Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d'un notable manceau au siècle des Lumières

 | 
Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d'Ardenay

Annexes

Annexe 3 : Les chansons de Leprince d’Ardenay

Benoît Hubert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au retour d’un mariage à Angers où son jeune frère Claircigny s’était épris de la cousine de la mariée13, il chante avec son cousin Desportes, fils d’un maître de forges anobli, pour se moquer du jeune garçon en pleurs ayant dû quitter sa « petite maitresse » Nicole : « non, non, collette n’est point trompeuse, […] », chanson que nous appellerions aujourd’hui « un tube », dans lequel les débordements de sensibilité sont accompagnés « d’un érotisme ambigu et maniéré14 ».

Cette chanson fut répandue pendant plus de cinquante ans dans les villages où pénétraient les livrets de colportage, dans la bourgeoisie des villes et dans la noblesse provinciale. La situation décrite est déconnectée du mariage : l’amour trouve sa justification en lui-même. La vague venue de Paris met à la mode un nouvel art d’aimer au ton distingué et aux limites ambigues qui correspondent bien à l’idéal villageois de l’époque. Il a paru opportun de livrer au lecteur les paroles originales de cette chanson et de les...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540