Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Mémoires d'un notable manceau au siècle des Lumières

 | 
Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d'Ardenay

Publication et annotations du manuscrit complet des Mémoires de Leprince d'Ardenay

Chapitre 30eme. Evenemens Particuliers depuis 1789 jusqu’a la fin du 18e siecle

Texto completo

  • 1 Voir Robert Triger, « Observations agricoles et météorologiques sur les années remarquables de 154 (...)

1Le froid de l’hiver de 1788 a 1789 fut excessif et si fort que sous plusieurs rapports, on a jugé qu’il avoit excédé celuy de 17091 ; il commenca au 20 novembre et augmenta, de jour en jour jusqu’au 19 ou 20 janvier, époque a la quelle seulement on éprouva un foible commencement de degel qui fit une impression d’autant plus forte sur tous les corps qu’ils avoient été resserrés et comprimés par la rigueur et la continuité d’un hiver si long et si dur. Les vegetaux memes s’en sentirent : une grande quantité d’arbres forts et très anciens perirent par l’effet de la gelée, notamment les sapins, noyers, marroniers, chatoigniers et autres arbres de bois Blanc.

2J’éprouvay a cet égard une perte tres considerable dans toute l’étendue de ma terre d’ardenay, plus de quarante arpens de sapiniere et un nombre considerable d’autres arbres.

  • 2 Charles-Michel Godard d’Assé (1714-1789). Fils de Charles-Pierre Godard, avocat au Siège Présidial (...)

3Ce fut a l’époque du Degel que Mr Godard Dassé mon beau pere mourut des suites d’une maladie asses longue mais qui n’avoit donné d’abord aucune inquietude, quoique agé de 74 ans et demi2. il avoit conservé jusqu’alors un temperament fort, Robuste et très sain. il fut inhumé dans le cimetiere de St Vincent sa paroisse, lequel fut detruit quelques années après par les funestes effets de la Revolution.

4Mr Dassé emporta les justes regrets de sa famille et de ses amis. Je le regretay sincerement, outre les liens precieux qui m’attachoient a luy, il me les avoit rendu bien chers par une assurance constante d’attachement et d’amitié et par une confiance entiere et sincère. Je me fis un devoir sacré de seconder de tout mon pouvoir sa veuve dans la gestion de ses biens et de ses affaires. Je me chargeay volontiers de tout ce qui auroit pu l’embarrasser : elle m’en temoigna toujours la plus vive reconnoissance ; elle la porta au point de vouloir m’assurer et a ma femme pour la quelle elle avoit une prédilection marquée, des avantages considerables. Jetois bien éloigné d’en accepter aucun au detriment de Mde Le febvre ma belle sœur. cette bonne mere devint tres infirme dans les dernieres années de sa vie ; elle avoit beaucoup d’absences ; un mauvais sujet qu’elle avoit pris pour domestique en abusa de la maniere la plus scandaleuse ainsi que de sa confiance qu’il avoit su capter.

5Elle mourut au mois d’avril 1799 et fut inhumée au grand cimetiere ; elle s’etoit occupée serieusement de sa fin longtems avant sa mort ; elle y pensoit habituellement et pour s’entretenir dans cette pensée salutaire, elle avoit mis a part tout ce qui seroit necessaire pour l’ensevelir ; ce paquet, bien étiqueté a resté pendant plusieurs année sur la commode de sa chambre, elle le consideroit souvent et le montroit a ses enfans, a ses domestiques et autres personnes qui l’approchoient.

6Mde Dassé depuis la mort de son mary avoit joui de la totalité de la fortune de la maison dont la majeure partie etoit il est vray de son coté ; ses enfans setoient contentés de leurs dotes respectives. apres son decès, ils firent des partages de convenance ; je fus chargé de la redaction des actes necessaires qui furent arretés avec l’approbation de Mr Delaunay avocat, amy, Parent et conseil des parties.

  • 3 Leprince de Clairsigny s’était livré à une vaste spéculation sur les biens nationaux et eut quelqu (...)

7Pendant ma retraite a ardenay, Clairsigny vendit la maison Paternelle a Mr Châteaufort de Lessard avec les glaces et une partie des meubles. cette acquisition couta bien peu a Mr de Lessard qui la paya en assignats, avec lesquels mon frere se libera du prix de la maison de Beaulieu et dependance qui ne luy avoit couté que trente deux mille francs en papier3. Si j’avois été instruit à tems du dessein de Clairsigny, j’aurois demandé et j’espere que jaurois pu obtenir la préference. mon unique motif eût été de conserver dans la famille cette maison que mon pere avoit bâtie avec tant de plaisir, de gout et de solidité non seulement pour l’habiter avec sa famille, mais encore pour y établir d’une maniere stable et dans une position tres avantageuse au commerce, les magazins et atteliers de sa fabrique de bougies.

  • 4 L’abbaye de Beaulieu était située paroisse de la Madeleine, à 300 mètres environ de la blanchisser (...)

8Il fallut deloger le magazin et les laboratoires qui occupoient tout le Rez de chaussée du coté du jardin, les deux cabinets, les titres, papiers, Registres, etc. J’établis le magazin de vente chez moy, les laboratoires furent transportés a Beaulieu4. Clairsigny fit beaucoup de dépense tant dans les dehors que dans l’interieur de cette maison ; il la meubla élegament surtout l’appartement destiné à son épouse qui ne l’a jamais occupé.

9Mde de Clairsigny residoit alors a angers où elle s’etoit retirée au sein de sa famille pour se mettre à l’abry des persecutions et mauvais traitemens exercés au Mans par les pretendus patriotes contre tous ceux qui pensoient bien et plus particulierement contre les femmes honestes.

  • 5 Le divorce est instauré par la Convention le 20 septembre 1792.

10L’éloignement des deux époux acheva de les brouiller. J’avois contribué plusieurs fois avec quelques parens et amis à la rapatrier, mais la femme de plus en plus mécontente des infidelités de son mary le menaca à diverses reprises de profiter de la nouvelle loy du divorce5. J’eus avec elle une correspondance très longue dans le dessein de la detourner d’un parti si violent et si contraire aux vrais principes. elle avoit enfin gouté mes raisons et renoncé a son projet ; mais il auroit fallu faire quelque chose de plus : revenir avec son mary et travailler à le ramener par la douceur et la vraie charité qu’inspire la Relligion, au lieu de continuer à l’aigrir par des plaintes continuelles et des reproches trop amers quoique bien fondés. elle persista dans sa resolution de rester a angers meme après qu’elle fut informée du Projet formé par son mary de divorcer avec elle.

  • 6 Anne-Julienne Leprince était née le 3 fructidor an III. Elle épousa le 20 février 1817, Joseph Cha (...)
  • 7 Ce fut le 24 vendémiaire an III (25 octobre 1794), que Julien-Charles Leprince de Clairsigny épous (...)

11Si du moins elle avoit profité des conseils quon luy donna alors de prevenir l’exécution des menaces de son mary en venant elle meme luy presenter leur fille unique6, il n’eut pu sans doute resister au spectacle d’une femme vraiment vertueuse et d’un enfant cheri et si digne de l’estre environnes de tous ses proches et vrais amis. elle vint seule croyant que sa presence suffiroit pour ramener son mary : il etoit dailleurs trop tard, son parti etoit absolument pris, les nouveaux conseils quon crut devoir luy donner, les instances les plus vives, les remontrances les plus fortes, tout fut inutile. le Divorce fut consommé et peu de temps après Clairsigny épousa, devant l’église constitutionnelle, Mlle Gault7, fille d’un marchand de vin dont il a eu deux enfans, une fille et un garcon. la mere mourut presque subitement des suites de sa derniere couche.

  • 8 Joséphine-Anne-Henriette Leprince de Clairsigny était née en la paroisse de la Couture, le 19 sept (...)
  • 9 Ce beau bâtiment de 22,80 m de long sur 9 m de large était couvert en ardoises. Les pièces du rez- (...)

12Quelques années après le divorce de ses parens, Mlle de Clairsigny etant en age d’etre mariée fut demandée par Mr Negrier de la Crochardiere fils8. Mde de Clairsigny se preta d’autant plus volontiers a ce mariage quelle se flattoit qu’il luy procureroit une occasion de se remettre avec son mary. leur rapprochement s’est borné a se voir en societé et l’un ches l’autre. Clairsigny toujours inconstant dans ses gouts, peu de tems après son acquisition de Beaulieu, abbattit cette superbe maison excepté un petit pavillon, vendit les prés environnans et les biens ruraux qui en dependoient et avec les materiaux de beaulieu, il fit construire une grande maison a la blanchirie9 ; il fallut y rapporter les laboratoires du commerce.

  • 10 Leprince de Clairsigny a adhéré aux idées républicaines dès le début de la Révolution. Francmaçon, (...)

13Lorsqu’il vit le mauvais resultat du papier monnoie et la perte considerable que son discredit occasionnoit a notre société, il y renonca en 1797 : il fut convaincu alors mais trop tard et à ses depens du peu de fonds qu’on devoit faire sur ce système ruineux ; javois en vain fait mon possible vis a vis de luy et de Beaufond qui partageoit tres chaudement ses opinions politiques10 pour leur faire connoitre qu’il ny avoit pas d’autre moyen de se tirer d’affaire que de realiser a mesure quon Recevoit les assignats mais je nay jamais pu leur faire entendre raison.

  • 11 Leprince de Beaufond se remaria civilement vers 1805 et épousa Françoise-Joséphine-Adélaïde Rivot (...)

14Jay continué le commerce avec Beaufond seul jusques au mois d’avril 1806, époque a laquelle nous avons cedé nos interets respectifs a Biard et a son frere Gauvain. outre le plaisir de procurer un état a mon neveu et a ma fille adoptive, je ne me souciois pas de renouveller une societé avec Beaufond à raison d’un second mariage qu’il venoit de faire a l’insu et contre le gré de sa famille11. Il a cependant continué de tenir le magazin de Paris pour le compte de ses neveu et nièce jusqu’a sa mort au mois de may 1810.

Notas

1 Voir Robert Triger, « Observations agricoles et météorologiques sur les années remarquables de 1544 à 1789 dans la province du Maine », Bulletin de la Société d’agriculture, Sciences et Arts de la Sarthe, 1881, p. 97-153. Nepveu de la Manouillière décrit ainsi le terrible hiver : « Le dégel, après plus de deux mois de froid, a commencé le mardi 13 janvier ; la neige a été sur la terre depuis le 5 décembre 1788. Le froid a été on ne peut plus fort et il y a eu une grande misère ; mais les pauvres ont été bien soulagés par le bureau de charité. Malgré cela, les pauvres et les ouvriers ont été piller et rompre les bois des environs, surtout les sapins. » (Mémoires, t. II, p. 184).

2 Charles-Michel Godard d’Assé (1714-1789). Fils de Charles-Pierre Godard, avocat au Siège Présidial du Mans, et de Marie Sonnet. Ancien président trésorier du bureau des finances de la généralité de Tours, il avait épousé en 1743 une demoiselle Véron du Verger, sœur de M. de Forbonnais. Le chanoine Nepveu de la Manouillère nous précise dans ses mémoires (t. II, p. 184) : « Il en a eu trois filles, dont une, morte sans enfant, avait épousé M. de la Rozelle, lieutenant particulier une autre avait épousé M. Leprince l’aîné, qui n’a point eu d’enfant, et la dernière, je crois, avait épousé M. Le Febvre, conseiller au Présidial, qui est mort ; […] ».

3 Leprince de Clairsigny s’était livré à une vaste spéculation sur les biens nationaux et eut quelques difficultés à justifier la légalité de ses opérations. Il avait acheté le 12 avril 1793 pour 32 100 livres les couvents, jardins et enclos de Beaulieu. En l’an III, un procès lui fut intenté pour pression frauduleuse lors de cette acquisition, qui couronnait si l’on peut dire une vingtaine d’autres acquisitions antérieures faites au Mans depuis 1791, dont au 14 février 1791 cinq bordages, deux métairies et un pré (voir C. Girault, La vente des biens nationaux situés dans la ville du Mans, 1933).

4 L’abbaye de Beaulieu était située paroisse de la Madeleine, à 300 mètres environ de la blanchisserie Leprince.

5 Le divorce est instauré par la Convention le 20 septembre 1792.

6 Anne-Julienne Leprince était née le 3 fructidor an III. Elle épousa le 20 février 1817, Joseph Chauvin, et mourut au Mans le 2 mai 1866.

7 Ce fut le 24 vendémiaire an III (25 octobre 1794), que Julien-Charles Leprince de Clairsigny épousa au Mans Anne-Marie Gault. Leur fille aînée, Anne-Julienne Leprince, née le 3 fructidor an III, épousa le 20 février 1817, Joseph Chauvin, et mourut au Mans, le 2 mai 1866 ; son frère Julien-Hilaire Leprince de Clairsigny, né le 27 fructidor an V, fut le dernier représentant de son nom dans notre ville. Dans ses Observations sur la ville du Mans et sur la province du Maine (1798), René-Anselme Négrier de la Crochardière consacre un chapitre intitulé « Etrennes à celles qui s’y reconnaîtront » (t. IV, p. 149) et qualifie la demoiselle Gault d’« altière ».

8 Joséphine-Anne-Henriette Leprince de Clairsigny était née en la paroisse de la Couture, le 19 septembre 1783. Le 27 avril 1802, elle épousa René-Louis Négrier de la Crochardière, le fils de l’ancien conseiller au Siège Présidial et maire du Mans de 1800 à 1812. Elle mourut au Mans âgée de quatre-vingt-cinq ans, le 27 avril 1868.

9 Ce beau bâtiment de 22,80 m de long sur 9 m de large était couvert en ardoises. Les pièces du rez-de-chaussée étaient parquetées et les plafond lambrissés. Dans toutes les pièces, les cheminées de marbre sont surmontées de trumeaux ou de grandes glaces de 4 à 5 pieds. À l’étage, on trouve deux grandes chambres dotées chacune de garde-robe et de cabinet de toilette, ainsi qu’un cabinet de physique. Ce superbe domaine possédait un potager, un jardin anglais, une serre chaude et une orangerie de 40 m de long (Estimations des biens de Leprince de Claircigny en 1832, AD Sarthe – 28 J 294).

10 Leprince de Clairsigny a adhéré aux idées républicaines dès le début de la Révolution. Francmaçon, il est membre de la loge St Hubert (1788-1791) aux côtés de MM. Jouye des Roches et Négrier de la Crochardière. Il tire profit de son engagement en spéculant sur les biens nationaux En 1793, il est membre des « Amis de la constitution » et organise la fête de l’Être suprême. L’année suivante, il fait partie d’une troupe d’acteurs révolutionnaires et compose même une comédie « le décadi ». En 1795, il est à la tête de cent hommes de la garde nationale pour traquer la nuit les chouans, ravisseurs du citoyen Trion, enlevé dans son presbytère de St Pavin des champs (lette du 13 thermidor an 3 au citoyen Houdbert, membre de la députation de la Sarthe au conseil des cinq cent, rue Taranne n° 621 à Paris, AD Sarthe – 13 F 1898).

11 Leprince de Beaufond se remaria civilement vers 1805 et épousa Françoise-Joséphine-Adélaïde Rivot qui, en 1820, demeurait à Paris 7 rue des charbonniers avec ses deux filles mineures, Joséphine-Charlotte et Edmée-Louise Leprince. Leprince de Beaufond mourut à Paris le 5 ou 6 mai 1810.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

open access

Brindado por L’éditeur de ce site