Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Mémoires d'un notable manceau au siècle des Lumières

 | 
Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d'Ardenay

Annexes

Annexe 3 : Les chansons de Leprince d’Ardenay

Benoît Hubert

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

Au retour d’un mariage à Angers où son jeune frère Claircigny s’était épris de la cousine de la mariée13, il chante avec son cousin Desportes, fils d’un maître de forges anobli, pour se moquer du jeune garçon en pleurs ayant dû quitter sa « petite maitresse » Nicole : « non, non, collette n’est point trompeuse, […] », chanson que nous appellerions aujourd’hui « un tube », dans lequel les débordements de sensibilité sont accompagnés « d’un érotisme ambigu et maniéré14 ».

Cette chanson fut répandue pendant plus de cinquante ans dans les villages où pénétraient les livrets de colportage, dans la bourgeoisie des villes et dans la noblesse provinciale. La situation décrite est déconnectée du mariage : l’amour trouve sa justification en lui-même. La vague venue de Paris met à la mode un nouvel art d’aimer au ton distingué et aux limites ambigues qui correspondent bien à l’idéal villageois de l’époque. Il a paru opportun de livrer au lecteur les paroles originales de cette chanson et de les...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540