Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d'un notable manceau au siècle des Lumières

 | 
Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d'Ardenay

Publication et annotations du manuscrit complet des Mémoires de Leprince d'Ardenay

Chapitre 21eme. De ma fille adoptive

Texte intégral

1Si Dieu m’a privé de la douce satisfaction d’avoir des enfans, sa providence qui règle tout pour le mieux d’une maniere toujours sage et admirable, m’a amplement dedommagé de cette privation par une jouissance bien douce et j’ay bientot oublié les petits chagrins que j’avois éprouvé dans les premieres années de mon mariage en voiant écouler ma jeunesse sans espoir de devenir pere, de donner a ma femme et de recevoir d’elle des gages vivans de notre amour.

  • 1 Anne-Charlotte Gauvain du Rancher, dite Mlle de Biard, était née au Mans, le 18 juillet 1770 ; bap (...)

2J’avois pris ma Niece de Biard1, encore enfant, en affection particuliere. Javois assisté à sa naissance, elle etoit ma fille spirituelle, elle me ressembloit un peu (ce n’etoit pas la le plus beau fleuron de son bouquet) mais moins jolie et plus maline que ses sœurs, sa petite phisionomie chifonée avec un front bien decouvert, de grands et vastes yeux bleus pleins de finesse annonçoit deja ce qu’elle pourroit être un jour et je ne fus pas alors le seul a predire que sa figure en se developpant deviendroit très agreable et plairoit plus que des beautés monotones et trop regulieres.

  • 2 La famille Gauvain du Rancher habitait alors dans la paroisse Saint-Nicolas, au n° de ville 1679, (...)

3A l’age de onze ans elle fut mise en pension chez les visitandines du Mans, apres avoir passé trois ans et demi dans cette maison ou elle avoit reçu une éducation solide et acquis la connoissance des dogmes, de la morale et de lhistoire de notre sainte Relligion. elle etoit d’age de rentrer dans le monde mais sa mere trop etroitement logée2 n’avoit pas ou la placer dans sa maison. elle en avoit acheté une quelle faisoit bâtir alors et qui ne pouvoit être habitée avant 18 mois : ma sœur se voyoit dans la dure necessité de laisser jusques la sa fille au couvent. ma femme qui s’interessoit beaucoup a cette jeune personne proposa a sa mère de s’en charger jusqu’a ce qu’elle fut en état de la loger. elle ne vouloit point s’engager pour un plus long terme quoique decidée des lors a garder tout a fait et a adopter cet enfant si elle repondoit à nos esperances et à nos soins.

4La proposition fut acceptée avec plaisir par ma sœur et par son mary. la petite pensionnaire ne fut pas difficile a determiner : aisement cela se peut croire d’une fille de bientôt quinze ans. elle m’a avoué depuis quelle avoit desiré de venir demeurer ches moy longtems avant qu’il en fut question et elle nous a plusieurs fois amusé par le recit naif des petits chateaux en Espagne quelle avoit fait a ce sujet de ses neuvaine et oremus a la meme intention et du pressentiment quelle avoit eu de notre determination en sa faveur.

5Elle sortit du couvent dans les premiers jours de decembre 1783, elle passa une huitaine ches sa maman et entra ches moy le 21 du meme mois. Ce jour memorable fut une vraie feste pour elle, pour ma femme et pour moy. Les plus tendres caresses, les protestations reciproques d’amitié, d’affection, d’attachement et de reconnoissance furent les premieres expressions de nos sentimens respectifs. nous y ajoutâmes les doux noms de papa, de maman et de fille et des lors nos trois cœurs reconnurent quils etoient faits et destinés pour vivre ensemble dans la plus parfaite union.

  • 3 Dans L’école des femmes de Molière, Agnès est l’archétype de la fille innocence et naïve.

6On se figure aisement l’embarras et les petits defauts d’une jeune personne qui sort du couvent et surtout de la visitation : ma chere adoption ny avoit reçu d’autre talens agreables que celuy de dessiner et peindre des fleurs et des bouquets en miniature. Le defaut de maitre luy a fait perdre ce talent quelle auroit perfectionner aisement si les ressources avoient secondé son goût et ses dispositions naturelles. au reste elle n’avoit ny graces ny maintien. Son air agnès3, sa tête panchée, ses yeux quelle n’ouvroit qu’en coulisse, une main quasi manchotte, des bras mal tournés, des genoux caigneux, la poitrine enfoncée dans les épaules et une très petite taille composoient un phisique sur lequel tout étoit a faire ou a reparer. elle sentoit bien tous ses defauts et elle montroit le desir sincere de les corriger, mais plus les mauvaises habitudes sont anciennes plus elles sont difficiles à deraciner. il fallut bien du tems, des soins assidus, des avertissemens souvent réitérés et une surveillance très active pour reformer cet exterieur. avec de bonnes étoffes on fait de bons habillemens, d’une bonne terre quoique en friche ou negligee depuis long tems on est scur de retirer une recolte abondante en ne negligeant aucune des facons et en les faisant en tems et saison convenable. ainsi les bonnes dispositions que nous trouvames dans notre élève et son envie de plaire et de nous contenter secondant nos efforts, nous ne tardames pas a recueillir le fruit de nos peines. elle parut bientot dans les differens cercles de la societé avec des graces aisées, un joli maintien, une tournure agreable et une figure ouverte dont l’ensemble formoit un minois qui est devenu de plus en plus interessant.

7Dans les petites boites sont les bons onguens, ma fille m’a donné la preuve de ce proverbe par le développement progressif de ses facultés : esprit bon et penetrant, jugement sain, Raisonnement juste et methodique, imagination vive, memoire heureuse et par dessus tout un cœur excellent genereux et sensible.

  • 4 Dans une lettre adressée à sa femme du 10 décembre 1791, François Ménard de la Groye nous apporte (...)

8Avec de telles ressources le travail des instituteurs se borne a les diriger et a les mettre a profit. nous luy donnames des maitres en differens genres ; nous luy inspirames le goût de la lecture en meslant l’agreable a l’utile. elle a lu successivement l’histoire ancienne et moderne de Rome, de france et des autres états de l’Europe, les livres élementaires des sciences a sa portée, les bons orateurs sacrés et profanes, les meilleurs poètes et quelques romans choisis. nos entretiens avec elle avoient toujours pour but principal son avancement. elle lisoit avec fruit et mettoit beaucoup d’interêt dans le compte qu’elle nous rendoit de ses lectures. ces comptes rendus nous fournissoient souvent matiere a des reflexions utiles et a quelques nouvelles leçons de morale et de vertu qui ont achevé de former son esprit et son cœur4.

9Lorsqu’elle sortit du couvent, elle écrivoit tres bien ; elle avoit un excellent corps d’écriture, mais a l’instar de presque toutes les jeunes personnes de son âge, elle ne savoit faire d’autre usage de son talent que de copier servilement les exemples que luy donnoit son maitre. Je fis long tems d’inutiles efforts pour en tirer quelque parti de ce coté la. Je l’amenay cependant peu a peu au point d’ecrire ses propres idées, de faire des nottes et des extraits de ses lectures. elle mordit enfin a l’hameçon. Ses premiers essais l’encouragèrent et me donnerent un espoir qui a été couronné, depuis par d’heureux succès. il ne luy manquoit plus en ce genre que de se former au stile épistolaire si utile et si nécessaire dans toutes les positions de la vie. Sa repugnance a ecrire des lettres et ses petits dégouts ne me rebutèrent point. Je luy donnai les meilleurs modèles. elle en saisit l’esprit et la tournure, elle se forma quelques correspondance avec plusieurs amies et elle est enfin parvenue a ecrire avec la delicatesse, la legereté et la finesse propres aux personnes bien instruites de son sexe.

10Dans l’intervalle des études et des leçons destinées a diriger le cœur et l’esprit de notre élève, sa maman adoptive s’occupoit particulierement a la perfectionner dans les differens ouvrages des mains et a luy enseigner l’ordre, les details et l’économie necessaires dans le menage, le soin des domestiques, ce quon doit faire pour eux, ce qu’on peut en exiger, le calcul des depenses necessaires soit personelles, soit celles de la maison, les meilleurs moyens d’y pourvoir, la maniere de se comporter chez soi, dans le monde, dans les differentes societés suivant les tems et les circonstances, enfin tout ce qui peut contribuer a rendre une femme vraiment utile, agréable et interessante.

11La satisfaction que nous goutions a cultiver la jeune plante confiée a nos soins fut troublée dès la premiere année par une maladie imprevue et inquietante pour les suites. elle se manifesta par une éruption considerable qui porta principalement a la tête. L’abondance et l’acreté de l’humeur qu’on craignoit de voir dégénerer en dartre, obligerent de razer notre petite malade qui regretta beaucoup ses beaux cheveux blonds. on luy administra au surplus tous les remedes capables d’adoucir et de detruire lhumeur maline qui la travailloit et de corriger la masse de son sang.

12M. Champion luy prodigua tous ses soins avec ce zèle actif quil porte auprès de tous ses malades et qui luy a depuis lon gtems merité a juste titre la confiance de ses concitoiens. La maladie ceda aux Remedes et au bon regime ordonné par le medecin mais malheureusement le germe ne fut pas entierement detruit, il s’est reproduit quelques années après avec les memes symptomes et de nouveaux plus effraians, une fievre violente de fréquentes foiblesses, un grand épuisement, une maigreur considerable. Le docteur luy fit appliquer les vesicatoires successivement a la nuque et au bras ; elle a porté les dernieres pendant deux ans. La bonne santé dont elle a joui depuis, l’embonpoint qu’elle a recouvré et la force de tempérament qu’elle a acquis donnent tout lieu d’esperer que cette humeur qui luy a fait si long tems la guerre a enfin été detruite jusques dans la racine. ma chere fille fut encore obligée dans cette derniere maladie de faire un nouveau sacrifice de ses cheveux. Elle y a gagné en ce que sa nouvelle chevelure qui a pris une teinte beaucoup plus brune fait ressortir davantage sa figure et ses traits.

13Si les premieres années du sejour de notre adoption avec nous ont été difficiles et quelquefois penibles a raison des soins assidus et de la surveillance continuelle que demandoit son éducation, nous n’avons jamais eu a regretter nos peines et nos depenses ; elles ont toutes eté payées avec la monnoie du meilleur alloi : une vive gratitude, une confiance entiere et un retour parfait de notre attachement. Lorsquelle a été entierement formée, elle est devenue notre bonne amie, la confidente de nos plaisirs, de nos peines et de nos secrets les plus intimes.

Notes

1 Anne-Charlotte Gauvain du Rancher, dite Mlle de Biard, était née au Mans, le 18 juillet 1770 ; baptisée le lendemain en l’église de Saint-Nicolas, elle avait eu pour parrain le chevalier Philbert-Charles du Mousset, seigneur du Mouy, représenté par son oncle Leprince de Clairsigny, et pour marraine, sa tante Mme Leprince d’Ardenay. Mlle de Biard ne contracta pas d’union. « Elle ne vécut que pour faire le bien » nous dit sa cousine issue de germain et mourut au Mans dans la maison où était mort son père adoptif, en 1846, âgée de soixante-seize ans.

2 La famille Gauvain du Rancher habitait alors dans la paroisse Saint-Nicolas, au n° de ville 1679, une maison qui est le n° 17 de la rue Bourgeoise.

3 Dans L’école des femmes de Molière, Agnès est l’archétype de la fille innocence et naïve.

4 Dans une lettre adressée à sa femme du 10 décembre 1791, François Ménard de la Groye nous apporte un témoignage similaire sur l’éducation de sa fille Sophie : « je n’ai véritablement que cinq volumes de l’histoire romaine ; mais on peut aisément emprunter les autres, et j’engage Sophie à le faire. La bibliothèque de M. de la Crochardière renferme vraisemblablement l’histoire romaine complette, et même l’histoire du bas-empire par M. Le Beau. Voilà ce qu’il faudroit lire, et de-là passer à l’histoire de France. C’est un grand bonheur que d’aimer la lecture et que de savoir lire avec fruit. Je souhaite que tes enfans acquièrent tous ce précieux avantage » in François Ménard de La Groye, Correspondance (1789-1791), publiée et annotée par Florence Mirouse, 1989.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site