Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d'un notable manceau au siècle des Lumières

 | 
Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d'Ardenay

Publication et annotations du manuscrit complet des Mémoires de Leprince d'Ardenay

Chapitre 26eme. De la Mairie

Texte intégral

  • 1 Jean-Louis de Foisy était conseiller au Siège Présidial du Mans depuis 1751. Le 1er février 1790, (...)

1La nouvelle municipalité du mans, nommée suivant les formes decretées par lassemblée constituante avoit été installée au mois de fevrier 1790. M. de foisy1, conseiller au Presidial, élu maire a la tres grande majorité des suffrages n’avoit accepté cette place qu’avec répugnance et seulement pour repondre a la confiance de ses concitoyens. une surdité qui augmentoit sensiblement et la delicatesse de son temperament le determinerent a donner sa demission au mois de novembre de la meme année.

  • 2 Le chanoine Nepveu de la Manouillère nous relate ces élections des 14 et 15 novembre 1790 : « […] (...)

2Les électeurs reunis le 15 du meme mois m’envisagerent pour remplacer ce respectable magistrat2. Jetois alors bien tranquille a ardenay. le 16 a 6 heures du matin, je fus reveillé par mon domestique qui m’apportoit la nouvelle de ma nomination et m’annoncoit une deputation de la municipalité. Jetois encore au lit lorsque MM. de Guibert et Veron arriverent ; ils me presenterent officiellement l’acte de mon élection, en me demandant avec les plus vives instances mon consentement. Je fus assés long tems dans la plus grande perplexité sur le parti que je devois prendre. Enfin vaincu par les raisons et les motifs que me donnerent les deputés ; je me determinay, non sans peine a faire aux officiers municipaux la reponse suivante :

Messieurs,
« Le besoin que jay de repos et de tranquillité pour ma santé et mes affaires personnelles, quelque imperieux qu’il soit cede aux vœux de mes concitoiens et aux instances de MM. vos deputés.
J’accepte, en tremblant sur mon insuffisance, la place a laquelle les suffrages de la commune daignent m’appeller ; mais trouves bon Mrs que jy mette la condition de reserver le tems necessaire a mes affaires particulieres, et la liberté de me demettre de cette meme place si comme jay tout lieu de le craindre, je ne puis reussir ainsi que je le desire et que je le devrois dans lessai que je vais faire de mes talens et de mes moyens qui sont beaucoup au dessous de l’idée trop flateuse que le public veut bien en avoir. »

  • 3 « le 25 novembre 1790, on a installé ou reçu à l’Hôtel de Ville M. Leprince d’Ardenay, comme maire (...)

3Je partis deux jours après pour le mans, en regrettant bien sincerement le repos et la tranquillité dont je m’etois flatté de jouir au moins pendant quelque tems. Je fus installé le 25 novembre avec quelques autres officiers municipaux élus par l’assemblée qui m’avoit nommé3. voicy le discours que je prononcai pour ma reception :

MM,
« jaloux de repondre dignement a la confiance signalée dont je suis honoré, j’ay consulté d’abord mes forces et mes moyens et bientôt convaincu de leur foiblesse et de leur mediocrité, j’ay reconnu sans peine que les uns et les autres etoient beaucoup au dessous de ce qu’exigent de moy les devoirs de la place éminente a laquelle m’ont appellé les suffrages et les vœux de mes concitoyens.
Le premier de ces devoirs Mrs, seroit de reparer si il etoit possible, la perte que vous venes de faire de votre digne chef, de cet homme excellent qui possede au plus haut degré toutes les qualités d’un magistrat éclairé, integre, juste et compatissant, d’un citoyen vertueux et vraiment patriote ; mais, j’ai senti que je ne pouvois me flatter dateindre ny meme d’imiter un a si parfait modèle.
ainsi Mrs justement effraié de l’étendue et de l’importance des obligations que je viens contracter devant vous, et vivement penetré de la crainte de ne pouvoir justifier la trop bonne opinion que le public a concue de moy, j’aurois renoncé aux honneurs quon a me preparoit, si une consideration importante n’avoit ranimé mon courage et relevé mes esperances.
Jay considéré Mrs mes devoirs sous le rapport de vrai et fidele citoyen ; et l’amour de la patrie a triomphé de mes craintes. Jay interrogé mon cœur constament devoué au bonheur de mes concitoyens ; et je n’ai pu resister plus long tems a la voix qui m’apelloit. J’ai cru reconnoitre celle de Dieu, j’ai invoqué son secours tout-puissant et je me suis resigné a sa sainte volonté. Entierement devoué Mrs, a partager vos travaux et a concourir avec vous de tout mon pouvoir et de tout mon cœur, au succès de la chose publique confiée a vos soins, je viens vous assurer de tous les efforts de mon zèle à remplir vos vues et celles de la commune, en réclamant son indulgence et la vôtre pour les fautes et les erreurs involontaires qui pourraient échaper a a ma vigilance.
Dignes cooperateurs qu’un travail assidu et une experience éclairée ont deja mis à portée de connoitre l’étendue des devoirs et les details de l’administration municipale, Daignes m’aider de vos lumieres, daignes guider mes pas dans la vaste carriere que j’entreprens de parcourir et vous Ms dont les talens et les a excellentes qualités forment le titre aux places que vous alles occuper parmi nous, joignes vos forces, vos moyens, votre zèle et votre courage aux notre. Unissons nous tous, je vous en conjure Mrs dans un esprit de paix et de concorde. en demeurant constamment attachés les uns aux autres par les sentimens d’un vrai patriotisme et par les liens d’une sincere fraternité, nous pourrons nous flatter de remplir la tâche honorable dont nous allons partager les soins et les peines, mais dont nous devons aussi recueillir la gloire qui est le but de nos travaux et qui en sera (si nous l’obtenons) la plus douce et la plus flatteuse recompense. »

  • 4 Jacques-Louis Belin de Beru, né au Mans en 1747, était fils, petit-fils et arrière-petit-fils de c (...)

4Le jour meme de mon installation, jallay avec M. Belin de Beru4 solliciter le Conseil general du departement au nom du Bureau de Charité. nous luy presentames le tableau des besoins pressans des pauvres, nous sollicitames des secours promps et suffisans. nous fumes bien accueillis par le Conseil qui nous fit les plus belles promesses. non seulement elles furent sans effet mais on ne daigna pas meme faire mention de notre démarche dans le procès verbal. L’experience et le concours singulier des évenemens qui se succedoient avec une rapidité et une diversité étonnantes me firent sentir bientôt, mais trop tard, l’imprudence de mon acceptation trop peu refléchie.

  • 5 Dans une lettre adressée à son épouse, datée du 10 décembre 1790, François Ménard de la Groye se f (...)
  • 6 Sur ce point, l’opinion de Ménard de la Groye ne diffère pas de celle du maire : « Le peuple doit (...)

5Le Conseil general de la commune etoit délégué par la constitution pour organiser le nouveau tribunal. La municipalité fut chargée de mettre les scellés sur tous les greffes du Presidial et autres sieges supprimés. l’installation des nouveaux juges eut lieu le 7 décembre5 ; en qualité de president de la municipalité je reçus leurs sermens et je pris au nom du peuple, l’engagement prescrit par la loy de porter au tribunal et a ses jugemens le respect et l’obeissance que tout citoyen doit a la loi et a ses organes6. voicy le discours que je prononcay dans cette circonstance

  • 7 Ces protestations, très dignes et très fermes, furent imprimées et livrées au public ; le texte en (...)

Mrs,
« De toutes les fonctions attribuées aux municipalités, une des plus belles et la plus glorieuse sans doute est celle qui fait l’objet important de l’auguste ceremonie qui nous rassemble en ce jour solennel.
Le Conseil general de la commune delegué par la constitution vient en ce temple consacré a la justice pour introduire dans son sanctuaire les magistrats que le peuple a choisis, les installer et les investir du pouvoir judiciaire qui leur est confié.
que ce pouvoir est grand Mrs sous le rapport des saintes et redoutables fonctions qui exigent de ceux qui en sont chargés les plus grandes qualités !
que ce pouvoir est interessant pour l’ordre de la societe !! puisque son influence est pour ainsi dire de tous les jours et de tous les instans, puisque elle s’étend a toutes les actions des citoyens qui peuvent etre regardés en quelque sorte de son domaine.
La societé ne peut subsister sans loix, le grand, le principal objet des loix en general est de garantir la liberté et de mettre le citoyen en état de jouir de tous les droits qui sont declarés luy appartenir.
Pour le maintien de la société et l’execution des loix, il est necessaire d’avoir des juges chargés de les appliquer et autorisés a user de la force publique toutes les fois que pour assurer l’execution des loix, l’usage de cette meme force publique devient indispensable. Cest a vous Mrs que sont confiés des soins si importans c’est entre vos mains que nous remettons le dépot sacré de nos interets les plus chers, notre liberte, notre honneur, nos vies, nos proprietés.
Convaincu Mrs qu’entierement devoués au service et au bonheur de la patrie, le serment solennel que vous alles prononcer ne peut ajouter aux sentimens dont vos cœurs sont penetrés que l’expression publique de ces memes sentimens ; nous aimons à nous persuader que tous les actes de votre magistrature seront signalés par un exercice continuel des vertus qui caracterisent votre état par un vrai et genereux patriotisme, par un zèle ardent pour le succès de la chose publique et par un desir sincère et toujours actif de faire le bien, d’etre utiles a vos semblables, d’assurer leur bonheur et de meriter la gloire qui doit couronner vos travaux.
C’est ainsi Mrs, qu’en maintenant de tout votre pouvoir la constitution du Royaume, en donnant des preuves constantes de votre fidelité a la nation, a la loy et au Roy et en remplissant, avec la plus grande a exactitude et la plus juste impartialité les fonctions de vos offices, vous exerceres sur vos concitoiens cet empire volontaire et flateur, fruit du merite et de la confiance, que donne toujours la superiorité de la vertu.
un ordre ministeriel nous obligea de proceder a la cloture des églises, cathedrale et collegiale ; les deux chapitres firent des protestations. celles des chanoines de St julien furent denoncées au departement sur le requisitoire du procureur de la commune7. »

6Bientot après, on fit évacuer les communautés d’hommes, on redigea des inventaires de leurs effets ; chacun des Relligieux obtint avec asses de peine une petite portion de son necessaire. la municipalité fit cependant une distinction en faveur de Dom de Gennes, Bibliothequaire de St vincent auquel on accorda une somme de cinq cent francs a titre d’indemnité de ses longs travaux et dun catalogue raisonné en plusieurs volumes in folio manuscrits redige par ce savant relligieux. plusieurs de ses collègues éprouverent beaucoup de difficultés et des contestations assés vives relativement aux meubles et effets qu’ils se croioient en droit d’emporter.

7Deux anecdotes dont je vais faire mention annoncoient deja l’esprit de vertige et d’insurrection qui commencoient a se manifester. on denonca a la municipalité la formation d’une société qui sous les dehors d’un but utile paroissoit cacher des desseins de desordre et d’empietement sur l’autorité legale. cette affaire fut instruite solennellement ; on entendit plusieurs temoins. dans les depositions de plusieurs d’entre eux, il etoit facile de demesler et meme de reconoitre les vraies intentions des associés. malgré le danger reconnu d’autoriser une telle association par des menées sourdes et en influencant d’une maniere indecente de quelques uns des juges, on vint a bout d’obtenir en sa faveur la majorité des suffrages.

  • 8 Les chanoines du chapitre cathédral du Mans rédigèrent une protestation datée du 19 novembre 1790  (...)
  • 9 Pie VI fit preuve d’intransigeance et refusa la constitution civile du clergé, ce que Louis XVI re (...)

8par une autre denonciation, on accusa l’abbé Turmeau chapelain de lhopital d’avoir fait fabriquer des poignards et il fut reconnu que c’étoient des instrumens et des outils qui luy etoient necessaires pour divers ouvrages quil faisait pour sa propre utilité et celle du public. tout le monde attendoit, les uns avec empressement, les autres avec une vive inquietude8, l’issue du décret de l’assemblée nationale du 27 novembre qui ordonnoit le fameux serment prescrit a tous les pretres. on crut pendant quelque tems que le Roy refuseroit de sanctionner ce decret ; il ceda enfin9, et les municipalités furent chargées de l’execution de cette loi.

  • 10 Les membres de la municipalité avaient fait annoncer qu’ils se réuniraient pour entendre le sermen (...)

9Ce fut en ce moment critique que je fus accablé du poids des fonctions qui m’etoient deleguées et que je me voyois obligé de remplir sans aucun moyen de m’y soustraire ; nous recumes mes collegues et moy le serment du petit nombre d’ecclesiastiques qui crurent devoir le faire10 ; mais ce qui me contraria le plus fut l’obligation personnelle qui m’etoit imposée de denoncer les refusans.

  • 11 La véritable rupture entre nos élites mancelles réformatrices se noue bien autour de la question r (...)

10Des lors je formay la resolution de profiter de la premiere occasion favorable qui me procureroit, sans rien compromettre, le moyen de faire ma demission. elle ne tarda pas beaucoup heureusement : j’étois excedé de peines et de travail et si contrarié quil m’eût été impossible de résister plus longtemps11.

11En repassant dans ma memoire tout ce qui s’etoit passé depuis mon entrée a la municipalité, je ne trouvois que quelques douces mais bien foibles compensations de tous les deboires et contradictions que j’essuiois journellement. Je me suis borné a retracer les principales, conservant dans mon cœur le souvenir de beaucoup d’autres dont la Relligion, la delicatesse et la decence m’obligent de garder le secret.

12Parmi les douceurs que j’ai éprouvées pendant ce temps, le plus critique de ma vie, je me fais un devoir et un vrai plaisir de consigner dans ces mémoires, le témoignage de ma vive gratitude envers plusieurs de mes collegues qui secondoient de tout leur pouvoir mes bonnes intentions, et la satisfaction que jay eue de cooperer avec eux au peu de bien que nous avons pu faire et surtout a la formation du Bureau de Conciliation. le choix de ses premiers membres tous recommandables par leurs talens et leurs vertus obtint l’assentiment general et l’on ne tarda pas a éprouver les heureux effets de cet établissement qui auroit du toujours subsister tel quil avoit été formé.

Notes

1 Jean-Louis de Foisy était conseiller au Siège Présidial du Mans depuis 1751. Le 1er février 1790, « MM. Du comité avaient prié M. de Foisy, conseiller au présidial, de présider cette assemblée ; il y est venu et là, on a nommé M. de Foisy pour maire. C’est un parfait honnête homme. On peut voir dans les affiches du Mans, pour la présente année, les noms de MM. Les échevins et notables » (Mémoires de René-Pierre Nepveu de la Manouillière, t. II, p. 212).

2 Le chanoine Nepveu de la Manouillère nous relate ces élections des 14 et 15 novembre 1790 : « […] au lieu et place de M. de Foisy, qui avait été choisi, il y a un an, et qui avait fait sa démission, ne voulant plus de cette place qui a des désagréments, surtout quand il y a des membres de la municipalité comme le sieur Levasseur, chirurgien, qui a fait bien du mal pendant un an. On a nommé, au scrutin, M. Leprince l’aîné, qui a de l’esprit, et qui est bien en état de remplir cette place » (op. cit., t. II, p. 237). Bien qu’opposé par ses idées au chanoine, Ménard de la Groye partage le même sentiment sur cette élection : « Je suis fort content, ma chère amie, du choix qu’on a fait de M. Le Prince, pour l’élever à la place de maire : il me semble qu’un aussi bon choix a dû être généralement applaudi » (op. cit., p. 301).

3 « le 25 novembre 1790, on a installé ou reçu à l’Hôtel de Ville M. Leprince d’Ardenay, comme maire, et M. Varossum, procureur, Levasseur, chirurgien, réélu par cabale, car c’est un enragé du club des Minimes ; M. de Foisy-Courtéan, frère de l’ancien maire, très honnête homme ; Véron, négociant ; Vallée, procureur, réélu ; et Goupil, aussi du club des Minimes. On a reçu ces Messieurs dans la salle de l’Hôtel de Ville, comme à l’ordinaire. MM. Les officiers de la garde nationale sont allés haranguer ces Messieurs, et après eux, MM. Les officiers du régiment de Chartres y ont été. C’est M. de Rouillon, major du régiment, qui a porté la parole, comme commandant le régiment, M. de la Gandie, lieutenant colonel étant en semestre » (Mémoires de René-Pierre Nepveu de la Manouillière, t. II, p. 238).

4 Jacques-Louis Belin de Beru, né au Mans en 1747, était fils, petit-fils et arrière-petit-fils de conseillers au Siège Présidial de cette ville. Le 3 février 1775, il fut installé en qualité de procureur du roi à ce siège, remplaçant Ch.-A. Le Clerc de la Galorière, qui lui avait cédé cette charge. J.-L. Belin de Beru l’exerça jusqu’à la suppression du Siège Présidial du Mans, au mois d’octobre 1790 ; il devint alors commissaire du roi près le tribunal du district du Mans. Il menait grande vie au Mans, possédait un hôtel rue des Boucheries et une maison de campagne à Chapeau, commune de Neuville-sur-Sarthe. Il mourut en 1828.

5 Dans une lettre adressée à son épouse, datée du 10 décembre 1790, François Ménard de la Groye se félicite du travail de Leprince d’Ardenay : « je suis fort aise, ma chère amie, que l’installation de nouveaux juges en la ville du Mans se soit faite avec beaucoup de pompe et de dignité » (op. cit., p. 310).
Nepveu de la Manouillière nous précise : « La nomination des juges de paix est dans la gazette du Mans n° 60 ; c’est M. de Létang, ancien avocat du Roi ; M. Maulny, qui était le doyen des conseillers ; M. de Launay, avocat ; M. Belin des Roches, qui était conseiller au Présidial, et M. Léon qui était avocat du roi. M. Juteau, procureur de l’ancien Présidial, est nommé juge dénonciateur » (Mémoires, t. II, p. 240).

6 Sur ce point, l’opinion de Ménard de la Groye ne diffère pas de celle du maire : « Le peuple doit avoir un grand respect pour ses magistrats : il faut qu’il honore en eux son propre choix », (op. cit., p. 310).

7 Ces protestations, très dignes et très fermes, furent imprimées et livrées au public ; le texte en a été reproduit en partie par le R. P. dom Piolin, dans L’Église du Mans durant la Révolution, t. I, p. 86-90. Nepveu de la Manouillière relate cette journée du 4 décembre 1790 où MM. Les officiers de la municipalité, au nombre de quatre, allèrent poser les sceaux dans les églises des chapitres de Saint Pierre, de Saint Julien et de Saint Michel (t. II, p. 238). À Saint Julien « M. Leprince l’aîné avait écrit à M. le doyen une lettre en deux lignes : Monsieur, j’ai l’honneur de vous prévenir que, ce soir à trois heures, il ira quatre commissaires pour poser les scellés dans votre église, j’ai l’honneur d’être avec respect, etc. ».

8 Les chanoines du chapitre cathédral du Mans rédigèrent une protestation datée du 19 novembre 1790 ; Extrait des registres des délibérations capitulaires de l’Église du Mans. Protestation du chapitre contre les décrets de l’Assemblée nationale (1790) qui suppriment et donnent une nouvelle organisation du clergé, 1790, in-8°, 15 p. (Médiathèque du Mans, Maine 321).
Ardent défenseur de la constitution civile du clergé, Ménard de la Groye doit même rassurer sa femme qui est restée au Mans, et qui exprime les craintes d’une partie de la ville : « Je te l’ai dit, ma chère amie, tout s’arrangera ; et tu ne verras aucun ecclésiastique se réduire à la mendicité en refusant de prêter le serment qu’on exige. Je dis plus, c’est qu’aucun ne le prêtera contre sa conscience ; il y a partout des accommodements », (op. cit., p. 312).

9 Pie VI fit preuve d’intransigeance et refusa la constitution civile du clergé, ce que Louis XVI redoutait. « En même temps pour le décider, Duport fit peur au roi : il lui laissa entendre que le clergé serait livré aux fureurs de la populace s’il tardait davantage à ratifier le décret ; Louis XVI sanctionna donc la loi le 26 décembre 1790, tout en étant persuadé de mettre ainsi en péril le salut de son âme et celui de l’Eglise de France tout entière », Evelyne Lever, op. cit., p. 572.

10 Les membres de la municipalité avaient fait annoncer qu’ils se réuniraient pour entendre le serment des curés et de tous les fonctionnaires. Nepveu de la Manouillière raconte qu’« il n’y a eu que le curé du crucifix, M. de la Boussinière, M. le curé de Saint Vincent et son vicaire, M. Ledru et plusieurs autres ecclésiastiques comme M. Guyard et M. Latour qui étaient chapelains du chapitre de Saint Pierre. Il n’y a pas eu une douzaine d’ecclésiastiques qui l’aient prêté » (Mémoires, t. II, p. 241).

11 La véritable rupture entre nos élites mancelles réformatrices se noue bien autour de la question religieuse. Ménard de la Groye tente le 17 décembre de rassurer sa femme : « Au milieu de ces lumières qui éclatent de toutes parts, ne crains point, ma chère amie, que le clergé reprenne la dangereuse influence dont il a tant de fois abusé. Ne crains point une guerre civile pour laquelle il faudrait un chef et des soldats que tous les ennemis de la révolution ne viendront jamais à bout de se procurer » (op. cit., p. 314).

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site