Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En mission à Terre-Neuve

 | 
Charles Riballier des Isles

Deuxième séjour : 1890-1896

Texte intégral

111 CPC St-Jean, le 28 avril 1890

1Tout en confirmant mon télégramme chiffré de ce jour, N° 1, je crois devoir soumettre à Votre Excellence quelques réflexions sur la situation dans laquelle j’ai trouvé cette colonie à mon retour et résumer les discours que je me suis appliqué à provoquer, les informations que j’ai recueillies depuis mon arrivée à St-Jean le 24 courant. Une profonde inimitié règne entre les deux partis qui divisent ce pays ; Sir Robert Thorburn et ses amis ne peuvent pardonner à Sir William Whiteway son récent triomphe. D’un autre côté, le Gouverneur, Sir Terence O’Brien, est accusé d’avoir forcé la démission de l’ancien cabinet, donnant ainsi au nouveau le contrôle des by-elections. Mais les masses s’intéressant peu à cette sorte de polémique, il a fallu trouver un cri de guerre capable de les émouvoir. Le modus vivendi est venu à point pour permettre d’exciter les esprits en représentant cet arrangement comme fatal aux intérêts de la colonie, comme une insulte à son autonomie et surtout comme une trahison de la part du gouvernement Whiteway, de connivence avec le Gouverneur.

2Si absurdes que soient ces accusations, elles ont eu l’effet souhaité, et, à l’ombre de meetings d’indignation, les adversaires du gouvernement actuel ont inventé la commission dont j’ai annoncé le départ. Elle est composée, pour l’Angleterre, de MM. Sir James Winter, ancien Attorney General sous le gouvernement Thorburn, ex-délégué de la colonie à la Conférence de Washington, 1888, homme plein de ressources ; [P. J.] Scott, avocat, conseiller de la Reine, ex-Président temporaire de la dernière législature ; A. B. Morine (de la Nouvelle-Écosse), transfuge du parti Whiteway, rédacteur principal du nouveau journal d’Opposition l’Evening Herald et réputé agent de Sir John Macdonald dans l’intérêt de l’union de Terre-Neuve à la Confédération canadienne. Pour le Canada : MM. [Daniel Joseph] Greene, avocat, conseiller de la Reine, ex-membre de la législature, homme d’une certaine habileté ; [Donald] Morison, avocat, ex-membre de la législature, associé de Sir James Winter ; [Patrick] Bowers, principal rédacteur du journal catholique de St-Jean, le Colonist, personnage récemment importé de l’Île-du-Prince-Édouard, bruyant ennemi de tout projet de confédération avec le Canada. Ces messieurs partent en campagne sans autre titre que celui qu’ils s’attribuent ouvertement : « Champions de Terre-Neuve pour la revendication de ses droits foulés aux pieds par le gouvernement britannique au profit des Français », homardiers et autres. Ils poursuivent encore et principalement un autre but que j’indique dans mon télégramme, ce qui explique pourquoi les frais de leur mission sont si généreusement couverts.

3Il ne faudrait pas croire que la campagne ouverte contre les homarderies françaises par les ennemis du gouvernement actuel de la colonie n’a que les sympathies des rivaux politiques de Sir William Whiteway ; non, tous les Terreneuviens de quelque valeur politique et commerciale, sans distinction de partis, s’élèvent contre la présence de nos homarderies sur le French Shore et jamais, j’en ai l’intime conviction, la colonie ne sera amenée à d’autres sentiments, jamais nous n’aurons raison de cette opposition, même avec le gouvernement britannique, avant d’avoir fait suspendre, ou tout au moins d’avoir manifesté l’intention de faire suspendre, en même temps que les opérations de nos homarderies, celles des établissements anglais de même nature. Tel a toujours été mon avis ; il peut ne pas être goûté ; je ne crois pas moins de mon devoir d’insister sur ce qui me paraît le seul moyen pratique de trancher la difficulté.

4[…] En ce qui concerne la situation politique de Terre-Neuve, le dernier coup a été porté à la prépondérance de St-Jean par le passage d’un acte législatif déclarant électeur tout homme âgé de 21 ans accomplis. Le niveau de la représentation populaire ne peut que baisser désormais et l’instabilité devenir plus grande. De nouveaux éléments de dissolution semblent naître chaque jour ; les pouvoirs publics tendent à se désorganiser, les fautes du passé portent leurs fruits ; le découragement atteint les meilleurs sujets dans les classes laborieuses qui cherchent dans l’émigration au Canada et aux États-Unis des éléments de prospérité qu’il leur faut renoncer à trouver dans leur malheureux pays. La Confédération deviendra bientôt le seul palliatif à l’état maladif de la colonie.

5En attendant, un bouc émissaire sous forme de « difficultés françaises » se présente à point pour être en butte à toutes les rancunes, pour être signalé comme la cause de tous ces maux. Et je suis arrivé juste à temps pour être chargé des péchés d’Israël.

112 ADP St-Jean, le 24 mai 1890

6À M. Jean-Jules Jusserand, Conseiller d’ambassade à Londres

  • 1 La trappe se compose de filets ayant la forme d’une boîte ouverte sur le dessus dont le périmètre m (...)

7J’ai l’honneur de vous adresser sous ce pli un dessin qui, j’espère, suffira pour vous donner l’idée de ce qui est une trappe, engin destructeur par excellence, car il prend non seulement les morues marchandes mais encore les petits sujets que les pêcheurs n’utilisent pas, puis les poissons que la morue poursuit, lesquels sont également détruits. D’où il résulte que les petites morues n’arrivent pas à maturité et que les poissons qui attirent la morue dans les baies n’y viennent plus se reproduire en nombre suffisant1.

8On peut, et l’on doit, je crois, attribuer en partie à l’usage des trappes et des seines (filet portatif presque aussi nuisible que les trappes) l’absence de morue dans les baies de Terre-Neuve, si poissonneuses au temps où la ligne à hameçon était le seul engin employé à cette pêche. Les nouveaux engins, outre ce qu’ils font détruire de poisson non-marchand, effraient la morue et, troublant les fonds, détruisent les sources d’alimentation et de reproduction ; le frai, ne trouvant plus de retraites propres à son développement, périt ou devient une proie facile pour les poissons qui en sont friands.

9Ces méthodes ont pour but de prendre beaucoup en peu de temps et sans trop de travail, mais leur emploi est fatal à la longue ; elles encouragent d’ailleurs la paresse chez les pêcheurs, enlèvent à la profession l’émulation que produirait une adresse supérieure ; il en est, comme en tant d’autres choses, la substitution de la machine à la main-d’œuvre ; on veut produire à outrance, et l’on avilit le prix de la marchandise ; on abaisse le niveau de l’habileté de l’ouvrier. Pour la pêche, on fait pis encore : on épuise les sources de la reproduction en violant les lois de la nature. On n’arrive sans doute pas à entamer d’une façon sensible la masse du poisson dans la mer, mais le résultat obtenu n’en est pas moins ruineux pour l’homme puisqu’il disparaît des lieux où il était d’un accès facile.

10Les homards dont on parle tant aujourd’hui ne tarderont pas à disparaître de Terre-Neuve, comme ils ont disparu des côtes du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard ; ce n’est point une pêche du crustacé que l’on pratique de nos jours ; c’est une extermination. J’ai suggéré de ne pas permettre l’exploitation du homard dans une même baie au-delà de 3 années consécutives et de laisser aux fonds trois années de repos ; c’est le seul moyen d’éviter l’épuisement ; je n’ai nul espoir d’être écouté, pas plus que de voir la raison présider aux opérations de la pêche des autres poissons.

113 CPC St-Jean, le 26 mai 1890

11À l’occasion de l’anniversaire de la naissance de S.M. Britannique, les croiseurs anglais, l’Emerald, commandé par Sir Baldwin Walker, Chef de la Division navale de Terre-Neuve, et le Forward sont venus à St-Jean avant de commencer leur croisière.

12[…] J’ai eu soin d’entretenir avec Sir Baldwin Walker des rapports qu’un échange de courtoisies a rendus assez fréquents pour engendrer une certaine cordialité. Sir Baldwin m’a semblé mieux édifié que l’an dernier sur la valeur et le fond des récriminations et de l’inimitié de la colonie de Terre-Neuve à notre égard ; je crois pouvoir augurer favorablement de la disposition d’esprit dans laquelle il part, pour ses relations avec le commandant Maréchal, notamment en ce qui concerne le modus vivendi. Je me suis appliqué à bien faire comprendre au commandant anglais que le gouvernement de la République ne vise qu’au maintien des droits consacrés par les traités, droits que sa dignité, de même que l’intérêt de ses nationaux, lui font une loi de sauvegarder.

13J’ai aussi fait ressortir quelles dispositions conciliantes la France avait toujours apportées aux tentatives d’arrangement intervenues entre elle et la Grande-Bretagne, dispositions dont la colonie n’avait tenu compte que pour insister sur des prétentions exagérées, inadmissibles, en tant qu’elles ne tendent visiblement qu’à nous évincer du French Shore et à rendre improductive notre pêche sur les Bancs. Sir Baldwin m’a demandé si je ne pressentais pas la possibilité d’un échange en rachat des obligations que les traités imposent à l’Angleterre.

14J’ai cru pouvoir répondre que le gouvernement de la République ne me semblait nullement enclin à traiter sur cette base, que ce serait mettre notre industrie de pêche sur les Bancs et l’existence même de notre colonie de St-Pierre-et-Miquelon à la merci des caprices législatifs de Terre-Neuve relativement à la boëtte, que je ne pouvais prévoir ce qui adviendrait de nos privilèges sur la partie de la côte de Terre-Neuve réservée à notre usage temporaire, mais que je ne croyais pas qu’un abandon fut jamais le résultat d’une convention, ni le prix d’un marché. Nous avons abordé la question des trappes en ce qu’elle a de commun avec le French Shore ; le Commandant a pris sur lui de la régler et m’a dit : « Soyez tranquille ; je m’en charge. »

15Je ne crois pas devoir passer sous silence l’aimable regret que le Gouverneur de Terre-Neuve a manifesté de ce que nos croiseurs ne fussent pas à portée de recevoir son invitation de venir à St-Jean participer à la célébration de l’anniversaire. Et j’ajouterai qu’aucun des membres de l’ancien cabinet Thorburn n’a fait acte de présence au bal donné à cette occasion.

114 CPC St-Jean, le 19 juin 1890

16L’aviso-transport l’Indre, commandé par M. le capitaine de frégate [René-Julien] Marquis, vient de passer cinq jours dans ce port. Le Commandant de notre Division navale de Terre-Neuve, retenu sur la côte ouest de l’île et ne pouvant encore venir à St-Jean, avait chargé M. Marquis de faire, de sa part, une visite de courtoisie au Gouverneur de la colonie. Sir Terence O’Brien a fait un accueil charmant à M. Marquis et à ses officiers.

17Le porteur des compliments de M. Maréchal était d’ailleurs trop bien choisi pour qu’il en fût autrement ; les aimables qualités de M. Marquis ont eu sur le Gouverneur une influence dont personne d’ailleurs ne saurait se défendre, et Son Excellence n’a pas cru devoir laisser partir le commandant de l’Indre sans lui offrir, ainsi qu’à ses officiers, un dîner où il a réuni une société choisie, comprenant l’Évêque anglican, le Premier ministre et le Président du Conseil législatif avec leurs familles. Lady Walker, femme du Commandant de la Division navale anglaise, et sa sœur y assistaient également. Au dessert et après avoir porté, suivant l’usage, la santé de la Reine, Sir Terence s’est levé de nouveau et, chose inouïe à St-Jean, a proposé en français celle de M. Carnot, président de la République française, du Commandant et des officiers de l’Indre ; il a en outre fait des vœux pour la continuation des sentiments d’estime et d’amitié qui unissent la France et l’Angleterre. La bienséance ne permettait guère au Gouverneur de m’oublier dans son toast ; il a fort bien tourné la difficulté en me mentionnant collectivement avec ma femme. Une sauterie a ensuite réuni quelques jeunes personnes et ceux des officiers de l’Indre qui n’avaient pas assisté au dîner.

18M. Marquis emporte, je crois, une bonne impression de sa visite à St-Jean, et je serais heureux qu’il y revint célébrer avec moi la fête du 14 juillet. Le commandant Maréchal m’a fait savoir que le Lapérouse ne pourrait pas être ici avant les premiers jours du mois d’août.

115 CPC St-Jean, le 6 juillet 1890

19Ainsi que j’ai eu l’honneur de le faire savoir à Votre Excellence, deux délégués de Terre-Neuve, Sir William Whiteway, Premier ministre, et l’hon. M. Harvey, ministre sans portefeuille, sont partis pour Londres le 25 juin dernier. M. Harvey fait, dit-on, le voyage pour son propre compte et sans mandat officiel ; mais il prendra, sans aucun doute, part aux débats. Imposé au cabinet de St-Jean, il y représente les intérêts de l’oligarchie marchande de la colonie, dont il est l’un des principaux membres ; c’est évidemment pour surveiller Sir William qu’il est parti avec lui.

20Deux autres délégués, MM. [Robert] Bond et [George H.] Emerson, prendront passage sur le paquebot du 9 courant. M. Bond est le Secrétaire colonial de Terre-Neuve. Quant à M. Emerson, l’élément catholique n’étant pas représenté dans la délégation, on a dû y pourvoir, et l’on a choisi cet avocat. Il est Président de la Chambre des représentants dans l’Assemblée législative de Terre-Neuve. C’est pour lui faire place que M. Harvey n’est pas officiellement désigné comme délégué. M. George Emerson est un homme jeune encore, un politicien pur sang, ambitieux, très intelligent, un peu trop entier de caractère pour se faire beaucoup aimer ; sans fortune, il en a besoin, son père ayant laissé à sa charge, en mourant, une nombreuse famille qu’il soutient vaillamment.

21Les idées (avouées) de M. Emerson sur le French Shore tendraient à la réalisation d’une belle utopie : « la jouissance paisible de ce littoral, à titres égaux, entre les Français et Anglais », ou, pis aller, à la subdivision en concessions françaises et anglaises. En 1886 (il était alors député), M. Emerson s’est distingué par son opposition à l’acceptation de l’arrangement pêcheries de 1885 et, postérieurement, par l’appui qu’il a donné au Bait Act. En ces deux circonstances, il prétendait soutenir le principe de l’autonomie de la colonie, bien plus que s’attacher aux dispositions secondaires des actes dont il s’agissait. Il s’est rallié au gouvernement Whiteway comme il s’était jadis rallié au gouvernement Thorburn. M. Emerson est loin d’être une fraction négligeable de la délégation.

22Sir James Winter, l’un des trois délégués officieux de la colonie, déjà à Londres, y reste seul de ses collègues. M. Morine est de retour ; M. Scott voyage. Ainsi donc, vers la fin du mois, il y aura à Londres pour plaider la cause de Terre-Neuve quatre personnages représentant le gouvernement de la colonie :

Sir William Whiteway, si profond qu’il se perd dans ses propres abîmes ; il est d’ailleurs bien connu du Département ; c’est lui qui a été consulté sur l’arrangement de 1885 ;
M. Bond en passe, peut-être, de justifier le titre pompeux de Tribun du peuple que ses amis lui donnent ici ;
M. Harvey, marchand et autocrate, désireux de voir le titre de sir couronner sa carrière ;
M. Emerson, politicien intelligent et travailleur ;
enfin, Sir James Winter, l’âme de l’opposition au gouvernement Whiteway et leur maître à tous comme esprit fécond en ressources subtiles.

23Et encore peut-être Mgr [Michael Francis] Howley, Préfet apostolique de la baie St-Georges, qui m’a fait part de son intention de se rendre aussi à Londres. Le prélat passe souvent de l’aigre au doux avec les Français ; en ce moment il semble nous porter dans son cœur. Il médite de soustraire son district à la domination onéreuse et inutile, selon lui, du gouvernement de St-Jean et rêve de le faire vivre indépendant et heureux de l’amitié des Français ou de l’unir, tout seul, au Dominion canadien. Mais Mgr Howley changera peut-être d’idées avant le départ du paquebot.

116 CPC St-Jean, le 6 juillet 1890

24J’ai l’honneur d’accuser réception de la somme de trois mille francs que Votre Excellence a bien voulu m’allouer pour couvrir certaines dépenses connexes avec la mission que je remplis à Terre-Neuve. Je remercie Votre Excellence d’avoir, par cette bienveillante décision, allégé les charges que le souci d’un bon service m’avait imposées.

117 CPC St-Jean, le 15 juillet 1890

25Je n’ai pas cru devoir tenir compte de l’agitation que la presse de St-Jean cherche à entretenir autour des questions French Shore et homarderies, et j’ai célébré la fête du 14 juillet sans m’écarter du programme ordinaire. J’ai arboré le pavillon du lever au coucher du soleil et convié le corps consulaire à une collation qu’un temps exceptionnellement beau m’a permis d’offrir dans le jardin de la maison que j’habite.

26Votre Excellence sait que les consuls de St-Jean sont tous, sauf le Consul d’Espagne, sujets britanniques et négociants en cette ville ; cependant, aucun de ces messieurs n’a manqué au rendez-vous. Je dois néanmoins dire que l’état des esprits et le souci de ne point faire allusion aux préoccupations du moment m’ont semblé, cette fois, diminuer l’entrain qui a toujours caractérisé ces réunions.

118 CPC St-Jean, le 20 juillet 1890

27Depuis plusieurs jours, la presse de St-Jean a posé cette question : « Le modus vivendi relatif aux homarderies, intervenu entre la France et la Grande-Bretagne, a-t-il force légale ? » Une réponse vient d’arriver ; elle est publiée dans l’Evening Herald et dans le Colonist d’hier.

  • 2 Le vice-amiral Sir George W. Watson, Commandant de la Station navale de l’Amérique du Nord.
  • 3 Le lieutenant-général Sir John Ross, Commandant des forces britanniques au Canada.

28[…] La ville est néanmoins tranquille ; la musique du Bellerophon [Marine royale] a joué hier dans le parc de l’Hôtel du gouvernement, où la société de St-Jean, sauf les anciens membres du gouvernement Thorburn, s’était rendue pour saluer l’amiral Watson2 et le général Ross3, arrivés la veille. Le gouvernement donne demain un bal en l’honneur de ces officiers généraux, et mardi des citoyens en font autant.

29Mais il y a cependant un côté sérieux dans tout cela ; si l’effet de tels écrits peut être minime, nul, sur les classes éclairées, il ne faut pas trop espérer qu’il en soit de même à l’égard des masses qui croient encore tout ce qui s’imprime et ne remarqueront peut-être pas que l’Evening Herald ajoute (sans soulignés) qu’il ne conseille pas l’effusion de sang. La doctrine d’escamotage des traités, préconisée par la presse de Terre-Neuve et par un certain nombre de journaux anglais, est d’ailleurs bien propre à faire voir les ressources que pourraient fournir le système parlementaire de la Grande-Bretagne et sa politique coloniale s’il agissait de se dérober à des obligations.

119 CPC St-Jean, le 4 août 1890

30Par une lettre du 20 juillet dernier, N° 23, j’ai eu l’honneur de transmettre à Votre Excellence copie de la dépêche télégraphique de Sir James Winter au comité du French Shore à St-Jean relative à l’absence supposée d’un acte du parlement britannique donnant force légale aux traités concernant les droits de pêche de la France sur une partie du littoral de Terre-Neuve. Depuis lors, Sir James est revenu de Londres, laissant ainsi le champ libre à ses concurrents, les délégués officiels. Je l’ai entretenu, et je suis porté à croire qu’il ne fonde aucune espérance sur la réussite de sa mission ; l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération canadienne lui apparaît comme la seule combinaison favorable aux intérêts de la colonie.

31[…] L’agitation de ces derniers temps autour des questions de Terre-Neuve pourrait donc bien avancer la crise qui, en tarissant les ressources que l’emprunt fournit à la colonie, déterminerait son entrée dans la Confédération canadienne et ouvrirait une ère nouvelle dont l’influence ne manquerait pas, comme je l’ai bien souvent fait ressortir, de nous créer de nouveaux et graves embarras, danger contre lequel nous ne saurions, je crois, nous prémunir qu’en conservant le gage sérieux représenté par des droits ou des privilèges bien assurés sur le French Shore.

32En effet, avant un demi-siècle, le Dominion canadien, comprenant l’île de Terre-Neuve, aura au moins doublé sa population, sera devenu indépendant de la Couronne d’Angleterre ou aura été absorbé par les États-Unis. Dans l’une comme dans l’autre hypothèse, un coup fatal serait porté aux droits que nous tenons des traités avec la Grande-Bretagne ; la paix peut-être, notre pêche sur les Bancs, l’existence de notre colonie de St-Pierre-et-Miquelon, seraient menacées si, en prévision de ces éventualités, la France n’avait pas conservé sur le French Shore les éléments d’un échange ou de concessions propres à assurer les ressources de boëtte sans lesquelles la grande pêche dans ces parages deviendrait pour les marins une entreprise tellement précaire, qu’elle ne tarderait pas à être abandonnée. Aujourd’hui, l’idée de la Confédération faisant de rapides progrès dans l’île et la Grande-Bretagne souhaitant vivement cette fusion, le gouvernement de la République saura mettre à profit des éléments aussi propices à une solution des difficultés franco-terreneuviennes.

120 CPC St-Jean, le 23 août 1890

33Le Lapérouse, commandé par M. le capitaine de vaisseau Maréchal, Chef de notre Division navale de Terre-Neuve, arrivé le 17 [au] matin en rade de St-Jean, vient de partir pour continuer son service sur le French Shore. Le commandant Maréchal et son sympathique état-major emportent un souvenir agréable du trop court séjour qu’ils ont fait ici et de l’accueil empressé dont ils ont été l’objet, notamment de la part du Gouverneur de cette colonie et des commandants des trois croiseurs anglais qu’ils ont rencontrés dans ce port, à savoir l’Emerald, le Pelican, [et] le Forward.

34Sir Terence O’Brien a offert à M. Maréchal un dîner d’honneur suivi d’un bal, où se sont trouvés réunis les officiers de marine anglaise et ceux du Lapérouse. Ainsi qu’il avait fait au banquet offert au commandant de l’Indre au mois de juin dernier, le Gouverneur a porté en français la santé de M. Carnot, président de la République. Sir Baldwin Walker, Chef de la Division navale anglaise, a aussi donné un dîner à M. Maréchal. D’autres invitations ont suivi. Le Gouverneur a rendu au Commandant une visite officielle à son bord ; il avait d’ailleurs eu l’attention, tout à fait exceptionnelle ici, d’envoyer sa voiture prendre M. Maréchal au quai lorsque celui-ci était allé faire sa première visite à l’Hôtel du gouvernement. Le Chef de notre division navale a cru devoir reconnaître ces procédés gracieux par un très beau déjeuner à bord du Lapérouse ; le Gouverneur et les commandants anglais y assistaient avec leurs femmes. Les officiers de notre croiseur ont aussi eu des invités au carré. Le Lapérouse est parti sans pouvoir accepter d’autres invitations pour la semaine prochaine, au nombre desquelles un bal à bord de l’Emerald et un autre donné par une association de dames de cette ville.

35La presse de St-Jean s’est montrée fort réservée pendant le séjour du Lapérouse ; d’un commun accord, les journaux ont gardé le silence sur les questions désagréables dont ils entretiennent journellement et à satiété leurs lecteurs ; on s’en est tenu à une polémique toute locale, sans faire d’allusions aux marines française et anglaise. La seule protestation de ces feuilles contre le spectacle d’entente cordiale donné à la population a été un mutisme étudié, poussé au point de ne pas même faire mention des échanges de courtoisies dont je viens d’entretenir Votre Excellence. Seul l’Evening Telegram, organe officieux de l’administration, a sommairement indiqué l’arrivée du Lapérouse en rade et fait mention des saluts qui ont signalé la visite officielle du Gouverneur et la mienne à bord de ce bâtiment.

36Je serais d’avis que nos croiseurs fréquentassent davantage le port de St-Jean et que l’on choisît, autant que possible, les époques où les bâtiments anglais se trouvent en rade ; rien ne serait plus propre à flatter l’amour-propre des citoyens, à créer de fructueuses sympathies personnelles, à dissiper des présomptions fâcheuses et [à] mettre un frein à la verve hostile et mensongère des journaux de la capitale de l’île. Une visite me semblerait surtout opportune au début de la campagne, au mois de mai, pour la célébration de l’anniversaire de la naissance de S.M. Britannique, une autre vers et pendant le 14 juillet.

121 CPC St-Jean, le 12 octobre 1890

37Pendant la quinzaine qui vient de s’écouler depuis ma dernière lettre, rien d’intéressant pour les intérêts français à Terre-Neuve n’a transpiré ici. Toute l’attention des politiciens semble en ce moment concentrée sur l’élection d’un député dans le district est de St-Jean. Si les journaux font allusion aux questions du French Shore, de la boëtte ou des primes, c’est principalement pour avoir l’occasion de qualifier de traîtres aux libertés de la colonie, soit les membres de l’ex-cabinet Thorburn, soit ceux du cabinet actuel Whiteway. À en juger par ce que le public est appelé à lire chaque soir, la principale occupation des chefs des gouvernements qui se sont succédé a été de « vendre la colonie aux Français ».

38La monotonie de ces récriminations et autres redites n’est rompue que par des appels aux passions populaires, appels qui pourraient être fort dangereux ailleurs qu’à Terre-Neuve ; entre autres toniques, on a recours au cri de : sus aux aliens ! c’est-à-dire aux gens, fonctionnaires ou marchands, sujets britanniques cependant, mais qui ne sont pas nés à Terre-Neuve. Or il faut savoir que les trois-cinquièmes au moins des hommes capables ou marquants sont des aliens. Tout est bon, paraît-il, quand il s’agit d’entraîner les électeurs. Les journaux de la colonie donnent en ce moment une bien triste idée des principes, du sens commun même, des écrivains et de ceux à qui ils s’adressent.

39Il y a un an, j’ai avancé que Terre-Neuve entrait dans une ère de troubles intérieurs ; je ne me trompais pas. Tous les efforts de la presse politique tendent à fausser la conscience publique et à susciter d’irréconciliables inimitiés. À ce reproche, un journal répondait récemment sur le ton de la plaisanterie que c’était tout bonnement : « écrire pour les chevaliers de la rue » et pour vendre un plus grand nombre d’exemplaires.

40Les candidats rivaux sont deux natives (indigènes) : l’un, M. [James P.] Fox, négociant dans l’embarras et pour cette raison peut-être politicien nouvellement éclos (personnellement fort estimable d’ailleurs) et appuyé par le gouvernement actuel ; l’autre, M. [P. J.] Scott, avocat, ancien Président par intérim de la Chambre basse en 1889 et ex-délégué officieux de la colonie à Londres, représente le parti Thorburn ; les deux candidats sont catholiques ; le clergé favorise l’élection de M. Scott. Nous pouvons assister avec impartialité à la lutte : M. Scott ne nous a pas ménagés à Londres ; quant à M. Fox, il a éprouvé le besoin de déclarer ces jours derniers « qu’il ne cessera de travailler à conquérir le contrôle absolu du territoire de l’île », ce qui veut dire « the French must go ». Mais nous chasser ne lui suffit pas, car il ajoutait « qu’il ne prendra aucun repos avant d’avoir fait diminuer ou abolir la prime accordée aux pêcheurs français ». Si après de si beaux discours M. Fox n’est pas élu, il faudra désespérer du patriotisme des électeurs.

122 CPC St-Jean, le 10 novembre 1890

41Par mes lettres Nos 30 et 33, j’ai eu l’honneur d’entretenir Votre Excellence des préparatifs à l’élection d’un député à l’Assemblée législative de Terre-Neuve pour le district est de St-Jean. M. Fox, candidat du gouvernement, vient d’être élu. Les votes se sont répartis comme suit :

42Aux dernières élections générales, la majorité du candidat Whiteway dans le même district avait été de 884 ; aujourd’hui elle se trouve réduite à 343 ; mais le point essentiel était de ne pas voir augmenter le nombre des membres de l’Opposition ; Sir William doit se tenir pour satisfait.

123 CPC St-Jean, le 22 novembre 1890

43Avant-hier, dans la nuit, Sir William Whiteway et l’hon. M. Harvey, les derniers des délégués officiels à revenir de Londres, sont arrivés à St-Jean. Je n’ai pas manqué à souhaiter immédiatement la bienvenue à ces messieurs ; non pas que je me fisse l’illusion d’apprendre la vérité sur ce qui a pu se passer au cours de leur mission, mais je désirais m’édifier sur la valeur du bagage qu’ils rapportaient. L’inventaire n’en est pas long. Rien de fait, aucun plan arrêté, mêmes aspirations à tout obtenir sans rien donner en échange, projets mal mûris de continuer la campagne contre la pêche française sur les Bancs en se servant du Bait Act.

44Au risque de me répéter, je ne puis que revenir à ce qui m’a toujours paru évident : jamais on n’aboutira à un règlement tant que Terre-Neuve conservera voix prépondérante au chapitre.

124 CPC St-Jean, le 9 décembre 1890

45Un ouragan destructeur s’est fait sentir sur les côtes est et sud de cette colonie dans la nuit du 1er au 2 de ce mois ; les sinistres maritimes sont sans nombre, et les dégâts à terre seront difficilement estimés. La maison que j’habite a été fort éprouvée ; une cheminée, en tombant, a failli pénétrer dans la chambre où couchaient mes enfants ; plus de 50 arbres ont été déracinés à proximité de mes fenêtres ; presque toutes les clôtures sont renversées.

125 CPC St-Jean, le 2 janvier 1891

46Par sa dépêche en date du 18 décembre dernier, N° 4, sous le présent timbre, Votre Excellence m’a fait l’honneur de me signaler les tendances séparatistes que le révérend M. Howley, Préfet apostolique de la baie St-Georges, a manifestées. En effet, c’est l’un des mirages évoqués par ce préfet, mais personne n’y attache ici d’importance, bien qu’il en soit autrement au dehors. Par une lettre du 12 septembre, N° 28, sous le timbre de la Direction politique – Protectorats, j’ai annoncé à Votre Excellence le retour du révd Howley à St-Jean, et je disais que, parti confédéré, il revenait annexionniste ; j’aurais pu ajouter ou séparatiste, car il m’avait aussi entretenu de cette fantaisie ; mais cela m’a semblé si peu sérieux que j’ai cru devoir garder le silence sur une combinaison qui n’est pas plus réalisable qu’une annexion de la colonie aux États-Unis ou que l’échange suggéré par St-Pierre-et-Miquelon relativement au French Shore.

  • 4 Paul-Henri-Benjamin Balluet D’Estournelles, baron de Constant de Rebecque, conseiller d’ambassade à (...)
  • 5 Albert-Auguste-Gabriel Hanotaux, directeur des Consulats et des affaires commerciales. Hanotaux mil (...)
  • 6 Bâtir des châteaux en Espagne : avoir des projets illusoires, irréalisables.

47Je n’ai pas non plus parlé à Votre Excellence du projet que les journaux d’Halifax attribuent au même révd Howley, à savoir : de placer pendant la prochaine campagne de pêche un pavillon anglais sur chaque casier à homards ou filet britannique sur le French Shore. J’en ai cependant écrit à M. Marquis, qui commandera le Drac. M. Howley a vu M. D’Estournelles4 à Londres et M. Hanotaux5 à Paris ; il les a sans doute entretenus de ses châteaux en Espagne6. Le Gouverneur de la baie St-Georges, comme l’appellent les reporters d’Halifax, ne croit pas, il faut lui rendre cette justice, à l’annexion aux États-Unis, encore moins à la division de Terre-Neuve en deux provinces ; il sait mieux que personne que la côte ouest, avec ses six ou huit mille âmes, ne pourrait pas soutenir pendant un an même le simulacre d’un gouvernement ; il sait bien qu’une délimitation de territoire serait impossible ; il sait bien que le French Shore, dont la côte ouest n’embrasse qu’une partie, ne serait pas moins affecté par les traités qu’il ne l’est aujourd’hui. La séparation, c’est-à-dire l’idée de la séparation, doit représenter pour lui un pas vers la Confédération qu’il souhaite, probablement parce qu’il y voit poindre, entre autres avantages, la mitre qui le rendrait indépendant de l’Évêque de St-Jean.

48S’il se montre tantôt l’ennemi, tantôt l’ami des Français, s’il invente mille combinaisons sans se soucier beaucoup de leur côté pratique, c’est surtout pour créer des ennuis au cabinet de St-Jean (quel qu’il soit) et en tirer des concessions au profit de ses ouailles.

126 CPC St-Jean, le 17 janvier 1891

49Par sa dépêche en date du 2 courant, N° 1, Votre Excellence m’a fait l’honneur de me parler d’une mission confiée à l’honorable Ministre des Finances du Canada [George Eulas Foster] relativement à un projet de fédération destiné à réunir au Dominion les Antilles anglaises et Terre-Neuve. Dans une correspondance avec le Département j’ai eu jadis occasion de mentionner les tendances du cabinet d’Ottawa à annexer au Dominion, outre Terre-Neuve, les îles Bermudes ; il était naturel que le plan devint plus vaste.

50Je ne saurais me procurer ici des données suffisantes sur la situation politique et économique des îles visées ; je ne puis donc me rendre bien compte des chances de succès en faveur de la mission de M. Foster ; mais je ne crois pas trop m’avancer en exprimant des doutes sur un résultat, surtout immédiat. L’envoyé canadien doit s’attendre à une certaine opposition de la part des États-Unis dont l’influence est grande, notamment aux Bermudes et aux Bahamas. Ce dernier groupe, grâce à l’habileté de son gouverneur, Sir Ambrose Shea (un Terreneuvien, comme le sait Votre Excellence), a fait depuis deux ans de merveilleux progrès ; une banque américaine s’y trouve aujourd’hui installée ; un câble télégraphique va prochainement relier Nassau à la Floride, et une ligne de steamers (canadiens, paraît-il) mettra la capitale en communications régulières, non seulement avec le continent américain et le Canada mais aussi avec les nombreuses îles composant le groupe des Bahamas.

51Il est certes logique que le Canada cherche à augmenter le nombre des débouchés aux produits de son industrie et de son commerce, enrichir son marché d’une plus grande diversité de marchandises originaires du Dominion ; mais il l’est moins que les îles jouissant d’un gouvernement indépendant se hâtent, sans y être forcées par le besoin ou séduites par quelque chose de plus solide que d’attrayantes perspectives, à mettre leur liberté d’acheter où bon leur semble et de taxer leurs importations à leur gré, à la disposition du Dominion, en échange d’une allocation par tête d’habitant pour subvenir aux besoins du gouvernement local, au risque de se voir envahies par des fonctionnaires étrangers. Si le Canada était régi par les principes d’une protection modérée, si les droits à l’importation étaient moins onéreux, la dette publique moins forte, les îles des Antilles aussi bien que celle de Terre-Neuve pourraient trouver avantage à une union qui les soulagerait alors (sans les grever d’un côté) des dépenses qu’entraînent le maintien des douanes, des phares et autres soins qui incomberaient au Dominion ; mais il n’en est pas ainsi en ce moment ; la dette fédérale est considérable, celles des provinces énormes, les droits élevés.

52En ce qui concerne particulièrement Terre-Neuve, je ne puis que répéter ce que j’ai déjà dit à plusieurs reprises. L’île est fatalement destinée à entrer dans la Confédération canadienne, non pas que son intérêt l’y appelle aujourd’hui mais le besoin de vivre l’y contraindra. Du jour où le gouvernement de Terre-Neuve ne trouvera plus à emprunter, il faudra bien qu’il se jette avec le pays dans les bras du Dominion. Ce sera une dispendieuse acquisition que fera le Canada, mais le St-Laurent ne lui appartiendra réellement que du jour où Terre-Neuve relèvera d’Ottawa. Cela vaut bien un petit sacrifice.

53Quand l’île de Terre-Neuve deviendra-t-elle une province du Dominion ? Nul ne saurait le dire, mais tout porte à croire que le mouvement dans ce sens devant suivre celui de l’excès des charges de la colonie et la décadence de son crédit public, l’événement ne se fera pas attendre. On prétend même qu’il en sera fortement question à la prochaine session législative.

127 CPC St-Jean, le 26 mars 1891

54Un incident en réalité insignifiante mais qui ne manquera probablement pas d’être interprété en sens inverse s’est produit avant-hier à la Chambre basse de la législature. Le Gouverneur s’était rendu au Conseil législatif pour donner sa sanction à un bill (The Masters and Servants Act), ainsi que cela se pratique quand on est pressé de donner force de loi à une mesure législative. Suivant l’usage, le Président de la Chambre basse (Speaker) et les députés furent invités à se rendre au Conseil législatif pour assister à cette formalité ; mais au moment où le Speaker se levait, l’un des députés pour St-Jean, M. [Thomas J.] Murphy, conseilla de profiter de l’occasion pour témoigner au Gouverneur, en sa qualité de représentant de S.M. Britannique, le mécontentement de l’Assemblée relativement au bill « coercitif » dont la colonie était menacée, qu’en conséquence on laissât le Speaker se rendre seul à l’invitation du Gouverneur, lui seul étant tenu de le faire. Quinze députés restèrent à leurs places, et le Speaker avec huit autres membres, presque tous faisant partie du cabinet, se rendirent seuls au Conseil législatif.

55Au retour, on expliqua ce dont il s’était agi. Il paraîtrait qu’aujourd’hui plusieurs de ceux qui sont abstenus prétendent qu’ils ne savaient pas au juste pourquoi la Chambre était invitée à se rendre au Conseil législatif !

56L’incident est regrettable, désagréable pour le Gouverneur, mais il n’a aucune portée. C’est un exemple entre mille de la légèreté avec laquelle les législateurs de ce pays traitent les affaires. On vote des lois, on passe des résolutions, et les trois quarts des membres diront quelques jours après qu’ils ont fait comme les autres, ou même qu’ils ne s’y sont mêlés en rien.

128 CPC St-Jean, le 11 avril 1891

57Dans divers rapports antérieurs, outre ma lettre de ce jour sous le timbre de la Direction politique, j’ai eu l’honneur d’entretenir Votre Excellence des incidents qui ont signalé la mission de M. Bond, Secrétaire colonial de Terre-Neuve, lequel s’était rendu à Washington pour y négocier un traité de réciprocité commerciale entre Terre-Neuve et les États-Unis. La législature de la colonie vient de voter l’acceptation des bases de cette convention, telles que le Secrétaire d’État américain, M. [James Gillespie] Blaine, les aurait posées, et d’en demander la ratification à S.M. Britannique. Le sort de cette convention est encore extrêmement incertain ; je crois néanmoins devoir en porter le texte projeté à la connaissance du Département. Ce texte s’écarte, dit-on, sensiblement des termes généreux adoptés primitivement par le gouvernement britannique ; il est en outre contraire aux intérêts du Dominion canadien qui, de son côté, cherche à abaisser certaines des barrières qui lui ferment les marchés des États-Unis. Terre-Neuve se trouve, par suite, en conflit avec le Canada et cherche à le distancer.

58Pour s’attirer les sympathies américaines, le cabinet de St-Jean vient de décider que, dès à présent, les pêcheurs des États-Unis auront libre accès aux appâts de pêche dans les ports de l’île, privilège dont sont exclus tous les autres pêcheurs étrangers, aussi bien les Canadiens, sujets britanniques cependant, que les Français. Le Canada, blessé et lésé, ne négligera sans doute rien pour empêcher le gouvernement britannique de sanctionner un projet de convention qui, d’ailleurs, fût-il ratifié à Londres, pourrait encore échouer au Sénat des États-Unis.

  • 7 Lâcher la proie pour l’ombre : abandonner un avantage réel pour un profit illusoire.

59J’aurai soin de tenir Votre Excellence informée de la suite que pourrait avoir cette affaire. Bien des gens sont d’avis qu’en cette circonstance, Terre-Neuve se hâte trop et risque de lâcher la proie pour l’ombre7.

129 CPC St-Jean, le 12 avril 1891

60Ainsi que j’ai eu l’honneur de l’annoncer à Votre Excellence, les délégués de Terre-Neuve sont partis lundi dernier, 6 courant, pour Londres. Votre Excellence trouvera, ci-joint, l’address qu’ils emportent pour être présentée au Parlement britannique. Le ton de ce document diffère essentiellement de celui que la législature de Terre-Neuve a coutume de prendre ; on en attribue la rédaction à l’hon. M. [Edward] Shea, président du Conseil législatif.

61[…] Ceux [les discours] de MM. Harvey et [Moses] Monroe reproduisent l’étrange thèse d’après laquelle 200 000 habitants, à peine, ne sauraient vivre là [sur le French Shore] où plusieurs millions devraient prospérer : parce que pendant 5 ou 6 mois de l’année les Français ont droit de pêche du cap St-Jean au cap Raye, en passant par le nord. Ce qui équivaut à dire que le reste de l’île n’a aucune valeur. Il est tout aussi absurde de prétendre qu’un chemin de fer aboutissant sur le littoral affecté par les traités (embarrassé de glace pendant 6 ou 7 mois) est indispensable au développement de la colonie. À moins d’être fou, on ne ferait jamais aboutir une ligne sur cette partie de l’île ; le terminus indiqué, pratique, est à Channel ou à Port-aux-Basques, sur la côte sud, avant d’arriver au cap Raye, points que les glaces n’obstruent généralement pas.

62Or, s’il se trouvait des mines ou des forêts d’une exploitation avantageuse dans les parages du French Shore, nos pêcheurs n’occupant qu’un ruban d’un demi-mille au plus sur le littoral, où serait la gêne ? Des lignes d’exploitation iraient naturellement rejoindre l’artère principale du chemin de fer pour gagner le port d’embarquement placé en dehors des limites assignées par les traités. Tout le monde sait cela ici, mais le Colonial Office, a qui on se garde bien de le dire, l’ignore peut-être ou fait semblant de l’ignorer.

130 DP St-Jean, le 10 mai 1891

63J’espérais que la lettre si pressante que j’ai eu l’honneur d’écrire à Votre Excellence le 15 mars dernier sous le timbre de la Division des fonds et de la comptabilité provoquerait une bienveillante réponse et m’épargnerait la pénible démarche que je prends la respectueuse liberté de faire aujourd’hui auprès de Votre Excellence. Votre Excellence n’estime sans doute pas opportune l’augmentation de ressources qui m’est nécessaire pour vivre ici, et que je croyais assurée lors de mon départ de Paris au mois d’avril 1890, je n’ai qu’à m’incliner. J’avais promis de tenir encore un an à St-Jean ; je l’ai fait.

64Ne pouvant plus ni réduire mes dépenses, ni combler le déficit qu’elles occasionnent, ni me résoudre à voir s’amoindrir la position honorable, quoique modeste, que j’occupe à Terre-Neuve et par suite la considération dont le poste a été entouré pendant les cinq rudes années que j’y ai passées, je viens prier Votre Excellence de vouloir bien m’assigner un autre poste où je puisse, sans compromettre davantage l’avenir de ma famille, achever une carrière laborieuse, à laquelle j’ai déjà consacré plus de vingt années de zèle et de dévouement. Votre Excellence me permettra de réitérer ici la prière que je lui ai adressé relativement à l’ordonnancement des sommes arrières à me revenir et dont j’ai malheureusement le plus grand besoin.

131 CPC St-Jean, le 29 mai 1891

65Par dépêche télégraphique du 27 courant, j’ai eu l’honneur d’informer Votre Excellence que la veille au soir, la législature de Terre-Neuve avait consenti à voter à titre temporaire (trois saisons de pêche) le bill dit coercitif dont l’un des députés revenu de Londres, M. Morine, avait mission d’assurer l’acceptation. Ce n’est qu’après bien des hésitations que le bill a été voté, à huis clos, par une faible majorité des députés : 10 votes contre 6, le reste des représentants, 19, n’ayant pas fait acte de présence pour cause justifiée ou volontaire. Sauf M. Morine, tous les députés de l’Opposition ont voté contre le bill ; M. [John] Studdy, Secrétaire des Finances, et M. [Eli] Dawe, député gouvernemental, ont aussi voté contre. M. [George] Shea, fils, député d’Opposition, s’est retiré avant le vote.

  • 8 Henry Thurstan Holland, Secrétaire d’État pour les colonies. Son bill donnerait aux officiers de la (...)
  • 9 Le cabinet de Robert Arthur Talbot Gascoyne-Cecil, 3e marquis de Salisbury, Premier ministre du Roy (...)

66L’espoir ouvertement exprimé et produit comme argument par les partisans de la mesure a été que cette démarche assurerait l’appui du Parti libéral anglais, empêcherait le passage du bill permanent Knutsford8 et, dans l’éventualité souhaitée de la chute du cabinet Salisbury9, permettrait de ne pas renouveler le bill ou de ne le faire qu’à certaines [conditions] impossibles à obtenir actuellement.

  • 10 Passer le Rubicon : Jules César, afin de gagner du temps pour atteindre Rome, traversa une petite r (...)

67[…] Le Rubicon est donc passé10 ; le gouvernement britannique a fait voter par la législature de Terre-Neuve une loi reconnue nécessaire mais qu’il n’avait portée devant le parlement anglais qu’à son corps défendant et sur refus de la colonie d’en prendre l’initiative. La colonie, cédant à un courant irrésistible d’opinion dans le parlement anglais, s’est rendue ; mais les honneurs de la guerre lui sont acquis, car son bill, à elle, n’est que temporaire.

132 CPC St-Jean, le 30 mai 1891

68Cet après-midi, le Gouverneur de Terre-Neuve a prononcé la clôture de la session législative ; Votre Excellence trouvera, ci-joint, le discours lu en cette circonstance. Le Gouverneur félicite la législature à l’occasion de son vote au bill temporaire jugé suffisant pour arrêter le passage de celui que le gouvernement britannique avait préparé relativement à la mise en vigueur des traités avec la France. Il annonce que le traité de réciprocité commerciale entre Terre-Neuve et les États-Unis n’a pas encore été sanctionné par S.M. Britannique ; il espère qu’il sera approuvé plus tard. En outre, le discours fait allusion au crédit ouvert à la colonie pour l’achat du chemin de fer de St-Jean à Harbour Grace. Mais cet achat est affaire faite, paraît-il ; Sir William Whiteway aurait trouvé à Londres le million et demi de dollars nécessaire à cette transaction, avantageuse surtout pour ceux qui l’ont agencée.

69À ma grande surprise, j’ai été (officieusement) invité à assister à la cérémonie de clôture ; je m’y suis rendu en tenue de ville ; le Consul de Brésil, seul de mes collègues présent, avait fait de même.

133 CPC St-Jean, le 22 juin 1891

70Malgré tout le bruit occasionné par la tentative faite dans le but de mettre en vigueur le modus vivendi de 1890 relatif aux homarderies, le résultat pratique, pour l’année dernière, a été que bon nombre d’établissements britanniques, visés par l’arrangement, ont fonctionné tout à l’aise, et même que de nouvelles homarderies anglaises ont surgi sur cette partie du littoral de Terre-Neuve.

71[…] Quoi qu’il en soit, une tranquillité parfaite règne en ce moment à Terre-Neuve ; on sent que la législature est en vacances. M. Monroe, délégué de la colonie, revenu de Londres, se montre fort peu communicatif. MM. Emerson et Harvey sont attendus par un prochain paquebot. Sir William Whiteway se promène en France, dit-on, avec sa famille. Le croiseur britannique Pelican est toujours en rade de St-Jean, où il emploie ses loisirs à des exercices de tir. C’est le calme après l’orage ; puisse-t-il ne pas servir à dissimuler des manœuvres tendant à mettre en danger le libre et loyal exercice des privilèges de la France dans les parages affectés par les traités.

134 CPC St-Jean, le 15 juillet 1891

  • 11 Voir aussi Charles Laroche, « La question de Terre-Neuve : politique du cabinet terre-neuvien ; éch (...)

72Cette année, le programme de la célébration du 14 juillet a différé de celui des années précédentes, en ce que les personnes que je désirais réunir à ma table ; n’étant toutes libres que le dimanche 12, j’ai fait mes invitations pour ce jour-là. Le Commandant de la Division navale anglaise et Lady Walker, le Vicaire apostolique de la baie St-Georges, M. et Mme Laroche, notamment, se sont aussi rencontrés chez moi. Votre Excellence sait que M. Charles Laroche, correspondant du Temps, est venu à Terre-Neuve avec mission de fournir à ce journal des informations sur la colonie en général et sur le French Shore en particulier11.

73Le mardi, 14, a été des moins favorables à la petite fête de nuit que j’avais préparée ; les témoins n’ont donc pu être aussi nombreux que je l’aurais souhaité ; cependant, nous avons illuminé et tiré un feu d’artifice auquel M. Laroche a prêté son concours avec beaucoup d’entrain. Cette manifestation pyrotechnique a été d’autant plus remarquée qu’elle avait pour cadre un ciel sombre et pluvieux.

74À mon grand regret, aucun de nos croiseurs ne s’est trouvé, le 14, en rade de St-Jean.

135 CPC St-Jean, le 15 août 1891

75Hier matin, Sir William Whiteway, Premier ministre de cette colonie, est revenu de Londres, où sa mission relative aux affaires de Terre-Neuve l’avait retenu bien après le départ de ses collègues à la délégation. J’ai eu quelques instants d’entretien avec Sir William ; il s’est beaucoup loué de l’accueil que lui a fait Votre Excellence et estime que toutes les difficultés seraient bientôt aplanies si leur règlement ne dépendait que de Votre Excellence et de lui-même.

76En attendant, on dit ici que Sir William est résolu à maintenir le Bait Act l’année prochaine. Il se proposerait aussi d’être présent à Bruxelles cet automne pour prendre part aux débats de l’arbitrage. Mais cet arbitrage semble fortement compromis si la répugnance témoignée par notre Chambre des députés à accepter la responsabilité de la Couronne britannique ne s’est pas modifiée d’ici là ; aussi n’est-ce qu’à titre de simple renseignement que j’y fais allusion.

77On assure que la prochaine Assemblée législative de Terre-Neuve sera saisie d’un projet de bill permanent devant remplacer le bill temporaire voté cette année pour la mise en vigueur des traités avec la France. Il est également bruit qu’un commissaire anglais pourrait bien venir à St-Jean s’édifier sur la situation financière de la colonie et donner son avis sur l’opportunité de garantir un emprunt dont l’emploi serait fixé à l’avance et le montant affecté uniquement au développement des ressources naturelles du pays. On doute que, dans ces conditions de contrôle, l’assistance de la métropole inspire beaucoup de gratitude au gouvernement et à la législature.

136 CPC St-Jean, le 15 septembre 1891

78Un grand calme a succédé à l’agitation au milieu de laquelle l’administration de cette colonie s’est débattue pendant plusieurs mois. Il n’est plus guère question d’opérations de pêche, et le retour du Premier ministre, Sir William Whiteway, n’a même réussi à provoquer que d’insignifiantes redites au sujet du French Shore et du Bait Act. Cependant, les demi-confidences que m’ont été faites et les correspondances de Londres parvenues à St-Jean font pressentir la reprise d’hostilités dans les sphères politiques.

79J’ai déjà informé Votre Excellence du bruit qui courait ici relativement à un bill permanent dont la prochaine législature coloniale devrait être saisie et qui serait destiné à remplacer l’acte temporaire voté au commencement de cette année. Le bruit se confirme, et l’on ajoute que le même bill comportera la constitution d’un tribunal judiciaire à l’effet de statuer désormais sur les réclamations entre pêcheurs français et anglais. Les membres de ce tribunal ne seraient d’abord pas des Terreneuviens ; l’appel en cassation des jugements rendus ne serait pas porté devant les cours de la colonie mais uniquement devant le Conseil privé de S.M. Britannique.

80En somme, ainsi que le fait observer un journal anglais : « On se propose d’échanger un vieux shilling contre un neuf » ; et il ajoute : « Espérons que la colonie aura la bonhomie de s’en contenter. » Il est permis d’avoir des doutes au sujet de la bonhomie souhaitée, et déjà le Colonist déclare qu’il y aurait perte au change, que ce serait « troquer un shilling anglais contre un franc, même un franc douteux », que de laisser substituer des « avocats d’eau douce » aux officiers de marine britannique et un recours au Conseil privé de S.M. à un appel à la Cours suprême de la colonie.

137 CPC St-Jean, le 10 décembre 1891

81Sous le timbre de la Direction des affaires commerciales et consulaires, N° 4, j’ai aujourd’hui même l’honneur d’informer Votre Excellence de l’augmentation de droits imposée par le gouvernement de Terre-Neuve sur certains articles de provenance canadienne. Le cabinet de St-Jean a cru bon de répondre aussi à l’avis reçu d’Ottawa relatif à la suspension d’une mesure exemptant le poisson de provenance de Terre-Neuve du paiement d’un droit d’un dollar par quintal anglais (½ français environ) sur le même article de provenance étrangère. Le cabinet de St-Jean se déclare maltraité, oubliant, ou prétendant oublier, qu’il est l’agresseur.

82L’article ci-annexé du Halifax Chronicle résume bien la situation ; il fournit aussi copie de télégrammes échangés d’où il résulte que le cabinet de la Nouvelle-Écosse, ayant demandé à celui de St-Jean à quoi devaient s’en tenir les négociants désireux d’acheter du hareng gelé à Terre-Neuve, le Premier ministre, Sir William Whiteway, a répondu que le Canada s’étant opposé à ce que Terre-Neuve passât un traité avec les États-Unis, et les Canadiens persistant à fournir de la boëtte aux Français, la prohibition serait maintenue.

83Voilà donc où conduit la nullité de la majorité des politiciens de Terre-Neuve, la rapacité d’une oligarchie marchande aveuglée par son omnipotence, l’amour-propre d’un secrétaire colonial blessé de ne pouvoir jouer au plénipotentiaire, et le souci de ruiner la pêche française au moyen du Bait Act : à une guerre de tarifs entre deux provinces britanniques, à priver des sujets anglais de fréquenter des eaux britanniques et d’en utiliser les richesses ; plus encore, à empêcher les malheureuses populations de l’île même de tirer parti des ressources que la Providence met à leur portée pour se procurer le pain de chaque jour.

84Mais une politique si contraire au droit et au sens commun ne saurait avoir effet durable, et le gouvernement de la Grande-Bretagne ne peut manquer d’être appelé à intervenir et faire rentrer Terre-Neuve dans les limites qu’elle a franchies grâce à l’impunité à laquelle l’Angleterre a habitué cette colonie, notamment lorsqu’elle a poussé l’outrecuidance jusqu’à imposer un traitement différentiel, non seulement à un pavillon ami de l’Empire britannique, celui de la France, mais encore à des provinces sœurs, celles du Dominion canadien.

85Et tout cela, non pour le bien des populations, non plus sous l’inspiration d’un sentiment patriotique, mais principalement pour amener la réalisation, heureusement impossible, du rêve creux né dans un cerveau où l’incapacité politique n’est contrebalancée que par une immense vanité : un traité absurde avec les États-Unis, auxquels, en attendant, tous privilèges sont concédés, légalement ou illégalement, gratuitement aussi, car l’Union taxe les produits de la pêche et autres d’origine terreneuvienne, à l’égal des mêmes produits de provenances diverses étrangères.

86Une feuille locale, l’Evening Herald, ne craint pas d’écrire : « Un mystère entoure cette affaire ; M. Blaine et M. Bond pourraient seuls l’éclairer ; mais de ce qui a transpiré, nous sommes portés à croire que M. Bond est revenu parmi nous avec l’obligation de donner gratuitement la boëtte aux Américains et qu’il en a reçu le prix. » Je ne crois pas à une générosité de la part de M. Blaine ; un peu d’encens lui aura suffi pour gagner M. Bond.

138 ADP St-Jean, le 12 décembre 1891

87Depuis mon retour à St-Jean en avril 1890, j’ai pu m’apercevoir que, comme je l’avais prévu, la présence de l’agent du gouvernement de la République était loin de plaire au gouvernement de cette colonie. Des confidences qui m’étaient faites, certains articles de journaux demandant mon renvoi immédiat, me portaient à pressentir qu’un jour ou l’autre ce déplaisir prendrait une forme tangible. Je n’ai cependant pas cru devoir trop attirer l’attention de Votre Excellence sur les difficultés croissantes de ma mission à Terre-Neuve. Elle aurait pu attribuer mes appréhensions à des considérations de convenances personnelles.

88J’ai aujourd’hui l’honneur de transmettre, ci-joint, à Votre Excellence copie de deux lettres que le Gouverneur de Terre-Neuve vient de me faire adresser par son secrétaire pour me déclarer qu’il n’existe à St-Jean aucun représentant du gouvernement de la République reconnu par S.M. Britannique et me demander en quelle qualité je m’occupe des affaires dont je l’entretiens. J’ai aussi l’honneur de soumettre à Votre Excellence les réponses que j’ai cru devoir immédiatement faire au Gouverneur.

  • 12 Le gouvernement de Terre-Neuve avait refusé à accorder à Charles Landry, armateur de St‑Pierre, une (...)

89L’occasion de me mettre en demeure de fournir l’explication demandée était attendue depuis longtemps par le Premier ministre ; Sir William Whiteway n’était retenu que par des considérations d’un ordre tout personnel ; je le savais et je m’appliquais à ne point faire naître cette occasion ; mais la situation menaçant de s’éterniser, la patience du Premier ministre s’est épuisée, et l’affaire Charles Landry12, qu’il ne m’était pas permis de négliger et dont je rends compte à Votre Excellence sous le timbre de la Direction politique, N° 59, a semblé propice au cabinet de St-Jean que ma lettre du 9 courant au Secrétaire colonial a visiblement embarrassé ; on s’est alors décidé à faire intervenir Sir Terence O’Brien, bien que le Gouverneur ne fût réellement pas appelé à répondre à des communications auxquelles je m’étais étudié, comme le verra Votre Excellence, à ne donner d’autre caractère que celui de simple information. C’est deux heures après la séance hebdomadaire du cabinet chez le Gouverneur que j’ai reçu la première lettre du secrétaire de Sir Terence.

90En prévision de ce qui arrive, j’avais songé à prier Votre Excellence de me faire adresser sa correspondance à mon nom, suivi de mon titre si bon lui semblait, mais à mon nom, car l’irritation du gouvernement de Terre-Neuve croissant ou la pression des politiciens francophobes augmentant, ordre pourrait être donné à la poste de renvoyer au lieu de provenance les plis adressés à un fonctionnaire étranger dont l’existence est officiellement inconnue dans la colonie ; je n’ai rien dit pour ne pas être accusé de prendre des taupinières pour des montagnes, mais le Département jugera peut-être opportun d’adopter désormais la façon que je suggère [afin] d’éviter que ses lettres ne me soient pas remises ; quant aux télégrammes, je ne crois pas la précaution indispensable.

139 CPC St-Jean, le 20 janvier 1892

91Par mes lettres des 10 décembre dernier et 3 courant, j’ai eu l’honneur d’entretenir Votre Excellence de la guerre de tarifs entre le Dominion canadien et Terre-Neuve ; Votre Excellence sait à quoi s’en tenir sur le véritable but poursuivi par le cabinet de St-Jean : faire à la pêche française dans ces parages tout le mal possible. Et si un doute pouvait exister à cet égard, si Votre Excellence avait jugé mes appréciations comme étant le résultat d’une tendance à tout rapporter aux affaires qui nous touchent, les lettres du 18 et du 31 décembre dernier que l’hon. A. W. Harvey, en ce moment à Londres, a publiées dans le Times dissiperaient ce doute.

  • 13 KCMG : Knight Commander of St. Michael and St. George.

92Votre Excellence a sans doute connaissance de ces lettres ; aussi ne m’arrêterai-je ni à les analyser, ni à en faire ressortir des inexactitudes, des doctrines ne nous concernant d’ailleurs qu’au point de vue du discrédit qu’elles devraient jeter sur le cabinet de St-Jean dont M. Harvey fait partie. Mais j’attirai l’attention de Votre Excellence sur la raison principale que donne l’auteur de ces lettres au ressentiment de son entourage envers le Dominion et sur la condition qu’il met aux bonnes grâces de la colonie. M. Harvey n’hésite pas à déclarer que le Canada s’est attiré le déplaisir du gouvernement de Terre-Neuve en refusant de passer, contre les Français, un Bait Act similaire à celui au moyen duquel on espère ici arriver à nous priver d’appât de pêche. Que le Canada s’unisse à Terre-Neuve pour ruiner la pêche française et la paix sera faite. Voilà, en somme, ce que dit l’ex-délégué de Terre-Neuve à Londres, ministre sans portefeuille, membre du Conseil législatif, président de la Commission des pêcheries, membre de la Chambre de commerce de St-Jean, etc., etc., et aspirant aux honneurs de KCMG13.

93Ainsi ce n’est plus assez d’avoir passé un acte dont l’intention hostile n’était nullement dissimulée ; ce n’est plus assez d’avoir remanié cette loi de façon à la rendre méconnaissable et encore plus agressive, de s’en être servi pour nous fermer l’accès des ports de l’île, même aux fins du commerce (l’affaire Charles Landry) en infligeant un traitement différentiel irritant à notre pavillon ; mais en outre, ne trouvant pas d’appui dans les populations de l’île, voyant que par leur industrie nos armateurs déjouent toutes les combinaisons [et] que nous avons de la boëtte quand même, il faut maintenant attirer dans la conspiration le cabinet du Dominion, puis, dans l’espoir d’y parvenir, égarer la conscience publique dans la Grande-Bretagne et ailleurs. Et le gouvernement anglais continue à imaginer que des arrangements peuvent aboutir avec le concours de politiciens de cet acabit, et nos pouvoirs publics semblent l’imaginer aussi. C’est incroyable.

140 CPC St-Jean, le 15 février 1892

94L’année dernière le gouvernement britannique a invité les colonies de l’Empire à procéder au dénombrement de leurs populations respectives. Pour Terre-Neuve, le dernier recensement datait de 1885. Les résultats obtenus en 1891 surprendront quiconque aurait ajouté foi aux affirmations des politiciens de l’île et de sa presse, lesquels n’ont cessé de répéter que « les besoins d’une population toujours croissante exigeaient la résiliation des privilèges dont jouissent les Français sur une partie du littoral, que ces privilèges entravaient une expansion devenue nécessaire, entravaient aussi le développement des ressources naturelles propres à occuper des milliers de bras que la pêche ne suffisait plus à employer ». « La présence des pêcheurs français sur le French Shore », disait-on, « menace de réduire à la plus profonde misère les colons établis dans ces parages, de dépeupler les localités ».

95C’est par de semblables mensonges que les nombreuses délégations de Terre-Neuve en Angleterre se sont efforcées de provoquer dans le parlement et dans le public de la Grande-Bretagne les sympathies pour la colonie, l’indignation contre la France. On avait bien soin de ne point parler de l’augmentation exagérée des impôts, de l’effet de lois draconiennes, du gaspillage des deniers publics, du découragement produit par ces errements, du mouvement d’émigration qui en résultait. Mais, il n’était pas possible de toujours cacher la vérité, et c’est de Terre-Neuve même que vient aujourd’hui la lumière.

96Des recensements comparés [de] 1884 et 1891, il résulte qu’en 1884 la population de l’île était de 197 589 habitants, soit une augmentation de 36 209 habitants (22,25 %) sur le recensement de 1874. En 1891, la population n’est que de 202 000 habitants, soit une augmentation de 4 665 habitants (2,36 %) en sept années au lieu de 16 % qui serait la proportion correspondant à l’augmentation constatée en 1884. Il résulte encore que dans 10 districts sur 19, le nombre des habitants a diminué, la ville de St-Jean, à elle seule, comptant 2 100 habitants de moins qu’en 1884. Dans 9 districts il y a eu de légères augmentations et, chose remarquable, notamment dans ceux que « ruinent les Français » ! C’est ainsi que pour les districts de St-Georges et de Ste-Barbe, composant le French Shore, St-Georges a gagné 1 159 habitants (21 %), Ste-Barbe 190 habitants (3 %). Le relevé des recensements de 1884 et 1891 pour les 19 districts est comme suit :

Districts

1884

1891

Ste-Barbe

6 500

6 690

Twillingate

14 058

16 718

Fogo

6 264

6 700

Bonavista

16 486

17 051

Trinity

19 005

18 871

Bay de Verde

8 403

9 708

Harbour Grace

14 727

13 881

Brigus et Port de Grave

8 698

8 096

Carbonear

6 206

5 765

Harbour Main

8 935

9 189

St. John’s East

22 183

20 746

St. John’s West

15 962

15 251

Ferryland

6 472

5 853

Placentia et St. Mary’s

11 789

12 801

Burin

8 502

9 058

Burgeo et La Poile

6 544

6 471

Fortune Bay

6 917

7 671

St. George’s Bay

5 473

6 632

Labrador

4 211

4 118

141 CPC St-Jean, le 27 février 1892

  • 14 Albert Victor, duc de Clarence, petit-fils de la reine Victoria.

97Le 25 courant a eu lieu l’ouverture de la 3e session de la 15e Assemblée législative de Terre-Neuve. J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence le texte du Discours du trône lu à cette occasion par le Gouverneur de la colonie. Sauf l’allusion faite à la perte que vient d’éprouver la famille royale d’Angleterre dans la personne de S.A.R. le duc de Clarence14, tout y est couleur de rose. Nous n’avons aucun intérêt à trop approfondir ; le document en question est supposé résumer la situation véritable du pays, et nous ne pouvons que nous réjouir avec ceux qui ont été agréablement surpris d’apprendre que l’année dernière a été à tous égards des plus prospères pour Terre-Neuve.

98Nous avons même lieu de nous féliciter tout particulièrement des assurances renfermées dans le Discours du trône. En effet, l’année dernière, les représentations de la presse, non seulement de la colonie mais aussi de la Grande-Bretagne, du Dominion canadien et des États-Unis, les protestations, les plaintes des délégués de Terre-Neuve à Londres, tendaient à faire apparaître la France comme la cause principale de malheurs sans nombre prêts à fondre sur l’île ruinée par une concurrence déloyale, réduite aux dernières extrémités par suite de l’abus que nous faisions de privilèges surannés. Et voici que, rien n’ayant été changé à notre situation vis-à-vis de Terre-Neuve, au lendemain même d’enquêtes tendant à prouver notre influence néfaste sur le pays, sur le développement de ses industries, de ses ressources, une déclaration solennelle affirme qu’une grande prospérité a signalé cette période de 1891 et que des perspectives de plus en plus encourageantes sont ouvertes aux colons.

142 CCC St-Jean, le 22 mars 1892

99Par ma lettre en date du 27 février dernier, sous le timbre de la Direction politique, Sous-direction du nord, N° 11, j’ai eu l’honneur d’adresser à Votre Excellence une analyse succincte du Discours du trône prononcé à l’occasion de l’ouverture de la session législative de Terre-Neuve pour l’année 1892. Cette communication ne comportait que des considérations sur quelques points ayant trait au différend que soulève l’interprétation et l’exercice des privilèges français sur une partie du littoral de l’île. Je compléterai aujourd’hui mon rapport par une revue des explications que le Secrétaire colonial vient de fournir à la législature, relativement aux affirmations optimistes contenues dans le Discours du trône du 25 février dernier. J’y ajouterai quelques réflexions.

100En parlant des heureux résultats de la pêche aux phoques pendant 1891, le Secrétaire colonial se reporte aux opérations des dix dernières années :

Années

Nombre de phoques

Valeur en dollars

1882

178 812

1883

322 603

1884

266 290

1885

238 596

558 863

1886

272 656

529 763

1887

230 355

458 853

1888

286 464

573 984

Moyenne 558 646 $

1889

336 627

675 381

1890

220 331

555 031

1891

350 000

Non encore estime

101Pour 1891, le nombre est certainement considérable ; il représente une valeur d’environ 700 000 $ ; malheureusement les bénéfices résultant de cette pêche si dangereuse se réduisent à comparativement peu de chose pour les pêcheurs. L’argent qu’elle met en circulation ne consiste guère qu’en la part afférente aux équipages, lesquels sont recrutés dans la colonie. La part de ces hommes est d’un tiers de la valeur estimée de la pêche, les autres deux tiers restant acquis au navire. Sur son tiers, l’équipage rembourse les 16 dollars par homme, reçus à titre d’avance au début de la campagne et toujours dépensés chez l’armateur en achat de vêtements et provisions laissées aux familles, le tout compté à des taux usuraires en vue du risque encouru si la campagne était infructueuse, auquel cas les avances seraient perdues : on estime à un cinquième de la valeur du chargement la part nette à revenir à l’équipage.

102Avant l’introduction des steamers pour cette sorte de pêche, non seulement la part de l’équipage était de ½ au lieu de ¹⁄³ mais encore l’armement de 200 ou 300 voiliers occupait un nombre considérable d’ouvriers ; maintenant, l’armement des steamers, dont plusieurs viennent tout parés de Dundee (Écosse), n’occupe que fort peu de bras. Chaque steamer prend à son bord 200 ou 300 pêcheurs ; en 1891, 4 284 hommes ont été ainsi employés ; 19 steamers jaugeant ensemble 5 947 tonneaux ont été occupés. Il y en a 20 cette année. Les peaux de phoques, salées après avoir été dépouillées de la graisse, et l’huile fabriquée, sont expédiées en Angleterre principalement, ne laissant qu’un faible bénéfice de main-d’œuvre à Terre-Neuve. Cette pêche, au point de vue du bien-être qu’elle procure aux travailleurs, n’est donc pas aussi avantageuse qu’on pourrait imaginer.

  • 15 Voir aussi, à propos de la chasse aux phoques, Robert de Caix, Terre-Neuve, Saint-Pierre et le Fren (...)

103Et l’on peut même, sans s’écarter de la vérité, dire que la pêche des phoques, telle qu’elle se pratique en grand aujourd’hui, a plus d’un côté déplorable. Rien ne saurait donner une idée de la brutalité qu’il faut, paraît-il, y apporter : c’est une orgie de tuerie. En outre, nombre de jeunes gens fuyant toute occupation soutenue vivent une partie de l’année dans une oisiveté excusée, sous prétexte que, la saison venue, ils pourront gagner en 3 ou 4 semaines une somme relativement considérable. Lorsque les vents chassent vers la côte, les glaces portant les phoques et que les populations riveraines peuvent, comme en 1891, pêcher pour leur compte, c’est alors qu’il y a bénéfice réel pour les pêcheurs15.

104M. Bond estime ensuite que le Gouverneur a pu, avec raison, considérer comme heureuse la campagne de pêche de la morue sur le littoral en 1891, attendu que cette pêche n’avait produit qu’une moyenne de 648 644 quintaux par an pour les 4 années précédentes et qu’en 1891 cette moyenne s’élevait à 693 125 quintaux (quintal de 50 kg environ). D’un autre côté la pêche au Labrador qui avait produit

105en 1888 – 490 027 quintaux
en 1889 – 560 000 do.
en 1890 – 574 036 do.
donnait 643 821 quintaux en 1891.

143 CPC St-Jean, le 1er avril 1892

106Annexé à ma lettre du 4 juillet 1891, sous le présent timbre, j’ai eu l’honneur d’adresser à Votre Excellence le relevé des secours que la colonie de Terre-Neuve a octroyés à ses pauvres pendant l’année 1890. Ces secours peuvent certes, en grande partie, être considérés comme des primes, bien que le gouvernement s’en défende et soutienne qu’aucun secours n’est accordé aux able-bodied poor, pauvres en état de travailler. « C’est », disent d’autres, « une façon de faire aux indigents remise d’une partie des taxes dont les articles de première nécessité sont grevés ». Remise de taxes ou prime, la distinction est subtile.

107Votre Excellence trouvera ci-joint le relevé officiel des secours pour l’année 1891, montant à la somme de 174 000 dollars (Frs. 924 000 environ). Sous l’étiquette Relief of Poor, le Receveur général vient de demander un crédit de 191 584 dollars (Frs. 1 015 000 environ) pour l’exercice 1892. Outre ces secours, on sait qu’une partie du crédit ouvert sous le titre de Roads and Bridges, Routes et Ponts, est affectée à des bonifications plus ou moins dissimulées. Ce dernier crédit est généralement porté à 124 076 dollars par an (Frs. 658 000 environ).

144 CPC St-Jean, le 3 mai 1892

108J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, en original, à Votre Excellence, la lettre que le révd M. F. Howley, Vicaire apostolique de la baie St-Georges, vient de m’écrire pour m’annoncer son élévation à la dignité épiscopale. Cette lettre s’écarte sensiblement de la ligne de conduite observée par les autorités de la colonie de Terre-Neuve, si soigneuses d’éviter tous rapports officiels avec ce vice-consulat.

145 CPC St-Jean, le 13 mai 1892

  • 16 Permanent bill : un projet de loi pour la continuation du Bait Act pendant deux ans. Voir le Journa (...)

109[…] Depuis le 7, l’intérêt s’attachant au « permanent bill16 » a grandi : l’indifférence des premiers jours a fait place dans le public à un fiévreux désir d’être fixé sur le sentiment de la législature et sur le sort réservé à ce bill. Sir William Whiteway et M. Harvey avaient mis tout en œuvre pour s’assurer le concours d’une majorité en faveur de l’acceptation qu’ils recommandaient ; ils avaient réussi, croyait-on généralement.

110Hier, jour fixé pour les débats publics, une foule de gens de toutes conditions s’est portée vers le Palais législatif ; les tribunes, les galeries, les corridors ont été envahis. J’ai cru devoir être présent ; en outre, pour éviter que l’on pût supposer chez moi la moindre timidité, j’ai refusé dans l’enceinte réservée une place qui m’était offerte. C’est mêlé à la foule que j’ai assisté aux débats. Ces débats ont duré depuis cinq heures du soir jusqu’à plus de minuit et seront continués aujourd’hui.

146 CPC St-Jean, le 14 mai 1892

111Les débats sur le permanent bill ont repris hier à 4 heures de l’après-midi devant une foule compacte et se sont prolongés jusqu’à 2 heures du matin de ce jour.

112[…] Ci-joint la reproduction de l’amendement proposé par le Secrétaire colonial et adopté par l’Assemblée. Il y a six ans, presque jour pour jour, que l’arrangement pêcheries de 1885 a été rejeté d’une façon analogue. Le rideau vient de tomber sur un autre acte de la comédie coloniale Pêcheries de Terre-Neuve qui se joue depuis 1857.

147 CPC St-Jean, le 23 mai 1892

113J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence copie d’une loi relative à la boëtte, votée vendredi dernier. On a pris la peine de chercher à me faire croire que ce bill est destiné à remplacer le Bait Act et permettre aux pêcheurs étrangers, Français compris, de se procurer des appâts à Terre-Neuve – moyennant un droit uniforme de licences (permis) d’un dollar et demi par tonneau de jauge et par an. On tiendra sans doute le même langage aux électeurs, à qui on avait promis d’abolir le Bait Act.

148 CPC St-Jean, le 2 juin 1892

114Hier dans l’après-midi, le Gouverneur de Terre-Neuve a prononcé la clôture de la session législative pour 1892. Votre Excellence trouvera, ci-joint, la reproduction du Discours du trône lu à cette occasion.

115Le Gouverneur y exprime le regret que lui cause le rejet du permanent bill ; ses paroles ne laissent aucun doute sur l’intérêt qu’il attachait à ce que le bill fût favorablement accueilli par la législature.

149 CPC St-Jean, le 20 juin 1892

116J’ai l’honneur d’informer Votre Excellence que l’aviso-transport Drac, commandé par M. le capitaine de frégate [Marie-Auguste-Hyachinthe] Douzans, est arrivé en ce port le 14 courant. Ce navire est parti hier matin pour se rendre sur la côte est de l’île. Pendant son court séjour, le commandant du Drac a été reçu par le Gouverneur de Terre-Neuve d’une façon fort obligeante.

117Un dîner a été offert. Au dessert, Sir Terence O’Brien a porté la santé de M. le président de la République et celle de la Marine française. Le Premier ministre de la colonie, accompagné du Président de la Chambre des représentants, a fait visite à bord du Drac, tant au Commandant qu’au carré des officiers. Une invitation du Tennis Club a été envoyée à bord.

118Il est regrettable que les bâtiments de la station ne fassent pas un plus long séjour ici ; à peine arrivés, ils repartent sans donner aux personnes disposées à bien accueillir nos officiers le temps de faire leur connaissance et de les recevoir.

150 CPC St-Jean, le 22 juin 1892

119J’ai eu l’honneur d’annoncer à Votre Excellence que le Gouverneur de Terre-Neuve avait l’intention de passer quelques mois en Angleterre après la clôture de la session législative. La réalisation de ce projet dépendait surtout de l’accueil que la législature ferait au permanent bill, dont l’acceptation devait, comme le sait Votre Excellence, être suivie des préliminaires relatifs à un emprunt de dix millions de dollars garanti par le gouvernement de la Grande-Bretagne. Le bill ayant été rejeté, il n’est plus question de cet emprunt, et Sir Terence O’Brien part aujourd’hui en congé de trois mois, accompagné de Lady O’Brien. Sir Frederick Carter, Juge en chef de la Cour suprême, sera, comme d’ordinaire, chargé par intérim de l’administration du gouvernement de la colonie.

120Mes relations personnelles avec Sir Terence O’Brien ont été, depuis trois ans qu’il gouverne à Terre-Neuve, des plus cordiales. Le parfait accueil que ce haut fonctionnaire a toujours fait aux commandants et aux officiers de notre station navale, les paroles sympathiques qu’il leur a adressées et l’hommage qu’il n’a pas craint de rendre publiquement à M. le Président de la République sont un heureux et frappant contraste avec les tirades mal sonnantes dont la presse et les politiciens de Terre-Neuve nous gratifient habituellement. Sir Terence se propose de passer une partie de son congé à Paris qu’il aime ; il descend d’ordinaire, je crois, à l’hôtel des Deux Mondes, non loin de l’Opéra.

151 CPC St-Jean, le 28 juin 1892

121L’élévation du révérend M. F. Howley, Préfet apostolique de la baie St-Georges, à la dignité épiscopale a fait l’objet de la lettre que j’ai eu l’honneur d’adresser à Votre Excellence le 3 mai dernier sous le N° 18. Mgr Howley a été sacré le 24 courant par Mgr [Thomas Joseph] Power, Évêque de St-Jean. Cette cérémonie a été célébrée avec une pompe, un éclat et une solennité qui auraient pu passer comme extraordinaires, même dans une ville plus considérable que St-Jean. Sa Grandeur l’archevêque d’Halifax, Mgr l’évêque de Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard) et Mgr l’évêque de Harbour Grace (Terre-Neuve) étaient venus prêter leurs concours.

122La population a salué avec enthousiasme l’élévation à l’épiscopat du premier des enfants de la ville de St-Jean auquel cette dignité ait été conférée. Dès l’avant-veille, de nombreux arcs de triomphe avaient été spontanément élevés par les citoyens dans les rues principales de la ville. Une foule empressée avait reçu les prélats au quai de débarquement au bruit des fanfares et des acclamations. Le Gouverneur et nombre de notables avaient prêté leurs voitures. Des trains spéciaux avaient amené des habitants des localités voisines et même d’aussi loin que Harbour Grace.

  • 17 Archives rapatriées du Consulat de France à Saint-Jean de Terre-Neuve, 1857-1948, Carton 69 : à la (...)

123Lors de la cérémonie, la cathédrale catholique, bien que fort spacieuse, n’a pas suffi à recevoir la foule composée de toutes les classes de la population, de toutes les différentes communions religieuses, qui étaient accourue. J’ai donné, dans mon banc17, l’hospitalité à quatre personnes protestantes, tant de l’Église anglicane que de l’Église écossaise. Le soir, des feux de joie sur les montagnes environnantes, des feux d’artifice dans plusieurs parties de la ville, ont terminé une journée mémorable pour St-Jean. Aucun accident, aucun désordre à signaler. C’est un triomphe pour l’élément catholique et une preuve que, quand MM. les politiciens de profession veulent bien ne pas intervenir, la question religieuse même ne soulève ici ni rancunes ni discordes.

124Hier soir, un banquet d’environ 300 convertis a été offert à Mgr Howley. Le président du comité de réception, M. le juge [Joseph Ignatius] Little de la Cour suprême, m’y a convié ; une place d’honneur m’était réservée. Les prélats m’ont d’ailleurs rendu, en personne, la visite que j’avais cru devoir leur faire. Ils quitteront demain St-Jean pour retourner dans leurs diocèses respectifs, charmés de l’accueil qui leur a été fait. Le bruit court que sous peu la dignité d’Archevêque de Terre-Neuve sera conférée à Mgr Power, Évêque de St-Jean.

152 DP St-Jean, le 4 juillet 1892

125L’an dernier, Votre Excellence, prenant en considération les circonstances motivant les lettres que j’avais eu l’honneur de lui adresser au sujet de ma situation matérielle, rendit strictement possible la continuation de mon séjour à St-Jean par l’octroi d’une indemnité de 3 000 francs pour dépenses extraordinaires pendant l’exercice 1890. Une année s’est écoulée, m’imposant les mêmes charges que par le passé. Je prends la respectueuse liberté, Monsieur le Ministre, de renouveler l’appel que la nécessité m’avait forcé et me force de faire à la haute bienveillance de Votre Excellence.

126J’avais conçu l’espoir de ne pas avoir à réitérer une demande dont le bien fondé avait provoqué un accueil favorable, mais, en réponse à une lettre que j’ai écrite à mon fondé de pouvoirs à Paris, je suis informé qu’aucune indemnité me concernant n’est encore ordonnancée. Votre Excellence daignera, je n’en puis douter, combler ce vide et me mettre en mesure de faire face à des échéances dont le terme approche.

  • 18 À cette époque, Alexandre Ribot est ministre des Affaires étrangères de 1890 à 1893.

127Depuis que Votre Excellence préside aux Affaires étrangères18, les ressources de divers postes insuffisamment rétribués ont été augmentées ; St-Jean n’a pas bénéficié d’une mesure où se reflète bien la sollicitude dont Votre Excellence a d’ailleurs donné un éclatant témoignage dans son article 8, titre 1er du décret du 12 novembre 1891, resté, hélas, sans effet.

128On a dit que le vice-consulat de St-Jean de Terre-Neuve était destiné à disparaître ; telle est sans doute la cause du semblant d’oubli dans lequel il est tombé lors de la révision budgétaire. Malheureusement pour moi, il subsiste toujours avec son épineux cortège. Mais Votre Excellence ne voudra pas m’y condamner à perpétuité : sept années sont un long bail dans ces rudes parages où rien ne fait compensation à un milieu peu sympathique, où la vie des agents du Département n’a jamais été qu’une morne attente du jour de la délivrance. Elle ne voudra pas non plus que mon crédit souffre d’une mission dont je me suis acquitté à la satisfaction du Département avec une application qui ne s’est pas un instant ralentie, mission que justifierait, prétendent mes amis, une récompense.

153 CCC St-Jean, le 9 juillet 1892

129J’ai l’honneur de confirmer la dépêche télégraphique que j’ai adressée à Votre Excellence ce matin même, lui annonçant le sinistre qui vient de frapper cette ville ; si par malheur le vent tourne à l’est, il n’en restera que des ruines.

130Hier, sur les cinq heures de l’après-midi, une allumette chimique, dit-on, a mis accidentellement le feu à une écurie. Le vent d’ouest soufflait en tempête depuis quelques jours ; une chaleur extraordinaire pour ce pays avait desséché les maisons. En un temps incroyablement court, deux heures à peine, le feu, parcourant trois bons kilomètres en longueur et environ un kilomètre en largeur, gagnait toute la partie est de la ville à partir d’un peu plus bas que le bureau général des Postes. Les maisons semblaient fondre plutôt que brûler ; une population, affolée de terreur, cherchait à sauver quelques objets bientôt atteints par les flammes. La rue principale, Water Street, où se trouvent tous les magasins, les entrepôts, tous les bureaux du commerce, rue bâtie cependant en pierres et en briques, n’était plus qu’un ruban de feu ; les quais brûlaient aussi. On suffoquait.

131J’ai fait tous mes efforts pour sauver les archives du vice-consulat dont le bureau se trouvait [à l’]Atlantic Hotel, bâtiment solide, en briques, comparativement isolé. Au milieu d’une confusion extrême, dans une demi-obscurité faite de fumée brûlante, aidé de ma courageuse femme, j’ai réussi à enlever la caisse, les chiffres secrets, quelques registres de la correspondance, les documents confidentiels du poste et une partie des états de comptabilité du 2e trimestre, fardeau déjà bien lourd à transporter à travers des rues qui commençaient à brûler et que les fuyards encombraient. Tout le reste est devenu la proie des flammes, avec la bibliothèque et le mobilier m’appartenant.

  • 19 En 1846, vers 12 000 personnes étaient sans abri, 57 % de la population.

132Aujourd’hui c’est presque aveuglé par la fumée que j’écris ; les bois qui environnent St-Jean sont en flammes depuis plusieurs jours déjà ; l’air est chargé de cendres ; le feuillage en est blanchi ; ma maison d’habitation est menacée. En ville, 15 000 personnes sont sans abri, sans provisions, presque sans vêtements ; riches et pauvres ont tout perdu. Le grand incendie de 1846 n’était, paraît-il, qu’un accident comparé au désastre d’hier19.

154 CPC St-Jean, le 15 juillet 1892

133Au lendemain du désastre qui vient d’atteindre St-Jean, il eût été déplacé de célébrer avec éclat la Fête nationale du 14 juillet ; j’ai donc cru devoir affecter à des secours la somme que le Département met à la disposition du vice-consulat. Néanmoins, je n’ai pas voulu laisser passer cette journée sans la signaler par une manifestation extérieure ; le pavillon national a flotté sur ma maison d’habitation depuis le lever jusqu’au coucher du soleil. J’ai en outre fait connaître au corps consulaire de St-Jean les raisons qui me privaient de le recevoir cette année.

155 CPC St-Jean, le 16 juillet 1892

134Immédiatement après l’incendie de la ville de St-Jean, survenu le 8 de ce mois, le gouvernement de la colonie, avec une promptitude et une libéralité remarquables, a organisé des secours et pourvu aux besoins des incendiés. Une grande partie des provisions emmagasinées dans la partie de la ville restée debout a été réquisitionnée, de même que toutes les planches et madriers disponibles ; des abris se sont rapidement élevés, des cuisines ont été installées et l’on peut assurer que personne n’a souffert de la faim ; trois jours après le sinistre, personne non plus n’a été contraint de passer la nuit sans un toit ou une tente. Les couvents, tous épargnés, ont rendu d’immenses services en donnant l’hospitalité aux jeunes enfants et aux femmes délicates, sans distinction de classe ou de croyance. Le vaisseau amiral, le Blake, est immédiatement venu d’Halifax, bientôt suivi de l’Emerald ; l’ordre a été assuré ; des ruines menaçantes ont été abattues au moyen de la dynamite.

135Mais il s’agit maintenant de se préparer à l’hiver qui, dans trois mois au plus, trouverait environ dix mille personnes exposées à ses rigueurs. Il faut organiser la distribution équitable des secours en argent, en literie, en vêtements, promis de toutes les parties au Canada et de la Grande-Bretagne, des États-Unis même. Il faut arrêter le plan de reconstruction de la ville et, si possible, l’émanciper de la tyrannie des « propriétaires absents », absentee landlords, si préjudiciable à son développement, attendu que les immeubles bâtis sur les terrains de ces « propriétaires absents » sont à jamais leur propriété, sujets à des augmentations de location le plus souvent arbitraires. Une session extraordinaire de la législature ayant paru nécessaire, elle aura lieu, dit-on, vers la fin de ce mois. On n’y pense encore traiter que des questions purement locales.

156 CCC St-Jean, le 28 juillet 1892

136J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence le plan de l’incendie de la ville de St-Jean, 8 courant. Le désastre embrasse la partie la plus peuplée comme la plus commerçante. Au centre du district brûlé, un bâtiment a, par hasard, échappé aux flammes : la Union Bank ; mais les dépendances qui se trouvaient dans la cour ont été consumées.

  • 20 L’hôpital St-Georges, construit sur Signal Hill en 1795 par l’armée britannique et détruit enfin pa (...)

137Telle était l’intensité de la chaleur que le sémaphore, placé à l’entrée du goulot menant au port et à environ mille mètres au-dessus du niveau de la mer, bien plus haut et bien plus loin de la ville que l’hôpital St-Georges20, a pris feu trois fois ; le gardien et ses hommes ont cependant réussi à le sauver. Quatre grands établissements de commerce ont seuls été épargnés dans toute la ville : MM. Monroe, Tessier, Duder et Stuart. La Douane est installée à la Poste, dans le Musée, les autres bureaux au Parlement et un peu partout ; presque tous ont perdu la totalité de leurs archives.

157 CPC St-Jean, le 30 juillet 1892

138On ne songe guère à la politique aujourd’hui à St-Jean ; chacun s’occupe de régler avec les compagnies d’assurances et cherche à se préparer un abri pour l’hiver. Les marchands installent des magasins provisoires pour reprendre les affaires. Il n’y a même plus de journaux pour alimenter les polémiques, car toutes les imprimeries ont été détruites par l’incendie du 8. De temps à autre paraissent une ou deux petites feuilles remplies d’annonces principalement, ayant pour but de faire connaître de nouvelles adresses. Encore est-ce grâce à une vieille presse, oubliée dans un grenier il y a une trentaine d’années, et à quelques caractères d’imprimerie trouvés dans un autre endroit que l’on est parvenu à ce résultat. Le matériel commandé arrivera dans quelques jours : l’Evening Telegram sera probablement le premier journal à paraître régulièrement.

158 CPC St-Jean, le 13 août 1892

139[…] Le La Clocheterie est arrivé à un assez mauvais moment ; outre le désarroi dans la société, occasionné par le récent incendie, les membres du gouvernement avaient à se préoccuper de l’ouverture de la session extraordinaire de la législature, qui a eu lieu le lendemain 11 courant. M. le commandant [Jacques-Théophile] Parfait et moi avons assisté à cette cérémonie, ce qui m’a donné l’occasion de lui présenter quelques personnes marquantes.

140Vendredi, un temps abominable a gâté la journée et fait manquer une soirée que j’avais préparée en toute hâte et à laquelle l’état-major du La Clocheterie était invité. J’ai cependant eu le plaisir de recevoir le Commandant à dîner jeudi, et ce matin c’est à sa table que ma famille et moi avons passé les derniers instants de son séjour à St-Jean, séjour infiniment trop court, même pour donner le temps de se présenter à bord aux personnes qui en auraient eu l’intention et que les difficultés actuelles de l’embarquement et du débarquement en chaloupe, avec des quais brûlés, n’auraient pas intimidées.

159 CPC St-Jean, le 14 septembre 1892

141La quinzaine qui vient de s’écouler depuis le départ du dernier courrier d’Europe est veuve de tout incident politique pouvant nous intéresser. La grande préoccupation aujourd’hui est de rebâtir St-Jean, ou tout au moins d’y préparer des abris pour l’hiver prochain. Les loyers sont hors de prix, et encore ne trouve-t-on pas à se loger ; on s’entasse dans les quelques maisons restées sur pied ; bien des familles se sont réfugiées, en attendant, dans les villages du littoral. Une grande activité règne donc dans la ville ; beaucoup d’argent, provenant des assurances, se trouve en circulation ; en outre, des navires arrivent journellement chargés de marchandises de toutes sortes, destinées à remplacer ce qui a été détruit. Les recettes de la Douane sont, par suite, considérables, d’où certains optimistes concluent que l’incendie a eu du bon.

142Les dons en argent et en nature continuent à parvenir au Comité des secours ; la souscription ouverte par le Lord Maire de Londres se monte déjà, à elle seule, à 20 mille livres Sterling. Les autres municipalités du Royaume-Uni répondront sans doute à l’appel fait à leur générosité, et l’on s’attend à ce que les diverses colonies britanniques envoient aussi leur contingent. La plus grande difficulté pour le comité semble consister à distribuer sagement les secours et à éviter les abus : ce n’est pas chose aisée.

143Deux journaux sont maintenant publiés outre la Gazette officielle, redevenue hebdomadaire. L’Evening Telegram a lancé un ballon d’essai au sujet de la Confédération, il y reviendra ; mais je persiste à croire que tant qu’il y aura de l’argent dans les coffres publics ou qu’il sera possible de s’en procurer au moyen d’emprunts, ou autrement, l’union avec le Canada sera toujours remise à « un peu plus tard ».

144[…] Enfin, des mesures pour préserver ce port de l’invasion du choléra sont à l’ordre du jour ; on se préoccupe de rendre la ville aussi saine que possible, mais la population a des habitudes de malpropreté trop invétérées pour les lui faire soudainement abandonner. On constate une recrudescence d’angine-couenneuse, épidémie qui a fait tant de victimes depuis cinq ans et que l’on espérait voir disparaître grâce à l’incendie.

160 CPC St-Jean, le 3 octobre 1892

145Le marasme dans lequel la politique est tombée à Terre-Neuve depuis l’incendie de la ville de St-Jean se prolonge malgré la réapparition de deux feuilles rivales ; il semble impossible de sortir des considérations locales et municipales, que l’on cherche bien, mais sans succès apparent, à transformer en questions plus générales. Cependant, le remplacement d’un député de Burin promet de raviver bientôt l’esprit de parti. Sir James Winter, ex-Attorney-General dans le cabinet Thorburn, se présenterait avec des chances de succès, paraît-il. Sir James est partisan avoué de l’union avec le Canada ; son élection donnerait un chef au parti de la Confédération dans la législature.

  • 21 H. B. Mayo, « Newfoundland and Confederation in the Eighteen-Sixties », 1948, p. 125-142.

146La propagande entreprise par l’Evening Telegram, organe du gouvernement Whiteway, en faveur de la Confédération, suit son cours sans faire de prosélytes bruyants, mais aussi, indice sérieux, sans soulever d’indignation dans la presse d’opposition au cabinet actuel. Cette propagande est encore timide, il est vrai, et le moyen proposé pour résoudre le problème, un plébiscite, est précisément celui qui ne saurait aboutir à un résultat favorable à l’innovation. Les esprits ne sont certes plus dans les mêmes dispositions hostiles qu’en 1869 [date à laquelle Terre-Neuve refusa de se joindre à la Confédération], mais l’impression produite alors sur les populations par les discours des détracteurs de l’union subsiste encore21. Impression fausse, absurde si l’on veut, mais profonde.

147La Confédération, pour les classes ignorantes, c’est un monstre, quelque chose comme un ogre pour les enfants ; c’est notamment le service militaire ! (milice ou armée, service volontaire ou non, elles n’établissent pas de distinction). Pour bien des gens de la classe moyenne ou aisée, c’est le privilège de l’accès aux emplois publics passant aux Canadiens, à l’exclusion des Terreneuviens. Pour une partie de la classe dirigeante, de gros marchands, c’est l’anéantissement de monopoles. Pour les politiciens, c’est une question de terms, c’est-à-dire ce que cela pourra leur rapporter.

148L’opposition à vaincre chez les trois derniers groupes n’est pas invincible : le mauvais état des finances de la colonie, le découragement, certaines promesses, peuvent en avoir raison ; mais il n’est pas aisé de faire taire les préjugés dans les masses populaires. On peut bien dire : la Confédération signifie exemption de droits de douane sur certains articles de première nécessité, sur les objets d’armement en pêche, par exemple. Elles répondront, « Nous ne payons pas ces droits ; c’est l’affaire du marchand, de l’armateur. Vous avez des milices au Canada ; nous ne voulons pas aller ou voir aller nos enfants se faire tuer par les Indiens du Nord-Ouest pour le bon plaisir ou le profit de ces messieurs d’Ottawa. Nous n’avons rien à défendre ; nos foyers ne sont pas menacés ; que ceux qui sont riches se fassent soldats si bon leur semble ; nous restons pêcheurs. »

149Un incident dont l’exactitude n’est pas douteuse fera voir ce qu’est la Confédération dans l’esprit de beaucoup de pauvres diables de pêcheurs, tous électeurs aujourd’hui. Il y a de cela quelques années, un employé au recensement se présente dans un village ; il le trouve déserté. Les hommes sont au travail, pense-t-il, mais les femmes, les enfants ? Il avise une chaumière, en force la porte et se trouve en présence d’une femme âgée, entourée de ses petits-fils et petites-filles. En le voyant, elle s’écrie : « Juge, livrez-moi à la Confédération, mais épargnez les enfants. » Judge, take me to Confederation but spare the children ! Le bruit avait couru qu’un juge, confédéré de réputation, devait visiter le village ; tous les hommes s’étaient enfuis dans les bois ; les femmes et les enfants s’étaient enfermés dans les maisons. Le sentiment s’est modifié depuis lors mais n’a pas disparu.

150La législature et le gouvernement aux abois, ou gagnés, feront la Confédération, le peuple la subira ; mais, sauf pour la côte occidentale de l’île, on attendrait longtemps s’il la devait faire lui-même par voie de plébiscite.

161 CPC St-Jean, le 8 octobre 1892

151Sir Terence O’Brien, Gouverneur de Terre-Neuve, est de retour à St-Jean après une absence de trois mois et demi en congé. L’incendie du 8 juillet a gâté les vacances du Gouverneur. Occupé à encourager l’envoi de secours, il n’a pu quitter Londres et s’est privé d’une visite à Paris, plaisir sur lequel il comptait en partant, ainsi que j’ai eu l’honneur d’en informer Votre Excellence. Sir Terence considère l’agitation French Shore comme ensevelie dans les ruines de la ville de St-Jean. « On a maintenant autre chose à faire », aurait-il dit à Londres.

162 CCC St-Jean, le 30 novembre 1892

  • 22 Royal National Mission to Deep Sea Fishermen de Londres, dont le directeur était le docteur Wilfred (...)

152[...] Enfin, elle envisage comme fort heureuse et fort opportune l’apparition du voilier Albert, envoyé cette année au Labrador par la Mission to Seamen22. Votre Excellence connaît l’œuvre charitable que poursuit cette association anglaise. L’Albert, installé en hôpital, a passé deux mois sur les côtes du Labrador et doit y retourner l’an prochain. La présence de ce bâtiment dans des parages si désolés sera, au point de vue moral et matériel, un grand bienfait pour la population sédentaire et aussi pour quelques milliers de pêcheurs, femmes et enfants terreneuviens qui s’y rendent chaque été. [...]

163 CPC St-Jean, le 3 janvier 1893

153Les fêtes de Noël et du Nouvel An ont laissé ici peu de loisirs pour la politique durant la quinzaine qui vient de s’écouler. D’un autre côté, j’ai vu fort peu de monde dernièrement. Mon fils, atteint simultanément par la diphtérie et la scarlatine, m’a causé de vives inquiétudes ; la nature de ces maladies impose d’ailleurs une période d’observation au cours de laquelle l’isolement est de rigueur.

164 CPC St-Jean, le 8 mars 1893

154Hier dans l’après-midi, le Gouverneur de Terre-Neuve a ouvert la 5e session de la 16e Assemblée générale de la législature de Terre-Neuve. Un incendie a éclaté dans le Palais législatif quelques heures avant la réunion, mais, fort heureusement pour ce qui reste d’archives dans la colonie, le feu a pu être maîtrisé assez rapidement.

155Le Discours du trône, ci-annexé, lu par le Gouverneur, ne renferme que des promesses relativement à l’exploitation des mines récemment découvertes, notamment sur la côte occidentale (French Shore) ; à l’étude et à la construction de voies ferrées y aboutissant ; des félicitations excessives sur la rapidité avec laquelle St-Jean sort de ses cendres ; le tout, pourrait-on dire, doré sur tranche et présenté de façon à inspirer, au dehors, une confiance trompeuse sur la situation réelle des affaires. Pas un mot de l’arrangement pêcheries françaises ; pas un mot du Bait Act.

165 DP St-Jean, le 16 mai 1893

156Les prédécesseurs de Votre Excellence, prenant en considération les charges que m’impose le poste de St-Jean, ont bien voulu m’accorder diverses indemnités annuelles, l’une de Frs. 3 000, sous la rubrique « dépenses extraordinaires », l’autre de Frs. 1 500 à titre de « Station navale ». Je viens prier Votre Excellence de me continuer la faveur qui a rendu possible mon séjour si pénible, si long, en ce rude et triste pays.

157J’ignore si elle a déjà pris une décision favorable à l’ordonnancement de ces indemnités pour l’exercice écoulé 1892 ; mais l’époque à laquelle cette rentrée m’est nécessaire approchant, je prends la respectueuse liberté de solliciter de sa haute bienveillance l’assurance que je serai mis en mesure de faire face à mes engagements.

166 CPC St-Jean, le 18 mai 1893

158Pour faire suite à ma lettre du 19 avril dernier, N° 13, j’ai l’honneur d’informer Votre Excellence que la Royal Gazette de Terre-Neuve du 16 courant publie enfin la proclamation, dont ci-joint 3 exemplaires, par laquelle le gouvernement suspend les effets du Bait Act « pendant une période de quatre années », à moins qu’il ne soit jugé opportun de rendre cette période plus courte. C’est-à-dire : le cabinet Whiteway, pour gagner les sympathies des électeurs intéressés au libre trafic de la boëtte, leur fait espérer que, si les prochaines élections générales lui sont favorables, il ne remettra pas en vigueur la loi en question.

159Par une anomalie nullement surprenante en ce pays, le trafic prohibé par le Bait Act a été librement exercé longtemps avant la proclamation (en réalité depuis le mois de juin 1892), et si le gouvernement de la colonie avait voulu poursuivre un pêcheur mal noté, il l’aurait pu faire condamner. Nul doute que l’on ne fasse valoir, en temps utile, auprès des tièdes, la tolérance du cabinet à leur égard. Mais la Foreign Fishing Vessels Act, votée par la législature au mois d’avril, n’a pas encore été sanctionnée par le Gouverneur. Ainsi donc, un navire étranger, venant boëtter à Terre-Neuve, pourrait être poursuivi en contravention.

160En négligeant de donner force légale au nouveau Foreign Fishing Vessels Act, Sir William Whiteway a sans doute voulu ménager les sentiments de son collègue l’honorable M. Harvey, que la suspension du Bait Act a, je ne dirai pas, profondément blessé, puisqu’il n’a pas donné sa démission, mais affligé.

167 CPC St-Jean, le 20 mai 1893

161Dans ma lettre d’hier, sous le timbre de la Direction des consulats et affaires commerciales, j’ai eu l’honneur d’entretenir Votre Excellence de l’extension que Terre-Neuve donne à ses voies ferrés. Je crois devoir examiner aujourd’hui en quoi cette entreprise pourrait atteindre la conservation de nos privilèges sur la côte occidentale de l’île que la nouvelle voie est appelée à longer.

162Le tracé du chemin de fer à Port-aux-Basques, voie baie des Îles et baie St-Georges, n’existe encore qu’à l’état d’étude très incomplète ; il n’est donc pas possible de prévoir exactement à quelle distance de la mer la ligne devra passer ; cependant, à partir de la baie St-Georges, la configuration et la nature du terrain, joints au souci d’éviter des travaux considérables et dispendieux, semblent devoir faire éviter le versant est des montagnes du Long Range. On serait donc porté à suivre le versant occidental, se diriger sur [le] cap Anguille, traverser la rivière Codroy, contourner le cap Raye et atteindre ainsi Port-aux-Basques, au sud, en longeant la côte. De St-Georges au cap Raye, la ligne passerait donc sur une partie du littoral affectée par les traités.

163Mais ce n’est pas tout ; le contrat passé entre le gouvernement de Terre-Neuve et les entrepreneurs cède à ces derniers 5 000 acres de terres choisies, par mille de chemin de fer, le long et de chaque côté de la ligne, repartis par lots d’un mille de largeur sur une profondeur de 78 milles (4 kilomètres sur 100 environ). Il est probable que la ligne, à partir de la rivière Humber et à hauteur de la baie des Îles, passera assez près du littoral pour que les lots, dans leur profondeur, arrivent à la mer, englobant ainsi la partie dont la jouissance est réservée aux Français.

164La législature et le gouvernement de Terre-Neuve, auxquels la Grande-Bretagne a toujours refusé le droit de fournir titres de propriété sur la partie du littoral de l’île affectée par les traités, tournerait la difficulté en cédant à perpétuité à une compagnie de chemins de fer, pour en disposer à son gré, les terrains affectés à l’usage des pêcheurs français.

165Votre Excellence estimera la gravité de l’empiétement que j’ai l’honneur de lui signaler. Du train qu’on semble y vouloir aller, ce ne serait pas sans raison qu’un personnage me disait, il y a peu : « Vous le verrez, nous finirons par occuper chaque pouce de terrain du fameux French Shore. »

168 CPC St-Jean, le 25 mai 1893

  • 23 George Frederick Ernest Albert, duc de York, qui deviendra en 1910 le roi George V.

166Hier dans l’après-midi, le Gouverneur de Terre-Neuve, avec le cérémonial d’usage, rehaussé par la présence des états-majors et des troupes des deux bâtiments de guerre anglais en ce moment à St-Jean, a clos la session législative 1893, la dernière de l’Assemblée actuelle, que des élections générales vont renouveler l’automne prochain. Le Discours du trône prononcé à cette occasion a été fort incolore et ne renferme que des souhaits de prospérité pour l’île, pour le succès de l’extension des voies ferrées et des félicitations à Sa Majesté Britannique au sujet du prochain mariage du duc de York23. En ce qui nous concerne, le Gouverneur a dit : « Le renouvellement du bill voté en 1891, mettant le gouvernement de Sa Majesté en mesure de remplir ses obligations touchant les traités avec la France, donnera, j’espère, le temps nécessaire pour arriver à un règlement amiable et satisfaisant de cette longue et fâcheuse question. »

167[…] L’attention des politiciens se porte d’ailleurs tout aux prochaines élections générales ; ces messieurs regretteront probablement de ne pas avoir, cette fois, la ressource du French Shore question pour impressionner les masses ; il leur faudra trouver un substitut à ce thème usé.

169 DP St-Jean, le 31 mai 1893

168Par suite du vote législatif qui vient, d’accord avec le vœu du gouvernement britannique, de prolonger dans ses effets l’acte temporaire colonial de 1891 relatif à l’exercice des droits de pêche de la France et au modus vivendi de 1890, le statu quo est assuré ; le calme succède à l’état inquiet de l’esprit populaire qui, depuis plusieurs années menaçait chaque jour de pousser Terre-Neuve à des procédés hostiles, capables de compromettre la sécurité de nos nationaux sur la partie du littoral dont les traités leur garantissent la paisible jouissance. En ces circonstances, Votre Excellence jugera, j’ose l’espérer, que ma présence à St-Jean n’a plus le caractère d’urgence qui lui a été jusqu’ici attribué. Je viens donc la prier de m’accorder, après bientôt huit années de séjour à Terre-Neuve, un changement de poste que je crois avoir bien gagné.

169Mon remplacement avait été admis en principe lorsque je me trouvais à Paris en 1889, mais les événements qui suivirent la signature du modus vivendi de 1890 firent juger opportun de me renvoyer à St-Jean pour une année. Trois ans se sont écoulés, période laborieuse, agitée, pendant laquelle les intérêts que représente ce vice-consulat n’ont cessé d’être l’objet de négociations entre le gouvernement de la République et celui de la Grande-Bretagne, pendant laquelle diverses délégations de Terre-Neuve ont plaidé à Londres, au Canada, à Paris même la cause de la colonie, pendant laquelle enfin plusieurs projets de loi ont occupé les assemblées législatives des pays intéressés.

  • 24 L’eczéma : la plus fréquente des maladies de la peau. Toutefois, les facteurs émotifs, tels que le (...)
  • 25 Les deux attestations se trouvent dans son dossier personnel. Le docteur Duprat, médecin-major du D (...)

170En cet état de choses, je ne pouvais insister auprès du Département pour être relevé de la mission qui m’était confiée. Le souci de mon service, celui de me créer des titres à l’avancement, m’ont aussi empêché de faire allusion à la pénible affection (eczéma24) qu’un séjour trop prolongé en ce pays a sans doute développé chez moi, qu’il n’est pas possible de combattre ici et qui a provoqué de la part de deux médecins de notre marine de guerre l’opinion consignée dans les attestations dont j’envoie, ci-joint, copie à Votre Excellence25. Je ne parlerai ici ni des inquiétudes qu’une épidémie persistante m’a fait éprouver pour ma femme et mes enfants, ni du retard dont souffre l’éducation de ces derniers.

171Aujourd’hui une trêve vient d’être consacrée. Un arbitrage doit intervenir pour éliminer tout motif de discorde et assurer la tranquillité. Je crois donc pouvoir, sans risque d’être suspect de tiédeur pour le service du Département ou de timidité, adresser à Votre Excellence la demande qui fait l’objet de la présente lettre et sur laquelle je prends la respectueuse liberté d’appeler toute sa bienveillance.

170 CPC St-Jean, le 18 juillet 1893

172Pour faire suite à ma lettre du 15 courant, N° 27, j’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence copie de la réponse que j’ai cru devoir faire à la communication par laquelle le Gouverneur de Terre-Neuve accuse réception de ma protestation du 13 courant. J’ose espérer que Votre Excellence l’approuvera et jugera qu’il ne convenait pas de laisser sans réplique la lettre de Sir Terence O’Brien.

173En termes extrêmement mesurés, je me suis appliqué à ramener le Gouverneur dans la voie dont il cherche évidemment à écarter le débat. J’ai cru bon de ne faire aucun cas de la dissertation portant sur mon consular status ; c’eût été renouveler, sans utilité, la petite polémique du mois de décembre 1891, en souvenir de laquelle je n’ai d’ailleurs jamais manqué de mettre, sous la désignation du poste, la formule agréée alors : « Actuellement sans titulaire reconnu par S.M.B. » Ma situation n’[en] est pas moins très difficile, particulièrement au moment des crises si fréquentes en nos affaires. Cette fois surtout on peut s’étonner de ce que, dès mes premières démarches, les ministres et le Gouverneur ne m’aient pas tout bonnement refusé audience ; c’était le plus simple, c’était encore incontestablement leur droit et peut-être aussi leur [intérêt].

171 CPC St-Jean, le 19 juillet 1893

  • 26 Jean-Charles-Alexandre Sallandrouze de Lamornaix : contre-amiral en 1890, cet officier prit le comm (...)

174J’avais exprimé à M. le contre-amiral Sallandrouze de Lamornaix26 le désir de le voir à St-Jean le 14 juillet. Ce vœu s’étant trouvé conforme à ses intentions, la célébration de la Fête nationale promettait d’avoir cette année un éclat inusité. L’arrivée de la Naïade était annoncée pour le 10 ; le croiseur britannique Cleopatra attendait en rade et devait s’associer aux manifestations de notre bâtiment amiral. Le Gouverneur de Terre-Neuve faisait préparer un dîner de bienvenue au Commandant en chef de la Division navale française, retardait, pour qu’il put y assister, un bal qu’il donnait à l’occasion du mariage de S. A. Royale le duc de York et remettait au 15, afin d’être présent le 14, son départ en voyage autour de l’île. De mon côté, pour faire accueil à l’amiral et mettre nos officiers en rapports immédiats et faciles avec la société de St-Jean, j’organisais chez moi, pour le 11, une fête d’après-midi, garden party ; j’y conviais tout ce que la ville renferme de notable.

175La Naïade est arrivée le dimanche 9 dans l’après-midi. Votre Excellence sait que les autorités de la colonie, n’ayant pas fait droit aux réclamations que notre contre-amiral avait mission de produire, celui-ci quittait St-Jean le 10 au soir, sans accepter les invitations du Gouverneur. C’est donc privé de sa présence et de celle de son état-major qu’il fallait remplir mon programme. Y aurait-il des abstentions ? Ferions-nous fiasco ? Soucis inutiles : on accourut à ce garden party que j’avais, par prudence (il faut tout prévoir en ce pays), placé sous le patronage de ma femme, qui me seconde si bien. La fête eut été merveilleuse si l’amiral n’en avait pas emporté le clou.

176Le Gouverneur et Lady O’Brien, le Commodore anglais et sa femme, plusieurs officiers du Cleopatra étaient présents. Les principaux personnages politiques, de toutes nuances, s’y trouvaient aussi, plusieurs en personne, tous représentés par des membres de leurs familles. Les juges de la Cour suprême, les consuls, le Barreau, le clergé catholique et le clergé protestant s’y sont rencontrés. Les jeunes gens et les jeunes filles, en se livrant à divers jeux, donnaient de la gaîté à cet assemblage au-dessus duquel flottaient nos couleurs nationales. Aux rafraîchissements a succédé une collation. La fête devait finir à 7 heures ; il en était 9 avant que les derniers de nos 160 et quelques hôtes se fussent retirés. On ne s’était pas ennuyé. Mais restait le 14, qui avait été réservé pour les manifestations de la Naïade.

177En l’absence de tout ce qu’on s’était attendu à voir ce jour-là, célébrer la journée dans les conditions ordinaires, paraîtrait décidément trop froid ; on aurait pu croire le Consul de France désemparé faute d’amiral, boudeur peut-être, ou bien tiède patriote. Nous avons donc décidé qu’une soirée dansante aurait lieu le 14 juillet.

178Dans la journée, le Commodore anglais est venu présenter ses compliments. Le soir, il pleuvait à torrents ; le Consul d’Italie à Halifax et le Vice-consul de la même nation à St-Jean sont aussi venus offrir leurs vœux pour la prospérité de la France. Ces derniers sont restés assez longtemps pour voir commencer le bal, au sujet duquel nous n’étions pas sans inquiétudes, vu le mauvais temps.

179Nous avions invité les danseurs les plus accrédités et les plus jolies personnes de la ville, une vingtaine de couples environ. La pluie qui avait noyé mon feu d’artifice et arrêté la majorité de mes collègues n’effraya nullement cette jeunesse. À l’heure dite, 8 heures et demie, tout le monde arrivait, entre autres l’aide-de-camp du Gouverneur et sept ou huit officiers du Cleopatra. Le coup de minuit devait donner le signal de la retraite ; il était 2 heures du matin quand on s’est retiré, à regret, après avoir fait grand honneur à un buffet préparé tant soit peu à la hâte. Je ne dois pas négliger de dire que nos hôtes eurent la courtoisie d’entonner la « Marseillaise » avant de prendre congé. Tout s’est donc parfaitement passé ; reste la note à payer ; elle sera lourde.

180Cette narration semble bien longue, Monsieur le Ministre, mais il est bon, je pense, que Votre Excellence soit renseignée et sache que la célébration de la Fête nationale n’a pas trop souffert des froncements de sourcil officiels récents. Elle approuvera, j’ose l’espérer, mes soins tendant à éviter que le vide se fasse autour du poste de St-Jean de Terre-Neuve.

172 DP St-Jean, le 25 août 1893

181À M. Albert-Auguste-Gabriel Hanotaux, Directeur des Consulats et des affaires commerciales

182Permettez-moi d’avoir de nouveau recours à votre bienveillante intervention. Le 16 mai dernier, j’ai adressé au Département sous le timbre Cabinet – Personnel une demande relative à l’ordonnancement, pour l’exercice 1892, d’indemnités qui me sont accordées depuis mon retour ici en 1890. J’en demandais en même temps le maintien pour l’exercice courant. Vous trouverez, ci-joint, copie de ma lettre.

183Aucune réponse ne m’est encore parvenue ; cependant l’époque de faire honneur à mes engagements est proche. Je vous serais très reconnaissant, Monsieur le Directeur, de vouloir bien vous intéresser à ma démarche,

184Triste poste que St-Jean, Monsieur le Directeur, poste fructueux en désagréments, vous le savez. Eh bien, il faut encore y ajouter celui d’avoir à solliciter sans cesse les ressources reconnues à son service. Le poste est maintenu à regret, il faut le croire, mais est-il juste que je pâtisse du peu de sympathie qu’il inspire ? Je viens de perdre l’espoir d’une trêve à tant d’ennuis journaliers.

  • 27 Gabriel-Louis, comte de Turenne D’Aynac, consul général à Québec de 1890 à 1894.

185Sachant que M. le comte de Turenne27 devait s’absenter de Québec, je m’étais dit : « La gestion du consulat général, si elle n’est dévolue au chancelier, serait pour moi une occasion favorable de respirer un autre air que celui de ma prison. » Je ne suis pas assez philosophe, Monsieur le Directeur, pour m’être vu sans amertume, privé du petit avantage, du répit, que cette gérance pouvait si facilement me procurer. Vous reconnaîtrez que c’est peu encourageant, surtout après ma demande de changement en date du 31 mai dernier. Avant que M. le comte de Turenne fût désigné pour remplacer M. Dubail, j’avais sollicité de M. Clavery, votre prédécesseur, la gestion du consulat général, intérim dont je m’étais déjà acquitté à plusieurs reprises et à la satisfaction du Département lorsque j’étais chancelier du poste.

186Quand vous recevrez cette lettre, Monsieur le Directeur, j’aurai trois ans de grade de consul de 1re classe, et j’ai l’espoir qu’après 24 années de service hors d’Europe, dont 8 passées à Terre-Neuve sans exequatur et dans des conditions exceptionnellement difficiles, le grade supérieur me sera accordé comme couronnement d’une laborieuse carrière. M. le comte de Turenne a rompu son établissement à Québec qu’il quitte sans esprit de retour ; le poste sera donc prochainement vacant. J’ai laissé d’excellents souvenirs et de nombreux amis bien placés dans cette résidence. De Québec, il me serait facile de suivre les affaires de Terre-Neuve.

187Pendant l’été, il existe entre cette ville et St-Jean des services réguliers de bateaux à vapeur, outre les communications constantes par voie d’Halifax. Je pourrais, donc, en fort peu de temps si besoin était, venir, sans qu’on en fût surpris, revoir de temps en temps mes anciennes connaissances et visiter un poste que l’on sait d’ailleurs se trouver dans la circonscription consulaire de Québec. Je crois que dans ces conditions, un agent consulaire suffirait à St-Jean.

188La qualité de consul général dans le Dominion canadien me donnerait, au point de vue officiel, une autorité qui me manque actuellement et favoriserait une influence qu’un trop long séjour dans ce vice-consulat tend certes à amoindrir.

173 CPC St-Jean, le 21 septembre 1893

189Par ma lettre en date du 1er juillet dernier, N° 26, j’ai eu l’honneur d’entretenir Votre Excellence des préliminaires de lutte électorale à Terre-Neuve. Depuis lors les politiciens de nuances diverses n’ont rien négligé pour enrôler des électeurs sous leurs bannières respectives. Les moyens employés n’ont pas changé : promesses sur promesses pour l’avenir et en guise d’arguments, injures sur injures à l’adresse des adversaires. Chacun des deux partis en présence s’est déclaré, dès le début, assuré du succès. Ainsi l’Evening Telegram, organe gouvernemental, publiant une liste des probabilités électorales, n’accordait qu’un seul membre aux adversaires de Sir William Whiteway. Mais des calculs moins optimistes arrivent à un résultat bien différent ; les chances seraient à peu près égales des deux côtés.

190Quand on parle des partis à Terre-Neuve, il faut entendre, d’une part, la coterie au pouvoir, de l’autre celle qui le convoite, ins and outs, car il n’existe en réalité aucune distinction de principes entre les concurrents. Dans le public, on est convenu d’entendre par parti des avocats celui dont Sir William Whiteway est le chef reconnu et par parti des marchands celui des dissidents dont MM. [Walter] Baine Grieve et [Moses] Monroe sont actuellement les représentants. Comme titre officiel, celui de « Parti des travailleurs » désigne la phalange Whiteway. Quant à l’autre, connue d’abord sous celui d’» Association patriotique » puis sous celui de « Parti nouveau », elle vient encore de changer l’étiquette. Dans une profession de foi signée Grieve et Monroe, dont Votre Excellence trouvera, ci-joint, un exemplaire, elle s’intitule « Parti d’opposition ». L’avenir dira s’il en sera de même après les élections. Nul ne saurait encore le prévoir ; mais de quelque côté que penche la balance, on peut s’attendre à une majorité gouvernementale plus faible que par le passé : ce qui serait fort heureux pour le pays.

  • 28 Être la tête de Turc de quelqu’un, c’est être en butte à ses sarcasmes et à ses plaisanteries.

191[…] Mais logique et sincérité ne sont nulle part de mise en temps de luttes électorales. Il s’agit en effet bien moins de convaincre la masse des électeurs que de l’entraîner. Le mépris que les leaders des partis en présence semblent professer pour l’intelligence de leurs concitoyens et le résultat de leurs manœuvres nous importent peu en définitive car, quoiqu’il arrive, nous sommes destinés à être la tête de Turc des uns comme des autres28. Il faut reconnaître que nous nous y prêtons avec une complaisance exemplaire.

174 CPC St-Jean, le 11 novembre 1893

192Le 6 de ce mois ont eu lieu les élections générales dont j’ai eu l’honneur d’entretenir Votre Excellence dans mes lettres Nos 38 et 39, notamment. Le résultat justifie mes appréciations sur les professions de foi des partis en présence et mes prévisions favorables au maintien de Sir William Whiteway comme chef du gouvernement. On n’est pas encore fixé sur le nombre exact des députés de la droite et de la gauche ; mais, sur 36 membres, 21 adhérents sont déjà acquis au gouvernement ; l’Opposition n’en compte que 9.

193[…] La prochaine législature sera composée des mêmes membres que la dernière, à trois ou quatre exceptions près. On peut donc se considérer comme édifiés sur son sentiment au sujet du Permanent Act.

175 CPC St-Jean, le 15 novembre 1893

194Par ma lettre N° 42, j’ai eu l’honneur d’informer Votre Excellence qu’au cours de la campagne électorale qui vient de terminer, la question des difficultés avec la France n’avait pas été soumise aux électeurs. Je réitère cette assurance, me fondant aujourd’hui sur les affirmations de députés revenus à St-Jean. Le résultat des élections démontre d’ailleurs avec quelle indifférence les masses regardent ce qui s’est passé au sein de la législature relativement au bill dit coercitif, au modus vivendi et autres incidents de même nature.

195Prenant pour base les personnages qui ont joué un rôle important dans ces affaires, on trouve : Sir William Whiteway, chef du gouvernement et favorisant seul le bill dans la chambre élective, réélu sans que son attitude lui ait fait perdre une voix. Contre le bill, on voit M. Bond, Secrétaire colonial, également réélu ; M. Emerson, réélu ; M. Morine, réélu ; M. Monroe, écarté. Si la question avait eu le moindre poids dans l’esprit populaire, M. Monroe eut été élu et Sir William écarté.

176 CPC St-Jean, le 16 janvier 1894

196Après la lutte électorale, un peu de repos était nécessaire aux combattants qui, en ce pays, sont rarement des politiciens de profession mais bien des industriels, des marchands, des avocats, dont les affaires réclament les soins. Amis et ennemis ont donc laissé de côté la politique militante pendant les deux derniers mois. Le gouvernement a profité de la trêve pour élaborer la liste des emplois à distribuer aux fidèles, en augmentant l’ancienne, nécessairement, car à Terre-Neuve il est bien rare que l’on remercie un fonctionnaire civil tant qu’il a vie, quel que soit d’ailleurs le parti auquel il doit sa situation ; ce serait le réduire à la mendicité, les pensions de retraite n’étant accordées qu’exceptionnellement : il n’existe à cet effet aucune réglementation, sauf pour les maîtres d’écoles ; encore la loi votée, il y a deux ans, ne semble-t-elle donner satisfaction à personne, pas même aux législateurs, lesquels n’ont cessé de présenter des amendements.

197Mais l’activité des partis renaît ; les loisirs de la saison d’hiver vont être occupés par des procès d’élections contestées.

177 DP St-Jean, le 2 février 1894

198L’article 10 du décret du 30 novembre 1883 portant règlement sur les frais d’établissement prévoit le cas où un agent du Département aurait accompli huit ans de séjour consécutif dans la même résidence. Une seconde indemnité pour frais d’établissement peut alors lui être allouée.

199Me trouvant dans cette situation et les charges du poste justifiant ma demande, je prie Votre Excellence de vouloir bien m’accorder le bénéfice des dispositions du décret précité.

178 CPC St-Jean, le 9 avril 1894

200[…] Au moment où le Premier ministre de Terre-Neuve allait présenter de nouveau à la législature le bill dit permanent des pêcheries françaises, l’événement parlementaire le plus extraordinaire a entravé cette démarche. Événement sans précédent car vit-on jamais une majorité gouvernementale, puissante au début, anéantie par la déclaration en nullité de l’élection de deux membres et la crainte d’en voir quinze autres également privés de leurs sièges ? Vit-on jamais, en même temps et en pareille circonstance, l’Opposition incapable de se constituer en majorité ? C’est cependant ce qui arrive aujourd’hui à Terre-Neuve.

201L’Opposition, ayant poursuivi en invalidation d’élections un trop grand nombre d’adversaires, se trouve, après avoir obligé le gouvernement à ne plus fonctionner, dans l’impossibilité de renforcer ses propres rangs de façon à réunir le nombre légalement requis pour voter des lois. Depuis plusieurs jours, à l’heure des séances, l’Opposition se rend en masse à la Chambre pour voter le budget, qui est à l’ordre du jour ; le Président (Speaker) prend place, on s’excuse ; quelques députés, incriminés mais non encore jugés, arrivent. On procède à l’appel des membres présents. Dès que les députés gouvernementaux voient qu’un quorum peut être déclaré, ils disparaissent, et l’ajournement est prononcé.

202Il n’y aurait pas de raison pour que cet état de choses prit fin si la question du budget n’était aussi pressante ; il faut vivre, et un compromis étant impossible, le Gouverneur sera obligé de déclarer la dissolution de la présente législature et faire procéder à de nouvelles élections générales. Mais qui y présidera, qui remplira l’intérim gouvernemental jusqu’à la prochaine session ? Le Gouverneur invitera certainement le Chef de l’Opposition à former un cabinet. Si M. [Augustus] Goodridge accepte la tâche (je sais qu’il a offert de l’entreprendre), il en sera pour ses peines, car je sais aussi que les députés amis de Sir William Whiteway, ralliant leurs forces, réservent au cabinet Goodridge un vote de non confiance. Le Président de la Chambre, au besoin, voterait dans le même sens. Force serait alors d’instituer un gouvernement provisoire.

179 CCC St-Jean, le 11 avril 1894

203Par sa dépêche en date du 30 mars dernier, Votre Excellence a bien voulu m’accorder un congé de trois mois. J’ai l’honneur d’informer Votre Excellence qu’en vue de la crise qui sévit à Terre-Neuve et dont je lui rends compte sous le timbre de la Direction politique – Sous-direction du nord, je crois de mon devoir de rester à mon poste et y attendre des temps plus calmes.

  • 29 Marie-Edgard, comte de Maigret : contre-amiral en 1891, il reçut le commandement de la Division vol (...)

204M. le contre-amiral Sallandrouze de Lamornaix m’a écrit que son successeur dans le commandement de la Division navale volante et d’instruction, M. le contre-amiral de Maigret29, viendrait probablement à St-Jean au début de la présente campagne de pêche. Mon absence pourrait avoir, en ce qui concerne la facilité des relations de l’amiral avec les autorités de cette colonie (on ne saurait dire qui sera au pouvoir) et la population de cette ville, des inconvénients qu’on attribuerait peut-être à un manque de dévouement de ma part.

205Je puis être utile parce que j’ai fonctionné sans exequatur sous les deux régimes qui se partagent l’opinion et se disputent le pouvoir parce que j’ai des relations dans les deux camps ; mais un gérant [du vice-consulat] arriverait dans un moment trop difficile, n’aurait pas le temps de se faire agréer. Votre Excellence appréciera et me tiendra compte, j’ose l’espérer, des motifs qui me guident et de la privation que je m’impose.

206M. [Louis-Émile, baron] Houssin de Saint-Laurent, chancelier à Québec, que Votre Excellence m’a autorisé à charger du service intérimaire du poste, ayant témoigné un vif désir d’être positivement fixé sur l’époque à laquelle je me proposais de jouir de mon congé, je lui ai fait savoir pourquoi je restais provisoirement à St-Jean et l’ai laissé absolument libre de ses mouvements.

180 CPC St-Jean, le 16 avril 1894

207[…] Par proclamation en date d’aujourd’hui, le Gouverneur annonce la formation d’un nouveau cabinet.

208[…] Le 12, le cabinet Whiteway a présenté sa démission, fondée sur le refus du Gouverneur de prononcer la dissolution de la législature. La veille, des résolutions avaient été votées par la Chambre basse condamnant le jugement rendu par Sir James Winter contre MM. [Henry J. B.] Wood et [George E.] Moores [députés libéraux], annulant les sections du budget de 1894 précédemment votées, déclarant en outre qu’un cabinet représentant la minorité ne pouvait posséder la confiance du pays. Le 13, les députés Whitewayistes passent [des] résolutions demandant la dissolution de la législature. Le Conseil législatif, par un vote de 6 contre 2, donne son approbation. À 9 heures du soir, le Président de la Chambre basse, Speaker, chargé d’informer le Gouverneur, n’est pas reçu en audience et rendez-vous lui est signifié pour le lendemain à midi 30 minutes. Le 14, le Speaker se rend chez le Gouverneur à l’heure dite ; il est informé qu’à 11 heures le nouveau cabinet a prêté serment.

209L’Assemblée est réunie ; Sir William Whiteway prononce un long discours, justifiant la conduite de son parti. Sur les 3 heures, le nouveau cabinet arrive. M. Goodridge, d’une voix mal assurée, annonce sa nouvelle qualité et celle de ses collègues ; il ajoute qu’à 4 heures le Gouverneur ajournera la législature jusqu’à lundi, 23 courant. Sir William continue son discours sans permettre que M. Goodridge prenne la parole. Deux députés de son parti parlent ensuite.

210Au moment où l’Huissier du Conseil législatif se présente pour signifier à la Chambre qu’elle est invitée à se rendre immédiatement au Conseil pour entendre prononcer l’ajournement, un vote lui ferme la porte. Un vote de non-confiance est passé à l’adresse du nouveau ministère ; un député, dit indépendant, y prend part. Le Speaker est chargé de communiquer ce vote au Gouverneur. Mais une surprise attendait la Chambre.

211L’Huissier ayant informé le Président du Conseil législatif qu’on ne l’avait pas admis, la commission instituée par le Gouverneur avait déjà déclaré par proclamation l’ajournement. Les tribunes se sont vidées aux cris de « Vive le parti Whiteway ». Le groupe Goodridge se compose de 12 députés. Il faut 12 membres présents, plus le Speaker, soit 13, pour composer un quorum.

181 CPC St-Jean, le 23 avril 1894

212Ainsi que j’ai eu l’honneur d’en informer Votre Excellence, le Gouverneur de Terre-Neuve, sur l’avis de son nouveau cabinet, avait le 16 courant suspendu la session législative jusqu’à aujourd’hui. Le ministère Goodridge, n’osant évidemment pas affronter les dangers d’une rencontre à la Chambre avec le parti Whiteway et un troisième vote de non-confiance, a obtenu du Gouverneur un autre sursis. Par proclamation, la session est de nouveau ajournée, cette fois jusqu’au 23 mai prochain. Date singulièrement choisie : elle tombe la veille de l’anniversaire de la naissance de S.M. Britannique, le jour où l’on est certain d’avoir en rade de St-Jean un ou plusieurs des navires de guerre anglais composant la Division navale de Terre-Neuve.

213Les esprits sont loin d’être calmés par cette mesure. S’y soumettra-t-on sans sévir ? Les indices d’orage ne manquent pas.

214Le but du cabinet Goodridge est évidemment de donner à la Cour suprême le temps de passer jugement sur la validité des élections d’un certain nombre de députés incriminés de pratiques illégales. Mais le Gouverneur agit-il sagement en se prêtant à cette combinaison ? N’est-ce pas passer condamnation anticipée sur les députés en cause ? D’un autre côté, si le vote de non-confiance du samedi 14 courant peut, avec beaucoup de bonne volonté, être considéré comme nul et non avenu, car la Chambre était, de fait, ajournée à la minute même où il avait lieu, n’en est-il pas moins la manifestation inéquivoque du sentiment de la majorité ? Le Gouverneur est-il moralement fondé à n’en pas tenir compte ? Certains disent, constitutionnellement.

215Le premier ajournement, bien que ressemblant beaucoup à un escamotage, pouvait passer comme une trêve à l’effet de donner au cabinet nouvellement formé le temps de s’installer ; mais le second, si long, comment le justifier aux yeux du public ? Le cabinet Goodridge montre qu’il a peur. C’est un mauvais moyen de dominer les masses.

182 CPC St-Jean, le 6 mai 1894

216Le Juge en chef de la Cour suprême, par jugement rendu hier, a déclaré coupables de pratiques électorales illégales MM. [James P.] Fox et [Thomas J.] Murphy, députés du district est de St-Jean. En conséquence, leur élection est annulée et ils sont en outre frappés d’inéligibilité pendant la durée de la présente législature. M. Fox était Ministre des Finances dans le cabinet Whiteway.

217Voici donc deux jugements rendus, et les quatre députés dont deux ministres incriminés sont condamnés. Le sort des autres accusés ne semble plus douteux. On avait cru pouvoir attribuer à des sentiments politiques hostiles la sévérité des conclusions du juge Sir James Winter : ce soupçon tombe devant la décision du vénérable Juge en chef, Sir Frederick Carter.

183 CCC St-Jean, le 14 mai 1894

  • 30 Jules-Paul Develle, Ministre des Affaires étrangères en 1893.
  • 31 Le Harlaw : bateau britannique saisi par les officiers de la Douane à propos de l’importation illég (...)

218Le 31 mai 1893, profitant d’une accalmie dans les affaires de Terre-Neuve, j’ai eu l’honneur d’adresser au prédécesseur de Votre Excellence, M. Develle30, une demande de changement de poste. Cette lettre resta sans réponse, bien qu’elle fit valoir des raisons de santé ; je n’en fus que peu surpris car, à peine arrivée, de nouvelles complications surgirent sur le French Shore, et je compris que le moment serait mal choisi pour envoyer un titulaire nouveau. La part active que j’ai prise à l’incident du Harlaw, le concours que j’ai prêté au contre-amiral commandant notre division navale en cette circonstance, sont connus de Votre Excellence31.

  • 32 Jules Janssen, astronome de l’Institut de France.

219Postérieurement, des personnes qui s’intéressent à moi, M. Janssen de l’Institut32, entre autres, firent des démarches dans les bureaux du Ministère et reçurent des assurances qui nous portèrent à espérer voir mon nom figurer dans le mouvement consulaire du mois de janvier dernier. À notre grand désappointement, il n’en a rien été. Le mouvement a cependant appelé à des postes avantageux certains de mes collègues moins anciens et d’une classe moins élevée. Il devient évident que le Département ne juge pas encore opportun de mettre fin à ma mission à Terre-Neuve.

220J’aurais mauvaise grâce, Monsieur le Ministre, à me plaindre de ce que mes services ici sont jugés utiles. Je tiens à honneur de donner au Département le bénéfice de l’expérience que j’ai acquise des affaires de ce pays, de mes études en matière de pêcheries et autres questions s’y rapportant, des relations personnelles que je me suis ménagés dans les divers partis qui se disputent le pouvoir dans le pays de ma résidence, du respect dont je suis entouré malgré, et peut-être à cause de la fermeté de mon attitude dans la défense des intérêts que représente le poste, le bénéfice enfin de l’estime qu’ont pour moi les officiers supérieurs de la Marine anglaise et les autorités britanniques avec lesquels j’ai eu des rapports.

221Je sais qu’un autre agent pourrait ne pas avoir, surtout au début, la bonne fortune de se faire agréer de façon à se passer d’exequatur l’accréditant auprès des autorités de la colonie. Je n’hésite même pas, s’il le faut, à risquer ma santé, quelque peu éprouvée, dans un climat qu’un tempérament moins bien équilibré ne saurait longtemps supporter. Je fais le sacrifice de tous mes goûts en ce triste et rude pays, où je me vois privé des avantages de résidence, de milieu, qu’apporte d’ordinaire le progrès dans la carrière. J’accepte, à tort peut-être, l’abnégation de ma femme et de mes enfants, qui refusent de se séparer de moi. Mais, Monsieur le Ministre, s’en suit-il que mon avenir, celui de ma famille, doive pâtir de mon dévouement au service ?

222Il est de mon devoir de m’en inquiéter, car, permettez-moi de le dire, Monsieur le Ministre, le Département laisse sans compensation l’agent qui l’a le plus longtemps et peut-être aussi le plus servi à Terre-Neuve. Le relevé des mutations dans ce poste est curieux : aucun de mes prédécesseurs n’y a pu tenir trois ans ; je l’occupe depuis huit ans et demi. Et cependant, tandis qu’eux ont fait une belle carrière, ma persévérance menace, à l’âge que j’ai, de mettre en danger mon avancement, et avec mon avancement le chiffre de la pension de retraite à me revenir, car le chiffre est basé sur celui des appointements affectés au poste qu’occupe l’agent « pendant les six dernières années d’exercice ».

223Père de famille, sans fortune, je dois appeler l’attention de Votre Excellence sur une éventualité qui a sans doute échappée à son esprit de justice et que les règlements ne prévoient pas. Au cours des démarches en ma faveur, il a été dit à mes amis : « Les appointements de M. Riballier des Isles viennent d’être augmentés. » On a probablement confondu les indemnités strictement nécessaires à me faire vivre ici avec une augmentation de traitement qui, comportant des retenues, compterait pour la retraite. À ces amis, à M. le contre-amiral Sallandrouze de Lamornaix, entre autres, on a répondu au sujet de mon avancement : « que M. Riballier des Isles était consul de 1re classe depuis bientôt quatre ans, qu’il rendait des services, qu’il était bien noté, mais qu’il y avait un certain nombre d’agents avant lui sur la liste d’ancienneté ». Ceci est parfaitement exact ; mais M. des Isles ne jouit pas des avantages de poste dévolus à ses anciens sur la liste ; en est-il un seul que St-Jean pût tenter ?

224Il espère en outre que la mission qu’il remplit, l’attention accordée à ses rapports, honorés de l’approbation des Départements des Affaires étrangères et de la Marine et dont plus d’un a été reproduit pour être distribué où il convenait, l’appellent à ne pas attendre un tour d’ancienneté pour passer consul général. Ce grade, Monsieur le Ministre, couronnement d’une carrière bien remplie, je prends la respectueuse liberté de le solliciter.

225Il serait, aux yeux de mon entourage, le gage de l’appui du gouvernement de la République et de son approbation de l’attitude que j’ai conservée dans la défense des intérêts français que représente le vice-consulat de Terre-Neuve. Il répondrait à l’attente de cet entourage. Il justifierait mon séjour si prolongé dans un poste où quelques gens, mal disposés, ne comprennent pas que je reste sans exequatur pour des motifs honorables.

226Le bon souvenir que conservent de moi les amiraux et les commandants de nos divisions navales que j’ai eu occasion de recevoir ici m’assure qu’ils y applaudiraient. M. le vice-amiral Humann m’écrivait récemment de Chine : « Le Département ne peut pas songer à se priver des services d’un agent qui connaît si bien le terrain délicat où tant d’autres ont sombré. Croyez-moi, vous semez pour l’avenir et vous récolterez un jour, qui n’est pas éloigné, le fruit de votre désintéressement et de vos épreuves. » M. le contre-amiral Maréchal s’exprime ainsi dans une lettre qu’il m’écrit : « Je suis presque tenté de comprendre aussi qu’il n’y ait de la part des Affaires étrangères aucun empressement à vous remplacer, puisque vous avez eu le talent de vous créer une situation personnelle là où il n’existe pas de place pour le fonctionnaire officiel. Mais en dehors de la question de déplacement, vous a-t-on donné les compensations justement méritées par votre long exil ? C’est là ce que je serais heureux d’apprendre en attendant le reste. »

227Mes anciens chefs s’en réjouiraient ; M. [Paul] Clavery m’a écrit : « J’aurais voulu, avant de quitter la Direction des consulats, pouvoir vous proposer pour une résidence moins rude et plus avantageuse que celle que vous occupez depuis si longtemps avec un dévouement absolu. Je souhaite que les circonstances se prêtent le plus tôt possible à cette mutation, et je ne serais pas moins heureux d’avoir à vous féliciter bientôt de votre promotion au généralat. »

228Ainsi, Monsieur le Ministre, est-ce avec confiance que je présente ma requête à Votre Excellence.

184 CPC St-Jean, le 5 juillet 1894

229[…] Hier, le Gouverneur est venu chez moi, s’étonnant de ne m’avoir pas vu depuis longtemps. Il a amené la conversation sur le douloureux événement du mois dernier, qu’il a déploré.

  • 33 Sadi Carnot est élu président de la République en 1887, le début de son mandat marqué par l’agitati (...)

230Nous pouvons, je crois, considérer cette visite comme un hommage rendu à la mémoire de M. le Président Carnot33. La mesure en a évidemment été restreinte par la crainte que Sir Terence O’Brien a pu avoir de nous causer l’illusion d’un acte officiel à l’égard d’un agent non reconnu.

185 CPC St-Jean, le 25 juillet 1894

231Le jugement sur la validité de l’élection des députés pour le district de Trinity, Sir William Whiteway, M. [Robert] Bond et M. [James H.] Watson, a été rendu ce matin par le juge Little de la Cour suprême. Les deux premiers personnages sont déclarés mal élus et inéligibles pendant la durée de la présente législature. C’est ainsi que les principaux du parti Whiteway sont condamnés à attendre trois ans pleins avant de redevenir éligibles, à moins qu’une dissolution n’intervienne.

186 CPC St-Jean, le 4 août 1894

232Les prévisions de ma lettre du 25 juillet dernier, N° 31, étaient bien fondées : les députés pour le district de Plaisance, M. Geo. Emerson (ex-Speaker) et M. [James F.] McGrath, ont été privés de leurs sièges et déclarés inéligibles pendant la durée de la présente législature. L’assemblée, convoquée en session pour le 2 courant, s’est réunie ce jour-là pour procéder à l’élection d’un nouveau Speaker. M. [Lawrence] O’B. Furlong a été choisi.

233Hier a eu lieu l’ouverture officielle de la session. Votre Excellence trouvera, ci-joint, une reproduction du Discours du trône lu à cette occasion par le Président du Conseil législatif, délégué du Gouverneur pour la circonstance, exempt cette fois de l’apparat dont l’ouverture d’une session est généralement accompagnée. La veille, un membre vacillant du parti Whiteway, député pour Harbour Main, ayant accepté les fonctions de secrétaire des Finances, est passé sous l’étendard du gouvernement Goodridge qui, par suite, compte aujourd’hui 14 membres dans la Chambre basse, contre 9 du côté de l’Opposition, dont 8 présents seulement. Ainsi que l’indique le Discours du trône, la session sera probablement de courte durée et ses travaux n’embrasseront guère que des mesures fiscales. Il n’est plus du tout question de l’acte relatif aux pêcheries françaises : ce sera pour 1895 si le gouvernement britannique persiste à en laisser le sort au caprice des législateurs de Terre-Neuve. La colonie se trouve donc en trêve de crise parlementaire. Au mois d’octobre prochain, il faudra songer aux by-elections pour la confirmation des membres du cabinet actuel et ensuite pour le remplacement des députés privés de leurs sièges.

234Le gouvernement Goodridge, inspiré par le Secrétaire colonial, M. Morine, met tous ses soins à se faire une popularité, notamment à St-Jean, qui doit élire six membres. Certains travaux d’utilité publique y sont poussés avec une grande activité. La construction du chemin de fer central, un moment interrompue, a repris avec vigueur. Les perceptions douanières se font maintenant sans protestations ; une somme de 300 000 dollars a été ainsi perçue sans autorité légale. En somme, le coup d’état, facilité par l’inconcevable sottise que le cabinet Whiteway a commise en donnant sa démission au mois d’avril dernier, réussit au-delà des espérances du Parti conservateur. Un régime que l’on peut qualifier de « dictature Morine » a été inauguré : reste à savoir si les prochaines élections y porteront atteinte.

187 CPC St-Jean, le 10 août 1894

235Par ma lettre du 4 courant, N° 33, j’ai eu l’honneur d’informer Votre Excellence que la législature de Terre-Neuve s’était réunie le 2 : cette session a pris fin hier. Votre Excellence trouvera, ci-joint, le Discours de clôture prononcé par le Gouverneur. Ce document peut être considéré, tant il est plein de promesses, comme le programme du cabinet actuel et un manifeste préparatoire aux by-elections de l’automne prochain. Allusion y est faite à un nouvel emprunt, bien que le Discours d’ouverture ait déclaré des recettes comme étant supérieures aux prévisions budgétaires et en voie de progrès. Cet emprunt est de 1 426 100 dollars ; 600 000 dollars sont déjà dus à la London and Westminster Bank.

236Le premier soin de tous les gouvernements qui se succèdent à Terre-Neuve est, on le voit, de faire un emprunt sous le prétexte invariable de « combler le déficit résultant de l’extravagance du cabinet précédent ». Tant qu’on trouvera des prêteurs, il en sera de même.

  • 34 Après nous, le déluge : mots adressés par la marquise de Pompadour au roi Louis XV, suite à la bata (...)

237Aucun de ces emprunts ne se réalisant dans la colonie, l’intérêt à payer constitue une diminution progressive de la richesse publique, mais on ne semble nullement s’en préoccuper : « Après nous, le déluge34. » L’année prochaine, l’intérêt de la dette se montera à environ 400 000 dollars, soit environ un tiers du revenu. Le gouvernement Goodridge s’affirme : la timidité des premiers jours a fait place à l’audace se traduisant notamment par des destitutions propres à jeter la panique dans les rangs ennemis et par des nominations venant récompenser des amis ou acheter des hésitants. Une dictature semble donc bien être le gouvernement qui convient à cette colonie, et le succès du régime actuel démontre que les masses préfèrent être menées, [plutôt] que de s’égarer dans les sentiers mal tracés de droits dont elles ne savent pas faire un usage conforme aux devoirs qu’ils imposent.

188 CPC St-Jean, le 22 août 1894

238En attendant le résultat des by-elections dont la première aura lieu le 11 septembre prochain dans le district de Burgeo et Lapoile, le gouvernement de Terre-Neuve fonctionne ainsi que le constate ma lettre précédente.

239Le Gouverneur, Sir Terence O’Brien, dont les fonctions devaient cesser à la fin de l’année courante, a été invité par le Colonial Office à rester quelques mois encore à son poste. Il est autorisé à prendre un court congé. Sir Terence, accompagné de Lady O’Brien, part en même temps que cette lettre. Il se rend à Londres, et son intention est de passer quelques jours à Paris qu’il affectionne. Son pied-à-terre ordinaire est l’hôtel de l’Opéra [l’hôtel des Deux Mondes, près de l’Opéra]. Depuis cinq ans qu’il est à Terre-Neuve, Sir Terence O’Brien a toujours chaudement accueilli les commandants et les officiers de notre division navale ; l’hospitalité du Palais du gouvernement n’a eu d’autres bornes que la durée du séjour de nos bâtiments dans le port de St-Jean. J’ai moi-même à me louer de ces procédés. Si le passage du Gouverneur à Paris en faisait naître l’occasion, Votre Excellence jugera peut-être bon de reconnaître par une gracieuseté les attentions de Sir Terence O’Brien pour notre Marine nationale.

189 CPC St-Jean, le 26 octobre 1894

240Jugement a été rendu relativement à la validité de l’élection de M. J. W. Keating, député du district de St-Georges. Ce représentant a été privé de son mandat et déclaré inéligible pendant la durée de la présente législature. C’était un autre succès pour le gouvernement Goodridge ; mais le 16 de ce mois le cabinet a éprouvé un échec électoral auquel il était loin de s’attendre et qui n’a pas peu surpris le parti Whiteway, favorisé cette fois. Le district de Twillingate, appelé à réélire M. [Michael T.] Knight, devenu membre rétribué du cabinet actuel, lui a refusé son appui et s’est décidé en faveur de M. [Giles] Foote, candidat « Whitewayite » que M. Knight avait battu par 3 voix lors des dernières élections générales. M. Foote a obtenu 575 voix de majorité. Cet échec est d’autant plus sensible au cabinet actuel que Twillingate, le district du Premier ministre, était considéré comme une citadelle inexpugnable. Et voici, en outre, que le district de Trinity, appelé à remplacer trois députés du parti Whiteway, vient aussi de se prononcer contre le cabinet Goodridge. Trois amis de Sir William Whiteway, MM. [William H.] Horwood, [George W.] Gushue et [George M.] Johnson, ont été élus, à une faible majorité, il est vrai, mais élus, ce qui porte à 12 le nombre des députés « Whitewayite » contre 13 pour le gouvernement.

  • 35 George Frederick Samuel Robinson, 1er marquis de Ripon, Secrétaire d’État pour les colonies.

241La crise reprend donc son caractère aigu, et si, comme il y a lieu de le présumer maintenant, les prochaines élections du 10 novembre à St-Jean Est et Ouest, à Plaisance, à St. Mary’s, à Burin, et du 12 à St-Georges renforcent encore la phalange Whiteway, le règne de l’oligarchie marchande et le succès de la dictature Goodridge-Morine sont en danger, et Lord Ripon35 est peut-être appelé à découvrir que sa lettre du 23 août à Sir Terence O’Brien a été quelque peu prématurée. Les événements semblent d’ailleurs préparer au Gouverneur de soucieuses journées à son retour. Aucun navire de guerre anglais n’occupe maintenant la rade de St-Jean.

  • 36 Crown colony : colonie britannique où le gouvernement à Londres contrôle, à un certain niveau, la l (...)

242Comme on pouvait s’y attendre, appel est annoncé contre la validité de l’élection des députés victorieux, tant d’un parti que de l’autre ; cet état de choses ne permet pas d’entrevoir la fin d’une situation extrêmement préjudiciable au crédit comme à la tranquillité du pays. Aussi les yeux des gens qui ne vivent pas de la politique se tournent-ils vers un changement qui amènerait, de préférence à la Confédération avec le Canada, un retour à l’état définition de crown colony36.

243L’esprit de l’électorat, égaré par les prédications des politiciens, n’a point d’orientation. Les électeurs illettrés forment la grande majorité. Les jeunes ne paraissent user de leur droit nouvellement décrété que pour faire acte de révolte, en votant dans le sens contraire à l’avis des chefs de famille. La profonde ignorance dans les masses permet aux orateurs en tournée d’avoir recours aux plus absurdes mensonges pour obtenir l’appui du nombre. L’un d’eux, par exemple, un protestant, n’a pas craint d’annoncer que S.S. le pape Léon XIII allait venir à Terre-Neuve et qu’il métamorphoserait en quadrupèdes tous ceux qui voteraient contre son candidat !

244Le fait suivant est à peine croyable ; il est cependant véridique : M. Goodridge, essayant de démontrer à Twillingate l’effet de la concurrence norvégienne sur le prix de la morue, fut interrompu par un « Assez ! Nous ne croyons pas à de semblables histoires inventées par les marchands pour nous tromper. La Norvège n’existe pas ! » Quelqu’un dans l’assemblée, ayant demandé à un avocat de l’Opposition si le pays dont parlait M. Goodridge existait en effet, on lui répondit : « La Norvège ! Je ne connais pas ce pays-là ! » C’est ainsi que l’on gagne des voix.

245La nouveauté électorale du jour est l’appel, en français, adressé aux électeurs de la baie St-Georges par M. [Maurice A.] Devine, lequel se présente pour remplacer M. Keating. M. Devine ne sait pas un mot de notre langue ; il n’est guère de nos amis non plus ; mais il espère sans doute que son petit manifeste lui attirera des préférences parmi les Acadiens et les déserteurs français habitant le French Shore.

190 CPC St-Jean, le 3 novembre 1894

246Avant-hier, le Gouverneur de Terre-Neuve, en congé depuis le mois d’août dernier, est rentré à St-Jean. Sir Terence m’a exprimé ses regrets de n’avoir pu donner suite à son projet de passer quelques jours à Paris. Le retour du Gouverneur n’a été signalé par aucune manifestation populaire. La foule accourue sur le quai l’a laissé débarquer sans l’acclamer. Les journaux du gouvernement ont saisi l’occasion pour annoncer que, quoi qu’il arrive et quel que soit le résultat des élections, le cabinet Goodridge ne donnera pas sa démission et retiendra le pouvoir, au moins jusqu’à la fin de l’année 1895 ou [au] commencement de 1896.

247Ces feuilles semblent compter sur une continuation des ajournements de session législative, auxquels Sir Terence O’Brien s’est si complaisamment prêté il y a quelques mois. Je ne crois pas utile de suivre les journaux dans l’exposé des subtilités plus ou moins constitutionnelles qu’ils soumettent à leurs électeurs ; mais si le programme est suivi, je me demande de quelle façon le gouvernement britannique s’y prendra pour que la colonie vote en 1895, même à titre temporaire, l’acte relatif à la mise en vigueur des traités avec la France, acte qui, comme on sait, expire avec l’année.

191 CPC St-Jean, le 17 novembre 1894

  • 37 Corrupt Practices Act : en janvier, les Conservateurs avaient pétitionné en Cours suprême sous le C (...)

248Comme le faisait présumer ma lettre du 26 octobre dernier, les élections du 10 courant ont été favorables au parti de Sir William Whiteway. On ne pouvait cependant guère s’attendre à ce que le résultat fût si généralement adverse au gouvernement Goodridge, lequel se trouve n’avoir obtenu qu’un seul siège, celui de St-Georges. Le cabinet actuel n’est donc aujourd’hui appuyé que par 13 députés sur 36. Le cri « À bas les marchands ! » a prévalu, tout comme en 1889 et en 1893. En rappelant le parti Whiteway au pouvoir, les électeurs passent condamnation sur le Corrupt Practices Act37, tel qu’il a été interprété par la Cour suprême de la colonie.

249Contrairement à ce qui a généralement lieu après une lutte électorale, le parti vaincu n’a pas déposé les armes ; les organes du gouvernement se montrent très agressifs ; ils prodiguent l’ironie, l’insulte même aux électeurs et aux élus, déclarant en outre que le dernier atout n’est pas joué, que le pouvoir n’est pas encore aux mains des « Whitewayites ». Il sera intéressant d’observer l’attitude du Gouverneur et celle de Lord Ripon dans ces circonstances et en face d’une si complète désapprobation populaire de l’appui donné par eux à la dictature Goodridge-Morine.

192 CPC St-Jean, le 19 novembre 1894

250[…] Bon nombre des députés récemment appelés à remplacer les leaders du parti Whiteway (inéligibles tant que durera la présente législature) se compose d’hommes de paille utilisés pour la circonstance, jusqu’ici étrangers à la politique militante et n’ayant actuellement pour mission que d’empêcher l’oligarchie marchande de rester à la tête des affaires. Ces nouveaux-venus n’ayant pas à redouter pour leur avenir politique, la responsabilité d’un vote réputé impopulaire, pourraient bien être amenés, par la perspective d’avantages personnels, à voter dans le sens qui leur serait indiqué.

251Il est d’ailleurs de fait qu’un emprunt est indispensable. Sans cet emprunt, la banqueroute prochaine ou la Confédération : telles sont les seules alternatives. Or, l’état actuel de crédit de la colonie ne permet pas qu’il en soit effectué sans la garantie du gouvernement métropolitain : celle-ci a donc beau jeu.

193 CPC St-Jean, le 14 décembre 1894

252La dépêche télégraphique que j’ai eu l’honneur d’adresser à Votre Excellence le 13 courant et la lettre que je lui ai écrite le 10 sous le timbre de la Direction commerciale ont fait connaître à Votre Excellence l’état désastreux dans lequel cette colonie est financièrement tombée. Je ne m’arrêterai pas à dépeindre la panique produite par la fermeture des banques.

253Le gouvernement-même a perdu la tête ; au lieu de chercher à calmer des appréhensions trop fondées, il a, dès le premier jour, refusé de recevoir des billets, même en paiement de timbres-poste. Il ne faut pas s’étonner car les ministres-négociants qui le composaient étaient eux-mêmes en faillite. Et quelle faillite ! Quelques-uns étaient directeurs, notamment de la Commercial Bank, et je ne fais que rapporter ce qui semble avéré, en disant que la banqueroute de cette banque est très irrégulière.

254Le Gouverneur fit appeler d’urgence un navire de guerre ! La conduite des masses a été, il faut le dire, admirable de calme et de résignation. Pas un désordre, même à la porte des banques closes. Les provocations ne manquaient cependant pas. Le gouvernement Goodridge, qui la semaine dernière se cramponnait au pouvoir, a dû se démettre après avoir écrit la lettre découragée et décourageante dont ci-jointe une reproduction. Le parti Whiteway, invité par le Gouverneur à former un ministère, a choisi M. D.J. Greene comme chef du cabinet. La législature se réunira demain.

255Si le gouvernement ne réussit pas à faire un emprunt lui permettant de payer à Londres, le 1er janvier prochain, l’intérêt de la dette consolidée, la colonie sera en banqueroute, tout comme les banques et nombre de maisons de commerce.

194 CPC St-Jean, le 17 décembre 1894

256Une 3e session de la présente législature dans le court espace d’une année a été ouverte samedi dernier, ainsi que j’ai eu l’honneur d’en prévenir Votre Excellence. Le fait est sans précédent dans les annales coloniales ; mais tout est chroniquement exceptionnel à Terre-Neuve ! Le Discours du trône, ci-annexé, prononcé par le Gouverneur, explique comment cette convocation a été provoquée par la crise financière que traverse la colonie. Il est assez curieux d’y voir le Gouverneur professer de son respect pour la majorité électorale si l’on se souvient que, depuis le mois de mai dernier, il a tout fait pour en empêcher l’expression et pour maintenir un cabinet de minorité [le cabinet Goodridge].

257Le Gouverneur assure que la colonie sera en mesure de payer l’intérêt de la dette consolidée le 1er janvier prochain. Cette affirmation a rencontré des incrédules. Il paraît cependant que Sir William Whiteway est en communication avec la Westminster Bank de Londres, pour que le montant de cette échéance soit ajouté au capital de la dette. C’est un emprunt. On saura bientôt si la banque y a consenti. Le Gouverneur parle d’une importante dépêche du Secrétaire d’État pour les colonies et promet de la communiquer à la législature. Il s’agirait, paraît-il, de venir en aide à la colonie dans une mesure que détermineraient des commissaires envoyés de Londres à cet effet. La combinaison ne semble pas sourire à tout le monde ici, et l’on attend avec impatience la publication de la dépêche en question.

258Le Discours du trône ne fait aucune allusion au renouvellement de l’acte relatif aux pêcheries françaises, terminant fin 1895.

195 CPC St-Jean, le 25 décembre 1894

259J’ai eu l’honneur d’annoncer à Votre Excellence que le Gouverneur de Terre-Neuve, appréhendant des troubles, avait demandé qu’un navire de guerre fût stationné cet hiver à St-Jean. Le Tourmaline, commandé par le capitaine de vaisseau Sir Richard Poore, KCMG, baronnet, vient d’arriver en rade. On cite Sir Richard comme devant être, en 1896, nommé successeur du commodore [Assheton G.] Curzon-Howe, commandant actuellement la division navale chargée de la protection des pêcheries sur le French Shore. Je suis immédiatement en relations avec Sir Richard Poore et avec l’état-major du Tourmaline.

196 CPC St-Jean, le 11 janvier 1895

260La situation dont j’ai eu l’honneur d’entretenir Votre Excellence ne s’améliore pas ici dans une sensible mesure. En donnant à la Banque de Montréal, qui vient d’établir une succursale à St-Jean, hypothèque sur les revenus de la Douane, le gouvernement s’est, dit-on, procuré de quoi payer l’intérêt d’une partie de la dette consolidée et les traitements des fonctionnaires, ce qui a mis un peu d’argent en circulation.

261La législature passe d’ailleurs son temps en débats inutiles sur des bills qui n’ont pas même le mérite d’être populaires. Le Gouverneur a sanctionné quelques lois, entre autres le Bank Notes Bill, contre lequel j’ai protesté. Ce en quoi il semble que j’aie donné l’exemple : les journaux sont en effet remplis de communiqués désapprouvant une loi qui ne remédie à rien. Puis un bill permettant, hors saison, la pêche dans les rivières et lacs ! gelés aujourd’hui ! Un troisième élevant le taux de l’or. Sir Terence O’Brien a référé à S.M. Britannique un bill tendant à annuler les jugements de la Cour suprême qui frappent d’incapacité politique certains membres du parti Whiteway et Sir William Whiteway lui-même. Par suite, il est probable que la législature ajournera sous peu jusqu’au mois de février prochain.

262Trois ou quatre tentatives d’émeute sont à signaler, l’une ayant été poussée jusqu’à forcer les portes de l’Assemblée, une autre ayant commencé le pillage du magasin d’un des négociants en faillite : elles font prévoir des troubles plus sérieux. Le navire de guerre en rade tient encore les perturbateurs professionnels de l’ordre public en respect ; ces individus n’ont pas trouvé appui suffisant dans les masses. Mais d’ici à un mois ou deux, le chômage continuant, le besoin sera devenu si pressant que la crainte de quelques baïonnettes ne suffira plus à empêcher le pillage des vivres.

263Les particuliers organisent des secours, mais la faillite des banques a ruiné tant de gens, mis dans la gêne tant de familles, que les efforts, les sacrifices même, ne sauraient répondre aux besoins de l’heure. C’est navrant.

264Une agitation s’est produite relativement à la Royal Commission suggérée par le gouvernement britannique. Ni le parti au pouvoir, ni la majorité parlementaire n’en veulent entendre parler. Des citoyens, plus disposés à accepter l’inévitable, ont provoqué une pétition à S.M. Britannique ; des signatures ont été recueillies. Je suis informé que le Gouverneur, ayant instruit du fait le cabinet de Londres, celui-là a déclaré que la Royal Commission ne saurait être envoyée « que sur la demande expresse de l’Assemblée législative ou du gouvernement ». Il est évident que le gouvernement métropolitain entend mettre, avant d’intervenir, les pouvoirs publics de la colonie absolument dans leur tort et leur laisser toute la responsabilité des faits regrettables pouvant se produire.

265La crise commerciale continue si sérieuse que deux maisons seulement semblent pouvoir y échapper sans que leur crédit soit atteint.

197 CPC St-Jean, le 25 janvier 1895

266[…] Le gouvernement britannique semble traiter la colonie comme un malade auquel on ne refuse plus rien, tant on le considère près du trépas. Et, en fait, l’autonomie politique de Terre-Neuve est à l’agonie. Depuis quelques jours, l’idée de l’union de Terre-Neuve avec le Canada fait de rapides progrès. On sent qu’il n’y a plus ni argent ni crédit ; on cherche un pourvoyeur.

  • 38 Avec l’Acte de l’Amérique du Nord britannique en 1867, le Canada est devenu un dominion de l’Empire (...)

267Le Canada ne montrera peut-être aucun empressement, et le gouvernement britannique, de son côté, serait d’avis que les questions du French Shore fussent réglées avant que Terre-Neuve entrât dans la Confédération. Quelques velléités annexionnistes dans le Dominion suggéreraient en outre l’opportunité de conserver Terre-Neuve à l’état de province indépendante. Mais l’Acte impérial « Confédération38 » confère aux provinces britanniques de l’Amérique du Nord le droit d’entrer à volonté dans l’Union ; si donc Terre-Neuve en émettait le vœu, force serait de l’y recevoir.

268Dans mes précédents rapports, j’ai fait ressortir combien, à mon point de vue, l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération canadienne – avant règlement des difficultés du French Shore – aggraverait ces difficultés. Il y aurait alors à lutter, non plus contre l’agitation de Terre-Neuve seule mais contre l’opposition des provinces de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard. La province de Québec resterait passive, l’Ontario indifférente, sinon hostile. Je crois devoir me référer ici aux réflexions consignées dans mes lettres des 19 novembre et 17 décembre derniers, Nos 43 et 45.

269Sous peu, demain peut-être, la législature suspendra temporairement ses séances pour un mois ou deux. Pendant ce temps, le parti Whiteway se réorganisant, Sir William reprendra ses fonctions de Premier ministre. La question de la Confédération sera agitée ; des démarches seront faites à Londres et à Ottawa pour arrêter les conditions de l’admission de Terre-Neuve dans le Dominion. La législature, reprenant ses travaux interrompus, n’aurait plus alors qu’à consacrer par un vote le résultat des négociations. Il importe que nous soyons à tous événements prêts et qu’une entente bien catégorique avec le gouvernement britannique mette les intérêts français à l’abri d’éventualités fâcheuses.

198 CPC St-Jean, le 24 février 1895

270Mgr Power, Évêque de St-Jean, décédé au mois de décembre 1893, vient d’être remplacé par Mgr Howley, jadis Préfet apostolique à St-Georges, côte occidentale de Terre-Neuve. Ce prélat a été installé avant-hier, au milieu de manifestations sympathiques bien flatteuses pour sa personne. Au mois de juin 1892, j’ai eu l’occasion d’annoncer à Votre Excellence l’élévation de Mgr Howley à l’épiscopat. Ce n’est pas sans un vif sentiment de satisfaction, d’orgueil même, que St-Jean acclame de nouveau aujourd’hui l’un de ses enfants, le premier Terreveuvien auquel le Saint-Siège ait confié la direction du diocèse. Ce matin, je suis allé saluer Mgr Howley ; cet après-midi, j’ai reçu sa visite.

199 CPC St-Jean, le 11 mars 1895

271Les by-elections annoncées par la lettre que j’ai eu l’honneur d’adresser à Votre Excellence le 25 du mois dernier sous le N° 5 ont eu lieu. Le résultat justifie les prévisions appuyées sur le manifeste de l’Opposition. Aucun candidat hostile au gouvernement Whiteway ne s’étant présenté, Sir William et ses amis ont été élus par acclamation ; c’est-à-dire qu’il n’y a pas eu de vote proprement dit, la nomination ayant suffi.

272Sir William Whiteway ne s’est même pas rendu à Harbour Grace, son district actuel ; il était au lit, souffrant de la grippe. Vendredi dernier seulement, le Premier ministre a pu recevoir chez lui ses principaux lieutenants. Il a, paraît-il, été décidé d’envoyer à Ottawa des délégués pour y traiter de l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération canadienne. Les noms des négociateurs ne sont pas encore connus.

200 CPC St-Jean, le 15 mars 1895

273[…] En abordant la question des causes auxquelles les Terreneuviens imputent les embarras financiers dont ils souffrent en ce moment, je dois dire qu’elles sont multiples, complexes, que chacun en juge d’après la façon dont il s’en trouve affecté et l’étendue du préjudice personnel qui lui est infligé. Me conformant au désir exprimé par Votre Excellence, je laisserai la parole aux intéressés.

  • 39 James Murray, The Commercial Crisis in Newfoundland : Cause, Consequence and Cure, St-Jean, Imprime (...)

274Dans une brochure qui vient de paraître et dont Votre Excellence trouvera, ci-joint, trois exemplaires, M. James Murray, négociant, ex-membre de la Chambre basse de la législature de Terre-Neuve, résume les causes qui, selon lui, ont créé la situation actuelle39. Il part de ce principe, que le système du troc a, de tous temps, formé la base des relations entre marchands et pêcheurs, que ce système a été bouleversé par la révolution dans la méthode des transports, l’introduction de la vapeur et des télégraphes. Du système, privé de ses avantages, il n’est resté que des errements vicieux, démoralisateurs, des risques plus grands à courir dans une industrie déjà si hasardeuse. M. Murray cite les nombreuses maisons qui, jadis florissantes, se sont retirées de l’arène ou ont succombé dans la lutte.

275[…] Le point de départ de la ruine de la colonie serait 1882, date de la politique dite de progrès, ou de construction de lignes ferrées, inaugurée dans l’espoir, non encore réalisé, de mettre en exploitation les richesses de l’intérieur de l’île. Politique suggérée d’ailleurs par la nécessité de trouver l’emploi des bras que la seule industrie de la pêche ne suffisait de s’y adonner. Politique d’essai, destinée à éloigner l’heure déjà prévue d’une crise. Puis viendrait comme facteur important l’affectation d’un tiers à un quart du revenu aux frais d’administration.

276[…] Le titre de la brochure ferait présumer que l’auteur a trouvé remède au mal, mais il ne fait pas que mentionner trois traitements sans en approuver aucun. Le statu quo lui semble impossible. Le retour à l’état de « Crown Colony » peu conforme aux intentions de la Grande-Bretagne, l’entrée dans la Confédération (dont il est ennemi déclaré) une éventualité n’ouvrant que de tristes perspectives.

201 CPC St-Jean, le 27 mars 1895

277Par ma lettre en date du 11 courant, N° 6, j’ai eu l’honneur d’annoncer à Votre Excellence qu’une délégation allait partir de St-Jean pour se rendre à Ottawa, dans le but de négocier l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération canadienne. Les délégués sont partis ce matin ; ce sont MM. [Robert] Bond, Secrétaire colonial ; [George] Emerson, du Conseil législatif ; [Edward Patrick] Morris et [William] Horwood, tous les quatre membres du Conseil exécutif, les autres derniers ministres sans portefeuille. On voit que le parti d’opposition au gouvernement n’est pas représenté ; les leaders en sont cependant décidément partisans de la Confédération. Sir William Whiteway, assez gravement malade, n’a pu entreprendre le voyage.

278Des efforts ont été faits par les anti-confédérés pour entraver le départ des délégués. Des meetings ont été tenus, des requêtes signées, des orateurs entendus. Les uns demandaient le statu quo sans proposer aucun moyen pratique de sortir de l’embarras financier dans lequel la colonie se trouve plongée et qui se traduira par une banqueroute déclarée si l’on ne trouve, d’ici au mois de juin prochain, 500 000 dollars (environ 2 600 000 francs), montant requis pour paiements urgents. Les autres, mieux inspirés, réclamaient la Royal Commission suggérée par la Grande-Bretagne et souhaitaient même le retour à l’état de crown colony pendant le temps nécessaire au rétablissement des finances du pays, sous l’administration de la Couronne. Mais les politiciens de profession, représentants officiels de l’île, ne pouvaient consentir. Il n’y aurait plus alors place pour eux.

202 CPC St-Jean, le 25 avril 1895

279Pour faire suite à ma lettre du 23 courant, N° 9, j’ai l’honneur d’informer Votre Excellence que la législature de Terre-Neuve, après une courte séance, vient de s’ajourner à quinzaine, conformément au vœu exprimé par le gouvernement dans la déclaration dont ci-joint copie. Il résulte de ce document que la réponse du cabinet d’Ottawa est attendue sur certains points touchant les conditions d’admission de Terre-Neuve dans la Confédération.

203 CPC St-Jean, le 26 avril 1895

280Le 15 mars dernier, j’ai eu l’honneur d’informer Votre Excellence qu’on attendait à St-Jean un commissaire anglais, ayant pour mission de s’enquérir des moyens de secourir les populations de Terre-Neuve dans leur détresse actuelle. Ce commissaire, Sir Herbert H. Murray, KCB, ancien fonctionnaire supérieur des Douanes britanniques, est arrivé. Il est porteur d’instructions très larges et dispose d’un crédit dont la mesure semble laissée à son jugement.

281Sir Herbert s’est immédiatement mis à l’œuvre ; il a fourni des fonds à plusieurs sociétés charitables et au clergé des diverses communions. Plusieurs centaines de travailleurs sont en outre aujourd’hui employés par lui à des travaux d’utilité publique, mais à des gages 50 % inférieurs au prix ordinaire de la journée. Il ne donne que 50 cents par homme, évitant ainsi de distraire d’autres occupations un trop grand nombre de bras. Ces travaux doivent d’ailleurs cesser dès que la saison de pêche appellera les travailleurs à la mer. Le commissaire visite en ce moment les localités facilement accessibles pour contrôler lui-même les rapports souvent exagérés qui lui sont parvenus.

282Votre Excellence trouvera, ci-joint, la reproduction des instructions que le Colonial Office a données à Sir Herbert Murray : j’ai pensé qu’elle en prendrait connaissance avec intérêt, notamment des 6e et 14e alinéas. Le premier traite d’avances à faire aux pêcheurs, moyennant certaines garanties de remboursement. Le second a pour but de venir en aide à la Caisse d’épargne de la colonie : ce qui démontre à quel niveau se trouvent, aux yeux du gouvernement britannique, les finances publiques à Terre-Neuve. Le 12e alinéa prévoit la difficulté d’atteindre le French Shore et autorise le commissaire à s’entendre avec le Commandant de la Division navale anglaise. Avant l’arrivée de Sir Herbert, des secours charitables en argent et en nature étaient déjà parvenus d’Angleterre, du Canada et des États-Unis. La ville de Boston, notamment, a envoyé 80 000 francs de vivres.

283Malgré tout, les jeunes gens émigrent d’une façon alarmante.

204 CPC St-Jean, le 8 mai 1895

284Un bruit dont on ne connaît pas encore bien l’origine et d’après lequel les banques canadiennes ayant des succursales à St-Jean allaient suspendre leurs paiements s’est répandu dans la soirée d’avant-hier ; la panique a saisi les détenteurs de billets. Hier, dès le matin, la foule inquiète se pressait dans les bureaux, demandant du numéraire en échange du papier. Les banques étaient fort heureusement en mesure de satisfaire leurs clients. Vers les trois heures de l’après-midi, le calme était rétabli. On estime à 350 000 francs la somme réclamée aux banques ce jour-là et payée en or et en argent.

285Il a été remarqué que la partie aisée de la population s’est presque absolument tenue à l’écart ; et ce n’est pas sans surprise que l’on a constaté l’importance relative des sommes qui se trouvent à St-Jean aux mains des classes réputées pauvres. Comme la presse exagérera certainement les proportions de la panique du 7 de ce mois, j’ai cru devoir renseigner Votre Excellence sur ce point. Il n’en résulte pas moins que l’influence de la catastrophe financière du mois de décembre 1894 se fait encore sentir et que la confiance renaîtra difficilement.

205 CPC St-Jean, le 10 mai 1895

286La législature de Terre-Neuve s’est réunie hier pour s’ajourner de nouveau cette fois à huitaine. Au cours de la séance, le gouvernement a déclaré que la réponse définitive du cabinet d’Ottawa relativement aux conditions de l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération canadienne n’était pas encore parvenue ; il y avait donc lieu de l’attendre pendant quelques jours. Le Premier ministre, tout en exprimant l’espoir que les conditions seraient acceptables et en se déclarant favorable à l’union, a esquissé le programme qu’il serait nécessaire d’adopter dans le cas où les négociations viendraient à échouer et où la colonie répugnerait à devenir crown colony, les deux seules alternatives en perspective.

287Le programme se résume ainsi : économie rigoureuse, suppression d’emplois, augmentation des impôts. Sir William Whiteway ne pouvait certes mieux s’y prendre pour provoquer une réaction en faveur de la Confédération. Le cheval de bataille des anti-confédérés a été que les tarifs de l’union seraient comparativement plus lourds que ceux de Terre-Neuve. Cet argument tombe devant l’avis préalable donné par le chef du cabinet à St-Jean.

206 CPC St-Jean, le 17 mai 1895

288Hier la législature de Terre-Neuve s’est réunie pour entendre le rapport des délégués relativement à l’union projetée de la colonie au Dominion canadien.

289En résumé :

290Le Canada ne consent à prendre à sa charge que 10 000 000 $ sur le montant de la dette de Terre-Neuve, estimé 16 000 000 $ au bas mot. Le Canada offre à Terre-Neuve un subside de 505 000 $ par an. Dans ces conditions, Terre-Neuve se trouverait immédiatement en face d’un déficit annuel s’élevant à 430 000 $, qu’il faudrait combler au moyen de contributions directes, les perceptions douanières étant, de droit, acquises au Dominion, déficit qui, dans cinq ou six ans, s’augmenterait de 150 000 $ par an, vu la nécessité de subvenir aux frais d’exploitation des chemins de fer aujourd’hui aux mains d’un concessionnaire.

291Voici, approximativement, d’après les délégués, quelle serait alors la situation de la colonie devenue province :

292Des négociations postérieures à celles des délégués ont abouti, de la part du Canada et sous certaines réserves non encore publiées, à une augmentation de subside montant à 35 000 $ par an et à une offre de contribuer de 6 000 $ sur 15 000 $ par mille du chemin de fer en construction à partir de la rivière des Exploits jusqu’au terminus de Port-aux-Basques. C’est insuffisant, et d’ailleurs où prendre les 9 000 $ par mille pour continuer la ligne ? La colonie est donc tellement embourbée que, même au prix de son autonomie, elle se trouverait encore irréparablement en faillite. La législature a passé à l’ordre du jour.

  • 40 « La France est assez riche pour payer sa gloire » : expression attribuée à François Guizot, histor (...)

293Les propositions du Canada sont, ce semble, un ultimatum car, sans injustice et sans sacrifier les intérêts du Dominion, son gouvernement ne peut payer plus cher l’accession de Terre-Neuve. Il n’est pas « assez riche pour payer cette gloire40 ». De la part de Terre-Neuve, il y a impossibilité de souscrire à ces conditions, bien qu’elles soient, on le reconnaît, libérales en principe comme en fait.

294Quoi faire ? Personne n’en sait rien. Pas même Sir William Whiteway, qui a combattu une motion du Chef de l’Opposition tendant à demander une royal commission.

207 CPC St-Jean, le 31 mai 1895

295La lettre que j’ai eu l’honneur d’écrire à Votre Excellence le 17 de ce mois, N° 17, annonçait que M. Bond, le Secrétaire colonial de Terre-Neuve, était reparti pour le Canada en mission. Le voyage de M. Bond avait pour but de tenter un suprême effort à l’effet de procurer à la colonie l’emprunt dont elle avait un si impérieux besoin en vue des échéances de la fin du mois prochain. M. Bond échoua à Montréal, se rendit aux États-Unis. Le bruit courut qu’il avait réussi à trouver deux millions de dollars ; mais on fut bientôt désabusé.

296Tout espoir semblait perdu lorsque, hier, le Premier ministre a fait savoir à la législature qu’un télégramme de M. Bond annonçait le succès d’un emprunt « mettant les finances de la colonie sur un pied satisfaisant, permettant de faire face aux engagements, et qu’en outre certains arrangements assuraient la solidité de la Caisse d’épargne ». Il paraîtrait qu’en effet un syndicat de banquiers à Londres aurait garanti un emprunt de deux millions et demi de dollars à 4 % d’intérêt, amortissable en quarante années. Contre toutes prévisions, contre toutes probabilités logiques, le gouvernement de la colonie échapperait donc présentement à la banqueroute, et Terre-Neuve conserverait son autonomie.

208 CPC St-Jean, le 14 juin 1895

297Par ma lettre du 31 mai dernier, N° 18, j’ai eu l’honneur d’informer Votre Excellence que le Premier ministre de Terre-Neuve avait annoncé la réussite d’un emprunt de 550 000 livres Sterling, négocié sur le marché de Londres. M. Bond, Secrétaire coloniale, étant parti pour l’Angleterre à l’effet de remplir les formalités fiscales nécessaires, est arrivé à destination, et la législature de la colonie vient de voter une loi autorisant le dit emprunt à 4 % d’intérêt et amortissable en 40 années. L’emprunt est, paraît-il, coté 92 %.

209 DP St-Jean, le 25 juin 1895

  • 41 Émilien Riballier des Isles est décédé le 6 juin 1894 à l’âge de 58 ans.

298Le 30 mars de l’année dernière, le Département m’avait accordé un congé de trois mois. Le service du poste n’a pas permis que je m’absentasse. Aujourd’hui les crises parlementaires, ministérielles et financières qui ont successivement agité Terre-Neuve depuis plus d’une année sont calmées ; l’acte temporaire concernant la mise en vigueur des traités relatifs à nos pêcheries vient d’être renouvelé pour deux ans. Je crois donc pouvoir prier Votre Excellence de m’autoriser à entreprendre un voyage que des intérêts de famille rendent nécessaire. Votre Excellence n’ignore peut-être pas que j’ai perdu mon frère41, officier en retraite, lequel a laissé neuf enfants dont j’ai à m’occuper. Mais si grand que soit le besoin de vaquer à ces affaires, les ressources dont je dispose ne me permettent pas le sacrifice du demi-traitement ; c’est pourquoi je solliciterais de conserver mon traitement intégral, faveur que Votre Excellence ne me refusera pas, je l’espère, connaissant mes charges et après cinq années de présence non-interrompue à St-Jean depuis mon retour en 1890.

299Je ne serais pas remplacé pendant cette absence : il en a été ainsi en 1889, et le Département, par dépêche en date du 28 août 1889, sous le timbre de la Direction des affaires commerciales et consulaires – Personnel, se rendant aux raisons que j’avais fait valoir, s’en remettait à mes soins pour la conservation des archives du poste à une saison où le travail de chancellerie est nul. Pendant le temps que dura mon congé, le poste ne souffrit pas, et Votre Excellence, qui dirigeait alors les protectorats, sait que je sus continuer à Paris mon service d’informations. Je ne partirais d’ailleurs qu’en fin de campagne de pêche, lorsque notre division navale quitte les eaux de Terre-Neuve.

300Si Votre Excellence daignait accueillir favorablement ma demande, c’est-à-dire m’accorder, sans retenue sur le traitement, le congé que je sollicite, je lui serais très reconnaissant de vouloir bien m’en faire aviser par voie télégraphique. J’aurais, en effet, diverses dispositions à prendre pour la garde de mon établissement, car ma famille m’accompagnerait.

210 CPC St-Jean, le 16 juillet 1895

  • 42 Moses Harvey, Text-book of Newfoundland History for the Use of Schools and Academies, 1885 ; et A S (...)
  • 43 D. W. Prowse, A History of Newfoundland from the English, Colonial and Foreign Records, 1895.

301Jusqu’ici il n’existait qu’une seule histoire de Terre-Neuve, celle que le révd Moses Harvey a écrite il y a quelques années et les abrégés mis entre les mains des élèves dans les écoles et les collèges de la colonie42. Un autre écrivain, le juge D. W. Prowse de St-Jean, vient de livrer au public un volume intitulé Histoire de Terre-Neuve d’après les documents anglais, coloniaux et étrangers43. J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence la reproduction de quelques articles de journaux ayant trait au livre nouveau.

302Cet ouvrage, où les questions du French Shore, entre autres, sont traitées dans un esprit relativement modéré, se recommande par le grand nombre de documents, plusieurs inédits, qu’il renferme. Plus qu’une histoire, peut-être, c’est un amas de matériaux historiques, retirés de la poussière des bibliothèques et mis en lumière par l’auteur.

303Comme écrivain, le juge Prowse ne manque pas d’originalité, et ses commentaires donnent à l’ouvrage [une] certaine allure qui combat heureusement l’aridité d’un simple recueil de documents. Votre Excellence jugera sans doute bon d’acquérir cet ouvrage pour son département. On le trouvera à meilleur compte à Londres (Macmillan & Co., Bedford Street, Covent Garden) que je ne pourrais faire ici, où il se vend six dollars (Frs. 31-50). Je prends la liberté de prier Votre Excellence d’en affecter un exemplaire au service de ce vice-consulat.

211 CPC St-Jean, le 27 juillet 1895

304Sir Terence O’Brien, Gouverneur de Terre-Neuve, dont j’ai eu l’honneur d’annoncer à Votre Excellence le prochain départ par une lettre du 6 de ce mois, N° 22, vient de quitter la colonie. Sir Terence se rend en Angleterre, où il fera valoir ses droits à la retraite. Sans avoir été l’objet d’une ovation populaire, le Gouverneur s’est vu, au dernier moment, entouré de personnes sympathiques accourues pour lui souhaiter un heureux voyage. La Chambre de commerce lui avait remis une address d’adieu. Une lettre fort touchante et un riche bijou avait été présentés à Lady O’Brien quelques jours auparavant par des dames de St-Jean. Sauf le Premier ministre, arrivé au dernier instant, le cabinet n’a pas fait acte de présence. Les croiseurs britanniques le Cleopatra et le Buzzard ont rendu aux voyageurs les honneurs dus à leur rang ; notre transport, La Nièvre, s’est associé à cette manifestation, reconnaissant ainsi l’hommage que Sir Terence a, en maintes occasions, rendu au Président de la République française et ses procédés si gracieux, si hospitaliers, à l’égard de notre marine.

305Aucun successeur n’ayant encore été désigné, Sir Frederick Carter, Juge en chef de la Cour suprême de Terre-Neuve, est chargé de représenter le gouvernement de la Reine pendant l’intérim avec le titre d’Administrateur. C’est pour la neuvième fois que Sir Frederick Carter remplit les mêmes fonctions.

212 CCC Paris, le 8 décembre 1895

306Après ses trois années de commandement de la Division navale britannique de Terre-Neuve, le Commodore, l’hon. Assheton Curzon-Howe, vient, comme Votre Excellence en est sans doute instruite, d’être remplacé par le capitaine de vaisseau, l’hon. Maurice A. Bourke, fils de Lord Mayo, qui mourut Vice-Roi des Indes, assassiné par un forçat aux îles d’Andaman. Cet officier supérieur m’est dépeint comme l’un des hommes les plus populaires de la Marine britannique, spirituel et plein de distinction. Il est à souhaiter qu’il joigne à ces qualités l’extrême courtoisie de son prédécesseur. Le commodore Curzon-Howe s’est montré infatigable dans ses attentions pour les commandants de notre division navale, leurs officiers, et, comme j’ai eu occasion de le consigner dans un précédent rapport, les matelots même n’ont pas été oubliés.

307Quant à mes relations personnelles avec ce parfait gentilhomme anglais, elles ont toujours été des plus faciles, même lorsque nous avons eu à nous entretenir de questions sur lesquelles il était impossible que nous fussions de même avis. Il a maintes fois montré de la sympathie pour ce qui touchait à la France. Le Département sait avec quelle spontanéité il s’est associé à la douleur nationale, lors de la fin tragique de M. le président Carnot. Le Commodore a toujours déploré que le consul de France à St-Jean ne fut pas officiellement reconnu, et nous ne saurions perdre le souvenir de son empressement à saisir les occasions licites pour lui d’honorer le représentant de la République dans la colonie.

308Lors de mon départ en congé, le Commodore mit le comble à ses gracieusetés. Il donna à son bord une fête d’adieu à laquelle il pria le Chef de notre division navale, le Commandant de La Nièvre, les officiers de notre marine présents dans le port, et convia toutes les notabilités de St-Jean à venir « prendre congé (to meet) de M. et Mme Riballier des Isles ». Ma femme conserve encore le nœud de rubans aux couleurs françaises qui attachait l’admirable bouquet tricolore que les officiers du Cleopatra lui présentèrent en cette circonstance. Cette manifestation sans précédent, à laquelle s’associait Mme Curzon-Howe, attira toute la ville et causa une certaine émotion. Elle décida sans doute le juge en chef Sir Frederick Carter, remplissant les fonctions de gouverneur, à sortir de ses habitudes de retraite et oublier son grand âge pour faire aussi honneur à M. et Mme des Isles, en les conviant à un grand déjeuner d’adieu.

309Peut-être le Commodore faisait-il d’une pierre deux coups et se proposait-il de donner en même temps une leçon aux gallo-phobes de Terre-Neuve.

213 CPC (NS) Paris, le 25 janvier 1896

310À M. Jean-Jules Jusserand, directeur des Affaires politiques, sous-direction nord Le congé dont je jouis tire à sa fin sans que le Département ait donné suite à l’assurance que je reçus lors de mon arrivée d’une promotion au grade de consul général et d’un poste de compensation en échange de celui de Terre-Neuve, où je compte onze années de séjour non interrompu. Par une singulière mauvaise fortune, cette situation se prolongeant menacerait de diminuer le chiffre de la retraite à me revenir plus tard, chiffre calculé par le traitement des six dernières années d’activité.

311En effet, la loi ne semble pas avoir prévu le cas qui m’est particulier, à savoir : qu’un agent avançant en ancienneté et en grade restât néanmoins stationnaire quant au traitement, ce traitement fut-il minime. Or, en ce qui me concerne, depuis le 1er juillet 1881, époque à laquelle j’ai été nommé chancelier à Washington, jusqu’à présent, où je compte plus de cinq années de grade de consul de 1re classe, mon traitement comptant pour la retraite n’a jamais dépassé Frs. 12 000 par an. J’ai en outre souffert de retards dans l’accomplissement des promesses d’avancement qui m’ont été faites. C’est ainsi que parti de Washington pour Terre-Neuve avec l’assurance d’être nommé consul de 2e classe à l’expiration de mes trois années de chancelier de 1re classe, c’est-à-dire en octobre 1886, cette nomination se fit attendre jusqu’au 27 juin 1887, soit huit mois de retard.

312Lorsqu’en 1889 le Département me renvoya d’urgence à Terre-Neuve, j’emportai l’assurance d’être promu à la 1re classe de mon grade dès que les trois années réglementaires de 2e classe seraient écoulées, c’est-à-dire en juin 1890. J’attendis jusqu’au 16 septembre, soit quatre mois de retard. J’ai donc subi la perte d’une année d’ancienneté de ce chef. Mais ce qui aggrave la portée de ces retards au point de vue du chiffre de la retraite, c’est que la continuation de mon séjour à Terre-Neuve, formellement fixé à une année, a été de six ans !

313Ainsi, par une étrange anomalie, l’honneur d’être maintenu, dans un intérêt de service, dans un poste difficile et de confiance, se traduirait pour moi, et éventuellement pour les miens, par un préjudice. Telle n’est certainement pas l’intention du Département : sa confiance ne saurait avoir l’effet d’une disgrâce.

314Vous m’annoncez, Monsieur le Directeur, que le Département me continuant cette confiance, estime encore ma présence utile à Terre-Neuve, où un nouveau gouverneur vient d’être installé et où un nouveau commodore va prendre le commandement des forces navales britanniques affectées au service des pêcheries. Vous me connaissez trop bien, j’ai fourni de trop nombreuses preuves d’entier dévouement pour qu’il y ait marge à la pensée que j’hésiterai à payer de ma personne. Mais vous reconnaîtrez l’impossibilité pour moi de regagner ce poste dans les conditions de sacrifice pécuniaire qu’il m’a imposées et que je ne suis plus en mesure de continuer. Que je ne saurais m’y rendre sans un avancement justifiant ce retour.

315La situation irrégulière que j’occupe dans cette colonie britannique, agent sans exequatur, nécessite, pour demeurer respectée, la sanction que peut seul donner un avancement affirmant, auprès d’un entourage ouvertement hostile aux intérêts français, la respectabilité d’un fonctionnaire auquel, personne ne l’ignore là-bas, son ancienneté comme consul de 1re classe donne des titres sérieux. Si telle était votre manière de voir, Monsieur le Directeur, vous aurez peut-être pour agréable [tâche] de présenter à M. le Ministre ma candidature au grade de consul général. Vous sauriez sans doute faire connaître à Son Excellence que les ressources mises à ma disposition, Frs. 12 000 de traitement fixe et, dans ces derniers temps, deux indemnités, l’une de Frs. 3 000 et l’autre de Frs. 1 500 par an, sont insuffisantes dans un climat aussi rude que celui de Terre-Neuve au maintien du décorum d’un établissement consulaire de combat représentant des intérêts nationaux considérables sans cesse en litige, comportant des relations suivies avec les autorités locales et les autorités britanniques, notamment celles de la Marine impériale et en outre l’alimentation de certaines sources d’informations.

316Son Excellence, prenant en considération mes sacrifices du passé, mes charges de père de famille augmentées des frais d’une séparation que l’éducation de mes enfants rend imminente, la privation qui m’est imposée d’un poste désirable auquel je pouvais légitimement aspirer à la fin de ma carrière, n’hésitera pas, en décidant ma promotion, à augmenter les indemnités précitées dans une juste mesure.

214 DP Paris, le 1er février 1896

317Je prends la respectueuse liberté d’exposer à Votre Excellence que je compte onze années de présence à Terre-Neuve, dont cinq comme consul de 1re classe. Bien que privé d’un exequatur que le gouvernement britannique refuse d’accorder au titulaire de ce vice-consulat, j’y ai rendu aux intérêts de la pêche française des services hautement appréciés par Votre Excellence et par celui de la Marine ; j’en ai aussi rendu en diverses circonstances à notre colonie de St-Pierre-et-Miquelon. Des nécessités de services, certaines aptitudes, sans doute, et mon dévouement éprouvé, joint à la difficulté de me remplacer dans ma mission, m’ont d’abord fait retenir près de cinq ans à St-Jean.

318Venu en congé en 1889, je fus renvoyé d’urgence et souffrant à mon poste avec promesse de n’y rester qu’un an. Par suite de divergences entre les gouvernements français et anglais avec celui de Terre-Neuve, de l’incendie de la ville de St-Jean, d’une crise parlementaire, d’une autre gouvernementale, d’une troisième financière dans la colonie et autres incidents graves, ce séjour s’est prolongé pendant six ans au lieu d’une année. Arrivé en France en congé il y a quatre mois, je reçus de votre Département l’assurance de ma promotion, à courte échéance, au grade de consul général et d’un poste compensateur des sacrifices que tant d’années à Terre-Neuve m’ont imposés, outre le préjudice et le retard apporté à l’éducation de mes enfants. Car, Monsieur le Ministre, j’ai pâti de la situation hiérarchiquement inférieure du poste que m’est confié : tout en avançant en grade, j’ai vu mon traitement (Frs. 12 000) rester stationnaire.

319Les assurances dont j’ai été l’objet n’ont été, jusqu’ici, suivies d’aucun effet. Cependant la fin de mon congé approche, et mes ressources s’épuisent. Le temps presse, car, par une singulière anomalie résultant de l’immobilité du traitement, de longs services dans un poste si peu rétribué pourraient se traduire non seulement par l’épuisement de mes ressources personnelles mais encore mettre en danger le chiffre de la retraite à me revenir plus tard, chiffre calculé et basé sur le traitement des six dernières années d’exercice.

320Je me suis attiré, pendant toute ma carrière, les plus hauts témoignages de satisfaction et d’estime. Ma situation appellera, j’ose l’espérer, la sollicitude de Votre Excellence sur un serviteur dont le zèle ne s’est jamais démenti. Ci-joint quelques extraits de lettres où mes services sont appréciés.

215 CPC (NS) Paris, le 7 février 1896

  • 44 En 1890, Robert Gillespie Reid et George Hodgson Middleton conclurent avec le gouvernement Whiteway (...)

321Chaque année j’ai eu soin de tenir le Département au courant des progrès que faisait la construction de la ligne ferrée centrale qui doit unir St-Jean de Terre-Neuve à Port-aux-Basques. Avant de venir en congé, j’avais prié MM. Reid44, entrepreneurs de cette ligne, de me faire savoir jusqu’où les travaux auraient été poussés en 1895. Je viens de recevoir, et j’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence, le tracé complet des rails posés. Ils atteignent les environs de St. George’s Pond. Il ne resterait donc plus qu’une centaine de milles pour arriver au terminus de Port-aux-Basques. La ligne sera donc probablement achevée vers le mois d’octobre prochain. MM. Reid, qui doivent l’exploiter pendant plusieurs années, se proposent d’établir un service de steamers la mettant en communication avec l’île voisine, Cap-Breton, et, par cette voie, avec le continent américain.

322Sur la carte ci-annexée, j’indique en pointillé la direction que suivra le tronçon complémentaire de la ligne. Les constructeurs m’ont jadis assuré qu’ils ne s’approcheraient jamais assez du littoral pour gêner les opérations de sécherie de la pêche française. Il sera peut-être bon d’y veiller l’été prochain.

216 DP Paris, le 8 mars 1896

323Dans sa haute bienveillance, Votre Excellence a décidé que les ressources mises à ma disposition pour la troisième période de mon service à St-Jean de Terre-Neuve seraient modifiées de façon à ce je n’eusse pas à pâtir des causes d’intérêt supérieur qui poussent le Département à me maintenir dans ce poste rude et difficile. Le soin de l’éducation de mes enfants exige que je les laisse en France aux soins de leur mère. Il faut qu’avant de partir, je prenne des mesures rendues nécessaires par cette pénible séparation.

324Je viens, en conséquence, prier Votre Excellence de vouloir bien me faire connaître la situation nouvelle qu’elle a l’intention de m’assurer à St-Jean en ce qui concerne les ressources. Cette connaissance servira de base aux engagements si urgents qu’il m’est cependant impossible de contracter avant d’avoir acquis la certitude d’y pouvoir faire honneur.

217 CCC Paris, le 12 mars 1896

  • 45 Le Pouyer-Quertier, vapeur, échoué en rade de St-Pierre.

325Un hiver exceptionnellement rude continue à éprouver Terre-Neuve. À l’intérieur et sur le littoral, le trafic ordinaire est empêché par les neiges, les voies ferrées obstruées, les lignes télégraphiques interrompues ; à la mer, les glaces flottantes entourent certaines parties du littoral et s’étendent à une distance de plus de vingt milles au large, fermant l’accès des ports. Le Pouyer-Quertier, après avoir couru bien des dangers, a enfin été mis en dock à St-Jean et déclaré en fort mauvais état45. Il faudra cependant attendre une élévation sensible de la température pour commencer les travaux que l’on estime devoir durer trois mois.

326Dans les cercles commerciaux de l’île, il règne une grande inquiétude au sujet du placement des cargaisons de morues expédiées à l’étranger où les taux se maintiennent au-dessous du prix coûtant. On espère que le Carême, en augmentant la consommation, amènera une hausse réparatrice. Les négociants de St-Jean, ne trouvant pas dans les banques canadiennes, qui ont remplacé les anciens établissements fiduciaires de la colonie, les facilités de crédit exagéré que ces derniers leur procuraient, cherchent à faire revivre les errements du passé. Ils ont trouvé des avocats plus enthousiastes que logiques. Les raisonnements mis en évidence ne tiennent aucun compte des pertes éventuelles auxquelles nulle banque ne saurait échapper, et, en dépit de la cruelle expérience encore si récente, on travaille à faire croire que le moindre effort suffirait à ramener l’âge d’or à Terre-Neuve.

327L’époque de la réunion de la législature n’est pas encore fixée. La question du French Shore préoccupe assez vivement l’opinion publique à St-Jean et au Canada. On y présente nos privilèges de pêche comme le plus puissant obstacle à l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération canadienne. La récente visite de Sir William Whiteway aux personnages politiques du Dominion continue à être commentée.

328On a su que notre ambassadeur à Londres avait été consulté touchant les dispositions du gouvernement de la République à accepter, en échange des droits de pêche de la France, certains avantages dont la nature est restée un secret. Mais, il est facile de le comprendre, ni Terre-Neuve ni le Canada n’ayant à fournir l’objet, on s’y préoccupe fort peu de sa valeur. Le Toronto Globe dit même : « Une fois débarrassés de cette question du French Shore, à quelque prix que ce soit, le Dominion et Terre-Neuve s’entendraient facilement au sujet de la Confédération. »

329Des lettres que je reçois de Londres me portent d’ailleurs à croire que le gouvernement britannique est réellement animé du désir de négocier l’échange en question. D’autre part, Sir Charles Tupper, dont j’ai fait connaître l’opinion dans ma communication du 20 février, vient d’être élu député fédéral, à une immense majorité, dans la province de la Nouvelle-Écosse. Il est probable que de prochaines élections générales lui ouvriront le chemin du pouvoir à Ottawa. On peut être assuré que Sir Charles fera tous ses efforts pour réaliser le rêve de Sir John Macdonald et le sien : « to round out the Dominion », c’est-à-dire, compléter la puissance du Canada par l’annexion de Terre-Neuve, sans trop se préoccuper de nos privilèges, dont ses concitoyens s’inquiètent bien plus qu’il ne semble disposé à le faire.

Notes

1 La trappe se compose de filets ayant la forme d’une boîte ouverte sur le dessus dont le périmètre mesure de 11 à 22 mètres et qui comporte une ouverture verticale sur un de ses côtés. Elle est mouillée sur le fond de l’océan, habituellement à proximité du rivage, la porte faisant face aux eaux peu profondes. Des bouées sur la ralingue supérieure et une ancre placée à chaque coin la maintiennent en place. Une longue barrière de filets est déployée depuis les eaux peu profondes jusqu’à l’entrée. Une fois à l’intérieur, la morue essaie de s’échapper mais tend à nager en décrivant des cercles et en tournoyant sans pouvoir retrouver la sortie. Pour vider la trappe, les pêcheurs ferment la porte, puis la ramènent à la surface. Voir aussi Paul Revert, « Pêche à la côte de Terre-Neuve (ex French Shore) », 1910, p. 244-252.

2 Le vice-amiral Sir George W. Watson, Commandant de la Station navale de l’Amérique du Nord.

3 Le lieutenant-général Sir John Ross, Commandant des forces britanniques au Canada.

4 Paul-Henri-Benjamin Balluet D’Estournelles, baron de Constant de Rebecque, conseiller d’ambassade à Londres.

5 Albert-Auguste-Gabriel Hanotaux, directeur des Consulats et des affaires commerciales. Hanotaux milite dans le camp républicain au côté de Léon Gambetta et de Jules Ferry, dont il sera le chef de cabinet lorsque celui-ci est nommé président du Conseil en 1890. En 1892, il est chargé de négocier avec Sir Charles Tupper, haut commissaire du Canada à Londres, un traité de commerce entre la France et le Canada. En 1894, il devient ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Charles Dupuy, et il le demeure jusqu’au 14 juin 1898 avec une interruption durant le gouvernement Alexandre Ribot du 26 janvier au 2 novembre 1895. Méfiant à l’égard de l’Angleterre, il s’attache à créer un bloc continental européen capable de rivaliser avec l’Angleterre en établissant une alliance entre la France, l’Allemagne et la Russie et combat sans relâche la volonté de revanche contre l’Allemagne. Il est à nouveau ministre des Affaires étrangères de 1896 à 1898 dans le gouvernement Jules Méline, et il s’attache à resserrer les liens entre la France et la Russie en accompagnant le président Félix Faure en visite officielle à Saint-Pétersbourg. L’incident de Fachoda en juillet 1898 est directement lié à sa politique africaine et à sa défiance à l’égard de l’Angleterre. Hanotaux a également publié divers ouvrages historiques, dont une histoire de la France contemporaine.

6 Bâtir des châteaux en Espagne : avoir des projets illusoires, irréalisables.

7 Lâcher la proie pour l’ombre : abandonner un avantage réel pour un profit illusoire.

8 Henry Thurstan Holland, Secrétaire d’État pour les colonies. Son bill donnerait aux officiers de la marine britannique l’autorité de faire respecter les traités sur le French Shore.

9 Le cabinet de Robert Arthur Talbot Gascoyne-Cecil, 3e marquis de Salisbury, Premier ministre du Royaume-Uni.

10 Passer le Rubicon : Jules César, afin de gagner du temps pour atteindre Rome, traversa une petite rivière, le Rubicon, interdite de passage par le Sénat romain, qui déclarait traître à la patrie tout chef militaire à la tête d’une troupe armée qui la franchirait. César, en enjambant cette rivière, dit : « Alea jacta est. » (le sort en est jeté.)

11 Voir aussi Charles Laroche, « La question de Terre-Neuve : politique du cabinet terre-neuvien ; échecs des diverses conventions ; cabinet Thorburn et Whiteway ; pêcheries ; morues et homards ; le “Bait Act” ; situation actuelle de la question », 1892, p. 507-523.

12 Le gouvernement de Terre-Neuve avait refusé à accorder à Charles Landry, armateur de St‑Pierre, une licence pour achat de hareng à Harbour Breton.

13 KCMG : Knight Commander of St. Michael and St. George.

14 Albert Victor, duc de Clarence, petit-fils de la reine Victoria.

15 Voir aussi, à propos de la chasse aux phoques, Robert de Caix, Terre-Neuve, Saint-Pierre et le French Shore : la question des pêcheries et le traité du 8 avril 1904, 1904, p. 7-18.

16 Permanent bill : un projet de loi pour la continuation du Bait Act pendant deux ans. Voir le Journal of the House of Assembly, 1892, p. 121-124.

17 Archives rapatriées du Consulat de France à Saint-Jean de Terre-Neuve, 1857-1948, Carton 69 : à la cathédrale catholique, Riballier des Isles louait un banc au prix de 12 $ pour l’année.

18 À cette époque, Alexandre Ribot est ministre des Affaires étrangères de 1890 à 1893.

19 En 1846, vers 12 000 personnes étaient sans abri, 57 % de la population.

20 L’hôpital St-Georges, construit sur Signal Hill en 1795 par l’armée britannique et détruit enfin par un incendie en 1920.

21 H. B. Mayo, « Newfoundland and Confederation in the Eighteen-Sixties », 1948, p. 125-142.

22 Royal National Mission to Deep Sea Fishermen de Londres, dont le directeur était le docteur Wilfred Grenfell.

23 George Frederick Ernest Albert, duc de York, qui deviendra en 1910 le roi George V.

24 L’eczéma : la plus fréquente des maladies de la peau. Toutefois, les facteurs émotifs, tels que le stress, peuvent l’aggraver.

25 Les deux attestations se trouvent dans son dossier personnel. Le docteur Duprat, médecin-major du Drac, certifie le 15 juin 1892 que Riballier des Isles est atteint « depuis longtemps » de plaques de psoriasis disséminées sur diverses parties du corps, que cette affection rebelle à divers traitements (iodures et liqueurs arsenicales) et qu’il nécessite un traitement par les eaux sulfureuses. Le docteur Mayolle, médecin du Hussard, certifie le 23 juillet 1892 que la persistance de cette affection nécessite l’usage des eaux chaudes du Mont-Dore, ville située à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Clermont-Ferrand, connues depuis l’Antiquité pour leurs propriétés curatives.

26 Jean-Charles-Alexandre Sallandrouze de Lamornaix : contre-amiral en 1890, cet officier prit le commandement de la Division navale volante et d’instruction en 1893 et reçut un témoignage de satisfaction pour la manière dont il avait tenu tête aux prétentions anglaises sur les bancs de pêche de Terre-Neuve. Voir le contre-amiral Sallandrouze de Lamornaix, « La pêche à Terre-Neuve en 1893 », 1894, p. 417-427.

27 Gabriel-Louis, comte de Turenne D’Aynac, consul général à Québec de 1890 à 1894.

28 Être la tête de Turc de quelqu’un, c’est être en butte à ses sarcasmes et à ses plaisanteries.

29 Marie-Edgard, comte de Maigret : contre-amiral en 1891, il reçut le commandement de la Division volante et d’instruction. Il mit son pavillon sur la Naïade et mérita en février 1895 un témoignage de satisfaction. Voir le contre-amiral Maigret, « La pêche de la morue à Terre-Neuve », 1895, p. 367-376.

30 Jules-Paul Develle, Ministre des Affaires étrangères en 1893.

31 Le Harlaw : bateau britannique saisi par les officiers de la Douane à propos de l’importation illégale aux français des produits amenés d’Halifax.

32 Jules Janssen, astronome de l’Institut de France.

33 Sadi Carnot est élu président de la République en 1887, le début de son mandat marqué par l’agitation boulangiste et le scandale de l’affaire de Panama en 1892. Dans un contexte d’agitation syndicale et anarchiste, il est assassiné d’un coup de poignard par l’anarchiste italien Jeronimo Caserio le 24 juin 1894, lors de l’Exposition de Lyon.

34 Après nous, le déluge : mots adressés par la marquise de Pompadour au roi Louis XV, suite à la bataille de Rossbach, en Prusse. Cette bataille eut lieu le 5 novembre 1757, en opposant les troupes franco-autrichiennes à l’armée prussienne du roi Frédéric II. Malgré un avantage numérique, l’armée franco-autrichienne fut défaite, notamment en raison de l’assaut de la cavalerie de Seydlitz. Louis XV, très affecté par cette déroute, se fit consoler par celle qui fut sa maîtresse de 1744 à 1764 et qui possédait alors une influence politique considérable. La marquise lui aurait dit de ne pas s’affliger et se rendre malade, concluant par ces mots : « Au reste, après nous, le déluge. »

35 George Frederick Samuel Robinson, 1er marquis de Ripon, Secrétaire d’État pour les colonies.

36 Crown colony : colonie britannique où le gouvernement à Londres contrôle, à un certain niveau, la législation et qui est administrée par un gouverneur.

37 Corrupt Practices Act : en janvier, les Conservateurs avaient pétitionné en Cours suprême sous le Corrupt Practices Act (1889), en accusant 16 députés d’utilisation illégale des fonds publics pendant la campagne électorale. Le premier cas, entendu en février devant le juge James Winter (anciennement politicien conservateur), avait reconnu coupables deux députés du gouvernement. Ébranlé par ce verdict, le Premier ministre a craint que 15 autres de ses députés subiraient le même sort. Il a donc demandé au Gouverneur d’approuver une loi qui annulerait le Corrupt Practices Act.

38 Avec l’Acte de l’Amérique du Nord britannique en 1867, le Canada est devenu un dominion de l’Empire britannique. Trois provinces se sont jointes premièrement à la nouvelle Confédération : la province du Canada (qui est plus tard devenue l’Ontario et le Québec), la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick. L’Île-du-Prince-Édouard a joint le Canada en 1871.

39 James Murray, The Commercial Crisis in Newfoundland : Cause, Consequence and Cure, St-Jean, Imprimeur de la Reine, 1895.

40 « La France est assez riche pour payer sa gloire » : expression attribuée à François Guizot, historien, orateur et homme d’État.

41 Émilien Riballier des Isles est décédé le 6 juin 1894 à l’âge de 58 ans.

42 Moses Harvey, Text-book of Newfoundland History for the Use of Schools and Academies, 1885 ; et A Short History of Newfoundland : England’s Oldest Colony, 1890.

43 D. W. Prowse, A History of Newfoundland from the English, Colonial and Foreign Records, 1895.

44 En 1890, Robert Gillespie Reid et George Hodgson Middleton conclurent avec le gouvernement Whiteway une entente dans laquelle ils acceptaient de continuer la construction, déjà commencée, de la ligne principale en partant de Harbour Grace Junction pour aboutir à la baie de Halls. Le chemin de fer était en chantier depuis près de dix ans. Reid et Middleton s’engageaient à construire les 261 milles de voie dans un délai de cinq ans, au prix de 15 600 $ le mille. Reid était disposé à se faire payer en obligations du gouvernement terreneuvien. De plus, les deux entrepreneurs acceptaient d’exploiter sans subvention la ligne de Placentia. Reid avait une équipe dont ses fils, surtout William Duff Reid, participaient de plus en plus à la construction. Mais en mai 1892, Reid et Middleton mirent fin à leur association. Au moment où la ligne était presque achevée, le gouvernement Whiteway décida qu’elle ne s’arrêterait pas à la baie de Halls mais continuerait jusqu’à Port-aux-Basques. En mai 1893, Reid s’engagea à terminer le chemin de fer dans un délai de trois ans, aux mêmes conditions, et à l’exploiter pendant dix ans contre des concessions foncières de 5 000 acres par mille exploité.

45 Le Pouyer-Quertier, vapeur, échoué en rade de St-Pierre.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540