Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Mémoires d'un notable manceau au siècle des Lumières

 | 
Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d'Ardenay

Publication et annotations du manuscrit complet des Mémoires de Leprince d'Ardenay

Chapitre 28eme. De ma retraite a ardenay en 1793 et de quelques évenemens anterieurs et posterieurs a cette époque

Testo integrale

1Ces mémoires devant se borner a ce qui me concerne particulierement ou ma famille, je laisse aux redacteurs de l’histoire de la Revolution la penible tâche de l’explication des évenemens qui ont signalé les année desastreuses que nous avons passé sous le joug terrible et si long du despotisme populaire et de la subversion totale des principe de la Relligion, de l’honneur et de la decence etc.

  • 1 « désormais, une terreur larvée s’instaure au Mans sous les yeux impuissants ou complaisants des a (...)

2L’émigration forcée dans le principe par l’incendie des chateaux et les mauvais traitemens qu’éprouvoient les nobles et les gens riches1, devint bientôt une manie a la mode favorisée par le gouvernement d’alors qui pour la faciliter dispensa tous les voyageurs de la necessité de prendre des passeports. on se fit un point d’honneur de s’expatrier sans calculer les suites de ce parti violent qui ont ruiné tant de familles francoises. Mr Gauvain du Ranché mon beau frère se laissa entrainer par le torrent et émigra avec son fils ainé ; ils partirent au mois d’octobre 1791. apres avoir passé plusieurs années dans la misere et l’inquietude, ils s’en sont tirés plus avantageusement que bien d’autres, grace au zèle du fils cadet qui emploia avec succès tous les moyens que luy inspiroit sa tendresse, le credit et la protection de divers amis qui le servirent très utilement.

  • 2 Mme Gauvain du Rancher et ses enfants furent arrêtés et mis en détention en août 1793. Ils faisaie (...)

3Pendant la longue absence de son mary, ma sœur éprouva tous les desagrémens et contradictions possibles. tous ses biens furent sequestrés ; la vente de ses meubles publiée a 3 differentes époques n’eut cependant pas lieu. il ne fut vendu que deux objets de la fortune de son mary, mais le sequestre sur le reste et le discredit des assignats la mirent dans la plus grande detresse. pour comble de malheur elle fut enfermée avec ses filles a la visitation2.

  • 3 C’est dans l’église des Cordeliers que, depuis longtemps, étaient inhumés les ancêtres de Leprince (...)

4Le 29 novembre 1791 vu l’annonce de la destruction prochaine de l’église des Cordeliers3 dans laquelle étoit la sepulture de mes ancestres, je presentai requête aux officiers municipaux a l’effet d’obtenir la permission de faire creuser a la profondeur convenable pour retirer ce que je pourrois des ossemens de mes parens et de les enlever ainsi que la tombe qui les couvroit. m’en rapportant a la vigilance du Procureur de la commune pour requerir et a la prudence du corps municipal pour prescrire dans sa sagesse le mode d’enlevement des dits ossements et leur transport dans un cimetiere avec le respect et la decence dus et rendus dans tous les temps et par tous les peuples de l’univers a la memoire des morts.

  • 4 Joseph Varossum des Côteaux qui avait été procureur en la sénéchaussée du Maine sous l’Ancien Régi (...)

5La Reponse que je recus le lendemain étoit concue en ces termes : « Vu et Permis à l’exposant de faire enlever le tombeau et les ossemens de ses ancêtres et de les faire deposer dans le lieu qu’il jugera à propos et ce sans pompe. au Mans le 30 novembre 1791 signé varossum officier municipal4. »

  • 5 Nepveu de la Manouillère se trouve exactement confronté au même problème le 28 novembre 1791 et ch (...)

6Je me conformai exactement à cette reponse et je fis porter les precieux restes de mes ancetres au grand cimetiere5, ils furent deposés aux pieds de la croix que javois fait placer sur la tombeau de mes père et mere. cette croix ainsi que toutes les autres et les tombeaux de marbre ou de pierre qui distinguoient les sepultures des differentes familles furent detruites lorsque l’anarchie opera une confusion et un Boulversement général dans la france.

7Au mois d’août 1792 tous les honestes habitans de la ville furent desarmés. c’étoit une pretendue mesure de sureté a laquelle je fus assujeti comme les autres sans égard aux services que j’avois rendu et que je rendois encore à la chose publique. J’étois alors President du tribunal de commerce. pour mieux reussir dans cet attentat à la proprieté, on avoit pris, au prealable, sous des pretextes specieux la precaution de demander et exiger une declaration detaillée de toutes les armes que chaque habitant avoit en sa possession.

  • 6 Nepveu de la Manouillière nous en livre le récit (t. II, p. 262-263 et 287-288).

8En 1791 et 1792 j’assistai en qualité de President du tribunal de commerce a la 2e et 3e ceremonie de la federation qui eurent lieu a Pontlieue6 ; la 1ere dans un grand champ au milieu duquel on avoit élevé un autel sur lequel Mr de la Boussiniere évesque constitutionel de la Sarthe celebra la messe et baptisa le fils d’un bon patriote ; la seconde dans une prairie. toutes les autorités constituées etoient rangés autour d’une estrade sur laquelle on avoit deposé les bannieres de la liberté, les Bustes ou pretendus portraits des soi disant grands hommes du temps et l’espece d’arche dans la quelle etoit la Constitution de 1791 superbement reliée et quon presenta a l’admiration et aux respects de tous les assistans qui furent obligés de prester serment de fidélité a cette nouvelle loi dont le livre qui la contenoit etoit entouré de cassolettes pleines d’encens.

  • 7 En vertu de cette loi votée le 17 septembre 1793 sur le rapport de Merlin de Douai, tous les indiv (...)
  • 8 C’est ce que firent bon nombre d’ecclésiastiques qui avaient refusé de prêter le serment constitut (...)

9L’augmentation progressive du desordre, de l’anarchie et de l’irreligion devint effraiante en 1793 au point que je me determinay a me retirer avec ma famille a ardenay. Jallai m’y établir au commencement de septembre quelques jours avant la promulgation de la loi dite des suspects7 en vertu de la quelle on renferma a la visitation tous ceux hommes et femmes dont les opinions etoient connues pour contraires a l’esprit du jour. mon frere Clairsigny en m’annoncant que je faisois partie de la liste me conseilloit de me rendre a Paris pour me soustraire a la persecution8. Je refusai constament de deferer à ses instances reiterées. Je ne pouvois entreprendre ce voyage sans me compromettre et sans m’exposer a de plus grands dangers. Je pris donc la resolution d’attendre l’évenement. depuis le 29 septembre que je fus instruit de la detention dont j’etois menacé jusqu’au jour où jappris que je n’avois plus rien a craindre, cest a dire pendant quinze jours au moins, je n’eus pas un seul instant de tranquillité, le moindre Bruit, le plus petit mouvement me donnoient des fraieurs mortelles. Je croiois voir ou entendre la troupe qui venoit pour m’enlever ; j’envoiois tous les matins, des émissaires fideles sur la Bute du futeau pour decouvrir dans le lointain si on voioit approcher quelques grouppes de gens armés ou autrement. Je n’avois un peu de tranquillité que vers le soir parce que je pensois qu’on ne viendroit pas pour me prendre la nuit. Chaque matin mes terreurs recommencoient et augmentoient chaque jour. Je n’aurois pu supporter cet état d’anxieté si il avoit duré plus longtems.

10Des lors je pris la Resolution de Passer l’hiver a ardenay. nous dressames nos bateries pour nous occuper utilement et agreablement autant que les circonstances pouvoient le permettre. Je ne manquois point d’écritures à faire en differens genres lorsque le temps ne permettoit pas de sortir ce qui etoit asses rare : malgré la mauvaise saison, un peu de gelée ou de neige ne nous empechoit pas de faire presque chaque jour une promenade plus ou moins longue.

11Tous les soirs notre bon curé Mr Dagoreau s’unissoit a nous pour faire attentivement de petites parties de jeu de societé et des lectures serieuses et gaies. nous épuisames dans ce dernier genre tout ce qui pouvoit mieux nous faire rire et nous distraire. nous lumes entre autres les mille et une nuits et je me souviendrai toujours de la lampe merveilleuse, nous avons desiré bien des fois de l’avoir a notre disposition pour transporter au bout du monde et plus loin si il eut été possible tous ceux qui tourmentoient la nation par leurs extravagances et leurs detestables systemes.

12Nous nous accoutumames si bien a notre retraite que nous jugeames a propos de la prolonger jusqu’a la fin des vacances de 1794 : ainsi nous demeurames a ardenay pendant 14 mois de suite sans autre interruption que quelques petits voyages que nous fimes au Mans dans le printems et l’été.

  • 9 Après avoir échoué devant les remparts d’Angers, les Vendéens décident de marcher sur Paris. Talon (...)
  • 10 La rue de Quatre-Roues fut le théâtre d’une lutte acharnée entre les royalistes et les républicain (...)
  • 11 « La lutte est acharnée sur la chaussée reliant Pontlieue au Mans, et surtout au cœur de la ville, (...)

13Les douceurs de notre vie champetre furent neanmoins troublées par divers évenemens publics et particuliers. Le 30 novembre 1793 les Representans du Peuple en mission au Mans avoient mis le comble a la phrenesie qui tourmentoit tous les esprits en faisant briser, dans la cathedrale toutes les croix et figures de saints et en substituant au culte de la divinité celuy des Déesses de la raison. pour Remplir ces Rôles infames, on avoit choisi trois jeunes filles quon eut l’impudence de placer sur l’autel pour y Recevoir les hommages d’un peuple au quel on vouloit faire abjurer sa Relligion. cet énorme attentat ne fut pas longtems sans punition. dix jours après, le 10 décembre l’armée des Vandéens s’empara de la ville d’ou elle fut chassée deux jours après par l’armée qui la poursuivoit9. il en resulta une infinite de Pillages, de meurtres, de massacres et de destructions de batiments. ma maison10 vis a vis de la quelle eut lieu le plus fort de la meslée lorsque l’armée forca les vandeens a la retraite11, fut tres maltraitée par les Boulets, les Biscaiens etc qui criblerent le pignon et briserent mes portes et fenestres ; javois été pillé par les vandéens, je le fus encore plus par l’armée qui les chassa. la perte que j’ai essuié en cette occasion montoit a plus de sept mille francs, il ne me resta aucun effet de ma garde robbe et j’en perdis beaucoup de precieux et quelques depôts dargent que javois laisse dans mon secretaire qui fut forcé ainsi que mes Bureaux et armoires et tous mes titres et papiers boulversés. Je fus alors dans toute la force du terme un vrai Sans culote, il ne me restoit que celle que javois apportée du Mans et qui etoit a peu près au point de ne plus servir.

  • 12 Les débris de l’armée vendéenne et son cortège de chariots, de femmes et d’enfants s’enfuirent ver (...)

14Nous craignimes pendant quelques heures que quelques divisions de vandéens ne s’enfuie de 1a ville par notre Route12. deja plusieurs habitans des environs, fermiers et Bordagers etoient partis avec leurs Bestiaux et s’en alloient du coté de St Calais ; leur fuite etoit motivée sur l’ordre inconsideré de couper les ponts et surtout celuy sur le narais ce qui n’auroit pas empeché les vandeens de passer la Riviere a gué. nous en fumes quittes pour la peur du moment et bientot nous rentrames tranquillement dans notre retraite.

15Jeus quelques jours apres une premiere attaque de goute asses forte pour m’empecher de marcher et m’obliger de garder le lit. a peine etois je relevé que ma juste sensibilité fut mise a une nouvelle épreuve par la mort de l’épouse de Le vasseur mon concierge ; elle succomba le 6e jour d’une pleuresie. cette excellente femme a la quelle on ne pouvoit reprocher que trop de Bonté emporta les vifs regrets de tous ceux qui la connoissoient. Son mary inconsolable fut long tems dans un état terrible et inquietant pour sa santé.

  • 13 Déportés. Voir Anne Fillon, « Août 1792, prêtres sarthois sur le chemin de l’exil », in Fruits d’é (...)

16En finissant ce chapitre je me Borneray a indiquer quelques uns des principaux évenemens arrivés au mans ou dans la province pendant les années les plus desastreuses de la Revolution. Cessation du culte catholique dans les églises remplacé par celuy des constitutionnels. destruction de la majeure partie des églises malgré les plus justes representations pour la conservation de plusieurs qui auroient pu servir a divers établissemens publics. Reclusion des pretres catholiques bientot après exportés13 et inscrits sur la liste des émigrés afin de s’emparer de leurs biens. visites domiciliaires souvent repetees sur les pretextes les plus frivoles et toujours sans fondement, notamment celle qui fut faite dans toute la ville avec le plus grand appareil, pour recouvrer des ornemens et effets precieux quon pretendoit avoir été sequestrés ou volés par les pretendus aristocrates et que les patriotes instigateurs de la visite domiciliaire avoient eux memes cachés.

  • 14 Nepveu de la Manouillière confirme cette opinion : « Le 1er mai 1801, Mlle de la Martinière est mo (...)
  • 15 Catherine-Louise Maulny, née au Mans, le 14 octobre 1756, était fille de Louis-Geoffroy-Julien Mau (...)

17L’enlevement ou mutilation des armoiries et de tous les signes de distinction, Brulement de tous les titres de noblesse et de seigneurie et feodalité ; avanie incroiable faite a plusieurs femmes honeste qu’on traina honteusement sur la place des halles où elles furent tondues et fustigees publiquement, notamment Mlle La martiniere14 connue par son zele pour les pauvres et les malades et Mde Deviliers15, femme d’un conseiller du presidial laquelle mourut peu de temps après des suites de l’impression douloureuse de ce cruel et barbare traitement.

18Réunion posterieure et forcée de toutes les femmes honestes de la ville sur la meme place d’ou escortées par la force armée elles furent conduites en forme de procession derisoire dans l’église de St julien et de la dans chacune de leurs paroisses respectives : l’objet de cette infame et ridicule ceremonie etoit d’attirer des partisans au culte constitutionel, mais les efforts des meneurs furent impuissans et inutile.

  • 16 Le curé Bodereau est guillotiné en mai 1793 pour avoir soustrait à la nationalisation des objets p (...)
  • 17 Il avait été Cordelier ; il avait eu deux cures et lors de la révolution du clergé, il était curé (...)
  • 18 Le 4 mai 1793, la Convention vote la loi dite du maximum qui a pour objet de fixer un prix maximum (...)

19Plusieurs pretres catholiques guillotinés dans la province, il y en eut deux au mans, l’abbé Bodereau16 vicaire du pré et M. Guibaut, lazariste. Le premier fut inhumé solennellement par Maguin17 curé constitutionel de la Couture qui fit dans son église l’éloge vrai et public du defunt, pourquoy il fut Rayé le soir meme par lassemblée du club de la liste de ses affidés. Le second avoit été vendu par la garde d’un malade qu’il avoit administré secretement. persecution incroiable contre tous les pretres cachés dont plusieurs pris furent exporté a Rochefort, a la Guyanne, etc. Loi du maximum18 qui ruina plusieurs marchands par les prix ridicules aux quels etoient fixée les marchandises et denrées. Emprunt forcé qui desola et gesna beaucoup toutes les maisons aisées.

  • 19 Claude-Simon-Denis de Launay était né le 13 mars 1737. Il épousa Marie-Françoise-Jacquine Chassera (...)

20J’y fus taxé pour ma part a cent cinquante mille francs ; c’etoit il est vrai en assignats. cet emprunt devoit etre rendu par douzieme, d’année en année mais il na été tenu compte que du premier douzieme. Loi des otages en vertu de la quelle on enferma un grand nombre de bons citoyens qui languirent long tems dans leurs prisons. ceux du mans furent mis a la visitation : Mr delaunay avocat y mourut subitement d’une attaque d’apoplexie suite inevitable du chagrin de son injuste detention19.

  • 20 « Le 15 octobre 1799, les mécontents ou royalistes sont entrés dans la ville du Mans, par plusieur (...)

21Invasion de la ville du mans le 15 octobre 1799 par les chouans au nombre de 4 000 environ20, cette armée s’etoit divisée en plusieurs pelotons pour entrer au meme instant et dès 4 heures du matin par les differens chemins et issues. les bruits confus de leur arrivée qui s’etoient repandus la veille dans la ville avoient determinés tous les membres des autorite constituées, les clubistes et les grands patriotes a prendre la fuite. il ne fut pas difficile aux chouans de s’emparer de tous les postes, du magazin a Poudre, de tous les bureaux et greffes publics ou ils bouleverserent tous les titres et papiers ; ils forcerent aussi la garnison qui etoit a St vincent a leur ceder la place. ils nen vouloient quaux democrates et aux acquereurs de biens nationaux dont plusieurs furent sommés verbalement et par écrit de fournir des sommes plus ou moins considerables suivant la nature ou l’importance de leurs acquisitions.

Note

1 « désormais, une terreur larvée s’instaure au Mans sous les yeux impuissants ou complaisants des autorités régulières. Les maisons des aristocrates, ou réputés tels, sont pillées, ceux-ci molestés, les femmes coupables d’assister aux messes des réfractaires, traînées sur la place des jacobins et fouettées publiquement, des expéditions punitives dirigées sur les campagnes voisines », in François Dornic, Histoire du Mans et du pays manceau, Privat, 1975, p. 212.

2 Mme Gauvain du Rancher et ses enfants furent arrêtés et mis en détention en août 1793. Ils faisaient partit des 180 personnes qui avaient été enfermées à la Visitation. Ils y restèrent jusqu’à l’arrivée des Vendéens le 10 décembre 1793. A cette date, ils furent transférés à pied à Bonnétable puis à Mamers puis en charrette jusqu’à Chartres. Louis-Claude, son époux, avait été inscrit sous le numéro 196 sur la liste des émigrés. Il fut rayé le 2 avril 1800 et mourut le 12 novembre 1811, rue du Saumon au Mans.

3 C’est dans l’église des Cordeliers que, depuis longtemps, étaient inhumés les ancêtres de Leprince d’Ardenay, ainsi que les membres de la nombreuse famille de sa femme, les Godard d’Assé, des Ecotais, etc. La plupart de nos anciennes familles, avant la Révolution, avaient choisi leur sépulture dans l’une des églises paroissiales ou conventuelles du Mans et principalement chez les Cordeliers et les Jacobins.

4 Joseph Varossum des Côteaux qui avait été procureur en la sénéchaussée du Maine sous l’Ancien Régime (AD Sarthe – B 978), était devenu président du tribunal criminel. Il avait épousé en l’église de Saint Nicolas, Marie-Madeleine, fille de Jacques Touzard, procureur au siège présidial du Mans et d’Anne Hubert. Il avait été président du comité de surveillance pendant le passage de l’armée des vendéens. Nepveu de la Manouillière ajoute dans ses Mémoires (t. II, p. 390) : « On a dit qu’il a fait mourir beaucoup de personnes. Si cela est, il en a bien fait pénitence, car il a souffert plus de trois ans, d’une humeur cancéreuse dans le bas-ventre, dont il est mort en vrai chrétien. Il laisse une femme encore jeune et une demoiselle. » Il mourut au Mans le 23 décembre 1802 à l’âge de cinquante cinq ans.

5 Nepveu de la Manouillère se trouve exactement confronté au même problème le 28 novembre 1791 et choisi aussi le grand cimetière « où ils ont été enterrés sans cérémonie, à côté de nos parents les derniers morts » (Mémoires, t. II, p. 268-269).

6 Nepveu de la Manouillière nous en livre le récit (t. II, p. 262-263 et 287-288).

7 En vertu de cette loi votée le 17 septembre 1793 sur le rapport de Merlin de Douai, tous les individus « suspects » peuvent être arrêtés. Ceux qui ont prononcé une parole imprudente, commis un acte jugé « contre-révolutionnaire ». Les parents des émigrés peuvent être emprisonnés « s’ils n’ont pas manifesté leur attachement à la révolution ».

8 C’est ce que firent bon nombre d’ecclésiastiques qui avaient refusé de prêter le serment constitutionnel comme l’abbé Rottier de Moncé ou le chanoine Nepveu de la Manouillière.

9 Après avoir échoué devant les remparts d’Angers, les Vendéens décident de marcher sur Paris. Talonnés par kléber, ils s’emparent de La Flèche, puis le 10 au matin, se mettent en route pour Le Mans. Le représentant en mission, Garnier de Saintes, assisté du général Chabot, défendent la ville avec deux bataillons d’infanterie, quelques canons, un bataillon de conscrits et la garde nationale

10 La rue de Quatre-Roues fut le théâtre d’une lutte acharnée entre les royalistes et les républicains. C’était, du reste, l’une des deux seules voies qui conduisaient de la rue Basse à la place des Halles, la rue des Minimes n’étant pas encore ouverte à cette époque.

11 « La lutte est acharnée sur la chaussée reliant Pontlieue au Mans, et surtout au cœur de la ville, sur la place des Halles et dans les rues avoisinantes. Elle dure toute la nuit et c’est seulement au matin du 13 que l’armée de Kléber se trouve maîtresse de la ville », François Dornic, op. cit., p. 216.

12 Les débris de l’armée vendéenne et son cortège de chariots, de femmes et d’enfants s’enfuirent vers l’ouest.

13 Déportés. Voir Anne Fillon, « Août 1792, prêtres sarthois sur le chemin de l’exil », in Fruits d’écritoire, Société et mentalités aux XVIIe et XVIIIe siècles, Laboratoire d’histoire anthropologique du Mans, 2000, p. 333-368. Le terme est aussi employé par Nepveu de la Manouillère à propos de M. Gilouppe, curé de Châlles (Mémoires, t. II, p. 311).

14 Nepveu de la Manouillière confirme cette opinion : « Le 1er mai 1801, Mlle de la Martinière est morte âgée de soixante dix neuf ans ; elle demeurait derrière l’église de Saint Benoît. Elle avait été dame de charité et elle a fait beaucoup de bien au clergé » (t. II, p. 369).

15 Catherine-Louise Maulny, née au Mans, le 14 octobre 1756, était fille de Louis-Geoffroy-Julien Maulny et petite-fille du chroniqueur Louis Maulny, conseillers au Siège présidial. Par sa grand-mère Catherine Landouillette, fille de Julienne Leprince, elle était cousine du 3 au 4e degré avec l’auteur de ces mémoires. Le 13 janvier 1772, à peine âgée de quinze ans, elle avait épousé Jean-René Hérisson de Villiers qui, en 1768, avait succédé à son père au siège présidial. Elle mourut au Mans, au mois de janvier 1794, laissant un fils unique et deux filles dont l’aînée avait épousé, en 1791, M. de Chauvigny. Nepveu de la Manouillière précise qu’elle est morte « de chagrin et de révolution » (t. II, p. 308).

16 Le curé Bodereau est guillotiné en mai 1793 pour avoir soustrait à la nationalisation des objets précieux du culte.

17 Il avait été Cordelier ; il avait eu deux cures et lors de la révolution du clergé, il était curé du Grand-Lucé. On lui donna la cure de la Couture. Quand on supprima tout à fait tout culte, il eut une place à la distribution des blés ; de là à la municipalité et enfin au département (commissaire du département de la Sarthe). Il fut assassiné d’un coup de revolver en 1797, il tomba mort au milieu du carrefour de la Sirène. Voir Mémoires de René-Pierre Nepveu de la Manouillière, t. II, p. 331.

18 Le 4 mai 1793, la Convention vote la loi dite du maximum qui a pour objet de fixer un prix maximum aux grains et autorise les réquisitions afin d’approvisionner les marchés.

19 Claude-Simon-Denis de Launay était né le 13 mars 1737. Il épousa Marie-Françoise-Jacquine Chasseray, fille de notaire, le 3 mars 1776. Il fut admis comme avocat au siège présidial du Mans en 1763 et était devenu échevin de sa ville en 1784. Il était avec M. Lambert l’avocat, les deux meilleurs consultants de la ville. Il fut victime de cette nouvelle loi comme père d’émigrés. « On a trouvé M. de Launay enfermé dans sa chambre ; ayant voulu se déchausser, en se baissant, le sang lui a porté à la tête, et le lendemain matin, on l’a trouvé mort et rempli de sang ; s’il avait eu des secours, il ne serait pas mort. » (Mémoires de René-Pierre Nepveu de la Manouillière, t. II, p. 349).

20 « Le 15 octobre 1799, les mécontents ou royalistes sont entrés dans la ville du Mans, par plusieurs endroits, au même instant, à 5 h du matin. Comme cela était ignoré, on n’avait fait aucun préparatif pour s’y opposer. Ils se sont portés à l’arsenal, pour s’emparer de toutes les armes et munitions de guerre ; ils ont été dans toutes les maisons d’arrêt, donner la liberté aux prisonniers et chez tous les receveurs pour avoir de l’argent ; ils ont chargé le tout et emporté je ne sais où. Ils n’ont point couché dans la ville, le mercredi et le jeudi, il est arrivé beaucoup de troupes pour les poursuivre. Ils ont mangé chez les bourgeois ; j’en avais 8 à nourrir. Ils ont couché dans les églises de St Benoît et de la Coulture, sur de la paille. La ville du Mans est en état de siège. » (Mémoires de René-Pierre Nepveu de la Manouillière, t. II, p. 352-353).

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site