Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En mission à Terre-Neuve

 | 
Charles Riballier des Isles

Introduction

Ronald Rompkey

Texte intégral

  • 1 Jacques Portes, « L’établissement du réseau d’agences consulaires françaises au Canada (1850-1870)  (...)

1Un des éléments les plus significatifs de la reprise des relations entre la France et le Canada avant la Confédération en 1867 a été la création des agences consulaires françaises. Ce réseau de postes témoigne d’une volonté politique de la part du gouvernement français de constituer un système d’agents affiliés au consulat de Québec pour représenter les intérêts français dans tous les territoires de l’Amérique du Nord britannique1. Outre le consulat ouvert à Québec en 1859, la France a installé des agences à Sydney et Québec (1850), à Halifax et St-Jean de Terre-Neuve (1854), à Montréal (1855), à Miramichi (1856), à Victoria (1858), à St-Jean, au Nouveau-Brunswick (1861), à Toronto (1863) et à Charlottetown (1865). Les premiers bureaux, créés sur la côte est, répondent aux besoins de la Station navale qui appuie les vaisseaux de guerre et les bateaux français pêchant au large de l’Amérique. Sans être une présence politique de la France, ces bureaux jouent un rôle davantage commercial que diplomatique. Dans le même esprit, la France continuera d’ouvrir des agences dans d’autres possessions anglaises.

2À cette époque, l’Angleterre accorde plus d’autonomie à ses possessions, tout en gardant la direction des affaires étrangères de l’empire. Au moment d’ouvrir ses premières agences à Sydney et à Québec, la France sollicite l’autorisation du cabinet de Londres, qui n’y voit pas d’objection pour autant qu’elles observent les règles de la diplomatie. Mais comment la France choisira-t-elle ses agents locaux ? En premier lieu, l’agent local doit avoir résidence dans la ville où il est posté, être de la bourgeoisie et donc intéressé à favoriser le développement du commerce français, et être digne de représenter la France et d’arborer le drapeau tricolore sur sa demeure. Malgré tout, le choix comme agent à Terre-Neuve de J. -C. Toussaint, propriétaire de l’Hôtel de Paris à St-Jean, posera un problème : désigné par un officier de marine en récompense des services qu’il a rendus aux pêcheurs français, Toussaint semble dépassé par cette responsabilité. Lorsque le baron Clément de La Roncière Le Noury, commandant de la Division navale de Terre-Neuve, rend visite au Gouverneur de Terre-Neuve à St-Jean en 1858, dans des circonstances particulièrement délicates, Toussaint est absent. Le commandant Le Noury écrira :

  • 2 Joseph L’Hopital et Louis de Saint-Blanchard (dir.), Correspondance intime de l’amiral de La Ronciè (...)

L’animal d’agent consulaire de France, qui est le maître du principal hôtel de St-Jean, était absent, quoique je lui eusse fait savoir qu’un bâtiment de guerre français irait à cette époque à St-Jean. Je ne sais pas qui a fait nommer cet homme agent consulaire de France. Il n’est pas convenable d’avoir dans cette position un aubergiste, quelque riche qu’il soit, et quoiqu’il soit le seul Français habitant le pays2.

3En plus d’être sortable dans la société locale, l’agent doit être diplomate et s’abstenir de heurter les susceptibilités, en particulier à Québec. Ces deux considérations expliquent qu’il ait été difficile à la France de trouver des représentants. À Terre-Neuve, jusqu’à la signature de l’Entente cordiale en 1904, on fera de temps en temps appel aux services d’un commerçant, tout en cherchant un diplomate professionnel qui accepterait de rester en poste plusieurs années. Voici la liste chronologique des agents de Terre-Neuve jusqu’à l’Entente cordiale :

1854-1873

J.-C. Toussaint, agent consulaire ;

1873-1875

Eugène Henry Verchère et Agénor Aubin-Desfougerais sont nommés mais ne séjournent pas à Terre-Neuve ; c’est M. Toussaint qui continue à gérer l’agence ;

1875-1876

Auguste-Antoine Jacquemain, consul chargé de l’agence ;

1876-1880

Robert H. Prowse, un Terre-Neuvien, gère l’agence ;

1880-1881

Émile-Désiré Kraëtzer, vice-consul ;

1881

Alexis-Eugène-Achille-Napoléon Schoënfeld, gérant intérimaire du vice-consulat ;

1881-1882

Paul-Gustave Rousset, consul ;

1882

François-Xavier Ducloux, vice-consul ;

1882

Alexis-Eugène-Achille-Napoléon Schoënfeld, gérant intérimaire du vice-consulat ;

1882-1885

Léon-Armand Chanard de la Chaume, vice-consul ;

1885

Robert H. Prowse, gérant intérimaire du vice-consulat ;

1885-1903

Charles Riballier des Isles, vice-consul sans exequatur ;

1903-1909

Auguste-Julien Rigoreau, vice-consul sans exequatur.

  • 3 Henri de la Chaume, Terre-Neuve et les Terre-Neuviennes, 1886, p. 12.

4De toute évidence, le ministère des Affaires étrangères aura eu bien du mal à doter le poste à St-Jean, dont les caractères géographiques et culturels, peu attrayants, sont bien résumés par Henri de la Chaume, fils du vice-consul de la Chaume, dans son ouvrage Terre-Neuve et les Terre-Neuviennes (1886), où il expose les conditions sociales, politiques et climatiques qui y attendent les Français. Il semble en particulier très impressionné par le vent, car il observe : « Il faut dire que Terre-Neuve est la patrie du vent. Pour sûr le vieil Éole devait avoir, jadis, par là, quelque château. Il souffle toujours quelque part et produit des amoncellements de neige prodigieux3. »

5Néanmoins, dans la mesure de leurs capacités diverses, les agents et les fonctionnaires du ministère qui les suivirent se sont acquittés de leur devoir, alimentant l’ambassade de France à Londres, le consulat à Québec et le ministère à Paris avec toutes sortes de statistiques d’intérêt pour la France, de nouvelles des grands débats politiques et d’interprétations du contenu de la presse locale. À cette époque, la présence française s’appuyait sur des stations ou des divisions navales, en particulier à Sydney et à Terre-Neuve. Ces stations servaient à surveiller et à aider les milliers de pêcheurs français qui arrivaient au printemps au large des côtes de Terre-Neuve pour n’en repartir qu’en septembre.

6Jusqu’en 1893, les stations de Terre-Neuve et d’Islande fonctionneront séparément. La Station navale de Terre-Neuve est chargée de faire respecter les droits de la France sur le French Shore de Terre-Neuve, en application du traité d’Utrecht, qui avait reconnu la souveraineté de l’Angleterre sur l’île mais laissait à la France le droit de pêcher et de faire sécher la morue pendant la belle saison sur les côtes nord et ouest de l’île, entre le cap Bonavista et la pointe Riche. Sur ce littoral, baptisé « French Shore », le traité reconnaît aux Français le droit d’installer les échafauds et les cabanes nécessaires pour sécher le poisson ; toutefois, ils ne peuvent ni fortifier la côte, ni y habiter en dehors de la saison de la pêche. Cinquante ans plus tard, dans le traité de Paris, les droits sur le French Shore sont maintenus et confirmés, tandis que l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon est rétrocédé pour servir de point de ravitaillement. Le traité de Versailles (1783) aborde de nouveau la question du French Shore, élucidant certains points afin de fixer définitivement les droits respectifs des Anglais et des Français à Terre-Neuve. Cette fois, on enlève aux pêcheurs français la partie de la côte située entre le cap Bonavista et le cap Saint-Jean, pour y substituer toute la côte ouest jusqu’au cap Raye. Le French Shore s’étendra désormais du cap Saint-Jean au cap Raye.

7La Station d’Islande, quant à elle, doit assurer la surveillance et la protection des bâtiments français qui pratiquent la grande pêche dans les eaux baignant l’Islande. Le 25 février 1893 voit la création d’une Division volante et d’instruction, chargée de surveiller la pêche à Terre-Neuve et en Islande, ainsi que d’assurer la formation des apprentis-gabiers. En 1896, l’organisme est rebaptisé Division navale de Terre-Neuve et d’Islande. Ainsi, la Marine nationale est toujours présente pour souligner la présence française à Terre-Neuve et y appuyer le mandat des agents et des vice-consuls de France. La reprise de leurs activités, dans la foulée des guerres napoléoniennes, se heurtera toutefois à un autre processus à Terre-Neuve : l’émergence du nationalisme terre-neuvien.

8Dans son essai « La France à Terre-Neuve », rédigé en 1889 durant son congé à Paris (092 MDA), Charles Riballier des Isles saura résumer le sentiment de Terre-Neuve à l’égard de la présence française. Il y relate que l’esprit des traités signés entre 1713 et 1815 faisait l’objet de différends constants entre la France et la Grande-Bretagne et qu’à Terre-Neuve on s’y opposait carrément. Il observe avec perspicacité que les conditions qui prévalaient à l’époque de la signature de ces traités avaient bien changé. Il écrit : « L’île n’est plus pour les Anglais un simple rendez-vous de pêche ; elle s’est peuplée, elle a conquis son autonomie. » Il est en outre convaincu, comme d’autres observateurs français, que l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération canadienne est imminente et va chambarder toutes les données politiques et diplomatiques.

9Riballier des Isles a résumé les changements relevés par les officiers de la Marine dès 1833, date de l’établissement de l’Assemblée nationale de Terre-Neuve, puis en 1855, quand celle-ci a obtenu de la Grande-Bretagne un gouvernement dit « responsable ». Le prince de Joinville, en visite en 1841 à titre de chef de la Division navale, a bien cerné la situation politique, désignée par l’expression « la question de Terre-Neuve », et en a examiné toutes les facettes. Il écrit :

  • 4 Prince de Joinville, Vieux souvenirs, 1818-1848, 1894, p. 237-238.

Qu’il me suffise de rappeler que lorsque l’île de Terre-Neuve devint anglaise, les conquérants nous concédèrent un droit exclusif de pêche sur la moitié des côtes de l’île, sous la réserve que nous n’y descendrions que passagèrement pendant la saison et n’y ferions aucun établissement permanent. Quand ce droit de pêche nous fut concédé, et il devint très important pour nous, car il occupa vingt mille marins, faisant des pêcheries de Terre-Neuve une des principales pépinières de matelots pour nos flottes de guerre, l’île était à peu près inhabitée. En contrée déserte, point de conflits. Mais petit à petit, l’île se peupla. Sur la partie où nous avions droit de pêche, le French Shore, une population anglaise très restreinte, insignifiante même, se répandit, et, chose curieuse, elle y fut appelée par nous, désireux de laisser des gardiens chargés de surveiller, conserver d’une saison à l’autre les établissements indispensables à la cure, au séchage, à la salaison du poisson, établissements que nous ne pouvions occuper nous-mêmes d’une façon permanente. Pendant ma croisière je trouvai partout cette population anglaise qui vivait de nous, en bons termes avec nos Terre-Neuviens [Terre-Neuvas]4.

10Plus importante aux yeux de Joinville, cependant, est la nouvelle réalité politique de la colonie. L’entente à l’amiable sur le French Shore se serait sans doute prolongée indéfiniment, observe-t-il, et nul n’aurait eu vent d’une question de Terre-Neuve explosive pour les relations entre les deux empires, si la partie méridionale de l’île, au climat tempéré, complètement anglaise, ne s’était pas peuplée assez rapidement pour se doter d’une constitution, d’institutions libérales, d’un parlement et d’élections. Il poursuit :

  • 5 Irrédentisme italien : doctrine des nationalistes italiens qui, après l’unification du pays, réclam (...)
  • 6 Prince de Joinville, p. 239.

Aussitôt, il fallut aux courtiers électoraux une plate-forme populaire à sensation, et cette plate-forme est devenue tout de suite quelque chose comme l’irrédentisme italien5, la revendication du sol national avec ses droits : Terre-Neuve aux Terre-Neuviens ! Là est toute la question de Terre-Neuve. Localement, personne ne s’en soucie, mais dans la presse et sur le terrain de la fantasmagorie électorale, elle a mis le feu aux passions et pourra très bien un jour engendrer des ruines et faire couler du sang6.

11Le prince mettait ainsi le doigt sur la source du problème qui se dessinait, et son avis fut d’ailleurs confirmé par d’autres observateurs français.

12Le comte de Gobineau est un autre Français qui aura bien compris la croissance de l’amour-propre des Terre-Neuviens. Envoyé à Terre-Neuve en 1859 pour prendre part à une commission anglo-française chargée d’interpréter les droits de pêche français, Gobineau trouve le gouvernement installé à St-Jean semblable à celui des autres colonies anglaises dotées d’un gouvernement responsable : les impôts y sont décrétés par une chambre basse constituée de députés élus par les habitants de l’île, partagée en districts ; sont exclus de l’électorat les habitants du French Shore, qui n’ont pas d’existence légale. Les lois de la colonie sont votées par cette chambre et par un conseil législatif, sorte de sénat aussi désigné durant l’élection. Le Gouverneur, représentant de la Reine, ne peut rien faire sans l’accord de ces deux instances. Il choisit au sein du parti majoritaire les principaux agents de son administration, qui constitue un ministère responsable devant la colonie. Par conséquent, toute affaire y est traitée en vertu du droit constitutionnel.

13Gobineau relève d’autres facteurs importants : l’empire croissant de la presse sur les affaires publiques, les appels constants à l’appui ou à la méfiance des électeurs, et les difficultés qu’éprouvent les ministres et le Gouverneur, sorte de chef d’État subordonné au pouvoir d’un parlement, pour exercer le pouvoir. Coincé entre les cabinets de Londres et de St-Jean, le Gouverneur est pressé par le cabinet de la Reine de mettre en œuvre telle ou telle mesure qu’il ne peut pas obtenir localement. Tandis qu’il fait des pieds et des mains pour exécuter les ordres de ses supérieurs, on le dénonce à Londres parce qu’il ne répond pas aux vœux de la colonie. Si le débat s’envenime, il peut être rappelé sans préavis, à la vive satisfaction des colons.

14Gobineau avait sans doute à l’esprit le sort de Sir Charles Darling. Arrivé à St-Jean en 1854 pour présider à l’ouverture de la première séance du gouvernement responsable nouvellement constitué, Darling aura de bonnes relations avec la Chambre des députés jusqu’au dépôt du projet d’accord anglo-français de 1857, qui aurait conféré aux Français des droits de pêche exclusifs sur une certaine partie de la côte ouest. Or, les Terre-Neuviens trouvent que les négociateurs ont fait preuve de malhonnêteté et que Darling a trahi la cause en recommandant l’approbation de ce traité au ministère des Colonies. Lorsque l’accord est refusé par la Chambre des députés, Darling est muté Gouverneur de la Jamaïque.

15Selon Gobineau, ce type de patriotisme qui se fait une idée exagérée de sa propre importance indique qu’il y a dans la colonie des intrigants très puissants, susceptibles de faire beaucoup de dommage dans l’avenir. Il les décrit de la façon suivante :

  • 7 Arthur de Gobineau, Voyage à Terre-Neuve, 1861, p. 242.

Les négociants riches, les hommes d’affaires occupés, les agriculteurs ont peu de temps à donner à la vie publique, et il en est dans ces colonies comme aux États-Unis : ils s’en tiennent généralement fort loin. Il leur suffit que l’Angleterre administre le pays avec une douceur et une générosité visibles, que les impôts soient insignifiants, les droits de douane fort libéraux et que la sécurité publique soit parfaitement garantie. Ils sollicitent donc assez peu les suffrages de leurs concitoyens. Ce sont des hommes sans grandes ressources, d’esprit turbulent et vaniteux, tourmentés d’ambitions un peu maladives, qui recherchent donc le plus ordinairement les places ; et comme les masses populaires appelées à décider de tout ne comprennent pas très bien les grandes théories politiques, il devient indispensable de leur parler d’ordinaire le seul langage qui puisse les émouvoir : celui de l’antagonisme religieux7.

  • 8 Henri de la Chaume, p. 137.

16C’est cependant Henri de La Chaume, de passage à Terre-Neuve en 1883 en compagnie de son père, qui y est attaché de commerce, qui perçoit le mieux la raison des sentiments des Terre-Neuviens envers les Français quand il rapporte les propos d’Edward Dalton Shea, Secrétaire colonial : « Enfin, vous direz tout ce que vous voudrez, il n’en est pas moins vexant pour les Terre-Neuviens de n’être pas chez eux à Terre-Neuve8. »

17Vers la fin du XIXe siècle, la situation est devenue explosive. Les droits des Français et l’impossibilité pour les Terre-Neuviens de développer la côte ouest de l’île sont au centre du débat politique. C’est aux officiers des marines britannique et française qu’il incombe de faire respecter ces droits dans des circonstances difficiles. On observe très souvent que les communications que s’échangent ces officiers instruits, d’origine bourgeoise ou aristocratique, sont empreintes de civilité. On lira dans les pages de cette étude de nombreux exemples de leurs collaborations harmonieuses, notamment durant leurs escales à St-Jean. Les officiers français décrivent bien la situation de la côte ouest ; c’est notamment le cas du contre-amiral Sallandrouze de Lamornaix dans son rapport de 1893 au sous-directeur de la Comptabilité générale :

  • 9 Service Historique de la Marine à Brest : Sous-série 5C-16, le 22 juin 1893.

Notre situation à Terre-Neuve est comparable à celle d’une maison de commerce jadis florissante, sans rivale, possédant par brevets du Roi monopoles et franchises. Petit à petit, elle a laissé la concurrence s’établir autour d’elle. Elle a de vieux employés, de vieux procédés, de vieilles obligations et, d’un jour à l’autre, elle peut être invitée à se soumettre à des règlements de police ou de municipalité qui arrêteront son travail ! Le seul moyen pour éviter le naufrage est de liquider alors qu’il est encore temps, que le prestige de l’ancienne situation facilitera les arrangements et que, la part du feu faite, on pourra sauver le reste9 !

  • 10 Ibid. : Sous-série 5C-19, Instructions au commandant du Hussard, le 2 juin 1894.

18Il est clair que la marine française se trouve sur la défensive ; de plus en plus, le Ministère de la Marine enjoint ses officiers à agir avec douceur et à ne pas négliger de rendre des services humanitaires compatibles avec le bien du service, comme les secours médicaux qui manquent aux habitants anglophones et que les médecins des vaisseaux de guerre ne leur ont jamais refusés10. En outre, les officiers sont encouragés à protester énergiquement contre toute insinuation les représentant comme animés de sentiments hostiles envers la population indigène :

  • 11 Ibid. : Sous-série 5C-19, Instructions au commandant du Rigault de Genouilly, le 20 avril 1894.

Plus que jamais il est nécessaire de nous concilier ces sympathies dont nous devons nous faire un point d’appui contre la politique tracassière du gouvernement de St‑Jean. Vos conversations et celles de vos officiers devront faire ressortir que, loin de nuire aux habitants du littoral, nous avons toujours contribué à leur bienêtre en faisant avec eux un commerce dont ils ne peuvent pas facilement trouver l’équivalent et qui n’a cessé qu’en vertu des lois prohibitives de leur pays11.

19Dans les années 1880, la situation s’aggrave lorsque la France rejette la demande du gouvernement britannique de placer un consul à l’archipel St-Pierre-et-Miquelon pour y contrôler la contrebande, notamment la vente d’appât. En riposte, les Anglais refusent aux Français l’exequatur (décret qui autorise un consul étranger à exercer ses fonctions) pour l’agent consulaire de France à Terre-Neuve. Dès lors, les agents français poursuivront leurs activités sans reconnaissance officielle, et durant cette période d’instabilité, une série d’incidents diplomatiques viendront compliquer le travail du vice-consul de St-Jean. En 1885, la France et la Grande-Bretagne signent un « arrangement pêcheries » avec lequel Terre-Neuve n’est pas d’accord. En 1886, Terre-Neuve propose une loi (le Bait Bill) visant à prohiber la vente d’appât aux Français. Dans les années subséquentes, le fait que les Français se mettent à la pêche du homard, une activité non prévue par le traité d’Utrecht, suscitera de nouvelles réactions hostiles que décrira en détail la correspondance de l’agent consulaire Charles Riballier des Isles.

***

  • 12 Je suis très reconnaissant à Jean-Pierre Riballier, généalogiste de la famille, de m’avoir fourni d (...)

20Charles Suzanne Riballier des Isles appartient à la famille Riballier, une famille bien établie dans la Sarthe depuis la naissance en 1711 à Sablé-sur-Sarthe de son arrière-grand-père, Urbain Riballier. Sur son acte de mariage de 1739, Urbain est nommé « Messire Urbain Riballier, licencié en lois ». Pourtant, dès l’année suivante, Urbain s’est établi à Beaumont-le-Vicomte (aujourd’hui Beaumont-sur-Sarthe), où il se fait nommer « Maître Urbain Riballier, sieur des Isles, licencié en lois ». On peut en déduire soit qu’il s’est porté acquéreur dans l’intervalle d’un domaine appelé « Les Isles », soit que, propriétaire depuis plus longtemps, il ait décidé de commencer à faire mention de son domaine dans les actes officiels12.

  • 13 Généalogie de la famille Riballier des Isles, 1900, f. 16.

21Le toponyme « Les Isles » se retrouve fréquemment dans la Sarthe, désignant des îles dans une rivière ou dans un méandre, ou des terres entre deux cours d’eau. Le patronyme correspondant est Désile, et il est surtout présent dans la Sarthe sous diverses variantes (Désiles, Désille et Désilles). Il semble que ce soit Urbain Alexandre Riballier (1740-1781), grand-père de Charles Suzanne, qui modifie son patronyme en signant « Riballier Desilles » sur son acte de mariage en 1766. Coexistent par la suite dans diverses branches de la descendance les orthographes « Riballier Desilles », « Riballier Desiles » et « Riballier-des-Isles », parmi les principales. En février 1878, Charles Suzanne obtient du Tribunal de première instance de la Seine l’autorisation de modifier le patronyme « Déciles » inscrit par erreur sur son acte de naissance, rédigé à Cadix13. En août de la même année, sa sœur Marie Claudine reprend le flambeau et obtient du même tribunal la rectification de son patronyme, de celui de ses autres frères et sœurs et de leurs descendants, le patronyme du père inscrit dans les actes de naissance et de mariage étant rectifié en conséquence.

  • 14 Ministère des Affaires étrangères, Personnel 1re série, n° 3461 : certificat de baptême.
  • 15 Ibid., Personnel 1re série, n° 3461.

22Charles Suzanne Marie du Mont Carmel Guillaume Riballier des Isles est né à Cadix le 10 février 1834. Il est le fils de Joseph Marie Riballier des Isles (1788-1862), natif de Beaumont-le-Vicomte (Sarthe), un capitaine du 34e Régiment d’Infanterie de Ligne en Espagne de 1823 à 1828, et de Señorita Maria del Socorro de Asprer (1807-1884), native de Cadix14. Il passe ainsi, porteur d’une double nationalité française et espagnole, toute son enfance en Espagne avec ses frères Désiré (1828), Casimir (1831) et Émilien (1836) et sa sœur Marie (1840). Après avoir fait ses études en Espagne, il s’y consacrera de 1853 à 1863 à l’enseignement des langues, en plus d’agir comme interprète au tribunal des étrangers à Cadix. Il publie dans cette ville un traité de prononciation française à l’usage des Espagnols15.

  • 16 Ibid.

23De 1864 à 1868, on le retrouve professeur de langues en Amérique du Sud. En effet, Charles est très doué pour les langues, parlant et écrivant couramment le français, l’espagnol et l’anglais, assez bien l’italien et le portugais, et un peu l’allemand16. De 1868 à 1869, il sera rédacteur en chef du journal industriel et commercial El Correo Hispanico Americano à New York, mais en 1869 il se joint au consulat général de France de cette ville en qualité de commis de chancellerie.

  • 17 Annuaire diplomatique et consulaire de la République française pour 1902, Nouvelle série, t. 23.
  • 18 Archives du Québec : Acte de mariage, Notre-Dame-de-Québec, le 14 novembre 1877.

24Il poursuit ensuite ses activités en Amérique du Nord, d’abord en 1873 comme chancelier de troisième classe à Charleston, en Virginie-Occidentale, puis en 1875 au poste de titulaire de la chancellerie du consulat à Québec17, où il assiste aux grands changements politiques qui se déroulent au Canada dans la foulée de la Confédération de 1867. Il y est toujours en 1877 quand il épouse Mary Amelia Bradley, une Canadienne-Anglaise de Québec18. Leur fille Gabrielle naît l’année suivante. Promu au grade de chancelier de seconde classe en 1879, il est délégué à Washington en 1881 pour agir comme chancelier de la légation de France, puis comme chancelier de première classe en 1883. L’année suivante sera marquée par la naissance de son fils Charles Joseph Antoine.

  • 19 Ministère des Affaires étrangères, Personnel 1re série, n° 2261 : De la Chaume au Ministre, le 14 a (...)

25Tel que mentionné plus haut, il était difficile de trouver un agent à long terme pour St-Jean de Terre-Neuve. Même Léon-Arnold-Émile de la Chaume, nommé vice-consul le 13 mars 1882, n’y vivra pas longtemps. Avec ses antécédents de fièvres paludéennes, il est éprouvé par le climat froid et humide et confiné dans sa chambre par les rhumatismes et les névralgies. Convaincu de l’inutilité de sa présence sans exequatur19, il demande congé et quitte St-Jean le 7 novembre 1883. C’est dans ce contexte que Charles Riballier des Isles est appelé de Washington en 1885 pour porter le titre de consul honoraire sans exequatur.

26À cette époque, les cadres des consulats provenaient de la bourgeoisie ou de l’aristocratie et étaient donc indépendants de fortune, ce qui n’était pas le cas pour Riballier des Isles et son épouse, qui comptaient sur le traitement versé par le ministère des Affaires étrangères. Après son départ pour St-Jean le 28 décembre 1885, Théodore-Justin-Dominique Roustan, envoyé extraordinaire à Washington, écrit au Ministre pour lui décrire la situation difficile dans laquelle se trouve son nouveau vice-consul :

  • 20 Ibid., Nouvelle série, Terre-Neuve, t. 125, f. 390 : Roustan au Ministre, le 28 décembre 1885.

M. des Isles a emmené avec lui sa famille dont le séjour à Washington lui eut été trop onéreux et qu’il n’aurait pu faire venir auprès de lui quand la saison eut été plus avancée. Il a dû, en conséquence, rompre en quelques jours et dans des conditions particulièrement mauvaises l’établissement qu’il venait de refaire ici à l’entrée de l’hiver après s’être tenu prêt à partir durant tout l’été. Si j’insiste sur cette situation c’est qu’elle entraîne des conséquences financières déplorables pour cet agent dont j’ai déjà eu à signaler au Département la position de fortune précaire. Je me permets, en conséquence, de le recommander de nouveau au bienveillant intérêt de Votre Excellence pour qu’il puisse être indemnisé des pertes qu’il vient de subir par suite des circonstances tout à fait indépendantes de sa volonté20.

27Tout au long de son service à St-Jean, en plus de son lot de difficultés personnelles et politiques, Riballier des Isles connaîtra des ennuis pécuniaires constants.

  • 21 Archives rapatriées du Consulat de France à Saint-Jean de Terre-Neuve, Carton 3, f. 91.

28Arrivé à St-Jean en décembre 1885, il s’installe au centre-ville dans une suite de l’hôtel Atlantic, l’établissement le plus moderne et luxueux de la ville, dont l’ouverture remonte à peine au mois de mai précédent. Le bureau occupait un salon désigné sous le nom de Private Parlor N° 12, situé au premier étage21. Depuis ce quartier général, il se créera peu à peu un cercle d’informateurs qui l’aideront à se tenir au courant des subtilités sociales et politiques de la colonie, et il enverra régulièrement au Quai d’Orsay des dépêches dans lesquelles il analyse les plus récentes nouvelles. Agent sans exequatur, il est néanmoins traité avec politesse par les gouverneurs coloniaux, ainsi que par les premiers ministres et les politiciens locaux. Grâce à son charme, à son intelligence et à sa maîtrise de l’anglais, il s’insinue dans les bonnes grâces de la population (avec la notable exception de certains journalistes), qui en viennent à l’accepter comme si son rôle diplomatique était accrédité par le gouvernement.

29Dans ces circonstances, il rend compte au ministère à Paris des nuances politiques de la situation des pêcheurs français, dans l’attente d’une union entre Terre-Neuve et le Canada qu’il voit comme inéluctable. Selon lui, la population de Terre-Neuve se divise alors en deux grandes classes : l’oligarchie des marchands et les pêcheurs. Les premiers, fort à l’aise, instruits et habiles, gouvernent. Les autres, ignorants, découragés, amoindris par l’asservissement pécuniaire dans lequel ils sont tenus par leurs patrons, obéissent aux ordres ou aux inspirations venus de leurs maîtres (020 CPC).

  • 22 Jean J. Jusserand, What Me Befell, p. 112.

30Riballier des Isles doit d’abord affronter l’opposition à l’arrangement de 1885, conçu par le cabinet de Londres et présenté au gouvernement de Terre-Neuve par un comité des deux gouvernements. Plus grave toutefois sera la crise du fameux projet de loi intitulé « Bait Bill », symbole pour les Terre-Neuviens d’une auto-affirmation qui passe par le contrôle de la vente des appâts aux pêcheurs étrangers. Cette crise est suivie en 1889 du modus vivendi sur la pêche du homard, qui impose des restrictions à la pêche permise aux Français en vertu d’un accord négocié à Londres par le Secrétaire d’État, Sir Thomas Sanderson, et Jean Jusserand, ministre à l’Ambassade de France, accord renouvelable d’année en année par un échange symbolique de cadeaux entre les deux ministres pour souligner l’anniversaire de « leur enfant22 ».

  • 23 Archives rapatriées du Consulat de France à Saint-Jean de Terre-Neuve, Carton 24, f. 98-99 : télégr (...)
  • 24 McAlpine’s Newfoundland Directory, 1894 to 1899.

31Riballier des Isles est aussi témoin du grand incendie de St-Jean du 8 juillet 1892, qui détruit l’hôtel Atlantic (153 CCC). Faisant preuve d’un grand courage dans les circonstances, il s’efforce sans succès de sauver les archives du vice-consulat, toujours logé dans cet édifice de briques plutôt isolé. Au milieu d’une confusion extrême, dans la demi-obscurité d’une fumée brûlante, lui et son épouse réussissent à sauver la caisse, les chiffres secrets, quelques registres de correspondance, les documents confidentiels du poste et une partie des états de comptabilité, un lourd fardeau qu’ils transportèrent, bousculés par les fuyards, à travers les rues qui commençaient à s’embraser. Tout le reste, avec la bibliothèque et le mobilier, fut la proie des flammes23. Le vice-consulat aura perdu dans ce sinistre tous ses livres, ses registres, ses tarifs, ses règlements, ses circulaires, ses imprimés, ses sceaux, ses griffes et tous les autres éléments nécessaires au fonctionnement quotidien du poste. Riballier des Isles et sa famille s’installent dans une maison, au numéro 16 du chemin Barnes24. En 1893, il fait allusion à l’eczéma « qu’un séjour trop prolongé en ce pays a sans doute développé chez moi » (169 DP), condition que des facteurs émotifs comme le stress sont susceptibles d’aggraver.

  • 25 Colonist, le 14 septembre 1889.
  • 26 Daily News, le 22 décembre 1896.
  • 27 Evening Herald, le 7 juillet 1898. Voir aussi P. T. McGrath, « France in Newfoundland », 1899, p. 5 (...)

32En dépit des bonnes relations qu’il se crée à St-Jean auprès des notables, il est malmené par la presse de la ville (229 CPC (NS), 249 CPC (NS), 259 CPC (NS)), qui le représente comme un espion chargé de saper les efforts du gouvernement de Terre-Neuve. En septembre 1889, à son départ à bord du Drac pour son premier congé à Paris, le Colonist rapporte que son tact, sa cordialité et ses admirables qualités sociales lui avaient valu l’estime de tous ceux qui l’avaient rencontré. En dépit des rapports assez tendus entre pêcheurs terre-neuviens et français, il était bien vu du public en raison de sa bonne humeur25. Pourtant, en 1896, le rédacteur du Daily News accuse le même agent français de faire obstacle aux intérêts de la colonie26. En 1899, le rédacteur en chef du Evening Herald, P. T. McGrath, réclame l’expulsion de l’agent français (258 CPC (NS)), en qui les colons voient un espion informant son gouvernement des mouvements de la morue sur le marché afin que les capitaines français puissent les détourner et, par conséquent, en paralyser le commerce27.

  • 28 [Henry] Beckles Willson, The Tenth Island, 1897, p. 60. Voir aussi son autobiographie, From Quebec (...)
  • 29 [Henry] Beckles Willson, « Is a Present Settlement with France Desirable ? », p. 362.

33Un journaliste canadien installé à Londres, Henry Beckles Willson, plaide la cause de Terre-Neuve au niveau international (225 CPC (NS), 226 CPC (NS), 230 CPC (NS), 234 CPC (NS)), accusant Riballier des Isles d’être le responsable du problème associé à la question française, « l’auteur » de toute l’affaire maudite28. Il ajoute que si l’agent a été renvoyé à Terre-Neuve en 1890 après son premier congé, c’était pour embêter les Britanniques et détourner leur attention des manœuvres de la France dans d’autres points du globe. Il va jusqu’à ajouter, dans un article publié en 1901, que Riballier des Isles est un porte-parole des idées des ministres de Freycinet et Delcassé, ainsi que de M. Jusserand, parce qu’il a dit : « Je ne sais pas de quoi le gouvernement de Terre-Neuve s’occupait, étant donné qu’il n’a pas fait du gouvernement britannique une vache laitière à cause de cette question. Mais ils sont bêtes : ils n’ont pas reçu un sou29. » Dans ces conditions, Riballier des Isles demande un changement de poste en 1894 (183 CCC), rappelant ainsi au Ministre sa situation précaire : « Je fais le sacrifice de tous mes goûts en ce triste et rude pays, où je me vois privé des avantages de résidence, de milieu qu’apporte d’ordinaire le progrès dans la carrière. »

  • 30 Ministère des Affaires étrangères : Personnel 1re série, n° 3461.
  • 31 Ibid., Personnel 2e série, n° 1315.

34Durant son troisième séjour à Terre-Neuve, après un deuxième congé en 1896, il déploiera des efforts sans nombre pour décrocher un autre poste, de préférence au Québec, mais le ministère a décidé de le laisser à Terre-Neuve pour continuer de tirer parti de son expérience et de ses compétences. Cependant, il veillera à assurer une bonne instruction en français à ses enfants : en 1897, à Paris, Gabrielle obtiendra un brevet d’études supérieur et Charles un certificat d’études30. Avec un début d’accalmie en 1901, il sollicite du Ministre la permission de terminer sa carrière dans une situation qui compense, dans une équitable mesure, la privation si longtemps endurée des avantages que le travail procure d’ordinaire aux serviteurs du Département (287 DP). Mais ce ne sera qu’en 1903 qu’il partira enfin pour le poste de Montréal, gardant par là un lien avec le vice-consulat de St-Jean, pour prendre ensuite sa retraite. Il est remplacé à St-Jean par Julien Augustin Rigoreau, qui avait servi à Cincinnati, à Philadelphie et à La Havane31.

35Au départ de Riballier des Isles, le capitaine de vaisseau Monferrand, Commandant de la Station navale de Terre-Neuve, écrivit au Ministre pour confirmer qu’il avait rendu « de bien précieux services » à la Marine et à la cause française à Terre-Neuve. Il poursuit :

  • 32 Ibid., Nouvelle série, Terre-Neuve, t. 15, f. 131 : Montferrand au Ministre, le 15 août 1902.

Ici son départ est vivement regretté dans la société locale où il occupait une place éminente ; par contre, il cause une intime satisfaction aux politiciens francophobes, qui ont toujours considéré notre consul comme un des hommes qui ont le mieux contribué à déjouer l’exécution du projet, depuis si longtemps caressé, de nous évincer du French Shore32.

36Malheureusement, il ne put attendre l’arrivée de Rigoreau, qui comptait tirer parti de l’expérience qu’il avait acquise durant son séjour. Malgré tout, le nouvel agent saura se débrouiller, et Monferrand signalera dans un rapport ultérieur qu’il s’est installé à St-Jean. Il fera la description suivante de la personnalité de Rigoreau :

  • 33 Ibid., Personnel 2e série, n° 1315 : Montferrand au Ministre, le 5 juillet 1903.

Homme très différent et de qualité moins extérieure, il semble cependant devoir réussir facilement ici à cause de sa grande connaissance des habitudes anglaises. Si M. des Isles avait pu rester plus longtemps à St. John’s après son arrivée, afin de le mettre en relations avec les autorités et la société du chef-lieu de l’île, sa tâche eût été singulièrement facilitée ; il a su cependant surmonter, dans le début, les côtés délicats de sa situation, et les différentes personnes33.

  • 34 Ibid., Nouvelle série, Terre-Neuve, t. 19 : l’Ambassadeur de France à Londres au Ministre, le 15 ma (...)

37En tout état de cause, la situation à St-Jean se détend après la signature de l’Entente cordiale en 1904 par la France et la Grande-Bretagne. En 1905, le gouvernement britannique est autorisé à nommer un consul permanent à St-Pierre-et-Miquelon34.

  • 35 Marie Gérin-Lajoie (1890-1971), féministe et activiste sociale, se joint à la Congrégation Notre-Da (...)
  • 36 Sa carrière est bien confirmée par ses trente-neuf articles publiés dans la revue La Bonne Parole d (...)

38Quant à Charles Riballier des Isles, il s’installe à Montréal. Son fils, Charles Joseph, va y poursuivre ses études en médecine, mais meurt tragiquement en 1907 ; il est inhumé au cimetière Côte-des-Neiges. Son père l’y suivra en 1913. Maria, son épouse, leur survivra jusqu’en 1932, laissant alors Gabrielle achever seule l’aventure nord-américaine de la famille Riballier des Isles. D’après Marie Gérin-Lajoie35, les décès successifs de son frère et de son père assombrirent les jours de Gabrielle de nuages de mélancolie. Elle qui aurait voulu devenir religieuse se voit contrainte de rester à la maison pour prendre soin de sa mère. Mais elle trouve dans la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste un organisme avec lequel instaurer des initiatives sociales. En 1923, elle fonde le Comité de la visite des hôpitaux pour venir en aide aux patients catholiques soignés dans des hôpitaux protestants. Par la suite, elle a l’idée d’une école pour enfants infirmes, qui sera inaugurée en 1926 en annexe à l’hôpital Sainte-Justine. Six ans plus tard, à la demande de l’hôpital, la Commission des écoles catholiques de Montréal prend l’école sous sa gouverne, lui assurant un caractère officiel36.

  • 37 Cette maison, située au numéro 156 de la rue Saint-Luc, est actuellement le numéro 2198 du boulevar (...)
  • 38 Georgette Le Moyne, « Sœur Riballier des Isles », p. 8.
  • 39 Le Devoir, le 8 octobre 1940.

39Après la mort de sa mère, Gabrielle se présente à 56 ans devant les grilles de l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil, fondé par Marie Gérin-Lajoie. Elle prononce ses vœux le 8 décembre 1935 et est faite supérieure du Foyer St-Luc, dans la maison de ses parents dont elle avait doté l’Institut37. C’est dans cette maison, où chaque pièce est demeurée la même, avec ses meubles, ses tentures, ses bibliothèques, ses portraits de famille, ses objets d’art et ses souvenirs, que Sœur Riballier des Isles passe les dernières années de sa vie38. Au Foyer St-Luc, les dames de la société montréalaise venaient recruter des domestiques, que la sœur Riballier des Isles hébergeait et auxquelles elle donnait une formation en cuisine, en couture, en anglais et en français. Ce service fut interrompu subitement à la mort de la sœur, le 7 octobre 1940, emportée en quelques jours par une péritonite aiguë39.

Notes

1 Jacques Portes, « L’établissement du réseau d’agences consulaires françaises au Canada (1850-1870) », p. 59-71. Voir aussi Francis-J. Audet, « Les représentants de la France au Canada au XIXe siècle », p. 197-222 ; et Pierre Savard, Le consulat général de France à Québec et à Montréal de 1859 à 1914, 1970.

2 Joseph L’Hopital et Louis de Saint-Blanchard (dir.), Correspondance intime de l’amiral de La Roncière Le Noury, vol. 1, p. 141.

3 Henri de la Chaume, Terre-Neuve et les Terre-Neuviennes, 1886, p. 12.

4 Prince de Joinville, Vieux souvenirs, 1818-1848, 1894, p. 237-238.

5 Irrédentisme italien : doctrine des nationalistes italiens qui, après l’unification du pays, réclamèrent l’annexion des territoires italophones non encore libérés.

6 Prince de Joinville, p. 239.

7 Arthur de Gobineau, Voyage à Terre-Neuve, 1861, p. 242.

8 Henri de la Chaume, p. 137.

9 Service Historique de la Marine à Brest : Sous-série 5C-16, le 22 juin 1893.

10 Ibid. : Sous-série 5C-19, Instructions au commandant du Hussard, le 2 juin 1894.

11 Ibid. : Sous-série 5C-19, Instructions au commandant du Rigault de Genouilly, le 20 avril 1894.

12 Je suis très reconnaissant à Jean-Pierre Riballier, généalogiste de la famille, de m’avoir fourni des renseignements détaillés sur l’histoire des Riballier. Voir aussi les Fonds d’archives de Sœur Gabrielle Riballier des Isles, « Généalogie de la famille Riballier des Isles, 1900 » ; et Gilles Ménage, Histoire de Sablé, première partie, Paris, P. Le Petit, 1683.

13 Généalogie de la famille Riballier des Isles, 1900, f. 16.

14 Ministère des Affaires étrangères, Personnel 1re série, n° 3461 : certificat de baptême.

15 Ibid., Personnel 1re série, n° 3461.

16 Ibid.

17 Annuaire diplomatique et consulaire de la République française pour 1902, Nouvelle série, t. 23.

18 Archives du Québec : Acte de mariage, Notre-Dame-de-Québec, le 14 novembre 1877.

19 Ministère des Affaires étrangères, Personnel 1re série, n° 2261 : De la Chaume au Ministre, le 14 août 1883.

20 Ibid., Nouvelle série, Terre-Neuve, t. 125, f. 390 : Roustan au Ministre, le 28 décembre 1885.

21 Archives rapatriées du Consulat de France à Saint-Jean de Terre-Neuve, Carton 3, f. 91.

22 Jean J. Jusserand, What Me Befell, p. 112.

23 Archives rapatriées du Consulat de France à Saint-Jean de Terre-Neuve, Carton 24, f. 98-99 : télégramme au Ministre, le 9 juillet 1892.

24 McAlpine’s Newfoundland Directory, 1894 to 1899.

25 Colonist, le 14 septembre 1889.

26 Daily News, le 22 décembre 1896.

27 Evening Herald, le 7 juillet 1898. Voir aussi P. T. McGrath, « France in Newfoundland », 1899, p. 55.

28 [Henry] Beckles Willson, The Tenth Island, 1897, p. 60. Voir aussi son autobiographie, From Quebec to Piccadilly and Other Places, 1929, p. 71-72.

29 [Henry] Beckles Willson, « Is a Present Settlement with France Desirable ? », p. 362.

30 Ministère des Affaires étrangères : Personnel 1re série, n° 3461.

31 Ibid., Personnel 2e série, n° 1315.

32 Ibid., Nouvelle série, Terre-Neuve, t. 15, f. 131 : Montferrand au Ministre, le 15 août 1902.

33 Ibid., Personnel 2e série, n° 1315 : Montferrand au Ministre, le 5 juillet 1903.

34 Ibid., Nouvelle série, Terre-Neuve, t. 19 : l’Ambassadeur de France à Londres au Ministre, le 15 mars 1905.

35 Marie Gérin-Lajoie (1890-1971), féministe et activiste sociale, se joint à la Congrégation Notre-Dame de Montréal et obtient en 1911 un baccalauréat ès arts de l’Université de Montréal, devenant la première Québécoise à recevoir un diplôme de cette institution. En 1918, elle s’inscrit en service social à l’université Columbia, de New York. De retour à Montréal, elle se consacre aux familles démunies, entamant une œuvre d’action sociale auprès des femmes et des familles. C’est toutefois grâce à sa communauté religieuse qu’elle pourra vraiment faire progresser ses projets. En 1923, elle fonde l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil, qui milite pour l’ouverture de centres sociaux, de terrains de jeux et de maisons d’hébergement dans diverses paroisses défavorisées, et l’Association des aide-ménagères en 1933. En 1940, on la verra militer aux côtés de Thérèse Casgrain pour le suffrage des femmes.

36 Sa carrière est bien confirmée par ses trente-neuf articles publiés dans la revue La Bonne Parole de 1917 à 1933.

37 Cette maison, située au numéro 156 de la rue Saint-Luc, est actuellement le numéro 2198 du boulevard de Maisonneuve, près du parc Westmount.

38 Georgette Le Moyne, « Sœur Riballier des Isles », p. 8.

39 Le Devoir, le 8 octobre 1940.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540