria34. Le Gouverneur annonce ensuite que le gouvernement du Roi a invité les ministres de Terre-Neuve à se rendre à Londres pour prendre part aux préliminaires de négociations projetées entre la Grande-Bretagne et la France relativement au règlement des questions du French Shore. Il invite en même temps la législature à procéder sans retard au renouvellement du modus vivendi, objet de la session et préliminaire d’un arrangement définitif qui, espère-t-il, donnera satisfaction à la colonie. Enfin, le discours fait allusion à la visite que L. A. R. le duc et la duchesse de Cornwall doivent faire à St-Jean du 21 au 24 octobre prochains. Après la cérémonie d’ouverture, j’ai suivi les députés à la Chambre.

239Le chef de l’Opposition, M. A. B. Morine, a demandé la production de la correspondance relative au modus vivendi et à l’invitation faite au cabinet de St-Jean de se rendre à Londres. Il a déclaré que sa requête n’impliquait aucune intention de s’opposer au renouvellement du modus vivendi pour la prochaine saison de pêche mais qu’il croyait la législature en droit d’être complètement édifiée. Il a ajouté que selon lui, les privilèges de la France sur le French Shore n’étaient pas tant une entrave à la pêche des habitants anglais sédentaires qu’un obstacle au développement d’industries nouvelles sur cette partie du littoral, telles que l’exploitation des forêts et des mines par des capitalistes de la colonie ou des étrangers.

240Quelques autres discours ont été prononcés. Les orateurs se sont montrés flattés de la mesure prise par la métropole d’inviter, pour la première fois, Terre-Neuve à prendre officiellement part aux négociations à intervenir au sujet du French Shore. Il n’est pas douteux que l’effet de cette invitation a été de dissiper les velléités d’opposition au renouvellement du modus vivendi qui se manifestaient avant l’ouverture de la session.

241La Chambre s’est ajournée à aujourd’hui lundi.

285 CPC (NS) St-Jean, le 4 mars 1901

242Pour faire suite à ma lettre du 25 février dernier, N° 10, sous le présent timbre, j’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence le texte du bill que la législature de Terre-Neuve a voté le 28 du même mois. Ce bill sanctionne pour une année, expirant le 31 décembre 1901, la mise en vigueur des arrangements intervenus entre la France et la Grande-Bretagne relativement aux pêcheries et au modus vivendi sur le French Shore. Les termes du bill sont généreux, mais à la Chambre, aussi bien qu’au Conseil législatif, le gouvernement a expliqué qu’il s’appliquait à l’arrangement temporaire et au modus vivendi.

243Votre Excellence trouvera aussi, ci-joint, le texte du Discours du trône pour la clôture de la session spéciale, prononcé par le Gouverneur. Le représentant de S. M. Britannique félicite l’Assemblée sur l’unanimité montrée en se rendant au vœu exprimé par les ministres du Roi. Il espère que cette mesure, facilitant les négociations projetées entre l’Angleterre et la France, amènera une solution favorable aux intérêts de la colonie.

244J’ai assisté aux débats soulevés par le bill en question. Je ne dois pas cacher à Votre Excellence que le vote unanime dont parle le Gouverneur n’a été obtenu que grâce à une violente pression exercée par le cabinet de St-Jean. À la Chambre basse, il en a fait une question de parti. Au Conseil législatif, il a fait comprendre que le gouvernement métropolitain était disposé à se passer du consentement demandé. C’est donc, le couteau sous la gorge, que la législature de Terre-Neuve a décidé de faire, avec des apparences de bonne grâce, ce qu’elle n’osait et ne pouvait d’ailleurs utilement refuser. Les divers orateurs qui se sont fait entendre, tout en admettant que la France a droit à certains privilèges, ont tous protesté contre l’interprétation qu’elle donne aux traités. Ils ont déclaré ne céder qu’en vue des embarras avec lesquels la Grande-Bretagne se trouve actuellement aux prises mais que, les circonstances venant à se modifier, jamais ils ne consentiraient plus à appuyer de leur vote des arrangements si contraires à leurs convictions, si préjudiciables au développement et à la prospérité de la colonie.

245Dans les deux chambres, on a trouvé étrange le refus du cabinet de St-Jean de donner connaissance de la correspondance échangée dernièrement avec le Colonial Office au sujet du voyage à Londres de M. Bond, le Premier ministre. La législature a été ajournée au 28 du mois courant mais sans la mention « pour vaquer aux affaires ». On ne pense donc pas qu’elle se réunisse à nouveau avant le mois de mai prochain, époque supposée de l’arrivée du Gouverneur récemment nommé, Sir Cavendish Boyle.

286 CPC (NS) St-Jean, le 9 mars 1901

246J’ai eu l’honneur d’informer Votre Excellence que Sir Henry McCallum, Gouverneur de Terre-Neuve depuis deux ans, avait été appelé au gouvernement du Natal. Sir Henry est parti aujourd’hui pour l’Angleterre via Halifax. Ce Gouverneur a été le cinquième, sans compter deux Administrateurs intérimaires, avec qui j’ai été appelé ici à entrer en relations. C’est celui, entre tous, qui a le plus rigoureusement évité de me parler [du] French Shore. Ma situation irrégulière d’agent non reconnu par S. M. Britannique lui a sans doute semblé commander la plus stricte réserve à ce sujet. Nos rapports personnels ont d’ailleurs été parfaitement courtois.

247Son successeur désigné est Sir Cavendish Boyle, dont le dernier poste a été la Guyane britannique. On ne l’attend pas à St-Jean avant le mois de mai. L’intérim sera, comme de coutume, rempli par le Juge en chef de la Cour suprême de Terre-Neuve, M. Joseph I. Little.

287 DP St-Jean, le 15 mars 1901

248Les affaires de Terre-Neuve concernant la France viennent d’entrer dans une phase d’expectative qui me permet de solliciter un changement de poste, sans qu’il soit possible de voir dans cette démarche le souci d’abandonner, à un moment critique, la mission que je remplis depuis plus de quinze ans dans des conditions dont Votre Excellence connaît bien la nature délicate et difficile.

249Le gouvernement de S. M. Britannique, ayant englobé dans le renouvellement du modus vivendi son arrangement dit temporaire avec la colonie, vient d’assurer, pour le temps dont on ne saurait déterminer l’étendue, mais au moins pour quatre années, terme de la durée de l’Assemblée législative actuelle, la sanction légale du bill afférent au French Shore. La colonie a voté ce bill à l’unanimité, en prévision de négociations devant, lui a-t-il été donné à entendre, « aboutir à une solution favorable à ses revendications, bien que nécessitant un temps considérable ». Elle ne se déjugera pas, de crainte d’embarrasser le gouvernement de la métropole britannique dans ces négociations. Pendant cette période de calme, il serait facile au successeur que Votre Excellence me donnerait de s’initier aux singularités du poste et de se créer des relations personnelles qui lui permettraient, comme il m’est arrivé, de se passer d’exequatur.

250Il n’est certainement jamais entré dans les intentions du Département de me retenir tant d’années dans un poste aussi rude, aussi déshérité que celui-ci ; mais des circonstances inéluctables sont venues déjouer toutes les prévisions et faire juger ma présence utile. Deux fois j’ai été renvoyé à St-Jean après espoir de l’avoir quitté définitivement. La première, en 1890, pour une année, qui s’est prolongée cinq fois plus longtemps. La seconde, en 1896, alors que M. Hanotaux, ayant, fin 1895, estimé l’épreuve suffisante, me fit savoir par l’entremise de M. Beau, chef du Personnel, qu’à l’expiration de mon congé je serais nommé consul général et pourvu d’un poste plus en rapport avec mon grade.

251Sur ces entrefaites, une recrudescence d’agitation sur le French Shore, la nomination d’un Gouverneur que je connaissais bien, Sir Herbert Murray, firent que M. [Marcelin] Berthelot, succédant à M. Hanotaux, trouva le moment inopportun de me donner un successeur. Je fus nommé consul général et maintenu à Terre-Neuve. Depuis lors, pour une cause ou pour une autre : changements de chefs de divisions navales françaises ou anglaises, changements dans le cabinet colonial, incendie de homarderie française, tentatives d’empiétements à découvrir et à signaler, nouvelles élections parlementaires, commissaires royaux anglais venus faire une enquête sur le French Shore, etc., etc., mon service a été si actif que je n’ai pas même pu trouver le temps d’un court congé.

252Une ère de répit se présentant, j’ose espérer que Votre Excellence, dans sa sollicitude, prendra en considération des services reconnus bons et me mettra en mesure de terminer ma bien laborieuse carrière par une situation qui compense, dans une équitable mesure, la privation si longtemps endurée des avantages que le travail et le dévouement procurent d’ordinaire aux serviteurs du Département. En 1895, M. Beau m’a demandé si j’avais des préférences pour tel ou tel poste. Quand on a passé quinze ans à Terre-Neuve, Monsieur le Ministre, on n’est pas difficile. Votre Excellence est d’ailleurs le meilleur juge des aptitudes de son personnel. Je connais bien les États-Unis, le Canada, l’Espagne, le Venezuela. À l’égard de ce dernier pays, je me flatterais de l’espoir d’arriver à rétablir des relations amicales et obtenir que nos nationaux fussent désintéressés des sommes qui leur sont dues par le gouvernement fédéral.

288 CPC (NS) St-Jean, le 24 juin 1901

253Sir Cavendish Boyle, le nouveau Gouverneur de Terre-Neuve, arrivé à St-Jean le 16 de ce mois, a tenu sa première réception publique vendredi dernier. Les autorités coloniales et un grand nombre de citoyens s’y sont rendus ; le défilé a duré environ quarante-cinq minutes.

  • 35 En fait, Sir Cavendish Boyle ne s’est pas marié avant 1914, sans descendance.
  • 36 Sir Charles George Walpole, auteur de quelques ouvrages de droit, ainsi que d’une brève histoire d (...)

254Sir Cavendish est d’aspect sympathique ; c’est un homme entre deux âges ; une réputation d’habile administrateur et d’orateur éloquent l’a précédé ici. Il vient de perdre son frère et semble préférer, pour le moment, être laissé seul. Il n’a pas de famille avec lui ; on le dit veuf ou divorcé35. Sir Charles Walpole, homme distingué, ancien magistrat, historien, l’accompagne en qualité de secrétaire36 ; un jeune homme, M. Arthur Williams, remplit les fonctions d’aide-secrétaire.

255Hier, j’ai reçu la visite de ces deux messieurs auxquels j’étais allé souhaiter la bienvenue en même temps que je m’inscrivais chez le Gouverneur. Quant à ce dernier, je ne l’ai encore rencontré qu’à sa réception. Ma situation irrégulière au point de vue officiel et son attitude retirée me font juger opportun d’attendre, pour faire plus ample connaissance, qu’il y ait nécessité de service ou qu’il m’en procure lui-même l’occasion.

289 CPC (NS) St-Jean, le 10 juillet 1901

256Le Premier ministre actuel de cette colonie, M. Robert Bond, va si rarement dans le monde que le rencontrer fortuitement est un hasard dont il m’a semblé bon de profiter. Après un dîner, nous avons causé assez longtemps ; j’ai amené l’entretien sur la Bond-Blaine Convention, aujourd’hui l’un des principaux objectifs des préoccupations et de la politique de ce ministre.

257J’ai demandé à M. Bond par quels moyens il comptait, supposé que l’opposition du Canada à l’arrangement fût écartée et que le gouvernement britannique donnât son consentement, par quels moyens, dis-je, il comptait forcer les États-Unis à admettre en franchise les produits de la pêche de Terre-Neuve.

« En privant de boëtte les Américains », m’a-t-il répondu.
« Mais, alors », ai-je fait observer, « vous comptez leur appliquer un traitement différentiel, ce qui ressemblerait fort à une déclaration de guerre ».
« Non, nous pouvons simplement prohiber l’exportation des boëttes », me dit-il.

258Je n’ai pas cru utile d’insister, et nous avons parlé d’autre chose.

259Si Terre-Neuve en arrivait à tenter l’application de mesures aussi énergiques, elles seraient nécessairement générales et atteindraient nos propres pêcheurs. Bien que je ne croie pas que le gouvernement local soit en situation de persévérer dans une voie ruineuse pour une industrie importante du pays, il n’en est pas moins certain que nos droits sur le French Shore deviendraient pour un temps notre seule arme défensive et les eaux du littoral affecté par les traités l’unique source où pourraient, en cas d’urgence, s’approvisionner de hareng, notamment, nos navires métropolitains, aussi bien que ceux de St-Pierre-et-Miquelon. Cette perspective devrait faire réfléchir ceux de nos compatriotes qui soutiennent la thèse d’un échange du French Shore contre je ne sais quels avantages ailleurs. Ces personnes ne visent évidemment qu’à percevoir une compensation pécuniaire qui, d’après eux, serait le corollaire de la transaction entrevue dans leurs rêves intéressés.

260Le French Shore et nos droits d’y pêcher deviennent cependant d’autant plus précieux que les efforts de Terre-Neuve s’accroissent en vue de tirer le plus grand parti possible des appâts de pêche dont son littoral est le rendez-vous. Telle a été ma conviction dès le début de ma longue mission en ce pays. Votre Excellence voit que, jusqu’ici, rien n’est venu la modifier ou me donner tort.

290 DP St-Jean, le 30 juillet 1901

261Depuis 1895, époque du dernier congé qui m’a été accordé, les affaires de ce poste ne m’ont pas permis de songer à m’en éloigner. En ce moment, un calme se produit, d’autres préoccupations que celles relatives au French Shore occupent l’esprit public à Terre-Neuve. Le mauvais état de la santé de ma sœur [Marie] habitant Paris me pressant d’ailleurs, je profite de cette circonstance pour prier Votre Excellence de m’accorder un congé de trois mois. Mon intention serait de partir une fois la campagne de pêche terminée, lorsque notre division navale aura quitté ces parages.

262Ce congé serait le troisième dans l’espace de quinze ans. Pour les deux premiers, 1889 et 1895, le Département, afin de me laisser la jouissance de la totalité de mon faible traitement, m’avait autorisé à ne désigner aucun gérant du poste pour une si courte absence. Le service n’en a pas souffert ; j’avais pris des mesures pour l’assurer par correspondance, moyen que l’absence d’exequatur rendait et rendrait encore suffisant pendant les mois d’hiver, période nulle pour les recettes. Cependant, si Votre Excellence ne jugeait pas à propos de m’accorder cette fois la même faveur, je proposerais à son choix M. James Knight, négociant très honorable, absolument étranger à la politique locale, et dont les sympathies pour la France ne se sont pas un instant démenties.

263Les dispositions que j’aurais à prendre, notamment à l’égard de mon établissement, demandant, en toute hypothèse, des soins et un certain temps, je serais très reconnaissant à Votre Excellence de me faire connaître, par le télégraphe, l’accueil qu’elle aura bien voulu faire à la demande que j’ai l’honneur de lui adresser.

291 CPC (NS) St-Jean, le 3 août 1901

264Hier, dans l’après-midi, a eu lieu la clôture de la session législative régulière de cette colonie pour 1901. À cette occasion, le nouveau Gouverneur, Sir Cavendish Boyle, a lu le Discours du trône dont j’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, une reproduction à Votre Excellence. Ce document est absolument incolore ; il ne reflète que la satisfaction avec laquelle le cabinet de St-Jean envisage ses propres travaux.

265Le bill le plus important et sur lequel le Gouverneur appuie particulièrement est celui qui modifie les termes du contrat Reid relatif aux voies ferrées et aux lignes télégraphiques. MM. Reid, contre remboursement de la somme d’un million de dollars, payée jadis par eux pour l’acquisition des chemins de fer de l’île, abandonnent leurs droits de propriétaires et deviennent uniquement concessionnaires pour une période de cinquante ans seulement. Ils recevront en outre près d’un autre million de dollars à titre de compensation pour des territoires faisant retour à la colonie. Ils n’auront plus le monopole des lignes télégraphiques du gouvernement, qui les reprend moyennant paiement des améliorations faites depuis deux ans. Mais, point d’une importance majeure pour les entrepreneurs Reid, ceux-ci auront désormais la faculté de former une compagnie pour l’exploitation de leurs privilèges et possessions à Terre-Neuve, ce qui, en cas d’insuccès, leur permettra de retirer leur épingle du jeu ou, tout au moins, de limiter considérablement leurs pertes.

266Le Discours du trône annonce que la législature a voté une somme devant être affectée à la réception de L. A. R. le duc et la duchesse de Cornouailles à St-Jean. Cette allocation se monte à environ 50 000 francs.

267Pas un mot, pas une allusion à la dernière délégation relative au French Shore, pas plus qu’à l’arrangement dit « Bond-Blaine Convention » avec les États-Unis.

268La clôture de la session a été marquée par un cérémonial inusité ici. Le Gouverneur a lu son discours debout et tête découverte. Les prédécesseurs restaient assis et ne se découvraient qu’aux paragraphes commençant par « Messiers, etc. ». Le dernier gouverneur, Sir Henry McCallum, ne se découvrait même pas du tout, se contentant de faire un signe de tête au début.

292 CCC Paris, le 8 novembre 1901

269J’ai apporté de St-Jean une liste d’objets à y faire parvenir, et la proximité de Christmas m’en fait pressentir une plus longue [attente] encore. Il s’agit généralement d’objets de fantaisie, dits articles de Paris, objets de peu de valeur intrinsèque et ne comportant pas l’emploi du colis-postal, lequel coûte, au minimum, Frs. 2,10 pour Terre-Neuve. Or, voici qu’un obstacle imprévu s’oppose à ce que ces échantillons de notre commerce, de notre industrie, pénètrent là-bas, non seulement au grand désappointement de mes amis des deux sexes mais aussi au préjudice évident de la propagande qu’il nous importe de faire en faveur de nos articles. L’administration des Postes françaises refuse son concours ! Et ce qui arrive pour Terre-Neuve n’est sans doute pas une exception mais doit s’appliquer à tous les pays.

270Voici, Monsieur le Ministre, l’incident auquel donne lieu une démarche tendant à faire parvenir à l’étranger un article, de nouveauté, par exemple. Un paquet de dimensions ordinaires est présenté au guichet pour y être pesé et y recevoir les timbres d’affranchissement voulus :

L’employé : Nous ne pouvons transmettre cet objet.
Le monsieur : Mais il est à découvert et ce n’est pas un article prohibé.
L’employé : Nous ne pouvons accepter sous cette forme aucun objet ayant une valeur quelconque.
Le monsieur : Pourquoi, s’il vous plaît ?
L’employé : Parce qu’il peut y avoir intention de frauder le fisc du pays de destination.
Le monsieur : Mais, permettez, dans tous les pays, il y a des fonctionnaires qui contrôlent l’introduction des marchandises taxées, arrivant en colis-postal ou autrement.
L’employé : Nous ne pouvons pas prendre de responsabilité.
Le monsieur : Je ne vois pas bien en quoi elle peut consister. Je ne savais pas que les agents des Postes françaises eussent à intervenir à l’égard des douanes étrangères.
Ignorance coupable, sans doute.

271Le guichet se ferme.

272Ou bien :

Le monsieur : Je désire recommander cet objet.
L’employé : Nous ne pouvons pas ; si vous l’envoyez, c’est à vos risques et périls.
Le monsieur : Mais je souhaite être assuré qu’il parviendra à destination et ne s’égarera pas en route, comme cela m’est d’ailleurs arrivé.
L’employé : Nous ne pouvons pas.

273Et le guichet se referme avec un bruit sec. Et force est au monsieur entêté de se soumettre.

274Votre Excellence reconnaîtra qu’il y a dans cette procédure quelque chose d’extrêmement original, d’anormal même, quand on songe qu’à côté d’entraves administratives de cette nature, on a voulu créer un office national du Commerce extérieur, dans le but de faciliter, d’accroître, les transactions avec l’étranger. J’entends dire que l’Office nationale est en liquidation. Il n’y a certes pas lieu de s’en étonner ; ce n’était qu’une superfétation du service consulaire.

275Mais, pour en revenir à mon point de départ.

276Toute chose veut un commencement. L’échantillon est l’introducteur puissant par excellence. C’est par l’échantillon que le goût d’un article se généralise. C’est par l’échantillon que le client se trouve porté à demander au commerçant l’article qui lui plaît, qui lui convient, parce qu’il l’a vu, parce qu’il l’a essayé. L’échantillon sert de base aux transactions les plus importantes. Entraver la pénétration à l’étranger de cet agent modeste mais tout puissant, c’est renoncer volontairement à l’avantage que nous donne sur nos rivaux, la supériorité de notre goût artistique, le fini de notre fabrication nationale, la perfection de certains de nos produits. L’échantillon, personne ne l’ignore, est l’étincelle vivifiante en matière commerciale.

277Puisque je suis amené à parler de facilités désirables tendant à augmenter le nombre de nos clients à l’extérieur, que Votre Excellence me permette d’ajouter ici une observation. L’une des grandes difficultés que rencontre le client étranger (mettons les petits clients ; on devrait les compter par millions) à se procurer directement des articles français, c’est qu’il ne peut pas fournir facilement la somme souvent minime nécessaire à un achat en France ; l’emploi du mandat-poste étant parfois relativement onéreux et exigeant, une démarche ennuyeuse, est fréquemment mis de côté.

278Ne serait-il pas opportun, désirable, de créer un timbre-chèque français représentant des valeurs diverses, remboursables à vue par notre administration ? Les consulats vendraient ces timbres. Le marchand français qui les recevrait en toucherait la valeur dans la ville de sa résidence et se trouverait payé de sa marchandise sans peine pour le client et sans dérangement pour lui-même. Votre Excellence m’accusera peut-être de l’entretenir d’infiniment petits, mais la conviction que « les petits ruisseaux font les grandes rivières » m’encourage à attirer sur eux son attention, tout en implorant pour moi son indulgence.

293 CPC (NS) Montréal, le 26 février 1902

279J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence une reproduction du Discours du trône prononcé à St-Jean le 20 de ce mois par le Gouverneur de Terre-Neuve, Sir Cavendish Boyle, à l’occasion de l’ouverture de la session législative de la colonie pour l’année courante. À en juger par ce document, la situation de l’île serait fort satisfaisante tant au point de vue des pêcheries qu’à celui de commerce en général, des progrès réalisés par l’industrie locale et enfin à celui du crédit public. Le Gouverneur félicite la colonie du succès des manifestations patriotiques provoquées par la visite de L.A.R. le duc et la duchesse de Cornouailles.

280Il annonce que la sanction de l’Assemblée sera sollicitée à l’égard d’un arrangement temporaire relatif à la mise en vigueur des traités entre la France et l’Angleterre, touchant les pêcheries sur une partie du littoral de Terre-Neuve. Il s’agit sans doute ici du renouvellement du modus vivendi lequel, d’après les informations qui me sont parvenues, ne doit soulever aucune objection sérieuse de la part des représentants, tout le monde étant tombé d’accord sur l’opportunité de fournir un témoignage d’attachement à la Couronne en ne créant pas de ce côté d’embarras au gouvernement de S. M. Britannique tant que la guerre du Transvaal le préoccupera.

281Sir Cavendish Boyle ajoute que le gouvernement de la métropole a pris en sérieuse considération les propositions faites par les délégués de la colonie lors de leur visite à Londres l’an dernier et « qu’il faut espérer qu’on arrivera à trouver le moyen d’éviter à l’avenir qu’il soit nécessaire de soumettre cette mesure à la considération de l’Assemblée ». Il est probable que cette phrase donnera lieu à quelques commentaires dans la presse et dans les Chambres, car on se résignera encore moins facilement à ne pas être consulté du tout, qu’à ne l’être que pour la forme, comme cela arrive, notamment depuis les trois dernières années.

282Sir Cavendish Boyle reste d’ailleurs dans le vague ; il semble en effet assez malaisé de découvrir un moyen pratique donnant satisfaction à tout le monde, car les propositions des délégués de Terre-Neuve avaient pour objectif une atteinte à notre système de primes à la pêche. Quant au modus vivendi, je ne vois dans l’actualité qu’une façon d’éviter un recours périodique à la législature ; ce serait, comme je l’ai déjà suggéré, de faire que, à défaut de dénonciation formelle effectuée au moins douze mois avant échéance, l’acte fût, de lui-même, renouvelable à date précise.

283De cette façon, il ne pourrait jamais y avoir surprise et, en cas de contestations, on aurait le temps de s’expliquer sans que les opérations des homarderies courussent le risque d’être soudainement troublées.

294 CPC (NS) Montréal, le 10 mars 1902

284À l’occasion du renouvellement du modus vivendi, le Premier ministre de Terre-Neuve, Sir Robert Bond, a prononcé un discours dont j’ai l’honneur d’adresser la reproduction à Votre Excellence. Sir Robert déclare qu’en proposant cette année le renouvellement de l’acte législatif, il obéit au même sentiment qui l’a guidé jadis lorsqu’il siégeait sur les bancs de l’Opposition, c’est-à-dire : ne point chercher dans les embarras que la guerre du Transvaal impose au gouvernement de S. M. Britannique autre chose qu’une occasion de l’aider dans la mesure des moyens dont dispose la colonie. « En toute autre circonstance », dit-il, « il n’eût pas été surprenant de voir l’Assemblée refuser sa sanction à un acte blessant pour l’orgueil de sujets britanniques et tendant à perpétuer tous les maux dont Terre-Neuve se plaint depuis longtemps ».

  • 37 Le marquis de Lansdowne, Secrétaire d’État aux Affaires étrangères et au Commonwealth.

285Le Premier ministre se décide à rompre le silence qu’il a gardé depuis l’an dernier sur sa mission à Londres relativement au French Shore. Il se dit contraint à taire les propositions que son collègue M. Morris et lui ont soumises aux ministres du Roi ; mais il assure avoir réussi à gagner, en faveur de la colonie, les sympathies de Lord Lansdowne37 et de M. Chamberlain, lesquels se sont montrés décidés à faire tout leur possible « pour mettre fin aux anomalies qui ont, pendant tant d’années, constitué un obstacle si sérieux au commerce et aux entreprises de Terre-Neuve, en même temps que, par l’irritation qu’elles produisent, un danger permanent de conflit entre deux grandes nations, la France et l’Angleterre ».

286Sir Robert Bond avait, paraît-il, espéré voir aboutir, à temps pour éviter le renouvellement du modus vivendi, des négociations comportant un arrangement final des difficultés du French Shore. Désappointé par les lenteurs de la procédure, il conserve néanmoins une grande confiance en la réussite. Votre Excellence trouvera, ci-joint, copie du bill renouvelant le modus vivendi jusqu’au 31 décembre 1902. Le journal qui le publie fait observer : « Comme c’est très probablement pour la dernière fois que la législature est appelée à renouveler cet acte, nous en fournissons aujourd’hui le texte à nos lecteurs qui pourront s’y rapporter à l’avenir. » Peu de gens partageront assez, ce me semble, la confiance du Premier ministre pour juger une telle précaution nécessaire.

295 CPC (NS) St-Jean, le 29 mars 1902

287Annexe à ma lettre du 11 novembre 1900, N° 27, sous le présent timbre, j’ai eu l’honneur d’adresser à Votre Excellence une carte dressée par moi, indiquant les concessions territoriales faites alors aux entrepreneurs Reid. Depuis cette époque, par suite de changements apportés aux termes du contrat primitif passé entre ces entrepreneurs et la colonie de Terre-Neuve, ces concessions ont été modifiées, notamment en ce qui affecte le French Shore. Les limites ont été, d’une façon assez générale, éloignées des abords du littoral. À mon retour ici, effectué le 20 courant, on m’a proposé, aux prix de cinquante dollars (Frs. 262,50), de me fournir un duplicata de la carte indiquant les nouvelles limites. J’ai répondu que j’en référerais à Votre Excellence.

288Le département de la Marine désirera peut-être posséder cette carte, auquel cas Votre Excellence voudrait bien me le notifier et m’autoriser à faire la dépense nécessaire pour le compte de qui il y aurait lieu. La carte est encore encombrante et ne pourrait être expédiée par la poste ; en cas d’acquisition, je la remettrais au Commandant de notre division navale à son passage à St-Jean.

296 CPC (NS) St-Jean, le 11 avril 1902

  • 38 Interim Report on the Census of 1901, St-Jean, Bureau du Secrétaire colonial, 1902.

289Par anticipation à la publication du recensement de l’île de Terre-Neuve pour les dix années 1891 à 1901, le Colonial Office à St-Jean vient d’éditer un rapport faisant ressortir les résultats révélés par l’examen des chiffres obtenus. J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence un exemplaire de ce rapport38. Il en résulte que la population de l’île, avec celle de la partie du Labrador comprise dans sa juridiction, s’élève en 1901 à 220 249 habitants, soit une augmentation de 18 209 pour les dix années :

290Les recensements précédents donnaient :

291D’après ces chiffres, la population du Labrador serait actuellement en décroissance assez rapide. Mais ce qui a pour nous grand intérêt c’est le mouvement des statistiques vitales dans les deux districts qui composent le French Shore, à savoir St-Georges et Ste-Barbe. Or, tandis que la population a diminué dans plusieurs subdivisions de la colonie, celles-là accusent un progrès supérieur à celui de toutes les autres :

292Par contre, les districts de St-Jean, Est et Ouest, n’ont augmenté que de 3 967 habitants pendant la même période, tandis que ceux de Carbonear, Harbour Grace, Port de Grave, Ferryland, jamais visités par les Français, on perdu respectivement 742, 1 210, 541, 156 habitants.

293Voici en outre les chiffres officiels depuis 1857 :

294Ils sont éloquents (plus éloquents même que ceux reproduits, notamment, dans ma lettre du 15 février 1892, N° 10, sous le présent timbre) et démontrent d’une façon concluante que la présence temporaire des pêcheurs français sur le littoral de Terre-Neuve affecté par les traités ne porte point préjudice à sa prospérité puisque, en 40 années, la population qui, en 1874, était de 8 654 habitants, s’est élevée à 17 331 en 1901 ; c’est-à-dire qu’elle a doublé. C’est plus que n’a fait la colonie toute entière :

295Si donc quelqu’un a lieu de se plaindre, c’est certainement nous, puisque le French Shore est envahi. Heureusement, il y a encore place pour plus de monde, pourvu, toutefois, que l’on ne persiste pas à former des agglomérations mutuellement gênantes.

297 CPC (NS) St-Jean, le 30 avril 1902

296Le relevé du mouvement commercial à Terre-Neuve pendant les exercices comparés 1899-1900 et 1900-1901 fait ressortir que la dernière des ces périodes est en perte sur la première en ce qui concerne l’exportation, la différence montant à Frs. 1 452 532 sur un chiffre total comparatif de :

Excédent :

Frs. 5 652 145 pour 1899-1900.

Frs. 4 199 613 pour 1900-1901.

297D’autre part, les importations dans la colonie ont augmenté de Frs. 8 576 pour 1900-1901, en conséquence sans doute de la plus value des exportations pendant l’exercice précédent. On peut donc considérer l’année fiscale 1900-1901 comme moins favorable que la précédente à l’augmentation de la richesse dans la colonie. Un élément d’épuisement de l’épargne locale consiste certainement en la perte résultant des bénéfices réalisés par les trois banques canadiennes qui ont remplacé celles de Terre-Neuve. L’effet, peu perceptible d’abord, ne peut manquer de devenir très sensible à la longue.

298Il y a eu progrès en ce qui concerne le commerce de la France et de St-Pierre-et-Miquelon avec Terre-Neuve. Il a même été assez sensible en 1900-1901. En effet, on trouve à l’importation :

299À l’exportation :

300Les transactions directes entre l’Angleterre et Terre-Neuve sont en diminution d’environ un million et demi de francs à l’exportation ; le Canada, au contraire, figure pour une augmentation de même importance ; mais le Dominion a perdu près de deux millions de francs à l’importation, tandis que la Grande-Bretagne s’est maintenue dans une bonne moyenne, la différence en moins n’étant guère que de Frs. 400 000.

301En résumé, pendant le dernier exercice, Terre-Neuve a fait avec l’extérieur pour 79 334 217 francs d’affaires contre 80 623 615 pendant le précédent, écart en somme peu appréciable dans l’ensemble. Une seule faillite considérable a été déclarée.

302Aujourd’hui, la chasse aux phoques promet une bonne moyenne, et si la morue, le hareng et le homard donnent bien, comme on l’espère, l’exercice courant pourra fournir un résultat favorable. Cependant, on ne peut se dissimuler le danger qui menace actuellement l’industrie de la pêche, ressource principale de la colonie. Dans mon étude sur les récentes statistiques, j’ai parlé à Votre Excellence de l’émigration progressive qui emporte vers le Canada et les États-Unis un grand nombre de jeunes gens, perte sensible pour une population aussi mince que celle de Terre-Neuve. À cela vient s’ajouter une fièvre de grèves envahissant les classes dites laborieuses. Déjà la chasse aux phoques a souffert de ses atteintes, et l’on prévoit que l’an prochain les exigences des équipages seront encore plus accentuées. On a aujourd’hui mille peines à armer les goélettes pour les Bancs et pour le Labrador en quête de morue. Or, pour la chasse aux phoques, il est impossible de recruter ailleurs qu’à Terre-Neuve des hommes capables de s’y livrer. Pour la pêche de la morue, elle ne saurait être profitable qu’à condition d’avoir des marins endurcis au métier.

303Par une singulière anomalie, témoignant d’une imprévoyance extrême, les pouvoirs publics, oublieux du danger, s’appliquent à créer et à encourager des industries d’essai, au détriment de l’ancienne et vitale occupation de la pêche. Pour obtenir un fort revenu, on augmente les droits d’importation, le résultat étant d’élever le prix de revient du poisson puisque la colonie ne produit pas, et ne peut pas produire, les provisions nécessaires à l’entretien des équipages. Comme conséquence naturelle, l’armateur cherche à se rattraper sur le pêcheur ; celui-ci se montre plus exigeant en raison des besoins croissants de ressources pour l’alimentation de sa famille ; il en vient facilement à préférer une occupation à terre, homarderies, mines, scieries, qui lui font perdre l’habitude de la mer et lui promettent, mieux que la grande pêche, de se voir à la tête de quelques dollars qu’il emploiera trop souvent à payer son passage d’émigrant et à s’affilier à des sociétés de grèves dont il devient bientôt l’esclave oisif. Pendant ce temps-là, la législature s’occupe à faire des lois pour l’établissement de bibliothèques circulaires !

304Ici, on recommence à parler Confédération ; on voit souvent paraître des articles en faveur de ce mouvement, à l’idée duquel les esprits semblent s’accoutumer graduellement. L’un des grands empêchements vient, dit-on, de ce que le Premier ministre canadien, M. Laurier, a déclaré ne pas juger opportun d’entrer en négociations à ce sujet « tant que la question du French Shore n’aura pas été définitivement réglée ». Il faudra cependant bien que le gouvernement du Dominion se décide à écarter cette considération, s’il tient à Terre-Neuve, car la question du French Shore ne pourra jamais être définitivement réglée autrement que par notre abandon ou par la force, éventualités si éloignées et si peu probables qu’y compter serait remettre indéfiniment l’union projetée.

305En ce qui concerne notre situation, je crois que le statu quo nous convient mieux qu’une combinaison nouvelle : au moins n’y perdons-nous rien.

298 CPC (NS) St-Jean, le 3 juin 1902

306En dépit des efforts de la presse canadienne tendant à faire revivre la question de l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération, l’esprit public reste parfaitement calme. On sent bien que l’évolution se produira un jour ou l’autre, mais nul ne semble réellement disposé à hâter l’événement. La colonie n’est pas encore en faillite. Les petites combinaisons locales attirent plutôt l’attention. En ce moment, il s’agit de constituer une municipalité, d’élire un maire, des conseillers pour la ville de St-Jean. Ce rouage administratif n’a certes pas grande utilité pratique ; c’est principalement un moyen, passablement onéreux d’ailleurs, de satisfaire quelques coureurs de notoriété.

307La presse locale a essayé d’exploiter le French Shore pour donner un peu de coloris à la politique. On nous a accusés de déprédations sur le littoral affecté par les traités. L’effet a été nul, l’enquête n’ayant abouti qu’à constater la mystérieuse disparition d’un malheureux veau dont on n’a pu découvrir aucune trace et le trépas d’une oie, repêchée par nos hommes et consignée ensuite entre les mains de l’autorité. Du reste, la pêche étant généralement satisfaisante, la campagne s’annonce calme.

308Les chefs des divisions navales se sont rencontrés, et leurs relations sont, jusqu’ici, parfaites. Depuis quelques jours, deux navires de guerre anglais sont en rade de St-Jean, le Thistle et la Columbine ; ils attendent le Charybdis, commandé par le nouveau Commodore, M. [R. A. J.] Montgomerie, homme distingué, caractère ouvert, très aimable, paraît-il, et fort riche, dont la famille passera ici l’été, de même que plusieurs dames d’officiers de la Marine britannique. Les fêtes du couronnement de S. M. Édouard VII seront célébrées à St-Jean avec le concours des navires anglais de la station ; j’ignore encore si les nôtres y prendront part ; je souhaiterais qu’il en pût être ainsi.

309Le Premier ministre de Terre-Neuve, Sir Robert Bond, vient de partir pour Londres, où il est convié à prendre part aux cérémonies royales. Il m’avait annoncé sa visite ; le temps lui a probablement manqué pour un entretien qui n’aurait d’ailleurs eu comme résultat qu’un échange de stériles gracieusetés, chacun de nous étant d’avance bien décidé à ne pas se laisser convaincre.

299 CPC (NS) St-Jean, le 5 juillet 1902

  • 39 Voir aussi E. P. Morris, « The Genesis of the “French Shore Question” in Newfoundland », 1900, p. (...)
  • 40 Henry John Temple, 3e vicomte Palmerston, ancien Premier ministre du Royaume-Uni. Voir Roman Golic (...)

310À en juger par l’attitude que vient de prendre l’Evening Herald de St-Jean, la question du French Shore semble devoir sortir du calme dans lequel la guerre du Transvaal l’avait temporairement plongée. Votre Excellence trouvera, ci-joint, un article consacré à cette question, suivi d’un compte rendu de l’expression d’opinion attribuée à M. E. P. Morris, ministre sans portefeuille, qui, au mois de mars 1901, avait accompagné à Londres Sir Robert Bond, Premier ministre de Terre-Neuve. Les opinions de M. Morris sont très arrêtées ; il est habitué à les présenter sans grands ménagements39. Il a commencé par déclarer que l’interprétation des traités avec la France, telle que soutenue par Lord Palmerston40, est celle que Terre-Neuve veut voir triompher. On sait que la manière de cet homme d’État à notre égard était peu conciliante.

311M. Morris soutient la théorie des armateurs en pêche de Terre-Neuve, qui consiste à prétendre que les traités ne nous autorisent point à utiliser sur les Bancs les boëttes obtenus dans les eaux du French Shore. Puis il nous conteste le droit de pêcher le homard. Dans les deux cas, M. Morris cherche à s’appuyer sur le 3e paragraphe de la déclaration du 3 septembre 1783. Cependant, cet article des traités ne spécifie en aucune façon l’espèce, la quantité de poisson que les Français ont la faculté de prendre, pas plus que l’usage qu’ils en doivent faire. Pour ce qui est le homard, l’article invoqué est une épée à deux tranchants dont les Terreneuviens pouvaient être atteints aussi bien que nous ; c’est pourquoi il a été jugé nécessaire de convenir d’un modus vivendi, non pas pour permettre la pêche du crustacé puisque, même ne fût-ce plus un poisson comme à l’époque des traités, il est resté boëtte utilisable, mais bien à l’effet d’en légitimer la préparation à terre.

312M. Morris nous conteste encore le droit de prendre du saumon dans les rivières débouchant sur le littoral affecté par les traités. Ces instruments diplomatiques restent muets à cet égard ; ils n’interdisent nullement la poursuite de ce poisson de mer dans les eaux douces qu’il fréquente à certaines époques. Mais, il ne faut pas en vouloir à un politicien d’employer des couleurs un peu vives ; c’est affaire de métier. Cependant, pousser l’exagération jusqu’à parler d’exportation de bois à propos de boëtte, ainsi que de baleines et de phoques à propos de saumon, semble dépasser la mesure du raisonnable. Cette sortie de M. Morris présage, je crois, une campagne en faveur du Bait Act et une vive opposition au renouvellement du modus vivendi pour 1903.

313Le Chef de notre division navale serait d’avis que, pour la prochaine campagne de pêche, l’un de nos croiseurs se trouvât à la baie St-Georges vers le 15 avril, époque à laquelle, les glaces le permettant, les pêcheurs de boëtte de St-Pierre commencent à y arriver : c’est aussi mon sentiment. Pour ce qui est du modus vivendi, j’ai toujours cru devoir insister pour qu’il fût renouvelé à Londres dès le 1er janvier de chaque année afin d’avoir l’avance sur les agissements parlementaires de Terre-Neuve.

314M. Morris est populaire, influent, énergique, jeune et ambitieux. Il vise, très légitimement d’ailleurs, le portefeuille de la Justice, en attendant peut-être celui de Premier ministre. Il n’a été favorisé d’aucune des distinctions que la Couronne a conférées dans la colonie lors de la visite du duc et de la duchesse de Cornouailles à St-Jean, pas plus qu’à l’occasion du Couronnement. N’étant pas homme à se laisser oublier, une campagne French Shore a pu lui paraître un excellent, quoique vieux moyen de se mettre en évidence. C’est à nous de prendre des précautions contre les effets que pourraient produire les manœuvres de ce tribun.

300 CPC (NS) St-Jean, le 14 août 1902

  • 41 Le roi Édouard VII a été couronné le 9 août 1902. Son couronnement était fixé pour le 26 juin, mai (...)

315La campagne contre le French Shore, dont je signalais le commencement à Votre Excellence par ma lettre du 5 juillet dernier, n’a pas continué. L’Evening Herald a, sans doute, jugé le moment peu opportun encore, alors que les esprits étaient si profondément préoccupés du danger que courait la vie de S. M. Britannique41. Puis, des incidents locaux ont absorbé l’attention dans ces derniers temps. Deux sièges de juges de la Cour suprême sont devenus vacants. Quels seraient les nouveaux titulaires de ces importantes situations ?

316Le gouvernement s’est décidé pour M. [William H.] Horwood, ministre de la Justice, lequel, bien que fort jeune, a été nommé Juge en chef, en remplacement de Sir Joseph Little, décédé. M. Johnson, avocat, a été nommé juge puisne, en remplacement de M. Morison, démissionnaire. La Cour suprême se compose donc aujourd’hui de MM. Horwood, Emerson, Johnson. M. Emerson représente l’élément catholique. On attendra le retour d’Angleterre du Premier ministre, Sir Robert Bond, créé Conseiller privé du Roi, pour donner un successeur à M. Horwood dans le cabinet.

317L’intérim de Premier ministre et celui de ministre de la Justice est rempli par M. E. P. Morris, dont je parlais dans ma lettre précitée. Je dois dire, en passant, que les procédés de ce personnage à l’égard du Chef de notre division navale, et au mien, ont été, récemment, extrêmement courtois, marqués même d’un esprit de conciliation s’accordant peu avec les doctrines d’intransigeance qu’on lui attribue généralement, notamment dans les journaux. Peu importe d’ailleurs le degré de sincérité de son attitude à notre égard, pourvu qu’il en résulte un apaisement favorable au règlement des petits différends qui s’élèvent de temps à autre entre nos nationaux et l’autorité locale.

  • 42 Voir Henri de Faubournet de Montferrand, « Rapport de fin de campagne du Commandant de la division (...)

318Ces jours derniers, les fêtes du Couronnement ont eu lieu. Le Gouverneur de Terre-Neuve y a constamment réservé la première place à M. le commandant [Henri de Faubournet] de Montferrand42. Au banquet officiel, la santé de la France et du Président de la République, portée par le Gouverneur, a été très sympathiquement accueillie de l’assemblée.

319Sauf, donc, quelques incidents occasionnés par les tendances de certains de nos nationaux à abuser des facilités que leur donne, pour la contrebande, le séjour privilégié sur le littoral de Terre-Neuve, tout marche à souhait cette année. J’ajouterai que depuis qu’il est bruit de mon départ, je suis même comblé d’attentions de la part des dignitaires officiels de la colonie.

301 DP St-Jean, le 30 décembre 1902

320En prenant congé de Votre Excellence à la veille de rentrer dans la vie privée, je ne renonce cependant pas à l’espoir de trouver encore l’occasion de servir le Département. Diverses considérations, notamment la surveillance des études de mon fils, vont probablement me retenir quelque temps de ce côté de l’Atlantique ; le gouvernement de la République m’y trouvera sans cesse dévoué aux intérêts nationaux.

321Avant que mon nom disparût des cadres, j’aurais souhaité que l’agent appelé à me succéder se fût initié aux singularités du poste de St-Jean et [eût] créé des relations personnelles sous mon patronage. Dans ma lettre du 15 mars 1901, je faisais déjà ressortir l’utilité de cette invitation. Les procédés récents du gouvernement de Terre-Neuve, relatés dans ma lettre du 20 courant sous le timbre de la Direction politique, contentieux, ne laissent aucun doute sur les tracasseries qui attendent ici un agent non encore fortifié par l’expérience du caractère local et par des amis. Le service du poste semblerait donc menacé de manquer d’efficacité ; des mécomptes, des complications même, seraient à prévoir en ce qui concerne surtout la navigation, l’administration des naufrages, la protection des marins en détresse (cette année, le vice-consulat en a secouru soixante dix-huit).

322Il serait bon, je crois, pour être à tout événement prêts, de songer à obvier, dans la mesure du possible, à l’inconvénient grave qui atteint le titulaire du poste : l’absence d’exequatur. Dans ce but, il serait facile, ce me semble, de placer Terre-Neuve et ses dépendances dans la circonscription consulaire du consulat général de France à Londres par exemple et de préférence. De cette façon, en cas de difficultés entraînant peut-être retrait ou absence du titulaire, le soin du poste pourrait être assuré en le confiant à un agent consulaire nommé par le Consul Général.

323Un agent consulaire n’exciterait pas les susceptibilités de la colonie, l’emploi ne donnant aucun rang officiel et ne comportant pas d’exequatur. Il serait cependant efficace comme délégation émanant d’un fonctionnaire dûment reconnu par le gouvernement métropolitain. Au besoin, je me chargerais de ce service.

324Je considère comme un devoir de collègue, Monsieur le Ministre, de dire un mot relativement à la situation matérielle qui attend ici mon successeur [Julien-Augustin Rigoreau]. Je n’ai pas l’avantage de le connaître personnellement, mais ne sommes-nous pas tous camarades ? Un fonctionnaire en ménage ne peut pas à St-Jean vivre, même passablement et avec un décorum modeste, s’il n’a qu’un traitement de 12 000 francs comme ressources. M. Rigoreau en avait autant à la Trinité [Martinique], où le climat est bien moins exigeant, la vie plus facile et moins dispendieuse qu’ici. Grâce aux indemnités que le Département m’a accordées pendant ces dernières années, j’ai pu cesser de faire des sacrifices pécuniaires et vivre, tout juste, en sauvant les apparences : ma famille n’est cependant pas nombreuse.

325Je prends donc la respectueuse liberté d’invoquer, en faveur de mon successeur, la sollicitude du Département et de demander qu’une bonification nécessaire lui soit octroyée. L’allocation de divers vice-consulats a été augmentée depuis que je suis ici ; St-Jean est resté au même chiffre, bien que les droits d’importation (tout vient du dehors) aient augmenté de 10 à 12 % ad valorem jusqu’à atteindre aujourd’hui 35, 40 % et au-dessus.

302 CPC (NS) St-Jean, le 27 mars 1903

326Le bill relatif au renouvellement de notre modus vivendi à Terre-Neuve n’a pas rencontré d’opposition dans la Chambre basse de la législature de Terre-Neuve. Il en a été autrement au Conseil législatif. Divers membres ont protesté contre le passage du bill ; ils ont rappelé que depuis plusieurs années la législature, en se montrant complaisante, n’avait obéi qu’à des considérations n’existant plus aujourd’hui que la guerre du Transvaal est terminée. Le vote s’est divisé également. Le Président, appelé à décider, s’est prononcé en faveur du bill, assurant ainsi la victoire du gouvernement.

327M. [Daniel] J. Greene, ancien Premier ministre, m’avait prévenu qu’il allait s’opposer cette année au renouvellement du modus vivendi. « Vous partez bientôt », m’avait-il dit. « Vous ne m’en voudrez donc pas trop, car enfin, convenez qu’il est ridicule pour nous de passer chaque session cette mesure, tout en jurant nos Grands Dieux que c’est pour la dernière fois. Je ne crois pas réussir aujourd’hui à entraver le passage du bill, et, à vous dire vrai, je n’y tiens pas énormément ; mais je tiens à ce qu’il soit démontré que le Conseil législatif n’est pas aussi caduc qu’on l’en accuse. Si le gouvernement britannique veut la colonie docile, mon avis est que ce ne soit pas gratis. S’il faut que le poids de la servitude, dont vous jouissez, continue à peser sur nous : hé bien, qu’on nous en tienne compte ou qu’on nous coerce carrément. »

328M. Greene pourrait bien avoir gain de cause l’an prochain, à moins que, comme on a fait cette année, le renouvellement du modus vivendi soit déjà consenti à Londres quand on viendra demander aux pouvoirs publics de Terre-Neuve leur assentiment. C’est sans doute pour cela que le Premier ministre, récemment interpellé, répondait, « La correspondance dont il s’agit est marquée secrète et ne saurait être déposée sur le bureau de la Chambre. »

303 DP St-Jean, le 7 mai 1903

329À M. Louis-Charles-Marie Delavaud, Directeur du cabinet, du personnel et du secrétariat

330Il m’est impossible de vous exprimer combien je vous sais gré d’avoir songé à moi pour la gestion du consulat général à Montréal. Peut-être m’accuserez-vous d’enfantillage ; mais en dépit des témoignages de satisfaction dont j’ai été comblé par le Département, la pensée de finir mon service à St-Jean et de me voir en conséquence l’objet de la commisération voilée de mon entourage étranger et de mes amis en France m’était infiniment pénible.

331Grâce à vous, je quitte Terre-Neuve avec les honneurs de la guerre. Merci, M. le Directeur, merci. J’espère qu’il me sera donné de répondre à votre confiance : j’y ferai tous mes efforts.

304 CPC (NS) Montréal, le 23 juillet 1903

332Par sa dépêche en date du 1er de ce mois, N° 6, sous le présent timbre, Votre Excellence m’a fait l’honneur de m’inviter à la tenir au courant des délibérations du prochain congrès des Chambres de commerce du Royaume-Uni, lequel doit se réunir à Montréal au mois d’août prochain. Votre Excellence témoigne d’un intérêt spécial pour ce qui concernerait l’influence que l’entrée de Terre-Neuve dans le Dominion pourrait exercer sur le règlement éventuel des questions relatives à l’exercice de nos droits de pêche.

  • 43 Joseph Chamberlain, Ministre des Colonies de 1895 à 1903, articulait la conception de l’impérialis (...)

333J’aurai soin de suivre les discussions que pourra provoquer la solution des divers problèmes dont s’occupera l’assemblée. On peut prévoir qu’elles seront vives, passionnées même dans leur ensemble, car les projets d’impérialisme protecteur et protégé avancés par M. Chamberlain sont encore loin de commander tous les suffrages. Plus d’une colonie britannique y voit des inconvénients au point de vue de ses ressources budgétaires particulières et appréhende même une atteinte détournée à l’autonomie dont elle jouit aujourd’hui vis-à-vis de la métropole43.

334Quant à l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération canadienne, il n’est pas douteux que l’idée n’en soit favorablement accueillie par la grande majorité des délégués, mais le succès ne m’en semble pas moins très problématique. D’abord, les populations de l’île n’en veulent pas. Ceci est un fait qu’on ne saurait se dissimuler. On admet bien, là-bas, que cette union se fera, un jour ou l’autre, mais les masses sont jusqu’ici décidées à ne pas y prêter leur concours. Il faudrait donc que la législature locale, d’accord avec le gouvernement du jour, tranchât le nœud gordien par un coup de surprise ; on se soumettrait facilement peut-être.

335Mais quel est le gouvernement libéral ou conservateur qui osera prendre la responsabilité d’un tel acte ? Sur quel groupe ses membres pourraient-ils compter dans l’avenir politique, capable de les soutenir, de les protéger même contre le ressentiment populaire, irréfléchi, admettons-le, mais persévérant ? Un groupe composé de rares convaincus, un autre plus nombreux de politiciens désireux de siéger au Sénat d’Ottawa ou visant des emplois. Un autre enfin comptant d’anciens fonctionnaires alléchés par la perspective d’une grasse pension de retraite servie par le Trésor du Dominion. Tel est, à peu de chose près, tout le contingent confédéré. J’ai dit ressentiment irréfléchi, car la Confédération, si elle se faisait, profiterait surtout aux classes laborieuses, lesquelles, je le répète, n’en veulent cependant à aucun prix. Le commerce influent ne la souhaite pas non plus ; ce serait, imagine-t-on, la ruine probable des monopoles dont il jouit.

336Il y a plusieurs années déjà, j’ai avancé que seule la panique occasionnée par la perspective d’une banqueroute atteignant les finances publiques jetterait Terre-Neuve dans les bras de la Confédération. Je persiste dans cette pensée. Et encore, cette banqueroute n’a-t-elle pas été déclarée imminente ? Une délégation terreneuvienne n’est-elle pas allée à Ottawa traiter d’une union ? Elle en est revenue sans avoir rien accompli. Elle demandait trop et ne pouvait accepter moins.

337La colonie s’est tirée d’embarras. Il faudrait aujourd’hui donner davantage, car les finances ne sont pas plus solides ; mais elles sont devenues apparemment plus prospères ; le revenu a augmenté : avec la dette et les taxes, il est vrai, mais a augmenté. Or, si jadis le gouvernement canadien considérait l’acquisition comme trop onéreuse, le marché proposé injuste à l’égard du prix payé aux autres provinces, que serait-ce actuellement ? Sir Wilfrid Laurier a déclaré que la question du French Shore était la pierre d’achoppement contre laquelle se heurtait toute sa bonne volonté. Je crois le Premier ministre trop bien informé et surtout trop intelligent pour utiliser cette objection, autrement qu’en guise de retranchement. Il en coûterait trop cher, pense-t-il, d’acquérir Terre-Neuve maintenant. Attendons que le fruit mûri tombe de lui-même dans le giron du Dominion. Le Canada ne fait d’ailleurs pas mine d’y tenir beaucoup.

338En ce qui nous touche, Monsieur le Ministre, je considérerais comme contraire à nos intérêts que Terre-Neuve devînt partie intégrale du Dominion. Si nous avons eu quelque peine à défendre nos droits quand il s’est agi de lutter contre des empiétements soutenus par un gouvernement sans grande influence à Londres, la tâche deviendrait évidemment plus laborieuse à l’égard d’adversaires plus considérables et plus considérés. On aurait tort, je pense, de s’attendre à ce que les questions si diverses que soulève l’exercice de nos privilèges sur la partie du littoral de Terre-Neuve affectée par les traités se simplifiassent en passant par Ottawa avant d’arriver à Londres. Je crois donc préférable, à défaut d’avantages sérieux dont on ne nous a pas encore fait l’offre, que le statu quo continue de régner aussi bien entre le Canada et Terre-Neuve qu’entre nous et l’île où nous pêchons.

339Je ne m’en appliquerai pas moins, Monsieur le Ministre, à tenir Votre Excellence exactement renseignée sur les théories avancées au sein du congrès et sur l’influence qu’elles pourraient avoir sur l’opinion publique.

305 CPC (NS) Montréal, le 21 août 1903

340Le congrès tenu à Montréal et composé des délégués des diverses Chambres de commerce de l’Empire britannique vient de mettre fin à ses travaux. Par sa lettre en date du 1er juillet, Votre Excellence avait signalé à mon attention le vœu qui devait être exprimé au cours des débats relativement à l’entrée de la colonie indépendante de Terre-Neuve dans la Confédération du Dominion canadien. Le temps pris par la discussion d’affaires d’importance majeure aux yeux des membres du congrès n’a pas permis que les questions secondaires pussent être considérées à loisir. Tel a été le sort de celle de l’union de Terre-Neuve au Canada. Une simple motion, secondée et approuvée comme beaucoup d’autres, sans débat.

341Un vœu passablement platonique et tout a été dit. Terre-Neuve n’avait d’ailleurs pas jugé utile de se faire représenter au congrès ; cette absence de représentation a pu être [la] cause du peu d’intérêt manifesté à son égard. Mais, puisque mon ancienne circonscription n’avait pas les honneurs du débat, j’ai voulu savoir au moins ce qu’en pensaient quelques-uns des délégués. Or, l’opinion semble être que, tôt ou tard, Terre-Neuve entrera dans la Confédération, que si elle ne l’a pas déjà fait, c’est que le gouvernement canadien n’a pas cru urgent de faire les avances pécuniaires sans lesquelles l’union ne pourrait s’effectuer. Par exemple, se charger du paiement de la dette municipale de St-Jean de Terre-Neuve, englobée dans le montant de la dette nationale. Accepter cette charge était ouvrir la porte à des réclamations de la part des autres municipalités, aussi endettées, que renferment les provinces jadis annexées au Dominion.

342Cet empêchement, pense-t-on, disparaîtra prochainement peut-être, car le gouvernement ne pourra guère rester longtemps sourd aux demandes qui lui sont adressées d’augmentation des subsides per capita payés aujourd’hui aux provinces annexées. Une augmentation de cette nature permettrait probablement de parfaire la mise de fonds assez considérable et, à mon avis, atteignant les proportions d’un sacrifice, nécessaire à la réalisation d’une idée où le sentiment « arrondir le Dominion » semble prépondérant.

343Veuillez agréer les assurances du respect avec lequel j’ai l’honneur d’être,
Monsieur le Ministre,
de Votre Excellence,
Le très humble et très obéissant serviteur.

344C. R. des Isles

Annexes

Appendice. 306 CPC (NS) St-Jean, le 24 juin 1903

Auguste-Julien Rigoreau au Ministre des Affaires étrangères

Par une dépêche en date du 30 décembre de l’année dernière sous le timbre du cabinet, en faisant ses adieux au Département, M. Riballier des Isles exprimait l’espoir d’être encore à St-Jean lors de mon arrivée afin de pouvoir, écrivait-il, m’initier aux singularités du poste et me mettre en mesure de me créer de bonnes et sûres relations personnelles sous son patronage. Il est de fait, Monsieur le Ministre, que l’agent français ne peut, en l’absence d’exequatur, exciper de sa qualité officielle auprès des autorités territoriales ; il lui est donc indispensable d’entretenir de bonnes relations personnelles non seulement avec la population civile de sa résidence mais bien plus encore avec les fonctionnaires de tout ordre auxquels il peut avoir occasion de recourir pour l’accomplissement de son mandate.

J’entretenais de mon côté le même espoir que M. Riballier des Isles et m’attendais à ce qu’il restât encore quelque temps à St-Jean après mon arrivée, car je comptais mettre ainsi à profit l’expérience des hommes et des choses acquise par lui pendant son long séjour à Terre-Neuve pour me guider dans mes débuts. J’ai le regret d’avoir à informer Votre Excellence que cette attente a été déçue. M. Riballier des Isles, qui depuis mon départ de France avait reçu la proposition d’aller gérer le Consulat Général de Montréal, m’a remis le service le jour même de mon arrivée, c’est-à-dire le 16 mai, et est parti le lendemain pour le Canada.

J’ai essayé, il est vrai, de profiter de la seule journée où nous nous trouvions ensemble pour m’entretenir le plus possible avec mon prédécesseur, mais il va sans dire que M. des Isles était alors trop occupé et trop absorbé par ses derniers préparatifs et ses visites d’adieu pour que nos entretiens à bâtons rompus puissent comprendre en détail les indications de nature, diverse et variée, qu’il m’eût été si utile de recevoir d’une bouche autorisée comme la sienne. Dès la semaine suivante, je me suis fait un devoir de commencer mes visites et depuis ce moment me suis successivement présenté chez le Gouverneur de la colonie, Sir Cavendish Boyle, chez les ministres, les présidents des Chambres et les différents chefs de service, tels que ceux des Douanes, des Postes, de la Justice, de la Police, etc., etc. Le commodore Montgomerie, Chef de la Division navale anglaise, et la capitaine Walker, Commandant du bâtiment école Calypso44 actuellement sur rade de St-Jean ont même devancé ma visite.

Il m’est agréable, Monsieur le Ministre, de reconnaître que j’ai rencontré auprès de ces personnages officiels l’accueil le plus empressé et le plus cordial. Le Gouverneur et les ministres se sont montrés particulièrement courtois dans leurs souhaits de bienvenue et dans la façon dont ils se sont mis à mon disposition pour me fournir les renseignements ou indications dont je pourrais avoir besoin et me faciliter en général ma modeste mission autant qu’il dépendrait d’eux. Cette conciliante et bienveillante attitude m’a de suite rassuré, pour le présent du moins, sur les conditions dans lesquelles je serais à même d’exercer mes fonctions sans être muni de l’exequatur de Sa Majesté Britannique. Est-ce à dire, cependant, qu’il faille se laisser aller à un optimisme hors de propos et à une confiance absolue sur ces démonstrations spontanées de paix et de bonne harmonie ?

Des incidents peuvent surgir d’un instant à l’autre : les fonctionnaires en exercice, Gouverneur, ministres ou autres, peuvent être changés, et sous l’influence de ces seules éventualités, les choses peuvent prendre un tout autre aspect. Il ne faut pas se dissimuler d’ailleurs que ces bonnes dispositions ont été témoignées, selon l’usage, non au Vice-Consul de France puisqu’il ne peut être reconnu officiellement mais à M. Rigoreau personnellement. J’estime donc qu’il n’y a pas lieu de se départir d’une certaine réserve à cet égard et qu’il convient au contraire d’attendre que l’avenir ait mis cette bienveillance à l’épreuve pour se prononcer et émettre une appréciation justifiée sur la stabilité de ces bons rapports.

Au cours des entretiens que j’ai eus avec différentes autorités coloniales, le Ministre des Douanes entr’autres, aussi qu’avec des particuliers, j’ai pu constater que la contrebande que se pratiquait depuis longtemps de notre colonie de St-Pierre sur le French Shore était un grief sensible et pourrait devenir à un moment donné, si on n’y portait pas remède, la source de sérieuses difficultés. Les doléances de l’administration terreneuvienne ont déjà été exposées à plusieurs reprises au Département par M. Riballier des Isles, notamment dans ses dépêches des 15 septembre et 14 novembre 1902, Nos 14 et 19, sous le timbre de la présente direction. Je ne crois pas devoir y revenir pour le moment, me réservant d’en entretenir de nouveau le Département si les circonstances le nécessitent par la suite.

M. le capitaine de vaisseau Montferrand m’écrit d’ailleurs que tout est calme sur la côte ouest où il vient de faire une tournée et m’annonce en outre sa prochaine arrivée à St-Jean. Je ne doute pas que cette visite n’ait les mêmes bons résultats que celles des années précédentes et que le Commandant de notre Division navale, ainsi que les officiers placés sous ses ordres, ne trouvent à St-Jean la courtoisie et la cordialité qui ont toujours caractérisé jusqu’à présent l’accueil fait aux officiers de la Marine nationale dans la colonie de Terre-Neuve.

Notes

1 « Editorial Notes », Evening Telegram, le 27 avril 1896. Voir aussi « Invite Him to Dinner », Evening Herald, le 28 avril 1896.

2 Voir aussi Auguste-Pierre Reculoux, « Pêche à Terre-Neuve pendant la campagne de 1896 », 1896, p. 653-667.

3 Voir aussi Jean-Baptiste-Marie-Gaston Géraud et Henri-Augustin Colloch de Kérillis, « Le laboratoire maritime de Dildo (Terre-Neuve) », 1895, p. 157-174 ; et Charles Riballier des Isles, « La pisciculture à Terre-Neuve », 1898, p. 628-631.

4 Daily News, le 7 septembre 1896.

5 Le nœud gordien : un problème inextricable, finalement résolu par une action brutale (« trancher le nœud gordien »). La légende du nœud gordien est associée à Alexandre le Grand.

6 Voir « A French Shore Ballad », Daily News, le 9 septembre 1896, qui commence,
There’s not one bit of use in our talking,
I see it as clear as the day.
We are going to be left in the lurch, Bill,
And the Frenchman will have his own way !
After all the expense of our cruisers,
And men o’war year after year –
And I’m sure that the Captains are mad, Bill,
To stand neutral as if it was fear.

7 « The Alleged French “Spy” », Evening Herald, le 29 décembre 1896.

8 Beckles Willson, « Consul or Spy ? », réimprimé dans le Daily News, le 5 janvier 1897.

9 D. W. Prowse, A History of Newfoundland from the English, Colonial and Foreign Records, 1895, p. 545.

10 « Les animaux malades de la peste », la fable de Jean de la Fontaine, qui provient d’une ancienne tradition médiévale. La Fontaine ajoutera, cependant, une trouvaille de son cru le tribunal des animaux. Beaucoup verront dans le lion un portrait du roi Louis XIV et mettront en parallèle cette fable et les nombreux pamphlets qui circulaient contre celui-ci pendant l’affaire Fouquet (auquel La Fontaine gardera toute son amitié jusqu’à sa mort). On retrouvera dans cette fable une moquerie subtile du manichéisme politique et de la subtilité et les artifices des juristes du temps.

11 Gouvernement responsable : dans un sens large, un gouvernement responsable devant la population. Cependant, au sens propre, tel que celui de Terre-Neuve ou du Canada, il signifie un gouvernement responsable devant les représentants de la population : c’est-à-dire, un conseil exécutif ou cabinet dépendant collectivement du vote majoritaire de l’Assemblée législative. Ce principe de base de responsabilité, par lequel un gouvernement doit bénéficier de la confiance du parlement, tire son origine de la pratique britannique établie. Contrairement au gouverneur, qui ne ferait que suivre les conseils des ministres responsables de la colonie, la mise en application du système en Amérique du Nord britannique permet aux colonisateurs d’exercer un contrôle sur leurs affaires intérieures, sauf toutefois sur celles qui sont d’intérêt impérial. Ce contrôle s’étend peu à peu de façon à ce que les Terre-Neuviens et les Canadiens, par des gouvernements fondés sur des parlements élus, acquièrent graduellement la maîtrise de leurs intérêts politiques, atteignant ainsi, sans révolution, l’autodétermination.

12 Evening Herald, le 10 mai 1897.

13 Les Régates de St-Jean était une sorte de carnaval, et ils continuent jusqu’à nos jours.

14 Joseph Chamberlain, ministre britannique du Commerce de 1880 à 1885 et des Colonies de 1895 à 1903. En déployant un impérialisme agressif, il mène, entre autres, la guerre contre les Boers en vue d’annexer les richesses minières de l’Afrique du Sud. Également, il veut faire de l’Empire britannique une unité commerciale avec des barrières douanières communes ; mais son projet échoue et il revient au protectionnisme.

15 En 1898, R. G. Reid signe un contrat avec le gouvernement en vue de poursuivre l’exploitation de la ligne. Ce contrat contenait une disposition selon laquelle l’entreprise pouvait faire l’acquisition de la ligne à titre définitif dans un délai de cinquante ans et recevoir de généreuses concessions de terre. Ces modalités sont rapidement devenues une source de débat politique, de sorte qu’il a fallu les amender quelques années plus tard. En 1923, les Reid n’ont plus les moyens financiers pour poursuivre l’exploitation du chemin de fer, et le gouvernement reprend la ligne en main. Lorsque la colonie se joint à la Confédération canadienne en 1949, le réseau ferroviaire est intégré aux chemins de fer nationaux du Canada, qui ont cessé l’exploitation en 1988.

16 En 1895, un soulèvement armé éclate contre la domination espagnole à Cuba et, pendant trois ans, la guerre a lieu entre les forces espagnoles et les Cubains. Les élites cubaines se tournent alors vers les États-Unis, en craignant la victoire des rebelles, car ceux-ci faisaient aussi une lutte sociale en s’attaquant aux grandes plantations et en parlant d’une redistribution des terres au profit des petits producteurs. Ainsi, dès le mois de juin 1896, les planteurs cubains s’adressent au président Cleveland pour demander l’annexion de l’île par les Américains. En avril 1898, le président McKinley, s’appuyant sur l’explosion du navire de guerre américain le Maine, en rade de La Havane, déclare la guerre à l’Espagne. Après quelques hésitations, il s’engage à ne pas faire de Cuba une colonie américaine mais bien à la transformer en un pays indépendant. La guerre de libération menée par les Cubains contre l’Espagne se transforme ainsi en une guerre entre l’Espagne et les États-Unis. Le 10 décembre 1898, le traité de paix est signé. Tel que promis, Cuba devient un pays indépendant ; cependant, Porto-Rico, qui n’avait pas été impliqué dans la guerre, devient un protectorat américain, et la même chose arrive aux Philippines.

17 « La raison du plus fort est toujours la meilleure » : première phrase de la fable « Le loup et l’agneau », par Jean de la Fontaine. Cette fable dénonce non pas la violence mais la violence masquée de ceux qui cherchent à justifier, par l’amalgame et par une raison pervertie, leurs pratiques injustifiables.

18 C’est Haïti, première république noire à devenir indépendante, qui est connu comme la « Perle des Antilles ».

19 Augustin-Emmanuel-Hubert-Gaston Boué de Lapeyrère : promu capitaine de vaisseau en 1896, il commanda le cuirasse Hoche en escadre du Nord, puis le croiseur La Clocheterie de la Division de Terre-Neuve et d’Islande. Appelé en juillet 1909 au ministère de la Marine, il conserva ses fonctions de mer.

20 « Why We Are Ignored », Evening Herald, le 7 juillet 1898.

21 La Conférence de Québec : conférence pour régler le contentieux qui oppose le Canada et les États-Unis à propos de l’Alaska. Une seconde conférence aura lieu à Washington du 7 novembre 1898 au 21 février 1899.

22 Voir Major-General R. L. Dashwood, « The French in Newfoundland » [communication présentée le 15 février 1899], Royal United Service Institution Journal, 43, 1899, p. 1177-1201.

23 George Monro Grant, recteur de l’université Queen’s en Ontario. Il fut président de l’Imperial Federation League à Kingston et participa activement aux campagnes contre l’union commerciale et pour le tarif préférentiel de l’Empire. Voir G. M. Grant, « Newfoundland and Canada », 1898, p. 467-472.

24 P. T. McGrath, « France in Newfoundland », Nineteenth Century, 45, 1899, p. 46-55.

25 La goélette Augusta, échouée sur la côte de pic à Denis (Head Harbour).

26 Voir, par exemple, « The French Agent », Daily News, le 28 décembre 1896.

27 Les médecins français avaient toujours offert des soins à la population locale, mais en 1894 la médecine est devenu une partie de la stratégie de coopération. Dans les instructions au commandant du Hussard, on trouve ce qui suit : « Je vous recommande donc d’en agir vis à vis d’aller avec douceur et de ne pas négliger de leur rendre les petites services d’humanité compatibles avec le bien du service : je vous citerai notamment, dans cet ordre d’idées, les secours médicaux qui leur manquent et que les médecins de nos bâtiments de guerre ne leur ont jamais refusés. C’est là une pratique que vous devrez continuer. » Service Historique de la Marine, Brest : Sous-série 5C-19.

28 Le commodore G. A. Giffard, Chef de la Division navale britannique de Terre-Neuve.

29 La Réserve navale de Terre-Neuve est formée en 1902. Voir Mark C. Hunter, « HMS Calypso : Locating the Newfoundland Royal Naval Reserve Drill Ship, 1900-22 », 2006, p. 36-60.

30 La guerre des Boers, qui opposa la République d’Afrique du Sud (l’État libre d’Orange et le Transvaal) à la Grande-Bretagne, commença en octobre 1899.

31 Pro-Patria : navire postal qui faisait le service avec le Canada, grâce à une subvention du gouvernement de St-Pierre.

32 Bell Island, site des mines de fer. Voir F. Halet, « Le gisement de fer de Wabana, Bell Île (Terre-Neuve) », 1907, p. 981-997.

33 Le prince Alfred de Saxe-Coburg et Gotha et duc d’Edimbourg, fils cadet de la reine Victoria.

34 La reine Victoria est morte le 22 janvier 1901.

35 En fait, Sir Cavendish Boyle ne s’est pas marié avant 1914, sans descendance.

36 Sir Charles George Walpole, auteur de quelques ouvrages de droit, ainsi que d’une brève histoire d’Irlande, 1882.

37 Le marquis de Lansdowne, Secrétaire d’État aux Affaires étrangères et au Commonwealth.

38 Interim Report on the Census of 1901, St-Jean, Bureau du Secrétaire colonial, 1902.

39 Voir aussi E. P. Morris, « The Genesis of the “French Shore Question” in Newfoundland », 1900, p. 69-83.

40 Henry John Temple, 3e vicomte Palmerston, ancien Premier ministre du Royaume-Uni. Voir Roman Golicz, « Napoléon III, Lord Palmerston and the Entente Cordiale », p. 10-17.

41 Le roi Édouard VII a été couronné le 9 août 1902. Son couronnement était fixé pour le 26 juin, mais il a commencé à souffrir de l’appendicite le 24 juin.

42 Voir Henri de Faubournet de Montferrand, « Rapport de fin de campagne du Commandant de la division navale de Terre-Neuve, sur la pêche de la morue », 1901, p. 2416-2429 ; et 152, 1902, p. 347-361.

43 Joseph Chamberlain, Ministre des Colonies de 1895 à 1903, articulait la conception de l’impérialisme britannique autour d’une politique étrangère commune pour l’empire et d’interventions collectives répondant aux intérêts de l’empire et de la Grande-Bretagne.

44 Le capitaine de frégate Frederick M. Walker, commandant du Calypso, bâtiment arrivé en 1902 pour l’instruction de la Réserve navale. Voir l’Evening Telegram, le 15 septembre 1902.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540