Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires d'un notable manceau au siècle des Lumières

 | 
Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d'Ardenay

Publication et annotations du manuscrit complet des Mémoires de Leprince d'Ardenay

Chapitre 13eme. Maladie et mort de Mde La Rozelle

Texte intégral

1Les mariages de mes proches avoient successivement étendu les bornes de notre societé. Cette agréable augmentation multiplioit les liaisons, les ressources et les plaisirs de la jeunesse de notre famille. nous pouvions nous flatter de gouter long tems la douce satisfaction que nous assuroit une union parfaite et l’amitié la plus constante. L’heureuse harmonie qui regnoit entre nous fut bientot troublée par un évenement aussi imprévu que fâcheux.

2Mde la Rozelle portoit depuis long tems le germe de la cruelle maladie qui a terminé sa carriere à la fleur de son âge. ce germe commenca à se developper vers la fin de 1772. languissante pendant tout l’hiver, elle ne fut cependant arrêtée tout a fait que dans les premiers jours de fevrier. dans l’espace de quinze jours, le mal fit de tels progrès que nous conçumes les plus vives inquietudes sur les suites de cette maladie dont on ne faisoit encore que soupconner la cause.

  • 1 Se dit d’un médicament externe qui fait apparaître des vésicules sur la peau.

3Mrs Champion pere et fils employerent avec un zêle infatigable leurs soins et toutes les ressources de l’art auprès de cette chere malade qui interessoit singulierement tous ceux qui la connoissoient. on lui appliqua les vésicatoires successivement aux jambes, aux cuisses et au coté, dans l’endroit où elle ressentoit la plus vive douleur. ce remede fut infructueux ; les symptomes de l’hydropisie de poitrine se manifestèrent. L’étouffement dont elle s’étoit plainte d’abord augmenta a un tel point qu’elle ne pouvoit plus rester couchée ; il falloit ouvrir à chaque instant les portes et les fenètres afin de renouveller l’air et d’en acroitre l’action par un plus grand volume. Je l’ai vue grand nombre de fois en cet état affreux, preste a expirer. dès qu’elle avoit la moindre relâche, elle montroit toute sa gaieté naturelle ; fortifioit et encourageoit elle même les tristes temoins de ces dechirans spectacles. Je ne puis m’en rappeller le souvenir sans sentir renouveller en moy le fremissement dont j’etois saisi alors en la voiant presque habituellement dans de si terribles et cruelles angoisses. En effet quoi de plus poignant et de plus affreux que de voir une tendre amie, une bonne sœur, une femme aimable, jeune, a peine agée de 28 ans, si souvent et si long tems aux prises avec la mort et ne revenant a elle que pour retomber bientôt après dans un nouvel accident plus effraiant que celuy qui l’avoit precedé ? malgré ses douleurs et ses souffrances, elle ne perdoit rien de sa constance et de sa résignation. En voyant les cinq plaies qu’avoient formées ses vesicatoires1, elle se plaisoit à dire quelle en avoit autant que son divin maitre. Elle demandoit sans cesse a dieu de la rendre conforme en tout a J-C son fils et de luy appliquer les merites de sa passion et de sa mort.

  • 2 Les fêtes de la canonisation de Sainte Jeanne-Françoise Frémiot de Chantal furent célébrées dans l (...)

4Lorsqu’on luy proposa de recevoir les sacremens, elle donna d’abord quelques marques de sensibilité bien naturelle à son âge ; mais bientôt elle effaça ces restes de foiblesse humaine par un courage vraiment héroique. elle se disposa a cettte action avec toute la ferveur dont elle étoit capable et reçut avec la plus grande édification le St viatique ; elle trouva dans ce divin aliment toute la force dont elle avoit besoin et eut le bonheur de participer aux indulgences accordées aux fideles a l’occasion de la ceremonie de la canonisation de la sainte fondatrice des Visitandines2.

  • 3 Mme Chesneau était la tante paternelle de Leprince d’Ardenay, et c’est par cet intermédiaire qu’el (...)

5Dès qu’elle eut satisfait à ce devoir de pieté, elle m’envoia chercher ; je me rendis avec empressement auprès d’elle. après m’avoir fait part avec une effusion de cœur admirable de la grace qu’elle venoit de recevoir ; elle me dit quelle s’adressoit a moy avec la plus grande confiance pour me consulter sur ses dernieres volontes. Elle m’expliqua en détail toutes ses intentions dont chacune caracterisoit son esprit de justice et la bonté de son cœur. elle me rendit dépositaire de l’écrit precieux qui contenoit toutes les dispositions dont elle confioit l’exécution à son mary ; elle me chargea en outre de quelques autres recommandations verbales auprès de son papa et de ses sœurs. aiant alors l’esprit plus tranquille, elle ne s’occupa plus des choses de la terre que pour s’exciter par un renoncement formel a un plus grand recueillement et se livra tout entiere au desir de l’éternité qu’elle voiait approcher avec une joie vraiment chretienne. elle ne voulut plus voir ses parens leur presence l’auroit trop attendrie et auroit pu altérer la générosité de son sacrifice. Je fus seul excepté ; quoiqu’il en coutat à ma sensibilité, je la voyois quelques instans tous les jours ; J’allois m’édifier auprès d’elle, et je remportois à chaque visite quelque nouveau trait d’héroïsme ou de vertu. on avoit voulu luy cacher la mort de Mde Chesneau mere qui préceda la sienne de 10 a 12 jours3 ; Lorsqu’elle en fut instruite, elle n’en fut nullement effraiée ; au contraire connoissant toutes les vertus de cette femme respectable, elle témoigna une vraie joie de la savoir délivrée des misères humaines, elle regrettoit seulement qu’elle l’avoit devancée, mais elle se consoloit dans l’espoir de la rejoindre bientot au sejour des delices ineffables qui faisoient l’unique objet de ses desirs et de ses vœux.

  • 4 La jeune femme était atteinte d’une pleurésie purulente, les médecins décidèrent de retirer la col (...)

6Cependant le mal empiroit de jour en jour les remedes ordinaires étoient sans effet. une assemblée de medecins decida qu’il falloit faire l’operation de l’empiême4 d’après une consultation de la faculté de Paris qui n’offroit que cette ressource sans en garantir les effets. La malade ne fut pas difficile a determiner, l’operation fut très bien faite ; on tira une si grande quantité d’eau et le mieux fut si sensible que nous eumes quelques moments d’espoir. mais l’épanchement étoit fait dans la poitrine ; elle se remplit bientot de nouveau et les symptomes les plus fâcheux annonçèrent une fin prochaine. Je ne l’avois pas vue depuis l’operation.

7Elle me fit appeller la veille de sa mort ; je la trouvai dans une foiblesse extreme, son visage défiguré etoit deja tout retiré ; elle recueillit ses forces pour me faire les adieux les plus tendres et les plus touchans ; elle me renouvela avec instance toutes ses recommandations pour l’execution de ses dernieres volontés. Je revins chez moy le cœur navré de douleur, mais en meme tems édifié bien au dela de ce que je pourrois exprimer de sa patience, de sa resignation et de toutes ses vertus qui se montrerent avec le plus brillant eclat dans ses derniers momens. elle expira la nuit suivante le 19 mars 1773 et fut inhumée dans l’église de St pierre le reiteré sa paroisse.

8La perte d’une si bonne et si tendre amie, l’état terrible ou je lavois vue pendant le long cours de sa maladie et surtout aux approches de la mort et les marques singulieres d’amitié et d’affection quelle me renouvella alors d’une maniere si énergique ont laissé dans mon âme l’impression la plus vive et la plus durable. Si le long laps de tems a paru en affoiblir les traces, je puis assurer quelles sont tellement gravées dans mon cœur qu’aucun évenement ne peut jamais me faire oublier le tribut de regrets, d’admiration et d’attachement que je dois et que je ne cesseray de rendre a sa memoire.

Notes

1 Se dit d’un médicament externe qui fait apparaître des vésicules sur la peau.

2 Les fêtes de la canonisation de Sainte Jeanne-Françoise Frémiot de Chantal furent célébrées dans l’église du monastère de la Visitation du Mans, du dimanche 14 au lundi 22 février 1773 (Mémoires de Nepveu de la Manouillère t. I, p. 148-152).

3 Mme Chesneau était la tante paternelle de Leprince d’Ardenay, et c’est par cet intermédiaire qu’elle avait connu intimement Mme de la Rozelle. Née en la paroisse du Crucifix, le 4 août 1706, Madeleine Leprince était fille de Jean-François Leprince et Marie Bouteiller. En 1734, elle avait épousé Mathieu-Guy Chesneau des Portes, Conseiller au Siège Présidial.
« Le 10 mars 1773, Mme Chesneau, âgée d’environ soixante-six ans, est morte d’une longue maladie. L’on dit que c’était un abcès dans la poitrine. […] Son mari est conseiller honoraire ; il avait donné sa charge à son fils qui, étant mousquetaire, a fait plusieurs sottises au jeu et ailleurs ; on a obtenu une lettre de cachet, il est enfermé. Elle avait une fille qui avait épousé, en premières noces, M. Joubert, receveur des décimes ; celui-ci mourut dans cette commission, après avoir mal fait ses affaires ; il laissa un enfant sans bien ; cependant le clergé n’a rien perdu. La dite veuve a épousé depuis M. de Tournay, inspecteur des manufactures. […] Elle demeurait dans la rue Saint-Vincent, et a été enterrée le 11 mars, dans l’église des Jacobins, proche la chaire. Tout le Présidial a assisté à cet enterrement » (Mémoires de René-Pierre Nepveu de la Manouillère, t. I, p. 154).

4 La jeune femme était atteinte d’une pleurésie purulente, les médecins décidèrent de retirer la collection purulente développée dans la cavité pleurale.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site