Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En mission à Terre-Neuve

 | 
Charles Riballier des Isles

Premier séjour : 1885-1890

Texte intégral

001 DP Washington, le 27 décembre 1885

1Monsieur le Ministre,

2J’ai l’honneur d’accuser réception de la dépêche que Votre Excellence a bien voulu m’adresser le 11 de ce mois pour m’annoncer que, par décret en date du 3 courant, j’ai été nommé vice-consul de première classe et appelé en cette qualité, avec le titre de consul honoraire, au vice-consulat de France à St-Jean de Terre-Neuve.

3Je prie Votre Excellence d’agréer l’expression de ma gratitude pour cette double décision. Je ferai tous mes efforts pour justifier la confiance dont elle m’honore et acquérir de nouveaux titres à la haute bienveillance du Département.

002 MDA Washington, le 27 décembre 1885

4J’ai l’honneur d’informer Votre Excellence que je m’embarquerai le 29 de ce mois sur le Peruvian, se rendant de Baltimore à St-Jean de Terre-Neuve. Ce navire est le premier qui, depuis le 23, date à laquelle j’ai reçu l’ordre de partir, doive quitter un port des États-Unis pour se rendre à Terre-Neuve. J’arriverai à St-Jean, sauf accident de mer, le 3 ou le 4 janvier ; il n’existe aucune voie plus rapide.

  • 1 Sir Ambrose Shea, député de la circonscription de Harbour Grace.
  • 2 Sir Frederick B. T. Carter, Juge en chef de la Cour suprême et souvent Gouverneur par intérim.
  • 3 Jean Cabot, navigateur génois qui partit en 1497 à la recherche d’un passage vers l’Asie pour le c (...)

5Je me suis procuré des lettres qui me mettront immédiatement et tout naturellement en relation avec les personnes les mieux posées et les mieux informées de l’île. Le télégraphe annonce aujourd’hui même que Sir Ambrose Shea1 a été nommé hier Gouverneur de Terre-Neuve en remplacement de Sir Frederick E. A. Carter2, Gouverneur par intérim. Sir Ambrose Shea est originaire de l’île ; il est catholique ; depuis Cabot3 ces circonstances ne s’étaient jamais trouvées réunies dans la personne du Gouverneur de Terre-Neuve.

  • 4 William Whiteway (1828-1908), Premier ministre de Terre-Neuve de 1878 à 1885, avait échappé à la d (...)

6J’ai aussi appris que des processions d’Orangistes qui devaient avoir lieu à Harbour Grace et à Conception Bay ont été interdites par le Gouverneur de l’île. On n’attribue à cette mesure d’autre cause que le souci du maintien de l’ordre public souvent troublé par cette association qui compte un grand nombre d’adhérents dans ces localités4.

003 MDA À bord du paquebot Siberian, le 15 janvier 1886

  • 5 Hilaire-Alexandre-Léon Duchastel de Montrouge, Consul général intérimaire de Québec.
  • 6 Joseph-Anne-Amédée-François, marquis de Ripert-Montclar, Consul général de Québec.

7Le 13 du mois courant, dans l’après-midi, j’ai reçu la dépêche télégraphique que V. Ex. m’a fait l’honneur de m’adresser à la même date en me donnant pour instruction de me conformer aux directions que le Consul Général à Québec devait me faire parvenir. Peu d’instant après, je recevais du Consul Général une dépêche ainsi conçue : « Prenez premier paquebot pour Halifax où vous rencontrerez Duchastel5 ; télégraphiez-moi quand vous quittez pour qu’il parte », signé Monclar6. Le Siberian, venant de Liverpool, était attendu le même jour à St-Jean. J’ai pris passage à bord de ce paquebot et, le temps favorable continuant, j’arrive demain à Halifax. Si j’y rencontre M. Duchastel, je pourrai me rembarquer pour St-Jean (où j’ai laissé ma famille encore à l’hôtel) le 19 ou le 23 du mois courant.

8Si je devais manquer le paquebot du 23, le dernier qui fasse escale à St-Jean, je serais retenu à Halifax jusqu’au 2 février, car les communications avec St-Jean ne peuvent s’effectuer pendant la saison des glaces qu’au moyen d’un seul petit steamer construit ad hoc, le Newfoundland, destiné au service des Postes.

  • 7 Robert H. Prowse, homme d’affaires et politicien, gérant intérimaire du vice-consulat.
  • 8 Léon-Arnold Chanard de la Chaume, vice-consul de 1882 à 1885.

9Notre vice-consul par intérim à St-Jean7 m’a dit que le chiffre du poste devait avoir été emporté à Paris par M. de la Chaume8, de même que les registres de la correspondance ; ces précautions ont sans doute été jugées opportunes en vue d’une longue gestion du poste par un étranger, mais elles me privent d’informations précieuses et de moyens de communiquer rapidement avec le Département.

004 CPC St-Jean, le 21 janvier 1886

10J’ai l’honneur de confirmer à Votre Excellence mon télégramme du 17 courant : « J’ai reçu aujourd’hui de M. Duchastel le chiffre. Je partirai demain pour Terre-Neuve, où j’arriverai probablement le 20 courant. » Je suis en effet arrivé hier ; l’heureux hasard d’avoir pu profiter d’un paquebot que le mauvais temps avait attardé m’a permis d’effectuer en sept jours un voyage qui, dans les conditions ordinaires, aurait duré deux semaines.

11Par mes précédentes dépêches sous le timbre de la Direction des affaires commerciales et consulaires, j’ai eu l’honneur de rendre compte à Votre Excellence des incidents relatifs à la confirmation ou au remplacement du nouveau Gouverneur de Terre-Neuve ; à mon retour, j’ai trouvé la question au même point où je l’avais laissée ; on avait cependant espéré que dès l’arrivée de Sir Ambrose Shea en Angleterre, une dépêche serait venue dissiper les doutes à ce sujet, mais on assure que rien n’est encore arrivé. Les deux partis qui divisent Terre-Neuve demeurent donc dans la même incertitude et continuent à se livrer aux conjectures les plus fantaisistes.

P. S., le 1er février 1886
Le retard du courrier qui devait emporter cette lettre me permet d’informer Votre Excellence qu’une dépêche télégraphique privée venant de Londres et adressée au Gouverneur par intérim annonce que Sir Ambrose Shea a renoncé à être Gouverneur de Terre-Neuve. On dit que le Major-General Williams de l’Armée britannique est appelé à le remplacer, mais rien n’est venu confirmer ce bruit. L’antagonisme des sectes religieuses aura ainsi eu pour résultat d’empêcher que la colonie ait l’un de ses enfants pour gouverneur. Terre-Neuve renonce au précieux gage d’autonomie que lui offrait la Grande-Bretagne.

005 CPC St-Jean, le 29 janvier 1886

12Le passage du discours d’ouverture du parlement de la Grande-Bretagne, dans lequel S.M.B. annonce qu’un arrangement satisfaisant a été conclu entre son gouvernement et celui de la France au sujet des pêcheries de Terre-Neuve, ne pouvait manquer d’avoir un grand retentissement dans l’île. Les termes de l’arrangement, encore inconnu ici, n’avaient pas, jusqu’à présent, été l’objet de bien sérieuses préoccupations pour les Terreneuviens : l’assurance d’être consultés en dernier lieu leur donnait toute sécurité ; mais il n’en est plus de même aujourd’hui. Les paroles de la Reine, jointes à l’ignorance dans laquelle le public continue à se trouver relativement à ce qui a pu être décidé à Londres, excitent au plus haut degré une curiosité mêlée d’inquiétude.

13L’Evening Mercury d’hier soir renferme un article qui, tout en voilant sous les apparences d’une sécurité parfaite le malaise que cause la déclaration royale, reflète bien les dispositions d’esprit dans lesquelles se trouve la colonie au sujet des pêcheurs français et de leurs droits séculaires. Ce journal affecte de croire à un échange grâce auquel les Français, tout en conservant les îles de St-Pierre-et-Miquelon, disparaîtront pour toujours du littoral de Terre-Neuve et « mettra Terre-Neuve en possession de l’héritage dont certains traités surannés l’avaient privée. L’île entière nous appartient désormais », s’écrie l’écrivain. « L’heure de la justice a été lente à venir mais elle a enfin sonné ». Il donne ensuite libre cours à son imagination et se félicite de voir disparaître simultanément des eaux de Terre-Neuve les navires de guerre français et ceux de la Grande-Bretagne, c’est-à-dire les deux pavillons emblèmes de sa dépendance et aussi de son ressentiment. Il serait difficile, je crois, de déterminer lequel des deux pavillons est le plus antipathique à la majorité des Terreneuviens. On ne se tromperait peut-être pas en disant que celui de la Grande-Bretagne l’emporte. Le Français, à leurs yeux, n’est en somme qu’un hôte gênant, un concurrent privilégié qu’on voudrait écarter, mais l’Anglais, c’est le dominateur qui impose la servitude sans vouloir l’adoucir d’une compensation.

14Si je ne m’abuse, ce qui blesse le plus les Terreneuviens ce n’est pas que nous pêchions pendant quelques mois dans des eaux qui ne sont plus aussi peuplées de poissons qu’autrefois ; ce n’est pas non plus le droit de sécher le produit de notre pêche sur une portion déterminée du territoire ; ce qu’ils sont le plus à cœur c’est la prime que la France accorde à ses pêcheurs, car cette prime rend impossible une concurrence rémunératrice sur les marchés d’Europe. Si l’Angleterre avait rendu les chances égales en adoptant un système de remises aux pêcheurs de Terre-Neuve, il est probable que la question du French Shore serait depuis longtemps passée à l’état de légende ; nos pêcheurs auraient fini par abandonner des parages où le poisson est inférieur à celui qu’on trouve sur les Banks situés en dehors de toute juridiction territoriale. Mais on savait que l’Angleterre ne consentirait jamais à délier les cordons de sa bourse, qu’il était inutile de le demander ; il a donc fallu essayer de se débarrasser du concurrent par d’autres moyens ; le seul pratique étant de le repousser par l’envahissement, c’est celui que l’on a adopté : l’arrangement récemment intervenu est sans doute destiné à en entraver les progrès.

15La nécessité d’obtenir l’assentiment de la législature de Terre-Neuve aurait pu tout remettre en question, mais si, comme on semble le croire, l’Angleterre a fait acte d’autorité, nous sommes à la veille d’une trêve dont nos pêcheurs devront profiter pour réparer l’erreur qu’ils ont, paraît-il, commise en confiant à des indigènes la garde de leurs établissements sur le French Shore.

006 CPC St-Jean, le 6 février 1886

16Par un post-scriptum à ma lettre du 21 janvier dernier et à la date du 1er courant, j’ai eu l’honneur d’informer Votre Excellence que Sir Ambrose Shea avait renoncé à être Gouverneur de Terre-Neuve mais que le nom de son remplacement n’était pas encore connu. Une dépêche télégraphique parvenue hier soir au Gouverneur par intérim annonce que Sir George William Des Vœux, ex-Gouverneur des îles Fidji, a été nommé à Terre-Neuve. Le nouveau titulaire compte déjà de longues années de service dans des postes similaires. Membre du Barreau canadien, légiste distingué, il a débuté dans sa carrière comme magistrat stipendiaire [magistrat de police] dans la Guinée britannique. Sir G. W. Des Vœux est encore dans la force de l’âge ; il est né en 1834.

17Le Gouverneur par intérim, que je viens de voir, attend le nouveau chef du gouvernement vers le commencement de la prochaine session législative de Terre-Neuve. Sir Frederick Carter pense aussi que ce haut fonctionnaire apporte le texte de la convention entre la France et la Grande-Bretagne. M. l’Administrateur m’a informé qu’ayant demandé à Londres ce qu’il pourrait dire le 11 courant dans le Discours d’ouverture à la législature de Terre-Neuve relativement à cette convention, il lui a été donné pour instruction de citer purement et simplement les paroles que S.M.B. avait prononcées devant le parlement de la Grande-Bretagne. Ces diverses circonstances semblent confirmer mes prévisions : la législature de l’île ne sera saisie de la question des pêcheries que vers le commencement du mois de mars prochain.

007 CPC St-Jean, le 6 février 1886

18Par une lettre en date du 29 janvier dernier, N° 2, sous le présent timbre, je rendais compte à Votre Excellence de l’émotion causée ici par la déclaration très succincte que S.M.B. était supposée avoir faite au sujet de l’arrangement intervenu entre la France et la Grande-Bretagne relativement aux pêcheries de Terre-Neuve. Depuis cette date, le texte du discours de la Reine est parvenu à St-Jean et l’on sait aujourd’hui que le parlement britannique et la législature de l’île seront appelés à se prononcer.

  • 9 Marchands aventuriers : vers 1550 fut fondée à Londres la Société des Marchands aventuriers, qui s (...)
  • 10 Amiraux pêcheurs : aux premiers jours de Terre-Neuve, l’organisation de la justice et de l’adminis (...)

19[…] L’idée fixe du Terreneuvien est de nous voir disparaître de l’île ; rien autre ne saurait le satisfaire. S’il est contraint de souscrire à un arrangement si équitable, si modéré, si libéral de notre part qu’il puisse être, il ne le fera qu’à son corps défendant et conservera toujours l’espoir d’en arriver à ses fins. Il importe donc qu’à l’avenir les chefs de nos établissements sur la côte occidentale de l’île combattent l’ennemi avec l’arme qu’il a choisie, l’exclusion, qu’ils veillent à ce que tout soit absolument et bien exclusivement français chez eux, que les intérêts de leurs voisins ne viennent plus se mêler aux leurs propres et créer des rapports d’association qui, on le sait, font toujours naître chez l’associé étranger l’ambition d’évincer le principal, surtout lorsque ce dernier n’a cessé d’être un usurpateur à ses yeux. L’assimilation, la fraternité, sont impossibles, tout l’indique ; il y aurait même danger à tenter de les acclimater en ce pays où les classes dirigeantes sont encore, au point de vue de leurs intérêts, imbues des principes d’intraitable égoïsme qui, il y a deux siècles, guidaient les « marchands aventuriers9 » d’Angleterre et leurs complices les « amiraux pêcheurs10 ».

008 CPC St-Jean, le 12 février 1886

20[…] Cette année, pour la première fois depuis deux ans, les consuls ont été invités à assister à la cérémonie d’ouverture. Le Gouverneur par intérim a éprouvé, à mon égard, un embarras dont il est sorti en m’adressant l’avis ordinaire mais veuf de toute mention de qualité. Je me suis, en conséquence, rendu à l’Assemblée en simple particulier, un peu tard, pour laisser à tout le monde officiel [le temps] de prendre place ; cependant, je m’étais à peine mêlé aux spectateurs que l’Huissier est venu me chercher et m’a conduit dans l’enceinte réservée, où j’ai pris place à droite de l’estrade qui sert de trône au Gouverneur. Après la cérémonie, Sir F. Carter m’a prié de l’accompagner au Palais du gouverneur, où des rafraîchissements attendaient quelques invités. Sir Frederick a cru bon de s’excuser de ne m’avoir pas convié à titre officiel, ajoutant que l’absence de documents m’accréditant auprès de son gouvernement l’avait empêché de le faire. Je l’assurai que sa courtoisie à mon égard n’en était que plus flatteuse.

21Je suis d’ailleurs résolu à trouver tout parfait ici, dans l’espoir de modifier, si possible, les sentiments de ces personnages qui nous aiment médiocrement et contribuer peut-être ainsi au succès de l’affaire qui nous intéresse principalement.

009 CPC St-Jean, le 14 février 1886

22[…] Je me trouve être le premier à connaître ici le texte de l’arrangement conclu entre les cabinets de Paris et de Londres, mais je crois devoir simuler la plus parfaite ignorance à ce sujet car, en continuant à procéder par hypothèses, je n’éveille pas méfiance, je découvre mieux la pensée de mes interlocuteurs et je ménage en même temps leur amour-propre qui pourrait se trouver froissé s’ils me savaient mieux informé que leur propre gouvernement.

23Je ne surprendrai pas Votre Excellence en lui rapportant que les objections présentées par le gouvernement colonial à l’arrangement de 1884 manquaient de sincérité et n’avaient pour but réel que de congédier les commissaires anglais. En effet, il n’est pas de Terreneuvien éclairé qui croie sincèrement à l’avenir de l’agriculture ou de l’industrie minière en ce pays ; mais il faut un voile pour dissimuler au gouvernement métropolitain le parti pris qui s’oppose à tout arrangement comportant le respect des traités en matière de pêcheries françaises ; les progrès de l’agriculture, les richesses minérales, sont de belles thèses à développer, les commissaires anglais y ont, peut-être, prêté une oreille crédule.

24[…] On assure que Sir Ambrose Shea arrivera vers la fin du mois courant et prendra place sur les bancs de l’Opposition ; j’espère le trouver aussi bien disposé à l’égard de notre arrangement qu’il le sera mal pour le ministère auquel il doit sa déconfiture et qu’il se propose sans doute de renverser. En tout cas, ce personnage me fournira, je crois, d’utiles informations et sa manière de voir m’aidera à former une juste appréciation des chances que nous avons de voir accepter un arrangement dont les Terreneuviens sauraient, s’ils le voulaient, reconnaître la sagesse et la générosité.

010 CPC St-Jean, le 27 février 1886

  • 11 Voir « Arrangement Signed at Paris, 14th November, 1885, Relating to the Newfoundland Fisheries Qu (...)

25Avant-hier j’ai vu Sir Ambrose Shea, pour qui j’avais une lettre d’introduction. Afin de ne pas attirer l’attention, j’ai profité, pour faire ma visite, du jour de réception de Lady Shea. Sir Ambrose a bientôt, de lui-même, abordé la question des pêcheries ; il a, paraît-il, obtenu à Londres le texte de l’arrangement du 14 novembre dernier11. J’ai simulé l’ignorance des termes dans lesquels cet arrangement est conçu et me suis informé de l’opinion qu’en avait mon interlocuteur. Sir Ambrose m’a dit, tout d’abord, qu’il lui aurait semblé préférable que rien n’eût été fait et que deux commandants de station navale, l’un français, l’autre anglais, choisis parmi les plus expérimentés, eussent été chargés, pendant un certain nombre d’années consécutives, de veiller à l’exécution des traités et d’établir des précédents destinés à guider leurs successeurs.

26Je fis observer qu’il me semblait fort utile d’avoir, dès à présent pour base, un arrangement qui déterminât les droits et les devoirs de chacun. Sir Ambrose convint des difficultés que pourrait rencontrer l’exécution de son plan et me dit que sa voix était d’ailleurs acquise à l’acceptation de l’arrangement conclu entre la France et la Grande-Bretagne, qu’il croyait pouvoir répondre de celles de ses collègues de l’Opposition dans l’Assemblée législative. Je me suis montré heureux de le voir dans ces dispositions. « Mais », lui dis-je, « vous n’avez pas la majorité, pour le moment du moins ; vous n’êtes que 14 contre 22 ».

27« Qui sait », m’a répondu Sir Ambrose, « de quel côté sera la majorité dans un mois. Le gouvernement a espéré que je m’abstiendrais d’occuper mon siège à l’Assemblée ; il s’est trompé ; je tiens à lui faire voir ce qu’il est et ce que je suis ».

28Je ne partage pas absolument la grande confiance que Sir Ambrose Shea semble avoir en son omnipotence et en sa faculté de renverser le gouvernement actuel par un déplacement de la majorité de la Chambre ; mais je serais néanmoins [fort] aise de le voir persister dans d’aussi bonnes dispositions à notre égard ; elles font regretter qu’il ne soit pas devenu Gouverneur. Les paroles que je viens de rapporter diffèrent de celles qu’un journal d’Halifax, le Herald, lui a prêtées. D’après cette feuille, Sir Ambrose, dans une conversation avec un reporter, aurait dit qu’il ne considérait l’arrangement ni comme final, ni comme conforme aux désirs exprimés par la colonie.

29Un meeting a été tenu hier dans le but de discuter cette proposition : « Tout individu étranger à Terre-Neuve peut en devenir le Gouverneur, mais aucun Terreneuvien ne doit y prétendre. » Des discours d’une extrême violence auraient été prononcés. Sir Ambrose n’a, dit-on, ménagé ni le gouvernement, ni l’Administrateur. Aujourd’hui, [une] invitation a été adressée aux natives (indigènes) de se rendre lundi prochain à la résidence de Sir Ambrose pour, de là, l’accompagner, musique en tête, à la Chambre des représentants, où il doit se rendre triomphalement. Je ne crois pas qu’on doive attacher une grande importance à de semblables manifestations, en ce pays surtout, où elles entrent dans les habitudes ; leur succès apparent ne sert guère qu’à flatter l’amour-propre de ceux qui en sont les héros et peut-être aussi à égarer leur jugement. Dans l’état actuel des esprits, toutes les dénonciations contre la nouvelle administration, toutes les parades, tous les meetings, ne semblent pas devoir décider les protestants à venir grossir les rangs des catholiques. Il faudrait savoir attendre, mais c’est là la difficulté.

011 CPC St-Jean, le 6 mars 1886

30[…] Le soir [du 1er mars], à un dîner au Palais du gouvernement, l’Administrateur m’a pris à part pour m’informer de ce que je savais déjà, c’est-à-dire que les documents relatifs à l’arrangement du 14 novembre 1885, intervenu entre la France et la Grande-Bretagne, n’étaient parvenus que le 27 du mois dernier. Sir Frederick Carter me dit aussi que son cabinet et lui-même se trouvaient dans le plus grand embarras, que le gouvernement de S. M. Britannique avait exprimé un vif désir de voir l’arrangement sanctionné par la législature de Terre-Neuve mais qu’un accueil favorable lui semblait plus que douteux. Ses ministres n’avaient pas encore pu se décider à présenter les documents ; ils voulaient d’abord bien se pénétrer de leur contenu.

31Les vues de Sir Frederick Carter sont, comparativement, très modérées ; cependant il a toujours rêvé de droits de pêche égaux (concurrent rights) pour les Terreneuviens ; il est, en outre, l’inspirateur, sinon l’auteur, des résolutions que la législature de Terre-Neuve a formulées en 1867 et qui tendaient tout simplement à refouler les pêcheurs français depuis le cap Raye jusqu’au-delà de la baie des Îles. Mais, je le répète, ce sont là des vices comparativement très modérés. Par mes lettres précédentes, je me suis efforcé de donner une idée exacte des sentiments de la grande majorité des Terreneuviens ; on peut les résumer en peu de mots : expulsion des Français à n’importe quel prix. Un député m’a, l’autre jour, adressé cette singulière question : « Que demanderait la France pour renoncer à ses droits ? » J’ai répondu que le gouvernement de la République ne les avait pas mis en vente.

32Le 4 courant, j’ai télégraphié à Votre Excellence pour lui faire savoir que l’arrangement avait enfin été soumis à la législature. Le matin, j’avais été voir Sir Frederick Carter sous prétexte de lui demander un livre qu’il avait offert de me prêter. J’ai trouvé l’Administrateur très agité. « Je ne veux pas », me dit-il, « me mêler de cette affaire (les pêcheries), que la législature s’arrange comme elle l’entendra. Je donnerai pour instruction au Premier ministre de demander qu’un comité de la Chambre et un autre du Conseil législatif se réunissent et fassent leur rapport ».

33Une fois les termes de l’arrangement connus, je n’ai plus eu besoin de me mettre en quête pour m’éclairer ; plusieurs membres de la Chambre m’ont, d’eux-mêmes, et assez vivement, fait comprendre quelle était leur impression. Après avoir reçu communication des termes de l’arrangement, la Chambre s’est ajournée [jusqu’] à lundi prochain.

34Le 5, j’ai de nouveau télégraphié à Votre Excellence pour lui demander l’autorisation de sortir de la réserve que, d’après ses instructions, je m’étais imposée jusqu’alors. Je reçois à l’instant la réponse que Votre Excellence m’a faite aujourd’hui, et je la remercie de la haute confiance dont elle m’honore. Je ferai tous mes efforts pour amener la législature de Terre-Neuve à de meilleurs sentiments et pour lui ouvrir les yeux sur le véritable état des choses ; je ne me flatte pas de l’espoir d’y parvenir ; car son entêtement semble devoir résister à tous les raisonnements, mais la crainte de voir la France reprendre tous ses droits, et ce par sa faute, aura peut-être un effet salutaire ; c’est d’ailleurs notre unique chance de succès.

35Quant à la presse, j’ai seulement désiré être mis en mesure d’agir si son silence pouvait nous être avantageux ou si son concours venait à me sembler utile pour déterminer une crise favorable. Je n’userai du crédit mis à ma disposition qu’avec la plus grande prudence et me garderai de soulever ou d’encourager des polémiques dont le résultat n’est souvent autre, on le sait, que de dorer la plume des combattants qui savent s’entendre.

012 MDA St-Jean, le 10 mars 1886

  • 12 L’article 17 aurait donné aux pêcheurs français le droit d’acheter l’appât du 5 avril jusqu’à la f (...)

36Arrangement pêcheries très impopulaire. Comités nommés malgré vive opposition. Ressentiments croissants contre la Grande-Bretagne. J’ai néanmoins obtenu des promesses de neutralité ; je cherche des alliés. L’article 17 est un obstacle sérieux12.

013 CPC St-Jean, le 10 mars 1886

  • 13 La boëtte : nom du breton boued, « nourriture, pâture » ; appât mis à l’hameçon pour la pêche en m (...)

37[…] Au risque d’être un peu long, je crois devoir faire connaître à Votre Excellence le biais imaginé par le gouvernement de Terre-Neuve pour essayer de tourner la difficulté provenant de l’article 17 de l’arrangement et en annuler la portée. Le gouvernement s’est dit : l’article 17 nous impose l’obligation de ne pas empêcher les Français d’acheter la boëtte13 ; mais le but de Terre-Neuve ne pourrait-il pas être atteint si ses pêcheurs refusaient de vendre ? Je n’ai pas cru opportun de laisser voir que je pénétrais cette pensée ; l’important pour nous est que l’arrangement soit accepté ; après on verra comment il faut s’y prendre pour le faire observer, même si, par impossible, la Grande-Bretagne sanctionnait une loi prohibant la vente de l’appât.

  • 14 Alexander McNeily, ancien collègue du Premier ministre William Whiteway, devenu député du Reform P (...)

38Je terminerai en rapportant une phrase incroyable tombée, il y a deux ou trois jours, des lèvres du président de la Chambre des députés14. Je lui disais que si la législature repoussait l’arrangement, elle encourait la responsabilité d’une proclamation semblable à celle de l’année 1822 et qu’en outre on serait tenté de croire que les Terreneuviens ne savaient pas au juste ce qu’ils voulaient, car, ajoutais-je, l’arrangement actuel ne s’écarte pas sensiblement des principales dispositions adoptées par la législature de Terre-Neuve en 1867, et le gouvernement de la République a souscrit à toutes les modifications demandées par le gouvernement de la colonie en 1884. « Mais le gouvernement actuel », me répondit le Speaker, « n’est pas responsable des engagements pris par celui de 1884 ». Je me suis contenté d’observer qu’en France on n’était pas aussi avancé et qu’on croyait encore à la solidarité des gouvernements.

39Cet incident donne un aperçu de ce que peuvent valoir les raisonnements contre des principes aussi extraordinaires. Le Speaker est avocat ; avant [de] devenir Président de la chambre, il était Attorney General, charge qui répondrait en France aux fonctions qu’exerce le ministre de la Justice.

014 CPC St-Jean, le 15 mars 1886

  • 15 Le révérend Moses Harvey (1820-1902), ministre presbytérien, essayiste, historien et naturaliste. (...)

40[…] J’ai enfin trouvé à Terre-Neuve un homme, mais un seul, « le juste dans Israël », qui approuve en son entier l’arrangement pêcheries ; c’est le révérend M. Harvey15, ancien ministre du culte protestant, un savant, un historien distingué. M. Harvey a même écrit à ce sujet une lettre à M. Sir Ambrose Shea, le chef de l’Opposition. J’ai vu cette lettre hier ; lecture m’en a été faite. Le révérend appuie la convention dans toutes ses parties, traite d’insanité l’engouement sur la question de prohiber la vente de l’appât, et termine en disant que le rejet du présent arrangement peut retarder de 50 ans encore tout progrès, non seulement en ce qui touche à l’interprétation des traités mais aussi en ce qui a rapport au développement des ressources agricoles et minières de l’île. Mais le révd M. Harvey n’est pas un politicien ; c’est un penseur, un esprit éclairé impartial.

015 MDA St-Jean, le 27 mars 1886

41Dépêche N° 2 reçue aujourd’hui. Question boëtte mentionnée par mes lettres N° 7, 10, 13. Mardi prochain, bill prohibitif doit être présenté. Le gouvernement de la Grande-Bretagne sera consulté à ce sujet. Arrangement pêcheries de la prochainement rejeté. Conséquences envisagées sans souci ; on se fie à la mansuétude ordinaire de la France.

016 MDA St-Jean, le 3 avril 1886

42La question de la boëtte, toujours dominante ici, ne me préoccupe aujourd’hui que parce qu’elle milite puissamment contre l’acceptation de l’arrangement pêcheries. La dépêche télégraphique de V.E. en date du 30 mars est arrivée à point pour me mettre en mesure d’empêcher une seconde fois que les conclusions du comité parlementaire [adverses] à l’acceptation de [l’arrangement] irritante fussent présentées à l’assemblée. Le bill proposant de prohiber la vente de la boëtte a été retenu du même coup. Le mouvement est momentanément enrayé, l’accord du comité branle, mais je n’espère néanmoins pas triompher d’un ministère des Affaires étrangères s’abritant derrière une opinion publique travaillée, égarée, et une chambre sa complice ; d’un ministère qui, après nos démarches du 30, permet les 30 et 31 que l’Evening Mercury, son organe officiel pour la publication des débats de la Chambre, passe les réflexions suivantes relativement à la boëtte : « Si les autorités impériales désapprouvent, eh bien, persévérons d’année en année jusqu’à ce qu’elles soient forcées d’approuver. »

017 MDA St-Jean, [avril 1886]

  • 16 L’article 9 aurait donné aux croiseurs français le droit d’opposer certaines opérations de pêche q (...)

43Je prendrai la liberté d’appeler l’attention de V.E. sur un point de l’arrangement des pêcheries qui, une fois élucidé, ramènerait bon nombre de dissidents. On m’a dit qu’il serait à souhaiter que l’art. 9 fût complété par un paragraphe déterminant ce qui pourrait constituer l’obstacle contre lequel les pêcheurs français seraient en droit de protester16. D’autre part, à quelle distance les filets ou engins de pêche d’un sujet britannique pourraient-ils se trouver de ceux d’un sujet français sans que ce dernier puisse alléguer qu’il est gêné ; et aussi à quelle distance nos pêcheurs doivent-ils se tenir des filets d’un sujet britannique qui aurait pris position avant l’arrivée des Français ?

44J’ai trouvé cette observation assez juste. Ma réponse a été que les commandants de nos croiseurs sauraient apprécier, mais on désire quelque chose de moins vague. Si V.E. jugeait à propos de donner une réponse sur ce sujet, elle écarterait la principale objection que l’arrangement rencontre auprès de ceux qui sont animés du désir d’être agréables au gt britannique et d’en finir avec les difficultés du French Shore.

  • 17 Edmund Burke Pennell, membre britannique du Comité parlementaire et de la législature coloniale ch (...)

45Une dépêche télégraphique me parvenant vers le 1er mai prochain arriverait encore en temps utile, car le Gouverneur et M. Pennell17 ne seront ici que le 24 ct, époque à laquelle la législature prend ses vacances de Pâques.

018 MDA St-Jean, le 4 avril 1886

46J’ai revu tous les personnages dont la voix pouvait être écoutée et dont l’influence semblait appelée à peser sur les résolutions ultérieures du Comité parlementaire et de la législature coloniale. J’ai en conséquence eu des entretiens avec le Gouverneur par intérim, avec le Premier ministre [Sir Robert Thorburn], avec plusieurs membres du comité, notamment le président et le rapporteur ; je me suis également approché des présidents de l’Assemblée et du Conseil législatif ; j’ai parlé à divers membres influents de la Chambre de commerce. Je me suis appliqué à faire comprendre que des mesures tendant à prohiber la vente de l’appât étaient condamnées d’avance à une défaite, assurée par l’entente établie entre les cabinets de Paris et de Londres. J’ai aussi fait voir que le rejet de l’arrangement déplairait à la Grande-Bretagne et pourrait amener les plus fâcheuses complications pour la colonie. J’ai représenté d’un côté la France amie, bienveillante, indulgente même ; de l’autre, le gouvernement de la République mis dans la nécessité de prendre des mesures pour sauvegarder les droits et les intérêts des Français. Personne ne pourra donc désormais prétendre avoir péché par ignorance.

47J’ai déjà informé V. Ex. du résultat obtenu. Le bill préparé et tendant à prohiber la vente de la boëtte a été retenu. Le rapport du Comité parlementaire qu’on allait soumettre à l’approbation de la législature n’a pas été présenté. Ce rapport, sur lequel je suis parvenu à jeter les yeux, était, paraît-il, plus modéré que celui du 22 mars, mais le ton en était encore quasi belliqueux : on s’y attachait à contester l’interprétation donnée aux traités, on s’élevait contre la vente de l’appât, contre la prime que la France accorde à ses pêcheurs et même contre la présence d’une autorité française à St-Pierre-et-Miquelon. Le président du comité m’a avoué qu’il avait été débordé par une majorité jeune et ardente.

48Le prochain rapport sera probablement plus sensé, mais comme les autres adverse à l’acceptation de l’arrangement. Il semblerait que le gouvernement de la Grande-Bretagne sépare les deux questions, vente de la boëtte et acceptation de l’arrangement ; elles sont cependant bien intimement liées, car c’est sur l’article 17 de l’arrangement que le comité et la législature de Terre-Neuve se fonderont principalement pour motiver leur non-acceptation.

  • 18 Probablement Hugh Hoyles Carter, le deuxième fils de Sir Frederick Carter, greffier du Conseil lég (...)

49Je vois que M. le Commandant des îles St-Pierre-et-Miquelon est revenu de ses premières alarmes ; il a reçu de St-Jean de rassurantes informations ; M. Carter, le cousin de Sir Frederick Carter18, je suppose, ne jugeant pas utile d’entrer dans beaucoup de détails, aurait pu se contenter de dire, en toute vérité – soyez sans inquiétude, vous aurez de l’appât ; mais de là à affirmer que les bruits répandus touchant l’éventualité de la prohibition n’avaient aucun fondement, il y a loin.

50J’ai souvent reçu du Gouverneur par intérim les assurances les plus positives que les mesures prohibitives projetées n’auraient aucun effet cette année. Je ne me suis jamais préoccupé de cette question qu’au point de vue de l’arrangement pêcheries, dont l’art. 17 garantit à la France la possession du talisman que les Terreneuviens veulent défendre à tout hasard ; mais à l’égard de notre arrangement, elle me semblait prépondérante. L’événement prouve que mes appréhensions n’étaient que trop fondées. En effet, depuis un mois ce ne sont que pétitions adressées aux deux chambres de la législature, discours sans fin, communiqués sans nombre dans les journaux, et toujours contre la vente de l’appât.

51Je n’affirmerai pas que le sentiment public ainsi manifesté soit spontané ; je soupçonne le gouvernement actuel, issu de l’oligarchie marchande toute puissante aujourd’hui, et les députés, ses complices et ses créatures, de l’avoir fait naître ; mais le succès est complet ; le mouvement a pris les proportions de l’entraînement qui pousse les foules à agir sans se rendre compte de ce qu’elles font.

52Voici un fait entre mille à l’appui de ce que j’avance. Ma lettre du 28 mars dernier signalait un discours prononcé devant le Conseil législatif, relativement à la vente de la boëtte. Un autre discours a été prononcé le 30 mars par le même orateur (M. [Augustus W.] Harvey, riche négociant et armateur, membre du Conseil législatif et président du Comité parlementaire ayant en mains l’arrangement pêcheries). La date de ce dernier discours est significative car, le même jour, sur les deux heures de l’après-midi, j’avais entretenu M. Harvey ; il avait lui-même, et devant moi, fait prier le Premier ministre de ne pas présenter le rapport du comité à l’Assemblée. Quelques heures plus tard il prononçait son discours contre la vente de l’appât.

53S’il fallait une autre preuve de l’intérêt qui s’attache à cette question, on la trouverait dans l’Evening Mercury du 31 mars. Le lendemain de mon entretien avec le Premier ministre, ce journal, organe officiel du gouvernement pour la publication des débats de la Chambre, se livrait contre la vente de l’appât à des réflexions sur lesquelles j’ai appelé l’attention du Premier ministre, car je les considérais comme déplacées dans la feuille qui les publiait. « Que voulez-vous ? », m’a répondu le [Premier] ministre. « Vous le voyez, l’opinion publique est là ; je ne puis aller contre ; je ne suis d’ailleurs pas rédacteur du journal. » Le Gouverneur par intérim a été plus aimable ; il m’a dit regretter que l’Evening Mercury eût pris sur lui de faire ces réflexions, qu’il en parlerait au Premier ministre.

54En dehors des pétitions présentées à l’Assemblée législative par les habitants des districts environnant la baie de Fortune, il n’y a qu’une exception à la règle, la lettre signée « Colonist » que Sir Ambrose Shea, le chef de l’Opposition, a fait publier ; c’est le seul écrit qui ait paru où la prohibition de la vente de la boëtte soit combattue. Sir Ambrose Shea a eu le courage de parler dans le même sens à la Chambre, au cours d’un débat sur les chemins de fer. Il m’a fait dire hier (car je ne dois le voir que rarement, mes démarches étant très observées) qu’il préparait un discours à l’appui de l’arrangement pêcheries ; mais que pourra sa voix contre le parti pris de la majorité de la législature ? Rien évidemment.

55Je viens d’apprendre que le Comité parlementaire pour les pêcheries a terminé son troisième rapport ; il le soumettra probablement à la législature dans deux ou trois jours.

019 MDA St-Jean, le 11 avril 1886

56Le 7 de ce mois, au moment où le Comité parlementaire chargé d’étudier l’arrangement relatif aux pêcheries allait présenter un rapport plus modéré que les deux précédents mais encore adverse à l’acceptation de cet arrangement, une dépêche télégraphique est arrivée de Londres annonçant que le nouveau Gouverneur de Terre-Neuve, Sir G. W. Des Vœux, s’embarquerait pour St-Jean le 13 courant et qu’il serait accompagné de M. Pennell, l’un des commissaires anglais qui ont signé la convention du 14 novembre 1885. En conséquence le Gouverneur par intérim a signifié au comité qu’il n’y avait pas lieu de passer outre et qu’il fallait attendre l’arrivée du nouveau gouverneur. Je me suis empressé d’informer Votre Excellence que tout était arrêté jusqu’à cette arrivée. Ces messieurs seront sans doute porteurs d’instructions spéciales relativement à l’arrangement pêcheries que le gouvernement britannique semble fort désireux de voir accepter ; mais je crois pouvoir assurer V.E. qu’ils ne parviendront pas à convertir la législature sans consentir à des modifications auxquelles le gouvernement de la République ne souscrira probablement pas.

57On bataillera encore sur la question de la boëtte bien qu’on commence à trouver ce terrain peu favorable. Je sais de bonne source que le comité prépare un 4e rapport qu’il substitue au 3e. Votre Excellence ne devra pas s’étonner d’y voir figurer cette prétention. En échange de la boëtte que [le gouvernement de Terre-Neuve] consentirait à vendre (ou même à laisser prendre) aux pêcheurs français, le gouvernement de la République retirerait la prime de pêche pour tout poisson de provenance terreneuvienne importé, soit par terre, soit par mer, dans les ports autres que les ports de France. C’est-à-dire : le gouvernement français mettra ses pêcheurs dans l’impossibilité de nous faire concurrence sur les marchés étrangers. Telle est la nouvelle prétention des législateurs réunis à St-Jean. Je m’étonnais qu’elle n’eût pas encore été formulée, car le vrai grief, ainsi que j’ai eu l’honneur de le dire à V.E., c’est la prime.

58Je n’entretiendrai pas V.E. des arguments que l’on produit ici pour justifier les exigences de Terre-Neuve et du prix que l’on attache aux concessions de la colonie. Je ne parlerai pas non plus des plaintes contre la contrebande dont St-Pierre-et-Miquelon semblerait être un foyer ; elles se fondent principalement sur les emplettes qu’y font les habitants des baies de Plaisance et de Fortune. On allègue aussi les fraudes auxquelles se livreraient les marchands de St-Pierre pour obtenir la prime sur du poisson séché par les Terreneuviens. Cette accusation (bien que peu vraisemblable, car si les accusateurs de Terre-Neuve bénéficiaient de la prime, ils n’en demanderaient pas le retrait) m’a semblé assez grave ; j’ai demandé des preuves ; on n’a pas su m’en fournir ; j’ai vu la personne que l’on semble accuser plus directement de ce trafic à St-Jean ; elle a protesté que rien n’était plus faux. Mais je veux en avoir le cœur net, et j’espère bien, malgré la difficulté de l’entreprise, arriver à m’édifier sur ce sujet. Je ne manquerai pas de faire connaître à V.E. le résultat de mes recherches. Il est à souhaiter que M. Pennell, armé de l’autorité du Colonial Office, puisse faire entendre raison à l’oligarchie marchande de ce pays-ci, car tout est là aujourd’hui. En tout cas, il trouvera le terrain quelque peu préparé et la résistance moins inébranlable qu’il y a six semaines.

59Je prendrai la liberté d’appeler l’attention de V.E. sur un point de l’arrangement pêcheries qui, une fois élucidé, ramènerait bon nombre de dissidents. On m’a dit qu’il serait à souhaiter que l’article 9 fût complété par un paragraphe déterminant ce qui pourrait constituer l’obstacle contre lequel les pêcheurs français seraient en droit de protester. Par exemple, à quelle distance les filets ou engins de pêche d’un sujet britannique pourraient se trouver de ceux d’un pêcheur sans que ce dernier pût alléguer qu’il est gêné ; et aussi à quelle distance nos pêcheurs devraient se tenir des filets d’un pêcheur britannique qui les aurait placés ou aurait pris position avant l’arrivée des Français. J’ai trouvé cette observation assez juste ; ma réponse a été que les commandants de nos croiseurs sauraient apprécier ; mais on désirerait quelque chose de moins vague.

60Si V.E. jugeait à propos de donner une réponse sur ce point, elle écarterait la principale objection que rencontre l’arrangement auprès de ceux qui sont animés d’un certain désir d’être agréable au gouvernement de la Grande-Bretagne et d’en finir avec les difficultés du French Shore. Une dépêche télégraphique me parvenant vers le 1er mai prochain arriverait encore en temps utile, car le Gouverneur et M. Pennell ne seront ici que le 24 courant, époque à laquelle la législature prendra ses vacances de Pâques.

020 CPC St-Jean, le 16 avril 1886

61[…] La population de ce pays se divise principalement en deux classes parfaitement distinctes : les marchands et les pêcheurs. Les premiers, gens fort à l’aise, instruits, habiles, gouvernent ; les autres, ignorants, découragés, amoindris par l’asservissement pécuniaire dans lequel ils sont tenus par leurs patrons-fournisseurs, obéissent aux ordres ou aux inspirations venant de ces maîtres insensibles à tout ce qui ne promet pas devoir augmenter ou affermir le monopole qu’ils exercent.

62Il convient donc, ce me semble, d’intimider les forts en leur faisant bien voir que la Grande-Bretagne n’est pas disposée à leur sacrifier ses relations d’amitié avec la France, de réveiller les faibles en leur faisant sentir que ceux auxquels ils obéissent s’inquiètent fort peu d’occasionner leur ruine en repoussant un arrangement dont l’une des principales dispositions assure la paisible possession du peu de bien qu’ils possèdent et la possibilité de l’augmenter, sans crainte d’en être jamais privés par une interruption de la politique de tolérance qui leur a permis d’en jouir jusqu’ici. […]

63Pour se rendre compte de la légèreté avec laquelle la classe dirigeante de ce pays risque de compromettre les intérêts de ses concitoyens, il faut se souvenir qu’ici toute mesure administrative ou législative tend principalement à créer ou à augmenter une source de profit pour le marchand. Si la mesure ne réussit pas, on l’abandonne sans souci du préjudice qu’elle a pu causer à la masse de la population et on [en] essaie une autre. Comment pourrait-il en être autrement ? Sur 36 députés censés représenter Terre-Neuve, 26 sont des avocats, des marchands ou autres citoyens établis à St-Jean, et 10 seulement [sont] originaires des districts qui les ont élus. On ne peut dès lors pas s’étonner de voir froidement sacrifier les intérêts du pays aux combinaisons savantes de l’oligarchie dont le quartier-général est à St-Jean.

  • 19 Wilkins Micawber, personnage du roman David Copperfield, 1850.

64La politique d’essai de cette colonie a fait assez justement comparer le gouvernement de Terre-Neuve au Micawber de Charles Dickens19, qui s’attendait toujours à ce que quelque chose de favorable surgît de l’imprévu ; on ne doit donc pas être surpris de s’entendre dire, au sujet de la boëtte et de l’arrangement pêcheries : « L’opposition du gouvernement britannique à des lois prohibant la vente de l’appât et les suites du refus d’accepter l’arrangement pourraient bien être anéanties par la chute éventuelle du cabinet Gladstone ! » […]

021 CPC St-Jean, le 22 avril 1886

65Sir George W. Des Vœux, le nouveau Gouverneur de Terre-Neuve, est arrivé ce matin à St-Jean, accompagné de M. Pennell, ainsi qu’on l’avait annoncé. La foule était grande pour recevoir le gouverneur, mais l’accueil a été des plus froids. En dehors des hurrahs dont Sir G. W. Des Vœux a été salué par l’équipage du Caspian, au moment où il quittait le navire, le plus grand silence a régné sur son passage.

66Cette attitude du peuple n’a rien qui soit personnel à Sir Des Vœux ; elle peut et doit être considérée comme une muette protestation contre le retrait de la nomination de Sir Ambrose Shea. Le nouveau gouverneur a prêté serment aujourd’hui même à quatre heures ; il entre immédiatement en fonctions.

022 MDA St-Jean, le 25 avril 1886

67Hier dans l’après-midi, c.-à-d. dès que les convenances me l’ont permis, je suis allé souhaiter à M. Pennell la bienvenue et m’édifier, si possible, sur les instructions qu’il a reçues, sur ses plans et sur ses dispositions d’esprit à l’égard de l’arrangement pêcheries. M. Pennell est l’hôte du Gouverneur ; je me suis donc rendu au palais où, contre mon attente, j’ai été reçu par Sir George Des Vœux.

68Le Gouverneur s’est montré fort aimable, affable même. Après quelques instants de conversation, j’ai abordé la question des pêcheries ; le texte de l’arrangement était tout grand ouvert sur son bureau ; Sir George Des Vœux m’a assuré de son désir de voir les choses s’arranger ; il a cependant protesté de son impuissance à agir directement ; mais il espérait que son influence personnelle et un plan, dont il ne pouvait encore me révéler le secret, auraient un résultat favorable.

69Le Gouverneur s’est apitoyé sur le sort des marchands de Terre-Neuve que notre concurrence menace d’une ruine complète ; il a parlé de l’influence qu’avait la question de la boëtte sur l’Opposition dont l’arrangement était l’objet ; il a dit aussi quelques mots au sujet de la prime. (Je sais que Sir Frederick Carter et M. Thorburn, le 1er ministre, avaient conféré avec lui le matin même.) Sir George Des Vœux ajouta que le gouvernement de la colonie ne pouvait prendre la défense de la boëtte, les ministres étant certains d’être mis en minorité sur cette question, qu’aucun gouvernement, dans l’état actuel des esprits, ne pourrait se maintenir s’il cherchait à tenir tête à la Chambre relativement à l’article 17.

70Je fis observer que si les Terreneuviens n’obtenaient pas des prix rémunérateurs pour leur poisson, il ne fallait pas s’en prendre uniquement à notre concurrence mais qu’on devait l’attribuer non seulement à la crise par laquelle passe le monde commercial mais encore au plus grand soin que nous apportons à la préparation de notre poisson, ce qui le faisait préférer à prix égal, et même à un taux plus élevé sur un grand nombre de marchés. J’ajoutai que le système d’asservissement pécuniaire dans lequel les marchands et armateurs de Terre-Neuve tiennent leurs pêcheurs était évidemment cause du peu de soin que ces derniers apportent à la préparation des produits d’une pêche qui leur permet tout au plus de diminuer une dette et de leur faire ouvrir un crédit en farine ou en mélasse, à peine suffisant pour attendre la prochaine saison sans mourir absolument de faim. Je dis aussi que les marchands de Terre-Neuve devaient porter en compte non seulement le prix qu’ils obtenaient pour leur poisson mais aussi le profit très considérable qu’ils réalisent sur les fournitures livrées en paiement de parts aux pêcheurs et aux patrons (planters), un baril de farine de 25 shillings au comptant étant vendu 40 shillings à ces malheureux et tout à l’avenant.

71En ce qui concerne la boëtte, j’ai mis en doute la spontanéité du sentiment populaire, et j’ai fait ressortir dans quelle énorme proportion les citoyens de la ville de St-Jean entraient dans la représentation législative du pays. J’ai appuyé sur l’entente des cabinets de Paris et de Londres au sujet de l’appât, et j’ai soutenu la théorie que l’article 17, loin d’être un embarras pour l’acceptation de l’arrangement, devait être considéré comme un auxiliaire précieux, destiné à donner à la colonie toute liberté d’action vis-à-vis de ses autres concurrents, notamment les Américains. Le Gouverneur parut surtout frappé de cette dernière observation et me dit : « Je désirerais que vous fissiez part de votre idée à M. Pennell ; je vais le faire appeler. » C’est ainsi que j’ai été présenté à M. Pennell. Le Gouverneur s’excusa et nous laissa seuls.

  • 20 Francis Clare Ford, l’autre signataire britannique de l’arrangement de novembre 1885.
  • 21 Dans l’article 2, le gouvernement français, en échange de la sécurité des pêcheurs français, s’est (...)

72Je ne dois pas cacher à V.E. mon impression : si la foi de M. Pennell ne grandit pas, son voyage ici n’aura point de résultat appréciable. M. Pennell m’a répété à peu près ce que m’avait dit le Gouverneur. En outre, il prétend que M. Ford20 et lui-même ont présenté des objections à l’art. 9 et que nos commissaires les ont combattues. M. Pennell m’a dit confidentiellement que sa pensée était que tout pourrait s’arranger si la France modifiait l’art. 2 de façon à ce que les mots « toute industrie autre que celle des pêcheries » fussent remplacés par « toute industrie y compris celle des pêcheries21 ». Il souhaiterait aussi que l’art. 17 disparût de l’arrangement et que le gouvernement de la République se contentât de l’assurance qu’il tient de celui de la Grande-Bretagne relativement à la faculté de pouvoir toujours acheter de l’appât.

73J’ai laissé parler M. Pennell et me suis tenu sur la réserve. Je crois bon de lui donner le temps de s’orienter, de s’édifier par lui-même sur la situation telle qu’elle est et non telle qu’on la lui a dépeinte (il avait aussi vu le Premier ministre) ; j’aurai alors plus de chances d’être écouté. Mardi prochain, je dînerai probablement avec M. Pennell chez Sir Ambrose Shea, et j’aurai, à n’en pas douter, l’occasion de réfuter les deux propositions dont je viens de parler. Sans la réserve faite par l’art. 2, l’arrangement deviendrait une renonciation pure et simple à nos droits sur le French Shore. Je trouve même que le dernier paragraphe de cet article laisse aux sujets britanniques une latitude bien grande, vu qu’il n’interdit pas d’étendre « les constructions actuellement établies ». D’un autre côté, si l’on retirait l’art. 17, toutes nos concessions seraient alors faites à titre gratuit. Je crois avoir bien saisi quelles sont les intentions de V.E., et la dépêche télégraphique d’hier m’assure qu’en dehors de la rédaction d’instructions communes dont elle fait mention, le gouvernement de la République ne consentira à aucune modification des termes de l’arrangement. C’est en son entier qu’il doit être accepté ou rejeté.

74V.E. sait que je ne néglige rien pour arriver à un résultat favorable ; ma ténacité sera au moins aussi grande que celle des Terreneuviens. Je crois avoir pour moi l’avantage de procéder par raisonnements ; eux ne peuvent m’opposer que des considérations. Mais je n’ai pas l’espoir de réussir ; pour que le succès vînt couronner mes efforts, il faudrait plus qu’il n’est permis d’espérer ; il faudrait que la législature et le gouvernement consentissent à ne pas regarder comme des concessions de leur part les quelques privilèges que la France réserve à ses nationaux.

75Que l’arrangement soit accepté ou non, il me semble que notre colonie de St-Pierre devrait chercher à se rendre indépendante de Terre-Neuve en ce qui concerne la boëtte. La baie St-Georges est à la France pendant la saison de pêche ; le hareng y abonde ; St-Pierre n’en est éloigné que de 315 milles, distance facilement franchie en 20 ou 24 heures par des steamers rapides. Ne serait-il pas possible d’éviter de payer aux Terreneuviens de 1 million à 1 million et demi de francs par an et d’aller prendre la boëtte dans la baie St-Georges ? Je sais que la pêche sur les bancs serait un peu retardée, mais n’y aurait-il pas compensation ? J’ai engagé deux conseillers généraux de St-Pierre qui se trouvaient de passage ici à étudier cette question.

023 CPC St-Jean, le 27 avril 1886

76[…] Il est cependant un point sur lequel je ne suis pas éclairé ; il est étranger, de fait, à l’arrangement, mais s’y rattache dans l’esprit de cette colonie ; il s’agit de la prime de pêche, dont j’ai eu l’occasion d’entretenir Votre Excellence à plusieurs reprises. Toujours, jusqu’ici, j’ai soigneusement évité la discussion sur ce sujet, me réservant de ne l’aborder que dans un cas extrême. C’était une dernière arme. Malheureusement, les deux conseillers généraux de St-Pierre dont je parle à Votre Excellence dans ma précédente dépêche, viennent d’émousser cette arme pendant leur court séjour à St-Jean. Ils ont imprudemment annoncé que la prime cessait dans trois ans ! Toute la ville en a maintenant connaissance ; la joie est grande. Plus que trois ans à attendre et la concurrence des Français ne sera plus à redouter. Ils disparaîtront du French Shore. Résistons, n’acceptions pas d’arrangement ; nous aurons dès lors plus de chances de pouvoir priver de boëtte les pêcheurs de St-Pierre et nous serons maîtres de la situation. Voilà l’espoir dont chacun se flatte aujourd’hui.

77J’ai dit qu’il y avait erreur, que la prime actuelle durerait jusqu’au 30 juin 1891 ; j’ai ajouté que si l’arrangement n’était pas accepté, elle serait probablement, à mon avis, maintenue au profit des pêcheurs terreneuviens. Mais le moment approche où je devrai être plus catégorique. C’est dans cette prévision que j’ai adressé hier un télégramme à Votre Excellence pour lui demander si je pourrais faire pressentir que l’acceptation de l’arrangement influerait sur une diminution ou sur l’abandon de la prime après le 30 juin 1891, date à laquelle les dispositions y relatives cessent d’en assurer la continuation.

024 MDA St-Jean, le 1er mai 1886

78Le 29 du mois dernier, j’ai reçu la visite de M. Pennell. Il m’a dit être très perplexe et avoir peu d’espoir de faire accepter l’arrangement pêcheries. On a cherché à le persuader que l’article 17 une fois retiré, toute opposition sérieuse cesserait. À mon avis, c’est une feinte pour faire entrer M. Pennell dans la voie des concessions. M. Pennell, sachant que le gouvernement de la République ne consentirait jamais à ce retrait, se proposait de faire tous ses efforts pour vaincre la résistance du comité, en affirmant que le gouvernement de la Grande-Bretagne ne céderait pas plus que celui de la France et qu’aucun acte législatif entravant la vente de la boëtte aux pêcheurs français ne serait approuvé par la Couronne. M. Pennell prévoyait aussi de grandes difficultés relativement à l’article 9.

79M’autorisant du télégramme de Votre Excellence en date du 24 avril, je dis à M. Pennell qu’il pouvait, au besoin, assurer le comité qu’une fois l’arrangement accepté, le gouvernement de la République ne refuserait pas de s’entendre avec celui de la Grande-Bretagne pour la rédaction d’instructions communes aux marines des deux pays en vue de faciliter l’application de cet article. M. Pennell me remercia et ajouta, « En somme, je ne vois de chances de réussite que si le gouvernement de la République retire la prime de pêche, ou tout au moins s’il la diminue. On me dit que dans trois ans la loi qui la régit cessera d’avoir son effet ; peut-être le gouvernement consentira-t-il ? » Je répondis que la prime était accordée jusqu’au 30 juin 1891 mais que ni le comité, ni la législature ne devaient se flatter de la voir abolir ou diminuer après cette époque si l’arrangement n’était pas ratifié.

80Aujourd’hui j’ai eu un nouvel entretien avec M. Pennell ; il m’a dit avoir complètement échoué sur l’article 17 et n’avoir faiblement réussi pour l’article 9 que grâce à l’assurance dont je lui avais donné communication, que, comme dernière ressource, il avait proposé de faire auprès du gouvernement britannique une démarche tendant à ce que le cabinet de Londres demandât à celui de Paris de consentir à promettre qu’après le 30 juin 1891 la prime de pêche serait réduite de moitié. Le comité a pris jusqu’à mardi prochain pour donner une réponse. Je serai instruit de ce qui sera décidé et, si M. Pennell télégraphie à Londres, il m’en avertira pour que j’en informe Votre Excellence.

81Je n’ai rien fait espérer, rien dit qui puisse faire pressentir une réponse favorable, mais j’ai conseillé à M. Pennell de se tenir sur ses gardes et de ne point donner suite à la démarche qu’il se propose de faire, sans avoir en mains un document lui assurant que le Comité et la législature ne réservent pas à sa nouvelle négociation le même sort qu’à celle de 1884. J’ai cru pouvoir prendre sur moi d’avancer que le gouvernement de la République ne consentirait pas à modifier le texte de l’arrangement. Si M. Pennell échoue auprès du comité, il ne permettra pas, dit-il, qu’un rapport adverse soit présenté à la législature ; il retirera l’arrangement.

82Depuis l’arrivée de M. Pennell, la presse de St-Jean se montre d’une violence plus grande encore que de coutume.

025 MDA St-Jean, le 8 mai 1886

83Depuis le 1er courant, date de ma dernière dépêche, j’ai eu l’occasion de voir deux fois le Gouverneur et M. Pennell. Tous les deux font de grands efforts pour arriver à en finir avec l’arrangement pêcheries, mais ils n’y parviennent pas. Dès l’arrivée de ces messieurs, je me suis effacé ; ils m’en savent gré ; nos rapports sont excellents mais aussi peu fréquents que possible de crainte que, comme le faisait observer le Gouverneur, « en nous voyant beaucoup ensemble on l’accusât de subir une influence étrangère ».

84Le Gouverneur a des entretiens presque journaliers avec divers membres du comité ; il cherche à les rendre raisonnables, tâche certes bien difficile. M. Pennell est en constante communication avec les personnes dont l’influence lui semble pouvoir déterminer un revirement d’opinion dans le comité et dans la législature. En désespoir de cause, il a proposé de faire demander au gouvernement de la République si la France consentirait à promettre d’abolir toute la prime de pêche après le 30 juin 1891. Le comité, s’étant réuni pour considérer cette question, a repoussé la proposition par cinq voix contre quatre. M. Pennell espère qu’on reviendra sur ce vote mercredi prochain. L’argument du comité est celui-ci : « D’ici à 1891 nous serons tous ruinés si nous continuons à fournir de la boëtte. »

85Le Gouverneur et M. Pennell m’ont encore demandé quel était mon avis au sujet des dispositions du gouvernement de la République touchant la prime. J’ai répondu qu’il m’était impossible de rien dire à cet égard, que je n’avais pas d’instructions, mais que je considérais comme exorbitante la prétention de faire abolir la totalité de la prime, que demander la suppression de toute cette prime révélait une intention, non pas de lutter à armes égales mais de placer nos pêcheurs dans une situation d’infériorité.

86Je pense que Votre Excellence a pu considérer comme exagérés les rapports que j’ai eu l’honneur de lui adresser ; ils ne renferment cependant rien qui ne soit parfaitement exact ; je ne trouve dans mes lettres aucune assertion qui n’ait été confirmée par les événements, et je considère encore le règlement amiable de la question du French Shore avec la colonie comme aussi lointain aujourd’hui qu’il l’était il y a trente ans. Il faudra ou faire de nouvelles et importantes concessions ou apprendre à Terre-Neuve quels sont les droits de la France.

026 MDA St-Jean, le 10 mai 1886

87M. Pennell a exprimé le désir de voir prolonger la session [de la législature] dans l’espoir d’arriver à faire accepter l’arrangement pêcheries ; mais il échouera dans l’une comme dans l’autre entreprise.

88Une nouvelle objection vient d’être présentée au Gouverneur contre l’acceptation de l’art. 17 de l’arrangement : « Si nous livrons l’appât aux Français, lui a-t-on dit, et que nous voulons en priver les Américains, ceux-ci iront tout simplement l’acheter à St-Pierre, qui en fera le commerce à notre détriment. »

027 CPC St-Jean, le 10 mai 1886

89Depuis le 13 avril dernier, une barrière de glace a rendu le port de St-Jean presque constamment inaccessible aux navires en fer, et depuis le 29 mars l’administration des Postes n’a pas eu l’occasion d’expédier un seul courrier pour l’Europe. On espère que mercredi prochain, si les vents ont éloigné les banquises, un paquebot à destination d’Angleterre fera escale ici et emportera la correspondance.

90Cette absence de courriers enlève tout intérêt à mes lettres qui ne parviendront probablement pas à Votre Excellence avant l’ajournement de la législature de Terre-Neuve, annoncé comme très prochain. […]

028 CPC St-Jean, le 18 mai 1886

91[…] Jusqu’à ce jour, j’ai eu le bonheur d’en surmonter les difficultés, mais en l’absence d’un signe visible de l’appui du gouvernement de la République, l’insuccès de l’arrangement pêcheries peut compromettre la place que je me suis faite ici, l’autorité que j’ai conquise et qu’il importe de conserver pour la protection efficace des intérêts de nos nationaux. On m’a fait plusieurs fois l’honneur de s’étonner que je ne fusse pas décoré de la Légion d’honneur.

  • 22 Théodore-Justin-Dominique Roustan, Envoyé extraordinaire et Ministre plénipotentiaire à Washington

92Si à seize années de services en Amérique et au vœu exprimé par M. Roustan22 Votre Excellence daignait ajouter l’impression favorable que produirait un témoignage de sa haute approbation de la conduite que j’ai observée relativement à la question des pêcheries, j’aurais quelque espoir de ne pas attendre longtemps une distinction légitimement souhaitée et de voir utilement justifiés, autour de moi, les égards dont je suis l’objet de la part des personnes et des fonctionnaires qui n’ont pas attendu l’arrivée d’un exequatur pour me considérer comme le représentant autorisé de la France à Terre-Neuve.

029 MDA St-Jean, le 18 mai 1886

93D’après ce que m’a dit M. Pennell, il partirait le 26 courant. En dépit de grands efforts, ni lui, ni le Gouverneur n’ont rien obtenu du comité, malgré l’offre qu’ils avaient faite de négocier le retrait de toute la prime de pêche. Instruits du contenu du télégramme de Votre Excellence, en date du 13 courant, ils m’ont prié d’en garder le secret sans doute pour ne pas laisser voir qu’ils s’étaient trop avancés.

94L’Assemblée législative s’ajournerait cette semaine jusqu’à l’année prochaine. Hier elle s’est réunie en séance secrète pour discuter [de] la question de l’arrangement des pêcheries. Je suis confidentiellement informé qu’il a été décidé que le comité ne présenterait pas de rapport mais qu’il continuerait à siéger après l’ajournement. Cette mesure équivaut à un rejet que l’on n’ose pas prononcer ; le subterfuge est grossier ; il a évidemment pour but de nous tromper, ainsi que le gouvernement britannique, et de gagner du temps. On prépare un bill prohibant la vente de boëtte dans un an d’ici.

030 MDA St-Jean, le 1er juin 1886

95La situation signalée par mon télégramme du 18 mai subsiste intacte. Le 19, le Gouverneur a clos la session législative et a réservé, comme il était convenu, le bill relatif à la boëtte.

96Le Comité des pêcheries n’est investi d’aucun pouvoir.

97M. Pennell attend encore son paquebot le Liberian, perdu ou égaré dans le brouillard.

031 MDA St-Jean, le 3 juin 1886

98M. Pennell s’est embarqué aujourd’hui. Rien de nouveau.

032 MDA St-Jean, le 8 juin 1886

99J’ai eu l’honneur d’informer Votre Excellence du départ de M. Pennell ; mon télégramme annonçait aussi que rien n’était changé à la situation dont j’avais antérieurement rendu compte. En effet, lors de ma dernière conversation avec le commissaire anglais, il caressait, quand même, l’idée de la suppression de la prime de pêche et souhaitait que tout s’arrangeât de façon à ce que les pêcheurs des deux pays fussent mis sur pied de parfaite égalité. L’égalité qui consisterait, pour nos nationaux, à venir chaque année de France pêcher à Terre-Neuve, concurremment avec les colons britanniques, sans préférence, sans l’aide d’une prime, ne semble pas être considérée comme une utopie par M. Pennell. Il s’est évidemment laissé influencer par l’atmosphère au milieu de laquelle il a vécu depuis le 22 avril dernier. On pourrait en dire autant du Gouverneur, qui se montre de plus en plus soigneux d’éviter qu’on puisse l’accuser de « subir une influence étrangère ».

  • 23 Evening Mercury, le 5 et le 7 juin 1886.

100Depuis l’ajournement du parlement colonial, la presse de St-Jean traite la question des pêcheries avec une recrudescence de désinvolture, se félicitant de l’insuccès de la négociation et de l’attitude prise par la législature23. Les journaux des États-Unis ayant publié des conversations de reporters avec divers personnages de Granville, Brest, St-Malo, St-Brieuc, etc., donnant à penser que la France recherchait l’alliance de l’Union afin de régler de concert la question des pêcheries à Terre-Neuve pour nous, au Canada pour les Américains, on en a immédiatement conclu ici que les Français, jugeant leur cause désespérée, sollicitaient l’appui des États-Unis pour forcer la main à l’Angleterre.

033 CPC St-Jean, le 3 août 1886

101J’ai l’honneur d’adresser, ci-joint, à Votre Excellence deux articles publiés dans l’Evening Mercury d’hier soir relativement à l’exercice de la pêche française sur le French Shore, notamment en ce qui concerne l’exploitation du homard. Le Gouverneur m’a entretenu de cette affaire ce matin même ; il la considère comme un nouvel élément d’irritation pour la colonie. J’ai répondu que personne n’aurait intérêt à soulever des objections contre la pêche du homard dans ces parages si la condescendance des Français n’avait permis aux sujets de la Grand-Bretagne de s’établir sur le French Shore.

102Au cours de la conversation, Sir William Des Vœux m’a dit que jamais, à son avis personnel, on ne réussirait à créer l’accord entre des intérêts si opposés. Cet avis est aussi le mien ; j’ai eu l’honneur d’exprimer la même opinion dans mes premières dépêches sur cette question, bien avant que les termes de l’arrangement du 14 novembre 1885 me fussent connus. Le French Shore doit être français ou anglais ; il ne saurait pas être paisiblement l’un et l’autre.

034 CPC St-Jean, le 22 septembre 1886

103[…] Les exposants [du Bait Bill] font appel à la convoitise des manufacturiers de la Grande-Bretagne, mais ils se gardent bien de mentionner que leur politique intérieure est en réalité adverse à la colonisation du pays. Le sort des malheureuses populations de Terre-Neuve a bien peu changé depuis l’ère des « amiraux pêcheurs » ; ces populations ont été et sont encore grugées, asservies par cette impitoyable politique consistant à décourager tout progrès agricole, industriel et littéraire capable de les émanciper. Avec le nombre des habitants s’est accru celui des esclaves de l’oligarchie marchande, et les faibles progrès que l’on constate depuis quelques années ont été amenés par la force des choses et non pas grâce à l’initiative du grand commerce.

104L’île de Terre-Neuve ne saurait, certes, être considérée comme favorable à un grand développement agricole, mais elle peut facilement procurer en abondance (sauf le blé et le maïs) tout ce qui est nécessaire (y compris le bétail) à l’alimentation d’une population dix fois supérieure en nombre à celle qu’elle renferme. Mais si l’on encourageait, de bonne foi, l’agriculture, que deviendrait le monopole si fructueux de l’approvisionnement ? Le chemin de fer qui devait ouvrir l’intérieur de l’île s’est arrêté à Carbonear, sur la péninsule Avalon, et la nouvelle ligne projetée, au lieu de se diriger vers l’intérieur, doit atteindre Plaisance, toujours sur la péninsule, c’est-à-dire, sur la partie de l’île reconnue comme la moins favorable à l’agriculture.

105On ne veut pas d’immigration ici ; pourvu qu’il y ait assez de bras pour chasser le phoque et fournir du poisson au plus bas prix de revient possible, il n’en faut pas davantage. Et moins l’instruction des pêcheurs les mettra en état de vérifier leurs comptes, mieux cela vaudra. Tel est, sans exagération, l’esprit dominant de l’oligarchie marchande de Terre-Neuve, ainsi que de leurs associés et correspondants à Londres et à Liverpool.

035 MDA St-Jean, le 12 janvier 1887

106Bien que les membres du gouvernement de Terre-Neuve témoignent encore une grande confiance dans le succès de la mission de Sir Ambrose Shea, parti, comme le sait Votre Excellence, au commencement du mois de novembre dernier pour Londres dans le but de hâter la sanction du bill prohibant la vente de la boëtte aux pêcheurs étrangers, mes observations et quelques informations personnelles me portent à croire que Sir Ambrose a échoué. Son très prochain retour est d’ailleurs annoncé. Le cabinet de S. M. Britannique, cédant aux instances du gouvernement de la République et fidèle aux assurances qu’il a fournies de ne point laisser priver nos banquiers de l’appât nécessaire à leur pêche, n’aurait donc pas donné son approbation au bill soumis l’an dernier à la sanction de la Reine.

107Cet acquiescement au vœu exprimé par la France semble garantir à nos nationaux la jouissance de la boëtte pendant la prochaine campagne de pêche sur les bancs ; il semble aussi indiquer l’intention de la Grande-Bretagne de s’en tenir à la lettre des déclarations qu’elle a faites à la colonie de Terre-Neuve, notamment par dépêche en date du 3 août 1863, où il est dit : « Approbation ne sera accordée à aucun acte qui défendrait explicitement ou par des moyens détournés la vente de l’appât. » Mais les procédés de la Grande-Bretagne en cette circonstance doivent-ils nous inspirer une trop grande sécurité pour l’avenir et faire oublier l’intérêt qui s’attache à rendre nos banquiers indépendants de Terre-Neuve pour la boëtte ? Doivent-ils faire oublier que notre situation sur le French Shore n’en est pas moins très compromise et qu’il est urgent de reprendre au plus tôt possession de nos droits dans ces parages ? Je ne le crois pas, et la dépêche ci-annexée (du ministre de la Marine et des Colonies que je trouve reproduite dans la « Feuille Officielle » de St-Pierre-et-Miquelon) donne l’assurance que le gouvernement de la République ne perd pas un instant de vue ces importantes questions.

108Il serait donc oiseux de revenir sur un sujet qui a déjà fait l’objet de plusieurs de mes communications, mais je ne crois pas inutile de faire connaître à Votre Excellence quelles sont les intentions de la majorité des membres de la législature de Terre-Neuve en cas d’échec du bill boëtte, voté l’an dernier. En cas d’échec, la législature passerait, dès les premières séances, sans doute, un bill identique, au moins dans les tendances, et, pour donner plus de poids à cet acte, elle inviterait le Gouverneur à venir expressément au palais législatif consacrer de son approbation le bill, qui acquerrait alors force de loi et deviendrait immédiatement exécutif, sauf veto de la Couronne. Il est probable que cette manœuvre aura été prévue par le cabinet britannique et que le Gouverneur actuel, Sir William Des Vœux (qui affecte d’épouser les idées terreneuviennes à ce sujet), aura reçu, tout comme Sir Frederick Carter, Administrateur en 1886, l’ordre de ne point accorder la sanction demandée mais d’en référer à Londres. La législature aurait donc une nouvelle défaite à enregistrer, sans néanmoins se tenir pour battue. Mais il est une éventualité qu’il semble prudent d’envisager et dont la considération fait ressortir l’importance de mesures tendant à organiser le service de la boëtte française à St-Pierre-et-Miquelon, indépendamment de la coopération du cabinet de Londres.

109Le gouvernement de la Grande-Bretagne, tout semble l’indiquer, désirerait que Terre-Neuve devienne partie intégrante de la Confédération canadienne. Jusqu’ici cette colonie a refusé d’entrer dans le Dominion, et le sentiment public paraît être, encore aujourd’hui, aussi adverse à cette union qu’il l’était au début ; cependant, dans un pays comme celui-ci, gouverné par une coterie marchande, un revirement d’opinion serait chose peu surprenante si l’intérêt mercantile y trouvait avantage, ou encore si les populations se prenaient d’un de ces soudains engouements, propres de leur tempérament, pour un état de choses nouveau.

110Or, qu’arriverait-il si Terre-Neuve s’annexait à la Confédération canadienne ? L’Angleterre se trouverait dégagée envers la France de l’obligation de refuser son « approbation à aucun acte défendant explicitement ou par les moyens détournés la vente de l’appât », car, Votre Excellence le sait, S. M. Britannique, par acte en date du 26 novembre dernier, suivi d’une proclamation en date du 24 décembre, vient de sanctionner le bill canadien du 2 juin 1886, lequel ferme aux pêcheurs étrangers tous les ports du Dominion et leur prohibe l’approche du littoral à une distance moindre de 3 milles marins de ses côtes, baies et anses. L’île de Terre-Neuve entrant dans la Confédération serait régie par les lois du Dominion et n’aurait plus besoin de demander à l’Angleterre l’approbation d’un bill dont elle acquerrait dès lors, ipso facto, le bénéfice. J’ajouterai que Sir Ambrose Shea est l’avocat reconnu de l’annexion de Terre-Neuve à la puissance du Canada. Ne peut-on pas se demander si la persistance de l’Angleterre à fermer l’oreille aux clameurs de Terre-Neuve, alors qu’elle accueille favorablement les réclamations du Canada, identiques cependant en principe, n’est pas un moyen employé dans le but de pousser l’île à entrer dans le Dominion ?

111Telles sont, Monsieur le Ministre, les quelques réflexions que je crois devoir soumettre aujourd’hui à la haute appréciation de Votre Excellence.

036 MDA St-Jean, le 17 novembre [janvier] 1887

112Pour faire suite à ma lettre du 12 courant, N° 1, j’ai l’honneur d’informer Votre Excellence que Sir Ambrose Shea est arrivé hier à St-Jean, de retour de sa mission à Londres. Sir Ambrose, que j’ai entretenu, ne se montre pas communicatif. Il prétend « que le Colonial Office est très ignorant au sujet des affaires de Terre-Neuve ; que le bill boëtte, dont il recherchait la sanction, n’a pas été rejeté et que les dernières difficultés ministérielles à Londres sont cause du retard apporté dans le règlement des questions, objet de sa mission ; enfin, que les complications du jour en Europe entravent l’action du cabinet britannique vis-à-vis de la France ». Il ajoute que l’approbation accordée au bill canadien est une mesure sans portée, tant que celui de Terre-Neuve n’aura pas reçu la sanction royale, attendu que les Américains peuvent continuer à se procurer de la boëtte à Terre-Neuve. Je n’ai pas cru opportun de pousser Sir Ambrose à sortir de sa réserve ; il suffit, pour le moment, qu’il n’ait pas réussi. C’est du temps de gagné pour mener à bien l’organisation du service de notre boëtte à St-Pierre-et-Miquelon.

037 MDA St-Jean, le 29 janvier 1887

113Dans plusieurs de mes précédentes dépêches, j’ai eu occasion de signaler la valeur de la baie St-Georges au point de vue de nos pêcheurs. En effet, cette baie étant le point du French Shore le plus rapproché des îles de St-Pierre-et-Miquelon où l’on puisse, au besoin, se procurer en abondance le hareng nécessaire à la pêche de la morue sur les Bancs, il importe au plus haut degré de ne point l’abandonner aux sujets britanniques. C’est, avec la vallée du Codroy, la baie des Îles et Bonne-Baie, la partie la plus fertile du littoral de l’île de Terre-Neuve et, plus que toutes les autres, celle qui semble appelée à un certain développement agricole et industriel. La possession de cette baie constitue donc pour la France un gage précieux.

  • 24 Joseph Noad, nommé Arpenteur général en 1832. Voir « Remarks on Part of the Western Shore of This (...)

114Comparativement au reste de l’île, la baie St-Georges jouit d’une remarquable prospérité. Chaque année voit augmenter le nombre de ses établissements ; le jour n’est peut-être pas éloigné où, s’étant mise en communication régulière et rapide avec le Cap-Breton, elle trouvera par là un débouché facile pour ses produits et sera amenée à exploiter sur une vaste échelle les richesses forestières et minières qu’elle renferme. L’Arpenteur en chef du gouvernement de Terre-Neuve opinait, il y a quelques années déjà, que dans ce seul district une population de 100 000 âmes pourrait vivre dans l’abondance24.

115Mais la baie ne pourra atteindre le degré de prospérité auquel son climat, ses ressources naturelles et sa situation géographique semblent l’appeler, tant que la France ne consentira pas à lui laisser la libre jouissance du littoral pour y établir les quais, maisons, ateliers et entrepôts nécessaires à un mouvement commercial de quelque importance. L’arrangement du 14 novembre 1885 assurait ce privilège à la baie St-Georges ; la législature de Terre-Neuve, en ne tenant pas compte de la valeur de cette concession, a paralysé l’essor de cette partie de l’île sans se préoccuper de l’étendue du dommage qu’elle lui cause, ou plutôt, en sacrifiant les intérêts du district au parti pris des négociants de St-Jean. Néanmoins la baie de St-Georges est en voie de progrès ; une population laborieuse, indépendante des secours du gouvernement, en défriche les terres fécondes et, si nous avons soin de nous fortifier dans la situation qui nous est faite par les traités dans ces parages, c’est à la France qu’elle devra fatalement demander de la seconder, en lui donnant libre accès au golfe de St-Laurent.

116J’ai pensé qu’il ne serait peut-être pas sans intérêt de pouvoir [se] former une idée approximative du développement actuel de la baie St-Georges, et ce dans un double but. Premièrement pour estimer la résistance que nos pêcheurs peuvent y rencontrer, deuxièmement pour se rendre compte de l’étendue des préjudices qu’une reprise de possession absolue et la suppression d’établissements illégalement fondés pourrait infliger aux habitants de cette baie. J’ai donc réuni les renseignements statistiques fournis sur la baie St-Georges par le recensement de 1884 qui vient d’être publié, et j’ai l’honneur d’en soumettre, ci-joint, le résumé à Votre Excellence. Ce développement ne date que de quelques années. Si, d’un autre côté, on compare la somme des produits agricoles de la baie avec celle des produits de même nature du district de St-Jean, en égard au nombre respectif des habitants, on ne peut manquer de former une opinion très favorable de la supériorité des terres de la baie, de l’industrie des habitants et de la prospérité dont ils semblent appelés à jouir :

Population

St-Jean (Est et Ouest)

38 145

habitants

Baie St-Georges

5 473

Produits

St-Jean

Baie St-Georges

Nombre de tonnes de foin récoltées

6 462

3 812

Boisseaux d’avoine

2 489

1 012

Barils de pommes de terre

26 923

12 528

Nombre de bêtes à cornes

821

1 253

” ” vaches laitières

1 611

1 012

” ” moutons

1 127

4 720

Quantité de beurre fabriqué

20 805

49 542 livres

do. de fromage

néant

302 do.

Arpents de terres cultivées

9 251

6 552

038 CPC St-Jean, le 4 février 1887

117Lorsque j’écrivais ma dépêche du 12 janvier dernier, N° 1, j’étais loin de penser que la question de l’union de Terre-Neuve au Dominion canadien, à laquelle je faisais allusion, fût si près d’être agitée à St-Jean. Il se passe maintenant peu de jours sans que les journaux contiennent un communiqué (c’est la façon de tâter l’opinion ici) où il est fait mention de ce projet d’union. L’Evening Telegram reproduit en ce moment une brochure datant de 1867, où ce sujet est traité avec une certaine compétence. On ne saurait pas préjuger de l’influence que pourront avoir ces publications et, [à] quelques rares exceptions près, la classe dirigeante de Terre-Neuve ne favorise pas l’union avec le Canada. Mais la question de la boëtte donnera probablement lieu à un rapprochement entre les gouvernements de Terre-Neuve et du Dominion ; de ce rapprochement pourraient surgir des négociations unionistes. Déjà, Sir Ambrose Shea, à peine de retour de Londres, a été sur le point de se rendre dans la capitale du Dominion pour demander le concours du gouvernement fédéral relativement au bill boëtte de Terre-Neuve. Ses malles étaient faites quand il a été prié de suspendre ses préparatifs de départ.

118La presse de St-Jean continue à se fonder sur l’assentiment de la Reine au bill pêcheries canadien pour augurer du succès du bill boëtte terreneuvien ; mais je suis en mesure d’informer Votre Excellence que le gouvernement commence à abandonner tout espoir de réussite immédiate, qu’il attend la fin de la campagne électorale au Canada pour entamer des négociations ayant pour but d’amener le Dominion à épouser la cause de Terre-Neuve et à l’appuyer de son influence auprès du gouvernement impérial.

039 CPC St-Jean, le 5 février 1887

119Par une dépêche télégraphique en date du 6 mars 1886, le Département m’a ouvert un crédit de 2 000 francs, avec instruction d’en disposer dans le cas où je serais « réellement en mesure d’agir efficacement sur un journal en situation d’exercer une influence sérieuse sur les résolutions du parlement ». Je n’ai pas entamé ce crédit, l’opposition à l’arrangement du 14 novembre 1885 étant devenue trop formidable pour qu’un journal pût modifier le sentiment du parlement à cet égard. Cependant, il est des services qui m’ont été rendus sous forme d’informations secrètes qu’il semblera peut-être opportun à Votre Excellence de reconnaître. Grâce à ces informations, j’ai pu, à diverses reprises, notamment les 10 et 20 mars 1886, entraver l’action hostile de la législature de Terre-Neuve et celle du Comité parlementaire des pêcheries ; j’ai aussi pu connaître en temps opportun et souvent à l’avance des incidents qu’il était utile de porter à la connaissance du Département.

120Les personnes qui m’ont secondé, non sans s’exposer à devenir suspectes de partialité pour nos intérêts, sont certes en droit de s’attendre à quelque chose de plus tangible de ma part que de chaleureux remerciements et de gracieux sourires. Malheureusement le traitement du poste me permet à peine de vivre très modestement ; je ne puis même, à ma grande mortification, rendre de politesses à qui que ce soit. En cet état de choses, je serais heureux, Monsieur le Ministre, que Votre Excellence m’autorisât à disposer d’une somme de 1 000 francs pour reconnaître les services rendus pendant une année et en assurer, si possible, la continuation pendant la prochaine session législative.

040 DP St-Jean, le 7 février 1887

121À M. Paul-François Clavery, Directeur des Affaires commerciales et consulaires J’ai espéré avec confiance voir se réaliser l’espoir d’obtenir le grade de consul à l’époque fixée par vous dans les lettres que vous avez eu la bonté d’écrire à M. Roustan à ce sujet. Mon ancien chef à Charleston, M. [Adolphe-Philibert] Truy, vient de m’assurer de la bienveillance de vos dispositions à mon égard.

  • 25 Albert Lefaivre, consul général à Québec de 1875 à 1881 et parrain de Gabrielle Riballier des Isle (...)

122Permettez-moi, Monsieur le Directeur, de me prévaloir de la recommandation de mes chefs et des témoignages de satisfaction que je reçois du Département en ce qui concerne ma mission à Terre-Neuve pour vous prier instamment de prendre en considération que j’ai atteint un âge [53 ans le 10 février] où, même quelques mois de perdus, entraînent de graves préjudices au point de vue de la carrière. Mon avancement a déjà été considérablement retardé par les dix années que j’ai passées dans le grade de chancelier de 3e classe, retard que les notes constamment favorables de mes chefs ne me permettent d’attribuer qu’à des circonstances d’avancement exceptionnellement défavorables et, peut-être aussi, à un peu d’oubli de la part de mon chef à Québec, lequel m’adressait un jour cette phrase, très flatteuse d’ailleurs : « Il m’eût été fort incommode de changer de chancelier. » Aussi n’est-ce que le 8 juin 1881, au moment d’échanger le poste de Québec pour celui de New York, que M. Lefaivre25 a bien voulu demander, par lettre officielle, un changement de classe, la 1re alors, et un changement de poste pour moi ? Me sera-t-il aussi permis, Monsieur le Directeur, d’invoquer en faveur de ma nomination ce fait qu’elle n’entraîne aucun mouvement dans le personnel ?

123La situation difficile qui m’est faite ici, irrégulière au point de vue officiel, dans un pays ouvertement hostile aux intérêts que je représente, ne saurait-elle être un titre à votre proposition et au consentement du Ministre ? J’ai accepté cette situation sans répugnance ; je ne me suis jamais plaint des nombreux inconvénients que j’y rencontre, espérant que mon application et mon aptitude à surmonter les obstacles qui en sont la conséquence naturelle auraient quelque poids auprès de vous, Monsieur le Directeur. Je ne me suis certainement pas trompé, et cette lettre ne fera que vous rappeler, au milieu de vos plus importantes préoccupations, mes quelques titres et surtout le bienveillant intérêt que vous voulez bien porter à un serviteur dévoué, soucieux de l’avenir de sa famille.

041 CPC St-Jean, le 18 février 1887

124[…] Comme l’année dernière, les membres du corps consulaire à St-Jean ont reçu des cartes d’invitation pour assister à l’ouverture de la session législative. Votre Excellence apprendra sans surprise que, cette fois, je n’ai pas été convié. Je m’attendais à cette petite manifestation de la mauvaise humeur du gouvernement de Terre-Neuve ; ce n’est pas la seule ni la première que j’ai occasion de constater depuis quelques mois. Je ne fais pas semblant de m’apercevoir de ces bouderies, pas plus que je ne fais cas des chuchotements, des « this is the French consul », plus ou moins sympathiques, qui signalent maintenant mon apparition dans les rues de la ville. Les visiteurs deviennent rares chez moi ; on craint évidemment de se compromettre aux yeux du gouvernement qui, ayant besoin d’un bouc émissaire, cherche tout naturellement à me rendre l’objet du spleen de ses concitoyens.

042 CPC St-Jean, le 25 février 1887

125[…] Je n’ai pas besoin de dire à Votre Excellence combien il m’est difficile, en ce moment, de la tenir exactement renseignée ; on se cache de moi avec un soin extrême. Le Secrétaire colonial de Terre-Neuve [Maurice Fenelon] a même dit, en plein Conseil législatif, qu’il était urgent de ne point laisser pénétrer le secret des discussions par les agents du gouvernement français, qui épient même la moindre parole imprudente qui pourrait être prononcée. Qu’en conséquence il invitait le Conseil à suivre l’exemple de la Chambre des représentants et à délibérer à huis clos. Ce fonctionnaire, et il n’est pas le seul, pousse la précaution jusqu’à ne plus me regarder en face, de crainte sans doute que je ne lise ses pensées dans ses yeux. Mais j’ai la satisfaction d’avoir toujours été en mesure de fournir, en temps utile, toutes les informations qui pouvaient avoir un intérêt pour le Département.

043 CPC St-Jean, le 13 avril 1887

126Profitant aujourd’hui d’une entrevue, dont l’annonce du soudain départ du Gouverneur de Terre-Neuve me fournissait l’occasion, j’ai tenu à m’assurer de l’authenticité du renseignement que j’ai communiqué à Votre Excellence et auquel se rapporte la dépêche télégraphique précitée ; je demandai à Sir William Des Vœux s’il était vrai qu’un arrangement fut intervenu entre le gouvernement de la République et de la Grande-Bretagne relatif à la suspension réciproque des opérations de la pêche du homard sur le French Shore. Le Gouverneur, sans entrer dans aucun détail, me répondit qu’il croyait à une entente de cette nature entre les deux gouvernements. Je me contentais de l’assurer que je ne partageais pas sa conviction.

127Il était inutile d’en dire davantage ; Sir W. Des Vœux est très souffrant des suites d’une chute sur la glace. Il doit partir demain pour Londres, laissant ici sa famille ; son absence, dit-il, ne durera que six semaines, et le but de son voyage est tout personnel : il va consulter son médecin. Mais Lady Des Vœux prétend, de son côté, que des affaires de famille pressantes appellent son mari en Angleterre. Il ne serait pas surprenant que l’intention du Gouverneur fût d’obtenir un changement de poste. L’état de sa santé ne permet pas de supposer qu’il entreprend ce voyage pour le service de Terre-Neuve. Quoi qu’il en soit, comme le Gouverneur devra nécessairement passer au Colonial Office pendant son séjour à Londres, je crois bon d’annoncer son départ à Votre Excellence.

044 CPC St-Jean, le 21 avril 1887

128J’ai l’honneur d’informer Votre Excellence que, par suite du départ du Gouverneur de Terre-Neuve pour Londres, Sir Frederick Carter, Juge en chef de la colonie, a prêté serment en qualité d’Administrateur du gouvernement.

129Une communication du Secrétaire des colonies à Londres est arrivée hier à St-Jean. Le gouvernement de S. M. Britannique s’y montrerait très impressionné du préjudice occasionné à la pêche de Terre-Neuve par la prime que le gouvernement de la République accorde à ses nationaux. Néanmoins, la sanction du bill boëtte ne semble pas faire grands progrès.

  • 26 L’ordre de Saint-Michel et Saint-Georges est surtout décerné aux personnes ayant rendu de grands s (...)

130Le Premier ministre de Terre-Neuve, en ce moment à Londres, comme le sait Votre Excellence, a été décoré de l’ordre de St-Michel et St-Georges26, circonstance qui rendra le nouveau sir plus attentif aux raisonnements du Colonial Office. Quant à Sir Ambrose Shea, il est certainement trop attentif à guetter la succession éventuelle de Sir William Des Vœux pour s’occuper beaucoup d’autres affaires. On peut donc présumer que la fin de la présente session législative de Terre-Neuve (annoncée pour la première quinzaine de mai) arrivera avant que le bill boëtte ait reçu la sanction royale, si tant est qu’il la reçoive jamais dans la forme peu réfléchie sous laquelle il a été présenté.

045 CPC St-Jean le 26 avril 1887

  • 27 Pierre-René-Georges Dubail, Consul général à Québec de 1886 à 1890.
  • 28 Sir John A. Macdonald, Premier ministre du Canada de 1867 à 1873, ainsi que de 1878 à 1891.
  • 29 Sir Charles Tupper, médecin et politicien de la Nouvelle-Écosse, ministre dans le cabinet de Sir J (...)

131Par sa dépêche en date du 5 courant, N° 4, Votre Excellence m’a fait l’honneur de me communiquer un rapport de M. le Consul général à Québec, où il est question du projet d’union de Terre-Neuve au Dominion canadien. M. Dubail27 semble considérer comme douteux le concours des provinces canadiennes à la réalisation des vues de Sir John A. Macdonald28 en ce qui concerne cette annexion. Je suis absolument de l’avis de M. Dubail quant au sentiment canadien, ainsi que l’indiquent les réflexions que je faisais en terminant ma lettre N° 12 du 25 février dernier. En dehors de quelques personnalités canadiennes, Sir John A. Macdonald et Sir Charles Tupper29 principalement, l’annexion de Terre-Neuve n’est rêvée par personne dans le Dominion. Pour ce qui est de Terre-Neuve, rien n’indique le moindre progrès dans cette direction. Les journaux continuent à publier sur ce projet des expressions d’opinions diverses, mais la classe dirigeante ne le goûte guère ; elle y voit l’écroulement du pouvoir et des monopoles qu’elle exercice. Le peuple est et restera passif.

  • 30 William Alexander Foster, avocat et essayiste de Toronto qui a contribué à la définition du nation (...)

132M. Foster30, dont le discours est cité par M. Dubail, s’est fort avancé, à moins qu’il n’ait voulu attacher le grelot. Sans me prétendre mieux informé que lui, je crois pouvoir affirmer que les délégués de Terre-Neuve à Londres n’ont pas le moins du monde mission d’y « exposer l’affaire ». Sir Ambrose Shea a été, il est vrai, l’avocat très ardent de la Confédération, mais il ne briguait pas alors la position de Gouverneur Général [Lieutenant-Gouverneur] de Terre-Neuve. Les convictions de Sir Ambrose Shea, il l’a souvent montré, n’ont rien d’immuable. D’un autre côté, Sir Robert Thorburn, son collègue, s’est toujours opposé à toute velléité d’annexion au Dominion et, comme le prouve la place qu’occupe ce dernier à la tête du gouvernement, ses idées représentent celles de l’oligarchie marchande de Terre-Neuve. Ce premier ministre paraît avoir gardé le silence sur l’annexion de Terre-Neuve au Canada dans les discours qu’il a prononcés dernièrement à Londres devant le Congrès colonial. Les déclarations de M. Foster semblent donc être, tout au moins, prématurées. À mon sens, ce n’est qu’à la veille, peut-être même au lendemain, d’une banqueroute ou d’une crise politique violente que Terre-Neuve recherchera l’annexion dont il s’agit. Reste à savoir si, alors, l’intérêt impérial ou les projets des hommes politiques au Dominion favoriseraient cette dispendieuse acquisition.

133Dans mes lettres des 12 janvier et 4 février derniers, j’ai parlé de l’éventualité d’une fusion de Terre-Neuve dans le Dominion, car elle me semble impliquer un écueil sérieux à l’affirmation de nos droits sur le French Shore et qu’elle offrait alors une solution aussi rapide que désavantageuse pour nous à la question de la boëtte. J’aurai toujours soin de tenir Votre Excellence exactement renseignée sur le mouvement de l’opinion à Terre-Neuve en matière d’annexion au Dominion canadien. Si Terre-Neuve était libre de son choix, l’union aux États-Unis réunirait un très grand nombre de suffrages.

046 CPC St-Jean, le 19 mai 1887

134[…] Au moment où la cérémonie de clôture [de la législature] (à laquelle, cela va sans dire, je n’ai pas été convié) venait de prendre fin, le Premier ministre de Terre-Neuve, Sir Robert Thorburn, entrait dans le port sur le Caspian arrivant de l’Angleterre. Les navires appartenant à la maison de commerce de Sir Robert étaient pavoisés ; de son propre quai partaient des coups de canon, mais là se sont arrêtées les manifestations de la joie qu’un people ingrat aurait dû éprouver en revoyant celui auquel les journaux bien pensants et subventionnés attribuent la gloire d’avoir fait sanctionner le bill boëtte. Le quai où accoste le Caspian était couvert de monde ; le Premier ministre a traversé la foule sans qu’un chapeau fût agité, sans qu’un hourra fut poussé. Plusieurs membres de la législature étaient allés le saluer à bord, mais, détail curieux, pas un ne l’accompagnait au moment de quitter le navire.

135Sir Ambrose Shea est resté à Londres.

047 CPC St-Jean, le 23 mai 1887

136Par une lettre en date du 3 de ce mois, M. le Commandant des îles St-Pierre-et-Miquelon [Henri de Lamothe] m’a fait savoir qu’un certain Scarlett, George, employé des Douanes de Terre-Neuve, était débarqué à St-Pierre avec mission de son gouvernement de surveiller les caboteurs de la côte qui viennent y prendre des provisions et, paraît-il, les faire saisir à leur retour. Du rapport ci-annexé du Commissaire de police de St-Pierre et de la lettre qui l’accompagne, il résulte que Sr Scarlett n’a pas jugé à propos de se rendre à l’invitation qui lui a été faite de demander un permis de séjour ; qu’en outre, il n’était pas inconnu dans notre colonie, où il avait laissé des souvenirs peu favorables. M. de Lamothe terminait sa lettre en disant qu’il avait tenu à me donner ces différents renseignements pour me mettre à même de répondre si, par hasard, une réclamation me parvenait.

137Jusqu’à ces jours derniers, sauf des rumeurs confuses et l’absurde assertion que le consul d’Angleterre à St-Pierre avait été expulsé de l’île, rien n’avait transpiré à ce sujet ; cependant, certaines questions qui me furent posées me faisaient présumer que le gouvernement de Terre-Neuve avait pris la chose à cœur. Une recrudescence de la froideur administrative à mon égard, sans motif apparent (puisque le bill boëtte était ratifié et l’arrangement de 1885 rejeté, que par suite on ne pouvait plus m’en vouloir de renseigner trop exactement le Département, ainsi qu’on l’a, paraît-il, appris à Londres) était autant d’indices qu’un grief nouveau allait être formulé. En effet, vendredi dernier, le Gouverneur par intérim m’a entretenu de l’affaire Scarlett. Sir Frederick Carter me dit que le cabinet de St-Jean en avait été extrêmement froissé, avait fait une enquête, recueilli des témoignages, etc., etc.

138Je regrette, ai-je répondu, qu’on n’ait point jugé opportun de me demander des informations avant de se donner tant de peine.

139Mais, me dit l’Administrateur, nous ne pouvons pas avoir recours à vous puisque vous n’êtes pas accrédité ; le gouvernement de Terre-Neuve n’a d’autre marche à suivre que d’en référer à celui de S. M. Britannique ; aussi, n’est-ce qu’à titre d’ami que je vous parle de cette affaire.

140Je suis tout disposé, lui dis-je, à faire cesser un malentendu, à tel titre que ce soit. Je ne me suis d’ailleurs jamais préoccupé de la situation qui m’est faite ici au point de vue officiel et que l’on semble trop disposé à me reprocher ; ce n’est pas à moi qu’il incombe d’apprécier ce qu’elle peut avoir d’insolite, mais bien au gouvernement de la République, qui m’a envoyé. Vous vous rappelez que, lors de mon arrivée à St-Jean, vous m’avez offert, avec une courtoisie dont j’ai gardé un reconnaissant souvenir, de faire insérer ma nomination dans la Gazette officielle ; je vous ai prié d’attendre pour cela l’arrivée de mon exequatur. J’expliquai ensuite l’incident Scarlett et prouvai, pièces en main, que cet employé n’avait pas jugé à propos de se conformer au vœu de l’arrêté du 12 mars 1857 qui a force de loi à St-Pierre-et-Miquelon. Sir Frederick Carter parut convaincu et exprima le désir de posséder soit la copie en anglais, soit l’original de la lettre du Sr Scarlett au Commissaire de police de St-Pierre. J’ai écrit à M. de Lamothe pour lui demander de me mettre en mesure de satisfaire à cette demande.

  • 31 Henry William Waddington, Ambassadeur de France à Londres de 1883 à 1893. Voir Mary King Waddingto (...)

141Je porte ces détails à la connaissance de Votre Excellence en prévision des démarches qui pourront être faites auprès d’elle par le cabinet britannique si, comme je suis assez porté à le croire, Sir Frederick Carter ne réussit pas à démontrer à ses ministres combien est futile la réclamation qu’il médite d’envoyer à Londres. Dans le but de mettre M. l’Ambassadeur de la République à Londres en mesure de répondre sans retard aux questions que le gouvernement impérial pourrait lui poser au sujet de cet incident, j’adresse par ce même courrier à M. Waddington31 copie de ce qui précède.

142L’attitude de plus en plus hostile du gouvernement de Terre-Neuve attirera, je n’en doute pas, l’attention de Votre Excellence. La manifestation de sentiments hostiles avait, jusqu’à un certain point, été tenue en échec par l’incertitude du succès à l’égard du bill boëtte et du rejet de l’arrangement de 1885 relatif aux pêcheries. Mais aujourd’hui, le gouvernement, grisé par un triomphe dont il s’exagère la portée, trouve la dissimulation désormais inutile ; il devient agressif. Je suis secrètement informé qu’à l’occasion de l’incident Scarlett, une question, déjà agitée, avait été remise sur le tapis, à savoir : « Comment s’y prendre pour se débarrasser de la présence de l’agent français ? » Je regrette vraiment que ce gouvernement ne soit pas en mesure de m’offrir mes passeports.

143Si j’avais les moyens de subvenir aux frais d’un voyage en France, j’aurais déjà prié Votre Excellence de m’autoriser, pour la fin de la présente campagne de pêche, à me rendre à Paris l’entretenir, plus en détail qu’il n’est possible de le faire par correspondance, de questions dont la gravité s’accentue chaque jour davantage. Je réussirai peut-être à lui démontrer que le poste de Terre-Neuve ne saurait utilement subsister sans certains éléments qui lui manquent. Votre Excellence en arriverait, je crois, à cette conclusion, qu’il vaudrait mieux le supprimer que de le laisser sur un pied si peu en rapport avec son importance, tant au point de vue de la représentation que de l’efficacité de son service dans la vaste région qu’il embrasse. Le poste de Terre-Neuve, si je ne m’abuse, est exceptionnel sous bien des rapports ; placé dans un pays absolument et ouvertement hostile aux intérêts nationaux qu’il représente, il est en outre privé de l’appui moral sur lequel repose d’ordinaire l’autorité d’un consul : le consentement du gouvernement auprès duquel il est accrédité. C’est un poste de combat à tous égards, et c’est en lui seul qu’il doit puiser toute sa force ; aucun groupe sympathique n’est là pour le seconder. Il semble donc avoir tous titres à la sollicitude et au patronage de l’administration.

  • 32 Alexis-Eugène-Achille-Napoléon Schoënfeld (dit Léon), gérant du vice-consulat en 1881 et en 1882.

144Les membres d’un gouvernement, aussi bien que les masses, n’accordent leur respect officiel à un agent étranger qu’en raison directe du degré d’indépendance et d’apparat que peut déployer cet agent. L’Angleterre, ayant admis ce principe, s’y est parfaitement conformée ; c’est pourquoi ses agents occupent, toujours et partout, Votre Excellence le sait, la première place parmi leurs collègues et, par suite, obtiennent davantage avec infiniment moins d’efforts. La situation faite au titulaire du vice-consulat de France à St-Jean de Terre-Neuve a toujours été mal assortie aux besoins du poste. Dès que M. Schoënfeld32, l’un de mes prédécesseurs par intérim, apprit ma nomination, il m’écrivit : « Douze mille francs à St-Jean, c’est presque la misère. » M. Schoënfeld ne disait malheureusement que trop vrai et, plus malheureusement encore, d’autres savent ici, malgré les efforts que je fais depuis 17 mois pour le cacher à tous les yeux, combien sont insuffisantes les ressources mises à ma disposition.

  • 33 Auguste-Antoine Jacquemin, consul chargé de l’agence de St-Jean de 1875 à 1876.
  • 34 Léon-Arnold-Émile de La Chaume, vice-consul de 1882 à 1885.
  • 35 Henri de La Chaume, auteur de Terre-Neuve et les Terre-Neuviennes, 1886. Voir Mary White, « Émile (...)
  • 36 Émile-Désiré Kraëtzer, chargé du vice-consulat de St-Jean de 1880 à 1881.

145M. Jacquemin33, le premier titulaire du poste, jouissait d’un traitement de 14 000 francs ; néanmoins, le 17 octobre 1876, sous le timbre de la Direction de fonds, il faisait ressortir l’insuffisance de ce traitement, se plaignait de l’élévation des droits de douane qui, cependant, étaient alors de 40 à 50 % inférieurs à ceux d’aujourd’hui. Enfin, après 20 mois de séjour, il a préféré demander sa mise en disponibilité à rester dans ce poste d’épreuve à tous égards, où l’on trouve un gouvernement hostile, une population peu sympathique, un climat très dur et très variable, [une] absence de confort, [une] vie dispendieuse bien que très médiocre, [et l’] isolement. M. de La Chaume34 n’a pu tenir ici que 16 mois ; il y a dépensé plus de 30 000 francs, quoique seul avec son fils35, auquel un traitement avait d’ailleurs été accordé. M. Kraëtzer36, célibataire cependant, a réclamé et reçu des indemnités pendant son court séjour ici.

146Je n’insisterai pas sur un sujet dont il m’est infiniment pénible d’entretenir Votre Excellence et que j’ai déjà soumis à sa haute appréciation sous le timbre de la Division des fonds et de la comptabilité ; j’ose espérer qu’elle reconnaîtra la justesse de mes observations et daignera en tenir compte.

048 CPC St-Jean, le 4 juin 1887

147J’ai l’honneur d’informer Votre Excellence que Sir George William Des Vœux, Gouverneur de Terre-Neuve, est arrivé à St-Jean, de retour de Londres, le 31 mai dernier. La santé du Gouverneur semble meilleure. Je suis allé le voir et lui ai annoncé que la Clorinde arriverait ici dans les premiers jours de juillet. Sir George s’est montré fort gracieux (il a ses jours) et à la fin de ma visite m’a demandé de lui procurer, outre la copie de la lettre du Sr Scarlett que l’Administrateur lui avait déjà remise, la traduction du rapport du Commissaire de police de St-Pierre. J’ai promis la traduction et exprimé de nouveau mon regret de ce que le cabinet de St-Jean n’eût pas jugé à propos de me demander des éclaircissements avant d’en référer à Londres. Le Gouverneur m’a tenu le même discours que l’Administrateur relativement à ma situation vis-à-vis le gouvernement de la colonie. J’ai répondu dans les termes rapportés dans ma dépêche du 23 mai, N° 25. S. Exc. m’adressa quelques paroles fort obligeantes, auxquelles je ne m’attendais pas précisément de sa part, et nous nous sommes quittés, cette fois, les meilleurs amis du monde.

148Le retour du Gouverneur et le séjour prolongé de Sir Ambrose Shea à Londres ont donné lieu à de nouveaux commentaires relativement aux négociations devant aboutir à l’union de Terre-Neuve au Dominion canadien. Cette fusion, souhaitée, on peut le croire, par le gouvernement britannique, se fera encore attendre, mais elle est indiquée et devra fatalement s’effectuer.

049 CPC St-Jean, le 8 juin 1887

149Sir George William Des Vœux, Gouverneur de Terre-Neuve, vient d’être appelé au gouvernement de Hong Kong. Le Gouverneur doit quitter St-Jean le 23 de ce mois. Sir George laissera ici de bons souvenirs ; sa politique, pendant l’année qu’il a passé à Terre-Neuve, a été de s’identifier avec les intérêts (peut-être aussi avec les préjugés) de ses administrés ; ce ne sera pas sans regrets qu’on le verra partir.

150Malgré la gêne que les questions des pêcheries tendaient naturellement à créer dans mes relations avec le Gouverneur, les rapports que j’ai eu occasion d’entretenir avec Sir G. W. Des Vœux ont toujours été excellents. On ignore encore quel sera son successeur.

050 CPC St-Jean, le 5 juillet 1887

151[…] Mais Votre Excellence le sait, la coterie de St-Jean est sourde à tous raisonnements ; aveuglée par l’espoir du gain qu’elle espère réaliser en gênant nos pêcheurs, elle s’inquiète fort peu du sort des malheureux et ignorants colons qu’elle exploite. Ceux-ci, comme je l’ai déjà fait savoir, cherchent à échapper par la fuite au joug qu’ils ne savent secouer ; l’émigration vers le Canada et les États-Unis continue dans des proportions alarmantes. La campagne de pêche ne promet pas d’être très fructueuse cette année ; des incendies de forêts ont ravagé la péninsule Avalon ; la perspective des récoltes est mauvaise. De graves embarras vont assaillir le gouvernement de cette colonie l’hiver prochain, augmenter son impopularité, épuiser ses ressources déjà bien insuffisantes. On n’aura bientôt plus d’espoir que dans l’union au Dominion canadien où Terre-Neuve perdra son autonomie, il est vrai, mais qui détruira les monopoles et l’influence, ruineux pour le pays, qu’exerce depuis si longtemps l’oligarchie marchande.

152Tout me porte à croire que les ennuis que l’on a voulu nous créer se tourneront à notre avantage ; placés dans la nécessité d’affirmer les droits qui nous sont garantis par les traités, outillés pour la pêche de notre boëtte, si l’heure de la Confédération vient à sonner, elle nous trouvera solidement établis dans nos privilèges et en mesure d’attendre que l’on vienne nous faire des propositions.

051 CPC St-Jean, le 15 juillet 1887

  • 37 Le capitaine de vaisseau Edgar-Eugène Humann, Commandant de la Division navale de Terre-Neuve. Cet (...)
  • 38 Le sémaphore : un poste d’observation du trafic maritime construit sur la côte et à partir duquel (...)

153L’éclat avec lequel a été célébrée cette année à St-Jean la Fête nationale du 14 juillet restera longtemps dans la mémoire de ceux qui en ont été témoins. M. le capitaine de vaisseau Humann37, commandant la Clorinde, m’ayant officiellement annoncé que son intention était de tirer, ce jour-là, une salve de 21 coups de canon, de pavoiser, d’illuminer et enfin de clore par un feu d’artifice, je transmis cette information au gouvernement de Terre-Neuve et au corps consulaire de St-Jean. Après avoir considéré si sa dignité de représentant de S.M.B. lui permettait bien de prendre ma note en considération et de se rendre à mon invitation en s’associant aux manifestations projetées, le Gouverneur par intérim s’exécuta enfin. Il me répondit par l’entremise de son secrétaire et donna des ordres pour faire pavoiser les principaux monuments publics, c’est-à-dire le Palais du gouvernement, le parlement, la douane et le sémaphore38.

154Tandis que le gouvernement hésitait, mes collègues, avec une spontanéité qui ne me semble pas sans signification, me firent demander par le doyen, consul général du Portugal, à quelle heure je pourrais recevoir à mon bureau la visite du corps consulaire. Je m’empressai de répondre et, M. le commandant Humann m’ayant fait l’honneur de se joindre à moi, j’ai reçu ces messieurs dans l’après-midi du 14. Il m’a semblé opportun de répondre à cette manifestation sans précédent à St-Jean en célébrant la Fête nationale par une collation offerte à mes collègues. Plusieurs discours de circonstance furent prononcés ; M. le commandant Humann voulut bien me seconder en prenant la parole à deux reprises différentes.

155Cette réunion a eu un certain retentissement. La présence de la Clorinde a été le signal et la cause de ces divers témoignages d’estime, et je suis très reconnaissant à M. le commandant Humann d’avoir cédé à mes instances en prolongeant un séjour que son intention première était de rendre le plus court possible.

052 DP St-Jean, le 15 juillet 1887

156Par sa dépêche en date du 30 juin dernier, Votre Excellence m’a fait l’honneur de m’annoncer ma promotion au grade de consul de 2e classe. Je prie Votre Excellence de vouloir bien agréer l’expression de ma profonde gratitude. Elle peut être assurée que je ne négligerai rien pour justifier le choix dont elle m’honore et acquérir, par mon zèle et mon dévouement, de nouveau titres à sa haute bienveillance et à celle du Département.

053 CPC St-Jean, le 18 juillet 1887

157[…] Il [le capitaine de vaisseau Humann] nous quitte aujourd’hui après avoir eu souvent occasion de s’entretenir avec les principaux personnages politiques de l’île et de se trouver en contact avec l’élite de la société de St-Jean. Je crois avoir facilité ces rapports en donnant, dès le surlendemain de l’arrivée de la Clorinde, une fête à laquelle j’ai convié ce que la ville renferme de plus notable ; on s’est rendu avec un grand empressement à mon invitation. De leur côté, le Commandant et son état-major ont donné une après-midi dansante à bord de la frégate. Cette réunion a été fort brillante. Il ne s’est d’ailleurs point passé de jour sans invitations pour le Commandant et ses officiers.

158L’effet produit à St-Jean par la présence de la Clorinde a été excellent et sera certainement durable. Le haut savoir, la grande expérience de M. le commandant Humann en affaires de pêcheries, joints à son admirable connaissance de la langue et du caractère anglais, donnent à cet officier supérieur une autorité incontestable et incontestée. On peut s’entêter ici à ne point démordre de prétentions passées à l’état de principes, mais il est impossible que la foi dans le succès n’ait pas été ébranlée chez les plus tenaces. Le Commandant a été particulièrement frappé de rencontrer tant de gens qui prétendent n’avoir aucune confiance dans le bill boëtte ; il a pu se convaincre de cette vérité : que le bill est l’œuvre d’une minorité mais d’une minorité aujourd’hui toute puissante, l’oligarchie marchande.

054 CPC St-Jean, le 2 août 1887

  • 39 Henry Arthur Blake, né en Irlande, ancien membre de la Gendarmerie irlandaise et magistrat spécial
  • 40 Coercion Act : la loi de Coercition votée pendant la deuxième administration du Premier ministre d (...)

159Par sa dépêche en date du 12 juillet dernier, Votre Excellence m’a fait l’honneur de m’annoncer que M. Henry Blake39, Gouverneur des îles Bahamas, serait probablement nommé à Terre-Neuve, en remplacement de Sir George Des Vœux. M. Blake a été en effet nommé Gouverneur de Terre-Neuve, mais rien d’officiel n’a été publié à ce sujet dans la colonie ; il ne manque pas de gens qui, même aujourd’hui, affectent de prétendre que M. Blake ne viendra pas à Terre-Neuve. Ce sont principalement des Irlandais ; les antécédents de M. Blake, ancien magistrat préposé à l’exécution du Coercion Act à Dublin, ne sont pas faits pour lui attirer leurs sympathies40. Le bruit courait même, ces jours derniers, que M. Blake avait été appelé à Londres pour expliquer certains actes de son administration. Le nouveau gouverneur se rend effectivement à Londres, mais une partie de sa famille est attendue ici dès demain.

160Votre Excellence sait que Sir Ambrose Shea remplace M. Blake dans le gouvernement des îles Bahamas. Le cabinet de St-Jean se trouve ainsi débarrassé d’une personnalité fort encombrante pour lui. Sir Ambrose Shea passe l’été ici ; il se rend à son poste en septembre ou octobre prochain. On lui prête encore des aspirations au gouvernement de Terre-Neuve.

055 CPC St-Jean, le 25 août 1887

161[...] L’urgence de sauvegarder, de fortifier notre position sur le French Shore par tous les moyens en notre pouvoir, d’en écarter les intrus par une fréquentation systématique de toutes nos baies, s’accroît en vue des progrès, lents jusqu’à ce jour mais certains, que fait la marche de Terre-Neuve vers l’union au Dominion canadien. Le gouvernement de la Grande-Bretagne désire vivement cette fusion ; la colonie, mal administrée, s’endettant de plus en plus, ne saurait y échapper. On aurait tort, je crois, de trop se flatter de l’espérance qu’une fois Terre-Neuve dans la Confédération il sera plus aisé que par le passé d’arriver à un règlement amiable des difficultés dont nous cherchons depuis si longtemps la solution. Le Parlement canadien deviendrait, il est vrai, l’arbitre appelé à se prononcer ; mais notre action, notre influence sur cette assemblée, sera-t-elle plus efficace que sur la législature de Terre-Neuve ? Aurons-nous une majorité à Ottawa plutôt qu’à St-Jean ? Il est permis d’en douter.

  • 41 Sir Hector Langevin, pendant les années 1880 le lieutenant officiel de Sir John A. Macdonald dans (...)
  • 42 Les Fenians : à la suite de la guerre de Sécession, la Fenian Brotherhood, composée d’anciens comb (...)

162Les sympathies canadiennes pour la France (qu’on est assez porté à s’exagérer) et qui pour moi se résument encore dans une phrase que j’ai retenue et que je citerai, lancée mal à propos en 1880, à bord de la Magicienne par Sir Hector Langevin41, alors, comme aujourd’hui ministre fédéral à Ottawa : « Notre attachement au souvenir de la France, notre mère patrie, ne porte aucune atteinte à notre fidélité à la couronne d’Angleterre, et le jour où nous, Canadiens-Français, serions appelés à combattre contre la France pour l’honneur du pavillon britannique, nous le ferions avec la même ardeur que nous avons montrée contre les Fenians42. » Ces sympathies, dis-je, modifieraient-elles la politique du gouvernement fédéral, dont la conduite envers les États-Unis au sujet des pêcheries ne semble pas faite pour encourager les illusions ? La politique du Dominion sera plutôt d’acquérir le contrôle absolu du golfe du St-Laurent, par suite, de nous en écarter ou tout au moins d’assurer aux colons de Terre-Neuve le libre accès au fleuve, à travers la zone à nous réservée. Le gouvernement canadien sera même heureux de trouver là une occasion de ramener à lui les mécontents de la Nouvelle-Écosse et de plaire au Nouveau-Brunswick en favorisant les empiétements de ces provinces sur le French Shore, notamment en ce qui concerne les pêcheries de homard.

163J’ai eu occasion de le dire dans mes précédentes dépêches, et je crois devoir le répéter : il importe que la Confédération nous trouve solidement établis dans l’exercice de nos droits, alors, mais seulement à cette condition, nous pourrons espérer de nous y maintenir et aussi de tirer avantage de la situation nouvelle. Cette considération me porte à souhaiter que, tout comme pour la côte est, un syndicat prenne la direction des pêcheries dans le golfe.

056 CPC St-Jean, le 29 août 1887

  • 43 Le vice-amiral Algernon Lyons, Commandant de la Station navale de l’Amérique du Nord et des Antill (...)

164Après trois semaines de séjour dans le port de St-Jean, les croiseurs britanniques Emerald, Bullfrog, et Lily viennent de reprendre la mer et leur service sur la côte de Terre-Neuve. Ces trois bâtiments ont contribué dans une large mesure à la célébration à St-Jean du 50e anniversaire du règne de S.M.B. L’amiral Lyons43, que l’on avait d’abord cru pouvoir attendre vers cette même époque, a remis sa visite et ne viendra que vers le milieu du mois prochain ; il rencontrera probablement ici la Clorinde.

165Je ne néglige aucune occasion d’entretenir avec les officiers anglais les relations les plus courtoises. Il serait à souhaiter que le règlement de nos difficultés avec Terre-Neuve rencontrât partout autant de bon vouloir que parmi ces officiers. Je ne crois pas me tromper en avançant qu’ils sont aussi fatigués que nous pouvons l’être nous-mêmes d’une situation si mal définie et des agissements de la colonie, mais que peuvent-ils ? Proposer des mesures ? Le gouvernement et la législature ne tiennent aucun compte de leurs suggestions. Sévir quand nous nous plaignons ? Comment le faire puisque les auteurs des délits restent presque toujours inconnus et que Terre-Neuve dépose invariablement au pied du Trône les responsabilités que son autonomie comporte.

166C’est un étrange spectacle, celui que nous avons sous les yeux. Rien ne me semble plus propre à donner la mesure de l’immense influence accordée au pavillon britannique que ce consentement tacite de toutes les nations de l’univers à s’incliner devant les privilèges des colonies qu’il abrite sous ses plis et, d’autre part, rien ne saurait définir plus exactement l’irrésistible fascination exercée sur les Anglais par le titre de sujet britannique que l’ensemble avec lequel la métropole subit, épouse et défend les caprices de ces mêmes colonies.

057 CPC St-Jean, le 9 septembre 1887

  • 44 Lord George FitzGerald, fils de Charles William FitzGerald, 4e duc de Leinster.

167Hier soir, à 11 heures, le Peruvian, attendu depuis l’avant-veille, est entré dans le port de St-Jean, ayant à bord le nouveau Gouverneur de Terre-Neuve, M. Henry Arthur Blake. Toujours soucieux d’écarter les obstacles que ma situation anormale au point de vue officiel peut créer à l’efficacité de mon service, je m’étais préalablement arrangé de façon à ne pas être un étranger pour le nouveau gouverneur et à pouvoir me passer du concours des autorités pour une présentation et une entrevue. C’est ainsi qu’aujourd’hui même, avant 10 heures du matin, j’ai pu, sans singularité, me présenter au Palais du gouvernement. Le secrétaire du Gouverneur, Lord FitzGerald44, me reçut avec beaucoup de courtoisie et me dit que S. Exc. serait heureux de me voir. Je fus donc introduit dans le cabinet de M. Blake.

168Après l’échange de phrases polies, je m’informai de l’heure à laquelle le Commandant de notre division navale, actuellement à St-Jean, pourrait faire sa visite. Rendez-vous fut pris pour 1 heure de l’après-midi, immédiatement après la prestation de serment. J’ai accompagné M. le commandant Humann chez le Gouverneur. Demain S. Ex. se rendra à bord de la Clorinde, où il sera reçu avec tous les honneurs.

169Il a fallu agir rapidement pour devancer les sommités coloniales ; j’ai la satisfaction d’avoir réussi à mener à bonne fin la tâche que je m’étais imposée. J’ai voulu que M. le commandant Humann eût l’occasion d’entretenir le Gouverneur et que des civilités fussent échangées entre eux, aussi bien qu’avec moi-même, avant que le jugement du Gouverneur pût se trouver façonné par ses ministres. Maintenant, la première impression est produite : elle est favorable, j’ai lieu de le croire ; je me retire et fais place à la cohue des dignitaires insulaires.

058 CPC St-Jean, le 12 septembre 1887

170La Clorinde, arrivée le 6 courant, vient de lever l’ancre ; elle se rend à St-Pierre-et-Miquelon. Cette seconde visite a donné lieu à des échanges de courtoisie et à divers entretiens entre le nouveau Gouverneur, M. Blake, et le Chef de notre division navale.

171Le commandant Humann a trouvé le Gouverneur animé du désir de concilier l’exercice de nos droits avec les aspirations de la colonie. M. Blake n’a pas caché au Commandant que son influence ne saurait, en ce moment, se faire beaucoup sentir, attendu que les questions dont il s’agit ne lui sont pas encore familières et qu’en ce qui le concerne personnellement, il ne se dissimule pas que ses antécédents en Irlande l’obligeront à observer une grande réserve au début de son administration. Il a néanmoins promis de veiller notamment à ce que l’enquête commencée au sujet du naufrage et du pillage du Belem de St-Servant, armateurs MM. Guibert et fils, perdu sur la côte du Labrador, fût activement poursuivie.

059 CPC St-Jean, le 11 octobre 1887

172Sir Charles Tupper, commissaire du Canada à Londres, a passé, le 6 de ce mois, quelques heures à St-Jean ; il se rendait à Halifax (Nouvelle Écosse). On avait supposé ici que ce personnage venait s’entendre avec le gouvernement de Terre-Neuve, soit pour la nomination d’un commissaire terreneuvien adjoint à la Commission des pêcheries qui doit prochainement se réunir à Washington, soit pour s’édifier sur les sentiments de la colonie au sujet de l’arrangement projeté entre les États-Unis et les provinces britanniques de l’Amérique du Nord relativement aux concessions réciproques. Aussi n’est-ce pas sans un profond désappointement que l’on a vu Sir Charles Tupper ne pas faire un plus long séjour à St-Jean et appris qu’il n’était chargé d’aucune mission relativement aux pêcheries mais qu’il se rendait au Canada uniquement pour affaires concernant une élection contestée.

173Sir Charles Tupper a rendu visite au Gouverneur et à Sir Ambrose Shea ; rien de ce qu’ils ont pu se dire n’a transpiré dans le public ; je sais cependant que les démarches qu’aurait faites le gouvernement de la République auprès du cabinet de Londres, relativement à l’atteinte que des privilèges concédés aux Américains pourraient porter aux droits dont nous jouissons sur une partie du littoral de Terre-Neuve, ont été mentionnées dans leurs entretiens. […]

060 CPC St-Jean, le 14 décembre 1887

  • 45 Banquais : les bâtiments des ports de la Manche qui venaient pêcher sur le Grand Banc.

174Le Gouverneur de Terre-Neuve vient de fixer au 16 février 1888 la date de l’ouverture de la prochaine session législative. On ne saurait préciser de quel intérêt seront pour nous les débats de cette assemblée, mais il est probable que l’Opposition présentera des amendements au bill boëtte, lesquels tendront à permettre aux pêcheurs de Terre-Neuve le libre exercice de la pêche de l’appât et la vente sur place aux étrangers. Si cette mesure était adoptée, les pêcheurs étrangers devraient venir s’approvisionner dans les baies de Terre-Neuve et payer les droits de port, de phare et autres, assez élevés pour que le Trésor de la colonie y trouvât une source sérieuse de revenu[s] ; le gaspillage de l’appât serait alors considérablement diminué et le prix de la boëtte plus élevé que par le passé. J’espère que nos banquais45 trouveraient encore avantage à se passer du concours de Terre-Neuve et travailleraient à s’affranchir des caprices législatifs de la colonie.

175Mais pour que le bill boëtte fût amendé, il faudrait que le gouvernement actuel tombât en minorité, éventualité très douteuse. Le retour de Sir William Whiteway au parlement pourrait seul déterminer une crise de cette nature ; le cabinet de St-Jean le sait et cherche à empêcher l’ancien Premier ministre de reprendre rang sur les bancs de l’Assemblé législative. Un député a récemment donné sa démission dans le but de faire place à Sir William, mais le gouvernement, en s’abstenant de convoquer les électeurs appelés à pourvoir au remplacement du député démissionnaire, s’efforce d’assurer la vacance du siège et [de] tenir Sir William à l’écart ; cette manœuvre a toutes les chances de réussir.

061 MDA St-Jean, le 26 décembre 1887

176J’ai l’honneur d’accuser réception de la dépêche de Votre Excellence, N° 6, parvenue le 18 courant.

177Je me suis empressé de faire une visite au Gouverneur de Terre-Neuve, et j’ai amené l’entretien sur le naufrage du Belem, échoué à une assez grande distance du French Shore, sur l’autre rive du détroit de Belle-Île, à l’Anse-au-Loup, petite localité située à quelques milles de Blanc-Sablon (Labrador terreneuvien). L’impression du Gouverneur est que le juge [Thomas R.] Bennett s’est consciencieusement acquitté de sa mission et a fait tous ses efforts pour découvrir et punir les méfaits dont le commandant Humann s’était plaint, mais que la conduite très extraordinaire du capitaine du Belem n’a pas permis au juge de pousser son enquête aussi loin qu’il désirait le faire. Le capitaine aurait décliné l’invitation du magistrat de l’assister dans la recherche des objets dérobés, au cours d’une visite domiciliaire qu’il se proposait d’effectuer dans les baies voisines du lieu du sinistre.

178[…] Mais l’incident du Belem n’est pas un cas isolé sur cette côte ; dans plusieurs de mes lettres j’ai fait ressortir l’impuissance de la colonie à faire la police de son littoral, à faire respecter les lois exceptionnellement sévères qui régissent les naufrages. J’ai dit que les navires de toutes provenances et couverts de n’importe quel pavillon couraient les mêmes dangers de devenir la proie des pillards. Dans le cas présent, le gouvernement de Terre-Neuve semble avoir fait preuve d’un bon vouloir exceptionnel et s’est montré très désireux de donner satisfaction aux réclamations du commandant Humann, appuyées par le Chef de la division navale anglaise de Terre-Neuve. Mais pour une raison ou pour une autre, les choses en resteront probablement là où elles en sont. Dans une lettre que j’écrivais le 18 novembre dernier à M. le commandant Humann au sujet du naufrage du Belem, je faisais ressortir l’inconvénient qui résulte pour nous du déplacement des responsabilités que le gouvernement de la Grande-Bretagne opère toujours avec succès, qu’il s’agisse d’arrangement diplomatique de bill boëtte ou de naufrages.

179De hautes raisons de convenances internationales obligent sans doute le gouvernement de la République à ne pas repousser catégoriquement l’immixtion des autorités de la colonie dans les affaires que le Département traite avec le cabinet de Londres ; mais dans l’état actuel de nos relations avec Terre-Neuve, cette concession est évidemment fatale à nos intérêts. Le gouvernement de Terre-Neuve nous est hostile. Il ne prend pas la peine de le dissimuler ; nous semblons cependant accepter son arbitrage. Nous n’avons aucune prise sur lui ; nous ne pourrions même recourir à l’intimidation sans nous heurter contre la hampe du pavillon britannique ; nous admettons, néanmoins, que le cabinet de Londres échappe à ses propres responsabilités en s’abritant derrière les déclarations de ce gouvernement hostile.

062 CPC St-Jean, le 17 février 1888

180Le 14 décembre dernier, j’ai eu l’honneur d’annoncer à Votre Excellence que l’ouverture de la session législative de Terre-Neuve était fixée au 16 courant. L’Assemblée s’est en effet réunie hier ; M. Blake, le nouveau Gouverneur, a prononcé le Discours d’ouverture dont Votre Excellence trouvera, ci-joint, un exemplaire. Dans ce discours, un paragraphe est affecté au bill boëtte ; il y est dit que le gouvernement de la colonie « adoptera des mesures pour en assurer l’exécution ».

181[…] Cette année, aucun des membres du corps consulaire à St-Jean n’a été convié à la cérémonie d’ouverture de la session législative. Mes collègues me font l’honneur d’attribuer cette négligence à l’embarras causé au Gouverneur par la situation que j’occupe ici au point de vue officiel. Ces messieurs s’exagèrent, je crois, l’influence que peut avoir sur l’esprit de M. Blake la crainte de me déplaire.

063 CPC St-Jean, le 12 mars 1888

  • 46 Henry Charles Keith Petty-Fitzmaurice, 5e marquis de Lansdowne, Gouverneur général du Canada de 18 (...)

182Dans ma lettre N° 4 du 2 de ce mois, j’annonçais à Votre Excellence que des bruits relatifs à un projet de confédération avec le Dominion canadien circulaient à St-Jean. Le 9, grand émoi a été causé par le dépôt sur le bureau de la Chambre législative d’un télégramme en date du 6 que le Gouverneur général du Canada46 avait adressé au Gouverneur de Terre-Neuve :

Ottawa, le 6 mars 1888

Mon gouvernement croit, sauf avis de votre gouvernement, que le temps serait venu de discuter [de] la question d’admettre Terre-Neuve dans l’union fédérale et qu’aucune difficulté ne surgirait probablement à l’égard des conditions à intervenir. En conséquence, vous serait-il possible d’envoyer à Ottawa une députation ayant pouvoir de négocier. Nous croyons que cette députation devrait représenter l’Opposition aussi bien que le parti ministériel ; la session canadienne est ouverte et peut être de courte durée ; je croirais donc opportun que la députation prît passage sur le paquebot du 15 courant.
Signé : Lansdowne.

183Le Gouverneur de Terre-Neuve a répondu :

St-Jean, le 7 mars 1888

J’ai reçu votre télégramme et l’ai communiqué à mes ministres.
Signé : H. A. Blake.

184Ces deux dépêches sont évidemment, bien qu’on prétend le nier, la suite d’une entente entre les deux gouverneurs. Les conditions offertes par le Canada sont restées secrètes ; on parle néanmoins de chemins de fer à construire, à savoir : le complément de la ligne de Halls Bay et une ligne de St-Jean à la baie St-Georges (French Shore), soit une dépense d’environ huit millions de dollars.

  • 47 Edward Dalton Shea était président du Conseil législatif de 1885 à 1913 et partisan de la Confédér (...)

185La députation à Ottawa ne sera pas nommée avant l’arrivée du Premier ministre, Sir Robert Thorburn, qui doit revenir d’Angleterre ces jours-ci. On désigne cependant déjà MM. Sir Robert Thorburn, Premier ministre actuel, considéré comme adverse à la Confédération ; Sir William Whiteway, son prédécesseur et son adversaire politique, d’opinion douteuse mais très opportuniste ; M. [Edward] Shea, Président actuel du Conseil législatif47, frère de Sir Ambrose Shea (aujourd’hui Gouverneur des Bahamas, incarnation terreneuvienne de l’idée de la Confédération).

  • 48 Patrick R. Bowers, né à St-Jean, a commencé sa carrière à l’Île-du-Prince-Édouard comme Imprimeur (...)

186En attendant, la presse accueille assez favorablement des ouvertures du gouvernement canadien. Un seul journal, le Colonist, organe catholique, a, dès le premier jour, déclaré avec une extrême violence son hostilité à toute tentative de Confédération ; c’est du reste son grand cheval de bataille depuis longtemps. Le rédacteur de ce journal est originaire de l’Île-du-Prince-Édouard (dernière et dispendieuse acquisition du Dominion), où il avait aussi fait la guerre à l’union canadienne ; vaincu, il est venu à St-Jean continuer sa croisade48.

187Le sentiment de la législature, comme celui du cabinet, semble être à peu près également divisé sur la question à l’étude. Tout ce qui tient au gros commerce, à quelques rares exceptions près, est anti-confédéré ; j’ai déjà fait connaître ces dispositions dans mes lettres du mois de février 1887 et d’autres plus récentes. Les hommes exerçant des professions libérales sont plutôt indifférents ; les classes laborieuses attendent qu’on les pousse soit d’un côté soit de l’autre ; elles se méfient. S’il s’agissait de la fédération avec les États-Unis, on constaterait, dans ces deux catégories de citoyens, plus d’enthousiasme.

188L’invitation du Canada à Terre-Neuve est certes très flatteuse ; on ne peut donc être surpris de voir que cette manifestation encourage la colonie à s’exagérer le prix attaché à son adhésion, par suite, la marge ouverte à ses prétentions. Mais ce qui pourrait étonner c’est que le Canada, je veux dire son gouvernement, recherche l’annexion de Terre-Neuve au lieu d’attendre que le fruit, parvenu à maturité, lui tombe tout naturellement dans la main, ce qui ne pourrait tarder.

  • 49 National Policy : la Politique nationale, se traduisant par l’imposition de tarifs douaniers pour (...)

189La démarche du Dominion en ce moment ne s’explique guère que par le désir de Sir John Macdonald de combler, momentanément, des lacunes dans la majorité ministérielle au parlement d’Ottawa, en y introduisant les députés et les sénateurs que Terre-Neuve confédérée y enverrait. Je dis momentanément, car, pour qui connaît les Terreneuviens, il y a certitude qu’une fois le sac des concessions épuisé, tous leurs députés passeront à l’Opposition. La National Policy de Sir John Macdonald49 est d’ailleurs en opposition directe avec les plus chères aspirations de Terre-Neuve (l’expulsion des Français et surtout l’abolition de leurs primes de pêche). Terre-Neuve souhaite le libre échange avec les États-Unis, base fondamentale du programme libéral canadien ; ce parti aurait donc droit à toutes les sympathies de Terre-Neuve. Sir John n’ignore sans doute rien de tout cela, mais il veut parer aux éventualités du moment, surtout arrondir son Dominion pour arriver à la pairie. Sir John n’est plus jeune ; il n’a guère le temps d’attendre.

190En ce qui concerne nos intérêts à Terre-Neuve dans l’éventualité de la Confédération, j’ai déjà eu l’honneur de soumettre à Votre Excellence les réflexions qui m’étaient suggérées par l’expérience que j’ai acquise du sentiment public canadien à l’égard de la France : antiques sympathies de la part des Canadiens-Français mais sympathies absolument platoniques. Quant aux Anglo-Canadiens, ils ne nous portent pas dans leurs cœurs, jaloux qu’ils sont des manifestations un peu bruyantes auxquelles aiment à se livrer leurs concitoyens de race latine, principalement « pour vexer les Anglais ». Sir John Macdonald n’a jamais, que je sache, été accusé de partialité en notre faveur, et il serait sans doute plus disposé à appuyer les prétentions de Terre-Neuve, celles de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, qu’à prêter l’oreille à nos revendications, si justes qu’elles puissent être.

191Et le Canada a aussi son bill boëtte.

192Dans mon rapport du 25 août dernier, j’ai entretenu Votre Excellence des pensées qui m’étaient suggérées par la prévision d’un mouvement de Terre-Neuve vers la Confédération ; je n’ai point eu occasion de modifier mes vues à cet égard. Le progrès que semble faire l’union de Terre-Neuve au Dominion canadien rend extrêmement urgente l’affirmation de nos droits sur le French Shore. Le Dominion doit nous trouver solidement établis dans la jouissance de nos privilèges, sans quoi il cherchera à nous en priver. C’est son intérêt ; donc, ce sera aussi sa politique.

064 CPC St-Jean, le 13 mars 1888

193[…] Ainsi que j’ai l’honneur d’en informer Votre Excellence par ma lettre d’hier, le mouvement d’union au Dominion canadien prend un nouvel essor ; il importe évidemment d’affirmer, plus que jamais, nos droits et l’exercice de nos privilèges sur le French Shore, car Sir John Macdonald, pour assurer à son gouvernement l’appui des 12 ou 14 représentants, députés et sénateurs que Terre-Neuve enverrait au Parlement canadien, n’hésitera certes pas à nous susciter toutes sortes d’embarras, notamment en ce qui concerne l’exploitation des mines de cuivre et la pêche du homard. Non seulement Terre-Neuve mais aussi la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard se trouvent fortement intéressés à cette dernière industrie ; on assure que six nouvelles homarderies britanniques seront, cette année, établies dans la baie des Îles (French Shore). L’argument que les Anglais semblent le moins préparés à repousser, relativement à cette pêche sur le French Shore, est que le homard, étant un appât de pêche, son exploitation par des étrangers constitue un empiétement, une gêne à notre égard.

065 CPC St-Jean, le 25 mars 1888

194Pour faire suite à ma lettre du 12 de ce mois, N° 6, j’ai l’honneur de porter à la connaissance de Votre Excellence que, dans le mouvement relatif à la Confédération, objet de la lettre précitée, la victoire semble devoir rester aux anti-confédérés, plus riches, plus actifs et surtout plus intéressés que leurs concitoyens d’opinion contraire. Je ne me trompais pas quand, il y a une année, j’avançais que Terre-Neuve n’entrerait dans l’union canadienne qu’après épuisement de son crédit. En effet, l’argument qui a prévalu dans les conseils, aussi bien que dans le public, est à peu près celui-ci : « Nous n’en sommes pas encore arrivés à ne pouvoir emprunter, au besoin, de quoi subvenir au fonctionnement de nos institutions. Nous avons l’espoir d’une bonne année de pêche ; rien ne nous presse. Le Canada sera toujours là, et bien aise de nous prendre, nous et notre dette, quand il nous plaira de nous joindre à lui. » Les délégués demandés par Lord Lansdowne ne seront même pas nommés, et les choses en resteront probablement là, au grand déplaisir, sans doute, du cabinet impérial qui souhaite une fusion, bien qu’il hésite encore à en forcer la réalisation.

195On peut se demander pourquoi le Canada, ayant pris l’initiative d’une invitation, n’a pas fait les choses complètes en dépêchant ici des commissaires porteurs des articles à débattre. C’est évidemment parce que l’opinion au Canada ne favorise pas bien décidément le plan de Sir John Macdonald et, plus que lui, on songe à l’argent que peut coûter l’accession de Terre-Neuve au Dominion. En somme et au point de vue de nos intérêts, le retard, car ce n’est qu’un retard, apporté à l’union de Terre-Neuve au Canada nous donne plus de temps pour rendre solide notre situation sur le French Shore, en s’éloignant [de] la perspective d’un envahissement trop rapide, surtout par les pêcheurs de homards des provinces canadiennes.

196L’éventualité, pour ne pas dire la quasi-certitude, de l’acceptation par Terre-Neuve du modus vivendi proposé par la récente Commission des pêcheries à Washington (si le Canada souscrit à cet arrangement, chose probable) peut aussi venir modifier les effets du bill boëtte, mettre la fourniture de l’appât à St-Pierre-et-Miquelon sur un pied moins aléatoire qu’aujourd’hui, en démontrant à la législature de Terre-Neuve l’impossibilité dans laquelle se trouvera le gouvernement de St-Jean d’empêcher les Américains et les Canadiens de devenir nos fournisseurs et, par suite, l’induire à modifier son bill dans un sens qui semble d’ailleurs conforme à la raison et aux intérêts de ses pêcheurs. Rétablir la liberté du trafic de la boëtte, moyennement un droit à payer par les navires en faisant le commerce [et] en venant s’en procurer pour leur pêche sur les Bancs. Nous avons, je crois, tout à gagner à ce que l’heure de la Confédération ne sonne pas encore pour Terre-Neuve.

066 CPC St-Jean, le 14 avril 1888

197D’après mes lettres antérieures, Votre Excellence a sans doute prévu que le projet de Confédération de Terre-Neuve avec le Dominion canadien n’aboutirait, pour le moment, à aucun résultat. En effet, d’orageux débats ont occupé l’Assemblée législative ; des apparences de désaccord sérieux dans le cabinet de St-Jean ont donné lieu à des bruits de crise ministérielle, mais le calme s’est fait ; le gouvernement a été autorisé par la Chambre à envoyer une députation à Ottawa « quand bon lui semblera ». La victoire, ainsi que le faisait pressentir ma lettre du 25 mars dernier, reste donc à l’oligarchie marchande. Il est évident que l’intention du parti hostile à la Confédération est de ne faire connaître les conditions d’une union (si jamais on les publie) qu’à l’époque des élections générales ; alors cette question n’aura plus qu’une importance secondaire aux yeux des électeurs, trop préoccupés à ce moment-là par les considérations de personnalités et d’antagonisme des sectes religieuses pour accorder au projet de Confédération une place prépondérante dans leur esprit.

198D’un autre côté, l’opinion au Canada semble moins que jamais envisager avec faveur les avances que le gouvernement de Sir John Macdonald a jugé à propos de faire à Terre-Neuve. Le Journal de commerce de Montréal, entre autres feuilles, s’est exprimé très catégoriquement à ce sujet.

199Les protestations des anti-confédérés de Terre-Neuve ne sont d’ailleurs guère faites pour créer des sentiments bien fraternels pour la colonie chez les citoyens du Dominion qu’ils qualifient sans cesse de « mendiants », « usurpateurs », « étrangers ». La merveilleuse outrecuidance naturelle aux Terreneuviens n’avait certes pas besoin d’être encouragée, et la proposition de Sir John Macdonald a été, au moins, prématurée. L’union de la Jamaïque, des Bermudes, qui ont exprimé avec d’autres Antilles britanniques le souhait d’entrer dans la Confédération canadienne, aurait plus d’effet sur le sentiment de l’île de Terre-Neuve que tous les arguments. Sir John porterait certainement aujourd’hui un coup terrible aux ennemis de la Confédération, augmenterait considérablement son prestige et le nombre de ses partisans dans cette colonie si, ressentant l’accueil peu flatteur fait à sa démarche, il retirait l’invitation du 6 mars dernier.

067 ADP St-Jean, le 28 mai 1888

200À M. Paul-François Clavery, Directeur des Affaires commerciales et consulaires La violence que je suis obligé de me faire pour avoir encore recours à votre bienveillance vous portera, je l’espère, à excuser mes importunités. J’avais pris la liberté d’appeler votre attention sur une lettre que j’ai adressée à la Division des fonds le 1er septembre dernier ; vous avez bien voulu m’écrire quelques mots me donnant l’assurance de votre appui, exprimant l’espoir que vous aviez d’une décision favorable à ma requête.

201La situation très pénible que je signalais en septembre dernier s’est aggravée d’un hiver exceptionnellement long et rigoureux ; la vie est bien difficile dans ce rude climat, et je me trouve aujourd’hui dans un très grand embarras. Je ne puis croire que le Département m’y laisse car, en somme, quelles sont mes prétentions ? Rien que d’équitable, une simple restitution de ce qui m’a été enlevé des ressources accordées à mes prédécesseurs et déjà réputées insuffisantes. Aucun d’eux n’a pu tenir ici aussi longtemps que moi. Aucun d’eux, pardonnez-moi de le dire, n’a eu à lutter avec autant de difficultés, à vaincre autant d’obstacles pour assurer l’efficacité de son service.

202Je ne puis, car je crois qu’il y a un intérêt de dignité nationale à ne pas le faire, je ne puis, dis-je, me résigner à donner le spectacle de mes embarras aux négociants de St-Jean, plusieurs mes collègues, qui font une guerre à outrance à l’exercice de nos droits en ce pays, à l’industrie de la pêche française ; je dois conserver une certaine respectabilité aux yeux du gouverneur anglais, du gouvernement de la colonie, des officiers de la Marine britannique, et je ne dois pas exposer les officiers de notre propre marine à rougir du poste. M. le commandant Humann, M. Dubail, ont représenté ma situation au Département ; si ces témoignages étaient nécessaires, ils ne font plus défaut aujourd’hui.

203Qu’il me soit permis de rappeler ici que je suis probablement le seul agent du Département agissant sans exequatur ; je ne m’en plains pas, et j’ai su m’en passer. Assuré de votre bienveillance, j’ai donc de nouveau recours à votre sollicitude, Monsieur le Directeur.

  • 50 Une indemnité de 1 500 F. fut accordée pour l’année 1887.

204Je me suis laissé dire que le Ministre de la Marine me faisait l’honneur de voir des inconvénients à mon déplacement, que la Division des protectorats était satisfaite de mon service ; je ne demande donc pas un changement de poste si l’on me croit utile ici et que je puisse m’y créer des titres à la 1re classe de mon grade ; mais je ne crois pas qu’il soit juste de me demander l’impossible, et c’est l’impossible qu’on me demande en ne faisant pas droit à mes trop légitimes réclamations50.

068 CPC St-Jean, le 20 juin 1888

205Ces jours derniers, il était bruit à St-Jean que la délégation chargée de discuter à Ottawa les termes de l’union de la colonie avec le Dominion canadien devait partir par le prochain paquebot attendu demain ou après-demain. On citait les noms des délégués, les mêmes que je mentionnais dans ma lettre du 12 mars dernier, N° 6, à l’exception de Sir William Whiteway, auquel on substituait M. [Patrick J.] Scott, député peu populaire mais jouissant d’une certaine réputation comme [critique] financier. Le Procureur général de la colonie, M. [James S.] Winter, supposé dévoué à Sir John Macdonald, devait également partir. Mais ces bruits étaient mal fondés, car depuis quelque temps l’attitude des leaders anti-confédérés laissait soupçonner que les choses n’en étaient pas encore à ce point. En effet, le départ de la délégation est remis au mois de septembre prochain. Ayant rencontré le Premier ministre, je lui ai dit que la colonie ne semblait pas disposée à un changement, que l’idée n’avait sans doute pas encore mûri. « Oh », me répondit Sir Robert Thorburn, « rien ne presse ; nos populations n’ont aucune inclination pour une fusion avec le Canada ».

206J’ai lu avec intérêt les communications que Votre Excellence m’a fait l’honneur de m’envoyer à titre de renseignements aux dates de 30 mai et le 1er courant. Les appréciations de notre consul général à Québec se ressentent bien naturellement de l’impression que fait toujours sur notre esprit, la confiance du plus fort dans ses rapports avec le plus faible. Comme M. Dubail, j’ai toujours cru, et crois encore, que Terre-Neuve fera un jour partie du Dominion canadien, mais ce ne sera point avant que les événements aient amené la colonie sur une pente trop rapide (je reconnais qu’elle y marche à grands pas) pour lui permettre d’opposer avec succès, à la politique de Sir John Macdonald, la résistance passive qui fait aujourd’hui la force de l’oligarchie maîtresse de l’île. Le gouvernement britannique désire certes en finir avec cette question de la Confédération ; néanmoins je sais de source certaine que le gouvernement de S. M. a fait connaître au Gouverneur de Terre-Neuve son intention formelle de rester absolument neutre.

  • 51 Passer sous les Fourches caudines : être obligé d’essuyer une défaite cuisante et humiliante. Les (...)

207Le retard apporté dans l’envoi de délégués à Ottawa semble concorder avec le plan de campagne auquel je faisais allusion dans la première partie de ma lettre du 14 avril dernier. S’il est une chose qui doive précipiter une solution, c’est le mouvement qui s’accentue vers des mesures de défense coloniale. Si, comme on en parle déjà, la Grande-Bretagne songe à fortifier certains points stratégiques de Terre-Neuve, notamment le port de St-Jean, et à entretenir quelques régiments dans la colonie, le projet s’effectuant, la lutte deviendrait impossible et les marchands ne tarderaient pas à être contraints de passer sous les Fourches caudines51, objet de leurs appréhensions.

069 CPC St-Jean, le 15 juillet 1888

208Des brouillards persistants se sont opposés à l’arrivée du commandant Humann dans ce port le 12 courant, époque qu’il avait fixée. Ces brouillards ont aussi mis entrave à la célébration de la Fête nationale du 14 juillet, fête à laquelle le Commandant de notre division navale se proposait de donner un grand éclat. Cependant, une éclaircie ayant permis au La Clocheterie d’entrer en rade, M. le commandant Humann a trouvé moyen de mettre à exécution une partie de son programme.

209Bien qu’arrivé après 5 heures de l’après-midi, il faisait, à la suite, illuminer son navire et tirer un brillant feu d’artifice, à la grande admiration des habitants de St-Jean que ce spectacle inattendu attirait en foule sur les quais et sur les points élevés de la ville. J’avais, de mon côté, projeté de donner dans l’après-midi de ce jour-là une fête qui aurait réuni nos officiers, ceux du croiseur anglais Emerald, actuellement en ce port, et l’élite de la société de St-Jean ; mais l’inclémence du temps, l’inévitable retard apporté à l’arrivée du La Clocheterie, ont rendu impossible cette manifestation. Néanmoins, j’ai pu pavoiser, illuminer et réunir à un souper les membres du corps consulaire de St-Jean. Comme l’année dernière, des discours sympathiques ont été prononcés à cette occasion.

070 CPC St-Jean, le 24 juillet 1888

210[…] En ce qui me concerne, je suis heureux que l’arrivée de M. le commandant Humann m’ait, si à propos, évité les désagréments de la situation difficile dans laquelle me plaçait l’absence d’un exequatur. Le caractère officiel du Commandant venait obvier à cet inconvénient ; le concours de ses lumières ne pouvait en outre arriver plus à point.

071 DP St-Jean, le 2 août 1888

211Par sa dépêche en date du 18 juillet dernier, Votre Excellence m’a fait l’honneur de m’annoncer que sur sa proposition M. le Président de la République m’a nommé chevalier de la Légion d’honneur par décret du 12 du même mois. Je prie Votre Excellence de vouloir bien agréer l’expression de ma profonde gratitude pour la haute distinction dont elle a daigné m’honorer.

212Le précieux témoignage de satisfaction que Votre Excellence accorde au dévouement et à l’application que j’ai conscience d’avoir apporté au service du Département est un encouragement à de nouveaux efforts. Il est en même temps la preuve de la généreuse attention que le gouvernement de la République sait prêter aux légitimes aspirations d’un agent fidèle à l’accomplissement de ses devoirs.

072 CPC St-Jean, le 7 août 1888

213[…] Comme d’habitude, dans les 24 heures et sans m’annoncer, je suis allé faire visite à bord des navires britanniques, où j’ai été parfaitement reçu de l’amiral d’abord, puis des divers commandants. L’amiral Lyons et ces messieurs sont venus chez moi rendre cette visite et n’ont en aucune façon affiché la morgue officielle que, parfois, cherchent à affecter à mon égard (bien en pure perte, je dois le dire) les fonctionnaires de la colonie. Je n’ai, comme de raison, pas été salué en quittant les navires de guerre anglais, mais à défaut de coups de canon, j’ai reçu l’assurance des regrets de l’amiral et, de la part des commandants, de courtoises excuses et les honneurs, moins bruyants mais bien flatteurs vu leur spontanéité, qu’il leur était facultatif de rendre à bord au Consul de France sans enfreindre leurs instructions.

073 CPC St-Jean, le 3 septembre 1888

214Par une lettre du 14 août dernier, j’ai eu l’honneur d’informer Votre Excellence de la présence dans ce port du croiseur français La Clocheterie, des croiseurs anglais Emerald, Forward, et Lily ; le Drac, dont j’annonçais la prochaine arrivée, est entré à St-Jean le 19. Pendant un séjour qui, pour le Drac, s’est prolongé jusqu’au 30 du mois dernier, jusqu’au 1er courant pour les bâtiments anglais et pour le La Clocheterie, tous ces navires ont contribué à donner à la ville une animation extraordinaire. De nombreuses soirées chez les notables, des dîners chez le Gouverneur et à bord des bâtiments, ainsi que d’autres occasions de se rencontrer, ont chaque jour réunis nos officiers aux officiers anglais et aux citoyens de St-Jean. La plus parfaite cordialité a présidé à ces fêtes que M. le commandant Humann a voulu couronner par un grand bal offert par lui et ses officiers et dont l’éclat et le succès n’ont rien laissé à désirer. L’agréable souvenir en restera longtemps gravé dans la mémoire des hôtes nombreux et choisis que le Chef de notre division navale avait conviés à cette fête empreinte d’un cachet tout français.

215M. le commandant Humann n’a pas négligé de profiter de l’occasion pour protester délicatement contre l’espèce d’ostracisme officiel dont le Consul de France est frappé à Terre-Neuve, et peut-être même ce souci n’a-t-il pas peu contribué à contre-balancer dans son esprit la perspective des tracas et des frais que devaient nécessairement entraîner l’organisation d’une soirée à terre. M. Humann a confié à ma femme le soin de recevoir les invités. Le Département saura apprécier, je n’en doute pas, un procédé aussi gracieux. Le bal a été ouvert par un quadrille où figuraient Mme Blake, femme du Gouverneur de Terre-Neuve, au bras du Commandant ; Mme Des Isles, conduite par le Gouverneur ; M. le capitaine de vaisseau [Richard H.] Hamond, Commandant la Division navale anglaise, et moi. J’ai conduit au souper Lady Thorburn, la femme du Premier ministre, arrivée trop tard pour faire partie du quadrille. La fête s’est prolongée bien avant dans la nuit.

216Un incident fortuit a signalé cette réunion sur les 11 heures ; le Procureur général, M. James Winter, a reçu une dépêche télégraphique lui annonçant que S. M. Britannique l’avait nommé commandeur de l’Ordre de St-Michel et de St-Georges. Je dois ajouter que les félicitations dont Sir James a été l’objet laissaient beaucoup à désirer comme chaleur et comme spontanéité de la part de ses concitoyens, lesquels se montraient plus surpris que charmés. Le Gouverneur lui-même semblait tomber des nues : il n’est encore que companion de l’ordre.

074 CPC St-Jean, le 4 septembre 1888

217Il est à peu près certain que les délégués de Terre-Neuve chargés de débattre les conditions de l’union avec le Dominion canadien partiront le 12 courant pour Ottawa. Sir Robert Thorburn, Premier ministre ; Sir James Winter, Procureur général, récemment élevé à la dignité de sir ; l’honorable M. A. W. Harvey, membre du Conseil législatif ; et M. P. J. Scott, député, sont désignés comme mandataires. M. Edward Shea, président du Conseil législatif, hésite encore à accepter cette mission. De tous ces messieurs, Sir James Winter est le seul que l’on puisse considérer comme gagné d’avance à la Confédération ; Sir Robert Thorburn y est hostile en principe ; M. Harvey en est l’ennemi implacable ; M. Scott attendra pour se décider.

218On parle de M. [Robert] Bond, député, comme devant augmenter le nombre des délégués ou partir en lieu et place de M. Shea. M. Bond représenterait l’Opposition dans l’Assemblée législative, ainsi que le parti de Sir William Whiteway, ancien Premier ministre qui, comme Votre Excellence en est instruite, se propose de rentrer dans l’arène politique. M. Bond, honnête, intelligent, jouissant d’une certaine aisance, pourrait être considéré comme le seul membre de la mission apportant à l’étude de la question un esprit à peu près libre. Il n’en serait pas de même de M. Shea ; bien que foncièrement honnête, les convictions de son frère, Sir Ambrose, le champion de la Confédération, ont dû faire sur lui une impression dont il ne se rend peut-être pas bien compte. M. Scott est censé représenter l’élément catholique ; mais l’Évêque de St-Jean, d’abord favorable à l’union, a ensuite changé d’avis.

219Lady Thorburn, Mlle Thorburn et Lady Winter sont du voyage.

220J’ai déjà soumis à Votre Excellence mes appréciations sur les bien minces chances de réussite, s’il en existe aucune, que me semble actuellement présenter le projet d’union de Terre-Neuve au Canada ; rien ne me porte à modifier ma manière de voir. Sir John Macdonald se montre, à mon sens, trop désireux de mener à bien cette dispendieuse acquisition. J’ai avancé que, tant qu’il sera possible à Terre-Neuve de trouver à emprunter, l’union au Canada sera évitée. Terre-Neuve escompte, et escomptera jusqu’à la dernière limite, le crédit que lui ouvre sur le marché anglais la certitude de voir épouser sa dette par le Dominion le jour où l’île répondra à ses avances, on pourrait dire à ses sollicitations. Je ne crois pas trop affirmer en disant que si le cabinet d’Ottawa limitait, même pro forma, le chiffre de la dette terreneuvienne dont le Canada endosserait la responsabilité, il hâterait considérablement la réalisation de ses projets d’union.

221À moins de circonstances extraordinaires favorables, le revenu de Terre-Neuve restera insuffisant, dès lors l’emprunt s’impose. Le paiement de l’intérêt d’un argent fourni par les banques étrangères à la colonie continuera à diminuer progressivement des ressources déjà hors de proportion avec les besoins d’un système administratif trop onéreux. Il est impossible d’inaugurer une politique plus sage ; les électeurs n’accorderaient pas leur appui à qui aurait le courage d’en prendre l’initiative. La faillite, ou tout au moins une gêne intolérable, est donc à prévoir dans un avenir plus ou moins prochain. C’est ce qui conduira fatalement la colonie de Terre-Neuve à entrer dans la Confédération. Seuls ceux qui ferment les yeux à l’évidence osent le nier.

222Ceci posé, l’intérêt collectif réclamerait donc une solution que les circonstances semblent favoriser aujourd’hui ; mais l’intérêt privé, les monopoles florissants s’y opposant, ces dernières considérations l’emporteront, car à Terre-Neuve le sentiment public n’existe pas encore.

075 CPC St-Jean, le 16 septembre 1888

223Par une lettre en date du 4 courant, j’ai eu l’honneur d’informer Votre Excellence que le départ de la délégation chargée de débattre à Ottawa les conditions de l’entrée de la colonie de Terre-Neuve dans la Confédération canadienne était à peu près certain. En effet, les cabines étaient déjà retenues sur le paquebot du 12 quand M. Bond, député de l’Opposition, par un refus catégorique de faire partie de la mission, a déterminé un mouvement de recul dont le résultat est que toutes négociations sont définitivement interrompues et que chacun reste chez soi.

224Dénouement prévu.

076 CPC St-Jean, le 26 octobre 1888

225M. Henry Arthur Blake, Gouverneur de Terre-Neuve, a reçu hier un télégramme du Colonial Office de Londres, lui offrant le gouvernement de la province britannique de Queensland, situation devenue vacante par suite du décès du gouverneur de cette colonie. M. Blake a accepté et quittera très prochainement St-Jean pour se rendre en Angleterre. Après son séjour de treize mois seulement à Terre-Neuve, le Gouverneur est l’objet d’une promotion qui élargit considérablement les perspectives de son avenir. M. Blake emportera l’estime de ses administrés, mais l’oligarchie marchande le verra partir sans chagrin. La politique de son prédécesseur, Sir William Des Vœux, était de s’identifier avec les préjugés de son entourage plutôt que de les combattre ; celle de M. Blake a été de se montrer attentif à étudier les besoins de la colonie au point de vue des populations laborieuses et de rechercher les moyens d’émanciper, dans la mesure du possible, ces populations du joug mercantile qui pèse sur elles.

226Quant à moi, je ne puis me défendre de regretter que M. Blake quitte Terre-Neuve en ce moment. Ainsi que j’ai eu occasion d’en informer Votre Excellence, mes relations avec le Gouverneur actuel, sans être intimes, ont toujours été empreintes d’un cachet de cordialité et d’estime mutuelle que je considérais comme de bon augure au point de vue des intérêts que représente ce vice-consulat. Il ne m’est d’ailleurs plus permis de douter que M. Blake, dans l’impossibilité où il se trouvait de reconnaître officiellement l’agent français et craignant de nous froisser, a systématiquement évité d’accorder aux consuls des autres nations, résidant à St-Jean, la moindre préférence officielle sur moi. L’incertitude que je pouvais conserver à cet égard est dissipée par une confidence faite à M. le commandant Humann. Cette attitude du Gouverneur n’a sans doute eu d’autre mobile que le désir de ménager des susceptibilités personnelles qui me sont fort heureusement étrangères, mais il n’y a pas moins lieu de lui savoir gré de ses bonnes intentions. Je souhaite que les sentiments sympathiques ayant pu naître de mes rapports avec M. Blake le suivent dans son gouvernement d’Australie, où nos intérêts dans le Pacifique le mettront sans doute en relations avec les commandants de nos escadres.

227Les changements continuels de gouverneurs à Terre-Neuve (ce sera le 3e depuis mon séjour ici) sont une entrave sérieuse au succès de mes efforts à faire prévaloir, auprès des représentants de S. M. Britannique, la justice de nos prétentions et à combattre l’opposition de parti pris que l’exercice de nos privilèges rencontre dans le pays. Ainsi, l’an prochain, nous aurons un nouveau gouverneur ; en outre, un nouveau commandant de division navale anglaise se rencontrera avec un nouveau commandant de la division navale française.

228Votre Excellence sait quelle persévérante application j’apporte depuis trois ans à modifier l’influence des idées locales sur l’esprit des gouverneurs de la colonie et des officiers de la marine britannique. Elle n’ignore pas quel soin je mets à maintenir le poste de St-Jean sur un pied que l’efficacité du service et le respect des convenances sociales exigent ; de nouveaux fonctionnaires arrivant, tout est à recommencer, tâche ingrate dont l’insuffisance des ressources mises à ma disposition augmente considérablement les difficultés ; aussi me tarde-t-il que Votre Excellence mette fin à une épreuve déjà prolongée bien au-delà du terme assigné à mes prédécesseurs, tous plus favorisés que moi au point de vue de la situation matérielle.

229Le bruit court que Sir Charles Lees, Gouverneur actuel de la Barbade, remplacera probablement M. Blake à Terre-Neuve.

077 CPC St-Jean, le 13 novembre 1888

  • 52 Sir John Terence Nicholls O’Brien, ingénieur et officier de l’Armée britannique. Nommé Gouverneur (...)

230Par ma lettre du 26 octobre dernier, j’ai eu l’honneur d’annoncer à Votre Excellence le prochain départ du Gouverneur de Terre-Neuve, appelé à la direction des affaires de la colonie de Queensland (Australie). Le Gouverneur part demain pour l’Angleterre ; postérieurement à ma communication précitée, il a été élevé au rang de commandeur de l’Ordre de St-Michel et St-Georges. Sir Henry Arthur Blake sera remplacé à Terre-Neuve par Sir Terence O’Brien, dernier Gouverneur de l’île Heligoland, lequel doit, dit-on, arriver très prochainement à St-Jean52.

231Une « address » de félicitations, portant de nombreuses signatures, a été présentée à Sir Arthur par les sommités politiques et commerciales de la colonie. À notre dernière entrevue, le Gouverneur m’a fait la gracieuseté d’exprimer le souhait que les hasards de nos carrières nous pussent réunir encore sur le sol britannique.

078 CPC St-Jean, le 14 novembre 1888

232Ma lettre du 14 décembre dernier, N° 53, informait Votre Excellence du retour éventuel de Sir William Whiteway, avocat et ex-premier ministre, dans l’arène politique de cette colonie. Un membre de la législature avait même donné sa démission pour faire place à Sir William, et le gouvernement s’efforçait de tenir cet adversaire à l’écart en ne convoquant pas les électeurs laissés sans représentant. Comme je le faisais prévoir, cette manœuvre réussit à merveille, et le siège resta vacant pendant toute la dernière session. Il a cependant fallu, pour 1889, pourvoir au remplacement du député démissionnaire, et, à cet effet, des élections viennent d’avoir lieu dans le district de Bonavista.

233Sir William Whiteway n’a d’abord point posé de candidature ; son plan de campagne, dont il m’avait jadis fait la confidence, était de ne paraître qu’aux prochaines élections générales ; cependant, poussé sans doute par ses adhérents, trompé par le mirage d’une victoire facile, il est sorti d’une sage réserve et a cru devoir donner à l’avance la mesure de ses forces en appuyant la candidature de M. [George M.] Johnson, avocat, son associé professionnel. L’événement a démontré l’imprudence de cette démarche ; M. Johnson a été battu. Sir William était, depuis peu, brouillé avec M. [Alfred B.] Morine, l’un de ses plus fidèles lieutenants, membre de l’Opposition, orateur infatigable, bien connu pour ses sympathies à l’égard de l’union de Terre-Neuve avec le Dominion canadien et l’un des représentants du district électoral de Bonavista. M. Morine est soudainement devenu le champion du candidat gouvernemental, M. [Donald] Morison, avocat, lequel se cachait bien sous le masque d’indépendant mais dont la qualité d’associé de Sir James Winter, le Procureur général, laissait deviner les attaches.

234Au cours d’une lutte très ardente, le vocabulaire des vivacités a été épuisé des deux côtés ; en outre, l’organe gouvernemental, l’Evening Mercury, a pris à tâche de reproduire les articles très mordants publiés il y a cinq ans contre Sir William Whiteway par l’Evening Telegram, journal qui lui est dévoué aujourd’hui. Cette dernière feuille a répondu en reproduisant de son côté, en regard des attaques récentes de l’Evening Mercury contre Sir William, les éloges que le rédacteur de ce journal prodiguait au même Sir William il y a aussi 5 ans ! Malgré tout et malgré l’absence de tout programme politique nouveau, aussi bien d’un côté que de l’autre, les électeurs se sont prononcés et, laissant de côté un troisième candidat de leur localité, ils ont élu M. Morison à une immense majorité. Un bien rude coup est ainsi porté aux aspirations de Sir William Whiteway dont l’imprudence a eu pour effet de déchirer le voile que le temps avait jeté sur les griefs publics articulés contre son administration.

235En ce qui concerne nos intérêts, le triomphe de l’un ou l’autre parti, Thorburn ou Whiteway, n’a aucune valeur. Si Sir William s’emparait du pouvoir en 1890, le bill boëtte serait peut-être modifié de façon à permettre l’achat de l’appât dans les baies de Terre-Neuve à des conditions plus ou moins onéreuses, mais l’instabilité qui caractérise toutes les mesures législatives de la colonie porte à souhaiter que nos armateurs continuent à faire tous leurs efforts pour assurer leur indépendance relativement à cet approvisionnement. Le sort de l’arrangement pêcheries de 1885 démontre d’ailleurs le peu de fonds que l’on pourrait faire sur Sir William Whiteway. Entre deux administrations à peu près également mal disposées, il est encore, ce me semble, préférable de s’en tenir à celle dont nous avons la plus récente expérience.

079 DP St-Jean, le 10 décembre 1888

236Depuis trois ans je suis titulaire du vice-consulat de St-Jean ; quatre hivers rigoureux, longs, interminables en ce triste pays sont une bien rude épreuve, et cependant le Département n’a pas encore jugé à propos d’améliorer une situation matérielle qui m’impose de véritables et dures privations auxquelles le souci du bon service et du simple décorum du poste ne me permet pas d’échapper. St-Jean n’offre sans doute qu’un intérêt médiocre pour la Direction commerciale. L’année qui tire à sa fin s’est écoulée sans que j’aie eu à traiter des questions du ressort spécial de cette direction ; la correspondance, très active néanmoins, de ce vice-consulat s’est presqu’exclusivement adressée à la Direction politique – Protectorats, de même que c’est sous ce timbre que Votre Excellence m’a fait parvenir ses diverses communications.

237La Direction n’attribue pas, j’ose l’espérer, la stérilité de mes lettres commerciales à un manque de zèle pour les questions intéressant notre commerce. Elle voudra bien admettre comme circonstance atténuante que les pêcheries françaises de Terre-Neuve, industrie complexe dont le poste est appelé à s’occuper spécialement, se trouvent placées sous le contrôle direct de la Direction politique et du Ministre de la Marine. Malheureusement, notre commerce d’exportation directe à Terre-Neuve est absolument nul et demeurera tel tant que des communications régulières et fréquentes n’existeront pas entre les deux pays ; ces communications ne s’établiront probablement jamais à moins que notre colonie de St-Pierre-et-Miquelon, mettant à profit les facilités de fret à bon marché que peuvent peut-être lui procurer la fréquentation des navires de pêche métropolitains, n’en prenne l’initiative. Encore ne saurais-je beaucoup encourager un mouvement en ce sens, tant le succès me semble douteux.

238Si les produits de Terre-Neuve étaient de bonne défaite [sic] en France, je recommanderais peut-être l’établissement à St-Jean d’un bazar en société où les articles français seraient échangés contre des marchandises indigènes ; mais que produit Terre-Neuve ? Du poisson, grevé de droits prohibitifs à l’entrée sur [le] territoire français. Des huiles de foie de morue que nous retirons de nos propres pêcheries ou bien de Norvège, de Londres et de Liverpool. Des huiles de phoque, article dont l’exportation pour la France est limitée à un chargement annuel à destination de Dunkerque où, dit-on, il est détaillé sous l’étiquette « huile de foie de morue » ; c’est tout, jusqu’ici. J’ai bien en vue l’exportation de certains bois propre à la fabrication du papier, du soapstone, mais je prévois que les difficultés du chargement sur place et les frais de transport seront un obstacle sérieux à cette entreprise.

239Comme je l’ai fait ressortir dans mes rapports commerciaux, c’est par l’Angleterre que les produits réputés français arrivent ici ; le monopole des échanges à Terre-Neuve se trouve aux mains d’une oligarchie puissante, disposant de toutes les facilités que procurent les capitaux, le crédit, les relations anciennes et solidement établies. Une oligarchie tenace, observant une politique exclusive et conservatrice qui entoure l’île comme d’une muraille à laquelle il nous serait trop coûteux d’essayer d’ouvrir des brèches. Le pays enfin est trop peu peuplé pour offrir à notre concurrence un marché rémunérateur. Et ce que j’avance est si vrai, la muraille est si haute et si solide, les monopoles si bien établis, les avenues si bien fermées aux commerçants étrangers, que l’on ne trouve à Terre-Neuve ni Allemands ni Israélites ! Un consul est toujours heureux de pouvoir faciliter à la concurrence de son pays l’écoulement des produits de l’industrie nationale ; cependant la prudence commande, je crois, d’éviter qu’au lieu d’un débouché, ce soit un gouffre sans fond que l’on ouvre.

240Ici, comme ailleurs sans doute, le placement de marchandises en commission s’effectuerait assez facilement ; je suis cependant tenu, en conscience, de mettre les maisons françaises qui s’adressent à moi en garde contre les risques de ce mode d’opération, risques que je considère comme imminents à Terre-Neuve. En ce pays, rien, pour ainsi dire, ne se fait au comptant ; les crédits d’un an sont la règle générale, et un acompte, ou même une promesse, obtient toujours une prolongation d’autant. Dans ces conditions, la classe des détaillants, la seule qui, n’étant pas absolument liée par des relations d’intérêt avec les maisons de Londres et Liverpool, pourrait entreprendre l’écoulement de nos produits en consignation, le détaillant, dis-je, serait contraint d’obtenir de nos producteurs un crédit plus long encore, et ce sans donner en échange des garanties bien solides. La classe des commerçants dont je parle est fort mal partagée ici ; elle paie un fret plus élevé que les grandes maisons, lesquelles ont le monopole des contrats avec les compagnies de transports ; en outre, les banques ne lui font point d’avances comme aux gros marchands, actionnaires et directeurs des deux seuls établissements de cette nature qui existent dans la colonie.

241Les paiements partiels en acquit de marchandises consignées sont souvent, je ne dirai pas, un piège, pour ce qui est de Terre-Neuve, mais un grand danger ; ils servent à faciliter l’octroi de longs crédits, à encourager des expéditions excessives ; puis vient le jour où le consignataire n’a qu’un seul moyen honnête de liquider, la vente au rabais ou à l’encan. Je sais que l’écoulement à perte n’est pas toujours considéré comme une mauvaise affaire ; le producteur se débarrasse ainsi d’un excédent de fabrication ; il a déjà réalisé un bénéfice qui couvre la perte éventuelle, et il est fort aise de pouvoir ainsi maintenir les prix sur les lieux de production. Mais un poste consulaire ne peut guère, ce me semble, entrer dans ces combinaisons hasardeuses des slaughter markets (marchés abattoirs). Ces mêmes combinaisons rendent extrêmement précaire la situation des détaillants, honnêtes mais dont les capitaux sont trop faibles pour résister à une série de moins values venant inopinément frapper tels ou tels articles en magasin. Je ne puis donc affirmer, comme j’en suis souvent sollicité, la solvabilité d’aucun client.

242Mais, Monsieur le Ministre, si, depuis que je suis à St-Jean, je n’ai pu ouvrir un débouché nouveau à notre commerce d’exportation, j’ai peut-être contribué à lui éviter des pertes sérieuses : rôle bien modeste, sans doute, et auquel je me résigne plutôt que de me laisser aller à des calculs hypothétiques pouvant avoir pour résultat d’induire nos commerçants en erreur et leur préparer des mécomptes très onéreux. À Terre-Neuve il faut, pour le moment, nous contenter de tirer le meilleur parti possible de nos privilèges de pêche ; ce n’est déjà pas chose aisée ; j’ai la satisfaction de voir que mes efforts en ce sens sont appréciés du Département.

243Envoyé à St-Jean à la suite d’un arrangement diplomatique qui semblait devoir être le point de départ de la solution de difficultés séculaires, au lieu d’arriver en pays ami, je suis tombé, sans titre officiel reconnu, au milieu de gens ouvertement hostiles aux intérêts que je venais représenter. Privé de moyens d’action en rapport avec le caractère imprévu de ma mission, je n’ai rien épargné pour m’en acquitter. J’ai réussi à donner satisfaction à cet égard.

244Il est, je crois, peu de postes, même plus élevés dans l’ordre hiérarchique, représentant, comme St-Jean, simple vice-consulat, des intérêts nationaux assez considérables pour comporter l’entretien d’une division navale française et d’une autre anglaise, spécialement affectées à les sauvegarder. Il n’en est aucun moins favorisé sous bien des rapports : situation extrêmement délicate, privée de la sanction officielle ordinaire, entourage fort à l’aise, opulent même ; climat rigoureux, inégal, dangereux ou intolérable pour les constitutions tant soit peu ébranlées ; absence de milieu sympathique ; pays stérile et tarifs douaniers très élevés rendant la vie matérielle difficile et dispendieuse : circonstances qui sembleraient faites pour éveiller la sollicitude du Département en faveur du serviteur qu’il y a placé. Cependant, Monsieur le Ministre, depuis trois ans je sollicite en vain les moyens de faire face aux urgents besoins de ma situation, et je n’obtiens même pas l’octroi des ressources que l’on avait spontanément mises à la disposition des consuls mes prédécesseurs, lesquels, se plaignant même, et à juste titre, de leur insuffisance, ont obtenu des suppléments.

245Je prends la respectueuse liberté d’appeler à nouveau la bienveillante attention de Votre Excellence sur mes légitimes représentations.

080 CPC St-Jean, le 19 janvier 1889

246Hier matin, le nouveau Gouverneur de Terre-Neuve, Sir Terence Nicholls O’Brien, est arrivé à St-Jean ; le temps était abominable, circonstance qui, jointe à l’heure matinale, a fait que de bien rares curieux se trouvaient sur le quai de débarquement. À midi eut lieu la prestation de serment et la prise de possession. Sur les trois heures, je me suis présenté à l’hôtel du gouvernement ; le Gouverneur était absent, mais Lady O’Brien m’a reçu ; j’ai annoncé ma visite au Gouverneur pour ce matin, et je viens de passer quelques instants avec Sir Terence.

247Le Gouverneur n’est plus jeune ; il compte 41 ans de services, dont 9 comme Gouverneur de Heligoland ; il avait précédemment rempli plusieurs emplois militaires dans l’Inde et celui de Lieutenant-colonel, Inspecteur général de police dans l’île Maurice. Sir Terence parle admirablement notre langue et professe une vive sympathie pour tout ce qui est français. Pendant notre entretien, il n’a fait aucune allusion aux questions relatives à nos affaires à Terre-Neuve ; une première entrevue ne lui a sans doute pas semblé [un] moment bien choisi pour aborder un sujet aussi peu agréable. L’accueil du Gouverneur a été fort courtois, et je me suis retiré en emportant l’obligeante assurance de ses dispositions à m’être agréable en toutes circonstances.

248Lundi prochain aura lieu un premier lever auquel je ne manquerai pas de faire acte de présence.

081 CPC St-Jean, le 15 février 1889

249C’est hier que l’Assemblée législative de Terre-Neuve s’est réunie en session ordinaire pour 1889. J’ai l’honneur d’adresser ci-joint à Votre Excellence le texte du discours d’ouverture lu par le Gouverneur. Sir Terence O’Brien, arrivé depuis peu, n’a été que l’écho de son cabinet.

250[…] Cette année encore, ni le corps consulaire (reconnu) de St-Jean, ni moi n’avons été priés d’assister à la cérémonie d’ouverture de la session législative. On s’accorde à trouver le procédé ridicule, mais M. le Secrétaire colonial [Maurice] Fenelon semble être d’avis différent.

082 CPC St-Jean, le 18 mars 1889

251[…] À l’occasion d’un discours dans lequel un député attribuait à Sir William Whiteway, ancien Premier ministre de la colonie, l’honneur d’avoir beaucoup fait pour émanciper Terre-Neuve de la servitude qui lui est imposée en faveur de la France, Sir Robert Thorburn, le Premier ministre actuel, a déclaré que le règlement de la question du French Shore était aujourd’hui « tout aussi éloigné que jamais ». Le Gouverneur nouvellement arrivé, Sir Terence O’Brien, ne semble pas s’intéresser beaucoup au French Shore ; sa pensée serait, paraît-il, que la colonie se verra forcée d’entrer dans la Confédération canadienne avant deux ans et que le Dominion réglera alors la question. En ce qui le concerne personnellement, il serait dans cette éventualité remplacé par un lieutenant-gouverneur.

252Si les prévisions de Sir Terence devaient se réaliser, son indifférence, du moins apparente, pour le French Shore serait certes justifiée, mais il se trompe, je crois ; l’heure de la Confédération n’est pas si proche ; elle ne sonnera, comme je l’ai déjà indiqué, qu’au jour où le crédit de Terre-Neuve sera épuisé. Il est en outre douteux que le Canada fasse, sans hésiter, l’acquisition simultanée d’un domaine plus dispendieux que productif et d’un litige séculaire si compliqué, si fécond en périlleuses perspectives.

  • 53 Evening Telegram, le 15 mars 1889.

253Dans mes communications antérieures, j’ai fait pressentir que pour agir sur le gouvernement de la métropole britannique, Terre-Neuve était disposée à pousser le cri d’indépendance, d’annexion aux États-Unis ; l’article ci-joint, extrait du journal reconnu comme l’organe de l’Opposition et l’avocat du retour de Sir Willliam Whiteway au pouvoir, démontre que je ne m’avançais pas trop53.

083 CPC St-Jean, le 28 mars 1889

254Chaque journée semble prendre à tâche d’apporter son contingent à la question des homarderies. Aujourd’hui c’est la copie d’une lettre de l’ancien Gouverneur de Terre-Neuve, Sir Henry Blake, que j’ai l’honneur de faire parvenir à Votre Excellence.

255[…] Pour en revenir à la lettre de Sir Henry Blake, ce gouverneur termine en fournissant l’interprétation que les ministres donnent aux traités relativement à l’industrie nouvelle des homarderies. Selon lui, les Français ne peuvent que pêcher et sécher le poisson à terre. Il oublie que les Anglais, pas plus que les Français, ne devant se départir des méthodes consacrées par l’usage à l’époque où les traités ont été signés, il porte condamnation sur les nationaux qui, eux, ont commencé la mise en boîte du homard bien avant les Français. Mais Sir Henry Blake se hâte d’affirmer que le homard n’est pas un poisson !

256C’est en tout cas un appât, une boëtte ; donc nous y avons droit.

257« Le homard n’est pas un poisson. » Voilà plus de trois ans que je l’entends répéter tous les jours, et plusieurs fois par jour ; j’aurais peut-être fini par me laisser persuader si je ne m’étais retranché derrière une profession de foi : « Tant que les homards vivront dans l’eau et que le Souverain Pontife, qui n’a aucun intérêt sur le French Shore, considérera le homard comme aliment maigre, je croirai que le homard est un poisson. » M. Blake s’est sans doute, en fort peu de temps, mis à la hauteur de Terre-Neuve en ce qui concerne la classification des animaux vivant dans l’eau. Ici, fish signifie morue et rien que morue. Les autres poissons, y compris le homard, conservent leurs noms propres : saumon, hareng, truite, etc. Pêcher (to fish) signifie exclusivement pêcher de la morue ; quand il s’agit d’autres poissons, on se sert généralement du mot catch (attraper) : attraper un saumon, une truite. C’est ainsi qu’on trouve à Terre-Neuve nombre de gens qui, de bonne foi, croient que nous n’avons le droit de prendre que de morue, fish.

  • 54 Henry Thurstan Holland, 1er vicomte Knutsford, Secrétaire d’État pour les colonies.

258Mais les théories, les classifications zoologiques et les raisonnements de Sir Henry Blake ne semblent pas avoir un grand succès à Londres. La réponse ci-jointe de Lord Knutsford54 est une question à savoir : « Quels titres les sieurs Murphy and Andrews avaient-ils à l’emplacement [dans la Baie blanche] qu’ils prétendaient occuper ? »

084 CPC St-Jean, le 6 avril 1889

  • 55 René Goblet, journaliste et politicien, président du Conseil des ministres de 1886 à 1887.

259Le 24 décembre dernier, M. Goblet55, répondant à l’interpellation de M. le sénateur, l’amiral [Auguste-Joseph] Véron relative au French Shore, a dit espérer que les cod traps employées par les pêcheurs britanniques disparaîtraient avant 1890, délai fixé l’an dernier par acte de la législature de Terre-Neuve. Je crois devoir informer Votre Excellence que l’Assemblée vient d’être saisie de demandes tendant à faire rapporter la loi, notamment en ce qu’elle aurait de préjudiciable aux intérêts des pêcheurs sur les côtes du Labrador. Dans ces parages, allègue-t-on, la boëtte manquerait souvent, et, sans traps, il serait impossible de prendre du poisson.

260Je ne suppose pas que la législature actuelle fasse autre chose que de renvoyer l’étude de la question à un comité, mais on peut prévoir qu’au débat de la session de 1890, de nouveaux efforts seront faits pour reculer encore l’époque de la mise en vigueur de l’acte affectant les cod traps. En ce qui nous concerne, l’usage de ces engins sur la côte du Labrador ne nous affecterait guère, mais le danger serait que ces mêmes traps étendissent leurs opérations sur le French Shore, en dépit même d’une législation spéciale destinée à en prohiber l’emploi dans ces parages.

085 CPC St-Jean, le 15 avril 1889

  • 56 Adolphe Nielson, norvégien, le premier Surintendant des Pêcheries, responsable pour l’administrati (...)

261Par ma lettre du 4 décembre dernier, N° 47, j’ai eu l’honneur d’informer le Département que M. Adolphe Nielson, désigné pour occuper le poste de Surintendant des Pêcheries de Terre-Neuve56, était attendu à St-Jean dans le courant du mois de février suivant. M. Nielson est en effet arrivé ; je l’ai vu dès les premiers jours. M. Nielson parle facilement l’anglais ; c’est un homme de 30 à 35 ans, assez peu communicatif, mais, je crois, sérieux et au courant de son affaire. Il s’est immédiatement mis à la besogne, non pas en ce qui concerne l’organisation d’un bureau (la chose dépend plutôt du gouvernement de la colonie et de la Commission des Pêcheries que de lui-même) mais de l’installation d’un établissement d’éclosion artificielle de la morue. […]

262M. Nielson se fait fort de mener de pair l’éclosion artificielle du homard et celle de la morue. Je suivrai les expériences, et j’aurai soin de rendre compte des résultats obtenus.

086 ADP St-Jean, le 2 mai 1889

263À M. Paul-François Clavery, Directeur des Affaires commerciales et consulaires

264Permettez-moi de recommander à votre bienveillante attention la demande d’un passage que je sollicite par ce même courrier en faveur de ma famille. Cette démarche me coûte plus que je ne saurais dire, et la perspective d’une séparation me trouble profondément ; mais que puis-je faire si ce n’est me résigner à un sacrifice depuis longtemps appréhendé ?

265Le commandant du Drac est de nos amis ; c’est sur cette circonstance que je fonde l’espoir de décider ma femme à partir sans moi. Je devrai encore faire appel à sa sollicitude maternelle et insister sur le tort que cause à notre fille l’absence d’établissement sortable d’éducation en ce triste pays. Notre fils sera d’ailleurs bientôt dans le même cas.

266Je vous ai trop d’obligations, Monsieur le Directeur, et j’ai trop à cœur de vous fournir des preuves de mon attachement et de ma gratitude, pour ne pas m’incliner et attendre que vous jugiez à propos de me relever du poste où votre confiance m’a placé. M. Roustan m’a donné à entendre, l’an dernier, que vous songiez à m’appeler ailleurs ; Dieu veut que vous en trouviez bientôt l’occasion. L’épreuve aura été rude, trop rude si elle devait compromettre la santé de ma femme et l’avenir de mes enfants. Aucun de mes prédécesseurs (un seul était marié) n’a passé plus de deux hivers à Terre-Neuve ; j’en suis bientôt au cinquième.

267Au point de vue du service, je crois avoir donné tout ce qu’il y avait à donner ici. Dans une correspondance très active, j’ai touché tous les points d’intérêt relatifs à l’industrie de la pêche française dans ces parages et à nos relations avec le pays. Les questions qui s’agitent au sujet de nos droits contestés et vivement combattus par cette colonie ne seront jamais, quoiqu’il arrive, réglées d’une façon absolument satisfaisante : il y a trop d’intérêts en conflit, trop de précédents fâcheux. Maintenir le statu quo sera déjà un grand triomphe pour nous ; quant à des progrès réels, ils ne sauraient se réaliser que si, par un effet possible mais douteux du hasard, l’ancienne fécondité des eaux qui baignent cette île venait à renaître et, par suite, attirer en nombre nos pêcheurs sur le French Shore.

268Et combien la nature de ma mission a été différente de celle que le Département croyait me confier, Monsieur le Directeur : « Surveiller le fonctionnement et l’exécution de l’arrangement pêcheries de 1885. » Tel en était le simple programme. J’ai fait de mon mieux pour me mettre à la hauteur des incidents imprévus amenés par le rejet du dit arrangement. J’ai prouvé que, sans exequatur, l’agent français peut faire son service et tenir un rang très honorable à St-Jean. Il m’est en outre permis de croire que j’ai quelque peu contribué à modifier, avantageusement pour nous, le sentiment des classes dirigeantes dans cette colonie si ouvertement hostile. On nous contestait jadis les droits que nous tenons de traités auxquels ce pays n’a jamais donné son assentiment ; aujourd’hui on ne cherche plus à nier l’existence de nos droits ; on prétend seulement que nous en abusons.

269Le Département m’a honoré des témoignages de sa satisfaction, et j’espère avoir répondu à ce que vous étiez en droit d’attendre de mon application et de mon zèle. Je termine cette bien longue lettre, Monsieur le Directeur, en me recommandant encore à votre bienveillance.

087 DP St-Jean, le 2 mai 1889

270J’ai l’honneur de solliciter de Votre Excellence la faveur d’un passage pour ma famille sur le transport de l’État Drac, lequel doit rentrer en France à la fin de la présente campagne de pêche. La perspective d’un cinquième hiver à passer à Terre-Neuve m’oblige à faire le bien pénible sacrifice d’une séparation.

271J’ai trop souvent exposé au Département les embarras de la situation qui m’est faite ici pour que ma démarche puisse paraître étrange ; à mes soucis vient se joindre aujourd’hui la trop légitime inquiétude causée par la santé de ma femme, dont les forces commencent à refuser de seconder le dévouement. Mme des Isles serait accompagnée de nos deux enfants : Gabrielle, âgée de 11 ans, et Charles, âgé de 5 ans. J’ose espérer, Monsieur le Ministre, que Votre Excellence daignera accueillir favorablement ma requête.

088 CPC St-Jean, le 26 mai 1889

272J’ai l’honneur d’informer Votre Excellence que le 19 courant l’aviso le Bisson est entré en rade de St-Jean et que le 22 le croiseur anglais Ready est également arrivé en ce port. Les deux autres navires de notre division navale, le La Clocheterie et le Drac, se trouvaient vers le même temps à la baie St-Georges, ainsi que le Emerald et le Lily de la Division navale anglaise.

  • 57 Le capitaine de vaisseau Eugène-Albert Maréchal commanda à deux reprises la Division navale de Ter (...)

273La présence du Bisson au début de la campagne a été occasionnée par la gracieuse invitation que le Gouverneur de Terre-Neuve m’avait prié de transmettre aux commandants de nos croiseurs, les conviant au bal du 24, jour où devait être célébré le 70e anniversaire de la naissance de S. M. Britannique. J’ai cru devoir insister auprès de M. le commandant Maréchal57 pour qu’au moins l’un de nos navires se trouvât à St-Jean. Le Bisson a contribué à donner à la célébration de l’anniversaire un éclat inaccoutumé. Le commandant [Charles-François-Joseph] Antoine a été l’objet de l’accueil le plus empressé de la part du Gouverneur et des membres du gouvernement de la colonie. Le Gouverneur, Sir Terence O’Brien, a offert un dîner au Commandant et à ses officiers le lendemain même de leur arrivée. Les relations ainsi commencées sont devenues plus intimes encore lorsque le Ready est arrivé se joindre au Bisson ; par une heureuse coïncidence, les deux commandants s’étaient déjà rencontrés à Port-au-Prince.

274On a vu, au lever et au bal du 24, les officiers des deux marines donner le spectacle de l’entente la plus cordiale ; l’effet ne peut être qu’excellent sur l’esprit public ; on a pu voir que la Grande-Bretagne n’épouse pas sans réserve la cause de ceux qui ne rêvent que [de] complications. Le commandant Antoine a trouvé occasion de prononcer quelques paroles heureuses (l’annexe ci-jointe en reproduit partiellement le texte) ; il a su s’attirer l’estime et le respect de tous ceux avec qui il a été mis en contact ; le mérite et la distinction de ses officiers ont été bien vite appréciés ; la bonne tenue de son équipage, le parfait état de son navire, ont provoqué des éloges bien mérités. Le Bisson part demain, trop tôt au gré de tous ; on espère le revoir bientôt.

275J’ai soin de porter les détails qui précèdent à la connaissance du ministère de la Marine.

089 CPC St-Jean, le 8 juillet 1889

276Le 26 mai dernier, j’ai eu l’honneur de rendre compte à Votre Excellence des incidents agréables qui ont signalé la présence à St-Jean du Bisson, commandé par M. le capitaine de frégate Antoine, et du croiseur britannique Ready, commandé par M. Graham. Depuis lors, le Drac, commandé par M. [Auguste-Pierre] Reculoux, a fait une courte apparition dans ce port ; il venait uniquement y chercher la correspondance. Le Gouverneur de Terre-Neuve a néanmoins profité de cette occasion pour avoir le Commandant à sa table et le féliciter sur l’heureuse issue de la pêche du hareng dans la baie de St-Georges.

277La semaine dernière, le croiseur de S.M.B. Emerald, commandé par Sir Baldwin W. Walker, baronnet, Chef de la Division navale de Terre-Neuve, est arrivé à St-Jean. Je suis allé, comme d’usage, souhaiter la bienvenue au nouveau Commandant de la Division navale anglaise. Notre entretien n’a pas eu grand intérêt, sauf l’éloge très vif qu’a fait Sir Baldwin de la courtoisie des commandants et des officiers de la Division navale française. Sir Baldwin m’a paru de caractère peu communicatif ; il m’a même semblé un peu sur ses gardes ; aussi m’en suis-je tenu avec lui à des généralités. Son opinion du Bait Act serait que nous en sommes fort incommodés, sinon plus. Je ne partage pas cet avis dans l’ensemble ; mais, n’ayant rien à gagner à le contrarier, je n’ai pas combattu beaucoup une opinion qui, en somme, ne peut changer en rien les choses. Il est d’ailleurs très admissible que le gouvernement britannique, tout comme celui de Terre-Neuve, soutienne que le Bait Act nous est préjudiciable ; c’est une façon de se préparer à donner du prix au retrait éventuel d’une mesure qui, on aura beau prétendre le contraire, coûte certes bien plus cher à Terre-Neuve qu’à nos armements, si tant est qu’elle ne soit pas, à certains points de vue, favorable à ces derniers.

278Sir Baldwin W. Walker a rendu la visite que je lui ai faite ; je n’étais pas chez moi, mais ma femme l’a reçu ; il s’est montré fort gracieux. Le Commandant est, je crois, naturellement réservé ; auprès de lui, un empressement prématuré effaroucherait la confiance ; aussi me renfermerai-je cette fois avec Sir Baldwin dans les strictes limites de la courtoisie, laissant au temps le soin de dissiper l’impression qu’a pu produire sur son esprit la présence à St-Jean d’un consul de France qu’il considère sans doute comme indûment installé.

090 CPC St-Jean, le 15 juillet 1889

279Cette année, aucun des bâtiments de notre division navale ne se trouvait à St-Jean le 14 juillet ; j’ai en conséquence fait de mon mieux pour que la célébration de la Fête nationale ne souffrît pas trop cette absence. Favorisé par une journée exceptionnellement belle, j’ai pu pavoiser, illuminer le soir et réunir dans mon jardin les membres du corps consulaire ; un souper a mis fin à cette manifestation.

280Je crois être parvenu à donner à ces réunions annuelles et uniques du corps consulaire en cette ville un caractère de solidarité avec le vice-consulat de France, bien propre à faire brèche à l’espèce d’ostracisme qu’entraîne, au point de vue officiel, la situation difficile de son titulaire.

091 MDA Paris, le 14 octobre 1889

Mémorandum

281Les journaux de St-Jean de Terre-Neuve, reçus par le dernier courrier, ne signalent aucun incident nouveau dans la colonie. La lutte électorale se poursuit dans les mêmes conditions que par le passé et sans changer de terrain. Plus que jamais, les deux partis en présence semblent décidés à faire de la question [du] Bait Bill le principal élément de leurs polémiques. Le gouvernement voit dans cette mesure le salut du pays, c’est-à-dire la ruine de l’industrie de la pêche française sur les Bancs et, à courte échéance, le règlement avantageux des difficultés du French Shore. Il attribue au modus vivendi dont jouissaient les États-Unis l’insuccès partiel du Bait Act ; « Mais », dit-on, « ce modus vivendi cesse d’avoir effet en 1890, et, grâce à cette circonstance, jointe à l’augmentation du nombre des croiseurs que le gouvernement actuel de Terre-Neuve, s’il est maintenu au pouvoir, affectera au service de la protection de la boëtte, nos rivaux (les Français) seront réduits aux dernières extrémités. Alors nous serons en mesure d’imposer nos conditions et de régler à notre avantage la question du French Shore ». L’Opposition, de son côté, promet de modifier le Bait Act de telle façon que la colonie en retirera un revenu considérable dont le montant sera distribué aux pêcheurs de Terre-Neuve.

282Les deux thèses sont développées de part et d’autre, avec plus de passion que de logique : ceci nous importe peu ; ce qu’il convient de discerner c’est que le but poursuivi par les deux partis en présence est de nous rendre l’accès à la boëtte difficile, le premier en nous en prohibant l’acquisition, le second en nous forçant à la payer fort cher. D’où il résulte que tous nos efforts doivent tendre à nous rendre indépendants de Terre-Neuve pour la fourniture de l’appât de pêche. Qu’il faudrait même nous méfier d’un relâchement dans la sévérité des mesures relatives à la protection de la boëtte, relâchement qui serait une feinte habile tendant à inspirer à nos armateurs une trompeuse sécurité très propre à désorganiser le service de la boëtte française, tel qu’une expérience laborieusement acquise tend à le constituer.

092 MDA Paris, le 25 octobre 1889

La France à Terre-Neuve

283Les droits de pêche et de sécherie, acquis à la France sur la partie du littoral de l’île de Terre-Neuve généralement désignée sous le nom de « French Shore », ont pour origine le Traité d’Utrecht, 1713, confirmé par ceux de 1763, de 1783, du 30 mai 1814 et [du] 20 novembre 1815, conclus entre la France et l’Angleterre. L’interprétation des termes et de l’esprit de ces traités a été l’objet de constantes divergences d’opinion entre les gouvernements des deux pays.

284À l’heure actuelle, on n’est pas encore parvenu à tomber d’accord sur l’étendue des privilèges garantis à la France, pas plus que sur la mesure dans laquelle la Grande-Bretagne se trouve liée à respecter et à faire respecter par sa colonie de Terre-Neuve les droits des Français. Diverses tentatives d’arrangements diplomatiques ayant pour but d’établir un modus vivendi ont échoué contre l’opposition que Terre-Neuve a constamment offerte à leur ratification. Il n’est rien qui puisse surprendre dans cette attitude de la colonie ; son intérêt la lui conseille, la politique coloniale de laisser-faire adoptée par l’Angleterre l’y encourage. Ce qui cependant peut paraître étrange c’est que la France ait reconnu à la colonie de Terre-Neuve, voix au chapitre, droit de veto même dans ces questions. Que la Grande-Bretagne trouve bon de consulter le sentiment de ses dépendances avant de signer un acte international pouvant affecter des intérêts locaux créés par une législation ou une coutume serait bien naturel ; mais qu’elle applique le même principe à l’égard de droits acquis par des tiers, à des droits antérieurs à l’octroi d’une charte à la colonie de Terre-Neuve, on ne le comprend que comme un moyen subtil de se dérober à des obligations.

285Il est en effet très contestable que la métropole ait pu, légitimement, céder à sa colonie ce qui ne lui appartenait pas à elle-même, à savoir : la jouissance absolue et illimitée du French Shore, alors que cette jouissance se trouvait limitée par les traités en vigueur avec la France. C’est cependant ce qui a eu lieu, et la France a reconnu cette étrange doctrine. Il n’y a probablement plus à revenir là-dessus. On ne saurait non plus rétablir l’ordre des choses existant à Terre-Neuve au XVIIIe siècle : alors l’île était, pour les pêcheurs des deux nations, ce qu’elle est encore aujourd’hui pour les Français : un lieu de pêche où les sujets britanniques se rendaient tous les ans, où il ne leur était pas permis de demeurer une fois la campagne de pêche terminée, où il était interdit aux femmes de débarquer, où enfin des abris temporaires étaient seuls tolérés.

  • 58 Voir Ronald Rompkey, « Sans moyens visibles : les gardiens terreneuviens et la pêche française », (...)

286Depuis lors, contrairement sans doute aux prévisions des signataires du traité d’Utrecht, tout a changé ; l’île n’est plus pour les Anglais un simple rendez-vous de pêche ; elle s’est peuplée, elle a conquis son autonomie. Le French Shore, par suite de circonstances auxquelles l’imprudence des armateurs français et la tolérance des autorités maritimes françaises ne sont pas restées étrangères (puisqu’à l’une comme à l’autre on doit l’établissement de gardiens anglais sur le French Shore, au mépris de l’esprit et de la lettre des traités) – le French Shore s’est couvert de résidents anglais, lesquels ont fondé des centres d’habitation, de commerce et d’industrie relativement considérables que la France ne peut plus éloigner sans avoir recours à des mesures de violence qui armeraient l’une contre l’autre les deux grandes puissances58.

287L’état de guerre donnerait d’ailleurs, en l’interrompant, le coup de grâce à l’industrie de la pêche française dans ces parages, où la pauvreté des eaux, jadis si poissonneuses, la rend depuis longtemps assez peu rémunératrice pour que le Trésor public lui vienne en aide au moyen de primes considérables. On sait que l’octroi de ces primes constitue le principal grief de Terre-Neuve contre la France.

288L’impossibilité de revenir sur le passé a été si bien comprise par le gouvernement de la République que le dernier projet d’arrangement relatif aux pêcheries de Terre-Neuve, 1885, portait que la France s’engageait à ne point troubler les établissements anglais alors fondés sur le French Shore. Il faut donc envisager maintenant la situation telle que les événements l’ont créé et prendre pour point de départ l’arrangement de 1885 précité. Par cet arrangement, la France s’engageait à ne point troubler les établissements anglais alors fondés sur le French Shore, à condition, il faut s’en souvenir, qu’il ne s’en élèverait point d’autres, mais sans déterminer le périmètre que les établissements ainsi reconnus, légalisés, pour ainsi dire, ne pourraient pas dépasser. Lacune dangereuse si l’on considère les empiétements du passé et qui eût certainement été la source de nouvelles et fréquentes disputes. Le projet d’arrangement de 1885 acceptait donc, en principe, le droit mitoyen de pêche au profit des Anglais et ne réservait plus guère à la France qu’un privilège de préférence, en échange de la facilité d’acheter, sans entraves, de la boëtte (l’appât de pêche) dans toutes les baies et ports de Terre-Neuve ; il visait encore à conférer aux commandants des croiseurs français une sorte d’autorité judiciaire et exécutive sur les pêcheurs britanniques, tentative qui, à elle seule, eut suffi à faire rejeter l’arrangement. La boëtte servit de prétexte à ce rejet ; mais la reconnaissance du principe du droit mitoyen de pêche (concurrent right) resta et restera aux Anglais.

289C’est ainsi que toutes les tentatives d’arrangements ont eu un résultat pratique contraire aux doctrines que la France a émises relativement à l’esprit des traités. Les Anglais ont toujours laissé protester, n’opposant aux Français qu’une politique dilatoire et d’inertie, sur laquelle ils comptent bien encore pour les amener à de nouveaux renoncements et peut-être au découragement, suivi de l’abandon progressif de privilèges qui menacent de devenir bientôt illusoires. Il ne faut pas se le dissimuler, même depuis 1885, la France a perdu beaucoup de terrain ; de nombreux établissements britanniques ont surgi sur le French Shore ; chaque année verra des empiétements semblables se produire si l’on n’y trouve un prompt remède. Chaque année aussi, la tâche des croiseurs français deviendra plus délicate, leurs relations officielles avec les croiseurs anglais plus tendues. Ces relations, pendant la dernière campagne de pêche, sont loin d’avoir été aussi satisfaisantes que par le passé. La pêche du homard a été la cause d’un dissentiment qui prendra infailliblement le caractère d’un conflit si les gouvernements de la République et de la Grande-Bretagne continuent à donner, comme cette année, à leurs croiseurs respectifs des instructions si propres à le soulever. L’harmonie entre les commandants des divisions navales préposés à la police des pêcheurs ne peut en effet naître que d’instructions concertées entre les gouvernements qui les envoient.

290Une entente est d’autant plus désirable pour la France, que toute divergence se traduit forcément par une période d’expectative, au cours de laquelle subsiste l’abus contre lequel ses officiers sont appelés à protester. L’auteur de l’abus est chez lui ; les Français ne font que paraître et disparaître. Pour supprimer l’abus il faudrait sévir ; pour le maintenir, il n’y a qu’à ne point bouger.

  • 59 Nomades anglais : pêcheurs de Terre-Neuve qui se déplacent d’un lieu à l’autre.

291Il ne serait pas juste de prétendre que les négociations intervenues à l’occasion de l’arrangement de 1885, bien que frappées de nullité par l’opposition systématique de la législature de Terre-Neuve, étaient restées absolument stériles. Le principe du droit de pêche des Français, limité par les concessions que leurs plénipotentiaires avaient consenties, était soutenu par le gouvernement de la Grande-Bretagne et mis en vigueur par ses croiseurs ; il commençait même à pénétrer dans l’esprit de la colonie ; on admettait, à contrecœur il est vrai, mais enfin on admettait que là où étaient les Français, les nomades anglais59 n’avaient point à se présenter en pêche ; on ne contestait plus le droit, on prétendait seulement qu’il y avait abus. C’était un progrès sérieux que l’on peut bien aussi attribuer en partie à la satisfaction éprouvée par le gouvernement de Terre-Neuve en obtenant de la Couronne d’Angleterre la sanction du Bait Act de 1886.

292Il ne s’agissait plus que de tirer avantage de la situation lorsque la malencontreuse idée qu’eurent certains armateurs français d’établir, au moins prématurément, des homarderies sur le French Shore vint aigrir les esprits, troubler l’accord naissant entre les croiseurs français et anglais et tout compromettre. Laissant de côté la question de savoir jusqu’à quel point, pour les Français comme pour les Anglais, la faculté d’établir des homarderies sur le French Shore est bien conforme à l’esprit et à la lettre des traités, il convient de se demander si, au lieu d’aider la France à reprendre possession de ses privilèges, ainsi qu’on pourrait l’imaginer, l’exercice de cette industrie sur le French Shore n’aurait pas un effet contraire. On ne tardera pas à découvrir que l’effet est nuisible, préjudiciable à ce point de vue. La pêche du crustacé ne peut fournir les quantités considérables nécessaires à l’alimentation d’une homarderie qu’à condition de s’effectuer sur une étendue considérable de littoral au moyen de postes tributaires de l’usine et, par suite, exige un trop grand nombre de bras pour que les fabricants de conserves puissent se dispenser du concours des pêcheurs sédentaires du French Shore. En outre, la cuisson, le dépouillement, la mise en boîte, ne sauraient s’accomplir dans les conditions d’économie désirables sans employer des femmes.

293Cette industrie fait donc naître la nécessité d’avoir recours aux habitants anglais des deux sexes, d’attirer ainsi une population indigène qui, ne pouvant vivre uniquement sur le homard, s’adonnera forcément à la pêche de la morue, du hareng et à d’autres travaux, s’établira enfin sur le French Shore au même titre que leurs prédécesseurs, dont la présence constitue déjà une si grande gêne au libre exercice des droits de pêche des Français. On découvrira aussi que les conserves françaises de homard, préparées à Terre-Neuve, ne pourront jamais, en raison des frais d’armement et d’installation qu’entraîne leur fabrication dans les parages si éloignés, lutter, comme prix, avec les conserves de même nature fabriquées par les industriels de Terre-Neuve et qu’il faudra continuer à soutenir cette industrie au moyen d’une franchise douanière dont elle jouit déjà et dont le consommateur français supporte les charges. D’où il résultera cette étrange anomalie que la France aidera de son argent un envahissement que sa diplomatie et sa Marine de guerre s’efforcent d’entraver depuis plus d’un siècle et demi. Ce serait le couronnement de l’œuvre si regrettable commencée par l’établissement de gardiens anglais sur le French Shore.

294On ne saurait clore cet exposé sans dire quelques mots du Bait Act et de ses résultats. En votant cette loi, la législature de Terre-Neuve cherchait à priver les pêcheurs français de la boëtte fraîche, jugée indispensable à la pêche de la morue sur les Bancs. Grâce à la précieuse latitude que lui offrait le droit de pêche sur le French Shore, la flotte française n’a pas eu beaucoup à souffrir de cette législation hostile ; au contraire, les armateurs ont appris à se rendre indépendants des Terreneuviens et à organiser un service de boëtte française qu’on peut s’attendre à voir bientôt établi sur des bases aussi solides qu’économiques. Le Bait Act a donc manqué son but et fait plus de bien que de mal aux Français ; le besoin de boëtte a ramené sur le French Shore, qu’ils étaient bien près de délaisser entièrement, un nombre considérable de leurs navires ; les armateurs métropolitains et ceux de la colonie de St-Pierre-et-Miquelon ont enfin pu voir l’urgence, jadis assez peu comprise, de conserver des droits sans lesquels le sort de l’industrie qu’ils exercent sur les Bancs se trouverait à la merci de leurs irréconciliables rivaux, les armateurs de Terre-Neuve.

295La question des pêcheries de Terre-Neuve est unique dans son genre ; il est infiniment plus aisé de signaler les inconvénients de la situation faite aux Français par suite des atteintes portées à leurs privilèges que de trouver les moyens d’y porter remède. Tant de précédents fâcheux, tant d’intérêts en conflit semblent faits pour déjouer toutes les combinaisons et suggérer que le mieux serait de laisser les choses suivre leurs cours et d’abandonner au temps, au hasard, le soin d’indiquer une issue dans ce dédale. Prêter l’oreille à ces suggestions serait exposer la France à perdre non seulement la parcelle de privilèges qui, avec la possession des îles St-Pierre-et-Miquelon, sont tout ce qui lui reste encore d’un vaste empire dans l’Amérique septentrionale mais aussi les moyens d’approvisionner de boëtte fraîche sa flotte de pêche sur les Bancs.

296Et le danger de perdre le bénéfice de ces privilèges devient chaque jour plus imminent, car l’heure de l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération canadienne approche. Cette union une fois accomplie, ce ne sera plus une colonie d’environ 200 000 habitants qui cherchera à fermer aux pêcheurs français l’accès au French Shore ; trois millions de sujets britanniques favoriseront alors cette entreprise. Ce ne sera plus la législature d’une île sans grande influence qui exercera sur le cabinet de Londres une pression hostile aux intérêts de la France ; ce sera le parlement du Dominion, au sein duquel les sénateurs et les députés des provinces britanniques de Terre-Neuve, de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard formeront une phalange compacte d’environ 87 législateurs toujours disposés à éloigner les Français d’un littoral que leurs commettants et eux-mêmes souhaiteront posséder sans partage. Il y a donc lieu d’aviser arriver sans perte de temps à trouver une combinaison qui garantisse l’avenir. Mais toutes les combinaisons sont fatalement destinées à échouer comme par le passé si les gouvernements de la République et de la Grande-Bretagne ne préparent pas d’abord une base solide, en tombant d’accord sur une interprétation unique des termes et de l’esprit des traités.

093 MDA Paris, le 27 octobre 1889

Mémorandum

297Les informations venues de Terre-Neuve par le dernier courrier représentent l’île comme livrée à une lutte électorale extrêmement vive. Les élections auront lieu le 6 du mois prochain, mais les deux partis en présence chantent déjà victoire. Cependant, la balance semble pencher du côté des Conservateurs, aujourd’hui au pouvoir. Ce parti a pour lui, outre la majorité des capitalistes, l’influence du clergé catholique, avec lequel il faut compter à Terre-Neuve. On n’a pas oublié qu’en 1885 ce même gouvernement avait inscrit en tête de son programme politique : « Exclusion des Catholiques aux emplois publics ! ». Mais en 1887, il fut obligé, pour ne pas tomber en minorité dans la législature, d’effectuer un compromis.

298Le Premier ministre, Sir Robert Thorburn, a donc des chances sérieuses de voir son gouvernement maintenu pendant quatre années encore. Les partisans continuent à représenter le Bait Act, qu’ils désignent maintenant sous le titre de « Thorburn Act », comme une panacée à tous les maux de la colonie. Les ennemis soutiennent que l’acte, modifié à leur façon, pourrait seul prétendre le devenir. Le French Shore est aussi un thème favori. Voici ce que l’on écrit de Londres aux journaux de St-Jean : Traduction – « Le parlement est enfin ajourné. Peu de membres assistaient aux séances de clôture ; les deux côtés de la Chambre semblaient fatigués de la session. Un grand nombre de mesures ont été remises à la prochaine session que l’on s’attend à voir très animée. »

« Avant cette époque, Terre-Neuve aura élu une nouvelle législature. Il faut espérer que les districts électoraux de l’île s’exprimeront d’une façon catégorique sur la question du French Shore et protesteront hautement contre la continuation des droits issus des traités ! Il est aussi des abus issus des traités ! Aucune nation n’est tenue de respecter un traité préjudiciable à ses citoyens si elle est assez forte pour s’en affranchir. Les nations faibles et déshéritées sont seules à se soumettre à des charges aussi blessantes. L’Angleterre n’est ni faible, ni déshéritée, mais elle a des intérêts considérables en Égypte et craint de mettre en danger les valeurs des actionnaires, juifs qui gouvernent ce pays. Les Rothschild, les Baring, les Erlanger, et les prêteurs juifs et grecs sont, aux yeux du gouvernement britannique, des personnages plus importants que les pauvres pêcheurs de Terre-Neuve, auxquels on impose la soumission aux intérêts de la coterie subventionnée des maisons de St-Mâlo, Dunkerque, Brest et Cherbourg ! ! Et l’on nous dit : “Si vous vous unissez au Canada, on vous écoutera ! Si, aux prochaines élections, l’île envoie à la législature des hommes et non pas des mannequins, ils auront bientôt affranchi la côte ouest, ils parleront, et l’Angleterre n’osera pas leur imposer silence !”. »

299Le Colonist (journal de St-Jean) ne manquera pas d’appeler l’attention des divers candidats sur le tort fait à Terre-Neuve par la continuation des droits que les Français tiennent des traités. Le Foreign et le Colonial Office de Londres ne feront rien, tant qu’ils ne seront pas forcés d’agir, et le peuple de Terre-Neuve doit les contraindre à se rendre à leurs vœux. « Des capitaux nouveaux ne pénétreront dans l’île qu’après le départ des Français. » Les correspondances de cette nature ont un effet déplorable sur la grande majorité des lecteurs qui, on le sait, n’ont ni le temps, ni l’habitude, ni l’envie de s’arrêter à un examen approfondi d’écrits dont le résultat, sinon le but, est souvent de fausser la conscience publique.

300Depuis quelque temps, de nombreux articles rédigés sur le même ton trouvent place dans les journaux de Londres et sont reproduits à Terre-Neuve et au Canada ; tantôt ils sont signés Général Dashwood, Révérend Howley, tantôt ils restent anonymes. Jusqu’ici, aucune réfutation, aucune mise en lumière des faussetés qu’ils renferment, n’a paru dans les feuilles où ils ont été publiés ; il serait peut-être temps de ne plus laisser sans réponse ces communiqués où des droits extrêmement respectables sont traités d’abus intolérables, où l’on cherche, en alléguant des griefs imaginaires, à soulever contre la France l’indignation des sujets britanniques en Europe et en Amérique. Il ne faudrait évidemment pas entrer dans une polémique inutile ; il suffirait d’exposer simplement les faits, mettre sous les yeux des lecteurs, avec le calme que comporte le bon droit, les éléments de contrôle qu’ils ne sauraient se procurer, rétablir dans leur intégrité des textes que l’on s’évertue à dénaturer, des citations tronquées à dessein.

301À une époque où les sentiments, les préjugés des masses, ont une si grande influence sur les assemblées délibérantes et, par suite, sur les gouvernements, il semble que l’on doive, sans dépasser les bornes d’une scrupuleuse prudence, se départir enfin d’une ancienne réserve qui, vu la facilité avec laquelle la presse se met aujourd’hui au service de toutes les théories, de toutes les passions, abandonnerait sans défense les droits les plus légitimes, en laissant le champ libre à des mensonges, à des doctrines propres à en compromettre le respect et le maintien. L’ambassade de la République à Londres, le consulat général à Québec, pourraient sans doute entreprendre ce travail ou trouver des collaborateurs discrets, les secondant dans une tâche propre à faire la lumière et à écarter le danger de voir les futures négociations échouer contre une opinion publique faussée, sans qu’on ait rien fait pour la ramener dans le bon chemin ou tout au moins pour l’éclairer.

094 MDA Paris, le 3 novembre 1889

Mémorandum

302L’état actuel de la question des pêcheries de Terre-Neuve appelle l’examen des mesures qu’il serait bon d’adopter pour éviter que la politique dilatoire, dont l’Angleterre est loin de se vouloir départir, n’ait pour résultat des atteintes progressives aux privilèges que les traités garantissent à la France sur le French Shore. Pendant la dernière campagne de pêche, on a pu constater que l’entente cordiale ordinaire entre les croiseurs français et anglais a été fortement ébranlée. Si l’on n’y prend garde, cet état de choses pourra faire naître un conflit sérieux ou motiver une retraite peu conforme à la dignité de ceux des croiseurs que leurs instructions mettraient en demeure d’éviter, à tout prix, les complications. On se trouve donc en présence de deux éventualités également fâcheuses : la paix compromise ou la dignité atteinte.

303Il n’y a pas lieu d’espérer que d’ici au début de la campagne de pêche de 1890 une entente s’établira entre le gouvernement de la République et celui de la Grande-Bretagne sur les points fondamentaux du litige. La Grande-Bretagne, avec son habileté ordinaire, prétendra peut-être se trouver animée d’un esprit de conciliation, se montrera disposée à discuter les bases d’une entente, d’un arbitrage ; mais, qu’on n’en doute pas, elle saura apporter telles entraves, telles lenteurs au progrès des négociations que l’époque d’entrer en campagne arrivera sans que rien n’ait abouti. Les efforts du gouvernement de la République devraient donc tendre, dès à présent, à ce que des instructions propres à éviter tous froissements entre les croiseurs français et anglais fussent élaborées de concert avec le cabinet britannique sur la base du droit absolu que les pêcheurs français ont, de ne pas être gênés dans leurs opérations de pêche : droit reconnu et maintenu de 1886 à 1888 par les croiseurs anglais.

304Les opérations de l’industrie de la mise en boîte du homard par les Français ont servi de prétexte aux Anglais pour faire exception à cette règle et prétendre que, sans gêner la pêche légitime des Français, les sujets britanniques pouvaient pêcher le homard dans les eaux affectées à la pêche française, fabriquer des conserves dans les mêmes parages. C’est une utopie : elle saute aux yeux, mais elle n’en est pas moins dangereuse puisqu’elle tend à conférer aux croiseurs de la Grande-Bretagne compétence pour juger de la gêne apportée aux opérations de la pêche française.

305Sans tarder et avant que les industriels français, de même que les Anglais, puissent alléguer que, se basant sur les errements du passé, ils ont fait des avances en vue de la pêche du homard pour la prochaine saison, il importerait de régler ce point devenu essentiel. La résistance sera sans doute grande ; on ne pourrait la vaincre qu’en insistant pour que, en attendant règlement, toutes les opérations des homarderies du French Shore, tant françaises qu’anglaises, fussent suspendues. Le souci d’écarter les probabilités d’un désaccord facile à pressentir m’a déjà fait suggérer cette mesure, mais sans succès. La France n’a cependant rien à perdre à son application, qui n’atteindrait qu’une industrie sans base solide d’avenir et tendant à attirer une population étrangère sur le littoral que les traités affectent à l’usage de ses nationaux. La mesure serait au contraire avantageuse, car le coup que l’on porterait ainsi aux homarderies anglaises, quatre ou cinq fois plus nombreuses que les françaises, pourrait puissamment aider au progrès du règlement des questions fondamentales. Et cette mesure n’aurait rien qui ne fut conforme à la lettre et à l’esprit des traités. En effet, si, comme le prétend la Grande-Bretagne, la pêche du homard avec fabrication de conserves n’est ni prévue, ni autorisée par les actes diplomatiques antérieurs, les Anglais n’ont pas plus de droit de s’y livrer que les Français, car il est dit (paragraphe 3 de la déclaration annexe au traité de 1783), « on n’y contreviendra pas (au mode de pêche) de part et d’autre » – It shall not be deviated from by either party. De l’ensemble de cette déclaration, il résulte clairement que, sans prohiber aux Anglais l’exercice de la pêche en tant qu’ils « ne troublent en aucune manière par leur concurrence la pêche des Français », les traités leur interdisent formellement de contrevenir au mode de pêche usité de 1713 à 1783.

306Il semble donc indiqué que les questions de la fabrication des conserves de homards et de la pêche industrielle de ce crustacé doivent faire l’objet de négociations distinctes et postérieures à celles se rapportant à la pêche et à la préparation des autres poissons. En tout cas, l’interruption des opérations des homarderies rivales aurait l’heureux résultat de laisser aux baies, quasi épuisées aujourd’hui, le temps de se repeupler, et celui plus important encore, de retarder l’envahissement du French Shore par les populations sédentaires britanniques. On écarterait même ainsi, à une heure critique, un élément sérieux de discorde entre les commandants des deux divisions navales préposées à la police des pêcheries de Terre-Neuve.

095 CCC Paris, le 6 novembre 1889

307À M. Paul-François Clavery, Directeur des Affaires commerciales et consulaires « L’occasion perdue ne se représente jamais » ; le hasard de la rencontre que j’ai faite à Paris de M. Dubail, consul général à Québec, semble en faire naître une que je me reprocherais de négliger. Je prends la liberté, Monsieur le Directeur, de vous exposer la pensée qui m’est venue en apprenant que M. Dubail sollicitait un changement de poste.

308Le Département veut bien croire que, pendant les quatre années que j’ai passées à St-Jean de Terre-Neuve, j’y ai acquis une expérience et m’y suis créé des relations personnelles pouvant avoir un jour leur utilité au point de vue des intéressantes questions dont j’ai eu à m’occuper. Un intérêt indiscutable s’attache à ce que ces mêmes questions soient suivies avec une persévérante attention en vue des négociations futures ayant pour but la sauvegarde des intérêts de la pêche française sur le French Shore, dont une grande partie se trouve baignée par les eaux du golfe St-Laurent.

309L’union de Terre-Neuve au Dominion canadien appellera, dans un avenir peut-être prochain, le consulat général de Québec à se constituer, auprès du gouvernement fédéral à Ottawa, le défenseur direct des droits et des privilèges de la France sur la partie du littoral de Terre-Neuve affectée à la pêche française. Il conviendrait même qu’en prévision de cette éventualité, on commençât à préparer le terrain en s’entretenant de la question avec les hommes politiques du pays, en éclairant l’opinion publique et en la dirigeant dans un sens favorable à nos intérêts. Une action unique, exercée simultanément à Terre-Neuve et au Canada, serait donc très désirable ; elle semble même être la seule combinaison pouvant écarter ou du moins combattre les dangers dont l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération menacera ce qui nous reste d’un vaste empire dans l’Amérique du Nord, nos droits de pêche sur une partie du littoral de Terre-Neuve.

310J’ai donc pensé, Monsieur le Directeur, à poser ma candidature pour la gestion du poste de Québec. Cette situation me permettrait de mettre en œuvre le plan de campagne dont je viens de parler. Je profiterais de ce que le vice-consulat de St-Jean de Terre-Neuve se trouve dans la circonscription consulaire de Québec, pour passer, tous les ans, dans la capitale de l’île, le temps nécessaire à m’édifier personnellement sur les changements, les incidents qui pourraient avoir modifié les sentiments, les aspirations des hommes qui en dirigent les destinées et avec lesquels je pourrais ainsi entretenir des rapports extrêmement précieux pour le service du Département. J’aurais aussi l’occasion de conserver mes excellents rapports avec les commandants des croiseurs anglais et de voir à Halifax et à Québec l’amiral dont ils relèvent.

311Rien ne paraîtrait plus naturel à Terre-Neuve que ma présence à Québec (poste pour lequel le Gouverneur de l’île me pense d’ailleurs désigné depuis longtemps), tandis que mon retour au vice-consulat de St-Jean surprendrait extrêmement, détruirait la bonne renommée que j’y ai si laborieusement acquise et me placerait en suspicion dans l’esprit du Gouverneur et des hommes marquants de l’île ; je perdrais toute autorité.

  • 60 Un décret du 13 juillet 1888 avait conféré à Riballier des Isles la décoration de la Légion d’honn (...)

312Pour rendre plus fructueuse la mission qui me serait confiée, il serait bon qu’avant de me rendre à Québec je fusse, pendant deux ou trois mois, peut-être davantage, attaché à l’Ambassade de France à Londres à titre, par exemple, de consul chargé de travaux particuliers. Cette situation me permettrait, je l’espère, de faire sous l’égide de notre ambassadeur la connaissance de fonctionnaires des Foreign et Colonial Offices, de les sonder un peu et d’emporter au Canada le prestige que me donnerait mon séjour à l’ambassade, joint à mes relations avec les fonctionnaires anglais. J’ai d’ailleurs pour moi d’avoir laissé à Québec des souvenirs assez bons et assez vifs, pour que, à l’occasion de ma nomination dans la Légion d’honneur, les journaux français et anglais, aussi bien que les particuliers, m’aient spontanément prodigué les plus flatteuses félicitations60.

313Vous me connaissez assez, Monsieur le Directeur, pour ne pas attribuer uniquement à mon désir d’avancement personnel la démarche que je fais auprès de vous. Vous savez quel est mon dévouement au service du Département et mon désir de finir dignement une carrière que j’ai commencée, je puis le dire, et j’en suis fier, sous vos auspices. Je ne sollicite aujourd’hui qu’une situation que l’on pourrait appeler d’épreuve. Le caractère tout spécial des intérêts au soin desquels je demande à consacrer mes efforts justifie ma démarche ; mon passé est garant du zèle consciencieux que j’apporterai à rendre mes services assez utiles pour que cette situation devint définitive.

096 MDA Paris, le 10 novembre 1889

Mémorandum

314Tous les ans, à l’occasion de l’ouverture de la campagne de pêche à Terre-Neuve, les commandants des croiseurs français et anglais reçoivent de leurs gouvernements respectifs des instructions destinées à les guider dans l’accomplissement de la mission délicate qui leur est confiée. L’harmonie ou le désaccord entre les croiseurs des deux pays dépend principalement de ces instructions. Il serait à souhaiter que les deux gouvernements s’entendissent sur leur rédaction, laissant le moins possible à l’initiative ou à la discrétion des commandants. Le rôle de sentinelles, qui seul convient aux croiseurs, ne se convertit pas sans danger en celui de juges ou d’administrateurs.

315Pour la prochaine campagne de pêche, une question nouvelle se présente : celle de savoir si les pêcheurs français venant s’approvisionner de boëtte sur le French Shore pour l’employer à la pêche de la morue sur les Bancs ou pour fournir à St-Pierre-et-Miquelon l’appât nécessaire à la même pêche, ont le droit, alors qu’ils se trouvent encore dans les eaux du French Shore, de vendre, troquer, céder ou donner à des navires étrangers la boëtte qu’ils ont pêchée ou celle qu’ils ont achetée aux pêcheurs britanniques du littoral. Le cas s’est présenté à la baie St-Georges au cours de la dernière campagne ; il était nouveau, le trafic n’a pas pris de grandes proportions, les croiseurs français et anglais ont pu fermer les yeux ; mais l’année prochaine les choses ne pourront pas se passer ainsi ; les occasions de vendre de la boëtte aux Américains seront fréquentes, car le modus vivendi qui permettait à ces derniers d’obtenir l’appât dans les baies de Terre-Neuve, fermées aux Français par le Bait Act, aura cessé d’exister, et les dispositions de l’act s’appliqueront à tous les pavillons. Le gouvernement de Terre-Neuve protestera certainement contre le trafic en question qui détruirait complètement les effets du Bait Act à l’égard des Américains. Il importe que les croiseurs soient instruits de ce qu’ils auront à faire.

316Un autre incident s’est produit l’an dernier (du moins on l’affirme) dans la baie St-Georges à l’époque de la pêche au hareng. Afin de mettre les navires français en mesure de se boëtter plus rapidement qu’ils ne pouvaient faire avec leurs équipages, les pêcheurs britanniques sédentaires ont été autorisés à se servir de leurs filets et à vendre aux capitaines français le produit de la pêche ; or, une razzia aurait été opérée par des pêcheurs français sur quelques filets anglais. Il est évident qu’un tel procédé ne saurait être justifié, car si l’on autorise les Anglais à pêcher pour vendre aux Français le poisson qu’ils prennent, leurs filets et ce qu’ils contiennent doivent être respectés ; il n’y a pas à insister là-dessus.

317Mais est-il sage, est-il conforme au principe du droit exclusif de pêche des Français, d’autoriser les Anglais à pêcher dans les eaux où se trouvent les Français, même à charge de vendre à ces derniers le produit de la pêche ? On peut en douter. D’abord, ainsi qu’un fait même isolé suffirait à le démontrer, il y a danger d’agression, par suite de conflit. En outre, on risque d’établir un précédent fâcheux que les Anglais pourraient plus tard invoquer comme la reconnaissance d’un droit. Puisqu’on a besoin du concours des pêcheurs anglais pour boëtter rapidement les navires français qui, sans cela, risqueraient de perdre un temps précieux, outre le danger de voir disparaître l’appât avant de s’en être approvisionnés, ne vaudrait-il pas mieux autoriser les capitaines français à employer des pêcheurs anglais ?

318Il n’y aurait alors qu’emploi accidentel de bras pour compte des pêcheurs français en possession du privilège de pêche, ce qui ne saurait constituer ni un droit, ni un précédent portant atteinte au privilège. Nul ne saurait en effet prétendre s’instituer juge du besoin d’employer des auxiliaires, tandis que l’on peut facilement soutenir que l’exercice autorisé d’une industrie cette année donne lieu à la présomption que rien ne s’opposera à ce qu’on s’y livre plus tard et toujours. Le trafic de la boëtte entre Français et Américains sur le French Shore et la pêche de la boëtte française par les Anglais sur ce même French Shore semblent donc devoir appeler tout particulièrement l’attention du gouvernement de la République et réclamer pour la prochaine campagne de pêche une réglementation spéciale.

097 MDA Paris, le 27 novembre 1889

Mémorandum

319Le gouvernement de Terre-Neuve vient d’essuyer la défaite la plus inattendue comme la plus complète. Le Premier ministre, Sir Robert Thorburn, qui, à la dernière session législative, était soutenu par trente députés sur trente-sept, verra, à la prochaine assemblée, Sir William Whiteway, son rival, à la tête d’une majorité tout aussi imposante, à un représentant près, lequel, paraît-il, se serait déclaré indépendant. Ce qui doit être le plus douloureux pour Sir Robert c’est que pas un seul des membres de son cabinet, lui compris, n’a trouvé grâce devant les électeurs ; tous ont été battus. Rien de comparable n’avait eu lieu dans la colonie depuis vingt ans, époque à laquelle le gouvernement de Sir Frederick Carter a subi un échec semblable, mais Sir Frederick avait été réélu.

320Jusqu’aux derniers jours qui ont précédé le 6 courant, fixé pour le vote, la confiance était complète dans le camp des Conservateurs ; les districts électoraux se montraient favorables aux candidats officiels. C’est alors que les partisans de Sir William Whiteway, voyant que la question du Bait Act laissait froides les populations qu’elle n’atteignait point directement, se sont avisés, avec ou sans le consentement de leur chef, de proclamer dans toute l’île que si Sir William était appelé au pouvoir, le salaire des travailleurs serait élevé de 60 cents (environ Frs. 3-25) à un dollar 25 cents (soit Frs. 6-75) par jour. Il ne pouvait, en tous cas, être question que des salaires pour travaux publics, mais on ne s’est sans doute pas expliqué là-dessus, pas plus que sur les fonds sur lesquels on pourrait prélever les salaires. Quoi qu’il en soit, cette promesse a eu un effet magique, et les classes laborieuses ont été entraînées, avec le résultat qu’on sait. Ainsi, le chemin de fer de Plaisance, presque terminé ; le chemin de fer à Halls Bay, commencé ; l’emprunt d’un million de dollars par an, pendant 5 ans, pour l’achever ; le Secret Ballot Act ; le Manhood Suffrage Act, toutes mesures passées par le gouvernement de Sir Robert Thorburn en vue de se maintenir au pouvoir, ont tourné contre lui, y compris le Bait Act.

321Les vaincus ont d’ailleurs immédiatement accepté le fait accompli avec cette bonne grâce qu’inspire à la race Anglo-Saxonne le respect du suffrage populaire. L’organe des victimes du 6, l’Evening Mercury, se contente d’adresser quelques satires aux vainqueurs et de prédire une éclatante revanche pour 1894.

322Mais d’ici là, l’idée de la Confédération aura fait des progrès ; la franchise électorale aura été étendue à tous les citoyens âgés de 21 ans. L’avenir pourrait donc réserver de nouvelles surprises à l’oligarchie marchande de Terre-Neuve.

098 MDA Paris, le 2 décembre 1889

Mémorandum

323Au point de vue de la pêche française, les élections générales de Terre-Neuve, amenant au pouvoir Sir William Whiteway, auront certainement pour résultat une modification dans le Bait Act. On ne saurait déterminer quels seront exactement les termes de la future loi, mais il est probable qu’elle ouvrira les ports de l’île aux navires de toutes nationalités venant y chercher l’appât de pêche, à condition de payer des droits assez élevés de port, de phares, de pilotage et autres ; une taxe d’exportation ou de licence d’exportation sera peut-être également imposée.

  • 61 Galopeur : petit vaisseau de 30 à 40 tonneaux qui apportait la boëtte et qui faisait un commerce i (...)

324Le succès des nouvelles dispositions dépendra du prix de revient auquel sera ainsi portée la boëtte. Si le taux en devenait assez élevé pour que les navires de pêche français trouvassent avantageux d’offrir de bons prix aux galopeurs de Terre-Neuve se rendant à St-Pierre-et-Miquelon61, ceux-ci continueraient à y porter de la boëtte en contrebande, et le nouveau gouvernement se verrait obligé d’entretenir des croiseurs, comme l’a fait le précédent, et de persécuter ceux même qui l’ont élu, ou bien de fermer les yeux et laisser la loi tomber en désuétude pour en venir aux errements antérieurs à 1886. C’est ce qui arrivera tôt ou tard. La reprise de possession du French Shore par les Français souffrira nécessairement du nouvel ordre de choses, et le service de la boëtte française, qui commençait à ramener leurs navires dans les parages, va être désorganisé ; on va retomber pour la boëtte sous la dépendance des caprices législatifs de Terre-Neuve et rentrer dans la période aléatoire. Le French Shore sera de moins en moins visité par les pêcheurs français, et la Confédération de Terre-Neuve avec le Canada fera le reste pour délivrer l’île de sa servitude séculaire.

  • 62 Selon le système qui existait à cette époque-là, il fallait que les députés choisis pour le cabine (...)

325Des avis venant de St-Jean annoncent que Sir William Whiteway cherche à décider le Gouverneur à convoquer au plus tôt la nouvelle législature ; il a hâte de s’emparer du pouvoir avant qu’une réaction puisse s’opérer. En effet, un revirement d’opinion pourrait diminuer sensiblement sa majorité, car, obligé de faire réélire les hommes qu’il choisira pour constituer un cabinet, les électeurs pourraient bien donner leurs voix à des adversaires62. Le Parti conservateur, battu si inopinément, s’efforcera de ne pas échapper une si belle occasion de prendre une revanche au moins partielle. L’élément catholique, très négligé aux dernières élections, jouera un rôle important dans les by-elections.

326Terre-Neuve entre dans une ère de troubles intérieurs.

099 MDA Paris, le 7 décembre 1889

Mémorandum

327Certains journaux canadiens ont attribué le résultat des dernières élections générales de Terre-Neuve à un mouvement d’opinion favorable à l’entrée de l’île dans la Confédération. La presse de Terre-Neuve proteste contre cette affirmation ; elle fait ressortir que le seul terrain sur lequel les deux partis en présence, celui des Conservateurs et celui dit des Travailleurs, ne soient pas entrés en lutte au cours de la campagne électorale a été celui de la Confédération ; d’un commun accord, la question a été écartée du débat. Les uns et les autres ont annoncé que s’il y avait, plus tard, lieu de revenir sur ce sujet, le pays serait consulté par voie de plébiscite.

328La sincérité de telles déclarations, à un pareil moment, pourrait bien être mise en doute, mais le verdict populaire rendu aux dernières élections semblerait démontrer qu’aucune sympathie à l’égard de la Confédération ne s’est alors manifestée. En effet, nul membre du cabinet Thorburn, ni même aucun de ses partisans réputé confédéré, n’a été réélu, sauf M. Morine. Ce député passe à Terre-Neuve pour être l’agent salarié de Sir John Macdonald, le Premier ministre du Dominion canadien ; il a longtemps fait partie de l’Opposition, et ce n’est que depuis peu qu’il a transféré son allégeance au gouvernement Thorburn. M. Morine, au cours de sa tournée électorale, a, lui aussi, prudemment écarté la question de la Confédération. Resterait Sir William Whiteway, le héros du 6 novembre, dont les sympathies actuelles pour l’union au Canada ne sont ni avouées, ni démenties.

329En tout cas, et quel que soit le parti au pouvoir, on ne peut guère s’attendre à ce que le gouvernement de l’île, tant qu’il trouvera de l’argent à emprunter pour faire face aux dépenses trop élevées comparativement au revenu de la colonie, se hâte beaucoup d’abdiquer en faveur du cabinet d’Ottawa. Il n’est certes pas probable que Terre-Neuve échappe à la Confédération ; la défaite que vient d’essuyer l’oligarchie marchande aux dernières élections a même pu rendre cette fusion plus prochaine, mais, en dehors de l’éventualité d’une crise politique violente, l’épuisement du crédit de la colonie sur le marché de Londres paraît devoir fixer l’époque du nouvel ordre de choses auquel la presse du Canada fait allusion.

100 MDA Paris, le 22 décembre 1889

Mémorandum

330Terre-Neuve traverse en ce moment la période d’interrègne qui précède avènement pacifique d’une nouvelle administration et donne au gouvernement sortant le loisir de dresser son inventaire. Le parti que les dernières élections générales viennent d’appeler au pouvoir se montre quelque peu impatient de prendre en mains la direction des affaires ; il désirerait ne pas attendre la réunion de la législature ; mais il devra s’y résigner, car le Gouverneur ne paraît point disposé à avancer la date de l’ouverture de la session. La Royal Gazette du 10 de ce mois ne renferme encore pas de proclamation à cet effet.

331L’une des premières mesures dont le cabinet de Sir William Whiteway devra s’occuper sera la modification du Bait Act qu’il s’est engagé à amender. Des avis officieux venus de St-Jean annoncent que la modification consisterait à exiger le paiement d’un droit d’un dollar par tonneau de jauge pour tout navire venant chercher de la boëtte dans les baies de Terre-Neuve. Le paiement de cette taxe serait annuel ; les droits de port, de phares et autres d’usage viendraient s’y ajouter. L’effet de la nouvelle législation sera sans doute de ramener dans les baies de Terre-Neuve les navires de pêche que le Bait Act de 1886 leur avait fermées. Le nombre des bâtiments français se rendant sur le French Shore en quête d’appât sera considérablement diminué, et les armateurs retomberont ainsi volontairement sous la dépendance des caprices législatifs de Terre-Neuve.

332Le Bait Act, modifié dans le sens indiqué, serait une manœuvre habile, visant à tenir, autant que possible, éloigné du French Shore les Français, dont la présence gêne l’exercice de la souveraineté que, sans eux, le gouvernement de Terre-Neuve exerçait librement sur toute l’île.

101 MDA Paris, le 6 janvier 1890

Mémorandum

333Le cabinet de Sir Robert Thorburn, dérouté aux dernières élections générales de Terre-Neuve, ayant placé sa démission entre les mains du Gouverneur de l’île, Sir Terence O’Brien, celui-ci l’a acceptée et s’est mis en devoir de choisir de nouveaux ministres dans le parti récemment appelé au pouvoir. Ont été nommés :

334Sir William Whiteway, Ier ministre et ministre de la Justice (Attorney-General) ;

335M. Robert Bond, Secrétaire colonial ;

336M. R. O’Dwyer, Receveur général ;

337M. H. J. B. Woods, Surveyor-General (Terres de la Couronne) ;

338MM. A. W. Harvey et E. P. Morris, ministres sans portefeuilles.

339Le nouveau cabinet a prêté serment le 17 décembre dernier.

340Sir W. Whiteway, chef du parti dit des « Travailleurs », est le seul de ses collègues qui ait déjà été ministre ; il est aussi de beaucoup leur doyen d’âge. M. Bond, jeune homme à l’aise, s’est fait remarquer, pendant les quatre dernières années, par sa fidélité à croire en l’étoile de Sir W. Whiteway et en l’absurdité du Bait Act. M. Harvey, riche négociant, est membre marquant du Conseil législatif, très ferme dans ses convictions mais trop entier peut-être pour devenir jamais bien persuasif ou bien populaire ; il a toujours été partisan du Bait Act et l’un de ses inspirateurs. MM. O’Dwyer, Woods et Morris ne négligeront sans doute pas l’occasion qui se présente à eux de se distinguer et de conquérir un rang parmi les sommités politiques de la colonie.

341L’époque du vote pour la réélection des nouveaux ministres est fixée au 15 courant ; on ne prévoit pas d’opposition sérieuse.

102 MDA Paris, le 19 janvier 1890

Mémorandum

342D’après les avis venus de St-Jean par le dernier courrier, l’influence de M. A. W. Harvey, qui occupe dans le nouveau gouvernement la situation de ministre sans portefeuille, se ferait déjà sentir ; par suite, le cabinet Whiteway n’aurait pas encore résolu le rejet du Bait Act. Cette question ne serait même probablement soumise à la prochaine législature que pour procéder à la création d’un comité ayant mission de l’étudier et de faire son rapport en 1891. Le gouvernement tournerait ainsi une grave difficulté ; il éviterait d’exaspérer l’oligarchie marchande que M. Harvey personnifie ; mais, pour ne pas trop irriter les populations de la côte sud, en ne tenant pas la promesse faite pendant la dernière campagne électorale, il fermerait un peu les yeux sur la contrebande de boëtte des galopeurs de Terre-Neuve avec St-Pierre-et-Miquelon.

343Il est facile de pressentir le préjudice que pourrait porter à l’organisation du service français de la boëtte française un relâchement dans la sévérité de l’application des dispositions du Bait Act. Le gouvernement Whiteway cherche peut-être à inspirer une trompeuse sécurité aux armateurs français et à les éloigner du French Shore ; ceux-ci feraient bien de se méfier. On pense à Terre-Neuve qu’en maintenant le Bait Act le gouvernement désire non seulement ménager le parti des marchands mais qu’il se propose aussi d’amener les États-Unis à des concessions en échange du libre accès à la boëtte, facilité au moyen de laquelle la colonie voudrait obtenir la libre entrée des produits de sa pêche sur le territoire de l’Union ; et l’on pense que les États-Unis seraient plus disposés à faire un arrangement de cette nature avec Terre-Neuve qu’à s’entendre avec le Canada. En ce qui touche aux droits de pêche des Français, une nouvelle théorie commencerait à se faire jour à Terre-Neuve. On y dirait : « La pêche de la boëtte par les Français sur le French Shore est illégale, en tant que l’appât serait destiné à leur pêche sur les Bancs. » On y voit que l’esprit des Terreneuviens est fécond à soulever de nouvelles difficultés.

  • 63 Sir Robert Pinsent, partisan de la Confédération, nommé juge de la Cour suprême en 1880. Voir son (...)

344La campagne des by-elections se poursuit d’ailleurs très activement. Sir William Whiteway se multiplie pour assurer son triomphe et celui de ses amis ; on prétend même que les soins de cette campagne empêcheraient Sir William de se conformer au désir du Colonial Office de Londres, lequel souhaiterait sa présence dans la métropole afin de l’entretenir de questions se rapportant aux droits de pêche de la France. Le juge Pinsent de la Cour suprême de Terre-Neuve, une autorité dans la matière, se trouve actuellement à Londres63.

103 MDA Paris, le 12 février 1890

Mémorandum

345D’informations qui me parviennent, il résulte que le gouvernement de S.M.B. prépare le texte d’un modus vivendi relatif aux homarderies françaises et anglaises à Terre-Neuve. Le sens des instructions destinées aux croiseurs anglais pour la campagne de 1890 tendrait à éviter un conflit entre les homarderies des deux pays. À cet effet, le droit de pêche du homard par les Français ne serait temporairement pas contesté par l’Angleterre, et les croiseurs français, de leur côté, ne troubleraient pas les industriels anglais faisant des conserves de homard sur le French Shore. Le nombre des homarderies anglaises ne serait pas augmenté.

346J’ignore l’accueil que le gouvernement de la République réserve à un arrangement de cette nature, qui consacrerait dans la pratique un droit contesté jusqu’ici par nous, du moins en théorie : « le concurrent right des anglais » ; mais dans le cas où l’arrangement en question serait accepté, je crois devoir mettre le Département en garde contre un abus qui ne manquerait pas de se produire et menacerait de réduire à néant les sacrifices que nous ferions pour éviter des conflits. « Le nombre des homarderies anglaises ne serait pas augmenté », dit-on. Pour assurer l’exécution de cette clause, il serait urgent de déterminer à l’avance d’abord ce que l’on entend par une homarderie. Est-ce tout simplement un poste où l’on cuit le crustacé ? Est-ce bien décidément le baraquement où s’opère la mise en boîte, précédée du dépouillement ? Déterminer aussi d’avance le nombre des homarderies anglaises privilégiées ; tomber également d’accord sur le périmètre dans les limites duquel pourront s’étendre leurs opérations. Sans ces précautions à l’ouverture de la prochaine campagne, les croiseurs français se trouveront en présence d’un très grand nombre de homarderies anglaises nouvelles.

347En effet, dès que l’avis d’une restriction éventuelle parviendra à Terre-Neuve, on s’empressera de profiter de l’absence des croiseurs anglais et français pour multiplier les postes de pêche du homard : une cabane, une marmite, une machine portative à sonder, suffisant à l’installation ; voilà pour le nombre. Quant au périmètre, on sait qu’une homarderie ne peut subsister qu’à condition d’exploiter une étendue considérable de littoral ; cette étendue n’est limitée que par la difficulté de transporter jusqu’à l’usine le homard à l’état absolument frais, sinon vivant ; lorsque la distance à parcourir est trop grande pour que les embarcations à voile ou à rames la franchissent avec rapidité, on établit des bouilloires où l’on cuit le homard avant de le faire parvenir aux metteurs en boîte. Il existe même à Terre-Neuve plusieurs embarcations à vapeur chargées de parcourir les baies en quête des homards pêchés ; à bord de quelques-unes de ces embarcations se trouve une chaudière où le crustacé est immédiatement bouilli.

348On voit par là combien il importe d’arrêter d’avance à quelle distance de l’usine principale, c’est-à-dire de celle dans laquelle s’opère le dépouillement et la mise en boîte, pourra s’étendre la pose des casiers de cette même usine ; car non seulement une usine anglaise aurait la facilité d’occuper toute une baie au détriment de nos pêcheurs de homards mais encore de rendre impossible aux morutiers français la pêche en dégras dans ces parages. Enfin, il est à prévoir que les Anglais insisteront pour avoir la faculté de déplacer celles de leurs usines que l’épuisement des fonds de pêche rendrait improductives, et le nombre menace d’en devenir considérable. Il y aurait lieu de prévoir le cas et, pour éviter des abus, limiter pour chaque saison le nombre des concessions de cette nature.

349La tournure que prend la question des homarderies me paraît devoir amener forcément le morcellement du French Shore et sa subdivision en limites françaises et limites anglaises ; cette répartition sera peut-être bientôt le seul moyen qui nous restera de retarder la marche rapidement progressive des empiétements qui menacent de nous évincer complètement de ces parages.

104 MDA Paris, le 14 février 1890

Mémorandum

350On annonce de Terre-Neuve que les by-elections ont eu pour résultat la réélection des députés choisis par Sir William Whiteway pour composer le cabinet de la colonie. Le triomphe de Sir William sur Sir Robert Thorburn est donc assuré. Dans la prochaine législature, l’Opposition ne comptera guère plus de 5 membres sur 37. L’Opposition s’est organisée sous le nom d’« Association patriotique » ; elle a fondé, pour lui servir d’organe, un journal, l’Evening Herald. Cette feuille n’est que l’ancienne Evening Mercury sous un titre différent ; ni l’éditeur, ni la rédaction n’ont changé.

351Une lettre m’informe que l’honorable M. Harvey, ministre sans portefeuille, représentant l’oligarchie marchande dans le nouveau cabinet, ne permettra pas que l’on touche au Bait Act et que la colonie est résolue à susciter des difficultés de toutes sortes aux pêcheurs français, tant que la prime leur permettra de réduire de 50 % le prix de vente de la morue sur les marchés étrangers. Un autre correspondant se demande quel avantage la France peut trouver à taxer ses nationaux pour payer des primes qui abaissent le prix du poisson au profit des étrangers ; il considérerait comme logique l’octroi d’une prime, si elle était destinée à réduire le prix du poisson au profit des consommateurs français. On voit par là que Terre-Neuve n’a qu’une préoccupation : faire abolir la prime de pêche, et ne semble pas se douter qu’il serait peut-être possible de la convertir en prime à l’armement.

352Le steamer chargé de transporter les secours en vivres que le gouvernement envoyait aux habitants du French Shore, côte est, n’a pu franchir les glaces et est revenu à St-Jean. On craint que, par suite, 5 ou 6 cents colons périront de faim et de froid.

  • 64 L’angine couenneuse est souvent produite par l’herpès du pharynx. Son diagnostic différentiel avec (...)

353La santé publique continue à être mauvaise ; l’épidémie d’angine couenneuse qui afflige St-Jean depuis deux ans ne diminue pas sensiblement64 ; des écoles ont dû être fermées à nouveau ; l’épidémie atteint plus fréquemment les adultes que par le passé ; elle gagne les campagnes. L’influenza sévit dans la capitale.

105 MDA Paris, le 19 février 1890

Mémorandum

354La Gazette officielle de Terre-Neuve annonce la convocation de l’Assemblée législative de la colonie pour le 6 mars prochain. Cette date est exceptionnellement tardive ; l’Assemblée se réunit d’ordinaire dans la première quinzaine de février.

106 MDA Paris, le 25 février 1890

355Observations sur un projet de modus vivendi relatif aux pêcheurs de homards à Terre-Neuve.

356Si la dernière proposition de l’Angleterre était acceptée, il devrait être stipulé :

  1. Qu’aucune homarderie anglaise, ancienne ou nouvelle, ne devra gêner ou entraver, en aucune façon, les opérations des pêcheurs français, homardiers ou autres, anciennement ou nouvellement installés.
  2. Que par homarderie (lobster factory) on entend l’établissement où s’opère non seulement la cuisson du homard mais aussi, et notamment, son dépouillement et mise en boîte.

Note explicative
Les expressions « aucune homarderie anglaise, ancienne ou nouvelle » visent principalement la homarderie Shearer, en concurrence avec celle de MM. Thubé Lourmand dans la baie Ste-Marguérite. Les expressions « des pêcheurs français, homarderies ou autres » ont pour but de garantir la liberté des opérations des morutiers français pêchant en dégras.
Se méfier des expressions introduites dans le texte anglais : fisheries et fishing grounds au lieu de lobster factories. Fisheries signifie pêcheries dans le sens général, toutes sortes de pêches : morue, hareng, capelan, encornet, saumon, etc. Fishing grounds signifie limites de pêche.

107 MDA Paris, le 26 février 1890

Mémorandum

357Dans la pensée de procurer au Département, en temps utile, des informations immédiates et précises sur ce que le gouvernement de Terre-Neuve pourrait arrêter relativement à la mise en vigueur du Bait Act pendant la prochaine campagne de pêche, j’ai fait en sorte d’être renseigné par le télégraphe du résultat des délibérations du cabinet de St-Jean dès qu’une décision aurait été prise à cet égard. Je viens de recevoir une dépêche secrète se traduisant comme suit : « St-Jean de Terre-Neuve, le 26 février 1890. Une commission a été nommée avec mission de procéder à une enquête relativement aux effets du Bait Act et faire son rapport. »

358Cette information répond exactement à ce que j’ai annoncé au Département dans mon mémorandum du 19 janvier dernier, lorsque je l’entretenais du biais que le gouvernement Whiteway semblait devoir adopter relativement au Bait Act pendant la campagne de pêche de 1890-1891. Les dispositions du Bait Act seront donc provisoirement maintenues. Le département de la Marine et nos armateurs ne sont plus exposés à une surprise ; l’avis qui précède arrive à temps pour leur permettre de prendre les précautions que comporte la fourniture de l’appât de pêche et mettre à profit l’expérience acquise pendant les deux dernières campagnes.

108 MDA Paris, le 8 mars 1890

Mémorandum

359Les derniers avis de Terre-Neuve par malle anglaise sont du 18 février dernier. À cette date, on se demandait encore quelle politique le gouvernement se déciderait à adopter relativement au Bait Act. Mon mémorandum du 26 du mois dernier a édifié le Département à cet égard ; nous savons que le Bait Act est provisoirement maintenu.

360Il n’est pas peut-être inutile de mentionner ici les progrès de la nouvelle doctrine à laquelle je faisais allusion le 19 janvier dernier, à savoir : « La pêche de la boëtte par les Français sur le French Shore est illégale en tant que l’appât serait destiné à la pêche sur les Bancs. » Au cours de la prochaine campagne, les commandants de notre Division navale de Terre-Neuve auront sans doute à émettre plus d’une fois leur avis à ce sujet. Ils auront peut-être aussi à décider si les capitaines français ont la faculté de vendre à des étrangers l’appât pêché sur le French Shore.

361Dans ma note du 10 novembre dernier, j’ai fait remarquer que cette question a été soulevée pendant la dernière campagne de pêche. Mais si, comme on le dit à Terre-Neuve, le gouvernement britannique se prépare à conserver, pendant un an encore, aux pêcheurs des États-Unis le bénéfice du modus vivendi dont ceux-ci ont joui en 1888 et 1889, en vertu duquel les ports du Canada et de Terre-Neuve leur étaient ouverts pour s’y approvisionner de boëtte, les capitaines français n’auront que de rares occasions de vendre leur boëtte aux Américains ; il est cependant bon de prévoir cette éventualité.

362L’état des esprits ne semble pas très calme à Terre-Neuve en ce moment ; l’organe de l’Opposition, l’Evening Herald, publie des articles d’une extrême violence, non seulement contre le cabinet mais aussi contre le Gouverneur, Sir Terence O’Brien ; on les accuse, entre autres méfaits, de complicité avec le gouvernement britannique, de conspiration contre les privilèges de la colonie, dont ils sacrifieraient les intérêts aux exigences des Français ! Le maintien du Bait Act calmera peut-être un peu cette effervescence. C’est sans doute là une première concession à l’oligarchie marchande ; beaucoup d’autres suivront. Sir William, accusé d’être vendu aux Français, ne perdra probablement aucune occasion de nous susciter des ennuis. Avec Sir William, il faut s’attendre à voir renaître la question du libre accès à la mer à travers la zone réservée à la pêche française, la question de l’exploitation des mines et des forêts du French Shore, sans oublier celle non moins délicate des magistrats de Terre-Neuve sur ce même littoral, et enfin celle du consulat britannique à St-Pierre-et-Miquelon. Le gouvernement de Sir Robert Thorburn nous était franchement et ouvertement hostile ; celui de Sir William Whiteway nous ménagera peut-être moins encore, mais il y apportera plus d’art que son prédécesseur.

Nota : L’épidémie de diphtérie continue à sévir à St-Jean et dans plusieurs localités de la colonie.

109 MDA Paris, le 20 mars 1890

Mémorandum

363Au moment de retourner à Terre-Neuve, je crois devoir exposer une pensée inspirée par le souci de mener à bonne fin un projet que l’expérience et les relations acquises dans cette colonie me permettrait peut-être de réaliser. L’absence d’exequatur sera toujours pour le titulaire du vice-consulat de St-Jean de Terre-Neuve un grave inconvénient ; et si un accident, une défaillance de santé ou toute autre circonstance venait à m’éloigner du poste, le hasard pourrait moins bien servir mon successeur qu’il ne m’a servi moi-même à surmonter les difficultés naissant de l’absence de l’instrument officiel ordinaire. Le modus vivendi qui vient d’être accepté par le gouvernement de la Grande-Bretagne, relativement aux pêcheries de Terre-Neuve, semble offrir l’occasion de porter remède à une situation équivoque dont il est impossible de prévoir le terme si le gouvernement de la République persiste à refuser à celui de la Grande-Bretagne la satisfaction, assez platonique à mon sens, d’agréer un consul anglais à St-Pierre-et-Miquelon.

364Notre ambassadeur à Londres [Henry William Waddington] ne pourrait-il pas tâter le terrain et s’assurer de l’accueil que ferait le Foreign Office à notre proposition d’avoir à St-Jean un agent des pêcheries françaises à Terre-Neuve ? Le titre de commissaire serait trop pompeux, je crois, et ferait présumer des attributions trop étendues pour ne pas éveiller une certaine méfiance. S’il n’y avait pas d’objection, on aurait trouvé un biais et écarté la délicate question de l’exequatur consulaire.

365Au point de vue du service et des relations officielles, l’agent couvrirait le consul. Le titre nouveau rappellerait même utilement aux Terreneuviens que la France a bien réellement des droits de pêche dans les eaux de la colonie, fait qu’ils aiment à mettre en oubli. Si cette combinaison était acceptée, je ferais tous mes efforts pour acclimater la nouvelle désignation et pour préparer à mon successeur une situation officielle au moins tolérable et dont son tact pourrait tirer le meilleur parti. L’amour-propre des gens de Terre-Neuve, passablement développé, ne souffrirait plus d’avoir chez eux un agent étranger que ni S. M. Britannique, ni la colonie n’ont accepté.

110 MDA Paris, le 24 mars 1890

Mémorandum

366Les journaux de Terre-Neuve venus par le dernier courrier sont remplis d’articles et de communications relatifs aux questions de la boëtte, ainsi que des homarderies françaises et anglaises sur le French Shore. En ce qui concerne la boëtte, on s’en tient à des redites : les unes approuvent, les autres combattent le bill, mais ces derniers sont en petit nombre. La question des homarderies domine, et toutes les voix s’élèvent pour contester aux Français le droit et même la faculté de se livrer à cette industrie.

367On parle beaucoup d’une lettre que M. le juge Pinsent adressait le 19 janvier dernier au Standard de Londres et où ce magistrat, dont le nom s’est souvent trouvé sous ma plume, expose à nouveau ses vues sur l’interprétation à donner aux traités de 1713 et suivants. J’aurai, sous peu, l’honneur de donner traduction de cette longue épître que l’on peut considérer comme un document. En effet, le juge se trouve à Londres depuis quelque temps, et ses écrits, il y a lieu de le croire, reflètent la pensée des Colonial et Foreign Offices.

368J’ai déjà signalé M. le juge Pinsent comme le personnage de Terre-Neuve le mieux informé peut-être sur les questions dont il traite dans sa lettre. C’est aussi le seul qui ose reconnaître aux Français le droit absolu de pêcher et de sécher la morue, sans entrave aucune, sur toute l’étendue du French Shore. Dans la lettre sus-mentionnée, le juge affirme ses convictions à cet égard ; il déplore l’existence des traités mais reconnaît leur validité incontestable, ainsi que l’obligation dans laquelle la Grande-Bretagne et la colonie se trouvent de les respecter ; il blâme ceux qui cherchent à s’y dérober. Mais il ajoute, ce qui n’est que trop vrai, que les établissements britanniques fondés sur le French Shore sont de date trop ancienne et ont été pendant trop longtemps en possession paisible des occupants actuels pour qu’il soit, en équité, possible de les faire disparaître. Il signale l’opposition naissante de la colonie à voir les pêcheurs français utiliser, pour la pêche sur les Bancs, la boëtte qu’ils prennent sur le French Shore ; il ne donne cependant aucun avis, sauf qu’il serait bon de s’entendre là-dessus.

369J’ai déjà appelé l’attention du Département sur cette phase toute nouvelle de nos difficultés à Terre-Neuve ; on considérera comme fort imprudent, je pense, d’accepter jamais que la discussion soit portée sur ce terrain. Notre droit de pêche sur le French Shore n’est explicitement limité par les traités qu’en ce qui touche à la saison pendant laquelle nous pouvons nous y livrer ; c’est sur ce point qu’il convient d’insister avec une invincible ténacité, sans se laisser entraîner à introduire dans le début l’espèce de poisson ou le mode de pêche, qui est une question distincte.

370Le juge attaque de front la difficulté principale du jour, celle de la pêche du homard et de la fabrication des conserves de ce crustacé. Il ne produit aucun argument nouveau, tout en citant des traités ce qui, selon lui, nous priverait du droit de nous livrer à une industrie que les actes diplomatiques ne pouvaient en effet prévoir, puisqu’elle était inconnue à la date de leur ratification ; il persiste, comme il l’a toujours fait, à passer sous silence la phrase si gênante du paragraphe 3 de la déclaration annexe au traité de 1783 : « On n’y contreviendra pas (au mode de pêche) de part et d’autre. » (It shall not be deviated from by either party.) J’ai déjà fait ressortir que tout l’échafaudage d’arguments subtils élevé dans le but de prouver que les sujets britanniques ont, à l’exclusion des Français, le droit de pêcher et de préparer le homard sur le French Shore s’écroule à ces simples mots : « It shall not be deviated from by either party. » Le juge Pinsent, en les éliminant, me donne involontairement raison.

371J’ai toujours vu avec une extrême répugnance nos armateurs s’adonner à la pêche du homard avec usines à terre sur le French Shore, surtout lorsque cette industrie n’est pas exercée simultanément avec celle de la pêche de la morue. J’ai donné les raisons de cette répugnance, notamment dans ma note du 27 octobre dernier. En persistant à faire des conserves de homard avec usines de terre, nous sanctionnons ce qui a été fait par les sujets britanniques ; nous perdons le bénéfice de nos protestations contre leurs empiétements ; et nous reconnaissons aux Anglais non seulement le droit de pêcher sur le French Shore dans les endroits que nous n’occupons pas pour la pêche de la morue (ce qui ne serait pas contraire à l’esprit des traités si leurs établissements n’étaient pas sédentaires) mais encore celui d’avoir des homarderies tout à côté des nôtres, les unes et les autres pouvant devenir une gêne pour nos morutiers. Car nous aussi nous mettons en oubli cette injonction des traités – « on n’y contreviendra pas de part et d’autre » – au mode de pêche usité avant 1783.

Notes

1 Sir Ambrose Shea, député de la circonscription de Harbour Grace.

2 Sir Frederick B. T. Carter, Juge en chef de la Cour suprême et souvent Gouverneur par intérim.

3 Jean Cabot, navigateur génois qui partit en 1497 à la recherche d’un passage vers l’Asie pour le compte des marchands de Bristol et de la Couronne d’Angleterre et qui découvrit Terre-Neuve.

4 William Whiteway (1828-1908), Premier ministre de Terre-Neuve de 1878 à 1885, avait échappé à la défaite en s’alliant au Parti libéral, formé presque exclusivement de Catholiques, mais l’échauffourée qui opposa Orangistes et Catholiques à Harbour Grace en décembre 1883 mit en péril cette alliance. En février 1885, les députés de l’ordre d’Orange et du New Party unirent leurs forces pour briser l’alliance de Whiteway avec les libéraux catholiques et envoyer ceux-ci dans l’Opposition.

5 Hilaire-Alexandre-Léon Duchastel de Montrouge, Consul général intérimaire de Québec.

6 Joseph-Anne-Amédée-François, marquis de Ripert-Montclar, Consul général de Québec.

7 Robert H. Prowse, homme d’affaires et politicien, gérant intérimaire du vice-consulat.

8 Léon-Arnold Chanard de la Chaume, vice-consul de 1882 à 1885.

9 Marchands aventuriers : vers 1550 fut fondée à Londres la Société des Marchands aventuriers, qui subventionna la recherche du Passage du nord-ouest. Plus tard, quand ils crurent que Henry Hudson avait trouvé le passage (1611), les marchands aventuriers devinrent les Marchands de Londres découvreurs du Passage du nord-ouest. Le but de cette société n’avait rien de scientifique, mais, comme le disait sa charte, il consistait à mettre sur pied tout un commerce avec les grands royaumes de Tartarie, de Chine, du Japon, des Îles Salomon, du Chili, des Philippines et autres pays de la Mer du Sud.

10 Amiraux pêcheurs : aux premiers jours de Terre-Neuve, l’organisation de la justice et de l’administration publique durant le séjour des pêcheurs de la flotte saisonnière, entre le printemps et l’automne, était conférée à des capitaines de navire devenus, pour un temps, des « amiraux de la pêche ».

11 Voir « Arrangement Signed at Paris, 14th November, 1885, Relating to the Newfoundland Fisheries Question », Journal of the House of Assembly, St-Jean, 1886, p. 575-580.

12 L’article 17 aurait donné aux pêcheurs français le droit d’acheter l’appât du 5 avril jusqu’à la fin de la saison de pêche.

13 La boëtte : nom du breton boued, « nourriture, pâture » ; appât mis à l’hameçon pour la pêche en mer.

14 Alexander McNeily, ancien collègue du Premier ministre William Whiteway, devenu député du Reform Party de Robert Thorburn.

15 Le révérend Moses Harvey (1820-1902), ministre presbytérien, essayiste, historien et naturaliste. Voir en particulier ses articles « French Treaty Rights in Newfoundland », Independent, 51, 10 August 1895, p. 2151-2153 ; et « French Rights and Newfoundland Wrongs », Independent, 52, 9 February 1899, p. 400-403.

16 L’article 9 aurait donné aux croiseurs français le droit d’opposer certaines opérations de pêche qui bloquaient la pêche française si un croiseur britannique n’était pas disponible.

17 Edmund Burke Pennell, membre britannique du Comité parlementaire et de la législature coloniale chargé d’étudier l’arrangement pêcheries et un des commissaires anglais qui signèrent la Convention du 14 novembre 1885.

18 Probablement Hugh Hoyles Carter, le deuxième fils de Sir Frederick Carter, greffier du Conseil législatif.

19 Wilkins Micawber, personnage du roman David Copperfield, 1850.

20 Francis Clare Ford, l’autre signataire britannique de l’arrangement de novembre 1885.

21 Dans l’article 2, le gouvernement français, en échange de la sécurité des pêcheurs français, s’est engagé à permettre l’établissement des mots « toute industrie » autre que des pêcheries entre le cap St-Jean et le cap de Raye.

22 Théodore-Justin-Dominique Roustan, Envoyé extraordinaire et Ministre plénipotentiaire à Washington.

23 Evening Mercury, le 5 et le 7 juin 1886.

24 Joseph Noad, nommé Arpenteur général en 1832. Voir « Remarks on Part of the Western Shore of This Island », dans W. E. Cormack, Narrative of Journey Across the Island of Newfoundland, 1873, p. 88.

25 Albert Lefaivre, consul général à Québec de 1875 à 1881 et parrain de Gabrielle Riballier des Isles.

26 L’ordre de Saint-Michel et Saint-Georges est surtout décerné aux personnes ayant rendu de grands services dans les services diplomatiques britanniques, dans le Commonwealth ou dans les territoires d’outre-mer. L’ordre fut d’abord établi le 27 avril 1818 par Georges IV, alors prince régent, mais transformé en un outil de récompense des Britanniques à l’extérieur du Royaume-Uni.

27 Pierre-René-Georges Dubail, Consul général à Québec de 1886 à 1890.

28 Sir John A. Macdonald, Premier ministre du Canada de 1867 à 1873, ainsi que de 1878 à 1891.

29 Sir Charles Tupper, médecin et politicien de la Nouvelle-Écosse, ministre dans le cabinet de Sir John A. Macdonald. Le 4 février 1896, Tupper remporta une élection partielle au Cap-Breton et prit la tête du gouvernement du Canada.

30 William Alexander Foster, avocat et essayiste de Toronto qui a contribué à la définition du nationalisme au Canada comme fondateur du mouvement Canada First. Voir son discours Canada First ; or, Our New Nationality, 1871.

31 Henry William Waddington, Ambassadeur de France à Londres de 1883 à 1893. Voir Mary King Waddington, Letters of a Diplomat’s Wife, 1883-1900, 1903.

32 Alexis-Eugène-Achille-Napoléon Schoënfeld (dit Léon), gérant du vice-consulat en 1881 et en 1882.

33 Auguste-Antoine Jacquemin, consul chargé de l’agence de St-Jean de 1875 à 1876.

34 Léon-Arnold-Émile de La Chaume, vice-consul de 1882 à 1885.

35 Henri de La Chaume, auteur de Terre-Neuve et les Terre-Neuviennes, 1886. Voir Mary White, « Émile and Henri de la Chaume », Newfoundland Quarterly, 70, 3, 1974, p. 12-16.

36 Émile-Désiré Kraëtzer, chargé du vice-consulat de St-Jean de 1880 à 1881.

37 Le capitaine de vaisseau Edgar-Eugène Humann, Commandant de la Division navale de Terre-Neuve. Cet officier distingué déploya ses talents de diplomate pour le règlement des difficultés soulevées par les pêcheries et mérita deux témoignages de satisfaction et les félicitations du Ministère des Affaires étrangères. Promus au grade de vice-amiral en 1894, il fut chef d’État-major générale de la marine de 1894 à 1895.

38 Le sémaphore : un poste d’observation du trafic maritime construit sur la côte et à partir duquel il est possible de communiquer par signaux optiques avec les bateaux.

39 Henry Arthur Blake, né en Irlande, ancien membre de la Gendarmerie irlandaise et magistrat spécial.

40 Coercion Act : la loi de Coercition votée pendant la deuxième administration du Premier ministre du Royaume-Uni William Gladstone, qui a suspendu le droit d’habeas corpus et a permis que ceux soupçonnés d’avoir commis une infraction soient détenus sans procès.

41 Sir Hector Langevin, pendant les années 1880 le lieutenant officiel de Sir John A. Macdonald dans la province de Québec et Ministre des Travaux publics.

42 Les Fenians : à la suite de la guerre de Sécession, la Fenian Brotherhood, composée d’anciens combattants américains d’origine irlandaise, cherche à obtenir l’indépendance de l’Irlande par rapport à la Grande-Bretagne en prenant le Canada en otage. Par conséquent, entre 1866 et 1871 les Fenians effectuent des raids en territoire canadien. Lors du plus important de ces raids, en juin 1866, ils vainquent une petite force canadienne à Ridgeway, mais ils retournent aux États-Unis avant l’arrivée de renforts canadiens et britanniques. Tous les autres raids échouent, et le mouvement s’effondre après 1871.

43 Le vice-amiral Algernon Lyons, Commandant de la Station navale de l’Amérique du Nord et des Antilles.

44 Lord George FitzGerald, fils de Charles William FitzGerald, 4e duc de Leinster.

45 Banquais : les bâtiments des ports de la Manche qui venaient pêcher sur le Grand Banc.

46 Henry Charles Keith Petty-Fitzmaurice, 5e marquis de Lansdowne, Gouverneur général du Canada de 1883 à 1888.

47 Edward Dalton Shea était président du Conseil législatif de 1885 à 1913 et partisan de la Confédération.

48 Patrick R. Bowers, né à St-Jean, a commencé sa carrière à l’Île-du-Prince-Édouard comme Imprimeur du roi. Il est rentré en 1886 et devenu rédacteur du Colonist, établi après l’élection du gouvernement protestant de Robert Thorburn.

49 National Policy : la Politique nationale, se traduisant par l’imposition de tarifs douaniers pour la protection des fabricants canadiens, est le slogan de ralliement du Parti conservateur de Macdonald pendant sa campagne victorieuse aux élections générales de 1878. Le Parti libéral d’Alexander Mackenzie, au pouvoir de 1873 à 1878, adhère à une politique des tarifs douaniers dans le but de faire des revenus, malgré la dépression des années 1870 et l’échec du gouvernement, en 1874-1875, dans la négociation d’un accord de réciprocité avec les États-Unis.

50 Une indemnité de 1 500 F. fut accordée pour l’année 1887.

51 Passer sous les Fourches caudines : être obligé d’essuyer une défaite cuisante et humiliante. Les Fourches caudines est un passage étroit entre deux montagnes en Italie où eut lieu, en 321 avant J.-C., une bataille féroce entre Romains et Samnites pendant laquelle les Samnites de Caius Pontius encerclèrent et capturèrent une armée romaine entière de 40 000 hommes. L’armée romaine dut reconnaître qu’elle avait été vaincue en passant sous le « joug » des lances des Samnites (fourches tendues à l’horizontale), les soldats se tenant courbés avec les mains attachées dans le dos.

52 Sir John Terence Nicholls O’Brien, ingénieur et officier de l’Armée britannique. Nommé Gouverneur de Heligoland en 1881, il est fait chevalier en 1888.

53 Evening Telegram, le 15 mars 1889.

54 Henry Thurstan Holland, 1er vicomte Knutsford, Secrétaire d’État pour les colonies.

55 René Goblet, journaliste et politicien, président du Conseil des ministres de 1886 à 1887.

56 Adolphe Nielson, norvégien, le premier Surintendant des Pêcheries, responsable pour l’administration des programmes de la Commission des Pêcheries.

57 Le capitaine de vaisseau Eugène-Albert Maréchal commanda à deux reprises la Division navale de Terre-Neuve, sur le La Clocheterie en 1889 et sur le Lapérouse en 1890. Il mérita deux témoignages de satisfaction et les félicitations du Ministre des Affaires étrangères pour les qualités diplomatiques dont il avait fait preuve lors du règlement du contentieux franco-anglais sur les bancs de Terre-Neuve.

58 Voir Ronald Rompkey, « Sans moyens visibles : les gardiens terreneuviens et la pêche française », 2003, p. 57-62.

59 Nomades anglais : pêcheurs de Terre-Neuve qui se déplacent d’un lieu à l’autre.

60 Un décret du 13 juillet 1888 avait conféré à Riballier des Isles la décoration de la Légion d’honneur.

61 Galopeur : petit vaisseau de 30 à 40 tonneaux qui apportait la boëtte et qui faisait un commerce important à Saint-Pierre.

62 Selon le système qui existait à cette époque-là, il fallait que les députés choisis pour le cabinet soient réélus.

63 Sir Robert Pinsent, partisan de la Confédération, nommé juge de la Cour suprême en 1880. Voir son article « French Fishery Claims in Newfoundland », Nineteenth Century, 27, 1890, p. 566-575.

64 L’angine couenneuse est souvent produite par l’herpès du pharynx. Son diagnostic différentiel avec l’angine diphtérique est quelquefois difficile à établir, surtout en temps d’épidémie.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540