Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d'un notable manceau au siècle des Lumières

 | 
Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d'Ardenay

Publication et annotations du manuscrit complet des Mémoires de Leprince d'Ardenay

Chapitre 14eme. Société Litteraire et patriotique du Mans

Texte intégral

1Les hommes nés pour la société suivent naturellement l’inclination qui les porte à se réunir et avec d’autant plus d’attrait et d’empressement qu’ils trouvent plus d’analogie de goût et de caractere dans ceux auxquels ils desirent s’associer. ainsi que l’aimant attire le fer et se l’attache avec force, de même les sciences, les belles lettres, les arts liberaux et mechaniques, les affaires publiques et particulieres, les événements heureux ou malheureux, les peines et les plaisirs, en un mot, tout ce qui est du ressort de l’esprit et des sensations de l’homme l’attire suivant la diversité de ses dispositions et l’étendue de ses besoins a s’unir a ses semblables par les liens de l’association. Lorsqu’elle est formée, chacun porte a ce depôt commun le tribut de ses talens, de ses connoissances et de ses forces.

2La réunion forme peu a peu un fonds de moyens et de ressources destinées a la satisfaction et au bonheur reciproques des associés, au bien et au plus grand avantage de la patrie. tels doivent être le but et les motifs de toute Societe qui desire se rendre utile a ses membres et au public. tels etoient ceux de la Societé litteraire et patriotique établie au mans en 1778. L’année precedente un petit nombre de citoiens s’étoit réuni dans le dessein de lire ensemble les nouvelles politiques, les journaux litteraires et les nouveaux ouvrages relatifs aux sciences et aux beaux arts. ils communiquerent leur dessein a quelques amis qui s’unirent a eux. les membres de cette association s’assembloient regulierement pour faire leurs lectures en commun ; ils se communiquoient franchement leurs idées, leurs reflexions il en resulta plusieurs dissertations sur divers objets interessans. Les talens connus de quelques membres et ceux qui developperent les discussions des matieres qui etoient traitées dans les seances de la Societe luy firent entrevoir la possibilité d’un établissement plus considérable et d’autant plus avantageux.

3Sans avoir la prétention d’être universelle ny la temerité de tout approfondir, elle prit la resolution d’embrasser en general sous le titre de Societé litteraire et patriotique, les sciences, les belles lettres, les arts et le bien public et de s’occuper specialement de l’histoire ecclesiastique, civile, litteraire, politique et naturelle de la province du Maine. Le tribut exigé de chaque recipiendaire étoit un discours, mémoire ou dissertation sur l’objet le plus analogue a son goût et à ses talens et chaque membre ou associé devoit ensuite partager avec ses collegues les travaux arrêtés et distribués par la Société.

  • 1 M. Le Riche de Vandy était venu au Mans, en 1771, remplir la charge de directeur général des ferme (...)

4M. de Vandy directeur1 fit l’ouverture de nos seances quasi academiques par un discours oratoire dans lequel il retraca l’état des sciences dans les premiers siecles, leur decadence depuis charlemagne jusquau regne de françois premier époque de la renaissance des lettres et leurs progrès jusqu’a nos jours.

  • 2 Les discours prononcés en 1778 et conservés par M. Leprince nous apprenent que le docteur Champion (...)

5Jaloux et empressé de payer mon tribut à la Societé qui mavoit honoré des fonctions importantes de secretaire perpetuel, je luy offris une dissertation contenant un examen general, mais succinct des sciences et des arts dont l’étude devoit entrer dans le plan de ses travaux ; j’avois joint a chaque article quelques reflexions sur la methode et les moyens de traiter ces differens objets au plus grand avantage de la Société. chacun des autres membres et associés donna successivement des discours et memoires interessants2 dont un grand nombre a été inscrits sur le registre des Mémoires de la Société ou déposés dans ses archives ; elle en a regretté plusieurs dont elle a été privée par un excès de la modestie des auteurs.

  • 3 Louis-Elisabeth de la Vergne de Tressan était né au Mans le 4 novembre 1705, alors que son oncle a (...)

6Lorsque la Société en fut venue au point d’obtenir quelques succes qui luy en promettoient de plus grands, elle desira se procurer une existence legale. M. le Comte de tressan membre de plusieurs academies s’etoit vivement interessé a son établissement, il avoit encouragé nos premiers essais en nous faisant espérer que nous pouvions aussi bien reussir que la plupart des academies ou Sociétés qui n’avoient pas eu de commencements plus heureux que la nôtre, il l’appuya de tout son credit et il en obtint un bon de Monsieur frere du Roy, nous fumes autorisés a continuer nos travaux sous la protection de ce prince amy des sciences et des arts. M. le comte et l’abbé de tressan son fils accepterent le titre de membres honoraires de notre Société, nous avions nommé plusieurs associés libres residans ou étrangers ; elle etoit en pleine vigueur, une noble émulation se manifestoit de plus en plus et prenoit d’une seance a l’autre un accroissement sensible, il ne nous manquoit que d’etre érigés en titre de Société academique par des lettres patentes du Roy ; notre chef, notre guide, le bon comte de tressan malgré son grand âge et ses infirmités fit des demarches et des sollicitations incroiables pour parvenir au but de nos vœux, il les partageoit bien sincerement. La Société employa successivement plusieurs de ses membres et toutes les connoissances qu’elle put se procurer aupres des ministres et des gens en place qui etoient a portée de la bien servir et de seconder les efforts genereux de M. de tressan. nous etions a la veille de reussir, tous nos correspondans, nos deputés, M. de tressan luy même nous avoient annoncé un prochain succès ; par une fatalité singuliere, une affaire majeure empêcha la notre de passer au conseil. ceux qui sy interessoient aiant cessé leurs sollicitations parce quils la croioient terminée, nos pieces furent mises a l’écart dans un bureau et lorsquon voulut quelque tems après renouveller des instances en notre faveur, les ministres et les agens avoient changé, nos protecteurs rebutés des mauvaises raisons quon leur donna se retirerent et pour comble de malheur M. le comte de tressan se trouva alors hors d’état de faire aucune demarche a raison de ses infirmités et surtout d’une goutte considerable qui ne luy permettoit plus de sortir. il nous écrivoit encore de tems en tems et nous flattoit toujours de quelque espoir tant il avoit a cœur le succes de notre entreprise, parce qu’elle etoit veritablement dans son goût, parcequil etoit attaché d’une maniere singuliere aux manceaux quil traitoit toujours comme de chers compatriotes3. iI etoit né dans le palais épiscopal de son oncle évesque du mans et avoit recu sa premiere éducation dans cette ville qui le compte a juste titre au rang de ses grands hommes.

7Quoique l’établissement de cette Société n’ait pas acquis la consistance que luy promettoient les apparences les plus flatteuses il est neanmoins vrai de dire quil a été utile et avantageux a la ville et a la province en excitant une noble émulation et en fournissant les moyens de propager les lumieres et les connaissances. toutes les classes du college et les petites écoles memes donnoient, a l’envi des exercices publies sur les objets les plus interessans de la litterature : les maitres, les élèves, le public, tous gagnoient singulierement a ce mode d’instruction qui a formé sous nos yeux d’excellens sujets en differens genres.

  • 4 Né à Dignes en Provence, le 25 février 1756, le père Pierre d’Esmivy d’Auribeau était encore tout (...)

8On peut citer comme un exemple memorable des heureux effets de ce systeme d’éducation, la classe du P. d’Hesmivy d’auribeau4 qui a fait un cours entier d’humanités et professé la rhetorique au college de l’oratoire avec la plus grande distinction. cet aimable et excellent maitre petit de taille mais plein de graces dans tout son ensemble, portoit sur sa figure un air de noblesse et dans ses yeux l’expression la plus forte de la candeur de son âme, de la bonté de son cœur et de la vivacité de son esprit ; rempli de pieté, d’érudition et de talens, il savoit tirer un parti unique des enfans confiés à ses soins ; ils l’aimoient tous et craignoient singulierement de luy déplaire. prodigue envers eux de ses soins et de son zele, rien ne luy coutoit, il n’épargnoit rien pour leur avancement et en finissant sa carriere litteraire il a emporté la douce satisfaction de laisser la majeure partie de ses éleves avec un excellent fonds de connoissances et des moyens suffisans d’en acquerir de nouvelles pour remplir avec honneur les differentes places auxquelles ils etoient destinés.

9Un heureux hazard me procura sa connoissance ; J’avois assisté au premier exercice quil donna en cinquieme sur l’apologue et les deux premieres époques de l’histoire sainte. singulierement satisfait du fond et de l’execution de cet exercice dans lequel j’avois remarqué avec tous les spectateurs du coté du maitre les plus rares talens en ce genre et du coté des éleves le developpement du germe fecond des plus heureuses dispositions, je m’expliquay hautement en diverses sociétés sur les éloges que meritoit le p. Dauribeau, il en fut bientôt instruit, il y fut si sensible quil chercha et ne tarda pas a trouver l’occasion de me faire ses remerciemens et de se lier avec moy. plus je le voyois, plus je le goutois et m’attachois a luy. il me pria et, j’acceptay de faire l’ouverture de son exercice de quatrieme sur la suite de l’histoire sainte, sur l’histoire grecque, sur l’éloquence et la poésie pastorale. cet exercice etoit dédié au chapitre de l’Eglise du Mans qui y assista en corps aiant a sa tête M. de jouffroy Gonssans nouvel Eveque successeur de M. de grimaldi.

  • 5 Cette fête académique eut lieu le 18 août 1778 ; M. de Gonssans était arrivé au Mans, dès le 30 ju (...)

10L’auditoire etoit très nombreux et bien choisi5. le regent et les écoliers reçurent des applaudissemens multipliés et très sinceres. Je profitai de la circonstance pour rendre hommage a la premiere compagnie de la ville et de la province si avantageusement connue pour son antiquité qui remonte au dela de la fondation de la monarchie françoise, decorée par ses privileges, illustrée par le grand nombre de pontifes sortis de son sein et de savans qu’elle a produit en differens genres.

11Les élèves du p. Dauribeau consacrerent les premices de leurs travaux litteraires au nouveau chef de cette Eglise en peignant dans une pastorale ingenieuse sous le voile de l’allegorie les plus beaux traits de la vie de ce prelat qui avoient fait le bonheur de ses premiers diocésains a Gap et qui assuroient celuy des manceaux.

  • 6 Le P. d’Auribeau eut l’excellente pensée de faire imprimer l’exposé-programme de cette solennité e (...)

12Le p. Dauribeau fidele au plan quil avoit adopté le suivit exactement dans ses exercices subsequents toujours distingués par un choix exact des matieres les plus propres à former l’esprit et le cœur de ses écoliers. dans son année de troisieme, il fut nommé associé de la Societé litteraire et patriotique, il ne crut pouvoir mieux luy payer son tribut qu’en traitant l’année suivante un sujet tout a la fois analogue aux travaux de la Societé, utile a ses écoliers et avantageux a la province. il choisit l’histoire des grands hommes du Maine6. Je m’occupois depuis quelque tems de cette partie interessante et j’avois deja recueilli plusieurs materiaux. Je luy communiquoi toutes les notices et renseignemens que je possedois, il mit a contribution les bibliotheques des communautés, se procura des manuscrits precieux et parvint a composer l’exercice le plus interessant sur les grands hommes du maine les plus distingués dans la théologie, la philosophie et les belles lettres. Ses élèves dignes en tout de leur maitre, remplirent d’une maniere noble et distinguée le role d’historiens de nos illustres ancetres, ils tracèrent leurs portraits avec les crayons fideles de la justice et de la verité, peignirent les differens traits qui les distinguent, rappellerent les anecdotes interessantes de leurs vies, developperent les évenemens qui les caracterisent, detaillerent leurs grandes actions et leurs exploits, analyserent leurs ouvrages et releverent par de judicieux éloges la gloire de ces heros dont la plupart des noms étoient ensevelis dans la poussiere de l’oubli.

  • 7 Leprince d’Ardenay se trompe dans sa citation car il s’agit de l’ode IX (voir Horace, T. I, Odes e (...)

« Ignoti..... carent quia vate sacro. » (Horat, Od. 8, lib. IV)7.

13J’ouvris encore cet exercice, apres avoir felicité le maître et les élèves sur le sujet important quils avoient choisi, je les engageai de tout mon cœur a continuer cette étude d’autant plus interessante qu’elle leur fourniroit d’excellens modèles en differents genres et leur donneroit la clef de l’histoire generale de la province liée a celle des grands hommes par la chaine des évenemens auxquels ils ont eu part et dont ils furent souvent les principaux mobiles. pour exciter la curiosité et l’émulation des jeunes gens, je leur donnay une notice abregée de l’antiquité du Mans, de l’origine et des exploits des premiers manceaux et des differens gouvernemens de cette province : voicy un extrait de cette notice qui pourroit etre utile a ceux qui seroient par la suite dans le cas de travailler a l’histoire de notre patrie.

  • 8 Le programme du P. d’Auribeau contenait la notice de plus de cent grands hommes et il faudrait tri (...)

14La liste nombreuse des grands hommes du maine suffit pour justifier du reproche injuste que luy fait l’auteur de l’Enciclopedie d’avoir a peine produit six hommes celebres8. il n’est pas moins facile de prouver que cette province a toujours été renommée et que sa capitale peut disputer le droit d’ancienneté aux villes les plus considerables du royaume.

« Urbs antiqua potens maenibus, ampla viris,
………………………………………………
Urbs inter primas, quondam numerata, potentes. »
(René Flacé, Poème sur l’origine des Manceaux).

  • 9 Sarron, troisième roi des Gaules, petit-fils de Samothes, premier souverain de cette nation, succé (...)
  • 10 Le Man, fils de Pâris, dix-neuvième roi des Gaulois, environ 1372 ans avant Jésus-Christ, amplifia (...)

15En effet sans chercher a dissiper les épaisses tenebres de la plus haute antiquité sous lesquelles est cachée la premiere fondation de la ville du Mans par Sarron9, environ 1900 ans avant J-C, sa destruction par les druides, son retablissement par Lemann ou Le mans qui luy donna le nom qu’elle porte depuis plus de trente siecles10.

« Nomen ab illustri Celtarum principe ductum est,
Stirpe satus Paridis, vote Lemanus erat. »
(R. Flacé, poème cy dessus cité).

  • 11 Selon Tite Live, liv. V, chap. XXXIV, sous le règne de Tarquin l’ancien, une grande quantité de Ga (...)

16L’origine antique des manceaux est prouvée par le temoignage constant d’un grand nombre d’auteurs. Sous tarquin l’ancien (an de Rome 165), une armée sortie de cette province et réunie aux troupes des divers pays des gaules fut conduite par bellovese en italie ou elles defirent les toscans et batirent la ville de milan11.

  • 12 Cette seconde colonie, qualifiée de bandes de Cénomans, s’arrêta dans le Bressan et dans le Vérona (...)

17Quarante ans après (an de Rome 205), une autre colonie de Cenomans sous les ordres d’Elitorius fonda Verone, Bresse, Padoue et plusieurs autres villes qui subsistent encore aujourd’huy dans ces belles contrées12.

18De tous les gaulois qui passèrent en italie, les Cenomans furent les plus connus et les seuls a garder une foi inviolable aux Romains qui reçurent d’eux des secours considerables a la bataille livrée par Sempronius a annibal (an de Rome 536, avant J.-C. 218).

19A l’époque de la reduction des Gaules les seuls Cenomans Aulerces fournirent cinq mille hommes tandis que les cinq provinces voisines n’en procurerent ensemble que la même quantité (an de Rome 696, avant J. C. 56). dans la description des provinces de l’Empire le Maine fut mis dans la troisieme Lionoise. (Comment. Caesar., lib. VII. – Trouillart, Mémoires sur les comtes du Maine).

  • 13 À la décadence de l’Empire, les francs commencèrent leurs conquêtes dans les gaules, par la Belgiq (...)
  • 14 C’est dans l’année 987 ou la suivante que David ou Hugues fut le premier comte du Maine héréditair (...)
  • 15 Charles IV, comte du Maine, institua Louis XI, roi de France, son héritier universel, par son test (...)

20Peu apres les premiers exploits des francs qui formerent le berceau de la monarchie francoise, le maine fut rangé sous l’obeissance de ces nouveaux maitres13 ; ils en eurent ensuite de particuliers lorsque le comté du maine devint hereditaire14 jusqu’a sa reunion a la couronne en 148115.

  • 16 Henri II, roi de France, donna le Maine en apanage à Henri, son troisième fils, depuis roi sous le (...)

21Depuis ce tems le maine a toujours demeuré sous la domination des Rois de france qui ont souvent donné cette province en apanage a leurs fils et aux princes de leur sang16.

22On trouve dans la longue et respectable suite de toutes ces revolutions, l’origine et les progrès, les changemens et les variations des mœurs, des usages, du langage, de la relligion et des superstitions, des loix et des coutumes, du commerce, des manufactures et des arts ; l’histoire de nos antiquités, de nos chateaux, de nos forts, de nos villes, des sieges, des batailles, des traités, des conquêtes et des victoires ; les diverses époques de l’établissement des differens corps et compagnies et de la fondation des édifices publics.

23Si la province du maine est grande, ancienne et illustre dans l’ordre civil et politique, elle ne l’est pas moins dans celuy de la relligion.

24Avant la fondation de la monarchie, dès les premiers siecles de l’ère chretienne, son Eglise fut établie par saint Julien ; elle compte parmi les pasteurs qui l’ont gouvernée quatorze Saints Eveques, plusieurs bienheureux et venerables et un grand nombre qui réunirent des talens superieurs aux titres d’une naissance illustre.

  • 17 Le Concile de Coulaines, près Le Mans, en 843. Les décisions de ce Concile sont exprimées au 23e v (...)

25L’histoire ecclésiastique du Maine peut fournir un grand nombre d’objets interessans à l’instruction et dignes de curiosité : la vie et les exemples d’une foule de Saints personnages qui ont fait eclater l’heroisme de la vertu dans tous les ages et dans toutes les conditions ; l’histoire des deux conciles tenus dans cette province17, des anciennes et riches basiliques élevées dans les principaux lieux, des chapitres, monasteres, seminaires, hopitaux, etc., et de tant de fondations utiles et très multipliées dans le diocèse qui offre partout des monumens respectables du zèle et de 1a generosité de nos ancêtres.

  • 18 Ce fut en 1781 que le comte de Tressan fut nommé membre de l’Académie française ; les rhétoriciens (...)

26Le p. Dauribeau dedia son exercice de rhetorique à M. de Gonssans Eveque, a l’exemple de son predecesseur il a continué de donner des prix au college dans les années impaires ou il ny en avoit pas de fondés. cet exercice fut rempli par plusieurs pieces en vers et en prose de la composition des écoliers qui justifierent pleinement en cette occasion des fruits de leur excellente éducation. ils avoient formé dès le commencement de cette derniere année de leurs cours litteraires, une académie ; elle tenoit chaque jour de congé une seance a laquelle s’empressoient d’assister plusieurs citoiens distingués et specialement les membres de la Societé litteraire et patriotique. ce concours d’auditeurs éclairés excitoit de plus en plus l’émulation des jeunes academiciens, ils s’empressoient a l’envi de donner en differens genres des productions charmantes, toutes frappées au bon coin, la plupart dignes de l’impression. L’attachement que j’avois voué a ce cours brillant m’avoit determiné a proposer un prix qui seroit donné a l’auteur du meilleur discours sur les effets de l’émulation. ce sujet interessant fut si bien rempli par plusieurs que les juges que je m’etois associé furent ainsi que moy embarrassés pour decider auquel devoit etre donné le prix. Entre les differens ouvrages de cette petite academie, on distinguoit plusieurs pieces de vers très ingenieuses et notamment une Epitre a M. de tressan sur sa nomination à l’académie françoise18. ce savant reçut avec complaisance et satisfaction l’hommage de ses jeunes compatriotes et leur adressa une reponse charmante dans laquelle il faisoit l’éloge le plus delicat de la Congrégation de l’oratoire a laquelle nous devons le precieux avantage de former l’esprit et le cœur de la jeunesse aux belles lettre et aux sciences, a une Saine morale et a la pratique le toutes les vertus (voyez la suite de cet article après les notes).

  • 19 Le sujet est alors très à la mode. Dans l’Almanach du Maine de 1787, M. Livré, médecin et ami d’en (...)

27En 1790, il se forma au Mans une nouvelle Société sous le titre de Société d’histoire naturelle et des arts. J’y fus admis. Le zèle et le concours des lumières et des travaux de ses membres luy procurerent dès les 1ers mois, de son établissement plusieurs mémoires interessants notamment sur l’origine et les progrès de la phisique, sur l’utilité indispensable de cette science et des mathematiques ; sur la chimie a laquelle tous les arts doivent leur existence ou leur perfection ; sur la botanique qui fournit a l’homme les alimens les plus sains et les remedes les plus scurs, aux manufactures et aux arts la plupart des matieres qu’ils emploient ; sur l’art veterinaire dans lequel on apprend a connoitre la nature, les maladies et les remedes curatifs des animaux qui partagent les travaux de l’homme, qui servent à la nourriture et a son vetement et qui veillent à sa sureté et a la conservation de ses possessions, enfin sur la recherche des différentes eaux du pays19, leurs propriétés pour les divers usages de la vie, leur employ dans les arts et le choix qu’il convient d’en faire.

  • 20 Il s’agit des bibliothèques de l’évêque du Mans, de l’abbé Paillé, des R. P Jacobins, des religieu (...)

28Au mois de may 1791, la Société demanda a l’administration du departement l’approbation et autorisation de son établissement, un local pour tenir ses seances et un terrain pour former un jardin de botanique. L’administration luy accorda provisoirement un logement a St Vincent et fit esperer de luy procurer les moyens d’établir un jardin de botanique. dans cette confiance la Société encouragée par l’espoir redoubla ses travaux et ses efforts, fit l’acquisition de plusieurs machines pour les expériences de physique ; son cabinet commençait à être bien monté par les contributions volontaires des associés, lorsque les événements ultérieurs de la Révolution l’obligèrent à vendre à perte tous ses effets et à se dissoudre. après les grands orages de la revolution, l’administration du departement forma un bureau central des arts, chargé spécialement de mettre en ordre les titres et archives et la bibliotheque nationale composée de tout ce qui avoit pu etre conservé avec des collections de livres qui formoient les bibliotheques particulieres des communautés supprimées20.

29Ce Bureau des arts a donné la naissance a une nouvelle Société sous le titre de Société libre des arts composée de membres residans pris parmi ceux des precedentes Societés et de la Société Roiale d’agriculture et de membres non residens ou correspondans choisis dans les divers cantons du departement, a Paris et en différentes villes de la france. Cette Societé approuvée par les administrations locales et par le ministre de l’interieur a pris un certain essor en embrassant pour objet de ses travaux, tout ce qui concerne les sciences et arts, le commerce et l’agriculture et se procurant des correspondances avec plusieurs Sociétés savantes.

30Le Conseil general du departement luy aiant assuré un fond annuel, elle a cru que le meilleur employ quelle pouvoit faire de l’excedant de ses depenses etoit de proposer des prix et d’établir des seances publiques dans lesquelles elle rendroit compte a ses concitoiens des resultats de ses travaux ; la 1re a eu lieu en 1801, la 2de en 1802, la 3e en 1803. j’ay eu l’honneur de presider la 1re et la 3e ; il ny en a point eu en 1804 ; celle de 1805 a été remise a la fin de l’année a cause de l’absence de plusieurs membres et particulierement de M. auvray Prefet et president a l’époque a laquelle elle avoit été fixée.

31La Société n’a encore pu distribuer aucun prix, faute d’ouvrages ou memoires dignes d’etre couronnés. La 4e séance publique de la société libre des arts devoit n’avoir lieu que le 22 mars 1806, elle fut presidée par M. auvray, prefet ; peu de tems après la Société publia un nouveau programme des prix quelle devoit distribuer dans sa seance publique de 1807. cette 5e seance publique a eu lieu le 30 may 1807 ; j’ay eu l’honneur d’en faire l’ouverture en qualité de president par un discours sur la veritable gloire. il ny a point eu encore de distribution de prix faute de concurrens.

  • 21 Leprince d’Ardenay semble avoir oublié d’indiquer la date.
  • 22 M. de Passac publia longtemps après sa Notice sur Pierre Belon dans un journal littéraire de Blois (...)
  • 23 Dès avant la Révolution, François-Xavier-Marc-Antoine de Montesquiou-Fezensac se rattachait à notr (...)

32Les seances publiques ont eu lieu periodiquement dans les années suivantes, jusque et compris 1813. en…21, la Société avoit proposé pour prix l’éloge de Pierre Belon, il fut adjugé a M. de Passac22 celuy de 1812 a été adjugé a un cultivateur auteur d’un moulin économique pour netoyer la graine de trefle. en 1814 la Société a adressé par l’entremise de M. l’abbé de montesquiou23 ministre de l’interieur une supplique au Roy Louis 18 a l’effet d’obtenir de S. M la meme faveur quelle avoit accordée en 1779 a la Societé litteraire et patriotique en se declarant protecteur de cet établissement avec permission d’intituler tous les registres et actes de la Société sous ce titre auguste.

Notes

1 M. Le Riche de Vandy était venu au Mans, en 1771, remplir la charge de directeur général des fermes du roi, occupée précédemment par Jean-Pierre Gillebert des Arcis, décédé au mois de janvier 1771. Il prit une part active à toutes les fondations de sociétés, concerts, bals spectacles, en notre ville, dans la période qui précéda la Révolution. Il n’émigra pas et mourut à sa terre de Benéhard (paroisse de Chahaigne) au mois de mars 1796 (Voir Mémoires de René-Pierre Nepveu de la Manouillère, t. II, p. 321).

2 Les discours prononcés en 1778 et conservés par M. Leprince nous apprenent que le docteur Champion prit la parole le 17 janvier sur « le goût de la littérature pour l’homme qui pense », M. Rottier de Madrelle le 31 janvier sur « la littérature nécessaire à l’homme de loi », le docteur Livré le 14 février sur « l’union de la chimie à la physique ; de l’application de cet art et de son utilité pour l’homme en état de santé, ainsi que pour l’homme malade », M. de l’Etang le 28 mars sur « l’étude des lois et les obligations du magistrat », M. de Tournay le 28 mars sur « le commerce et les manufactures en général encouragées par Colbert » et « le rapport des manufactures avec les sciences et les arts ». (Archives privées du château d’Ardenay – dossier n° 35).

3 Louis-Elisabeth de la Vergne de Tressan était né au Mans le 4 novembre 1705, alors que son oncle administrait ce diocèse. Il était fils du marquis François-Jérémie de La Vergne Montenard et de Louise-Madeleine Brulart de Genlis. Il demeura dans cette ville jusqu’à l’âge de treize ans où il est placé à la cour auprès du jeune Louis XV. Il rentra dans la carrière militaire, devint colonel en 1723 et Lieutenant-Général en 1748. Il fut pendant dix-huit ans au service du duc de lorraine à la cour duquel il brillât par son esprit. Il fut élu à l’académie française en 1780. Il reste célèbre pour ses discours, quelques romans et plusieurs articles sur l’art militaire dans le dictionnaire encyclopédique. Il mourut en 1783.
Leprince d’Ardenay prononca son « éloge historique » à la société et le qualifie « d’affable, poli, prévenant ». Il aimait « la louange et ce goût qui luy donnoit une espèce de coqueterie qui ajoutoit à son amabilité naturelle » (Archives privées du château d’Ardenay – dossier n° 35).

4 Né à Dignes en Provence, le 25 février 1756, le père Pierre d’Esmivy d’Auribeau était encore tout jeune professeur lorsqu’il vint, en 1775 enseigner les humanités au collège de l’Oratoire du Mans ; il y resta peu de temps, et, dès l’année 1782, il rentra dans sa ville natale et fut pourvu, par le Roi, d’un canonicat dans l’Église de Digne. Il devint ensuite archidiacre, official et grand vicaire ; il émigra en 1792, se réfugia à Rome, rentra en France dès le retour des Bourbons et se fixa à Paris où il mourut très âgé, au mois de janvier 1843 L’abbé d’Auribeau a publié de nombreux ouvrages dont Quérard nous donne les titres dans la France littéraire, t. IV, p. 101. Voir G. Dessole, L’abbé Pierre d’Auribeau (1756-1843), APRHP, 2004, ch. 2 : Oratorien, professeur au Mans (1775-1781).

5 Cette fête académique eut lieu le 18 août 1778 ; M. de Gonssans était arrivé au Mans, dès le 30 juin précédent.

6 Le P. d’Auribeau eut l’excellente pensée de faire imprimer l’exposé-programme de cette solennité et nous a permis ainsi d’apprécier l’intérêt de son travail ainsi que la sûreté et l’importance de ses recherches. Cet exercice académique sur les grands hommes du Maine, par messieurs les Écoliers de seconde, au Mans, Abel Pivron, 1789, in 4° de 14 pages, présente un grand nombre de notices biographiques, sommaires, il est vrai, mais précises et presque toujours exactes. Nos principales célébrités mancelles de tous les siècles y figurent ; on y voit même des contemporains, tels que Louis-Joseph Plumard de Dangeul, l’oncle de Mme Leprince d’Ardenay, mort en 1777. Cette séance, tenue dans la salle des Actes du Collège, le mercredi 26 avril 1780, complétée par l’explication des plus belles odes d’Horace, se terminait par des dialogues, compliments et cantates débités par les élèves, dont le programme imprimé nous a conservé les noms. Ce mémorable exercice dura 5 h et l’évêque y assista intégralement (G. Dessole, op. cit., chap. 2).

7 Leprince d’Ardenay se trompe dans sa citation car il s’agit de l’ode IX (voir Horace, T. I, Odes et Epodes, texte établi et traduit par F. Villeneuve, Paris – Les belles lettres, 1944).
« Vixere fortes ante Agamenona multi ; sed omnes inlacrimabiles urgentur ignotique longa nocte, carent quia vate sacro » (Il a vécu avant Agamemnon bien des vaillants : mais tous, sans larmes et ignorés, sont accablés sous une longue nuit, faute d’un chantre sacré).

8 Le programme du P. d’Auribeau contenait la notice de plus de cent grands hommes et il faudrait tripler et au delà, si l’on voulait faire une liste exacte de tous ceux qui, nés ou établis dans la province, se sont distingués en différents genres. Saints et Saintes reconnus par l’Église, cardinaux, archevêques et Évêques, orateurs sacrés et profanes, poètes, historiens, philosophes, littérateurs, médecins, chirurgiens, naturalistes, conseillers d’état, magistrats, jurisconsultes et avocats, maréchaux et amiraux de France, lieutenants généraux et chevaliers des différents ordres, négociants, artistes lapidaires, peintres, statuaires, graveurs, etc. (note de Leprince d’Ardenay).

9 Sarron, troisième roi des Gaules, petit-fils de Samothes, premier souverain de cette nation, succéda à son père Magus, environ l’an 1955 avant Jésus-Christ, et régna soixante ans. Suivant plusieurs auteurs et notamment J. de Bourdigné, « il bâtit la ville d’Angers et donna commencement à celle du Mans qui fut nommée Sarre, du nom de son fondateur ; il bâtit aussi quelques autres villes de son royaume dans lequel il institua des Universités et études de lettres publiques. Il mourut l’an 1895 avant J. C. ». Voyez Histoire généalogique des rois de France, et Extraits de l’histoire universelle de Jacques de Charron, écuyer, sieur de Monceaux, par Thomas Blaise, Paris, 1630, in-12 (note de Leprince d’Ardenay).

10 Le Man, fils de Pâris, dix-neuvième roi des Gaulois, environ 1372 ans avant Jésus-Christ, amplifia grandement la ville de Sarre, laquelle fut depuis appelée Le Mans, de son nom, suivant Isidore Hispalien, bocace, Guillaume Le Rouille (Rouillé), Nauclerus, Climerius, etc. (note de Leprince d’Ardenay).

11 Selon Tite Live, liv. V, chap. XXXIV, sous le règne de Tarquin l’ancien, une grande quantité de Gaulois transalpins passèrent les monts sous la conduite de Sigovèse et de Bellovèse, neveux d’Ambigale, roi des Berruriers (c’est-à-dire du Berry) ou il faisait son séjour (an de la création 3416, de Rome 165). Parmi les troupes conduites par Bellovèse, sont nommés expressément les Aulerces. Il passa les Alpes avec cette multitude de gaulois qui, ayant vaincu les toscans assis près du Tessin, se fixèrent dans cet endroit et y bâtirent une ville qu’ils nommèrent Milan. Voyez Encyclopédie, au mot Gaulois. Trouillart, dans ses Mémoires des comtes du Maine, et les notes de M. Maulny, Almanach manceau de 1757, d’après Mézeray (note de Leprince d’Ardenay).

12 Cette seconde colonie, qualifiée de bandes de Cénomans, s’arrêta dans le Bressan et dans le Véronais. Voir les mêmes auteurs (note de Leprince d’Ardenay).

13 À la décadence de l’Empire, les francs commencèrent leurs conquêtes dans les gaules, par la Belgique et conquirent la Celtique, l’an de Jésus-Christ 477 (note de Leprince d’Ardenay).

14 C’est dans l’année 987 ou la suivante que David ou Hugues fut le premier comte du Maine héréditaire, sous Hugues Capet, roi de France. Voir les notes de M. Maulny, Almanach manceau de 1769 (note de Leprince d’A).

15 Charles IV, comte du Maine, institua Louis XI, roi de France, son héritier universel, par son testament du 10 décembre 1481, et ce fut ainsi que le Maine fut réuni à la couronne. Voir les mêmes notes que ci-dessus (note de Leprince d’Ardenay).

16 Henri II, roi de France, donna le Maine en apanage à Henri, son troisième fils, depuis roi sous le nom de Henri III, qui le donna à François, son frère, mort sans postérité en 1584. Louis XIV donna le même apanage à son fils naturel, Louis-Auguste de Bourbon, légitimé de France, prince souverain de Dombes, en 1673. V. Moréry, au mot Maine. Louis XV, par son édit d’août 1771, a donné le Maine en apanage à Louis-Stanislas-Xavier, son petit-fils, connu sous le nom de Monsieur, frère de Louis XVI (note de Leprince d’Ardenay).

17 Le Concile de Coulaines, près Le Mans, en 843. Les décisions de ce Concile sont exprimées au 23e volume des Conciles, de l’impression royale. Le Concile de Laval, en 1241, du temps de Célestin IV, Pape, et sous les auspices de l’archevêque de Tours. Voyez l’Histoire Ecclésiastique, de Fleury (note de Leprince d’Ardenay).

18 Ce fut en 1781 que le comte de Tressan fut nommé membre de l’Académie française ; les rhétoriciens du Collège du Mans s’empressèrent de le féliciter de cette nomination dont l’honneur rejaillissait sur toute la province. M. de Tressan ne dédaigna pas de les remercier de l’épître latine qu’ils lui avaient adressée ; sa réponse, en vers français, a été reproduite par Renouard, Essais historiques sur la province du Maine, t. II, p. 188, et par M. Hauréau, Histoire littéraire du Maine, deuxième édition, t. X, p. 126.

19 Le sujet est alors très à la mode. Dans l’Almanach du Maine de 1787, M. Livré, médecin et ami d’enfance de M. Leprince, Inspecteur des eaux minérales dans l’apanage « prie ceux qui connoissent des eaux minérales dans l’apanage de lui en donner avis ».

20 Il s’agit des bibliothèques de l’évêque du Mans, de l’abbé Paillé, des R. P Jacobins, des religieux de la Couture, des R. P Minimes, des prêtres de la Mission, des R. P Cordeliers, des religieux de Saint-Vincent, des prêtres de l’Oratoire et des chanoines réguliers de Beaulieu. « Bibliothèques qui se trouvaient être dans les différentes paroisses au moment où la révolution française a commencé » in René-Anselme Négrier de la Crochardière, Observations sur la ville du Mans et sur la province du Maine, […], t. I, p. 134-138.

21 Leprince d’Ardenay semble avoir oublié d’indiquer la date.

22 M. de Passac publia longtemps après sa Notice sur Pierre Belon dans un journal littéraire de Blois ; il en existe un tirage à part, brochure in-8° imprimée à Blois en 1824. Philbert-Jérome Gaucher de Passac, né à Vouvray, près Tours, en 1755, était officier d’artillerie avant la Révolution. Sous la Restauration, il se fixa aux environs de Vendôme et consacra les loisirs de sa retraite à écrire l’histoire de cet ancien duché.

23 Dès avant la Révolution, François-Xavier-Marc-Antoine de Montesquiou-Fezensac se rattachait à notre province par sa qualité d’abbé commendataire de l’abbaye de Beaulieu, au Mans ; c’est à ce titre qu’il prit part aux assemblées du clergé de la province du Maine pour l’élection aux États-Généraux de 1789.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site