Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d'un notable manceau au siècle des Lumières

 | 
Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d'Ardenay

Publication et annotations du manuscrit complet des Mémoires de Leprince d'Ardenay

Chapitre 29eme. Des differentes places que jay occupées apres ma retraite a ardenay

Texte intégral

1Dès le mois de janvier 1794 je Recus un premier temoignage de la confiance de l’administration d’alors par ma nomination a l’agence des secours établie par la loy du 28 juin 1793. Je fus meme nommé President de l’une des sections de cette agence qui n’eut qu’une existence éphemere (voir le chapitre 22 du Bureau de charité). mon retablissement par cette nomination dans les droits de citoien actif fut un desaveu formel quoique implicite de la proscription prononcée peu de mois auparavant, contre moy lorsque j’avois été inscrit sur la liste des Suspects.

2En juillet 1794 le 3 messidor an 2, je fus appellé par le conseil municipal a la place de distributeur des secours militaires ; cette distribution se faisoit dans l’église de St Julien. On y avoit établi plusieurs Bureaux pour les differentes sections ; je fus designé pour celle de l’égalité dans la quelle je suis domicilié. la seule difficulté etoit d’examiner, discuter et juger les demandes et les droits des pretendans aux secours. Les embarras étoient compensés par la satisfaction de rendre justice a ceux dont les droits etoient duement justifiés.

3Le tutoyement étoit des lors generalement établi quoique sans decret ; il falloit absolument substituer en parlant ou en écrivant le Tu au Vous sous peine detre declaré mauvais citoyen. a defaut de loy quon n’avoit pas cru devoir ou oser rendre à ce sujet, on fit afficher sur les portes de tous les Bureaux ces mauvais vers :

« icy, qui que tu sois, si tu veux quon reponde.
il faut bon gré mal gré tutoyer tout le monde. »

  • 1 Ancien élève de l’École normale, il fut nommé professeur chargé de la bibliothèque de l’école cent (...)
  • 2 Jacques Bordier fut élu en 1790 juge au tribunal du district du Mans.

4Par arreté du district du mans du 22 nivose, en vertu de la loi du 27 Brumaire de la deliberation du Comité d’instruction publique du 28 du meme mois et de la lettre de la commission éxecutive du 15 frimaire, je fus nommé en janvier 1795 avec Mrs Jolivet1 et Bordier2 pour composer le jury d’instruction publique chargé d’élire, examiner et surveiller les instituteurs et institutrices des écoles primaires du district du mans.

5L’administration du district pour se conformer comme elle le devoit et ainsi qu’il luy etoit prescrit aux ordres du gouvernement et aux principes Sublimes developpés dans la circulaire de la commission éxecutive, avoit cru sans doute, en nommant mes collegues et moy, trouver en nous les citoyens les plus recommandés par les connoissances acquises qui ajoutent au bon sens, par cette probité qui garantit la réalité du patriotisme, par cette sagesse qui doit toujours diriger le grand essor des âmes republiquaines ; des hommes penetrés de la sainteté du jury d’instruction qui est destiné à faire naitre les vertus par les lumieres et qui par l’effet de ces lumieres devoit faire connoitre que la france aiant rompu solennellement avec les opinions qui ont trompé tous les siecles et tous les peuples, on devoit écarter, des écoles de la jeunesse francaise, ces esclaves de l’érudition pour qui une autorité est une raison et appeller avec instance ces éleves de la philosophie de nos jours pour qui la raison est la seule autorité.

  • 3 Besnard était allé recruter de nouveaux professeurs à Paris. Le jury en refusa la plupart sous pré (...)

6Telles étoient en substance les instructions qui nous furent données et bien conformes au genie du gouvernement Revolutionnaire dont le sceptre de fer pezoit alors sur toute la france. nous nous garantimes bien de donner aucune publicité ultérieure à ces instructions et sans les fronder ouvertement, nous nous bornames dans nos circulaires, proclamations, interrogatoires et examens des candidats qui se presentoient devant nous, nous nous bornames dis je a établir les principes de la saine morale et des élemens des sciences dont devoient etre penetrés et instruits ceux qui desiroient etre nommés instituteurs. un accord heureux et constant entre mes collegues et moy nous mit dans le cas de remplir le moins mal possible notre mission, vu les circonstances critiques dans lesquelles nous en fumes chargés3.

  • 4 Représentant en mission succédant à Génissieu, il procéda à l’arrestation des membres de l’adminis (...)
  • 5 Claude-Simon-Denis de Launay était un ancien avocat du Roi. Il fut nomé juge de paix en décembre 1 (...)
  • 6 Vincent-François de Lestang, avocat du Roi au siège présidial du Mans, avait épousé en 1770 Anne-H (...)
  • 7 Homme de loi, ancien procureur au siège présidial du Mans, il fut nommé électeur lors des assemblé (...)
  • 8 Il s’agit très probablement de François, premier des fils de Ménard de la Groye. Né en 1775, il es (...)

7Le representant du peuple Dubois du Bay4 qui vint au Mans en juin 1795 par son arrêté du 1er messidor me nomma membre du Bureau de conciliation avec Mrs Delaunay5, de L’Estang6, aubert du pin7 et menard le jeune8.

8J’acceptai cette commission avec d’autant plus de plaisir que je me trouvois associé a des collegues distingués par leur zèle et leurs connoissances. le retablissement ou plutot la reforme d’une institution si sage fut generalement approuvée : nous en remplimes les fonctions avec toute l’exactitude dont nous etions capables. nous eumes la satisfaction en conciliant un grand nombre d’affaires dont plusieurs importantes et quelques unes tres épineuses d’éviter aux parties les longueurs, les inquietudes et les fraix de procedure toujours couteuses meme pour ceux qui gagnent leurs procès en justice reglée.

9Les seuls gens de loy avocats, procureurs ou huissiers mercenaires voyoient avec peine les succes de cet établissement qui diminuoit de jour en jour et de la maniere la plus sensible, les benefices que leur assuroient de volumineuses écritures, productions, plaidoyers, etc, etc.

10Nous exercames nos fonctions dans le plus parfait accord et avec ce plaisir sensible qui se renouvelle a tous les instans lorsquon peut obliger ses semblables jusqu’a la publication de la nouvelle constitution qui attribua la conciliation des affaires litigieuses aux justices de paix. il fut établi en 1795 des Bureaux de correspondance de commerce avec le ministre de l’interieur ; je fus un des membres de celuy du mans. notre Bureau ne manquoit pas de sujets pour activer la correspondance avec le ministre qui y mettoit de son coté tout le zèle et l’exactitude qu’on pouvoit en attendre. ce Bureau de correspondance fut reuni avec divers autres établissemens au Bureau central des arts qui a été le Berceau de la Société des arts (voir le chapitre 14 de ces memoires a la fin).

11Je fus posterieurement élu membre de la chambre consultative et du conseil de commerce composé de negocians, de proprietaires agriculteurs, d’artistes et amateurs des arts, ce qui determina la division du conseil en differentes sections ; je restai attaché a celle du commerce. Sa principale occupation était de satisfaire aux demandes du ministre et de présenter, par son canal, au gouvernement, les besoins du commerce de notre département.

12Un des interessans objets du travail de ce conseil a été : 1 ° de rediger conjointement avec les membres du tribunal de commerce des observations sur le projet du code communiqué a cet effet a tous les conseils et tribunaux de commerce de l’empire francois, 2 ° apres la conclusion du dit projet et sa conversion en loy par le corps legislatif dans sa session de 1807, de presenter les moyens les plus convenables pour la prompte mise a execution dudit code et l’établissement des tribunaux de commerce conformément a ses dispositions.

13Le conseil de commerce est presidé par le Prefet, la chambre consultative par le maire et j’ay eu lhonneur d’etre nommé vice president de ces deux corps. J’ay cessé d’etre membre de la chambre consultative en mars 1816. Lors de l’établissement des conseils generaux des departemens, j’ay été admis au nombre des 20 membres élus pour composer celuy de la Sarthe en 1800. ce conseil sassemble tous les ans après la session du Corps legislatif à l’époque fixée par le gouvernement : chaque session de ce conseil peut durer quinze jours, pas davantage. L’ouverture et la cloture en sont faites par le Prefet. le conseil nomme chaque année un president et un secretaire.

14Les principales fonctions des conseils generaux sont la repartition entre les districts des impots décrétés pour l’année suivante, la verification du compte du Prefet, l’examen des demandes de conseils de district sur les differens besoins de leurs arrondissemens respectifs, l’application des centimes additionnels aux differens établissemens public et des observations sur tous les objets d’administration.

15Dans les premieres années où plus zélés comme novices, tous les membres, malgré l’éloignement du domicile de plusieurs d’entre eux, se rendoient très exactement au conseil, la quinzaine entiere etoit emploiée a ses operations.

  • 9 Courte de Vilcler, issu d’une ancienne famille depuis longtemps fixée à Laval, fit partie du Conse (...)

16J’ay regretté ainsi que quelques uns de mes collègues, l’usage qui n’a été suivi que dans nos premieres sessions de se former en Bureaux entre les quels se partageoient les differens objets de travail, chaque Bureau faisoit au conseil assemblé le rapport de ses operations. jetois plus ordinairement des Bureaux de commerce, agriculture et bien public et je me rappelleray toujours avec plaisir dy avoir eu pour collegue un des freres du curé de St jean, M. Courte de Villecler9 qui joignoit a beaucoup d’esprit et de talens une facilité incroiable pour la redaction des vœux de son Bureau meme pendant que ses collegues discutoient un autre objet souvent très disparat.

17Dans quelques unes de nos sessions aux quelles plusieurs membres ont manqué de se trouver, par raison d’affaires ou de santé, le conseil s’est trouvé en nombre inferieur a celuy des deux tiers prescrit par la constitution pour voter legalement ; alors les membres presens se sont bornés a donner leur avis sur chacune des operations de son ressort et a l’instar de quelques autres conseils de departement, nous en sommes venus par degrés au point de terminer nos sessions en très peu de jours. Jay été remplacé en 1816 a la chambre consultative et au conseil general du departement.

18En qualité de membre du Conseil, jay été appellé quelques fois a celuy de Prefecture et a diverses operations de l’administration departementale. Jay exercé pendant 2 a 3 ans les fonctions d’inspecteur des hopitaux du canton de montfort, jay fait plusieurs voyages a cet effet au pont de Gennes et Remis au prefet divers rapports sur les besoins de cet établissement. J’ay assisté plusieurs fois aux verifications des scrutins de tous les districts pour les differentes nominations et notamment a l’assemblée dans laquelle il fut formé sur le vœu general une liste de notables dans laquelle j’eus l’honneur d’etre inscrit.

19A ce mode d’élection a succedé l’établissement du college électoral dans lequel jay eté admis ; quoiqu’il manquat beaucoup d’électeurs a la 1ere session de ce college, le nombre des presens venus de toutes les parties du departement etoit peut etre encore trop grand, sous le rapport de la difficulté de bien s’entendre entre gens qui se connoissant peu, se determinent plus difficilement a saccorder par la disparité des vues, des opinions ou des interets personels.

Notes

1 Ancien élève de l’École normale, il fut nommé professeur chargé de la bibliothèque de l’école centrale de la Sarthe par Besnard (M. Rheinard, Le département de la Sarthe…, p. 487 et 507).

2 Jacques Bordier fut élu en 1790 juge au tribunal du district du Mans.

3 Besnard était allé recruter de nouveaux professeurs à Paris. Le jury en refusa la plupart sous prétexte qu’ils n’étaient pas manceaux (voir Mémoires de P. Y. Besnard, t. II, p. 102). Invité à réviser son travail par les membres du département, il persista dans sa première décision. Le remaniement du jury et le recours au gouvernement retardèrent d’une année l’ouverture de l’école centrale (M. Rheinard, op. cit., p. 507-508).

4 Représentant en mission succédant à Génissieu, il procéda à l’arrestation des membres de l’administration du département le 6 octobre 1793 et en assura la réorganisation (AD Sarthe – L 27 et L 30).

5 Claude-Simon-Denis de Launay était un ancien avocat du Roi. Il fut nomé juge de paix en décembre 1790 (voir Gazette du Mans n° 60). Il fit parti des vingt-deux otages qui furent arrêtés en juillet 1799 en vertu de ce que Négrier de la Crochardière appela l’« infernale loi des otages » (Négrier, Observations…, t. III, p. 196) ; voir aussi AD Sarthe – L 283.

6 Vincent-François de Lestang, avocat du Roi au siège présidial du Mans, avait épousé en 1770 Anne-Henriette de Ghaisne de Classé. Il fut nommé juge de paix den décembre 1790 (Mémoires de René-Pierre Nepveu de la Manouillière, t. II, p. 240, 314, 326, 412, 429).

7 Homme de loi, ancien procureur au siège présidial du Mans, il fut nommé électeur lors des assemblées primaires de mars 1797 (Mémoires de René-Pierre Nepveu de la Manouillière, t. II, p. 328). Il était jugé favorable aux royalistes. Le coup d’état du 18 fructidor le destitua et vit le triomphe de Besnard « qui reçut la une première récompense de ses intrigues » (M. Reinhard, op. cit., p. 285).

8 Il s’agit très probablement de François, premier des fils de Ménard de la Groye. Né en 1775, il est souvent appelé « Ménard » par son père, alors que ses cadets sont nommés « du Joncheray » et « Blotterie ».

9 Courte de Vilcler, issu d’une ancienne famille depuis longtemps fixée à Laval, fit partie du Conseil général de la Sarthe, de 1800 à 1803. Son frère, François-Jean-Baptiste Courte, docteur en théologie, n’était pas moins distingué par ses talents et son savoir ; nommé curé de Saint-Jean-de-la-Cheverie, en 1764, il administra cette petite paroisse jusqu’au jour où la révolution la supprima et le chassa en exil.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site